RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une nouvelle rencontre autour d'un verre - Heather

avatar
Invité
Invité
Sam 24 Jan - 18:24
Invité
J'ai passé une très bonne journée aujourd'hui, des cours très intéressant et j'ai eu l'occasion de m'amuser un peu dans mon domaine d'étude. On voit toujours la politique comme la science des menteurs et des manipulateurs. Après pas besoin de s'étonner du fait que je sois tellement dans mon élément dans le cadre de mes études. J'ai adoré mes cours d'aujourd'hui simplement parce qu'on avait beaucoup d'oral et qu'on a du faire des débats en défendant des idées qu'on nous avait imposé. Je me suis retrouvé à défendre les droits des loups-garous, ce qui en vérité, me pose réellement problème. J'ai prouvé mon rôle d'acteur en gagnant plus de droit virtuellement à ces créatures pendant le cours et une bonne note pour avoir réussi à mettre en avant les qualités des loups-garous en défendant des idées sans être un moi-même un loup-garou. Toute notre journée a été basé sur des débats et des discours, ce qui était plus qu'instructif, j'ai aussi dû jouer un politique russe faisant une réunion avec les pays européens. Je m'en suis donné à cœur joie en parlant l'anglais avec mon bon accent russe, glissant certaines insultes en russe que personne n'a compris. C'était réellement plaisant. C'est pour ça que voyant qu'Eiladora n'était pas venue m'attendre à la sortie de mes cours, j'avais transplané au manoir. J'y avais posé mes affaires, je m'étais changé et ne voyant toujours personne chez moi. J'avais pris la décision de me rendre au Hush Bar. Pourquoi ce bar là et non un autre, par simple habitude, c'était mon point de chute quand je voulais lever des filles ou simplement boire un verre tranquillement après les cours. Je venais assez souvent avec Eiladora, comme nous sommes presque des inséparables, si on veut, on est jumeaux et on a grandi ensemble. On a vécu les moments les plus durs de notre vie ensemble.

Pourtant, en ce début de soirée, j'étais bel et bien seul, je m'assis au bar. Je commandais un verre de whisky-pur-feu. Le verre arriva rapidement, j'avais toujours un service rapide depuis qu'on commençait à bien me connaître. C'est la meilleure façon de faire quand on ne veut pas perdre une clientèle fidèle. Je regardais autour de moi, balayant les places du bar à la recherche de ma sœur, en général, quand on ne la trouvait pas au manoir, elle était soit ici, soit à la bibliothèque. Comme elle n'était pas là, je me dis qu'elle avait peut-être trouvé mieux à faire. Je regardais mon verre en faisant tourner le liquide ambré dans mon verre, regardant les ondulations du liquide après avoir touché le verre. Je me décidais finalement à boire une petite gorgée en observant toutes les jeunes femmes présentes. Il n'y avait pas beaucoup de monde, il était encore trop tôt. Je pouvais voir quelques groupes d'étudiants, mais on avait pas besoin de les voir, on les entendait déjà bien assez. Je me demandais dans quel filière ils pouvaient bien être. Je compris déjà qu'ils étaient plus jeunes que moi en voyant leurs visages. Le bruit devenant trop agaçant, je me déplaçais pour aller m'asseoir près de la porte, c'est-à-dire le plus loin possible de cette bande de jeune. Je posais mon verre sur la table et m'assit de sortes à voir presque tous les occupants du bar. Mon verre attendit un long moment sur la table alors que je tapotais dessus avec impatience, comme si j'attendais quelques. C'était un peu le cas, j'attendais de voir une femme intéressante entrer, une femme que je pourrais draguer et emmener chez elle afin de passer une bonne soirée avant de retrouver le manoir familial. Cependant, il semblerait que ce n'était pas ma soirée, mon verre y passa alors que je compris que ma soirée n'allait pas se finir comme je le désirais.

Je commandais un second verre dans la foulée du premier et je fixais mon verre silencieusement alors que le bar se remplissait de plus en plus, que le brouhaha devenait omniprésent et ne laissait plus comprendre un seul terme même de la conversation la plus proche. Je jouais avec mon verre tout en pensant à mes études. Je savais que je ne devais pas me trouver là à l'instant, que j'aurais dû travailler, mais l'envie n'y était pas, j'étais trop loin de tout ça, j'avais envie de bien autre chose, j'avais envie de jouer les personnes sociables, de jouer les dragueurs, de m'amuser. Je ne relevais pas la tête quand quelqu'un vient s'asseoir face à moi, d'une part, je n'avais pas permis à cette personne de le faire et en plus, je n'avais juste pas envie de me rendre compte en levant la tête que la personne assise face à moi avait envie d'avoir une conversation civilisées. Je n'avais aucune envie d'avoir une conversation civilisées avec un homme, or je ne savais pas si j'avais un homme ou une femme face à moi, alors j'attendrais, si il ou elle voulait parler, elle n'avait qu'à le faire et j'aviserais sur ma réponse en fonction du sexe de cette personne. C'était simplement de la stratégie, je me mis à faire tourner mon verre, observant le whisky tourner et me donnant un semblant d'occupation pour la personne se trouvant en face.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 27 Jan - 12:20
Invité
C’est marrant de faire des rencontres ! Oui, mais attention, parfois, elles ne sont pas toujours bonnes.
Heather « Sasha » & Acturus.


Pourquoi on est dans le monde magique ? Parce que ce soir, j’ai besoin de me changer les idées. J’ai fait un truc de mal ? Non, pas pour le moment, mais je travaille tous les jours et là, j’ai besoin de décompresser. Tu es fatiguée ? Oui… Te garder en retrait me demande beaucoup d’énergie et d’ailleurs, tu ne m’aides pas. Mais je m’ennuie moi ! Et puis, je suis sure que si tu me laissais faire, je pourrais très bien faire. Non… Non tu ne peux pas Heather. Tu as six ans d’âge mentale, tu ne peux pas travailler. Tu es injuste. En plus, les enfants, ils m’aiment bien eux ! Moi aussi je t’aime, là n’est pas la question. Seulement au travail, ce n’est pas le monde des enfants, c’est le monde des adultes ! Je suis sure qu’un jour je pourrais grandir. Et puis regarde, maman elle est bien sortie quand elle nous a eu avec papa. Maman ce soir-là c’est échappée et a été abusé par un gars de passage. Je refuse que ça t’arrive ! Je ferai attention, je te le promets ! Désolée, mais je ne peux pas le croire. C’est pas que tu ne veux pas, c’est juste impossible pour toi.

En tout cas, ce soir, j’avais besoin de décompresser, de penser à autre chose. J’étais à bout de force et je ne sais pourquoi, mais mes pas me conduisirent jusqu’au Hush Bar. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas mis les pieds ici. J’y avas certain souvenir, des bons et des moins bon. Je me rappelai par exemple ce jour où j’avais rencontré Anthony et finit dans un vieux théâtre en travaux avec lui. C’était le bon temps, c’était loin, très loin. Est-ce que je venais ici pour chasser ? Non, pas vraiment. Je ne pouvais nier apprécier passez un bon moment avec un homme, mais avec Heather, je n’avais pas la tête à ça depuis peut-être trop longtemps. J’étais à bout, les nerfs peut-être à fleur de peau à force de jouet les mères protectrice dans ce monde où on essayait de se cacher. Bon, pour ce qui était de se cacher, ma tenue n’était pas faite pour m’aider. Un pantalon noir qui épouser mes formes, un chemisier blanc et une veste en cuir légère. J’étais féminine et fatale à la fois. Y pouvais-je quelque chose ? Non, c’était juste que j’aimais faire baver les hommes sur mon passage. Et puis, devais-je vraiment avoir une raison pour m’habiller comme je le voulais ?


Tu as vu ! Le monsieur il est tout seul à l’entrée ! Il doit s’ennuyer… Retourne dormir Heather je t’en prie. Ne me complique pas la tâche ! Respirant calmement, je me dirigeai vers le comptoir pour prendre un verre. Oui, j’avais besoin d’un bon verre pour tenir… c’était du moins ce que je croyais.

« Un whisky pur feu. »

Ma demande était sans équivoque et le barman ne posa pas la moindre question, s’exécutant. Je peinais à rester concentrée cependant. Ca veut dire que c’est à moi de mener ! Non Heather ! Sis si, tu n’as pas le choix je dis ! Je veux diriger ! Sasha ?... Ah ! Bah c’est mieux comme ça. Il faut que tu dormes et que je dirige. Euh… C’est quoi ce verre ? Bah, ça doit être bon si c’est Sasha qui a commandé, mais il manque un truc.

« Je peux avoir une paille s’il vous plait monsieur ? »

C’est bizarre comment il me regarde… Mais c’est pas grave, je fais comme Sasha m’a appris. Je ne baisse pas les yeux pour prouver que je sais ce que je veux. Ca marche ! Il me donne une paille. Hop ! Je la mets dans le verre et… Faut que je m’assois, c’est mieux je crois. On m’a toujours dit qu’il ne faut pas boire debout, car sinon, ça passe dans le mauvais trou. Il est où l’autre monsieur ? Ah bah il n’a pas bougé. Je sais, je vais aller lui tenir compagnie parce que le pauvre, il a l’air de s’ennuyer. Je prends donc mon verre et je vais m’asseoir juste en face. Il semble bizarre, il ne me regarde même pas. Je suis invisible ? Bah non, je vois bien ma main moi. Pourquoi il ne me regarde pas alors ? Il e sait pas qu’il faut dire bonjour ? Il est tout penché sur son verre qu’il faut tourner, et je vois même pas ses yeux, juste ses cheveux qui sont un peu long mais pas aussi long qu’une fille. C’est marrant d’ailleurs, car la lumière, elle tombe juste dessus. Je trouve sa jolie. Je vais lui dire, comme ça, il sera content.

« Tu sais que tes cheveux ont des reflets avec la lumière ? C’est marrant ! On dirait que tu es près d’une cheminée et pourtant c’est pas le cas. Ils sont foncé mais j’aime bien ! »

Voilà ! Je lui ai dit. Bon j’ai soif moi… Je suis bête aussi, j’ai un verre avec une paille, faut donc que je boive. C’est tout simple quand on réfléchit. C’est juste que parfois, j’aime pas trop réfléchir. Bon, on met la paille dans la bouche et on aspire… O.O !!!!! Aaaaaaahhhhhhh !!!! C’est quoi ce truc infecte !!! Ça brûle la gorge et ça me fait tousser !!! Sasha !!!!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 28 Jan - 20:50
Invité
Je relève légèrement mes yeux vers le verre de ma vis-à-vis, du whisky-pur-feu, je note surtout la paille plantée à l'intérieur du verre. Seul les personnes ne sachant pas savourer cette boisson oseraient demander une paille afin de la boire. Cet alcool est une chose que l'on savoure, on laisse ce liquide imprégner son goût sur la langue et dans la bouche avant même d'avaler et de sentir cette brûlure plaisante au niveau de la gorge. Je me retiens de renifler à la constatation, je me dis que j'ai bien fait lorsque j'entends. « Tu sais que tes cheveux ont des reflets avec la lumière ? C’est marrant ! On dirait que tu es près d’une cheminée et pourtant c’est pas le cas. Ils sont foncé mais j’aime bien !  » Je lève légèrement la tête au son de sa voix, mais j'entends surtout ses paroles. Cette fille était elle idiote ou elle le fait exprès pour draguer et se faire emballer rapidement, en se faisant passer pour une fille plus facile qu'elle ne l'est. Dommage pour elle, je ne suis pas un homme qui aime les filles faciles, la plupart du temps, j'aime assez la difficulté, ce qui n'en est une, puisque qui pourrait résister à mon charme. Je lève complètement la tête quand j'entends cette idiote en train de tousser, je la fixe en m'éloignant, si elle ne sait pas boire, je préfère éviter un retour de flamme. « Quand on ne sait pas apprécier et boire une boisson, on évite les bars ! » Ma phrase est froide et sèche, histoire de bien lui faire savoir que je ne suis pas du tout intéressé par elle. Je me décide à l'ignorer complètement, je tourne mon regard vers la porte qui vient de s'ouvrir.

Je vois une femme bien à mon goût rentrer, elle est grande, brune, ce qu'il faut là où il faut. Étant un homme et surtout n'ayant pas honte de mes actes, je regarde ses hanches ondulés. C'est là que je remarque qu'elle n'a pas de cape, est elle seulement pure cette fille. Je détourne mon regard en le posant sur mon verre, je le soulève au niveau de ma bouche, buvant calmement une gorgée. J'en profite pour observer l'intruse à ma table. Elle porte une veste assez étrange comme je n'en ai jamais vu, ça doit être moldu, elle a une chemise blanche. Que du classique en sommes, mais la veste me fait savoir que même si elle n'était pas idiote, elle avait déjà perdu toutes ses chances avec moi. Tout simplement parce que sa tenue comporte cette chose moldu. Ce qui est moldu ne mérite pas de retenir mon intérêt en dehors des moments où j'ai besoin de moldus pour passer le temps, mes nerfs ou juste pour m'amuser. Je m'adosse au dossier qui se trouve derrière moi en balayant le bar du regard tout en tapant mon verre de mon index pour me donner une contenance. Je m'attarde un instant sur le serveur, il semble très occupé par toutes les commandes, il prépare des verres sur des plateaux, il cherche les clients du regard. J'arrête de le regarder pour pas que ça ne devienne suspect, mais mon instinct me pousse à observer les personnes qui m'entourent. J'ai toujours cette impression de ne pas être complètement en sécurité. C'est un sentiment qui peut paraître normal et logique comme j'ai des secrets à garder, mon nom, mes origines, mes parents, je dois le cacher à l'ensemble du monde. Cependant, j'ai aussi peur que le Seigneur des Ténèbres l'apprenne et qu'il fasse payer à mes parents le fait de nous avoir caché, Dora et moi.

Je secoue la tête mentalement, j'ai passé une si bonne journée, je ne vais pas la gâcher en pensant à des possibilités qui pourraient m'arriver. J'étale mes jambes en dehors de la table, tout en gardant ma prestance et mes manières de sang pur, je dois être irréprochable dans mon comportement qu'importe l'endroit où je me trouve. Même relativement éméché, je sais rester droit et garder mon masque, je crois que j'ai surtout peur de perdre le contrôle, de dire des paroles qui causeraient des problèmes à ma famille ou à moi-même. Je bois une nouvelle gorgée de mon verre en regardant le groupe de jeune qui s'amuse toujours à sa table. Je remarque quelques personnes que je connais de vue en train de me regarder, ils doivent être étonné de ne pas me voir avec Dora et surtout de voir qu'une jeune femme visiblement relatés aux moldus est venue s'asseoir en face de moi. Ils ne doivent toujours pas avoir compris que l'on m'a appris la politesse, ce qui m'empêche de l'envoyer bouler pour le moment, mais si elle me prend trop la tête, je lui proposerai d'aller faire un tour pour lui montrer ce que valent les moldus et les faux sorciers qui leur sont relatés. Je repose mon verre sur la table, verre que je tiens un peu au-dessus de la table depuis un moment, je pose ma main sur la table. Je préférerai de loin être seul à ma table, j'aime la compagnie quand ma compagnie est bonne, sinon la compagnie n'a aucun intérêt. Je me retrouve à espérer que ma sœur entre dans le bar, chose qui visiblement n'arrivera pas. Je finis mon verre, tout en pensant à tout cela, le verre vide à peine posé sur la table, je lève le bras pour héler le serveur. Il arrive très rapidement, c'est un avantage d'être un client régulier. « Un autre verre ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 30 Jan - 17:48
Invité
C’est marrant de faire des rencontres ! Oui, mais attention, parfois, elles ne sont pas toujours bonnes.
Heather « Sasha » & Acturus.


C’est quoi ce truc infecte ? Sa brûle la gorge et ça me fait tousser. Sasha ??? C’est quoi cette boisson ? Rah zut elle dort encore. C’est pas cool, moi j’y comprend rien et on va croire que je suis bête. Pourtant c’est pas vrai, je suis pas bête. C’est pas bête de ne pas savoir quand on est pas là, hors, quand Sasha est là, bah moi, je ne suis pas là. Ca tout le monde le sait… enfin, ce qui me connaisse ou la connaisse le savent. Bref, moi je n’y suis pour rien dans l’histoire alors pourquoi il s’écarte comme si j’avais une mauvaise haleine ? Je me suis brossée les dents moi ce matin. Je le fais tous les jours, deux fois par jour. C’est très important, surtout quand on mange des bonbons ! Hey !!! Mais c’est pas gentil ce qu’il dit !

« C’est pas moi qui est choisi, c’est Sasha… »

Voilà, il a tout gagné, je suis vexée. J’ai l’impression de me faire gronder. J’aime pas me faire gronder moi, surtout quand pour une fois j’ai rien fait. C’est quoi qui le dérange ? Ma paille ? Bon, bah je la retire. Sasha me dit souvent que c’est pour les enfants, mais j’y peux rien moi si j’aime bien boire avec une paille. En plus, ça fait un truc pour jouer avec. Et puis je vois pas pourquoi je viendrai pas dans un bar. J’aime la bière à beure, mais en générale, Sasha me gronde elle aussi parce que à chaque fois j’en bois trop et du coup j’ai envie de faire pipi. J’en ai marre que tout le monde me gronde…

« Je ne sais même pas ce que c’est ce truc. »

Et il va pas me le dire… Il me regarde même pas. C’est un mal poli ! Je lui aurai bien donné un coup de pieds sous la table mais ses jambes sont plus dessous. Pourquoi il regarde les gens comme ça ? C’est pas bien, ça se fait pas. C’est un mal élevé ? Ils lui ont appris quoi son papa et sa maman ? Moi j’ai pas eu les deux mais je sais que ça faut pas le faire. Il m’énerve en faite… mais c’est pas bien que je m’énerve comme ça. C’est comme mettre de la potion explosive sur un feu, ça apporte rien de bon. Je le sais très bien, j’ai déjà essayé. Résultat ? Mon chaudron et celui de mon voisin a explosé ! Pauvre voisin… il avait fini les cheveux roses je crois. Moi j’avais trouvé cela jolie, mais pas lui.

Bon, je fais quoi avec le verre moi. Tiens, on dirait qu’il a le même, mais lui il le boit pas comme moi, il fait même pas de grimace. C’est marrant, il met dans sa bouche, mais il semble pas avaler tout de suite. Oui c’est ça, sa gorge elle bouge pas directement. Bon, ça c’est pas facile à voir. Faut vraiment que je me concentre pour le remarquer, mais j’y arrive. J’ai plus qu’à essayer de faire pareil. Faut pas gaspiller, l’infirmière Germaine elle le disait tout le temps ! Alors, je prends une gorgée que je garde dans la bouche… Pwoua ! Ça brule, j’en ai trop mis. Vite vite j’avale et je me retiens de tousser car il semble pas aimer ça le garçon en face de moi. Faut que j’essaie avec moins peut-être… Je ferme les yeux et j’essaie… j’essaie… j’essaie… Mouai ça passe déjà un peu mieux, mais j’ai la tête qui tourne. En fait, je crois que c’est surtout une question d’habitude, comme avec le sirop pour la toux.

Bon, il est vraiment pas bavard. Je me demande bien pourquoi. Je ne crois pas faire peur, ni sentir mauvais. J’ai pris ma douche, je suis une fille propre. Alors pourquoi il m’ignore comme ça ? C’est vraiment pas gentil et en plus il finit son verre. Ca veut dire qu’il va partir ? Mais je vais être toute seule moi… C’est pas juste, je ne veux pas être toute seule… Tient, il regarde le serveur… Si ca se trouve, il aime les garçons… Ca doit être ça !!! Il doit pas aimer les filles mais il doit aimer les garçons !!! C’est pour ça qu’il me regarde pas et me parle pas. Peut-être que le serveur c’est son amoureux et qu’il veut un sourire. Un sourire ça fait toujours sourire ! Oui mais moi je fais quoi en attendant ? Je vais pas me transformer en garçon, je connais même pas la formule pour ça. Ah… Il commande un autre verre. Je suis presque sure qu’il veut attendre la fin du service du serveur. Faut pas qu’il ait peur de me le dire en tout cas, moi je juge pas une pantoufle par son tissu ! Bon, je vais lui montrer en me présentant. C’est vrai que je l’ai pas fait et le pauvre, ça doit pas l’aider. Faut pas que j’oublie de sourire !

« Tu t’appelles comment ? Moi c’est Heather ! »

Voilà, c’est fait ! Maintenant il peut parler sans avoir peur !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Jan - 22:16
Invité
J'étais toujours assis en train d'ignorer ma voisine, n'ayant aucune envie de feindre une conversation avec une sang-impur en cette belle soirée, j'étais bien plus occupé à regarder les personnes présentent dans le bar qui me paraissaient des plus intéressantes. « C’est pas moi qui est choisi, c’est Sasha… » Cette phrase me fit tourner la tête légèrement vers elle, c'était exactement la même personne qui avait commandé la boisson et qui était venue à ma table. Elle doit être complètement folle cette fille, peut-être qu'elle ne joue pas à l'idiote et qu'elle en est vraiment une. Ce qui ne la rend pas plus appréciable à mes yeux, juste encore plus pitoyable. « Je ne sais même pas ce que c’est ce truc.  » Ces paroles là, représentent le summum des choses que je suis capable d'entendre. Je ne comprends rien à cette fille et il me faut vraiment l'ignorer à tous prix. Je concentre mon regard partout autour de moi, je ne regarde pas cette fille, c'est impossible de la regarder, je ne veux pas qu'elle pense que j'ai la moindre envie d'avoir une conversation civile en sa compagnie.

Un long moment passe à mes yeux avant qu'elle ne reparle, est ce la réalité ou juste une impression, je n'en sais absolument rien. « Tu t’appelles comment ? Moi c’est Heather !  » Je la fixe calmement après avoir entendu ses mots. J'ai vraiment la tête d'un homme qui a envie d'échanger de la sorte avec une parfaite inconnue. Je suis bien venu avec l'idée en tête de ne pas rentrer seul, mais j'avais en tête une femme vraiment à mon goût, pure, un minimum intelligente et pas trop facile à avoir. Pas une folle, semblant ne rien connaître au monde sorcier et habillé comme une moldue. C'est bien tout l'opposé de mes recherches et elle représente tout ce que je peux détester. « Moi, c'est ne me fait pas user ma salive pour rien ! » J'avais user du ton le plus cassant que j'ai dans ma panoplie, surtout que c'était couplé à l'énervement qu'elle faisait naître en moi depuis son arrivée. Je déteste les gens qui s'imposent et en plus, celle-là à le malheur d'être d'origine impure et vivant visiblement plus près des moldus que de nous autre les sorciers.

Je continue à l'ignorer en apparence, en laissant croire que j'observe la jeune femme blonde qui vient d'aller s'asseoir au bar, bien qu'elle ne m'intéresse pas, je la connais déjà. C'est une habituée qui n'a d'yeux que pour un seul homme de ce bar, le patron, puisqu'elle en est la fille. Je fixe son dos alors que le serveur lui tend un verre de liquide dont je ne peux pas voir la couleur sous la lumière tamisée. Mon regard se pose ensuite sur l'alignement de verre à l'arrière du bar, je sais qu'en approchant de plus près, je verrais qu'ils sont loin d'être aussi propre que les verres que j'ai chez moi. Cependant, je ne me sens en aucun cas mal de venir boire un verre ici, comme je supporte en général assez calmement la présence d'impur dans le Hush, quand ils ne m'approchent pas de trop près, pas comme fait cette idiote, avec son verre de whisky avec une paille pour enfant et sa façon de parler assez spéciale. J'arrête de penser à cette fille un petit moment en me concentrant sur un homme assis au fond de la salle, un peu dans l'ombre, son visage me dit quelques choses, mais je ne sais plus où je l'ai rencontré. Je bois une gorgée de mon verre rapidement, mes yeux retombant sur ma voisine d'en face, je décide de m'occuper un peu et voir jusqu'à quel niveau elle est idiote, c'est une façon comme une autre de passer le temps.

Je laisse un petit sourire en coin naître à la commissure de mes lèvres, j'ai décidé de m'amuser, de voir où sont les limites de cette fille, même si ce petit amusement risque vite de m'ennuyer si elle reste tout au long de la conversation si gentille et avenante. Je n'aime que peu les personnes gentilles et avenantes, je préfère les personnes de bons sangs, ayant eu une éducation et me ressemblant assez pour que nous puissions avoir quelques sujets de conversation en commun. L'essentiel restant l'envie d'en savoir plus sur ses personnes, une envie que je n'ai pas avec cette Hether, si elle s'appelle ainsi, je n'en suis plus très sûr, je ne l'écoutais pas vraiment lorsqu'elle a parlé et son prénom ne m'intéresse pas. « Pourquoi t'es là si tu ne te souviens même plus de ta propre commande ? » Je claque doucement, j'aimerais bien comprendre qui est l'autre personne dont elle m'a parlé, j'ai besoin de comprendre si elles sont deux personnes distinctes ou si cette femme entend juste une voix dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 8 Fév - 17:25
Invité
C’est marrant de faire des rencontres ! Oui, mais attention, parfois, elles ne sont pas toujours bonnes.
Heather « Sasha » & Acturus.


J’ai un souci… Un gros souci… je n’ai pas compris son prénom… C’est parce qu’il ne te l’a pas donné. Tiens, tu ne fais plus dodo ? Non, je n’en ai plus vraiment besoin. Bon, j’espère pouvoir rattraper les choses quand même. Au moins, tu n’as pas fait trop de bêtise… J’ai fait aucune bêtise ! C’est lui qui est bizarre ! Il n’est pas bizarre, il est prétentieux et plus arrogant que nécessaire… C’est un sang pur. Comment tu le sais ? C’est marqué sur son front ? J’ai rien vu moi… Non, il empeste la propreté de la haute société. Ah bon ? Je sens rien moi… Ne cherche pas… Déjà, il commence à nous regarder un peu plus, ce qui n’est pas mal. Oui, c’est plus mieux ! Ton langage Heather ! je ne sais pas comment dire ! Tout comme tu ne sais pas boire. Je t’interdis de reprendre une paille pour n’importe quelle boisson, est-ce bien clair ? D’accord… Mais c’est pas juste… Moi je pouvais pas savoir…Je ne sais jamais rien d’ailleurs parce que quand c’est toi, je me souviens pas. C’est normal, et c’est bien mieux ainsi.

Bon, est-ce que monsieur coincé-du-cul va se montrer plus avenant où vais-je devoir taper du poing sur la table ?
Il a un truc de coincé dans les fesses ? Non, c’est une façon de parler, mais étrangement, si je ne voyais pas une possibilité de danger en lui, je t’aurai bien laissé lui prendre la température… C’est vrai ?! Je peux ?! NON ! Pfff… t’es vraiment pas drôle… je m’ennuie moi… Je vais aller dormir…

Heather ? Et bien, si j’avais cru cela possible un jour… Tiens, le brun tiré à quatre épingles semble sourire. Ce rend-t-il compte des changements qui s’opèrent face à lui ? Non… Il ne me regarde pas vraiment dans les yeux, de peur que je sois contagieuse peut-être. Saleté de sangs purs. Ils se croient supérieurs, mais à la fin, ils ne seront que des débiles consanguins. Il est aveugle, il est égocentrique et pu les bonnes manières idiotes qui ne mène à rien. Il ne peut pas voir que je suis là, il n’a pas vu ce changement dans mon regard, et j’en eu très vite la preuve.

« Pourquoi t'es là si tu ne te souviens même plus de ta propre commande ? »

Il me donne envie de jouer. Non, je ne veux pas qu’il comprenne comme ça. Ce que je fais ? Je baisse le regard. Il le prendra comme une fausse marque de respect, un écrasement qui n’en ai pas un et ses chevilles doubleront de volume jusqu’à ce que je les perce avec une aiguille. S’il y avait bien une chose que j’avais apprise avec Aaron Kingfell, c’était que l’orgueil d’n sang pur était sa plus grande faiblesse. J’étais sure sans avoir besoin de lire dans ses pensées qu’il avait pris Heather pour une fille facile qui ne valait même pas la peine d’être allongée en public sur cette table. Juste pour cela, je voulais le mettre plus bas que terre s’il m’en offrait l’occasion. Je vidais mon verre d’une traite avant de prendre la parole, ayant pris soin avant de le faire poiroter.

« Tu devrais savoir pour un sang pur que la curiosité est un très vilain défaut. »

Et non beau brun ténébreux, je ne te regarderai pas. Je préfère regarder le serveur pour qu’il réagisse un peu plus vite qu’à son habitude tout en te laissant encaisser le coup. Celle-là, tu ne devais pas l’attendre. Alors toujours prêt à jouer ?

« Un autre whisky pur feu ! »

Mon ordre fut passé et oui, je savais très bien quelle boisson j’avais prise. Cela ne correspond pas avec le reste ? Tu ne comprends pas petit brun qui se croit plus haut que moi ? Attend de voir la suite, ce n’est que le début… Mon verre ne tarda pas, et cela valait mieux. J’avais une baguette et je savais men servir, et cela, même de façon peut catholique s’il le fallait. C’est ça qui est bien quand on est folle… Non, pardon, je ne suis pas folle, je suis psychopathe. Mais chut, c’est un secret…

« Et toi… Pourquoi es-tu ici si la compagnie d’autrui t’insupporte de la sorte ? »

Cette fois, je le regarde dans les yeux, mais mon regard est noir et non plus chocolat. Mon regard, c’est la première fois qu’il le voit, mais sera-t-il assez intelligent malgré ces débuts désastreux ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 9 Fév - 8:58
Invité
Je la vois baisser la tête, mais je l'ignore, je fais comme si je ne la voyais pas. C'est pas ce geste qui va la rendre plus sympathique à mes yeux. « Tu devrais savoir pour un sang pur que la curiosité est un très vilain défaut.  » Me dit elle toujours sans me regarder. Cependant ce qu'elle juge comme de la curiosité est juste un passe-temps à mes yeux. Il y a de la curiosité sur son changement de façon de parler, mais rien de plus. Bon l'avantage est qu'elle a compris qu'on ne vient pas du même cercle. Mais même ça ne change rien au fait que je n'aime pas qu'on m'impose sa présence alors que je n'ai absolument rien demandé. Elle regarde le serveur, ce qui me rassure presque, j'aime être regarder oui, mais pas par la sous-race, je n'aime pas faire le plaisir de ces impurs, même si tous les jours je suis obligé de les laisser me regarder quand je quitte le manoir. Même si un jour, ils me regarderont tous comme je serais ministre. Quand je ferais tout pour les éliminer, pour les reléguer à la vraie place qu'ils doivent occuper dans le monde sorcier, si on puis les appeler des sorciers. « Un autre whisky pur feu ! » Eh bien, elle se souvient de ce qu'elle a commandé maintenant, quelque chose a changé en elle, visiblement l'autre moitié de son être à repris le dessus ou elle a arrêté de jouer les idiotes en voyant que de toute manière, elle n'en devenait pas plus intéressante. Le serveur arriva avec le verre assez rapidement, je ne m'attendais pas à ce qu'il fasse si vite, il a tendance à traîner habituellement avec les personnes n'étant pas des habitués du Hush. « Et toi… Pourquoi es-tu ici si la compagnie d’autrui t’insupporte de la sorte ?  » Dit elle en me regardant cette fois. Ne comprend elle pas que c'est les impurs qui m'insupporte et non la compagnie.

Je lui accorde un petit regard, avant de revenir à ma préoccupation principale, trouver une personne avec qui je pourrais avoir une conversation digne de ce nom. Je ne voulais en aucun cas lui répondre, je bus une gorgée de mon verre calmement avant de daigner lui répondre. « La compagnie est loin de m'insupporter lorsqu'elle est bonne. » Dis je de ma voix calme mais froide. Je venais en quelques sortes de l'insulter, mais je n'en avais cure, j'avais dit exactement le fond de ma pensée, sa compagnie m'insupporte, si elle avait été une femme d'un certains rang et d'une certaine intelligence, les choses auraient été différentes entre nous. Je joue avec mon verre, pianotant sur les bords calmement. Occupant juste mes mains pour avoir quelque chose d'intéressant à faire, mais également et surtout pour l'énerver, en général, cette petite manie à tendance à mettre les nerfs des gens à vif, avec le claquement de l'ongle sur le verre. Je n'aime pas particulièrement énerver les gens, mais j'ai mes petites manies, comme tout un chacun. « Pourquoi vous êtes venu m'emmerder moi, au lieu d'aller chez n'importe lequel de ces imbéciles ? » Je claque sans la regarder, préférant attarder mon regard sur une camarade de l'université, qui étudie la politique avec moi, la seule ayant une petite chance de m'arriver à la cheville. Enfin elle n'y arrivera jamais, je ne laisserais pas une sang-mêlée être meilleur que moi en quoi que ce soit. Surtout qu'il me faut sortir leader de mes années d'étude en politique pour atteindre plus facilement le bureau et la place de ministre de la magie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 16 Fév - 14:44
Invité
C’est marrant de faire des rencontres ! Oui, mais attention, parfois, elles ne sont pas toujours bonnes.
Heather « Sasha » & Acturus.


De quelle couleur allait se teinter cette rencontre maintenant que j’étais là ? C’était une bonne question, et même si elle pouvait devenir plus claire, je la voyais facilement devenir plus sombre. Pourquoi ? Parce que l’homme en face de moi n’était fait que de cela. Il n’était que noirceur et froideur. Je n’en avais pas la moindre preuve, juste une belle intuition, intuition que je suivais souvent et qui me trompait que trop rarement. Il était mal de juger un livre de par sa couverture, on me l’avait bien souvent dit, mais un livre d’occasion restait un livre d’occasion, et c’était ce qu’il était. Une occasion, une antiquité bercée par des préjugés vieux comme le monde qui sentait aussi mauvais que la moisissure. Il avait beau faire propre sur lui et être maniéré, je ne pouvais voir en lui qu’un être dédaigneux qui avait la langue trop acérée. Prend garde cependant petit sang-pur, car je ne serais pas la pauvre petite chose que tu pourras rabaisser à ton aise. Ma curiosité était piquée, car je ne voyais pas l’intérêt de sa présence en ce lieu s’il détestait la compagnie d’autrui. Après, il pouvait aimer passer son temps à pester sur les autres, ce qui ne ferait qu’ajouter de la raison à mon intuition. « La compagnie est loin de m'insupporter lorsqu'elle est bonne. » Il me confia se propos sans réellement m’accordait un seul regard. Ainsi je n’étais pas de bonne compagnie ? Il n’avait surement pas tort, signe qu’il pouvait être intelligent. Enfin, l’intelligence ne faisait pas tout, surtout quand on ne savait pas s’en servir. S’il croyait me faire du mal en essayant de m’insulter de façon si peu originale, il pouvait bien continuer à taper sur son verre et avoir une voix froide tout du long. Il devait être le genre de personne à aimer agacer ceux qu’il ne juger pas digne de lui, et je plaignais le pauvre elfe qui devait s’occuper de ses chaussettes déformées par le gonflement de ses chevilles. Cette réflexion était un grand pas pour moi, car j’étais loin d’accorder de la considération aux elfes de maison.

Loin d’être offusquée par ses propos, je me contentai juste de l’observer sans pour autant le fixer, m’amusant à des va et vient visuel loin de trahir de l’admiration pour cet être. Je retirai ma veste pour la poser sur la banquette et rester quelque instant mon regard dessus. J’étais sure qu’il me jugeait de sang moldu à cause de ma tenue, associé à la bêtise de ma moitié. C’était là une grave erreur de sa part, signe qu’il n’était pas si futé que cela. Cette tenue était pour moi un moyen de passer inaperçue dans le monde des non-sorciers. C’était une protection que m’avait apprise ces dernières années. Pour ce qui était ensuite de mes origines ? Je ne pouvais prétendre être de son sang. Je n’en avais pas la preuve puisque je ne connaissais pas mes origines paternelles. Ma mère était une sang pure, et là, c’était déjà un miracle que je le sache. Pauvre folle qu’elle était, elle avait été effacée de sa famille, cette information n’existant plus que dans un dossier poussiéreux de Sainte Mangouste que j’avais un jour déniché. Mon père pouvait être un sang pur, un sang mêlé ou un sang moldu… C’était surement un sorcier vu que ma mère avait été retrouvée sur un sol sorcier, mais du reste… A mes yeux, peu importait son sang, il n’était qu’une ordure qui avait abusé d’une créature ignorante et sans défense.
« Pourquoi vous êtes venu m'emmerder moi, au lieu d'aller chez n'importe lequel de ces imbéciles ?» Il me coupa dans ma réflexion et je manquai d’éclater de rire histoire de me moquer un peu plus de lui. Monsieur serait-il en train de perdre patience ? S’il ne voulait pas que je l’emmerde, comme il le disait si bien, il avait qu’à rester dans son surement joli petit manoir, avec ses chandeliers lourds, sa poussière et ses moisissures.

Je pris une nouvelle gorgée de mon verre avant de le reposer avec délicatesse et calme sur la table, ne perdant pas ce petit sourire au coin de mes lèvres.
« Oh… désolé de déranger la si précieuse paix de monsieur. » Mon ironie pouvait frôler le sarcasme, mais je n’en avais que faire. Il n’était pas le premier et il ne serait pas le dernier à essayer de me rabaisser de la sorte. Il en fallait pourtant beaucoup plus quand on veut vraiment s’en prendre à une folle. Il fallait surement être fou, et cela plus que de nature.« Je t’en prie, si je te dérange tant, je ne te retiens pas. Pour ma part, je n’ai pas de manque de respect à me reprocher. » Le manque de gêne flamboyait sur mon visage. J’étais pourtant sure et certaine de ce que j’avançais. Que ce soit moi ou Heather, aucune des deux ne l’avait insulté comme lui s’était permis de le faire. Heather avait tâché d’être polie et pour ma part, je ne lui avais encore rendu la monnaie de sa pièce. Mais s’il voulait jouer à ce jeu, cela allait promettre. Mon regard se porta un instant sur ma veste posée juste à côté de moi. Je savais ma baguette à l’intérieur et une idée traversa mon esprit tourmenté. Non, je ne comptais pas la sortir. Avoir était aux côtés d’Aaron Kingfell avait été d’un grand enseignement pour moi, et avant de mourir, il avait commencé à m’enseigner à faire de la magie sans détenir ma baguette dans les mains. Ce n’était pas de la grande magie et mes sorts en sortait alors imparfait, mais avec ce que je voulais faire, je savais que ça suffirait. Attrapant mon verre pour boire une gorgée, le regardant tenir le sien juste au-dessus de lui, je murmurais : « Rictusempra ». Ce sort visait à se faire renverser un objet, mais entre sa poigne et la façon dont je formulais le sort – chose qu’il n’entendit pas dans le brouhaha de la pièce- son verre bougea juste assez pour qu’il s’en renverse le continu sur lui. Cela me permit d’en rajouter une couche.« Enfin, faudrait-il qu’on t’accepte tout en sachant que tu n’es pas capable de boire correctement. Voudrais-tu une paille ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 17 Fév - 21:53
Invité
Je ne la regardais toujours pas, mais j'entendis son verre se reposer sur la table, bien que ce ne soit pas fort, elle se trouvait bien trop proche de moi. « Oh… désolé de déranger la si précieuse paix de monsieur.  » L'ironie de son ton me déplut grandement, mais j'allais me contenter de l'ignorer au maximum, sauf si elle commençait à piquer mon statut de sang-pur. Puisque je pouvais facilement oublier le ton ironique pour faire croire qu'il est un compliment, après tout, elle a vu que ma paix m'était très précieuse. Elle ne doit pas être intelligente ou elle est très téméraire de continuer à me parler. « Je t’en prie, si je te dérange tant, je ne te retiens pas. Pour ma part, je n’ai pas de manque de respect à me reprocher.  » L'ignorance, voilà tout ce que mérite cette impure en face de moi, comment peut-on simplement oser importuner un homme comme moi sans même en avoir honte. Je me calmais, je n'allais pas torturer et tuer cette femme ici, pas devant tant de monde, pas devant une camarade de classe. Je fixais toujours la camarade en question, elle avait l'air d'une catin avec sa robe courte, ras la touffe. Peut-être faisait elle bien la catin pour payer ses études, après tout, ça c'était déjà vu, dans n'importe quel monde. Pour les femmes, écarter les jambes est un métier qui rapporte bien sans demander trop d'effort pour une femme de sang-impur. Une femme de sang-pure n'aurait elle jamais à s'abaisser à une telle chose, après tous, nous avons de l'argent, à l'exception des traîtres à leur sang et des sangs-purs n'ayant su gérer leur argent.

Je laissais une nouvelle fois mon regard traîner dans le bar, je ne vis rien de bien intéressant, que la soirée était morne ce soir. Cette idiote était vraiment la seule distraction intéressante à mes yeux. Pourtant, je ne la voulais pas comme distraction, pour qu'elle en devienne une, il faudrait que nous sortions de ce bar, elle avait fait changer mon humeur, je ne cherchais plus une femme pour la nuit. J'avais bien envie d'une distraction plus sanglante et cette femme aux lèvres bien pendues pouvait faire une cible parfaite. Il me fallait arrêter de penser à une telle chose, je ne le pouvais pas. Sortir avec cette fille devant ma camarade de classe et qu'on apprenne sa disparition mystérieuse le lendemain, n'était pas bon pour ma sécurité. Soudain, se fut comme si ma main ripa sur mon verre, je le renversais sur ma robe, ma chemise et un peu de liquide coula le long de mon torse pour s'arrêter au niveau de mon boxer. « Enfin, faudrait-il qu’on t’accepte tout en sachant que tu n’es pas capable de boire correctement. Voudrais-tu une paille ?  » Je compris que cette garce était la fautive de ce renversement, je sortis ma baguette sous la table, séchant rapidement l'alcool ayant mouillé ma chemise et ma robe. Je souris légèrement, le genre de sourire sadique qui ne veut pas forcément dire la même chose selon les personnes. En informulé, je lui lançais un sort découpant ses vêtements à l'arrière, rien qui ne serait visible avant qu'elle ne se lève, elle ne pouvait même pas le sentir. Pour cacher ce petit sort enfantin, je fis voler son verre contre le mur, d'un sort banal de répulsion. Je regardais les débris de verre voler sur le mur le plus proche, situé au bout de la table, l'un d'eux atterrit dans mon verre je l'observais un moment avant de lever les yeux vers elle. « Tu me dois un verre ! » Dis je comme si c'était une constatation, comme si nous étions de vieux amis et qu'elle avait contracté cette dette il y a de cela un moment.

Soudain, je me dis que la paille, elle n'a qu'à ce la foutre dans le cul ou ailleurs, puisqu'il n'y a que seul qu'elle pourra prendre du plaisir. À croire que mon esprit de chasseur n'est pas complètement mis en veille, que j'ai toujours l'espoir de ne pas rentrer chez moi ce soir et d'être en bonne compagnie. Même si ce soir, j'en venais à rentrer chez moi, j'aurais peut-être la chance d'y retrouver ma jumelle et nous pourrions nous amuser de ma soirée. Qui sait, un jour nous aurions peut-être l'occasion d'envoyer cette fille à la mort sans même réellement la provoquer. Je devais arrêter de penser, ce n'était ni le lieu, ni le moment de penser à un meurtre, j'étais bien capable de lui lancer un imperium maintenant et de l'envoyer ce pendre au premier endroit venu convenant à une pendaison. Je hélais le serveur de la main, il vint assez rapidement et me demanda ce que je désirais. « Cette jeune femme me paye un whisky-pur-feu ! » Affirmais je attendant qu'elle s'offusque de ma façon d'agir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 18 Fév - 12:20
Invité
Toutes les rencontres ne sont pas bonnes
Arcturus Lestrange && Heather “Sasha” Woolf


Si j’étais fière de mon coup ? Je ne sais pas si j’aurai pu le qualifier ainsi. Le voir se renverser son verre sur lui était plaisant, tout, comme ce léger sourire sur ses lèvres perfides qui m’indiquèrent qu’il avait très bien compris ce que j’avais fait, mais c’était loin d’être le coup de siècle et heureusement. Je ne voyais pas d’intérêt de lui donner le privilège de grand sort s’il ne le méritait pas. J’étais cependant assez curieuse à son égard, même si cette curiosité était loin, très loin d’être saine. Je n’étais pas saine d’esprit moi-même, il fallait bien le reconnaitre donc ce n’était pas vraiment choquant quand on y pensait. Pourquoi restait-il là… Pourquoi ne pas plus m’envoyer sur les roses où juste me planter sur place. Il n’était pas invalide jusqu’à preuve du contraire, même si je devais considérer que son orgueil au combien proéminant pouvait être un handicap pour sa pauvre petite personne. Etais-je en fin de compte la seule compagnie digne de le distraire un peu ce soir ? Cela serait ironique… ais si tel était le cas, le temps risquait de tourner à l’orage en vue de la suite des évènements.

Je n’eus pas le temps d’avaler une gorgée de whisky que mon verre m’échappa des mains pour aller s’écraser contre le mur juste à côté de moi. Les débris de verre volèrent à tout va, un venant dans on verre, un autre manquant de m’égratigner le visage. Et ce que je fis à cela, je souriais comme si la chose m’avait plus, en apparence du moins. Il voulait jouer ? J’étais loin de me douter qu’il avait un coup d’avance sur moi, mais s’il croyait me rabaisser de la sorte, il se trompait lourdement. Et pourtant, il devait y croire vu ce qu’il dit dans une désinvolture pompeuse et ridicule.
« Tu me dois un verre ! » Mais bien entendu mon ami, cela allait de soit tout comme la moquerie de mon regard à ton égard. Ridicule… Cet être était juste ridicule dans ces nobles manières démodées et injustifiées dans un tel lieu. S’il voulait qu’on lui baise les pieds, il aurait mieux fait de rester dans sa pompeuse demeure. Enfin, s’il fallait supporter sa mauvaise humeur, autant le faire d’un bout à l’autre. Il fit signe au serveur de venir, et ce dernier s’exécuta comme i ça vie en dépendant. C’était assez amusant, cela nous faisait presque un point commun : le fait d’être craint par le serveur. Cela serait pourtant sans nul doute le seul.« Cette jeune femme me paye un whisky-pur-feu ! »

A votre bon plaisir mon seigneur. Ces paroles ne me firent ni chaud ni froid. Au contraire, je me tournai vers le dit serveur pour dans un premier temps confirmer du regard, amis aussi ajouter une précision à la commande.« Si vous avez un verre en plastique, cela vous évitera de la perte de vaisselle inutile avec ce gentleman improvisé. » Qu’il commande un verre en mon nom si cela l’en chantait, mais j’aurai toujours mon mot à dire, qu’il ne s’y méprendre pas. Je finis ainsi par passer une main dans mes cheveux pour réaliser qu’ils étaient plein de verre. Je n’avais plus qu’à me lever pour me rendre dans les toilettes et m’arranger. Qu’il ne rêve pas, je n’allais pas partir, mais j’étais par contre curieuse de voir si lui partirait. Ce que je ne prévu pas ? Qu’une fois debout, je réalise que tout l’arrière de mes vêtements était déchiré et que ceci tenait de peu. Ayant récupéré ma veste en me levant, j’en sortie ma baguette. Cela, il allait me le payer, mais avant tout, je visais une cape de sorcière en velours rouge accroché à une patère pour la faire venir à moi et m’en couvrir. Sa propriétaire s’en offusqua mais d’une geste de la main, je bougeais le problème de ma personne à celle du fautif de la situation.« Arrangez-vous avec mon grand et dévoué ami ici présent, c’est lui qui se charge des formalités. » Et pour être sûre qu’elle comprenait bien de qui je parlais, j’envoyai contre le mur, comme mon verre auparavant, cet abruti de sang pur qui s’y écrasa sous la surprise comme une bombe-à-bouse. Dans un dernier sourire, je repris ma route et entré dans les toilettes. Lâchant la cape, je réalisai l’étendu des dégâts et je me félicité d’avoir rétrécie des vêtements de change dans ma poche. Avec Heather, c’était nécessaire. En deux coup de baguette, je quittai ainsi mes ayons pour me retrouver d’une longue robe qui m’arrivait au cheville noir, couvrant mes bras mes dénudant légèrement mes épaules. Mes cheveux furent libérer ensuite des débris de verre et remettant la cape sur mes épaules, j’observai le résultat bien différent et plus plaisant que ce qu’il avait fait de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 19 Fév - 21:16
Invité
Je la vis se tourner vers le serveur, elle n'arrivera pas à me refuser ce verre, il se rangera de mon côté, je suis un sang-pur. « Si vous avez un verre en plastique, cela vous évitera de la perte de vaisselle inutile avec ce gentleman improvisé.  » Dit elle et je lançais un regard appuyer au serveur, s'il venait me ramener un verre un plastique, il allait souffrir. Je vis la fille se lever, j'eus un sourire amusé en voyant ses vêtements complètement lacérés sur l'arrière. J'étais fier de mon sort, je ne réagis même pas lorsqu'elle sortit sa baguette. Elle finit venir à elle une cape en étoffe rouge, appartenant pour sûr à une sang-pure, vu la qualité du tissus, elle devait même avoir plusieurs années, mais être si bien entretenue qu'elle paraissait neuve. La jeune femme qui s'offusqua se trouvait être une belle blonde, bien vêtues avec les cheveux lâchés, le l'observais attentivement, elle était assise à une table d'étudiants riant et buvant. « Arrangez-vous avec mon grand et dévoué ami ici présent, c’est lui qui se charge des formalités.  » Alors qu'elle prononçait ces mots, je fus envoyé contre le mur. Elle partit ainsi et la blonde vint vers moi rouge de rage, je la fixais froidement. « Quelqu'un de votre sang... » Commença-t-elle mais je me relevais et la coupais calmement. « Je ne fais pas déshonneur à mon sang, elle est venue m'importuner et si tu as un problème avec cette chose, tu le règles avec elle sans me mêler à vos histoires de fillettes écervelées. » Je claque avant de m'asseoir calmement lançant un sort de glu sur la chaise de ma compagne absente. Au moins, j'aurais le plaisir de m'amuser à la voir tenter de se relever plus tard, si elle ne décide pas de s'échapper maintenant. J'ignorais la blonde sans trop d'effort. Le serveur arriva rapidement avec mon verre de whisky-pur-feu.

Je pris une longue et lente gorgée, observant sans vraiment la voir la blonde toujours face à moi, attendant visiblement la voleuse de sang-impur lui ayant pris sa cape, elle ne me regarda pas, elle devait se trouver bien vexé de mes paroles. Les filles de son rang en général n'ont pas l'habitude de se faire remettre en place par n'importe qui, seul ses aînés et ascendants devaient se permettre de lui faire une remarque telle que la mienne. Je gardais ma baguette sous la table, mais je continuais de réfléchir à ce que j'allais pouvoir faire à cette fille. L'idée me vint immédiatement, je fis venir le serveur qui apporta un whisky-pur-feu, une fois que personne ne regardait, j'y glissais une potion ayant pour but de rendre malade la personne l'ingérant. Je me souvenais d'avoir appris cette potion durant mon séjour en France et elle s'avérait parfois bien utile alors j'en gardais toujours en réserve. Je n'attendais que de voir quel effet, elle aurait bien sur cette fille, après tout, pourrait elle penser que j'avais commandé le verre ? Oui, mais en même temps, le serveur aurait très bien pu en amener deux, en pensant que nous en voulions chacun un. Je réprimais mon sourire et je m'amusais à offusquer un peu plus la blonde proche de moi en attendant mon occupation du soir, je lançais un sort faisant bafouiller la blonde. Se serait marrant de la voir bafouiller face à cette impure, mais ça me permettrait surtout de détourné son attention le temps que je m'occupe de son propre sort. Puisque j'avais en tête un sort bien complexe, lu dans ma jeunesse à Durmstrang, où je ne l'avais jamais utilisé. Se serait une première et ça rendait les choses encore plus marrante. Dire que cette fille ne revenait pas, retardant le moment où j'aurais le loisir de lancer ce sort pour la première fois.

Pour tromper mon ennuie, je posais mes yeux sur les femmes de la blonde, pas le moins gêné du monde quand celui qui devait être son fiancé me lança un regard mortel en me montrant sa baguette. Je lui montrais la mienne avec un petit sourire en coin, faisant bien comprendre que je devais connaître des sorts bien pires que ceux qu'il connaissait vu son jeune âge. Il ne devait avoir maximum qu'un ou deux ans de moins que moi, ce qui n'était pas énorme, mais il n'avait sûrement pas fait ses études à Durmstrang, y apprenant la magie noire. Je souriais toujours, mais je ne dis pas un mot, je posais ensuite mes yeux sur la porte des toilettes, elle n'en ressortait toujours pas, avait elle peur de moi ? Cherchait elle un moyen de s'échapper d'ici ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 20 Fév - 16:32
Invité
Toutes les rencontres ne sont pas bonnes
Arcturus Lestrange && Heather “Sasha” Woolf


Je fus bien différente quand je revins dans la pièce. J’avais le même visage, le même regard, mais ma nouvelle tenue avait de quoi surprendre à côtés de ce que j’avais porté avant et surtout, à côté de l’état dans lequel mon compagnon de jeu malsain les avait mis. Une furie blonde arriva cependant bien rapidement devant moi pour me pointer du doigt dédaigneusement là où je ne pus retenir un sourire au coin des lèvres. Le plus drôle vint cependant juste après quand elle essaya de parler. Ne savait-elle pas aligner deux mots l’un après l’autre. Levant mon regard derrière elle, je notais celui du brun et je crus déceler le fait qu’il n’y était pas pour rien. En tout cas, sans vergogne, d’un simple geste de baguette, je la fis retourner à sa place comme si elle était une marionnette. Elle pouvait bien couiner comme un cochon qu’on égorgeait, je m’en moquai, regagnant ma place. Ce qui devait pourtant servir de petit ami à cette dinde se mit à m’appeler et d’un regard droit, franc, froid et surtout très dangereux, je lui fis comprendre qu’il valait mieux qu’il s’abstienne de m’importuner. Mon regard ? Celui d’une folle, pire, d’une psychopathe… ce que j’étais. A ce rythme, j’allais finir reconduite à la porte de ce bar, mais je m’en moquais. Ne me doutant de rien, je m’assis face à cet être abjecte et aux manières pompeuse, amusée de ce qu’il venait de se passer.« Je vais finir par croire que tu es un fin menteur pour avoir avancé des propos sur ma possible mauvaise compagnie. Ne viens-tu pas de t’en prendre à quelqu’un que tu juges de ton sang ? Enfin, tout reste suggestif peut-être… » Il pourrait m’en parler après de respect de sang, je n’en retiendrai même pas un son.

Je notais le verre posé face à ma place. Je n’avais rien commandé et même si je pouvais concevoir faire un possible effet au serveur, je décidai de me méfier. Je ne dis mot, prenant le verre dans mes mains et commencer à le porter à mes lèvres. La couleur était celle du whisky, ça en avait aussi l’odeur… mais ? La texture visuelle ne me plaisait pas. On avait beau être doué en potion, c’était toujours comme un très fin filet d’huile et de l’eau. Il y avait cette petite nuance presque invisible qui faisait que beaucoup s’y trompait…
« Bien tenté pour le verre mais il te faudra jouer plus finement que cela. » J’auai pu être n’importe quelle débutante, mais ce n’était pas le cas. Il ne pouvait pas le savoir, et je ne le criais pas sur tous les toits, mais n’étais-je pas une fille de Sainte-Mangouste ? Je n’avais pas toujours existée, ou du moins, je n’étais pas apparue tout de suite. Ce ne fut que quand Heather eu 6 ans, quand elle cessa de grandir, que je fus vraiment présente. De là, les infirmières essayèrent bien de me contrôler, essayant de me duper par mille subterfuges avec des potions pour m’effacer, mais voilà, c’était il y a plus d’une décennie, et donc, depuis, j’avais appris à voir quand on versait quelques choses dans ma boisson. Je reposai le verre, me retenant peut-être de lui jeter à la figure, mais je ne voulais pas éclabousser ma robe ou ma cape. Otant le ramener au bar ? Ce fut l’idée, mais d’un simple appuie sur mes jambes, je réalisai le deuxième piège futile qu’il m’avait tendu, et celui-là, j’étais tombée dedans sans m’y attendre.

« En parlant de finesse, je te remercie pour la délicatesse enfantine de m’avoir coincée à ma chaise. J’en déduis que tu ne veux plus te séparer de moi. » Ne m’avait-il pas dit de dégager juste avant ? C’était bien un homme : il était impulsif, orgueilleux, prévisible, faible et futile. Non, je n’avais pas une bonne image de la gente masculine, et il ne faisait rien pour que cette image ne change. Pauvre petit sang pure qui se prend pour le ministre et veut tout gouverner… Il n’était pas mieux qu’un elfe de maison, soumis à ses pulsions animales… J’avais bien ma baguette, mais quitte à jouer, je fis le choix de me libérer du sort de glu sans pour autant quitter ma chaise, gardant mon « arme », sous la table et non à porter d’un expéliermus possible de sa part.« Et donc ? C’est quoi la suite ? Si je fais les comptes, tu m’as découpée mes vêtements, envoyée une idiote à la figure, collée à ma chaise et tenté de m’empoisonner… Pour une entrée c’était pas mal, on passe au plat principale ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 22 Fév - 23:28
Invité
Elle sortit enfin de toilettes et la blonde arriva vers elle comme une furie, la pointant du doigt. Puis lorsqu'elle ouvrit la bouche, elle se mit à bafouiller et j'eus un regard bien à moi, d'un coup de baguette, l'autre fit retourner la blonde à sa place. Je pointais ma baguette sur ma chère amie de ce soir et lançais ce sort que je préparais attentivement et que je souhaitais tester depuis mes années à Durmstrang. Le copain de la blonde se mit à héler l'autre femme qui lui lança un regard mortel avant de revenir s'asseoir à la même table que moi. « Je vais finir par croire que tu es un fin menteur pour avoir avancé des propos sur ma possible mauvaise compagnie. Ne viens-tu pas de t’en prendre à quelqu’un que tu juges de ton sang ? Enfin, tout reste suggestif peut-être…  » Me dit elle et je lui lançais un regard avant d'ouvrir la bouche. « Elle devait apprendre quand il faut rester à sa place face à un homme de son sang. » Annonçais je froidement en laissant savoir que ce n'était que ce dont elle avait besoin.

L'autre prit son verre entre ses mains et sembla l'examiner avec une grande attention avant de me parler. « Bien tenté pour le verre mais il te faudra jouer plus finement que cela.  » Affirma cette femme. Je ne dis rien, mon sort était lancé et d'ici une dizaine de minutes, elle ne pourrait se retenir de mettre des sous-entendus sexuels dans ses phrases. Ça allait devenir marrant, du moins de mon point de vue, puisque j'avais toujours voulu voir les limites de ce sort, qui reflétait les envies réelles d'une personne même si ce n'était pas pour la personne face à elle. Je la regardais ensuite essayé de se lever, je vis qu'elle avait compris mon petit sort enfantin, n'ayant rien de bien recherché. « En parlant de finesse, je te remercie pour la délicatesse enfantine de m’avoir coincée à ma chaise. J’en déduis que tu ne veux plus te séparer de moi.  » Dit elle et je reniflais de dédain face à sa remarque, je ne faisais que passer le temps en faisant ce qui me passait par l'esprit pour emmerder cette petite idiote qui était venue m'importuner. Je pris mon verre de ma main gauche, buvant calmement une gorgée tout en regardant face à moi, ma baguette toujours bien caché sous la table. « Et donc ? C’est quoi la suite ? Si je fais les comptes, tu m’as découpée mes vêtements, envoyée une idiote à la figure, collée à ma chaise et tenté de m’empoisonner… Pour une entrée c’était pas mal, on passe au plat principale ?  » Je ne pus m'empêcher de sourire ironiquement, je n'étais pas encore lancé, ces petites choses n'étaient même pas l'entrée, juste l'apéritif.

Je bus une autre gorgée de mon verre calmement. « Je ne suis pas un imbécile, je n'empoisonnerais pas une personne en public, c'était juste une petites potions déplaisantes. » Dis je calmement en continuant à boire mon verre, semblant me désintéresser d'elle. Je préparais calmement mon prochain coup. Je réfléchissais à mon prochain sort, je le trouvais enfin, je me préparais. Mon sort était simple, il faisait simplement souffrir la victime, mais pas assez pour qu'elle se mette à hurler. Je lançais ce sort, qui lui brisa simplement une rotule. Pourquoi lui briser une rotule, juste par plaisir de m'amuser. C'était douloureux, je le savais, je finis mon verre d'une gorgée en attendant une réaction de sa part. Je souris doucement en préparant une bonne petite phrase. « Ce n'était que l'apéritif, mais comme tu veux le plat de résistance, nous allons bientôt le commencer. » Déclarais je en lançant un sort pour lui donner une crampe au bras gauche. Je ne montrais rien de ce que j'avais fait, faisant comme si je n'avais rien fait, que je ne savais rien des problèmes qu'elle pouvait avoir à l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 1 Mar - 19:23
Invité
Toutes les rencontres ne sont pas bonnes
Arcturus Lestrange && Heather “Sasha” Woolf


Combien de temps ce petit jeu allait-il me divertir ? C’était sans nul doute une bonne question, mais je ne réfléchissais pas à ce point. Si je devais me torturer l’esprit, ce serait uniquement pour lui rendre la monnaie de sa pièce et certainement pas pour essayer de fuir. Il m’avait jeté un sort pour me clouer à ma chaise ? C’était donc qu’il voulait bien passer plus de temps avec moi qu’il ne pouvait l’admettre. Il avait versé quelque chose dans mon verre ? Devais-je le comparer à un violeur ? Je ne croyais pas en ce dernier point, je ne le voyais pas agir ainsi, surement trop lâche à mes yeux et trop précieux surtout pour avoir une telle idée. Non… Cet homme devait être un rapace de la pire espèce, un carnassier qui voulait se repaitre de ma chair. Il allait vit remarquer que je n’étais pas un tendre mets et que j’allais lui rester sur l’estomac.« Je ne suis pas un imbécile, je n'empoisonnerais pas une personne en public, c'était juste une petites potions déplaisantes. » Le fait qu’il ne soit pas un imbécile restait à démontrer à mes yeux, mais je lui laissais sa chance, ou quelque chose comme ça. J’attendais… Oui, j’attendais qu’il me prouve que j’avais tort, j’attendais qu’il me prouve que je me trompai du début à la fin. Bien entendu, je n’avais que peu d’espoir que tel fut le cas, mais sait-on jamais. N’ayant pas noté sa baguette sous la table, je ne me rendis compte de rien au premier abord sur la suite des évènements, le laissant juste parler ou m’ignorer par alternance.« Ce n'était que l'apéritif, mais comme tu veux le plat de résistance, nous allons bientôt le commencer. »

Au moins, il ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin, ce qui, aussi fou que cela pouvait sembler, me plut énormément. Il n’était pas un dégonflé, du moins, pas pour le moment. Je me doutais que cela venait du fait qu’il soit convaincu d’avoir le dessus sur moi. Son arrogance se lisait sur son visage, il ne pouvait donc en être autrement. Je n’avais alors qu’une envie, lui prouver qu’il avait tort.« Je n’ai plus qu’à te souhaiter un bon appétit dans ce cas. » Je n’avais pas idée que dans la famille manger un repas, j’allai déguster. Il me fallut un simple mouvement pour me rendre compte que quelque chose clochait. Mon genou m’infligea une douleur horrible et je réalisai que cet enfoiré m’avait jeté un sort, cassant peut-être ma rotule. Mais je n’eus pas le temps de dire autre chose qu’une crampe prit part de mon bras gauche. Pas de doute, le plat principale avait commencé.« Si je ne m’abuse, j’ai le sentiment que ce repas sera fort en épices pas toi ? Après tout, n’est-ce pas un brin excitant en soit ? Tel un corps à corps ardent et prometteur… » Euh… C’était quoi ça ? Je n’avais pas pensé la moitié de ma phrase, mais je n’avais pu faire autrement que parler. Il allait finir par croire que je voulais qu’il m’écarte les cuisses. J’avais beau avoir possiblement un charme ténébreux, on arrogance était à vomir. Ma main droite sur ma baguette, toujours sous la table, visa son aine. Lui lançais-je un sort ? Mais bien entendu ! Ce ne fut pas un doloris, mas un sort qui était fait pour donner une sensation de brulure très désagréable. Je supposer qu’à cette endroit de son entre jambe, il allait bien le ressentir.« J’espère que ce ne sera pas trop pour ton petit estomac fragile… Il se pourrait que tu n’es pas ce qu’il faut où il faut… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 2 Mar - 12:29
Invité
« Je n’ai plus qu’à te souhaiter un bon appétit dans ce cas.  » M'annonça-t-elle et j'eus un sourire mesquin, le repas allait être vraiment très bon. Et elle allait en faire les frais. Quand elle se rendrait compte de mon entrée en matière, elle allait en prendre pour son grade. Je n'en laissais rien paraître, faisant croire que je n'avais absolument rien fait. « Si je ne m’abuse, j’ai le sentiment que ce repas sera fort en épices pas toi ? Après tout, n’est-ce pas un brin excitant en soit ? Tel un corps à corps ardent et prometteur…  » Cette réplique m'arracha un sourire, mon sort était en action. Elle ne contrôlait plus ses paroles, ne pouvant s'empêcher d'y mettre des sous-entendus sexuels pour mon plus grand amusement. Le repas serait épicé, surtout pour elle me semblait il. Puisque pour le moment, je ne me portais pas trop mal, j'avais même pas un seul problème. Pourtant maintenant, je me dis qu'elle avait réussi à me causer du tort, quand je sentis la brûlure intenable situé sur une partie précise de mon être. Pourtant, il en faudrait bien plus pour me faire réagir de façon visible. À Durmstrang, on apprenait à résister aux sorts douloureux, on apprenait même à résister aux impardonnables. Alors cette brûlure n'était qu'un détail. « J’espère que ce ne sera pas trop pour ton petit estomac fragile… Il se pourrait que tu n’es pas ce qu’il faut où il faut…  » J'eus un sourire amusé à sa dernière remarque, j'avais bien tout ce qu'il faut où il faut, mais elle ne pourrait voir une réaction de ma part. Je ne lui donnerais pas ce plaisir, bien que ça me brûle, je supporterais, c'était pas pire qu'un doloris.

Gardant mon sang froid malgré cette gêne, je continuais à réfléchir à la suite, au plat de résistance que je lui ferais avaler de force. « Bien tenté, mais bien que j'ai tout ce qu'il faut où il faut, j'ai eu le loisir d'apprendre à supporter la douleur. » Dis je calmement alors que ma baguette se mettrait en place, visant son ventre comme je le pouvais. J'avais une multitude de sort en tête, il me fallait choisir entre la douleur pure et simple ou une douleur croissante. Je finis par choisir la douleur croissante, il s'agissait d'un sort de magie noire relativement basique. Pour qu'elle comprenne la chose, il lui faudrait un certain temps. Puisqu'au début, le sort ne sera qu'un petit picotement et à chaque mouvement de son corps, la douleur s'amplifiera peu à peu, jusqu'à devenir aussi intenable qu'un doloris relativement puissant, mais il faudrait du temps pour en arriver là. Ce fut bien mon seul coup bas pour l'instant, je pris une gorgée de mon verre calmement. J'oubliais peu à peu la sensation de brûlure de mon aine, trop pris au jeu, à l'adrénaline qui montait en moi alors que j'attendais la suite des événements. Ne dit on pas que l'adrénaline a des effets permettant d'oublier la douleur temporairement, jusqu'à ce que notre cerveau n'en sécrète plus. Je gardais ma baguette en main sous la table, mais mes doigts vinrent glisser sur mon aine comme si ma main pouvait soulager la brûlure de mon aine. « Tu ne sembles pas épicer tes repas très fréquemment. » Assurais je sur le ton de la provocation. Je voulais qu'elle se mette à jouer au même niveau que moi si elle en était capable. Si tel n'était le cas, il valait mieux qu'elle quitte sa chaise et le bar immédiatement afin de me laisser me trouver une nouvelle occupation. De toute évidence, elle n'était pas prête à me laisser tranquille, alors elle allait sûrement se montrer plus agressive dans ses sorts pour mon plus grand amusement. C'était assez étrange pour moi de m'amuser avec une sang impure mais j'aimais ressentir la douleur, c'était une preuve réelle que j'étais vivant. Et le niveau que cette fille mettait, n'était pas forcément le plus haut possible. Puisque même si elle était capable d'impardonnable, ce dont je doutais, il nous était impossible à tout deux d'en user dans un lieu aussi fréquenter que le Hush bar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 25 Mar - 18:39
Invité
Toutes les rencontres ne sont pas bonnes
Arcturus Lestrange && Heather “Sasha” Woolf


Les sous-entendus que je ne pouvais m’empêcher de prononcer n’était pas fait pour m’aider, mais s’il pensait m’effrayer et me faire taire avec cela, il allait être bien vte déçu. Je n’étais pas Sasha pour rien. On ne me connaissait guère la qualité de garder ma langue dans ma poche pour de grande convenance. Il pouvait bien s’amuser avec ce sourire détestable sur le visage, je n’étais pas prête de cesser un jeu qui venait à peine de commencer. Je n’envisageais pas un seul instant le regretter, je devais juste m’assurer être assez forte pour qu’Heather ne reprenne pas les commandes. Il dut assez rapidement sentir les effets de mon sort, mais je dus lui reconnaitre une chose, il ne l’afficha pas, ou peu. Cela me tuait peut-être de l’avouer dans mes pensées –ne rêvons pas, je ne le dirai jamais à voix haute – mais il avait de la résistance, ce qui me plus.« Bien tenté, mais bien que j'ai tout ce qu'il faut où il faut, j'ai eu le loisir d'apprendre à supporter la douleur. » Je ne me trompais pas, le sortilège fonctionnait, et pauvre fou qu’il était, il semblait aimer cela. Je m’en mordillai la lèvre, ne prêtant garde au sort qu’il me réserva à la dérobé. De toute façon, je ne m’attendais pas à un traitement de faveur de sa part, il me décevrait de toute façon s’il agissait ainsi. Non, c’était un sang pure qui était bien trop tirer à quatre épingles et imbu de sa personne pour ne pas répondre. L’arrogance… il puait l’arrogance à deux miles à la ronde. Une minute passa peut-être alors jusqu’à ce qu’un picotement se fasse ressentir dans mes entrailles.« Tu ne sembles pas épicer tes repas très fréquemment. »

Je ne perdis rien de mon sourire, ne montrant aucune expression face à la douleur qui s’installait en moi. Il suffisait que je bouge pour qu’elle croisse, mais par simple réponse à sa provocation, je fis exprès de bouger légèrement, réajustant ma position sans quitter ma baguette de dessous la table.
« La fréquence n’a guère d’importance si on considère la puissance et l’intensité d’un seul moment contre de simple mise en bouche trop fréquente. Après tout, une rare passion ardente vaut mieux qu’un simple foyer chaleureux et constant.» J’avais mon passé tout comme il devait avoir le sien. S’il avait été à bonne école, cela était aussi mon cas, même si cela fut de courte durée. Mes entretiens avec Aaron Kingfell n’avait pas été sans enseignement. La torture mentale et physique qu’il m’avait fait subir m’avait façonnée encore plus que ce que je n’étais déjà. Mais avant lui, combien de médicomages ou d’infirmiers avaient tenté de me faire disparaitre ? Je ne craignais pas la douleur. Je pouvais l’endurer autant que possible temps que cela signifiait protéger Heather. Sans en montrer le moindre signe, ce fut mon tour de jouer, et je lui lançai un sort qui allait lui changer. Il n’allait pas le ressentir immédiatement, et c’était très bien ainsi. « J’espère que tu sauras en apprécier la douce amertume lente et croissante digne d’un corps à corps passionnant.» Le fait de parler de gout n’était pas anodin, bien au contraire. Avec les secondes filantes, un gout métallique allait prendre part de sa bouche pour devenir amer et acide. Ce gout allait croitre encore et encore jusqu’à lui donner la nausée de façon incontrôlable pour finir par lui faire vomir ses entrailles. S’il tentait de boire, le phénomène n’en serait que plus rapide. Ce sort ? je l’avais apprise toute seule pour me venger des potions qu’on voulait me donner à Sainte Mangouste. Certains avaient tenté de résister, au point d’en venir à vomir du sang faute de ne plus rien avoir dans l’estomac. Qu’allait-il faire dans son cas ? Un sourire malsain aux lèvres, j’attendais tout en supportant la douleur de mon corps sans broncher. La douleur était avant tout psychologique, et niveau psychologie, j’étais tout sauf normale, vous en conviendrez.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 26 Mar - 0:06
Invité
Je la vis se repositionner sur sa chaise, elle ne montra rien de la légère douleur qu'elle devait ressentir, mais je ne doutais pas de la réussite de mon sort. J'avais toujours été doué en classe et en sortilège, surtout quand on parlait de magie noire, j'avais toujours particulièrement apprécier cette magie dîtes maléfique. « La fréquence n’a guère d’importance si on considère la puissance et l’intensité d’un seul moment contre de simple mise en bouche trop fréquente. Après tout, une rare passion ardente vaut mieux qu’un simple foyer chaleureux et constant  » Je ne pus m'empêcher de sourire à ses mots, pas que par l'effet de mon sort. Sans le savoir, elle venait de définir un peu ma vie, je ne vivais que de moment intense avant de ne plus jamais revoir celle qui était la cause de ce moment intense. Je n'avais aucun foyer chaleureux et constant. J'étais libre comme l'air et pas près d'être à la recherche de ce foyer chaleureux et constant. Mon sourire resta vissé sur mon visage, si je souriais, ce n'était pas un sourire très amical. Bien qu'elle venait de viser juste, je ne lui ferais pas le plaisir de lui faire savoir qu'elle venait un peu de résumé ma vie en compagnie des femmes. J'avais moi-même poussé son esprit à tourner des phrases de la sorte. Ça m'apprenait simplement qu'elle devait être aussi peu adepte des relations sérieuses que moi. Cependant, une impur n'avait aucun intérêt à mes yeux, elle n'était qu'un amusement pour la soirée. Je ne me souvenais même plus de son prénom, c'était pour dire comme elle ne m'intéressait pas. Ce qui m'intéressait, c'était plus notre petit jeu de torture, c'était au premier qui céderait. Ce ne serait pas moi, je n'étais pas homme à perdre face à une femme. Aucun sang-pur ne devait perdre face à une impur en plus, voilà une chose bien plus importante que le fait de perdre face à une femme. « J’espère que tu sauras en apprécier la douce amertume lente et croissante digne d’un corps à corps passionnant.  » Je l'écoutais sans vraiment lui prêter attention, regardant plutôt derrière elle, les fesses d'une jeune femme venant d'entrer au bras d'un jeune homme. Tout deux s'assirent au bar et commandèrent. J'observais le dos de cette femme portant une robe relativement ouverte dans le haut du dos, quand je commençais à sentir ce goût dans ma bouche. Ce goût assez identique au goût laissé par le fer quand on a du sang dans la bouche.

Je passais pourtant outre ce goût gênant, ça me passerait bien à un moment ou à un autre. Je bus une gorgée pour tenter d'apaiser le goût. Pourquoi alors ma bouche semblait pleine d'un acide prêt à ronger tout l'intérieur de ma bouche. Je n'en montrais rien, mais je venais de comprendre très clairement ce qu'elle venait de faire. J'avais déjà eu le loisir de lire sur ce sort et une connaissance m'avait parlé de la sensation qu'il avait eu. Je continuais pourtant à faire comme si de rien n'était, je regardais simplement cette jeune fille. D'accord, elle connaissait des sorts dangereux, c'était très bien pour elle mais j'en connaissais aussi. Je saurais retenir le sort un temps encore pour jouer, du moins assez longtemps pour me venger. Ma baguette fit un tour sur elle-même dans ma main sous la table. Une mauvaise habitude que j'avais quand je pouvais prendre le temps de réfléchir tout en sachant que personne ne pouvait voir ma baguette. Seul Dora était consciente de ce petit geste, qui n'était pas réellement un tic récurrent pour moi. En réfléchissant, j'avais l'habitude d'occuper mes mains, hors je n'avais que ma baguette en main en cet instant. J'avais le sort, c'était un sort appris en septième année à Durmstrang. Il forçait l'accélération des battements du cœur, la personne en ressentait rapidement les effets. Seulement, si elle se mettait à paniquer ou si elle faisait des mouvements trop brusque, les battements montaient de rythme bien plus rapidement. Le rythme cardiaque le plus important possible à atteindre était tout simplement mortel. J'en avais conscience, mais le fait était que personne ne pourrait me juger coupable de meurtre. Ce sort rassemblait des signes faisant penser à une mort naturelle. Je lançais mon sort. Si elle le connaissait, elle serait capable de rester assez calme jusqu'à ce que le sort n'agisse plus, sinon elle en mourrait. Le sort n'avait une durée d'action que d'une dizaine de minutes. Je sentais la nausée monter de plus en plus en moi. C'était loin d'être agréable, pas plus que la brûlure de mon aine. Pourtant, je me considère comme un homme assez fort, alors je ne lui ferais pas le plaisir de me lever pour aller vomir. Tout en sachant que le fait de vider son estomac était bien le seul moyen d'arrêter l'effet de ce sort.

Je luttais pour ne pas aller vomir, boire était une mauvaise idée, ça je l'avais parfaitement compris. Je n'avais plus aucune envie de parler, pas à cause du sort, c'était juste que je n'en avais pas envie. J'étais pas très fanatique des conversations dans un bar, je me limitais toujours au strict minimum. C'est à dire, le moyen d'emballer la jeune femme ou même femme se trouvant face à moi afin de l'emmener chez elle. Seulement celle-là, je ne la voulais pas dans un lit, je ne la voulais pas tout court, ce qui ne me forçait donc en aucun cas à lui faire la conversation. Si ce n'est pour l'entendre faire des sous-entendus à chaque phrase grâce à mon premier sort. Pour le moment, j'arrivais encore à contenir mon envie de vomir. Ma main s'était posé contre mon aine brûlante, ma baguette toujours tournée vers la jeune femme me faisant face. Deux minutes passèrent avant que je ne me lève calmement, sans dire un mot. J'entrais dans les toilettes, m'arrêtant aux pissotières, je me soulageais, mais finalement, je ne pus me retenir plus longtemps. À peine mon pantalon refermé, j'entrais dans une cabine et vomit le contenu de mon estomac. Qui était essentiellement constitué d'alcool, un peu de bile se trouvait aussi dans le mélange et une quantité de sang. M'essuyant le front, je ressortis du toilette impassible. Mon regard croisa celui des deux hommes se trouvant aux toilettes, je rinçais ma bouche, je me lavais ensuite les mains. Mon regard croisa celui de mon reflet dans le miroir, je me sentis pitoyable, dans un sens, en allant vomir, je lui avais laissé gagner un point dans cette partie.

Je regagnais lentement ma place comme si je n'avais pas vomis du tout, ma baguette la pointa à peine avais je retrouvé ma place. Un sourire arrogant prit place sur mon visage et je lui accordais enfin quelques mots. « Je ne t'ai pas trop manqué quand je suis allé soulager ma vessie ? » M'enquis je. C'était de la provocation pure et simple, son cœur devait battre à un rythme effréné, surtout si elle paniquait face à cette accélération. Je me sentais bien mieux depuis mon passage au toilette, même si j'avais honte d'avoir vomis comme un adolescent ayant bu trop d'alcool durant une soirée pour faire la cour à la fille qui lui plaît. Oui, j'avais l'esprit à des pensées aussi idiote que celle d'un adolescent buvant pour impressionner une adolescente. Je finis mon verre pour me sortir ces idioties de la tête. Je fixais mon regard sur ma vis-à-vis, j'attendais de voir si elle vivrait ou si elle mourrait. Les dix minutes n'étaient pas passées pendant que j'étais au toilette, mais elles arriveraient à leur fin d'ici peu. Plus les secondes s'égrainaient plus mon sourire s'agrandissait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 26 Mar - 12:32
Invité
Toutes les rencontres ne sont pas bonnes
Arcturus Lestrange && Heather “Sasha” Woolf


J’attendais sagement qu’il prenne note de l’entendu de ce que je venais de faire. Mon sort n’était certainement pas mortel, mais il pouvait se révéler bien humiliant. Je n’attendais pourtant pas de sa personne qu’il perde la face aussi facilement face à moi. C’était du masochisme pur et dur, mais dans ma folie, je trouvais un gout très plaisant à ce petit jeu entre nous. Certes, mon être tout entier me torturait. Je veillai à ne pas trop bouger pour ne pas sentir ces lames dans mon corps et heureusement je pouvais être très patiente quand j’estimai que le jeu en valait la chandelle. Le sourire satisfait qu’il afficha à mes propos fut tout bonnement ridicule. Il se croyait tout puissant et assuré de sa victoire, mais si mes paroles étaient fondées sur des propos douteux à cause de lui, j’avais encore l’art de les tourner de façon élégante. Lui sourire suivant fut pour moi quand il porta son verre à sa bouche. Il n’afficha rien, sauf peut-être une infime lueur dans le regard qui me convaincu que mon sort opérait. Je devais lui reconnaitre son calme et sa contenance, mais c’était surement là les seules qualités que je pouvais lui attribuer.

Un homme et une femme entrèrent dans le bar et son regard quitta le mien pour le fessier audacieux de cette poule de luxe. Un homme à femme… Il n’était décidément pas différent de tous ces abrutis, et sans était presque décevant, mis cela me donna une idée que je gardais pour le moment dans le coin de mon esprit. Je n’étais pas encore convaincue de son bon fonctionnement. Il était hors de question que je me loupe sur tous ce que je pouvais lui faire. Jusque-là, mes actions avaient réussi. Sa main ne quittant pas le dessous de la table était la preuve que sa brulure était existante, bien qu’il n’en touche pas un mot. Un moral d’acier ? C’était ce que nous allions voir. Je comptais bien pour ma part lui faire ravaler son arrogance tout comme il devait ravaler la bile montant dans sa bouche. Je restais pour le moins méfiante cependant de son calme. Il n’était pas du genre à dire des paroles veines, de cela je ne doutais pas, mais j’étais persuader que son silence était loin d’être un signe de paix. N’était-ce pas à son tour de jouer ? Il finit par se lever, et à peine eu-t-il franchi la porte des toilettes sans un mot, que je compris.

Mon cœur commença à s’emballer, et si Heather avait été là, nous aurions couru à la catastrophe. C’était un serpent, pas de doute la dessus, une vermine de la plus haute espèce. La sensation était désagréable, surtout lier à la douleur de mon être, mais je tachais de respirer le plus doucement possible, attendant juste que cela passe. Il voulait me faire paniquer ? La panique n’était pas une chose que je connaissais. Pour me faire paniquer, il faudrait s’en prendre à ma protéger, chose donc impossible vu que j’étais là et non elle. Personne ne pouvait me faire partir si je ne le désirais pas, ce qui me sauver. Combien avait déjà essayé ? Beaucoup trop de pauvres fous… En tout cas, cette dose d’adrénaline n’était pas faite pour m’aider, mais je comptais bien lui rendre la monnaie de sa pièce et son penchant pour le whisky allait m’y aider. Il ne restait pas grand-chose dans son verre, mais c’était bien assez pour que j’y jette un sortilège. A partir du moment où il l’aurait fini, un tout autre feu naitrait en lui. Il était tellement arrogant que j’étais persuadée que ma personne devait le dégouter… quoi de plus rageant alors que le fait de me désirer ?

Quand il revint à table, il affichait toujours le même air impassible, mais le sang dans ses yeux trahissait ce qu’il avait été faire.
« Je ne t'ai pas trop manqué quand je suis allé soulager ma vessie ? » me demanda-t-il, comme s’il s’en soucier vraiment. Ne lui avait-on jamais dit que ce n’était pas beau de mentir ? Ou aurai-je blessé dans son estime le pauvre petit sang pure qui devait passer pour un gamin qui ne tient pas l’alcool ? Son orgueil était son point faible, et donc, la suite allait promettre, surtout quand je le vis boire d’une traite le reste de son verre. Le jeu pouvait donc continuer. Un sourire arriva au coin de mes lèvres et la lueur dangereuse de mon regard ne diminua pas. Je ne répondis pas tout de suite, focalisée sur ma respiration difficile face à mon rythme cardiaque, mais ce dernier ne tarda pas à diminuer. Ce genre de sort ne pouvait pas durer éternellement, juste quelques minutes, et quand je fus sur de sa chute suffisante, j’entrepris de lui répondre. « Cela m’en a coupé le souffle, mais ta présence face à moi ne cesse de raviver le désir de ce jeu brulant entre nous. Ton retour d’ailleurs n’est-il pas le reflet de ta propre passion ? » dis-je en possiblement frôlant sa jambe de mon pied un court instant. Avant qu’il ne le comprenne, il allait trouver son pantalon bien étroit et aller me désirer au point d’en perdre la raison. Cet idiot devait apprendre que le sexe faible ici, ce n’était pas moi mais bien lui, et quoi de plus naturelle que de retourner les envies de son corps contre sa raison teinté d’arrogance ? Cette idée me fit me mordre légèrement la lèvre inférieure là où mon regard ne quitta pas le sien. J’étais loin de le désirer comme lui, mais ce n’était pas tricher que de ne pas lui facilité la tâche en restant trop de marbre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 26 Mar - 15:37
Invité
Quand j'eus fini mon verre, je ne loupais pas le sourire en coin naissant sur son visage, je compris que je venais sûrement de me faire avoir. Sans savoir pour le moment ce qu'elle avait fait à mon verre, je commençais à me méfier. Elle semblait bien se contrôler et mon sort n'allait pas la tuer, j'en étais un peu déçu, j'aurais bien voulu la voir mourir. « Cela m’en a coupé le souffle, mais ta présence face à moi ne cesse de raviver le désir de ce jeu brulant entre nous. Ton retour d’ailleurs n’est-il pas le reflet de ta propre passion ?  » Dit elle en frôlant ma jambe de son pied. Au moins, elle avait eu conscience de mon sort, ses mots me le disaient. J'aimais bien sa réplique sur le jeu qu'elle disait brûlant entre nous. La suite m'avais un peu moins plut, je n'avais aucune passion pour elle et j'étais dégoûté qu'elle ait eu le courage d'oser venir toucher ma jambe avec son pied. Je regardais mon verre vide un instant, il allait me falloir plus d'alcool pour la supporter. Je reportais mon regard sur elle, elle se mordillait la lèvre inférieure. Sans que je n'en comprenne le comment du pourquoi, je me retrouvais avec un très gros soucis dans mon pantalon. Déjà que mon aine me brûlait depuis un bon moment, avoir ce problème tout masculin n'était pas chose facile. C'était une réaction subite et douloureux. Je n'en montrais absolument rien, même si je ressentais le besoin de soulager tout cela très rapidement. Je comprenais enfin la signification de ses mots, de son sourire en coin, de son pied caressant ma jambe, de ses dents mordillant sa lèvre inférieure. Elle devait avoir lancé un sort à mon verre ou y avoir versé une potion pour que je me retrouve dans cette situation. Parce qu'une chose était bien claire, je ne désirais aucunement cette femme face à moi. D'accord, elle n'était pas horrible physiquement, mais elle n'était pas pure et voilà bien une chose qui empêchait toute réaction en dessous de ma ceinture.

Faisant toujours comme si de rien été, ma main tenant ma baguette vint tout de même se poser sur ce problème. Pas pour le soulager, plus pour le cacher à la vue des autres clients susceptibles de le remarquer. Ma baguette dans ma main laissa échapper le sort informulé que je venais de jeter. Elle voulait jouer avec les parties faibles de mon être et bien, j'allais jouer au même jeu avec elle. Le sort venant de la toucher était un sort lui faisant l'effet de plusieurs paires de mains caressant son corps dans son intégralité. Des caresses sensuelles et stimulantes, mais je n'en restais pas là. Pourquoi n'en restais je pas là ? Simplement par esprit de vengeance, ce qu'elle avait mis dans mon verre pouvait avoir un effet à la fois plaisant, mais aussi et surtout extrêmement douloureux. J'aurais dû me sentir vexer et affaiblis qu'elle m'ait fait une telle chose. Pourtant, je ne l'étais pas. J'avais lancé le jeu sur ce terrain là en la forçant à mettre des sous-entendus dans chaque phrase. Je l'avais bien cherché et je ne trouvais qu'une réaction assez logique de sa part. Je lançais pourtant un sort à la suite du premier, elle voulait me faire souffrir de désir et bien j'allais la faire souffrir mais mentalement. Mon second sort était partis, il ferait naître des images très suggestives dans son esprit. Couplé à ma première attaque, ça donnait un mélange explosif et j'attendais qu'elle cède à ce qu'elle ressentait. Ne perdant pas mon sourire arrogant, je choisis mes mots avec attention.

« J'espère que tu seras apprécier toutes les nuances de ce désir pour le jeu brûlant entre nous. Je le trouve bien fade, il manque d'étincelles pour faire naître les flammes d'un foyer ardent. » Annonçais je dans un très beau mensonge, puisque j'avais douloureusement conscience du désir brûlant entre mes jambes, dont elle était la coupable, non par son physique. Conscient que je ne pouvais rien faire contre ce sort, que tout le contrôle du monde ou même n'importe quel image permettant de me calmer habituellement n'y ferait rien, je savais que seul les manières physiques le pourrait, je devrais subir jusqu'à ce qu'elle parte. Je ne résistais pourtant pas, faisant glisser lentement mon petit doigt contre ce problème. La douleur ne passerait pas ainsi, mais deviendrait légèrement plus supportable. Une seule chose pourtant me permettrait de me sentir parfaitement soulagé, mais ça attendrait que je rentre chez moi. Je levais ma main se trouvant au-dessus de la table, appelant le serveur, il arriva et je lui montrais mon verre. Il revint avec un autre verre que je bus d'une traite en commandant directement un autre. Je vis qu'il avait apporté la bouteille et il me servit avant de déposer la bouteille sur la table. Très bien, je n'aurais plus qu'à me servir la prochaine fois que je voudrais un verre et si je devais me lever, je l'emmènerais avec moi pour qu'elle ne me fasse pas un autre mauvais coup. De toute manière, je n'allais pas me lever de ma chaise, ne voulant pas exposé le résultat de notre petite bataille au vue de l'ensemble du bar. Pas que j'eus honte de mon corps, mais plus une honte d'avoir été piégé si facilement par une impur et le fait qu'on puisse pensé que j'étais sexuellement attiré par une impur. Je reportais mon regard sur mon verre plein, le faisant tourner sur lui-même entre mes doigts, regardant le liquide se mouvoir et venir taper le verre. Tout ça, pour ne pas la regarder elle, parce que ça me faisait de l'effet et c'était inadmissible pour moi, encore un effet de son sort ignoble.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 6 Avr - 19:42
Invité
Toutes les rencontres ne sont pas bonnes
Arcturus Lestrange && Heather “Sasha” Woolf


Si j’étais contente de mon coup ? Oui, assez, mais cela était en rien de l’orgueil. Je voyais mon « coup bas » comme une réponse au sien. J’attendais cependant plus au moins sagement que le sort ne fasse effet. Je savais que je ne m’étais pas tromper, mais dans ma folie, il m’arrivait de croire que ce que je voyais. Attendre de lui une réaction fulgurante aurait pourtant été une erreur, je l’avais très bien compris, mais un sourire vint au coin de mes lèvres quand je constatai que sa main passa sous la table. Pauvre petit qui ne veut pas se faire voir… Bien entendu, j’aurai du savoir qu’il me rendrait l’appareil et cette fois, ce fut mon corps qui s’embrasa. La sensation de mains multiples sur mon corps ne fut pas longue à venir et mon regard en devint ardent. Désirait-il que je lui saute dessus ? S’il me désirait autant, il faudrait qu’il vienne me chercher lui-même, chose que je n’attendais vraiment pas de sa part, je devais bien rester honnête. Je volais lui faire perdre la raison, mais j’étais loin d’être prête à la perdre pour lui, très loin.

« J'espère que tu seras apprécier toutes les nuances de ce désir pour le jeu brûlant entre nous. Je le trouve bien fade, il manque d'étincelles pour faire naître les flammes d'un foyer ardent. »

Je ne mis pas longtemps à comprendre ses paroles… Le fourbe… Seulement là, il faisait une grave erreur. Si mon esprit se trouva vite assailli d’images obscènes, je fis le choix volontaire de m’effacer un court instant. Vit-il se changement dans notre regard ? Vit-il cette lueur enfantine et perdue qu’il s’y trouva un instant avant que je ne reprenne les choses en main ? Si il existait bien une chose qui n’était pas manipulable chez nous, c’était bien notre esprit.

« Bel essai, mais je ne te laisserai pas hanter aussi délicieusement mes pensées… Je ne peux cependant m’empêcher de te donner ces images en retour »

Tout en ayant parlé, le sort avait été jeté pour attaquer son esprit de la même façon qu’il avait voulu attaqué le mien. Le pauvre devait maintenant en plus de lutter s’il me regarder, lutter avec les images que ses yeux voyaient sans le vouloir. A ce rythme, soit il allait finir par renverser la table et me prendre, soit renverser la table et me tuer. Mon corps était toujours douloureux aux moindres de mes mouvements et j’avais bien envie de le lui faire payer, mais une surprise m’en empêcha, ou plutôt, une visite inattendue. Passant la porte sans m’avoir vu au premier abord, Alex entra dans le bar pour finir par me remarquer et ensuite remarquer mon compagnon de jeu. Un sourire vint sur mon visage pour mon ami.

« Sasha ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ? Oh… Salut moi c’est Alex, Alexander Black. »

Et oui, un sang pur bien élevé, ça existe. L’autre imbécile ferait bien d’en prendre bonne note.

« Salut Alex ! Je suis contente de te voir. J’avais justement à te parler ! Tu m’accompagnes chez moi ? »

Je ne prenais pas la fuite, j’allais juste régler le problème de façon moins dangereuse. D’un regard, Alex comprit que c’était plus une urgence qu’autre chose et sans rien demander, il me tandis la main pour m’aider à me lever de ma chaise. Je ne montrai rien, mais ce geste me fit atrocement mal et il dut le comprendre, car son bras vint de façon possessive en apparence, mais surtout protectrice, autour de ma taille pour me soutenir sans que cela ne se voie.

« A une prochaine fois doux ami. »

Hypocrite ? Je l’étais complétement, au point de partir sans payer et lui laisser ma note à régler. Ce ne fut que loin du bar que je pus relâcher la pression et Alex m’aida directement. Lui expliquant rapidement, il ne chercha pas, nous faisant transplaner pour me donner une potion contre la douleur une fois chez moi, et satisfaire mes autres envies de façon bien plus plaisante que l’abruti du bar n’aurait jamais pu le faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 7 Avr - 16:52
Invité
Je ne pus que me sentir fier de moi quand je vis son regard enflammé. Ce n'était qu'un juste r etour des choses. Je ne fis pas réellement attention à elle, j'avais vraiment du mal à me concentrer avec ce problème régnant entre mes jambes sous les effets de la magie. Autant ce fait ne me dérangeait pas quand il était le fruit d'une belle femme et qu'elle faisait cela avant de m'inviter à la suivre chez elle. Là, c'était un sort et ça n'avait pas du tout le même goût, je devais bien l'avouer, surtout que je ne désirais pas cette femme face à moi. « Bel essai, mais je ne te laisserai pas hanter aussi délicieusement mes pensées… Je ne peux cependant m’empêcher de te donner ces images en retour  » Dit elle et bien vite, je me retrouvais moi-même assailli d'image moins chastes les unes que les autres. Je souris pourtant, les sorts dans l'esprit n'étaient pas forcément ce qu'il fallait me lancer. Je me trouvais après tout être un fin adorateur de l'impérium et j'avais appris à y résister. J'étais aussi un occlumens, ce qui était un gros avantage face à un tel sort. J'élevais de nouvelles barrières entre les miennes existantes et le sort, le bloquant là. Mon esprit fut clair de toutes images mais je ne le fis pas savoir. Je n'allais tout de même pas laisser voir toutes mes ressources à une parfaite inconnue. Qu'elle croit que j'ai donc des images de scènes sexuelles en tête, ce n'était pas comme si je n'en avais pas pleins dans mes souvenirs.

Je la tuerais peut-être un jour cette femme, mais je devais dire qu'elle m'amusait par le fait qu'elle pense pouvoir être plus forte que moi, un sang-pur et d'une famille si importante que celle des Lestrange et j'étais un Black aussi, ma mère en était une et en portait fièrement le nom avant son mariage. Je vis entrer un jeune homme, il remarqua ma compagne de jeu et s'approcha de nous. Ainsi, ils se connaissaient. Je ne l'avais jamais vu ici ou même ailleurs, j'en étais certains et je la regardais sourire à cet homme. Ils devaient être des amis, du moins, c'est ce qui me vint à l'esprit en la voyant sourire. Géniale, nous allions enfin couper court à cette soirée et j'allais pouvoir me débarrasser de sa présence. « Sasha ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ? Oh… Salut moi c’est Alex, Alexander Black.  » Me dit le jeune homme et je retins un ricanement. Visiblement, nous avions quelques gênes en communs. On ne devait pas partager les mêmes, ça j'en étais certains, pour être ami avec la folle en face de moi, il devait vraiment ne pas être d'un sang si pur que le mien. Peut-être le fils d'un traître Black. Je l'observais attentivement, comme si son visage me donnerait des réponses alors que je ne connaissais que ma mère et ma tante Narcissa comme Black. « Salut Alex ! Je suis contente de te voir. J’avais justement à te parler ! Tu m’accompagnes chez moi ?  » Dit elle et je le vis lui tendre la main pour l'aider à se relever. Je remarquais son bras protecteur autour de la taille de ma camarade de jeu et je souris de plus belle. Comme si ce Black pensait que j'étais assez idiot pour l'attaquer et la tuer en public. Il se pourrait bien que je retrouve un jour cette jeune femme et lui fasse payer notre jeu, mais je la laisserais partir maintenant. « A une prochaine fois doux ami.  »

Le plus naturellement du monde, je hochais la tête à sa réplique, après tout, nous nous recroiserions et là, j'essayerais d'éviter que cela soit dans un bar pour pouvoir m'amuser réellement. Les deux avaient quitté le bar, je posais le prix de mes verres sur la table, refusant de payer ceux de cette inconnue et je transplanais chez moi. Une fois rentré, je me fis couler un bain bien tiède et je glissais dans l'eau chaude. Je cherchais dans mon esprit les contre sort pour ce qu'elle m'avait infligé, je me sentis soulagé quand j'eus celui pour la brûlure et là, je me sentis déjà bien soulagé. Mes muscles se détendirent dans l'eau et je finis par m'y endormir, d'un sommeil agité et je me réveillais en sursaut alors que ma tête avait glissé sous l'eau. Je ne pus que constater de les effets de son sort sur mon entrejambe n'étaient plus. C'était un plaisir et je sortis de l'eau, me séchant avant de me laisser tomber sur mon lit. Ma soirée ne s'était visiblement pas fini comme je le voulais mais demain je trouverais une autre conquête et je rattraperais la nuit loupée aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Autour d'un verre
» Discussion nocturne autour d'un verre: PV Blodwen C. Kelly
» DECLAN&JENNIFER- "Parlons autour d'un verre"
» Discussion autour d'un verre et plus... [PV: Eldaln Silhae; Kamitate Renzan]
» Discussion autour d'un verre ? [Pv Shinji']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: