RSS
RSS



 

 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Nuit Rouge de Poudlard (début juillet 1998) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans les pires moments (pv Aaron Kingfell)

avatar
Invité
Invité
Mer 12 Sep - 4:10
Invité
    Ginny courrait à perdre haleine. Elle était couverte de poussière, d'un peu de sang, autant dire qu'elle n'avait pas fière allure. La bataille faisait rage. Elle venait de quitter la médicomage et le mangemort Dearbone après avoir évité de justesse la catastrophe, à savoir, l'explosion de l'école, quand un groupe de mangemorts lui était tombé dessus. Ils étaient quatre, elle était seule, elle n'aurait jamais l'avantage. Aussi, elle dut se forcer à prendre la fuite, tout en lançant des sorts derrière son épaule. Elle ne parvint à toucher qu'un seul des sorciers à sa poursuite, tandis que les autres ricanaient cruellement, la suivant avec un amusement macabre. La jeune Gryffondor devait trouver un moyen de les semer, tandis qu'elle descendait à présent les escaliers menant aux cachots. Là, les couloirs se diviser en de véritables dédales, aussi, il serait plus facile pour elle, qui connaissait mieux le terrain qu'eux, de se débarrasser de ses agresseurs. Elle se lança un protego de justesse tandis qu'un des sorciers lui avait lancé un Doloris, et dut se plaquer au mur pour en éviter un second. Cela la ralentissait. Elle décida alors de leur faire face, et envisagea au plus vite son environnement. Comme quoi, le Quidditch n'était pas inutile, elle y avait développé un regard assez aguisé et rapide pour évaluer toute sorte de situations. Sa seule chance: le plafond.

    *Bon. Va pour le plafond.* pensa-t-elle.

    Ginny était une sorcière qui lançait des sorts étonnamment puissants. Avec un simple reducto, au lieu de réduire un obstacles, elle était capable de le réduire en poussière. Elle avait hâte de tester ses capacités avec un Bombarda. Un Bombarda Maxima. Ce fut donc vers la voûte qui surplombait ses assaillants qu'elle pointa sa baguette.

    -"Bombarda Maxima!" lança-t-elle.

    Un rayon jaune quitte sa baguette et se fracassa sur le plafond. Ginny recula de quelques pas, tandis que les mangemorts, surpris, cessèrent leur course et regardaient ahuris la jeune sorcière. Il y eu une seconde de latence, puis une explosion assourdissante fracassa les dalles de pierre encastrées au dessus de leurs têtes, faisant s'effondrer une partie du plafond et créant un mur de gravats entre Ginny et les mangemorts. La sorcière avait dû se jeter au sol pour éviter des pierres fracassées, mais ne s'en tira pas sans bleus ni coupures. Elle préféra cependant ignorer la douleur. Ce n'était que superficiel. Elle les entendit hurler de manière confuse, et recula, espérant en avoir coincé un sous les décombres. Elle préféra ne pas attendre de voir s'ils arriveraient à se frayer un chemin jusqu'à elle, et entreprit de chercher une issue pour remonter dans le hall, baguette à la main, oreilles aux aguets et oeil à l'affut.

    Ginny dut marcher un moment, un long moment. Elle entendait des cris, et guettait le moindre bruit autour d'elle, dans la pénombre faiblement éclairée par des torches accrochées aux murs de plus en plus humides. Elle espérait trouver des élèves qui auraient cherché refuge dans l'obscurité des cachots. Mais il n'y avait personne. Ginny se sentait seule, elle commençait à vraiment prendre conscience de ce qui se passait, étant livrée à elle même. Les mangemorts attaquaient, les morts devaient se compter par dizaine, elle n'avait pas la moindre idée d'où ses amis et sa famille pouvaient se trouver, ni de l'état dans lequel ils étaient. Ron, Hermione, Neville, Harry, Luna, Kaysa, Jesse, etc, et Jake son petit ami, où étaient-ils? Ginny s'arrêta au coin d'un couloir pour souffler, et s'adossa au mur. Des larmes de désespoir commençaient à piquer ses yeux . Elle n'était pas du genre à pleurer, loin de là, mais il fallait avouer que la situation était plus que terrible. Une larme coula, puis deux. Elle respira profondément pour les réfreiner, et tandis qu'elle retrouvait une vue plus nette, elle apperçue une forme au sol dans le couloir adjacent. Elle accourut.

    C'était un élève. Un jeune, deuxième année, tout au plus. Un serpentard, qui plus est. Elle l'avait surpris une fois en train d'embêter une première année Gryffondor, et l'avait sévèrement réprimandé. Le petit était inanimé. Blanc. Ginny s'agenouilla. Les sens glacés, le coeur serré. Elle tendit un main tremblante vers le petit. Elle devait vérifier s'il était stupéfixé ou pire, mais cela la terrorisait au plus haut point. Un effort. Un petit effort, et quelques sentimètres. Elle touchait enfin la cape du petit, qu'elle dégageait pour mieux voir son visage et son cou. Il était blanc comme neige les yeux grands ouverts. Mais il pouvait être pétrifié. Elle toucha alors son cou. Et ne sentit rien. Rien au bout des doigts. Aucun pouls. Le petit était mort. Ginny retira vivement sa main et ne put cette fois retenir ses larmes qui coulaient en cascade. Elle n'en avait rien à faire de ce môme, elle ne le connaissait même pas. Mais c'était un enfant. Un enfant qui n'avait rien demandé, et pire, qui aurait pu, vu sa maison, se trouver du côté de Voldemort. Et si cet enfant innocent avait pu être tué, qu'en était-il de ses amis, à elle, tous clairement opposés au mage noir? Elle s'effondra au sol, elle n'arrivait qu'à peine à respirer tant la peur lui oppressait la poitrine. Quand elle entendit des pas. Elle s'immobilisa alors et tendit l'oreille, tentant de se maîtriser. Les pas se rapprochaient. Elle se leva, se plaqua contre le mur et attendit que la personne apparaisse. Quand elle vit la silhouette tourner dans ce couloir où elle se cachait, elle pointa sa baguette sur elle. Ou plutôt, sur lui. Son ennemi. Aaron Kingfell.

    -"Que fais-tu là Kingfell?" demanda-t-elle avec hargne, les yeux encore baignés de larmes.

    Elle tenait fermement sa baguette, prête à contrer un sort ou à en lancer un. Que faisait-il si près de ce corps? Et dans les cachots alors que la bataille faisait rage? Elle l'imaginait mal se battre contre les mangemorts, aussi, elle était prête à tout.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 27 Oct - 12:44
Invité
Aaron chancelait tout en essayant de courir, cependant il devait s'arrêter régulièrement pour reprendre son souffle. Il poussait sur ses jambes autant qu'il pouvait, sa cible était proche mais à ce rythme, elle allait finir par le semer. Son unique espoir était qu'Ulrich soit également assez amoché pour que sa course soit ralentie. Chacun de ses mouvements lui faisait réprimer un cri de douleur, il ne pouvait pas se permettre d'hurler, pas avec des mangemorts partout dans le château et son frère qui tentait de s'échapper. Si ce dernier savait qu'il était si mal au point, cela pourrait lui donner davantage de volonté. Il était allé au-delà de ses limites, et cela depuis longtemps, trop longtemps. Aujourd'hui il ne pouvait plus le nier, son corps lui faisait défaut. Il ne se nourrissait pas assez, ses muscles manquaient cruellement d'énergie. Le jeune homme avait toujours tout misé sur son intellect, sur ses capacités de sorcier, de meneur et d'orateur. Elles ne lui avaient pas été inutiles, mais cela n'aurait pas suffit à le sauver aujourd'hui. Toutefois, était-il aussi irréprochable qu'il l'avait toujours pensé ?

David Smith, une des rares personnes qu'il considérait comme un ami venait de se faire tuer, parce qu'il avait préféré poursuivre son frère plutôt que d'assister son allié. Aaron avait toujours été convaincu qu'il prenait les bonnes décisions. A l'instant, il n'en était plus sûr, tandis qu'il courrait dans le sombre couloir, en essayant de ne pas chuter à chacun de ses pas, il se repassait sans arrêt les évènements qu'il avait vu quelques minutes plus tôt. Kaysa Potter, qui le méprisait ouvertement, venait de le sauver à plusieurs reprises, alors que lui n'avait pas secouru son ami lorsqu'il en a eu l'occasion, préférant poursuivre Ulrich, uniquement motivé par... Le Serpentard se demandait à présent s'il se poserait autant de questions si cela avait été un élève qu'il ne connaissait pas à la place de David. Il voulait protéger les étudiants, mais il ne pouvait pas laisse son frère partir avec les serviteurs du Lord. Il avait fait passer ces désirs personnels avant l'intérêt du plus grand nombre, il avait agi de la façon qu'il ne cessait de condamner. Aaron avait failli, il a a pu être aveuglé par la rage d'apprendre que son cadet avait rejoint les mangemorts depuis longtemps.

Il avait abandonné son ami, à présent il ne lui restait plus qu'à confronter son frère. Comment, comment, s'il parvenait jusqu'à lui, allait-il pouvoir se défendre. Il avait du sacrifier son balai pour se tirer des griffes des premiers mangemorts qu'il avait rencontré, et arrêter sa mère. En outre, il avait perdu sa baguette durant sa chute. Il pouvait toujours transplaner pour fuir, mais ce n'était pas comme cela qu'il arrêterait Ulrich. Heureusement, il n'avait pas rencontré de partisans du Seigneur des ténèbres depuis son entrée dans les cachots. Néanmoins, il avait pu remarquer que les murs et le sol portaient les souvenirs de leur passage. Des murs démolis par endroit, des traces de brûlé, de sang par endroit, et des corps. Des corps d'enfant pour la plupart. C'était répugnant. L'odeur du sang s'infiltrait dans ses narines, se mêlait à celle du sien qu'il ne sentait même plus. Toutefois, les quelques cadavres qu'il avait pu croiser seraient peut-être sa chance de survie. S'il pouvait trouver une baguette auprès d'un des morts, elle pourrait lui éviter un sort similaire. Pour l'instant, le hasard ne jouait pas en la faveur du jeune homme meurtri. Parmi les corps, il vit ceux d'adultes, qui n'étaient pas avec les assaillants. Certainement des aurors, ou bien... Les anarchistes étaient responsables de l'huis clos, ils auraient pu décider de se montrer.


- Hellson... Maudit Aaron entre ses dents, en réprimant une toux tandis qu'il inspectait le cadavre d'un homme éviscéré par un maléfice qui l'avait transformé en tas de viande gisant.

Pour le Serpentard, il était autant responsable de cette attaque que le Lord et ses serviteurs.

Aucune baguette, il était désarmé et ce n'était pas avec un corps affaibli et blessé à peine capable de le faire avancer qu'il allait pouvoir lutter à mains nus avec un garçon qui avait toujours été plus costaud que lui. Il espérait au moins que Ulrich, qui avait aussi perdu sa baguette, n'en ait pas trouvé une autre.

Il avançait aussi vite qu'il en était capable, malgré les brulures sur son dos et ses membres, ses nombreuses entailles et contusions. Mais il se mit à ralentir sa cadence, lorsqu'il entendit du bruit. Il était en trop mauvais état, puis certainement trop loin pour entendre clairement de quoi il s'agissait. Si cela pouvait être Ulrich, ou un allié potentiel, ce serait parfait. Cependant il avança doucement et resta sur ses gardes, la prudence était sa dernière défense avant la mort à présent. C'est alors qu'il la vit, Ginny Weasley. La préfète qu'il avait affronté en duel durant leur emprisonnement. Celle qui n'avait cessé de s'opposer à lui, le considérant comme un tyran, celle qui était allé jusqu'à former une brigade pour s'opposer à lui et la sienne. Tout ce qu'il avait souhaité, c'était protéger les élèves. Elle pleurait, mais elle le menaçait également de sa baguette. Elle le haïssait, considérait qu'il était un futur mage noir, elle était terrifié et il ne devait faire aucun doute que pour elle il était avec les mangemorts, surtout si elle avait croisé son frère avant lui. Il n'avait aucun moyen de défense, et elle le trouvait ici à côté d'un cadavre d'enfant.

Aaron avait peur, peur de son frère, elle allait le ralentir, il allait s'enfuir. Peur d'elle, elle était dans un tel état qu'elle pouvait lui jeter un sortilège sans prévenir. Le jeune homme ne bougea pas, il était comme pétrifié. Il se contenta de lui répondre d'une voix rauque et étouffée.

- La même chose que toi, j'essaie de survivre.

Il dévisagea la Gryffondor, il fallait qu'elle le croit. Elle était à bout, elle n'en pouvait plus, mais il fallait qu'il avance.

- S'il te plait
, poursuivit-il d'une voix qui trahissait sa peur, je n'ai plus de baguette, j'ai perdu la mienne il y a peu, Kaysa m'a aidé, mais mon frère est avec les mangemorts. Je ne veux pas le laisser partir avec eux. Je pense que tu peux comprendre ça...

Aaron pencha la tête vers le sol, une forme sombre qu'il n'avait pas pris le temps de regarder, l'horreur était devenue commune en ce lieu. Ce petit corps, un autre cadavre d'enfant. A la pensée qu'il était désormais aussi vulnérable que lui, sa tension augmenta vivement. Il pouvait se faire tuer à chaque instant. Il lui fallait une baguette. Pourquoi n'en avait-il pas vu une seule depuis son arrivée dans les cachots ? Les mangemorts avaient du bien faire les choses, autant ne pas laisser d'armes à la disposition de ses adversaires. Il s'approcha de l'enfant, son aspect lui était familier. Il ne se souvenait plus de son nom, mais il était de sa maison. Pour lui non plus, il n'avait pas été là; Le visage grave, fermé, Aaron inspecta les alentours du corps, rien... Il hésita une seconde, puis tendit la main vers l'intérieur du vêtement du cadavre, et le fouilla.

- Je ne vais pas lui faire du mal Ginny, j'essaie juste de trouver de quoi me défendre. Les mangemorts n'hésiteront pas... Mon frère non plus.

Malheureusement, il n'avait rien. Aaron était toujours sans arme, face à une jeune fille dont les larmes témoignaient de sa peur et de sa fureur, tandis que lui se retrouvait complètement démuni...

- Aaron ! Qu'est-ce que tu fiches ! Viens avec nous !

Ulrich ! Il était là, il venait de surgir d'un couloir, et il était accompagné d'une silhouette encapuchonnée, un mangemort. Il le fixait, mais comme s'il s'inquiétait pour lui. Puis il le vit penché sur le cadavre de l'enfant, et il esquissa un rictus.


- Je vois que tu t'es amusé un peu, est-ce pour cela que tu as trainé ? Nous n'avons plus le temps, mère nous attend.


- Enfoiré ! Rugit Aaron à l'encontre de son frère.

Le mangemort à sa droite prit la parole à son tour.


- La rouquine tu t'en occupes, ou je m'en charge ?

Son frère n'était pas aussi idiot qu'il le pensait, il savait que Weasley le prenait pour un monstre, et il comptait bien se servir de cela pour qu'elle l'attaque. Si son unique alliée potentielle le croyait dans le mauvais camp, alors il était fichu. Incapable de prononcer la moindre parole, Aaron fixa Ginny d'un regard désespéré.

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 2 :: Nuit Rouge de Poudlard (début juillet 1998)-
Sauter vers: