RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Seule dans le noir alors que la fête bat son plein. || PV Harry

avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Aoû - 2:03
    Jesse était prise entre deux feux, elle ne savait plus qui regarder. Les mots affluaient dans leur bouche comme une balle qui se reverrait. Elle était amusée de voir cette scène mais ça allait bien deux minutes ! Jesse-Rose avait bien envie de mettre fin à cette aventure idiote entre les deux ! Alex avait une autre personne en tête : Jesse le savait, elle l'avait bien ressentit. Elle n'était pas née de la dernière pluie. Elle avait l'impression d'être un objet... Alex l'utilisait pour embêter Alice. Mais elle était ravie de pouvoir servir à quelque chose. Avec Alex on ne s'ennuie jamais en plus alors c'est un vrai plaisir de lui tenir compagnie. Jesse adorait Kaysa mais personne ne devait le savoir. Trinquer en son honneur était un plaisir ! Une amie animagus Griffondor qui savait son secret, c'était précieux. Elle fut surprise qu'Alice lève sa bierre au beurre pour Kaysa. Cela amusa Jesse-Rose de voir sa meilleure amie jouer le jeu pour sauver les apparences. Elle apprenait beaucoup de son amie qui lui était tout aussi précieuse. Les piques fusaient entre eux, Jesse n'avait même pas le temps de répondre aux questions de l'un ou de l'autre. Alex l'avait attrapé par le bras pour faire enragée Alice ? Jesse-Rose savait que son amie était beaucoup plus intelligente que ça, elle avait confiance en sa meilleure amie. Néanmoins que Alex commença à parler de sa maison – même si il avait raison – lui déplaisait. De plus la fin ne lui plaisait pas non plus : elle n'était pas spéciale. Quand Alice approuva elle ne put s'empêcher de dire avec une pointe d'amertume et de tristesse :

      « Je ne suis pas spéciale. Alex l'arrogance et la fierté aussi ne sont pas terrible quand ils sont poussés à l'extrême tout comme l'idiotie et la méchanceté. Moi aussi ces traits de caractère me rendent malade ce n'est pas pour ça que je ne côtoie pas les Griffondors. Il ne faut pas que tu mettes tout les Serpentards dans le même panier. Quant à moi je suis une des pires vipères de mon espèce. Je sais juste calmer mon caractère quand il faut pour ne pas rester buter et rester intelligente, avoir des amis autre que les serpents. Cela ce voit que tu ne m'as pas encore vu quand je suis en famille. Je ne suis pas spéciale. »


    Selon son père elle était même banale des fois. Elle n'aurait de l'importance et ne serait spéciale que lorsqu'elle aurait la marque des ténèbres sur le bras. Alice savait comment était Jesse en présence de son père qui avait l'habitude de venir souvent convaincre sa fille de rejoindre les rangs du seigneur de la mort. Elle était pire qu'Alice quand il était là, même si elle faisait cela à contre cœur : elle n'avait pas envie de subir un sort de Doloris. Oui son père en était capable et elle le savait... Elle avait envie de partir... Lorsque Alice lui proposa de prendre son cavalier. Jesse se reprit en main et retrouva son sourire qui s'était effacée pendant quelques minutes.

      « Du moment que tu me le ramènes en entier et pas trop de mauvaise humeur. »


    En passant à côté de son cavalier elle lui serra sa main comme pour lui souhaiter bon courage : il allait en avoir besoin. Jesse s'éloigna du faux-couple pour se mêler aux autres, elle n'avait pas envie de s'amuser... Elle avait envie de rester seule... Elle n'aimait pas les Serpentards qui étaient présents même si eux l'adorait. Elle n'avait pas envie de jouer la comédie à être gentille. Elle voulait être elle-même. Sans hésiter elle sortit de la salle magnifiquement décoré et alla s'asseoir sur les marches du grands escalier. Elle sortit sa baguette et joua avec, la tête poser contre la rampe de l'escalier. Jesse faisait apparaître des petits animaux en fumée, elle ne tarderait pas à rentrer. Elle était venue à la fête pour Alexander, seulement pour ça.
    Elle profita de ces quelques instants de calme - malgré la musique - pour faire le point sur sa situation. Naturellement cela fut succin puisqu'elle n'avait pas évolué ! Elle était toujours au point zéro : vivre ou mourir. Après avoir appris pour sa cousine, elle se demande bien qu'est-ce que son père pourrait lui faire... Rien que l'idée d'être torturée l'horrifiait. Elle avait déjà vu ce que faisais le sortilège Doloris et pour rien au monde n'avait envie de le subir. Que va-t-elle faire ? Sans qu'elle ne s'en rende compte des larmes coulaient sur ses joues. Elle s'empressait de les essuyer mais elle redoublait. Il faut dire qu'elle ne dormait pas beaucoup depuis quelques temps...


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 3 Avr - 20:37
Invité
Spoiler:
 

La journée avait été mouvementée, sans dire chargée. Il faut dire qu'une furie brune lui était tombé dessus trois jours auparavant et qu'il n'avait pu y échapper. Bon, c'était sa petite sœur, donc théoriquement, il n'avait pas besoin de lui échapper. Surtout qu'elle était venue à lui pour de bonnes raisons. Une excellente raison même !
Kaysa souhaitait organisé une soirée. Avouez que ça donne envie ! Bref, et elle avait sollicité son aide. Bien entendu, en grand frère attentionné et généreux qu'il était, il avait accepté. Elle n'avait pas mis longtemps à le convaincre. Rien que d'apprendre de quoi il était question et il acceptait avec enthousiasme. Ça n'avait pas été le cas de Tom, qui était avec lui dans la salle commune de Serdaigle lorsque la Gryffondor était venu le trouver. Il avait fallu insister. Il faut dire que Tom est moins impulsif que les deux ainés Potter. Mais bon, il aime s'amuser et passer du temps avec ses amis alors, cette fête ne pouvait que le séduire, au bout du compte ! Et puis, pour une fois, Kay' ne proposait pas une idée dite « vaseuse » pour tourner en ridicule les Serpentards. Donc, il n'y avait là rien qui pouvait nuire à qui que se soit.
Harry avait donc participé à l'organisation de cette fête comme lui avait demandé sa sœur. Il trouvait l'idée excellente parce que participer à cet évènement était non seulement amusant, mais il allait vraiment faire du bien à tout le monde. Il faut bien dire que le climat était plutôt tendu ces derniers temps à Poudlard. Avec le Huis-Clos, les clans qui se sont formés, les plus jeunes martyrisés par les Serpentards et les plus vieux qui tentent de gérer tout ça, l'ambiance était pesante. Mais ce soir allait décoincé un peu tout ça. Avec la bièraubeurre que Kaysa avait déniché dans le garde-manger, la nourriture, les décorations et la musique, ça allait être la soirée de l'année !


« Bon alors mec, tu fais quoi ? Je t'attends moi »

Tiens, en voilà un qui n'était pas très content ! Pressé, sans doute. En effet, Ron Weasley qui n'était autre que le meilleur ami d'Harry s'impatientait derrière la porte de la salle de bain. Le préfet, quand à lui, tentait tant bien que mal d'essayer de faire ressembler ses cheveux à un semblant de quelque chose. Il devrait le savoir pourtant que c'était peine perdu. Ce n'était pas comme-ci ça faisait 17 ans qu'il vivait avec un nid d'oiseau en guise de tignasse. Après un soupir, et une dernière tentative d'écraser le fameux épis qu'il avait souvent sur l'arrière du crâne, il sortit.

« C'est bon, c'est bon. Je suis là »

« Mais qu'est-ce que tu foutais ?! Si ça continu, tu vas mettre plus de temps pour te préparer qu'Hermione ! » s'exclama le rouquin.

Il faut bien avouer qu'ils avaient tout deux un problème: les cheveux. Ceux d'Harry ne ressemblait à rien, ceux d'Hermione étaient indomptables. Il faut croire que c'était le genre de problème qui nous faisait prendre notre temps dans la salle de bain. Pour le rouquin, c'était facile, il n'avait qu'à enfiler sa tenue et le tour était joué. Pas de lentilles à mettre, ni de coiffure stupide à arranger. Il pouvait bien se plaindre !
Cependant, à défaut de compatir pour son meilleur ami, il était aussi élégant qu'il pouvait l'être. Bien entendu, sa tenue de soirée n'était pas de première jeunesse, et d'occasion. Ron la trouvait même immonde. Alors, ils avaient fait ce qu'ils avaient pu pour arranger une tenue à la moldu à coup de sortilège de métamorphose et elle lui allait bien. Ils n'avaient pas demandé d'aide à Hermione car elle n'était pas censé être au courant de cette soirée, Kaysa n'y tenant pas. Elle les aurait sans doute pourtant bien aidé pourtant ! Pour la grande salle ou devait avoir lieu la fête et pour leur tenue. M'enfin, sa petite sœur avait une relation plutôt électrique avec Hermione. Ceci expliquant cela, Kaysa ne voulait pas d'Hermione pour les préparatifs … Bref, pour en revenir à la tenue de Ron, le pantalon blanc cassé et la chemise marron était un choix judicieux. Harry quant-à lui avait opté pour un jean foncé et une chemise rouge. Hermione aurait certainement insisté pour qu'il mette du vert – pour s'accorder avec la couleur de ses yeux et les faire ressortir – mais il refusait de ressembler à un Serpentard ! Surtout que ces derniers étaient aussi de la partie. Ça n'étonnait pas Harry que Pandora est insisté pour qu'il soit là, par ailleurs. Son amie avait une fâcheuse tendance à défendre ces vipères ! Mais bon, elle devait avoir ses raisons. Tant qu'elle ne le forçait pas à faire de même, tout allait pour le mieux.


« Tu rejoins une fille, c'est ça ? » continua Ron, « Ça expliquerait bien des choses ! Allez avoue ! »

Harry eu le mauvais goût de rougir, ce qu'il cacha en faisait semblant de chercher un truc dans sa valise. Si seulement Ron savait qui il aurait aimé rejoindre ce soir, il n'aurait certainement pas plaisanté là-dessus. Il faut dire que ce n'est pas comme-ci il n'avait pas remarque le comportement qu'Harry avait envers Ginny. Et inversement, d'ailleurs. Mais bon, Harry faisait comme-ci de rien n'était. Même si il devait bien reconnaître qu'il se sentait mal de faire ça à son meilleur ami. Seulement, c'était plus fort que lui. Il avait l'impression que la rouquine faisait tout pour le rendre fou de jalousie. Il ne pouvait pas rester là sans rien faire. Et puis, ce n'est pas non plus comme-ci il tentait quoique se soit envers la petite sœur de Ron. Non, ça restait juste … une sorte de jeu. En quelque sorte. Ce que Harry n'arrivait pas à comprendre, c'est pourquoi elle faisait ça ? Elle ne sortait pas avec son Serdaigle ? Un peu bizarre ce type, d'ailleurs. Mais bon, de toute façon, même si elle arrivait à le faire douter, Harry était persuadé que c'était peine perdu avec elle. Un espoir perdurait, cependant. Il fallait vraiment qu'il arrête de prendre ses rêves pour la réalité ! Il devait passer à autre chose. Peut-être que cela fonctionnerait, avec un peu de volonté … Ou peut-être pas.
Mais bref, là n'était pas la question ! Si il s'était préparé ainsi ce soir, c'était tout simplement parce qu'il ne pouvait décemment pas arriver habiller comme un Troll. Il avait une notoriété à conserver tout de même ! Ah ah ! Comme si il s'intéressait à ce qu'on pouvait penser de lui … Mais quand même, de quoi aurait-il l'air à côté d'Alex', par exemple ? Ou même de Malefoy ?! Il ne pouvait décemment pas croiser Malefoy et être habiller comme un Elfe de Maison. Il ne supporterait pas la critique qu'il se prendrait évidemment dans la face. Sans parler des Serpentards divers et variés qui seraient présent. Bref, pour une raison évidente de commodité, et de paix, il s'était accoutré comme il se devait. Dans le but de passer une bonne soirée, au final. Bien entendu, ce n'était absolument pas pour plaire à quelques jeune femmes que se soit …

Une fois qu'Harry eut finit de brasser la poussière dans sa valise dans l'espoir de cacher ses émotions à son meilleur ami, il le suivit hors des dortoirs. Neville se préparait encore, et ils le saluèrent en lui signifiant qu'il se verrait très certainement au cours de la soirée. Ils descendirent ensuite dans la salle commune où de nombreuses personnes s'attendaient, discutaient et autres. Hermione n'était pas ici. Soit elle était déjà en bas, soit toujours en haut. La deuxième solution étant plutôt crédible. Au loin, Harry vit Alex' se faire apostrophé par Colin qui ne le colla pas longtemps puisque déjà, son cousin sortait. Bien entendu, lorsqu'il vit Harry, il se dirigea immédiatement vers lui. Apparemment, il voulait lui apprendre la nouvelle de la soirée. Les tracts de Gossip Feather devaient avoir été distribués une petite heure auparavant. Il dut donc expliquer au sixième année qu'il était déjà au courant étant donné qu'il faisait partit des organisateurs, ce à quoi Colin répondit qu'il aurait bien aimé en être. Ron se mit à rire mais Harry s'excusa avant de le tirer vers la sortie.


« Ah trop drôle ! T'imagines la préparation de la grande salle avec Colin te suivant partout ! Eh Harry, tu as vu ça ? Harry, tu sais pas quoi ? Harry ! Regarde ce que j'ai fais, c'est bien, hein Harry ? » l'imita-t-il en riant.

Pour toute réponse, Harry grommela ce qui ne fit qu'augmenter l'hilarité de son meilleur ami. Colin ne le lâcherait donc jamais … ? Il était sympa comme gars, mais à petit dose.
Bientôt, ils arrivèrent devant la grande porte où une foule se pressait déjà. Décidément, cette soirée était une super idée ! Kaysa arrivait aussi et se plaçant devant les portes, elle les accueilli à l'aide d'un sonorus, en leur souhaitant de s'amuser. Ils y comptaient bien ! Une fois la salle ouverte, Harry se dirigea vers la musique. C'était à son cousin de Poufsouffle que revenait la tâche de gérer ça.


« Tu auras besoin d'aide Léo ? »
« Non, ça devait aller, t'inquiète pas »
« OK. Mais si besoin, tu nous appelles, on est là »
« Pas de problème ! »

Il fit un sourire à Lena qui se trouvait non loin de là puis, ils se dirigèrent vers le buffet pour se prendre une bièraubeurre. Tout en buvant, Harry observait les aller venu. Pas que les aller-venu l'intéressait réellement mais c'était pour se rendre compte du succès de la soirée. Seamus et Dean les retrouvèrent, bientôt rejoint par Neville. Leur discution allait bon train, il faut bien dire que les cinq jeunes hommes partageant leur dortoir s'entendaient relativement bien. Ça plaisantait bien, l'ambiance était plutôt bonne.
Bien que la soirée était vraiment annoncée de dernière minute, le monde de Poudlard était au rendez-vous. Harry n'avait toujours pas aperçu Hermione et se demandait si elle allait venir, finalement. Il n'était pas sur qu'elle en est envie. Peut-être même qu'elle était vexé de ne pas avoir été appelé à participer aux préparatifs ? Il espérait bien que non … En revanche, Nina était là, accompagné de Kay'. Mais Alex' n'était pas avec elle. Cela étonna Harry, quelque peu. Puis, il pensa qu'il devait être avec Sullivan. Une fois de plus, il grimaça. Ça commençait à faire un moment maintenant, mais il ne s'y ferait sans doute jamais. Ce qu'il ne savait pas, c'est qu'il ne croirait encore moins à la vérité lorsqu'il l'apprendrait … Cependant, son cousin n'était pas avec la reine des pestes mais avec une autre jeune femme blonde. Une jeune femme qui n'était autre que Jesse-Rose Greenwood. Là, Harry ne comprenait vraiment pas. C'était quoi ce plan ?! Harry les connaissait tous les deux, et au dernière nouvelle, il n'était pas question de fricotage entre ces deux-là. Si ? D'un froncement de sourcil inconscient - révélant un certain désaccord dont il n'était qu'à moitié conscient -, Harry les observait. Il était complètement larguée sur ce coup-là. Il faut dire qu'il était plutôt proche de Jessie. Même si ça, personne ne le savait. Contre tout attente, ils étaient devenus amis. De très bon amis même. Sauf qu'au regard de tous, ils n'étaient qu'une Serpentard et un Gryffondor s'envoyant des vannes et se critiquant comme tous les autres. Mais ça, ce n'était que devant les autres. Et bref, Jesse-Rose ne lui avait jamais parlé de ça ! Comment ça se faisait ?

Au bout d'une bonne demi-heure, les aller-venu n'intéressait plus vraiment le Gryffondor, qui avait bien eu le temps de constater le succès de l'évènement. Rassuré - ils n'avaient pas travaillé si dur pour rien -, il jetait cependant quelques regards à la grande porte de temps en temps. Il n'était pas difficile de savoir qui il attendait. Ginny Weasley n'était toujours pas arrivé, ça c'était certain. Il l'avait cherché pourtant. Tout en essayant d'être discret et surtout, de s'en empêcher.
Mais il observait aussi le binôme Greenwood/Black, comprenant bien assez tôt que Sullivan était toujours dans l'équation. Alex' avait dû inviter Jesse-Rose dans le but de rendre jalouse Sullivan. Un truc du genre … Enfin, ce n'est pas comme-ci Harry avait un quelconque flaire sur ce genre de chose. Après tout, il comprendrait tout ça plus tard ! Si on daignait éclairer sa lanterne. Ce qui était plutôt rare dernièrement. Il n'avait toujours pas compris les raisons de la dispute de Kay' et Alex' à Noël soit dit en passant ! Ni leur comportement bizarre depuis. Ne parlons pas de la mise en couple de son cousin avec la garce de Serpentard. Enfin vous voyez, Harry n'était pas aidé par la nature à se niveau là, mais si en plus personne ne l'aidait …
Il fut tiré de ses pensées lorsqu'il aperçu une furie rousse déloger un jeune homme brun de la piste de danse. Tiens, quand était-elle arrivée ? Cette robe lui allait drôlement bien ! Mais ele n'avait pas l'air contente, dis-donc ! Il les observa se disputer. Ron fit de même les ayant aussi remarqué. Il semblait partagé entre le mécontentement et une certaine satisfaction. Contradictoire le grand frère. Mais c'était souvent le cas avec Ginny, dernièrement. Mécontent de son succès et des rumeurs qui couraient sur elle et satisfait du moindre éclat entre elle et son Serdaigle. Harry quant-à lui, n'était pas vraiment d'humeur à observer une telle scène de ménage. Aussi, il s'excusa auprès de ses amis, posa son verre et se dirigea vers la sortie. Un petit tour lui ferait du bien !

Arrivée dans le hall, il s'apprêtait à se diriger vers la sortie vers le parc quand il remarqua une présence. Quelqu'un assit sur les escaliers. Quelqu'un qui reniflait dans le noir. En temps normal, le Gryffondor se serait enfuit en courant. Consoler les cœurs brisés, ce genre de chose, ce n'était pas d tout son truc. Surtout pour les gens qu'il connaissait à peine. Mais ce n'était pas n'importe qui … C'était Jesse-Rose.
Harry ne l'avait même pas vu quitter la salle accaparé avec la scène de ménage entre Ginny et l'autre là ! Stoppé sur la pas de la grande porte, il hésita un instant à la rejoindre. Il savait pertinemment qu'elle détesterait qu'il la voit dans cet état. Mais il n'avait pas envie de partir comme un lâche et faire comme-ci il n'avait rien vu. C'était son amie et elle savait qu'elle pouvait compter sur lui. Aussi, il se dirigea dans sa direction et s'assit à ses côtés sans dire un mot. D'un côté, il avait ce besoin de dire quelque chose. De savoir pourquoi elle pleurait. De faire quelque chose pour lui redonner le sourire. Un besoin impérieux, quelque chose d'incontrôlé. Il savait juste que la voir là, les larmes dévalant ses jours, c'était pas supportable. Et ça devait s'arrêter. D'un autre côté, Harry resterait toujours Harry. Si bien qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il pourrait bien dire. Comment pouvait-on être un tel boulet du sentiment … ?


« Tu veux que je pète la gueule de ton cavalier ? »demanda-t-il soudainement, « Bon, c'est mon cousin donc ça le ferait moyen. Surtout que je l'aime beaucoup. Mais si tu es dans cet état à cause de lui, ça peut s'arranger. Je suis sur qu'il comprendrait ! »

Il lui fit un sourire en coin avant de regarder devant lui, les mains sur les genoux. Bien entendu, il se doutait bien que cela n'avait rien à voir avec Alex'. Jessie n'était pas si attacher à lui, et il n'y avait rien de romantique entre eux. Harry en était persuadé. Et puis Sullivan était sa meilleure amie. Elle n'avait certainement accompagné le Gryffondor que par amitié. Mais faire un peu d'humour, ça faisait du bien parfois, nan ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 21:42
    Une présence, quelqu'un s'était assis à côté d'elle. Instinctivement elle passa ses mains sous ses yeux pour pouvoir cacher ces larmes inutiles. Elle tourna la tête lorsque la personne à côté d'elle lu parla. C'était Harry Potter bien évidemment. Sa remarque la fit sourire, elle renifla et respira un bon coup pour pouvoir parler normalement :

    « Je ne suis qu'un pion entre le jeu Alice et Alex, ne t'en fais pas ce n'est pas lui. Tu as un cousin formidable. »

    Le sien devait être dans un coin, elle ne l'avait pas vu dans la foule. Jesse-Rose espérait juste qu'il ne fasse pas de bêtise, après tout il était sensible et puis depuis que sa sœur n'était plus de ce monde il lui était difficile de faire confiance à une fille ou bien d'en approcher une.

    « Tu ne devrais pas être là... Tu devrais être à l'intérieur en train de faire la fête. Après tout c'est ta sœur qui à tout organiser. »


    Elle rangea sa baguette et de façon désespéré essuyait ses joues humides. La serpentard ne voulait pas dire à Harry se qui la tracassait pour la simple et bonne raison que cela pourrait le mettre en danger, notre blondinette était sur ce point-la insupportable tellement elle était pessimiste. Pourquoi ? Car voir ses amis mourir pour elle serait beaucoup trop difficile ! Et puis elle connaissait les Potter : Kaysa lui avait déjà tendu la main alors elle se doutait bien que Harry ferait de même. Un Potter dans l'histoire s'était déjà trop, si son père venait à l'apprendre la pauvre Jessie ne pourrait rien faire.

    « Tu es venu tout seul ? »

    Question bateau : tout les moyens étaient bon pour ne pas parler du pourquoi du comment de ces larmes. Jessie ne voulait surtout pas qu'on la prenne en pitié : vraiment pas ! Elle détestait ça !

    « Ta sœur à eut une bonne idée pour une Griffondor, comme quoi hein on à des surprises tous les jours ! »

    Des pas dans les escaliers, la tête blonde de son cousin apparue, elle ne bougea pas même lorsqu'il sortit sa baguette.

    « Jess, qu'est-ce que tu fous avec un Potter ?! 
    -T'occupe je m'en charge !
    -Mais...
    -JE M'EN CHARGE ! »


    Elle se leva d'un bond, fusilla du regard Harry :

    « Toi viens dehors qu'on règle ça, quant à toi Sam tu la boucle et tu retournes au bal. »

    Par la suite elle partie d'un pas sûr, froid, elle avait été extrêmement autoritaire dans ses propos mais il fallait que cela reste toujours plausible: après tout personne ne devait savoir qu'ils étaient amis. Une fois dehors, elle attendit Harry : la nuit venait de tomber on ne voyait pas à plus de deux mètres ils pouvaient être côte à côte :

    « Excuse mon cousin, il n'était pas comme ça avant... La vie est impitoyable et la changer, il en à baver, comme nous tous... »


    Depuis que sa sœur était morte il n'était plus le même , Jessie savait maintenant qu'il deviendrait un mangemort : elle ne pouvait donc plus avoir confiance en lui. Dommage car elle adorait vraiment son cousin. L'air frais sur son visage lui fit un bien fou. Elle n'avait même plus envie de pleurer !

    « Bon maintenant qu'on est tranquille, comment tu vas ? »

    Et hop une fois de plus elle déviait la conversation.


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 7 Mai - 22:40
Invité
Sa tentative d'humour avait au moins eu le mérite de la faire sourire, à défaut de la faire rire. Enfin, le principal était qu'elle arrête de pleurer ! Mais Harry se doutait bien que ce n'était pas sa blague à 2 noises qui en était la cause. Il la connaissait suffisamment pour savoir qu'elle n'accepterait jamais de se laisser aller à un moment de faiblesse devant qui que se soit. Et il ne faisait pas exception à la règle. Jesse-Rose ne se laissait pas abattre, elle était forte. Et même si il se doutait que comme tout le monde, elle avait ses moments de cafards, elle ne les montrait pas. Elle avait juste eu la malchance qu'il tombe sur elle, à ce moment précis.
A vrai dire, il ne savait que dire pour l'aider. Il se sentait plutôt gêné. Il se sentait maladroit dans ses propos. D'autant qu'il n'avait aucune idée des raisons de sa détresse. Et même si il l'avait su, il aurait été fort probable qu'il ne dise rien de très intelligent. Après tout, on ne le changera pas maintenant. Mais il n'eut pas besoin de trouve autre chose à dire car son amie profitait de sa plaisanterie pour dévier la conversation de son état. Apparemment, il avait un cousin formidable. Bon … Elle n'avait pas tord. En même temps, c'est toute sa famille qui est formidable ! Sauf que ça, il avait l'intelligence de la garder pour lui. Déjà parce que ces propos ne feraient certainement pas l'unanimité – bien qu'il se fiche de ce que peuvent bien en penser les autres – mais surtout parce qu'il n'était pas du genre vantard comme l'avait été son père. Non, il avait hérité la simplicité de sa mère et c'était tant mieux.

Il sourit à son amie lorsqu'elle lui fit remarquer qu'il ne devrait certainement pas être ici. Non, surement pas. Mais ce n'est pas comme-ci sa présence était indispensable aux autres. C'était surement à peine si ils l'avaient remarqué. Seuls Ron, Seamus et Dean devaient s'être demandé ce qui lui prenaient. Sauf si ils en avaient compris les raisons. Et à l'intérêt qu'il avait porté à la jolie Weasley, ce n'était pas impossible. Bien qu'il était beaucoup plus simple pour le préfet de Gryffondor de faire l'autruche en ignorant la petite voix dans sa tête qui commençait à le prévenir que tout le monde avait l'air d'être au courant de son attirance pour la sœur de son meilleur ami. Certains même avant qu'il ne se le soit avoué à lui-même. Ce qui en soit, se révélait inquiétant. C'est pourquoi faire l'idiot était plus facile pour lui. Déjà, parce que Ginny était prise. Ensuite, parce qu'elle était la sœur de son meilleur ami et que par conséquent, elle était intouchable. Et surtout, parce que perdre le-dit meilleur ami n'était pas dans ses projets et ne le serait jamais. Sans compter que, s'il ne manquait généralement pas de courage – N'est pas Gryffondor qui veut – ce n'était pas vrai dans ce cas. Tout simplement parce qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il fallait faire dans cette situation. Et puis de toute façon, il n'y avait techniquement rien à faire car comme il le savait pertinemment, elle était intouchable.
Sortant de ses pensées parasites, il reporta son attention sur Jesse-Rose à qui il adressa enfin une réponse. Quelques peu tardive mais bien là:


« C'est que l'ambiance devenait insupportable … J'avais besoin de changer d'air. Et je pense que tu comprends ça. Apparemment, c'est un peu la même chose pour toi ... »


Il eut un rire lorsqu'elle lui demanda si il était venu seul. Comme-ci elle ne connaissait pas la réponse ! Puis, il enchaina sur une taquinerie à propos de sa sœur et du « goût Gryffondor ». Bien entendu, il avait bien saisie que c'était sa façon de détourner son attention de ses larmes. Et surtout, de la raison de ses larmes. Elle avait tendance à avoir ce genre de comportement vis-à-vis de lui. Ne voulant pas qu'il en sache trop à son propos. Harry prenait ça pour de la pudeur. Ce n'était en réalité qu'une façon de la protéger, qu'il considérerait surement inutile, si seulement, il en avait connaissance. C'est pourquoi, il sauta sur l'occasion que cette diversion offrait afin d'alléger l'atmosphère qui ne lui convenait que trop peu. Trop lourde.

« Bien sur que non, enfin ! J'avais une horde de fille qui m'attendait à la sortie de ma salle commune. Toutes prête à m'accompagner durant toute cette soirée. Me chouchouter comme un Prince et tout ce que ça implique ! Alors j'ai décidé de n'en choisir que trois parce que je ne pouvais évidemment pas les emmener toutes - Je n'avais pas assez de bras - Alors j'en ai une pour ouvrir la marche de notre cortège. Une autre à mon bras droit et la dernière au bras gauche. Une de chaque maison quoi ! Puisque Serpentard n'est pas vraiment une maison digne de ce nom, bien entendu »

Et voilà comment on renvoi la monnaie de sa pièce à une Serpentard trop taquine ! Et surement qu'elle ne se serait pas gêné pour se venger gentiment si un jeune homme blond ne s'était pas introduit dans leur conversation. Apparemment, il n'était pas content de les voir là. Allez savoir pourquoi ! Il avait même sortit sa baguette, ce que Harry avait observé les sourcils froncés. Allait-il sérieusement essayé de s'en prendre à eux ? Comme-ci il allait le laisse s'en prendre à Jesse-Rose sans rien tenter pour intervenir ! Il se découvrait d'ailleurs plutôt impliqué émotionnellement vis-à-vis de cette dernière, ce soir. D'abord, il s'essaie à la consoler et maintenant, à la protéger. Se prenait-il pour un preux chevalier ?!
Bref, Harry allait se lever pour faire face à l'inconnu – Qui lui disait pourtant quelque chose – quand celui-ci s'exprima:


« Jess, qu'est-ce que tu fous avec un Potter ?! »

Ah ? Jess ? Elle le connaitrait donc ? Pourtant, elle ne semblait le moins du monde perturbée par son arrivée. Elle n'avait même pas levé un doigt. Et pourquoi donc ne devrait-elle pas être avec lui ? Bon OK, il était Gryffondor et elle, Serpentard. En soi, ça relevait déjà du miracle qu'ils s'entendent. Mais ils ne se connaissaient pas à ce qu'il sache ! Pourquoi ce ton dédaigneux à l'élocution de son nom ? L'avait-il vexé, attaqué d'une quelconque manière pour mériter ce traitement ?

«  T'occupe je m'en charge ! » répondit-elle.

Hein ? Se charger de quoi ? Mais de quoi parlaient-ils ?


« Mais ... »

« JE M'EN CHARGE ! »
hurla-t-elle soudainement tout en sautant sur ses pieds, surprenant le Gryffondor.

Ok, là, il ne comprenait pas tout. Mais apparemment, Jesse-Rose devait rendre des comptes à ce gars et il n'était de toute évidence pas censé être témoin de leur discution. Comme pas mal de monde ici, d'ailleurs. C'est en tout cas ce qu'il comprit. Et ces hypothèses furent confirmés lorsqu'elle le fusilla du regard comme-ci ils étaient en train de s'injurier copieusement avant d'être interrompu. C'est peut-être quelque chose de ce genre qu'elle essayait de faire croire à ce gars, d'ailleurs. Si bien que lorsqu'elle lui intima de la suivre afin de « régler ça » et qu'elle ordonna à « Sam » de retourner au bal et de « la boucler », il fit ce qu'elle lui dit. Non sans protester comme il l'aurait fait en temps normal si ils étaient vraiment en train de régler « ça ».

«Oui, et j'aimerais bien qu'on règle ÇA! une bonne fois pour toute Greenwood ! Sans être dérangé par tous les imbéciles venus ! »

Il jeta un regard noir au blond avant d'emboiter le pas de sa supposée ennemie. Une fois arrivé dans le Parc, tout redevint normal. Étrange comment pouvait tourner les choses parfois … Il s'apprêtait à l'interroger sur l'incident quand elle sembla lire dans ses pensées.

« Excuse mon cousin, il n'était pas comme ça avant... La vie est impitoyable et la changer, il en à baver, comme nous tous... »

Mais oui qu'il était bête ! Son fameux cousin ! Comment n'avait-il pas pu le reconnaître avant ?! Pas qu'il le connaissait personnellement, mais Jesse-Rose lui avait parlé de lui à plusieurs reprises. Et il l'avait déjà aperçu en sa présence. Voilà pourquoi il avait l'impression de le connaître.
Ses paroles l'intriguèrent mais une fois encore, il n'eut rien le temps de demander car déjà, elle lui posait un question. Décidément, elle avait l'art de détourner les conversations. A croire qu'elle le faisait exprès …


« Comment je vais ? Ba écoute, je passe une super soirée entourée de mes trois cavalières. Là, j'ai décidé de faire une petite pause. Mais comme je t'ai trouvé, je suis en train de me demander si tu pourrais pas être la quatrième. Comme ça, il y aurait vraiment toutes les maisons. Et tu pourras fermer la marche du cortège. Qu'est-ce que tu en penses ? »

Un sourire en coin à son attention, puis ne pouvant s'en empêcher, il éclata de rire. Elle allait le tuer pour ça ! Puis réussissant enfin à se calmer, il demanda:

« Remarque, ça risquerait de faire parler. Déjà que ton cousin doit se poser des questions … A ce propos, tu crois qu'on a été suffisamment convainquant ? Manquerait plus qu'un nouveau scandale éclate. J'imagine déjà le prochain article de Gossip Feather: Rendez-vous secret pendant la soirée entre Greenwood et Potter fils ! », il fit une pause avant d'ajouter, « J'aurais presque envie de lire ce que ça donnerait ! »

Tout sourire, il était content de sa bêtise ! Déjà oublié la dispute entre Ginny et son Serdaigle. Et déjà oublié les pleures de la Serpentard. C'était quand même plutôt facile avec elle, de penser à autre chose ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Mai - 0:43
Spoiler:
 

    Harry, un Griffondor fort sympathique. Jesse était bien loin de la guerre entre les maisons n'ayant pas été éduqué à Poudlard. C'est pour cela qu'elle n'avait pas de préjugé sur telle ou telle maison. Il était évident que ses amis venaient de toutes les maisons, Nathaniel, Kay, Harry, Drago, Tess, Alice bref son cercle d'amis ne s'arrêtait pas aux Serpentards. Au fond d'elle, Jesse savait qu'un jour cela allait lui retomber dessus mais pour l'instant il n'en était pas question puisque le château était sous huit-clos pour son plus grand plaisir n'étant pas vraiment impatiente de retrouver ses parents ! Cette situation était à double tranchant, Jesse n'avait pas d''exutoire à part son violon, c'était mieux que rien mais un retour au source ne faisait pas de mal. Assise dans les marches, elle ne s'attendait pas à ce que quelqu'un vienne puisque tout le monde semblait s'amuser à l'intérieur. Être seule ne faisait pas de mal parfois, bien au contraire Jesse-Rose cherchait le silence, la solitude puisque s'était un excellent moyen pour elle de se calmer, de pouvoir faire le point même si elle arrivait toujours au même point. Malgré tout lorsque Harry lui tapa la causette, elle lui répondit tout en s'essuyant les yeux.

    « Ah non moi je suis sortie parce que j'en avais marre d'être en Alice et Alexander comme un objet. »

    Être les fesses entre deux chaises n'étaient jamais bien confortable. Déjà elle avait accepté l'invitation du cousin d'Harry alors forcément ça allait jaser. Un point négatif en plus pour Poudlard ! Harry avait le don pour rendre la situation plus légère, petit à petit Jesse retrouvait un sourire qui se voulait franc.

    « Au contraire mon cher, les Serpentards sont les meilleurs en danse. Enfin je dis ça je dis rien je ne suis arrivée qu'en début d'année mais j'ai remarqué qu'ils étaient d'excellents danseurs. Vous êtes bizarre quand même dans cette école, nos fêtes n'étaient pas du tout comme ça. »


    Nostalgie bonjour ! Elle parlait toujours de Durmstrang avait un grand regret, s'était son école après tout. Poudlard n'était qu'un substitue, un caprice de son père et de sa mère pour être dans les papiers du Lord. D'ailleurs elle n'avait jamais accomplit cette mission idiote qui était d'espionner Dumbledore. Il semblerait que son cousin ait hérité de ce caractère de fouine. Lorsqu'elle le vit apparaître, elle leva les yeux au ciel et n'hésita pas à réagir froidement avec lui. Elle ne tarda pas à partir pour ne pas avoir une fois de plus à affronté son cousin : il était clair qu'il avait bu ! Jessie décida donc d'emmener Harry dehors pour qu'ils ne soient plus déranger. En entendant la remarque du Griffondor, elle se mit à sourire. Ce petit jeu lui plaisait énormément ! La serpentard expliqua qui était le blond avant de changer de sujet pour éviter qu'Harry ne pose des questions : elle ne doutait pas une seule seconde qu'il n'avait rien à lui demandé. Elle commençait à le connaître le petit gars quand même ! Demander comment il allait était un excellent moyen de détourner la conversation, fermer la marche ?

    « D'une tu as dit que les Serpentards n'étaient pas de bon danseurs, de deux je ne ferme jamais les marches je les ouvre mon cher ! Je demande à être devant sinon je n'accepte pas ! »

    Après tout si jamais son père apprenait qu'elle était amie avec un Potter, enfin deux Potter : son compte allait vite être réglé. Le tout surmonté de l'annonce de son amitié avec Hermione Granger et hop plus de Jessie !

    « Oh tu sais les rumeurs c'est le cadet de mes soucis, du moment qu'elles restent entre les murs du château ça me va totalement. Mon cousin n'osera rien dire crois-moi. Il fait son dur mais il n'en ait pas capable. Moi aussi j'aimerai bien savoir où ça nous mènerait. Si ça ce trouve ça finirait en meurtre ah ah ah je vois bien le gros titre : « La cinquième roue du carrosse tue le Griffondor trop ambitieux ! » Han ça ferait fureur moi je dis !  »

    Jessie se mit à rire aussi, Harry avait réussit à enlever son envie de pleurer pourtant elle était hantée par ses pensées, par sa future vie.

    « Allez plus sérieusement dis moi comment tu vas ? Ca fait un bail qu'on s'est pas vu. Si tu me dis comme tu vas franchement tu auras le droit de me poser deux questions ok ? »


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 30 Mai - 12:09
Invité
« Oh allez, tu pourras ouvrir la marche ! Mais c'est bien parce que c'est toi ? »

Pourquoi il disait ça ? Parce que Jesse-Rose n'était pas n'importe qui, enfin ! C'était sa seule amie de Serpentard. Et ce n'était pas peu dire. Parce qu'en règle général, Harry + Serpentard était égal à insultes, coups bas et mépris. Voir « Je te déteste ! ». Ça n'était peut-être pas la réaction la plus mature. Mais disons qu'Harry avait été élevé dans l'optique que les Serpentards ne valaient pas grand chose. Enfin, c'était à peu près ça. Il se souvenait de son parrain et de son père lui disant qu'il n'était plus de la famille si il rentrait dans cette maison. Bien entendu, c'était pour plaisanter. Mais Harry avait été bien soulagé de ne pas être répartit chez les vert-et-argent. Merci bien ! Et puis, si c'était pour devoir fréquenter Malefoy, Zabini, Goyle, Crabbe, Parkinson, Watford et Sullivan … Il passait son tour ! D'ailleurs, l'attrapeur de Gryffondor se demandait bien comment faisait Jessie pour arriver à survivre dans la fosse au serpents. Pour lui, elle n'était pas comme eux. C'était quelqu'un de différent. C'était quelqu'un de bien. Quelqu'un en qui il avait confiance. Quelqu'un qu'il respectait énormément. Même si personne ne savait ceci, Jessie avait une grande place dans son cœur. Peut-être même plus qu'il ne le pensait …
De plus, il avait pour mission d'être là pour elle. De la protéger. De l'aider à faire les bons choix. Je sais ce que vous pensez. Vous vous demandez d'où cette mission peut bien être sortit ? De quoi est-il vraiment question ? C'était simple. Harry en savait plus qu'elle ne le pensait. Il savait pour son père mangemort. Il savait pour la torture. Pour l'ultimatum qu'il lui a posé. Il savait tout ça. Il le savait parce que quelqu'un lui avait révélé. Et ce quelqu'un n'était autre que Kowalski, son ami de Dumstrang. Celui qui avait pour mission l'exact inverse de la sienne. Il devait la faire rejoindre les mangemorts. Et il avait donné comme mission à Harry, de faire l'inverse. Ça n'avait pas de sens. C'était même totalement illogique. Pourquoi le dire à Harry Potter ? Alors que tout le monde croit qu'il déteste Jesse-Rose. Pourquoi le dire tout cours ? Alors que ce la ne pourrait que nuire à sa mission. Harry n'en savait rien. Et à vrai dire, il ne s'était pas posé la question longtemps, avant d'en demander plus. Lui, il voulait aider son amie. Et ce qu'il voulait par dessus tout, c'est qu'elle ne rejoigne pas les rang de Voldemort. Surtout pas ! C'était Jessie, après tout. Ça ne s'expliquait pas. Harry ne l'expliquait pas. Mais il s'était juré de mener sa mission à bien. Et il le ferait !

Lorsque Jesse-Rose lui affirma qu'elle ne se souciait pas le moins du monde des rumeurs pouvant courir à son sujet, il n'en fut pas étonner. Elle avait toujours été comme-ça, de ce qu'il en savait. Elle se moquait bien de ce que pouvait penser les gens. Du moment qu'elle ne décevait pas les gens qu'elle aimait. Et encore, Harry n'était même pas sur qu'elle s'en préoccupait réellement. Elle était elle-même. Se fichant des préjugés, des règles et des lignes de conduites près établie. Le simple fait qu'elle discute avec lui aujourd'hui en était la preuve.
Puis, elle se mit à rire, plongeant tête la première dans son délire à lui. Et il trouva ça amusant ! Il aurait bien continué à son tour. Mais elle en avait décidé autrement. Apparemment, elle n'évait pas envie de parler d'elle aujourd'hui. Mais bien de lui. Et sérieusement, qui plus est.


« Allez plus sérieusement dis moi comment tu vas ? Ça fait un bail qu'on s'est pas vu. Si tu me dis comme tu vas franchement tu auras le droit de me poser deux questions ok ? »

Ok … Là, ça devenait intéressant ! Parce que des question à lui pose, il en avait tellement. Du style pourquoi elle pleurait ? Qu'avait-elle l'intention de faire vis-à-vis de l'ultimatum de son père ? Qui était au courant ? Pourquoi Sullivan était sa meilleure amie ? Enfin, pourquoi elle quoi ?! Sullivan, franchement ! Pourquoi être venu avec Alex' à la soirée ? Et pourquoi il sortait avec Sullivan, d'ailleurs ? Elle devait bien le savoir, nan ? Et c'était quoi cette histoire de baiser avec Kingfell ? Et Malefoy, elle l'aimait bien comment ? Genre, une simple connaissance, ou genre, c'était un ami proche ? Pourquoi elle ne l'avait pas envoyé boulet, la première fois qu'ils s'étaient parlés ? Il l'avait pourtant attaqué, même si c'était plus dans le but de la complimenter qu'autre chose. Après tout, il s'y prenait souvent mal, ça ne l'aurait pas étonné qu'elle ne saisisse pas la subtilité. Parce qu'avec lui, ce n'était pas toujours simple à deviner ! Le problème, c'est qu'il y avait trop de question. Et il ne pourrait en poser que deux. Certaines ne valaient pas le coup d'user cette opportunité, d'autres étaient trop délicates à poser. Ça allait être difficile, cette affaire !

« Oula ! Tu te rends compte de ce que tu viens de me proposer, j'espère ? J'ai des milliers de questions qui me sont venus en même temps. Je sais même pas lesquelles te poser ! »

Il lui sourit franchement avant de reporter son regard face à lui. Il faisait sombre et la brume n'arrangeait rien. Mais au moins, ils étaient à l'abri des regards. Il shoota dans un caillou.

Cependant, avant de poser ses questions, c'était à lui de se confier. Elle voulait qu'il lui dise sincèrement ce qu'il ressentait. Elle voulait qu'il soit honnête. Et soudain, il ne su pas quoi lui dire. Devait-il lui dire qu'il avait été jaloux à en crever, lorsqu'il avait vu Ginny arriver ? Dans sa robe, rayonnante et séduisante. Devait-il lui dire qu'il avait envie d'étrangler Simmons à chaque fois qu'il l'apercevait ? Tant il l'enviait et tant il avait envie d'être à sa place. Devait-il parler de ses parents, pour qui ils s'inquiétaient beaucoup ? De sa mère qui devait mourir d'inquiétude pour ses enfants. Et qui devait avoir envie de faire des folies pour faire bouger les choses. De son père qui risquait très certainement sa vie en pourchassant mangemort et anarchistes. Que se soit pour le compte de l'ordre, ou pour le ministère. Avait-il raison de penser à lui révéler ses inquiétudes pour elle ? Pouvait-il seulement lui dire à quel point il s'était senti concerner en la trouvant dans le hall, les joues ruisselante de larmes ? A quel point cela l'avait troublé. Et combien son cœur s'était serré. Devait-il lui dire ce qu'il savait d'elle ? Devait-il lui dire combien il était fatigué, parfois ? Fatigué de ce Huis-Clos. Fatigué de surveiller ses sœur, afin de les protéger comme son père le lui avait demandé. Pouvait-il dire combien il avait peur de ne pas être à la hauteur de ce qu'on attendait de lui ? Et combien tout ça était surréaliste ? Cette situation, avec les élèves à l'intérieur, les adultes dehors. Des élèves livrés à eux-même à l'intérieur, à même pas 12 ans pour certains. Des mangemorts assoiffés de sang, dehors. Des anarchistes y mettant leur grain de sel. Comme-ci tout n'était pas déjà assez compliqué … Et encore, il n'a pas encore été confronté à une Accromentule !
Oui, Harry ressentait tout ça. Et il ne savait pas comment l'exprimer. Il ne savait pas ce qu'il en pensait vraiment. Il ne savait pas trop quoi dire …


« Je t'avouerais que j'aurais, sans doute des tonnes de choses à dire. Je voudrais te dire que ça va parfaitement. Que je me débrouille comme je peux. Comme nous tous ici … Mais c'est plus compliqué que ça, pas vrai ? »

Il poussa alors un soupir, à peine perceptible. Mais peut-être l'avait-elle entendu ? Il ne savait pas par quoi commencer. La conversation prenait soudain un tournant beaucoup plus sérieux. Et dans ce genre de cas, Harry a toujours l'impression de marcher sur des œufs. Mais c'était Jessie, il pouvait bien lui parler, à elle.

« Depuis le Huis-Clos, je m'inquiète pour pas mal de chose. Depuis Noël déjà, j'angoisse sans arrêt pour la sécurité de mes parents. Mon père est Auror et ma mère est du genre tête brûlé. En même temps, on est tous un peu comme ça dans la famille. Je sais qu'ils se débrouillent très bien. Mais ils sont potentiellement en danger, c'est obligé. Comme nous tous. Depuis qu'on est enfermé ici, c'est pire que tout. Je n'ai aucune nouvelle. Il pourrait être arrivé quelque chose que je ne le saurais même pas ! Et ca ne m'étonnerais pas qu'ils fassent tout pour nous sortir de là. Même si, à mon avis, c'est peine perdu. Ce Hellson est beaucoup plus puissant que je ne le pensais au départ. Il devient presque aussi dangereux que Voldemort ! »


Certains seraient choqués qu'il est osé prononcé ce nom. Mais Harry a toujours été téméraire. Pas superstitieux pour deux mornilles. Et son père lui a toujours dit que la peur d'un nom, ne fait qu'accroitre la peur de la chose elle-même.
Il n'avait pas précisé que ses parents faisaient partie de l'Ordre. Il faisait confiance à son amie, mais ce genre de chose devait rester inconnu. Sinon, ça n'était plus une organisation secrète !


« Ici non plus, on est pas en sécurité. Enfin si, on l'est certainement plus que n'importe qui. Personne ne peut nous atteindre. Mais … Je pense surtout au plus jeune. Je connais plus d'un première année à qui il a bien failli arriver quelque chose ces derniers temps. Il faut tout gérer, et si ça continu, on va s'entre-tuer. C'est nous le danger. J'avoue y être aussi pour quelque chose, mais certains ne pensent même pas au plus jeunes ! J'aurais bien aimé les voir à 11 ans dans cette situation. Ils auraient moins ris ... Si seulement cet Hellson se montrait ! Je lui dirais bien le fond de ma pensée !»

Il se tut un moment. Ne sachant pas si il devait continuer. Il n'allait pas lui raconter sa vie, non plus. Et puis, ça allait l'ennuyer, la pauvre. Enfin, c'était le deal, à la base

« Alors, tu ne t'es pas encore endormi devant mon récit mélodramatique sur ma petite vie insignifiante ? »

Allez, re-détendons l'atmosphère, ça fera pas de mal ! C'est qu'il avait l'impression de dire n'importe quoi, en plus. Il n'avait pas vraiment l'habitude de révéler ainsi son ressentit. D'habitude, il gardait ça pour lui ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juin - 12:06
    « Parce que je suis sûr que tu as des choses plus joyeuse à dire que moi. »

    Non Jessie ne comptait pas ouvrir la marche, pour la simple et bonne raison qu'elle ne voulait pas parler de ses problèmes. Parler de ses problèmes à voix haute c'est admettre qu'il y en à donc qu'elle allait devoir les régler et que la suite des événements n'allait pas lui plaire. Harry n'était pas n'importe qui, Jessie n'ayant jamais fait vraiment la guerre des maisons venant d'une galaxie lointaine, très lointaine se moquait qu'il soit un Griffondor. Cela faisait du bien à la verte et argent de se retrouver en tête à tête avec un ami. Oui Harry était un de ses amis et si ses autres amis ne le détestait pas autant : elle serait fière de dire qu'elle aime lui parler, qu'elle à confiance en lui. Après tout Kaysa était adorable, une animagus, la seule élève avec Alice qui sait qu'elle peut se changer en fouine quand c'est nécessaire. Harry serait-il un jour dans la confidence ? Peut-être après tout. Un bon nombres de rumeurs courraient sur elle : certains étaient vraies, d'autres non. L'avantage des rumeurs est qu'on ne sait jamais si elles sont fondées. On va dire que pour l'instant s'était le cadet de ses soucis, Gossip Feather se jetait sur les nouvelles comme la peste sur les miséreux parce qu'il ou elle n'a rien à se mettre sous la dent. De plus cela l'aurait touché si elle venait de cette école, mais elle était arrivée en début d'année donc ce que pouvait penser ceux qui n'étaient pas dans son cercle d'amis lui passait bien au dessus.
    Jesse n'hésita pas à rentrer dans son délire, tant qu'à faire, autant commencer la discussion sur une touche d'humour non ? La blonde savait qu'en lançant un deal à Harry, un deal aussi alléchant et réglo : ce dernier allait accepter et donc allait parler de lui. Cela lui permettait de repousser l'échéance des questions. Elle détestait les questions et préférait largement les posés mais elle était joueuse. Jesse haussa les épaules et se mit à rire, elle avait raison : Harry avait mille et une questions en tête. Quoi de plus normal après tout peu de personnes peuvent prétendre la connaître. Elle vit le Griffondor taper dans un caillou, Jesse hocha positivement de la tête :

    « Bien sûr que c'est plus dur que ça : c'est la vie Harry. On à jamais dit que s'était facile. »

    Il soupira, après tout le silence était de maître étant donné qu'il faisait nuit et qu'ils étaient seuls. Il n'y avait qu'eux pour être aussi fou pour sortir alors qu'il faisait un froid de canard. Jesse ne l'avait pas quitté des yeux, elle était pendue à ses lèvres parce que ce qu'il disait l'intéressait vraiment. Harry aimait sa famille, sa famille l'aimait, les Potter sont soudés entre eux. La serpentard regarda Harry et lui demanda :

    « Que te dis ton cœur par rapport à tes parents ? Les enfants savent ce genre de chose au fond d'eux. Ta famille est soudée, ça crève les yeux : ce lien ne doit pas être dur à trouver dans ton cœur. »

    Jesse esquissa un sourire même si Harry ne pouvait pas le voir. Sa famille n'était pas comme ça : loin de là. Son père ne pensait qu'à une chose depuis qu'il avait comprit que ça ne serait pas un garçon : rentabiliser son investissement. Son but ? La marié à un mangemort haut placé pour avoir les faveurs du Lord. Harry reprit son discours, Jessie croisa ses bras

    « Je pense que Hellson sait que nous pensons tous ce lui. C'est pour ça qu'il faut qu'on soit soudé, faut arrêter la guéguerre entre les maisons ça ne sert à rien. Il faut apprendre aux premières années à se battre tout comme aux deuxième. Sincèrement je pense qu'Hellson voulait qu'on se reunisse, qu'on devienne solidaire : au lieu de ça on se tire dans les pattes et c'est chacun pour sa gueule. Pour tout te dire. Je regrette parfois sincèrement d'être venue dans cette école. Vraiment. »

    Jesse rigola et attrapa sa main pour qu'il prenne place à côté d'elle.

    « Bien sûr que non, j'aime les récits mélodramatiques, ma vie est plus insignifiante que la tienne crois-moi. Toi au moins ta famille serait triste de perdre mais parce qu'il t'aime : moi ils seraient triste parce que je suis la seule descendante. »

    Jesse soupira, s'était sortie tout seul. Pourquoi elle lui avait dit ça ? Peut-être parce qu'elle en avait marre, elle avait envie de partir loin d'ici. Pourquoi pas mourir...

    « Bon allez pose moi des questions, je t'écoute. »


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 6 Juin - 13:57
Invité
Si elle attendait qu'il raconte des choses joyeuses, elle était servi. Il n'avait fait que se plaindre !
Mais elle l'avait écouté attentivement. Elle ne s'était pas moqué de son quart d'heure mélodrame. Au contraire, elle le conseillait. Elle le soutenait. C'était vraiment une amie formidable.

Lorsqu'elle lui prit la main, Harry ne s'en étonna pas. A vrai dire, il ne se fit même aucun réflexion. Se contentant de se mettre à ses côtés, comme elle semblait le vouloir. Il avait froid, dans sa chemise rouge. Il n'osait même pas s'imaginer à quel point son amie devait être transit dans sa robe. Aussi, il se rapprocha d'elle, afin de se réchauffer. Lui comme elle. Il alla même jusqu'à passer un bras autour de ses épaules. Peut-être aurait-il du amener sa cape. Pourquoi ne pensait-il jamais à ce genre de chose ? Elle allait attraper la mort comme ça ! Puis, il eut une lumière, sortit sa baguette et appela sa cape d'un accio informulé avant de la ranger. Il n'y avait plus qu'à attendre.

Jesse-Rose lui accorda alors deux questions. Comme c'était prévu. Mais Harry garda le silence. Ils continuèrent leur chemin. Il réfléchissait à ce qu'elle lui avait dit.
Elle avait bien vu à quel point il s'inquiétait pour ses parents. Et sa réponse avait étonné le Gryffondor qui n'avait jamais pensé qu'il puisse savoir, au plus profond de lui, ce que devenait ses parents. Oui, elle avait raison. Ils étaient proches. Très proches. Ils s'aimaient et leur famille était soudé. Malgré les disputes entre Kay' et leur mère. Les tensions entre James et Cassy. Et les disputes sans importance entre frères et sœurs. Ils étaient une famille et rien ne pouvaient les faire douter des sentiments des uns envers les autres.
Alors Harry réfléchit. Il pensa à son père. A sa volonté de bien faire, à son amour pour sa femme et ses enfants et à sa détermination de leur donner un monde meilleur. Puis, il pensa à sa mère. A sa douceur, à son amour pour ses enfants et son mari et à son côté tête brûlée mais aussi à son sang froid en toute situation. Alors, il lui dit:


« Tu as raison … Au fond de moi, je sais qu'ils vont bien. Même si ça relève plus de la réflexion que d'une quelconque clairvoyance dans mon cœur, à vrai dire ! » rit-il.

Ce qui le surprit d'autant plus, c'est la facilité qu'avait son amie à le comprendre. Sa facilité à trouver les mots pour l'apaiser. Parce qu'Harry se sentait réellement mieux. Discuter de tout ça lui était bénéfique. Il n'avait pas l'habitude de se confier. Parfois à Ron et Hermione, bien sur. Mais étant quelqu'un de plutôt pudique aux niveaux de ses sentiments, il mettait très peu de mots sur ses émotions. Et il s'aperçut que cela faisait beaucoup de bien. Il avait toujours trouvé qu'il lui était plus facile de faire semblant. De sourire et de planquer ses émotions, ses peurs et ses regrets dans un coin de son esprit. Et de laisser ça là, sans s'en occuper. Cette discution avait ramené tout au premier plan. Et il se rendait compte que ce n'était peut-être pas plus mal. Il faisait beaucoup de progrès ses derniers temps.

Puis, il repensa à ce qu'elle lui avait dit sur Hellson. Il ne fut pas étonner qu'elle lui tienne ce discourt. Elle n'avait jamais eu aucune préjugés sur les maisons. Elle était arrivé beaucoup trop tard. Alors que tous ceux de leur année s'était déjà forgé un avis sur chacun. Elle ne pouvait pas comprendre réellement pourquoi un tel et un tel se détestait. Et un tel ou un tel s'aimait. Pourquoi Gryffondor contre Serpentard. Pourquoi Poufsouffle était dénigré et Serdaigle critiqué. Tout ça, ça remontait déjà aux anciennes générations. Mais elle trouvait ça bête et en un sens, elle n'avait pas tord. Mais il ne préféra rien dire. Que pouvait-il défendre, de toute façon ? Il avait ses préjugés, il les savait faux par moment. Ou était certains d'avoir raison parfois. Ce sujet n'était pas des plus abordables. Et il n'avait aucune envie d'un débat, ce soir. Surtout sur ça.

C'est ce moment que choisit la cape pour débouler. Il l'entendit fendre l'air derrière lui, faisant parvenir un sifflement caractéristique à ses oreilles. Il l'attrapa au vol et la posa sur les épaules de la Serpentard:


« Tadam ! Et voilà, Mademoiselle ! C'est mieux comme ça, non ? »

Puis, il se frotta les bras et souffla sur ses mains afin de se réchauffer. De la buée sortait de leur bouche. Il faisait vraiment frais. En même temps, il se faisait tard aussi ...

« Alors, j'ai le droit de poser mes questions, apparemment ? » dit-il avec un sourire taquin, « Tu te rends compte que tu ouvres la porte à tout là, j'espère ! »

Il essayait de la taquiner. Or, il ne savait toujours pas lesquelles il allait poser, de questions. Quoique … En y réfléchissant, il pensait connaître la raison de ses pleurs. Avec ce qu'il savait de sa situation, ce n'était pas difficile de deviner ce qu'elle pouvait ressentir. Bien sur, il n'en était pas certain. Mais cela s'expliquerait. Et puis, lui poser la question, comme ça, de but en blanc n'était pas des plus subtil. Il n'était certes pas réputé pour cette partie de sa personnalité. Mais il n'était pas non plus un goujat. Enfin, jamais consciemment, tout du moins ...
En faite, une question le turlupinait depuis un petit moment. Il se la posait souvent. Au détour d'un couloir, ou d'une conversation. Il la repoussait toujours. N'ayant aucune réponse et honnêtement, n'ayant pas toujours envie de la connaître. Mais elle était là. Il faisait semblant de la repousser. Mais s'il était honnête avec lui-même, il devait bien s'avouer qu'il lui importait d'éclaircir ce point. Seulement, poser cette question le gênait. Elle lui donnait l'impression d'être indiscret. En faite, il aurait l'impression de lui demander de rendre des comptes. C'est-à-dire que lui demander qu'est-ce qu'il en était de sa relation avec Malefoy n'était pas vraiment censé le concerner. Sauf qu'il détestait Malefoy et qu'elle avait l'air de plutôt l'apprécier. Ça se voyait parce qu'elle le côtoyait. Et étonnamment, son ennemi jurait semblait apprécier Jesse-Rose, également. Or, Harry avait en tête un Serpentard sans cœur, réellement attaché à personne et ne pensant qu'à sa petite personne. Et si cette image se révélait vraie, Jesse-Rose ne semblait pas en avoir conscience.

« J'en ai une. Tu vas me dire, j'aurais pu poser des centaines d'autres questions. Des beaucoup plus intéressante. Tu n'auras peut-être pas tord. Mais, celle-ci m'intéresse. Je réserve l'autre pour la suite. Et si ça te gène d'y répondre, tu auras même le droit de m'en poser une à ton tour. D'accord ? »

Il lui jeta un regard, afin de s'assurer que le marché tenait. Ça en avait plutôt l'air, apparemment.

« Tu l'aimes bien Malefoy. Pas vrai ? »

Ok, comme prévu, poser cette question le gênait tout autant qu'il se l'était imaginer. De toute façon s'était trop tard, c'était dit !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Juin - 12:24
    Jesse avait attrapé sa main parce qu'elle savait qu'il était plus facile de parler en se sentant soutenue. C'était le cas pour elle et notre Serpentard avait remarqué qu'elle n'était pas la seule. Avoir de l'empathie pour la nature humaine alors que personne dans sa famille ne lui à apprit tient du miracle. Si à Durmstrang elle pouvait être cruelle, sadique, ici tout avait changé. Elle avait découvert une facette de sa personnalité encore insoupçonné. Lorsque Harry passa son bras pour la tenir par mes épaules, elle se colla à lui. Il fit venir sa cape, elle sourit :

    « J'ai l'habitude du froid ne t'en fais, n'oublie pas que je viens du Nord. »

    Jesse-Rose roulait ses ''r'' pour appuyer ses dires. Le froid la faisait sentir vivante : chose que peut de personnes comprenaient. Beaucoup aimait la chaleur mais peu le froid. Elle tentait d'aider au mieux Harry mais elle ne pouvait pas se mettre à sa place. S'inquiéter pour sa famille était impossible pour elle, leur disparition signerait sa liberté. C'était dur à dire, à penser mais s'était la vérité. Harry se mit à rire, elle rigola avec lui :

    « Ne te moque pas ! C'est une science qui marche ! »

    Elle lui donna une tape sur l'épaule en signe de représailles pour s'être moqué d'elle. Son avis sur les maisons, sur cette guéguerre puérile qu'elle ne comprenait pas et qu'elle ne comprendrait jamais. Les vielles rancunes sont les plus tenaces et plus infâme à ses yeux. Mais elle ne ferait rien pour les enlever, pour les changer : ce n'était pas son école de cœur après tout. Harry ne répondit pas, mais mit gentiment sa cape sur ses épaules.

    « Le froid m’indiffère, il me fait sentir vivante mon cher mais merci tout de même. »

    Elle plaça ben la cape sur ses épaules et la sentie par la même occasion : la cape sentait l'odeur de son maître ce qu'il l'a fit sourire. Harry ne perdit pas le Nord et remit les questions que le tapis : Jesse n'en attendait pas moins de lui.

    « Oh oui je le sais très bien, mais c'est le jeu et je me plie au règle. Je n'ai qu'une parole alors vas-y fais toi plaisir. »

    Jesse s'attendait au pire et commença à imaginer tout un tas de scénario. Elle s'arrêta et fronça les sourcils : s'attendant vraiment au pire. Savait-il pour sa forme anigamus ? Pour sa famille ? Son destin ? Savait-il quelque chose de son passé à Durmstrang. Jesse pinça ses lèvres et attendit qu'il pose la question. Elle fût soulagée d'entendre que s'était vis à vis de Drago. Elle se mit à sourire et reprit la marche en répondant :

    « Bien sûr que je l'aime bien, nous avons le même destin lui et moi. Il serait idiot de détester une personne comme moi : cela reviendrait à me détester moi-même. Ce qu'il y à entre lui et moi je ne saurais l'expliquer, dans tout les cas nous serons un jour amené à travailler ensemble si les desseins de mon père se réalise. Peut-être qu'un jour on sera même marié. »

    Elle se mit à rire à cette idée, Drago et elle mariés ? Une grosse blague.

    « Nous avons au fond le même caractère même si cela ne se voit pas. »

    Jesse va se retourner pour regarder Harry :

    « La deuxième question ? »


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 12 Juin - 20:13
Invité
Spoiler:
 

Elle avait beau dire qu'il pouvait poser ce qu'il voulait, elle avait quand même l'air d'appréhender. Normal, quand on a des secrets comme les siens. Malheureusement pour elle, il en connaissait une bonne partie. Du moins, il pensait en connaître le principal. Mais peut-être avait-il tord ? Puis, il avait décidé de parler de Malefoy. Laissant les sujets qui fâche pour la suite.

Même si il s'attendait à une approbation de Jesse, il ne s'attendait certainement pas à toutes ses révélations qui le laissèrent sans voix. Mariée ? Avec Drago Malefoy ? Elle ? Nan ! N'importe quoi ! C'était impossible, enfin. Qu'elle l'aime bien, d'accord. Même si c'était déjà limite inconcevable pour lui. Mais se marier avec ! Était-elle en train de lui dire qu'elle l'aimait ? Non. Elle énonçait seulement une hypothèse de mariage arrangé par leur famille respective. Mauvais plan, tout ça. Ça ne lui plaisait pas du tout. Comment sa Jesse-Rose pourrait être heureuse avec un type pareil. Égoïste, lâche et prétentieux. Voilà tout ce qu'il était ! Non, en faite, il n'arrivait même pas à comprendre qu'elle l'apprécie. Ce qui le rassura, c'est qu'elle rigola en énonçant cette possibilité. Comme-ci c'était risible. Et soyons honnête, ça l'était, pas vrai ?
Mais Harry lui, n'avait pas rit. Cette idée l'interloquait, l'effrayait et le dégoutait à la fois. Bref, un cocktail de sentiments tous aussi désagréable l'un que l'autre. Même s'il s'en doutait, il n'aimait pas l'idée que Jesse-Rose et Malefoy soit si proche. Elle disait même lui ressembler. Plaisantait-elle, encore ? Parce que ça non plus, ce n'était pas drôle. Il ignora sa demande concernant la deuxième question et embraya sur ce sujet:


« Je ne pense pas que vous vous ressemblez. Je sais d'avance que tu vas trouver ça stupide, mais … je ne comprends pas que tu puisses l'apprécier ne serait-ce qu'un peu. Personnellement, je n'arrive pas à ressentir la moindre sympathie pour Malefoy. C'est juste … Je sais pas. Il me donne des envies de meurtres ! Et, sans vouloir me venter, je crois que je provoque les mêmes sentiments chez lui. Ça devait être écrit quelque part. Mais dire que tu lui ressembles ... Ah ca non ! Je t'apprécie autant que je le déteste. Alors crois-moi que ça, c'est impossible. Parce que, comme tu le disais si bien de ton côté, si je le déteste et que tu lui ressembles, alors, ça voudrait dire que je devrais te détester aussi. Or, c'est loin d'être la cas ! »
, il était très sérieux en disant ça, « J'espère au moins qu'il n'est pas aussi con avec toi qu'il peut l'être en ma présence ou celle de n'importe quel Gryffondor » grommela-t-il de mauvaise foi.

Bon, d'accord. C'est vrai qu'il ne précisait pas qu'il était exactement pareil en la présence de Malefoy, ou en celle de n'importe quel Serpentard (hormis Jesse-Rose). Mais ce n'était qu'un petit détail, pas vrai ?
Il avait encore du mal à se faire à l'idée d'une amitié entre Jesse et son pire ennemi. En même temps, il fallait s'y attendre. Jesse-Rose restait une Serpentard, malgré tout. Elle était en septième année et elle le côtoyait donc sans cesse. Elle ne pouvait que développer des liens. Par ailleurs, il avait la sensation que c'était plus qu'une simple camaraderie. C'est-à-dire qu'elle avait une façon de parler de lui qui n'était pas des plus banales. Elle parlait de lien. De destin. D'avenir. Comme-ci elle était liée à lui, d'une quelconque manière. Et puis, elle-même ne savait pas comment décrire leur relation. Harry n'aimait décidément pas ça. Pas du tout, même. Elle méritait mieux. Elle méritait quelqu'un de bien. Quelqu'un qui ne soit pas vouer à devenir un mangemort en puissance.

Ce qui fit revenir ses pensées sur la deuxième question. Car il savait parfaitement de quoi il voulait parler à présent. Et il hésitait à la poser. C'est-à-dire qu'il n'était pas censé en parler. Et il n'était pas, non plus, censé être au courant. Et ça n'allait pas lui plaire. Il en était certain ! Mais c'était trop dur de faire semblant de ne rien savoir. Alors que l'avenir de son amie était en jeu. Alors qu'il savait tout ce qu'elle risquait. Et le fait qu'elle semblait résigner à cette avenir dont elle ne voulait pas l'inquiétait.
Il laissa le silence s'étirer, en continuant d'avancer. Ils étaient maintenant presque arriver près du lac. Non loin du Saule Cogneur qui semblait endormi à cette heure tardive. Tout était calme, mais la suite de la conversation promettait d'être houleuse. En tout cas, c'est ce à quoi Harry s'attendait. Puis, il finit par ouvrir la bouche.


« Je vais te poser la deuxième question. Mais je ne te garantie pas que ce que je vais te demander va te plaire. Je pense même que ça va te contrarier ... », il lui jeta un bref regard en se mordant inconsciemment la lèvre d'appréhension, « Tu as une idée de ce que tu vas décider vis-à-vis de l'ultimatum de ton père ? Je sais que le sortilège Doloris à de quoi faire pencher la balance en sa faveur. Mais je n'aimerais pas que tu prennes ce que je pense être la mauvaise décision ... »

Il la regardait bien en face, à présent. Les yeux plantés dans les siens, essayant de déchiffrer son expression. Il se demandait si elle était surprise. Ou si au contraire, elle était en colère après lui. C'est vrai qu'il lui imposait un peu un choix par avance, même s'il n'avait pas vraiment conscience de ce qu'il lui demandait. Il espérait en tout cas qu'elle ne lui en veuille pas de lui parler de ça. Il cherchait seulement à l'aider. Et il n'y arriverait pas en faisant semblant ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Juin - 0:21
    Jesse-Rose savait qu'Harry allait être surpris de toute ces confessions : qui ne le serait pas. Après tout Malefoy et elle n'étaient jamais collés l'un à l'autre et rien ne pouvait prédire l'affection qu'elle lui portait. D'un autre côté elle n'aimait pas que tout le monde soit au courant de ses sentiments : à vrai dire qui le serait. Mais pour notre Jessie s'était quelque chose de vitale, le dire à Harry n'avait pas été dur parce qu'il était un ami de confiance. Le seul hic ? Drago et lui se déteste et bien comme il faut, cela ne devait pas être facile pour le Griffondor d'entendre que son amie éprouvait quelque chose pour son ennemi des premières heures. Pourtant la probabilité d'être marié à lui était assez élevé : n'étant pas un homme et la société des mangemorts étant archaïque elle n'aurait certainement pas l'honneur, la joie de choisir son mari. En y réfléchissant Drago pourrait être le moins pire que tous même si Zabini était physiquement tout à fait à son goût. Aleksei ne pourrait jamais être son mari : son père ne l'aimait pas vraiment même si sa mère en étant complètement « amoureuse. » La blonde écouta attentivement ce qu'avait à lui dire Harry, il était sérieux, trop sérieux au goût de Jesse qui soupira :

    « Drago et toi vous ne vous entendez pas certes mais quoique tu puisses dire au niveau du destin nous partageons le même chemin. C'est le cas de tout les enfants de mangemorts crois-moi Harry. Si on ne se ressemble pas du tout au niveau du caractère, je continuerai à le voir en dehors de Poudlard après nos études et je sais très bien qu'il me sera impossible de te voir... Une fois sortie de l'enceinte nous ne pourrons plus nous voir mais ça tu devais t'en douter n'est-ce pas ? Jamais mon père n'accepterai que je te vois et encore moins mon Harry si c'est un fidèle. »

    Jesse va esquisser un sourire :

    « Drago est toujours égal à lui même mais avec moi il montre une autre facette enfin j'essaye d'enlever cette carapace petit à petit. Tu sais ce n'est pas facile pour nous d'avoir une vie normale alors qu'on à une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes même si tous les parents des enfants mangemorts ne sont pas tous de fidèles serviteurs prêt à se sacrifier ou à sacrifier leurs enfants pour leur réussite sociale. Surtout une fille. »

    Jesse espérait qu'il change de sujet, qu'il lui posa cette deuxième question pour que cela soit régler et qu'ils arrêtent de parler d'elle. La Serpentard détestait ça et se sentait déjà mal à l'aise, trop parlé insupportait vraiment au plus haut point la blondinette mais elle avait promit à Harry qu'il avait le droit à deux questions. Elle fronça les sourcils fassent aux avertissements de son ami quant à cette fameuse deuxième question, lorsqu'elle vit qu'il se mordait la lèvre elle comprit qu'elle devait s'attendre au pire. Puis le coup tomba, elle s'arrêta et son regard s'assombrissait à vu d'oeil, d'une voix grave, terne elle répondit :

    « Qui t'as parlé de ça ? »

    Jesse serra les dents et retroussa son nez ce qui n'était pas de bonne augure, elle le menace du doigt avant de s'approcher de lui :

    « Je ne parlerai certainement pas de mon avenir avec toi, cela ne te regarde pas, cela ne regarde personne à part moi. Je me doute de l'identité de ton informateur et en aucun cas il aurait dût te le dire. Écoute moi attentivement Harry : quoiqu'il arrive tu ne pourras rien faire. Ce qui doit arriver arrivera quand bien même tu n'en as pas envie. Tu n'as pas à savoir ma décision, il vaut mieux pour toi que tu ne la sache pas et qu'après Poudlard tu ne cherches pas à me retrouver. Maintenant tu vas me re poser une question et le sujet est clos. »

    Elle n'avait pas réussit à avoir un ton qui se voulait doux et agréable. La sorcière ne voulait pas qu'Harry soit au courant de son avenir car elle savait que les Potter était entêtée et qu'elle avait déjà sa sœur sur le dos. Personne ne pouvait l'aider, s'était un combat qu'elle menait seule. Jesse-Rose contourna Harry pour de nouveau reprendre la marche et se diriger vers le Lac sans l'attendre. Elle avait de nouveau les larmes aux yeux :

    « Bien joué Harry ! » Murmura-t-elle.


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 19 Juin - 22:30
Invité
« Même si je te le disais, tu ne me croirais pas » avait-il répondu lorsqu'elle l'avait sèchement interrogé sur son informateur.

Harry s'attendait à ce que cela ne lui plaise pas. Aussi ne fut-il pas étonné de la voir lui intimer l'ordre de se mêler de ses affaires. Charmant ! Et avec le ton, l'expression et même l'index menaçant. Ce n'était pas étonnant, mais ça n'en était pas moins désagréable. Il devait s'avouer qu'elle le vexait. Et puis, il voulait juste la protéger. L'aider. Mais apparemment, elle n'avait pas besoin de lui. Cela ne le regardait pas, vraiment ? Alors pourquoi un mec était-il venu lui donner la mission de l'empêcher de faire une énorme connerie ? Comme devenir un serviteur de Voldemort, pas exemple. Mais bon, il fallait croire qu'il était le seul à se soucier de ce détail. C'est dommage, car il était aussi un des seuls à être au courant !
Alors comme ça, il allait devoir faire comme-ci il ne savait rien ? Et la regarder faire son choix. Sans essayer de lui montrer qu'elle n'était pas obligé de le faire ? Parce qu'il savait déjà ce qu'elle ferait. Si elle avait peur, comme il le croyait, alors, elle choisirait leur camp. Elle n'avait pas le choix. Enfin, c'était du moins ce qu'elle pensait. C'était comme ça que ça devait se passer ? Non ! Certainement pas !

Ce qui acheva de le contrarier, ce fut ses dernières paroles. Apparemment, il ne devait même pas connaître son choix. Ah oui ? Comme ça, du jour au lendemain, on fait comme-ci l'autre n'existait plus ! De mieux en mieux …

Puis, elle termina sur l'ordre de changer de sujet en posant une autre question. Elle ne voulait plus en parler. Et lui, il pouvait toujours aller se brosser pour défendre son avis, c'est ça ?
Lorsqu'elle lui tourna le dos et s'éloigna, la colère montait en lui. Et il était persuadé que c'était la même chose pour elle. Il était loin de se douter qu'après son éclat, Jesse-Rose avait de nouveau les larmes aux yeux. Tout ce dont à quoi il pensait à ce moment, c'est à sa contrariété et à sa révolte.
Voilà ou ça menait d'entamer de tel sujet. De faire de telle révélations. Il aurait mieux fais de se taire ! Il n'avait pas voulu ça, mais il ne pensait pas une seconde qu'elle lui sortirait de tels arguments. Le silence s'étira cependant qu'elle s'éloignait dans la nuit.


« Alors c'est comme ça ? J'ai que ma gueule à fermer et c'est tout ?! » cracha-t-il soudainement, « De toute façon, ton choix est déjà fais, c'est ça ?! C'est tellement plus facile de faire l'autruche ! On va faire comme-ci on ne s'était jamais adressé la parole. On fera comme-ci on avait jamais passé toutes ces soirées ensembles. Comme-ci cette conversation n'existait pas. Comme-ci nous n'avons jamais été plus que deux camarades de classes ! Puis, tu vas devenir une mangemorte parce que ton père l'a décidé ainsi. Tu tueras des gens. Tu lècheras les bottes de Voldemort. Peut-être même que tu vas te marier avec Malefoy, aussi ! Et vous ferez plein de petits bébés blonds ! Et voilà ! La vie est parfaite ! »

L'ironie suintait dans chacun de ses mots. Et la colère se sentait dans l'intonation de sa voix. Non, il n'était pas d'accord. Elle n'avait pas le droit de faire ça. Elle n'avait pas le droit d'effacer leur complicité de cette façon. Elle n'avait pas le droit de décider, du jour au lendemain, que c'était ainsi et qu'il n'avait qu'à abdiquer. Elle le connaissait bien mal, on dirait. Il lui en voulait. Il avait l'impression étrange qu'elle le trahissait. Qu'elle les trahissait tous les deux. Il ne comprenait pas pourquoi il ressentait ça, mais c'était le cas.
Il n'avait pas bougé. Parlant assez fort pour qu'elle l'entende. Il n'avait pas encore fais attention à son expression. Trop occupé à déballer sa colère.


« De toute façon, tu pourras bien dire ce que tu veux, ça ne m'empêcheras pas de suivre ça de très près. Quelqu'un m'a confié la rôle de veiller sur toi. Et d'essayer de te protéger au maximum. Et c'est bien mal me connaître de croire que je vais laisser tomber juste parce que tu me l'as ordonné ! Même si tu dois me détester pour ça » déclara-t-il finalement, « Je préfère encore ça que de te voir un jour au pied d'un taré comme Voldemort. Plutôt mourir ! »

Le souffle court, le visage rouge de s'être énervé, il attendait une réaction. En s'en disant que de toute façon, comme il l'avait si bien dit, cette dernière ne changerait rien. Dans tous les cas, sa décision était prise. Il irait jusqu'au bout !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Juin - 18:10
    Bien pur que Jesse savait qui avait informer Harry. Cela ne pouvait pas être Alice ou bien Aaron puisqu'elle n'avait jamais vu Harry leur parler. La seule personne qui le savait et qui aurait pût dire toute la vérité à Harry est Aleksei. Ce traître ! Jesse comptait bien lui faire payer : s'était un secret. Personne ne devait savoir qu'elle était pieds et poings liés à son père, que ce dernier était prêt à tout pour l'avoir à ses côtés et ce même s'il faut la faire souffrir. Le pauvre Harry allait devoir être une sorte de cobaye en attendant. Oui parce que cela ne le regardait définitivement pas. S'était ses oignons pas ceux des autres, elle avait toujours apprit à se débrouiller toute seule et ce n'était certainement pas à cause d'un Griffondor, d'un garçon qu'elle allait changer. Non elle resterait la même parce qu'elle estimait qu'elle devait rester entière, ce n'était pas le moment de faiblir : surtout pas puisqu'elle devait prendre une décision très importante. Jessie n'avait pas d'autres solutions : elle ne devait pas en parler, être toute seule pour ne pas être influencer. Elle savait très bien que ses amis lui diraient de ne pas rejoindre le Lord, vraiment elle le savait pertinemment c'est pour cela qu'elle ne voulait rien dire à ces derniers. Cela ne les regardait définitivement pas.
    Jesse-Rose devait partir, elle le devait pour ne pas qu'Harry voit ses larmes, elle n'aimait pas pleurer : encore moins devant quelqu'un. Mais voilà ce cher Harry ne voulait pas lâcher l'affaire, il remit le sujet sur la table. Tandis qu'il parlait, les poings de la blonde se serrait jusqu'à ce que ses phalanges deviennent blanches. Il cherchait vraiment la bagarre ou quoi ? Pourquoi devait-il tout gâcher ? Cela aurait été plus simple s'il aurait posé une question sur autre chose. Mais non il avait fallut qui choisisse LE sujet qui fâche. Jesse se retourna tout aussi rapidement pour marcher vers Harry d'un pas décidé. Il allait comprendre une bonne fois pour toute pourquoi Jesse voulait changer de sujet.

    « Ouais tu fermes ta gueule ! Parce que tes informations sont périmés ! Je ne fais pas l'Autruche sombre crétin ! Je fais ça pour te protéger ! Tu ne sais pas de quoi ils sont capables ! Tu ne sais pas ce qu'on nous apprends à Durmstrang ! »

    Arrivée à la hauteur d'Harry, elle plongea son regard dans le sien :

    « C'est toujours mieux que de finir quatre pieds sous terre tu ne crois pas ! Tu préfères quoi ?! La vie que tu viens de décrire ou bien assister à mon enterrement ?! Quoi tu veux être le beau chevalier qui sur son chevalier blanc vient chercher la belle pour l'emmener loin de tout ce ça ?! Pitié Harry on est dans la réalité ! »

    Jesse-Rose passa sa main dans ses cheveux d'agacement, il avait réussit à l'énerver !

    « Je n'ai pas besoin de Chaperon, je suis une grande fille, je peux me débrouiller toute seule vraiment. Je sais que tu ne lâcheras pas prise, tu es aussi entêtée que ta sœur ! Pourtant tu n'as pas le choix, tu vas devoir accepter, te taire et accepter mon choix quelque soit ce dernier ! Si tu n'es pas content c'est pareil ! Jamais je ne te laisserait risquer ta vie pour moi, parce que c'est ce qui va ce passer si tu veux « tant » t'impliquer dans la mienne. Je ne sais pas si tu as vraiment conscience du poids c'est comme si... »

    Jesse chercha un exemple :

    « C'est comme si ton père t'ordonnait d'être Auror mais que tu veux être anarchiste, si tu ne rejoins pas les rangs il te tue pour ne pas que la honte tombe sur ta famille. Je sais que cela n'arrivera probablement jamais mais imagine deux minutes tu veux ?»

    Sa voix s'était quelque peu adoucit, elle essuya ses yeux et continua :

    « Ton cher informateur sait ce que sait mais toi as-tu seulement idée ? Hein ? Dis moi Harry sais-tu ce que sait d'être torturé pour avoir prit la défense de moldus ? D'apprendre des formules pour faire souffrir les gens avant de les tuer ? De t'exercer sur des moldus ? Dis-moi Harry toi qui veut m'aider sais-tu tout ce que cela implique ? »


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 24 Juin - 21:28
Invité
Bien entendu qu'il ne savait pas ce que c'était. Il ne l'avait pas vécu. Mais le croyait-elle si naïf ? Croyait-elle réellement qu'il n'avait jamais entendu parler de tout ça ? Qu'il ne s'était jamais intéressé à tout ça ? Son père était James Potter, Auror et membre de l'Ordre du Phénix. Étant son fils, il avait donc eu des échos. Des informations. Il avait posé des questions et essayer d'en connaître le plus possible. On ne lui avait pas tout révélé, c'est certain. Et cela le frustrait grandement. Mais son père, son parrain et ses oncles ne pouvaient ignoré à quel point tout ceci l'intéressait. A quel point il était près à s'engager dans ce conflit. Il avait eu une enfance doré, choyé et protégé, voir surprotégé. Mais il avait maintenant 17 ans et l'avenir qui se profilait devant eux ne lui permettrait pas de rester sans agir. Il avait déjà choisis son camp. Il se battrait pour ses idées. Et il était hors de question qu'il laisse les personnes auquel il tenait dans les griffes des Mangemorts. Encore moins des personnes précieuses comme Jesse. L'idée le révoltait, le dégoutait même. Elle lui donnait envie de vomir. Il était impossible qu'elle puisse avoir cette vie. Se serait pire que tout !

Il comprenait sa réaction. Mais il ne l'acceptait pas pour autant. Il avait toujours été borné. Il avait sa propre idée. Il la pensait juste. Alors, il irait jusqu'au bout. Peut-être allait-il perdre son amitié. Peut-être allait-elle lui en vouloir. Cependant, son choix était fait. Il était impensable pour lui de voir son amie devenir un monstre sans agir. Il se devait d'agir. De l'aider. De l'empêcher de faire cette bêtise. Bien sur que ce n'était pas simple. Rien n'est jamais simple avec les mangemorts. Mais il était là pour elle. Il y avait des gens près à la soutenir, à l'aider, la protéger. Elle n'était pas seule. Même si apparemment, c'est ce qu'elle cherchait à devenir: Seule.

Il n'avait pas décroché son regard du sien depuis qu'elle était revenu l'incendier. Il avait un peu décoléré en voyant qu'elle pleurait, mais ses paroles n'avaient pas réellement apaisé sa révolte. Non, il n'était pas d'accord avec elle. Elle n'avait pas le droit de lui demander ça. Elle n'avait pas le droit de l'attacher à elle de la sorte pour ensuite venir lui dire qu'il n'avait rien à faire dans sa vie !


« Tu crois vraiment que c'est en t'isolant de toutes les personnes près à être là pour toi que tu vas t'en sortir ? » demanda-t-il finalement après un long moment à la défier du regard.

Ces paroles étaient plus théoriques qu'autre chose. C'était une façon de lui faire comprendre que pour lui, elle n'y arriverait pas seule. Il ne cèderait pas. Elle pouvait toujours espérer. Le mettre en colère aurait pu fonctionner, mais quelque chose au fond de lui, lui disait qu'il y avait plus important que cette querelle. Que l'enjeu ne valait pas le coup de lui en vouloir pour ses paroles. Elle pourrait être méprisante, blessante ou même pire. Mais il ne lâcherait pas l'affaire.


« Je me fiche de savoir ce qu'on t'a apprit à Dumstrang. Je me fiche que tu es utilisé des sortilèges immonde. Que tu es torturé des moldus, si vraiment tu l'as fais. Tu n'es pas une mauvaise au fond de toi. J'en suis certain. Je tiens à toi, Jesse. Et rien ne changera ça. Je refuse de te voir enchainer de la sorte. Et tu auras beau tout faire pour m'écarter de ça, ça ne fonctionnera pas. Je suis beaucoup trop concerné, même si tu penses le contraire. Tu me connais, je suis borné, et je ne changerais pas d'avis. Tu ne deviendras pas mon ennemi, Jesse. C'est totalement hors de question. »

Si elle était vraiment attentive à son expression, elle comprendrait immédiatement qu'il ne cèderait jamais. Son regard était dur, déterminé et plein de promesse. C'était délibéré. Elle devait comprendre qu'il ne disait pas ça à la légère. Elle devait comprendre qu'il serait là pour elle, coute que coute. Il était impératif que lorsqu'il partirait, elle est la certitude qu'il sera toujours là.

Ce soir-là, se fut les dernières paroles qu'il prononça en sa présence. Cependant, il essuya tout de même une larme survivante sur sa joue, presque sans pouvoir s'en empêcher. Comme pour se faire pardonner. Ou peut-être en signe d'affection. Il ne savait pas trop. Il ne sait toujours pas pourquoi ils s'étaient dis tout ça, d'ailleurs. Il ne sait pas pourquoi il ressent de tels sentiments vis-à-vis de cette situation. Pourquoi cela lui est si intolérable de penser que Jesse-Rose puisse un jour être une autre personne que celle qu'il connait. Pourquoi s'impliquer autant, alors que de toute évidence, elle n'en avait pas envie. Il ne sait pas. Mais son cœur le pousse à agir. Et comme souvent, il l'écoute.

Finalement, sur cette dernière attention, il la laissa là. Avec sur ces dernières paroles, qui sonnent comme une promesse. Presque aussi fort qu'un serment. Il la laissa ici, avec sa propre cape d'hivers sur les épaules. Et il repartit vers le château, les mains dans les poches. Sans doute pour aller oublier un peu cette conversation en s'amusant avec les autres. A moins qu'il ne fut plus d'humeur à la fête, à présent ...


[HJ: RP clos !]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Seule dans le noir alors que la fête bat son plein. || PV Harry
» Quoi de plus tranquille que d'être seule dans un parc ? [PV Luuna Mc Gregor]
» Torse-nu dans le noir... [PV Haley]
» [Sept.] Seule dans son wagon n°13 [ COMPLET ]
» Début de soirée en milieu hostile ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998)-
Sauter vers: