RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Hors RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"On joue à pile ou face ? Pile, je gagne, face, tu perds."

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 14:58
Invité
.
IDENTITY CARD

Alwyn Celtchar
McKinnon

© Alwyn C. McKinnon

• SURNOM(S) : Al' en règle générale..
• DATE DE NAISSANCE : 31 décembre 1967
• ÂGE : 31 ans
• ANNÉE D’ÉTUDE & ÉCOLE MAGIQUE : Poudlard, à Serdaigle... Pas grand-chose à raconter à ce sujet, sinon que j'avais un certain nombre de relations parmi les Serpentard...
• PROFESSION : Juge à la Cour de Justice magique
• BAGUETTE : Bois de merisier, ventricule de dragon, 28.5 cm, plutôt rigide
• PATRONUS : Un serpent. Hypnotique, insidieux, charmeur.
• ÉPOUVANTARD : Être jugé... Je crois qu'à force de pouvoir décider de l'avenir des uns et des autres, on se sent tout puissant. J'ai beau tenter de tout faire pour ne pas en arriver là, il y a des fois où je doute d'y parvenir réellement...


SHOW ME, SHOW ME BABY
    • NATIONALITÉ(S) & ORIGINE(S) : Mon père était Irlandais, ma mère Ecossaise. Et si je suis né à Killarney, dans le comté de Kerry, en Irlande, je me considère comme Celte plutôt qu'Irlandais.
    • VOTRE SANG : Mes parents étaient tous les deux des sorciers. Du côté de ma mère, je sais que c'est de famille. En revanche, mon père a perdu ses parents très jeune et n'en a donc presque aucun souvenir. La femme que j'ai épousée était une sorcière. Et notre fille a hérité de nos talents. J'imagine qu'elle doit attendre le mois de septembre avec impatience...
    • PHYSIQUE :
    Adelia sortit en trombe de l'ascenseur. Premier jour en tant qu'assistante de juge, et il fallait qu'elle ait oublié de se réveiller ! Bravant le flot des personnes présentes dans les couloirs, elle parvint à se frayer un chemin, à coups d'épaule et de coude. Sa petite taille ne lui facilitait d'ailleurs pas la tâche. Alors qu'elle tentait d'esquiver une femme transportant une pile de dossiers qui lui masquait la vue, elle heurta de plein fouet le plus parfait des inconnus. Le choc la fit trébucher, et elle se retrouva les fesses par terre, sa sacoche à trois mètres d'elle, à moitié déversée sur le sol. D'une main, elle repoussa les boucles brunes qui lui retombaient devant les yeux. Face à elle, un homme, qu'elle regarda dans le détail.
    Accroupi devant elle, il la regardait d'un air vaguement inquiet. Sans prononcer le moindre mot, il tendit une main aux longs doigts effilés pour l'aider à se relever. Adelia le remercia d'un sourire timide. D'un mouvement vif de sa baguette, qui apparut presque par enchantement entre ses doigts, il remit les affaires de la jeune femme dans sa sacoche et la lui rendit. Ce fut sans la moindre discrétion qu'elle poursuivit son examen, tandis qu'elle récupérait ses effets personnels.
    Debout, il était grand. Nettement plus grand qu'elle, en tout cas, et suffisamment pour dépasser du reste de la cohue qui circulait dans le couloir. Vêtu sobrement, il arborait des vêtements Moldus comme si c'était la chose la plus normale, au sein du Ministère. Plutôt fin, elle ignorait s'il était tout simplement maigre ou musclé. Si elle l'avait croisé dans une piscine, elle aurait su qu'il avait une légère tendance à pratiquer tous types de sports. Mais elle ne le voyait que dans son costume trois pièces, et ne pouvait donc pas le supposer. Il n'était vraiment pas épais et elle doutait que beaucoup d'autres employés du Ministère pouvaient se vanter de mettre du 34, à tout casser. Il paraissait large d'épaules, sans pour autant ressembler à un catcheur bodybuildé allaité aux anabolisants. En vérité, l'ensemble semblait plutôt équilibré, sans qu'une partie de son corps ne choque par rapport aux autres. Relativement satisfaite de son examen, elle remonta jusqu'à son visage.
    Ce dernier, comme pour rester en harmonie avec son corps, était fin. Enfin, pour un visage d'homme, en tout cas. Si les joues étaient assez creuses, elles ne l'étaient toutefois pas suffisamment pour le faire paraître trop maigre. Cela faisait tout simplement ressortir ses pomettes. Ses lèvres fines, qui lui donnaient un air si sérieux, semblaient faire la moue, tandis qu'un regard couleur acier scrutait la jeune femme, comme si l'homme à qui ils appartenaient pouvait lire à travers elle. Adelia retint une grimace tandis qu'elle murmurait un timide merci. En guise de réponse, l'homme en face d'elle passa une main dans ses boucles brunes avant de rétorquer avec un sourire en coin qu'il voulait juste qu'elle ne soit pas plus en retard qu'elle ne l'était déjà.
    • CARACTÈRE :
    Je trouve ça assez étrange, de décrire mon caractère par moi-même. Je sais certains en profitent pour se montrer sous leur meilleur jour, d'autres pour se faire passer pour des gros-bras alors qu'ils ne sont que des lâches. Je tâcherai donc de faire de mon mieux pour être fidèle à la réalité, afin de ne tomber dans aucune de ces catégories.
    Je ne prétendrai pas être parfait, facile à vivre ou ce genre de choses. Bien au contraire. Comme tout le monde, j'ai mes défauts, assorties de quelques qualités, par moments.
    Je crois que si je devais me décrire, je commencerais par dire que je suis du genre obstiné. Lorsque je veux quelque chose, je ne lâche pas le morceau avant d'avoir obtenu satisfaction. Cela peut agacer certaines personnes, notamment si elles ne sont pas patientes, mais c'est un aspect de ma personnalité que je ne compte pas modifier. C'est la raison qui fait que j'ai bien souvent obtenu ce que je désirais. Dans le même temps, je suis du genre curieux, à vouloir découvrir ce que les gens tentent de me cacher. Bien entendu, je ne passe pas mon temps à fouiller dans la vie de tout le monde, mais dès que quelqu'un cherche à me cacher quelque chose, je ne peux pas m'empêcher de tenter de découvrir ce dont il s'agit. Peut-être parce qu'en tant que juge, je veux avoir le plus d'éléments possibles entre les mains avant de rendre une décision, afin d'être certain d'agir de la façon la plus juste possible. Dans ma vie professionnelle, je dirais que je suis quelqu'un de sérieux. En tout cas, je n'ai jamais cédé à la tentation des Gallions pour rendre une décision, ce qui fait que j'ai la conscience tranquille, et que je ne risque pas d'être inquiété pour une chose du genre corruption.
    D'un point de vue personnel, je suis quelqu'un d'assez sociable, quoique rancunnier. Tentez de me faire une crasse, et je vous la ferai payer au centuple. C'est donc fortement déconseillé. Mais à partir du moment où on me laisse tranquille, ou bien que l'on ne trahit pas ma confiance, tout se passe pour le mieux. Je suis quelqu'un de confiance, sur qui on peut compter à la fois lorsqu'on est à la recherche d'une épaule sur laquelle pleurer, mais aussi lorsqu'on a des ennuis et qu'on a besoin d'un coup de main pour s'en sortir sans trop de dégâts. Bon, bien sûr, si vous avez torturé à mort quelqu'un et que vous me demandez de vous cacher, ça va légèrement à l'encontre de mes principes... Mais sachez en tout cas que je ne vous dénoncerai pas. En matière d'amour... La situation est plus compliquée. Le gâchis qu'a été mon mariage fait que j'ai tendance à me méfier des femmes, désormais. Non, je ne dis pas qu'elles sont toutes viles, cruelles, traîtresses et manipulatrices. Juste que j'ai plus de mal à leur faire confiance, désormais. Me cantonner au rôle de bon copain n'est pas particulièrement déplaisant, mais je me dis aussi que je ne suis pas à l'abri d'une autre histoire.
    • PARTICULARITÉ(S) : J'ai tendance à faire tournoyer des objets entre mes doigts lorsque je suis agacé ou que les choses ne se passent pas comme je le voudrais.
    • PASSION(S) & LOISIR(S) : J'aime beaucoup la littérature moldue. Vraiment, ils ont eu de grands auteurs, et des hommes à l'esprit remarquable.



NOW TELL ME YOUR STORY
    • SITUATION FAMILIALE : Mes parents sont morts. Tous les deux. En revanche, j'ai une soeur, une ex-femme et une fille, de bientôt onze ans : Saoirse, Ann et Susan.
    • VOTRE HISTOIRE :

    Childhood



    « Al', tu sais très bien que maman ne veut pas que tu montes dans l'arbre ! »

    J'éclatai de rire en entendant ma sœur me rappeler les réprimandes qui pleuvaient à sceau lorsque je me fusais surprendre à jouer les acrobates. Depuis que je m'étais cassé une jambe en tombant, ma mère faisait une crise de nerfs dès qu'elle me voyait perché sur les hauteurs. Je m'arrangeais toujours pour ne pas me faire prendre, mais avec ma sœur... Elle prenait un malin plaisir à jouer au gendarme. Sans doute des prédispositions à devenir Auror... Et, forcément, ce soir, il fallait qu'elle soit là pour veiller sur son cher et tendre petit frère. Autrement dit, moi.

    « Saoirse, tu sais très bien que si tu ne lui dis rien, elle ne saura pas, et tout ira bien.
    -Mais t'as pas le droit !
    -Roh, ça va, on voit super loin, d'ici ! Tu devrais venir, soeurette !
    -Non.
    -Tant pis !
    -Saoirse, Alwyn, à table ! »


    En deux temps trois mouvements, je quittai la branche sur laquelle je m'étais perché, pour aterrir sur mes deux pieds, sans tomber. Ma sœur me jeta un coup d'oeil furibond avant de tourner les talons en courant et en appelant nos parents.

    « Mam, Daid ! Alwyn est encore en train de grimper aux arbres !
    -C'est pas vrai !
    -Si c'est vrai !
    -Non c'est pas vrai !
    -Si c'est vrai ! »


    La dispute se poursuivit jusqu'à ce qu'on arrive dans la cuisine. En fait, c'est surtout que nos parents prirent le relais sur ma sœur. Je fis semblant d'écouter les habituelles brimades, tandis que ma mère servait le dîner. Je connaissais par cœur le refrain : tu es déjà tombé, tu as eu de la chance, tu aurais pu te faire plus mal, je pensais que tu aurais compris, tu veux vraiment te tordre le cou ? et autres choses qui voulaient dire la même chose ou presque. Je me contentai de baisser la tête dans un semblant d'humilité, mais je pensais déjà au pommier des voisins, qui me faisait de l'oeil au travers du grillage. Je n'avais besoin que d'une occasion d'aller me percher dedans...

    « Alwyn ! N'y pense même pas ! »

    Je sursautai. Je ne m'attendais pas à ce que ma mère lise dans mes pensées. Je marmonnai quelque chose supposé ressembler à des excuses, replongeant le nez dans mon assiette. Si mes parents commençaient à lire dans mes pensées, ça risquait de commencer à poser sérieusement problème... Enfin, cela ne m'empêcha pas, aussitôt que l'occasion se présenta, de retourner jouer les alpinistes. Et tant pis si jamais je me faisais mal. Prendre de la hauteur, toujours, pour pouvoir voir ce que les autres ne réussissaient pas à voir. Si c'est quelque chose qui s'est développée durant mon enfance, il n'empêche que c'est resté depuis...

    Hogwarts



    « C'est quand qu'on part ? »

    Ce devait être la quinzième fois que je posais la question depuis que nous étions levés. Alors que tout le monde se comportait comme si c'était une journée comme les autres, j'étais surexcité et faisais et refaisais le tour de la maison pour vérifier que je n'avais rien oublié. J'allais enfin entrer à Poudlard, et je voulais que tout soit aussi parfait que possible. Mes parents paraissaient exaspérés, tandis que ma sœur me regardait faire en souriant. Elle aussi avait été impatiente d'y aller, alors elle comprenait.

    « Le train ne part qu'à onze heures, Alwyn. Nous avons encore le temps.
    -Mais moi je veux y aller tout de suite... »


    Mon père sourit avant de me passer une main dans les cheveux. Je fis la moue en le voyant se replonger dans le journal. Il y avait bien mieux à faire un premier septembre que lire la Gazette du Sorcier ! Avec un soupir, je sautai à bas de ma chaise et grimpai les escaliers quatre à quatre jusque ma chambre, où je me laissai tomber sur mon lit, où mon chaton me rejoignit rapidement. Il vint se frotter contre moi en ronronnant. Je le grattai distraitement derrière les oreilles.

    « J'ai envie d'être à Poudlard ! Pourquoi est-ce qu'on doit attendre aussi longtemps, c'est pas juste ! »

    En guise de réponse, Gareth me donna un coup de pattes pour me quémander un peu plus de caresses. J'obéis en jetant un regard autour de moi. C'était la dernière fois que je voyais cette pièce avant un long moment. Saoirse m'avait dit qu'on pouvait rentrer chez nous pour Noël, mais je n'étais pas sûr de vouloir le faire. Ça dépendrait des personnes que je rencontrerais sur place et de leur éventuel retour chez eux pour les fêtes. Si tout le monde restait à l'école pour Noël, je ne rentrerais pas, c'était certain.

    Je restai là jusqu'à ce que mes parents m'appellent enfin. Là, il ne me fallut pas longtemps pour être en bas, habillé, chaussé, la valise en main. Enfin... prêt à la traîner derrière moi quoi. Mes parents sourirent en me voyant trépigner d'impatience. Depuis le temps que j'attendais ce moment ! Finalement, on finit par partir. Enfin. C'est en transplanant qu'on se rendit sur le quai 9 ¾, lequel était noir de monde. Je tentai de trouver des visages connus, parmi les amis de mes parents, mais ne trouvai personne. En même temps, il y avait tellement de monde que je n'étais pas sûr de pouvoir tous les croiser. Je traînai ma valise derrière moi jusqu'au train, où je m'assis dans un compartiment encore vide, Gareth sur les genoux. Il miaulait et tournait en rond tandis que j'essayais de le faire tenir en place. Il m'échappa des mains alors que la porte du compartiment s'ouvrait sur une jeune fille. Il vint se frotter contre ses jambes en ronronnant. Elle me sourit.

    « C'est ton chat ?
    -Oui, je suis désolé, il est un peu... Désobéissant.
    -C'est pas grave, il est trop mignon ! Comment est-ce qu'il s'appelle ?
    -Gareth !
    -Et toi, comment tu t'appelles ?
    -Alwyn, mais tu m'appeler Al. Et toi, tu es... ?
    -Ann. C'est ta première année à Poudlard ?
    -Oui. Depuis que j'ai reçu la lettre, je compte les jours ! J'ai tellement hâte d'y être !
    -Je te comprends, j'en ai tellement entendu parler que j'ai l'impression que je connais déjà le château de long en large ! »


    On passa tout le trajet à discuter, et nous étions presque arrivés lorsqu'on réalisa qu'il fallait peut-être qu'on mette nos robes. On décida de se mettre ensemble dans la barque qui devait nous permettre de traverser le lac. Étrangement, durant cette traversée, on resta très silencieux. Gareth lui-même se roula en boule et ne bougea pas. Les chats avaient peur de l'eau. Même les plus téméraires et les plus joueurs.
    La discussion reprit dès l'instant où on retrouva la terre ferme. Cette fois, ça portait sur les différentes maisons. Ann espérait pouvoir entrer à Gryffondor, tandis que moi, je m'en moquais éperdumment. Du moment que j'entrais à Poudlard, c'était tout ce qui importait.
    On se tut lorsqu'on entra dans la Grande Salle. Il faut dire que la pression se faisait sentir. C'était du choix de la maison que dépendait la suite. À commencer par nos fréquentations. Autrement dit, beaucoup de choses, quand on a onze ans.

    « Garfield, Ann ! »

    Je la poussai légèrement pour qu'elle avance, tant elle était tétanisée. Je lui souris pour l'encourager. Tremblante, elle s'avança jusqu'au tabouret, où elle s'assit, avant que le Choipeaux ne lui retombe devant les yeux. Il se passa quelques instants avant que la décision ne retentisse. « Gryffondor ! »
    Un sourire éclaira son visage, et c'est presque en courant qu'elle alla rejoindre la table des rouge et or. Quelques personnes furent appelées, réparties entre les quatre maisons, puis ce fut mon tour.

    « McKinnon, Alwyn ! »

    Ce fut à mon tour de m'avancer, sous les regards des autres élèves de l'école. Je m'assis sur le tabouret et ne vit plus rien lorsque le Choipeaux me tomba sur le nez. Il se passa peu de temps avant que le verdict ne tombe : « Serdaigle ! »
    Des applaudissements montèrent de la table bleue, où j'allai m'assoir. Du regard, je cherchai Ann. Lorsque je la trouvai, elle me regardait, un étrange sourire sur le visage. Je haussai légèrement les épaules. Être dans des maisons différentes ne nous empêcherait pas de nous voir en dehors des cours.

    First Love



    « Al, tu sors à Pré-au-Lard alors, ou pas ? »

    Je me relevai de la valise dans laquelle j'étais plongé. Quoi, y'avait une sortie à Pré-au-Lard, aujourd'hui ? Avec la tonne de boulot que les profs nous avaient si gentiment refourgué ? C'était du délire !

    « Euh... C'est pas que je ne veux pas, mais si je veux avoir une chance de ne pas passer la nuit sur les propriétés de la pierre de lune, j'aimerais assez m'y mettre dès maintenant...
    -Bah voyons ! Allez, on sait tous que tu réussis tout, alors tu peux t'accorder une journée tranquille !
    -Merci mais non merci. Vous me raconterez, ok ?
    -Comme tu veux... »


    Et c'est sur un signe de main que mes camarades quittèrent le dortoir. Oui, sortir à Pré-au-Lard était quelque chose que tout le monde aimait faire, parce qu'on pouvait s'amuser, ce genre de trucs, mais on avait tellement de boulot, et je passais tellement de nuits dessus, déjà, que je me demandais comment ils pouvaient se permettre de sortir. Je fis le choix d'embarquer mes bouquins, mon parchemin, mon encre et mes plumes, et de prendre la direction de la bibliothèque. Là-bas, au moins, j'étais à peu près certain de ne pas être dérangé et de pouvoir bosser en toute tranquillité. Enfin, dans la mesure où je n'avais pas de raison de faire autre chose. Et là, en l'occurrence, la raison en question s'appelait Ann Garfield.

    « Alwyn... Quelle surprise ! Je pensais que tu serais à Pré-au-Lard, avec tout le monde...
    -Eh bien... Disons que si tout le monde trouve amusant de passer ses nuits à faire leurs devoirs, moi je préfère les passer à dormir.
    -Ils sont durs, hein... ?
    -Les profs ? Je crois plutôt qu'ils veulent qu'on montre que nous sommes dignes de rester ici.
    -Quelle étrange façon de voir les choses...
    -Pas si étrange que ça. Quand on y réfléchit, toutes les meilleures écoles du monde poussent leurs élèves à bout, afin que seuls les plus dignes réussissent. »


    Ann me regarda comme si j'étais fou. Gêné, je bafouillai que je devais y aller avant de passer devant elle et de prendre la direction des escaliers. Je ne les atteignis pas.

    « Tu ne veux pas aller à Pré-au-Lard avec moi ? »

    Je pivotai, mon sac sur l'épaule. Je devais avoir l'air fin, planté comme un guignol au beau milieu du couloir. J'ouvrais la bouche pour lui répondre lorsqu'elle me coupa.

    « Oui, je sais, tu as du boulot, mais tu ne peux pas t'accorder une après-midi de pause ? On ne se parle pratiquement plus !
    -...
    -S'il te plaît...
    -Bon, d'accord, laisse-moi juste remonter mes affaires.
    -Je t'attends. »


    Le sourire qu'elle me décocha ne parvint pas à faire taire ma conscience qui me disait que je ferais mieux de bosser. Sauf qu'il y avait une autre partie de moi, qui n'avait strictement rien à voir avec la conscience, qui se réjouissait de la perspective de passer une après-midi en tête à tête avec une si jolie jeune fille. Il me fallut à peine dix secondes montre en main pour remonter au dortoir, déposer mon sac, et ressortir de la salle commune. Ann était toujours là, à m'attendre.

    « On y va ? »

    Avec un sourire, elle se leva et vint prendre mon bras. Je m'abstins de toute réaction, faisant comme si ça ne m'atteignait pas, alors que c'était faux, bien entendu.
    L'après-midi se passa de façon tout à fait charmante. On se posa aux Trois Balais pour boire une Bièraubeurre, où on parla de tout et de rien, de nos professeurs, de nos camarades, de nos projets... De tout ce qui se passait dans les salles communes. On s'amusait à comparer le tempérament des Gryffondor, avec celui des Serdaigle. C'était une sorte de jeu, entre nous, né de notre séparation. Ensuite, on alla faire un tour parmi les magasins, flânant devant les boutiques, faisant des remarques en voyant des élèves se marcher littéralement dessus chez Zonko. Je l'accompagnai chez Scribbenpen, s'acheter de nouvelles plumes.
    Le soleil commençait à disparaître à l'horizon lorsqu'on prit le chemin du château. Le retour se passa en silence. Après avoir passé la journée à discuter, ni elle ni moi ne trouvions de sujet de conversation digne de ce nom. Il faut dire qu'on avait passé en revue tout ce que pouvaient se dire deux amis. Faire davantage aurait été difficile. Arrivés au pied du grand escalier, Ann s'arrêta et se tourna vers moi, une lueur dans les yeux.

    « Eh bien, merci pour cette journée... J'espère juste ne pas t'avoir trop mis en retard dans ton boulot...
    -Bah ! Dans le pire des cas, ça ne fera jamais qu'une nuit de plus passée à bosser au lieu de dormir. La routine, quoi ! »


    Elle rit doucement.

    « Je suis désolée... » murmura-t-elle avant de se dresser sur la pointe des pieds... Je vous épargnerai une description mielleuse et ratée des sentiments qui ont pu me traverser l'esprit lorsqu'elle posa ses lèvres sur les miennes. Je me contenterai de vous dire que c'était particulièrement plaisant.

    « Je me rattraperai, promis. » me glissa-t-elle avant de grimper les marches qui devaient la mener à la salle commune des rouge et or. Je devais avoir l'air particulièrement intelligent, planté là, au bas des escaliers.

    Could things get worse ? Well... Seems so...



    « Dis quelque chose, Al, je t'en prie... »

    Je gardai la tête basse, insensible à la peur que je sentais percer dans la voix de Ann. D'ailleurs, était-ce vraiment de la peur ? Et était-ce vraiment Ann ? Je ne parvenais pas à effacer de mon esprit les images que sa confession y avait imprimées. Elle, si belle, si désirable, s'offrant à un autre. Comme si c'était la chose la plus naturelle au monde.
    Je finis par me redresser, pour lui adresser enfin la parole. Les mots que j'allais prononcer n'étaient sans doute pas ceux qu'elle espérait, mais je n'avais pas mieux à lui offrir. En fait, je n'avais plus rien à lui offrir.

    « Et que veux-tu que je te dise ? Que ce n'est pas grave, que ça ne change rien entre nous, que je ne t'en veux pas ? Bon dieu, Ann ! Est-ce que tu te rends compte de ce que tu me demandes ? Est-ce que tu as la moindre idée de ce que tu es en train de me faire ? Tu crois que, parce qu'on était en froid, ça te donnait le droit d'aller coucher ailleurs ?
    -C'était une erreur, je sais, mais s'il te plaît, ne me dis pas que tout est fini... On peut tout recommencer... Pense à Susan...
    -Contrairement à toi, je ne fais que ça, penser à elle. Est-ce que toi tu y as pensé avant de t'envoyer en l'air avec ton guérisseur ?
    -Alwyn... »


    Je baissai à nouveau la tête, pour ne pas avoir à supporter le spectacle de ses larmes. Elle savait que je ne supportais pas de la voir pleurer, et je refusais qu'elle joue avec ça. Je refusais qu'elle joue avec moi, encore une fois. Je devais prendre une décision. Les choses auraient été tellement plus simples si ça n'avait concerné que Ann et moi. Mais au lieu de ça, il avait fallu qu'on décide de fonder une famille. Et je ne pouvais pas ne pas prendre en compte Susan dans cette décision.

    « Je veux que demain matin tu quittes la maison...
    -Al...
    -Je ne veux plus te voir, Ann. Est-ce que c'est clair ?
    -Mais... Tu ne peux pas... tu ne peux pas tirer un trait comme ça sur notre histoire... Pas après tout ce qu'on a traversé ensemble... »


    Je braquai mes yeux dans les siens, pour lui faire comprendre que je ne plaisantais pas. Et que je ne changerais pas d'avis. Pas après ce qu'elle venait de me faire.
    Je savais qu'elle parlait de la mort de mes parents, qui m'avait anéanti, je savais qu'elle parlait de tout le mal que je m'étais donné pour la séduire, pour qu'elle me donne juste une chance. Je savais qu'elle faisait référence à tous les épisodes de notre vie que nous avions vécus ensemble. Plus que tout, je me souvins de sa réponse lorsque je prétendais toujours tout foutre en l'air. Je souris à ce souvenir.

    « Tu te souviens, quand tu me disais que ce n'était pas moi qui faisais tout rater, mais les autres qui ne savaient pas comment s'y prendre ? Je crois que tu avais raison, en fin de compte... Ce n'est pas moi qui ait fait rater notre histoire, Ann. Ce n'est pas moi qui tire un trait dessus. C'est toi qui l'a fait en couchant avec un autre...
    -Non... Tu...
    -Demain, tu quittes cette maison. Je ne veux plus te voir. Est-ce que c'est clair ?
    -Si je pars, Susan part avec moi. »


    Mes poings se crispèrent, sous la table. Qu'est-ce qu'elle voulait dire ? Que si je la mettais à la porte, je pouvais dire adieu à ma fille, c'est ça ? C'est en tout cas ce que son ton venimeux suggérait. Si elle voulait jouer à ça...

    « Tu ne me prendras pas ma fille.
    -C'est autant la mienne que la tienne, je te rappelle !
    -Alors au lieu de ne penser qu'à ta gueule, tu aurais mieux fait de penser à son bonheur !
    -Son bonheur ? Tu plaisantes, j'espère ? Parce que tu crois sincèrement qu'elle est heureuse, avec un père constamment absent, qu'elle croise à peine la matin avant d'aller à l'école ? Tu crois sérieusement qu'elle est heureuse ?
    -En tout cas, quand je fais des heures sup', ce n'est pas pour trouver un semblant de réconfort entre les cuisses de ma secrétaire, moi.
    -Comment oses-tu ? Comment oses-tu prétendre que ce n'est qu'une histoire de sexe ?
    -Oh, parce que tu vas m'annoncer que tu vas refaire ta vie avec lui, maintenant ? De mieux en mieux !
    -Tu vas me le payer !
    -Sors d'ici. Dégage !
    -Bien. »


    A grands pas, celle qui avait représenté toute ma vie jusqu'à présent quitta la cuisine où elle venait de m'apprendre ce qu'elle avait fait pour aller... faire je ne sais quoi. Sans doute récupérer ses affaires. Sauf que ce n'est pas avec un sac, qu'elle revint.

    « Maman... Où est-ce qu'on va ?
    -Chut, ma chérie... On va dormir ailleurs...
    -Mais pourquoi ? Et papa, il vient avec nous ?
    -Ann... Qu'est-ce que tu fais ?
    -Tu veux que je dégage, non ? Eh bien je réalise tes rêves !
    -Ann, laisse Susie en-dehors de ça, s'il te plaît... »


    Je pouvais voir les yeux de ma fille refléter son incompréhension. Comment pouvait-elle comprendre ce qui se passait, au fond ? Elle n'avait que sept ans. Et je trouvais ça tellement bas de la part de sa mère de s'en servir comme d'un bouclier. C'était... tellement indigne d'une mère...

    « Je ne te laisserai pas me la prendre, Ann. Tu m'entends ? Je ne te laisserai pas me prendre ma fille !
    -Essaie donc de m'en empêcher ! C'est moi qui l'ai portée, moi qui t'ai convaincu de la garder alors que tu voulais que j'avorte ! Elle est davantage ma fille que la tienne !
    -Je l'aime autant que toi, alors laisse-la tranquille...
    -Moi vivante, tu ne l'auras jamais. Jamais !
    -Voilà un détail sur lequel on peut s'arranger... »


    J'avais dit ça sans le penser réellement. Quoi que, si c'était le seul moyen de pouvoir garder ma fille, je n'étais pas sûr de ne pas en être capable. Sans répondre, elle ouvrit la porte d'entrée et s'élança dans la rue, tirant Susan par la main. Je m'élançai à sa suite.

    « Ann ! Ann, je t'interdis de faire ça ! Ann ! »

    Mais j'avais beau m'époumonner, elle avait déjà transplané. Il n'y avait plus aucune trace de ma femme, ni de ma fille. Rien. Juste moi, qui me laissai tomber par terre, le cœur au bord des lèvres.

    Quelques mois plus tard, je reçus une demande de divorce, stipulant que Ann voulait la garde exclusive de notre fille. Comme si j'allais la laisser faire ! Elle pensait vraiment que j'allais me contenter de signer, sans tenter de récupérer ma fille ? Était-elle devenue folle ? Puisqu'elle avait choisi la manière de faire moldue, j'allais continuer sur cette voie. Et c'est devant les tribunaux qu'on régla notre léger différend. Mais si j'avais prévu ce qui se passerait, jamais je ne l'aurais fait. J'étais tout simplement tombé dans le piège qu'elle m'avait si joyeusement tendu.
    Dans le bureau du juge, alors que nous étions supposés trouver un compromis quant à la garde de Susan, Ann me fit passer pour un homme violent, impulsif, prétendant que je l'avais frappée à plusieurs reprises et que je présentais un véritable danger pour Susie. Je n'avais jamais prétendu être un saint. J'étais un impulsif, c'était la vérité, mais jamais je n'avais levé la main sur ma femme ou sur ma fille. Oh, l'idée m'avait bien traversé la tête de passer mes nerfs sur elle, le soir où elle m'avait avouée sa liaison, mais je m'en étais abstenu. Tout simplement parce que je pensais qu'il me restait une chance d'épargner ma fille. Si j'avais su, je l'aurais réellement frappée, et elle aurait eu une excellente raison de le raconter au juge. Au lieu de quoi, elle mentait effrontément. Mais avec un tel aplomb, une telle assurance, que si je n'avais pas su que j'étais innoncent, je l'aurais crue. Aussi est-ce sans surprise que le juge lui accorda la garde exclusive de Susan. Rien de ce que j'avais pu dire n'était parvenu à faire pencher la balance en ma faveur. Elle avait tout orchestré de main de maître, cette garce. Capable de me pourrir la vie jusqu'au bout. Alors même que si elle était parvenue à tenir ses hormones en laisse, rien de tout ceci ne se serait produit. C'est écoeuré que je quittai le bureau du juge. Sans rien dire. Sans tenter de me défendre une dernière fois devant un tel verdict. Ann avait obtenu ce qu'elle voulait : me prendre tout ce qui comptait à mes yeux. Une chance qu'il me restait mon job ! Mais je me promis de ne pas lâcher l'affaire aussi facilement. Et le regard que je posai sur elle en partant le lui fit bien comprendre.

    Current Life



    « Alors, Alwyn, encore en train de bosser ? Tu sais que c'est le soir de Noël ? »

    Je délaissai momentanément le dossier que je devais juger le lendemain, pour me consacrer à un collègue du département qui lui, visiblement, s'apprêtait à vider les lieux.

    « Oui, je sais, c'est Noël, mais si c'est pour me vautrer dans mon canapé, devant des émissions datant de l'antéchrist avec une bière à la main, je suis mille fois mieux ici, c'est nettement moins déprimant !
    -Et ta copine, là... Jenny ?
    -Elle voulait me présenter à ses parents...
    -Oh, je vois, et tu as poliment décliné en prétextant le dossier sur lequel tu bosses, c'est ça ?
    -Tu sais comment c'est : ça commence par les présentations, puis, pendant tout le repas, les parents vous demandent quand est-ce que vous comptez vous marier, ta copine qui répond que vous n'y pensez pas encore, tout en espérant secrètement que tu aborderas le sujet le soir même, après avoir été le meilleur coup au monde.
    -On dirait qu'on t'a déjà fait le coup.
    -Une fois. Depuis, sauf si je veux que ce soit sérieux, j'évite de rencontrer les parents.
    -Et... pour Susan ?
    -Je lui ai envoyé une lettre, comme tous les ans. Je n'ai pas eu de réponse, comme tous les ans. Je suis certain que Ann est derrière tout ça, mais j'abandonne pas pour autant !
    -Ca ne s'arrange pas, hein ?
    -Depuis le divorce, tu veux dire ? Bah... euh... comment dire... Ca fait presque quatre ans qu'on a divorcé, et je n'ai toujours pas eu de nouvelles de ma fille... J'imagine qu'elle doit être impatiente de recevoir sa lettre de Poudlard.
    -Elle doit entrer cette année ?
    -Normalement oui.
    -Allez, au lieu de penser à tout ça, viens à la maison !
    -Quoi, comme ça, au pied levé, sans même prévenir ? Ca va pas non ?
    -Je préviens ma femme, et c'est bon. Tu sais que tu es le bienvenu, gros bêta. Alors tu prends tes affaires, et tu viens. »


    Et, sans me laisser le temps de protester d'une façon ou d'une autre, il fit apparaître un Patronus auquel il insuffla un message. Bon. Me voilà officiellement invité à passer Noël avec un collègue de bureau et sa femme. Tout était normal.
    Je souris néanmoins en prenant ma veste et mon chapeau. Tout n'était peut-être pas si mal, après tout. Certes, j'avais raté mon mariage, ça m'avait coûté ma fille, mais au fond, j'étais en vie, et les choses suivaient leur cours. Je n'avais qu'à aller de l'avant, pour vivre. Tout simplement.

    • RELATIONS : [- Facultatif - Et oui, vous avez certainement fait des connaissances au cours de votre vie qui vous ont plus ou moins marqué.]



WHAT ELSE SWEETIE
    • ANIMAL DE COMPAGNIE : Un hibou grand-duc, Aelhearn, drôlement utile pour apporter le courrier, qui a succédé à mon chat, qui me suivait partout lorsque j'étais à Poudlard.
    • PROFESSION ET MOTIVATION : Je suis juge à la Cour de Justice de la magie. Pourquoi ? Je n'en sais trop rien. Un caprice d'ado, sans doute. J'ai foncé dans une branche tête baissée, sans trop me poser de questions. Je crois que c'était la branche qui me paraissait la moins barbante de toutes les brochures qu'on a pu nous refourguer pendant la cinquième année...
    • EN PROFONDEUR : Je suis un peu un monsieur tout le monde. Je vis dans la banlieue de Londres, pas trop loin du Ministère. Le transplanage a beau être sacrément pratique, ce n'est pas le moyen de transport le plus confortable au monde. Une raison qui explique mon choix. J'habite dans un appartement... quelconque. Je ne suis pas un pro de la décoration. Le seul élément notable chez moi, c'est la pièce qui fait office de bibliothèque : des murs et des murs recouverts d'étagères supportant des livres du monde entier. Et uniquement des éditions de collection, s'il vous plaît. Les vrais livres, avec la reliure en cuir, le papier légèrement jauni par le temps... Des livres qui ont une histoire. Une vraie. J'aime beaucoup la peinture, aussi. Malheureusement, mon appartement n'est pas assez vaste pour me permettre d'avoir des toiles de maître chez moi...
    • VOTRE POSITION FACE À NOTRE INTRIGUE GÉNÉRALE : Si les prétendus grands de ce monde n'ont rien de mieux à faire de leur temps que se battre pour savoir qui peut lancer le sort le plus emmerdant, libre à eux. A titre personnel, j'ai autre chose à faire de mon temps que le gaspiller pour de tels enfantillages. Que ce soit Dumbledore, Voldemort ou Hellson, quelle importance ? Je ne pense pas que ça change grand chose. Donc à moins d'être réellement concerné, je ne prendrai pas parti. Après tout, n'est-ce pas le travail d'un juge que de se montrer impatial ?
    • ET SI ON SE PROJETAIT DANS L'AVENIR? : Dans l'avenir... Dans l'avenir, j'aimerais assez inventer une machine à remonter dans le temps pour empêcher certains mots de franchir mes lèvres sous l'effet de la colère. Dans l'avenir, j'aimerais avoir la chance de voir ma fille grandir. peut-être avoir d'autres enfants, aussi, pouquoi pas ? Reste à trouver une femme avec qui les avoir...



YOU INTEREST ME




    © ???
• PSEUDO : Alwyn est suffisant
• LOCALISATION : Dans ma chambre
• COMMENT AVEZ VOUS CONNU ESTED? : Le bouche à oreille est la meilleure des pubs !
• VOTRE AVIS SUR LE FORUM : A votre avis ? Si je n'aimais pas, je ne serais pas là...
• VOS DISPONIBILITÉS : 7/7 en général... Plutôt un jour sur deux pour les rps, si ce n'est moins. Ca dépendra de mes études...
• CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : Tom Hiddleston *_*


©ESTED !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 15:17
Invité
Bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 15:57
Invité
Merci =)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 16:56
Invité
Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche :canard:

Genre, je ne me rappelais plus du nom de l'acteur mais Avengers quoi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5610
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 21 Juin - 17:01
TOM HIDDLESTON *_____*
Je suis fan <3

Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche :hugh1:



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 17:04
Invité
Merci les gens :hugh1:

Ouais, Hiddleston... Dieu *o*
Depuis que je l'ai vu dans Thor, je le mets à toutes les sauces

Je ne sais pas quand est-ce que j'aurai fini, mais je finirai... un jour... peut-être... dans un an ou deux... :dehors:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 17:07
Invité
Lokiiiiiiii ! *_*
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 17:15
Invité
A peine arrivé, j'ai déjà plein de fans, c'est merveilleux :friends: xD

Merci Nate ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 18:01
Invité
Bienvenue et bon courage pour ta fiche !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 18:13
Invité
Merci à toi, jolie demoiselle :3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 19:58
Invité
Bienvenue ! =)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 19:59
Invité
Merci beaucoup :3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kaysa Potter
Apprentie auror
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 3343
Célébrité sur l'avatar : Willa Holland
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 21 Juin - 20:06
Bienvenue parmi nous très cher ! :hugh1:



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 21 Juin - 22:47
Invité
Oh ! Bienvenue !

Je sens que je vais adorer ton personnage. Déjà, j'aime bien l'acteur. J'avoue dans Thor, il est classe (J'ai pas vu Avengers mais c'est le même personnage alors ^^).
J'ai hâte de lire ta fiche en entière ! Bon courage !

Et amuse-toi bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 613
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 22 Juin - 8:47
Bienvenue Alwyn
Bonne chance pour ta fiche ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3862
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 22 Juin - 13:18
Tom Hiddleston, Natalie Portman... Je peux t'épouser ? xD :hugh1:

Bienvenue dans la grande famille d'ESTED, si tu as des questions ou autre n'hésite pas <3


I'm the dark messiah


☠ In the blackest moments of a dying world


As I survey the chaos, taking in the lack of raw humanity. It's as if the entire world's fallen in love with their insanity. Hear the innocent voices scream as their tormentors laugh through all of it. @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 22 Juin - 20:05
Invité
Comme Harry, je sens que je vais aimer ce personnage :)
Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Juin - 17:40
Invité
Merci à tous pour cet accueil !!!

Je suis désolé si je mets du temps à faire ma fiche, mais en ce moment, je suis pris de partout !
Mais j'ai déjà fait une partie de mon histoire, en gentil petit membre bien sage et parfait (a)

Jesse-Rose : Je suis désolé, mais tu es un tantinet trop jeune pour moi... Grandis un peu et on en reparle :smile:

Harry : L'acteur, il déchire ! Et il a un truc... J'aimerais assez être lui, pour faire fantasmer les filles

Isabelle : THEROOOOOOOOON Cette femme est une déesse, une muse, la perfection incarnée *_*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Juin - 18:22
Invité
DP : Et voilà, deux parties de l'histoire postées ! Bon ce sont les deux dernières (oui, c'est d'une logique imparable que de commencer par la fin. Je vous zut.)

La suite dans la semaine =)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Juin - 23:37
Invité
Un fan de Theron On se comprend!
Mais bon, Hiddleston aussi c'est un excellent choix *_*♥
(Comme Nathalie Portman, mais c'est une garce visiblement dans cette histoire xD)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Juin - 23:39
Invité
Bah bienvenue et bon courage alors :D
x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 26 Juin - 13:12
Invité
Isabelle L. Deschanel a écrit:
Un fan de Theron On se comprend!
Mais bon, Hiddleston aussi c'est un excellent choix *_*♥
(Comme Nathalie Portman, mais c'est une garce visiblement dans cette histoire xD)

Eh eh, je crois que nous sommes faits pour nous entendre, très chère ;)
Et, oui, Natalie Portman est une garce, pour mon scénario ! Heureusement qu'il y a Drew Barrymore pour rattraper ça...

Hadès : Merci, il se pourrait fort que j'en aie besoin (a)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 3 Juil - 18:41
Invité
J'ai fini mon histoire (alleluiah !).
Sauf que je ne sais pas quand seront prêts le caractère et le physique, donc je voudrais demander un petit délai, s'il vous plaît, mesdemoiselles les administratices de ce charmant forum dont le nouveau design me plaît beaucoup... :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 3 Juil - 18:54
Invité
Il n'y a pas le moindre problème prend tout le temps que tu désire. L'important c'est que tu nous préviens si tu part en vacance. Question que l'on ne supprime pas ton personnage. :hugh1:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 10 Juil - 16:18
Invité
J'ai terminé ma fiiiiiiiiiche :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» "On joue à pile ou face ? Pile, je gagne, face, tu perds."
» Quand on joue au jeu des trônes, on gagne ou on perd. C'est pareil pour toi et moi. # pv Jersey #
» Pile ou Face ? || PV Tyler, Daphné & Gaïa [PM]
» AZAZEL ◭ Pile tu meurs, face je te tue !
» Tricher au pile ou face

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Hors RP-
Sauter vers: