RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Avril-Juin 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des retrouvailles proprement arrosées. || Harry

avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Aoû - 17:08
Alcool. Une addiction pour certain, un moyen de détente pour d'autre ou bien dans le cas de Jesse-Rose : une façon d'oublier. De ne pas penser à ses cauchemars, aux paroles de Bryan. Le seul moyen pour elle de passer une bonne soirée sans trop avoir à se torturer l'esprit. Alors, c'est sans hésiter qu'elle enchaînait les jeux d'alcools avec Alice ou bien avec d'autres membres de son équipe. Rien n'était trop beau pour embrasser une vie normale l'espace de quelques heures. Cela faisait des lustres qu'elle ne s'était pas accordée ce genre de moment. Enchaînant à un rythme effréné les Teq Paf, son pauvre métabolisme avait bien dû mal à suivre. En un rien de temps, elle retrouva son cerveau sans dessus, dessous, à savoir où était sa droite de sa gauche. Pourtant, elle riait. Un immense sourire illuminait son visage entouré de ses cheveux qui étaient maintenant détachés. Sa meilleure amie savait utiliser sa persuasion légendaire pour convaincre Jesse de ne pas arrêter en si bon chemin. Évidemment, elle n'était pas difficile à convaincre. Un nouveau défi et la voilà repartie de plus belle pour une nouvelle ligne de shoot. Il y avait finalement du bon de connaître la dirigeante de l'Héritage, même si Jesse-Rose ne le supportait pas. D'une façon bien étrange, personnelle sûrement, elle se sentait libre de toute entrave. Comme si elle n'avait plus d'attache, comme si elle était... Célibataire. De mémoire, jamais elle n'était restée assez longtemps avec un homme pour pouvoir dire qu'elle avait vécu une relation amoureuse. Alors, pourquoi elle avait ce sentiment ? Pourquoi culpabilisait elle à chaque fois qu'un homme lui offrait un verre ou bien la draguait ? C'était comme-ci une part d'elle-même la rappelait à l'ordre. Mais pourquoi... Une nouvelle interrogation qui trouvera peut-être un jour : une réponse... Ou pas. Chassant de sa tête ses inepties, elle se leva en manquant de tomber comme une quiche de sa chaise. Heureusement une main serviable lui permit d'éviter la chute qui l'aurait ridiculisé. Elle était une batteuse professionnelle après tout. Elle avait une réputation. Jesse-Rose ne voulait pas qu'une soirée -qu'en bien même excellente- gâche sa carrière. Sans vraiment dire où elle allait, la sorcière prit la direction d'une table libre. Elle demanda à un serveur qui passait par là de lui apporter une bouteille de champagne, montrant approximativement une table avant de glisser dans sa main de quoi payer le tout.
L'ancienne mangemorte tomba de tout son poids sur la banquette en soupirant. Ses pieds lui seront à jamais reconnaissant pour cet acte de pitié. Oh elle n'allait certainement pas enlever ses magiques escarpins émeraude, ce n'était pas digne d'une femme, mais s’asseoir dans un endroit confortable n'était pas de refus. C'est à ce moment-là que son équipe arriva. Tous ? Non il manquait certains joueurs, dont Harry. Le serveur arriva avec sa bouteille et des coupes, donnant l'idée aux membres des Tornades de commander la même chose. Alcoolique ils étaient ? Naaaaon ! Ils avaient juste une occasion de boire ! Parlant de tout, de rien, mais disant surtout des idioties : le degré d'alcool dans l'organisme de Jesse-Rose n'eut jamais l'occasion de descendre. Alors qu'ils repartaient danser, Jesse refusa l'invitation, prétextant que ses pieds lui faisaient mal.

« J'vais chercher Harry ! Il va te tenir compagnie! »

Cria-t-elle en rigolant comme une hyène. La pauvre princesse de Durmstrang n'eut pas le temps de lui dire que ce n'était pas la peine : qu'elle était déjà partie. Elle soupira donc tout en finissant son verre. Jesse-Rose se permit de poser sa tête contre le dossier de la banquette, ferma ses yeux avant de se rendre compte que ce n'était pas une bonne idée. De ce fait, elle ne tarda pas à redresser sa tête pour rouvrir ses orbites. Son regarde se posa alors sur Harry. Un immense sourire s'étira sur son visage. Sans rien dire, elle se resservit et pris une coupe neuve pour la remplir également. La tendant à son coéquipier :

« J't'ai pas vu d'la soirée... C'va? »


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1082
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Aoû - 17:58
Dans un coin d’un salle bondée du Velvet Ataraxia, Harry se déhanchait sur la musique inconscient du spectacle qu’il offrait. Totalement dans son monde, il avait bien trop bu pour se préoccuper de ça. En plein délire avec ses deux potes d’équipe qu’il avait finit par retrouver, il s’amusait comme il avait décidé de le faire en mettant les pieds ici. Oubliés ses réticences, oublié sa légère sensation de malaise en ce lieu, oublié sa conversation avec deux anciens camarades de classes, oublié même le but de sa venu ici. Il s’éclatait et qu’importe qu’il n’avait jamais vraiment su danser. Qu’importe qu’il fasse chaud et que son corps entre fréquemment en contact avec des inconnus dans ce lieu exigüe, ce qu’il aurait détesté si il avait été sobre. Peu lui importait, il passait une super soirée. Il avait besoin de ça. Tout le monde avait besoin de ça ! Qui n’avait pas envie d’oublier ses problèmes le temps d’une soirée ? Le temps d’une nuit, aidé par l’alcool et l’euphorie.
Harry était clairement ivre. Surement que sa réputation allait en prendre un petit coup après cette nuit-là. Il était loin d’être célèbre, mais sa popularité allait croissante chez les amateurs de Quidditch. Chez les fans des Tornades, bien entendu. Mais pas seulement car il lui arrivait parfois d’être reconnu au hasard dans la rue. Ce soir, bien entendu, quelques personnes l’avaient alpagués. Comme il avait bu, il n’était pas gêné comme à son habitude. Trop désinhibé pour se sentir mal à l’aise. Et puis par Godric, il se fichait de paraitre prétentieux ou quoique se soit ! Il était là pour profiter. Il avait donc bu avec eux, ils avaient discuté puis dansé. Il aimait cette sensation parfois, il se laissait aller et savourait cette popularité pour une soir : une soirée d’insouciance.
Et alors qu’il bougeait en rythme –c’est en tout cas ce qu’il croyait- il se fit alpaguer par une de ses coéquipières sortie de nulle part. Elle le héla de loin mais dû s’approcher et lui attraper le bras pour obtenir son attention. Elle s’adresse à lui avant de reporter son attention sur les deux autres.


« Harry, je te cherchais ! D’ailleurs, les mecs, qu’est-ce que vous faites ? On vous cherchait tous ! On trinquait à notre victoire ! »
« Merde, on a raté ça ! Attends, on arrive ! »
« Trop tard, ils sont tous repartis danser ! »
« Abusé ! Vous auriez pu nous attendre ! Tanpis, on va enflammer le dance floor ! Attention, nous voila ! »

Eclatant littéralement de rire devant son coéquipier passablement éméché et plus que motivé, Harry s’apprêtait à le suivre avant de se faire ramener en arrière violemment. Visiblement, sa coéquipière avait encore des choses à lui dire.

« Eh ! Attends, t’en vas pas ! Jesse te cherche. Je suis venu te chercher pour que tu lui tiennes compagnie. »

Il manqua de s’étaler et se rattrapa à elle avant de se stabiliser. Elle du lui répéter une deuxième fois ses paroles car il avait du mal à comprendre à cause de son état, le fait qu’il était plus occupé à rester debout qu’à l’écouter mais aussi à cause du volume de la musique. Lorsque ses paroles atteignirent enfin son cerveau, il la regarda l’air hagard :


« Hein ? Jesse ? »

Mais de quoi parlait-elle ? Il lui fallu quelques secondes avant de comprendre qu’elle nommait Jesse-Rose Greenwood: sa coéquipière, son amie –en tout cas, elle l’avait été- et celle qu’il aimait. Des secondes supplémentaires pour se demander pourquoi lui et surtout pourquoi lui tenir compagnie alors qu’elle était avec les autres ? Et enfin quelques secondes supplémentaires pour se rappeler de la situation. Car oui, il y avait un contexte bien particulier dont il devait se souvenir avant tout autre chose. En plus du fait qu’il avait des sentiments pour elle et elle pour lui, il s’avérait qu’elle en aimait un autre –plus que lui-, que ce dernier n’était autre que son pire ennemi et qu’ils allaient se marrier. Et puis, il y avait le fait qu’ils étaient tout deux dans un camp ennemi. On devait aussi ajouter au tableau qu’elle n’ était désormais plus en mesure de se souvenir ni des deux derniers détails : à savoir qu’elle aimait Drago, qu’elle était une mangemorte et lui un membre de l’Ordre. Et peut-être même du premier, car elle ne se souvenait peut-être pas de ses sentiments à lui, ni des siens pour Harry. A vrai dire, tout ça était de sa faute. Ce n’était pas vraiment de son seul ressort mais il s’avérait qu’il avait participé à la mission suicide ayant mené à jeter un sort d’Oubliette à Jesse afin de l’éloigner des mangemorts et de la cacher pour la protéger. Non seulement c’était une entreprise risquée et suicidaire mais en plus de ça, elle était surement vouée à l’échec ce dont il préférait ne pas penser.
Bref, il évitait d’y penser car il voulait avant tout la sauver et qu’importe les conséquences pour lui-même et sa foutue culpabilité qu’il ignorait persuadé d’avoir fait le meilleur choix. La seul possible compte tenu qu’elle ne voulait pas de leur aide et qu’elle en avait pourtant besoin. Le seul problème, c’était qu’il n’arrivait pas à évaluer dans quelle mesure elle se souvenait ou non … Et il avait peur de faire une connerie ou d’en dire une. Il ne devait surtout pas compromettre leur plan déjà assez bancal et la pousser à se souvenir. Aussi, il continuait plus ou moins à l’éviter, ou en tout cas, à ne pas aborder les sujets sensibles.
Cependant, c’était sans compter sur leur coéquipière qui avait décidé qu’Harry et Jesse devait passer du temps ensemble. Lui-même était dans un état tel qu’il n’en avait finalement pas grand-chose à faire à ce moment de tous ses doutes et ses questions à ce sujet. Aussi, il n’eut même pas le temps de répliquer quoique se soit. Pour peu qu’il en ait eu envie ou qu’il en soit capable. Elle l’entraina alors à sa suite à travers la piste de danse, fendant la foule avec détermination, jusqu’au banquette ou était assis la blonde. Puis, elle le planta là en prétextant que maintenant qu’il était là, elle pouvait aller s’amuser avec les autres. Il croisa alors son regard, elle lui sourit d’un sourire qui lui fit chavirer le cœur. A son tour, il lui en adressa un dont il avait le secret : désarmant, le genre dont il n’avait pas contrôle mais qui lui allait si bien. Il se dirigea vers elle et s’assit à côté d’elle de façon fort peu élégante. Elle leur servit alors un verre de champagne et lui tendit le sien en lui indiquant qu’elle ne l’avait pas aperçu de la soirée avant de lui demander si il allait bien. Il attrapa le verre en répondant :


« Super ! On s’éclate ! J’ai été faire un tour du côté du Lévétique. C’était d’enfer ! », il eut un léger rire à ce souvenir, « Eh ! On trinque ? A notre victoire ! »

Il fit tinter leurs verres l’un contre l’autre avant d’avaler le sien cul sec. Voila qui n’allait pas arranger son alcoolémie. Mais peu importe.

« Plutôt bon ce champagne ! Tu me ressers ? » lui demanda-t-il la voyant toujours la bouteille à la main.

Il se sentait bien là, près d’elle, à fêter la bonne nouvelle. Loin de toute prudence et le pire, c’est qu’il s’en fichait !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Aoû - 14:30
Douce innocence. Jesse-Rose avait rarement eu les mains vides. Un verre lui tenait toujours compagnie. De plus, elle avait compris depuis longtemps que sa jolie frimousse faisait tourner des têtes. Que cela soit à Durmstrang ou bien à Poudlard, elle avait toujours estimé qu'elle pouvait avoir n'importe quel homme dans son lit. Prétentieuse ? Un peu oui. Néanmoins, c'était un fait connut de tous. Pourtant, ce soir elle ne cherchait pas une compagnie masculine. Elle utilisait ses charmes pour avoir des verres gratuits, ou bien des faveurs qu'elle utiliserait plus tard. Oui, elle se souvenait des paroles de son père qui l'avait mise en garde sur sa vie future. La sorcière avait appris à créer des alliances. Pourtant, avec le contexte actuel elle devait faire attention à tout et tout le monde. Délaissant Alice pour célébrer une nouvelle fois leur victoire, elle s'éclipsa jusqu'à une table suivie de près par ses compagnons de quidditch. Jessie n'aurait jamais cru pouvoir un jour être une joueuse connut. Ses heures d'entraînements portant enfin ses fruits. En levant son verre, elle eut une pensée pour Drago, qui durant le Huit-Clos -une fois leurs problèmes régler- lui avait appris des techniques qui lui valaient aujourd'hui sa célébrité. Inconsciemment, elle avait espéré de tout son coeur le voir durant la soirée. Son palpitant cessait de battre à chaque fois qu'une tête blonde apparaissait dans sa vision avant de soupirer de désespoir en réalisant que ce n'était pas le prince de Poudlard. Ce fut son capitaine qui chassa ses pensées en l'attrapant par les épaules tout en commençant à chanter l'hymne de l'équipe. Reprenant tous en coeur, le chant fut conclus par des éclats de rires et des bruits de verres entrechoqués. Son équipe la laissa dans ses pensées, même si sa coéquipière affirma qu'elle allait trouver Harry et l'amener ici. Jesse-Rose avait levé les yeux au ciel avant de se resservir. Être seule n'avait jamais été un problème, à dire vrai, elle appréciait ce genre de moment où elle pouvait se ressourcer.
Lorsque le Gryffondor arriva à sa table, elle l'accueillie avec un immense sourire : l'invitant à se joindre à elle. La musique était moins forte, permettant de parler sans avoir à crier. Harry répondit à son sourire ce qui fit rire la blonde. Ce sourire charmeur avait dû faire plus d'une victime ! Jesse-Rose se souvenait du Huit-Clos, du baiser qu'ils avaient échangés, de la possibilité qu'ils ne pourraient plus être amis une fois leurs études terminés. Pourtant, les voilà dans la même pièce, face à face, émèche : partageant le plaisir de la victoire. Demandant à Harry où il était, elle se mit à rire en l'entendant parler du Lévétique. Oui, il avait définitivement bu et devait être dans le même état qu'elle. Elle leva sa coupe pour trinquer à leur victoire avant de suivre son ami et finir sa coupe. Pas de temps à perdre, elle resservit les deux verres avant de se tourner vers Harry. Se raclant la gorge, elle s'exclama avec des étoiles dans les yeux :

« Une sacré victoire tu veux dire ! Qui sait : on sera peut-être sélectionné pour la coupe du Monde de Quidditch ! Cela serait énorme ! Bon on ne serait pas dans la même équipe, mais au moins on participerait à un événement mondial ! »

Satisfaite de pouvoir parler correctement, elle se mit à rire avant de porter la coupe à ses lèvres. Plongeant son regard dans celui de l'Attrapeur, elle perdit un peu son sourire pour faire une remarque pertinente sur la situation :

« Jamais je n'aurais parier pouvoir boire et faire la fête avec toi après notre sortie de Poudlard. Moi qui me pensais condamner à être un pantin, me voici maître de mon destin au côté de mes amis. Quand je me réveille le matin, je n'arrive pas à croire que tout ceci est vrai. Enfin... Avec la disparition de mon protecteur, je ne serais pas étonnée que mes précédents ravisseurs trouvent un moyen de me récupérer. Tu sais... »

Prenant un ton plus sérieux, elle posa sa coupe de champagne, avala sa salive avant de reprendre :

« J'ai rencontré un certain Bryan, avant que Gabriel débarque et gâche tout. Il m'a dit des choses... Troublantes. Le genre de souvenirs, de détails sur ma vie que seuls mes proches connaissent... »

Remarquant qu'elle gâchait l'ambiance, elle grimaça avant de s'excuser :

« Bah... Je suis désolée ! Il faut croire que l'alcool ne me réussit pas ! Je pensais que je tiendrais mieux que cela... Mes performances sont en baisse ! »


Elle préféra ironiser la situation plutôt que de commenter ses précédentes paroles qui semblaient bien trop réelles et dangereuse. Jesse-Rose ne devait pas parler ainsi dans un lieu public, même si les gens autour d'eux étaient bien plus éméchée qu'eux.

« Rattrapons le temps perdu ! »

Conclut elle en levant son verre et en prenant une nouvelle gorgée de ce breuvage délicieux. Une risette apparu de nouveau sur son visage :

« Alors, avec Ginny ça donne quoi ?! »


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1082
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Aoû - 21:47
Alors qu’ils discutaient victoire, Jesse émit l’hypothèse d’une sélection en Coupe du Monde, ce à quoi il n’osait rêver. Le lendemain, lorsqu’il serait sobre, si il se souvenait de cette conversation, elle lui apparaitrait absurde et naïve. Pourtant, l’idée même suffit à l’enthousiasmer et le faire partir au quart de tour ! Emportée dans son élan, il se mit à parler fort tandis qu’elle portait son verre à ses lèvres.

« Ouaiii ! On sera les meilleurs tous les deux ensembles !!! Un duo de choc ! », il se permit un sourire heureux, « Ca serait top d’être qualifié ! Mais attends … Pourquoi on serait pas dans la même équipe ?! »

Si ça se passait comme ça, ça ne serait plus aussi cool. Bien sur qu’ils devaient être dans la même équipe ! Comment pourrait-ce être autrement ? Mais Jesse-Rose ne l’écoutait pas et poursuivait déjà sa réflexion. Harry en oublia donc son interrogation dans la seconde, emporté par le regard qu’elle lui jeta. Elle avait ce don de capter toute son attention avec un seule regard. Il lui suffisait que leur yeux se croisent pour être déstabilisé. Et ivre, c’était deux fois pire, si bien qu’il failli laisser son verre lui échapper des mains. Il était littéralement pendu à ses lèvres.
Alors que la conversation dérivait gentiment sur sa surprise et son plaisir de profiter de cet instant avec lui, elle embraya bien vite sur un fâcheux sujet. A vrai dire, en sachant que le sujet était sérieux et dangereux, surtout dans son état, il ne comprenait finalement pas grand-chose. La disparition d’un protecteur, des ravisseurs, Bryan … Merlin mais quelle idée de lui parler de ça dans son état ?! Visiblement, elle s’inquiétait d’être capturée par les mangemorts. Ce qui était plutôt sain comme attitude, au fond. Ceci dit, savoir qu’elle parlait de Gabriel ou il ne savait qui, il n’était pas en état de l’analyser. La seule chose qu’il comprenait, c’est qu’elle avait des doutes. Et ça, c’était flippant ! Pourtant, elle s’excusa bien vite d’être entré dans une conversation pareil. Et il ne pu empêcher son cerveau noyé à l’alcool de penser que s’était la moindre choses. Non mais ! Martyriser son pauvre esprit à une heure pareille, dans un contexte pareil avec un tel sujet ! Mais quelle idée aussi de se faire du mouron dans un moment pareille. Le seul réflexe qu’il eut fut donc d’attraper son verre et de lui remettre dans la main.


« Détends-toi et profite ! Ce soir, pas de questions. Et pour tenir l’alcool, il faut s’entrainer ! »

Il n’était pas capable de dire mieux, et au vue du nombre de verres qu’il avait ingurgité dans l’heure, ce n’était pas si mal. Au moins, il n’avait rien dis de fâcheux ! Elle sembla d’accord avec son idée car elle propose de rattraper le temps perdu. Délicieuse idée que celle-là ! En guise d’acceptation, il leva son verre avec elle et avala une nouvelle rasade ce qui le vida de moitié.
Puis, soudainement, elle posa la question à laquelle il se serait surement le moins attendu à ce moment-là. Le sujet qui tomba, pour lui, comme un cheveu sur la soupe. Ginny Weasley. En fait, il lui fallu de nouveau quelques secondes pour comprendre de quoi il retournait :


« Ginny … ? », une illumination se fit enfin, « Ah ! Ginny ! », il gloussa stupidement, « Boarf ! Ca fait un moment que je l’ai vu. Ca fait même une éternité ! »

Il insista bien sur le mot. Bizarrement, c’était pour lui le mot le plus important de la phrase. Ces derniers temps, il avait tendance à associer la jeune fille au concept d’absence. Absence de sa vie, absence de ses pensées. Une absence qu’il avait voulu, qu’il avait forcé. Une absence nécessaire. Pour lui, pour elle, pour son amitié pour Ron et pour ses hormones, ses nerfs et tout ce qui trinquait depuis qu’il avait eu la bonne idée de se découvrir des sentiments pour la rousse. Il se persuadait qu’il n’y aurait rien entre eux. Il avait tellement bien réussi son coup qu’elle devenait petit à petit une lointaine amie. Il avait été si préoccupé par sa nouvelle vie, son entrée dans l’Ordre, ses missions, son poste d’Attrapeur, la coupe de la ligue et bien sur, par Jesse elle-même, qu’il n’avait pas eu de mal à mettre sa mission « oubliette » en marche. Il lui était facile de ne plus penser à elle. Il avait tant à penser et si peu de temps pour ça. Il avait tenu Ginny, volontairement et impitoyablement, au second plan. Parfois, et c’était plutôt fréquent ces dernières semaines, il se surprenait à penser que c’était mieux ainsi. Cette situation avec elle, il n’était pas capable de le supporter. Pas associé à ce qu’il vivait à cause de Jesse. Elle qui aurait pu être source de réconfort, de joie et d’espoir, elle n’était devenu qu’une nouvelle problématique qui le blessait. Elle avait été source de ses plus grandes joies à l’époque ou elle était son amie, puis petit à petit, devant l’impossibilité d’assumer et de montrer ses sentiments pour elle et devant sa peur de perdre Ron, elle était devenue source de ses soucis. Aussi, c’était elle, ou la blonde. Son cœur n’était pas capable de supporter les deux. C’était une bien triste affaire, mais ne pas y penser était plus facile qu’y faire face. Pour une fois, Harry avait décidé de ne pas être courageux. Il se consolait en se disant que de toute façon, ils ne s’étaient rien promis et surtout pas elle qui avait décidé de continuer sa vie au détriment de ses sentiments pour lui. Et au fond, elle avait eu raison. Il n’y avait pas d’avenir pour eux.
Il ne se doutait pas un instant que ses mots pourrait paraitre bizarre à Jesse. A vrai dire, selon l’interlocuteur et le degrés de connaissance de la situation par celui-ci, il pourrait très bien avoir plusieurs discours différents afin de ne troubler personne. Sauf qu’il était alcoolisé et qu’il disait avant tout ce qu’il pensait et ce qui lui passait par la tête !


« Elle n’est pas faite pour moi. Enfin moi ! Pour elle. Y a pas de questions à se poser ! C’est pas ça qu’il faut faire », il n’était pas très clair, certes, « C’est la sœur de Ron ! Et puis, elle est à Poudlard. Elle a d’autres occupations. Et moi aussi ! », il conclut par un retentissant : « C’est de toi que je me préoccupe en ce moment ! Toi et toi seule ! »

Une façon gênante de dire qu’il l’avait choisie elle ? En quelque sorte. Disons qu’il n’y réfléchissait pas. Est-ce qu’elle le comprendrait comme ça ? Etait-elle assez lucide pour ça ? Complètement partie dans sa tirade, il fit de grands gestes afin d’accompagner ses gestes. Il se renversa la moitié de son verre sur lui et l’autre moitié sur elle. Constatant sa maladresse, il se mit à essuyer les dégâts avec les mains avant de prendre les serviettes les plus proches.

« Merde, attends ! Je suis désolé ! Attends, ça sera plus facile comme ça », il sortit sa baguette, « Je vais utiliser un récurvite »

C’était le moment ou jamais de l’arrêter. Qui sait si il était encore capable de lancer le sortilège correctement …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Sep - 18:30
« Parce que je suis irlandaise et non anglaise banane ! Ouaiiiiis on ne dirait pas comme cela avec mes cheveux blonds, mais j'ai été bénit par les Leprachauns quand j'étais petite ! Si si ! C'est vrai je te jure ! Ils avaient des chaudrons d'or c'est pour ça que je ne suis pas rousse ! »

Des conneries ? Pourquoi arrêter en si bon chemin. L'alcool faisait des ravages. Boire, c'est mal. Avouons le pourtant : c'est fun ! Jesse-Rose se mit à rire de ses idioties ! Même si au fond elle avait raison. Elle avait la nationalité irlandaise et non anglaise. On oubliait souvent ce fait quand on la côtoyait puisqu'elle passait la majeure partie de son temps dans le royaume de la Reine Elizabeth II. Si elle avait vu juste sur sa nationalité, rien ne pouvait prédire le contraire pour les sélections de la Coupe du Monde. Harry et elle avaient fait un parcours non négligeable depuis le début de la saison ! Ils méritaient. Une irlandaise qui a abusé des boisons alcoolisés n'étaient pas beau à voir. Surtout Jessie. Elle passait du coq à l'âne, du rire aux larmes. Une terrible habitude qui lui avait valu des problèmes. En effet, parfois ce n'étaient pas des sanglots qui sortaient de son corps, mais des sortilèges impardonnables. Combien de fois avait elle dût faire les beaux yeux à ses professeurs de Durmstrang pour ne pas être punie ? Parlant de ses cauchemars et de ses doutes, ses peurs : elle se rendit compte qu'elle venait de briser l'ambiance légère qu'elle venait à peine d'instaurer. Jesse-Rose n'eut pas d'autre choix que celui de s'excuser. Offrir platement des excuses était véritablement la seule chose qui lui était venue à l'esprit. Heureusement, elle retomba sur ses pieds en proposant de rattraper le temps perdu. Pour cela, rien ne valait les questions habituelles. Avec leurs nombreux entraînements, ils n'avaient pas le temps de parler de leur vie privée. Inexistante pour Jessie qui était bien trop concentrée sur sa carrière. Qu'en était-il de son compagnon de boissons ?
Se souvenant alors que le nom Ginny avait plusieurs fois touché son ami, elle le ressortit en lui demandant comme cela allait entre eux. Après tout, peut-être que l'un des deux avaient réussi à faire le premier pas ? Jesse-Rose désirait les meilleures choses pour son ami, Harry méritait d'être heureux et puis un garçon comme lui ne devrait pas être seul. Le gloussement de son ami arqua le sourcil de la Princesse venant de Durmstrang. Jamais encore elle avait entendu ce son sortir de la gorge de l'attrapeur. Se joignant à lui, Jessie écouta la réponse avec attention. Elle espérait un scoop, le genre de truc qu'elle aurait pût vendre à Skeeter ! Pourtant, rien. Que dale ! Nada ! Déçu, elle retroussa son nez.

« Une éternité ? On a quitté Poudlard il n'y a pas si longtemps que cela nan ? »

Confuse, elle fronça ses sourcils. Cela faisait-il vraiment une « éternité » qu'ils n'avaient pas parlé ? Jesse-Rose n'avait absolument pas cette impression. Son esprit, embrumé de nouveau par ses questionnements se perdit. En un rien de temps, elle fut déconnectée de la réalité. Lorsque Harry reprit la parole, elle refit surface en clignant plusieurs fois ses yeux. L'alcool avait définitivement prit plus de place qu'elle pensait dans son organisme. Alors qu'elle allait répliquer que la jolie rousse n'était plus à Poudlard, elle s'arrêta. Abasourdie par cette confession, elle sentit son palpitant tambouriner dans sa poitrine. Estomaquer, elle ne sentit même pas la boisson renversé sur sa robe qui valait une somme dérisoire. En sentant les mains sur son ventre, elle baissa la tête et vit Harry tentant de réparer ses erreurs. Alors qu'il attrapa sa baguette, elle posa sa main sur son poignet. Jesse-Rose l'avait arrêté de justesse. Ils n'étaient clairement pas en état de jouer aux sorciers en cet instant. Ruiner encore plus sa robe n'était pas dans ses plans ! Elle ouvrit la bouche, mais rien ne sortit. Prenant une grande inspiration, elle balbutia :

« Laisse, je l'emmènerais au pressing demain. » Jesse-Rose n'avait pas rompu le contact. Elle le tenait toujours fermement l'empêchant de bouger sa main. « Tu ne devrais pas te préoccuper de moi. » Affirma-t-elle dans un rire forcé : « Saine d'esprit, je ne le suis pas. Tout du moins, pas assez pour avoir un Gryffondor à mes côtés. »

Une plaisanterie pour cacher une vérité. Si seulement Harry savait ce qui se passait dans sa tête la nuit... Il la regarderait différemment. Une psychopathe. Un chien de guerre dresser pour tuer. Depuis qu'elle s'était réveillée dans l'appartement d'Alice, elle refoulait une personnalité dérangeante.

« Stupide rivalité de Poudlard, stupide école inculpant la notion de sentiments. » Elle lâcha la main de son coéquipier pour reprendre sa coupe qu'elle avait posé à l'instant où il avait en quelque sorte avouée des sentiments pour elle. « Je ne serais pas là aujourd'hui si j'étais restée à Durmstrang. » Non, elle serait devenue une mangemorte comme ses camarades. « Moi je suis sûre que notre Capitaine elle a des sentiments pour toi. Elle est mignonne, intelligente et c'est une putain de bonne joueuse de Quidditch ! »

Détourner le sujet. Oui. Voilà son nouveau plan. Il ne servait à rien de parler d'ineptie. Son passé était incertain, il en était de même pour son futur. Jesse-Rose ne savait pas ce que lui réservait l'avenir. Peut-être qu'elle devrait laisser une chance à Harry, peut-être qu'elle devrait s'accrocher à lui plus intimement. Elle était en manque d'affection, certes, mais elle préférait se plonger dans la solitude que de perdre ceux qu'elle aimait. Une partie d'elle ne voulait pas souffrir. S'engager, c'était faire des promesses. Ces derniers temps, elle était une pitoyable amie. Sans quoi, Pandora ne serait pas rentrée chez les mangemorts et ne serait pas porté disparue... Si d'un côté elle tentait de se raisonner, elle ne pouvait s'empêcher de se crier pour elle-même qu'elle devrait en profiter. Que c'était justement parce que son avenir était incertain qu'elle ne devrait pas se mettre des barrières. Jesse-Rose regarda un instant la pièce, vit une tête blonde et faillit lâcher sa coupe. Drago était-il là ? Non. Non. Elle tourna son regard sur Harry et se concentra sur lui seul.


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1082
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Sep - 21:37
Si Harry avait été attentif, où si il avait pu l’être, il se serait rendu compte que ses paroles avaient troublé son amie. En effet, aborder la notion du temps qui passe n’était pas vraiment l’idée du siècle. Surtout avec une personne dont on avait effacé une partie des souvenirs. Sauf que, bien sur, Harry ne prêtait aucune attention à tout ça et il ne se rendit même pas compte qu’elle l’avait quitté par l’esprit un instant. Trop occupé qu’il était à se justifier. A éloigner à tout prit Ginny de cette conversation. Déjà parce qu’il n’était pas en état d’en parler convenablement. Il ne voulait pas dire du mal de la rousse, parce que malgré tout, il la respectait énormément. Et ivre comme il était, qui sait ce qui pourrait bien sortir d’entre ses lèvres … Et deuxièmement, parlé avec la femme que l’on convoite d’une autre jeune femme que l’on a convoité à un autre moment était tout à fait inapproprié. Et gênant. Bref, la combinaison des deux lui feraient surement dire des horreurs. Pour se justifier, pour éloigner la possibilité qu’il puisse encore s’intéresser à la rousse et pour lui rentrer dans le crâne que c’était elle qu’il voulait.
Visiblement, ce message-là elle l’avait à peu près capté car la jolie blonde sembla se décomposer. Ce que Harry ne remarqua pas non plus vu qu’il venait de renverser sa boisson sur Jesse. Alors qu’il voulut réparer les dégâts par magie, elle l’en empêcha d’un geste vif. Le bras coincé par sa poigne, il ne pouvait plus rien faire. Il se focalisa alors bêtement sur ce fait en écoutant vaguement sa réponse. Il était tout simplement bloqué sur cette main qui l’empêchait de bouger et il tirait dessus à intervalle régulier comme un enfant sur la jupe de sa mère. Il avait surement l’air d’un idiot à froncer les sourcils tel un gamin mécontent, les yeux fixés sur son poignet et la main de Jesse, en agitant son bras. Quiconque les aurait regardé à ce moment-là se serait demandé combien de gramme il avait dans le sang. Cependant, il revint « à la réalité » lorsqu’elle affirma n’être pas assez saine d’esprit pour un Gryffondor. A vrai dire, il ne voyait pas le rapport. Il s’apprêtait à lui dire qu’il savait déjà à quelle point elle pouvait être folle –deshibition oblige- vu qu’il l’avait vu tuer sous ses yeux, mais il n’en eut pas le temps. Fort heureusement, d’ailleurs. Manquait plus qu’il ne fasse éclater la vérité dans son esprit, brisant sur le coup le sortilège qu’ils lui avaient lancés. Et puis de toute façon, il était près à prendre le risque et ça aussi il lui aurait dit si elle n’avait pas continué sur sa lancé. Et du coup, il en oublia provisoirement tout le reste lorsqu’elle se mit à plaisanter au sujet de leur capitaine.

« De quoi ? »

C’est à cet instant seulement qu’il se rendit compte qu’elle l’avait enfin lâché. Il était à moitié au ralenti mais Jesse ne semblait pas s’en rendre compte, plongée dans ses pensées. Harry, quant à lui, cogitait sur ce qu’elle venait de dire. Mais d’où ça sortait ce truc ? Depuis quand leur capitaine s’intéressait à lui … ? Puis, lentement, très lentement, il finit par comprendre. Elle plaisantait. En fait, non. Elle changeait carrément de sujet. Qu’avait-elle dit auparavant ? Qu’il ne devait pas se préoccupé d’elle, un truc du genre. Il ne comprenait pas vraiment où était le problème. Il rangea sa baguette tandis qu’il répondit :

« Ah ah !! Tu me fais marcher. Elle était bonne ! Mais je ne te crois pas ! »

Il rit de nouveau amusé. Il l’imita ensuite et reprit son verre qu’il constata vide. Il le remplit une nouvelle fois et recommença à le siroter. Il avait déjà oublié la tache sur la robe de Jesse, et sa volonté de réparer les dégâts. De toute façon, s’était surement mieux ainsi. Il s’adossa tranquillement à la banquette et poursuivit, l’air sur de lui :

« Et tu sais pourquoi Jesse ? », il pointa un couple sur la piste de danse avec son verre, « Parce que c’est lui qu’elle aime ! »

Leur capitaine était précisément en train de danser avec leur batteur masculin et ils étaient plutôt proches. Sobre, il n’y aura pas fait plus attention que ça. Ils étaient en soirée et s’amusaient. Lui-même aurait très bien pu être à la place de son camarade sans pour autant que ça veuille dire quoi que se soit. Mais saoule, ils lui donnaient un prétexte pour la contredire et en plus, il avait beaucoup plus d’imagination.

« Regarde-les. Ils sont bien ensemble tous les deux tu ne trouves pas ? Personnellement, je suis sur qu’il y a strangulot sous gravillons ! Une super joueuse comme elle, et un batteur balèze comme lui, ça ne peut que marcher. On devrait tenter de les marier ma Jesse. »

Tandis qu’il parlait, son amie ne prêtait que peu attention à ses paroles, surement encore trop occupée qu’elle était de chercher dans la foule un autre homme, ce dont Harry ne se doutait pas un instant. Aussi, il ne se rendit même pas compte qu’il la coupait surement dans ses réflexions lorsqu’il passa un bras autour de ses épaules, celui tenant son verre. L’attirant à lui, il lui dit alors :

« Mais toi, tu changes de sujet. Tu crois que j’ai pas remarqué ? Dis-le carrément si je t'intéresse pas ! T'as peur que je t'oblige à danser avec moi comme eux ? »

Il lui fit alors un grand sourire, fier de sa connerie. Qu’est-ce qu’on peut être con quand on est saoule !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Sep - 20:30
Jesse-Rose devait trouver un échappatoire. Elle se sentait de plus en plus oppresser, comme si les murs de la salle se rapprochaient des uns et des autres pour l'écraser. Ce sentiment d'oppression était présent depuis qu'Harry avait clairement avoué qu'elle était number one sur sa liste. Il y avait quelque d'effrayant dans cette idée et en même temps d'attrayant. La jolie blonde était comme toujours contente d'attirer les regards et les soupirants. Pourtant, quelque chose la retenait de rentrer dans le jeu de la séduction. Non pas parce que c'était Harry, elle ne serait pas contre d'être sa petite-amie, juste qu'elle avait l'impression de trahir quelqu'un. Ce n'était pas son genre, certainement pas ! Elle avait beaucoup de défauts, mais pas celui-ci. Elle était fidèle. En amour, comme en amitié. Une fidélité à toute épreuve qui la perdrait. Jesse-Rose était pleinement consciente que sa perte serait précipitée par ses amis, notamment ceux fait à Poudlard. La plus parts de ses amis de Durmstrang étaient des mangemorts accomplis qui servaient royalement leur famille et le Lord. Une voie qu'elle aurait dû suivre. Elle a été élevée pour ça. Comme un porc qui allait à l'abattoir par obligation : sa place n'était pas du côté des gentils. L'Ordre n'était pas pour elle ; les Aurors ne lui feront jamais confiance ; l'Héritage lui rappelle trop l'idiotie, l'hypocrisie et la folie de son créateur : seuls les mangemorts pouvaient lui donner un avenir. Oui, mais voilà. Suivre cette voie c'était dire au revoir à ses amis. Jessie ne se sentait pas prête pour cela. Elle voulait croire que ce que lui avait raconté Bryan était un tissu de mensonges, que ses amis n'auraient pas osé la condamner ainsi. Etant donné programmer son enlèvement pour la sauver des mangemorts était ni plus, ni moins une condamnation à mort. Voldemort n'était pas connu pour son indulgence envers les traîtres. S'ils avaient réellement mis sa vie en péril : serait-elle capable de leur pardonner ?
Son esprit divaguait, elle tentait de faire comprendre à Harry qu'elle n'était pas la bonne personne à aimer. Pourtant, elle ne pût s'empêcher de sourire en le voyant agir comme un enfant pour tenter de se libérer de son emprise. Prétextant l'excuse d'être un serpent, puis de dire qu'elle n'était pas saine d'esprit. Si avec ça, l'attrapeur ne lâchait pas prise : c'est qu'il l'aimait comme un fou ! Tentant de réparer sa maladresse qui avait tâché sa robe, elle espérait l'avoir convaincu. Ses paroles le touchèrent, d'une façon ou d'une autre puisqu'il arrêta de se débattre. Changeant de sujet, une nouvelle fois, elle inventa une histoire créée de toute pièce vis-à-vis de sa capitaine et de ses sentiments. Jesse-Rose voulait attirer le regard et les sentiments d'Harry vers une autre personne. Elle avait bien trop peur des conséquences qu'auraient un quelconque écart avec l'attrapeur. Son plan tomba à l'eau, même si elle réussit à le faire rire. Elle accompagna d'ailleurs son ami. Quand bien même il avait bu, l'ancien Gryffondor avait encore bel et bien toute sa tête puisqu'il désigna un couple naissant sur la piste de danse. Les regardant quelques instants, elle eut un sourire en coin. Bizarrement, en cet instant, elle aurait aimé penser qu'elle avait la chance d'avoir cela aussi... Elle n'avait qu'à se tourner vers Harry, certes, mais l'idée de le perdre en ami valait de résister à cette tentation.

« GRAVE ! On pourrait même faire le mariage dans les airs ! Haaan ouais ! Puis l'entraîneur officialiserait l'union et tout ! Il faut qu'on leur propose s'ils sont encore ensemble demain ah ah chiche tu leur proposes ? »

Lança-t-elle un sourire aux lèvres. Jesse-Rose prit sa coupe et bu avant de tousser. Manquant de s'étouffer, Harry avait compris qu'elle avait changé de sujet, d'une part, mais qu'elle avait également passé sous silence l'attirant de l'attrapeur pour sa misérable personne. Elle essuya ses lèvres avant de frapper sa poitrine de son poings pour retrouver sa respiration.

« Mince ! Tu as découvert mon super plan de la mort qui tue ! Ah ah peur ? Tu sais à qui tu parles Potter ? J'ai pas peur, certainement pas de toi. Heureusement d'ailleurs ! Ça serait un mauvais signe ! »

Maintenant contre Harry, elle posa sa tête sur son épaule. Soupirant, elle dit sur un ton un peu plus sérieux, sourire en coin :

« Ça marcherait pas entre toi et moi de toute façon. On est bien trop différent, on vient de deux mondes parallèles. Puis... Puis... Euh... Un serpent ne pas s'alllier à un Griffon ! Cela ferait une créature bizarre ! »

Jesse-Rose déposa un baiser sur sa joue avant de s'écarter, de remettre ses chaussures et de se lever. Faisant le tour de la table, elle tendit ses deux mains tant bien que mal pour les proposer à Harry :

« Allez viens, je te raccompagne chez toi ! Tu n'es pas en état de voyager seul. »

Le batteur ne l'était pas non plus, qu'importe : elle avait l'impression d'être moins bourré. Ce qui était faux. Pourtant, elle rêvait de sortir, de rentrer pour enlever tout cet attirail et mettre des vêtements plus confortable avant de s'étaler quelque part et dormir.


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1082
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Sep - 0:15
Harry eut un sourire en coin lorsqu’il entendit Jesse tenter de lui faire croire qu’elle n’avait pas la trouille de ce qu’il lui proposait. C’est précisément pour cette raison qu’elle ne s’étouffait pas du tout avec sa boisson, d’ailleurs. Ni qu’elle n’était absolument pas crédible dans sa façon de parler. Il avait beau être dans un état plus que douteux, il n'était pas débile pour autant. Il voyait parfaitement qu’elle était mal à l’aise même si il avait mit du temps à s’en rendre compte. Le soucis, c’est qu’il n’appréhendait absolument pas la situation comme il l’aurait fait en temps normal.
Sobre, il se serait surement excusé, ou il aurait changé de sujet, mortifié à l’idée qu’elle ne réponde absolument pas à ses « avances ». Mais là, il faisait tout le contraire. Il insistait, lourdement, et de façon parfaitement volontaire. Il la taquinait et ça le faisait marrer. Son alcoolémie était le meilleur des thérapeutes pour lui. Il relativisait. Au pire quoi ? Elle le rembarrait et c’était tout ? C’était pas la mort. Ils étaient mal à l’aise quelque temps et tout rentrait dans l’ordre au bout de quelques jours. Ils pourraient même faire comme-ci il n’avait rien dis, si ça pouvait aider. Alors à quoi bon se taire ? Au moins s’était dit. Elle le savait. Et puis, ba si jamais il avait le bonheur qu’elle partage son envie, il serait surement le plus heureux des hommes. Ou un truc du genre.
Aussi, il ne put s’empêcher de répliquer à sa dernière phrase, indigné :


« Mauvais signe ? Ca veut dire quoi ça ?! Je suis un Potter, non mais ! On peut tout à fait me craindre ! Tu ne sais pas de quoi je suis capable, Jesse-Rose Greenwood … Tu devrais te méfier ! »

Au fond, il n’avait surement pas tord. Bien qu’il le disait sans arrière pensée véritable et pour simplement entrer dans son jeu. Il avait pourtant cette part de lui prête à beaucoup de choses, et pas forcément les plus admirable. Prête à ce genre d’actes par amour, par conviction, par impulsion et surtout, par égoïsme. Et le pire de tout, c’est qu’il était capable de les effectuer en se persuadant d’avoir raison de le faire. C’était précisément leur situation actuelle. Si elle était ici avec lui, et non au Manoir Malefoy avec l’héritier de cette famille, c’était justement parce qu’il était capable de choses dont elle n’avait surement pas idée. Il repoussait cette pensée, cependant. Ce qui était fait, était fait. Il ne pouvait le changer, il ne pouvait faire marche arrière. Il vivait donc avec, sans aucune censure. Ou alors, il vivrait dans le remord et la culpabilité. Il ne vivrait plus, tout simplement.

Lorsqu’elle revint sur un terrain plus sérieux, moins heureux, il redevint sérieux à son tour. Posé contre lui, il ne pouvait voir son expression mais il la devinait. Il avait parfaitement distingué son soupir défaitiste. Dommage pour lui, elle n’était pas du tout dans le même état d’esprit que lui. Une gestion différente des émotions sous le coup de l’alcool ? Surement. Ou alors, il se trompait depuis le début et elle ne ressentait rien pour lui. Bizarrement, l’idée lui fit mal mais il la prit avec philosophie. Prenant une gorgée de champagne, il prit quelque seconde avant de répondre.


« C’est parce que tu ne veux même pas l’envisager. On ne peut pas le savoir tant qu’on a pas essayé … », il était on ne peut plus sérieux, mais il ne put s’empêcher de rajouter avec un sourire en coin, « Et qui sait, peut-être que le Serpon aurait du succès ! »

Le Serpon ? Oui oui, la progéniture du Serpent et du Griffon. Ca n’existe pas ? Ba justement, c’est bien ce qu’il disait : tant qu’on a pas essayé, on ne peut pas savoir. Il eut alors une interrogation fugace : Comment en étaient-ils arrivés à en parler si sérieusement ? Ca avait d’abord été une soirée si peu sérieuse, si euphorique. Mais inévitablement, ses sentiments pour elle s’imposait, presque malgré lui. Ils s’imposaient toujours. Des mois qu’ils vivaient avec sans parvenir à les chasser. Ils rythmaient son quotidien.
Ils restèrent ainsi quelques secondes. Juste le temps pour lui de faire tourner le liquide pétillant dans son verre en savourant -sans le montrer- ce bref instant d’intimité qu’ils partageaient. Les rares fois ou ils avaient été si proches –physiquement- se comptait sur les doigts des deux mains. Peut-être même sur une seule. Et la plupart du temps, ils avaient finis par s’embrasser. Mais bref, il valait mieux pour lui qu’il évite d’y penser.
Il n’en eut pas l’occasion car elle rompit leur étreinte afin de remettre ses chaussures. Il comprit sans qu’elle le dise ce qu’elle avait en tête. D’une traitre, il avala le fond de son verre. Elle était déjà devant lui, lui proposant de le raccompagner avec le prétexte qu’il n’était pas en état de le faire seul. Il lui adressa un sourire ironique.


« Ah parce que toi tu l’es ? Qui de nous deux raccompagne vraiment l’autre, je ne sais pas … »

Pour autant, il accepta. L’euphorie était retombé, il ne repartirait plus dans l’ambiance ce soir. Attrapant ses deux mains, il s’en aida pour se lever. Une fois debout, il mit quelque secondes à stabiliser sa vision. Après un bref sourire, il se détourna d’elle et se dirigea vers la sortie et les vestiaires. Il garda sa main dans la sienne, cependant. Il ne prit même pas la peine de dire au revoir à son équipe. Ils ne s’en souviendraient surement pas le lendemain. Sans se poser de questions, il récupéra sa veste et laissa Jesse récupérer ses affaires, si affaire elle avait. Puis, il l’entraina dehors. Il avait l’impression de marcher droit, sans savoir si il se trompait. Une fois au grand air, il prit une grande inspiration. De quoi dessoûler efficacement. Après un bref moment de réflexion, il dit :

« On ferait mieux de rentrer à pied. Je n’habite pas très loin. De toute façon, on a trop bu pour transplaner, à coup sur on se désartibulerait »

Devant la fraicheur de la nuit, il lui mit sa veste autour des épaules. Un souvenir remonta alors à la surface. Un soir de fête dans le parc de Poudlard …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Sep - 16:04
Le batteur était mal à l'aise d'une certaine façon. Elle ne supportait pas parler de ce qu'elle ne pouvait pas avoir. Une relation intime avec Harry faisait partie de cette catégorie. Quand bien même elle le voulait, elle ferait tout pour résister. Elle savait que cela changerait bien trop de choses dans sa vie. Son père mort pourtant, il n'y a plus aucune raison de participer à des mariages arrangés. Malgré tout, une partie de sa personne ne pouvait se résigner à céder aux désirs qui naissaient dans le bas de son ventre et dans son coeur. Un nom revenait, Drago. Il la tuerait de ses propres mains s'il apprenait ces pensées, mais également que son ex fiancée était prête à succomber au charme d'Harry. Oui Jesse-Rose aurait aimé en cet instant se jeter dans les bras d'Harry, céder à la tentation pour l'embrasser. Un baiser, voilà ce qu'elle lui avait offert avant la Nuit-Rouge. Ils avaient gardé ce secret farouchement comme si ce dernier pouvait leur être enlevé. Avec les derniers événements, peut-être qu'il serait bon pour elle de rayer de sa vie tout lien avec son passé mangemort. Incluant de facto sa relation avec Drago. Devait-elle vraiment l'abandonner ? Après tout... Où était-il ? Ne suivait-il pas sa carrière ? Pourquoi n'avait-il pas prit contact avec elle depuis leur sortie de Poudlard ? Si au début Jessie avait éprouvé de la jalousie, l'imaginant au bras d'une autre blonde, elle avait rapidement enfermé ses sentiments. En posant sa tête sur l'épaule d'Harry, elle comprit qu'elle devait passer à autre chose.

« Bêta ce n'était pas péjoratif ! Au contraire, si tu étais mon ennemi : on ne pourrait pas être assis l'un à côté de l'autre. Je suis persuadée que tu es un sorcier redoutable, encore plus quand tu dois protéger des gens que tu aimes. Je le sais. »

Parce qu'il était un Gryffondor, car il avait démontré durant la septième année à Poudlard qu'il était prêt à se battre pour ses convictions. Jesse-Rose au contraire n'avait rien pût faire si ce n'est se pliée aux règles des mangemorts. La mélancolie prenait toujours la jeune femme quand elle avait un peu trop abusé de boissons alcoolisées. Un mal-être persistant qui l'avait empêché pendant longtemps de ne plus boire en soirée. Comprenant qu'elle avait gâché la soirée, elle se maudissait intérieurement. Au fond, elle n'aurait jamais dû laisser son capitaine chercher l'attrapeur. Il méritait d'aller s'amuser avec l'équipe et non de rester avec la déprimante Jesse-Rose Greenwood.

« Ou bien c'est parce que je l'ai trop envisagé... » Un rire aquilin sortit de ses lippes alors qu'il inventa un nom pour leur progéniture : « A Poudlard ? Sûrement ! On casserait les lois sociales de l'école ah ah après nous pleins de Serpentards et de Gryffondor s'aimeront... Raaaaah quand j'y pense j'en ai la larme à l'oeil, c'est tellement poétique. »

Restant ainsi, elle savoura le moment présent. Il y avait des moments comme ça qui resteront à jamais gravé dans sa mémoire. À dire vrai, tous les instants intimes qu'ils avaient eu était solidement dans son esprit. Jesse-Rose rompit ce moment en s'éloignant une fois ses chaussures mises. Prétextant qu'elle devait le raccompagner, un immense sourire se dessina sur son visage quand Harry lui retourna la question. Prenant un air innocent, elle leva ses épaules et se laissa entraîner par l'attrapeur. N'ayant pas besoin de passer par les vestiaires, elle attendit sagement qu'il ait récupéré ses affaires avant de sortir. Le froid et l'humidité prirent Jessie de court, qui se maudissait soudainement de ne pas avoir prit quelque chose à mettre sur ses épaules. Harry reprit la parole, sans dire un mot, elle suivi son ami. Lorsqu'il mit sa veste sur ses épaules, un sourire nostalgique illumina son visage :

« J'ai une impression de déjà-vu, pas toi ? » Jessie tourna sa tête tout en passant son bras autour de ses hanches pour marcher à ses côtés. « Tu sais, tu es l'une des personnes qui m'a le plus marqué, changé. Tu m'as appris à aimer, à vivre. Durmstrang était tellement... Différent. Il m'a fallu des mois pour m'intégrer à Poudlard et seulement quelques semaines pour comprendre qu'il manquait des personnes comme toi dans ma vie. » Elle laissa le silence retombé, puis le coupa de nouveau : « Moi aussi je tiens à toi... Sincèrement et d'une étrange façon. Je ne saurais mettre des mots sur mes sentiments, mais ils sont forts : n'en doute pas. »

Une confession non sans rappeler celle dite un peu plus tôt par l'attrapeur. Peut-être que dans une autre vie ils auront une relation durable et stable, avec des enfants qui joueront au Quidditch dans le jardin. Ils auront leur monde, loin de la guerre des clans.

« Merci de me raccompagner. »

Conclus-t-elle en se serrant un peu plus contre lui. Ne sachant pas où il habitait, elle se laissait guider par son ami. Jesse-Rose enverrait un hibou à Alice au petit matin pour la rassurer. Elle avait réussit à capter son attention quelques secondes avant de sortir de la boîte de nuit pour lui dire au revoir de loin.

« Alice n'était pas prête de partir ! Puis, c'est qu'on a une finale à gagner bientôt... Ensemble ! Il faut qu'on soit un peu sérieux. »


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1082
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Sep - 23:13
La réflexion de Jesse à propos de la veste sur ses épaules et les souvenirs que cela ravivait en elle fit naitre un sourire sur les lèvres de l’Attrapeur. Le simple fait qu’elle s’en souvienne et y pense au même moment que lui le rendait heureux. Il avait l’impression que cette fameuse soirée dans le parc de Poudlard remontait à si loin. Un an, certainement, à quelques semaines près. C’était ce jour-là qu’il avait commencé à prendre conscience de ses sentiments pour elle. Ils s’étaient disputés ce soir-là, le ton était monté mais finalement, ça les avait rapproché plus qu’il ne l’aurait jamais pensé. Sans cette soirée, ils ne seraient pas ici à cet instant. Sans cette soirée, il serait surement encore persuadé qu’elle n’était qu’une amie, un peu particulière pour lui, mais une simple amie. C’était ce soir-là que tout avait commencé.
Visiblement, repenser à ce souvenir semblait également la faire cogiter. Alors qu’elle se rapprochait de lui, passant un bras autour de sa taille, elle lui expliqua l’importance qu’il avait pour elle. Silencieux, Harry l’écouta tandis qu’il les guidait à travers les rues de Londres, enlacés. Apparemment, elle semblait dire que sans lui, elle ne serait pas la femme qu’elle est aujourd’hui. Sans surprise, cette idée lui fit plaisir. Il aimait penser qu’il avait une importance dans sa vie, et qu’il l’avait aidé à «grandir », à évoluer. A s’épanouir aussi, peut-être ? Il ne saurait le dire, même si elle lui assurait avoir appris à aimer grâce à lui, entre autres. Apprit à aimer, certes. Mais qui ? Lui ? Il en doutait. Son cœur était prit par un autre. Il le savait. Avait-elle ouvert son cœur à Malefoy un peu à cause de lui ? Si tel était le cas, il s’en mordrait les doigts encore très longtemps ! Pourtant, elle lui assura qu’il avait une très grande importance pour elle. Il aimerait tellement le croire. Pourtant, ne le repoussait-elle pas depuis le début de la soirée ? Ses paroles trouvèrent pourtant un écho en lui. Sans le savoir, elle nourrissait l’espoir qu’il entretenait. Pourrait-il envisager un nous ? Concrètement, ses sentiments dont elle ne savait définir les contours, pourraient-il les amener à quelque chose de plus sérieux et de plus stable que ce qu’ils vivaient depuis des mois ? Pourquoi n’avaient-ils pas le droit à ça ? Qu’est-ce qu’il l’en empêchait au jour d’aujourd’hui ? Il était extrêmement égoïste de sa part de penser ainsi alors même qu’il avait effacé une partie de sa mémoire. Pourtant, il ne pouvait s’en empêcher. Techniquement, rien ne la retenait plus. Elle était libre de faire le choix qu’elle voulait. Quelque chose la retenait, visiblement. Il eut envie de lui dire quelque chose ressemblant à « Visiblement, ça ne suffit pas », par rapport aux sentiments qu’elle lui portait, mais elle ne lui en laissa pas le temps.
Alors qu’elle le remercia de la raccompagner –ce qui le fit rire légèrement car à présent, c’était lui qui la raccompagnait et non plus l’inverse- il la sentit le serrer plus fort contre elle. Le bras autour de ses épaules, il suivit le mouvement et se rapprocha d’elle également. Ainsi enlacés, ils semblaient plus stables pour marcher. Ils n’avaient aucun mal à progresser au travers des rues. Une chance, les capacités d’orientation de Harry ne semblait pas endommagées malgré son état. Il savait donc exactement où il allait. Il pouvait se concentrer sur leur conversation, l’écoutant parler d’Alice et de leur prochain match. Il laissa son esprit emmagasiner et analyser les propos qu’elle avait tenu avant, ce qu’elles impliquaient et ce qu’elles provoquaient en lui.


« De rien. Je ne pouvais pas te laisser toute seule avec la Reine des Glaces, ça n’aurait pas été chevaleresque ! »


Il le disait simplement pour la taquiner. Il savait qu’elles étaient très amies et elle savait qu’il la supportait mal. Pourtant, si elle avait connaissance de leur alliance, qu’ils avaient réussi à s’entendre pour l’aider, elle serait surement fière d’eux. Enfin, si ça avait été pour tout autre chose, elle l’aurait sans doute été. Comme quoi, pour une cause que l’on pense juste, on est près à faire à peu près n’importe quoi avec n’importe qui. Si on lui avait dit un jour qu’il s’allierait avec Sullivan pour monter un plan destiné à sauver Jesse, il aurait éclater de rire. Encore plus si on lui avait dit que l’idée venait Kaysa et Sullivan réunit. Et pourtant … Sur ce coup-là, Sullivan était remonté dans son estime. Elle l’avait étonné. Il semblerait qu’elle pouvait penser à autre chose qu’à elle-même et qu’elle savait se montrer loyale et attentionné envers les gens qu’elle aime. C’était quelque chose que Harry respectait. Cependant, si il voulait rester crédible, il valait pourtant mieux se montrer naturel. Et de façon naturel, vanner Sullivan était monnaie courante. Il ne put s’empêcher de rajouter :

« En plus, qui sait quel drôle de type aurait pu t’aborder après mon départ ? Tu aurais pu tomber sur pire que moi ! Du coup, j’ai préféré t’emmener, on sait jamais. »

Son ton était léger, il était sérieux mais pour autant, il le disait avec humour. Certes, l’idée qu’un autre ait pu l’aborder après son départ lui déplaisait, pour autant, il avait bien conscience que c’était le genre de chose qu’il ne pouvait pas éviter. Même si il était jaloux, il n’avait aucun contrôle la dessus. Et pire, il n’avait aucun droit non plus. Mais ce soir, c’était avec lui qu’elle avait passé la fin de sa soirée. Il en était heureux. Il comptait en profiter le plus possible car c’était chose rare. Cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas fréquentés ainsi. Ce soir - ou plutôt cette nuit ?- il retrouvait leur complicité d’antan. Cela lui avait terriblement manqué, il s’en rendait d’autant plus compte à présent qu’elle était de nouveau là.
L’air frais de la nuit lui donnait des frissons, mais la chaleur de Jesse lui tenait assez chaud pour ne pas greloter. Il sentait son esprit moins embrumé, plus alerte. L’euphorie, caractéristique du lieu d’où ils venaient, était redescendue. Il se sentait de nouveau maitre de ses pensées, même si extérieurement, les signes de son état devaient s’observer au travers d’une certain lenteur dans les réactions, le regard vitreux ou encore des gestes discoordonnés. Alors qu’il évaluait leur position à mi-parcours de leur destination, il revint sur sa dernière phrase :


« Au fait, une finale à gagner ? Rien que ça ! On est qu’en quart pour l’instant, tu sais ? », il lui adressa une œillade moqueuse, « On doit encore rencontrer les Pies, et ça, ça va pas être de la tarte ! »

Oui, malgré son appartenance aux Tornades, il affectionnait toujours particulièrement l’équipe de son enfance. Une passion que son père lui avait transmit, une passion qu’il avait partagé avec sa sœur, Kaysa. Il redoutait réellement cette rencontre et, étant nouveau dans la profession et plutôt humble, il ne pensait sincèrement pas arriver en final. Il se battrait malgré tout de toute ses forces et il croyait en son équipe. Mais son côté terre-à-terre le forçait à voir les choses de façon objectives. Et objectivement, les Tornades étaient une jeune équipe et surement pas la meilleure du pays. Pourtant, il supposait qu’en disant ça, il allait réveiller chez elle son caractère combatif et son esprit de compétition et c’était précisément son intention.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Sep - 17:33
Jesse-Rose n'aurait jamais cru un jour être aussi sentimentale à l'évocation de souvenirs. Oh naturellement, elle en avait quelques-uns en réserve grâce à ses amis proches de Durmstrang. Néanmoins, son année et demie à Poudlard avait fait bien plus de ravages que celles dans l'école du Nord. Quand elle faisait le point sur cette dernière, elle avait appris à prendre un visage humain. Si au début elle pensait que cela lui servirait pour servir le Lord, elle s'est prise à son propre jeu pour aujourd'hui s'en mordre les doigts. Elle aurait tout accepté avant de la part de son père. Le mariage arrangé aurait été accueillie sans aucune rébellion, elle aurait été une parfaite épouse au service du mal. Le destin en avait décidé autrement. La voilà maintenant maudite avec des sentiments contradictoires et complémentaires à la fois pour trois hommes. Bourreau des coeurs, martyr de ses espoirs et de ses relations. Elle devait faire des choix. Nathaniel devait rester au rang d'ami, il est bien plus important d'avoir une âme sur qui se reposer qu'importe les événements, qu'un amant potentiel. Harry, son nom de famille la condamnerait à une lente et douloureuse agonie au sein des mangemorts. Si elle se savait loin d'eux, elle avait également conscience que l'ombre des mages noirs planait sur sa tête. Comme un prédateur se mouvant la nuit, ils pouvaient apparaître de n'importe où et mettre un terme à cette vie qu'elle ne pensait jamais embrasser. Combien de temps lui restait-il avant qu'elle ne soit contrainte de retourner dans le rang des mangemorts ? Trop peu sûrement. Les mangemorts n'aimaient pas les Potter, l'Ordre ou bien tous ceux qui leur sont liés. De plus, une part d'elle ne pouvait pas croire qu'un jour quelque chose de bon sortirait de cette relation. Ils venaient de deux mondes différents, complètement différent ! Quand ses parents le prenaient dans leurs bras pour lui dire bonne nuit, Jesse n'avait le droit qu'à la compagnie de sa nourrice. Oh nulle doute que cette femme l'aimait, mais ce n'était pas sa génitrice. Comment Harry pourrait un jour comprendre l'étendue de ses souffrances secrètes ? Qu'importe qu'il essaye, sa bonne volonté et sa patience sans fin : il y aura toujours un hic. Une incompréhension.. Cela brisait le coeur de Jesse-Rose de penser cela, de cracher ainsi sur une possible relation entre eux, mais elle avait appris depuis longtemps ce simple fait : la vérité est mille fois plus douloureuse que le mensonge. Nier pourtant l'influence qu'il a eut sur sa vie serait mensonge. Avec Nathaniel, ils lui ont appris que les Hommes n'étaient pas seulement un tas d'os liés par de la chair. Il y avait bien plus que cela.
Marchant dans les rues de Londres, elle se laissa aller pendant quelques instants pour pousser la tentation un peu plus loin. Comme si ce n'était pas assez difficile ! Maintenant proche d'Harry, ils marchaient à peu près droit : se soutenant à l'autre. Elle le suivait aveuglément, pour dire la vérité : elle se moquait bien où ils allaient. Comme les princesses des contes de fées, il y avait des soirées dont on ne souhaitait jamais une fin. Le remerciant d'être son chevalier servant, Jesse-Rose n'aurait eu aucun problème à rester toute la soirée avec Alice et la ramener chez elle. Elle aurait dormi sur son canapé et au matin elles auraient fait un debriefing de leur sortie. De vraies filles. Quoi de plus normal pour deux princesses n'est-ce pas ? Puis, il y avait des détails que la dirigeante de l'Héritage voudrait savoir. Probablement ! Le batteur allait prévoir une après-midi entière pour savoir tout ce qui s'est passé après qu'elle est quitté son amie. Lorsque son ami parla d'elle à la Reine des Glaces, un rire s'échappa de ses lèvres. Si Alice portait ce titre, elle n'osait imaginer comment Harry la surnommait. L'amour entre sa meilleure amie et le Gryffondor n'était plus à refaire. Ils ne seront jamais amis ou bien alliés dans l'esprit de Jesse-Rose. Si seulement elle savait... lorsque son ami se permit de dire qu'au moins elle ne repartait pas avec un homme pire que lui, un nouveau rire sortit ce sa gorge pour raisonner dans la rue vide dans laquelle ils marchaient.

« Ah ah le barman avait apparemment l'air intéressé par ma chevelure. Il m'a même donné son adresse pour qu'on corresponds ! »

Jesse-Rose n'avait pas fait exprès. Parfois elle ne pouvait pas retenir sa langue. En présence de ses connaissances de Poudlard, il était bien plus facile de s'exprimer. Son sourire ne voulait pas disparaître de son visage. Même si elle le voulait, elle ne pourrait pas. Comme le Quidditch faisait partie de leur vie maintenant, elle se permit de remettre sur le tapis ses espoirs pour son équipe. Même si cette dernière était jeune, elle aurait tout de même fait un beau parcours. Son entraîneur Peter, connu a Dursmtrang, avait créé une cohésion entre des gens d'horizons différents. Les Tornardes ont la moyenne d'âge la plus jeune de la coupe. Harry mentionna alors leurs prochains adversaires, ce à quoi la princesse du Nord leva les épaules de façon nonchalante :

« Cela va être dur pour toi parce que tu vas rencontrer tes idoles. Perso, les Pies ne me font ni chaud, ni froid et je vais les réduire en charpies avec ma batte ! » Contente de son jeu de mot, elle s'était éloignée de son chevalier servant pour imiter son coup de batte. « Je vais tout donner pour leur donner aucune occasion de marquer ! Comme ça, même si on perd et je touche de le peau de singe... » Elle toucha le bras nu d'Harry : « Je n'aurais rien à me reprocher et je serais heureuse d'avoir au moins eu la chance de jouer avec toi, cette année tout du moins. » Jesse-Rose avait pour projet de demander son transfert dans l'équipe de Bulgarie où un de ses amis nordique avait réussi à avoir le poste de batteur. « Pourquoi on parle de cela déjà ? On n'a pas encore perdu à ce que sache bon sang ! Tu as intérêt de tout donner contre les Pies ! »

Elle l'accusa du doigt, prenant un air sérieux pendant quelques secondes avant de rire à nouveau. Jesse-Rose ne repassa pas son bras autour de ses hanches, elle regarda autour d'eux puis demanda :

« Alors, où-tu habites mon attrapeur préféré ? Nathaniel sera là ? Cela fait un bail que je ne l'ai pas vu ! Tu sais comment il va ? La coloc se passe bien ? »


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1082
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Déc - 23:13
L’entendre se vanter d’éclater les Pies sans problème le fit rire. Elle prenait un peu ses rêves pour des réalités. C’était en tout cas l’avis d’Harry. Certes, elle saurait surement les surprendre tous, il n’en doutait pas un instant, pour autant, il connaissait bien trop le niveau des Pies pour savoir qu’ils n’allaient pas s’en tirer si facilement. Ils n’étaient pas la meilleur équipe du Siècle pour rien. Il se contenta pourtant de lui pincer le côté pour l’embêter en répondant à sa provocation :

« Le singe va se donner à fond mais il te dit qu’on va en chier ! »

Elle se mit à rire ce qui, comme à son habitude, lui fit ressentir avec force les sentiments qu’il éprouvait pour elle. Ils étaient arrivés devant chez lui. Concrètement, ils n’étaient pas au pied de la porte donc Jesse n’en avait pas encore conscience. Il profita de ce moment pour s’arrêter et se tourner vers elle en l’écoutant lui parler de son colocataire et ami, Nath.

« Ce que Nath fait le soir reste un mystère pour moi. Tu le connais aussi bien que moi, Nath fait ce qu’il veut quand il veut. Alors, de là à savoir si il est là. Je suis incapable de te répondre. »

Elle s’était éloignée de lui pour parler à grand renfort de gestes mais il se rapprocha de nouveau en se plaçant tout près, face à elle. Il la regarda d’un œil inquisiteur.

« Et au fait toi, c’est quoi cette histoire de barman ?! » demanda-t-il, une fausse accusation dans la voix.

Bien entendu qu’il n’avait pas oublié ce détail. Quelle idée ! Ce soir était leur soirée, et ils ne laisseraient rien ni personne se mettre entre eux. Quoiqu’il puisse se passer jusqu’au lendemain. C’était un peu idiot mais il avait la sensation que c’était la chose à faire. Une occasion de partager toute une soirée et une nuit avec elle ne se représenterait surement pas. Il s’interdisait de le penser, mais inconsciemment, il souhaitait sauvegarder leur tranquillité. Et puis, la taquiner était toujours amusant.


« Il t’a donné son adresse ? », il laissa deux secondes de silence en attrapant une mèche de ses cheveux, « Ta chevelure … Bon, ok, tes cheveux sont très beaux mais c’est quoi ce compliment à deux mornilles ? Il t’a regardé au moins pour ne remarquer que ça ? Il est fétichiste, tu crois ? » lui demanda-t-il un sourire coquin aux lèvres, « Bien une drague de barman ça ! »

Il imaginait déjà le type d’ici. Grand, charismatique, beau gosse, un dieu au service, un regard d’allumeur et une tchatche de branleur. Le genre de mec que Harry ne serait jamais. Du genre qui pourrait te piquer ta nana sans aucun scrupule. Même si techniquement, Jesse n’était pas avec lui et elle était libre comme l’air (Malefoy ne comptant plus à ce jour, bien sur). Mais encore une fois, cette soirée était pour lui leur soirée. C’est pourquoi il lui lança un regard espiègle en disant :

« Ma mission de ce soir m’oblige à te protéger de ce dragueur invétéré, je n’ai pas le choix. Il va falloir que tu me donnes cette adresse, Miss Greenwood !»

Il l’attrapa brusquement par la taille en l’attirant à lui et se mit à la chatouiller, faisant glisser sa propre veste des épaules de la blonde. Il n’avait aucune idée d’où elle pouvait avoir rangé cette adresse étant donné qu’elle était en robe. Et puis si ça se trouve, elle l’avait juste retenu de mémoire. En attendant, il comptait bien lui faire cracher le morceau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Déc - 12:51
Tout semblait plus simple, plus amusant quand l'humour rentrait dans la balance. Un rire était bien plus salvateur que les traitements donnés par les médecins moldus contre la tristesse et la mélancolie. Jesse-Rose avait appris à rire différemment durant son année à Poudlard. Une simple année, banale pour certains, mais qui a bouleversé l'équilibre déjà fragile qui se battait en son fort intérieur. Une lutte sans merci, sans vainqueur ; laissant juste des mutilations profondes et des cicatrices béantes. Goûter à la joie et la légèreté d'une vie qu'elle ne pourra jamais avoir était comme donne du pain à un assoiffé. Pourtant, et pourtant elle se trouvait au bras d'Harry à arpenter des rues inconnues encore. Sa raison lui disait de tourner les talons, de retourner dans son Irlande natale et de fermer la porte à ses émotions : dangereuses et nocives. Oui. Mais non. Elle ne pouvait pas. Jessie était bien trop attachée à cette joie qui l'envahissait en la présence de ses amis. Ils avaient fait d'elle une meilleure personne, une femme de pouvoir, mais également de confiance. Ils étaient sa force, la lumière de sa vie et tel un phare dans la nuit : elle suivrait leur lumière bienfaitrice. Nul doute que ses amis de Durmstrang ne supporteraient pas ce visage d'elle. Cela la peinait, mais son père lui avait appris qu'on ne pouvait pas tout avoir dans la vie. Il était évident qu'elle ne pouvait pas avoir la liberté d'être loin des mangemorts dans des conséquences lourdes et pesante dans sa vie de tous les jours. Alors, pour ne pas penser à tous les problèmes qui jonchaient la route qu'elle avait choisis pour sa vie : elle préférait taquiner Harry sur son équipe préféré. Idiote, elle ne l'était pas. La Princesse de Durmstrang savait qu'ils n'avaient aucune chance contre l'équipe des Pies. L'espoir faisait vivre n'est-ce pas ? N'était-il pas impossible pour elle de se détourner de son père ? La voilà pourtant. En vie, sans la marque sur son bras : vivant la vie d'une jeune fille de son âge. Joueuse de Quidditch, libre comme l'air qu'elle pourfendait avec son balai : pourquoi ne pas espérer vaincre la meilleure équipe du siècle ?

« Heureusement que je ne te laisse pas le choix alors hein Potter ? Cela pourrait être notre dernier match ensemble, je compte bien en profiter ! »


Harry s'était arrêté, elle se tourna donc vers lui. Nathaniel était son colocataire. Naturellement, Jesse-Rose savait ce détail. Elle avait tout de suite repéré ce tombeur bleu et argent. Ils étaient complémentaires, similaire : un duo de choc. Malheureusement, comme beaucoup d'histoire tragique, elle s'était fait prendre à son propre jeu. Après Fréderick, il avait été le premier homme pour qui elle ressentait des sentiments forts. Elle les avait enterrés avec raison pour ne pas spoiler une amitié naissante. Elle ne cessera jamais d'être ambiguë avec lui, même mariée avec des enfants. Parce que certaine chose n'était pas faite pour changer. Aussi certainement qu'elle gardera autour d'elle Harry, Kaysa et Alice.

« Oh oui ça je sais, je pensais tout de même qu'il se confierait à son coloc ou devrais-je dire son compagnon d'infortune. »

La jalousie ne tarda pas à exploser dans la bouche d'Harry qui lui demanda plus d'information sur ce concurrent. Jesse-Rose se mit à sourire. Il ne fallait pas se leurrer, les femmes aimaient la compétition qui pouvait se créer pour avoir la chance d'être un soupirant. Elle n'échappait pas à la règle. Se faire désirer oui, mais toujours avec modestie et humour pour ne pas tomber dans les filets du narcissisme. Après le baiser échange à son retour de l'enfer, elle avait compris qu'entre eux il y avait plus que de l'amitié. Une vérité dérangeante, qu'elle avait nié corps et âme avant de l'embrasse le temps d'une ellipse dans sa vie d'adolescente. Avant de devenir une adulte responsable. Si tout était flou après, elle savait qu'elle devait résister à la tentation de goûter ses lèvres. Décidant de garder le silence, elle pinca ses lèvres et d'un air espiègle hochait négativement de la tête. C'est alors que l'attrapeur passa à la vitesse supérieure et l'attira contre lui pour commencer à la chatouiller. Enivré par l'alcool dans son sang, elle se mit à rire aux éclats tout en tentant de se débattre. Le mouchoir, elle l'avait glissé dans le haut de sa robe. Impossible donc pour Harry de la trouver à moins qu'il ne décide de la déshabiller là, maintenant, tout de suite. Reculant pour s'échapper de son étreinte, elle glissa sur la veste et du haut de ses talons aiguilles tomba à la renverse ; se retrouvant en dessous son ami.

« Serais-tu jaloux d'un inconnu Harry ? » Arriva-t-elle à articuler la jolie blonde qui ne sentait pas la douleur qui commençait à monter dans sa colonne vertébrale. Poussant son ami, elle abandonna rapidement savourant le froid du sol humide sur sa peau. Tenant de reprendre son souffle, elle continuait de rire aux éclats pourtant, étant bien incapable de s'arrêter. « Des fois je me dis qu'on réagit comme un vieux couple marié depuis des années ! Je te donne son adresse si tu te lèves ! »

Jesse-Rose eut le malheur de plonger son regard dans le sien. Comme dans les grands films Hollywoodiens, elle se retrouva dans la situation embarrassante qui menait généralement à un baiser. Calmant sa respiration, elle eut un sourire en coin et tout en posant ses mains sur ses joues souffla :

« Il faut que l'on rentre. On va attraper la mort si on reste sur le sol comme ça. »


Être rationnelle, en voilà une bonne idée ! Parce que oui elle avait envie de l'embrasser, d'être avec lui, à ses côtés, mais quelque chose la retenait. Sa conscience sûrement. Laissant le silence s'imposer de lui-même, son coeur tambourinait dans sa poitrine. Pourquoi avait-elle l'impression de ne pas avoir le contrôle sur son corps et ses émotions. Serait-ce l'alcool ou bien un désir secret de ne faire qu'un avec le fils de James Potter ? Ne souhaitant pas le savoir, elle ferma la porte à sa douceur et tenta une nouvelle fois de se libérer.


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1082
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Mai - 18:40
Harry ne comprit pas ce qui se passait avant de se retrouver étalé de tout son long sur la blonde. Oui oui, sur elle, carrément tout contre son corps. Il sentait ses courbes contre son torse. Alors qu’elle éclatait de rire, il mit quelques secondes avant de la rejoindre dans son hilarité. Sa première réaction fut purement masculine, ses pensées entièrement tourné vers leur position. Ils étaient littéralement couchés l’un contre l’autre. Elle venait de glisser sur sa veste tombée au sol et l’avait entrainé dans sa chute sans qu’il ne puisse rien y faire.
L’alcool le rendait lent à comprendre et ses reflexes étaient ralentis. Mais son euphorie était également décuplée. C’est pour cette raison qu’il était mort de rire par terre alors qu’elle tentait de le repousser. Un rien l’amusait, un peu comme un enfant. Elle lui avait répondu entre deux éclats de rire et la question provoqua chez lui de nouveaux spasmes d’hilarité. Lui jaloux ? A peine.
Il se reprit progressivement tandis qu’elle lui fit cette réflexion sur leur prétendu comportement de vieux couple. C’est vrai qu’il réagissait comme-ci il était son petit ami. Elle n’avait pas forcément tord. L’idée qu’elle ne parlait pas seulement de lui mais aussi d’elle, lui plaisait. Un rictus satisfait apparu sur ses lèvres sans qu’il n’essai de le cacher.


« Est-ce que ça veut dire que je ne suis pas le seul à être jaloux? »

Ainsi, collé à lui, elle avait tout le loisir de voir son air taquin. Il avait comme l’impression qu’il n’avait pas tord et il voulait qu’elle l’avoue. Il venait de confesser sa jalousie, peut-être serait-elle plus apte à faire de même ? Il se surpris de nouveau à penser qu’il pourrait espérer plus qu’une simple amitié. Mais il se freina immédiatement dans ses espoirs. Il refusait de s’emballer. Il avait passé trop de temps à envisager qu’il ne puisse rien y avoir entre eux. Il ne voulait pas que l’espoir qui l’habitait anéantisse tout ce travail. Il n’aurait surement le droit qu’à cette soirée, il ne devait pas l’oublier.

Elle lui proposa un marché destiné à le forcer à se relever mais il n’y répondit pas car elle plongea soudainement son regard dans le sien. Il sentit immédiatement une tension entre eux. Il eut une furieuse envie de l’embrasser. Et quelque chose lui disait qu’il n’était pas le seul. Elle semblait vouloir se contrôler, cependant. Après un moment, elle reprit la parole dans l’espoir, sans doute, de casser l’alchimie qui se créait entre eux à cet instant précis.
Ses mains sur son visage ne l’aidèrent pourtant pas à reprendre ses esprits. Il avait de plus en plus envie de sentir ses lèvres sur les siennes. Son souffle. Sa respiration s’accéléra. Il eut comme une impression de déjà vu. Cette fois-là aussi elle avait encerclé son visage de ses mains. Et puis, c’est lui qui avait fait le premier pas. Aurait-il le courage de le faire aujourd’hui encore ?

L’écouter parler de probables derniers moments ensemble, dans la même équipe, lui avait déplu. Il avait l’impression qu’elle s’apprêtait à lui dire adieu. A dire adieu aux Tornades ? Il commençait à croire que oui. Il détestait cette idée. C’était étrange comme chaque moment passé seuls tous les deux prenaient un caractère d’urgence. Un arrière gout d’amertume. Une affreuse impression de dernière fois.
C’est cette pensée qui le décida. Alors qu’elle commençait à vouloir se dégager, il attrapa à son tour son visage afin de l’immobiliser et l’embrassa fougueusement. Les sensations qu’il ressentit l’envahirent comme un ras de marée. Cette sensation urgente, commune à leur premier baiser, était plus que jamais présente. Il ne laissa pas le temps à Jesse d’avoir une quelconque réaction, cependant. Il eut soudain l’impression de faire quelque chose de mal. Il rompit le baiser précipitamment :


« Merde ! » souffla-t-il pour lui-même.

Il en avait plus envie que jamais mais une fois encore, il ne lui laissait pas le choix. Si il devait se passer quelque chose, c’était elle qui devait le décider. Il savait qu’il avait trop bu et qu’il ne se comportait surement pas comme il aurait fallu. En plus, à tous les coups, il avait une haleine chargée d'alcool atroce. La grande classe !
Il la regarda une nouvelle fois dans les yeux, attendant sa réaction. Est-ce qu'elle allait le frapper ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Juin - 19:36
En un instant, Harry se retrouvait sur elle. Ce n'était pas tant son poids sur sa cage thoracique qui la dérangeait. C'était sa proximité soudaine avec l'attrapeur. Gênée, confuse de temps de ressentir autant de chaleur dans son bas-ventre tandis que son coeur battait à tout rompre : elle aurait aimé écouter la voix de la raison et le repousser. Cependant, elle ne fit rien. Elle resta ainsi, préférant rire que de prendre au sérieux cette situation... Les picotements dans le ventre qu'elle ressentait devaient être dus à l'alcool. Non pour une autre raison. Harry et elle ? Une histoire impossible, aussi tragique que celle de Roméo et Juliette. Jamais ils ne pourraient s'entendre. Ils n'ont pas été élevés de la même façon et bien au de-là de cela : Jessie avait des idéaux bien différents de Potter. Un fait constaté et vérifié même dans l'enceinte sécurisante de Poudlard. Malgré tout, ce soir plus rien ne comptait. La seule chose qu'elle pouvait voir maintenant était ses deux yeux bleus ainsi que ses lèvres délicieusement sublimés par la lumière artificielle. Oui. Parfois, elle avait l'impression d'être en couple avec lui. Surtout depuis qu'elle avait des trous de mémoire. Cela lui semblait presque normal, et anormale à la fois. Une étrange contradiction qui torturait les plus douces de ses nuits. Parce qu'il y avait toujours cette impression qu'ils ne devaient pas être ensemble. Qu'une autre vie l'attendait, loin des bras sécurisants d'Harry. N'arrivant cependant pas à trouver l'origine de ces idées, elle préférait se consacrer au présent bien plus plaisant que ces spéculations sans queue, ni tête. Demandant sournoisement s'il était jaloux, elle connaissait déjà la réponse. Cependant, elle ne s'attendait à pas à ce qui lui pose également cette question. Ce à quoi elle articula :

“Je ne veux que ton bonheur Harry. Rien d'autre ne compte. Même si cela veut dire être loin de toi.”

Et c'était vrai. Jessie aurait réellement été prête à tout pour sauver Harry, pour lui donner une vie meilleure : loin des conflits entre mangemorts et aurors. Elle ne le pouvait pas cependant. Jesse-Rose était bien loin des superhéros que l'on trouve dans les comics moldus. Certes, ils avaient des supers pouvoirs, mais elle avait appris à utiliser les siens au service du mal contrairement à son collègue. Le froid du sol ne fut bientôt qu'un mauvais souvenir. La seule maintenant qu'elle pouvait sentir était la chaleur qui avait maintenant un contrôle total sur les fibres de son être.
Harry ne répondit pas à sa proposition. Il resta camper sur elle, son regard dans le sien. Ses joues s'empourpraient à vu d'oeil et elle savait d'emblée que ce n'était pas à cause de l'alcool. C'était une autre forme d'ivresse, celle que le nectar en bouteille ne pouvait pas procurer. Le genre de sensations dont on se laisse complètement aller sans vraiment résister. Son visage entre ses mains, elle avait escompté l'espace de quelques secondes que cela allait arrêter toute tentative de baiser. Comment elle le savait ? D'une, elle n'était pas née de la dernière nuit, deuxièmement parce qu'elle se souvenait parfaitement de leurs derniers moments ensemble avant la Nuit-Rouge, troisièmement parce qu'elle avait envie de sceller ses lèvres aux siennes. Une douloureuse et obsédante envie. Tentant de revenir à la réalité, elle avoua son désir de quitter les Tornades. Non pas qu'elle ne les aimait pas, mais elle ne supportait plus croiser tous les jours Harry sans pouvoir être avec lui. Quelque chose lui disait qu'elle avait besoin d'un nouveau départ... Le repoussant de façon peu convaincante, c'est Harry qui fit le premier pas.
Surprise, confuse... Jesse-Rose n'empêcha pas ses lèvres de répondre au baiser du sorcier. D'abord timidement avant d'y mettre toute la passion qui la caractérisait. Ses mains migrèrent de ses joues à sa nuque pour l'attirer un peu plus contre elle. Une fois lancée, surtout lorsqu'elle était alcoolisée, elle avait beaucoup de mal à s'arrêter. Jurant tout en s'éloignant d'elle, elle fronça ses sourcils avant de soupirer.

“Harry... Tu es un idiot...”

Sur ces mots, ce fut elle qui l'embrassa. Oui. Pour une fois, ce fut elle qui alla à l'encontre de ses lèvres. Cependant, des rires derrière eux la firent réagir. Ils étaient toujours allongés sur le bitume froid de la rue. Rompant le contact, elle poussa gentiment Harry pour se relever et replacer les pans de sa robe avec sa main. Il s'en était fallu de peu.

“Alors... Il est où ton appartement ? Je commence à avoir froid...”

Une excuse comme une autre... Elle glissa sa main dans la sienne pour entrelacer ses doigts avant de déposer un baiser dans le creux de son cou, remonter tout en embrassant sa peau albâtre pour arriver jusqu'à sa commissure des lèvres. Cependant, elle ne résistait plus à ses envies. De nouveau donc, elle se retrouva coller contre son corps : à l'embrasser. Toute la retenue qu'elle avait gardé durant leur éducation à Poudlard, toutes ces pensées secrètes se voyaient maintenant être révélées au grand jour. Harry serait à elle ce soir. À aucune autre femme.


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1082
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Sep - 17:34
Un idiot ? Vraiment ? Il en oublia vite l’insulte car de nouveau ses lèvres rencontrèrent les siennes. Son cœur fit une embardé avant d’accélérer comme un furieux. Il s’était attendu à une claque. Mais elle l’embrassa à son tour. D’abord tendrement, puis plus passionnément. Il commença à s’emballer. Ses mains sur sa nuque. Ce baiser plein de fougue. L’alcool, l’excitation, la fatigue et la frustration de ses dernières semaines. Tout ces détails décuplaient son ressentit. Il ne l’avait jamais aimé plus qu’en cet instant. Elle était magnifique. Affolante. Il avait le sentiment que son cœur allait s’arrêter sur le champ.
Malheureusement pour eux, quelqu’un arrivait et ils durent stopper net leur étreinte. Flute ! Mais qui étaient ces idiots ? Ils étaient en train de gâcher l’un des meilleurs moments de son existence. Bon, ok, il s’emballait un peu vite. Un grognement frustré lui échappa tandis qu’il se releva en vitesse en même temps que Jesse. Alors qu’elle replaçait sa robe, il regarda passer les auteurs des rires. Un groupe d’amis, revenant de soirée, surement. Ils n’avaient pas l’air en meilleur état qu’eux. Ils paraissaient même encore très imbibés, contrairement à eux. Il reporte son attention sur la batteuse lorsqu’elle l’interrogea sur son appartement. Tandis qu’elle se rapprochait de lui, il observa leurs mains s’entrelacer.


« Juste ici, en fait … » répondit-il tout bas en remontant son regard vers son visage.

Il n’eut pas vraiment le temps de lui montrer le pas de porte à quelques mètres. Car déjà, il sentait les lèvres de la blonde déposer de multiples baisers dans son cou. Jusqu’à ses lèvres à lui. De nouveau, son corps se rapprocha du sien, ou bien était-ce l’inverse ? Il ne savait plus. A ce moment-là, il ne voulait plus se poser de questions. Il s’en était déjà posé trop ces derniers mois. Aujourd’hui, tout était clair. Il la voulait. Elle le voulait. Ils étaient ensembles, ils étaient seuls et ils avaient la nuit devant eux. Rien ne s’opposait à ce qu’ils s’unissent cette nuit.
Leur baiser se fit plus passionné. Les mains d’Harry étaient partout. Elles caressèrent son visage puis l’une d’elle alla se perdre dans ses cheveux tandis que l’autre descendit le long de son dos. Il la rapprocha encore plus de lui. Ils s’étaient déjà embrassé par le passé. Une fois. Mais ça avait été leur seul baiser, et le contexte ne leur avait pas vraiment permis d’en profiter. Aujourd’hui était donc une grande première, en quelque sorte. Il pouvait sentir son odeur. Vraiment. Pas seulement en sentir les effluves par erreur, au détour d’une conversation. Il pouvait sentir la douceur de sa peau. La forme de son corps, ses courbes sous ses mains. La texture de ses lèvres. Mieux, son gout sur sa langue.
Il perdait pied. Il était clair que si il ne se calmait pas tout de suite, il allait faire quelque chose qu’il ne devait pas faire au milieu d’une rue. Il rompit donc le baiser, contre son propre grès. Il ne put s’empêcher d’en déposer de nouveau sur ses lèvres puis sur sa joue et enfin dans son cou. Puis, se forçant à se calmer, il se décala légèrement tout en la gardant dans ses bras. Il la regarda quelques instants. Elle était magnifique. Et il en avait rien à faire si il avait l’air d’un canard à le penser, c’était la vérité. Les joues rosies par le froid et l’excitation, elle avait les cheveux dans tous les sens. Déjà parce qu’il sortait de boite et aussi parce qu’ils venaient d’y foutre le bordel. Il eut un léger sourire mais tut ses pensées. Chevelure folle ou pas, elle restait très belle et il était fou d’elle.
Finalement, il finit par lui dire :


« Viens, on monte, tu vas attraper la mort à rester là. »

Cela lui fit penser à sa veste qu’il avait mit sur ses épaules pour la protéger du froid. Cette dernière était toujours au sol. Il la ramassa, l’épousseta et la reposa sur les épaules de la blonde. Puis, après un dernier baiser sur ses lèvres, il lui prit la main et l’entraina vers la porte de son immeuble. Ils passèrent le pas de la porte et cette dernière se referma derrière eux en un « clac » caractéristique. Les festivités de Londre pouvaient bien continuer sans eux. Ils l’abandonnait pour leur bulle de bonheur. Ils s’aimeraient cette nuit. Qu’importe ce qui les attendait demain …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» WILL + Une soirée de retrouvailles plus qu'arrosée ?
» Des retrouvailles tragiques...
» Harry Vederchi [Pouffy]
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Avril-Juin 1999-
Sauter vers: