RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En mission avec le rat puant !

avatar
Invité
Invité
Mar 17 Fév - 11:01
Invité
En mission avec le rat puant
Partir avec ce rat puant ne fut pas une très grande joie. Il était incompétent pour une indiscrétion et de mauvaises manières. Je n’étais pas sûre de vouloir reprendre contact avec les anciens amis de mon père avec cet homme. Il m’aurait fallu un sang pur avec un peu plus de classe. C’est pourtant ce rat puant que le seigneur me confia pour la mission. Que je le veuille ou non, des mangemorts, il était celui qui avait assez de tripes pour accepter de partir dans un pays étranger et me faire confiance. Je faisais peur bien trop de mes congénères. Le seigneur des ténèbres avaient dû penser qu’il serait le seul à oser me défier et savoir imposer un duo. Il faudrait d’abord qu’il pense à prendre un bain. Il puait l’alcool à plein nez. Ce couard avait dû boire avant de prendre le port-au-loin. Le plus difficile fut de devoir le toucher pour prendre le port-au-loin avec lui. Nous retrouvant cependant sur les contrées d’Auvergne au milieu de nulle part (ou du moins pour lui puisque nous étions sur mes terres), je le lâchais tout de suite. Faisant disparaitre le port-au-loin en fumée puisque nous étions coincés tous les deux ici pour un temps, je me mis ainsi à marcher. Pourquoi marcher quand on peut transplaner ? S’il me suivait, il le comprendrait rapidement. Nous arrivions face à une étendue de terre sans aucune civilisation, aux abords d’une forêt. Je m’arrêtais à cet endroit. Il ne dût pas comprendre tout de suite pourquoi nous nous arrêtions ici. Je sortis ainsi ma baguette pour me tourner vers lui. Comptais-je me débarrasser de lui plus vite que prévu ? J’aurais pu et j’en fus fortement tentée à vrai dire mais au lieu de ça, par la magie, je fis apparaitre un petit château délabré, tombant en décomposition par un feu qui l’avait ravagé il y a de ça trois ans.

« Ceci sera notre point d’encrage. Il va falloir que tu m’aides de ta magie pour rendre à ce lieu sa force vitale. » lui demandais-je.

Nous ne pourrions convaincre des nobles de France sans les accueillir dignement. D’après mes souvenirs, les nobles de cette région affectionnent les fêtes. J’étais sur mes terres, je connaissais parfaitement nos coutumes et je savais exactement comment mettre toutes les chances de mon côté. Avouerais-je à Bryan cependant que nous étions face au domaine de mon père ? Je n’étais pas prête pour les confidences. Certainement pas avec lui. Cependant je comptais bien profiter de cette mission pour retrouver un pied à terre en France. Je n’avais jamais osé revenir ici. Peut-être n’avais-je jamais été prête. Cette mission m’offrait cependant un grand service en me forçant la main. Je devais affronter mes vieux démons et c’est ici que ça se ferait. Je levais alors ma baguette vers le château, attendant que Bryan fasse la même chose. Il n’eut pas le choix en considérant que ceci n’était que le résultat de la volonté de notre seigneur à tous. Je laissais alors ma magie et la sienne –en espérant qu’il soit aussi efficace en magie que pour vider une bouteille – permettre à cette demeure de retrouver sa beauté d’en temps. Voici ainsi ce qu’il s’afficha sous nos yeux :


J’admirais le travail. C’était exactement comme dans mon souvenir avec sa merveilleuse fontaine. Je m’avançais alors en faisant signe à Bryan de me suivre. Nous entrons dans la cour. Je franchissais la première porte, celle donnant dans un grand couloir. Un escalier était face à nous, montant aux différents étages.

« Bienvenue dans 'notre' demeure. » lui dis-je simplement. « Il va falloir prendre des elfes pour tout réorganiser. Plus les apparences seront parfaites et plus nous arriverons à notre mission. Ici, tout se joue sur la beauté des réceptions et de l’alcool à flot. Tu ne devrais pas trop être dépaysé… » dis-je avec un sourire ironique sur le visage. « Enfin si tenté que tu sois capable de tenir avec civilité… » dis-je en levant les yeux aux ciels.

Pourquoi je me traine un tel boulet déjà … ? Ah oui, le maitre le voulait.

« Ils connaissent mon visage, je ne peux donc mentir sur mon identité mais toi ? Comment comptes-tu te présenter pour cette mission et justifier ta présence ? » lui demandais-je alors sérieusement.

Je voulais bien réfléchir mais il devrait aussi y mettre du sien or, malgré toute la haine que je pouvais lui porter, je savais qu’il n’était pas complètement idiot. Il pouvait se révéler bon partenaire. Ça n’empêchait pas que je n’avais aucune confiance. Je me forçais pour cette mission. Qu’il ne me tente alors pas à la finir seule. Un accident était si rapidement arrivé…


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Fév - 15:59
En mission avec le rat puant
Lorsque le Seigneur des Ténèbres lui avait annoncé qu’il devrait partir en France aux côtés de Mina Valmont, Bryan n’avait eu aucun mal à cacher sa joie. En plus d’avoir toujours eu une forte préférence pour les missions en solo, il avait bien du mal à supporter le fort caractère de la jeune femme. Il la trouvait bien trop hautaine pour une sorcière de sa condition. Elle n’était pas issue d’une célèbre famille de sang-pur britannique, elle venait d’un pays où la magie noire avait toujours été brimée. Autrement dit, elle ne valait pas grand-chose aux yeux de Bryan, qui aurait bien volontiers échangé Mina avec Jesse-Rose. Mais ce que Lord Voldemort ordonne doit être fait sans broncher. Avant de rejoindre le portoloin que Valmont avait tenu à mettre en place, Levinson avait fait un rapide détour par sa cave personnelle, histoire de ne pas avoir à la supporter tout en étant trop sobre. Et dès qu’il se retrouva face à elle, il regretta presque de n’avoir emporté qu’une seule bouteille dans son sac de voyage. Sans échanger le moindre mot, ils empruntèrent le portoloin et se retrouvèrent subitement au beau milieu de nulle part. Enfin, Valmont prétendrait certainement qu’ils étaient là au cœur d’un merveilleux endroit reflétant le raffinement à la française, mais pour Bryan il ne s’agissait que d’un vulgaire champ à l’orée d’une forêt. Lorsque Mina se mit en marche, il la suivit sans trop d’enthousiasme, prenant son mal en patience. La voyant soudain s’arrêter et sortir sa baguette magique, il haussa un sourcil en guise d’étonnement. Puis, il ne put s’empêcher de laisser échapper un petit rire moqueur lorsqu’elle fit apparaître ce qui semblait être des ruines d’un château.

« Quelle magnifique demeure, Valmont ! J’ignorais que tu avais autant de goût. »

Ainsi cet endroit sordide et dénué de tout confort serait leur point d’encrage ? Fabuleux. Même à l’aide de la magie, Bryan doutait fort que ce vieux château puisse paraître un tant soit peu habitable. Néanmoins, il se résigna à sortir sa baguette et contribua à redonner vie à cette propriété. Étonnamment, le mangemort s’appliqua méticuleusement, s’il devait passer plusieurs jours ici, autant y mettre du sien pour rendre l’endroit confortable. Une fois la tâche achevée, Bryan dut bien admettre que le château avait un certain charme, contrairement à sa propriétaire. Mina ouvrit finalement la voie et tous deux découvrirent l’intérieur de la vieille bâtisse. Mouais, ce n’était pas si mal après tout.

« Je vais faire venir mon elfe. Ainsi qu’une caisse de bouteilles, songea Bryan. Je te remercie de te soucier de moi, mais à vrai dire ta seule présence me dépayse. Et cela n’avait rien d’un compliment… Ne t’en fais pas, je sais me tenir. Et peut-être même mieux que toi à ce que je vois. »

Alors qu’il prononçait cette dernière phrase, son regard s’était posé sur la marque rougeoyante qui ornait le cou de Mina. Visiblement la jeune femme avait récemment pris du bon temps. Qui pouvait bien être assez simple d’esprit pour vouloir passer une soirée en sa compagnie ? Quand on savait que bon nombre de mangemorts l’évitaient par crainte, il était assez étonnant de songer que quelqu’un avait pu l’approcher de si près.

« Je n’aurais jamais cru que Matthieu puisse avoir autant de pouvoir sur toi. À moins bien sûr que l’auteur de cette marque ne soit pas ton cher fiancé. »

Si Bryan se fichait bien des histoires de cœur des autres mangemorts, il prenait toutefois un malin plaisir à provoquer Mina au sujet de ses fiançailles controversées. Oh bien sûr, lui-même n’était pas un exemple à suivre à ce niveau-là, mais rire du malheur des autres faisait définitivement son bonheur. Mais alors qu’elle aborda la question de leur identité, le mangemort recouvra son sérieux et réfléchit quelques instants.

« Pourrais-tu faire croire à ces petits nobles français que tu as de la famille installée en Angleterre depuis plusieurs décennies ? Si oui, et bien que cela me répugnerait au plus haut point, je pourrais prétendre être ton oncle bienveillant, qui s’occupe de toi depuis que tu as quitté la France à la mort de ton père. »

Bryan pouvait s’exprimer en français, mais son accent britannique était trop marqué pour qu’il puisse se faire passer pour un habitant de l’hexagone. Quant à aborder la mort du père de Mina, il n’y était pas véritablement obligé, mais pourquoi agir de manière attentionnée lorsque l’on pouvait se montrer plus vil ?

« Bon, où puis-je m’installer ? Le plus loin de toi serait le mieux. Si l’on pouvait éviter de se croiser pendant la journée, cela ne serait pas plus mal. Sauf s’il venait à s’avérer que tu aies grandement besoin de ma précieuse aide. »

Bryan s’attendait déjà à entendre une remarque peu agréable, mais après tout, il l’aurait bien cherché. Parcourant le vaste hall des yeux, il se décida finalement à appeler son elfe. La petite créature apparut quelques instants plus tôt et attendit patiemment ses ordres.

« Tu peux déjà commencer à nettoyer cet endroit crasseux. Une fois que tu auras fini, tu pourras aller voir la vilaine sorcière, je suis certain qu’elle te confiera d’autres tâches de la plus haute importance. »

Le mangemort soupira théâtralement. Cette mission allait être bien longue…

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 17 Fév - 21:50
Invité
En mission avec le rat puant
Quand il parla de la marque dans mon cou, ma main s’y posa instinctivement. J’avais oublié de l’effacer ce matin, par manque d’habitude. Je jurais intérieurement. Comment avais-je pu être aussi sotte, surtout avec Levinson dans le coin ?! Je me maudissais d’un tel oubli. J’avais cependant du mal à composer en ce moment entre mes rêves et la réalité. J’avais tendance à tout confondre pour me protéger, or Arcturus défiait toute la logique de mon être. Ce qui me sauva, étrangement, fut pourtant mes soi-disant fiançailles voulu par mon père que Matthieu n’avait pas hésité à proclamer dès notre arrivée en Angleterre. Quel était le mieux ? Que Levinson pense qu’il s’agisse de Matthieu ou d’un autre ? Je ne tenais pas à élever les soupçons sur la possibilité de mes jeux avec un autre. Je ne devais rien à Matthieu. Je ne me sentais nullement fiancé. Ce n’avait été qu’un choix de mon père que j’avais toujours refusé d’exécuter après sa mort. Qui me connaissait un minimum savait que je n’appartenais à aucun homme. Seulement Levinson me connaissait assez pour savoir me provoquer :

« Je n’aurais jamais cru que Matthieu puisse avoir autant de pouvoir sur toi. À moins bien sûr que l’auteur de cette marque ne soit pas ton cher fiancé. »

Il savait à quel point le sujet de ces fiançailles m’irritait. Je ne lui fis cependant pas le plaisir de relever. Je n’étais pas assez bête pour lui poser le doute sur l’existence d’un autre homme pour qu’il aille par la suite fouiller un peu, découvrir le pot au rose et casser mon image auprès des autres nobles. Je perdrais en crédit. Je n’y tenais pas… Ma vie privée et mes jeux m’appartenaient.

« Pourrais-tu faire croire à ces petits nobles français que tu as de la famille installée en Angleterre depuis plusieurs décennies ? Si oui, et bien que cela me répugnerait au plus haut point, je pourrais prétendre être ton oncle bienveillant, qui s’occupe de toi depuis que tu as quitté la France à la mort de ton père. »

Je réfléchissais. J’avais déjà un oncle, dont je n’avais plus eu de nouvelles depuis bien des années après son voyage aux Etats-Unis si bien que je ne le croyais plus vivant. Je ne devais d’ailleurs pas être la seule à penser être la dernière héritière de la fortune des Valmont. Cela était donc parfaitement impossible. Ma famille était puissante mais restreinte à cause de nos conditions à nous lier qu’avec les meilleurs. Combien de parents avaient refusé un mariage parce que les prétendants à la hauteur manquaient cruellement ? Les Valmont étaient connus pour leur grande richesse mais aussi leur inaccessibilité. Nous nous raréfions cependant à cause d’une telle attitude. C’est ce qui faisait notre renommé et le succès des prétendants quand été venu l’âge de me marier. Mon père n’eut cependant pas le temps de me forcer à me lier aux Versac. Aujourd’hui je faisais tout pour l’éviter. Matthieu était gentil. Trop gentil… La fortune et le nom ne faisait pas tout. Cela ne m’intéressait aucunement. J’allais alors lui parler de l’impossibilité d’un tel plan mais il me coupa dans mon élan :

« Bon, où puis-je m’installer ? Le plus loin de toi serait le mieux. Si l’on pouvait éviter de se croiser pendant la journée, cela ne serait pas plus mal. Sauf s’il venait à s’avérer que tu aies grandement besoin de ma précieuse aide. » me dit-il.

Je le regardais, exaspéré sous ses grands airs. Je pensais déjà à un plan pour l’écarter de tout ça. Je ne pouvais le supporter à une des réceptions. L’enchainer à la cave avec une bouteille devrait éviter qu’il ne fasse trop d’esclandre. Alcoolique. Je lui fis alors mon plus beau et faux sourire. Crétin… Il appela alors son elfe de maison pour lui adresser la parole :

« Tu peux déjà commencer à nettoyer cet endroit crasseux. Une fois que tu auras fini, tu pourras aller voir la vilaine sorcière, je suis certain qu’elle te confiera d’autres tâches de la plus haute importance. »

« Tu es au courant qu’un elfe de maison ne suffira pas ? Une bonne demi-douzaine est nécessaire au grand minimum or en France, si tu veux faire bonne impression, tu as intérêt à avoir plus d’elfes de maison que nécessaire. Il est temps que tu redescendes de ton petit monde pouilleux. Je vais chercher des elfes de maison. En attendant, installe-toi sur l’aile ouest même si je sais assez plus te retrouver dans la cave que dans cette partie du manoir. » raillais-je. « Mes appartements seront au sud Est. Pour ta couverture, l’oncle est impossible… Ma famille est connue pour être… en voie d’extinction. » grimaçais-je. A qui la faute me direz-vous ! « ça te va si je te fais passer comme un ami proche de mon père qui m’a assuré protection à mon arrivée à Londres ? » lui demandais-je.

Je ne pouvais me permettre de jouer sur un trop gros mensonge en sachant que les personnes que nous tenterons de rallier, connaissent ma famille et sa devise qui consiste de loin entre vérité et confiance… Tout comme celle de n’avoir qu’une parole. Il me sera déjà difficile de jouer les jeunes femmes reconnaissante et attendrie auprès de Levinson. Ne poussons pas le vif pour en faire un membre de ma famille. Je pourrais avoir la nausée avant l’heure…

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Fév - 19:25
En mission avec le rat puant
Il n’y avait pas une seule chose chez Mina qui n’exaspérait pas Bryan. La jeune femme incarnait parfaitement cette arrogance française qu’il avait toujours méprisée. Valmont avait la fâcheuse tendance de penser que son éducation et ses valeurs étaient plus distinguées que les mœurs britanniques. Ce qui était totalement faux, bien sûr. Lorsque Mina lui annonça qu’ils allaient devoir faire appel à au moins une demi-douzaine d’elfes de maison, Bryan leva les yeux au ciel. C’était bien une préoccupation de bonne femme ça, sa propre épouse raffolait des grandes réceptions qui n’avaient d’autre but que d’en mettre plein la vue aux voisins. Mais soyons honnête, quel homme digne de ce nom se souciait de ça ? Tout ce qui importait c’était qu’il y ait à boire et à manger à profusion. Le nombre d’elfes de maison était insignifiant, aucun sang-pur ne leur prêtait attention. Enfin, si Mina souhaitait perdre son temps avec des affaires aussi futiles, alors grand bien lui fasse ! Bryan s’imaginait déjà comment il pourrait gâcher sa précieuse soirée si jamais elle venait à lui taper sur les nerfs plus que de raison. Il aurait alors tant d’opportunités de transformer sa réception en cauchemar qu’il s’en réjouissait d’avance. Bien sûr, cela n’irait pas dans les intérêts du Seigneur des Ténèbres, mais Bryan se rattraperait bien d’une façon ou d’une autre.

« Dans mon monde de pouilleux, nous sommes bien plus riches que dans ta vulgaire campagne. Je n’ai jamais eu besoin d’avoir recours à la magie pour obtenir une habitation décente. »

Sans son aide, ce château ne serait toujours pas habitable. Pas étonnant que la famille Valmont soit en voie d’extinction, si ses membres étaient tous aussi arrogants que Mina, il était normal qu’ils disparaissent tour à tour. Néanmoins, Bryan devait bien avouer que prendre l’identité d’un ami du père de Mina était toujours mieux que d’incarner l’un de ses parents. Pour une fois qu’elle avait une bonne idée… Enfin, ce n’était pas une raison pour montrer plus d’enthousiasme que nécessaire.

« Un ami de ton père ? Bon, on fera avec. Y a-t-il des choses particulières que je dois savoir à propos de ton père ? Ne va pas croire que je m’intéresse un tant soit peu à ton histoire, c’est juste que je tiens à être capable de répondre à n’importe quelle question destinée à me tester. Car il est certain que nos invités se méfieront et chercheront à savoir si j’ai bel et bien connu ton père. »

Contrairement à ce que Mina aurait pu s’imaginer, Bryan souhaitait véritablement faire les choses comme il se fallait. Il savait parfaitement ce que cette mission représentait pour la cause de Lord Voldemort, il savait que l’issue serait capitale pour l’avenir des mangemorts. Ainsi était-il bien décidé à y mettre du sien et à prendre sur lui pour se montrer à la hauteur. S’il se fichait bien de ce que l’on pouvait penser de lui, il comptait tout de même démontrer à cette petite arrogante de Valmont qu’il n’était pas bon qu’à descendre des bouteilles. Elle qui croyait toujours tout savoir, ignorait pourtant tout de Bryan, mais il se pourrait bien qu’elle apprenne à le découvrir sous un jour nouveau. À moins bien sûr qu’elle ne lui tape trop sur les nerfs et qu’il décide de l’abandonner en cours de route. Après tout, le Seigneur des Ténèbres lui avait confié une liste de noms de sorciers susceptibles de rejoindre leurs rangs, aussi Bryan pouvait-il décider de laisser Mina faire joujou dans son petit château et aller chercher ces alliés de seul de son côté.

« Quand espères-tu de donner ta première réception ? »

S’il elle voulait inaugurer sa demeure ce soir même, c’était plus qu’une demi-douzaine d’elfes de maison qui serait nécessaire, il leur faudrait plutôt quelques esclaves cracmols. Mais puisque Mina était aussi sûre d’elle, autant la laisser faire. Et au moment où surviendrait son échec, Bryan serait là pour elle… ou plutôt pour rire d’elle.

« Sans vouloir t’offenser, le ton de sa voix démontrait pourtant tout le contraire, je ne suis pas certain qu’impressionner nos invités avec des elfes de maison suffise à les rallier à notre cause. Qu’as-tu prévu pour les faire basculer dans notre camp ? »

Bryan était persuadé que cette petite sotte ne comptait que sur son décolleté pour arriver à ses fins. Or, il n’était pas question qu’il laisse reposer l’avenir de cette mission sur le prétendu charme de la jeune femme.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 21 Fév - 10:48
Invité
En mission avec le rat puant

J’étais loin de me douter qu’en proposant une amitié inventée entre mon père et Bryan, je verrais cette amitié donnée finalement réellement à mon oncle dans les jours prochains. J’étais intelligente, forte, battante mais je ne pouvais voir ce dont je n’avais aucunement connaissance… J’allais pourtant apprendre à mes dépends que ne pas me méfier assez de cet homme allait me coûter cher. Il me répondit alors à ma proposition :

« Un ami de ton père ? Bon, on fera avec. Y a-t-il des choses particulières que je dois savoir à propos de ton père ? Ne va pas croire que je m’intéresse un tant soit peu à ton histoire, c’est juste que je tiens à être capable de répondre à n’importe quelle question destinée à me tester. Car il est certain que nos invités se méfieront et chercheront à savoir si j’ai bel et bien connu ton père. »

Je prenais sa demande comme une volonté de bien faire les choses. Nous ne nous entendions pas mais une chose nous liait : le seigneur des ténèbres. Tant que je serais dans les rangs du maître, nous devrons apprendre à combiner ensemble. Ma dévotion était certainement aussi grande que Bryan pour cela. Après tout le seigneur des ténèbres m’avait offert le loisir d’une vengeance que jamais personne ne m’avait offert jusque-là. Mon goût pour le sang était né avec lui. Il m’assurait une protection, une famille que j’avais perdue. Sans figure pour me guider, si jeune à l’époque, j’ai laissé le seigneur des ténèbres jouer un rôle de père. Et comme tout père je lui devais l’obéissance. C’était étrange de ma part de voir à quel point je pouvais être incontrôlable et pourtant soumise quand je le désirais. Tant que le seigneur aurait ce poids dans ma vie, je ne changerais pas. Seulement cette influence n’était pas éternelle. Elle se travaillait, elle se façonnait et elle s’entretenait. Il était de coutume qu’une fille puisse changer de voix, vouloir évoluer de ses propres ailes, quitter l’influence de cette figure paternelle.

« Mon père était un homme influent. Il eut une sœur et un frère. Ainé de la famille, il hérita de l’entière fortune des Valmont. Il prit ma mère par un accord avec les Meilcour. Mes grands-parents sont morts bien trop tôt. Il a dût donc s’occuper du mariage de ma sœur. Tout ce que je sais d’elle c’est qu’elle est morte en couche en mettant au monde un fils. J’ignore si aujourd’hui cet enfant est encore en vie. Mon père voulut créer une alliance avec les Larsay à travers mon frère seulement celui-ci n’était pas tout à fait d’accord. Il ne fut alors pas étonnant de retrouver cette femme morte un mois après le mariage. Personne n’a jamais pu l’incriminer mais je suppose qu’il s’est lassé. » dis-je simplement. « Je te conseille donc de ne pas évoquer ceci en présence des Larsay. Du reste, c’était un homme très influent et proche des Beauharnais et des Versac. J’ignore pourquoi il choisit un Versac plutôt qu’un Beauharnais pour moi. Beaucoup d’eux parleront de mauvaise tactique mais mon père était un homme assez calculateur. Je ne doute pas qu’il avait ses raisons. Quoi d’autres… » cherchais-je dans ma mémoire pour que ça puisse l’aider. « Mon père avait un penchant pour l’alcool fort. » dis-je avec un sourire en coin. « Il rajoutait souvent un filtre dans son vin pour changer le degré et la férocité de l’alcool. Ma famille est connue de tous pour l’art des potions, des filtres et des poisons. » lui précisais-je finalement.

Ce n’était un secret pour personne or si la tentation de ne pas lui dire et de l’empoisonner me démanger, je ne pouvais pas le lancer dans cette société ainsi. Il devait pouvoir savoir tout ce que les autres savaient.

« C’était un homme sévère mais non brutal contrairement à mon oncle. Il ne frappa jamais ma mère. Je ne pourrais pas parler d’amour entre eux. Régnez simplement un grand respect. Ma mère était très intelligente. Elle savait quand elle pouvait ou non parler. Je la soupçonne avoir toujours su mettre de l’eau dans le vin de mon père quand c’était nécessaire. Mon père eut un accident un jour le rendant boiteux. Certains disent que cet accident a eu plus d’impact sur ce corps, justifiant la présence de seulement deux héritiers. Les Français ont la fâcheuse manie d’attendre de leur épouse plus d’héritiers qu’il ne faut. C’est un peu différent de l’Angleterre à ce que j’ai pu en voir jusque-là. »

Rare sont les familles nombreuses chez les mangemorts, de ce que j’avais pu en constater. On s’arrêtait souvent au deuxième enfant peut-être au troisième. Quand on voyait l’affluence de la famille Beauharnais, je me demandais sérieusement comment ils faisaient pour réussir à garder une fortune et un empire aussi puissant… Je crois lui avoir tout dit. Je pourrais toujours lui donner de nouvelles informations qui pourraient me revenir.

« Quand espères-tu de donner ta première réception ? »

« Dans une semaine, le temps de tout mettre en ordre. Je ne compte pas m’éterniser en France. »

Je ne me sentais pas à l’aise sur ces terres. Elles me rappelaient trop de souvenir. Plus rapidement les choses seront faites, mieux je me porterais.

« Sans vouloir t’offenser » dit-il alors qu’un sourire ironique s’affichait sur mes lèvres. « Je ne suis pas certain qu’impressionner nos invités avec des elfes de maison suffise à les rallier à notre cause. Qu’as-tu prévu pour les faire basculer dans notre camp ? »

« Qu’y a-t-il de plus intéressant pour un homme que de gagner du pouvoir, de l’influence et de l’argent ? » lui demandais-je. « Tu n’es pas sensé savoir le pouvoir qu’offre le seigneur des ténèbres. Je pense me servir de la première réception pour savoir qui est à la hauteur de notre seigneur. Qui pourrait réellement lui être fidèle et le servir. De là, ne reste qu’un jeu de parole et de charme qui doit t’échapper complètement. Je vais rompre mes fiançailles. Tu es l’ami de mon père. Je suis donc sensée être sous ta protection. Tu aurais la figure de conseil et d’autorité sur moi. Je tiens à te prévenir cependant : Elle sera factice. N’y voit pas là un pouvoir sur moi. A toi alors de savoir jouer à ton tour pour convaincre ces messieurs de servir le maître. Celui qui le fera le mieux pourrait goûter à la fortune des Valmont sous ton ‘influence’ sur moi… Ce n’est qu’un jeu de manipulation. Mais cela, j’ai entendu dire que tu le maitrisais parfaitement. N’est-ce pas ? »

Alors non, je n’allais pas me servir que de mon décolleté… Mais de mon nom et de ma fortune à pourvoir.


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Fév - 23:12
En mission avec le rat puant
Il était étonnant de voir Bryan écouter aussi sagement les récits de Mina. Après tout, il savait si peu de choses sur sa famille, qu’il n’avait pas d’autre choix que de s’intéresser à ses histoires. S’il voulait avoir une chance de convaincre les Français de se joindre à la grande et longue bataille pour la suprématie des sangs-purs, il devrait jouer son rôle d’ami de la famille à la perfection. Il ne pouvait pas prendre le risque de passer pour un amateur auprès de ces nobles. Si le moindre détail capital venait à lui échapper alors sa couverture pourrait voler en éclat avant que Mina et lui n’aient eu le temps de gagner la confiance de leurs invités. Il y avait déjà tant de noms à retenir, pourquoi fallait-il que les Français portent des patronymes si compliqués? Meilcour, Larsay, Versac, Beauharnais. Et combien restait-il encore de noms imprononçables ? Bryan se débrouillait assez bien en français mais c’était loin d’être sa langue préférée. Tellement moins agréable à l’oreille que l’anglais. Mais qu’importe, il n’était pas ici pour se plaindre, ni pour parler linguistique.

« Moi qui croyais ne pas être un mari exemplaire, je vois que ton frère a fait pire. Un mois seulement après le mariage ? Pauvre femme. Je comprends mieux pourquoi tu es une fiancée aussi… ingérable. C’est dans les gènes. »

Le sarcasme était un peu comme une seconde nature chez Bryan, voire même une raison de vivre. C’était plus fort que lui, il ne pouvait s’empêcher de formuler des moqueries acerbes à l’égard de ceux qui avaient la malchance de se trouver dans son champ de vision. Lorsque Mina évoqua le penchant de son géniteur pour l’alcool fort, Bryan ignora son sourire en coin. Il n’avait aucune envie de se trouver des points communs avec ce qui n’était désormais plus qu’un cadavre calciné.

« Ton père avait bon goût. Dommage que tu n’en aies pas hérité. Mais merci pour l’avertissement, je tâcherai d’inspecter scrupuleusement le contenu de mon verre durant mon séjour dans ta propriété. »

La famille Valmont était réputée pour l’art des potions et des poisons ? Grand bien leur fasse, cependant cela ne les a pas aidés à survivre à l’incendie qui a ravagé leur demeure. En revanche, Bryan est spécialisé dans l’art de la torture et jusqu’ici ça lui avait toujours bien rendu service. Néanmoins, il s’abstint de tout commentaire lorsque Mina évoqua son oncle et sa brutalité car lui-même n’était pas un exemple en la matière. D’autre part, quelques heures avant son départ pour la France, Bryan avait reçu un hibou de l’oncle de Mina qui lui demandait s’il pouvait garder un œil sur sa nièce et lui transmettre la moindre information susceptible d’être utilisée contre elle. Pour une fois dans sa vie, le mangemort ne se ferait pas prier pour coopérer. Alors que la tension commençait à retomber entre eux deux, Bryan s’apprêtait déjà à lui planter un couteau dans le dos. Voilà qui était digne de lui, rares étaient ceux qui pouvait se vanter d’avoir acquis sa loyauté.

« En Angleterre aussi il y a de grandes familles. Tu n’as jamais connu la famille Black au grand complet, ceci dit tu ne perds rien, ils étaient si nombreux qu’on en venait vite à les confondre. »

Et d’ailleurs Bryan se mélangeait toujours plus ou moins les pinceaux. Mais ce n’est pas sa faute, la famille n’a jamais été un concept très cher à son cœur. En parlant de cela, lui aussi avait eu plus d’héritiers que nécessaire et voilà qu’en une fraction de secondes ils avaient tous disparus.

« J’aimerais en savoir un peu plus sur nos invités. Que peux-tu me dire au sujet des familles françaises que nous allons recevoir ? En dehors du fait que les Versac sont des proches de ton fiancé.»

Ainsi elle comptait donner sa première réception dans une semaine. Ce qui signifiait qu’il allait encore devoir passer au minimum sept jours dans ce château, coincé avec Mina et loin de cette charmante auror qu’il aimait avoir à l’œil.

« Je croyais pourtant que tu adorais ton fabuleux pays. Y aurait-il quelque chose ou plutôt quelqu’un qui te donnerait envie de retourner en Angleterre ? D’ailleurs, l’auteur de la marque qui trône sur ton cou nous fera-t-il l’honneur de sa présence ? »

Ce serait si drôle si un mystérieux prétendant débarquait et venait faire la conversation aux Versac. Bryan se réjouissait d’avance, les conflits en tous genres l’avaient toujours fasciné. Enfant, il ne se lassait jamais de voir les elfes de maison de ses parents se quereller pour des futilités.

Par pur esprit de contradiction, Bryan aurait bien pu trouver des arguments pour contrer la théorie de Mina, mais à vrai dire lui-même se reconnaissait bien dans la description de ces hommes en quête de pouvoir et d’influence, aussi préféra-t-il garder le silence.

« Détrompe-toi, cela ne m’échappe absolument pas, j’ai rencontré des femmes bien plus séduisantes et charmantes que toi. Je sais comment vous fonctionnez. Bryan soupira en songeant à quel point les hommes, lui y compris, pouvaient être faible face aux charmes d’une femme. Je me réjouis d’avance d’incarner cette figure d’autorité, tu serais étonnée de voir tous les bons conseils que je pourrais te donner. Tu ne devrais pas te fier à ce que tu entends dire. Je ne suis qu’un gentil petit mangemort, pas un maître de la manipulation. »

Cette fois-ci, Bryan s’autorisa à laisser un faible sourire naître sur ses lèvres. Oui, il ferait tout son possible pour manipuler ces insupportables Français. Mais si cela ne suffisait pas alors il userait de sa technique favorite…

« Au fait, tu m’autorises à recevoir mes propres invités ? »

Bien sûr, il n’attendrait pas d’avoir obtenu le feu vert de Mina mais parfois il lui arrivait de se montrer courtois et de demander sagement la permission. Qu’elle refuse ou qu’elle accepte, peu importait au final, il avait posé cette question dans l’unique but de mettre la patience de Mina à rude épreuve.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 28 Fév - 11:14
Invité
En mission avec le rat puant

Travailler avec Levinson était très déplaisant mais devant faire avec, je n’oubliais pas ma seconde mission de le surveiller pour le Lord. Nous avons tous nos secrets et nos coups bas. Je n’hésiterai pas à profiter du moindre détail pour le discréditer sans vergogne. J’étais loyale et très fidèle oui, à ceux qui le méritait. Ce rat avait déjà de la chance de ne pas me voir le chasser hors de ma demeure pour qu’il aille se terrer entre les cuisses certainement d’une catin avec deux bouteilles à sa disposition. Je ne le connaissais pas. J’ignorais si c’était son genre et franchement, je m’en fichais avec une attitude divinement royale. Du moment qu’il faisait son boulot et ne sabotait rien, il pouvait bien s’adonner à tout ce qu’il voulait et même danser nu autour d’un feu pour prier je ne sais quel dieu de la boisson. Je l’écoutais alors répondre à tout ce que je venais de lui dire. Un sourire ironique ne put m’échapper cependant quand il se proposa de m’apprendre certaines choses. J’étais curieuse de savoir ce qu’il avait à m’apprendre quand on savait la personne qui me formait depuis le début auprès du seigneur des ténèbres…

« Au fait, tu m’autorises à recevoir mes propres invités ? »

« Si je te dis ‘non’ cela aura-t-il une différence ? » lui demandais-je avec un sourire ironique. « Ne sabote rien. C’est tout ce que je demanderai. »

Du reste, le rat pouvait bien s’adonner à toute sorte de plaisir, peu m’importait. Il fallait simplement que je pense à condamner l’accès de la chambre noire à cet homme. Je ne tenais pas à ce qu’il tombe sur elle pour s’adonner à je ne sais quelle torture. Je ne mettrais de toute façon pas longtemps à la condamner à toute personne ne m’accompagnant pas et ce par magie. Elle pourrait me servir et je voulais garder son effet de surprise. Donc reprenons depuis le début…

« Les Versac ne seront pas invités pour la simple raison qu’ils ne sont plus. Ils ont péri lors de l’incendie avec ma propre famille. Je t’informais juste de leur lien avec ma famille si on vient à te parler des Versac. Matthieu est l’unique survivant. » lui expliquais-je pour remettre les choses dans l’ordre, n’ayant pas eu la sensation d’être assez clair pour ce point.

« Du reste, je n’ai pas vu nos invités depuis l’âge de seize ans. J’ignore donc où ils en sont. La réception est justement faite pour en apprendre plus sur eux. Tout ce que tu as à savoir c’est que les Beauharnais ont la main mise sur la région. C’est l’équivalent de la famille Black si tu préfères. »

Je fis exprès de ne pas répondre à sa provocation sur la potentielle existence d’un « amant ». Cela ne le regardait nullement et de toute façon-là n’était pas la question. Arcturus était normalement en Angleterre et non en France. Je n’avais donc à me soucier de ce détail. J’étais là pour le Lord et rien d’autre. Je réfléchissais alors à savoir si j’avais oublié quelque chose. Il ne me semblait pas… Je revenais alors sur son rôle et ses paroles précédentes :

« Je suis curieuse de savoir quel genre de conseil tu serais prêt à me céder et contre combien de bouteilles… » lui dis-je avec un sourire ironique sur le visage.

Je lui fis signe alors de me suivre pour que je lui fasse la présentation des lieux. Nous étions dans l’entrée avec son grand couloir et son escalier. A droite, il y avait une grande ouverture en face du bas de l’escalier. Nous arrivions alors dans la grande salle de réception.

« Ici se dérouleront les festivités. La porte que tu vois juste à notre gauche donne sur un petit salon. Au fond, tu as une salle à manger plus petite quand nous sommes simplement entre nous. Au-delà de la salle à manger tu as les cuisines qui donnent sur l’arrière du château et la forêt. Au-dessus de nous tu as deux étages et un grenier. Le premier et le deuxième ne sont qu’une suite de pièces différentes. Tes appartements seront donc au premier à l’Ouest. Au même étage, tu as d’autres chambres et une immense bibliothèque. Elle couvre une bonne partie de l’aile Est. Au deuxième, tu peux trouver boudoirs, salles d’études, salons et autres pièces spécifiques pour ses habitants tout comme ma chambre à l’Est. Et enfin tu as un grenier. » ne m’attardais-je pas sur le dit grenier. « Sous nos pieds, je suppose que ça pourrait t’intéresser, une cave couvre toute la surface du domaine. Il faudra la remplir cette semaine. Voilà, je pense que je t’ai tout dit… Je te laisserais visiter par toi-même si tu le désires. » dis-je simplement. « Des questions ? »



crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Mar - 19:33
En mission avec le rat puant
Mina et Bryan se détestaient mutuellement mais il fallait bien reconnaitre qu’ils ne se connaissaient pratiquement pas. Si la jeune femme pensait que demander gentiment au mangemort de rester tranquille et de ne rien saboter suffirait, elle se fourvoyait complètement. Bryan pourrait prendre un malin plaisir à gâcher la réception de Mina afin de l’éloigner des nobles français. Une fois ceci fait, il aurait alors la voie libre pour négocier une alliance avec eux et s’en attribuer tous les mérites auprès du Lord. Mais bien sûr, afin que Valmont ne se doute de rien, il allait devoir prendre sur lui pour se montrer sous son meilleur jour.

« Moi, saboter ta petite soirée ? Allons pour qui me prends-tu ? Je sais pertinemment que si cette mission échoue, le Seigneur des Ténèbres se fichera de savoir ce qu’il s’est passé, il nous punira tous les deux. »

Les informations que Mina apporta par la suite intéressèrent tout particulièrement Bryan. Si elle n’avait pas vu ses invités depuis ses seize ans, cela signifiait que ses relations avec les Français avaient probablement été négligées durant trois années. Voilà déjà un bon point. De plus, Bryan savait désormais qui seraient ses cibles principales. Les Beauharnais, étant apparemment l’équivalent de la famille Black, ne devaient être délaissés sous aucun prétexte.

« Je n’accepterais rien qui vienne de toi, d’autant plus que je peux avoir toutes les bouteilles que je souhaite. Oh et puis, navré de te décevoir mais j’ai arrêté de boire de l’alcool de toute façon. Quant aux conseils que je pourrais te donner, il y en aurait beaucoup. »

Comme celui de se méfier de lui mais aussi de ses relations avec son cher oncle. Mais visiblement, Mina se pensait plus maligne que la terre entière, alors autant la laisser se débrouiller toute seule. Ce qui était certain c’est qu’au moment venu, Bryan serait là pour assister à sa chute. Il n’aurait jamais cru passer un quelconque marché avec un sorcier français –le mangemort n’avait de considération pour personne et encore moins pour les habitants d’outre-Manche- mais il s’était avéré que l’oncle de Mina était un homme tout à fait charmant, avec lequel il s’était trouvé des points communs.
Bryan suivit ensuite Valmont jusqu’au bas de l’escalier. Écoutant attentivement la description des lieux, une chose retint son attention. Le grenier. Il devrait songer à y faire un tour, qui sait ce qu’il pourrait y trouver.

« Je m’occuperai de remplir la cave, je m’y connais mieux que toi dans ce domaine. Toi tu te chargeras de nous trouver des elfes de maison, puisque tu en veux une demi-douzaine, tu les choisiras personnellement. »

Bryan détestait ces créatures, s’il allait les chercher lui-même, il y aurait de fortes chances pour que la moitié d’entre eux périsse avant même d’arriver au château des Valmont. Mais alors que l’envie de s’installer dans ses appartements et de ne plus voir Mina le tiraillait, une dernière question lui vint à l’esprit.

« Y a-t-il une salle isolée et insonorisée où l’on pourrait avoir une petite conversation avec nos invités les plus réticents sans courir le risque que leurs cris n’alertent les autres ? »

Autrement dit, pourrait-il mettre ses sortilèges de torture en pratique sans être dérangé ?

« Je ne resterai sûrement pas ici ce soir, je n’ai pas envie de mourir d’ennui. Si tu as besoin de moi, envoie un patronus. »

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 4 Mar - 8:23
Invité
En mission avec le rat puant

Avais-je confiance ? Non. Avais-je le choix cependant ? Non plus. Pourquoi… POURQUOI le seigneur des ténèbres m’a collé un rat pareil ?! Je déplorais la situation. J’avais peur d’être bien moins efficace avec ce petit rat puant dans les parages…

« Moi, saboter ta petite soirée ? »

Oui toi…

« Allons pour qui me prends-tu ? »

Un alcoolique ? Un fou dangereux ? Un rancunier ? Un homme incapable de se tenir ? Un goujat dirais-je même ? Je le regardais d’un air dédaigneux sans nul doute. J’étais septique. Je ne pouvais croire qu’il ne cherche pas à obtenir tout le mérite pour me reléguer au second plan. J’avais intérêt à me méfier et le faire surveiller.

« Je sais pertinemment que si cette mission échoue, le Seigneur des Ténèbres se fichera de savoir ce qu’il s’est passé, il nous punira tous les deux. »

Ah merci… Il a au moins l’intelligence de la jugeote !

« Je n’accepterais rien qui vienne de toi, d’autant plus que je peux avoir toutes les bouteilles que je souhaite. Oh et puis, navré de te décevoir mais j’ai arrêté de boire de l’alcool de toute façon. »

Me prendrait-il pour une imbécile ? Lui ? Arrêter de boire ? Laissez-moi rire… Son ivresse récurrente n’est un secret pour aucun mangemort qui se respecte et en sait un minimum sur ses camarades. J’avais ce grand air septique sur le visage du style « mais bien sûr, je vais te croire… ». Je finissais par lever les yeux au ciel quand il dit :

« Quant aux conseils que je pourrais te donner, il y en aurait beaucoup. »

Je serais curieuse de savoir ce qu’un rat pourrait m’apporter… il me suivit alors tranquillement.

« Je m’occuperai de remplir la cave, je m’y connais mieux que toi dans ce domaine. »

Qu’il n’en soit pas si sûre…

« Toi tu te chargeras de nous trouver des elfes de maison, puisque tu en veux une demi-douzaine, tu les choisiras personnellement. »

« Faisons comme cela. » concèdai-je malgré tout.

« Y a-t-il une salle isolée et insonorisée où l’on pourrait avoir une petite conversation avec nos invités les plus réticents sans courir le risque que leurs cris n’alertent les autres ? »

« Oui. » dis-je avec un sourire en coin. « Le grenier. Seulement je doute qu’utiliser cette chambre soit une fort bonne idée pour convaincre des personnes de rejoindre le lord, enfin si tu souhaites les torturer et non leur faire participer à une séance sur un sang de bourbe… » finis-je de dire.

« Je ne resterai sûrement pas ici ce soir, je n’ai pas envie de mourir d’ennui. Si tu as besoin de moi, envoie un patronus. » conclut-il.

« Très bien. » clorai-je la conversation.

Je n’étais pas étonnée de voir que Bryan était certain sur le fait que je sois encore capable de faire un patronus, malgré mes appartenances au lord. Après tout il était de notoriété qu’un mangemort ait perdu la faculté d’envoyer un patronus. Seulement je n’étais dans leur rang que depuis un an et peut-être n’étais-je pas encore assez corrompu par ce mal ou simplement accrochée à des souvenirs antérieurs de mon frère par exemple. Sa mort était triste mais elle était ma force. Je ne pleurais plus depuis longtemps sur sa tombe. Elle me donnait simplement la source dont j’avais besoin pour me venger. Tout n’était alors plus douloureux mais joyeux. Au lieu de repenser à l’incendie, je préférais encore me rappeler chaque moment avec lui à discuter, jouer ou encore dormir à ses côtés. Mon passé était fourni de moment innocent et suffisamment heureux pour ne pas sombrer totalement encore dans la noirceur contrairement à beaucoup de mes congénères. Cela fait-il de moi une traitre aux yeux du seigneur ? Non. Je le servais loyalement. Seulement, cela démontrait la dangerosité qu’avait mon âme de s’accrocher encore à des moments d’espoir qui pourrait me faire changer de camps. Je le quittai alors sans un regard en arrière, le laissant à ses propres activités pour quitter la salle de réception et monter dans mes appartements…



THE END



crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Quatre mages, un bouquin, un vieux. [Mission avec Shina/Ken, Evangeline et Soren]
» brifing mission avec Daniel/nyphus
» Un ptit pet' pour Afro-boy [Mission avec Kirik]
» [Rp mission Avec Elsa Scarlet] Et dire qu'au départ c'était juste pour amuser la galerie.... Jerenn vs Elsa
» Mission avec un ahuri [Axel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: