RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Be calm. Be young. Juste un instant. Avant la fin...[Jillian]

avatar
Invité
Invité
Mer 4 Juil - 5:40
Invité
« Donc, on se dit à 22h, à la tour d’astronomie. La nuit s’annonce magnifique, surtout sur ce point d’observation. »
« Mais le couvre-feu sera passé à cette heure, Nate. »
« Et alors ? Il faut parfois vivre dangereusement, bella! On ne risquera rien, je t’assure. »

Le serdaigle fit un clin d’œil accompagné d’un sourire charmeur à la demoiselle devant lui tandis que celle-ci rougissait aux mots qu’il venait de prononcé. Les charmes de Nathaniel Jacobs venaient à nouveau de faire une victime qui s’imaginait déjà le doux espoir d’une soirée romantique. C’était un devenu réflexe, presque. Le serdaigle ne pouvait s’empêcher de jouer à ce jeu où il avait appris à exceller avec les années. Si la beauté restait un cadeau de la mère Nature, les choix des paroles étaient un art à manier avec délicatesse et esprit. Ainsi, certains appelleront la drague un domaine de manipulation. Mais Nate préférait dire qu’il amenait du rêve l’espace d’un instant. Oublier la réalité pour se plonger conscience et corps dans les brumes de la tentation. Car le meilleur moyen de résister à la luxure était d’y céder. Le pêché était considéré comme un mal. Sauf que Nate avait depuis longtemps arrêté de se fier à une limite décrétant où finissait le bien. Le monde n’était les deux opposé d’un ton, il mettait honneur à rajouter des couleurs.

Sans plus de cérémonie, Nathaniel quitta la jolie brune qu’il avait rencontrée un peu plus tôt entre deux étagères de la bibliothèque. Les études avaient leur avantage ! En parfait serdaigle, il avait bien entendu fit escale dans ce lieu de savoir pour approfondir ces connaissances personnelles malgré le Huis-Clos. La rencontre n’était qu’un bonus à cette journée déjà bien avancée ! En effet, le septième s’était étrangement installé à la bibliothèque vers midi. Quittant ses amis, Nate y était venu pour une recherche personnelle quelconque, mais bien vite sa motivation était retombée lorsque des rares élèves s’étaient aventurés dans le lieu. Ainsi, l’après-midi menaçait de s’achever et Nate ne songeait plus qu’à la possibilité d’aller faire un tour aux cuisines. La faim le tiraillait quelque peu et il n’avait plus aucune raison de rester en compagnie des livres et la poussière. Ce n’était que l’excuse recherchée pour apaiser son subconscient qui avait décidé d’être raisonnable. […]

Poudlard était animé. Le temps étant parfait pour se dégourdir les jambes ou pour digérer un bon repas en compagnie d’amis avant que le couvre-feu ne sonne d’ici quelques heures. Si beaucoup se fichaient de ses règles avec l’emprisonnement, les autres qui les appliquaient restaient nombreux faisant de ses heures de liberté de parfaites occasions pour vanner à diverse occupation dans le château. Des élèves chahutant dans un couloir quelconque, des couples vaguant dans le parc ou tout simplement des amis parcourant les étages pour retourner à leur salle commune. Nathaniel marchait tranquillement saluant les connaissances qu’il croisait tandis que ses pieds le guidaient avec automatique faire la direction de la salle à manger. À son passage, il sentait des regards le fixer attentivement à la recherche d’un signe permettant de juger son état. Ce petit manège durait depuis quelque temps déjà. En vérité, cette soudaine attention était apparue lorsque que Gossip Feather avait cité son nom comme étant l’un « des drogués de l’école ». Quelle réputation ! Mais Nathaniel ne s’en plaignait pas réellement, il s’amusait au contraire face aux rumeurs farfelues circulant à son sujet. La vérité était loin d’être à leur porter. Qu’ils inventent si cela leur permettait de se changer les idées!

D’ailleurs, moqueur, Nate poussa l’audace à s’allumer une cigarette à vue de tous les passeurs avant d’emprunter un escalier qui le mènerait aux sous-sols. Traversant un couloir, il s’arrêta face à une fenêtre et s’assit contre la rambarde la tête vers la vue extérieure. Il porta le bâtonnet à ses lèvres et inspira lentement le tabac lui apportant une vague d’apaisement. C’était un de ces moments où son esprit se vidant stoppant l’espace temps avec un répit presque irréel. Il expira dégageant de ses poumons la fumée à l’odeur amère qui alla se fracasser contre la vitre. Un nuage se forma durant un bref moment avant de disparaître dans l’air. Nate entendit des pas venir, mais ne releva la tête, préférant perdre son regard dans la verdure du parc. Pourtant, il lui sembla reconnaître la démarche, car il se mit à parler d’une forte et claire.
« Je te jure que je suis innocent !»

Cette fois-ci il se retourna et fit face à une silhouette familière. L’ombre d’une personne qu’il affectionnait, d’une amie. Il tira une nouvelle latte, un sourire malicieux en coin et le regard rieur. Nate secoua la tête en fronçant légèrement les sourcils. « Enfin, bien évidemment, cette phrase ne s’applique seulement que si tu as entendu quelque chose à mon sujet… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 30 Juil - 17:22
Invité
Une journée monotone, fade. Comme toutes les autres d'ailleurs. Jillian était consciente d'avoir changé, et elle savait malheureusement ce que ce changement avait engendré. Après tout, pourquoi était-elle encore en train de déambuler seule dans les couloirs ? Certains la voyaient comme une vieille folle, une hystérique, qu'il ne fallait surtout pas approcher. D'autres redoutaient simplement ses foudres, sachant qu'elle n'hésitait jamais à s'en prendre à n'importe qui, même innocents. D'autres encore ne lui prêtaient juste pas attention. La blonde n'importait aucune importance à ce que les gens pouvaient penser d'elle, dire sur elle. Mais ce qu'elle ne supportait pas, c'était de savoir que ses anciens amis, ses anciens proches, pouvaient faire partie de la première catégorie. Elle avait tout perdu. Sa seule compagnie était désormais connue sous le nom de Solitude. Elle qui n'avait jamais apprécié être seule, devait affronter ce cauchemar, et ce depuis pas mal de temps déjà. Vous me direz, elle est habituée maintenant. Et pourtant, elle aurait donné n'importe quoi pour revenir en arrière, pour revenir au moment fatidique où elle s'est mise à se retourner contre ses propres amis, et modifier son comportement, pour que tout rentre dans l'ordre. Malheureusement, même dans le monde sorcier, ce n'était pas possible.

C'est dans cet état d'esprit qu'elle se déplaçait, sans trop d'envie, le regard vide, dans le château. Pour une fois, elle n'était pas en colère. Non, elle était juste lasse, ennuyée, au bout du rouleau. Tout en marchant, elle apercevait des groupes d'amis, riant aux larmes ; des amoureux transits, collés l'un à l'autre ; des élèves assis sagement dans leur coin afin d'avoir un peu de tranquillité... Ils avaient l'air d'aller bien. Des gens normaux, aux réactions normales, en compagnie d'amis... La vie que Jillian avait auparavant. Un petit air de nostalgie se faisait ressentir. Mais tout d'un coup, Jill décida de se reprendre. Il ne fallait pas dramatiser. Après tout, c'était de sa faute, et puis ce n'était pas si grave que ça, il lui restait tout de même des amis, qui restaient auprès d'elle malgré tout. Ce jour-là, Jill pris une décision : elle allait changer. Elle allait tout faire pour redevenir la Jill d'avant, celle qui était aimée de tous. Convainque d'avoir pris la bonne décision, et soulagée d'avoir peut-être trouvé une solution à son problème, Jill esquissa un sourire.

Jillian continuait d'avancer, sereine. Pourtant, quelque chose la fit sursauter. « Je te jure que je suis innocent ! » Le silence s'était brisé sous ces mots. Jillian n'avait pas remarqué Nate, et ne s'attendait vraiment pas à croiser quelqu'un. Sous le coup de la surprise, elle sursauta, en silence. Mais lorsqu'elle baissa les yeux et qu'elle remarqua son cher ami, elle ne pu s'empêcher de s'écrier :

« Mais bon sang, tu m'as fichu une de ces peurs ! » Elle savait très bien que Nate allait éclater de rire, elle le connaissait bien. Et puis elle ne pouvait pas nier le fait que sa tête devait être à mourir de rire. Bah oui, quand Jill avait peur, ça se voyait. Toujours un peu déboussolée, elle entendit Nate lui dire que cette phrase ne s'appliquait seulement si la blonde avait entendu quelque chose à son sujet. Tiens tiens. Mais oui, il s'était bien écrié « Je te jure que je suis innocent ! »
La stupeur s'en étant allée, Jillian repris ses esprits. Quel comique ce Nate, toujours le mot pour rire. Bien entendu que Jill avait entendu les rumeurs à son sujet, comme tout le monde d'ailleurs. Mais il le savait très bien, et il savait ce que Jill en pensait. Elle s'empressa alors de lui rétorquer, un sourire narquois au bout des lèvres :

«T'as vachement l'air d'être innocent tiens, avec la clope au bout des lèvres. Mais tu devrais peut-être arrêter de jouer la provoc', car j'appelle ça du flagrant délit mon gars. Enfin, assez plaisanté, tu m'en passes une ? »

Jill ne fumait pas régulièrement, juste lorsque l'occasion se présentait. Et étrangement, c'était souvent avec Nate qu'elle côtoyait la fumée soit-disant si néfaste pour l'organisme de l'être humain.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 15 Aoû - 6:28
Invité
S’il n’avait été aussi bien à l’instant, assis sur ce fauteuil marbre de fortune, bâtonnet de tabac entre les lèvres, vue imprenable sur l’extérieur du château, Nathaniel se serait sûrement jeté ni plus ni moins sur la nouvelle arrivée avec une joie renouvelée, peut-être même excessive aux yeux de certains. Non que la drogue douce et légale lui était montée à la tête au point de le faire réagir de manière enfantine et grotesque, mais parce que la promeneuse solitaire qui venait de briser sa quiétude était une amie. Une de celle dont l’on n’avait plus besoin d’adopter une tenue politiquement correcte et ainsi, cacher des défauts dérangeant en sa compagnie. Certes, plusieurs s’accorderont pour dire que Nathaniel était à l’aise en tout temps, qu’il agissait avec naturel, peu importe ses interlocuteurs, et qu’il se fichait de l’opinion publique. Mais ce naturel était tout de même quelque peu forcé, surtout avec les temps qui courraient. Ainsi, il ne se faisait pas prier pour faire disparaître toutes les manières lorsqu’arrivaient des personnes, des amis qui ne jugeraient ses façons ni les rumeurs des couloirs. Jillian Stewart, marcheuse de ce temps éphémère, faisait définitivement parti de ce groupe restreint. Qu’importe si il y a quelque temps à peine, elle n’y aurait été, qu’importe qu’elle soit aussi source de murmures et qu’importe qu’elle ait changé au point que le serdaigle avait lui-même goûté à une fureur passagère. […]

Trop bien installé pour lever son doux fessier et rejoindre à grands pas la jaune et noir, Nathaniel se contenta d’éclater de rire en voyant la mine épeurée de la poufsouffle et à l’écoute de ces reproches. Oh, n’avait-il pas été discret avec sa voix forte? Le serdaigle s’excusa du regard, sincère, sans pour autant empêcher un petit sourire en coin d’apparaître. En même temps, le but de la manœuvre était tout le contraire ! La phrase prouvant une innocente n’avait été dite que pour susciter une interrogation chez son amie, mais le septième accepta de se contenter de la stupeur obtenue à la place. D’ailleurs, cette dernière fut bien vite remplacée par des mots goguenards. Le septième les savoura, les yeux levés et une moue amusée qui s’accentua lorsqu’il ôta la cigarette de ses lèvres pour expirer la fumée âcre. Sans se pressé, le corps toujours contre le mur dans une pose détendue, il laissa passer quelques secondes, le temps que prît la boucane de disparaître dans l’air. Il confirma les paroles de Jillian, provocation amicale de vigueur qu’il savait sans conséquence.


« Mais je suis toujours innocent, c’est ce que je viens de dire! Il lui fit un sourire mode-Colgate, angélique à souhait, le ton toujours amusé. Du flagrant délit ? Rhooo, si on ne peut plus s’amuser un peu ! Ne vois-tu pas que je participe à la vie de Poudlard ? J’engendre les ragots et le commérage engendre l’activité sociale. On devrait me remercier pour réveiller ses élèves sous tensions ! »

Nate hocha la tête, convaincue, mais laissa bien vite cette image hautaine pour un air tranquille et naturel. Il tapota le marbre de la rambarde faisant une place pour la poufsouffle. Exécutant la demande sans un mot inutile et fit apparaître de son jean un paquet de ses bâtonnets merveilleusement relaxant. Depuis combien de temps traînait-il avec lui cette arme de destruction pour la santé ? Il ne saurait le dire tant que cela faisait des années. Nate savait les cigarettes néfastes, mais une addiction était tenace, surtout quand on n’avait envie de repousser. C’était une bouée, un péché mignon, une douleur… Mais surtout une mauvaise habitude influençable. Nathaniel s’empressa de prendre une clope, mais ne la tendit tout de suite à son amie. Il joua avec le bâtonnet, le faisant tournoyant entre ses doigts, un sourcil levé narquoisement en direction de Jillian.

« Je ne sais pas. Dis d’une telle façon… Et puis, tu sais bien que c’est bien mauvais pour une jeune demoiselle. Je ne voudrai être source de la déchéance. Tu sais bien que je ne pense qu’à ton bien-être ! »

Ah diable de la tentation ! Bon, si la dernière phrase était vraie, on ne pouvait dire que le fait de lui envoyer la fumée néfaste était meilleur pour sa santé. Nathaniel poussa un soupir. Il était trop tard visiblement. Lentement, faussement à contrecœur, il lui tendit finalement la clope non sans ajouter sa touche personnelle, se retenant à grande peine de rire à nouveau. « Mais bon, comme c’est toi et qu’une belle blonde qui fume au contre-jour est totalement glamour, attirant peut-être les prétendants… Je fais une exception pour aujourd'hui! »

Et la prochaine fois aussi sera une exception, comme l’autre d’après… Faible homme! […]

[HJ :Désolé, ce n'est guère mieux ><' Disons, qu'on va se rattraper tous les deux !]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Un instant avant le Gras [Thibault]
» [Event St Valentin] - Juste une danse avant le bain de minuit [PV Clarke]
» photos du chariot de guerre ( juste monté )
» Juste avant la Bibliothéque, et vous êtes arrivés
» Aelred Aodan Flaherty # "Vous voulez un whisky ?" "Juste deux doigts." "Vous ne voulez pas un whisky d'abord ?"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Huis Clos (avril-juin 1998)-
Sauter vers: