RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Unsafe & Dangerous

avatar
Invité
Invité
Mer 30 Mai - 12:05
Invité


Unsafe


&

Dangerous



PV with Sirius Black & Lily Potter



Le retour du seigneur noir… On s’en serait bien passé. Mais la venue en plus d’un fou furieux qui séquestre MES bébés dans Poudlard SANS cours je peux vous assurer que ça aussi je m’en serais bien passer. Qu’ils soient séquestrer à Poudlard franchement… Allez en cours ça pourrait paraitre pareil pour certains et personnellement je les pensais en sécurité à Poudlard pour ne pas m’en faire mais sans cours… SANS cours… Keysa séchait déjà assez pour ça non sans qu’en plus on vienne carrément lui supprimer les cours ! Et Harry qui avait son examen à la fin de l’année… Et la petite Cassy qui adorait étudiait… Mouais connaissant mon tout petit bébé elle devait être dans la bibliothèque en train de rattraper son retard. Un modèle de perfection dans toute sa splendeur comme tout parent aimerait avoir. Ou devrais-je dire tout parent en dehors des maraudeurs… Cassy était TROP sage pour James. Oui et bien avec le phénomène du nom de Keysa on avait assez à faire, pas besoin que les deux autres soient des extrêmes comme leur père j’avais envi de dire. Fallait bien que l’un deux me ressemblent. Enfin on n’est pas là pour parler de mes gosses mais de mon inquiétude pour eux du à l’atmosphère qui règne dans le pays. Ainsi les missions pour l’ordre ont bien recommencé. Sirius et moi étions d’ailleurs de mission non sans une dernière recommandation de la part de James (qui devait être en train de bouder de ne pas pouvoir participer à cause d’une mission déjà prévu pour son boulot), je citerais mon dit cher et tendre « Frère je te fais confiance, je sais qu’elle ne risque rien avec toi… » Ce qui veut dire en langage Potterien : Je t’aime mec mais si je note la moindre égratignure sur son corps ce soir tu vas m’entendre… Comme si à chaque fois que j’allais en mission avec Sirius on finissait toujours à l’hôpital franchement ! Bon ok il y a du vrai… Mais pas parce que Sirius ne sait pas se défendre et me sauver la mise mais parce que bien parfois je suis une vraie tête brûler dont Sirius n’a pas le temps de voir venir. Mais ne vous inquiétez pas moi aussi j’ai reçu des recommandations de mon dit mari : « Lys, tu feras attention à lui hein … ? » Oui oui je ferais attention à ton second amour x) ! Après tout qui sauve les fesses de l’autre à votre avis ? C’est moi ! Comment ça ce n’est pas toujours vrai ? si si je vous assure ! Bon ok Sirius aussi me sauve la mise… Autant… Ok bon un peu plus… Mais bon je me fais pardonner en jouant les médicomages à domicile pour lui. Ainsi James n’était pas rassuré de nous voir tous les deux en mission. Il savait très bien qu’on n’allait pas être raisonnable. Moi dans ma curiosité à vouloir toujours en savoir plus pour l’ordre et prendre des risques inconscients et Sirius a souvent approuver et pousser cette curiosité un peu plus en jouant les parfait garde du corps genre je suis infaillible. Bref dès le moment où on partit James savait que comme d’habitude ça allait finir avec au moins une égratignure. Avait-il raison ?

Aïe… Je venais de m’érafler la peau du bras sans faire exprès en voulant me cacher finalement un peu rapidement pour que notre cible ne nous voie pas posée contre un mur sombre, ma main sur le torse de Sirius pour le plaquer contre le mur à son tour pour qu’on ne le voit pas du tout. On était actuellement dans l’allée des embrumes affublés comme la majeure partie des personnes ici d’une cape dont la capuche couvre notre visage. On avait alors pris soin tous les deux de prendre un peu de polynectar. Le visage de Sirius était trop connu pour ne pas porter des soupçons et ma couleur rousse autant que mes yeux verts étaient bien trop voyants même avec une capuche sur la tête pour qu’on ne finisse pas par me voir alors je ne vous dis même pas avec nos deux visages ensemble le doute que ça pourrait procurer. Ainsi j’avais des allures de brunes aux yeux bleues. J’avais pris des mèches à une femme moldue pour être tranquille tout autant que Sirius avait pris ceux d’un moldu lui donnant un petit air de blond cendré aux yeux gris. Ça lui changé drôlement d’ailleurs. Bref on avait largement de quoi passer bien plus inaperçu qu’avec notre propre corps…

J’attendais un peu contre le mur. Je n’arrivais pas à entendre ce que notre cible disait à l’homme avec lequel il était. Je m’aventurais à regarder. Il finissait par partir. Je fis signe à Sirius de suivre le mouvement et ainsi je descendais un peu plus profondément dans les entrailles de l’allée des embrumes en suivant l’homme à distance raisonnable pour qu’il ne comprenne pas qu’il était suivi. Il finit par rentrer dans une boutique d’ingrédients obscurs pour potions. J’entrais à mon tour l’air de rien comme une simple cliente (merci le polynectar) pour finir par longer les rayons avec Sirius et me poser entre deux rayons à trois rayons finalement de différence avec notre cible. Il se mit à discuter à voix basse au commerçant. Je n’entendais strictement rien… Je commençais alors doucement à m’approchant et ayant l’air de chercher quelque chose. Plus que deux rayons nous séparant… Plus qu’un… Je pouvais enfin entendre la conversation tout comme Sirius alors que je lui montrais un ingrédient toujours l’air de rien.

NOTRE CIBLE « [...] de valériane… de la fève soporifique et aussi de l’Asphodèle… Dépêche c’est pressant. »

Trois ingrédients qui me disaient quelque chose. Je réfléchissais rapidement à ce que ça pouvait correspondre… Ah mais attendez ! Ajoutez à ça de l’armoise et vous avez les ingrédients pour un philtre de mort vivante… Pourquoi ? L’homme demanda un autre ingrédient qui m’inquiétait d’autant plus pour savoir pertinemment que si ce premier filtre simulé une mort l’autre, condamné à cet état sans retour possible… Condamné paralysé à vie, ça pourrait être un bon exemple du résultat. J’ignorais si Sirius savait de quoi on parlait. Les maraudeurs n’ont jamais été très potion contrairement à moi qui en voué une passion incompréhensible pour beaucoup. C’est à ce moment là que le commerçant nous interpella.

COMMERCANT « Vous cherchez quelque chose ? »

LILY « Oh oui… Je cherche du venin d’acromentula ? »

Quoi ?! C’est tout ce que j’ai trouvé qui me venait à l’esprit, prise par surprise par le commerçant alors que notre cible nous regardait avec un air louche. Le commerçant allait alors chercher ça alors que je me posais sans gêne JUSTE à côté de notre cible. Serais-je suicidaire ? Il fallait bien que l’on fasse genre non ? James allait péter un câble s’il savait ça…

NOTRE CIBLE « Du venin d’acromentula… ? »

LILY « Exact. »

NOTRE CIBLE « Pour faire ? Sans indiscrétion bien évidemment… »

LILY « Avec indiscrétion en effet. »

COMMERCANT « Voilà ! Ça fait 200 galions le litre… Vous en désirez combien ? »

James va me tuer…

LILY « Deux litres s’il vous plait… »

NOTRE CIBLE « Et bien ma chère amie vous prévoyez une décente … ? »

Notre cible s’approchait de moi alors que Sirius était resté dans les rayons. Il avait ce sourire en coin en me tendant finalement la main. Il fait quoi là … ? Il se présenta le bougre… Ainsi on put savoir son nom exact « Philip Williams ». Ça c’était du bon boulot sans même le vouloir ! Je posais ainsi ma main sur la sienne. Faites-moi penser à me laver la main très prochainement alors que cet homme venait de l’embrasser avec un air de fausse galanterie en me rapprochant vivement. Ok ça aussi on ne le dire SURTOUT PAS à James. Je venais encore de me mettre dans de beaux draps… Le commerçant lui était en train de s’occuper de mon venin. Ce que j’allais en faire àç la maison ? ça c’était une bonne question mais surtout pas à la portée des enfants déjà et quand je dis enfant je parle bien des maraudeurs aussi. Je profitais alors de mon rapprochement et de son bon vouloir à discuter pour lui demander :

LILY « Goutte du mort vivant … ? ça n’est pas dangereux avec ce dernier ingrédient ? » dis-je en lui montrant un ingrédient devant lui.

PHILIP « Pas plus dangereux que du venin d’acromentula… »

Il marque un point mais moi contrairement à lui je n’avais pas spécialement l’intention de m’en servir. J’allais alors répliquer quand l’homme sans que je ne m’y attende saisisse mon poignet violemment pour le poser brutalement sur le comptoir me faisant grimacer. Si je ne m’en sortais pas avec un bleu j’aurais de la chance. Il me retourna alors choppant sa baguette pour me faire pencher sur le comptoir me tirant un juron que je jurerais d’avoir réprimandé Keysa il n’y a pas si longtemps que ça. Le commerçant par réflexe ne sachant pas ce qu’il se passait avait tout autant dégainé son arme. Sirius lui avait la chance d’être caché par les étagères et assez loin pour que l’homme ne fasse pas le rapprochement entre Sirius et moi. Il me glissa alors à l’oreille :

PHILIP « Qui t’envoie ?! Deux litres d’acromentula… On aura tout entendu ! »

LILY « Personne ! J’en ai besoin pour des raisons qui me sont propres… »

Cet homme faisait bien deux têtes de plus que moi et je ne vous parle même pas de son côté baraqué. Peut-être aurais-je du me méfier au lieu de m’approcher d’un homme que je ne pourrais coucher à terre sans ma baguette et laisser Sirius y aller qui aurait eu bien plus de chance que moi vu ma finesse à côté de la musculature de Sirius mais c’était plus fort que moi. Ça chercher les ennuis James et moi étions doués pour ça. Il était en train de me faire mal aux poignets qu’il avait retourné dans mon dos pour ne me laisser aucun champs d’action. Et la suite ? Elle dépendait de Sirius maintenant…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 30 Mai - 23:47
Invité
Sirius venait de se voir une mission pour le compte de l'ordre mais pas tout seul. Cela aurait été trop beau. Avec une coéquipière toute particulière, Lily. Là, s'il arrive quelque chose à la jeune femme, Sirius est sure de se faire trucider par James. Ce dernier rageait de ne pas pouvoir réaliser cette mission mais le grand chef des auror en avait décidé autrement. Quelque peu stressé et enthousiaste à la fois, le maraudeur écouta les recommandations de son meilleur ami. Il ne pu s'empêcher de laisser échapper une plaisanterie:

Non, je vais l'envoyer en éclaireuse et la laisser dans la merde. Je prendrerais la fuite en cas de difficultés. Voyant le regard assassin de James, Sirius explosa de rire. Je plaisante bien entendu. On va faire le nécessaire pour revenir sans égratignures. Je ne peux rien te promettre, ta femme est imprévisible.

Affichant un immense sourire à Lily comme pour lui faire comprendre que les taquineries allaient être de sortie cette journée. Il avait le stock de plaisanteries d'ailleurs. Une bien belle journée s'annonçait. Rien ne pouvait prétendre ce qui allait se passer à la fin de cette mission. Au moment où Sirius et Lily apparentaient à sortir de la maison, une main attrapa le bras de Sirius. C'était la main de James.

Qu'est-ce qu'il y a encore James ? Je sais que si on termine à l'hôpital, tu attendras qu'on puisse t'entendre pour nous tuer. T'inquiètes pas, tout va bien se passer. C'est une mission de routine.

James : J'ai ta parole ? Cela m'embêterais de devoir tuer mon frère.
S'exclama t-il avec un petit sourire en coin digne d'un maraudeur.

Sirius lui rendit son sourire, enlaça son ami et s'exclama :
Tu as ma parole. Depuis le temps, tu me connais. C'est pas la première fois que je te la donne.

James : Justement, je te connais ! Faite attention à vous quand même !


Sur ces dernières paroles, Sirius et Lily partirent à la recherche de deux inconnus afin de prendre leur apparence et qu'on ne puisse pas les reconnaître. Une fois les cibles en vue, un petit sort afin de leur arracher un cheveux et le tour est joué. Enfin, incorporer le cheveux dans la potion de polynectar concoctée par la belle Lily et boire la fiole. Décidément, Patmol ne s'y habituera jamais à ce goût exécrable. Il prit donc l'apparence d'un homme blond cendré aux yeux gris. Quand à Lily, la voilà brune aux yeux bleus. Sirius la contempla quelques instants et ne pu s'empêcher de faire un petit commentaire. Elle était toujours magnifique même en brune. Très sexy.

T'es magnifique comme ça Lily ! Fais gaffe que James ne te demande pas de rester brune dés fois que ton caractère se serait adoucie ! Bon, faut repérer notre cible maintenant ! On....

Sirius fut coupé dans ses propos par Lily. Cette dernière venait de la plaquer contre un mur en pierre. D'ailleurs, il était persuadé qu'il aurait un bleu sur le lieu de l'impact. Comprenant que leur cible se trouvait dans les environs, la capuche sur la tête, Sirius aurait tenté de lancer une blague mais se dit que ce n'était pas le bon moment. Ce n'était pas tout les jours que les deux amis se trouvaient dans une telle position et cela aurait bien mérité une remarque en d'autres circonstances. James l'aurait massacré aussi en n'y repensant. Vaudrait mieux pas lui raconter ce passage.

Au signe de Lily, nous suivons notre cible à distance sans nous faire repérer comme nous savons bien le faire. Le chemin longeait l'allée des embrumes. Un chemin pas vraiment rassurant pour des sorciers bénéfiques. L'homme entra dans une boutique d'ingrédients de potions. Sirius entra dans la boutique à la suite de Lily avec une vision sur......la cible à ne pas lâcher des yeux. (non mais oh ! Vous pensiez quoi ? Esprits perverses!) Sirius se faufilait à travers les rayons de la boutique, cherchait comme n'importe quel client qu'y oserait rentrer dans ces lieux sombres et se posta à trois rangées de leur victime de la journée. Aucune parole ne parvinrent à leur oreilles. Ils se rapprochèrent à deux reprises avant de pouvoir comprendre des brides de la conversation entre le client mystérieux et le commerçant.

Sirius n'a jamais été intéresse par les potions mais il avait une bonne mémoire et il était obligé de passer par cette matière si ennuyeuse à ses yeux afin de devenir auror. Les ingrédients évoqués l'inquiétait un peu. Ce n'était pas rassurant en effet. Ce n'était pas pour un filtre d'amour. Le commerçant nous interpella et Lily fonça lui répondre. Il voulu la retenir mais trop tard. Il retourna quelque peu dans le rayon et secoua la tête négativement. Les ennuis allaient commencer et ils n'auraient pas que des égratignures. * Pourquoi avait-elle choisi cet ingrédient ? Pourquoi cherchait-elle les ennuis ? James ne va pas aimer ça ! Il sait quand je lui cache quelque chose ! On est dans la merde !*

Patmol observa bien la scène et resta quelque caché en attendant le bon moment pour intervenir. Voilà qu'en plus, elle jouait avec notre cible. Elle avait décidément perdue la raison ou alors elle n'a pas conscience de ses actes. Bouillonnant d'envie de réagir, Sirius ne pouvait pas voir un homme charmer Lily. Il avait promis à son ami de veiller sur elle. La discussion s'enchaîna, le plus banalement possible comme tout sorcier qui se respecte quand soudain la cible réagit de façon assez violente. Il venait de faire une clé de bras à Lily et semblait vouloir lui arracher son identité. Ils allaient finir par se faire démasqué. Voilà que le commerçant dégainait sa baguette maintenant suivit de l'homme cible.

Attrapant ma baguette, Sirius se tint prêt à contre attaquer afin de défendre la femme de son meilleur ami. Sirius ne pouvait pas laisser Lily souffrit. Certes, elle aurait attendre un peu avant d'intervenir mais il la connaissait bien depuis le temps. Il sortit de sa cachette et avant toute réaction des autres individus, il les désarma avant de faire le ninja dans la boutique. (Oui, j'avoue que c'est difficile de voir Sirius en ninja mais on peut s'y faire avec beaucoup d'imagination.) Il s'approcha rapidement de sa cible et lui envoya un bon coup de pied dans les parties intimes. L'homme relâcha son emprise de Lily immédiatement. Un combat acharné entre Sirius et sa cible prit place sous le regard de Lily. L'homme reprit sa baguette et envoya Sirius valser à travers la boutique, renversant toutes les étagères au passage. Du sang perlait sur le corps de l'auror. De la sueur en coulait aussi. Des entailles de tailles différentes gisaient sur l’ensemble de son corps. Le combat se révélait acharné. L'homme se montrait tenace et efficace également.

Essoufflé et hâte que le combat se termine, l'homme jeta un sort en direction de la cachette où se tenait Lily. Sans hésiter une seule seconde, l'auror s'interposa et reçu le sort en pleine poitrine. Il atterrit tout prêt de Lily. Il saignait abondement mais restait tout de même conscient. Il resta quelque temps sans bouger, le temps de récupérer son souffle. Tenant sa baguette dans sa main, il lança une slave de sort contre son adversaire dont un seul atteignit sa cible. Le commerçant se trouvait ensevelit sous des centaines d'étagères, probablement inconscient. Leur adversaire venait de se prendre un des sorts de Sirius au niveau de la gorge. Une vive brûlure lui arracha une grimace mais cela ne l'empêcha pas de répliquer contre les agents de l'ordre. Bien caché, les sorts ripostèrent. Enfin, d'après ce qu'ils croyaient.

Sirius ressentait une multitude de douleurs sur l'ensemble de son corps, qu'il n'aurait pas pu dire s'il venait d'obtenir de nouvelles blessures. Les effets du polynectar s'amenuisaient. Sa véritable apparence réapparaissait, tout comme celle de Lily où l'on distinguait sa belle chevelure rousse. Les sorts pleuvaient dans la boutique, enfin dans ce qu'il restait de la boutique.


Tu crois que le commerçant va nous demander de lui rembourser les dégâts ? On est dans la merde là, Lily, tu confirmes ? James va me tuer ! T'as une idée pour nous sortir de ce pétrin ? J'en ai une mais c'est suicidaire!

Jetant des regards en direction de son adversaire afin d'attendre le moment favorable pour répliquer, Sirius attendit l'avis de son amie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 31 Mai - 10:59
Invité


Dès l’instant où notre cible m’agressa, ne voyant personnellement pas le coup venir, les choses s’enchainèrent à une vitesse dont je ne contrôlais plus. Je n’étais pas auror mais avec les missions de l’ordre et les maraudeurs (ben oui à Poudlard déjà j’avais un peu d’entrainements) je ne me débrouillais pas trop mal. Enfin si tenté que Sirius ne se mette pas à lancer des sorts dans tous les sens tout comme cet homme alors que finalement j’avais réussi à me réfugier derrière le comptoir alors que le commerçant lui n’avait pas eu la même chance complètement écrasé sous une tonne d’étagères. Bon. Et si on se calmait ? On peut le capturer aussi ? Seulement Philip n’avait pas l’air très coopératif. Tu m’étonnes… On se retrouvait à trois en train de démolir complètement la boutique, moi essayant malgré le comptoir qui me cachait d’aider Sirius dans cette entreprise pour le protéger vu que mon ami était tout de même à découvert. La poussière volait des étagères avec tout ce trafic, des bris de verre de fiole s’éclatèrent dont celle qu’à la base j’aurais du acheter, m’épargnant au passage de faire un trou dans notre porte monnaie avec James. Le combat était alors en pleine effervescence quand cet homme tira dans ma direction pile au moment où j’étais à découverte. Faites-moi pensé à frapper Sirius si on s’en sort ! Il venait de s’interposait entre le sort et moi. Je le vis alors atterrir juste à côté de moi violemment. Je l’aurais bien frappé pour cette inconscience si notre agresseur m’en avait laissé le temps ! Ma vie n’était certainement pas plus importante que celle de Sirius. Le sacrifice n’en valait donc pas la peine à mon point de vue. Je vis le sang couler de son corps abondement. Ça m’inquiétait mais on ne pouvait pas sortir comme ça avec notre cible. Je voulais absolument savoir ce qu’il foutait avec tous ces ingrédients. Et risquer la vie de mon ami ? Je ne vis pas de blessures meurtrières donc je ne m’affolais pas tant que ça en fait pour être honnête. Je jouerais les infirmières plus tard là il fallait surtout arriver à calmer le jeu, le capturer et le faire parler. Si on pouvait d’ailleurs éviter de tout casser dans la boutique que j’ai de quoi faire un Veritaserum ça serait génial. Mais vous connaissez Sirius… J’agis et je réfléchis après avec ce qu’il reste autour de moi. Il n’était pas un Gryffondor pour rien et encore moins un maraudeur. Les sorts fusaient alors que notre homme lui se cachait derrière une étagère pour se protéger. Sirius réussit à toucher l’homme alors que j’avais détourné son regard avec un sort à moi. Je vis une grimace sur les lèvres de notre agresseur alors que sa gorge devenait de plus en plus rouge. Il réattaqua quand même de plus belle. Il va finir par se coucher oui ?! Encore un sort de la part de notre agresseur qui fit exploser d’autres bocaux au dessus de ma tête alors que doucement le polynectar ne faisait plus effet. Je tentais de me protéger la tête, sentant de la poudre se disperser sur moi. Je ne me rendais pas compte du danger de cette poudre qui rencontra le venin d’acromentula sur le sol et dont je posais mes mains pour m’appuyer sans m’en préoccuper, plus pour tenter de surveiller et riposter aux agissements de notre agresseur, prise dans le feu de l’action.

SIRIUS « Tu crois que le commerçant va nous demander de lui rembourser les dégâts ? On est dans la merde là, Lily, tu confirmes ? James va me tuer ! T’as une idée pour nous sortir de ce pétrin ? J’en ai une main c’est suicidaire ! »

LILY « Sirius je te connais et n’y pense même pas ! Il est hors de question que j’apprenne à James que tu ne t’en es pas sorti ! C’est moi qu’il tuerait pour sur. »

James en fait allait nous tuer tous les deux. Moi pour avoir été inconsciente une fois de plus et Sirius pour m’avoir laissé faire nous entrainant dans une situation impossible. De toute façon James savait déjà par avance que tous les deux ensemble dans une mission ça ne se finirait pas bien… Heureusement Sirius était Auror et avait quand même des réflexes du à son entrainement qui avait un peu rassuré James mais… Merlin faites-moi penser surtout de ne pas lui dire comment ça c’est passé si on s’en sort, plus jamais James voudra que l’on fasse une mission. Il savait pourtant que c’était dangereux, qu’on le savait et qu’on s’était engagé sur cette pente pour un meilleur monde un jour pour nos enfants. Là n’était pourtant pas le moment de penser à nos monstres alors que l’homme ne voulait pas nous lâcher. La porte était entre nous deux. Transplaner ? Je n’y arrivais pas tout comme Sirius je supposais. Une poudre anti-transplanage avait du s’évaporer dans la pièce nous faisant oublier cette alternative. La boutique allait finir par nous tomber dessus. Sirius voulait absolument que je dise oui à son idée mais elle me faisait peur… Pas le temps pourtant de pousser la réflexion plus longtemps que des pops se firent entendre dans la boutique. Deux exactement. Des renforts ? Pas pour nous en tout cas… Deux pops… Deux mangemorts… Et nous voilà maintenant en infériorité numérique. On était vraiment mal. Si ça continue on allait vraiment finir six pieds sous terre. Un regard en direction de Philip et ça confirmait mes pires craintes :

LILY « Trois contre deux… Ils ont barré la porte. »

MANGEMORT « Le traitre à son sang et la femme d’un autre traitre… Vous feriez mieux de vous rendre avant que l’on ne décide de trainer vos carcasse sans vie dans toute l’allée des embrumes… »

Un rire sadique suivit d’un autre rire approbateur. Sirius et moi cachés derrière le comptoir, je jetais un regard à Sirius. Pas question de se rendre. On savait tous les deux ce qui nous attendrait si jamais ça arrivait. On finirait enfermer ça c’est sur mais ce ne serait qu’une douce épreuve à côté de ce qu’ils nous feront vraiment. La violence des tortures des mangemorts n’étaient pas connu pour leur gaité. Ok on respire et on réfléchit vite. Ma main posée dans du liquide, mélange explosif pour le corps humain alors que j’y baignais mes plaies je venais d’avoir une idée. En silence avec ma baguette je soulevais le venin d’acromentula mélangé avec la poudre de tout à l’heure avec un sourire en coin en regardant Sirius. Si ce mélange s’insinuait dans leur corps, leurs veines deviendraient foncées et visibles à travers leur peau pour les empoisonner tout doucement allant peu à peu vers le cœur pour lui provoquer finalement une crise cardiaque définitive. Le remède à ça ? Devoir frôler la mort quelques secondes avant la crise cardiaque et recevoir l’antidote. La survie se jouait sur un lapse de temps d’à peine une seconde… Enfin si ça fonctionnait. Ce mélange était bien trop instable pour que quiconque se risque à une telle chose généralement. Mais on n’avait que ça sous la main. On pouvait alors faire en sorte que cette « lotion » s’éclabousse sur eux et avec un peu de chance ça s’insinuera dans leur corps et au pire ça nous aura fait une diversion. Restez encore à réussir à faire ça… Je choppais une fiole pour avec ma baguette en mettre suffisamment pour que ça recouvre les trois hommes.

LILY « Je lance… Tu l’exploses au dessus d’eux avec ta baguette ou l’inverse ? »

Je lui montrais alors la fiole présentant au même instant ma veine qui avait des traces étranges. A y regarder plus clairement on pouvait voir mes veines doucement prendre une couleur foncée signe que le poison venait d’atteindre mes veines. Le changement se faisait doucement. A l’intérieur de ma main on pourrait alors voir une plaie sanglante du à un bout de verre que je m’étais enfoncée dans la main plus tôt avant de me le retirer dans le combat. En lui tendant la fiole et en voyant ça je pris conscience qu’il ne fallait pas trainer. Le poison mettrait une heure avant d’atteindre le cœur… Une heure se sursit en somme.

LILY « L’explosion de la fiole peut nous faire gagner du temps et nous permettre de rejoindre l’arrière boutique dans l’espoir qu’il y ait une porte donnant dans une autre ruelle… On tente ? »

Ce n’était pas le moment de perdre son sang froid face au poison que j’avais dans les veines. De toute façon si on ne sortait pas de là, dans moins d’une heure on finirait dans un cercueil…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 1 Juin - 0:08
Invité
L'auror afficha un sourire suite à la réponse de Lily en ce qui concerne son idée suicidaire. Elle le connaissait bien, effectivement. En même temps depuis le temps qu'ils se connaissent. Revenons à nos moutons.. enfin..nos mangemorts. Sirius regarda son amie. Celle-ci semblait essayer de transplaner. En vain. Il ne pouvait pas non le faire. Quelque chose devait bloquer ce flux de magie. Ils semblaient condamner à d’atroces souffrances ou pire à une mort certaine. Ce qui pourrait peut-être éviter à James de les tuer. Ce n'est peut-être pas une si mauvaise chose en fin de compte. Sirius essayait de supplier Lily afin qu'elle accepte son idée suicidaire. En vain. Rien n'y faisait. Même son petit air de chien battu, yeux du chat potté n'y faisait rien. Il abandonna l'idée.

Voilà des visiteurs inattendus et non invités à notre petite réunion. Deux invités tout de noir vêtus. Deux ennemis de plus à vaincre. Dans quelle galère s'étaient mis Sirius et Lily ? Pourquoi avait-il accepté cette mission ? Peut-être qu'il ne valait mieux pas chercher à un raisonnement logique et réfléchit.


LILY « Trois contre deux… Ils ont barré la porte. »

MANGEMORT « Le traître à son sang et la femme d’un autre traître… Vous feriez mieux de vous rendre avant que l’on ne décide de traîner vos carcasse sans vie dans toute l’allée des embrumes… »
Sirius : Tu sais ce qu'il te dit le traître à son sang ? Il t'emmerde !! Il va te trucider et te massacrer.
Bas à LilyEffectivement, on est mal barré. Cette mission , c’était du suicide. Faut trouver une diversion.

L'auror observait Lily en train de réfléchir à une idée de diversion. Il ne savait pas vraiment ce qui lui passait par la tête. Il cherchait des tactiques de combats mais toutes échouaient malheureusement. Les mangemorts avaient beau être des créatures stupides, il n'en restait pas qu'elles savaient se battre. Il sourit en voyant Lily lui montrer une fiole. A première vu, une idée semblait avoir germer dans son esprit.

LILY « Je lance… Tu l’exposes au dessus d’eux avec ta baguette ou l’inverse ? »

Sirius hésita un instant. L'idée était alléchante mais quelque peu suicidaire. En même temps, la situation ne pouvait pas empirer. Quoique. Au pire, il serait six pieds sous terre.

Je te laisse exploser la fiole au dessus d'eux pendant que je les attaque par derrière. C'est une bonne diversion. Il faut tenter.

Sirius se prépara à foncer derrière les créatures lorsqu'il s’aperçut que Lily était imprégnée de cette potion mortelle. Il commençait à s'inquiéter pour son amie. Il avait la responsabilité de la ramener saine et sauve...euh.. enfin vivante à James. Là, cette information changeait la donne. Il chuchota à l'oreille de Lily pour que personne ne puisse l'entendre :

Dis-moi qu'il y a un antidote ? Tu connais la formule ? Je ne vais pas risquer de te perdre. James va me massacrer si je ne te ramène pas vivante. On tente. De toute façon, on a pas le choix. Faut en finir vite afin d'avoir le temps de fabriquer l'antidote.

Ensuite, Sirius attendit que sa camarade lance la potion au dessus des mangemorts pour sortir de sa cachette. Il profita de la diversion pour les attaquer en traître. La distance qui les séparait était semer d'embûches : des morceaux d'étagères en plein passage, des bouts de verres, des substances gluantes, malodorantes et tout un tas de trucs aussi dangereux. Plusieurs, il faillit se casser la figures même se fouler une cheville. Retenant un cri de douleur abominable afin de ne pas gâcher l'effet de surprise, Sirius venait de se planter un clou d'une vingtaines de centimètres dans la cuisse. Il saignait abondement mais continua malgré la douleur. Il devait faire vite s'il voulait sauver Lily. Il le fallait. Il voulait tenir sa promesse. Il devait la tenir.

Sirius se trouvait à présent derrière les deux mangemorts. Il prit son élan, s'éleva en l'air de quelques centimètres et balança un coup de pieds dans leur posterieur. Les deux victimes volèrent de quelque mètres afin d'atterrir sur le ventre. Ils se relevèrent presqu'aussitôt. S'en suivit un combat acharné. Les sorts fusaient et s'annulaient pour la majorité. Après des minutes qui parurent interminables, l'auror, complètement exténué, parvint à venir à bout de ces saletés de créatures. Il les propulsa contre un morceau de planche de bois cassé qui en était devenu tranchant. Sirius, quand à lui, avait obtenu en guise de victoire deux ou trois côtes cassées, une jambe cassée d'où son boitement, des milliers d'égratignures sur l'ensemble de son corps et quelques blessures profondes dont une à la cuisse et une à l'abdomen. Mais il était vivant. Il jeta un rapide coup d’œil à Lily. Elle semblait se porter bien, du moins, le poison n'avait pas encore atteint le cœur.. Ce qui était bon signe et leur laissait encore du temps.

Sans plus attendre, il ne pu reprendre son souffle que la cible l'attaquait avec une multitude de sort. Il se baissa extremis avant de brandir sa baguette dans sa direction.


Petrificus Totalus! Non mais oh ! C'est pas un type qui aura raison de moi ! Je viens de massacrer deux mangemorts. Je ne peux même pas savourer ma victoire. Lily, tu vas bien. Tu peux bouger ? Peux-tu préparer du veritaserum ? T'es plus doué que moi ! Je vais le ligoter et je vais attendre qu'il reprenne connaissance pour le questionner à MA façon en attendant..

Sirius, avec un sourire diabolique ligota sa victime et la positionna sur une chaise qu'il dégagea des décombres. Ensuite, il attendit que sa victime reprenne connaissance avant de le questionner. Un interrogatoire made in Black. (Vous allez comprendre?) Sirius s'adossa contre le bar et croisa les bras. Sa victime de la journée commençait à émerger de son sommeil et ne paraissait pas ravie de se trouver prisonnière. L'homme tenta de se détacher et remuait sur sa chaise. En vain. La seule chose qu'il aurait pus réussir à faire était de casser la chaise ou de glisser de celle-ci. Seulement, les liens se trouvaient être parfaitement bien serrés. Faut dire que l'auror avait l'habitude de ligoter les personnes. (Je ne parle pas du domaine privé ni de ce qu'il fait avec sa femme le soir dans leur chambre. )

La cible : Que me voulez-vous ? Libérez-moi ! Je vous l'ordonne !

Tu n'es pas en mesure d'ordonner quoi que ce soit. De plus, je souhaiterais que tu répondes à mes questions. Je vais être gentil au début, je le serais moins si tes réponses ne me satisfont pas. Alors, tout d'abord, que comptes-tu faire avec tous ces ingrédients ? Sur qui comptes-tu t'en servir ?

La cible esquissa un petit rire diabolique :Je préfère mourir plutôt que de vous dire quoi que soit. Vous ne serez jamais rien. Je mourrais avec mes secrets. Vous pouvez me torturez, ça ne changera rien. Je résiste à toute forme de torture.

OK ! On va s'amuser alors.
Sirius donna une dizaine de claques au type avant de lui demander:Alors ?

La cible lui cracha à la figure avant de répliquer : Je vous emmerde !!

Quelle grossièreté ! On va laver tout ça ! Récurvite
Des bulles de savons s'échappaient de sa bouche. Ce sort ne se révéla pas être une bonne idée vu qu'il ne pouvait plus parler maintenant. Il l’asséna d'une nouvelle série de claque. Sans effet. Une troisième série. Toujours rien. Il changea de technique. Il lança un sort afin de le suspendre par les pieds. Toujours rien. Sirius se trouvait à cours de supplices. Il devait se faire vieux. Ça doit être ça. Heureusement pour lui, Lily venait de finir sa potion et la lui apporta.

Merci Lily !! Ouvre la bouche mec ! J'ai dis ouvre la bouche ! Sirius attrapa la tête du type, lui ouvrit la bouche de force et lui déversa le contenu de la fiole dans la gorge. Au moment de fermer la bouche, l'homme lui mordit les doigts. Aieeeeeeeee ! Saleté de mangemort ! Tu vas me le payer ! Je te laisse lui poser tes questions Lily !

Sirius partit reprendre son souffle dans un coin et surveillait les différentes entrées. Il ne fallait pas laisser de témoins de leur passage. L'auror envisagea, tout d'abord la solution de tuer leur cible mais Lily lui en voudrait de tuer et il aurait droit à des réprimandes digne d'une furie. Il ne voulait pas risquer une crise d'hystérie chez la jeune femme. Il se rabattit sur la solution annexe : la rendre amnésique.

La médicomage venait d'obtenir toutes les réponses qu'elle désirait, même plus. Soudain des bruits résonnaient dans la pièce. Sans chercher à comprendre, Sirius attrapa Lily par le bras et l'homme et les entraîna dans la réserve. Il barricada la porte comme il pu avec les moyens du bord. Tout ça sans céder à la panique. Lily venait d’assommer le type.


Lily, dépêche-toi de réaliser ton antidote ! Le temps presse et la porte ne va pas résister longtemps. D'autant plus que j'ai aucune envie de te perdre et encore moins envie d'annoncer à James une nouvelle pareille. Donne-moi les ingrédients que je puisse t'aider à les chercher!

Les deux amis cherchèrent les ingrédients à réunir. De précieuses minutes venaient de s'écouler quand les éléments furent rassemblés. Patmol laissa son amie préparer l'antidote et s'amusa avec la cible. Il retrouva son esprit taquin, malgré les blessures qui lui arrachaient une grimace de douleur à chaque geste. Il pointa sa baguette sur la tête de l'homme ligoté:
i
Oubliette! Comme ça, plus de témoins et on est tranquille!

Sirius avait beau dire des bêtises, cela ne l'empêchait pas de s'inquiéter pour sa « furie » rousse. Il avait peur de la perdre. Il tenait à elle autant qu'à James ou Remus ou Eillen et toute la bande. La porte commençait à céder sous les impacts d'individus venant de la boutique. Sirius souffla un bon coup, tenant sa baguette fermement et s’apprêtait à se battre. De temps en temps, il jetait des coup d’œil à Lily afin de s'assurer qu'elle avait réalisé le bon antidote. Au moment où la porte céda, une ruée de mangemorts, environ une dizaine s'acharnait sur eux. Sirius esquivait les sorts tout en protégeant Lily jusqu'au moment où il fut rassurer. La rousse venait d'achever son antidote qu'elle avala au bon moment. Elle était sauvée. Un poids se souleva de la conscience de l'auror.

C'est à ce moment qu'un sort vint lui brûler une bonne partie de son bras. Par chance, ce n'était pas le bras qui tenait la baguette magique. Il pu riposter. Sirius et Lily en tuèrent trois ou quatre à eux deux. Soudain, Patmol eut un éclair de lucidité et comprit qu'il valait mieux fuir s'il tenait ne serait-ce qu'un peu à la vie.


Vient Lily ! On se casse ! Ils sont trop nombreux ! On en arrivera pas à bout.

Il ouvrit la porte, attrapa le bras de son amie et ensemble il détallèrent comme des lapins. Les sorts fusèrent dans leur dos et Sirius les esquivaient du mieux qu'il pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 1 Juin - 11:48
Invité


Une heure… Si James apprenait ça, plus jamais il ne nous laisserait partir en mission je le savais. Je n’aimais pas mentir à mon mari. De une de toute façon j’en étais incapable et de deux si moi je pouvais lire en lui, c’était son cas aussi pour moi. 19 ans ensemble forcément et fort heureusement j’ai meêm envi de dire, il connaissait par cœur mes mimiques. La solution alors ? Ne jamais en parler. Ce n’était pas mentir et je crois qu’on avait tout intérêt lui et moi de ne pas s’étendre sur cette mission. Après tout l’important c’était d’en ressortir vivant et avec les informations non ? Mouais encore fallait-il y arriver et pour moi le temps était comptait tout autant que Sirius le casse-cou allait encore se faire du mal j’en mettrais ma main à coupée. On était derrière le comptoir, j’avais cette fiole à la main et le venait qui venait d’atteindre tout juste le poignet. Je lance ou il lance ? Il proposa encore une nouvelle alternative…

SIRIUS « Je te laisse exploser la fiole au dessus d’eux pendant que je les attaque par derrière. C’est une bonne diversion. Il faut tenter. »

J’acceptais. Avions-nous le choix… J’attendais qu’il se prépare pour lancer quand finalement il réengagea la conversation :

SIRIUS « Dis-moi qu’il y a un antidote ? Tu connais la formule ? Je ne vais pas risquer de te perdre. James va me massacrer si je te ramène pas vivante. »

LILY « Oui. Enfin si je trouve les ingrédients nécessaire et que je la fabrique à temps… A vue de nez j’ai une heure tout au plus… »

Je grimaçais à cette révélation. Une heure… ça pouvait paraitre suffisant mais en état de siège comme on pouvait l’être je peux vous assurer que c’était bien trop court. Si on n’agissait pas rapidement d’autant plus quand le poison se rapprochera de mon cœur je commencerais à perdre doucement chaque fonction de mon corps à commencé par ma main que je sentais de moins en moins comme mon bras qui s’engourdissait doucement. Faites moi pensé si je m’en sors de bien dire à mes enfants de ne pas trainer leurs mains partout comme je venais de le faire alors que j’avais des plaies ouvertes. Oui en situation de crise je pensais encore à mes enfants. Seul eux et James m’aidaient à tenir et me battre jusqu’à mon dernier souffle…

SIRIUS « On tente. De toute façon, on n’a pas le choix. Faut en finir vite afin d’avoir le temps de fabriquer l’antidote. »

Ne me restez plus qu’à lancer la potion et faire donc diversion pendant que Sirius les prenait pas surprise. Je me levais alors pour lancer la fiole. Ça fonctionna et la suite s’enchaina jusqu’à ce que les deux mangemorts se retrouvent à terre et le dernier, notre cible, soit ligoté. A voir tout ce chantier on avait vraiment fait notre mission comme des petits cochons. Autant avec Remus c’était bien plus soigné autant avec Sirius je m’en tirais toujours dans un de ces états de poussière et de sang séché. Après on s’étonnait de l’inquiétude de James…

SIRIUS « Lily, tu vas bien. Tu peux bouger ? Peux-tu préparer du veritaserum ? T’es plus douée que moi ! Je vais le ligoter et je vais attendre qu’il reprenne connaissance pour le questionner à MA façon en attendant… »

LILY « Je ne veux même pas connaitre ta façon… » dis-je avec un sourire en coin. « Oui ça va, je ne sens plus ma main et mon bras commence à me faire défaut mais ça va aller… Je vais faire ça. »

Je me dépêchais pour réunir déjà les ingrédients du Veritaserum. On avait de la chance que j’excellais dans les Potions sinon on aurait pu être cuit et encore plus de chance quand on pense qu’on se retrouve dans une boutique pour Potion. Au moins Merlin était de notre côté d’un sens. Je me pressais donc d’une main. L’avantage du venin c’est que pour l’instant je ne souffrais pas vraiment mais avoir l’usage final que d’une seule main me faisait vraiment ralentir dans mon travail. Je ne préférais même pas m’occuper de ce que Sirius faisait, ça valait mieux. Je n’avais jamais aimé la brutalité physique. Dix minutes seulement après, bon j’aurais pu être plus rapide avec deux mains…, je finis enfin la potion ! Je la donnais ainsi à Sirius constatant que la cible était dans un sale état, et je ne parlais même pas de Sirius. Mouais pas dit que l’on rentre tout de suite. Un passage à l’hôpital serait nécessaire. Je ne tenais pas à ce que James nous voit comme ça.

SIRIUS « Merci Lily !! Ouvre la bouche mec ! J’ai dit ouvre la bouche ! »

Ce type n’avait vraiment pas de chance que se soit Sirius qui s’occupe de lui. Quoi que… ça aurait été James, à voir mon état, je serais presque prête à parier que le pauvre aurait subit encore plus. Il n’y avait qu’à voir comment James se comportait à Poudlard déjà quand quelqu’un me faisait du mal… La personne passait la nuit je vous rassurais mais à l’infirmerie suivit d’ailleurs d’une bonne dispute à la Lily/James. Bref passons cette époque et revenons au moment présent. Sirius venait de se faire mordre. Bande de sauvages ! *c’est elle qui dit ça alors qu’elle a déjà mordu James quand il a tenté de l’embrassé à ses 16 ans* Je réussis alors à récupérer facilement les informations. La suite ? Je savais que ça démangeait Sirius de tuer l’homme mais je lui préférais une justice avec un procès. Il se trouvait en fait lui aussi être un mangemort avec en plan de fabriquer sa potion pour endormir tout le personnel de Sainte Mangouste afin de pouvoir faire des ravages aux maximum sans que les médicomages puissent sauver les victimes. Quand le ministère allait savoir ça… L’homme était bon pour Azkaban ! Ou pas… Sirius choisit l’option d’amnésie plutôt que de le livrer au ministère. Avait-il tord ? En un sens je ne pensais pas. Il savait encore mieux que moi à quel point le ministère pouvait aussi suivant les personnes, être complètement corrompu. On ne pouvait se fier à aucune personne comme ça en dehors de l’ordre malheureusement.

Sans attendre alors on entendit du bruit. Combien de temps encore avant que le ministère ne s’aperçoive du carnage qu’on avait fait dans cette boutique de l’allée des embrumes et qu’on ait des renforts au lieu de se taper une série de mangemorts ? Je pense qu’on pouvait attendre encore longtemps vu comment les aurors étaient surchargés de travails : la preuve, James n’avait pas pu nous accompagner. Pour nous protéger Sirius m’attrapa le bras pour m’entrainer alors dans l’arrière boutique au niveau des réserves. Le venin commençait à se rapprocher dangereusement de mon épaule. Je ne sentais plus mon bras. Il barricada la porte avec lui, notre cible et moi… Aucune porte de secours et encore moins une fenêtre à première vue, on était mal… très mal… Mon réflexe ? Assommer grâce à un sort l’homme pour éviter de s’entretuer dans la réserve, sait-on jamais malgré le sort d’amnésie de Sirius.

SIRIUS « Lily, dépêche-toi de réaliser ton antidote ! Le temps presse et la porte ne va pas résister longtemps. D’autant plus que j’ai aucune envie de te perdre et encore moins envie d’annoncer à James une nouvelle pareille. Donne-moi les ingrédients que je puisse t’aider à les chercher ! »

Je lui fis la liste complète et il m’aida à réunir les ingrédients sur une petite table. Tout y était, c’était déjà bon signe. Maintenant restez à la faire. Si je vous dis que j’ai un doute sur les doses vous paniquez ? (On ne peut pas être parfait non plus hein…) Le venin venait d’atteindre mon épaule. On pouvait le voir à travers toutes mes veines qui avaient pris une teinte bleue foncée à faire peur en contraste avec ma peau si blanche. En faisant la potion j’entendais alors des hommes derrière la porte en train de s’activer. Concentre-toi Lily. Je sentais de l’eau perler sur mon front se mélangeant à la poussière et au sang séché. Je l’essuyais tentant de rester concentrer. Je sentais le venin doucement arriver vers mon cœur. Je tentais de ne pas paniquer et de me concentrer mais ce n‘était pas facile. On dit que quand l’on perd on voit sa vie défiler devant nous, moi je la voyais avant l’heure en repensant à ma famille. Si je ne m’en sortais pas comment es-ce que ça allait se passer pour eux ? Oserais-je les abandonner ? Je me souvenais de ses baisers… de la colère qu’il insufflait en moi… de ma haine à aimer quand il faisait ça… Ma main tentait d’être précise dans ma potion alors que je me souvenais de ces nuits blanches avec lui où simplement je me perdais dans l’amour que j’avais pour lui. C’est toujours dans ses moments qu’on se souvenait de tout. La naissance des enfants… Des mots de mon mari le jour de notre mariage… La peur dans mon cœur quand on a su que Harry pourrait être la cible de Voldemort. Ma promesse de me battre pour un monde meilleur… Mes lèvres tremblaient malgré moi sous la pression. Je jouais ma vie et je le savais. Que Merlin me guide pour arriver à temps à faire tout ça. Je savais que pour guérir je devais mourir un peu. Attendre cette dernière seconde où je sentais mon cœur me lâcher. Je n’avais jamais guéri un patient de ce poison puissant. Si je me loupais je risquais de laisser derrière moi toute une guerre et une famille. Mes enfants étaient grands… Avaient-ils encore besoin de moi … ? Mon dernier bébé allait avoir 15 ans… Elle était grande… Elle saurait se lever. Par pitié Lily ne tombe pas dans cet abyme à croire que tu pourrais ne pas t’en sortir… As-tu vraiment le choix ? N’as-tu pas juré à James de ne jamais plus le quitter le jour de ton mariage ? La porte allait céder, je n’avais pas vraiment fini… Je manquais de temps. La porte céda, Sirius fut comme elle put et la seule main que j’avais tremblé tellement… Je réussis à la finir comme je pouvais non sans en avoir mis partout, espérant avoir mis les bons dosages. Ma vie appartenait maintenant à Merlin… Le venin doucement touchait mon cœur du bout des doigts l’obligeant à s’accélérer. Posée contre le mur, tenue ainsi debout grâce à son aide, j’espérais savoir exactement quand la boire. Je sentais le poison doucement venir se glisser tout près de mon cœur. Je ne réalisais plus trop ce qu’il se passait autour de moi. Mes yeux étaient ouverts mais je sentais doucement ma vision s’effacer. Une violente douleur me prit la poitrine avant que je ne fasse le choix de boire la fiole et de la jeter sur le sol grimaçant en sentant mon cœur s’accélérer vivement. Mon cœur se mit à battre avec violence sans s’arrêter. Loupant finalement deux battements s’arrêtant quelques secondes, frôler la mort… ne plus rien sentir sans même s’en rendre compte, voir les plus beaux moments défiler devant vos yeux et ne même pas s’en inquiéter avant de revenir à la réalité… J’immergeais alors que doucement le poison quittait mon corps. J’entendis le vacarme autour de moi. Saisissant maladroitement ma baguette en voyant Sirius prendre un sort sur le bras, ce fut comme un électrochoc pour moi avant que je ne vienne finalement riposter pour l’aider me ressaisissant. La suite s’enchainait très rapidement…

SIRIUS « Vient Lily ! On se casse ! Ils sont trop nombreux ! On n’arrivera pas à bout. »

Toi aussi tu trouves ? Je n’étais pas non plus très opérationnel encore dans les vapes du venin. Sirius attrapa mon bras et on réussit comme ça à sortir de la boutique par une porte arrière. De là on courrait rapidement avant que je ne saisisse le bras de Sirius et prenne le risque de nous transplaner malgré mon état pour atterrir en pleine forêt au milieu de nulle part et de m’écrouler au sol avec lui. La mission nous avait complètement lessivé et mon corps peinait complètement à suivre. Si James pensait à des folies ce soir je pense qu’il pourra y dire adieu. Allongée sur le dos avec Sirius à côté de moi, ce que je trouvais à faire alors ? Exploser de rire… La pression… La peur d’y rester… Le danger… nos blessures… l’adrénaline… tout faisait qu’il fallait que mon corps évacue la pression. Je ne trouvais rien de mieux alors à dire :

LILY « On ferait mieux de ne surtout pas rentrer au manoir dans cet état au risque que James soit à la maison avant nous. Ils nous tueraient pour sur et refusera de nous laisser partir en mission pour les prochaines fois. »

Je reprenais mon souffle. J’étais contente, on avait nos informations… Restez un peu là alors pour reprendre notre souffle déjà n’était pas plus mal. Je m’assis alors finalement à côté de lui. Son corps était dans un état encore plus lamentable que moi. Il voulut se relever mais je l’en empêcher.

LILY « Bouge pas… Tu es salement amochée je vais voir ce que je peux faire. Et ne t’inquiète pas ton visage n’a pas trop été touché sauf peut-être pour une énorme cicatrice que tu risques de garder traversant tout ton visage ! Elle est E-N-O-R-M-E ! Fait pas cette tête je rigole ! Tu n’as rien à part une petite plaie qui finira par partir… »

J’enlevais alors ma cape recouverte de poussière et de sang pour la poser sous la tête de Sirius le temps que je m’occupe de lui. Je pris alors mon sac que je tenais en bandoulière depuis le début pour commencer à farfouiller dedans. Il était petit mais j’y rentrais le bras entièrement comme s’il faisait des mètres. Magie magie… j’adorais lancer ce genre de sort dans mes sacs pour me trimbaler avec un peu tout. Autant vous dire alors que le sac à main d’une femme moldue c’est le bordel mais le mien… James n’ose même pas s’y aventurer. Bref je trouvais finalement tout ce qu’il me fallait (non non je n’avais pas du tout prévu à l’avance qu’on finirait dans un sal état !) pour étaler le tout sur le sol à côté de nous.

LILY « Désolée d’avance… »

Pourquoi je lui disais ça ? Je venais de déchirer son t-shirt (de toute façon il était déjà en lambeau) pour le mettre de côté et poser mes mains sur son torse. Vérifiant l’état de sa cage thoracique je constatais qu’il avait deux côtes cassées sans parler déjà de ses égratignures profondes sur son abdomen. Il était vraiment en piteux état.

LILY « ça va faire mal… »

Un coup de baguette et je venais de replacer ses cotes correctement avec violence. Je détestais ce sort qui faisait hurler plus de la moitié de mes patients mais il était radical et efficace. Maintenant que ses cotes n’étaient plus cassées je pris une fiole à côté de moi.

LILY « Et ça, ça va piquer… »

Je déversais quelques gouttes sur ses blessures de l’abdomen doucement refermant ses plais pour ne laisser plus que des cicatrices. Pour le torse c’était fait. Voyons maintenant le reste. Je vis du sang perler au niveau de sa cuisse. Je tâtais ses deux jambes professionnellement pour constater qu’un fémur était cassé. Même opération que pour les cotes. Peut-être aurais-je du le prévenir mais plus vite j’agissais et plus vite j’évitais qu’il me tombe finalement dans les citrouilles après le contre coup de l’adrénaline. Je ne lui laissais même pas le choix, déchirant le tissu pour découvrir enfin la plaie le laissant au passage tout le long de mes soins me parler, du moment qu’il restait allongé et qu’il ne bougeait pas pour que je ne me loupe pas. Je refermais ses plaies profondes une fois de plus avec ma fiole. Il avait alors encore quelques égratignures par ci par là mais plus vraiment rien d’inquiétant. Une fois Sirius soignée j’en profité pour finir la fiole sur moi par la blessure à ma main qui m’avait valu le poison. Restant assise à côté de lui je finis par sourire.

LILY « Même les plaies soignées si on débarque comme ça James ne va pas nous louper… »

Déjà parce qu’on était recouvert de poussière et de sang séché et que James n’étais pas dupe, il savait que j’aurais prévu de quoi nous guérir et ensuite parce que bon Sirius n’avait plus de t-shirt et je ne vous raconte même pas l’état de son pantalon. Je doute que James en rigole. Mais pour ça j’avais encore ma solution. Oui je sais je pense à tout ! Je farfouillais alors dans mon sac une nouvelle fois pour en sortir un t-shirt à James. Avec un peu de chance mon mari ne tiquera pas que Sirius avait changé de tenu, après tout combien de fois ils échangeaient des fois leurs fringues quand Sirius venait dormir à la maison… Je lui tendais donc un t-shirt et un nouveau pantalon :

LILY « ça évitera que James ne se pose trop de question sur l’état dans lequel on a pu être après le combat… »

Moi-même je sortis mes affaires propres : un t-shirt qui ressemblait à celui avec lequel j’étais partie au départ seulement vu que mon jean était encore en très bon état, il faudrait juste penser à le dépoussiérer. Suffisait alors quand on rentrera d’embrasser James pour lui couper la parole et avec un peu de chance mes habits seront par terre avant qu’il ne capte qu’il ne s’agissait pas des mêmes. Je le laissais alors enfin la possibilité de se relever ou de se redresser à sa guise. Je lui tournais alors simplement le dos le laissant se changer dans son coin pour enlever mon t-shirt et passer le nouveau par-dessus le débardeur que j’avais en dessous du premier t-shirt.

LILY « Tu me dis quand je peux me retourner… »

Sur ce j’attendais sagement en repensant à ce que notre cible venait de nous dire. S’ils projetaient d’attaquer l’hôpital il va falloir que je prévienne mes collègues au plus vite. Remarquez au moins avec le sort d’amnésie de notre cible on avait gagné un peu de temps… Peut-être deux jours je pense. Voilà au moins un point rassurant de notre mission qui nous laisserait juste le temps de nous organiser et peut-être simplement éviter la catastrophe…

LILY « Il faudra penser à envoyer nos informations à Dumbledore le plus rapidement possible pour qu'il sache ce qu'il se trame. Après comme ça on sera tranquille. ça te dirait de boire un café du coup après le message envoyé ? »

Toujours dos à Sirius attendant qu'il ait finir, je me suis dis qu'on avait mérité une pause avant de revenir genre l'air de rien au manoir comme si finalement en effet on n'avait vu qu'un café...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 4 Juin - 23:24
Invité
Les événements avaient défilés à une vitesse qu'il était dure de ne pas se fier à son instinct. Élaborer un plan n'était pas la bonne solution. Sirius était, avant tout un homme d'action sur l'instant et n'était pas très doué pour élaborer des plans tel que Rémus le ferait. Tout naturellement, Lily s'était fourrée dans la gueule du loup sans même réfléchir ni même consulter l'auror. Sirius l'avait observé et tout s'était enchaîné si vite. Le danger se révélait de partout à la fois et une seule idée résidait dans leur esprit: Rester en vie. Sauver sa peau coûte que coûte. La mission est accessoire dans ces moments. Pour ne pas rentrer complètement idiot, il fallait aussi, s'assurer la victoire. Malgré toutes ces contraintes, le duo de choc que formait Lily et Sirius arriva au bout de cette mission périlleuse, non sans trop de bobo. On ne peut pas en dire autant de la boutique de potion. Mais, la survis du monde entier en dépendait. Certes, ils avaient travaillé comme des véritables petits cochons mais pouvait être fier d'avoir accomplie la mission qu'il leur avait été confié avec brio.

Sirius, ne l'avouera jamais à Lily mais a eut très peur pour son amie. Il avait peur de la perdre à un moment. Il n'aurait pas supporter qu'elle succombe au poison dans lequel ses blessures avaient trempées. Heureusement qu'elle était douée en potion, que les ingrédients se trouvaient sous notre main mais aussi que le temps jouait en notre faveur. Un peu comme si une petite étoile brillait au dessus de notre tête. Faut espérer que cette étoile continue de briller. Quand l'auror avait comprit que la vie de son amie ne dépendait qu'à un fil et qu'il menaçait de se briser d'un moment à l'autre, il avait redoublé d'effort afin d'accélérer les événements. Sirius avait prit un malin plaisir à prendre les deux mangemorts en traître et à les réduire à néant. De même qu'à torturer la cible à sa façon. Il adorait questionner des prisonniers. En générale, ça fonctionne pas mal mais là allez savoir pourquoi, cela ne marchait pas. C'est que cette espèce est de plus en plus tenace!

Pourtant Sirius avait tout tenté afin de le faire parler! Rien ne fonctionna comme prévus ! Au lieu de cela, il en retira des « insultes » qu'il nettoya par un petit sort que Severus adolescent avait connu malgré lui. Eh oui! À 15 ans, on ne réfléchit pas toujours ! Quoi? Comment? À 36 ans, non plus? Ce n'est pas vraiment faux! Mais que voulez-vous, on est comme ça, on ne se rachète pas! Maraudeurs, un jours, Maraudeurs, toujours ! A la vie, A la mort! J'avoue que cela peut-être pesant pour l'entourage, surtout pour les femmes des maraudeurs mais entre elles, elles se comprennent ! Les enfants ne sont pas mécontents. Ils s'en amusent. Bref, revenons en à nos mangemorts (certains auraient dit moutons mais c'est pareil.) Il fallait gagner du temps afin que Lily puisse réussir à créer du veritaserum malgré la propagation du poison dans ses veines. Cette propagation paraissait se faire très rapidement pour l'auror, trop vite qu'il ne voulait pas la regarder et préféra rester concentré sur sa victime de la journée. Un apéritif avant l'heure! Lily n'avait pas perdu la main avec les potions. Une fois la potion faite. Sirius ordonna à l'homme d'ouvrir la bouche. Ce qu'il refusa. Pendant un court instant, il voulu trouver un entonnoir afin de la lui faire avaler de force mais il se résolu de le faire devant Lily. Cette dernière aurait refusé cette forme de violence qu'elle aurait qualifié de barbare. Ce qui n'est pas faux dans un certain sens mais il était persuadé que les mangemorts ne s'en serait pas abstenus. Soit. Il parvint à lui faire avaler la potion. De toute façon, le temps pressait et ne jouait pas en leur défaveur afin de tout tenter pour sauver la femme de la vie de James.

Lily finit d'extraire les dernières informations de la cible juste au moment où des bruits de pas résonnèrent soit dans la pièce soit dans la rue. Ni une, ni deux, sans réfléchir (comment ça, il ne réfléchit jamais? C'est un homme d'instinct !) Patmol prit Lily par le bras, attrapa la cible et s'enferma dans la réserve. Avec un peu de chance, tous les ingrédients pour l'antidote y sont. Sirius barricada la porte avec des moyens de fortune en priant pour que cela retienne les attaquants suffisamment longtemps afin de leur laisser une chance de sauver leur peau. Voilà que la cavalerie débarque. C'est pire que les cafards! Tu en écrases un et tu te retrouves avec une centaine sur le dos ! Afin de combattre le temps, Sirius demanda les ingrédients pour réaliser la potion à Lily et l'aida à les chercher. Une fois, tout réunis sur une petite table, il la laissa se concentrer et fabriquer l'antidote. Pendant ce temps, les ennemis se rapprochaient de plus en plus, fouillaient le local, mettaient sans dessus dessous (si c'était encore possible) et tentait de faire exploser la porte derrière laquelle ils s'étaient réfugiés. Sirius souffla un bon coup prêt à se battre et leva sa baguette. Un coup.. La porte tenait bon. Deux coups, la porte s'ébranla. Trois coups et la porte céda. Sirius ne s'attendait pas à voir autant de monde. Ce n'était plus la cavalerie mais toute l'armée. Enfin, il exagère un peu quand même. Une petite armée. Une dizaine de mangemorts se tenaient devant eux. Le combat était inégal. Il aurait été frais, en pleine forme, il n'aurait pas hésiter à les affronter mais là, ce n'était pas le cas.

Cependant, Sirius devait faire diversion, le temps que Lily finisse la potion et l'ingère. Ce qu'elle pu faire rapidement. Ensuite, c'était sauve qui peut. La fuite se trouvait être la meilleure option. Le duo s'enfuit donc par la porte de derrière sous l'averse de sorts maléfiques à leur encontre. Lily vint les tirer d'affaire en ayant le réflexe de les faire transplaner au beau milieu de la campagne. Enfin, il ne savait pas où ils étaient. Peu importait. Ils étaient loin du danger. Ils purent souffler un bon coup. Allonger sur le dos, Lily s'était mise à rire sans pouvoir s'arrêter. Probablement la nervosité et le stress de la mission. Sirius explosa de rire à son tour. Ce devait être communicatif. Une bonne dose d'adrénaline, le fait de froler la mort et voilà que toute cette dose de stress retombait dans un fourre interminable. Ceci dit, il vaut mieux que cet éclat de rire débarque maintenant que devant James. Pas sure qu'il soit très tolérant.

Bref, on s’égare. Lily avait tout prévu comme s'il était évident qu'ils finiraient dans un état lamentable. Lily parla la première:


LILY « On ferait mieux de ne surtout pas rentrer au manoir dans cet état au risque que James soit à la maison avant nous. Ils nous tueraient pour sur et refusera de nous laisser partir en mission pour les prochaines fois. »

Sirius : Tu n'as pas tord ! Le seul problème est qu'on a pas de quoi se changer, ni de se soigner ! A moins que...


Patmol s’interrompit quelques instants en remarquant que Lily sortait du matériel de son sac. Elle avait tout prévu. C'est évident, James va nous tuer.

LILY « Bouge pas… Tu es salement amochée je vais voir ce que je peux faire. Et ne t’inquiète pas ton visage n’a pas trop été touché sauf peut-être pour une énorme cicatrice que tu risques de garder traversant tout ton visage ! Elle est E-N-O-R-M-E ! Fait pas cette tête je rigole ! Tu n’as rien à part une petite plaie qui finira par partir… »

Sirius paniqua quelques secondes : Quoi ? C'est pas possible ? C'est pas vrai ?
Il grimaça et regarda sa camarade:Très drôle ! C'est ça ta vengeance ? Tu avais prévu qu'on finirait dans un tel état?

Sirius observa Lily qui s’apprêtait de soigner ses blessures et écoutait ses précautions. IL ne disait rien. Il s'attendait à souffrir mais pas à ce point. Cela ne le rassurait pas mais il ne va jamais lui avouer qu'elle lui fait peur en disant ça « Désolée d'avance » Désolée pour quoi ?

Aieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee ! P.....NNNNNNNNNNNNN ! Merci de m'avoir prévenu !

Il n'avait pu s'empêcher de hurler de douleur. De plus, les autres mots de Lily ne le rassuraient en aucun cas. Il allait souffrir, c'était une chose mais qu'est-ce qu'il l'attendait encore ? Il aurait préféré affronter James plutôt que de subir ça. Quoiqu'il aura peut-être à l'affronter en rentrant ! Au moment où elle déversait quelques gouttes de potions sur les plaies, Patmol retenu un cri. Cela piquait. C'était quand même plus supportable. Ce qui allait suivre dans quelques minutes serait horrible.

P.....N ! Lilyyyyyyyyyyyyyy ! Tu veux m'achever ou quoi ? T'avais besoin de me faire souffrir à ce point ? T'aurais pu me prévenir au moins? C'est bon, t'as finit ?

Sirius observa Lily soigner ses blessures. Il fut quelque peu soulagé. Il lui restait de belles blessures mais les hémoragies se trouvaient soignés et quelques égratignures arpentaient son corps. Il se redressa afin de s’asseoir. Sa respiration fut quelque peu saccadée. Ses cotes cassées le faisait souffrir malgré les soins de Lily.

LILY « Même les plaies soignées en gros si on débarque comme ça James ne va pas nous louper… »

Sirius : C'est pas faux Lily ! Seulement, tu oublies que James me connaît par cœur et qu'il sait quand je ne lui dis pas toute la vérité ! De plus, t'as déchiqueté mon pantalon quand même. Bon, je reconnais que mes vêtements étaient déjà en lambeaux mais tu les a achevé ! J'ai pas de quoi me changer. J'ai pas tout prévu comme toi. La plupart du temps, je rentre salement amoché, dans un état pitoyable mais ça ne me gêne pas. Je suis limite en caleçon mais bon.

LILY « Il faudra penser à envoyer nos informations à Dumbledore le plus rapidement possible pour qu'il sache ce qu'il se trame. Après comme ça on sera tranquille. ça te dirait de boire un café du coup après le message envoyé ? »


Bon, il fallait envoyer le message. Premièrement trouvé un hibou. Pas très difficile, le hibou d'Eillen se trouvait juste au dessus d'eux. Sirius fouilla dans le sac de Lily à la recherche d'un papier et d'une plume. Ensuite, il tendit le tout à sa camarade afin qu'elle écrive toutes les informations via un code bien entendu. Il est pas fou quand même. Le papier écrit, il le plia et l'attacha à la patte du hibou qui s'envola vers son destinataire.

Je prendrais bien une douche quand même avant d'affronter James. M'autorises-tu, Docteur à ce que je passe chez moi ? On pourra prendre un café là-bas ! Enfin, on a bien mérité une pause après cette mission suicidaire et fatiguante. En plus, il vaut mieux que je sois un plus habillé avant d'affronter James.

Le duo transplana jusqu'au domicile de la famille Black. Quand je dis Black, je ne parle du 12 square Grimor mais de la maison de Sirius et d'Eillen. Une maison, un brin conquête dont les mur ont pâti de nombre de vaisselle cassée et de nombreux cris en l'absence des enfants. Sirius ouvrit la porte, laissa Lily entrer et quand il referma la porte d'entrée....tomba sur James et Remus, tranquillement installés dans le sofa sur salon.

*Comment savaient-ils que l'on passeraient ici ? On est cuit ! Pourquoi faut-il qu'il se mette souvent dans la merde ? *

L'auror évitait pas tous les moyens de croiser le regards de ses amis. Il regarda ses vêtements tout déchiré sur lui, s'avança vers ses amis, avec un léger boitement et s'exclama:


Je suis heureux de vous retrouver ici ! Une super mission ! Vite expédiée ! Cela s'est passé comme sur des roulette ! Une mission de routine, n'est-ce pas Lily ? Ça a été pour toi James ?

Il espérait que ces paroles allaient passer inaperçues quoiqu'il en douta. Il connaissait bien ses amis maraudeurs. Sirius finit par répliquer devant les regards de ses amis fixés sur sa tenue:

C'est rien. C'est juste un souvenir de quelques mangemorts.

HJ: Message transformé car cela ne correspondait pas au caractère que je voulais de Sirius...Merci d'en tenir compte

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 5 Juin - 13:07
Invité


Je ne relevais pas à la réflexion de Sirius sur le fait que je puisse le mater. Pourquoi ? Mon sourire en disait déjà assez long. Il ne perdait jamais l’occasion de me taquiner, c’était plus fort que lui. Devant James il évitait de sortir ce genre de choses bien évidemment. Même si on savait tous les deux que c’était simplement pour rire, James avait du mal sur ce genre de taquinerie quand on les faisait sur moi. Mon mari est du genre possessivement jaloux. Je suis SA Lily depuis bien la cinquième ou sixième année et même avant que l’on soit sorti ensemble donc vous pensez bien qu’on ne parle pas du corps de SA Lily, on ne touche pas le corps de SA Lily et on n’a même pas intérêt à y penser. J’ai l’impression d’être une chose des fois c’est horrible. Enfin je fais avec… J’ai l’habitude depuis presque vingt ans et je me doute que Sirius a qui ça démange parfois d’embêter James sur ça même s’il reste encore assez lucide pour se retenir, n’a pu s’empêcher du coup là de m’en sortir une digne du grand Black. Je serais bien tenté d’en rajouter une couche mais je préférais me mordre les lèvres avec violence pour m’en empêcher que d’en sortir une qui pourrait tenir des jours pour Sirius. Je me contentais donc de sourire en roulant des yeux même pas étonné avant qu’il ne me donne son feu vert finalement pour me retourner alors qu’il était habillé. Il proposa de passer chez lui pour une douche après le courrier envoyé. Chose que j’acceptais et chose que l’on fit une fois la lettre rédigée. Je pensais ne pas risquer de trouver mon mari et notre meilleur ami dans les parages. Et pourtant ! Arrivant chez lui quelle ne fut pas ma surprise de découvrir James et Remus assis sur le sofa en train de discuter. Ok on est cuit. Non parce que même si nos vêtements sont intacts vu qu’on les a changé, mouais je doute que la poussière sur nos visages et cette petite coupure sur ma joue passe inaperçu sans parler de l’état du visage de Sirius… Sirius s’avança le premier alors que je suivais me mordant les lèvres comme une coupable attendant sa sentence avant même d’avoir eu un procès. Je connaissais James…

SIRIUS « Je suis heureux de vous retrouver ici ! Une super mission ! Vite expédiée ! Cela s’est passé comme sur des roulettes ! Une mission de routine, n’est-ce pas Lily ? Ça a été pour toi James ? »

James et Remus venait de se lever. Je voyais bien le regard de mon mari. Il n’avait pas loupé l’égratignure sur ma joue que moi-même je n’avais fait attention et Merlin faites-moi penser à nous débarbouiller avant de rentrer vu le sang séché et la poussière sur le visage de Sirius ! Ce dernier attendait alors que j’approuve ses paroles. Dois-je dire que pour le coup j’agissais comme une petite fourbe de première ? Quelle était la plus grande faiblesse de James ? Mes baisers… il ne résistait jamais à un baiser. Il pouvait tout oublier par un baiser. Et voyez-vous, une fois que James s’était levé en même temps que Remus à la fin des paroles de Sirius, je m’étais très vite réfugiée dans mes bras de mon mari, posant mes deux mains sur son visage pour l’embrasser avec tendresse. Oui je sais, c’est fourbe de ma part mais Sirius me remerciera quand James prit par surprise de ce baiser, pour le coup ne l’engueulera pas de lui ramener sa Lily dans un piteux état… Et quitte à faire les choses pas qu’à moitié je glissais alors contre les lèvres de mon mari un :

LILY « Je t’aime… »

Je le pensais… sincèrement. Mes mots étaient là tout comme le baiser pour calmer la possible réaction de mon mari mais aussi parce qu’au fond de moi il m’avait manqué le temps de la mission et qu’être dans ses bras après avoir cru perdre la vie et pouvoir lui dire finalement ce que j’ai sur le cœur me faisait le plus grand bien. Ainsi je pouvais mourir cette fois heureuse dans ses bras. Je relevais le regard vers celui de mon mari :

LILY « Ta journée n’a pas été trop dure … ? »

Laissant Sirius s’occuper de Remus, je tournais quand même finalement un regard vers lui avec un sourire innocent sur les lèvres. Oui Remus tu as bien à faire à de la corruption mais aussi et encore plus à de l’amour parce qu’il était bien connu que j’avais du mal à résister à l’appel des bras de James… Ne restez alors plus qu’à attendre la réaction de nos deux autres maraudeurs préférés…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 9 Aoû - 21:24
Invité
Comme si Remus en avait pas assez de s’inquiéter pour ses enfants avec ce huis clos ! Il fallait qu’en plus ses meilleurs amis partent en mission suicide pour le compte de l’Ordre ! Et quelle idée l’Ordre avait eu de les envoyer à deux ! Pas un pour rattraper l’autre dans ces cas-là ! Ils étaient tous deux fonceurs et à réfléchir après leurs actes aux conséquences. A chaque fois que Lily et Sirius partaient ensemble en mission, ils revenaient toujours blessés. Ils ne pouvaient pas s’en empêcher ! Et cette fois ne fit pas exception à la règle. Dès qu’ils étaient arrivés par transplanage dans la maison des Black, Remus avait compris que cette fois-ci, encore, ils avaient risqué leur peau. Ils étaient sales, de la poussiére sur leurs vêtements et leur peau. Enfin, vêtements… C’était vite dit. Le pantalon de Sirius ressemblait plus à un lambeau de tissu qu’autre chose. Il aurait été en caleçon, ça aurait la même chose… Avant que James n'ait pu dire le moindre mot, Lily s'était jettée sur son chéri avec des yeux de biche afin d'apaiser son couroux. Sirius n'osa rien dire de peur d'envenimer les choses mais sentit bien les regards interrogateurs de ses amis concertant son nouveau look. Il ne pu s'empêcher de faire l'imbécile.

Sirius : Je suis heureux de vous retrouver ici ! Une super mission ! Vite expédiée ! Cela s'est passé comme sur des roulette ! Une mission de routine, n'est-ce pas Lily ? Ça a été pour toi James ?

Il espérait que ces paroles allaient passer inaperçues quoiqu'il en douta. Il connaissait bien ses amis maraudeurs. Sirius finit par répliquer devant les regards de ses amis fixés sur sa tenue:

Sirius : C'est rien. C'est juste un souvenir de quelques mangemorts.

Aussi, Remus, qui sentait que l’atmosphère s’était tendue entre James et Lily à cause de cette cette rentrée impromptue, lança :

Remus : Eh bien, Sirius, ça devient une habitude de plus avoir de pantalon ?! Continue comme ça et tu deviendras exhibitionniste ! Fais attention !

Sirius, avec un p'tit sourire en coin : Pas de commentaire Remus ! Je ne suis pas certains qu'Eillen soit d'accord afin que je vire exhibitionniste. De plus, je suis encore trop habillé pour un exhibitionniste. James, dis rien, je sens que tu vas dire une bêtise. J'ai des dossiers sur toi et toute la corruption de Lily n'y changera rien.

James leva les mains en l'ai et rit: J'ai pas encore ouvert la bouche qu'on est déjà en train de me corrompre. Deuxièmement, c'est moi qui me trouve en caleçon en ce moment et moi aussi, j'ai des dossiers sur toi. Des bien chargés en plus. De plus, tu devrais arrêter de foncer dans le tas et réfléchir un peu Patmol. Un jour, ça finira mal pour toi.

Sirius se tenu les cotes avant de répliquer : Ah ouais ? Je serais curieux de savoir si tu oserais me balancer. Et......

Rémus le stoppa : ça suffit tous les deux ! Ce n'est pas le moment. Tu vois bien qu'ils ont besoin de soins, James. Par contre, Sirius, James a raison sur un point : vous avez été imprudent. Il n'y a qu'à voir dans quel état vous vous trouvez. Vous devriez vous rendre compte que la raison aurait du primer sur votre instinct. On ne souhaite pas vous perdre. Par pitié, faites attention à vous! Tu n'es pas infaillible, Patmol. Ce serait bien que tu en prennes conscience.


Remus et James les sermonne comme s’ils étaient des enfants, mais pas trop longtemps vu qu’ils ont besoin de soins rapidement, notamment Sirius, à cause de ses côtes et de sa jambe. Remus, habitué dans ce genre de situation à devenir le responsable de la bande, prit les rennes et lança quelques directives. Remus avait repris un air grave, voyant que son ami boitait. Il voulut aller l’aider en passant son bras autour de son torse. Il n’obtint qu’un cri de douleur. Sirius ne pu s'empêcher de rouspéter:

Sirius : Aieeeeeeeeee ! Fais attention tout de même !

Remus, lui fit un clin d’œil : Arrête de geindre un peu Patmol !

Sirius fronça les sourcils : Je me vengerais, t'inquiètes, Lunard!

Remus ne pu ré-freiner un petit sourire à cette réplique : Racontez-nous ce qu'il s'est passé ! On veut tout savoir !

James : Surtout les détails, Patmol !

Sirius : T'es à peine corrompu toi ! Pourquoi tu t'adresses à moi ? Tout n'est pas de ma faute ! Déjà, la mission avait super bien commencé. On se trouvait dans la boutique, tranquillement en train d'espionner le vendeur et l'unique client. Rien ne se passait. On écoutait la discussion entre le client et le vendeur, forte intéressante. Soudain, Lily décide d'intervenir telle une furie. J'ai rien pu faire pour l'en empêcher. Je te jure, James. A ton avis, pourquoi elle essaye de te soudoyer ? Ensuite, c'est à ce moment là que les ennuis sont arrivés. Entre parenthèse, le polynectar fonctionne à merveille. Dommage que les effets soient courts.

James : Enchaîne ! Et pas de salade, Patmol ! Je te connais !

Sirius : Si on ne peut plus plaisanter. Je t'ai connu plus drôle James. Bref, je n'ai pas pu retenir Lily d'intervenir auprès du vendeur. Vous vous en doutiez certainement ! Pour le moment, rien d'affolant à signaler. Elle se faisait passer pour une cliente ordinaire. Quoique.....

Lily : Sirius, dis plus rien !


Remus chercha le regard de James et comprit qu'elle tentait de dissimuler quelque chose. Qu'est-ce que Lily peut bien vouloir cacher à James ? Les deux maraudeurs s'imaginèrent une foule de choses, toutes plus horribles les unes que les autres via leur imagination. C'est dire si leur imagination se trouvait débordante. James fut le premier à prendre la parole:

James : Vous n'avez plus le choix ! Vous en avez trop dit ou pas assez dit ! Faut nous avouer même si c'est pas glorieux ! Qu'est-ce qui vous fait peur ?

Lily : Ta réaction quand tu sauras ! Et vaut mieux pas que tu saches !

Remus : A moins d'avoir été suicidaire, je vois pas ce qui pourrait être grave !

Sirius : Justement Remus.

James palit : QUOI ? Qu'est-ce que tu as fait Lily ?

Sirius reprit ses propos malgré les regards assassins de Lily : Elle venait de demander du venin d'acromentula au vendeur. Tout ça devant notre cible. Je précise pas la somme que cela aurait pu te coûter., Prongs vu qu'elle en a prit deux litres ! Elle a engager la conversation avec la cible. Et elle a fait sa fouineuse concernant les articles qu'il venait d'acheter. Elle a comprit ce qu'il tendait de fabriquer avec les ingrédients et cela ne lui a pas plu. Elle a attiré sa méfiance. La cible venait de réagir violemment et c'est là que je me suis dis qu'il fallait que j'intervienne avant que cela tourne au vinaigre. De batailles en batailles, le magasin s'est retrouvé en ruine et trois mangemorts ont péri. Vous pouvez constater les séquelles du combats sur moi. Et encore, ça c'est rien comparé à ce qu'ils ont reçu.

Remus : Vous avez fait preuve d'imprudence ! Vous vous en êtes rendu compte ?

Sirius baissa le regard : Je sais. Je sais qu'on aurait pu y perdre la vie. D'ailleurs, elle a faillit y rester avec le poi...

James : Le quoi ? Qu'est-ce qui s'est passé ?

Sirius : non rien ! Ma langue a fourché ! Je voulais dire à cause du poisson quand l'aquarium a explosé.

James : Prend-moi pour un con !

Sirius :;Loin de moi cette pensée, Corny !

James s'avança vers Sirius : Crache le morceau !

Remus s'interposa : Doucement James ! Il est déjà dans un état lamentable, tu vas pas l’abîmer encore plus. Dis-nous la vérité !

Sirius : Merci Lunard ! Je tiens à ma survis du fait de mes blessures. Bon d'accord, vous avez gagné ! Désolé Lily ! Elle a trempé, sans le faire exprès, sa main blessée dans le venin d'acromentula mélangé à de la poudre.


James explosa de rage et était difficilement apaisable. Sirius l'esquiva et même s'éloigne de lui. C'est plus sure. Même Lily ne s'approchait pas vraiment. Remus reprit les choses en main comme à son habitude et donna ses directives. Ils auraient tout le temps de s'expliquer plus tard. Là, il fallait les emmener à Ste Mangouste, qu'ils le veuillent ou non.

Remus : James, tu t’occupes de ta femme. Emmène-la à Ste Mangouste. Moi, je m’occupe de notre cher Patmol… Il leur faut des soins complets rapidement.

Sirius ronchonna : Pas la peine pour moi ! Lily en a plus besoin ! Bien qu'elle ait pu fabriquer l'antidote, on ne sait pas si le poison a laissé des séquelles.

Remus : Toi, tu n' as pas le choix ! Je t'y conduirait de force s'il le fallait. Je t'y mènerais par la peau des fesses ou avec des coups de pieds aux fesses s'il le faut !

Sirius prit un air facétieux : Je crois qu'il va falloir me traîner Lunard !

James : J’emmène Lily et après on aura une longue discussion Patmol !


Lunard et Patmol regardèrent le couple transplanter en premier. Remus s’avança vers Sirius, un regard soulagé et le serra dans ses bras :

Remus : Je suis quand même content de te voir en un seul morceau ! Mais ce serait bien que t’essaie de freiner… T’as plus 20 ans, mon vieux…

Sirius : ça y 'est, tu vas me faire la morale ! Je sais, Remus. Tu sais, j'ai vraiment eut peur pour Lily avec ce poison. J'ai vraiment cru la perdre pendant un instant. J'avais pas peur de la réaction de James mais j'avais peur de ne pas savoir comment lui raconter. C'est peut-être qu'il en sache pas plus. Peut-être mieux qu'il ne sache pas qu'elle devait attendre la dernière minute pour boire l'antidote sinon il n'était pas efficace.

Remus, surpris par la révélation : C'est peut-être mieux ainsi ! Mieux vaut ne pas tout dire ! Cela serait plus dire pour lui. Je suis quand même content de te voir en un seul morceau ! Mais ce serait bien que t’essaie de freiner… T’as plus 20 ans, mon vieux… Il va falloir que tu fasses vraiment plus attention dans tes prochaines missions. Je veux pas des paroles en l’air mais une VRAIE promesse.

Sirius :Je sais Rem mais je suis un homme d'instinct.. Tu sais très bien que j’agis et que je réfléchis après! De plus, c'est Lily qui a commencé les hostilités avec les mangemorts James m'en aurait voulu de ne pas l'aider

Remus : Je sais très bien cela. Et c'est aussi pour ça que j'aurai une conversation dès que possible avec Lily... Si James ne l'a pas encore fait avant moi...

Sirius : Tu sais très bien que James est aussi instinctif que moi. C'est toi le plus sage de la bande. Enfin, en apparence !

Remus sourit : Eh bien si ça ne suffit pas j'irai lui parler moi-même et si ça ne suffit toujours pas, peut-être qu'être sermonnée de la part de ses enfants changerait quelque chose


Sirius le regarde et finit par exploser de rire: la tension sûrement qui redescendait.. En y réfléchissant, c'est vrai qu'il s'était mis dans une belle merde et qu'il aurait pu y laisser sa vie. Remus a peut être raison. Il fallait qu'il admette qu'il n'avait plus 20 ans.; Cela allait être dur pour lui. Il devait admettre aussi qu'il était temps pour lui d'assurer ses arrières et de limiter le nombre de ses ennemis s'il ne voulait pas finir dans une boite 6 pieds sous terre. Il fallait aussi qu'il admette le fait aussi que les guérisons sont plus longues à cicatriser et que les os sont plus longs à se reformer. Cela va l'aider à prendre conscience qu'il ne peut plus tout faire comme avant Beaucoup de chose à remettre en cause. Cela étant, impossible de changer complètement du jour au lendemain, il y a toujours un moment où le naturel revient au galop. Les deux maraudeurs se rendirent à St Mangouste afin que Sirius puisse faire soigner ses nombreuses blessures. Remus soutenait son ami qui semblait souffrir de par ses blessures nombreuses.

Une fois tout le monde soigné, les 4 adultes retournèrent au manoir Black pour une longue discussion qui se termina dans la bon humeur.


HJ: J'attend l'avis d'Alex et de Remus avant de pouvoir dire qu'on peut archiver le RP.. Merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Unsafe & Dangerous
» DANGEROUS LIAISONS.
» Somethin’ ‘bout you makes me feel like a dangerous woman.
» Dangerous Woman Tour - 19/01 au 03/02
» Max • Damaged people are dangerous, they know they can survive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998)-
Sauter vers: