RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un court instant de paix

avatar
Elsie Raynes
Sixième année
Nombre de messages : 193
Célébrité sur l'avatar : Chloé Moretz (c)dark dreams
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Fév - 22:31

Elsie fit son entrée dans le Musée, seule. Du haut de ses quatorze ans, presque quinze, elle se sentit soudain très jeune parmi toutes les personnes qui s’étaient rendues à la soirée. Peut être que sa mère avait eu raison, tout compte fait, en lui disant qu’elle ferait mieux de trouver quelqu’un pour venir avec elle. Elsie en avait fait qu’à sa tête, expliquant qu’à bientôt quinze ans, elle était capable de se rendre à une soirée aussi culturelle que celle-ci. Son père l’avait accompagné, mais il avait lui-même des obligations professionnelles ce soir là : il l’avait donc laissé à l’entrée, et reviendrait la chercher quand tout serait fini. La mère d’Elsie gardait ses sœurs, les jumelles. La Gryffondor restait tout de même persuadée que si ses parents l’avaient laissé seule pour ce soir, c’était parce qu’il savait qu’Eden serait aussi présente dans le cadre de sa formation d’auror : il y avait donc quelqu’un pour la chaperonner un tant soit peu, même si Elsie n’était pas du genre à poser problème sur ce genre de soirée. Au contraire, si elle avait tenu à s’y rendre, c’était parce que son professeur particulier de cet été, Connor Sinclair, allait être récompensé d’une récente trouvaille : elle tenait donc à y être, pour le féliciter – parce qu’elle l’appréciait – et pour lui annoncer la nouvelle de son excellente note sur son devoir d’Histoire de la Magie sur lequel il l’avait aidé à travailler. Sans lui, Elsie n’aurait jamais eu un Effort Exceptionnel.

La jeune fille portait une robe noire toute simple, cintrée à la taille. Elle avait laissé ses cheveux ondulés, et sa mère l’avait même aidé à se maquiller légèrement. La pleine lune n’étant pas pour tout de suite, elle n’avait pas ses horribles cernes de fatigue et elle abordait même un petit sourire, ce qui était rare depuis la Nuit Rouge. Elle était même heureuse de faire partie de la soirée, elle avait eu envie de sortir, ce qui changeait de d’habitude où on la traînait dehors. Elsie considérait qu’elle avait fait un bout de chemin, depuis l’an passé et le début de sa vie de lycanthrope. Elle avait toujours du mal à se faire à l’idée que cela faisait partie d’elle, mais les nuits de pleine lune étaient de moins en moins pénibles, et les jours précédents également. Elle était fière de s’être relevée, et cet été avait été plutôt bénéfique pour elle. Elle redoutait cependant la rentrée, où elle retrouverait sa surveillante, les règles d’Hikkins, le manque de liberté … Peut être qu’elle replongerait à ce moment là dans un état d’esprit las, peut être qu’elle retrouverait son humeur morose, sa solitude. Elle n’était même pas si pressée que ça de retrouver l’école, pour dire. Sa cousine Eden ne serait même plus là. Ce serait elle la grande, qui, toute seule, devrait continuer de veiller sur ses jeunes sœurs. Elle s’était toujours montrée protectrice envers les jumelles, mais elle se sentait elle-même assez rassurée par la présence d’Eden, sur qui elle pouvait compter. La rentrée serait donc encore différente que la précédente.

Mais elle avait encore la possibilité de profiter de ses vacances.

Elle chassa donc Poudlard de son esprit, ce qui n’était pas compliqué en soit puisqu’il y avait très peu de jeunes de son âge au Musée. Elsie était déjà venue ici, quelques fois, avec ses parents. Ce n’était pas forcément le lieu qu’elle préférait, étant plus à l’aise dans une serre, mais elle aimait bien l’ambiance, habituellement calme. La Gryffondor avançait donc sans grand but, essayant de trouver un visage connu pour ne pas se retrouver au milieu d’adultes avec des discussions ennuyantes. Ce n’était pas évident : à croire que la soirée avait été interdite aux jeunes. Elle se sentait bien petite au milieu de toutes ces personnes, qui parfois semblaient la regarder du coin de l’œil, suspicieux. Elle essayait de garder son sourire, mais elle n’en restait pas moins intimidée. Elle chercha un instant Eden dans la salle, pour voir si elle ne pouvait pas rester un instant avec elle, le temps de trouver une meilleure place, mais elle n’était pas sûre d’avoir l’occasion de la trouver. Elle était heureuse pour elle, qu’elle ait trouvé sa voie chez les Aurors, et elle n’était pas peu fière d’avoir une cousine se lançant dans cette carrière. Elle savait la formation difficile – c’était assez reconnu pour – et espérait que l’étape de ce soir serait une réussite. Aussi, elle décida de se raviser : il valait mieux laisser Eden de son côté ce soir et de se faire sa propre place ailleurs.

Le monde commençait à affluer dans la salle : circuler parmi les gens devenait difficile. Elsie avait une taille normale pourtant, sans être extrêmement grande, mais avec de simples ballerines, elle se fondait facilement dans la masse. Elle serrait son petit sac à main, ressemblant plus à une pochette, prêt d’elle, au cas où elle ne le perde. Parce qu’elle avait de plus en plus de mal à voir autour d’elle, et parce que la cérémonie ne devrait pas tarder à débuter, Elsie se décida à prendre place sur un siège près du point central où Connor ferait sûrement bientôt son entrée, avec les représentants du Ministère. En s’asseyant plus tôt, elle s’assurait d’une meilleure place en plus, et elle se félicita de son choix : de toute façon, elle n’avait repéré aucun visage connu avec qui discuter un peu.

Elsie s’assit vers le milieu d’une rangée : les premières étaient déjà bien occupées pour la plupart, et elle en prit donc une au hasard, quasiment inoccupée. Machinalement, elle ouvrit son sac pour vérifier qu’elle avait toutes ses affaires, histoire de s’occuper en attendant que la cérémonie commence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Fév - 0:19
Un hibou frappa au carreau de sa chambre d'hôtel. Elle avait depuis longtemps déserté le canapé pourtant si salvateur d'Harry et Nathaniel. Enfermer dans son mutisme qui lui semblait sans fin, le pauvre animal dut s'y prendre à plusieurs reprises pour avoir ne serait-ce qu'une esquisse de réponse. Jesse-Rose n'arrivait pas à savoir si oui ou non Alice, Harry, Nathaniel et Kaysa l'ont sorti des griffes des mangemorts pour son bien ou bien pour avoir une emprise sur une jeune recrue qui a sombré dans la magie noire ? Bryan avait peut-être raison... On se joue d'elle. Depuis son plus jeune âge. Elle n'est qu'un pion sur l’échiquier. Était-elle réellement une pelote de laine chahutée par la vie ? Décidant de mettre un terme au calvaire du fidèle hibou, elle ouvrit la fenêtre et laissa rentrer le volatile. Sans ouvrir la lettre, elle remplit un verre d'eau pour laisser boire le volatile avant que ce dernier ne reprenne sa course. Refermant derrière elle l'ouverture sur le monde extérieur, ses doigts fins descellèrent la lettre portant le seau du Ministère. Une invitation. Voilà ce qu'elle recevait. Un long soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle se laissa tomber une nouvelle fois sur son lit. Aurait-elle encore des invitations comme celle-ci si un jour, on apprend qu'elle est une mangemorte ? Devait-elle dire adieu à sa carrière maintenant au lieu de s'enfoncer à corps perdus dans les limbes d'un futur déjà révolu ?
Entouré de tous ses gens, Jesse-Rose ne se sentait pas à l'aise. Elle avait l'impression de suffoquer tel un poisson qui ne serait pas dans son élément. Pourtant, ce genre d'évènement était son cheval de bataille quand elle était adolescente. Avoir une belle robe, une parure à couper le souffle de ses soupirants et danser jusqu'à l'épuisement. Oui, elle avait une belle robe, vert émeraude et une parure qui se mariait à merveille avec, mais la joie n'y était pas. Attrapant une coupe de champagne au passage, Jesse-Rose la siffla d'une traite. L'alcool ferait peut-être passer cette sensation, celle qui était sa seule amie ces derniers temps. La vie la prenait de court, constamment depuis peu. Elle remarque de loin la chevelure flamboyante de Joyce et sa main se mit à serrer le verre qui se brisa sous son emprise. Elle avait blessé et brisé la baguette de Bryan. Une soudaine envie de sortir la sienne pour l'attaquer se glissa dans son esprit. L'exécuter à bout portant. Elle en était capable. Elle l'avait déjà fait et sans sourciller sur de jeunes âmes innocentes. On lui adressa la parole. Elle se tourna vers la dame qui lui tendait un mouchoir avec un regard panique. Un liquide chaud se fit sentir le long de son poignet. Baissant ses yeux, elle remarqua qu'elle venait de se couper la main avec le verre. D'un sourire, elle remercia sa sauveuse avant de prendre le tissu sans pour autant accepter un quelconque sort de soin. Jesse-Rose avait ce besoin terrible de souffrir pour revenir à la raison, pour ne pas devenir une bête sanguinaire-là, maintenant, tout de suite. Attrapant de nouveau une coupe, elle s'enfonça dans la masse le temps que la cérémonie commence. Cherchant des yeux une place, elle remarqua un visage familier.
Elsie. Jesse-Rose ne savait pas ce qu'elle faisait ici, mais pour la première fois depuis sa rencontre avec Bryan : un sourire franc et sincère se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle se dirigeait vers l'élève. Poudlard allait bientôt rouvrir ses portes. Cette école ne l'avait accueilli que pendant deux années, pourtant, elle pouvait comprendre l'attachement de ses anciens élèves à cette bâtisse. Elle ne l'avait pas revu depuis la Nuit-Rouge alors que des mangemorts tentaient de l'attaquer. Naturellement, elle avait pris sa défense parce que c'était la seule chose à faire. À cette époque, elle se serait soulevée contre le clan entier. Maintenant, elle portait leur marque et avait rejoint le rang des serviteurs. Plus question d'être maître de son destin, Voldemort faisait office de Seigneur. Plus elle s'approchait d'elle, plus son cœur se serrait. Elsie faisait partie d'un passé qu'elle n'osait plus rêver, d'un futur maintenant complètement impossible. Une réminiscence aussi douloureuse que mélancolique la plongeant petit à petit dans une léthargie sentimentale. L'espoir subsistait néanmoins. Drago saurait trouver les mots pour raviver le feu dans son corps et empêcher sa promise de se laisser consumer par les flammes. Il avait toujours su trouver les mots. Bien au-delà de cela : elle était la tempête et lui le calme. L'un sans l'autre n'est pas possible. Arrivant finalement à sa hauteur, elle se reprit en main pour ne pas accabler cette jeune âme de son mal-être. Innocente ? Non, quand on survit à la Nuit-Rouge on perd toute forme de candeur.

« Puis-je ? » Un sourire apparut sur son visage avant qu'elle ne prenne place, s'asseyant comme une dame selon les dures leçons de sa maman dans sa jeunesse, Jesse-Rose continua : « Enfin une personne que je connais ! Je me demandais si j'allais finir ma soirée seule ou bien en bonne compagnie. »

L'ancienne Serpentard regarda les traits fins de son visage. À la fleur de l'âge, cette demoiselle serait un véritable bourreau des cœurs plus tard. Comme elle l'avait été. Parfois, elle se sentait si vieille qu'il fallait qu'elle regarde son passeport magique pour réaliser qu'elle n'avait pas encore 20 ans... L'avenir promettait !

« Venu acclamer Joyce ou l'archeomage ? »

Demanda-t-elle tout en réprimant une mesquinerie vis-à-vis de l'étudiante en Quidditch.


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsie Raynes
Sixième année
Nombre de messages : 193
Célébrité sur l'avatar : Chloé Moretz (c)dark dreams
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Fév - 1:12
Elsie releva la tête quand elle entendit quelqu’un à côté d’elle. Un large sourire se dessina sur son visage quand elle reconnu Jesse-Rose, qu’elle n’avait pas revu depuis la Nuit Rouge. La jeune femme avait quitté Poudlard après, Elsie avait dû faire face à la morsure de Greyback et sa nouvelle lycanthropie : autant dire qu’il s’était passée énormément de choses en un an. Même si elle avait été à Serpentard, Elsie l’avait toujours trouvé amicale et à l’écoute. Le fait qu’elle soit arrivée en cours de cursus à Poudlard avait poussé la jeune fille à lui poser des questions sur Dumstrang, toujours très curieuse de voir comment se passaient les études ailleurs. Et puis, de fil en aiguille, les deux filles n’eurent jamais de problème réel – il fallait dire qu’elle avait quelques années qui les séparaient, aussi – et elles s’étaient toujours bien entendue à chaque fois qu’elles se voyaient. De toute façon, en ayant sa cousine à Serpentard, Elsie était plutôt préservée des stéréotypes qui entouraient chaque maison, même si elle se laissait parfois entraîner par des amis Gryffondor un peu trop fermés. Alors, elle n’était pas du genre à fuir les verts et argents comme la peste. Ici, elle était même ravie de voir Jesse-Rose : Poudlard formait des tas d’amitiés, des tas de groupes mais une fois dehors, tout pouvait très vite disparaître et c’était bien dommage.

Pour toute réponse, elle acquiesça et invita la blonde à s’assoir à côté d’elle. Elle posa son sac à main par terre, à ses pieds, tandis que Jesse continuait de parler. Elsie ne pouvait qu’approuver : elle se sentait tellement petite au milieu de tous ces gens, tous ces visages inconnus ! La croiser elle était donc une bonne chose : elle ne passerait pas la soirée muette, attendant son tour pour féliciter son professeur à domicile. En plus, elle n’était même pas sûr d’arriver à lui parler, même deux minutes : c’était sa soirée, et même s’ils avaient bien échangé pendant l’été, Elsie serait étonnée qu’il soit focalisée sur sa présence ce soir. Il devait avoir bien plus de monde à voir, du monde plus important pour sa carrière qu’une élève de Poudlard. Et elle le comprenait parfaitement.

« Je me posais exactement la même question ! Je suis contente de voir un visage connu comme toi. »

Elsie lui adressa un sourire, sincère. Jesse lui demanda alors si elle était venue pour Joyce ou Connor. A dire vrai, au vu de l’âge d’Elsie et de ses fréquentations, il était logique qu’elle soit là pour Joyce. Sauf qu’en fait, elle ne la connaissait pas plus que ça. Quelques années les séparaient, et elle n’avait jamais eu l’occasion de discuter. Par contre, Elsie connaissait son frère, Duncan, qui ne devait pas être très loin non plus : ce serait étonnant en tant que jumeau qu’il ne soit pas présent. Mordu par Greyback lors de la Nuit Rouge lui aussi, l’évènement les a donc plutôt rapprochés à l’hôpital, pendant leur mise en quarantaine et leur convalescence. Même si Elsie n’était pas enclin à se confier, elle a fini par trouver en Duncan une oreille attentive, qui comprenait exactement la situation puisqu’il la vivait également. Après, il eut la chance d’avoir un surveillant plutôt calme cette année, alors qu’Elsie était constamment surveillée, la femme qu’on lui avait attribué épiant ses moindres faits et gestes. Bon, elle l’avait cherché en s’évadant de son dortoir personnel – encore une mesure prise pour les élèves lycanthropes – le soir d’Halloween pour participer à une fête avec ses amis. Mais quand même, elle s’était tenue à carreaux tout au long de l’année ensuite, et malgré quelques difficultés en Histoire de la Magie, elle avait de bonnes notes. Elle espérait que ses efforts soient récompensés à la rentrée, et priait pour changer d’accompagnateur. Qui sait, ce métier était peut être provisoire, les postes étant peut être vacants pour éviter un rapprochement et une compassion entre le surveillant et l’élève. Elle l’espérait en tout cas, et elle serait peut être plus avenante dès le départ, pour s’attirer la sympathie du nouveau surveillant. C’était peut être son erreur : elle avait toujours refusé cette surveillance accrue et elle ne s’était pas vraiment montrée très courtoise envers elle. Après, elle sortait tout juste d’une mauvaise période, où elle avait vécu sa première lune, où elle n’avait pas accepté ce qu’il lui était arrivé. Elle pensait donc être dans son droit, de péter un câble de temps en temps. Ca allait mieux aujourd’hui : du moins, elle essayait de le faire croire, pour éviter de subir encore un suivi psychologique. Elle savait qu’elle ne trompait pas ses parents, mais ils entraient dans son jeu quand même : il n’y a que le temps qui lui ferait accepter de se transformer en monstre à chaque pleine lune.

Toujours est-il qu’elle était venu pour Connor et non pas Joyce. Rien ne l’empêcherait d’aller la voir à la fin, pour la féliciter également, n’ayant rien contre elle, mais ce n’était pas son objectif en venant. Elle était contente que l’archéomage ait une récompense importante et qu’on reconnaisse son travail, c’était le plus important. Elle rêvait d’être à sa place, dans quelques années, en tant que potionniste comme son père, quand elle réussirait à trouver un remède miracle pour une maladie. N’était-il pas beau de rêver, après tout ?

« Je suis venue pour Mr. Sainclair. Il m’a aidé sur un devoir pour les vacances, alors je trouvais normal de venir le féliciter. Et toi ? »

Elsie donna quelques explications à Jesse pour qu’elle ne se pose pas trop de questions : il n’était pas courant de connaître un archéomage à quinze ans, après tout. Elle se demanda d’ailleurs si l’ancienne Serpentard le connaissait, ou si Joyce avait fait parti de ses amis au château. C’était tout à fait probable après tout, ayant sensiblement le même âge. Les sièges se remplissaient peu à peu autour des deux filles : la cérémonie ne devait pas tarder à commencer.

« Ca fait vraiment plaisir de te voir en tout cas. » Elsie souria à nouveau. « J’ai entendu que tu avais réussi à entrer dans une équipe de Quidditch professionnelle, c’est super classe. Tu dois en vivre des choses ! »

Comme toute sorcière qui se respecte, Elsie s’intéressait beaucoup au Quidditch. Peut être pas autant que Stacy, sa petite sœur, qui jouait dans l’équipe de Poufsouffle désormais, mais elle aimait lire les revues de sport où il détaillait les profils des joueurs – et ce n’était pas juste pour regarder les beaux garçons. Enfin, la plupart des informations, elle les tenait quand même de Stacy. Elsie observa un instant Jesse-Rose, la détaillant un peu plus : elle semblait changée, depuis la dernière fois, plus mature, comme si elle avait vécu des tas de choses en une année. La Gryffondor ne se doutait pas du quart, évidemment, mais elle s’imaginait plus que sa récente carrière dans le Quidditch lui avait ouvert des tas de portes et ainsi, de passer d’étudiante à professionnelle. On pouvait même voir de l’admiration dans le regard d’Elsie : elle aimerait beaucoup réussir comme elle, dès sa sortie de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Mar - 20:20
Elsie faisait partie de ces élèves que Jesse-Rose avait appréciés. N'étant jamais réellement participé à la querelle entre les maisons, elle n'avait jamais eu d'aprioris. Jamais ? Cela serait mentir. De par son éducation, le sang qui coulait dans les veines des personnes qu'elle côtoyait avait eu de l'importance à un moment donné. Avant de disparaitre face à tant de bonté, de douceur et de gentillesse. Des termes qu'elle n'avait jamais connus, ou bien très peu avant son arrivé à Poudlard. Elle aurait dû maudire la terre entière pour ces deux années de paix, pourtant, elle ne le pouvait pas. Cette école restait un des meilleures choses qui lui soit arrivé. Il était, de ce fait, si agréable de voir un visage familier parmi ces personnes inconnues. Prenant place, Jessie exprima son soulagement. Comme si les mots lui brûlaient la langue, comme si elle avait besoin de dire qu'au moins une chose positive arrivait enfin dans sa vie. Oui. Les choses allaient s'arranger, la lumière allait percer à un moment, ou à un autre, les épais nuages noirs de sa vie pour la rendre heureuse à nouveau. Elle avait foi en l'avenir. Elle espérait un jour retrouver le goût et la saveur des petits plaisirs de la vie. Cela commençait maintenant. Heureuse de savoir que son amie était aussi contente de la voir, Jesse-Rose détendit ses épaules et fut sincèrement soulager de voir que son ami la reconnaissait. Tant de choses s'étaient passées qu'elle avait parfois l'impression de ne plus être Jesse-Rose Greenwood. Chassant ces idées de son esprit, elle entreprit de sourire de nouveau et de savourer l'instant présent : en sachant que cela sera de courte durée. Elle savait ce qui se tramait dans les coulisses du musée. La présence d'Elsie n'allait pas aider... Secrètement, elle se promit de la sortir de la avant qu'il ne soit trop tard. Elle se devait de trouver un plan. Elle ne laisserait pas cette jeune fille mourir sous ses yeux sans qu'elle se batte. Derrière elle, dans l'ombre se trouvait Bryan. Elle le voyait nettement. À ses côtés, une femme qui lui tendit une coupe de champagne. Peu de temps après, il disparut au détour d'un pilier.
Évitant de laisser trop longtemps le silence s'installer entre elles, pour ne pas lui mettre la puce a l'oreille, elle entreprit de lui demander pour qui elle était venue ce soir. Ce n'est pas le genre de soirée où l'on attend de voir une demoiselle de son âge. Sa présence était donc un curieux fait. Lorsqu'elle expliqua que c'est pour l'archeomage qu'elle se tenait dans l'assistance, Jessie eut un sourire en coin. Elsie était tellement gentille, avenante et bienveillante qu'il sera inhumain de détruire une telle personne.

« Ah les devoirs de vacances... Crois-moi, ou pas, mais cela me manque. J'aimerais bien retourner dans l'enceinte de Poudlard même si la nouvelle directrice ne me semble pas vraiment aimable et conciliante. Je suis persuadée que les Gryffondors ne se laisseront pas faire par elle, je lui souhaite bien du courage. »

Après tout, les rouges et, or n'avaient-ils pas eu pour habitude de montrer à tous l'étendue de leur désir d'aller contre le règlement ?

« Ni pour l'un, ni pour l'autre. J'ai reçu ce matin une invitation pour assister à cette performance de modestie et d'applaudissements. La saison de Quidditch devrait bientôt reprendre, je suppose que c'est pour montrer les nouveaux espoirs de ce sport que je suis ici. J'ai remarqué d'autres joueurs dans la foule. J'irais tout de même féliciter Joyce et l'archeomage. Je n'ai pas vu la Serdaigle depuis le forum d'orientation où nous avons parlé de sa potentielle carrière dans le monde de Quidditch. »

Par politesse avant qu'elle ne coupe la gorge de sa cadette qui voulait suivre ses pas. Vengeance serait faite pour avoir cause tant de tourments à son mentor et maintenant collègue. En attendant, il était hors de question de montrer un quelconque signe de haine envers elle. Elsie ne comprendrait surement pas et Jessie ne voulait pas donner la raison de cette haine sourde.

« Le plaisir est partagé ! Oui, j'ai eu la chance d'avoir été appelé par mon ancien professeur de Quidditch qui m'a pistonné pour que je rentre chez les Tornades. Je serais surement drafter dans une autre équipe cette année. Je devrais avoir la réponse dans les prochains jours. C'est excitant ! Jamais je n'aurais un jour cru être dans une équipe professionnelle. Ce n'est certainement pas le métier que mon père désirait pour moi par contre. Enfin, je pense qu'a un moment on ne peut plus vivre dans les attentes de nos parents n'est-ce pas ? »

Jesse-Rose se souvenait le refus total par son géniteur de cette idée idiote d'être une joueuse de Quidditch. Ce n'est qu'en utilisant l'argument de la couverture pour les mangemorts que son père donna à contre cœur son consentement. En parlant des loups, elle voyait déjà quelques mangemorts prendre place autour de l'estrade. Personne ne les remarquait. Ils étaient silencieux et entraînés pour passer inaperçu.

« Et toi, alors, dis-moi, nous n'avons pas eu le temps de parler après... Après la Nuit-Rouge. Que deviens-tu ? As-tu eu de bonnes vacances ? »

Comment savoir qu'Elsie était à la Coupe du Monde, qu'une nouvelle fois des innocents avaient été touchés par les mangemorts ? Que toutes les pleines lunes, elle devait se transformer en un loup-garou à cause de Greyback ?



I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsie Raynes
Sixième année
Nombre de messages : 193
Célébrité sur l'avatar : Chloé Moretz (c)dark dreams
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Mar - 16:51
Elsie fit une grimace quand Jessie lui avoua que les devoirs de vacances lui manquaient. Comment ça pouvait être possible, ça ? Alors oui, elle devait bien avouer que parfois, elle ne saurait pas vraiment quoi faire de ces journées d’été si elle n’avait pas de devoirs à faire. Deux mois, c’était long, et même si elle adorait s’occuper de la serre avec son père et profiter du soleil avec ses sœurs, rester trop longtemps inactive était pour elle quelque chose de difficilement réalisable. Elle avait besoin de s’occuper, de faire quelque chose de ses journées. Et au bout d’un moment, elle avait fait tout ce qu’il était possible de faire en trois semaines d’été : souvent, ses amis partaient en vacances, ses parents travaillaient etc … Dans ces moments là, avoir des devoirs étaient certes, une occupation ennuyante, mais une occupation quand même : ça évitait de tourner en rond toute la journée. Mais Jessie avait l’air d’avoir une vie passionnante et bien occupée avec sa carrière professionnelle de joueuse de Quidditch, alors Elsie avait bien dû mal à croire que ces devoirs pouvaient lui manquer. En plus, cette année, la Gryffondor avait failli louper la Coupe du Monde, si elle n’avait pas réussi son devoir d’Histoire de la Magie … Autant dire qu’elle aurait pu avoir ça en travers de la gorge et bannir le mot devoir de son vocabulaire.

Cette année, Elsie aurait tout donné pour que les vacances durent encore un peu plus – quitte à avoir des devoirs supplémentaires. Jessie voyait juste : la nouvelle directrice était tout sauf aimable et conciliante, et même une alliance entre élèves de plusieurs maisons – pas seulement des Gryffondor, exploit rare – n’avait pas réussi à la destituer de son poste. Elle doutait fort que quelqu’un y arrive, et ce n’était sûrement pas elle qui aurait l’occasion de participer à ce genre de mouvement : comment le pourrait-elle alors qu’elle était surveillée en permanence, au cas où le loup caché en elle se réveille ? Enfin, inutile d’embêter Jessie avec tout ça : c’était son problème, sa frustration. Elle sourit néanmoins, s’imaginant sans peine à sa place : si elle n’avait pas connu ce Poudlard oppressant, elle aurait bien voulu retourner dans l’enceinte de l’école une fois ses études finies. C’était un tout : le château, la magie, les gens ... Rare étaient les gens qui oubliaient leurs années à Poudlard alors qu’on oubliait les années d’écoles moldues au primaire. Elsie, malgré les épreuves, n’oublierait jamais, elle en était sûre.

Jessie-Rose lui expliqua ensuite comment elle était arrivée ici ce soir, et comment elle avait réussi à obtenir une place chez les Tornades. Elle se souvenait maintenant d’avoir vu sa photo dans un des magazines de Stacy, dans un article sur les nouveaux espoirs et les nouvelles têtes à suivre. Elsie était réellement contente pour Jessie, et admirait d’autant plus son courage d’avoir tenu tête à son père en décidant de faire ce qui lui plaisait vraiment. Heureusement, Elsie n’aurait pas ce problème, plus tard, partageant la passion de son père et souhaitant suivre le même chemin que lui. Elle avait cette idée en tête depuis sa deuxième année à Poudlard, peut être, et il était rare que les jeunes de son âge se tiennent à un métier envisagé, surtout à quinze ans à peine. Certes, si Elsie décidait de changer de voie du jour au lendemain, son père n’en serait que déçu : il avait l’espoir de pouvoir la former lui-même, elle en était sûre, ou du moins de faire parti de sa formation. Il serait même carrément déçu en fait, et c’était peut être pour ça qu’Elsie hésitait toujours entre la botanique et les potions : les deux étaient liés, mais il y avait son père d’un côté. Elle n’aurait peut être pas la force de faire autre chose que ce qu’il attendait, à force d’avoir toujours évoqué cette idée. Au bout de trois ans, elle n’avait toujours pas changé d’avis, il n’y avait pas de raisons que cela change après tout. Mais Elsie gardait la phrase de Jessie-Rose en tête : son propre conseil lui avait réussi, après tout.

La question suivante la dérangea un peu : qu’est ce qu’elle était devenue, elle ? Jessie-Rose ne semblait pas être au courant, mais comment aurait-elle pu en n’étant plus à Poudlard, dans ce lieu propice aux potins ? La Gazette avait en plus eu la décence de cacher le nom des élèves devenus lycanthropes – ce n’était pas le cas de tous les journaux sorciers, mais c’était la Gazette la plus populaire. Elsie ne pouvait pas balancer en plein gala qu’elle avait frôlé la mort pendant la Nuit Rouge mais qu’elle avait fini lycanthrope. Ni qu’elle avait passé une année affreuse à cause d’une jeune femme aigrie qui l’avait surveillée constamment. Non, elle n’aimait pas se plaindre de tout ça. Il y avait bien plus grave, et même si Jessie-Rose était quelqu’un de gentille du point de vue d’Elsie, elle n’avait peut être pas envie d’entendre tout ça. Son histoire n’était qu’un rappel de ce qu’avait été la Nuit Rouge : la destruction de l’innocence de beaucoup trop d’enfants, et le massacre d’autres. Inutile de l’embêter avec ça, surtout ce soir. Elle ne lui mentirait pas : elle omettait simplement des détails.

« L’année fut pas terrible, en fait. Tu l’as bien deviné, la directrice n’est pas du tout aimable et conciliante. Certains ont essayé de la défier, mais elle est coriace. Du coup, c’est un peu la routine : les cours, les devoirs, le couvre-feu, et on recommence. Je me dis qu’il faut se raccrocher au reste : les amis, le château, tous ces moments magiques. Parce que je serais comme toi, une fois partie de Poudlard. J’aurai envie d’y retourner, même après tout ça. »

La Nuit Rouge, la directrice, les pleines lunes difficiles … Elsie se disait que la plupart des choses étaient tellement éphémères qu’il fallait en profiter : ses rares moments d’intimité entre amis, l’école en elle-même. Elle l’avait compris cette année : à force de se morfondre sur son cas, elle n’avancerait pas et gâcherait les plus belles années de sa jeunesse. Dans dix ans, elle avait envie de regarder en arrière et ne rien regretter. Alors autant se montrer forte et se relever dès maintenant.

« Et puis j’ai quand même pu assister à la Coupe du Monde de Quidditch et ça, c’était sûrement le meilleur moment de cette année, malgré l’attaque, évidemment. »

Le sourire d’Elsie s’effaça quelques instants : tout s’était bien fini, au fond. Elle avait failli faire face à Bellatrix Lestrange en personne, mais les aurors étaient vite arrivés et elle avait pu être sauver. Ses petites sœurs, son père et sa cousine Eden n’avaient rien subi non plus, mis à part une grosse frayeur de ne pas la retrouver, encore une fois : elle avait été séparé d’eux pendant l’attaque.

Les sièges étaient à présent tous pris, autour des deux jeunes filles. Rien ne présageait ce qui allait arriver, et quand une personne apparût sur la scène, les discussions se transformèrent en murmures. Elsie se redressa légèrement, pour essayer d’entrevoir quelque chose entre toute ces têtes.

« Ca va commencer, je crois. »

Elle n’avait pas vu Connor depuis juillet, et elle avait hâte de voir à quoi ressembler cette bague qui faisait tant parler d’elle. Il avait un peu éveillé sa curiosité en matière d’histoire, une victoire pour l’archéomage.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Mar - 0:13
Le temps de l'insouciance, où la seule priorité est de réussir ses examens en vue de s'assurer un avenir au sein du monde magique. Pour Jesse-Rose, cette insouciance n'avait pas eut une longue existence. Jetée dans le conflit, dans le monde adulte à cause d'un père exigeant et désireux de faire une héritière digne de ce nom : Poudlard lui avait donné une bouffée d'air frais. Depuis sa sortie de l'école, elle n'avait pas réellement eut le temps de penser. Encore moins depuis qu'elle sait qu'elle avait perdu une année de sa vie, des souvenirs que jamais elle ne retrouverait probablement. Dire adieu à ces derniers était à la fois étrange et curatif. Cela laissait la place pour de nouveaux. Dumbledore partit, la nouvelle directrice menait d'une main de fer ses élèves et les professeurs. Si Jessie se souvenait des rumeurs, elle était impitoyable et intransigeante. Contrairement aux autres années, les élèves lycanthropes étaient plus que jamais surveiller. Le moindre faux-pas et l'expulsion devait probablement être appliquée. Expliquant brièvement l'année qui venait de s'écouler, tout du moins ce qu'elle se souvenait, elle se rendit compte qu'elle avait réalisé au fond un rêve d'enfant. Plusieurs fois, dans le cœur de la nuit, elle s'était vue devenir une star, une étoile montante dans le monde du Quidditch. C'est pour cette raison qu'elle avait mis à l'honneur ses entraînements à Durmstrang, puis à Poudlard. Avec l'aide de son fiancé, elle était maintenant une joueuse avec un avenir prometteur. Une mangemorte également, mais ça, Elsie n'était pas obligée de le savoir. Non. Un jour, le voile sur sa double vie serait probablement dévoilé. Ce n'était ni le lieu, ni le moment de gâcher la surprise.
Assez parler d'elle, il était temps qu'Elsie se dévoile un peu plus. Tellement de choses s'étaient déroulées depuis leur dernière rencontre. Rattraper le temps perdu en si peu de temps semblait être mission impossible, mais Jessie estimait que cela en valait la peine. Dieu, c'est quand elle pourrait de nouveau avoir ce genre de conversation, ce moment de paix.

« Je crois que cette école à une emprise sur nous ! Durmstrang m'a manqué au début, mais une fois que j'ai connu la chaleur des murs de Poudlard : je me suis sentie comme chez-moi. Mon année et demie dans cette école a tout changé dans ma vie. Plus rien ne pouvait être comme avant. J'aurais dû maudire les élèves quand j'y pense. Ils m'ont détourné d'une voie qui m'était tracée. Mes ancêtres ont toujours su utiliser des arguments convaincants. Au lieu de cela, je ne regrette pas d'avoir connu autant de joie et de compréhension. »

Ah la Coupe du Monde de Quidditch. Elle n'y avait pas participé. Elle devait tout recommencer à zéro et retrouver la confiance des autres mangemorts pour sa personne. Jesse-Rose était donc restée en retrait, avec ses amis à boire alors que les autres visiteurs de l'événement criaient au loup. Elle avait prévenu Bryan cependant que quelque chose de pas rond se passait. Il ne l'avait pas écouté, mettant cela sur le compte de l'habitude. Ils n'en avaient pas reparlé depuis. Jessie ne voulait pas rentrer en conflit avec celui qui devenait de plus en plus une figure paternelle.

« Je suis contente que tu aies apprécié ! Je crois que c'est une habitude à prendre, aucun événement ne peut être épargné par les mages noirs. Enfin, nous sommes des survivantes n'est-ce pas ? Je suis persuadée que la vie continuera d'être en notre faveur et nous serons en vie pour témoigner. »

Jesse-Rose se voulait optimiste alors qu'elle était au courant que dans les coulisses de l'événement une attaque se préparait en silence. Son cœur se serrait à l'idée que la jeune Elsie ait des problèmes. Non. Elle fera tout pour la protéger, même si elle devait s'attirer les foudres des fidèles. Elle avait déjà trouvé un argument si on l'accusait de traîtrise : elle a une couverture à protéger. Pour tout le monde, elle est une jeune joueuse de Quidditch dont la carrière ne fait que commencer. Elle avait envie que cela reste ainsi pour les années à venir, pour toujours si cela n'était pas trop demandé. Elise la sortie de ses songes en lui annonçant que la cérémonie allait bientôt commencer. Souriant pour confirmer cette hypothèse, ses applaudissements joignirent ceux de la foule. Le discours du professeur suscitait déjà des yeux humides et des regards pétillants. Jessie regardait autour d'elle et remarquait que ces gens s'accrochaient presque désespérément à chaque moment qui pouvaient les sortir de sa torpeur quotidienne. Soudain, alors que Levi Goldstein allait saluer une dernière fois, les bien heureux chanceux, des sortilèges fusèrent. Son premier instinct fut de couvrir le corps d'Elsie du sien avant de lui attraper la main et de l'emmener loin de la foule qui paniquait. Les aurors prenaient le relais, tentaient de trouver les fauteurs de troubles. Jesse, cependant, ne pouvait pas laisser la Griffondor seule. Serrant fermement sa main, elle l'emmena à la limite des colonnes et chercha un sorcier du ministère. En ayant trouvé un du regard, elle se pressa de dire :

« Tes parents sont dans la salle ?. » Regardant à sa droite, elle lança un sortilège à un anarchiste qui avait pointé sa baguette sur elles. « Viens, on va se frayer un chemin, je t'emmène auprès d'un auror. »

Spoiler:
 


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsie Raynes
Sixième année
Nombre de messages : 193
Célébrité sur l'avatar : Chloé Moretz (c)dark dreams
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Avr - 1:50
Jesse-Rose avait raison : Poudlard avait une emprise sur tous ses élèves. Il devait exister des exceptions, mais il était rare de ne pas en garder un bon souvenir. Ce n’était pas facile tous les jours : être éloignés de sa famille, d’une vie moldue qu’on avait peut être apprécié, de devoir se plier au règlement, etc … Néanmoins, l’école faisait partie de leur histoire et finissait par définir la personne qu’ils allaient être par les choix qu’ils faisaient, par les gens qu’ils rencontraient et par ce que les professeurs leur apprenaient. Au final, c’était à Poudlard qu’ils apprenaient à être des sorciers accomplis : la suite ne tenait qu’à eux. Jesse disait que l’école l’avait même détourné de la voie que sa famille avait tracée pour elle. Elsie ne pouvait pas savoir de ce qu’il en était exactement, mais peut être que la famille Greenwood n’avait pas vu Jesse-Rose en joueuse de Quidditch, ou fréquentant certaines personnes. Ce genre de détails rappelait à la Gryffondor la chance qu’elle avait d’avoir une famille plutôt ouverte et qui la laissait libre de ses choix : si elle voulait suivre les traces de son père, c’était de son propre chef. Et si ses petites sœurs décidaient de ne pas prendre exemple sur l’un des deux parents Raynes, personne n’allait leur en tenir rigueur. Elles étaient libre dans leur choix, même si Elsie se doutait fort que si elles décidaient de rejoindre un mouvement opposé tels que les mangemort ou les anarchistes, la décision passeraient plutôt mal. Il y avait des limites à ne pas dépasser et, de toute façon, Elsie n’était pas prête à se lancer dans une des deux causes, surtout pas celles responsable de l’attaque de l’école qui l’avait changé à jamais.

« Des survivantes ? C’est le mot adéquat, je crois bien. »

Oui, Elsie était une survivante. Tout comme Jesse-Rose, et tous ses élèves de Poudlard suite à la Nuit Rouge, et les sorciers étant toujours là malgré les attaques répétées. Elsie n’était pas sûre de se faire au fait que chaque évènement soit gâché par des contestataires : c’était difficile à concevoir et elle gardait une part d’optimisme. Du moins, elle essayait. Et, en essayant d’éviter de penser qu’il pourrait y avoir une attaque ce soir aussi, elle écouta les différents discours, attendant celui de Connor avec plus d’impatience. C’était pour lui qu’elle était venue, après tout !

La cérémonie semblait toucher à sa fin quand le premier sort fusa. Elsie ne vit rien venir, bien trop concentrée sur la scène. Heureusement, Jesse-Rose était là et elle pouvait visiblement compter sur elle : celle-ci la protégea d’éventuels échanges de sorts. Elle se laissa ensuite entraînée, Jesse tenant fermement sa main. Elsie arrivait à peine à distinguer ce qu’il se passait exactement. De sa main de libre, elle tenait fermement son sac, où elle avait rangé sa baguette. Ouais, elle n’allait pas être utile à l’intérieur, mais elle ne voulait pas s’en séparer pour autant : il serait dommage de le perdre dans la foule. Cette pensée lui semblerait bien dérisoire dans toute la panique, mais il fallait qu’elle se raccroche à ce genre de détail pour garder une certaine lucidité. Dans cette foule, elle n’était qu’une petite chose presque insignifiante : peu de pouvoirs, elle n’avait pas le droit d’utiliser la magie en dehors de l’école. Et vu son statut, on n’hésiterait pas à la virer à la première infraction … Elle remerciait Merlin pour avoir trouvé Jesse-Rose ce soir : elle lui faisait pleinement confiance et ne marqua aucune résistance alors qu’elle l’entraînait loin de la foule.

Au rythme où allait les choses, Elsie se demandait si la lycanthropie n’avait pas donné naissance à une seconde forme de malédiction, celle où elle devait se trouver en plein milieu d’une attaque de mangemorts, d’anarchistes ou autres à chaque fois qu’elle mettait les pieds chez elle. La Coupe du Monde, puis ça : ça en faisait un peu trop pour une jeune fille de quinze ans qui se remettait à peine de la Nuit Rouge. Devait-elle réellement rester chez elle, enfermée, pour le reste de ses jours au risque de mourir à chaque grand évènement ? Il était plus facile pour Elsie de mettre ça sur le compte de sa lycanthropie, plutôt que de la malchance ou du hasard : tous ses malheurs venaient de là de toute façon.

Ses parents n’étaient pas là, et elle ne voyait plus Eden dans la cohue. Elle avait peut être beaucoup mieux à faire et elle espérait qu’elle ne l’ait pas remarquée dans la foule pour pouvoir se concentrer sur sa mission, qui se révélait être plus sérieuse que prévue. Aussi, elle décida de ne pas mentionner Eden à Jesse-Rose : trouver un auror suffirait, ou arriver à sortir d’ici, si les sorties étaient encore accessibles évidemment. Elle leva la tête vers la jeune femme, essayant de garder son sang froid.

« Je suis venue seule, mon père devait venir me chercher quand tout serait fini … »

Elle espérait qu’il ne soit pas déjà dehors et qu’il n’ait pas l’idée de venir la chercher, malgré le danger. Le pire, c’est qu’il en était capable. Il fallait qu’elle soit en sécurité au plus vite. Pour elle, pour lui, pour Eden, pour Jesse aussi, , pour que personne ne risque sa vie pour elle. Elsie détestait devoir compter sur les autres comme ça pour sa survie, mais il fallait être lucide : elle ne pouvait rien faire face à un anarchiste ou un mangemort. Elle était faible et n’avait pas la puissance magique suffisante. Elle ne savait même pas si elle aurait le cran nécessaire pour se battre, ou si elle ne serait pas figée sur place. Elle se baissa légèrement alors que Jesse lançait un sort vers un inconnu, ce qui rappela l’urgence de la situation à la Gryffondor.

« Un auror, ok. » se contenta de répéter Elsie, pour se fixer un objectif bien précis. « Mais toi ? Il faut qu’on sorte d’ici toutes les deux … »

Elsie n’avait pas forcément envie de jouer au héros, mais elle s’inquiétait de ce qui pouvait advenir de Jesse-Rose une fois qu’elle l’aurait mise en sécurité auprès d’un auror. Une brèche sembla se former : c’était le moment où jamais de repartir, à la recherche d’un membre du ministère ou d’une sortie éventuelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Mai - 20:48
Cela avait commencé à sa naissance. Jesse-Rose pensait être la princesse de la famille, seule et unique héritière de la fortune et du pouvoir amasse par la famille Greenwood au fil des siècles. Elle pensait avoir l’amour de sa mère, la reconnaissance de son père. Bercée dans de doux mensonges, elle n’avait pas senti que tout ceci n’était qu’une supercherie. La morsure froide et douloureuse de la réalité l’avait plongé dans un monde de violence où elle n’avait pas le choix. Mariage, choix de vie, carrière : sa voix était tracée. Candide, elle avait cru pouvoir échapper à cette destinée en se rebellant, en allant à l’encontre de son père. L’envoyer à Poudlard avait été sa plus grosse erreur parce qu’elle avait ouvert les yeux dans cette école. Durmstrang avait permis de garder pendant cinq ans des œillères. Durant le huit-clos, ils étaient partis en éclat. Elle avait réalisé qu’à deux reprises son père l’avait torturé. Comment vivre après cela ? Eh bien, on ne peut pas embrasser une vie « normale ». On survit, on apprend à se lever tous les jours avec ce poids dans l’estomac qui l’empêche parfois de manger. Elle était retournée chez les mages noirs, non par convictions, mais parce qu’elle avait été élevée pour être un parfait mangemort. Penser qu’elle était bonne a autre chose était aussi utile que chasser une chimère. Jessie n’avait pas été acceptée par les gentils, par l’Ordre ou bien par les Aurors. Pourquoi devrait-elle se battre, changer et faire des efforts pour ce faire accepter par ces pseudos chevaliers du bien ? Elle préférait offrir ses compétences, sa folie aux mages noirs. Même si cela veut dire tourner définitivement le dos à ses amis. Enfin. À ses anciens amis. Qu’importe la pureté de leur attention en l’arrachant aux mangemorts : ils l’avaient condamné à une mort certaine. Pourtant, aujourd’hui, elle se tenait parmi les convives. Comme si elle n’était qu’une simple sorcière, comme si elle n’était pas marquée par le clan politique le plus noir et dangereux du monde magique. Auprès de la jeune Elsie, elle semblait être retournée dans le passé. Loin des tourments de la vie d’adulte, à l’abri dans les remparts de Poudlard. S’il était hors de question que la jeune élève connaisse un peu plus en profondeur la princesse de Durmstrang, elle n’avait pas pu empêcher de lui dire que Poudlard avait eu une mauvaise influence sur elle. En entendant la Griffondor approuver ses paroles, elle se mit à sourire. Pour une fois, depuis bien longtemps, elle arborait un sourire franc et sincère. Si Allister ne l’avait pas retenue ce soir-là, elle aurait pu aider plus et défendre les plus jeunes. Au lieu de cela, elle avait laissé un massacre se produire. Une douleur qu’elle devait garder pour elle, qu’elle devait apprendre à refouler.
Le discours s’acheva dans un tonnerre d’applaudissements. Jessie savait cependant que cela sonnait le début de la fin pour cette soirée mondaine. Protéger Elsie. Qu’importe si elle ne remplissait pas sa mission première : hors de question qu’elle laisse en plan la jeune élève. Non. Elle ferait en sorte qu’elle soit en lieu sûr avant de se lancer à la course aux objets magiques comme Bryan. Attrapant vivement et sans ménagement Raynes, elle lui fit un chemin dans la foule. Pas de bol, ses parents n’étaient pas là. Jessie-Rose avait réussi à les sortirs de la cohue et de la panique générale. Il était temps maintenant de chercher un plan pour la faire sortir de là. Au loin, elle vit les Lestrange partir, étrange que Bellatrix n’est pas décidée de la surveiller un peu plus que cela.

« Ok. Ce n'est pas grave, on va trouver un moyen, je ne te laisserai pas tomber, je te le promets. »


Une promesse qu’elle pouvait tenir. Jesse-Rose avait fait des progrès depuis qu’elle avait embrassé sans honte le côté obscur de la magie. Elsie affirma qu’elle devait partir ensemble. Non. Sa place n’était pas loin des combats, il était au cœur. Une fois un auror trouvé, elle se jetterait baguette en première une fois son uniforme enfilé. Tel était sa mission.

« Non Elsie, je peux servir ici et tenter de changer les choses. Je ne laisserais pas des innocents mourir comme durant la Nuit-Rouge. Tu es ma priorité, mais à la seconde où je te sais en sécurité je retourne aider les autres. J’ai une mission à accomplir. »

Jesse-Rose avait réellement envie de lui crier qu’elle était le grand méchant loup dans la bergerie. Que les sorciers qui semaient le trouble à la moindre occasion étaient ses collègues et tout comme eux, elle portait la marque du cingle qui leur servait de Lord. Jesse-Rose remarqua un auror, sans plus attendre, elle se jeta dans la brèche pour l’atteindre.

« Voici Elsie Raynes, mettez-la en sécurité. Emmenez-la loin des combats ! Faites votre travail ! »

Jesse-Rose avait posé sa main dans le dos de l’élève pour la pousser vers le sorcier.

« On se revoit plus tard d’accord ? Reste loin des combats promis ? »

D’un geste protecteur, elle embrassa son front et repartit sans attendre sa réponse. Une fois derrière un pilier, elle enfila sa cape et son masque pour devenir un mangemort lambda. Il était temps de passer aux choses sérieuses et de gagner de nouveau la clémence du Seigneur des Ténèbres. Jesse ne put s’empêcher néanmoins de jeter un dernier regard en arrière pour vérifier qu’Elsie était en sécurité.


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsie Raynes
Sixième année
Nombre de messages : 193
Célébrité sur l'avatar : Chloé Moretz (c)dark dreams
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Mai - 12:27
Pourquoi les gens voulaient-ils toujours jouer les héros ? Pourquoi voulaient-ils tous se jeter dans la gueule du loup, vers une mort certaine ? Elsie avait voulu jouer les héros pendant la Nuit Rouge. En sortant des serres, en voyant les mangemorts débarquer, elle avait voulu retourner au château et prévenir un maximum de personnes, retrouver ses sœurs, sa cousine et ses amis. Et voilà où elle en était aujourd’hui : elle devait se battre tous les jours contre sa lycanthropie, contre le regard des autres, contre la surveillance qu’elle retrouverait une fois à Poudlard. Quelque part, ça l’avait vacciné et elle savait reconnaître une cause perdue pour elle – cela n’avait rien à voir avec de l’égoïsme, juste une certaine lucidité. Ici, elle ne pourrait rien faire : elle n’avait même pas le droit d’utiliser la magie en dehors de Poudlard. Et contre des mangemorts beaucoup plus expérimentés, il y avait fort à parier qu’elle finirait à Sainte Mangouste. Jesse-Rose était peut être plus douée qu’elle, mais elle avait aussi le droit de se montrer égoïste en décidant de partir maintenant avant qu’il se passe quelque chose de plus grave. Elsie réfléchissait à deux fois avant de se précipiter vers le danger, ayant bien trop perdu la première fois en voulant juste se montrer héroïque. Elle s’était pris une sacrée claque dans la figure et après deux mois loin des adultes à se croire fort, invincible et au dessus de toutes règles, c’était inévitable.

Elsie garda toutes ses pensées pour elle. D’abord, parce que Jesse-Rose devait savoir ce qu’elle faisait : elle était adulte désormais, il ne fallait pas l’oublier. Et puis, elle n’avait pas le temps de s’étaler là-dessus, il y avait bien trop à expliquer. Peut être qu’Elsie aurait une autre occasion de revoir Jesse-Rose, peut être que celle-ci pourrait la faire rêver encore plus avec sa carrière de joueuse du Quidditch, qu’il n’y aurait pas encore une fois ces fichus mangemorts pour gâcher tout ça, qu’elles seraient suffisamment en sécurité pour apprécier plus longuement leurs retrouvailles. Enfin, vu comment les choses évoluaient, Elsie ne sortirait certainement plus de chez elle. Elle avait la conviction qu’elle s’en sortirait, ce soir : Jesse-Rose était là et elles allaient trouver un auror qui la conduirait dans un lieu sûr et qui la protégeraient jusqu’au bout. Elle retrouverait son père dehors et il ne la lâcherait plus jusqu’à ce qu’ils soient rentrés à la maison. De là, ses parents ne la laisseraient certainement plus assister à un évènement public seule et Elsie n’aurait certainement plus envie de sortir également. C’était quoi, le quatrième danger qu’elle vivait en une seule année ? Il y avait l’inoubliable Nuit Rouge, l’élève fou de Pré-au-Lard, la Coupe du Monde de Quidditch, et maintenant une attaque au Musée pour une stupide bague. Tout portait à croire que depuis sa lycanthropie, elle était maudite. Elle finit par acquiescer, sans pour autant approuver l’envie de Jesse-Rose de sauver des gens – elle était loin de se douter de la vérité, évidemment.

Quelque part, Elsie aurait préféré rester avec Jesse-Rose jusqu’au bout parce qu’elle avait confiance, qu’elle savait qu’elle ne la laisserait pas tomber et qu’elle se battrait pour elle. Elle lui avait promis, non ? Et elle voyait toujours l’élève sympathique de Serpentard, qui ne l’avait jamais insulté, qui ne s’était jamais montré médisante, hautaine ou froide. Se retrouver un Auror n’était bizarrement pas une idée aussi rassurante que rester avec Jesse, même si c’était son métier de protéger les gens. Enfin, elle n’avait pas le choix si elle voulait sortir d’ici vivante, elle devait se fier au premier Auror venu. Elle jeta un dernier regard dans la salle, dans l’espoir de voir apparaître Eden, en vain. Elle semblait avoir disparu, ou était occupée à sauver des gens, elle aussi. Elle ne l’avouerait pas, mais sa carrière d’Auror ne l’enchantait pas des masses : elle restait fière de sa cousine, mais elle gardait en tête sa théorie sur l’héroïsme et elle n’avait pas envie qu’Eden risque sa vie tous les jours.

Le moment était venu : Jesse-Rose trouva un Auror dans la foule, et emmena Elsie avec elle. Une fois à la hauteur de l’auror, la Gryffondor se retourna vers la jeune femme, sachant pertinamment qu’elle ne risquait pas de la revoir. Celle-ci l’embrassa sur le front et Elsie lui adressa un sourire.

« Merci. Sois prudente de ton côté. »

Ses paroles seraient sûrement inutiles mais elle tenait à la remercier quand même. Jesse-Rose s’en alla, et l’auror lui demanda si elle était accompagnée. Elsie lui raconta rapidement que non, que son père l’attendrait sûrement dehors mais qu’elle avait une cousine apprentie-auror dans la salle. L’homme la prit alors sous le bras, et lui demanda de ne pas le lâcher et essaya de la rassurer avec tout un flot de paroles.

Elsie finit par sortir du Musée. De là, un médecin magique vérifia qu’elle n’avait rien, et elle retrouva son père qui, à la minute où il avait su ce qu’il se passait au Musée, avait quitté sa réunion et transplané directement sur les lieux. En l’apercevant, Elsie se précipita vers lui, sans un mot. Ensembles, ils attendirent la fin du désastre, pour s’assurer qu’Eden s’en était sortie aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Un court instant de paix
» Quand les feuilles du Laurier poussent un court Instant. {PV Laurier}
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Paix a son ame: Une autre Victime du Chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: