RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dream on {Frederick & Nahla }

avatar
Invité
Invité
Jeu 23 Fév - 3:38
Invité
Un terrain. Un terrain où d'habitude volaient deux équipes. Des gradins où d'habitude, la foule acclamait ces équipes. Pourtant, personne ne faisait vivre cet espace ce soir là. L'endroit était calme, vide, silencieux. La température, il faut l'avouer, ne rendait pas le terrain très attirant. Le ciel était d'un gris presque noir, remplis de nuage sur le point d'exploser. Car dès qu'il allait commencer à pleuvoir, ça allait être une tempête. Ça se voyait, ça se sentait. Pourtant, dans ce terrain qui semblait abandonner se tenait une jeune fille. Oh, elle n'était pas très grande, si ça n'avait été que de ça, personne ne l'aurait vu. Malheureusement, la seule chose qui compromettait sa cachette, c'était la couleur de ses cheveux. En effet, qu'on soit en train de survoler le terrain où qu'on le regarde juste de loin, on pouvait tout de suite deviner qui était la seule personne dans le stade. Malgré la brume, malgré la pluie. Un orange comme ça, ça se voit de loin. Pourtant, la jeune fille s'en foutait. Elle était bien et savait que personne ne viendrait. Elle ne voulait pas que personne vienne.

Cette jeune fille, c'était Nahla. Elle était sur le terrain de Quidditch cette journée là, justement par grand besoin de solitude. En fait non, même pas. Elle voulait composer et pouvoir chanter à voix haute sans qu'on la voit. Elle se dépêchait à écrire, avant que la pluie n'arrive. Elle chanterait à ce moment là. O peut-être pas. Nahla se sentait un peu nostalgique en cette journée de pluie. Elle s'ennuyait de Brazzaville et de sa mère. En fait elle s'ennuyait surtout de la chaleur. Elle avait un urgent besoins de soleil ces temps-ci. Mais le besoin de sa mère se faisait plus urgent encore. Elle avait tellement de chose à lui dire, tellement d'histoire à lui raconter ! Ne sachant pas trop comment l'exprimer, alors qu'elle voulait le crier, elle décida plutôt de le chanter. Chanter ce qu'elle venait d'écrire . D'un bond, elle se leva et se dirigea vers le centre du terrain. Pourquoi ? Pourquoi ne pas rester dans les gradins ? Aucune idée.

- How do I live without the ones I love?
Time still turns the pages of the book it's burned
Place and time always on my mind
I have so much to say but you're so far away

(HS: c'est so far away, de Avenged sevenfold :P)

Alors qu'elle s'apprêtait à entamer le couplet, Nahla entendit des pas. Rapidement, elle se tourna et rangea son carnet dans sa veste. Lorsqu'elle aperçut qui était l'intru, Nahla ne sut pas trop quoi penser. C'était toujours drôle lorsque Frederick essayait de la charmer, elle adorait résister à toute ses avances. Et oui, Nahla était quelqu'un qui n'acceptait pas qu'on la séduise que dans le simple but de séduire et d'ajouter une conquête de plus. Elle se sentait utiliser et elle n'aimait pas ça. Pourtant, le jeune homme ne lâchait pas prise. Surement était-il presqu'aussi orgueilleux qu'elle. Elle le regardait. Il la regardait. Nahla n'allait certainement pas s'avancer pour lui parler. Mais une question lui brulait les lèvres... Avait-il entendu sa chanson ? Elle espérait que non. Ce n'était pas prêt. Et ça ne serait certainement pas lui à qui elle allait la montrer en premier, ça non !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 27 Fév - 11:15
Invité
    Frederick se sentait l'âme en berne ce jour là, comme si un gouffre sans fond rongeait son âme. Il sentait le vide en lui s'agrandir toujours plus jusqu'à ronger la moindre parcelle de lumière pour ne laisser que du sombre, du ténébreux vide. De plus en plus souvent, ces derniers temps, il se sentait happé par une certaine nostalgie d'une époque aujourd'hui révolue, qui à présent ne lui apportait plus aucune satisfaction. La mélancolie devenait son compagnon de route le plus fidèle et par moment, cela frôlait la déprime. Oui, Fred changeait et il n'aimait pas se sentir aussi mal. N'allez surtout pas penser pour autant qu'il était malheureux, bien au contraire. Certes, il prenait du bon temps, s'amusait même mais ses sourires et ses rires étaient de plus en plus une façade, un masque qu'il portait pour cacher son mal aise profond. Car oui, il est orgueilleux et afficher au grand jour ses failles, il n'en est pas question. Dans ces moments où il ouvre les yeux sur lui-même, où il cesse de se voiler la face, oui c'est dans ces moments là qu'il se sent le plus mal.

    Quand un mal nous ronge de l'intérieur, pour lutter, on ne peut que chercher un mal plus grand. La cause de tout ce mal être? Les femmes, son besoin insatiable de séduire, de les mettre dans son lit. Il ne peut résister au charme féminin et ne pouvant rejeter sa nature, il a commis la faute : celle de tromper le seul être qu'il ait jamais aimé plus que lui-même. Elle l'a quitté, elle est partie et sans elle, il n'est plus qu'une âme en peine qui erre péniblement. Il se laisse aller mais cette petite voix dans sa tête lui demande, que dis-je lui ordonne de se relever et finit par hurler : STOP. Alors, le Gryffon part à l'assaut, il cherche une nouvelle proie qu'il pourra allonger dans son lit, un corps qu'il pourra caresser pour chasser l'image de cet autre corps qu'il ne peut plus toucher. Il a besoin d'une personne à aimer physiquement mais jamais psychiquement. Il veut se fourvoyer dans la luxure, dans le plaisir de la chaire. Il est le chasseur et elle sera la victime. Il cherche mais en vain car il ne trouve pas cette femme aux courbes parfaites qui pourra lui faire tout oublier, jusqu'à son nom. Au dehors, le temps se couvre, le ciel devient sombre et se prépare à vomir des trombes d'eau. Se rafraichir les idées, se laver l'esprit par l'eau. Il veut que le ciel dans sa colère purifie son corps impur. Alors, il sort, il marche, se laisse guider par la volonté divine.

    Il erre longuement dans le parc où pas une âme ne semble s'être perdue. Il cherche un je ne sais quoi pour lui donner l'illusion qu'il va mieux. Il fouille le parc dans ses moindres recoins à la recherche d'une autre âme en perdition. Il ne la trouve pas puis il entend une voix. Il ne comprend pas ce qu'elle dit, il ne sait même pas si elle est réelle mais il se laisse guider par elle. Il se retrouve sur le terrain de Quidditch rapidement et alors il l'aperçoit : Nahla. Il aime bien la demoiselle, il adore jouer à la séduire même s'il sait que jamais elle ne lui cèdera. C'est justement sa manière de lui résister tout le temps mais aussi de le laisser sans cesse tenter sa chance qui lui plait chez elle. Il est heureux d'être tombé sur elle et pas une autre alors il se ressaisi. Il se sent déjà mieux, il s'avance vers elle le sourire aux lèvres, plus que jamais séducteur. Il s'arrête à moins d'un mètre d'elle et de sa voix suave et sensuelle lui dit simplement :


    - Hellow Darling. Tu es très en beauté ce jour. Au fait, comment vas-tu?


PS : J'aime bien ton post =)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Dream on {Frederick & Nahla }
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» UNTIL HAITI SPOKE by FREDERICK DOUGLASS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998)-
Sauter vers: