RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sortie surprise...

avatar
PNJ
La plume des scénarios
Nombre de messages : 70
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Nov - 0:18
SORTIE SURPRISE


(Pour Iris Prescott, Sarah Black, Drago Malefoy, Anthony Goldstein, Jesse-Rose Greenwood, Pandora Deschanel et tous les adultes voulant participer au sujet de lancement de la nouvelle intrigue.)

On est en fin de matinée, par une journée tout ce qu'il y a de plus tranquille. Dans le hall du Ministère de la Magie, les employés vont-et-viennent comme d'habitude, passant d'un bureau à l'autre. On pourrait croire que l'activité est revenue à la normale mais détrompez-vous : depuis maintenant plus d'un mois, les principaux objectifs des brigades du Ministère sont d'arrêter Hellson et d'arriver à sortir les élèves emprisonnés dans le château. Et pour le moment, ils font choux-blancs, si bien que les plumes les plus acérées de la Gazette du Sorcier commencent à dénigrer l’efficacité du gouvernement d'Angela Dawson. Comme si le Ministère n'avait pas assez de problèmes comme ça... Et en parlant de ça, ils n'en ont toujours pas finis. Car soudain, en l'espace d'une seconde à peine, sans flash de lumière ni manifestation magique bruyante, six jeunes de seize ou dix-sept ans vont soudain se matérialiser au beau milieu du hall, près de la grande fontaine.

Ce sont Iris Prescott, Sarah Black, Drago Malefoy, Anthony Goldstein, Pandora Deschanel et Jesse-Rose Greenwood, qui se trouvaient une seconde plus tôt dans un endroit quelconque du château. Sauf que la seconde d'après, sans comprendre ce qui leur arrive, les voilà débarqués au beau milieu du Ministère de la Magie lui-même. Stupéfaits ? Incrédules ? Perdus ? Ils le sont, forcément. Quelques secondes passent avant que les employés les plus proches finissent par remarquer que cinq jeunes vient d'apparaître de nulle part. Quelques secondes passent encore avant que l'un d'entre eux ne donne l'alerte, que tout le monde s'arrête, se regarde ou les regarde, et en quelques minutes, c'est soudain l'effervescence complète : des élèves de Poudlard viennent de se matérialiser !

Les six jeunes n'ont pas le temps de souffler ou de réfléchir à ce qui leur arrive : une horde d'employés leur tombe dessus en leur posant mille et une questions. Un journaliste de la Gazette qui passait par là prend même plusieurs clichés qui feront bientôt la une. Puis quelques auros arrivent et dispersent la foule pour prendre en main les élèves, bien décidés à les garder au sein du Ministère, en sécurité, histoire e prendre le temps de comprendre ce qui arrive. Mais ce n'est pas dit que les élèves en question veulent rester, surtout en sachant qu'ils sont à l'extérieur et qu'ils pourraient maintenant voir leur famille après plus d'un mois sans nouvelles...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Nov - 22:18
Spoiler:
 

    Sa tête lui faisait toujours aussi mal, elle ne s'était pas encore remise de son exploration avec Tess, Mable et Drago. Son ouverture au front commençait à cicatriser doucement mais sûrement. Jessie à des trous noirs : or elle déteste ça ! Elle essaye à tout prix de retrouver les souvenirs mais c'était peine perdue. Elle se souvenait seulement de deux choses après avoir assommé la bête : Tess qui parlait beaucoup mais Jessie n'arrivait pas à comprendre et la gentillesse, la bienveillance de Drago à son égard. Oh naturellement elle s'était bien gardée de le dire à qui que ce soit vous pensez bien. Il y avait déjà assez de commérage sur son compte à son goût. D'une part à cause de sa colère mais ça encore s'était voulu. Ce qui la mettait plus en colère c'était tout simplement le faite qu'on ait découvert qu'elle avait embrassé Aaron. Heureusement elle avait vite fait taire ceux qui riaient d'elle.
    Son entrevue avec Alice et Kaysa lui avait fait un bien fou : elle était prête à tout casser et à redevenir aussi dure qu'avant. Une nouvelle Jessie venait de naître de ses cendres un peu comme un phénix. Croyez moi cette Greenwood risque de faire des étincelles. C'est bizarrement en s'étant défouler qu'une solution lui était apparue comme par magie bon elle n'était pas sûr de son plan mais elle allait accepter de rejoindre les rangs sans ce faire marquer. Non c'était impossible, son père insisterait... Et pourtant cela n'abattait pas notre préfète qui essayait à nouveau de faire régner la loi dans la maison des Serpentards même si elle était moins dur qu'Aaron. En parlant de ce dernier, elle l'évitait pourquoi ? Car apparemment il n'essayait pas de démentir la rumeur, même si cette dernière était vraie, Jessie aurait aimer qu'il dise le contraire. Non pas qu'elle n'assumait pas, mais elle passait pour « une fille facile » et elle l'avait entendu de la bouche d'un serpentard. Bon ce dernier à rapidement déchanté même si Jessie s'est blessée également dans la querelle. Alice savait ce qui c'était réellement passer et avait aider son amie à gérer les attaques ce que Jessie à apprécier. Quant à Drago, elle lui avait également expliquer ce qu'il s'était réellement passé. Pourquoi ? That's the question ! Mais bon, vous l'aurez comprit : elle ne tolérait que la présence des deux serpents en ce moment. Les autres étaient gentiment prier de l'éviter ou de ne pas faire de réflexion quant à l'article.

      « Ma tête... »


    Allongée dans son lit, elle prit sa tête dans ses mains comme si cela aurait put changer quelque chose à son mal de tête. Elle se releva pour sortir de sa table de chevet de petites fioles qu'elle avait prit avec Drago en sortant de l'infirmerie pour essayer de faire passer la douleur. Le breuvage avait un goût affreux c'était imbuvable ! Mais cela faisait de l'effet alors Jessie buvait cul-sec les flacons. Elle avait la bouche pâteuse après c'est pourquoi elle se dépêcha de s'habiller pour descendre au cuisine et boire un verre de jus d'orange. Une fois cela fait ça allait tout de suite mieux.

    Jessie était sortie des cuisines, elle errait dans les couloirs de Poudlard lorsqu'elle vit Aaron avec sa brigade, alors qu'elle pensait rebrousser chemin et partir, elle se retrouva en un rien de temps dans un endroit qu'elle eut dû mal à reconnaître pour le coup. Elle n'était allée qu'une seule fois au ministère de la magie alors forcément... Elle regarda autour d'elle et vit Drago ainsi que d'autres élèves comme la sœur d'Alexander ou le mec qui est proche de sa pire ennemie : ensemble ? Pas ensemble ? That's the question ! Bon Jessie était mal placé pour dire quoique ce soit mais bon on parlait de Pandora quand même ! D'ailleurs elle était là également, cette Pandora de malheur qui avait gâcher la vie de Jessie en envoutant Frédérick avec ses paroles ! Iris était là aussi, une élève qui faisait partie de la Brigade d'Aaron.
    Tout ce passa très vite, tout d'un coup tout le monde se rendit compte qu'il y avait des élèves et là c'est le drame. Un flash, puis deux, et trois. Finalement tout le monde fut repousser par des sorciers, des aurors sûrement. Les cheminées du ministère semblaient faire un concerto de lumière verte. En outre toutes ces lumières n'arrangeaient pas le mal de tête de Jessie. Elle décida de s'approcher de Drago avant de lui demander :

      « Tu as une idée de ce qui ce passe rassure moi ? »


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Iris Prescott
Étudiante en Magie Avancée
Nombre de messages : 1093
Célébrité sur l'avatar : Hilarie Burton (c)rose adagio
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Nov - 15:32
Iris n'en pouvait plus. Elle était à deux doigts d'exploser. Un mois, cela faisait un mois que tous les élèves étaient enfermés dans le château. Un mois qu'elle n'avait pas vu sa famille, sa fille. C'était tout simplement insoutenable. En se réveillant ce matin-là, elle voulut rester dans son lit toute la journée, sans bouger. Néanmoins, l'idée qu'elle puisse rendre des comptes à ses amis, ou à tous les gens proches d'elle parce qu'ils s'inquiétaient lui fit oublier ce désir, définitivement. Elle devait assurer des groupes de travail aujourd'hui, elle ne pouvait pas leur faire faux-bond. Et elle ne voulait pas s'expliquer. Au bout de plusieurs minutes de réflexion, elle sortit de ses couvertures, pensant au passage qu'il faudrait peut être changer les draps d'ici peu. Les draps de tout le monde. Encore un soucis en plus. Enfin, elle n'était pas seule à s'occuper de ces tâches là dans Poudlard, beaucoup prenait soin d'éviter de transformer le château en porcherie.

Une fois levée, Iris se prit les premiers vêtements qu'elle trouva : une jupe noire en toile, un débardeur marron ainsi qu'un gilet en laine de la même couleur que sa jupe. Elle mit aussi des collants transparents. Elle ne portait plus l'uniforme de l'école depuis un moment déjà et vu qu'ils étaient au mois de mai déjà, la chaleur commençait à revenir. Mais cela ne suffisait pas pour faire retrouver un vrai sourire à Iris. Non. D'habitude pourtant, la météo influençait vraiment l'humeur de la jeune mère, comme beaucoup de monde. Une journée ensoleillée réussissait à lui remonter le moral … A croire que ce n'était pas systématique. Elle prit une douche rapide, se maquilla un peu et finit par prendre le chemin de la Grande Salle où le petit déjeuner se terminait, après avoir récupéré son sac avec sa baguette et quelques livres. Elle afficha son sourire sur son visage, essayant de faire croire qu'elle était de bonne humeur. Puis, elle se prépara quelques tartines en vitesse, étalant généreusement de la confiture sur ses tranches de pain grillées. Et elle fila à la bibliothèque, tartines en main. Iris avait encore quelques trucs à organiser, des livres à ranger … Bref, du travail pour ne pas penser. Quelques personnes étaient déjà là, elle les salua naturellement, toujours avec le même sourire. Toujours son sac sur les épaules, elle se dirigea vers des allées sans y penser : cette salle, elle la connaissait par cœur maintenant, comme si elle l'avait construite. Elle commença à ranger les quelques livres qui se trouvaient dans son sac et puis … Tout devient flou. Iris sentit qu'elle lâcha un bouquin mais elle ne l'entendit pas tomber par terre. Elle avait l'impression de tomber dans un trou sans fond. Elle se sentait oppressée. Prête à tomber dans les pommes.

Et soudain tout s’éclaircit. Enfin, en partie. Progressivement plutôt.

Stupéfaction. Iris reconnut le hall du ministère. Elle y était allée plusieurs fois dans le passé car ses deux parents y travaillaient et de temps en temps, elle les accompagnait à leur travail ou elle les attendait avec une de ses tantes quand elle se faisait garder pendant les vacances. A la fin de la journée, elle devait souvent rejoindre ses parents et elle patientait devant la grande fontaine, à l'entrée. Elle se souvient encore avoir admiré cet endroit, sans pourtant imaginer y travailler un jour. Non, elle, elle préférait les locaux de la Gazette. Elle se voyait mieux en journaliste qu'en ministre. Enfin, maintenant elle ne savait plus vraiment ce qu'elle voulait devenir.

Observation. La Poufsouffle regarda autour d'elle. Déjà, le hall était bondée. Les employés s'activaient, sans faire attention à ce qu'il se passait autour. C'était comme dans un rêve … Un rêve. Comme si elle attendait ses parents, en ce moment même. Et elle vit alors que d'autres élèves de Poudlard se trouvaient à ses côtés, qu'elle connaissait plus ou moins bien. Sarah Black, la sœur d'Alexander, une Gryffondor avec qui elle avait sympathisé après être sortie avec son frère, puis elle avait coupé les ponts en découvrant qu'elle était enceinte, comme avec tout le monde mais elle lui avait peu parlé cette année. Anthony Goldstein, un Serdaigle, ex de sa meilleure amie Jillian qu'elle n'appréciait plus vraiment depuis qu'il avait fait du mal à son amie. Drago Malefoy, Serpentard avec qui elle s'était beaucoup amusé dans le passé, lors de fêtes, mais il ne faisait plus partie de son cercle d'amis. D'ailleurs, il n'avait jamais été un ami à proprement parlé. Pandora Deschanel, un autre Serdaigle avec qui elle s'était rapprochée tout au long de l'année. Et enfin, Jesse-Rose Greenwood, préfète de Serpentard qu'elle connaissait peu, pour ne pas dire pas du tout. Mais pourquoi ils étaient tous dans son rêve ? Et d'ailleurs, elle ne pouvait pas rêver … Elle ne s'était même pas endormie ! Non, elle était debout, dans la bibliothèque, en train de ranger des livres, prête à assurer quelques cours particulier aux volontaires ...

Réalisation. Oui, Iris réalisa alors où elle se trouvait. Elle entendit vaguement Jesse-Rose parler. Demander ce qu'il se passait. Pour une raison inconnue, ils se retrouvaient tous les cinq dehors, à des kilomètres de Poudlard. Dehors … Elle ne savait pas si elle devait sourire et pleurer. Des larmes coulaient déjà sans qu'elle puisse se contrôler. Elle allait pouvoir rentrer chez elle. Dans sa maison. Revoir ses parents. Sa fille. Sa petite Madeleine. Oh c'était vraiment trop beau pour être vrai. Non, il devait y avoir un truc, c'était pas possible … Elle regarda chacun des élèves, puis la foule qui l'entourait qui commençait à s'ajouter. Avait-elle remarqué leur présence ?

- On est dans le Ministère, là, hein ? Réussit-elle à articuler.

Iris essuya ses larmes du revers de sa manche. Elle devait se calmer. Et elle posa une question, juste pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas. Ou qu'elle pouvait être libre de faire ce qu'elle voulait, parler, bouger … Elle voulait s'asseoir, quitter cet endroit pour se trouver dans les rues de Londres et rentrer chez elle, dans un endroit sûr. Sauf qu'elle ne pouvait pas. Déjà, des gens les entouraient, posant des questions, les prenaient en photo. Iris était incapable de dire un mot. Pourquoi ses parents n'étaient pas là, en ce moment ? Elle voulait voir un visage familier. Réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 21 Nov - 12:10
Invité
Spoiler:
 

    J'étais assise sur un banc à réfléchir, ruminais peut être. Par Merlin, j'en avais complétement assez. Quand sortirions-nous de ce château ? Cette école qui devenait mon bourreau maintenant. Je m'ennuyais de tout, j'en avais assez de cet endroit. Je voulais voir l'extérieur, j'en avais plus que marre de voir le même décor, de subir chaque jour la même chose depuis un mois. A Poudlard, j'étais blasé. Je préférais sans aucun doute me trouver en dehors de cet endroit que je ne supportais plus, quitte à risquer ma vie, j'aurais préféré vivre au jour le jour avec mes parents, mes cousins, mes oncles, mes tantes... ma famille... J'avais besoin d'être rassurée et ce n'était pas un banc de Poudlard qui m'aiderait. Même voler sur mon balais venait à en devenir lassant. Oui, je me lassais de cette vie monotone. Je me décidais enfin à me lever, je mis mon sac sur l'épaule, sac qui contenait des bouquins, ainsi que ma baguette, j'en étais presque venue à espérer que cet enfer était devenu un vilain rêve. Je prenais alors mon balais et j'avançais malgré moi vers ce château si magnifique aux milles recoins que j'aurais apprécié si des adultes avaient occupés cet endroit. Puis je fermais les yeux et quand je les réouvris, je me trouvais les fesses sur le sol, un sol froid et dûr. Un sol que seul mes pieds avaient connu quand je venais voir mes parents lors des vacances. Je regardais l'horizon, j'eus du mal à me rendre compte que je me trouvais non pas à Poudlard mais bien au ministère de la magie. Je clinais des yeux pendant plusieurs secondes. Par Merlin, étais-ce possible ? Oui, cela l'était mais pourtant ça semblait être encore un rêve inaccessible encore pendant quelques minutes. J'avais affreusement mal à la tête mais je ne m'en rendit pas compte tout de suite.

    Je secouais la tête de gauche à droite, je vivais en plein rêve, j'en étais persuadée. Je me levais difficilement. Je me pinçais le bras et je retenais un "Aie". Oui, j'étais bel et bien dans le lieu de travail de mes parents. Un sourire s'afficha sur mon visage angélique. Je tournais la tête à la recherche d'un de mes cousins ou celui de Alex mais rien à faire, ils n'étaient pas là. Mon moral retomba soudain d'un coup. Pourquoi moi ? Par Merlin, je ne représentais pas un danger pour Hellson, pourquoi ne m'avait-il tout bonnement pas laissé la chance d'avoir un membre de ma famille auprès de moi ? A la place, j'avais le droit... à supporter Malefoy. Quelle chance n'est-ce pas ? Je soupirais Et je tournais la tête, je vis une certaine Jesse-Rose, si mes souvenirs étaient bons, elle connaissait Ginny. C'était déjà cela. Puis je remarquais Iris, un sourire en coin s'afficha sur mon visage, je n'étais peut être pas aussi maudite que cela, et je voyais ensuite Pandora, une serdaigle que j'appréciais beaucoup. Tout autant que la poufsouffle. L'avantage, c'est que je n'étais pas toute seule à être disparu de Poudlard et avoir apparut ici. Et puis en plus, il y avait des personnes que je connaissais et appréciais. C'était déjà cela. J'entendais alors Iris posait une question. Elle ne la posait à personne en particulier, c'était certain.

    -Nous sommes bien au ministère, prononçais-je pour toute réponse.

    Oui, nous étions bien au ministère, et c'était une occasion de chercher mes parents. Je courus vers une personne là présente, je ne la connaissais pas, c'était peut être un mangemort que je n'en avais strictement rien à faire.

    -Excusez-moi, vous pouvez me dire quel jour nous sommes... Vous savez, c'est vraiment horrible d'être enfermé à Poudlard.


    J'avais besoin de le dire à quelqu'un, je me retenais alors dire quelque chose de plus, de toute évidence tout le monde avait envi de savoir comment nous étions arrivés là. Puis l'homme prononça une date qui me semblait totalement absurde... Déjà ? Impossible. Je n'y croyais pas. Je remerciais cette personne et revenais vers Iris.

    -Je ne sais pas pour toi, mais j'ai très envi de trouver mes parents, hors de question que je reste ici. Tu veux rester ici ou tu veux bien qu'on un cherche un moyen de sortir de cet endroit et retrouver nos maisons ?

    La question me semblait stupide sur le coup. Si elle refusait, tant pis, je partirais seule. C'était dangereux, peut être, je m'en contre fichais totalement, tout ce que je voulais, c'était retrouver mes parents et leur dire tout ce que j'ai enduré. Leur donner des nouvelles, être rassurée, savoir qu'ils allaient bien. Voir des visages familiers en somme... Mais à ce moment précis, j'étais loin de m'imaginer que mes parents ne s'adressaient plus la parole.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drago Malefoy
Étudiant en politique magique
Nombre de messages : 610
Célébrité sur l'avatar : Tom Felton.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 15:07
Tac. Tac. Tac. La petite balle verte tapait inlassablement le mur du dortoir des Serpentards avant de regagner la main du jeune blond blasé qui la lançait sans même y penser. En réalité, il s’ennuyait terriblement. Pansy devait être avec Joy, Crabbe et Goyle étaient restés, sans surprise, en cuisine, Zabini s’entrainait au Quidditch avec d’autre serpents… Quant aux autres, il n’avait aucune envie de courir le château à leur recherche : ce n’était pas à lui, prince parmi les seigneurs ambitieux de Poudlard, de courir à la recherche de qui que ce soit. Il était un leader, de ceux qui étaient suivis sans même faire la moindre démonstration d’affection. C’était aux autres de lui courir après, non l’inverse. Et mieux valait encore être seul que mal accompagné, d’après Drago : il se targuait d’être un maitre de la solitude, ce ceux qui persistent à faire semblant de n’être attaché à personne, quand bien même il est évident que ce n’est pas le cas. Drago ne souhaitant donc pas regarder ses amis se goinfrer en volant les desserts des plus jeunes qu’eux, pas plus qu’entendre Pansy et Joy jouer les langues de vipère ou même, et plus surprenant, ne désirant pas voler pour le moment, avait alors choisi la solitude.

Il avait commencé par s’exercer sur quelques sortilèges qu’il trouvait dans ses livres de cours : depuis qu’il était enfermé, il avait pris l’habitude de consacrer quelques heures de ses journées à étudier toutes les matières, des potions aux défenses contre les forces du mal – qu’il complétait bien entendu par quelques recherches complémentaires sur ces forces elles-mêmes, profitant de l’accés désormais libre qu’il avait de la Réserve pour en prendre quelques ouvrages et ne les reposer qu’une fois étudiés attentivement. Au début, Drago se disait qu’il devait continuer à étudier pour ne pas décevoir son père dès que les choses seraient revenues à la normale, pour qu’il soit fier de lui et, bien entendu, pour rester au top. Mais depuis quelques temps déjà, son mode de pensée à ce sujet avait changé : s’il étudiait désormais, c‘était uniquement pour lui-même, d’une part à cause d’un plaisir qu’il retirait de l’apprentissage qu’il n’aurait jamais soupçonné mais aussi et surtout pour essayer de devenir bel et bien le meilleur, pour la fierté d’écraser les autres de sa supériorité. Son père, sans être totalement oublié, passait au second plan : et si cela pouvait paraître normal aux yeux de tous, il s’agissait là d’une évolution indéniablement bénéfique chez le jeune homme, conséquence positive de l’isolement du château dont Drago n’avait pas conscience : il était indéniablement plus sain qu’il s’écarte un du conditionnement familial qui l’étouffait : ainsi, il avançait doucement, prudemment, vers une évolution de son mode de pensée. Il ne fallait pas non plus se faire de belles illusions, jamais il ne deviendrait un modèle de tolérance, jamais il ne pourrait retenir le mépris qu’il éprouvait d’office envers les né-moldus, jamais il ne pourrait devenir le meilleur ami des Gryffondors. Son passé était trop lourd de toutes façons : mais au moins pourrait-il gagner en maturité, en autonomie, et cesser de suivre à la trace la voie que son père lui avait tracée.

Tac. Tac. Tac. Son temps d’étude journalier passé, Drago avait rassemblé quelques affaires qu’il comptait échanger à Mr Unseen contre des ingrédients pour les potions qu’il continuait à confectionner, la moitié de ces affaires volées dans la salle commune puisqu’il jugeait que ce qui s’y trouvait devenait dès lors à lui. C’était là également qu’il avait trouvé cette petite balle qu’il lançait sur le mur pour s’occuper les mains, initialement rouge, dont il avait changé la couleur. Une fois cela fait, il s’était affalé sur son lit un instant, ne sachant que faire. Il avait ensuite sorti la balle de sa poche et s’était redressé sur son lit pour la lancer, pensif, contre le mur à un rythme régulier. Non, il n’avait aucune idée de quoi faire, aussi s’égara-t-il dans son ennui à la recherche d’une nouvelle idée. Pire encore, il finit même par flirter avec les quelques réflexions qu’il tenait d’habitude loin de son esprit. Tac. Tac. Tac. Sa relation floue avec Jesse-Rose. Tac. Tac. Tac. Ses rapports avec Pansy et les… cours particuliers qu’il lui dispensait. Tac. Tac. Tac. Son père, qu’il apprenait à idéaliser de moins en moins. Tac. Tac. Tac. Sa mère, qui était la seule personne qui lui manquait vraiment, pour ce qu’elle était, pour l’amour qu’elle lui apportait. Tac. Tac. Tac. Son destin tout tracé. Tac. Tac. Tac. Sa possibilité éventuelle et nouvelle d’échapper à son destin… Tac. Tac.

Une sensation désagréable mais familière envahit tout son corps. Le sentiment d’être écrasé, enfoncé de force dans un tube trop étroit… Depuis tout petit Drago subissait le transplanage d’escorte. Il avait l’habitude de se sentir soudainement écrasé, compressé sans comprendre pourquoi. Mais si l’impression était familière, le fait en soit n’était pas rassurant pour autant. Il ne savait pas encore transplaner, comptait bien l’apprendre plus tard : et de toutes façons, on ne pouvait pas transplaner dans l’enceinte du château. Et être tiré de telle manière, aussi soudainement, hors du château… C’était loin d’être rassurant. Plus encore, c’était effrayant. Drago sentit la panique s’emparer de lui alors même qu’il disparaissait, la balle verte ne trouvant plus la main qui l’avait lancée.

Au moins, à défaut de savoir ce qu’il se passait et de maitriser la situation, Drago se félicita de réussir son atterrissage. Et il ne mit guère de temps à identifier le lieu dans lequel son père l’avait si souvent emmené… Par Salazar, c’était le ministère de la magie ! Ce qui voulait donc dire qu’il était sorti du château ! Après cette constatation digne de Sherlock Holmes, il essaya de calmer les élans violents de son cœur et d’analyser la situation. Il n’était pas seul, il connaissait, au moins de vue, tout ceux qui l’accompagnaient. Pour autant, il ne parvenait pas à comprendre la raison pour laquelle Black, par exemple, était avec lui. Cependant, il n’était pas l’heure de chercher les raisons des personnes réunies ici, tirées de Poudlard. La question était : comment se faisait-il qu’ils étaient sortis ? Etait-ce le ministère de la magie, l’ordre du Phénix, qui avait fait en sorte de les sortir du château ? Peu probable. Si c’était eux, ils n’auraient pas tous, autour d’eux, cette expression de surprise figée sur le visage, certainement voisine à celle la même qu’affichait Drago. Etait-ce Voldemort ? Mh, dans son cas, c’était probable : mais cela ne justifiait ni la présence de Black, ni le fait qu’ils soient arrivés au beau milieu du ministère. Peut-être était-ce alors ce bouffon d’Hellson, auquel cas Drago ne comprenait pas plus sa manœuvre : il était dans le brouillard concernant leur sortie. Et si cela le perturbait grandement, il ne devait pas se laisser désarçonner pour autant : s’il ne pouvait rien faire pour changer les faits ni pour les fuir, il était peut-être temps pour lui de les affronter. Et ce malgré la peur qui lui tirait les entrailles : au-delà même du fait de ne pas comprendre ce qu’il faisait ici, Dray était terrorisé à l’idée de revoir son propre père, en même temps qu’il éprouvait une hâte terrible de le retrouver : comment leur entrevue allait-elle se passer après plus d’un mois sans contact ? Qu’allait-il raconter de son enfermement ? Et surtout, la question qui le hantait le plus, son père approuverait-il son comportement, serait il fier de lui ?

Avant de prendre la parole à l’intention de tout le monde, Drago se rendit compte que plusieurs autres avait réagi plus vite que lui. Jesse-Rose s’était adressée à lui. Il s’efforça d’avoir l’air le plus tranquille possible alors qu’il lui répondait, calmant tant bien que mal ses élans de panique.

« Absolument pas. »

Puis Prescott et Black prirent tour à tour la parole. Drago ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel en voyant Black agir. Elle était totalement inconsciente : déjà la masse de personne intriguée s’agitait autour d’eux et posait des questions, quelques journalistes bienheureux faisant sûrement partie du lot : Lucius avait toujours enseigné à son fils de se méfier des journalistes et de toutes formes de déclaration publique. On avait tôt fait de détourner nos propos et de nous donner une image négative. De ce fait, il répondit à la place d’Iris avec un ton on ne pouvait plus exaspéré, son animosité envers la famille Black n’aidant bien entendu pas.

« Quelle question stupide. On a tous hâte de revoir nos familles, Black. Partir d’ici serait le meilleur moyen de se perdre alors qu’on est au cœur du plus grand réseau de transport sorcier. Laisse-moi faire au lieu de dire n’importe quoi. »

N’attendant pas de réponse, sachant que, s’il y en aurait une, elle lui serait inévitablement hostile, il s’avança légèrement vers la foule de gens qui leur posait des questions, avec un aplomb qu’il n’avait pas au fond de lui et qu’il imitait de son propre père lorsqu’il se trouvait obligé de parler en public. La posture "Lucius Malefoy" en place, il parla d’une voix forte, sourcils légèrement froncés, afin d’attirer l’attention de tout le monde – tout ceux qui étaient autour d’eux en tous cas.

« Je suis Drago Malefoy. »

Bien entendu, bien des gens devaient l’avoir reconnu déjà. Il ne s’arrêta cependant pas en si bon chemin, n’écoutant pas les questions qu’on lui avait adressé. Il était obligé d’agir pour le groupe s’il voulait obtenir ce qu’il voulait, jouer de son charisme naturel pour apparaître comme le leader de ce groupuscule d’élève et, si cela ne lui plaisait qu’à moitié – d’un côté, être le chef lui plaisait évidemment : de l’autre, il ne voyait pas pourquoi Black profiterait de SES efforts – il en était bien forcé. Aussi, ce fut au nom de tous qu’il prit la parole.

« Nous venons de Poudlard et avant de raconter quoi que ce soit concernant notre enfermement, nous tenons à retrouver nos familles. Je dirais simplement qu’aucun de nous ne sait comment on est arrivés là : pour le reste, je ne le dirais qu’à la ministre elle-même. »

Son exigence pouvait paraître présomptueuse de la part d’un gosse de dix sept ans et elle l’était sûrement : mais n’était-ce pas la fierté, l'ambition et la grandeur des Serpentards qui était alors parfaitement illustrée ? Dans tous les cas, il ne comptait en effet en parler avec uniquement trois personnes : sa mère, son père et la ministre. Si c’était Hellson qui les avait ramenés ici, il tenait impérativement à ce qu’il soit arrêté. Dans tous les cas, il était hors de questions de répondre aux questions de rapaces qui déformeraient chacun de ses propos. Restait à espérer que son audace paye.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Siméon MacFly
Espion des anarchistes & mentor d'Hellson
Âge du personnage : 42 ans
Nombre de messages : 272
Célébrité sur l'avatar : Michael Fassbender
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Nov - 2:07
    Darren allait rendre fou son mentor ! Sérieusement à quoi il pensait ? Libérer des élèves comme ça sans le prévenir ?! C'était de la pure folie ! Siméon cherchait déjà un moyen dans sa tête de réparer les bêtises de son protégé. Il aimait jouer avec le feu mais au fond l'espion avait peur qu'un jour il ne se brûle les ailes... Néanmoins tant que Siméon aura la force il couvrirait ses arrières car contrairement aux autres anarchistes : il avait le bras long dans le ministère. Naturellement quand il à apprit que Darren avait fait des siennes, que des élèves étaient à l'heure actuelle dans le ministère, sans défense face aux journalistes, Siméon partit immédiatement en collant une tape derrière la tête de son poulain : « Un jour tu vas me tuer Darren tu le sais hein ?! Bon je reviens après avoir fait un bilan de l'étendu des dégâts.. D'ici-là évite de te faire remarquer et ouvre un peu les fenêtres : ça sent le fenec dans cette chambre ! » Il transplana dans une petite rue toujours déserte près du ministère avant d'avancer d'un pas rapide mais franc vers la cabine téléphonique. Il avait déjà vu plusieurs journalistes du monde magique au coin de la rue. Les nouvelles allaient vite dans le coin ! Une fois arrivé dans l'entrée il vit que c'était le bazar. Des flashs, un brouah insoutenable : bref tout ce qu'il faut pour énerver Siméon qui poussait les gens sans prendre de pincette, sans s'excuser pour arriver au groupe de jeune. Sarah Black parlait avec un mage. Il alla vers elle et la poussa, cette fois-ci délicatement vers les autres : « Restez grouper. » Il laissa parler Malefoy avant soupirer : « En même temps si vous veniez de Mars on se poserait vraiment des questions ! Tout le monde se doute que vous veniez de Poudlard : ils ne sont pas idiots même si bon j'avoue que certains le sont ! Pour l'instant il hors de question que vous quittiez cette endroit. Je ne sais pourquoi ni comment vous êtes arrivés d'ici mais vous n'êtes pas n'importe où d'accord ? Je veux bien comprendre que vous voulez voir vos familles mais chaque choses en sont temps. » Drago Malefoy apparemment avait prit les reines mais ne semblait pas avoir vu les professeurs, mages, aurors qui arrivaient à grands pas, il semblait vouloir faire son petit chef ce qui au fond fit rire Siméon qui ne put contenir un rictus : au fond c'était une bonne initiative même si c'était très maladroit ! Il s'approcha du serpentard pour lui dire : « Ton discours était mignon. Très bien construit mais il faut que tu fasses encore des progrès crois-moi. Quand c'est comme ça, par expérience, il vaut mieux ne pas parler. »

    Élèves, journalistes, membres du ministère, sorciers en tout genre semblaient oubliés qu'ils étaient au ministère de la magie et qu'on y entrait pas comme un moulin à vent. Il était clair que les élèves allaient avoir une protection rapprocher et surtout être interroger, la ministre allait revenir fissa fissa pour régler ce problème. Siméon espérait qu'on lui demanderait d'interroger les élèves ou d'assister au audience : il aurait bien aimé. Très vite d'autres aurors, professeurs de Poudlard arrivèrent et éloignèrent ceux qui pouvaient importuner le groupe d'élève que son poulain avait libérer. Il vit Watford s'approcher de lui alors il lui lança alors qu'elle avait d'autre chat à fouetter : « Encore en retard mademoiselle Watford ! » Siméon savait qu'elle allait se venger plus tard et il n'attendait que ça.
    Au fond cela l'amusait de voir tout le monde s'affoler, lui était calme à vrai dire il savait déjà tout de l'histoire et sa mission était de faire en sorte que personne ne découvre l'origine de cette mystérieuse apparition. Pour l'instant il avait toutes les cartes en mains et espérait que cela soit le cas longtemps. Il devait s'assurer que les élèves n'aient aucun soupçons et si jamais ils en avaient tout faire pour chasser ces mauvaises pensées de leur esprit jeune et naïf. Maître dans la corruption et la manipulation il allait avoir tout le loisir de s'exercer. Finalement il porta son attention sur les élèves qu'Oswald avait libérer. Il reconnut Pandora, Iris, Jesse-Rose, Drago mais aussi Anthony Goldestein et naturellement Sarah Black. En parlant de Black, il pensait à Sirius avec qu'il s'entendait bien partageant le même humour, il ne l'avait pas encore vu dans les parages ce qui l'étonna. Rogue n'était pas là non plus : mais où ils étaient bon sang ?! La patiente de Siméon avait des limites comme vous pouvez l'imaginer et il n'allait sûrement pas rester là les bras croisés. Il décida d'aller voir un auror : « Faisons les descendre au sous-sol : ils seront en sécurité. Etant donner que Greenwood et Malefoy sont revenus : il vaudrait mieux éviter que les mangemorts les prennent pour les interroger avant nous non ? » Ne supportant plus toute cette agitation, il décida finalement de faire quelque chose : s'adresser directement à ses élèves : « Plus vite vous coopérez, plus vite vous rentrez garder ça en tête d'accord ? » Il n'avait jamais été agressifs avec ses élèves au contraire. Ils étaient maintenant éloignés des journalistes maintenu à distance par les aurors. Siméon resta quant à lui avec les professeurs près des élèves mais laissa aux autres le travail du questionnement tout du moins devant les journalistes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1824
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Nov - 17:38
    Le temps continuait inlassablement de passer et pourtant qu’est-ce qui avait changé en ces lieux ? Pas grand-chose, tout comme la situation extérieure. Quand vous rentriez dans le ministère de la magie, c’était la même agitation, la seule différence pouvait se résumer à la tête que faisaient ceux que vous croisiez dans les couloirs. Les premiers instants où le sort d’Hellson avait été lancé, ils étaient confiants, sur et certain que tout irait bien et dans un temps assez honorable. Mais au fur et à mesure que les journées s’étaient écoulées, ils avaient vite déchanté, ils avaient tous déchanté. Incertain, et surtout incapable de savoir ce qui pouvait bien se passer c’était la même inquiétude et lassitude qui arrivait généralement sur les visages. Cette lassitude de ne pas voir le bout du tunnel tout en continuant d’être encore plus harcelé qu’au départ pour avoir des résultats. Ils étaient humains, ils n’étaient pas des machines et il fallait bien reconnaître ses limites, leurs limites. Ils ne savaient pas faire face sur tous les fronts avec la même efficacité et essayer de trouver une solution quand vous ne pouviez pas rentrer ou que vous ignorez tout était franchement la situation la plus compliquée. Mais qu’importent, les journées, elles, se succédaient. C’était pourquoi tous les matins, le monde continuait de revenir pour des rapports parfois tellement vides qu’ils en devenaient réplétifs. C’était d’ailleurs ce qu’était occupée de se dire Alicia en terminant le sien. Ne rien absolument rien, le vide complet, difficile de broder là-dessus pendant des pages, elle n'était plutôt douée pour ça mais il fallait quand même un minimum.

    Que soit, elle sortit de sa torpeur et entreprit de bouger le donner à la bonne personne, cela fera au moins une petite marche pour vous dégourdir les jambes. Étant plutôt de bonne humeur, elle s’amusa même à faire un petit détour même si elle s’arrêtait de temps en temps pour une brève discussion quand vous croisez l’une ou l’autre personne. Finalement, elle repassa près du hall d’entrée avec ces magnifiques statues. Aussi belles soit-elle, il arrivait un moment quand vous les voyiez tous les jours ou vous ni faites plus attention, le chemin devient automatique et vous irez sans doute même les yeux fermés. Ce fut pour cette raison qu’elle ne réalisa pas l’étrangeté d’y voir 6 élèves de l’école de sorcellerie, par contre, ce qu’elle réalisa de manière beaucoup plus précise fut le tumulte qui envahissait la salle. D’abord léger tout se répercuta comme en échos, toujours plus fort, la masse commençait à se presser et des flashs d’un appareil-photo revenu. Elle avait froncé les sourcils d’incompréhension avant de se faufiler pour voir ce qui se passait. Là, l’auror en resta surprise pendant une fraction de seconde. D’ailleurs elle se serait dit qu’elle rêvait ou qu’on lui avait mis quelque chose dans son café du matin si ce n’était la certitude que l’hallucination ne pouvait se donner à toute cette masse de monde. 6 élèves, là comme ça. Boum. D’où sortaient-ils ? Comment ? Et surtout qu'est-ce qu'ils faisaient là? Pourquoi ?...

    Son cerveau en quelques secondes fut submergé d’un raz-de-marée de question, bien évidement sans réponse et seules quelques personnes l’avaient. Mais ce n’était pas avec cette masse qu’il allait pouvoir s’entendre. Un beau paquet de monde se trouvait déjà ici, professeur, auror et toute la clique qui allait répandre cette information en moins de temps qu’il fallait pour le dire. Alors qu’elle voyait d'autres personnes commencer, elle se retourna en faisant reculer le monde, les forçant à essayer de reprendre leurs routes. Ce n'était pas une mince affaire et elle avait sorti sa baguette, en même temps, il fallait être réaliste, elle n’avait pas le gabarit du sorteur non plus, mais avec plusieurs personnes et l’instant passé, la foule voulait enfin bien se dissiper. L’être humain était curieux et c’était surement pour cette raison que quoi qu'ils fassent, ils vont toujours s’arrêter, regarder. Finalement, l’auror reporta son regard vers les élèves arrivées, elle en reconnu certain comme Drago, Sarah comme d’autres où elle était bien incapable de les relier avec un quelconque nom. Elle se rapprocha du groupe formé entendant les paroles de MacFly.

    -Seulement si aucun d’entre eux n’est blessé, parce que de toute façon dans à peine quelques heures, et encore, peu de personnes pourront dire qu’ils ignorent ce qui se passe. Vous n’avez rien ?

    Demanda-elle finalement en reportant un regard un peu plus englobant bien qu’il passa sur chaque visage. C’était vrai que cela ne servait à rien de rester planter au beau milieu du hall d’entrée sur ce point, elle était entièrement d’accord avec lui mais avant toute chose, il fallait peut-être s’inquiéter de comment y allait ? Outre le faite qu’ils voulaient sans doute tous retrouver leur famille, ce qui paraissait logique. C’était toujours quand vous étiez séparé pour une raison x ou y de quelque chose que vous preniez conscience à quel point cette chose vous manquait.

    -De plus, il est fort probable que ce soit vos parents qui arrivent très bientôt ici, donc il est inutile de s’inquiéter pour ça.

    Ah les questions toujours des questions, ils seront certainement capables de répondre à certaines pour d’autres cela restait à voir.


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 22 Nov - 21:54
Invité
    Le temps… une chose très aléatoire. Il pouvait soit défiler à toute allure, soit paraitre tellement long qu’on avait l’impression que les minutes des heures, que le temps s’était tout bonnement arrêté. Et pour l’instant, c’était ce que ressentait Robyn. Depuis qu’Hellson était devenu l’ennemi numéro 1 de l’Angleterre, ils passaient leur temps à le rechercher. Hellson, par ci, Hellson par là. A croire que Voldemort et ses sbires était partis en vacances se faire dorer la pilule et avaient filé l’intérim à Hellson. C’est vrai, depuis la mise sous huis clos de Poudlard, on ne parlait que de l’anarchiste. Lui et lever à tout prix le sortilège qu’il avait lancé sur le château. Ca va, ce n’était pas dramatique non plus. Les élèves étaient livrés à eux même et après ? Ils n’étaient pas débiles, ils pouvaient se débrouiller tout seul. Au contraire, la blondinette trouvait qu’ils étaient mieux à l’intérieur qu’à l’extérieur. Au moins, ils étaient en sureté là bas, bien plus que dans le monde magique avec Voldy and Co qui se baladait librement dans les rues de l’Angleterre, tuant à tout va tout ceux qui avaient le malheur d’avoir du sang de moldu dans les veines ou qui se dressaient sur leur chemin. Au moins, Hellson ne faisait pas couler le sang d’innocent. Il donnait juste un peu de souci aux parents… Bref, vous l’aurez compris, la demoiselle n’était pas du tout pour cette politique « Retrouvez Hellson à tout prix ». C’était les mangemorts qu’elle voulait à tout prix faire tomber elle. Sa soif de vengeance était toujours bien présente, et elle continuerait tant que Voldemort existerait et qu’elle n’aurait pas tué celui qui avait tué sa mère. Alors forcement, dès qu’il y avait une petite mission concernant les mangemorts, elle était partante… seulement, elles étaient rares.

    Aujourd’hui, des aurors étaient partis sur une nouvelle piste qui mènerait à la planque d’Hellson. C’était Sirius et James qui menaient l’équipe. Mission qu’avait refusé la blondinette car elle jugeait inintéressante. Mais plus le temps passait plus elle regrettait ce refus, finalement, elle se serait peut être moins ennuyée qu’ici à son bureau. Elle jeta un coup d’œil aux dossiers qu’elle devait terminer avant la fin de la semaine avant de soupirer à nouveau. L’action, elle adorait ça… la paperasse, c’était tout le contraire. D’où le tas de parchemin qui s’accumuler sur son bureau. Alicia lui faisait déjà le reproche quand elle était sa formatrice, elle ne s’occupait jamais assez de sa paperasse. Les choses n’avaient pas changé…

    Finalement, la demoiselle décida de se dégourdir les gens. Elle en avait marre de rester ici sans rien faire. Elle se leva de son bureau, sa chienne couché tout ce temps se leva aussitôt et elles se dirigèrent vers l’ascenseur qui menait au hall.

    Le hall du ministère était un lieu de passage, il y avait toujours quelqu’un pour transplaner, emprunter le réseau de cheminette ou traverser le hall d’un pas rapide. Mais jamais elle ne se serait attendue à autant d’effervescence alors qu’elle franchissait les portes de l’ascenseur. Toute cette effervescence était dirigé vers un seul endroit, c’était là que la jeune femme trouverait sa réponse : que se passait il ?

    Se frayer un chemin parmi les sorciers présents ne fut pas une mince affaire mais en jouant des coudes, elle finit par atterrir au centre de l’attention et quelle attraction. Six jeunes étudiants de Poudlard se trouvaient là, au beau milieu du hall complètement perdus visiblement. Elle n’en reconnaissait qu’une dans le lot : Sarah, la fille de Sirius, pour l’avoir croisé plusieurs fois au département des aurors. Les autres étaient des inconnus…ah non, pas le blondinet qui se prenait pour le pseudo chef de la bande. Cette façon de faire… et cette blondeur assez particulière… aucun doute, il s’agissait du fils de Lucius Malefoy. Ma foi, tel père tel fils. Bon, allez, elle n’allait pas laisser ces pauvres jeunes seuls face à cette horde d’adultes un peu trop enthousiaste. Elle s’approcha du groupe, baguette en main, sa chienne sur ses talons. Elle arriva à temps pour entendre la fin de la réplique du jeune Malefoy ce qui lui arracha une moue exaspérée. Pas le temps de répondre qu’un homme le faisait à sa place, un homme dont la voix lui était familière : Siméon McFly. Un nouveau soupir suivi d’un regard noir quand il remarqua enfin sa présence et lui dégaina une remarque toute particulière à son intention.

    Son attention fut détournée de son ancien professeur, alors qu’une femme d’une quarantaine d’année se jetait de manière quasiment hystérique sur l’une des élèves du groupe pour savoir si sa fille allait bien… Robyn pouvait comprendre qu’elle était inquiète pour sa fille mais de là à devenir hystérique et s’en prendre à une pauvre gamine y’avait tout un point à traverser. La jeune auror intervint rapidement libérant la jeune fille des griffes de cette folle non sans lâcher sur un ton exaspéré :

    « C’est pas possible d’être aussi timbré… Ca va ? » Demanda-t-elle quand même à l’élève.

    Du coin de l’œil, elle aperçut enfin une tête connue : Alicia. Même si Robyn n’était pas toujours facile avec son ancienne formatrice, elle n’en restait pas moins une personne qu’elle respectait et à qui elle faisait partiellement confiance.

    « On devrait faire venir des médicomage de Ste Mangouste pour s’assurer qu’ils vont bien, j’envoie un auror les chercher. Par contre, je déteste d’avance ce que je vais dire mais McFly a raison. On devrait les emmener dans une pièce un peu plus calme.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 25 Nov - 2:43
Invité
«STELLAAAA» Hurla-t-elle d'une voix paniqué.

Personne n'avait vue la petite dernière de la famille Deschanel et la rumeur courait que la blondinette avait été vue pour la dernière fois en compagnie de Jill Stewart. Comment ne pouvait-elle pas d'avantage paniqué ? Cette même sorcière qui lui avait prétendu ne pas hésiter à faire du mal à Stella s'il le fallait. Mesquine, Pandora ne doutait pas un instant du coté sombre qui sommeillait en cette jeune fille, mais de là à faire du mal à une enfant pour un garçon ? Jill connaissait son point faible à présent. Bien que la serdaigle devait laisser sa jeune soeur ce défendre toute seule, elle redoutait que celle-ci puisse s'en tirer contre une septième année. Même si cette dernière n'était pas l'élève la plus surdoué, elle possédait tout de même plusieurs compétences de plus.

Pandore questionna quelques élèves dans le couloir et son attention finie par se fixer sur une silhouette qu'elle connaissait bien. Celle-ci se trouvait bien loin et la faible luminosité du couloir n'aidait pas la serdaigle à confirmer l'identité de la sorcière. La brunette avait rapidement avancé avec l'intention de confirmer son intuition et la silhouette augmenta le rythme tant et si bien que Dora courait maintenant pour tenter de la rattraper.


«ATTEND ! STELLA» S'époumona-t-elle.

La poufsouffle disparut en tournant à gauche et Dora s'était maudit de ne pas avoir user d'un sort pour la ralentir. Bien que cela était peut-être mieux de ne pas la retenir avec la magie, ce qui lui prouvait qu'il était tout à fait possible d'agir sans toujours faire usage de sa baguette.

Pandore venait tout juste de tourner dans le bon tournant quand elle se retrouva dans une pièce qui soudainement était beaucoup plus éclairer. Les pupille de Dora ne mirent que quelque seconde pour s'habituer et elle fit un pas de recule. Face à la fontaine du ministère, la sorcière émit un léger son de désapprobation en reconnaissant celle-ci. Il y avait une éternité qu'elle n'avait pas remit les pieds en ce lieu ! La serdaigle eu un pincement au coeur, puis ce laissa malgré elle submerger par la réaction de la foule qui ce fit bien rapide.

À peine la jeune femme eut-elle le temps de cligné des yeux, qu'un troupeau de gens c'était formé et que des cliché étaient pris. Dora qui venait de prendre connaissance qu'il y avait d'autre élèves de poudlard dans le même bateau qu'elle, se rapprocha d'eux et bien entendu un peu plus de Drago. D'ailleurs ce dernier ce présenta et demanda à ce que les élèves puissent voir leur famille. Pandore ce mordilla la lèvre à cette seule pensée, la famille ? quel famille ?

Un homme s'approcha et leur suggéra fortement de rester groupé. Toute cette agitation commençait à l'étourdir et Pandora n'avait qu'une hâte, trouver un endroit calme pour comprendre ce qui venait de ce passer. L'homme mystérieux fini par s'adresser à nouveau à eux et elle serra les dents. Ah oui plus vite ils coopèreraient et plus vite nous rentrerions ? Pandora n'en était pas certaine et puis à qui pouvaient-ils faire confiance ? La jeune femme laisserait bien chaque élève faire son choix, mais dans son cas elle resterait vigilante. Le monde de la sorcellerie devenait de moins en moins sure et les sorcier de confiance ce faisait de moins en moins nombreux.

La situation commençait à devenir sérieusement désagréable et pandora reprit heureusement suffisamment d'aplomb pour passer au dessus de son état de surprise. Pourtant alors qu'elle allait demander à ce qu'on éloigne les curieux, des aurores prirent la relève. Certes le silence n'était pas complet, mais heureusement c'était beaucoup plus calme tout d'un coup. Dora fermit les yeux et pensa soudainement à Stella. Que ferait-elle toute seule entre les griffes de Jill ? Les ouvrant avec douceur, elle les figea sur Anthony qui se trouvait à proximité. Repensant brièvement à la dernière fois qu'elle lui avait parlée, Panda se mordilla légèrement la lèvre inférieur. Il était temps qu'il soit au courant du comportement de celle qui faisait encore battre son coeur ! Pour le bien de sa soeur du moins elle le devait, même si Dora avait souhaité ne pas entrer dans la petite guéguerre de Stewart. Quand pourrait-elle trouver un moment pour s'éclipser seule à seule avec lui ? Et ce sans éveiller les soupçon de la meilleure amie de la blonde hystérique ? Pandora était en pleine réflexion quand un léger bruit de pas la déconcentra.

Redressant la tête, elle fut agréablement surprise de voir Alicia Rogue. Enfin un visage familier parmi tout c'est adulte ! Qui bien qu'ils semblaient ce "soucier" de leur bien être pensaient surement bien plus à avoir des informations sur ce qui ce passait dans le château ou encore avoir des explications sur le phénomène qui empêchait qui compte de sortir ou d'entrée.

Légèrement sans coeur, Pandore ne se souciait pas du besoin des autres élèves de voir leur famille, elle nourrissait plutôt, elle aussi, le besoin de savoir ce qui venait de ce passer. Plus précisément pourquoi un groupe d'élève venait de réussir à quitter Poudlard !?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Siméon MacFly
Espion des anarchistes & mentor d'Hellson
Âge du personnage : 42 ans
Nombre de messages : 272
Célébrité sur l'avatar : Michael Fassbender
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Déc - 2:51
Spoiler:
 

« Seulement si aucun d’entre eux n’est blessé, parce que de toute façon dans à peine quelques heures, et encore, peu de personnes pourront dire qu’ils ignorent ce qui se passe. Vous n’avez rien ? » Rogue avait répondu à Siméon qui ne pût s'empêcher de dire d'une ton moraliste : « Allons, allons Alicia comprends les voyons. Moi personnellement entre croupir dans les sous-sols du ministère, à me faire interroger par des vieux snobes et me balader dehors avec ma famille et pouvoir respirer un air différent de Poudlard : le choix est vite fait crois-moi. Ils sont jeunes Rogue. Néanmoins il faut rendre à César ce qui est à Cédar : à mon avis vos chers et tendres parents ne vont pas tarder. Si j'étais vous je me préparerai psychologiquement. Un parent hystérique ça fait peur ! » Au fond Siméon n'avait jamais connut ça, ses parents étaient toujours d'un calme exemplaire : il n'y avait jamais un mot plus haut que l'autre. En même temps c'était leur métier d'être discret donc être hystérique n'est pas vraiment compatible. Finalement il se tût et reprit son sérieux ! « Bon puisque je vois que les autres aurôrs sont incompétents et ne sont pas présent : allons-y c'est par là. »

Siméon poussa le groupe vers les escaliers qui descendait dans les sous-sols. Heureusement qu'il connaissait le ministère comme sa poche même s'il faut avouer qu'il ne le visite quasiment jamais sous sa forme humaine mais ça personne ne le sait. Ah ah ah les joies de la magie et d'être métamorphe ! Il s'amusait comme un gosse -peut-être au fond car il est resté enfant dans sa tête- même si quand il était jeune il voyait plus cela comme une malédiction. Maintenant ses métamorphoses sont de plus en plus longues, de mieux en mieux réussit et de plus en plus variés pour son plus grand plaisir. Sa sœur n'aime pas quand il se change tout le temps ne sachant plus après sur quel pied danser. Au fond elle est jalouse du pouvoir de son frère mais seul les hommes McFly on se pouvoir.
Tandis qu'il conduisait les élèves, il réfléchissait comme partir, comment mettre l'idée d'Hellson en place ? Oui parce que n'oublions pas que le professeur était là pour les beaux yeux de son poulain et pour leur éviter de se fermer ! Super Siméon à la rescousse finalement c'est un peu un inspecteur Gadget dans son genre. Bon d'accord il faut avouer qu'il n'a pas seulement accepter la mission pour les beaux yeux de son poulain : pouvoir casser les élèves et remettre certains à leur place allait faire du bien au professeur. Il allait être la loi l'espace de quelques heures pour son plus grand plaisir. Cela n'allait pas être facile mais la tâche semblait se faciliter : il n'y avait pas tellement d'auror, ni de professeur. Siméon allait devoir agir vite, faire l'homme surpris... C'est pourquoi il décida de partir lors d'une conversation. Il se pencha vers Watford qui ouvrait la marche -comme ça il était sûr que tout le monde voyait bien sa disparition :

« Dites les mangemorts peuvent rentrer dans le ministère car... »

Et en un instant il transplana. Il n'avait pas le droit à l'erreur, il espérait que Darren est ouvert le sort pour qu'il puisse rentrer... BINGO ! Le voilà maintenant dans les couloirs de Poudlard : pour le meilleur mais surtout pour le pire. Que la fête commence !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anthony Goldstein
Étudiant en droit magique
Nombre de messages : 174
Célébrité sur l'avatar : Joe Jonas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Déc - 0:26
Leah discutait avec son frère, assise sur le grand escalier de marbre, lorsqu'il se volatilisa.
La disparition soudaine d'Anthony Goldstein se fit en silence et personne, à part Leah, ne la remarqua. La Gryffondor mit plusieurs secondes à comprendre que ceci n'était pas normal, d'autres encore pour se mettre à paniquer. Elle interpella plusieurs élèves qui trainaient par là pour leur demander s'ils n'avaient pas vu un grand brun au teint mat mais lorsqu'elle posa la question à un trio de sixième années qui correspondaient précisément à cette description, elle se traita mentalement d'imbécile en comprenant que son entreprise était totalement vaine et résonna plus calmement. Sa panique muée en résolution, elle se souvint de la réunion organisée par Kingfell à laquelle elle n'avait pas eu l'intention de se rendre. Finalement, y aller serait peut-être une bonne idée. Si elle en parlait à ce moment-là, il y aurait suffisamment de monde pour que la rumeur soit vite colportée. Bien que peu adepte du bouche à oreille, Leah savait que c'était encore le meilleur moyen de répérer son frère s'il se trouvait quelque part dans le château.

Ce dont elle ne se doutait pas encore, c'était que précisémment, il ne s'y trouvait plus.

~*~

"Qu'est-ce que..."

Anthony battit plusieurs fois des cils. Il connaissait très bien le hall du Ministère de la Magie : aurait-il vraiment été un Goldstein digne de ce nom s'il ne l'avait jamais vu ? Eh bien, selon son grand-père, non. Le vieux Levi Goldstein espérait toujours qu'un de ses deux petits-fils prendrait sa relève en tant que juge du Magenmagot, carrière qui n'intéressait pas le moins du monde Anthony. Il avait beau être calme et studieux, il aimait l'action et son goût pour le duel lui avait fait préféré le métier de sorcier d'élite de la Brigade de police magique. Ce qui n'avait pas empêcher son grand-père de l'emmener faire un tour plusieurs étés de suite dans les locaux du Ministère de la Magie pour "visiter". Curieux de nature, Anthony n'avait pas hésité à l'y accompagner, même s'il ne s'était douté que plus tard que Levi n'était pas complètement désintéressé dans cette affaire.

Ainsi donc Anthony reconnut-il l'endroit où il se trouvait du premier coup d'oeil ; il n'avait en revanche aucune idée de la façon dont il était arrivé jusque là. Cela ressemblait à un de ces rêves étranges ou ses pas le mènaient d'un endroit à un autre sans la moindre logique, sauf qu'il était persuadé qu'il ne rêvait pas cette fois. La situation lui paraissait beaucoup trop vivide. Des gens venaient et allaient tout à fait normalement dans le hall, dépassant sans les voir les quelques personnes à l'air hébété plantées autour de lui. Tony comprit qu'il n'était pas venu seul : ces personnes étaient des élèves de Poudlard. Il reconnut Jesse-Rose Greenwood, la nemesis de Pandora, Iris Prescott qui lui tenait rancune d'avoir blessé Jill comme il l'avait fait, Sarah Black, Drago Malefoy et... et Pandora. Il ne l'avait pas vraiment revue depuis la dernière fois où ils s'étaient "parlés" dans leur salle commune, par cette nuit d'orage où elle était venue lui donner rendez-vous. A vrai dire, cela avait été son tour de l'éviter. Fort heureusement, cela n'a pas dû fortement se remarquer car leur entrevue ne datait que de quelques jours. Il n'osait pas se retrouver seul en sa présence après ce qu'il s'était passé et alors qu'il n'avait toujours pas pris de décision.

Les gens finirent toutefois par se rendre compte du débarquement soudain des adolescents dans le hall du Ministère et il ne fallut pas plus de cinq minutes ensuite pour que l'effervescence explose : une cohue de responsables, de visiteurs et même de journalistes (avait-on déplacé les quartiers de la Gazette au Ministère pendant leur absence ?) se précipitèrent sur eux pour les poser mille questions. Il y avait beaucoup de parents d'élèves inquiets qui lançaient les noms de leurs enfants comme des Souaffles en espérant qu'on les renseignerait sur leur état de santé et sans paraître se rendre compte que les élèves étaient loin de tous se connaître entre eux. Ayant apparemment décidé de prendre la tête du groupe, Drago Malefoy prit la parole et clama que leur intérêt premier à tous était de voir leurs familles. S'il n'aimait pas Malefoy, Anthony devait avouer qu'il l'aurait presque remercié pour cette intervention, car le brouhaha soudain et infernal lui agressait les tympans tout comme les flashs de lumière lui agressaient la rétine. La situation commençait même à dégénérer lorsque Siméon McFly prit les choses en main et répondit à Malefoy qu'il n'était pas question qu'ils quittent cet endroit pour le moment. Le professeur proposa de les faire descendre au sous-sol, ce qui ne réjouit pas Anthony : ils avaient passé suffisamment de temps enfermés comme ça, même si techniquement, ils avaient pu prendre l'air dans le parc lorsqu'ils étaient à Poudlard. C'était surtout la privation de liberté qui le dérangeait au plus haut point, même s'il était prêt à coopérer, sachant très bien qu'un minimum d'ordre était nécessaire. Et puis, s'il avait envie de revoir ses parents, il s'inquiétait surtout pour Leah qui était restée au château et qui devait sérieusement se demander où il avait pu disparaître comme ça.

Deux jeunes femmes suggérèrent qu'on les emmène effectivement ailleurs mais en faisant venir parents et médicomages jusqu'au Ministère puis on les fit descendre dans les sous-sols. Trop perturbé pour réfléchir, Anthony se contenta de suivre la marche pour l'instant et obtempéra en silence. Alors que le professeur McFly se penchait pour parler à la plus jeune des deux femmes, il disparut lui aussi. Anthony se figea, les yeux écarquillés de stupeur.

"Qu'est-ce que..."

Décidémment, la capacité de s'exprimer autrement semblait lui faire défaut, aujourd'hui.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Déc - 23:45
    Ok Jesse était complètement perdu et son mal de tête n'arrangeait pas les choses. Rêvait-elle ? Non pourtant, après tout elle avait manger ce matin et avait prit des médicaments. Non elle ne rêvait pas. Elle était bien au ministère accompagner d'autres élèves dont sa pire ennemie. C'était son jour de chance. Heureusement Drago était là ce qui au fond la rassura. Très vite des adultes sont arrivés, ils ont prit en main la situation. Le fait que Drago ne sache pas ce qui ce passait ne surpris par Jessie qui avait bien remarquer que tout les élèves étaient dans l'incompréhension générale. Iris confirma les craintes de Jesse : ils étaient au ministère... Non, non... Jesse-Rose n'était pas encore prête à affronter ses parents et plus particulièrement son père. La sorcière ne voulait pas sortir de Poudlard qui la protégeait de tout. Le sort l'empêchait de voir ses parents, de recevoir des hiboux qui portaient avec eux des lettres oppressantes de sa famille. Elle se sentait bien dans les murs de Poudlard mais dans le ministère point du tout. Sarah alla carrément dans l'assistance pour demander le jour, Jesse le savait : elle avait un calendrier dans sa valise. Mais préféra garder le silence que de renseigner Sarah qui apparemment avait besoin de parler à d'autres personnes qu'à des élèves. Elle revinit vers Iris et assura qu'elle avait envie de rentrer chez elle. Jesse-Rose garda ses pensées pour elle ne voulant pas dévoiler la précarité de sa situation en public ! Rentrer chez elle signifiait beaucoup plus que de faire des bisous à papa, maman. Jessie était terrifiée. Drago répondit à Black mais pas comme Jessie l'espérait : apparemment tout le monde semblait être impatient de revoir leur famille. Pourquoi Jesse-Rose ne pouvait-elle pas savourer elle aussi ce bonheur ? Cette envie, impatience ? Drago prit la parole et parla au nom de tous : Jesse ne broncha pas étant bien trop obséder à regarder chaque visage pour voir si celui de sa mère ou de son père apparaissait bien que cela soit impossible étant donner que c'était des mangemorts connut. Peut-être sa mère pourrait venir sans problème mais son père serait immédiatement arrêter.
    Le professeur d'histoire de la magie, le premier adulte qui adressait la parole à des élèves depuis des mois rabaissa Drago ce que la serpentard n'apprécia pas même si elle n'était pas concernée. Ce professeur l'avait toujours énerver à faire son moralisateur, il était imbus de lui-même et avait beaucoup trop confiance en lui. Jessie était persuadée qu'un jour ça le perdrait. Le faite qu'Alice joue en quelque sorte avec MacFly et prenne sa défense avait toujours fait rire la blonde et au fond elle avait apprit à apprécier ce professeur qui était un puits de savoir. Vient ensuite une puis deux aurors qui confortaient ce qu'avait dit le professeur peu de temps avant : ils devaient être mis en sécurité. Au fond la jeune sorcière se sentit soulagée de savoir qu'elle allait avoir un peu de répit avant l'affrontement. Elle allait pouvoir réfléchir à une stratégie pour soit s'échapper et éviter ses parents ou bien affronter son père et prendre le risque de perdre la vie.
    Le professeur d'histoire de la magie prit les rênes à son tour et décida d'emmener le groupe au sous-sol. Jesse-Rose avait emboiter le pas à Drago et resta près de lui : étant le seul des 6 qu'elle appréciait. Ce n'est pas vers Pandora qu'elle se tournerait au risque de lui crever les yeux ! A peine avaient-ils descendus les escaliers que le professeur disparut. Jesse s'arrêta et regarda autour d'elle :

    « C'est moi ou Monsieur MacFly vient de disparaître... ? »

    Jesse regarda les adultes qui semblaient eux aussi désemparés :

    « Il n'y à donc aucun lieu où on est en sécurité dans le monde magique ! »


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Iris Prescott
Étudiante en Magie Avancée
Nombre de messages : 1093
Célébrité sur l'avatar : Hilarie Burton (c)rose adagio
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Déc - 16:52
Iris n'arrivait pas à réfléchir, non. Des questions filaient, toujours les mêmes. Pourquoi six élèves de Poudlard se trouvaient subitement à l'extérieur, en plein dans le ministère ? Pourquoi eux et pas d'autres ? Sarah lui confirma qu'ils se trouvaient bel et bien dans le ministère et elle alla même demander à des employés des renseignements. Puis, elle revint vers elle et lui proposa d'aller chercher leurs parents. Le père d'Iris était au ministère, il devait être dans les bureaux, quelque part. Elle allait accepter sa proposition, sans trop réfléchir à autre chose mais Drago Malefoy la devança et fit une remarque intelligente bien qu'elle ne l'avoua pas – elle n'allait pas blesser Sarah pour ça. C'était prendre trop de risques de se séparer pour se perdre quelque part dans Londres ou sur le Chemin de Traverse. Surtout avec tous les journalistes, prêt à tout pour avoir leurs scoops. C'était bien la seule chose qu'Iris reprochait à ce métier : les indiscrétions de certains vis-à-vis de la vie privée de certaines personnes. Mais revenons à Malefoy. Celui-ci, comme à son habitude, se prenait pour le grand chef, supérieur. Cela avait toujours agaçé Iris au plus au point, même quand ils avaient une pseudo-relation d'amitié. Quand ils se fréquentaient lors des fêtes, autrement dit. «  Je suis Drago Malefoy ». Comme si tout le monde allait savoir qui il était. Enfin. Il sut être concis et au moins, il demanda à ce qu'ils voient leur famille avant tout. C'était le plus important pour Iris en ce moment.

Très vite, l'ambiance devint insupportable. Le bruit, les flashs, les questions qu'on leur posait, les plumes à papote qui s'agitaient déjà sur des carnets de note … Iris avait envie de crier mais elle devait faire bonne figure. Ses yeux étaient encore rouges, humides et elle était à deux doigts de pleurer à nouveau. Fort heureusement, un professeur de Poudlard, M. Siméon Macfly, qui occupait le poste d'Histoire de La Magie arriva pour remettre un peu d'ordre. Elle n'avait pas d'avis particulier sur lui, il était un bon professeur et Iris aimait bien le cours d'Histoire de La Magie, il n'était plus aussi ennuyeux qu'avant même s'il ne faisait pas partie de la liste de ses cours préférés. Elle était devenue un peu plus experte en la matière cependant, depuis qu'elle organisait elle-même des cours à Poudlard pour garder un semblant d'enseignement. Mais la joie de la Poufsouffle fut de courte durée quand il annonça qu'ils verraient leurs familles après avoir été interroger. Quoi ? Non ?! C'était PAS possible. Non. Non. Non. Iris secoua la tête. Et elle protesta après que le professeur ait brillamment remballé Malefoy.

«  Attendez, j'estime que nos familles doivent être les premiers à être informées de notre subite sortie. Et on pourra rien vous dire d'autre que ce qu'on sait, c'est à dire rien ! »

Sauf que ses protestations furent à peine entendu. Non, deux autres adultes arrivèrent, une femme et une jeune, qu'Iris ne sut pas identifier. L'une rassura le groupe en leur assurant que leurs parents allaient bientôt arriver. Ah oui ? Comment ? S'ils ne sont pas au courant d'où on les emmenait, ils allaient avoir dû mal à les retrouver, assurément. L'autre s'inquiéta de leurs états de santé. Et suggéra d'envoyer un auror chercher des médecins. Mais nom d'un chaudron, cela se voyait qu'ils étaient en pleine forme, non ?! Iris était désespérée. Elle voulait être chez elle. Prendre sa fille dans ses bras. Et non aller dans un sous-sol sinistre à passer les heures suivantes à se faire interroger sur quelque chose qu'elle ne pouvait pas expliquer. Et le professeur finit par dire que s'ils coopéraient vite, ils rentreraient rapidement. Iris n'y croyait qu'à moitié. Les laisser chez eux sans protection ? Hum, impossible selon elle. Ils avaient réussi à récupérer six élèves, ils n'allaient pas prendre le risque de les perdre à nouveau.

Ils étaient entourés par les deux aurors et le professeur d'Histoire de la Magie qui crut bon de rajouter une pointe d'humour. Parents hystériques ou bien sous-sols ? ris préférait sans aucun doute la première solution car au moins, elle aurait des nouvelles de sa famille.Iris se laissa entraîner loin des journalistes avides de scoops, de trucs croustillants. La Poufsouffle se prépara mentalement à l'interogatoire qui allait suivre. La ministre serait peut être là … Quoiqu'il en soit, ses nerfs étaient mis à rude épreuve, elle se retenait de crier, de protester, par respect pour les autres élevés. Eux aussi voulaient voir leurs proches. Et Iris n'allait pas les pénaliser. Donc elle se mit à écouter les discussions des adultes, quand elle fut surprise par … La disparition du professeur Macfly. Et puis quoi encore ? Iris s'arrêta, choquée, ne trouvant pas quoi dire. Le monde devenait fou ? Hellson était-il le responsable de tout ça ? Ou le mage noir voulait-il montrer à tous qu'il était plus fort ? Tout était confus. Vraiment. Jesse-Rose prit la parole, pour s'assurer qu'elle avait bien vu. Tout en rajoutant qu'ils se seraient jamais en sécurité nulle part. Iris acquiesça en soupirant. Et elle eut une révélation. Et s'ils repartaient eux-aussi ?

« Je suis d'accord avec Jesse-Rose. On sera jamais en sécurité. Donc ça ne sert à rien de nous boucler dans les sous-sols alors que vous n'avez pas la certitude qu'on sera en sécurité, sans risque de partir comme le professeur. Il n'a pas pu transplaner, il était en train de parler ! »

Et s'ils repartaient, ils ne verraient pas leurs parents. C'était inconcevable pour Iris. La peur l'envahit et fut à deux doigts de craquer de nouveau. Elle inspira puis continua.

«  Le plus important avant qu'on disparaisse c'est qu'on voit nos parents ! Enfin c'est pas juste pour eux qu'ils ne nous voient pas, alors qu'on est là, en bonne santé ! Arrêtez de nous trimballer partout et laisser nous rentrer chez nous, on ne sait rien de tout ce qui a pu se passer ! On est les victimes dans l'histoire ! »

Bon, Iris dramatisait peut être mais elle n'avait qu'une idée en tête, retrouver ses parents, sa petite fille et profiter d'un moment privilégié de famille. Tant pis si elle était insolente. Tant pis si on la voyait comme une gamine capricieuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1824
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Déc - 20:22
Spoiler:
 

    On pouvait dire ce qu’on voulait sur le troisième protagoniste qui voulait rentrer dans le jeu, il avait une notion des scénarios avec des rebondissements plutôt spectaculaires. Alors qu’ils avaient pratiquement tous cherché d’une manière ou d’une autre à faire lever se sort pour libérer, de la prison inventée qu’était devenu l’école de sorcellerie, les élèves, voila qu'un beau matin, ils retrouvaient six élèves en plein milieu du ministère ! Mais c’était se payer la tête des gens ma parole ou en tout cas c’était franchement jouer avec eux. Cependant, on n’avait pas vraiment du temps à perdre avec les questions existentielles de pourquoi ? Pourquoi là tout de suite ? Vu que le plus important était d’emmener les élèves au calme, loin de cette masse de monde complète survolté. Au calme pour essayer de tirer tout cela au clair. En même temps en portant son regard vers les alentours, elle pouvait comprendre la réaction de certains parents, ils étaient le seul lien qui pouvait les relier à leur progéniture et dans de telles circonstances de stress ou d’inquiétude on ne pensait plus à leur santé ou à l’impact que cela pourrait avoir. On ne souhaitait qu’une seule chose et c’était de satisfaire la partie égoïste de notre caractère. Oh elle ne nierait pas qu’elle aimerait savoir comment allait Selena, s'il n’y avait aucun problème, mais elle se contentait de faire son travail, ils avaient déjà l’air assez perdu et désorienté comme ça que pour continuer à les assaillir dans l’immédiat de question. Entendant la réplique de Macfly, elle n’avait pas pu s’empêcher de répondre disant donc que leur santé devait passer avec le reste, chose que Robyn confirma tout de même en signalant qu’elle allait faire venir un médicomage. Elle acquiesça simplement avant que le professeur en remette une couche contre elle.

    Elle arqua les sourcils, les vieux snobs hein ? Là il était loin du compte parce qu’il ne devait peut-être pas oublier qu’il était le plus vieux…De plus, il se prenait encore pour l’homme à la sagesse proverbial, franchement comme si elle ne le savait pas qu’ils souhaitaient voir leur parent au lieu de rester ici. Etait-ce d’ailleurs un choix ? Bon…Elle lui lança un regard qui en disait long sur le fait qu’elle n’appréciait que très moyennement sa rétorque à son égard, néanmoins venant de sa part, cela ne l’étonnait pas non plus, ce n’était pas comme ci c’était inhabituelle. Choisissant de ne rien y répondre, elle se contenta donc du langage non verbale ou corporel qui se trouvait être tout aussi efficace. Par la suite, ils décidèrent de les emmener autre part tout en les encadrant comme le brun et sa bleue, bien qu’elle veillait grandement d’ailleurs à ne jamais l’appeler ainsi parce qu’elle l’aurait certainement mal prit et il y aurait eu droit à encore quelques accrochages de plus avec la demoiselle au caractère tout aussi peu conciliant que d’autres, prirent la tête autant de la file que de l’action, Alicia choisit donc de fermer la marche. Docilement ou peut-être mieux formulé toujours sous le choc de ce qu’ils leurs tombaient dessus, tout le monde s’élança bien gentiment dans ce cortège plutôt unique et suivit. Par hasard, le regard noisette de l’auror se porta un moment vers Pandora, au moins elle pourra dire à Théodore qu’elle allait bien. Ce qui la rassurait grandement même si c’était vrai qu’être dans Poudlard était plus sur que dehors en liberté face à des mangemorts. Quitte à choisir, subir Hellson valait bien mieux.

    Elle marchait à quelques pas derrière tout ce beau monde, suivant leurs rythmes tranquillement, son regard restait mobile se fixant parfois sur la troupe hétéroclite d’un échantillon de jeune sorcier que sur les personnes qui les regardaient passer avec un étrange regarde où se mêlait pas mal de sentiment. Elle ne savait pas vers ou il les dirigeait mais elle espérait juste que ce n’était pas les salles d’interrogatoire car avouons que cela ferait plus suspect qu’autre chose, bien que n’importe ou serait tout de même mieux que de continuer d’être la cible des reporters de la gazette parce que au sinon leur vie allait tourner à l’enfer parce que un parent inquiet, c’était prêt à quasiment tout et d’ailleurs barrer le quasiment. Comme un rebondissement à la méthode Hellson ne venait pas tout seul, ce fut le professeur en tête de file qui disparut subitement en plein milieu de sa phrase. Elle s’arrêta presque net avant de regarder la position où il se trouvait quelques secondes plus tôt avec une certaine surprise et incompréhension. Instinctivement, elle avait resserré sa prise sur sa baguette qu’elle tenait toujours en main même si c’était parfaitement inutile. Bon sang, mais à quoi il jouait ? C’était quoi le but de tout cela ? Hein, qui allait être le prochain à disparaitre ? Ou peut-être bien à arriver qui sait ? Qui sait si les élèves allaient même rester ? Dans sa stupéfaction les questions arrivèrent bon train dans son esprit, voilà une situation qui n’était pas prévue du tout. Après la fraction de seconde de battement ou elle accusa le coup, elle se reprit, recomposant un visage neutre, ce n’était pas une raison pour se laisser aller bien au contraire, agissons tant qu’il en était encore temps ! Cependant avant qu’elle ne puisse ouvrir la bouche pour reprendre la parole, deux jeunes filles le firent pour apporter des réflexions auxquelles elle s’attendait. L’auror regarda Robyn un instant avant de tourner son regard vers celles qui avaient parlées.


    -Croyez bien, miss, que nous savons que vous n’êtes que des victimes dans tout cela. Il est normal que vous vouliez revoir votre famille, leur parler, profiter de cette liberté que vous venez de retrouver. Nous le comprenons également, mais essayer de voir le point de vue que nous défendons. Je sais que ce n’est pas simple mais pensez une minute à tous ses élèves qui sont resté dans le château, à tous ceux qui voudraient aussi pourvoir parler à leur famille mais qui ne le peuvent pas. A cette foule de parents un peu hystériques qui vivent dans l’angoisse de ne rien savoir faire pour les aider. Nous ne vous empêcherons pas de leur parler mais vous devez nous aider à rendre cela possible pour les autres. Vous ne savez rien, bien laissez nous en juger. Parfois le moindre petit détail peut compter pour trouver la solution que nous attendons. Vous pourrez faire avancer la situation, qui sait la débloquer, alors réfléchissez-y…

    Elle avait parlé sur un ton calme et posé mais décidé tout de même. Après quelques fractions de seconde où elle les laissa intégrer ses paroles, elle recommença sur le même timbre.

    -Maintenant croyez bien que la nouvelle fera très vite le tour de tout le pays au vu du nombre de média qui était présent et vos parents seront certainement arrivés avant que nous en aillons fini de vous poser des questions. Alors si vous voulez bien aller par là.

    Oh elle n’avait pas vraiment parlé du souci qu’ils pouvaient très bien disparaitre tous dans la moindre seconde mais à vrai dire elle ne pouvait pas le moins du monde le prévoir, ni même le dire. Alors quand on ne savait pas on devait faire avec. D'ailleurs ces temps-ci, ils étaient plus occupé de subir que d’avancer. Alicia avait beau passer le plus clair de son temps dans des situations ou le lendemain n’était jamais sûr, c’était toujours aussi désagréable.

    -On essayera de faire vite, n’est-ce pas Robyn ?


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 30 Déc - 10:30
Invité
    Robyn observait la discussion entre Mcfly et Alicia d’un air ennuyé. Après tout, il était question de compassion et d’amour entre parent et enfant. Robyn ne connaissait ni l’un des l’autre, du moins, ne les connaissait plus depuis bien longtemps. Son père n’avait jamais montré d’affection à son égard quand à sa belle mère, si elle n’avait jamais existé elle aurait été la plus heureuse du monde. Quand à sa mère, si elle était toujours de ce monde, la demoiselle ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.

    « Bon puisque je vois que les autres aurors sont incompétents et ne sont pas présent : allons-y c'est par là. »

    Cette remarque eut le don de faire lever les yeux au ciel et de l’intéresser un peu plus à la conversation :

    « Désolé, on n’est pas spécialisé dans la garde d’enfants contrairement à certains » rétorqua la blondinette avec ironie en emboitant le pas à Siméon.

    Certes, ils n’étaient pas spécialistes dans la garde d’enfants mais malheureusement, pour l’instant, ils allaient devoir jouer les nounous. Comme l’avait soulevé le professeur, des mangemorts pourraient se montrer pour essayer de mettre la main sur les gamins pour faire pression sur le ministère, ou pour essayer d’avoir des infos. Il semblerait que Voldemort aussi veuille mettre la main sur Hellson. C’était bien l’homme le plus recherché de l’Angleterre en ce moment. Comme s’il représentait la plus grande menace du monde magique. A son humble avis, Hellson leur avait rendu service en enfermant les élèves dans l’école. Au moins, il n’était menacé par aucunes menaces extérieures. Oui, Robyn pensait qu’ils étaient même à l’abri dans ce château. Bien plus qu’à l’extérieur… Et au lieu de tout faire pour essayer de lever le sortilège, ils devraient plutôt tout faire pour arrêter les mangemorts et leur maitre. Mais non, la ministre de la magie s’obstinait à vouloir arrêter Hellson avant tout.

    Siméon choisit ce moment là pour sortir la demoiselle de ses pensées en s’adressant à elle. Avec le mot mangemort en début de phrase, elle ne pouvait qu’accorder toute son attention à son ancien professeur. Une obsession ? Non, pas du tout. Mais elle n’eut pas le temps de connaitre le fond de la pensée de McFly que pouf, il disparut tout à coup. Et là, ce fut le drame… La panique refit surface chez les élèves restés jusqu’à maintenant. Décidément, ce satané professeur d’histoire de la magie avait le don pour toujours se faire remarquer.

    Robyn posa un nouveau regard ennuyé sur le groupe d’élèves qui venait de s’arrêter. Un jeune homme essaya de parler, essaya seulement. Pas très loquace… Puis les deux blondes prirent le relais en mode panique hystérique puis en mode caprice avec des « je veux voir ma maman ». Elle échangea un regard avec Alicia. Réconforter les gens n’était pas le fort de la blondinette… Son ancienne formatrice était plus apte à cajoler des enfants en manque de présence parentale qu’elle.

    « Connaissant McFly, ça serait bien du genre à disparaitre ainsi juste pour se faire remarquer… » Lâcha l’auror sur un ton carrément indifférent du genre ‘panique si tu veux, moi, je m’en fous complètement’.

    Certes, il était impossible de transplaner où l’on veut dans le ministère de la magie qui disait que Siméon venait de transplaner ? Ce n’était pas les sortilèges qui manquaient pour disparaitre aux yeux des autres.

    Pour la suite, Robyn passa le relais à Alicia qui était plus à même de discuter et calmer les élèves. Si la jeune fille se chargeait de parler, ils allaient être vexé, contrarié et agaçant à souhait. Non, Alicia serait plus douée qu’elle pour les rassurer. Pendant ce temps, la demoiselle se contenta de petites remarques pour elle par la pensée. Victime ? Franchement, il ne fallait pas exagérer. Ils étaient tous sain et sauf, sans problème de santé visiblement ni menace d’aucune sorte dans le château, nourri, loger, blanchi et à l’abri de menaces extérieurs. Non, on ne pouvait décemment pas dire qu’il s’agit de victime mais bon… Vint le couplet sur la famille… Eh minute, Alicia comprenait peut être mais pas la peine d’inclure la blonde dans le « on ». Elle, elle ne comprenait et préférait éviter sa famille que se jeter dans leurs bras, larmes aux yeux et musique dramatique en fond. Rien que l’image de la p’tite scène écœurait la jeune fille.

    Alicia termina enfin son petit discours et ses paroles semblaient avoir calmé les enfants. Qu’Est-ce qu’elle disait ? Elle était douée pour ce genre de chose.

    « On irait plus vite si on avançait… On y va maintenant ou l’un de vous en encore une requête à formuler ? En fait, pas la peine de répondre, avancez et taisez vous » ajouta-t-elle avant de reprendre le pas vers la salle où elles devaient les mener toujours sur ce ton indifférent à souhait.

    Et oui, Alicia était la maman douce, attentionnée et protectrice. Robyn allait droit au but et que cela plaise ou non, c’était pareil. Ils n’avaient pas de temps à perdre en blablatage inutile. La jeune auror les conduisit dans une salle de pause des membres du Magenmagot entre deux séances. De grands fauteuils confortables, une grande table sur laquelle reposait un service à thé vide, des étagères remplis de bouquins surement plus ennuyeux les uns que les autres sur le droit magique. Dans un coin reposait un jeu d’échec.

    La demoiselle s’accouda contre le mur à côté de la porte, sa baguette toujours dans sa main droite pendant que le groupe d’élèves pénétrait dans la pièce suivi d’Alicia.

    « Vous deux, vous restez devant la porte et personne n’entre sans notre autorisation c’est clair. Même s’il s’agit de la ministre de la magie en personne… » Ordonna-t-elle à deux aurors qui les accompagnait depuis le début sur un ton beaucoup plus sérieux que le ton détaché qu’elle abordait jusqu’à présent.

    Ceux-ci acquiescèrent et se postèrent de chaque côté de la porte, baguette en main. La blondinette préférait être prudente, on était jamais à l’abri d’un mangemort déguisé à l’aide de polynectar. Une fois la porte refermée, la jeune auror jeta deux trois sorts sur la porte aussi bien que celle-ci soit déjà protéger puis s’installa dans un fauteuil. Elle jeta un coup d’œil à sa collègue qui était occupé à faire du thé pour les élèves, l’instinct maternel opérait toujours ce qui arracha un bref sourire amusé à la demoiselle.

    « Bon, et si on attaquait… Racontez nous comment vous êtes arrivez dans le hall du ministère ou du moins, de ce que vous vous souvenez. »

    Bah oui, passons directement aux choses sérieuses, ils n’allaient pas passer des heures dans cette pièce non plus. Eux voulaient retrouver leurs parents, elle, elle voulait repartir à la chasse aux mangemorts.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3900
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Jan - 0:34
    Décidément rien n'allait ! Pourquoi étaient-ils sortit de Poudlard ? Aucune idée, personne ne savait mais on continuait quand même à les harceler, à vouloir absolument les interroger ! Les adultes n'écoutaient définitivement pas les élèves : ILS NE SAVAIENT RIEN ! Les autres devaient être dans le même cas qu'elle. Elle n'avait rien demandé bien qu'au fond cela l'est arrangée dans le sens où sinon elle aurait sûrement crevé les yeux à Aaron ! ANéanmoins la blonde voulait laisser une chance aux adultes de montre qu'ils étaient adultes, maître de la situation mais voilà que maintenant même les adultes commençaient à se tirer dans les pattes ! Jesse-Rose n'était pas étonnée lorsque c'était des élèves mais des adultes, se disputer aussi puérilement ? Sur quelle planète ils étaient ? On les traitait d'enfants ? Sérieusement ? Non ils ne le sont plus : pas après avoir passés plusieurs mois sans nouvelle, enfermé dans un château où tout le monde à envie de s'entretuer où plus aucune règle n'est respectée pas même celle qu'Aaron essaye d'imposer avec force. Au fond ce dernier n'avait pas dû étudier l'histoire sinon il aurait sût qu'on obtient jamais rien par la force mais passons. La serpentard serra les poings pour ne pas dire tout ce qu'elle avait sur le coeur : elle s'était ridiculisée une fois à Poudlard, elle ne comptait pas faire la même chose dans le ministère alors que les journalistes peuvent encore entendre ce qui ce disait. Ils allaient être interrogés non ? Alors autant le faire en privée en prenant seulement les élèves pour témoins. De toute façon Jesse savait que les mangemorts n'allaient pas tarder à faire leur entrée pour récupérer les enfants prodiges de Greenwood et Malefoy. L'une des aurors avait froidement assuré que c'était le genre du professeur à faire ce genre de chose pour qu'on le remarque, parce que transplaner alors que six élèves venaient d'arriver c'était normal peut-être ? Une coïncidence peut-être ? Dieu sait de quoi était capable ce fou d'anarchiste.

    « Je leur donne volontiers ma place. Quand on voit que même dans le ministère on est pas en sécurité : je préfère retourner à Poudlard que dis-je à Durmstrang. Vous êtes sûr d'être capable de repousser une attaque mangemort ? Si comme vous le dites l'information est entrain de se répandre alors vous devez vous en doutez : ils vont venir nous chercher. »

    Finalement on leur ordonna de se taire. Parfait ! Elle décida de chercher ses mots pour la suite des évènements. Ils rentrèrent dans une salle : style Poudlard. Un rapide coup d'œil permis à la serpentard de voir qu'il n'y avait qu'une porte qui était maintenant gardée par deux sorciers, la belle affaire ! Le thé était entrain d'être fait : manquait plus que les petits gâteaux et on pourrait faire une tea party ! Yoouhou ! C'était vachement le temps de faire du thé !

    « Où ont les petits gâteaux qui vont avec ? »

    Jesse-Rose se mit à rire avant de lever les yeux au ciel. Elle décida de se mettre au garde à vous militaire en face de la blonde :

    « Chef autorisation de parler chef ? Ou doit-on se taire et vous obéir aux doigts et à l'œil parce que vous vous pensez plus fort que nous alors que vous n'êtes pas capable d'arrêter les plans d'un anarchiste fou à lié qui bloque un château entier remplit d'élève ? »


    Sans même attendre une quelconque réponse de la part de l'auror blonde, elle alla au fond de la salle et se posa sur le fauteuil devant la table avec le jeu d'échec. Elle ne parlerait pas tant qu'on ne lui aura pas montrer un peu de respect : c'étaient des êtres humains après tout non ? De plus la jeune fille avait d'autres problèmes à régler car cette sortie soudaine voulait dire beaucoup de choses pour elle. Elle devait se préparer... Si tout les élèves de cette salle voulait revoir leur parent : ce n'était pas le cas de Jesse-Rose. Même être avec la blonde désagréable serait moins pire que d'être avec son père. Dieu sait de quoi ce dernier était capable. Un frisson la parcourut rien qu'en essayant d'imaginer sa réaction lorsqu'elle lui dira qu'elle ne deviendrait pas une mangemort... La blonde devait réfléchir à un plan pour pouvoir éloigner ses amis du danger... Elle savait que ses amis l'aideraient jusqu'à sa mort alors si elle se disputait avec eux, qu'ils n'étaient plus amis : ils ne voudraient plus l'aider donc ils ne seraient plus en danger. Cela voulait aussi dire qu'elle allait être seule... Mais au moins tout le monde sera protégé.
    Perdue dans ses pensées, une idée germa dans sa tête : et si elle se transformait en fouine ? Peut-être qu'il y avait une autre issue quelque part ? Ah ah et puis cela serait drôle de voir la réaction des aurors si un élève venait à disparaître... Hum... C'était une idée à garder en tête, Jesse-Rose n'avait plus qu'à chercher un moyen de mettre tout ça en place.


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drago Malefoy
Étudiant en politique magique
Nombre de messages : 610
Célébrité sur l'avatar : Tom Felton.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Jan - 23:48
Drago avait vu les évènements se dérouler devant ses yeux sans pouvoir rien y faire à la suite de son discours improvisé. Oh, il se savait trop effrayé par le cours des évènements pour faire un discours correct. D’ailleurs, il n’ignorait pas qu’il valait mieux prévoir ses discours à l’avance pour qu’ils soient vraiment efficaces. Cela n’empêcha pas qu’il soit réellement vexé par les propos de Siméon McFly. Cet abruti de professeur se permettait de le rabaisser alors qu’il jugeait avoir fait ce qu’il fallait. S’il n’avait rien dit, le groupe d’élève aurait pu se disperser comme il était déjà en train de le faire alors que Black s’éloignait pour demander des renseignements, il aurait pu se retrouver assaillit par ces charognards de la Gazette du Sorcier et d’autres journaux moins importants qui étaient déjà sur place. L’anarchie se serait alors mise en place, les vautours se seraient jetés sur leurs proies qu’étaient les élèves innocents et finalement, les déclarations publiques qui auraient été émises auraient été bien plus dangereuses que celles, légères, que Drago s’était permises de faire en s’adressant aux journalistes. Certes, le fait qu’il se soit autoproclamé chef par ce biais était lui-même fort discutable : mais qui l’aurait fait à sa place ? Soyons sérieux, Jesse-Rose n’avait nullement envie de revoir sa famille mais, tout en sachant que les autres le désiraient sans doute, elle n’aurait pas pu se permettre de prendre la parole. Prescott et Black, qui manquaient de méthode, se dispersaient déjà. Quant aux autres, Pandora et Anthony, ils ne semblaient pas assez réactifs sur le moment. Peut être qu’ils auraient été meilleurs que lui et, surtout, plus légitimes, puisqu’il savait pertinemment que seules deux personnes ici l’appréciaient vraiment : Pandora et Jesse-Rose, qui entretenait d’ailleurs une haine mutuelle l’une envers l’autre, le fait qu’elles soient les seules ici à l’apprécier réellement était donc assez paradoxal. Quoi qu’il en soit, peu importait son manque de légitimité et le maigre poids qu’aurait fait son discours s’il n’avait pas été un jeune homme de dix-sept ans qui venait de l’école de magie du Royaume Uni, elle-même celée : son discours avait eu le mérite de calmer un tant soit peu les journalistes – à moins que ce fut l’arrivée de McFly qui eut cet effet – et de créer une unité au sein du groupe.

Drago avait présumé pour tous ses camarades qu’ils voulaient tous revoir leurs familles. Cependant, il se doutait bien que ce n’était pas forcément le cas : lui-même, s’il attendait impatiemment de revoir Narcissa, craignait terriblement sa prochaine entrevue avec Lucius – et ne parlons même pas des Lestrange. A force d’être livré à lui-même dans le château, il avait découvert une notion qui lui était jusqu’alors dissimulée : la liberté. Il était libre de croire à ce qu’il voulait, de suivre qui il voulait, d’agir comme il le voulait tant qu’il était au sein du château. Bien entendu, il aurait fallu bien plus de temps pour qu’il puisse en effet commencer à exploiter pleinement cette nouvelle liberté pour devenir une meilleure personne. Il avait cependant eu un avant goût de cette liberté, un avant goût qui lui donnait plus que tout envie de s’aventurer, avec la prudence qui lui était propre et que certains qualifierait plutôt de lâcheté, sur cette nouvelle voie qui s’offrait à lui. En le poussant à revoir ses proches, les partisans du lord qui composaient sa famille, on brisait ce nouveau sentiment, on fermait la porte à peine entrouverte d’un chemin qui aurait pu être plus lumineux. Il ne connaissait pas forcément bien tous les autres et, dans l’immédiat, il s’en moquait : en situation précaire, surtout sentimentalement parlant, comme il l’était à l’instant, il laissait sa tendance indépendantiste prendre le dessus. S’il avait inclus les autres dans son discours, c’était surtout pour que celui-ci ait plus de poids : si chacun allait de sa déclaration, les choses ne fonctionneraient jamais et il n’obtiendrait jamais ce qu’il revendiquait. C’est parce qu’il n’était après tout qu’un jeune homme effrayé qui avait tenté de faire de son mieux dans une situation déstabilisante pour tous ceux qui la vivaient, à savoir le fait d’être soudainement catapulté dans le ministère de la magie alors même qu’il pensait qu’il ne le reverrait pas avant la réouverture de Poudlard, que Drago ne supporta vraiment pas les quelques mots que lui glissa Siméon. Il aurait mieux fait de se taire et de laisser l’anarchie s’installer, d’après lui ? Pour le seul crime de l’avoir vexé, Siméon eu droit de se faire tuer du regard par le Serpentard. Hors de question de se laisser marcher sur les pieds par un professeur, par un de ceux qui ne trouvaient aucune solution pour arrêter ce taré d’Hellson et libérer le château !

De son élan de courage et de maturité qui l’avait poussé à prendre la parole et à se poser comme le leader du petit groupe d’élèves perdus qu’ils étaient, Drago passa à une subite régression puisqu’il décida que, puisque c’était comme ça, il ne dirait plus rien. Dès la remarque du professeur, vexé, il garda donc le silence. Il ne pu s’empêcher de les regarder d’un air blasé et agacé qu’on parle tout particulièrement de Jesse-Rose et de lui-même à propos des Mangemorts : devant les autres élèves, c’était vraiment super – d’autant plus que son père n’était que fortement soupçonné d’appartenir aux Mangemorts, il n’y avait aucune preuve tangible de ce fait. Et puis de toute façon, ils devraient bien les renvoyer à leurs familles à un moment où à un autre : à cet instant, ils allaient finir par être confrontés aux partisans du Lord, voire au Lord lui-même. Alors que ce soit dans l’immédiat ou dans quelques heures, cela ne changeait pas grand choses aux yeux du blond. Enfin, il pensait cela dans l’immédiat mais en réalité, il était tout aussi impatient de revoir ses proches que mort de trouille à cette idée : les quelques heures de répit dont il pourrait alors bénéficier étaient une chance.

Et puis soudain, alors même qu’il était en train de parler, le professeur contre qui il dirigeait toute sa colère du moment… Disparut. S’il n’avait pas été aussi effrayé à l’idée qu’il puisse lui arriver la même chose en une seconde, il aurait sûrement ricané. Car oui, quelque part, dans le coin moqueur de sa personnalité qui était loin d’avoir disparu, il trouvait très drôle que ce soit le professeur donneur de leçon qui se croyait plus fort que les autres qui disparaissait aussi soudainement, mystérieusement. Il ne pensait pas, comme l’auror l’avait suggéré, qu’il ait pu le faire simplement pour attirer l’attention : et c’était bien pour cela qu’il se sentait plus angoissé qu’amusé par la situation. Il ne savait pas comment il était arrivé là : tout ce qu’il savait, c’était que ce n’était pas le ministère qui l’avait voulu. Et il pensait bien que Voldemort, s’il avait fait cela, n’aurait pas fait atterrir tout ce beau monde dans le ministère mais bien ailleurs, comme par exemple dans le manoir Malefoy. Il était donc nettement plus probable qu’il s’agisse d’Hellson, dans son cas. Mais pour McFly ? Ce ne pouvait être le ministère : était-ce Hellson qui avait décidé de ne faire on ne savait quoi de lui ? Peut-être de prévenir ainsi les élèves qu’ils n’allaient pas tarder à rentrer, que leur sortie n’était que passagère ? Ou peut être était-ce le Lord lui-même qui voulait, pour une raison inconnue, s’emparer du professeur, auquel cas Drago devait s’attendre à être le prochain disparu sur la liste. Il était terrorisé à l’idée que les choses se passent ainsi : il n’avait pas le choix, tout ce qu’il pouvait faire était attendre dans l’angoisse et cette situation lui était insupportable.

Les deux aurors les menèrent vers une salle. Drago ne put s’empêcher de jeter une œillade méprisante à Watford : pour qui se prenait-elle à leur répondre ainsi ? Ne comprenait-elle pas qu’ils étaient ceux qui avaient besoin de soutien, d’être protégé ? Bon, pour sa part il ne l’admettrait jamais. Mais elle n’avait pas à les forcer à se taire sur un ton aussi autoritaire ! Elle manquait cruellement d’une subtilité pourtant nécessaire à tous les interrogatoires. Elle et Alica les conduisirent jusqu’à une pièce gardée par deux aurors : Dray ne pu s’empêcher d’esquisser un léger sourire sarcastique : si le seigneur des ténèbres décidait de venir les récupérer, Jesse et lui, ce ne serait sûrement pas deux petits aurors qui l’en empêcherait. Et il en allait sûrement de même pour Hellson, quand on voyait tout ce qu’il avait fait jusque là…. Bref, Drago se contenta d’être spectateur un instant encore. Jusqu’à ce que Robyn leur demande ce qu’il s’était passé. Ne l’avaient-ils pas déjà assez dit ? Ils ne savaient absolument rien. Le blond commençait à trouver la situation de plus en plus ennuyante, malgré l’angoisse qui ne le quittait pas : heureusement, cette chère Jesse-Rose anima un peu le tout avec une répartie qui enchanta tout simplement le Serpentard. Il ne pu s’empêcher de ricaner après ses répliques et décida donc de répondre à Robyn Watford à son tour, avec l’insolence du sale gosse qu’il était.

« J’attend les petits gâteaux avant de dire quoi que ce soit. »

Un manque de coopération ? Certes, mais ce n’était pas comme s’il savait quoi que ce soit non plus. Tranquillement, de ce fait, il alla s’installer dans le fauteuil en face de celui de Jesse-Rose, haussant un sourcil à son intention, avec un léger sourire.

« Une partie d’échecs, ma belle ? Je m’ennuie. »

Il faisait semblant d’avoir de l’aplomb, oui : sa peur était totalement dissimulée aux autres, il n’était qu’assurance insolente aux yeux de tous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
La plume des scénarios
Nombre de messages : 70
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Jan - 0:01
Les aurors encore présents encadrent donc les élèves dans les sous-sols et l'interrogatoire se déroule plutôt difficilement en vue de la mauvaise volonté des jeunes. Les commentaires sarcastiques fusent, les répliques cinglantes aussi. On vient souvent toquer à la porte, l'interrogatoire est souvent interrompu, l'agacement et surtout l'incompréhension sont à leur comble. Finalement, un ordre des hautes sphères leur parvient et tout le petit comité se déplace pour changer de salle d'interrogatoire. C'est alors qu'ils traversent le hall, les élèves escortés par les aurors, que les cheminées magiques du hall s'activent presque toutes en même temps... et ce ne sont pas des employés qui en sortent, mais des mangemorts pour la plupart masqués. Après le surprise, c'est le chaos : les cris fusent, les ordres aussi, les sortilèges également. C'est la panique, le fouillis, les aurors doivent agir et se défendre contre les attaque des mangemorts pour les sortir d'ici. Pendant ce temps, un mangemort a transplané avec trois élèves : Drago Malefoy, Jesse-Rose Greenwood et Pandora Deschanel. Ils sont venus chercher de force les enfants de mangemorts... Quant-aux trois autres, Iris Prescott, Sarah Black et Anthony Goldstein ? Ils disparaissent aussi. Sans prévenir. Juste un peu plus tard. Sauf que dans leur cas, ce ne sont les les mangemorts qui les ont emmenés mais Hellson lui-même, pour les sortir en vitesse de cette pagaille. Affaire à suivre...

[Ce sujet est désormais ouvert aux aurors et aux mangemorts qui veulent participer : combats au rendez-vous ! ^^ Pour les élèves séparés en deux groupes, deux nouveaux sujets en commun vont êtes crées.]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1824
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Jan - 18:37
    La notion de coopération n’était pas la plus importante dans leur esprit, surtout au vu de leurs niveaux en commentaire sarcastique. Il fallait avouer que dans ceux-ci, ces têtes blondes n’étaient visiblement pas en reste par rapport à leur aîné. Que voulaient-ils prouver par là ? Aucune idée, mais jouer l’autruche ne les aiderait pas et ne les sauverait pas non plus de tous ce qui risquait de suivre. Cependant, Alicia termina sa théière parce que ce n’était pas ça qui allait très franchement l’arrêter dans son élan. La bonne volonté n’était pas de mise et l'approche plus frontale de sa collègue ne semblait pas non plus récolter plus de louange. Que soit, ce n’était pas ce genre de commentaire qui allait la démonter, elle n’y prêta d’ailleurs pas plus d’attention que cela, de toute façon si elle devait s’en faire ou prendre la mouche à chaque parole dans ce style-là, autant dire qu’elle n’arrêterait plus chez elle vu qu’elle avait déjà deux personnes capables de faire sans doute bien pire. Passons, le but principal de toute cette mascarade, c’était arriver à récolter des réponses à toutes les questions dont le ministère n’avait que des ébauches de réponses ou des hypothèses. Cependant, il fallait croire que la mal chance se déchainait parce que c’était impossible d’avancer, là on allait à une vitesse proche de celle d’un escargot shooté au valium. Déjà les 6 élèves ne semblaient pas savoir grand-chose comme ils ne cessent de leur répéter et en prime on n’arrêtait pas de venir les déranger. Robyn avait beau avoir signalé aux deux idiots qui tenaient la porte de les déranger sous aucun prétexte, ils ne semblaient pas avoir bien compris ce que cela impliquait.

    Le temps avança, puis vient une énième personne qui leur demanda de laisser la salle disponible et de changer d’emplacement. De qui venait l’idée ? Mystère il ne faisait certainement que transmettre ce qu’on lui avait demandé de dire, il faut lever le camp. Allez c’était repartie pour un tour, il fallait refaire un petit cortège dans tout le ministère. Cette fois, l’auror décida de prendre la tête, question de changer après tout ou d’inverser les rôles. Le monde était moins nombreux à croire que la foule de journalistes avait déjà de quoi faire leurs une. Elle put remarquer que Pandora la suivait à quelques pas, elle se retourna un moment pour lui esquisser un sourire sincère avant de reprendre la route et de continuer vers l’endroit souhaité. Seulement pour se diriger vers celui-ci, il fallait repasser à l’endroit où ils étaient arrivés, c’était à dire dans le hall du ministère là où régnaient les statues en pierre ainsi que les cheminées d’arrivée. Alors qu’elle dépassait à peine l’endroit en question, celles-ci s’actionnèrent toutes en même temps. Ce qui n’était pas des plus habituelles, elle se retourna pour faire volte-face mais rien que sur ce laps temps, le ministère sembla s’embrasser à nouveau d’activité ou plutôt de sortilèges en tous genres. Les personnes qui venaient de débarquer n’étaient d’autres que des mangemorts, reconnaissable plus que facilement au vu de leurs habits et du masque que beaucoup arboraient. Des mangemorts en plein milieu du ministère et bien voilà, ils ne manquaient plus qu’eux pour foutre un bordel monstre. Les premiers réflexes sont bien sur des sorts de protection, autant pour elle parce que ça fusait de tous côtés, que pour les élèves les plus proches. Puis d’autres personnes s’occupèrent d’eux et le champ fut libre d’actions.

    Ainsi donc il n’avait pas la patience d’attendre que quelqu’un leur raconte, ils venaient chercher d'eux-mêmes les personnes dont ils avaient besoin, c’était à dire les enfants des mangemorts. Si elle tenait celui qui leur a demandé de bouger, il allait vraiment passer un sale quart d’heure ! Son regard les chercha mais c’était un peu la pagaille, Pandora…elle l’avait vue lancer des sorts mais elle ne trouvait plus nulle part. Bien bravo, Alicia, si c’était comme ça que tu protégeais les gens, cela ne marcherait pas longtemps… Des personnes arrivaient en masse pour se presser dans cette bataille mais ils étaient eux aussi en nombre. Son temps de recherche était bien trop long, vu qu’elle put sentir un sort passer plutôt près ce qui lui laissa une belle entaille sur le bras et un autre qui frappa le mur juste derrière elle. Elle reprit de plus belle, pas question non plus de les laisser filer à présent. Ils dormiront à Azkaban où sinon on allait encore les traiter de quoi ? D’incapable ? Maintenant c’était un peu compliqué aussi, elle attaquait les membres en noir au hasard mais qui savait qui elle touchait. Et si c’était Septima? Ou Éric ? Non il ne fallait pas penser comme ça, ils ne faisaient pas de cadeau, il n’y avait pas à en faire non plus. Tant pis si après il faudrait se retrouver à coté d’eux à leur parler bien gentiment. Le fouillis, la poussière, même les statues ne semblaient plus avoir figure humaine enfin façon de parler.


    *Confringo*

    L’auror visa une des statues pas encore trop amochées, qui éclata en morceaux se projetant sans doute partout, il n’y avait plus qu'à espérer que cela allait toucher plus les ennemis que les amis. Se déplaçant pour un meilleur angle de vue, elle para un autre sort, cette journée allait décidément être mouvementée.


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anthony Goldstein
Étudiant en droit magique
Nombre de messages : 174
Célébrité sur l'avatar : Joe Jonas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Jan - 0:26
Anthony était complètement perdu : tout se déroulait beaucoup trop vite autour de lui, on les trimballait à travers des couloirs en compagnie de parfaits inconnus, des gens apparaissaient et disparaissaient, on leur posait des questions auxquels ils ne pouvaient pas répondre. Jesse-Rose et Malefoy enchaînèrent les railleries envers les aurors, peu disposés à coopérer. Mais Anthony se demanda si leur comportement d’effrontés n’était pas lié à une certaine crainte sous-jacente : Jesse prétendit même que les Mangemorts risquaient de venir les chercher. Elle avait l’air très agité. Jesse était une exception rarissime dans l’entourage d’Anthony : il avait passé outre ses préjugés envers les Serpentards avec elle, voyant qu’elle était appréciée par certains de ses amis tout aussi anti-Serpentard que lui. Mais il avait appris que Jesse ne s’était pas rapprochée de lui pour rien lorsqu’on lui avait signalé que c’était elle qui avait fait rompre Pandora et Frederick et qu’elle n’était donc sans doute pas complètement désintéressée lorsqu’elle essayait de le convaincre de se mettre avec Pandora, alors qu’elle la détestait. Cela l’avait énormément déçu, et ils ne se parlaient plus depuis, car Anthony ignorait totalement que Jesse s’en voulait un peu. Il eut toutefois un élan de compassion envers elle : il ne savait pas grand-chose de sa famille, mais tout comme celle de Malefoy, elle devait avoir des liens avec les Mangemorts pour s’inquiéter ainsi qu’on vienne les chercher. Malefoy lui-même avait l’air plus assuré.
Et bien sûr, il y avait Pandora. Si Jesse-Rose disait vrai, avait-elle quelque chose à craindre ? Son père était un Mangemort, après tout, même si Pandora était aussi éloignée de cette trempe que lui-même pouvait l’être. Dans tous les cas, il s’inquiétait pour elle, évidemment. Il aurait voulu lui parler, mais il y avait trop de monde autour d’eux.

« Ecoutez, on ne sait vraiment pas ce qu’il s’est passé », intervint-il enfin d’un air las. « Une minute j’étais assis dans les escaliers du hall de Poudlard, la minute suivante je me retrouve ici. Je crois que c’est à peu près le même scénario pour tout le monde ici… »

Il avait hâte que tout ça prenne fin : il voulait parler à Pandora au calme, et aussi prendre contact avec ses parents au plus vite. L’interrogatoire fut interrompu plusieurs fois par divers responsables du Minsitère, ce qui était d’autant plus agaçant. Anthony avait l’impression qu’un essaim d’abeilles lui bourdonnait continuellement dans les oreilles. A un moment, alors que la porte s’ouvrait sur le couloir, il reconnut une des personnes qui s’y trouvait. C’était son grand-père.

*Manquait plus que lui* songea-t-il.

Par chance, Levi n’entra pas dans la salle et ne fit que croiser son regard. Il discutait avec une personne qu’Anthony voyait de dos et semblait attendre patiemment que son petit-fils sorte de là pour s’entretenir avec elle.

*Faites que je me re-téléporte avant, finalement* pensa-t-il avec sarcasme.

Il n’était vraiment pas d’attaque pour une discussion avec son grand-père. La porte se referma, se rouvrit quelques instants plus tard, et on annonça que les élèves devaient être emmenés ailleurs. En sortant de la salle, Levi fut autorisé à saluer son petit-fils. Il lui serra la main et, laconique, lui indiqua de suivre les aurors et qu’ils parleraient ensuite. Ils arpentèrent donc à nouveau quelques couloirs et traversaient le hall quand soudain…

La quasi-totalité des cheminées flamboyèrent d’un vert émeraude à l’unisson, provoquant un instant de flottement parmi la foule des gens encore présents. En sortirent alors plusieurs hommes masqués.

Les Mangemorts.

Anthony mit un moment à comprendre ce qu’il venait de se passer. Les premiers cris et les premiers combats fusèrent. Dans la débandade et la confusion qui s’ensuivirent, il perdit tout le monde de vue : les aurors qui les accompagnaient, son grand-père, ses camarades. Il percuta plusieurs personnes qui essayaient de prendre la fuite puis se décida enfin à sortir sa baguette. Au moment précis où il s’en saisit, un éclair rouge lui frôla la joue. Il se baissa, tenta d’identifier son agresseur, mais cela venait probablement d’un duel qui se jouait plus loin et qui n’avait rien à voir avec lui. Il resta un moment immobile, se sentait complètement inutile. Il était pourtant duelliste, bon sang, pourquoi restait-il planté là sans rien faire ?! Il était parfaitement de taille à se battre !

Le déclic se fit lorsqu’un Mangemort passa devant lui sans même lui prêter attention. Il se dirigeait droit vers Pandora.

« Merde ! »

Il se lança à sa suite, hurla le prénom de la jeune fille pour l’avertir du danger et, ignorant totalement si elle l’avait entendu ou non, lança un Stupéfix dans le dos du Mangemort. Pas très honnête, mais ce n’était pas le moment de verser dans la finesse. Le Mangemort, lui, avait entendu son cri et s’était retourné juste à temps pour bloquer son sortilège. Il contre-attaqua aussitôt et les réflexes défensifs d’Anthony se mirent en place. Un véritable duel s’engagea : cependant, jamais il n’avait eu auparavant à accuser les attaques d’un tel adversaire, et affronter une telle puissance lui demanda beaucoup d’efforts. Il fit néanmoins preuve d’une habileté étonnante et d’une ténacité qui lui valut finalement d’avoir à éviter un sortilège de la Mort de justesse de la part du Mangemort énervé. Il plongea derrière la statue du hall. Lorsqu’il en ressortit, le Mangemort s’était éloigné. Vers Pandora. Avant qu’il n’ait pu faire quoi que ce soit, la jeune fille disparut. Il écarquilla les yeux d’un air désemparé puis se reprit à temps : les maléfices fusaient toujours à travers le hall, ce n’était pas le moment de se morfondre.

Anthony se releva.
Et se retrouva alors soudain dans une autre pièce.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 5 Fév - 18:26
Invité
    La demoiselle, confortablement installée dans son fauteuil, regardait d’un air totalement indifférent les jeunes prendre la parole chacun leur tour. C’était peut être à celui qui serait le plus arrogant ou comique pensa-t-elle en voyant le manège de la blondinette, fille de mangemort. La patience était une grande qualité, une qualité que malheureusement Robyn ne possédait pas. Alors, effectivement, elle semblait tout à fait calme et patiente, mais honnêtement, sa baguette la démangeait sérieusement. Allons, n’oublions pas qu’il s’agit de sa mission et on ne torture pas les membres de sa mission. Elle leva les sourcils au ciel suite à la remarque du jeune Malefoy. Il allait les avoir ses gâteaux s’il continuait mais pas servi sur un plateau d’argent. Allez, on se détend et on imagine une image sereine. Une salle de torture… Les gamins suspendus par les pieds au plafond de la salle avec un petit sortilège de torture pour chacun d’entre eux… Bah voilà, ça allait beaucoup mieux d’un coup. Si seulement certains rêves pouvaient devenir réalités.

    On frappa à la porte faisant une énième fois soupirer la jeune femme. Pourquoi n’était elle pas parti en mission à la recherche d’Hellson avec les autres ?! Mais pourquoi ?!

    « J’avais dit qu’on ne nous dérange sous aucun prétexte c’est pourtant pas compliqué à imprimer » fit remarquer la blonde agacée en ouvrant la porte

    Et tout ça pourquoi ? Pour lui dire que le médicomage qu’elle avait demandé venait d’arriver. Okay, c’était elle qui l’avait demandé mais bon, elle avait aussi dit qu’on ne la dérange pas même s’il s’agissait de la ministre en personne et ça par contre, il ne semblait pas l’avoir enregistré. Des imbéciles, oui, certains de ses collègues étaient des imbéciles finis. Enfin, il fallait de tout pour faire un monde.

    « Ouais bah ça attendra… ils ont l’air d’être en pleine forme finalement » déclara sur un ton catégorique Robyn avant de refermer la porte d’un geste vif.

    Bon, revenons à nos pauvres brebis égarées… enfin, façon de parler. Tandis qu’elle reposait sa question, cette fois, on sentait bien dans le ton de la jeune femme qu’elle s’impatientait, le jeune homme peu loquace lui répondit alors. Miracle ! L’un d’eux était muni d’un cerveau… Et semblait avoir compris que cela ne servait à rien de leur faire perdre du temps à jouer les fortes têtes. Les trois petits malins de tout à l’heure auraient d’ailleurs pu y penser plus tôt. Plus vite ils répondaient à ses questions, plus vite ils étaient libre d’aller où bon il leur semblait d’aller. Parce qu’honnêtement, Robyn avait autant envie qu’eux que tout ceci se termine.

    « Ce n’était pas si compliqué que ça… merci d’avoir montré l’exemple. Y’a plus qu’à espérer que tes p’tits copains suivent le même chemin et peut être qu’on sera sorti de cette pièce avant la fin de la journée… Enfin, n’espérons pas trop quand même, ils n’ont pas l’air aussi enclin que toi à la coopération. » Ironisa la demoiselle

    Les miracles existaient. Youpi. Alors, certes, ils ne savaient rien ou pensaient ne rien savoir mais cela pouvait toujours être utile de savoir pour les gens qui cherchaient par tous les moyens à lever le sortilège qui avait été lancé sur le château de savoir s’ils étaient tous au même endroit ou disperser à divers endroit du château. S’ils avaient un élément particulier dans les mains, s’ils avaient touché quelque chose, fait quelque chose qui aurait pu avoir un lien avec leur téléportation soudaine. Bref… une chose qui pourrait leur semblait complètement inutile et sans intérêt pourrait se révéler être la clé du problème aux yeux d’autres personnes.

    « Tu n’as rien touché de particulier, ni jeter de sort. Tu étais juste assis et pouf t’as atterri dans le hall du ministère ? » Questionna de nouveau la demoiselle sur un ton un peu plus professionnel que précédemment

    Oui, quand même, elle avait une conscience professionnelle. Un minimum en tout cas. Mais voilà qu’on les interrompu ENCORE une fois. Cette fois, ce fut Alici qui alla ouvrir. La jeune auror jeta un bref regard vers l’entrée et remarqua que plusieurs personnes attendaient à présent à l’extérieur. Finalement, Alicia revient et pour la première fois depuis le début de la journée, Robyn vit un air agacé sur le visage de cette dernière. Et quand elle lui transmit ce qu’on lui demandait, la demoiselle fronça les sourcils.

    « Ils QUOI ? On a que ça à faire, balader ses gamins dans tout le ministère peut être ! C’est pas une visite guidée qu’on fait mais un interrogatoire » s’agaça-t-elle en se relevant de son fauteuil.

    Néanmoins, elle se plia à ce que l’on leur demandait de faire, laissant cette fois à Alicia la tête de file. La demoiselle préférait rester à l’arrière de leur petit cortège, sa chienne sur ses talons. Quand ils arrivèrent dans le hall du ministère, Robyn fut ravie de constater que l’effervescence qui y régnait peu de temps auparavant avait disparu. Les journalistes devaient déjà être en route pour leur bureau afin d’écrire leurs articles. Robyn préférait ça à avoir ces sangsues dans les pattes. Quand aux autres, ses collègues devaient avoir réussi à rétablir le calme dans le hall.

    Cependant, ce ne dura pas très longtemps. A peine eurent ils dépassés les statues de pierre du hall que les cheminés s’actionnèrent une à une laissant sortir mangemort sur mangemort. A vrai dire, cela ne l’étonnait qu’à moitié… Elle se doutait qu’ils tenteraient quelque chose pour essayer d’avoir les élèves sortis du château. Voldemort voulait surement tout autant que le ministère attrapait Hellson. Robyn l’avait appris d’un de ses mangemorts qu’elle avait interrogé après une mission plutôt réussi.

    « Et bah voilà… on va enfin pouvoir s’amuser un peu » se parla-t-elle à elle-même avec un sourire de prédatrice.

    La minute d’après, elle se lançait dans la bataille face aux mangemorts. Jetant des sortilèges, en repoussant d’autres. Les élèves, qu’elle aurait normalement du protéger avant tout, étaient carrément passé à la trappe. La seule chose qui comptait ? Arrêter les mangemorts -certains tout particulièrement- coute que coute. Même si la manière utilisée était à la limite du légal. Robyn se jeta sur le côté pour éviter un sortilège de justesse, sa chienne se jeta sur le mangemort en question mordant avec force le poignet gauche, là où il tenait sa baguette, l’obligeant à lâcher sa baguette que Robyn attrapa et brisa en deux. Elle jeta un incarcerem pour éviter qu’il prenne les jambes à son cou avant de se trouver une nouvelle proie. L’alarme avait été donné, des aurors apparaissaient de toute part… elle reconnut certains de ses collègues comme James Potter et Sirius Black qui avaient été envoyé en mission sur les traces d’Hellson. Leur équipe avait du être appelé en urgence suite à l’attaque des mangemorts sur le ministère. Robyn esquissa un doloris de justesse. Elle tourna brusquement la tête en direction du responsable de ce sort et tomba nez à nez avec cette chère Bellatrix. Cette maudite mangemorte. Elle avait juré qu’elle aurait sa revanche sur elle. La demoiselle allait s’engager dans un duel mais la mangemorte disparaissait déjà dans une des cheminées avec un des élèves qui étaient miraculeusement sorti du château : Drago Malefoy. Forcement. Un autre cri attira son attention, lui faisant oublier Lestrange. C’était le jeune homme qui avait daigné répondre à ses questions précédemment qui hurlait un prénom. Impossible de comprendre le nom mais elle vit du coin de l’œil une autre élève se faire embarquer de force. Elle se lança à la poursuite du mangemort mais trop tard… Lui aussi venait de disparaitre.

    *Et merde !*

    Et voilà qu’elle avait d’ailleurs perdu aussi le garçon de vu. Il était pourtant pas très loin d’elle… Mais où était il passé ?! Ne pas penser pendant une attaque de mangemort ! La demoiselle fut frappée par un sortilège qui lui fit faire un vol plané sur quelques mètres.

    « Lui, je vais me le faire… » Cracha-t-elle avec rage tandis qu’elle évitait un nouveau sortilège avant de répliquer à son tour violemment.

    Elle ne savait pas à qui elle avait à faire, il ou elle avait son masque sur la figure mais il allait regretter d’avoir mis les pieds au ministère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
La plume des scénarios
Nombre de messages : 70
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mai - 10:14
    Pendant près d’une heure le combat fit rage au sein du ministère. Le Hall n’était plus, l’endroit était dévasté. Il n’avait pas fallu longtemps pour que des gravats de pierre jonchent le sol du hall, que des cheminées explosent… et guère plus longtemps pour que l’immense statue qui trônait au centre du hall explose en des centaines de morceaux. Il ne restait plus que les deux jambes qui devaient surement appartenir au sorcier encrée solidement dans le sol.

    Finalement, les aurors, les autres membres du ministère qui avaient souhaité participer à la bataille et les membres de l’Ordre du Phénix réussirent à prendre le dessus sur les mangemorts. Certains furent capturés mais beaucoup réussirent à prendre la fuite.

    Une fois le calme revenu, les médicomages et leurs équipes de Ste Mangouste débarquèrent dans le hall en ruine et s’occupèrent aussi sec des blessés. Une cellule de crise fut mise en place… Mais un mystère demeurait : Où était passé les six élèves qui étaient apparus dans hall un peu plus tôt dans l’après midi ? Le ministère avait été passé au crible, il n’y avait personne. Jesse-Rose Greenwood, Drago Malefoy et Pandora Deschanel avaient été amenés par les mangemorts. Plusieurs sorciers présents les avaient reconnus et les avaient vu être emmenés de force pour certains par des mangemorts reconnus tel que Bellatrix Lestranges. Pour les trois autres, le mystère restait entier. Ils avaient tout bonnement disparu… Peut être avaient ils été kidnappé par les mangemorts aussi mais personne ne les avaient vu. Certains sorciers disaient même les avoir juste à côté d’eux et la minute d’après, ils avaient tout bonnement disparu. Personne ne prononça son nom, personne ne fit part de son hypothèse mais tout le monde pensait à la même personne : Hellson. Le mage anarchiste était passé maitre dans l’art de faire disparaitre des gens pour les faire réapparaitre ailleurs. Seulement, sans preuve, cela restait encore qu’une hypothèse.

    Le bureau des aurors fut en effervescence toute la nuit. Ils se devaient de retrouver ses enfants ! Tous ! Les aurors se démenaient, certains étant directement concernés comme Sirius Black dont la fille faisait parti des élèves disparu. Même le chef des aurors : Théodore Deschanel était directement touché par la disparition de ses six élèves. Sa nièce, Pandora, faisait parti des élèves kidnappés par les mangemorts.

    Vers deux heures du matin, Hellson fit de nouveau parler de lui en déposant un message à l’adresse d’Angela Dawson directement sur le bureau de cette dernière. Dans ce message, il indiquait qu’il avait bien avec lui Anthony Goldstein, Sarah Black et Iris Prescott mais qu’il les avait « kidnappés » dans l’unique but de les protéger des mangemorts puisque le ministère et ses aurors n’étaient pas capables de le faire. A présent que le calme était revenu, il avait laissé les élèves repartir et retrouver la chaleur de leur foyer, chose que le ministère aurait du faire dès le début plutôt que de les interroger comme de vulgaires criminels. Dans son message, il disait aussi qu’il espérait que le ministère ferait ce qu’il faut pour protéger ses élèves pendant qu’il se chargeait de retrouver et sauver les trois autres des griffes des mangemorts, vu que l’a encore le ministère était incompétent.

    Angela fit une annonce officielle, les recherches continuèrent pour récupérer les élèves enlevés par les mangemorts. La ministre voulait sauver les enfants que coute que coute mais à présent, elle voulait aussi retrouver ses enfants avant Hellson et lui prouver que le ministère n’était pas aussi incompétent que l’anarchiste le croyait. Enfin, des aurors furent assignés à la sécurité des élèves rentrés chez eux jours et nuits.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Sortie surprise...
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» Baptême surprise de Petite Plume.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998)-
Sauter vers: