RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Avril-Juin 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I need your help ♦ Katlyna

avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Sep - 14:41

I need your help
▽ Katlyna Wellington & Bryan Levinson


Si un jour on lui avait dit qu’il se retrouverait dans les couloirs de Sainte-Mangouste à attendre plus ou moins patiemment la venue d’un médicomage, Bryan aurait très certainement éclaté de rire avant de lancer quelques doloris sur l’auteur de cette plaisanterie de mauvais goût. Et pourtant, c’était bel et bien ce qu’il était en train de faire en ce moment-même. Plus tôt dans la journée, alors qu’il tentait de ramener Jesse-Rose à la raison, il était malencontreusement tombé sur Gabriel Ollivander, son pire ennemi du moment. Un inévitable affrontement s’en était suivi, mais alors que la victoire était toute proche, un foutu auror avait surgi de nulle part et avait frappé Bryan dans le dos. Le sortilège méconnu l’avait pétrifié mais avait également fait naître en lui une douleur si vive et déchirante qu’il avait l’impression qu’on lui arrachait la chair au couteau. Même après avoir torturé l’auror, celui-ci refusait obstinément de lui révéler la formule du contre-sort qui pourrait lui sauver la vie. Plus les minutes s’écoulaient, plus Bryan sentait ses forces s’amenuiser. La douleur n’avait de cesse de gagner du terrain et cela le rendait fou. Coupant court à l’interrogatoire qu’il était en train de mener, il s’était enfin décidé à agir. Malheureusement pour lui, peu de choix s’offraient à lui. D’ordinaire lorsqu’un mangemort était trop blessé pour pouvoir se passer de soins médicaux, il allait rendre visite à Severus Rogue, qui parvenait toujours à faire des miracles avec ses potions. Mais au vu des récents évènements, Bryan préférait éviter tout contact avec son collègue aux cheveux gras. Premièrement, la famille Rogue avait soulevé de nombreux questionnements au sein des mangemorts, remettant en cause la confiance que tous accordaient à Severus. Deuxièmement, il se trouve que Bryan avait eu une altercation avec Alicia, qui s’était plutôt mal terminée pour l’épouse de Severus. Il ignorait toujours si celle-ci avait parlé ou non de cette rencontre houleuse à son mari. Mais même si elle ignorait son nom, il lui était encore possible de le décrire physiquement, et si Bryan venait à être démasqué, il aurait alors du souci à se faire. Non, il ne craignait pas Severus, mais il s’en méfiait suffisamment pour ne pas prendre le risque de lui confier sa propre survie. Ainsi, ne lui restait-il qu’une seule et dernière option. Une option, qui lui déplaisait fortement et qui avait toutes les chances de se transformer en échec. Car après tout, pourquoi une anarchiste accepterait de venir en aide à un mangemort ? La simple idée de devoir s’abaisser à quémander le soutien de Katlyna l’énervait au plus haut point. Ce n’était pas dans ses habitudes d’avoir besoin de quelqu’un, d’un ennemi qui plus est. Il avait beau avoir passé une agréable soirée en compagnie de la vélane, elle n’en demeurait pas moins une partisane du camp opposé. Et puis, leurs chemins ne s’étaient jamais recroisés depuis, il se pourrait donc que la jeune femme ne se souvienne même pas de lui. Toutes ces raisons l’avaient conduit à hésiter pendant de longues minutes, mais plus le temps passait, plus sa blessure lui rappelait qu’il était peut-être en danger de mort. Et c’est ainsi, qu’il avait fini par transplaner devant l’hôpital de Sainte-Mangouste. À son arrivée, il dut s’appuyer contre le mur d’enceinte afin de ne pas s’écrouler au sol. La douleur lancinante associée à l’écœurante sensation du transplanage lui confirmèrent qu’il avait finalement eu raison de se rendre ici. Prenant une longue inspiration, il passa les portes de l’hôpital, tout en priant mentalement pour ne croiser aucune de ses victimes susceptibles de le reconnaître – bien que la plupart de ses victimes soient mortes et enterrées.

« Il faut que je vois Katlyna Wellington. C’est urgent. »

La dame se tenant derrière le bureau de l’accueil lui jeta un regard équivoque. Et pour cause, si pour une fois Bryan n’avait aucune trace de sang sur lui, son visage était livide, sa respiration haletante et sa cape portait encore des cendres de l’incendie que l’auror avait déclenché.

« Je regrette mais à cette heure-ci, le docteur Wellington est certainement rentrée chez elle. Elle n’est pas de garde ce soir. »

Se retenant d’afficher ouvertement sa colère, Bryan était sur le point de lancer un impero sur son interlocutrice afin de lui faire envoyer un hibou à Katlyna, lorsque du coin de l’œil, il aperçut une cascade de cheveux blonds se diriger vers la sortie. Détournant alors subitement son attention de la secrétaire, il appela Katlyna avant de s’avancer vers elle aussi rapidement que possible. Cette fois-ci, il ne l’avait pas prise pour une autre, il ne l’avait pas confondue avec sa propre fille.

« Bonsoir, Katlyna. Je sais qu’il est tard, mais… j’ai besoin de ton aide. »

Ces derniers mots faillirent lui rester en travers de la gorge, les prononcer s’était avéré être une véritable épreuve pour l’égo de Bryan, qui ne s’en remettrait certainement jamais. Mais ce soir il n’avait plus le choix, cette anarchiste dont il méprisait les idéaux constituait sa seule et unique chance de s’en sortir. En pensant à ce qu’il pourrait lui arriver si elle refusait de le soigner, Bryan chancela et dut une nouvelle fois se retenir au mur pour conserver l’équilibre.

« S’il te plait. »
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Sep - 13:58

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




La clameur environnante commençait à décroitre, l'agitation toujours palpable dans ses nombreux couloirs, se calmait. Tous ces petits éléments étaient les signes avant-coureurs, annonçant que le soleil avait continué sa course. La luminosité de la pièce avait changé tout le long de la journée, celle-ci touchait à sa fin. En tout cas, il sera bientôt temps pour Katlyna de plier bagage et de profiter d'une soirée paisible, dans sa demeure. Enfin, c'était encore à voir. Parce que entre ces obligations à honorer à Sainte-Magouste, les potions qu'elle préparait chez elle pour soigner les anarchistes et les aides qu'elles apportaient, elle avait peu de temps pour se tourner les pouces. Son regard bleuté se leva vers une horloge présente dans son bureau, indiquant qui lui restait un petit quart d'heure pour boucler l'administratif qu'elle faisait. Chaque soir, il était important de dresser un rapport des avancées, ou de ce qu'il avait été fait pour chaque patient. Certains le faisaient au moment même, d'autres le soir, d'autres encore le matin avant de débuter. Comme on voulait. L'heure tapante, elle clôturait sa rédaction, posant la plume et rebouchant l'encrier. Les parchemins remplis de son écriture fine étaient complétés. Elle avait rassemblé ses affaires, salué sa collègue qui faisait la nuit avant d'aller poser tout cela sur le bureau de son supérieur hiérarchique. Tout était enfin en ordre, elle allait pouvoir partir d'ici. Rapide passage au vestiaire pour troquer sa blouse aux insignes de l'hôpital sorcier, contre le léger pull qu'elle avait pris avec. Nous étions en été, même si la température avait baisé depuis le zénith, il faisait toujours agréablement tiède. Contente de se débarrasser de l'élastique qui rassemblait sa crinière blonde, elle secoua un peu la tête, passant les mains pour les défaire. Merlin qu'on était mieux comme ça.

Elle voulut sortir et c'était toujours à cet instant que l'hécatombe arrivait, que quelque chose vous empêchait de profiter pleinement de ce repos mérité. Hé elle était là depuis tôt ce matin, elle! On l'avait même rappelé en urgence parce qu'on n'arrivait pas à joindre une autre. Un médicomage plus jeune, brun, arrivait en trombe, il avait foiré une potion, on en avait plus de stock. Son regard chercha un instant un échappatoire et dans un grognement, elle prit la direction de l'endroit. Une heure s'écoula avant qu'elle ne puisse rattraper, ou plutôt refaire un stock suffisant pour tenir la journée du lendemain. Évidemment, personne ne viendrait lui payer ces heures supplémentaires hein, rahh. Elle avait glissé sa baguette dans une des poches avant de se diriger vers la sortie. Son estomac commençait d'ailleurs à protester sur ces sautes de repas et le retard de l'heure de manger. Enfin, le couloir de Sainte-Mangouste, les portes vitrées, la sortie. La Bulgare n'avait pris attention à tout ce qui se trouvait autour d'elle, ni au monde qui était présent à l'accueil. A vrai dire, il y avait toujours des gens, qu'importait l'heure. Ce n'était plus de son ressort, depuis presque une heure. D'un pas décidé, ses cheveux ballottant à ce rythme, elle approchait les portes quand on l'interpella. Involontairement un soupire lui traversa les lèvres, pouvait-on seulement l'oublier trois secondes? La blonde s'immobilisa avant de faire volte-face, dans la direction d'où venait la voix. Très vite, l'œil aiguisé repéra une silhouette masculine qui quittait le bureau pour se diriger vers elle. Plus cet homme avançait, plus elle avait l'impression de le reconnaitre. Puis la nouvelle tomba, elle l'identifia : Bryan Levinson. La surprise transperça ces prunelles alors qu'elle restait rivé vers cet homme qui progressait difficilement dans sa direction. Qu'est-ce qu'il fichait ici? Qu'est-ce qu'un mangemort recherché par le gouvernement faisait dans l'hôpital? Très vite il fut devant lui, elle le regardait sans comprendre. Les choses étaient bien différentes à présent, ils savaient tous les deux ce qu'ils étaient, le camp qu'ils supportaient. C'était foncièrement différent, elle dirait même qu'il avait avoué être un des tortionnaires de Siméon. Elle avait encore vu les stigmates restante sur son corps, peu de temps auparavant. C'était louche, impossible et insensé. Le brun optait pour la politesse et une demande qui devait lui écorcher les lèvres.


-Bryan, quelle étonnante surprise. A vrai dire, je ne pensais pas que tu me prendrais au mot.

Nul besoin de signaler qu'elle avait véritablement envie de rentrer chez elle, ça avait trop duré ici. Elle savait qu'elle lui avait dit à la boutade qu'il n'avait qu'à venir en cas de problème, mais elle n'aurait jamais pensé qu'il le ferait. Il était recherché, si une seule personne ici le reconnaissait et décidait d'appeler les aurors, il se ferait arrêter et sans doute qu'elle aussi. Vu qu'il lui parlait et qu'il avait certainement dû la demander à l'accueil comme elle voyait la tête de la secrétaire. Néanmoins, la supplique la prit au dépourvu, elle avait l'impression d'être une bouée de secours, la seule. Il chancela et instinctivement, elle avait fait un pas pour le retenir, simple réflexe. Finalement, elle prit conscience de son état. L'homme était livide, pale, il tenait difficilement sur ses jambes. Son regard était brillant, rien à voir avec l'alcool de leur première rencontre, c'était un signe de fièvre. Ajouté à ça que sa voix était étrange, il était couvert de cendres et c'était quoi cette odeur peu agréable qui lui arrivait aux narines? Elle avait froncé les sourcils. Qu'est-ce que c'était encore que ça? Elle savait que la balle était dans son camp, elle pouvait l'aider comme tourner les talons et transplaner. Enfin, le mage noir savait son nom, son camp, l'endroit où elle travaillait depuis longtemps. S'il aurait voulu faire des représailles, rattraper un autre anarchiste pour pallier le sauvetage de son ancien professeur, il aurait pu faire. Il n'en avait jamais usé, il ne l'avait jamais attaqué, ni lui ni ses copains tordus. Peut-être lui devait elle au moins d'écouter ce qu'avait à dire, cet ennemi. Puis leur rencontre n'avait pas été si désagréable que ça. De toute façon, elle ne pouvait réfléchir plus longtemps, il était temps de bouger. Le danger restait présent et elle n'avait pas envie que tout le monde l'observe. Il fallait le dérober à la vue, avant de passer tous les deux du temps au ministère, il ne manquerait plus que ça pour bousiller sa soirée. Une respiration profonde et elle prenait la parole

-Suis-moi... Si tu y arrives...

La curiosité prenait également pas, elle aimerait bien savoir pourquoi il échouait chez elle, à contre cœur certes mais quand même. Elle voulait bien savoir ce qui avait pu se passer. Tout était bon à prendre. La suite n'avait été que véritable taquinerie, malgré son air fermé et professionnel qu'elle décidait d'user pour la galerie. Le ton avait tout d'une légère pique joueuse. C'était certainement pour ça qu'elle avait apprécié cet homme, malgré les horreurs sue, parce qu'il continuait à lui répondre. Elle honorait ainsi le souvenir d'une phrase, ou il disait la suivre partout sans en avoir peur. C'était l'occasion. Katlyna était répartie dans l'autre sens, l'emmenant avec elle dans ce dédale de couloirs. La vélane ne comptait pas regagner son bureau, la première salle à même de donner un peu d'espace, suffira. Même s'il n'y paraissait pas, elle restait attentif à Bryan. Il ne semblait pas tenir sur ces jambes, on dirait qu'une douleur profonde le dévorait. Elle fit donc bien attention à ce qu'il y parvienne. Poussant une porte, elle la trouva vide, parfait. Un geste et la lumière apparu, les rideaux s'ouvraient. Elle attendit qu'il entre à son tour avant de fermer la porte. Offrant une nouvelle fois un tête à tête, peut être plus rassuré de tous les côtés. Elle n'avait pas envie de prendre le risque de se faire arrêter pour lui. Elle fit volte-face pour le regarder.

-Puis-je savoir que me vaut l'honneur de ta visite? Parce que si tu tenais à nous faire arrêter tous les deux, c'est exactement comme ça qu'il faut faire. Si l'un d'entre eux te reconnaît, je n'ai pas envie de plonger avec toi. Au cas où tu l'oublierais, je ne te dois...

Elle s'était arrêtée net en plein milieux de sa phrase, coupant court à son début d'emportement. Voilà que cette senteur perdurait, c'était tenace dit donc. Un geste de baguette, elle ouvrait doucement les fenêtres.

-Mais c'est quoi cette odeur?

Elle avait relevé son regard vers lui, sans comprendre. Il était encore un peu plus pâle, de toute évidence il était mal en point. Alors s'attaquer à un homme presque à terre n'avait aucun punch mais ça avait été plus fort qu'elle. Bien qu'elle sache aussi pertinemment ne pas supporter de voir les gens souffrir devant elle, parfois elle se disait qu'il le méritait certainement.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Sep - 14:42

I need your help
▽ Katlyna Wellington & Bryan Levinson


Le mangemort réprima un soupir lorsqu’il vit l’étincelle de surprise qui brillait dans les yeux de Katlyna. Et s’il avait fait tout cela pour rien, si elle refusait catégoriquement de lui venir en aide ? Il avait bien trop de fierté pour revenir voir l’auror qui lui avait infligé ce sortilège, il n’avait plus le choix, il fallait qu’elle accepte. Peu importe s’il devait la mettre sous Impero ou la menacer, après tout il n’était plus à cela près. Les premières paroles que la médicomage lui décocha n’étaient pas des plus aimables, mais il en fallait bien plus pour décourager Bryan. D’autre part, il pouvait parfaitement comprendre l’agacement de Katlyna, il était tard, elle ne devait avoir plus qu’une seule envie : rentrer chez elle. Et voilà qu’elle se retrouvait finalement coincée à l’hôpital. Par un mangemort. Oui, il y avait de bien meilleures façons de terminer une soirée. Néanmoins, il se dit que tout n’était peut-être pas perdu lorsqu’il la vit faire un pas vers lui pour l’empêcher de s’écrouler au sol. Venir en aide à son prochain était une sorte de réflexe chez la jeune femme et Bryan en prit immédiatement conscience. Il essaierait certainement de jouer là-dessus pour la convaincre de le sauver.

Lorsque Katlyna l’invita à la suivre, le mangemort ressentit une vague de soulagement, sans même s’offusquer de la pique qu’elle venait de lui lancer. Le jour de leur rencontre, ils avaient passé la soirée à se provoquer l’un l’autre, aussi n’était-il pas étonné que l’anarchiste ait décidé de poursuivre sur cette voie. Toutefois, Bryan n’était plus d’humeur à plaisanter, il tenait bien trop à sa vie pour parvenir à s’amuser de la situation dans laquelle il se trouvait. Demeurant méfiant, il portait une attention toute particulière au chemin qu’ils empruntaient. Car si jamais Katlyna venait à le trahir, il pourrait toujours tenter de s’échapper par le couloir, à défaut de pouvoir transplaner.

« Je serais capable de te suivre n’importe où. »

Il était obligé de répondre à la provocation, il ne pouvait raisonnablement pas laisser passer l’occasion. S’il s’était efforcé de parler sur le ton de l’humour, ses propos n’en restaient pas moins légèrement menaçants. Il comptait bien lui faire comprendre que si elle décidait de lui planter un couteau dans le dos, il pourrait toujours la retrouver, où qu’elle soit. Mais pour l’heure, il lui était reconnaissant de l’avoir mené dans une salle déserte. Cependant, avant même de reprendre la conversation là où elle s’était arrêtée, Bryan sortit sa baguette et fit un geste en direction des rideaux, qui se refermèrent instantanément. Simple précaution, il ne tenait pas à ce que quelqu’un puisse les espionner à travers les carreaux. Mais alors qu’il pensait que la partie était gagnée, il dut à nouveau faire face à l’agacement de Katlyna.

« C’est bon, épargne-moi ta leçon de morale. Je sais pertinemment que tu ne me dois rien, que nous sommes tout sauf des amis et crois-moi ce n’est par plaisir que je suis venu ici. Tu crois vraiment que j’aurais pris le risque de me faire renvoyer à Azkaban si ce n’était pas important ? Mais si tu crains tant pour ta propre vie, ne t’en fais pas je dirai aux aurors que je t’ai lancé un Impero et tu pourras repartir bien tranquillement. »

Bryan savait qu’il n’était pas judicieux de se montrer aussi sarcastique envers celle qui représentait son seul et unique espoir de s’en sortir. Mais c’était plus fort que lui, il était un mangemort, il ne supportait pas qu’on le traite comme un enfant irresponsable. Et puis, elle était tout aussi hors-la-loi que lui. Les Anarchistes n’étaient pas beaucoup plus appréciés que les Mangemorts. S’ils venaient à se faire arrêter, ils encourraient tous les deux les mêmes risques. En cette époque troublée, le Ministère ne faisait pas la différence entre un criminel à la solde d’Hellson et un aux ordres de Lord Voldemort. Néanmoins, il prit à nouveau sur lui et tenta de laisser retomber sa colère avant de répondre à la question de Katlyna. Le peu de choses qu’il savait au sujet du sort qui l’avait frappé pourrait aider la médicomage à panser ses ignobles blessures.

« Je crois que la chair de mon dos est entrée en décomposition et que c’est cela qui dégage cette odeur. »

Il ne connaissait absolument pas le sortilège dont il était victime mais son inventeur avait eu l’amabilité de lui en décrire les effets. D’après ses dires, si la plaie n’était pas refermée avant le lever du jour, la putréfaction se propagerait dans tout son corps et finirait par atteindre le cœur et les poumons. Autant dire que si Bryan tenait véritablement à sa vie, il ferait mieux de se radoucir envers Katlyna afin qu’elle se mette à le soigner au plus vite. Devoir faire appel à elle l’insupportait mais il préférait encore confier sa survie à une anarchiste plutôt qu’à un auror.

« Tu dois certainement penser que je mérite amplement ce qu’il m’arrive, qu’après tout ce n’est que justice si je souffre autant mais guérir des gens c’est ton métier. Alors peu importe l’identité du patient, ce qui compte c’est de lui sauver la vie, non ? Aide-moi et je saurais m’en souvenir le jour où on se croisera sur un champ de bataille. »

Ce jour-là pourrait arriver bien plus que tôt qu’elle ne le pensait. Si elle se rendait à la Coupe du Monde de Quidditch au côté des anarchistes, alors il y aurait de fortes chances pour qu’elle revoie Bryan – et pour que celui-ci l’épargne. Ce n’était pas dans ses habitudes de faire de telles promesses à un ennemi, mais il était encore suffisamment honnête au point de respecter les termes d’un accord passé avec autrui.

« Bon, je m’assieds où ? »

En cet instant, le mangemort avait juste envie de s’allonger quelque part, n’importe où même par terre, et de laisser Katlyna refermer ses immondes blessures qui lui arrachaient peu à peu chaque parcelle de vie qu’il possédait encore.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Oct - 14:38

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




La luminosité déclinante prouvait l'imminence de son retour chez elle. C'était la seule aspiration qu'avait la jeune femme. Si la passion de son métier restait présente, ne se tarissant pas malgré les années où les horreurs vues, il n'en était pas moins que comme la majorité des travailleurs, elle appréciait de retrouver la quiétude de sa demeure. De plus, cette envie avait déjà été mise à mal par un petit bleu en excès de zèle, incapable de réparer ces erreurs. Autant dire que l'humeur de Katlyna s'enfonça un peu plus quand on l'interpella à nouveau, si proche de la sortie. Jamais, au grand jamais, la médicomage n'aurait cru devoir faire face à cette situation, à celle dans laquelle la mettait le mangemort d'en face. C'était tellement risqué et idiot à son humble avis qu'elle n'aurait pu penser qu'il réaliserait cet acte. Acte qui pouvait lui couter de nouvelles années à l'ombre, autant pour lui que pour elle. Donc non, elle n'était pas très emballée de retrouver Bryan, ce soir, face à elle dans un lieu public bien plus surveillé qu'un bar miteux emplit d'oreilles indiscrètes. Il n'était jamais rare de croiser, ici, des représentants du ministère, des aurors ou des chasseurs même, qui venait prendre des nouvelles de leur collègue, surveiller des patients ou conduire des interrogés. Si un seul d'entre eux mettait un pied entre ces murs, l'hôpital allait se retrouver au centre d'une expédition punitive auquel elle n'avait pas envie d'assister. Elle n'y croyait pas vraiment ses yeux et ce ne fut qu'une fois le choc passé qu'elle put s'attacher à ce qu'était vraiment son état physique : Déplorable.

La curiosité et le vague sentiment de lui devoir quelque chose, au moins en guise de remerciement pour ne pas s'être retrouvé dans les geôles de leurs sordides repaires, pour son appartenance à un clan ennemi, lui fit consentir de l'aider. Ou du moins d'accepter de prendre le temps d'analyser cette demande, de la prendre en compte. Tempérant son agacement, acceptant l'idée qu'elle allait encore devoir passer du temps à Sainte-Mangouste, elle prit une grande respiration avant de lui intimer l'ordre de la suivre. Non sans une petite piqure de rappelle, sur ce qu'avait été leur échange précédent. Un souvenir pas si désagréable que cela d'ailleurs. Mis à part son caractère ou ses actes, l'homme en lui-même ne l'était pas non plus. Ni une ni deux, elle avait prit la direction des dédales de couloirs qu'elle connaissait par cœur. Même si cela ne faisait que quelques années à peine qu'elle bossait ici, elle pourrait retrouver son chemin les yeux fermés. Ce qui n'était pas le cas du brun qui la suivait, non sans mal. L’œil grand ouvert, il épiait le moindre changement de trajet, telle une bête traquée. Elle haussa un sourcil interrogateur quand sa voix lui parvenu. Hé, c'était lui qui débarquait en trombe ici, il ne pouvait pas non plus vouloir en prime qu'elle soit joyeuse et heureuse. Merde alors! Outre la bouffée d'offuscation qui remonta en elle, dû à la journée éreintante passée, elle ne put s'empêcher de sourire, trouvant plus facile de titiller son ego par humour que de répliquer méchamment.


-Plus pour longtemps. Simple constatation. Si ce qui était la cause de cette pâleur s'accentuait, elle doutait qu'il supporte le choc. Ou alors je devrais te porter. Mais je ne savais pas que je jouais l'homme? Bon d'accord trop gros comme réplique. Évite les menaces sous-jacentes, tu veux...

Elle avait fermé les yeux pour se reprendre. Les heures de sommeil manquantes et l'énergie déjà dépensée ne l'aidait pas du tout à garder le cap, à canaliser tout ce côté plus impulsif, qui partait en tout sens. Et ce n'importe quand. Surtout qu'elle devait bien avouer que même lui, à cet instant, ne méritait pas de telle réplique au vu de la politesse requise dans sa voix. Une salle isolée trouvée, elle y pénétra avant de refermer la porte, leur donnant un peu d'intimité et surtout moins d'occasions de se faire découvrir. La tête de Bryan devait être connu, nul besoin dès lors d'ameuter les troupes. Mais elle ne comprenait toujours pas pourquoi il avait pris se risque, pourquoi il se retrouvait devant elle alors qu'il avait signalé avoir une personne qui les soignait en cas de problème. Elle ne put s'empêcher de faire sa mise en garde, entrecoupé par quelque chose de plus nauséabond qui lui titillait les narines. Voilà que c'était à son tour de se faire sermonner comme une gamine. Sa mâchoire se crispa, oubliait-il qu'il avait plus d'intérêt à ne pas lui mettre les nerfs en pelote s'il voulait vraiment qu'elle l'aide? C'était une nouvelle fois elle qui avait les rênes en main. Elle adorait ça et n'hésiterait pas à en jouer.

-A vrai dire, il me semblait que vous aviez des personnes disposées à vous soigner? D'où la surprise de te retrouver ici. Tss voilà ce qui arrive quand on ne sait faire autre chose que de se mettre tout le monde à dos. Obligé de supplier une anarchiste...

La fin de sa réplique était dite d'une voix doucereuse. Si le mage noir pouvait donner des répliques suintant de menace, elle aussi. La vélane comptait bien lui faire comprendre que c'était elle qui dominait la situation et qu'elle lui faisait déjà une fleur de bien vouloir l'aider. Enfin, il n'avait pas vraiment tort, elle pourrait prétexter n'importe quoi. De plus, il était dans la même délicate situation, ils étaient tous deux des ennemis de l'état et qu'elle fasse juste son job ou non ne changerait rien. Le ministère ne s'épargnerait pas la joie d'exposer sur la place publique leur capture, pure et simple. Du coup, s'aider dans l'adversité pouvait avoir un avantage. Si l'éclat rebelle dans ses prunelles était tangible, elle vrilla à l'incompréhension la plus totale quand enfin Bryan lui expliqua cette odeur qui persistait à la poursuivre. Ce ou qu'elle aille depuis quelques minutes, depuis son arrivée. Attendez, attendez une minute. Que la peau de son dos était quoi? Quoi? Elle avait desserré les lèvres alors que cette senteur prenait tout son sens. Maintenant qu'il le disait, effectivement. Mais comment il avait fait son compte? Décidément, elle n'avait peut-être pas faux, il avait peut-être mis en rogne un de ces idiots de collègues au service de l'autre sans nez? Allez savoir... Son regard se posait sur lui, elle s'était immobilisée mais le dévisageait autrement. Il sembla en profiter pour remettre une couche et la pousser à accéder à sa supplique. Elle le regarda dans les yeux, harponnant les siens alors qu'elle avait croisé les bras contre sa poitrine. Un rire sortit de sa gorge quand il parla d'un potentiel marché.

-Et je dois te faire confiance sans doute? Confiance a des hommes encapuchonnés dont on ne verra pas le visage? Plutôt facile comme promesse. Néanmoins ça a un côté intéressant. J'aime te savoir redevable. Ca peut être intéressant, ou utile. Son regard s'était à nouveau fait plus joueur, sa voix plus basse, amusée. Enfin, si tel était le cas, il était temps d'agir. Elle décrocha la blouse verte de l'hôpital qui pendait dans un coin et l'enfila prestement au-dessus de ces vêtements. Elle plongea à nouveau sa main dans sa poche pour aller chercher le contact de ce bois familier et si apaisant qui était le sien. Pour te répondre, je trouve que ce n'est effectivement que justice que de vous faire endurer ce que vos prisonniers supportent. Mais contrairement à ce que tu penses, personne ne mérite un tel châtiment. Personne, même pas toi, Bryan. Tu peut-être vil, sadique mais tu as un semblant d'honneur qui fait que tu n'es pas juste un abruti parmi d'autres.

C'était dans un sens vrai, il aurait pu faire mille et une choses après la rencontre qui avait été la leur et cela n'avait pas été le cas. Même si cela avait un côté personnel, il avait déjà évité les ennuis à deux. Bon aller de toute façon, la curiosité et cet incapacité de voir les gens souffrir plus longtemps l'emporterait, elle le savait. Ce ne serait pas la première fois de sa vie qu'elle soignerait un mangemort, sauf que dans le premier cas, elle l'avait ignoré jusqu'aux menaces. Il était pale, le souffle court, c'était un sale état. Un soupire, elle avait acquiescé, elle le soignerait. Puis oui, c'était une occasion en or d'avoir une faveur à lui réclamer un jour. Elle se mettrait un point d'honneur à ce qu'il ne l'oublie pas. Elle pointa d'un geste de la main ce qui ressemblait à la table d'auscultation, attrapant un élastique dans la poche de son jean.

-Assieds-toi là et enlève ça, je veux voir les dégâts.

Toujours cette touche de pique, taquinerie sous-jacente qui avait été leur marque de fabrique. Ce duo pourtant lui semblait irréel. Logiquement, elle devrait le dénoncer au ministère, au service de sécurité de Sainte-Mangouste ou même le laisser dans ses problèmes, qu'il paye pour toutes les atrocités qu'il avait déjà commis. Mais bon, certains pactes même avec l'ennemi n'étaient pas sans intérêt. Dans les jours sombres qui nous entouraient, ou la guerre faisait rage, il était parfois plus sage de ne pas rater toutes les occasions. Elle releva les bras pour attacher ses longs cheveux blonds en une queue-de-cheval à la va-vite avant de s'intéresser à Bryan. La Bulgare reprit la parole, revenant à son hauteur en passant dans son dos, pour observer les frasques du sortilège qui l'avait touché.

-Dis-moi tout ce que tu sais. Comment tu es en arrivé là et si tu as plus de détails sur le sort qui t'a touché? J'ai déjà vu beaucoup de choses dans ma maigre carrière mais ça, pas encore. C'est digne de vous en tout cas...

C'était la vérité. Plus elle en saurait plus se serait facile de pailler au symptôme. Maintenant, elle avait toujours la même gamme de palettes de soin qu'elle pouvait user mais elle aimerait éviter tout impair. Puis, elle était curieuse, c'était un faite certain.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 17 Oct - 0:37

I need your help
▽ Katlyna Wellington & Bryan Levinson


Non, Bryan ne regrettait absolument pas d’avoir pris le risque de transplaner à Sainte-Mangouste. Il avait beau demeurer méfiant à l’égard de Katlyna, il n’en était pas moins convaincu d’avoir fait le bon choix. Il avait l’intime conviction qu’elle allait accepter de l’aider et qu’elle finirait par trouver une solution pour lui sauver la vie. D’autre part, il était bien obligé de reconnaître que ces joutes verbales qui avaient rythmé leur première rencontre lui avaient bel et bien manqué. C’est avec un certain amusement, qu’il renoua avec ce petit jeu, repoussant les limites de la provocation encore un peu plus loin.

« Tu ne devrais pas me sous-estimer. N’as-tu pas songé que je suis peut-être simplement en train de jouer la comédie pour mieux te piéger ? Il laissa un sourire en coin fleurir sur ses lèvres avant de se renfrogner à nouveau. Le mangemort n’avait pas non plus un sens de l’humour débordant, et ce qui était sûr c’est qu’il n’appréciait absolument pas que l’on porte atteinte à sa virilité. Toi, jouer l’homme ? Allons, ne dis pas n’importe quoi, tu n’es qu’une femme. »

Un brin misogyne, Bryan ? Oui certainement. Mais il ferait mieux de laisser ses vilains défauts de côté. Katlyna n’était pas n’importe qui, à l’heure actuelle elle était la seule à pouvoir lui venir en aide, alors mieux valait la ménager autant que possible. Cela dit, c’était plus fort que lui, lorsqu’il se sentait attaqué, il ne pouvait s’empêcher de se défendre. Ce devait être une sorte d’instinct de survie exacerbé. Et puis, provoquer ouvertement la jolie anarchiste avait quelque chose d’assez jouissif, qui lui permettait de se focaliser sur autre chose que cette immonde douleur qui ne cessait de gagner du terrain. Mais voilà que Katlyna semblait avoir pris pleinement conscience du pouvoir qu’elle avait sur Bryan en cet instant précis, ce qui lui laissait penser qu’elle pouvait se montrer plus curieuse qu’il ne le fallait.

« Premièrement, je ne me mets pas tout le monde à dos. J’ai juste du mal à apprécier les gens qui m’entourent. Et deuxièmement, je ne te supplie absolument pas. En fait, si je suis venu te voir c’est uniquement pour te faire plaisir. Je me suis dit que cela faisait longtemps que l’on ne s’était pas vus et que je devais te manquer un peu alors j’ai choisi de placer mon sort entre tes mains. »

Bryan avait déjà hâte d’entendre la réplique acerbe que Katlyna lui réserverait en réponse à ses propos si exagérés qu’ils en devenaient risibles. Il ne pouvait raisonnablement pas lui avouer qu’il avait dolorisé l’épouse du mangemort censé le soigner, alors il avait préféré jouer la carte de l’humour. En entendant les prochaines paroles de la médicomage, Bryan afficha un faux air outré, faisant mine d’être vexé.

« Je te fais pleinement confiance et toi tu doutes encore de moi, c’est franchement blessant. Je croyais pourtant t’avoir prouvé que tu n’avais rien à craindre de moi. As-tu seulement eu des ennuis avec un mangemort depuis notre rencontre ? Non, parce que je n’ai révélé ton identité à personne. Et puis, tant que tu ne m’as pas soigné, je ne te suis pas redevable. »

Le mangemort détestait l’idée de devoir rendre service à une anarchiste, mais s’il en était arrivé là c’était uniquement de sa faute. Katlyna avait entièrement raison, il avait un véritable don pour s’attirer les ennuis. Détaillant le visage de la jeune femme, il crut voir son regard se faire plus joueur au fur et à mesure que la conversation se poursuivait. Il en vint alors à se demander si elle ne tentait pas de faire appel à ses charmes de vélane pour l’amadouer. Quoiqu’il en soit, il écouta bien sagement ce qu’elle avait à dire sur lui, ne s’offusquant pas du portrait peu flatteur qu’elle dressait de lui. Puis, il alla s’asseoir là où elle le lui avait ordonné et entreprit de se débarrasser de sa chemise. Lorsque le tissu se détacha de la plaie qui recouvrait son dos, il afficha une grimace de douleur l’espace d’un instant, avant de redevenir impassible. Il ne voulait pas que Katlyna puisse penser qu’il était faible, question de fierté. Il l’a regarda ensuite s’attacher les cheveux et ne put s’empêcher de constater à quel point elle pouvait être charmante.

« Je te trouve bien curieuse. Je ne vois pas en quoi cela pourrait t’aider de savoir comment j’en suis arrivé là. Mais puisque tu es mon dernier espoir, je suppose que je suis obligé de céder au moindre de tes caprices… Je me battais avec un auror quand son partenaire m’a frappé dans le dos avec ce sortilège inconnu. Après l’avoir interrogé, j’ai appris que la putréfaction était censée se propager peu à peu dans tout mon corps et qu’elle finirait par gagner le cœur et les poumons, ce qui causerait ma mort. Bien sûr, il a refusé de me donner la formule du contre-sort et je n’ai pas voulu négocier avec lui. »

Bryan était parfaitement conscient que ses derniers mots le feraient certainement passer pour un petit garçon capricieux, mais il était tout bonnement impensable de songer à le voir conclure un marché avec un auror. Surtout lorsqu’il avait la possibilité de venir rendre visite à Katlyna.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Avr - 20:47

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




Déroutante situation que de se retrouver face à un mangemort, mal en ploint, en plein hopital. Inopinée rencontre que de croiser cet homme, pas inconnu, se rappelant à votre bon souvenir dans ces instants de relâche, où vous aviez le subtil espoir de regagner votre domicile, après une longue et harrasante journée de travail. Faisant mentalement une croix sur un repas salvateur et une douche brulante, l'état inquiétant dans lequel se trouvait Bryan, la convainquit de céder à sa faiblesse et de l'aider. Cherchant un lieu isolé, voulant éviter de se retrouver à Azkaban, et de donner à ses abrutis du ministère la satisfaction d'arrêter mangemort et anarchiste la même nuit, elle le conduisit lentement vers une salle de consultation. Sous son regard las, fatigué, son caractère ne perdait pas le nord et les répliques du charmant brun ne manquaient pas de réveiller l'impulsive bulgare qui sommeillait en elle. Un parfait rappel de cette soirée qui avait tout d'étrange à l'auberge de pré-au-lard, mais qu'elle n'avait finalement jamais regrettée. Indéfinissable sentiment auquel, elle n'était pas en état de réfléchir. Pour tout dire, Katlyna se faisait momentanément, un malin plaisir de lui envoyer pique sur pique, lui donnant le change. Tentant ainsi de ne pas penser à l'énorme risque qui planait sur cette visite. Il suffisait qu'une seule personne le reconnaisse et ils se feraient attaquer avant d'avoir eu le temps de dire Quidditch. Reléguant cette idée au fond de son esprit, la pétillante blonde, s'attaqua de manière injustifiée à son ego, le sommeil jouant un peu les troubles fêtes à sa logique. Autant dire que le début, la fit sourire amusé, elle ne le croyait pas une seule seconde. Pourquoi prendrait-il la peine de monter un plan aussi tiré par les cheveux, si l'unique dessein était de l'achever ? Il y avait vraiment plus simple et moins risqué quand on était partisans des mages noirs. Ouvrant la porte, son regard s'encra au sien, proche, elle l'observait scrupuleusement comme si elle le détaillait, essayant de voir la moindre parcelle de détail. Il y avait plus d'une réaction physique et symptomatique qu'il était impossible de contrôler sciemment. Telle sa respiration devenue erratique, la pâleur de son derme, les maigres perles de sueur qui naissaient de son front, ou encore cette foutue odeur qui lui agressait presque les narines. C'était une infection ! Croisant les bras contre elle dans une pose nonchalante, sa voix reprit.

-Pourquoi faire compliqué quand tu aurais pu faire si simple? Les ruelles en bas de chez moi sont assez sombres que pour réaliser une impressionnante arrivée surprise. Oh et tant que j'y suis, tout ce que tu ressens à l'instant, ces traits qui s'affichent sur ton visage, ce n'est pas du jeu. Même le meilleur des menteurs, ne pâlit pas sur commande et crois-moi j'en ai vu des petits malins. La Vélane ponctua sa légère tirade par un clin d'oeil entendu, alors que sa réplique sur son rôle de le porter frustrait véritablement notre homme. Le côté attaquant de cette réplique clairement dégradante, en extrapolation, lui fit remonter la moutarde au nez, balayant sa tentative de se tempérer. Une femme qui va accessoirement te sauver la vie...Je ne crois pas que ce soit négligeable, n'est-ce pas Bryan?

A moins bien sûr que sa propre survie ne soit pas sa plus grande priorité, pour l'instant, mais elle en doutait. Kat' tenta de respirer profondément pour se reconcentrer, elle ne serait pas efficace si son esprit ne voulait pas rester fixé sur son travail et pourtant, elle ne pouvait pas s'empêcher de tergiverser. Il fallait avouer que la jeune femme adorait avoir le contrôle total des situations et savoir qu'au final, le brun n'avait d'autres choix que d'accepter ce faite semblait jouissif. Elle était d'ailleurs bien décidée à lui faire comprendre que c'était elle qui avait les rênes et qu'il avait tout à perdre. Mais derrière cette face, il y avait tout ce côté qui sous le coup d'hésiter, savait déjà que la décision de soulager ces plaies serait prise. Il avait beau être l'homme qui avait torturé de la pire des manières Simeon, et elle avait encore vu les dégâts récemment, elle ne pouvait pas s'en empêcher. Il était l'ennemi, le méchant, la personne à abattre et malgré tout à ce jour, aux yeux du gouvernement, ils étaient égaux. Des terroristes à arrêter, à exterminer à tout prix. Puis il avait cette manière de faire, humoristique, menaçante, lançant des piques qui étaient plaisants de retrouver. La médicomage leva les yeux aux ciels en entendant la couleuvre qu'il essayait de lui faire avaler. C'était ça oui et la marmotte, elle mettait le chocolat dans le papier alu!

-Bien sur oui, on sait tous ton incroyable aisance pour te faire des amis et ta maladive tendance à faire confiance à tout le monde. Maintenant, on ne peut que comprendre que les gens aillent du mal a t'apprécier, si tu les menaces tout le temps. On n'est pas tous compréhensif.

Dit-elle sur un ton tout aussi proche du sien, alors que son regard ne cillait pas un seul instant. Tentait-elle de dire qu'elle appréciait la méthode? Oui et non, personne n'appréciait se faire menacer ou chambrer à longueur de journée, mais c'était une sorte de marque de fabrique qu'elle avait acceptée dès les premières instants de leurs balbutiantes rencontre et retrouvailles. Cependant, le temps était sans doute compté et très vite le sujet principal revenait sur le tapis avec cette demande de soins qui prouva son urgence quand elle comprit d'où venait cette odeur : la peau de son dos était en décomposition. Peut-être finalement était-elle contente de n'avoir rien dans l'estomac. C'était à la fois un châtiment bien cruel pour un vivant et même s'il l'amadouait en se répandant en promesse, elle trouvait que non personne ne méritait de mourir comme ça. Qui donc avait pu lui jeter ce sort? Pour la blonde, c'était sans l'ombre d'un doute un de ces idéologises de collègues. Néanmoins Bryan marquait des points et touchait au but, elle avait elle-même ce sentiment d'être redevable pour l'illustre tranquillité dans laquelle il l'avait laissé. Alors que sa vie pourrait se résumer à subir ce qu'elle soignait tous les jours. Elle fit un signe négatif de la tête alors qu'elle endossait la blouse affichant les insignes de l'hôpital, geste clair sur son acceptation de lui sauver la mise. Coupant court et évitant ainsi de répondre, elle l'enjoignit de s'assoir sur la table et de découvrir la plaie, en attendant qu'elle ramène sa chevelure cascadante en une queue-de-cheval. Se sentant observée dans ce geste naturel, elle releva le regard vers lui, il brillait de malice. Oui, elle s'amusait de la situation mais elle ne perdait pas de vue le sérieux de son état.

-Intéressante vision... Dit-elle avec un sourire... Je ne savais pas qu'en deux rencontres nous en arrivons déjà à ce stade d'intimité?

Taquinerie, simple taquinerie. Reprenant un peu de prestance, sa baguette glissée dans ses doigts, prête, elle s'était rapprochée de lui avant d'aller observer les dégâts, tout en demandant beaucoup d'informations. Certes, il y avait de la curiosité mais aussi et surtout cette récolte d'information qui lui serait utile pour contrer un sort jusque-là inconnu à ses yeux. Des choses horribles, elle en avait déjà vu, mais cette vision de son dos dont la peau prenait une teinte écœurante et desquamait en suintant était vraiment moche. Le sourire et la malice partit de son regard et ses lèvres se pincèrent. Doucement, elle avait relevé les doigts avant d'approcher avec lenteurs, comme pour examiner de plus près les stigmates qui ornaient sa peau. Elle ne prit pas attention au ton de sa voix, sa concentration était passé sur sa blessure et elle notait juste mentalement ces informations. Elle ouvrit pourtant un regard surprit quand il précisa que se sort venait d'un auror. Ils se disait défenseur de la veuve et de l'orphelin mais ça utilisait des méthodes de barbare? De pire en pire. Tous pourris. Ou allait le monde si il y en avait pas un pour rattraper l'autre? Droit dans le mur...

-On ne négocie pas avec l'ennemi? Je dois donc m'estimer heureuse d'avoir réussi le challenge?... Ça va être douloureux... Elle avait légèrement touché l'endroit, avant de reprendre sa baguette. Elle prononça quelques sortilèges pour voir jusqu'où cela s'infiltrait. De toute évidence cela avait déjà quitté son dos et s'en prenait petit à petit aux autres organes à proximité. C'est déjà occupé de gagner les points vitaux. Alors plus aucun doute, ce sortilège est parfaitement répugnant, je n'ai jamais vu ça. Par Merlin, tu as l'art de t'attirer les ennuis toi... Bon, je vais essayer les remèdes le plus classique, je ne te promets rien.

Peu à peu, elle lança les sorts de base, allant du plus faible au plus fort. Katlyna commença par un episkey, sans grande conviction mais sait-on jamais. Peu à peu, au fil des sorts la magie filait de son corps, traversait le bout de bois comme une continuité parfaite de sa main et frappait la plaie. Finalement, elle en vient au plus aisée, un vulnéra samentur. Sortilège plus complexe, qui n'était pas maitrisé de tout le monde. Mais la journée avait été longue et l'effet escompté ne réussit pas du premier coup. Néanmoins le recul de l'odeur était encourageante et lui permettait de respirer. Voyant un effet positif, enfin une réaction, la vélane répéta le sort plusieurs fois, tandis que sa peau se ressoudait. S'arrêtant, elle leva la main, glissant celle-ci sur son dos comme pour vérifier que c'était réel.

-Comment tu te sens?

Momentanément, elle avait oublié les piques.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Avr - 2:15
Bryan n’aimait pas qu’on lui tienne tête. À une exception près. Le sens de la répartie légendaire de Katlyna lui plaisait bien, c’était indéniable. À moins que ce ne soient les charmes de vélane qui produisent cet effet-là. Quoiqu’il en soit, même à deux doigts de la mort, Bryan prenait plaisir à répondre aux piques que lui lançait le médicomage. Après tout, il était naturel que leurs conversations soient rythmées de provocations et de menaces voilées. Le soir de leur rencontre, il n’en avait pas été autrement, aussi le mangemort ne s’offusquait-il pratiquement pas des répliques de la jeune femme. C’était une sorte de jeu entre eux, une façon comme une autre d’oublier qu’ils étaient censés être les pires ennemis du monde mais que cela ne les empêchait pas de fraterniser quelque peu.

« J’aime bien faire compliqué. La simplicité m’ennuie. Regarde, j’aurais pu m’adresser à un soigneur mangemort mais non cela ne constituait pas un véritable défi. Alors que m’adresser à une ennemie au sein même de Ste-Mangouste, voilà une situation dangereuse ! Et puis, je ne sais même pas où tu habites, et je n’ai pas envie de mettre un espion à tes trousses pour le savoir. »

À vrai dire, Bryan avait eu bien des choses à faire depuis leur rencontre. Aussi, se renseigner sur la vie de Katlyna ne lui avait même pas traversé l’esprit. Malgré ses efforts pour conserver un semblant de prestance, la jeune femme avait vu juste. Le mangemort ne jouait absolument pas la comédie, et vu de l’extérieur il ne semblait y avoir aucun doute.

« Rien ne me prouve que tu seras capable de me sauver la vie. »

Peut-être allait-il trop loin. Encore et toujours. C’était comme s’il n’avait pas conscience que Katlyna pouvait le tuer ou même pire décider de le livrer aux anarchistes en une fraction de seconde. Il avait toujours eu beaucoup trop confiance en lui et sa tendance à sous-estimer ses adversaires lui avait joué des tours plus d’une fois. Et pourtant, il n’était pas décidé à s’assagir. D’autant plus que jusqu’ici, la vélane n’avait jamais paru se vexer outre mesure des propos qu’il avait pu lui adresser.

« Tu serais surprise de voir les amis que je peux me faire. J’ai récemment passé une excellente soirée en compagnie de Darren. Je n’aurais jamais cru que nous puissions nous entendre à ce point-là. Si vous êtes tous aussi compréhensifs, je devrais peut-être songer à vous rejoindre. Mais je ne suis pas sûr de pouvoir arrêter de menacer les gens. C’est une seconde nature chez moi. »

Bryan espérait surprendre Katlyna en lui faisant cette révélation. La soirée qu’il avait passé par hasard avec Hellson n’était bien sûr pas aussi excellente qu’il le prétendait. Après tout, se faire courser dans le métro londonien par des aurors et des détraqueurs n’avait rien de plaisant mais Darren s’était avéré utile. Bon, évidemment, Barjow et Beurk n’avaient pas beaucoup apprécié qu’il incendie leur boutique pour couper court au duel qu’il l’opposait à Bryan mais qu’importe, le mangemort avait apprécié l’humour de l’anarchiste –et surtout son mépris pour Bellatrix Lestrange.
Obéissant sagement aux indications de la médicomage, Bryan alla s’asseoir à l’endroit indiqué et ôta sa chemise. C’est alors que Katlyna l’observa à son tour, comme pour lui faire comprendre qu’elle avait remarqué le regard qui avait parcouru son visage alors qu’elle s’attachait les cheveux. Mais tandis qu’elle reprit la parole, elle eut le mérite de laisser Bryan sans voix. En règle générale, c’était lui qui faisait ce genre de remarque graveleuse. Légèrement désarçonné, il feignit d’être offusqué.

« Je suis peut-être mourant et la première chose que tu fais c’est baver devant mon torse ? Quel professionnalisme ! »

Il aurait bien souri pour ménager la susceptibilité de Katlyna mais la douleur dans son dos s’accentua vivement. Heureusement, la jeune femme ne mit pas longtemps avant de s’affairer à la tâche. Elle examina d’abord l’ampleur des dégâts et Bryan se vit obliger de lui raconter une partie de ce qui lui était arrivé. Il n’aimait pas confier autant de détails sur ses missions, mais sa vie en dépendait peut-être.

« Tu peux aussi t’estimer heureuse d’avoir survécu à notre rencontre. Tout le monde n’a pas autant de chance que toi. Je suis sûr que tu as utilisé tes pouvoirs de vélane pour m’amadouer. »

Cette fois-ci, il avait décidé de se radoucir. Elle était sur le point de commencer à le soigner, il ne devait pas courir le risque de la mettre en colère. Alors qu’elle venait de le prévenir que cela serait douloureux, Bryan ressentit soudain comme une brûlure glaciale qui venait lui dévorer la chair. À chaque nouveau sortilège lancé, la douleur s’intensifiait, comme si au lieu de le soigner, elle ne faisait qu’aggraver la situation. Peu désireux de laisser entrevoir sa souffrance à Katlyna, il serra son poing de toutes ses forces et tenta de focaliser son esprit sur autre chose. Il se rappela des châtiments infligés par son maître et en arriva à la conclusion qu’à côté des doloris de Lord Voldemort, les sortilèges de la jeune femme n’étaient rien. Prenant son mal en patience, il souffrit encore quelques instants. Puis, soudain, la froideur des doigts de Katlyna qui entrèrent en contact avec sa peau encore fiévreuse le fit frissonner.

« Comme un serpent qui a changé de peau. L’allusion au reptile avait été soigneusement choisie par l’ancien serpentard. C’est fini ? »

Se relevant aussitôt, il se dirigea vers le miroir accroché au mur et tenta d’observer son dos. De ce qu’il put apercevoir, à part quelques marques rougeâtres, tout semblait en ordre. Après une longue douche froide, il se sentirait comme avant. Reportant son attention sur Katlyna, il s’efforça de lui sourire le plus honnêtement possible.

« Merci. Je suppose que je te suis redevable maintenant. Évite quand même de me demander de tuer le Seigneur des Ténèbres. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Mai - 11:37

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




L'impulsion, cette brusque bouffée de sentiments qui vous envahissait, vous forçant à agir de manière totalement déraisonné, n'était pas que négatif. Bien sur, c'était généralement le côté qu'on voyait prioritairement, mais il pouvait également donner naissance à d'étranges amitiés, à défaut d'autres termes. Tel était le cas de la relation que partageaient les deux ennemis de l'État. Un fragile équilibre situé entre petites pique appréciable et charmeuse, et menace de mort à peine voilée. Un cocktail explosif pour un duo détonnant, qui contre toute attente convenait parfaitement à nos deux protagonistes. Il fallait avouer que le caractère de Katlyna pouvait ne pas être simple tous les jours et que les personnes fades qui ne s'opposaient jamais à elle, l'ennuyaient profondément. À croire qu'elle n'avait d'intérêt que pour ceux qui pouvaient lui tenir tête, proposer le débat et tenir le cap. La vélane aimait ce jeu de force, ces provocations verbales qui dépassait l'inimitié de leurs camps respectifs, mais elle appréciait surtout d'avoir le dessus. Rien n'était inventé, il suffisait de regarder les autres anarchistes. Darren avec qui elle s'entendait comme cul et chemise, moussant ensemble sur des débats inutiles. Ou Dastan, qui était une sorte d'alter ego avec qui on pouvait se laisser aller en toute intimité. Voir Bonnie, l'amie à la psyché tout aussi enflammée qu'elle. Car oui, c'était vrai, elles s'emportaient, se criaient dessus, se boudaient deux minutes et puis partageaient un repas tout en rigolant.

Alors oui, malgré cette infernale journée et cette lassitude qui prenait possession de son être, elle avait accepté de tourner les talons pour sauver un mangemort et passer quelques instants dans cette étrange ambiance. Le pire de tout, c'était qu'elle y prenait gout. La fatigue faisant, elle semblait par contre plus prompt qu'a leur première rencontre à passer d'un extrême à l'autre, s'emportant parfois bien plus que ce qu'il aurait fallu. Mais qu'importait, elle était certaine que Bryan ne lui jouait pas là un mauvais tour pour arriver à la piéger. Non tous les signes de son organisme étaient bels et bien réels, elle avait trop vu de malade et de personne souffrant que pour ne pas les reconnaitre. Et malgré tout dans cette situation sérieuse, un petit côté féministe avait pointé le bout de son nez, se réclamant ne pas être inutile parce qu'elle pouvait accessoirement lui sauver la vie. Point sur lequel, il ne s'empêcha pas de butter, cherchant sans doute à la pousser une fois de plus à lui sauver la mise. Parce que avouer pour venir supplier une anarchiste, c'était vraiment qu'il n'avait eu d'autres choix. Ou qu'il avait un petit grain de folie et une grosse dose d'espoir, à voir. Alors si un sourire amusé et une paire de magnifique yeux bleutés se levaient au ciel, il s'ancra aux siens, avant de répondre sans se démonter.


-Alors espère que cela sera cas, parce que tu n'as pas d'autre chance. J'espère que tes affaires sont en ordre ?

Une moue légèrement ironique s'étirait déjà sur son visage... Une autre chose était sûr, c'était qu'elle aimait particulièrement les défis et qu'elle ferait tout pour comprendre les sorts qui faisaient ces dégâts. Elle n'avait jamais aimé l'échec et tentait de toujours rebondir plus loin, pour être meilleurs, pour être plus douée. Il y avait fort à parier qu'elle se démènerait jusqu'au bout, si on devait en arriver là. Au calme, dans une pièce plus sécuritaire qu'un hall bondé, les explications venaient doucement alors que la jeune femme le scrutait toujours avec attention, attrapant les balles au vol pour les lui retourner. Le taquinant quelque peu sur ses possibilités de vie sociale. Si elle s'attendait à tous une panoplie de réplique, Kat' fût étonnée de l'entendre parler de Darren. D'ailleurs, une lueur de surprise traversa ses prunelles et son corps même semblait arrêter tout mouvement pour se retourner vers lui. Alors elle, elle veut bien croire mais en admettant qu'il s'était retrouvé avec le leader d'un mouvement banni, par leur écervelé de maitre, lui faire croire qu'il ne s'était rien passé semblait suspect. Quoi qu'il en soit, ses sourcils se froncèrent dans une réflexion fulgurante. Une main sur les hanches se voix reprit pas convaincue.

-Tu voudrais passer des mages noirs aux terroristes? Dit-elle en insistant sur le nom qui leur était à présent dévolu. Tu ne tromperais personne, tu devrais côtoyer trop de gens que tu n'aimes pas...bien qu'au final qui apprécies-tu?..Un sourire pétillant de malice ponctua cette phrase alors qu'elle reprenait un peu son rôle de medicomage. C'est quoi selon toi une excellente soirée? Trois bouteilles de vodka et une séance de torture?

Tellement exagéré et cliché, quoique...Il ne fallait pas oublier non plus que le jour de leur rencontre, il était loin d'être l'homme le plus sobre de toute l'Angleterre. Même si toujours parfaitement clair, ou en tout cas pas différent d'aujourd'hui. Quoiqu'il en soi le charme qui l'avait touché au dos continuait de faire son œuvre, il était donc plus que temps de se mettre à l'endiguer, si la vélane ne voulait pas converser avec un cadavre. Surveillant vaguement une note d'hygiène, elle ne put que surjouer à ce regard flâneur dont elle écopa de Bryan. Joueuse dans l'âme, elle lui envoya une réplique sous-entendu, avec un regard qui le balaya suffisamment pour lui faire comprendre qu'elle admirait la vue. Ce qui eut le don de le laisser étonné quelques fractions de seconde, qu'elle prit comme une petite victoire personnelle. S'avançant pour se mettre au travail, elle haussa les épaules d'un air désinvolte, presque pour dire et alors? Quel est le rapport? Monsieur passait ces journées à oublier toute notion de moral ou de justice et s'était elle qui était coupable de manque de tact? Allons bon! Mutine, elle se rapprocha de son oreille en passant à côté de lui.

-Soit content que je t'ai demandé que d'enlever ta chemise... Le laps de suspense semblait compréhensible et ce mouvement de sourcils clairs. Néanmoins, il n'y a pas de peut-être, tu passeras de vie à trépas avec cette saloperie de décomposition, si on ne fait rien. Ma foi tu peux jouer les pudique si tu veux.

Il serait dès lors bien compliqué de le soigner et non, elle ne lorgnait pas tous les corps qui passaient sous son examination. Ce n'était vraiment pas pour cela qu'elle avait choisi ce métier. Croyez bien que la Bulgare n'avait pas besoin d'un coup de pouce pareil si elle souhaitait mettre quelqu'un dans son lit. Dans ces conditions, on pouvait dire merci au charme slave accompagné de l'héritage maternel qui simplifiait bien des choses. Puis à quoi bon essayer d'abuser de patient alors que généralement, il suffisait de le demander à un homme pour qu'il accepte. Bref, revenant sur le sujet principal, elle écoutait ses informations apprenant par la même occasion que les aurors étaient aussi pourris qu'eux. Si on devait s'abaisser au niveau de nos ennemis pour les combattre, alors selon elle, on ne valait pas mieux qu'eux. De toute façon, il n'y avait que des imbéciles au gouvernement et un butté braqué entre ses mains. Refuser de demander le contre sort, refuser de montrer son impuissance, c'était bien son style, c'était pourquoi elle ne put que rire de cette formule parfois moldu qu'on entendait à la police. Ahh malgré son inspection légèrement désagréable les menaces ne semblaient pas partir et il prônait toujours autant son sang d'hybride pour trouver une raison au faite d'être en vie ou de l'apprécier, dans un sens. Un nouveau rire sortit de sa gorge alors qu'elle s'apprêtait à travailler.

-Crois-moi Bryan, mon côté vélane n'y est pour rien. Si tel est le cas, tu serais surement occupé de te vanter d'avoir réussi des merveilles impossibles ou d'être ministre de la magie, voire de danser sur la table pour attirer mon attention. Veux-tu savoir ce que cela donne réellement sur toi? Je suis curieuse.

Son ton était provocateur, l'idée même la tentait énormément mais ce n'était pas le moment. Puis si c'était marrant à voir, cela devenait très vite lassant ou carrément ridicule. Cependant même si leur conversation était totalement hors sujet, hors contexte et hors personnage, cela lui permettait d'occuper son esprit, de le faire penser à mille et une choses bien différentes que de la douleur qui allait lui crisper les muscles. Une tentative de diversion qui restait dans la norme. Attendant la réponse qui arriverait, elle tentait de voir si la plupart des formules qu'elle connaissait était vraiment efficace. Partant du principe que ce n'était pas de la magie noire, Kat' avait bon espoir pour que le contre sort ne soit pas trop complexe à trouver. Après quelques tentatives infructueuses, la belle blonde finit par trouver les signes positifs avec le sortilège de vulnera samentur qu'elle répéta jusqu'à disparition de cette desquamation, ainsi que de l'odeur qui la suivait. Cela semblait marcher, cependant on n'était jamais à l'abri de retour de flamme. Le voyant se relever brutalement, elle le regarda faire sans bouger.

-Ta confiance en moi m'honore... J'aurais voulu te tuer, j'aurais pu faire plus simple qu'un mensonge...

Dit-elle les bras croisés contre son corps alors que Bryan scrutait son dos, redevenu normal. Elle n'était pas peu fière d'avoir bouclé cette histoire, mais croyez bien que si elle croisait cet auror, en admettant qu'il survive au séjour chez les mages noirs, elle lui dirait bien deux mots! Quoi qu'il en soit, elle fut bien ravie qu'il n'oubliait pas qu'à présent il avait une dette envers elle. Parce que la vélane, elle, ne comptait pas l'oublier, mais surtout ne pas le gaspiller aussi sottement que pour un essai raté. Certes débarrasser le monde de Lord Voldemort serait une très bonne chose, mais là où plusieurs grands sorciers ont échoué, nul doute qu'un de ces serviteurs n'y arriverai pas non plus. Remettant sa baguette dans sa poche, elle s'approcha à nouveau, non sans prendre sa chemise sur le chemin.

-Effectivement, tu me dois un service Bryan et un jour viendra où je te le rappellerais, mais je ne sais pas encore pourquoi. Le ton mystérieux allait si bien à cette phrase. Je ne le gaspillerais pas pour une tache perdue d'avance, il te tuera sans que tu y arrive, je n'ai pas d'illusion à ce sujet. Mais je trouverais et tu n'aurais pas à intérêt à me faire faux bond. Il est mal avisé que de ne pas honorer un lien aussi involontaire soit-il.

Un clin d’œil et elle lui lança sa chemise, qui n'était plus vraiment immaculée surtout qu'une partie venait d'un incendie.

-Moi ça me gêne pas, mais avec ça sera mieux avec si tu comptes sortir, je ne tiens pas à faire jaser.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Aoû - 14:06
Bryan était bien souvent déraisonné et après tout, lui-même reconnaissait qu’il était très imprudent pour lui de se rendre à Sainte-Mangouste par les temps qui courent. Toutefois, les quelques heures passées en compagnie de Katlyna le laissaient penser que la jeune femme aimait tout particulièrement les défis et qu’elle verrait là l’occasion de prouver l’immensité de ses talents de médicomage. Ainsi Bryan se montrait-il plutôt confiant quant à l’issue de cette séance de soin. A tel point, qu’il ne se privait pas d’égratigner l’égo de Katlyna à la moindre occasion venue. Néanmoins, la blonde le lui rendait bien.

« Je suis sûr que je pourrais très bien m’adapter à votre petit groupe de rebelles. Personne ne joue la comédie mieux que moi. Quant aux personnes que j’apprécie… il est vrai qu’elles ne sont pas nombreuses. Bryan ne lui ferait pas le plaisir de lui dire qu’elle faisait partie de ce cercle plus que réduit. Tu as bien résumé ce que représente une excellente soirée à mes yeux. Bien que j’aurais rajouté un ou deux éléments… »

Le mangemort préférait rester vague, mais il savait pertinemment que Katlyna comprendrait où il voulait en venir. Il frôlait les limites du déraisonnable, jouait avec le feu plus que de raison mais l’anarchiste ne semblait pas s’en offusquer. Bien au contraire, elle aussi s’adressait à lui avec un manque de tact flagrant, qui amusait le mangemort. Ce jeu de sous-entendus à répétition lui faisait presque oublier le mal qui rongeait sa chair. Et lorsque la jolie voix de l’anarchiste résonna contre son oreille, il mit quelques secondes avant d’être en mesure de réagir.

« Je ne vous imaginais pas aussi directe, docteur. »

Le ton sur lequel il avait parlé n’avait rien du reproche, mais le mangemort se complaisait à laisser une certaine distance entre lui et Katlyna. Pour mieux essayer de la réduire par la suite. Il ne savait trop à quel jeu il jouait avec elle, mais ce qui était sûr c’est que ce goût d’interdit qui planait au-dessus de leur relation quelque peu calamiteuse ne lui déplaisait absolument pas. Il savait pertinemment qu’il avait beaucoup à y perdre. Car si Katlyna n’avait jamais fait preuve d’agressivité envers lui, ce n’était peut-être qu’une ruse pour mieux tromper son monde. Rien ne lui garantissait que son ennemie naturelle ne changerait pas brutalement de comportement. Et d’un autre côté, il y avait aussi le Seigneur des Ténèbres, son maître absolu. S’il venait à être informé de l’indulgence de Bryan envers une anarchiste, il y a fort à parier que le vénérable Lord ne serait pas aussi clément.
Alors que Katlyna se mit à évoquer les prouesses qu’elle pouvait accomplir grâce à son don de vélane et se montra curieuse de voir ce qu’elle pourrait faire de lui, le mangemort garda le silence mais la gratifia de l’un de ses plus noirs regards. Qu’elle s’amuse à essayer de le manipuler et il le lui ferait payer comme il se devait. Ainsi était Bryan, il parvenait parfois à se montrer presque amical, joueur, quasiment inoffensif, et l’instant d’après, le monstre qu’il était véritablement reprenait le dessus. Mais tandis que Katlyna s’appliquait à panser ses blessures, il redevint aussi doux qu’un agneau. Ou presque.

« Ne te méprends pas, je n’ai aucune confiance en toi, disons plutôt que j’avais envie de tester tes limites. Mais maintenant que je t’ai vue à l’œuvre, je pourrais demander au Seigneur des Ténèbres de te recruter en tant que médicomage des mangemorts. Le nôtre est un peu trop masculin à mon goût. »

Une anarchiste chez les mangemorts… Sa propre plaisanterie l’amusait à peine. Ou serait-ce plutôt le rappel de Katlyna qui lui fit perdre toute once de sourire ? Oui Bryan lui était redevable et il le savait, inutile de le lui rappeler.

« J’ignore comment je dois le prendre. Que tu me juges incapable de tuer le Seigneur des Ténèbres est assez insultant, bien que ce soit très certainement vrai. Toutefois, je pourrais être tenté de croire que tu te soucies suffisamment de moi, au point d’avoir peur pour ma vie. »

Le mangemort s’autorisa à lui faire un clin d’œil quelque peu provocateur, qu’elle lui rendit lorsqu’elle lui lança sa chemise. Les lèvres de Bryan s’étirèrent en un sourire amusé avant qu’il ne reprenne la parole.

« Tu crois sérieusement que je vais remettre ça ? Tu l’ignores peut-être mais je suis extrêmement maniaque. Lorsque je torture l’un de nos prisonniers, j’emmène toujours des affaires de rechange. Alors à moins que tu n’utilises un sortilège de bonne femme sur cette chemise crasseuse, je ne la remettrais pas. Et je me fiche bien que tes collègues jasent, je ne les connais pas et il y a peu de chances pour que je les recroise à nouveau. »

Bryan détourna le regard l’espace d’un instant. Il était déjà en train de réfléchir à la prochaine pique qu’il pourrait envoyer à Katlyna, lorsqu’une tout autre idée lui vint à l’esprit.

« Ce combat contre les aurors m’a ouvert l’appétit. Je vais passer chez moi prendre une douche et puis j’irai dîner sur le Chemin de Traverse. Alors, je te dis à tout à l’heure ! »

Le mangemort venait de lancer une invitation sans trop de subtilité, mais il espérait sincèrement que la charmante médicomage se joindrait à lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Sep - 15:37

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




Savoir rebondir, en toutes circonstances, était un véritable don dont peu de personnes jouissaient. Forte heureusement, Katlyna pensait faire partie de cette population. Avec ses répliques faciles, passant par une palette infinie de sentiment et de corde sensible, qui lui permettait de ne pas laisser la surprise la statufier et de calmer les plus revêches patients. C'était également un talent qu'elle appréciait tout particulièrement chez ses interlocuteurs. Quoi de plus intéressant, quoi de plus intrigant que de pouvoir se lancer dans des répliques sans fin, ponctué de parole juste et d'argument imparable. Merlin qu'elle aimait ce genre de confrontation qui mettait selon elle, du piment dans la vie. Parce que si avoir toujours raison et avoir le dessus était une véritable délectation, n'avoir aucun punch en retour devenait vite lassant. C'était surement pourquoi malgré l'opposition complète que lui offrait Bryan, elle arrivait à tolérer le mangemort, voire carrément à l'apprécier. Certes, rien que cette pensée avec de quoi être inquiétante. D'arriver à rigoler, ou de trouver du charme à une personne capable de tuer père et mère pour la moindre attention d'un fou furieux fanatique, mais c'était comme ça. Nous choisissions rarement les personnes avec qui le feeling passait, c'était plus une découverte, bonne ou mauvaise. Alors oui, même si l'ambiance entre le duo d'ennemis était étrange et pas toujours clair, voir menaçante, elle n'avait pas hésité à tenter de lui sauver la mise. Le défi que représentait son cas, son incapacité à voir souffrir inutilement et son caractère joueur ayant aidé dans cette décision, que beaucoup risquaient de lui reprocher.

Cependant, une fois à l'abri et les premières piques passées, la Bulgare s'était vite remise à la tache. Si ce qui avait fait leur rencontre datait de quelques mois, la renaissance n'était que plus vivace, avec un vis-à-vis remonté par la douleur et toujours aussi prompt à la taquiner. Chose que la blonde ne se privait pas de lui rendre, au centuple. Un peu trop même par rapport à la tête du sanglier, mais cela n'était causé que par une profonde fatigue, prenant naissance avec les nombreuses heures de sommeil manquant. Et le retard de son repas! Comme pour prouver ces dires et pour ne pas ce départir de leurs caractères respectifs les piques reprirent, une fois que le mangemort lui avouait avoir passé un bon moment avec Darren. Surprise, elle était passé au-dessus avant que la malice et son petit côté ne voyant pas le danger que pourrait représenter Bryan reprenait. Sa réplique sur son adaptation au mouvement prônant l'intégration du monde moldu la fit sourire de plus belle, c'était bien n'importe quoi cela. Une personne ne vivant qu'avec le poids du sang pur ne pouvait pas trouver de l'intelligence chez des gens dépourvus de magies à son humble avis. Seulement, la suite l'amena sur la même voix du sourire qui lui fit lever les yeux aux ciels. Réponse non verbale qui lui ferait comprendre qu'elle ne le croyait pas du tout. Son regard bleuté s'accrocha une nouvelle fois au sien, peut-être effectivement qu'elle devrait ajouter, prendre du plaisir avec une demoiselle? Son regard en disait suffisamment long et la moue joueuse était plus qu'expressive. Foncièrement, les barrières de la prudence plus abaissée encore par la fatigue, elle n'avait pas besoin de mot pour exprimer ses pensées et les sous-entendus explicitent du charmant brun était limpide quand comme elle, vous aimiez séduire. Restant dans la même veine, la conversation avait continué jusqu'à tourner à ses soins. Elément pour lequel, elle avait eu besoin de se changer. Il sembla d'ailleurs se laisser aller à admirer le panorama alors qu'elle revêtait les symboles de Sainte-Mangouste, ce qu'elle ne manqua pas de remarquer et de prolonger, en insinuant qu'elle aurait pu lui faire retirer bien plus que sa blouse.


-C'est loin de ce que j'imagine être directe, Monsieur Levinson.

La Vélane laissa là sa phrase en suspens, non sans lui couler un regard malicieux et de légèrement mordre sa lèvre inférieure. Il ne fallait pas qu'il oublie que s'il voulait jouer, il pouvait clairement être deux sur ce terrain. Cependant, elle était loin d'oublier la raison exclusive de sa présence, qui se révélait être son état de santé déplorable. L'urgence de la situation restait bien présente à son esprit, mais elle ne pouvait décemment pas laisser passer de pareille occasion. C'était tout bonnement plus fort qu'elle. Une fois une distance plus honorable reprise et un rien de conscience professionnelle qui semblait lui faire défaut aux yeux de Bryan, Katlyna se mit à la tâche. Habituellement, les sorts des mangemorts créaient de nombreuses difficultés dans les rangs des médicomages, de par leur complexité et par l'utilisation du côté plus obscur de celle-ci, mais ici ce n'était pas le cas. Si elle n'hésitait pas à user des souvenirs de Durmstrang sur cet art noir, elle n'eut forte heureusement besoin de rien de plus que son énergie pour faire disparaître le maléfice qui lui décharnait le dos. Une pure horreur selon elle, un sortilège qu'elle ne jetterait même pas un à ennemis, c'était pour dire. Et dire que c'était un auror qui l'utilisait. Momentanément coupée de ses plaisanteries ou plongé simplement dans le rôle de sa vie, elle était concentrée, efficace et sur d'elle, par un instant de défaillance malgré l'affreux paysage que cela lui offrait, et qui avait de quoi soulever bien des cœurs. Son patient exceptionnel soigné, il lui sauta hors des mains pour vérifier de ses propres yeux. Ce manque flagrante de confiance en elle altérait son ego plus qu'elle ne voulait le dire. Qu'on la chambre pour ces choix, ce qu'elle était à la limite, mais qu'on doute de son boulot ça jamais! Elle avait répondu directement, à brule-pourpoint, avec une once de colère qui tendait son visage et rendait plus dures et tranchantes ces paroles si charmeuses auparavant. Malgré l'humour qui tendait à la fin de sa réponse, la première idée qu'avait soumis le mage noir faisait naitre en elle la révolte. Il n'était pas question, même pas en rêve, que la blonde s'abaisse à devenir le petit toutou du Seigneur des ténèbres. Il n'a qu'à soigner les siens lui-même, peut lui chaud!

-Bien sur, c'est pour ça que tu es venu demander à une anarchiste de te soigner? Juste pour voire quoi rapporter comme trophée à ton maitre? Et si tel est vraiment le cas, crois bien Bryan que si j'ai l'air de passer outre tout ce que tu peux représenter aux yeux du monde, il est hors de question que je me retrouve aux bottes de ce qui te sert de patron. Au cas où, tu ne l'aurais pas encore remarqué, je ne suis pas le genre à obéir aveuglément à quoique se soit, et je ne suis pas très douée en lèche-botte. Puis si cirer des pompes te plait, c'est pas mon cas...

C'était finalement plus cassant qu'elle ne l'aurait voulu, mais empreint d'une vérité tout faite. C'était sans doute tout cela qui fit perdre le sourire du duo et rendre l'ambiance un peu plus électrique. C'était des instants charnière où tout ce qui semblait bien, stable et pas trop dangereux pouvait virer à la bataille rangée. Surtout au vu de ce qu'elle prononçait face à un de ses partisans, elle était sûr que des sorciers étaient déjà mort pour moins que cela. Ce qui rendait plus étrange encore ce qui faisait leurs relations, vu qu'on en était là, du moins en partie. Poursuivant sur sa lancée, elle n'oubliait pas de pointer le fait qu'il lui était redevable tout en lui assurant qu'elle ne lui demanderait pas un service irréalisable. À quoi bon taper dans le vide après tout. Cependant, malgré la réplique vexée que lui servait Bryan, ce fut lui qui apaisa l'engouement du feu par cette petite pique, qui lui arracha malgré tout un sourire. Elle n'hésita d'ailleurs pas à se lancer à son tour sur cet armistice tout trouvé, plus tôt deux fois qu'une.

-Ou que je ne veux pas voir mon travail réduit à néant aussi rapidement?

Proposât-elle avec un petit air malicieux. Comme la conversation tournait certainement à sa fin maintenant qu'il avait ce qu'il souhaitait, elle supposait qu'il n'allait pas s'attarder plus que nécessaire dans les longs couloir de l'hôpital sorcier. Après tout, il aurait raison, ce n'était pas le lieu le plus sur pour lui et plus le temps passait, plus les risques de se faire découvrir devenaient grands. Alors honorant ce clin d'œil, elle lui avait jeté sa chemise pour qu'il se couvre un minimum, en prenant la poudre d'escampette. Non que la vue qu'elle avait sous ces yeux était déplaisante, mais sa particularité n'était pas le secret le mieux gardé. Il arrivait donc fréquemment de se retrouver affublée de liaison en tout sens, quand ce n'était pas Simeon qui venait jouer les troubles fête et mettre le trouble dans la tête de toutes les secrétaires. Seulement, Kat' ne s'attendait certainement pas à la réaction de l'ainée. Pas du tout.

-Oh Monsieur est maniaque, intéressant. Son sourire s'élargissait à vue d'œil et bras croisé, elle l'observait à quelques pas à peine. Eh non, navré, tu n'as cas te trouver une bonne si tu veux une chemise propre, je ne suis pas ton elfe de maison...

Surtout qu'elle aimait déjà pas le faire pour elle-même, alors pour d'autres... Mais comme il le prenait à la boutade, elle comptait bien s'y lancer. Elle était de toute façon fatiguée et sans envie de grande réflexion. Jetant la blouse blanche sur une des chaises, elle libéra d'un geste sa crinière blonde de l'élastique qui le retenait avant de les secouer un peu avec ses mains question d'y donner un peu de volume et surtout un petit quelques choses de désordonnée. Quitte à pousser le bouchon, autant le faire dans les règles de l'art, n'est-ce pas?

-Bon permets-moi alors d'inventer ta vie, parce que si je réponds mangemort, soit elles vont rire en me demandant non sérieusement? Soit, elles vont me regarder atterrée et téléphoner à notre service psychiatrique. Je n'ai aucune envie d'y faire un tour, surtout pas pour toi, sans te vexer évidemment.

Katlyna était prête à jouer le jeu, si tant était que personne ne le reconnaisse sinon une myriade d'auror leur bloquerait la route de la sortie et ils étaient bons pour Azkaban. Une perspective qui lui glaçait le sang. Néanmoins, torse nu, il y avait une chose qui le trahirait sans l'ombre d'un doute et c'était cette affreuse marque noire qui ornait son bras. Là, même sans sa tête, le secrétariat donnerait l'alerte avant d'avoir eu le temps de dire Quidditch. Un coup de baguette négligeant et immédiatement un bandage s'enroula autour de l'endroit incriminé, il comprendrait certainement. Alors que la Bulgare attendait de pieds ferment les prochaines répliques qui ne manqueraient pas d'être salée, elle fut un instant interdite quand Bryan reprit la parole. Autant dire qu'il n'était pas nombreux dans ce monde à avoir réussi l'exploit de lui clouer le bec, mais c'était ce qu'il venait de faire de la plus belle des manières. Pour ne pas s'attendre à ça, elle ne s'y attendait pas. Son regard restait d'ailleurs accrocher à lui comme si elle essayait de trouver les tréfonds de cette décision, ou d'en peser le pour le contre. Kat' n'était pas assez idiote que pour ne pas avoir saisi l'allusion, on ne peut plus clair mais quand même. Que faire? Elle n'avait jamais rien eu vraiment à craindre du mage noir malgré ces paroles et il faut dire que ces instants courts n'étaient pas si déplaisants, mais c'était moins anodin que de se croiser au hasard. Puis comme pour aller dans le sens de son vis-à-vis, son estomac décida de venir s'immiscer dans la conversation pour signaler que oui, lui il avait vraiment faim. Depuis le temps qu'elle devrait être rentrée. Oh et puis, il pouvait bien l'inviter à diner, non? C'était la moindre des choses. Sur ces bonnes paroles, toute son expression et son visage s'animèrent d'un mouvement.

-Hum, je vais vraiment finir par croire que tu m'apprécies, si tu continues dans cette voix... Je n'aime pas attendre, alors à bon entendeur...

Une réponse dans le même ton que la sienne. Oui, elle acceptait d'aller diner et à peine ces paroles sortie de ces lèvres qu'elle se demandait encore pourquoi. Quoi qu'il en soit, elle avait une longue journée derrière elle, elle avait faim et si ce n'était que l'ambiance d'un hôpital, une longue douche chaude ne serait pas à refuser. Sur ces bons mots, elle avait ouvert la porte avant de faire les premiers pas dans les couloirs. L'air de dire alors on attendent quoi?




@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Nov - 12:26
Bryan s’était surpris à rire lorsque Katlyna avait évoqué l’idée d’inventer sa vie afin de servir une explication crédible au fait qu’il sorte de Ste-Mangouste à moitié dévêtu. Néanmoins, peu désireux d’attirer l’attention sur lui, mangemort évadé d’Azkaban n’ayant aucune envie d’y retourner, il s’efforça de lancer un sortilège pour nettoyer sa chemise, avant de l’enfiler à nouveau. Puis, d’un pas décidé, il s’était avancé vers Katlyna, avait déposé un bref baiser sur sa joue, et ses lèvres s’étaient étirées en un mince sourire provocateur.

« Ne va pas croire ce que je n’ai pas dit. Je ne t’apprécie absolument pas, mais je sais me montrer reconnaissant. Je serai ponctuel, sois sans crainte. »

Ces dernières paroles résonneraient toujours singulièrement dans sa bouche, mais il se plaisait à jouer de l’image que l’on se faisait de lui. Image loin d’être fausse, cela dit. Infiniment soulagé de s’en être sorti une fois de plus, alors que selon les dires de certains il aurait encore mérité la mort, Bryan sortit de la salle de consultation et se dirigea le plus calmement possible vers la porte d’entrée de l’hôpital. Une fois sur le perron, il leva la tête vers le ciel et constata qu’il faisait déjà presque nuit. Un jour de plus s’était écoulé et il était toujours en vie. Ce simple constat suffit à emplir son cœur de fierté. Ca et puis le fait que Katlyna ait semble-t-il accepté son invitation, bien sûr. Ah, pauvre Hellson ! S’il savait de quel genre de personnes il était entouré… Le mangemort sourit une nouvelle fois, puis il transplana.

Arrivé au manoir, il jeta sa chemise aux pieds de son elfe de maison et lui ordonna de la brûler. Sur le chemin de la salle de bain, il rencontra un verre de whisky pur-feu, qui fût évidemment le bienvenu. Le simple fait de grimper les escaliers lui fit sentir de légères douleurs dans son dos, douleurs qui s’accentuèrent encore un peu plus lorsque l’eau glacée de la douche s’abattit sur lui. Les effets du sortilège mettraient sûrement encore quelques jours à se résorber complètement. Mais ce n’était pas si grave, Bryan était un homme patient. Il avait bien attendu de rencontrer Katlyna à nouveau avant de l’inviter, alors qu’il aurait pu lui envoyer un hibou peu après leur première conversation.

Vêtu de son plus beau costume, le mangemort arpentait Chemin de Traverse le plus discrètement possible. Aucun avis de recherche à son effigie ne figurait encore dans les rues de Londres, mais cela ne saurait tarder. Alors autant en profiter tant qu’il le pouvait encore. Mais alors qu’il atteignait les environs de l’Allée des Embrumes, il vit au loin une crinière blonde apparaître. Il la reconnut au premier coup d’œil. Katlyna s’était bel et bien décidée à venir. Pour être franc, Bryan n’était pas entièrement convaincu qu’elle viendrait, après tout il n’était absolument pas naturel pour une anarchiste et un mangemort de dîner ensemble. Et pourtant elle était là, resplendissante au milieu de la foule.

Réfléchissant un instant, Bryan se dit qu’il n’allait pas aller vers elle, du moins pas tout de suite. Connaissant Katlyna, il pensait qu’elle aurait certainement dans l’idée de le chercher du côté de l’Allée des Embrumes. Elle savait pertinemment qui il était, et quels endroits les gens comme lui pouvaient fréquenter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Nov - 21:04

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




Ce n'était qu'un réflexe inné, une expression incontrôlable, mais particulièrement plaisante à entendre. Le rire avait cette faculté primaire d'être communicatifs, relaxant et déstressant. La situation déjà aplanie, redescendait encore d'un niveau alors que le sourire qui s'affichait sur son visage se décuplait. Aidé par la fatigue de cette longue journée. Katlyna l'observa par la suite donner un semblant de tenue à ses vêtements en charpies, pour pouvoir les reporter. Faisant s'envoler l'ultime possibilité de rigoler, en lui inventant une nouvelle vie. Son esprit pourtant revient à la réalité, quand cette invitation surprenante et spontanée du Mangemort tomba. Contre toute attente, même de la sienne, elle accepta. Ce fut sur ces belles paroles et un baiser sur la joue, qui ressemblait assez à son propre départ quelques mois plutôt, que se clôtura la conversation. Elle aurait bien haussé un sourcil provocateur, répondu une multitude de réplique, cherchant vainement à lui prouver le contraire mais elle se tut. En certain instant, le silence était d'or. En certain instant, ils pouvaient en dire bien plus long que n'importe quel mot. Nul doute que le brun l'avait parfaitement compris. Lui laissant un semblant d'avance, elle finit par prendre le même chemin et d'enfin quitter l'hôpital sorcier. C'était donc avec un retard conséquent qu'elle avait atteins son domicile, ou s'impatientait Aubépine. Elle hululait à tue tête, mordant les barreaux de sa cage pour signaler qu'elle souhaitait aller se balader. Un mouvement de baguette, l'oiseau était libre et volait à travers à la nuit. Un tour à la douche pour enlever ces odeurs médicales, qu'on qualifierait de désinfectant et qui faisait que certaines personnes reconnaîtrait les lieux même les yeux fermés et elle se retrouva apprêtée. Pour le coup, la Bulgare s'était empêché de réfléchir. Ne pas amener le point de cette soirée à son esprit parce qu'au fond oui, pourquoi y aller? Et c'était là que la partie la plus intrépide, fonceuse ou casse coud, selon les cas, de sa personnalité reprenait le dessus en signalant, et pourquoi pas? Quel mal y aurait-il à aller manger un morceau? Oui oui, c'était un mage noir, d'accord mais ils n'en étaient pas moins tous deux décrétés ennemis de l'État. Bref. Un soupire passa ses lèvres, elle retoucha son maquillage enfila une cape noire sur ses épaules avant de transplaner sur le Chemin de Traverse.

La nuit était tombée à présent et Kat' ne savait pas vraiment où le chercher. Ces lieux étaient bondés, mais ce n'était pas habituellement le genre d'endroit que des personnes recherchées arpentaient. Quoique. L'illumination lui arriva. Parce que oui, il y avait bien une rue qu'on signalait comme mal famée, ou il ne valait mieux pas se promener seul : L'Allée des Embrumes. Dès son arrivée à Londres, trois auparavant, son guide personnelle avait particulièrement insisté sur ce point. Et bien, selon toute probabilité, si Bryan venait, si c'était le cas, il serait là-bas. Supposant que sa déduction était cohérente, c'était avec détermination que la Vélane marchait dans cette direction, slalomant entre les passants. Pourtant, et ce malgré la pénombre, elle ne put pas oblitérer très longtemps les regards intéressés qui suivaient son passage, fixant un instant sa silhouette. Faisant aussi naitre des fantasmes qu'elle était bien contente de ne pas entendre. En partie, c'était son patrimoine génétique légué de sa mère qui faisait cet effet-là à la population masculine. Mais il était vrai que sa robe longue, bleu nuit, légèrement fendue entre le sage et le pas sage, n'aidait en rien. C'était vrai. Mais hé, quitte à en profiter, autant ne pas le faire à moitié. Puis si elle tournait en rond et ne voyait personne, eh bien elle aurait la tenue idéale pour aller faire un tour au dôme. Toujours savoir rebondir sur ses pattes! Voilà son mantra. Ignorant la population, du mieux qu'elle put, son regard papillonnait en tout sens, cherchant à repérer Bryan. C'était déjà complexe de par sa taille mais cela se mutait en échec. Puis la rue tant attendue fut en vue et elle se résigna à y pénétrer. Autant dire que la médicomage ne pouvait pas plus détonner là-bas. Là ou on évitait les regards, ou les mess-basses étaient monnaies courante, ou on s'échangeait surement bien des choses sous capes, voir plus encore... Elle allait rentrer un peu plus, laissant le chemin de Traverse derrière elle, quand une poigne sur son bras la fit se retourner. Brutalement, elle fit volte-face s'attendant à voir le mangemort. Ce ne fut pas le cas. Du moins, peut-être bien que oui ou non, si on s'arrêtait à cette définition. Bouffée alcoolisées et paroles graveleuses tombèrent avant qu'elle n'eut le temps d'ouvrir la bouche.


-Hé, où tu vas comme ça Chérie?..Ok, lui il commençait mal. Elle allait répondre vertement mais elle n'en eut pas le temps qu'il enchainait déjà... Ce n'est pas un endroit sûr pour une belle plante comme toi. Il y a des gens mal intentionné, là-bas... Ah parce que lui il avait de bonnes intentions peut-être? Bah tient... Mais va-y reluques, abrutis, avant d'avoir un sort dans la figure. Imperturbable malgré le regard polaire qu'elle posait vers lui, il continuait, se redressant sensiblement. Ou alors, il faudrait être accompagné d'un homme comme moi. Fort, protecteur, un mâle viril quoi...Moi je serais te défendre. Comment on pouvait débiter autant d'ineptie en quelques secondes à peine? Elle était comme ça aussi quand elle avait bu? Si c'était ça, elle jurait de ne plus jamais boire d'alcool... Quoiqu'il en soit quand ces dernières répliques résonnèrent à ses oreilles, s'en fut trop pour Katlyna. Elle partit littéralement dans un fou rire moqueur. Incapable de s'arrêter, il s'en rembrunit. Non mais sérieusement. C'était un gringalet qui devait avoir son âge, si ce n'était moins qui osait lui dire ça? C'était ça oui, et la marmotte elle mettait le chocolat dans le papier alu. Faudrait qu'il revoie son plan drague lui. Reprenant son sérieux péniblement, elle prit la parole froidement. Bon écoute petit gars, je ne suis vraiment pas d'humeur aujourd'hui. Alors tu vas reprendre ton ego surdimensionné avec toi et retourner gentiment chez ta mère, tu veux. Quand tu seras sevré, on en reparle....

Elle fit volte-face sans attendre, s'éloignant de l'inopportun personnage. Comme quoi, tout n'avait pas que des avantages. Marchant plus rapidement, mais toujours de manière décidée, elle finit par repérer une silhouette qui pourrait lui correspondre. Elle s'en approcha avec précaution, usant de quelques secondes d'indécision. Son regard bleuté resta accroché dans cette direction comme pour acquérir la certitude qu'elle s'adresserait bien à la bonne personne. Ce n'était pas le moment d'aborder n'importe qui. Surement pas dans ce lieu. Mais finalement rassurée, elle se prosta à ses côtés, avant d'avancer à son hauteur.

-Ce costume te sied nettement plus que ce qui te servait de vêtement, tantôt...

Juste un souffle, un murmure. Assez haut pour qu'il l'entende, pas assez non plus pour faire se retourner toute la rue. Ne pas attirer les regards dans ce lieu l’arrangerait énormément, mais ce n'était pas gagné. Elle avait tout de l'intruse. Pourtant pas démonter pour si peu, elle répliqua joueuse.

- Me fuyais-tu? Ta reconnaissance aurait-elle une limite?

La dernière pique n'étant que le rappelle de ses propres phrases passées. Tout était mieux que de se poser sur la réflexion de ce repas à venir. Du moins si tel était le cas.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Nov - 17:56
Alors que Bryan s’en était allé du côté de l’Allée des Embrumes afin de tester celle qu’il considérait plus comme une partenaire de jeu que comme une véritable ennemie, il finit par se demander si elle allait véritablement venir le retrouver ici. Bryan était patient. Cinq minutes. Au-delà, il commençait à se faire tout un tas de films, qui pouvaient parfois le rendre fou. Mais il était ainsi, il avait toujours besoin de trouver une explication à tout, il était bien plus rationnel que l’on ne pouvait le croire aux premiers abords. Néanmoins, il avait hérité de ses onze années d’enfermement à Azkaban ce petit côté paranoïaque qui lui faisait toujours imaginer le pire de toutes les situations dans lesquelles il se fourrait. C’était comme s’il s’interdisait toujours le droit d’être heureux, de profiter de chaque instant plaisant sans songer une seconde à l’éventuel drame qu’il pourrait devenir.

Tandis qu’il commençait vraiment à s’impatienter, il entendit des bruits de voix à quelques dizaines de mètres de là. Surpris que l’on ose adresser la parole à quelqu’un dans ce sordide endroit, il fit volte-face et parvint à distinguer la silhouette de Katlyna. Ainsi que celle d’un minable rôdeur. Bien, la partie de cache-cache avait assez duré, l’anarchiste avait eu l’idée de venir le retrouver ici, il était ravi qu’elle y ait songé mais désormais la situation n’amusait plus le mangemort. Il était hors de question que les doigts de ce malotru restent cinq secondes de plus posés sur le poignet de la vélane. Non il n’était pas jaloux, ni même possessif. C’est juste qu’il n’aimait pas que l’on s’intéresse à ses objets de convoitise. Grosse nuance. Et il y en a un qui allait certainement perdre son bras ce soir, si ce n’est même plus. Prêt à dégainer sa baguette, Bryan s’avança d’un pas déterminé avant de s’arrêter net lorsqu’il entendit Katlyna éclater de rire. Qu’est-ce que cet abruti avait bien pu lui dire de si amusant ? Les sourcils du mangemort se froncèrent en un air interrogateur à mesure que la belle blonde débitait sa réponse à cet inconnu. Puis, constatant qu’elle venait de mettre un terme à la discussion pour se déplacer dans sa direction, Bryan détourna le regard et fit comme s’il ne l’avait pas vue.

Lorsque les mots de Katlyna résonnèrent à son oreille, il sourit à nouveau. Il ne faudrait pas qu’elle le complimente trop, il lui était si aisé de prendre la grosse tête. Et bien qu’il trouvait la robe bleu nuit de la demoiselle particulièrement bien portée, c’est pourtant un tout autre commentaire qui sortit de sa bouche.

« N’as-tu pas l’impression de détonner un peu dans ta robe de soirée ? Ce n’est pas une simple cape qui va te rendre plus discrète. N’es-tu donc pas capable de te rendre quelque part sans te faire remarquer ? »

Bryan savait que la plupart des gens n’étaient pas sensibles à son humour, et il avait fini par comprendre que c’était parce qu’il était bien trop empreint de sarcasme. Et que le commun des mortels n’était pas suffisamment familiarisé avec le second degré. Aussi s’était-il efforcé de faire cette remarque sur le ton le plus doux possible (ce qui chez lui, s’apparentait toujours plus ou moins au cri de joie d’un inferi heureux de voir sa proie ; rien de très doux quoi, mais pour lui c’était déjà un effort surhumain).

« Pourquoi fuirais-je celle qui m’a sauvé ? Je voulais juste vérifier une chose et il se trouve que tu es tombée dans mon piège. J’ai pu constater, à mon plus grand regret, que tu avais suffisamment de préjugés au sujet des mangemorts pour venir me chercher ici. Je suis déçu que tu puisses songer que je suis comparable à la population qui rôde par ici. D’ailleurs, l’espace d’un instant, j’ai bien cru que tu étais sur le point de t’en aller avec le jeune homme qui t’a abordée. »

Le visage du mangemort affichait un air mi-vexé mi-amusé. Difficile de déterminer laquelle de ces deux émotions prévalait sur l’autre. Quoiqu’il en soit, pressé de quitter cet endroit décrépit, Bryan se mit en marche. Il ne revint directement pas sur le Chemin de Traverse, mais emprunta une multitude de rues parallèles avant de s’arrêter dans l’une d’elles. L’ambiance y était beaucoup plus chaleureuse que dans l’Allée des Embrumes, mais il y avait tout de même moins de monde que sur l’artère principale du Chemin. Voilà un bon compris. Bryan entra dans le restaurant qu’il avait connu il y a de cela bien des années auparavant, alors qu’il était encore marié à une ignoble sang-mêlé. Un serveur vint les installer à une table dans un coin de la salle – le mangemort avait insisté pour ne pas être près de la fenêtre, il ne tenait pas attirer les regards. Et alors que le jeune homme leur demanda ce qu’ils souhaitaient boire, contre toute attente, Bryan commanda un jus de citrouille.

« Je dois dire que je suis agréablement surpris de te voir ici. Ce cher Hellson ne va pas te poser de problème, si jamais il apprend où tu te trouves ce soir ? »

À vrai dire, le mangemort ne s’en préoccupait absolument pas, il prenait simplement plaisir à provoquer l’anarchiste qui lui faisait face.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Nov - 10:56

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




Prérequis à toute conversation, pionnier sociale, l'observation était sans doute la principale occupation humaine. Car oui, l'ensemble des réactions que nous avions, des actions que l'on apposaient, étaient basées sur ce recueil d'information, sur ces observations. Depuis notre tendre enfance, nous ne faisions que cela. Regarder, scruter, épier les gestes, les mimiques, tous ce qui pourrait nous guider sur la piste et la voix de ce que nous cherchions. En l'occurrence, c'était ici aussi grâce à ce sens de déduction que Katlyna avait opté pour l'Allée des Embrumes. Certes, rien que le faite d'avoir connaissance de son allégeance provoquait des pré-jugués sur son compte. Cependant, il fallait leur reconnaitre une part de véracité. Être traqué continuellement par une foule de personnes modifiait clairement votre comportement. Elle avait pu le remarquer avec les anarchistes, tout comme elle le supposait pour les mangemorts. Menacé d'exclusion à vie à Azkaban, où pire de privation d'âme, il était plus prudents de se montrer discret. Quoi de mieux dès lors, qu'une rue a la sombre réputation, qui tenait éloignée une bonne partie des sorciers. Un endroit où tout à chacun mettait tout en œuvre pour ne pas regarder, ce qu'ils ne devaient pas. Non décidément, elle ne voyait que cela. A moins bien sûr qu'il préférait l'éclatant chemin de Traverse et ces affichettes de tête mise à prix. La blonde en doutait, l'instinct de survie prévalait souvent sur le reste. C'était donc décidée qu'elle s'était dirigée vers la petite rue parallèle, y cherchant du regard Bryan, ce demandant quand même pourquoi les aurors ne se décidaient tout simplement pas à y faire un saut.

Tandis qu'elle déviait légèrement dans son imaginaire, le retour à la réalité s'imposa de lui-même quand une poigne ferme stoppa son élan. Voilà qu'elle héritait d'un des nombreux pochtrons du coin, trop embrumé dans leur vérité que pour comprendre l'absurdité de ce qu'il faisait. Son ego malmené ne supporta pas l'affront très longtemps, parce qu'elle finit par éclater de rire. Ce n'était sans doute pas la meilleure technique pour se débarrasser d'un inconnu collant, éméché, mais c'était plus fort qu'elle. La vélane se ressaisit choisit le râteau verbal avant de se dégager rapidement, en profitant de sa lenteur de réaction. À nouveau seul dans ces lieux malfamés, oui elle se sentait détoner. Rien que la blondeur de sa chevelure accrochant faiblement les rayons de la lune, qui se levait, semblait une injure à l'incognito des passants. Heureusement, Katlyna finit par voir une silhouette masculine, ressemblant à s'y méprendre à celle du mage noir. Bryan semblait enfin en vue. Ravie d'avoir eu raison et surtout de connaitre une personne qui ne comptait potentiellement pas la tuer de sitôt, elle se rapprocha de lui, l'abordant avec compliment. Autant voir la vérité en face, bien qu'il n'était point complexe d'être mieux accoutré que lors de son arrivée à Sainte-Mangouste. Vêtement en charpie et cape flambée n'était coutume de personne. La réplique quant à elle la désarçonna pendant une fraction de seconde, avant qu'un de ces sourcils part à l'assaut de son front. Oh même si elle avait l'exacte sensation en son for intérieur, tout en sachant pertinemment que passer complètement inaperçu lui était compliqué de par sa nature, elle choisit de ne pas lui faire l'honneur d'acquiescer. Cela serait mal la connaitre. Piquée au vif, la Bulgare enchainait.


-A vrai dire non. Non pas que je n'apprécie pas l'incognito de temps en temps, mais c'est plus fort que moi. Puis si tel était le cas, tu n'aurais jamais pu émettre cette remarque, dommage non? Mais ne t'en fais pas, on ne prendra pas attention à toi, si cela t'inquiète.

Elle ponctua cela d'une mimique caractéristique proche du sourire. Puis au vu de son propre choix vestimentaire qu'on qualifierait d'impeccable, arriver en jeans, t-shirt aurait eu tout autant quelques choses de décalée. Continuant dans ce qui semblait être une réprimande à mi-mot, sans vraiment l'être - elle ne discernait pas vraiment l'intention - il l'accusa d'avoir des préjugés. Cette fois, ce fut clairement un sourire moqueur qui orna son visage. Ce n'était pas un peu la poêle qui se moquait du chaudron, là? N'était-il pas justement occupé de parader dans l'Allée des embrumes, lui aussi? Oh, elle ne dirait pas que tout les passants, les rares qui étaient présents, se trouvaient être des fanatiques du Seigneur des Ténèbres, mais ils n'étaient pas très clean non plus. Sinon, ils ne seraient pas ici. Cependant, il s'élargit d'autant plus quand il parla de son altercation précédente. Oh oh, monsieur serait-il jaloux? Possessif? Ou il n'aimait pas perdre ces jouets? Un éclat de malice brilla dans ses prunelles bleutées. Oui, elle accrochait surtout ce qui l'intéressait, ne pouvant faire autrement, elle rebondit dessus derechef.

-Serais-tu jaloux, Bryan?... Que je puisse préférer sa compagnie à la tienne? Quoique non si ce n'est que déception de mes actes, qui m'a pourtant permis de te trouver, cela ne devrait pas te déranger. Tu sais la traque rend les hommes semblables en matière de survie, mais si tu préfères, je peux aller le rejoindre? Je suis sur qu'on aurait beaucoup de choses à se raconter, bien que j'étais parfaitement encline à balayer mes prérequis sur ton compte...

Immédiatement, la vélane fit mine de faire machine arrière pour aller rattraper l'abruti en question. Soyons clair, elle ne faisait que lui rendre la monnaie de sa pièce et tenter de le piquer avec ces paroles, pourtant clairement joueuses comme le prouvait son regard. Oh non, elle n'avait aucune intention de faire demi-tour, peut-être juste lui montrer la faille de son résonnement. Si elle aurait été à ce point bourrée de pensées néfastes, le prenant comme tous les autres, serait-elle là? Rien n'était pas moins sur. Seulement le moment ne dura pas et ils se mirent en marche. À son plus grand soulagement, les ruelles sombres à l'ambiance électrique s'éloignèrent pour retrouver la clarté surfaite de rues plus agréables. Le monde était devenu parsemé mais la bonne ambiance semblait enfin de retour. Calquant son pas sur le sien, ils arrivèrent rapidement à un restaurant qu'elle ne connaissait pas. Oh, elle avait beau avoir fait de long en large les nombreuses rues sorcières, à son arrivée. Elle n'avait certainement pas pris le temps de s'arrêter dans tous les restaurants et snack. Un regard à l'espace, à l'intérieur et elle suivait le mouvement. Un sourire au serveur qui les conduisait et elle prit place en face de lui. Observatrice, cherchant l'analyse, Katlyna fixait ces personnes lambda, les décors avant de raccrocher à cette voix masculine qui venait ouïr les boissons. Si elle prit ce qui servait généralement d'apéritif, elle retient de justesse le rictus amusé quand il demanda un jus de citrouille. Sérieusement?

-Un jus de citrouille? Vraiment? Serais-tu malade? Il n'y aucune contre-indication médicamenteuse tu sais.

Bon d'accord médicomage un jour, medicomage toujours! Ça elle n'avait pas pu s'en empêcher. Cependant c'était vrai, quand on voyait ou et pour quelle raison s'était fait leur rencontre, l'interrogation pouvait se poser sur son choix de boisson. Était-ce une soudaine prise de conscience de sa part, cherchant à soulager son foie? Une mauvaise expérience dans le domaine qui aurait refroidit ses ardeurs? Ou la nécessité de garder la tête froide et une réflexion impeccable? Théorie nettement plus angoissante. Balayant ces suppositions, la blonde croisa les jambes, s'adossant à la chaise après avoir déposé sa cape.

-J'ai rarement pour habitude de me défiler quand on m'invite... Quant à Hellson, aux dernières nouvelles, il n'est ni mon père, ni mon frère. Alors, il n'a aucune légitimité à me dire ce que je dois faire ou non. Personne enfaite. Elle se redressa un peu sur sa chaise avant de retourner la question. Et toi? Ne risques-tu pas plus de problème que moi sur ce point? Les méthodes expéditives ce n'est pas notre domaine de prédilection et je dois être l'ensemble des défauts.

Du moins, Katlyna en avait un gros pour ces ensembles de sang-pur : Être de sang-mêlé, voir carrément hybride. Bien qu'elle était sûre que Lord Voldemort aurait pu y trouver avantage. Malheureusement pour lui, la blonde était à l'antipode total de ces convictions, ou manière de faire. Anticonformiste, souhaitant tout bousculer. Il était clair qu'il n'y avait qu'une place qui lui convenait et elle l'avait déjà chez les Aanarchistes. Débattraient-ils comme la première fois? Un retour aux bases? Qui sait... Il n'en fallut pas plus long pour que la commande précédente n'atteigne leur table, le garçon s'appliquant au maximum pour disparaitre rapidement. C'était qu'il apprenait bien la leçon. Vite, bien, mais ne pas emmerder son monde.

-À cette soirée...?

Ponctua-t-elle mi-questionneuse, mi-sûr d'elle, en levant brièvement le verre qu' on venait de servir. Pas très inventive pour les toasts.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Jan - 21:23
Les remarques de la belle anarchiste n’étaient évidemment pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Bien sûr que Bryan avait constaté à quel point Katlyna aimait se montrer provocante, et s’il avait tout bonnement décidé de ne pas lui répondre, c’est avant tout parce qu’il ne souhaitait pas lui faire le plaisir d’entrer dans son jeu. Et aussi parce qu’il aurait certainement pu sortir deux ou trois propos blessants en échange. Rien qu’il n’aurait pas véritablement pensé, mais disons que ses paroles auraient pu changer le cours de cette soirée qui s’annonçait plutôt agréable. Alors parfois, il était préférable de laisser son égo surdimensionné de côté et de prendre les choses au second degré. D’autant plus qu’il savait bien qu’elle plaisantait, que pour pratiquement rien au monde elle ne serait partie en compagnie de cet étrange inconnu, qui l’avait abordée quelques secondes auparavant.

Le mangemort n’était pas complètement inconscient, le fait de se promener sur le Chemin de Traverse comme si de rien n’était lui procurait une légère angoisse. Ce n’était pas prudent ni pour lui ni pour elle. Bien que si elle venait à se retrouver derrière les tristement célèbres barreaux d’Azkaban, cela ne changerait pas grand-chose à l’existence de Bryan. Tout ce qui lui avait toujours importé était sa propre personne. Du reste, il s’en fichait royalement. Il ne vivait que pour satisfaire ses petits désirs égoïstes. Il appréciait Kat, c’était incontestable (bien qu’il aurait pu jurer le contraire au Seigneur des Ténèbres), mais s’il devait la sacrifier et la livrer aux aurors pour sauver sa peau, il n’hésiterait pas une seule seconde. Il avait toujours été ainsi, c’était plus fort que lui. Bryan était un être égocentrique, et il ne changerait probablement jamais. Mais alors qu’il l’exhibait fièrement à ses côtés, il faisait de son mieux pour ignorer le danger qui pesait sur lui.

Une fois attablé, il s’était attendu à la réaction de Katlyna quant à son jus de citrouille. Il allait devoir faire preuve d’humour s’il souhaitait se tirer de cette situation sans éveiller les soupçons de la médicomage. Il ne pouvait pas se résoudre à lui dire qu’il avait quelque peu diminué sa consommation d’alcool depuis que son addiction l’avait conduit à passer la nuit avec une charmante auror.

« Je souhaitais juste te surprendre. Et visiblement ça a marché. Et puis je crois qu’il vaut mieux garder les idées claires face à une opposante, vélane de surcroit. »

Il avait volontairement remplacé le mot « ennemie » par « opposante », il lui semblait être une bonne idée d’adoucir ses paroles. Les prochaines paroles de Katlyna le firent sourire. Ainsi il ne semblait donc y avoir personne dans sa vie, du moins personne de trop « gênant ». Oh bien sûr, elle était à la solde d’Hellson, mais elle paraissait avoir conservé une large autonomie. Bryan ne pouvait pas en dire autant. Le moindre de ses gestes pouvait être découvert par le Seigneur des Ténèbres en une fraction de seconde, il suffisait à son maître de lire dans ses pensées et le tour était joué, et c’en était fini de sa vie. Et pourtant, il fallait croire que malgré l’immense respect que Bryan témoignait au mage noir, il avait choisi de se montrer téméraire, de mener sa vie privée comme il l’entendait. Tant pis s’il se brulait les ailes à trop vouloir jouer, tant pis si le Seigneur des Ténèbres découvrait quels ennemis faisaient partie de l’entourage de Bryan. Il pourrait mourir en se disant qu’il avait passé de bons moments sans jamais trahir son maître. Et désormais cela lui suffisait. Depuis qu’Azkaban avait dérobé la majeure partie de son existence, la vie elle-même ne lui paraissait plus avoir beaucoup d’importance, alors autant la vivre intensément et dangereusement.

« J’en déduis qu’aucun homme n’a réussi à te séduire dernièrement. Peut-être que la situation sera différente avec moi. En tout cas, je suis ravi que Darren ne contrôle pas ta vie privée, autrement il aurait été tellement déçu par ton attitude, le pauvre. Quant à moi, je ne pense pas être encore dans les bonnes grâces du Lord, alors j’aime imaginer que ce que je fais de mon temps libre ne lui importe plus vraiment. Et quand bien même il s’en apercevait et décider de m’expédier dans le monde des morts, je ne crois pas que ce serait une grosse perte pour la communauté magique. »

Bryan ne s’était pas départi de son sourire ironique. Il savait bien ce que l’on pensait de lui, tous les ennemis qu’il avait croisés ne s’étaient pas gênés pour lui dire à quel point ils le trouvaient cruel et inhumain. Quelque part, cela l’amusait que l’on ne le comprenne pas. La commande arriva et le tira de ses pensées, imitant Kat, il leva son verre.

« À l’avenir, qui s’annonce radieux ! »

L’anarchiste s’imaginerait-elle que les mangemorts préparaient l’attaque du siècle qui les mènerait au pouvoir ? Peut-être, en tout cas c’était le but recherché par Bryan. Mais Kat pourrait également l’interpréter comme un excès de confiance quant à l’avenir de leur « relation ». Peu importe, le mangemort attendait déjà impatiemment sa réaction.

« Que dirais-tu de jouer au jeu de l’honnêteté ? Si on essayait de se dire la vérité ce soir ? Je commence si tu n’y vois pas d’inconvénient. Sérieusement pourquoi es-tu venue, Katlyna, tu espères user de tes charmes pour arriver à me piéger ? »

Que le jeu commence !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Jan - 15:19

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




L'évolution humaine avait souvent impliqué de communiquer avec les autres. C'était la base même de notre civilisation. Échanger, marchander, s'exprimer, tenter de se comprendre. Tout cela avait plusieurs buts, dont le plus crucial était simplement de survivre. Or, savoir manier ces paroles à son avantage devenait rapidement un art, ou certain excellait. Cependant, contre toute attente, ce n'était pas celui de Katlyna, qui y préférait une manière plus détournée pour arriver à ces fins. Certains appelait ça de la manipulation, d'autres le verrait plus comme une manière de jouer sur les cordes sensibles et de titiller les impulsions. Elle-même se retrouvait nettement plus dans cette seconde définition. Elle était effectivement de celle à apprécier, comme beaucoup, d'avoir le dessus. À souhaiter garder les situations bien en main et d'avoir dans son jeu de quoi gagner. Mais elle était également une personne avec un trait impulsif, doté d'une forte propension à l'amusement. C'était tout cela que Bryan ne cessait de venir éveiller en elle, malgré son camp opposé, en usant de ces remarques parfois sarcastique et menaçante. C'était pourquoi, elle ne pouvait pas s'empêcher à son tour, de le provoquer en rentrant dans son jeu. Une situation qu'on pourrait qualifier de bancal, ou en tout cas d'exceptionnelle, qui semblait pourtant convenir à nos deux protagonistes. Jouant avec les limites de la provocation ou de la simple logique, ils ne cessaient de se chercher. Aussi étonnant que cela puisse paraître, d'un point de vue extérieur, la blonde se sentait certainement plus en sécurité en sa compagnie, que seule dans l'allée des embrumes. Joueuse pourtant, elle avait sauté sur l'occasion qu'il lui offrait sur un plateau d'argent, quand il montra des signes de jalousie avec son altercation précédente. Malheureusement pour elle, il choisit d'y répondre par le silence, éteignant ainsi une conversation qui aurait pu devenir rapidement drôle. Notant l'information dans le coin de sa tête, prête à la ressortir à la meilleure occasion, la médicomage le suivit, alors qu'il les menait dans un petit restaurant, éloigné de l'agitation des rues principales.

Un choix parfaitement judicieux au vu de leur situation pratiquement commune, d'un point de vue ministérielle. Pendant quelques instants, Katlyna observa le lieu avant de rentrer à sa suite et de rejoindre la place qu'il leur avait été réservée. L'ensemble était plutôt plaisant. Ce n'était certainement pas aussi bondé que pouvait l'être ces endroits reconnus, mais il offrait une paix et un certain calme qui n'était pas négligeable. Éloignée de la fenêtre, prenant place sur sa chaise, elle s'était plongée dans ses réflexions. Élément dont elle ne put profiter longuement, parce qu'elle fut vite ramenée à la réalité par une commande expresse à effectuer: Les boissons. Si la Vélane resta typiquement classique, le choix du mangemort la laissait pensive et stupéfaite. Une fois le serveur partit en direction du bar, un sourire grognard s'afficha sur ses lèvres, cherchant à savoir s'il était malade. La question pouvait clairement se poser. Elle n'aurait même jamais pensé qu'il aurait pris un vulgaire jus de citrouille, quand on savait exactement ou avait débuté leurs rencontres. À cet instant-là, il était loin d'être l'homme le plus sobre de toute l'Angleterre et cela n'avait pas paru le moins du monde le déranger. Alors pourquoi maintenant? Sa justification était douteuse comme le montraient ses sourcils relevés. Elle n'avait vraiment pas l'air de le croire, sa nature vélane n'étant pas apparue entre-temps. Peut-être devrait-elle lui expliquer que s'il aurait vraiment dû être sous le charme, il le serait depuis bien longtemps? Ce n'était pas un don qui marchait avec sa volonté et dont elle pouvait empêcher les effets. C'était simplement que certains hommes y étaient plus sensibles que d'autres, même si la plupart s'accordaient à dire qu'elles étaient plus belles. Certes, on pouvait tous appuyer la touche en choisissant avec soin sa tenue, un parfum, ou même un maquillage comme elle savait si bien le faire, rien de plus. Le mangemort allait peut-être devoir revoir son excuse pour qu'elle soit acceptable à ses yeux.


-C'est étrange, cette précaution ne t'avait pas paru nécessaire la première fois? Tu révèles de la prudence, après tant de folie...

De la malice perça dans ses prunelles bleutées, alors qu'elle s'adossait à sa chaise. Tenterait-elle de lui montrer tout le non-fondé de son explication? C'était plausible. Cependant, elle choisit de pas s'attarder plus longtemps à l'alcool en lui-même, vu que le repas était de toute évidence plus surprenant qu'une pause autour d'un verre. Ou en tout cas plus répréhensible, que ce soit pour elle, vis-à-vis de Darren, ou pour lui, face à son cher maitre. Fondamentalement, elle savait très bien que le leader anarchiste n'apprécierait que très moyennement de la savoir en compagnie de Bryan, ou de n'importe quels autres fanatiques d'ailleurs. Mais tout ce qu'il ignorait ne pouvait pas l'atteindre, non? Et puis de toute façon, elle ne voyait pas de quel droit il se mêlerait de sa vie, si elle ne faisait rien de mal. Kat' n'était pas occupée de vendre l'anarchie, ni d'en révéler ses secrets. Tout ce qu'elle avait bien pu lui dire ne faisait au final que de la mettre en danger, elle, si tant est que le brun souhaitait s'en servir. Rien de plus, rien de moins. Têtue jusqu'au bout et tête brulée par la même occasion, c'était la blonde dans toute sa splendeur. Il semblerait également que ce patient particulier extrapolait ses révélations à son avantage, en y trouvant là le présage qu'elle n'avait aucun compte à rendre, quelque soit le domaine. Se mettant même en avant... Tient tient...Serait-il intéresser pour une tentative de séduction? Un sourire amusé anima son visage, malgré la pique qui suivit. Ne répondant pas directement, elle débuta un toast qu'il eut tôt fait de compléter, mystérieux. Prenant une gorgée de son verre, elle laissa le liquide descendre faisant son effet, avant de le poser sur la table délicatement.

-Hum, il y tant d'espoir qui perce derrière tes paroles, plutôt fatalistes, qu'on se demanderait presque ce qui peut te réjouir à ce point? D'agréables projets?

Curiosité quand tu nous tenais! La Bulgare avait beau avoir parfaitement conscience que Bryan lui lançait des perches, c'était tout bonnement impossible de ne pas les prendre au vol. Lui dirait-il vraiment ce qui allait devenir radieux? Rien n'était moins sur, mais elle avait opté pour rentrer dans son jeu. Cependant, elle n'avait pas oublié ses premières paroles précédentes et elles seront parfaitement resservies, elle aussi à bon escient. Celle-ci pourrait d'ailleurs arriver beaucoup plus tôt que prévu, vu qu'il semblait soucieux de maintenir la conversation, lançant ce qu'il présentait comme un jeu. Mettre tout carte sur la table, répondre honnêtement à toutes les questions? C'était ce qui les avait amenée à prendre conscience de qui ils étaient à la tête du sanglier. Et en même temps, pouvaient-ils vraiment se dire honnête? Non. Lui comme elle, savait très bien que certains points ne seront soit pas abordés, soit clairement éludés. Ce qui l'intéressait, c'était surtout de savoir pour quel point, il voulait à tout prix une réponse, ce qui arriva derechef. Alors ainsi donc c'était cela qui le turlupinait? Savoir si ce repas n'était qu'un piège tendu à son encontre? Croyait-il vraiment qu'elle était de celle à croire aux confidences sur l'oreiller? Un rire remonta de sa gorge alors qu'elle se mordit la lèvre inférieure. Son regard se posa dans sa direction, avant d'accrocher le sien.

-Crois-tu sincèrement que toute la vérité soit bonne à dire? Ne nous voilons pas la face, nous allons mentir sur certaines questions, éluder des autres, alors ne faisons pas comme si nous étions que des honnêtes citoyens... Un sourire amusé la prit à nouveau avant qu'elle ne daigne répondre. Alors c'est cela qui t'inquiète? Tu crains que je ne m'amuse à te manipuler? À te charmer pour le compte d'Hellson et espérer ainsi avoir des confidences sur l'oreiller? ..Merlin tout ce qu'il ne faut pas entendre... Tu ne crois pas que si j'aurais voulu te piéger, j'aurais tellement eu plus facile à Sainte-Mangouste? Une potion de sommeil, un patronus à des collègues et tu aurais été à eux, pas besoin de te travailler au corps pour ça. L'amusement était parfaitement tangible dans sa voix, bien qu'au final, pourquoi avoir accepté était une question qu'elle avait ardemment mise de côté, pour ne pas y réfléchir. Cependant si elle aussi voulait la vérité, il faudrait bien tenter d'y répondre. Que soit, pourquoi j'ai accepté? Si je te dis que je ne le sais pas, tu me crois? J'ignore pourquoi je t'ai dit oui et j'ai préféré ne pas y réfléchir, alors que mes pas m'emmenait à l'allée des embrumes. Peut-être suis-je simplement assez folle pour apprécier tes répliques mordantes, piquantes, ce jeu mis en place qui est parfois bien étrange? Peut-être que je n'ai pas envie d'y réfléchir et de juste continuer sur cette lancée...

Fondamentalement, ce n'était pas faux. Mais elle ne pouvait justifier plus étant donné qu'elle n'avait elle-même pas poussé la réflexion plus loin. C'était même certainement mieux ainsi. Pendant ce monologue, elle avait attrapé son verre jouant légèrement avec, avant de le porter à ses lèvres, une nouvelle fois. Ramenant son regard vers lui, ses réflexions ne cessèrent pas pour autant. Pour quelqu'un qui sous-entendait que cela serait différent avec lui, ces actes étaient autant questionneur que les siens. Qu'espérait-il au juste? Effacer la dette toute fraiche qu'il venait de créer? Chercher un peu plus avant à la ramener en trophée à l'autre abruti de service? Qu'est-ce qu'elle pouvait bien en savoir? Surtout que son calme passager et cette envie de garder la tête froide pouvaient aussi bien l'inquiéter.

-Et toi, Bryan? Pourquoi dans ce cas m'avoir invité, si tu craignais tant que cela ma compagnie?

Le terme n'était peut-être pas le mieux choisi, ce n'était pas tant sa compagnie dont elle souhaitait parler que le risque qu'il encourrait en étant plus ou moins vulnérable avec une opposante, qui aurait pu se retourner contre lui.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Fév - 13:43
Bryan prenait plaisir à jouer un double-jeu, valsant avec les multiples facettes de sa personnalité. Mais ce qu’il aimait par dessus tout, c’était surprendre, mettre sa nature imprévisible en avant, opter pour des décisions auxquelles personne ne s’attendait. Ce goût pour la déstabilisation se retrouvait particulièrement plus prononcé lorsqu’il faisait face à une charmante jeune femme. Et pour être franc, Katlyna remplissait parfaitement les critères de ce qu’il décrivait comme une charmante jeune femme. Aussi opta-t-il pour un jus de citrouille, en lieu et place de l’habituel whisky pur feu, qui faisait d’ordinaire partie intégrante de sa vie quotidienne. C’était un choix si exagéré, si provoquant qu’il se serait volontiers moqué de lui-même. Au diable le ridicule ! L’essentiel était de susciter une réaction chez la belle vélane. Et visiblement, c’était réussi.

« Les circonstances ne sont pas les mêmes, ma chère. La dernière fois, j’avais suffisamment bu pour laisser la prudence de côté. Mais avec tout ce qu’il m’est arrivé aujourd’hui, je préfère rester sur mes gardes, d’autant plus que quelque part là dehors, se trouvent bien plus d’ennemis que lors de notre précédente rencontre. »

L’arrivée de l’Inquisition lui portait souci, impossible de le nier. L’Héritage avait disparu, mais les ennemis étaient tels une hydre, à peine a-t-on coupé la tête qu’une autre repousse dans la seconde qui suit. Les membres de l’Héritage étaient des bouchers, mutilants les mangemorts qui avaient le malheur de tomber entre leurs mains. Aussi fallait-il bien reconnaître que l’inquisition avait un peu plus de splendeur. Il n’en demeurait pas moins, qu’eux aussi voulaient la tête des serviteurs du Lord. Mais quoiqu’il en soit, Bryan se gardait bien de laisser transparaître son inquiétude, et visiblement la belle anarchiste semblait croire à sa vision optimiste du futur.

« Je te trouve bien curieuse, mais je suis flatté que ma vie t’intéresse autant. Des projets ? Eh bien, oui, le Lord m’a confié une mission toute particulière, qui me donnera l’occasion de mettre tout mon charme à profit. »

Techniquement, c’était plus ou moins vrai, sauf que le mangemort avait le don de toujours basculer dans l’exagération. Le Seigneur des Ténèbres semblait avoir été séduit par l’idée de Bellatrix qui avait laissé entendre que Bryan pourrait tenter de se rapprocher de l’Inquisition puisqu’il avait survécu à son entrevue avec Margot Woosley. Cela dit, il doutait fort que la jeune femme se laisse distraire par ses piques mordantes, comme disait Katlyna.

Oui il savait pertinemment qu’aucun d’eux ne répondrait vraiment honnêtement mais qu’importe, Bryan aimait jouer au chat et à la souris. Bien que Katlyna ait toujours fait preuve d’intégrité à son égard, il ne pouvait se résoudre à lui faire un minimum confiance. Bien sûr qu’elle aurait pu le piéger à Ste-Mangouste et pourtant elle avait choisi de ne pas le faire. Mais cela ne suffirait pas à lui ôter ses doutes sur les intentions de la vélane. Depuis son séjour à Azkaban, il avait développé une légère tendance à la paranoïa.

« Je te remercie de ne pas m’avoir trahi aujourd’hui, cela dit c’est peut-être une ruse de ta part. Chercher à me montrer par tous les moyens que tu ne me livreras pas à tes amis, pour mieux tromper ma vigilance par la suite. Enfin, si l’on finit par se recroiser bien sûr. »

Après lui avoir fait les yeux doux, Bryan décidait de se montrer plus distant, comme pour qu’elle ne s’accoutume pas à cette facette de sa personnalité. Il ne voulait en aucun cas qu’elle puisse penser qu’il était conquis. Toutefois, c’aurait été mentir que de dire qu’il n’avait pas apprécié ses prochaines paroles. L’un comme l’autre savait que ce jeu avait un goût d’interdit, que de par leur appartenance, ils auraient dû se pourchasser au lieu de partager un repas comme si de rien n’était. Et pourtant, tous deux avaient décidé de fermer les yeux sur ce qui les opposait. Du moins l’espace d’un instant. Katlyna savait qu’elle se comportait inconsciemment, mais elle reconnaissait y trouver un certain attrait. Voilà qui fit sourire le mangemort.

« Pourquoi t’avoir invitée ? Par simple courtoisie. Tu sais les sangs-purs ont des valeurs, et la politesse en fait partie. Je comprends bien que ce n’est pas un simple repas qui effacera ma dette, mais c’est déjà une façon de te remercier. »

Nul doute que ce ne devait pas être la réponse que Katlyna escomptait, et d’ailleurs ce n’était pas la véritable raison qui avait poussé Bryan à la convier à ce dîner. Oui l’anarchiste lui plaisait, et ce n’était pas uniquement une question de physique. Il appréciait l’art et la manière dont elle lui renvoyait la balle à la moindre provocation. Son sens de la répartie était perçant, mais elle savait s’arrêter là où il le fallait.

« Pourquoi as-tu rejoint les Anarchistes ? Ne me dis pas que c’est par conviction, vous n’en avez aucune. Avoue, tu as été séduite par le beau Darren ! »

Oui, Bryan voulait comprendre pourquoi une ancienne élève de Durmstrang avait décidé de mettre sa baguette au service d’un mouvement sans fondement, d’une cause perdue. Il devait forcément y avoir une histoire de cœur derrière tout cela.

Venant de finir son jus de citrouille, le mangemort commanda tout naturellement un whisky pur feu. La comédie avait assez duré.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Fév - 20:18

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




La société actuelle ne cessait de renier ces fondements. Le gouvernement avait été crée sur la base de plusieurs dogmes, que se soit celle d'une égalité commune, pour toute personne vivant sous sa direction, d'une justice équitable mais surtout d'un monde libre. Était-ce encore le cas aujourd'hui? De moins en moins. Au fil des problèmes et des guerres qui survenaient par dizaines, le ministère resserrait l'étau, raffermissant son pouvoir pour sauver la face. Sauf que cele ne se faisait pas sans priver la population de son âme. Cette sensation grisante d'avoir son mot à dire, de ne pas devoir respecter des centaines de codes volaient en éclats. C'était également pour toutes ces raisons que Katlyna approuvait les idées des anarchistes. Quiconque la connaissait un peu, savait que la demoiselle se revendiquait maitre de son destin. Son côté impulsif n'étonnait plus personne et provoquait plus d'une situation cocasse dans sa vie. Plus que jamais, elle aimait briser les codes, casser les convenances, faire juste ce qui lui plaisait, ce qui l'attirait. Alors nul doute que Bryan avait visé dans le mille en venant titiller la belle blonde sur son terrain. Depuis leur première rencontre et malgré la répulsion qu'il devrait lui fournir, elle semblait incapable de faire autrement que de rentrer dans son jeu. Une valse plutôt dangereuse, réfutable mais diablement tentante. Elle aimait les défis, quand tout n'était pas gagné d'avance, quand elle se laissait surprendre. Hors, le moins que l'on puisse dire, c'était que la compagnie du mangemort lui apportait tout cela. Jamais, il n'avait paru routinier ou lassant. Bien au contraire, sa verve et sa spontanéité parfois menaçante, le rendait insaisissable. Alors bien évidemment, leur rencontre se comptait sur les doigts de la main, mais cela jouait certainement dans sa faveur pour qu'elle ne l'aille jamais dénoncer. Si elle avait conscience de faire une grossière erreur qui allait lui exploser au visage, un jour? Sans doute.

Pourtant elle fermait les yeux, préférant se laisser porter par le rythme de cette soirée prometteuse. Leurs pas les avaient emmené à un restaurant. À peine attablées que les surprises reprenaient le dessus, par une commande des plus inhabituelles du charmant brun. Bryan se décidait à ne boire que des boissons réservées au mineur pré pubère, lui servant en excuse son sang de vélane. Autant dire que la medicomage n'avait pas été convaincue et qu'elle le lui avait fait comprendre. Cependant, la malice qui brillait dans ses prunelles en lui lançant la perche, se dissipa quelque peu quand une réponse plus sérieuse tomba. Elle avait au moins le mérite d'être crédible. À tel point qu'elle apaisa momentanément tous les doutes qui auraient pu naitre sous son esprit, y voyant là un mauvais présage sur sa survie. Il était vrai que le ministère était devenu plus teigneux qu'un jack Russell tenant sa proie et que les arrivistes d'inquisiteur promettaient une mort efficace. Evidement Katlyna ne devait pas craindre les seconds, mais quand on voyait leur méthode, le simple faite d'avoir parlé avec un de leurs fidèles serviteurs la conduirait au bucher. Complètement ridicule. Ne souhaitant point polémiquer là-dessus, elle avait opté pour une diversion en lançant un toast improvisé. Sa curiosité y fut une nouvelle fois piquée à vif, quand il laissa planer plus d'un doute. Voguer en eux trouble ne lui avait jamais plu et la vélane ne se retint donc pas de lui poser la question. Dans les meilleurs des cas, elle avait une réponse qu'elle traiterait de réaliste ou non, dans le pire, le silence lui répondrait. Qui ne tentait rien n'avait rien, n'est-ce pas? Un sourire ironique et amusé prit naissance au coin de ses lèvres quand il se lança des fleurs. Bien que le faite de s'épancher sur les projets du Lord noir semblait un peu gros pour elle. Décidant de prendre le jeu, trouvant que cela faisait ben trop longtemps qu'elle ne l'avait pas verbalement emmerdé, elle avait repris, croisant galamment les jambes.


-Disons plutôt que je m'intéresse à ce que je peux craindre, plus qu'à ta vie... Un mouvement suggestif du regard lui disait qu'elle lui rendait la perche, alors que l'étirement en coin de ces lèvres cassait radicalement le côté dur de sa phrase... Ohh donc en plus d'être un homme de main, relégué aux tâches ingrates, tu sers de jolis cœurs séducteurs? Tu veux peut-être de l'entrainement et que je te donne mon avis?

Katlyna avait beau prononcer des paroles qui risquait à tout instant de provoquer des étincelles, elle gardait quand même à l'esprit tout ce qu'il avait bien pu lui signifier avant. Alors nul doute qu'il verrait là une provocation piquante en bonne et due forme, plus qu'une réelle moquerie mesquine. À moins bien évidemment que tout ceci ne soit qu'une manière détournée de lui faire remarquer que cela pouvait très bien lui correspondre? Parce que après tout, faisant partie du camp ennemi et même si elle n'avait jamais rien eu à craindre des mangemorts, peut-être que le Seigneur des ténèbres en avait eu vent et que tout cela ne soit que coup monté?! Merlin, elle commençait à réfléchir trop loin à son gout. Ce n'était pas des instants à virer dans la psychose. Ce qui semblait pourtant être le cas de son vis-à-vis, qui non content de la situation voulait la pousser un peu plus loin. Profiter de ce repas à échanger pour en apprendre davantage sur à peu près tout point qui pourrait être abordé en question. Autrement dit, une sorte d'action ou vérité sans la possibilité d'agir. Cela avait d'abord étonné la Bulgare qui ne voyait pas l'intérêt. Étant techniquement deux ennemis, devant se pourchasser, l'honnêteté était une notion absurde, la confiance tout autant. Alors aller d'aveu en aveux était surprenante. Un ahurissement qui se muta en amusement, quand elle vit pourquoi cela l'intéressait à ce point. Il craignait donc qu'elle ne le vende, le piège. Autant dire que cela la faisait clairement rire, lui montrant tout le côté tordu de ses pensées. Si la jeune femme était prête aider, à donner de son temps au mouvement de Darren, elle ne poussait pas le don jusqu'à son corps. Là, le blondinet il se mettait le doigt dans l'œil et jusqu'au coude. Déjà qu'il devait jouer d'un argumentaire complet pour qu'elle se remette parfois à son avis. Elle était un peu chien fou, partant en tout sens, sur ce point, les deux jeunes se complétaient.

-Ne crois-tu pas, très cher, que je pourrais penser la même chose de toi? Quelle confiance devrais-je émettre en une personne qui est capable de torturer un homme, pour le simple plaisir? ..Si je suis la seule anarchiste qui t'accueille pour te soigner, je crois que nous risquons de nous revoir souvent. Je te ferais un abonnement, c'est promis, la dixième consultation sera gratuite...

Bien sur, sachant pertinemment que le restaurant était empli de monde, elle avait baissé le ton pour n'être plus qu'un murmure à peine audible par Bryan. Il serait parfaitement mal venu qu'un autre convive entende ces paroles et donne lui-même l'alerte. Ils se retrouveraient bien bêtes tous les deux, à devoir fui rapidement d'ici par les portes détournées. Enfin, malgré l'amusement, elle avait essayé de lui répondre avec le plus d'intégrité que possible. Certes ce n'était rien de probant mais elle avait préféré ne pas réfléchir sur pourquoi, elle était ici, assise à discuter bien gentiment, avec ce qui devait être son ennemi. Attraction? Danger? Il était de notoriété publique que c'était les méchants garçons qui attirent les femmes non? Ou tout simplement parce que mettre une barrière, lui donnait envie de sauter par-dessus et de braver l'interdit? Inconsciente non, fonceuse, oui. Malheureusement son honnêteté eut du mal à trouver la réciprocité. Vu que son excuse semblait être son éducation impeccable de sang pur. Bah tient! Voilà que c'était son ego mal placé qui semblait se révolter. Elle réprima de justesse la moue de son visage.

-Dois-je vraiment croire ce mensonge, ou plutôt ce simulacre de réponse? Juste la courtoisie et la politesse alors que tu ne t'en encombre pas en d'autres moments?

Ce qui n'était pas totalement faux. Menacer quelqu'un n'avait rien de très poli ou de très classieux. Cependant, tout en sirotant son verre d'apéritif du bout des lèvres, elle n'eut le loisir d'approfondir la demande qu'une autre question échouait déjà à son encontre. Toujours trop orientée à son gout. Pourquoi les anarchistes? C'était vraiment une question qu'il lui posait? Est-ce que sincèrement il la voyait survivre ne fusse que cinq minutes chez lui? Ou alors avec ces fous d'inquisiteurs? Avec un ministère incompétent? Allons, même après deux rencontres il devaient avoir deviner les raisons de la jeune femme. S'adossant une nouvelle fois à sa chaise, Katlyna se mit à rire. Mon Dieu, si le leader des anarchistes entendait cela, nul doute qu'il se prendrait la grosse tête. C'était une certitude, d'ailleurs. Cela lui ferait bien trop plaisir. Et malheureusement, c'était faux. Elle ne voyait Darren que comme un grand frère, parfois un peu trop collant, un ami avec des bonnes idées mais bien trop têtu. C'était sous le charme de Simeon qu'elle était tombée, très vite après avoir quitté Durmstrang et c'était encore grâce à lui qu'elle avait rejoint le mouvement. Vu que l'ex-professeur avait fait appel à elle pour soigner son protégé de l'époque. Une rencontre bien étrange qui s'était répété plusieurs fois, jusqu'à ce que les discussions s'enchainent et qu'une nouvelle voix s'ouvre devant ces yeux. Longtemps, elle n'avait pas été la partisane la plus convaincue, préférant son décalage qui lui permettait de garder son travail à Saint-Mangouste, mais plus les mois étaient passés, plus elle s'était impliquée.

-Sa tête ne passerait plus dans la porte, si tu lui disais cela. Malheureusement non, les blonds au caractère merdique ce n'est pas mon style, je suis plus brun tête brulé... Et contrairement à ce que tu crois, on a des idées et des convictions. Je les ai rejoint pour cela, grâce à Simeon.

Elle avait exagéré le trait en parlant de son ami et leader. Tout comme sa description suivante n'était qu'une perche qu'elle lui tendait, parce que le brun pouvait lui correspondre. Il faut dire que le regard qu'elle lui avait lancé à ce moment-là, valait tout les discours du monde. Cependant, elle avait choisi d'éluder complètement la question, bien que le nom de leur ancien détenu n'allait sans doute pas tomber dans l'oreille d'un sourd. Peut-être que des pièces du puzzle se remettraient dans son schéma? Qu'importait.. Alors qu'il commandait de l'alcool et qu'elle avait l'impression de retrouver l'homme de la tête du sanglier, les cartes du menu avaient échoué à la leur table, la plongeant dans une contemplation. Les choix étaient vastes et elle ne savait quoi prendre. Pourtant, elle n'oubliait pas que s'était à elle de poser une question. Elle en avait des dizaines sur le bout des lèvres, n'arrivant pas à se décider par laquelle commencer? Ou laquelle éviter? Finalement, le regard bleuté de Kat' se redressa vers lui.

-N'as-tu jamais imaginé une autre vie? Sans soumission ridicule, sans contrat à tenir, sans une épée de Damoclès au-dessus de ta tête?

Était-ce une façon détournée de savoir si oui, ou non, son patriote était totalement irrécupérable dans ses choix? Peut-être. Elle vida le restant de son verre d'une traite avant de poser son regard vers lui en attendant sagement sa réponse.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Mai - 17:27
Qui aurait cru que derrière ce visage dur et ce regard froid pouvait parfois se cacher un être doué d’humour ? Certainement pas les innombrables victimes des doloris de Bryan. Néanmoins, Katlyna était en mesure de décrire une autre facette de la personnalité du mangemort. Avec elle, il prenait un malin plaisir à jouer à ce jeu dangereux, consistant à lui livrer quelques informations véridiques mêlées à des mensonges provocateurs. Il donnait pour recevoir, en échange de ce qu’il considérait comme de minces indices sur ses propres plans, il espérait obtenir la même chose de la vélane.

« On sait tous les deux que tu n’as rien à craindre de moi, alors arrête de nier l’évidence. Tu t’intéresses à ma vie. Bien que j’apprécie ta proposition, je n’ai pas besoin de ton aide. Ma cible est déjà tombée sous mon charme. »

Bon d’accord c’était exagéré. Mais cela aurait aussi pu être vrai, si la cible en question n’avait pas été Margot Woosley. Ou plutôt si la cible en question ne savait absolument rien de lui, car il fallait bien que reconnaître qu’il était difficile de se faire ne serait-ce que de simples amis lorsque l’on se traîne un passé comme le sien. Katlyna savait déjà suffisamment de choses sur lui pour comprendre qu’il serait dangereux de lui accorder ne serait-ce qu’un brin de confiance, et pourtant Bryan n’avait absolument aucune mauvaise intention à son égard. La Bulgare était certes une anarchiste, il était capable de voir au-delà de toutes ces questions d’appartenance. Il voyait en elle une personne suffisamment folle et téméraire pour converser tranquillement avec lui malgré ce qu’elle savait. Rares étaient ceux qui faisaient preuve d’une telle tolérance et ouverture d’esprit vis à vis du mangemort. Une telle attitude l’incitait à demeurer inoffensif.

« Certes j’ai torturé des hommes, parfois par devoir, parfois par plaisir. Mais je n’ai jamais levé la main sur une femme. Bryan venait de mentir sans ciller. Cependant, tu es la seule personne que je laisserai me soigner, on peut donc considérer que nos vies sont liées. Je ne te ferai donc aucun mal. Oh et merci pour ton offre, mais je n’ai pas besoin de séance gratuite, le trafic d’elfes de maison a enrichi ma famille pour assurer sa survie pendant les siècles à venir. »

Bryan esquissa un sourire, il aimait exagérer ses propos. Néanmoins, il est vrai que Katlyna était désormais l’unique médicomage à qui il confierait sa survie. Mina et Severus avaient beau être des mangemorts, la relation qu’ils entretenaient avec Bryan était plus que chaotique.
Toute personne connaissant Levinson n’aurait pas compris pourquoi Katlyna avait encore la vie sauve après toutes les remarques provocatrices qu’elle lui avait asséné. Si Bryan était prompt à accuser quelqu’un de lui avoir manqué de respect, il n’en allait pas de même avec la jeune femme. Entre eux, c’est ainsi que cela avait commencé. Si Bryan ne la considérait pas comme une menace, c’est parce qu’elle ne représentait qu’un jeu à ses yeux. En entendant sa prochaine remarque, il fit même semblant d’être vexé.

« Tu ne me connais pas, tu ne peux pas affirmer que je ne m’encombre pas de politesse et de courtoisie en d’autres moments. Je suis certainement le mangemort le mieux élevé. Tu peux t’estimer chanceuse d’être tombée sur moi. »

Bryan eut la sensation que Katlyna essayait de se radoucir en décrivant le type d’hommes qu’elle appréciait. Toutefois, il fit comme s’il n’avait rien entendu, bien que les commentaires de la jeune femme flattèrent quelque peu son égo, puisqu’il crut se reconnaître dans la description qu’elle faisait. Il avait tout du « brun tête brûlée », non ?

« Siméon… Ce prénom me dit quelque chose. J’ai dû le croiser une ou deux fois. Alors c'est lui qui a réussi à te séduire, je suis surpris.»

Le mangemort avait repris un ton très sérieux. Bien sûr qu’il connaissait Siméon, il avait fait bien plus que le croiser, il l’avait torturé quelques fois durant sa captivité au manoir des Malefoy. Bryan avait laissé échapper ces paroles dans le but de jouer avec les nerfs de Katlyna. Il espérait percevoir une faille dans ses défenses, il voulait en savoir plus sur elle et sur ses motivations.

« Oui, j’ai probablement dû imaginer une autre vie à un moment ou un autre. Mais il n’y a jamais eu beaucoup de place pour l’imagination dans mon esprit. Mon père m’a modelé à sa guise dès mon plus jeune âge, je n’ai jamais rien connu d’autre que la lutte pour la suprématie des sangs-purs. Et lorsque j’aurais pu avoir l’occasion de changer de vie, j’ai fait face à une trahison si terrible, que seules mes missions pour le compte des mangemorts m’ont permis de ne pas sombrer dans la folie. Le Seigneur des Ténèbres est la seule personne à ne m’avoir jamais abandonné. »

Après cette déclaration des plus intimes, Bryan ressentit le besoin de vider son verre d’une traite. Il ne se confiait pas. Jamais. Et pourtant, ce soir il venait de déroger à la règle. Il ne cherchait pas à amadouer Katlyna, il ne voulait pas de sa compassion et encore moins de sa pitié. Il avait simplement tenu à respecter le pacte, il avait répondu avec honnêteté à la question que la jeune femme lui avait posée.

« Et toi, quelle vie imagines-tu ? Tu te vois sûrement vivre dans un monde où les moldus connaissent notre existence et nous acceptent avec bienveillance. Peut-être même que tu espères vivre une vie paisible et ennuyeuse aux côtés de l’un deux. Je t’imaginerais bien vivre dans une petite maison de campagne avec ton époux, tes enfants et ton chien. »

Persuadé qu’il allait écoper d’un regard noir de la jeune femme pour oser lui avoir imaginé une vie aussi rangée, Bryan lui lança un grand sourire et attendit patiemment sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Juil - 17:40

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




Aujourd'hui, dans ces instants où la moindre information pouvait se relever capital, il n'y avait plus de place pour l'autodérision, pour l'amusement ou la détente. Un constat déplorable qui peinait Katlyna. Si la jeune femme pouvait faire preuve d'un sérieux à toute épreuve et d'un sang-froid détonnant, elle avait aussi un côté plus festif, qu'elle appréciait d'exprimer. Un côté qui était muré, carrément muselé dans ce gouvernement, maintenant qu'ils étaient tous deux considérer comme des ennemis de l'État. Heureusement pour elle, le mangemort n'avait pas tous les défauts du monde, il avait même un point appréciable, et pas des moindres, il pouvait user d'humour. À sa manière bien sur, il y avait toujours un côté acide qui trônait derrière, ou même mortel, mais ce n'était qu'une pique comme on en envoyait des centaines par année. Un trait de caractère qu'elle n'aurait jamais penser à retrouver chez un représentant du mal, mais c'était une différence notable, qui lui profitait à merveille. Parce qu'au lieu de se concentrer sur les noirs dessein de Lord Voldemort, sa pensée était plus disparate, volant au gré de la conversation, ne s'y attachant pas plus que nécessaire. Bien sur, à sa place, tous les autres anarchistes auraient cherché à en savoir davantage, à creuser en détail, quitte à y aller plus fort, mais pas elle. Certes, elle ne pourrait pas nier qu'elle espérait toujours apprendre des petites informations croustillantes sur lui, ou sur leur futur plan, mais elle ne le cherchait pas en priorité. Bien que se soit une pure folie. Une aliénation qui perdurait dans le temps, tandis que l'apéritif se partageait en trinquant, telle une soirée normale, une invitation classique. Un sourire avait orné ses lèvres, tandis qu'elle prouvait, une fois encore, son côté provocateur et piquant, en n'aillant de cesse de venir le titiller. Oh les raisons de le faire avaient été nombreuses jusqu'alors, allant de son penchant pour la boisson à son incapacité sociale de s'entendre avec un autre représentant de la gente humaine, mais cette fois, ce fut sur son talent de séducteur.

Une pique qui dut heurter son ego, ou sa fierté, voir carrément les deux. Ses prunelles bleutées brillèrent de malice, tandis qu'il lui certifiait n'avoir rien à craindre de lui. Fondamentalement, c'était impossible, ils étaient obligé de s'opposer, mais elle devait lui reconnaitre que s'il aurait vraiment voulu lui causer du tort, elle pourrait être depuis longtemps dans leur geôle, à attendre en souffrance que la mort ne vienne la délivrer. Kat' hocha la tête comme pour reconnaitre cet état de fait, sur ce point, il avait raison. Tout comme sur le fait qu'elle s'intéressait à sa vie. Parce que observer les signes d'une malade aidait à en trouver le remède, alors comprendre et apprendre à connaître Bryan, pourrait-il le faire changer de sa vision du monde? Ce n'était pas sûr, mais c'était un mécanisme qu'elle mettait en place automatiquement, un réflexe. Avait-il également la certitude de ses talents? Là non plus, elle en avait aucune idée, la blonde ne pouvait que le croire, ou faire semblant. Un sourire amusé orna à nouveau son visage, alors qu'elle sirotait sa boisson d'un air entendu. Elle choisit délibérément de ne rien y répondre, mais le regard qu'elle lui lança prouvait clairement qu'elle en doutait, ou qu'elle n'était pas dupe. En d'autre termes, elle choisissait de continuer de mettre le feu aux poudres. Un amusement qu'il lui rendait, prenant plus d'une fois un malin plaisir à faire exploser le volcan de sa retenue. Assez faible, il fallait le reconnaitre. Elle n'était pas soupe au lait, c'était juste une impulsive, quelque peu colérique qui s'enflammait aussi vite qu'elle pouvait se calmer, qui pouvait surprendre à la moindre réaction, comme être totalement prévisible. Tout comme il pouvait l'être. Lancé dans un jeu digne d'un enfants, en plein milieu d'un restaurant, elle ne pouvait à son tour qu'émettre des doutes, non sans une touche de tacle.


-J'ai déjà encaissé ton statut, ne crois-tu pas que je sois apte à voir jusqu'où va la noirceur de tes actes? Un homme est un homme, je doute que le sexe change quoique ce soit pour ton mage... Elle avait parlé avec calme, cette fois, prudence même, choisissant posément ses mots. Le pourquoi était simple, elle ne tenait toujours pas à alerter leur voisinage immédiat. Mais dans le fond, elle n'avait pas tord dans ce qu'elle avançait. Après avoir avoué son appartenance au mages noir, elle doutait que Bryan puisse cacher une plus grosse bombe. Puis elle n'était pas stupide aux points de croire qu'il ne s'amusait pas avec leurs prisonniers. Ce fut une d'ailleurs une pensée qui la fit avaler de travers. Elle préférait éluder, revenir sur leur mode de fonctionnement, ne surtout pas s'y attarder. Que nos vies sont liées? J'ignorais avoir signé un contrat moi, ou même passé un serment inviolable? Qu'est-ce que j'y gagne? Ne me dit pas de l'entrainement, ça j'en ai assez à Sainte-Mangouste.

Déposant son verre, la Bulgare s'était avancée vers la table. Ses coudes s'y étaient posé en douceur, croisant les bras sur celle-ci. Sa tête restait inévitablement tourné dans sa direction, dans une note de défi. Un petit mouvement de celle-ci fut même effectué par la blonde, dans le but de le pousser à relever cette perche, à la réponse pourtant classique. Parce que la logique voudrait que ce qu'elle y gagne, se soit tout simplement la vie. Si curieuse de savoir ce qu'avait été le sang séché sur sa baguette, lors de leur première rencontre, elle lui avait donné une carte, presque un atout, à jouer contre elle, à tout moment, en sachant ou allait son allégeance, qui elle soutenait, comment elle s'appelait. Bien sûr, elle pouvait avoir la réciproque à ses côtés. Il lui suffirait de crier, d'attirer l'attention du monde sur leur duo, ou de prévenir les aurors, pour que les sorts pleuvent. Elle pourrait même l'empoissonner, en prétextant voulant le soigner, mais il n'en était rien. Ils restaient sur ce statut quo, cet accord silencieux. Alors dans un sens, elle était pressée de savoir sa réponse, de savoir quel argument il allait tirer de son chapeau. Reprenant le fils de ce repas à venir, de cette nouvelle règle qu'ils s'étaient fixées, les questions avaient continué des deux côtés. Malheureusement, Katlyna ne fut pas ravi d'entendre tout ce tour de passe-passe. Elle avait été honnête sur le pourquoi avoir accepté, sans entrer dans les détails et il lui, il servirait comme réponse, une éducation parfaite, un côté gentleman. Voilà qui rendait sa réplique un peu plus tranchante. Oh elle ne s'attendait pas à des aveux offerts sur un plateau d'argent, bien sur que non, juste un peu de vrai dans ce faux. Ou était-elle tout simplement vexée de s'être un peu plus laissé à décrypter son ressenti sur lui? Sans doute aussi. Elle leva brièvement les yeux au ciel quand il reparla de mangemort le mieux élevé. Foncièrement, même si elle ne voulait pas lui faire l'insigne honneur de le reconnaitre, c'était vrai. D'autres l'aurait déjà tout bonnement tué, vendu, même avec utilité pour eux. Après tout, tout bénéfice à avoir aux yeux de leur cher maitre devait être bon à prendre.

-Je doute que toutes tes actions soient faites dans la plus pure des politesses et dans le respect de la vie humaine... Eh bien que cela me fait mal de le reconnaître, dans mon malheur, j'ai eu de la chance de te croiser. Mais la réciproque est vrai, d'ailleurs, comment-vas ce dos?

Comme quoi, elle pouvait faire preuve de réalisme et ne pas toujours jouer sur la mauvaise foi. Bien qu'au final personne ne pouvait prédire la tournure d'une rencontre. Tout aurait déjà pu éclater dans le bar, précédemment, mais c'était sa manière de faire et sans doute la sienne aussi qui avait évité le massacre, pour faire naitre une alliance étrange, mais plaisante. Un bienfait qui ne serait pas de l'avis tout le monde, de toutes ces connaissances enfaite. Si jamais elle venait à énumérer ces rencontres, ou le simple plaisir qu'elle prenait à répliquer à sa verve, elle allait essuyer un flot de critique soutenus. La vélane entendait d'ici celles de Darren, de Bonnie, de Dastan et surtout celles de Blaise. Eh bien qu'ils aillent tous se faire foutre! C'était sa vie, sa manière de la gérer et si cela ne leur plaisait pas, tant pis. Elle savait que cela avait un gout de risque, mais aussi un gout d'aventure qui la faisait frissonner avec anticipation. Alors tant pis pour le résultat, elle ne voulait pas faire demi-tour. La médicomage le prouva directement en répondant à sa question sur son adhésion au mouvement, en précisant que ce n'était pas grâce à Darren qu'elle avait cédé, mais plutôt à cause de son mentor, tout en lui faisant l'éloge de son caractère. Un passage qu'on pourrait considérer comme du flirt? Possible, mais la situation ne s'y prêtait pas, surtout quand elle avait en mémoire les sévices sur le corps du métamophe. Elle revoyait encore sa main trembler, sa voix usée de prononcer des sorts de soin, tandis que l'homme frissonnait à ces contacts, se contorsionnant pour éviter de nouvelle douleur. Il fallait reconnaître que c'était une véritable boucherie...

-S'il te plaît, ne joue pas l'innocent, tu sais très bien qui c'est. Tu sais très bien les stigmates que tu lui as laissé sur la peau et le plaisir que cela à du te procurer... Surpris, pourquoi? On fait difficilement plus correspondant à la description d'un brun plutôt bien fichu et au caractère têtu comme une mule? Non?

Amenée le sujet de Siméon était une mauvaise idée, il était sensible. Plus que ne pouvait l'être, finalement, le plan de chacun des leaders. Mais en se laissant aller à lui avouer les raisons de son entrée, bien que ce ne soit pas in stricto sensu pour cela, elle ne s'attendait pas à ce qu'il relève l'information dans se sens. Certes, elle le voyait mal répliquer tout content des méfaits commis, quoique cela aurait été possible, elle s'attendait à tout venant de l'aîné, mais visiblement pas à celle-là. Peut-être parce que faire semblant ne lui allait pas ? Ne semblait pas lui correspondre? Quoiqu'il en soit, Kat' n'avait pas envie de s'étendre sur le sujet, ce qui se sentit directement quand elle se servit de l'éloge précédent pour le retourner contre lui. Après tous, les deux hommes avaient pu correspondre à cette description. Sauf qu'il était inutile de créer la discorde et le malentendu entre eux, ce n'était profitable à personne si tel était le cas. Ce fut pourquoi elle se contenta, à son tour, de chercher ses motivations, de chercher à savoir pourquoi il n'avait pas voulu une autre vie que celle-là. Contre toute attente, elle s'était murée dans le silence, l'écoutant religieusement, sans moquerie, sans raillerie, sans provocation. Le tableau qu'il venait de dépeindre devait être celui le plus plausible pour beaucoup de membres de ces familles. Un chemin tout tracé dont on ne pouvait déroger, on ne voyait même pas pourquoi d'ailleurs, vu que cela avait toujours été ainsi.

-Merci... Elle n'avait pas vraiment à l'en remercier, mais elle avait pourtant tenu à le faire. L'ambiance semblait changer, elle devenait sensiblement différente. Heureusement, où malheureusement s'était à voir, ce fut cet instant que choisit le serveur pour revenir vers eux, pour savoir ce qu'il souhaitait commander comme repas. Katlyna jeta un regard perdu à la carte, posé a ses côtés et qu'elle n'avait fait qu'entrouvrir. Elle finit par desserrer les lèvres pour un : Un menu du jour, s'il vous plait.

Pratiquement au hasard. Elle n'était de toute façon pas difficile en ce que concernait la nourriture. À peine l'homme partit avec ses réponses, prêt à le donner au cuistot pour s'activer, que la question suivante vient la percuter. Quelle vie s'était-elle imaginé? C'était une excellente question. Elle aimait les voyages, la découverte, l'apprentissage, à tout niveau, alors s'était difficile à dire. Elle appréciait peut-être les moldus oui, mais c'était surtout pour regarder leur technique médicale. Tous les moyens qu'ils avaient mis en place avec leur capacité pour pallier au manque de magie. Mais de la à se marier, à avoir une vie de famille bien ranger, trois bambins infernaux qui allait courir partout, il y avait une énorme nuance! La Bulgare ne disait pas qu'elle n'allait pas l'espérer, ou le penser, un jour, mais ce n'était pas son besoin aujourd'hui. Elle n'avait pas envie d'être retenue, bridée tel un chien en laisse. Oh que non. Elle avait besoin de liberté, d'espace, de moment pour décompresser comme bon lui semblait. Ces associations fugaces lui convenaient amplement, d'ailleurs. Eh pour faire taire les mauvaises langues, ce n'était pas tant la peur de s'engager, que celle de perdre toute liberté ou le plaisir qu'elle y trouvait jusqu'à maintenant. Ou peut-être, la peur d'être déçue à nouveau, ou carrément rejetée sans savoir pourquoi. Elle se permit pourtant, noyée dans ses réflexions, de lui donner un léger coups de pied, innocent, bien caché par la table. Rien de méchant, plus un geste pour lui dire d'arrêter ces bêtises.

-Si tu vois en moi la femme parfaite, n'attendant qu'une chose : Mettre au monde des marmots qui vont brailler et rester enfermée dans un manoir dorée, tu rêves mon cher. Je ne suis pas prête à me faire passer la corde au coup, ou à jurer quoique se soit devant n'importe qui. J'aime ma liberté et ma vie sans grand attache. Je ne sais pas ce que je voudrais, voyager peut-être? Découvrir les autres pays et les autres cultures? Trouver des remèdes en médecine? Non, je ne sais pas. Ce n'est peut-être qu'insignifiant à tes yeux, mais ma vie me plaît. Et ce n'est pas toi qui changeras cela. A moins que tu as des arguments à fournir?

Avouez, cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas cherché à lui envoyer une petite pique, l'air de rien. Tandis que leurs verres vides se faisaient face, elle se replongeait à nouveau dans ses réflexions. La jeune femme ne savait pas quoi demander. Des questions basiques? Ou du personnel? Les deux étaient capables d'émerger de son crâne et allez savoir, ce à quoi il accepterait de répondre ou non. Elle s'adossa à sa chaise, laissant perdre son regard ailleurs avant de le retourner dans sa direction.

-Penses-tu vraiment que quelque chose ressortira de cette bataille? Que tout sera mieux quand un camps aura gagner ?

Ce n'était pas son défaitisme qui parlait, juste la curiosité de voir comment il pouvait visualiser ce conflit et son hypothétique fin, d'une manière ou d'une autre.


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1587
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Aoû - 17:09
Peu à peu, la soirée prenait un nouveau tournant. L’heure n’était plus à la plaisanterie mais bien aux confidences et aux révélations à demi-mots. Si au tout début du repas, Bryan était bien déterminé à jouer, désormais sa voix s’était faite plus sérieuse. Il se demandait si Katlyna saisissait réellement les enjeux de la situation, si elle avait bien conscience du genre de personnage qu’il était. Que s’imaginait-elle donc ? Que sous son masque de mangemort se dissimulait un homme au grand coeur, faisant preuve d’une grande humanité envers son prochain ? Certes elle avait encaissé le fait qu’il soit un partisan du Seigneur des Ténèbres, mais elle semblait ne pas vraiment comprendre ce que cela signifiait. Oui, Bryan savait se montrait courtois et charmeur, et c’est en cela qu’il pouvait s’avérer d’autant plus dangereux. Parce qu’il ne lui était rien arrivé depuis leur rencontre, Katlyna s’était figurée qu’elle ne devait pas le craindre outre-mesure, qu’il existait une sorte de relation de confiance entre eux. Mais que savait-elle réellement sur lui ? Absolument rien. Elle ne connaissait que les vulgaires mensonges qu’il lui avait servis sur un plateau. L’avait-elle cru ? Probablement pas, mais ce n’est pas pour autant qu’elle pouvait se targuer de connaître le moindre détail de sa vie. Bryan n’aimait pas qu’on le sous-estime, et la médicomage allait devoir le comprendre. Il doutait fort qu’elle soit apte à supporter la noirceur de ses actes, mais puisqu’elle insistait, elle obtiendrait ce qu’elle voulait. Mais avant, il la laissa parler, dire tout ce qu’elle avait sur le coeur. Il l’écouta attentivement, la laissa reprendre son souffle et continuer. Et puis, il choisit de répondre méthodiquement, en commancant par les éléments les moins terrifiants.

„C’est vrai, nous n’avons pas fait de serment inviolable. Mais nous aurions pu, et peut-être même dû en conclure un. Parce que la confiance n’est pas vraiment de mise entre nous. Avec un patient comme moi, tu aurais beaucoup à gagner, ce serait l’occasion pour toi de découvrir de nouveaux maléfices dont tu n’as jamais entendu parler, pas même dans les livres. Il faut bien avouer que les ennemis des mangemorts sont plutôt créatifs ces temps-ci.“

Bryan se tut un moment. Ce fichu auror lui avait lancé un sortilège qu’il n’avait jamais vu nulle part ailleurs. Et combien d’autres en recevrait-il à l’avenir ? Il ne pouvait se résoudre à raconter toute son histoire à Katlyna, il avait besoin d’elle, ou plutôt de ses talents de médicomage.

„Mon dos va beaucoup mieux, je te remercie d’avoir posé la question.“


En réalité, Bryan ressentait encore de légers picotements le long de sa colonne vertébrale, mais le mangemort était un brin trop arrogant pour reconnaître la vérité.
Il ne put se retenir de sourire légèrement lorsque Katlyna aborda le sujet de Siméon. visiblement, il venait de toucher un point sensible. Il ne comprenait pas comment un homme aussi insignifiant que cet anarchiste puisse ne serait-ce qu’une seule seconde attirer l’attention de la belle médicomage.

„Je ne suis pas surpris par la description mais par le fait qu’un homme comme lui ait pu un tant soit peu te plaire. Je pensais que tu avais une préférence pour les hommes un peu moins sensible à la douleur, et pas pour ceux qui gémissent au moindre doloris qu’ils recoivent.“

Bryan jouait avec les limites du raisonnable. Il provoquait à nouveau Katlyna, mais cette fois-ci, cela n’avait plus rien d’une plaisanterie. C’était une véritable pique, froide et cinglante, comme le mangemort pouvait l’être lui-même lorsque son masque du parfait gentleman tombait. Après tout, ne dit-on pas que le diable a deux visages ?

„Je n’ai pas la prétention de vouloir faire changer ta vie. Tu veux voyager, aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, et je peux le comprendre. Si tu as envie de partir à l’aventure, tu peux toujours me rejoindre et voir si tu es capable de mener une vie trépidante. Et si non, je pourrais toujours te demander en mariage et notre vie tomberait dans la plus parfaite des routines“

Le mage noir accompagna ces dernières paroles emplies de sous-entendus de son plus beau sourire. De l’ange au démon, il n’y a qu’un pas. Bryan devrait sérieusement songer à consulter un médicomage spécialisé dans les troubles mentaux, il était fort probable qu’il souffre d’un certain dédoublement de la personnalité.

Assez plaisanté, le moment était venu de dire toute la vérité, rien que la vérité. Après tout, c’était le but du petit jeu qu’ils avaient démarré quelques instants plus tôt.

„Puisque tu es si sûre de toi, je vais donc te laisser juger jusqu’où va la noirceur de mes actes. Il y a bien des années de cela, j’ai épousé la fille de l’un de nos partisans suédois. Elle avait tout pour elle, un visage sublime, un sang parfaitement pur... Du moins c’était ce que je pensais. Nos années de mariage furent quelque peu mouvementées... Et puis à la naissance de notre troisième enfant, elle a décidé de m’avouer qu’elle n’était rien de plus qu’une vulgaire sang-mêlé. Une épouse et trois enfants impurs, un comble pour un mangemort ! Bien sûr, je ne pouvais tolérer de telles abominations. J’ai d’abord exécuté mon épouse, à la manière d’un simple moldu, comme l’était son misérable père. Elle a succombé sous mes coups. J’ai été envoyé à Azkaban. J’en suis sorti, la Nuit Rouge s’ést présentée à moi et j’ai eu l’occasion de recroiser mes trois enfants. Leur mort fut plus rapide et moins douloureuse. Je me suis contenté de lancer un Avada Kedavra sur chacun d’eux. De toute mon existence, rien ne m’a plus fait plaisir que de voir la lumière s’éteindre dans le regard de chacun d’eux. Les erreurs les plus terribles de ma vie ont été réparées.“

Bryan avait récité sa petite histoire du ton le plus cynique et indifférent qui soit. Et pourtant, c’est avec une incroyable honnêteté qu’il venait de s’exprimer. Il était tout simplement incapable de ressentir le moindre remord vis-à-vis de ce qu’il avait fait cette nuit-là.

Le mangemort but une nouvelle gorgée de whisky pur feu, puis il dévisagea la jeune Bulgare.

„Alors, jusqu’où va la noirceur de mes actes ?“
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Sep - 21:31

I need your help
Ft Bryan H. Levinson.




En ces temps sombres, la confiance était un bien précieux, à accorder avec prudence et réflexion. Après tout, une fois cet abandon tacite accepté, on prenait toujours le risque de s'être trompé, de s'être fait aveugler ou manipuler et de revenir lourdement à la réalité. Se fier à quelqu'un ne devait plus se faire sur un coup de tête, ou une impulsion, il fallait peser le pour et le contre, mesurer le danger potentiel. Un avertissement que Katlyna n'avait pas totalement pris en compte. Certes, la blondinette ne pouvait pas dire qu'elle lui faisait pleinement confiance, parce que après tout elle ne savait rien de lui et n'avait pas la moindre idée de la valeur qu'il estimait en sa propre parole, mais elle restait peut-être désespérément accrochée à l'idée que sa vie avait un tant soit peu d'importance à ses yeux. Puis, à défaut d'être altruiste, la majorité des hommes avait quand même un instinct de survie plus ou moins développé. Un atout, une carte à jouer qui pourtant ne lui donnait pas l'entière assurance de sa mise à l'écart et c'était ce que le mangemort cherchait à lui faire comprendre. Alors que la Bulgare était déjà partie sur un trait provocateur à se demander ce que pouvait lui apporter leur fructueuse entente, il reprenait sur un poids essentiel, la distance qui les séparaient toujours. Là encore, il fallait lui accorder le bénéfice du doute, deux rencontres, deux entrevues, c'était les seuls points de repère sur lesquels ils pouvait se baser. Si Bryan voulait se positionner au sommet de ce débat, au sommet de l'échelle, comme à peu près tous les mâles, il ne devait pas oublier non plus que de son côté, il n'était en rien exempté des manigances anarchistes.

D'un côté comme de l'autre, rien ne disait qu'un piège ne se refermait pas un jour ou l'autre, mais il semblerait que son vis-à-vis avait décidé d'y remettre l'accent, en un frissonnant rappel, allant jusqu'à promouvoir l'utilisation d'un serment inviolable. Elle doutait pourtant qu'il soit un véritable partisan de cette technique, dont le moindre écart se soldait par la mort. En tout cas, Kat' n'était elle-même pas prête à faire ce genre de sortilège pour assurer sa sécurité, les closes de l'acte en lui-même pouvait se montrer bien pire que le bénéfice. Puis, il faudrait une tierce personne et il n'était pas question de ramener un troisième énergumène dans la danse, elle relégua du coup la question aux oubliettes, préférant voir cela comme un rappel de son statut d'ennemis publique et de la dangerosité de sa personne, plus que comme une idée à approfondir. Puis enfin, elle eut à la réponse à sa question. Si elle s'était attendue à une réponse classique telle qu'elle devrait s'y attendre, elle eut droit à un argument qui ne prêchait pas dans le désert. L'homme n'était pas sans savoir son attrait pour le monde médical, pour la découverte, les nouveautés et son incapacité, dans un état normal et calme, à voir souffrir autrui. Alors s'il souhaitait lui faire accepter en jouant sur la corde sensible, il était sur la bonne voie. Elle avait elle-même écumé des dizaines de bibliothèques au moment où elle avait dû soigner les plaies de Simeon. La magie noire n'était pas son domaine, elle n'était pas non plus énormément apprises et ce n'était ni ces bases de Durmstrang, ni les rares contre sorts de Sainte-Mangouste qui lui auraient permis de le tirer du pétrin. Oui, elle restait curieuse, cherchant toujours à s'améliorer ou à relever les défis. Des défis, les nouveaux sorts lui en apportaient à la pelle, elle n'avait jamais vu jusqu'à aujourd'hui le sort qui avait toucher le dos de Bryan.


-Je m'attendais plus à une réplique tout à fait sarcastique, censé me signaler qu'y gagner la vie devrait me suffire. Surtout, au vu de ce si charmant rappel que nous ne devrions même pas être ici, mais ces arguments ne manquent pas de sel. Une exception pour des dizaines de victimes soulagées, c'est un prix que je trouve raisonnable...

Lança-t-elle sur un ton tout à fait désinvolte. Le côté assuré et provoquant de son visage s'estompa doucement et la vélane se réinstalla convenablement contre le dossier de sa chaise, laissant glisser la conversation vers d'autres lieux. Néanmoins, il semblerait que ce cher Levinson tienne vraiment à lui prouver que ces condisciples, admirateurs de Lord Voldemort, n'étaient pas des enfants de chœurs. Il ne faisait aucun doute que ce n'était pas le cas, sinon cela ferait bien longtemps que toute cette guerre ridicule aurait déjà prit fin. Malheureusement, les réputations de violence, de douleur et de morts les précédaient suffisamment. Eh même si elle n'en avait jamais eu cure, la nuit Rouge lui avait donné l'occasion de voir de ses propres yeux ce qui en retournait. Des morts, des blessés, des attaques gratuites promulguées pour une pureté de sang devenu de plus en rare, un bonus ne perdurant au final que par le prix d'une consanguinité élevée, risque de démence. Non ils n'étaient définitivement pas le genre de personne qu'on aimerait inviter à boire un verre et pourtant, elle était bien là assise autour d'une table, dans une ruelle plus reculée du chemin de Traverse. Si c'était illogique, elle en avait conscience, mais a contrario de beaucoup de ses collègues et même s'il restait capable des pires atrocités, il avait un côté mondain relativement appréciable. Ce n'était peut-être qu'une facette, qu'un masque dont les piques acerbes montraient les failles, mais il fallait bien avouer qu'elle appréciait trop ces réponses mordante que pour ne pas s'y laisser prendre, au moins un minimum.

Puis, même si cela lui écorchait les lèvres de le reconnaitre, elle aurait effectivement pu tomber bien plus mal, certains ne se seraient pas encombré de politesse, ni de tempérer leur vrai nature. Mais tout n'était pas à sans unique, ce qu'il préférait toujours omettre dans ce débat et qu'elle s'évertuait à rappeler. Éludant la question de son dos, leur petit jeu de questions-réponses l'avait amené à parler de Simeon. Le mentor d'Hellson avait eu tellement de casquette tout au long de son existence, qu'il restait malgré les années, les différents, les sentiments, une personne ayant définitivement compté pour elle. Trop que pour être abordé en toute sincérité avec un mage noir. Un sujet sensible qu'elle voulait passer, mais à défaut d'y arriver, elle préférait y rebondir, jouant sur cette allusion s'apparentant à du flirt. Un effet brisé net quand le charmant brun reprit la parole, froid et désagréable. La phrase vola telle une pique, lui faisant serrer les dents, la limite de ce jeu semblait franchie, ce n'était clairement plus drôle ni léger, c'était une attaque en toute impunité. Ses muscles s'étaient tendus et son regard irrévocablement tourné vers lui venait de briller d'un éclat métallique. Décidément, ce sujet la faisait rarement rire, les images et les stigmates se superposant dans sa mémoire étant sans doute trop fraiches.


-A vrai dire, je ne choisis pas un homme pour sa capacité de résistance à un sortilège fait pour créer une douleur affreuse, non, je le choisis pour sa résistance à ne rien dire malgré les souffrances subies. Le courage et une vraie parole, c'est peut-être ça la différence avec les autres?

Tout aussi dure, sa réplique était sorti d'un seul bon, lente et basse, presque grondante. Katlyna n'avait clairement pas apprécié cette petite réponse et elle le faisait sentir en tentant à son tour d'appuyer sur un point qui avait dû leur déplaire, c'est-à-dire que l'anarchiste n'eût jamais rien livré qu'il ne puisse utiliser. Il avait encaissé les coups, prêts sans doute à se sacrifier à la place même de Darren pour ses idéaux, en silence. C'était à son gout plus honorable que garder les lèvres fermées alors que tout votre corps vous hurlait de laisser sortir cette souffrance. Bizarrement, par ce biais, même l'ambiance semblait devenir plus lourde et sérieuse, comme si le charme précédant se lézardait enfin. Comme si la réalité décidait de faire un petit coucou dans ce monde trop aimable. Un froid qui sembla aller de pair avec les aveux suivants, parlant de l'éducation reçue par son vis-à-vis et de son avenir plus ou moins tracé, tout droit dans les bras de ces fous furieux. Puis comme si s'éloigner et laisser le temps faire parvenait à recoller les morceaux, comme si le temps effacerait ces entre-aperçus, ce fut à son tour d'expliquer comment elle voyait sa vie. Eh le moins que l'on puisse dire, c'était qu'il l'avait catalogué comme toute les mégères avec leur toutou bien gentil, rangée à la maison. De la réelle pique cinglante, il reprenait celle plus sous-entendu, cherchant à provoquer une réaction cette fois pour son propre amusement. Elle ignorait elle-même pourquoi, elle se laisse encore emporter par la boutade, mais elle le fit.

-Who, deux rencontres et on en est déjà aux propositions graveleuses et à la demande en mariage? Tu va vite en besogne, tu sais? Son sourire était revenu, tout comme l'éclat malicieux qui brillait dans ses prunelles... Il faut toujours commencer par une nuit.

Elle avait ponctué ce sous-entendu, plus vraiment sous-entendu, par un haussement d'épaules et une moue qui se suffisait à elle-même. Mais la soirée était loin d'avoir dévoilé toute ces surprises et alors qu'elle pensait revenir sur cette base qui avait été leur quotidien, à chaque rencontre, il choisit de la prendre au mot et de lui prouver à quel point, elle n'était pas prête à entendre tout ce qu'il était. A entendre tous les actes qu'il avait du poser de par son appartenance au mangemort. Si la médicomage pensait que Bryan ne pouvait pas lui révéler de nouvelle plus explosive que celle-là, elle se trompait. Sans signe avant-coureur, comme s'il avait décidé que le jeu avait assez durer, ou qu'il était temps de remettre les pendules à l'heure, comme si le lézardement précédent n'avait été qu'un coup de semons, l'orage s'abattît sur la table. Enfin pour son cas, parce que c'était d'une voix monocorde, dénué de sentiment, comme si cela ne lui faisait ni chaud ni froid, qu'il s'exprimait. En deux minutes, top chronos, c'était comme si le voile venait d'être ôté de ses yeux, comme si l'horreur avait décidé de revenir sur terre. Elle était tout bonnement incapable de bouger le moindre cil. Figé, statufié, elle le fixait, l'écoutant reprendre sur la découverte du sang soi-disant impur de son épouse et de comment il avait purement et simplement surprimé le problème. Il avait tué femme et enfants...En disant cela, aucun remords ne parvenait à son visage, il était complètement détaché, il prenait même un certain plaisir à le raconter, un acte qu'elle ne comprenait pas. Que la Bulgare ne pouvait tout bonnement pas comprendre. Quel intérêt que le sang de son enfant, quand c'était sa propre famille, il était aussi rouge que les autres, c'était idiot, choquant, incroyable. Elle voulait bien admettre que dans leurs décisions de perpétrer leur lignée, il n'avait pas choisi son épouse, mais quand même, merde, ça restait ses gosses!

Tant de morts pour une idiotie de sang, tout cela pour des idéaux et des traditions caduques, devenue moyenâgeuse. C'était inconcevable à ses yeux, mais elle n'avait évidemment pas été élevé comme cela, elle n'avait pas été façonné pour entrer dans leurs dogmes de pensées, mais quand même cela l'écœurait tout bonnement. Le personnage qui lui faisait face en était devenu d'un seul coup beaucoup moins attractif, plus fou, révélé sous un autre angle. Kat' n'avait toujours pas bougé, elle n'avait pas ouvert la bouche, non plus. Elle était tout simplement incapable de le faire, tant les mots se bousculaient aux portillons, tant elle ne savait pas par ou commencer. Puis comme si le silence était de trop, Bryan l'interpella à nouveau, amusé de la situation.... Eh quoi, c'était cela qu'il voulait? Qu'elle le plante là au beau milieu d'un restaurant? Qu'elle le rembarre avec violence et préfère ne plus jamais l'aider? Qu'elle en soit tellement bouleversée -s'en était pas loin- qu'elle préfère reprendre cette guerre naturelle, plutôt que de l'aider ? Mais par Merlin, qu'est-ce qu'il cherchait au final cet homme? Tantôt il cherchait à se rapprocher d'elle, tantôt il mettait la plus grande distance possible entre eux, il était joueur et l'instant d'après distant... Néanmoins, depuis plusieurs minutes, elle avait surtout l'impression qu'il cherchait à ce qu'elle se carapate au plus vite, alors qu'elle était momentanément plus tentée de lui envoyer le fond de son verre au visage. Heureusement pour lui, l'esclandre, de cette manière du moins, fut éviter. Puis d'un seul coup, comme si on venait de donner le top, la salve débuta.


-Trop loin... Catégorique, assurée, ce début voulait prouver qu'elle n'allait pas faire dans la dentelle.. Mais comment as-tu pu? Ça restait ta famille, quel que soit leur sang.. Alors quoi? Qu'est-ce que tu veux que je te dise? Bravo c'est bien, continue? ...Alors quoi, c'est ça que tu voulais obtenir ? Me prouver à quel point tu es un être abject? À quel point tu es capable de la pire des horreurs pour une connerie de sang? Eh bien tu sais quoi, tu as gagné! Ne perds plus ton temps, la vulgaire sans impure va te faciliter la tâche. Va te faire voir, Bryan Levinson, et surtout la prochaine fois que tu te blesses, fais-moi plaisir, va mourir dans ton coin...

Plus ses paroles étaient sortie de ses lèvres, plus son débit et son animosité avait augmenté. Non, non, c'était beaucoup trop à encaisser pour la blondinette. C'était plus qu'elle ne le pouvait et elle ne se voyait clairement pas prendre gentiment un repas en sa compagnie après cet aveu-là. Là c'était bon, elle avait sa dose, elle avait la froide vérité en face. Eh si ce qu'il voulait c'était lui faire lâcher prise et lui prouver qu'elle n'était pas faite pour le côtoyer, bien lui prit, il avait réussi! Ni une, ni deux, elle avait rattrapé ses affaires et s'était dirigé droit vers la sortie. Tant pis pour les plats, tant pis pour la commande, il n'avait qu'a se débrouiller avec. Ce serait également le cas avec les commentaires, parce qu'un départ en fanfare ça attirait toujours l'attention, alors oui elle aurait pu signaler qu'elle avait une urgence et lui épargner cela, mais elle n'était plus d'humeur magnanime, ni joueuse. Tant pis pour lui, il avait voulu garder ce rôle de parfaits abrutis et bien qu'il le garde. En quelque seconde, Katlyna était à l'extérieur du restaurant et pas une seule fois, elle ne se retourna. Pas une seule fois, elle regarda en arrière. Elle ne souhaitait pas être rattrapée, elle voulait juste mettre le plus de distance possible entre elle et lui. Pourtant Dieu seul sait qu'elle avait aimé ces piques dangereuses, ou ces phrases bien senties, mais là ça dépassait le stade du supportable. Elle avait remonté les rues au pas de charge et une fois en plein centre de la ruelle, elle avait transplané aux abords de sa demeure. Elle n'avait même plus faim...

-FIN-


@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Katlyna's Rp ~Vis tes rêves, ne rêve pas ta vie~
» I need your help ♦ Katlyna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Avril-Juin 1999-
Sauter vers: