RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Do I really look like a woman with a plan ? {Bryan}

avatar
Margot Woosley
Inquisiteur en Chef
Nombre de messages : 136
Célébrité sur l'avatar : Rosamund Pike
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Fév - 23:46
Nous sommes l’animation de la soirée !
Je suis comme un chien enragé qui court après une voiture, mais si j’en attrape une je ne sais pas à quoi elle me serait utile.


Lady Woosley, veuillez trouver ci-joint les plans du musée. Nous espérons qu'avec le support de la Milice : les mangemorts se tiendront à l'écart de ces précieux objets qui font notre fierté. Lord Woosley, un de nos plus grands collaborateurs, n'aurait pas tolérer un tel affront. Nous savons que vous êtes son héritière et les rumeurs disent que vous êtes toute aussi passionnée. Je vous prie Ma Dame de tout faire pour éviter une catastrophe.

Adrian rentra dans l'étude et contourna le lourd bureau en bois d'ébène pour se positionner derrière sa sœur et lire par-dessus son épaule. Un rire fit soupirer Margot. Son frère adoptif n'avait jamais eu la sensibilité pour apprécier les petites choses de la vie comme l'art. À vrai dire, elle ne savait même pas si sa propre personne pouvait encore ressentir ce genre de chose. Les fantômes de sa passé, le pouvaient. Pas la femme qui se tient droite alors qu'elle couchait sur le papier ces quelques mots :

Merci de votre coopération. Ces précieux plans vont nous permettre de mettre au point une défense. Rien n'arrivera aux objets. Nous ferons tout pour éviter une catastrophe. Vous avez raison, je suis à l'image de mon père. Je protégerais donc avec autant de ferveurs ces reliques.

« Han Margot ! Comme si tu pouvais ressentir ce genre de compassion envers des objets alors que tu ne peux pas le ressentir envers des êtres vivants !
-Envers toi, non. Envers Peter, oui. »


Réveiller le brasier de la jalousie. La meilleure arme de Margot quand son frère l'exaspérait. Adrian pinça ses lèvres, embrassa ses cheveux avant de sortir. Elle se leva pour envoyer son hibou avant d'analyser les plans et de choisir ses hommes. Elle avait une semaine pour être prête et elle le serait.

Une semaine plus tard.


Margot caressa délicatement la surface de la vitrine où étaient exposées diverses bagues. Elle s'accordait quelques instants de répit avant de repartir pour une énième ronde et ainsi protégé les convives. Elle savait que la vermine de sang-pur n'était pas loin. Ils ne l'étaient jamais. Nul doute que certains étaient déjà là, mangeant et buvant aux frais du Ministère avant de repeindre ce charmant musée en rouge et créer une pile de corps. Des forces, ils en auront besoin. Ce soir, la milice de l'Héritage couvrait l’événement. Margot n'avait jamais toléré l'échec sous son commandement. Cette soirée n'échapperait pas à cette règle. Son père ne l'aurait pas accepté. C'est vers son géniteur que ses pensées se tournaient alors que sa main rejoignait sa conjointe en entrelaçant ses doigts. N'ayant jamais été dans une école magique, c'est entre ces murs qu'elle suivait avec attention les cours d'Histoire de la magie faite par son père. Buvant la moindre de ses paroles, croyant tous ces mots qui semblaient bénits dans sa bouche. Elle aurait pu être une grande historienne de la magie ayant dans sa propre demeure des objets qui mériteraient leur place ici. Au lieu de cela, elle avait juré de défendre les sangs mêlés et les sangs de bourbe. Elle voulait servir à quelque chose et sa conviction était telle qu'elle savait que rester derrière un bureau ne pourrait pas aider le monde magique. Tout du moins, pas de façon aussi efficace et intense. Les discours et les études prenaient du temps. Le tic-tac de l'horloge était une richesse qu'elle ne s'était jamais permis de liquider sans réfléchir. Sa montre sonna. Temps de repos terminé.
Parcourant la salle de son regard perçant, sa baguette en main, elle tentait de repérer de potentiels dangers. Rester en dehors de la masse populaire pour avoir un parfait contrôle de la pièce. Voilà le début de son plan. Tout pouvait dégénérer en une fraction de seconde. Elle avait certes la confiance du Ministre, mais elle ne voulait pas savoir où était la limite de cette dernière. Si elle avait exécuté de sang-froid son père, si elle le portait parfois en dédain, une part d'elle ne pouvait s'empêcher de se demander : « Que ferait Lord Woosley ? ». Son père avait toujours eut plusieurs mouvements d'avance sur ses ennemis. Il avait donné un fragment à sa fille, mais elle était encore un diamant à l'état pur que la vie finirait de modeler. Un de ses hommes lui parla dans son oreillette. Il y avait du mouvement. Les lumières venaient à peine de s'éteindre sur la salle pour commencer la remise des titres et des récompenses. Elle ordonna à ses soldats de rester sur leur position, de rester calme. Leurs ennemis devaient attaquer en premier pour trahir leur position et rompre leur rang. Les issues de secours étaient prêtes : en moins de 5 minutes la salle pouvait être évacué si les aurors faisaient également leur travail. Par respect, Margot avait partagé son plan avec le chef de ces guerriers au service du Ministère. Elle ne leur faisait pas confiance, mais elle était littéralement les pieds et les poings liés. Levi Goldstein voulait que les deux armées travaillent ensemble alors que leur but diverge sur bien des points. C'est alors qu'elle le vit.
Son masque était presque parfait, aussi invisible que le sien. Bryan Levinson. Son père lui avait montré bien des sorciers, des figures notables chez les mangemorts. Il faisait partie de ceux qu'elle se souvenait. Ce n'est pas tous les jours, ou presque, qu'un homme tue sa femme et ses enfants de sang-froid. Lord Woosley l'aurait-il tué dans ses jeunes années comme l'avait fait Levinson avec sa famille ? Alors que ses pouvoirs étaient incontrôlables ? Selon le Chef de la Milice, cet homme est aussi insensible à la mort que sa personne. L'était-il cependant concernant la souffrance ? Une question que Margot se posa alors qu'elle se faufila pour se positionner à ses côtés. Probablement, fut sa conclusion. Comment était-il arrivé à rentrer ? Margot devait le découvrir. Son hypothèse est qu'il n'est pas encore sur la liste des personnes recherchées émise par le Ministère. Peu de personnes reconnaissent donc son visage.

« Bonsoir Bryan. »

Elle n'avait pas peur de lui parler. L'attention des gens était sur la scène. Le bruit des applaudissements et de la voix du directeur couvraient ses mots :

« Qu'avez-vous prévu ce soir ? Vous gavez de petits fours ou bien mettre un peu de piment à cette soirée et tenter une nouvelle fois de réussir l'impossible : arrivez à vos fins et satisfaire votre maître ? »

Sa baguette toujours dans sa main, sa dextre se posa sur son arme à feu. Sa meilleure amie. Elle aimait voir la fureur des mangemorts quand elle les abattait avec une arme terriblement moldu. Parfois, une balle était plus efficace qu'un sortilège.

Verrait-elle cette rage ce soir dans les yeux de Bryan ?
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Fév - 19:42
Margot Woosley & Bryan Levinson
« Que vas-tu faire ce soir ? »

La voix de l’auror était parfaitement calme, son ton n’avait rien d’accusateur et pourtant Bryan savait où elle voulait en venir. Peu désireux de dévoiler ses plans à la femme qui partageait ses nuits mais qui n’en demeurait pas moins une ennemie, il préféra détourner sa question avec cette once de sarcasme qui lui était propre.

« Si tu veux passer la soirée ici dis-le franchement.
- Tu n’as donc pas prévu d’aller au musée ?
- Ils ouvrent le soir maintenant ?
- Ne me prends pas pour une imbécile.
- Tu pourrais m’aider à y entrer en toute discrétion ? »

Pour seule réponse, Rose lui lança un livre à la figure avant de transplaner. Visiblement, il allait devoir se débrouiller par ses propres moyens. Enfin, Bellatrix et Rodolphus devaient certainement avoir un plan, à moins bien sûr qu’ils n’aient tout simplement prévu de lancer quelques Impero sur les agents du Ministère postés à l’entrée du musée. Bryan jeta un coup d’œil à sa montre et décida qu’il était temps d’aller rejoindre ses partenaires de la soirée.

***

Finalement, les trois mangemorts avaient réussi l’exploit de se fondre dans la foule qui affluait à l’intérieur du musée. Pour les Lestrange la tâche était d’autant plus ardue que leur visage figurait sur les avis de recherche du Ministère depuis des mois. Mais de toute évidence, tout s’était déroulé comme prévu puisqu’ils étaient sagement installés quelques rangs devant Bryan. Celui-ci observait Bellatrix d’un regard moqueur, il savait ô combien elle haïssait les soirées mondaines. Bryan ne les appréciait pas beaucoup plus mais sa défunte épouse avait au moins eu le mérite de l’y habituer. Balayant la foule du regard, ce n’est pas sa cible qu’il chercha en premier mais bien le charmant visage de Rose. Ne l’apercevant pas, il reporta finalement son attention sur l’archéomage qui venait d’apparaître sur scène. Ainsi c’était lui la célébrité de la soirée ? Il était bien heureux de laisser ce petit homme insignifiant entre les mains de Bellatrix et Rodolphus. Car si Bryan était ici ce soir, ce n’était pas pour s’emparer de cette jolie bague aux mystérieux pouvoirs. Devinant que tous les yeux seraient rivés sur la précieuse relique, le Seigneur des Ténèbres lui avait confié une toute autre tâche : éliminer celle qui était à la tête de la milice de l’Héritage. Margot Woosley. Une sang-mêlé chargée de traquer les mangemorts pour le compte du Ministère, autrement dit, un être des plus indésirables. Il était impératif qu’elle périsse au plus vite, on ne pouvait pas la laisser continuer à abattre les hommes de Lord Voldemort. Surtout lorsque l’on savait ce que l’Héritage, du temps de Kingfell, faisait des mangemorts. Les cadavres démembrés que l’on avait retrouvés faisaient froid dans le dos. Une salve d’applaudissements ramena soudain Bryan à la réalité. On venait de remettre une médaille clinquante et sans aucun raffinement à l’archéomage ainsi qu’à… Joyce Weather. Saleté de gamine ! C’était elle qui avait osé l’attaquer alors qu’il était passablement ivre, elle lui avait dérobé sa baguette avant de la briser sous ses yeux. Se retenant de serrer les poings, Bryan dut prendre sur lui pour ne pas lancer un Avada Kedavra à travers la foule. Après tout, Joyce méritait bien pire que la mort et il aurait bien d’autres occasions de lui faire payer son insolence. Alors que ses yeux étaient toujours rivés sur la jeune rouquine, une voix retentit tout près de lui. Tournant la tête, il constata que la sorcière qui venait de le saluer n’était autre que sa fameuse cible.

« J’ignorais que nous étions intimes au point de nous appeler par nos prénoms, Margot. Je dois avouer que je suis surpris que vous vous adressiez à moi sans aucun de vos petits soldats à vos côtés. »

Bryan avait toujours eu la fâcheuse tendance de sous-estimer les pouvoirs d’une femme. Laissant son regard descendre vers la main de Margot, il s’aperçut qu’elle n’avait pas perdu de temps pour dégainer sa baguette. Et si ce que l’on disait était vrai, elle devait aussi avoir une arme feu à proximité de son autre main.

« Si je vous le disais, je risquerais de gâcher la surprise. Quant à me gaver de petits fours, non, vous avez de jolies rondeurs mais je ne vous les envie pas. Et puis rassurez-vous, mon elfe de maison me nourrit très bien. »

Les femmes pouvaient se montrer si susceptibles lorsque l’on s’attaquait à leur physique, que Bryan s’en était donné à cœur joie. Néanmoins, il devrait veiller à ne pas trop la contrarier car si elle décidait de s’en prendre à lui, il n’aurait pas forcément le temps de sortir sa baguette flambant neuve.

« Cela dit je reconnais que vous tombez bien, je vous cherchais. Mais dites-moi, vous n’allez tout de même pas me lancer un sortilège ici-même, au beau milieu de tous ces innocents, n’est-ce pas ? Ne voudriez-vous pas que l’on aille discuter un peu plus loin, à l’abri des regards indiscrets ? »

Et surtout le plus loin possible de cette foule truffée d’ennemis. Si les mangemorts avaient fait le déplacement pour apercevoir la bague de Salomon d’un peu plus près, il était certain que les anarchistes avaient fait de même. Or, Bryan ne tenait pas vraiment à se retrouver coincer entre les sbires du Ministère et les hommes d’Hellson.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Margot Woosley
Inquisiteur en Chef
Nombre de messages : 136
Célébrité sur l'avatar : Rosamund Pike
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Fév - 19:03
Nous sommes l’animation de la soirée !
Je suis comme un chien enragé qui court après une voiture, mais si j’en attrape une je ne sais pas à quoi elle me serait utile.

Sa tête était mise à prix chez ses ennemis. Elle le savait et s'en réjouissait d'avance espérant un jour avoir un adversaire décent qui aura la talent de lui prendre la vie. Margot espérait que Voldemort n'est pas envoyé ses meilleurs hommes jusque-là. Dans lequel cas sa déception serait grande. On disait tellement de choses à propos des mages noirs que la Chef de la Milice avait envie de voir ce qu'ils pouvaient réellement faire. Combien de fois son père l'avait-elle mis en garde avec un sourire en coin ? De son vivant, il n'en avait pas peur. Tout du moins : pas assez pour effrayer l'adulte qu'était devenue Margot en sortant de sa geôle. Les mangemorts pouvaient-ils réellement surpasser l'esprit psychopathe d'un père fou d'avoir une fille incontrôlable ? Trouver d'autres façons alors inconnues pour elle de la faire souffrir ? Rien que pour sa soif de connaissance et pour assouvir sa curiosité, elle se laisserait capturé. C'est pourquoi en voyant le visage familier de Bryan, ses pas se dirigèrent vers sa personne. Il n'y avait aucune raison d'avoir peur de lui. Si jamais il attaquait en premier : cela donnerait le coup d'envoi de la riposte.

« Il faut toujours être proche de ses ennemis. Surpris ? À croire que malgré ma condition de femme, je suis plus vaillante que lui. je n'ai pas besoin de mes hommes pour me protéger ou bien me représenter. À croire que malgré ma condition de femme, je suis plus vaillante que lui. »

Un sourire se dessina sur son visage. Margot n'avait jamais compris la dévotion que les sorciers avaient pour cet homme, qui à l'image d'une déité, arrivait à bouger ses pions en la personne des mangemorts comme si tout ceci n'était qu'un jeu. Étaient-ils aveugles ou bien idiots ? Sur ce point, la jeune femme était indécise. Elle hésitait entre ces deux termes. Son regard n'avait pas quitté l'estrade, mais ses mains se refusaient à joindre les acclamations de la foule. Non. Elles étaient posées sur ses armes, prêtes à faire feu le cas échéant. C'est d'ailleurs, sur ce, sujet qu'elle demanda à Bryan quand les sbires de Voldemort et lui-même allaient passer à l'action. Ses hommes étaient prêts à refermer le piège sur eux. Elle se mit à rire alors qu'il disait que ses formes généreuses étaient séduisantes, mais pas pour sa personne.

« Vrai. J'ai toujours aimé les surprises et l'art de l'adaptation. » Faisant tourner sa baguette entre ses doigts fins, c'est sur un ton ironique qu'elle montra son amusement face aux moqueries de son interlocuteur : « Merci d'avoir remarqué mes formes, je ne savais pas que vous aviez passer du temps à m'observer. »

L'assemblée s'installa de nouveau et un nouveau discours sortit des lippes des nominés au poste d'hérault du jour. Bryan la cherchait. Était-ce l'homme que Voldemort avait envoyé pour la supprimer ? Intéressant... elle s'attendait à avoir Rodolphus ou bien Bellatrix voir même le chien de garde Greyback, mais non. Margot se tenait donc à côté de celui qui devait la supprimer. Autant faire ami ami avec le diable n'est-ce pas ?

« Vraiment ? Les grands esprits se rencontrent ! Je dois vous confesser que j'étais inquiète de la qualité du sorcier que Voldemort allait envoyé pour me supprimer. Je ne suis pas déçu. Même si au fond, je m'attendais à voir le coupe Lestrange ou bien un lieutenant. Votre Seigneur est-il assez fou pour me sous-estimer ? »

Attrapant rapidement deux coupes de champagne qui passaient par là, elle en tendit une au mangemort.

« Innocent ? Personne n'est innocent. Tout le monde à ses secrets. Au risque de vous décevoir une nouvelle fois, je ne suis pas idiote. Je vais patiemment attendre que vous fassiez une erreur : ce que vous faites toujours. Hors de question que ma Milice passe pour une armée paranoïaque qui voit le mal partout. »

Margot prit une gorgée, elle n'avait toujours pas répondu à la question de Bryan. Bien que l'idée soit tentante, elle n'avait pas envie de partir loin de la salle où le cœur du problème se trouverait. Ses hommes couvraient les autres salles du musée, ils pouvaient appeler des renforts si le besoin se faisait ressentir.

« Voulez-vous réellement priver ces gens d'une distraction ? »


Margot prit une gorgée, elle n'avait toujours pas répondu à la question de Bryan. Elle avait gardé son petit sourire, étant bien incapable de ne pas se réjouir de cette situation. Margot avait toujours aimé le jeu du chat et de la souris, il restait à savoir qui était qui dans cette histoire. Des rôles qui ne tarderont pas à s'attribuer par eux-mêmes. Terminant sa coupe, elle conclut par ses paroles :

« Mais si tel est votre choix soit. Ouvrez le chemin et voyons si vous avez un temps, soit peu, d'honneur pour m'affronter en tête-à-tête de façon loyal. »

Margot réalisa alors un détail. Les rapports d'Aaron et de l'Héritage sur les mangemorts contenaient des photos assez étrange de mutilations causés chez les prisonniers. S'éloignant de la foule, elle demanda :

« Que faisais mon prédécesseur avec les corps de vos camarades Je n'ai jamais pût obtenir d'informations quant à ce détail ? »
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Fév - 22:28
Margot Woosley & Bryan Levinson
Fallait-il véritablement être proche de ses ennemis ? Bryan n’en était pas persuadé, il préférait les voir morts tout simplement. Mais tant qu’ils vivaient, mieux valait les garder à distance selon lui. Même s’il aimait jouer avec les mots et les gens, il ne souhaitait pas que ses ennemis en sachent trop sur lui. Certaines facettes de sa personnalité n’étaient pas forcément compatibles avec sa vie de mangemort, certains de ses actes pourraient le discréditer, certaines de ses relations seraient susceptibles de se changer en faiblesses, dont ses opposants se réjouiraient d’user pour le faire tomber. Ces onze années de captivité à Azkaban l’avaient rendu plus méfiant encore qu’auparavant, et s’il se montrait parfois sarcastique c’était avant tout un réflexe d’auto-défense, destiné à créer une barrière invisible entre lui et ses interlocuteurs. Tous les moyens étaient bons pour éviter d’accroitre sa proximité avec ses ennemis.

« Évitons d’être trop proches, il serait dommage que l’on vous accuse de fraterniser avec les mangemorts. Vous n’êtes absolument pas plus vaillante que le Seigneur des Ténèbres, vous n’incarnez pas le même rôle que lui. C’est un sorcier exceptionnel, le leader d’une révolution. Il n’est pas dans ses attributions d’assister à de vulgaires mondanités. De plus, je trouve que je le représente parfaitement bien. »

Bryan avait parfois la fâcheuse habitude d’enfreindre certaines règles imposées par son maître, mais il ne manquait jamais une occasion de glorifier sa personne lorsque l’on s’en prenait à lui. Il avait juré de donner sa vie pour lui et de toujours défendre son honneur. C’était bien la seule promesse qu’il était capable de tenir.

« Si vous aimez tant les surprises, pourquoi ne pas rejoindre nos rangs ? Je suis certain que vous vous plairiez parmi nous. » Constatant que la Chef de la milice avait plus d’humour qu’il ne le pensait, Bryan afficha un sourire en coin. « Vous êtes l’une des rares femmes présentes ce soir, il faut bien que j’observe quelque chose. »

L’éducation de Bryan ne lui avait pas appris à accorder beaucoup de considération aux femmes, ce qui expliquait pourquoi il parlait parfois d’elles comme s’il ne s’agissait que de simples objets décoratifs. Sauf qu’en cet instant, la sorcière qui lui faisait face était bien plus rusée qu’il ne voudrait bien l’avouer.

« Détrompez-vous, je ne suis pas ici pour vous supprimer, je veux simplement discuter. Le Seigneur des Ténèbres ne vous craint pas, vous l’indifférez à tel point qu’il ne désire même pas votre mort. Mais si je ne vous conviens pas, je peux demander aux Lestrange de vous rendre une petite visite, ils seraient ravis de converser avec vous. »

Bryan servait des mensonges avec une aisance naturelle, son père lui avait quasiment appris à ne jamais dire la vérité. Margot n’y croirait peut-être pas mais au moins il aurait essayé de la duper. Avant de lui répondre, elle attrapa deux coupes de champagne et lui en tendit une. Bryan la saisit sans un mot. Il n’était pas certain de ce qu’il devait en faire, la laisser discrètement dans un coin sans y toucher était l’option la plus sûre car un homme qui a un tel penchant pour l’alcool ne peut résister à un autre verre lorsqu’il en a vidé un. Or, il n’était pas prudent de s’enivrer au beau milieu d’une mission. Margot devait parfaitement savoir ce qu’elle faisait, mais si elle espérait jouer de cette faiblesse pour prendre le dessus sur Bryan, elle allait devoir s’armer de patience car il lui faudrait bien plus qu’une coupe de champagne pour qu’il perde ses esprits.

« Je n’ai pas dit que vous étiez une idiote, je n’oserais pas vexer une femme. » Un sourire moqueur se dessina à nouveau sur ses lèvres. « Oui, tout le monde a ses secrets, je suppose d’ailleurs que vous connaissez certains des miens. Il serait donc tout à fait normal que vous me confiez une partie des vôtres afin que nous soyons tous deux à égalité. »

Bryan ne releva pas le reste de ses propos, oui il était vrai que les mangemorts finissaient toujours par commettre une erreur. La trahison, la faiblesse et l’incapacité de certains hommes de Lord Voldemort étaient fatales à ses glorieux projets.

« Je doute fort qu’une simple conversation soit d’une grande distraction pour tous ces gens. Ce qui se passe sur scène est bien plus important que notre petite entrevue. »

Les moldus prétendaient que le diable avait deux visages. Lorsque l’on apercevait le monstre qui se dissimulait derrière les sourires hypocrites et les belles paroles de Bryan, on ne pouvait qu’approuver cette croyance. Mais alors que Margot venait de finir sa coupe de champagne, le mangemort lui n’avait toujours pas touché à la sienne.

« Ne vous en faites pas, l’honneur des sangs-purs coule dans mes veines. Je n’affronterai pas une femme alcoolisée. »

Sur cette énième provocation, Bryan osa lui tourner le dos avant d’aller s’écarter de la foule. Alors que la Chef de la milice eut l’audace d’aborder le sujet des expériences de Kingefell, le mangemort s’éloigna de la salle de cérémonie d’un pas rapide et pénétra dans une pièce adjacente ornée de grands tableaux. Lorsque Margot fut à nouveau à proximité, il se donna la peine de lui répondre à sa façon.

« J’ignore ce que ce gamin faisait des cadavres de ses prisonniers. Je ne m’intéresse pas aux morts, ils ne sont d’aucune utilité pour notre cause. Mais pourquoi la Chef de la milice ignore-t-elle ce genre de détails ? Laissez-moi deviner, l’Héritage ne vous considère pas comme un personnage suffisamment important et estime que vous n’avez pas besoin de savoir ce genre de choses ? »

Bryan fit tournoyer le champagne en remuant légèrement la coupe d’un faux air distrait.

« Vous voulez la mienne peut-être ? J’ai constaté que vous aviez rapidement descendu la vôtre. Le champagne cela fait si… moldu. Un whisky pur-feu aurait été un meilleur choix. »

Le mangemort avait toujours adoré changer de conversation toutes les cinq minutes. C’était une façon de montrer à ses interlocuteurs qu’il pouvait être imprévisible, qu’il pouvait être là où on ne l’attendait pas.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Margot Woosley
Inquisiteur en Chef
Nombre de messages : 136
Célébrité sur l'avatar : Rosamund Pike
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Mar - 19:04
Nous sommes l’animation de la soirée !
Je suis comme un chien enragé qui court après une voiture, mais si j’en attrape une je ne sais pas à quoi elle me serait utile.

Margot ne faisait que mettre en application les conseils de son défunt père. De ses ennemis, il en faisait des amis. Le seul moyen à ses yeux pour pouvoir avoir une vue d'ensemble. De plus, dans la vie, il y avait toujours des adversaires, autant les connaître n'est-ce pas ? Lady Woosley se tenait à ce principe. Si Bryan était bel et bien celui que Voldemort avait envoyé pour la supprimer : elle saurait s'en faire un « ami » pour mieux le détruire au moment opportun. Peur ? De quoi aurait-elle peur ? Elle qui avait été plus d'une fois aux portes du Paradis ? Elle avait une vie après la mort qui l'attendait. Une vie bien meilleure probablement que ces trente-cinq années d'errances. Bryan tenta de tourner la phrase à son avantage, soumettant l'idée que les collaborateurs de Margot pourraient prendre cette discussion pour une trahison.

« Oh ne vous en fait pas pour moi. Ils savent qui je suis, ma réputation, qui était mon père. Cela vaut toutes les argumentations. On ne peut pas en dire autant de votre pseudo Seigneur. Une révolution ? Vraiment ? N'a-t-il pas repris les idées des faucheurs ? L'idée de prôner les sangs-purs n'est pas nouvelle. N'avez-vous donc pas suivi des cours d'Histoire ? Néanmoins, je concède que vous le représentez bien. Vous avez meilleur allure tout du moins. »

Margot n'avait pas manqué de souligner le fait qu'il n'avait nullement le droit de se faire appeler Seigneur, ne possédant plus de terre à l'instant où son nom à changer. Elle n'avait pas non plus résisté à l'envie de taquiner son vis-à-vis en le complimentant sur son apparence de façon indirecte. Il n'y avait pas à dire : ce mangemort avait un style particulier. Ce n'était pas tant son costume, mais son aura qui le distinguait des autres. Elle s'amusait à penser qu'elle aurait pu tomber sur pire avant de se réprimander et de se rappeler ses enseignements. La plus belle bouche est souvent la plus fatale. Bryan supposa l'impensable. Même elle n'a jamais eut cette idée. Cela lui arracha naturellement un rire qu'elle tenta de contenir en posant délicatement sa main devant sa bouche.

« Vous seriez déçu de voir auquel point je suis insipide. Je ne suis pas idiote, même si la couleur de mes cheveux peut porter à confusion, je sais ce que vous réservez aux personnes qui partagent mon sang. Je ne vous ferais pas l'honneur de ma présence dans vos rangs. Désolée de vous décevoir. En revanche, je suis ravie de satisfaire vos yeux et de vous donner ne serait-ce qu'un peu de plaisir. Profitez-en, cela ne va pas durer. »

Discuter. Bryan serait-il donc un homme de lettres plutôt que de sortilèges ? Devait-elle vraiment avaler ces couleuvres ou bien se méfier de ces mots comme de la peste ? Margot indifférait-elle réellement celui qui se prétendait Maître des sangs-purs ?

« Si Rodolphus à bonne allure, je refuse de respirer l'haleine de la morue qui prétend être son épouse. Nan... Je crois que je commence à m'habituer à vous assez pour ne pas avoir envie de vous mettre une balle entre les deux yeux, là, maintenant tout de suite. »

Un sourire ironique se dessina sur ses lèvres. Une esquisse presque forcée qui montrait bien au combien elle prenait plaisir à faire cette joute verbale avec un opposant digne de ce nom. Tant que les mangemorts dans l'assemblée restaient tranquille, elle pouvait savourer ce moment de « détente ». Margot espérait en savoir plus ce possible nouvel ennemi. Elle venait d'apprendre qu'il était un bon menteur. Sa réputation avait dû atteindre depuis longtemps les oreilles de Voldemort. Personne ne savait ce qu'elle faisait avec les mangemorts capturés. Si certains étaient exécutés publiquement, elle gardait en réserve les meilleurs. Seul un fou serait assez imbécile pour ne pas envoyer quelqu'un la supprimer. Si la vie avait appris une chose à Margot, c'est que les leaders des partis politiques n'étaient pas stupides. Bien au contraire. Il fallait de la ruse et du génie pour pouvoir arriver à cette position sociale. Ainsi ; elle ne sous-estimait pas le Seigneur des Ténèbres qu'importe sa méprise à son égard. Attrapant au vol des rafraîchissements elle en tandis une à son ennemi par pure politesse. Tandis qu'il affirmait qu'elle savait ses secrets, il remarqua qu'il ne savait rien d'elle. Quelque chose de commun quand on connaissait Margot. Elle n'était pas le genre de femme superficielle à conter sa vie à tout bout de champ. Elle avait son jardin secret, son Eden intérieur. Le public ne savait qu'une partie ou bien croyait des mensonges.

« Le problème n'est pas de me confier à vous. Il réside dans le fait de me croire ou pas. Cela sera un challenge des plus intéressant. »

Alors que Margot s'attendait à un duel en direct rompant les discours ennuyants et mondains : il n'en fut rien. Non. Au lieu d'accepter la proposition d'une confrontation Bryan affirma que leur discussion ne sera guère intéressante pour l'assemblée. Souhaitait-il réellement converser avec Margot ou bien était-ce un piège ? Ne perdant pas la face, elle enchaîna rapidement pour ne pas laisser son ennemi se douter de sa confusion.


« Quel dommage, je voulais leur donner un avant-goût. Enfin... Je suppose que cela attendra n'est-ce pas ? À croire que la conversation est un atout bien plus important qu'il n'y paraît pour rentrer dans votre ordre de grand méchant magicien. »

Nouvelle risette. Margot ne pouvait afficher une expression froide et distante. Pas alors qu'elle prenait un plaisir certain à jouer sur les mots et à être aussi piquante. Non. Terminant sa coupe de champagne, elle décida de se jeter dans la gueule du loup. Si le malheur devait tomber sur elle, le plus tôt sera le mieux pour recouvrer ses forces et ainsi revenir dans la salle rapidement.

« C'est exactement pour cet « honneur » que je suis heureuse de ne pas être un sang-pur. Vous devez franchement vous ennuyer pour rester sur des valeurs aussi idiotes que celle-ci. »

Bryan lui offrit son dos. En temps normal, elle en aurait profité et se serait jeter sur l'occasion pour le supprimer. Pourtant, la curiosité empêcha son bras d'enlever le cran de sécurité de son arme. Suivant donc le sorcier, elle se permit d'admirer les peintures aux murs. Elle en avait presque oublié sa question concernant les mangemorts capturés par Aaron. Elle se garda bien de dire ce qu'elle faisait de ses victimes. Bryan le saurait tôt ou tard. Ne se sentant nullement offusquer par les paroles de Bryan, son regard continua de parcourir les murs.

« Je suis Chef de la Milice en effet, nous travaillons avec l'Héritage certes, mais également avec le Ministère. Vous pensez bien que tout n'est pas dévoilé. Nous sommes des soldats. Les décisions sont prises pour nous. Même si je pouvais avoir accès à ce genre d'informations, je ne les utiliserais pas. Comme vous, je ne m'intéresse pas aux cadavres, mais aux potentiels sorciers qui peuvent s'ajouter à la liste des morts. »

Reportant son attention sur Bryan, elle s'étais débarrassée de la coupe. Sa main avait repris sa place sur la baguette. Son pouce sur la gâchette de sécurité était prêt à l'enlever.

« Quel gentleman vous êtes Bryan. Je n'aurais pas pensé cela d'un sbire comme vous. Je me vois dans l'obligation de refuser. Je ne voudrais pas manquer le spectacle de votre échec plus tard dans la soirée. »

Sourire. Margot irait dès demain se confesser pour cet amusement digne des serviteurs de Satan. Elle jouait avec le feu. Oui. Bryan était son aîné, un sorcier qu'elle ne devait pas prendre à la légère. Pourtant, elle ne pouvait pas s'empêcher.

« Je suis persuadée que nous pouvons trouver cela. Bien que le palais des convives ne soit pas habitué à ce genre de breuvage. La prochaine fois que nous nos verrons peut-être. Les mœurs s'apaisent toujours autour d'un bon verre. »

Parcourant la salle, Margot fut presque soulagée de remarquer qu'ils étaient seuls. Au moins, elle n'avait pas à pensé à la protection des autres. Pour une fois. Non. Elle pouvait porter toute son attention sur son ennemi.

« Parlons voulez-vous ? Je vous pose une question, vous m'en posez une. Qu'en pensez-vous ? » Sans laisser lui laisser le temps de formuler une réponse, elle enchaîna : « Êtes-vous un lieutenant de Tom Jedusor ? Je ne me souviens pas vous avoir vu dans la hiérarchie que nous avons de votre clan. Peut-être que je me trompe... »
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Mar - 15:21
Margot Woosley & Bryan Levinson
Bryan n’aimait guère qu’on lui tienne tête. Mais lorsqu’une femme, sang-mêlé de surcroit, avait l’audace de s’obstiner à le contredire, le mangemort avait tout simplement des envies de meurtre plus prononcées que d’ordinaire. Margot Woosley était bien trop sûre d’elle, son grade ne lui conférait aucune protection particulière, si le Seigneur des Ténèbres voulait sa mort, alors il l’aurait.

« Cessez de croire naïvement que la réputation de votre père vous assurera toujours l’obéissance et le respect de votre entourage. Après tout, vous n’avez pas véritablement fait vos preuves, rien ne dit que vous êtes à la hauteur de votre géniteur. Quant aux faucheurs, il ne sert pas à grand-chose de les mentionner, ils n’ont fait qu’émettre des idées pour lesquelles le Seigneur des Ténèbres s’est toujours vaillamment battu. Lui seul a fait avancer notre cause. »

Bryan ne jugea pas utile de s’attarder sur le fait que contrairement à ce que Margot semblait penser, il avait bel et bien suivi des cours d’Histoire de la Magie, et que ceux-ci comptaient parmi ses enseignements préférés. Il ignora également cette étrange réplique qui lui avait paru être une sorte de compliment. Il ne comprenait pas bien où elle voulait en venir en se montrant si… aimable. Si elle croyait qu’elle parviendrait à l’amadouer en flattant son égo, elle serait déçue du résultat. L’allusion de Margot à sa couleur de cheveux semblait être une plaisanterie moldue qui échappait totalement à Bryan. Néanmoins la suite de ses propos attira particulièrement son attention, ou plutôt son irritation. S’imaginait-elle réellement qu’un sang-pur comme lui pouvait éprouver du plaisir à observer les courbes d’une sang-mêlé ?

« Je n’ai pas dit que j’appréciais ce que j’avais sous les yeux. Vous devez être bien prétentieuse pour songer que vous pouvez me donner du plaisir. Votre corps ne me satisfera que lorsqu’il sera à l’état de cadavre. »

La politesse hypocrite qui avait animé la conversation jusqu’alors venait de s’envoler en un instant. Mais Bryan se plaisait à jouer les faux semblants, aussi recommencerait-il sûrement à plaisanter comme si de rien n’était. Il se retint de sourire lorsque Margot compara Bellatrix à une morue, lui non plus ne la portait pas dans son cœur.

« N’y a-t-il donc que l’allure qui vous intéresse ? Je pensais que votre père vous aurait appris à ne pas vous fier aux apparences. Avouez plutôt que vous craignez Bellatrix. Bryan fit une pause, son regard glissa vers le pistolet de Margot. Même si vous aviez envie de me tirer dessus, il faudrait encore que vous en soyez capable. »

S’il continuait à la provoquer de la sorte, il était probable que la Chef de la Milice change d’avis et décide de lui loger une balle entre les deux yeux, ici-même, au beau milieu de l’assemblée. Mais Bryan était téméraire, il avait la fâcheuse tendance de se mettre constamment en danger. Cependant, Margot ne parut pas vouloir lancer l’offensive tout de suite. Elle enchaîna avec quelques nouvelles piques, qui eurent le mérite d’amuser le mangemort.

« Rassurez-vous, ma vie est loin d’être ennuyeuse. Les gens comme vous constituent une source inépuisable de divertissement. »

Bien entendu, cela n’avait rien d’un compliment mais Bryan avait prononcé ces quelques mots avec le sourire. Alors que l’attention de Margot était rivée sur les peintures qui ornaient les murs, le mangemort se dit qu’il avait là une excellente occasion de l’exécuter. Mais il n’en fit rien. Il était encore tôt, alors pourquoi ne pas continuer à s’amuser encore un peu ?

« Vous êtes incroyable, Margot ! Je vous propose de converser en toute innocence et voilà que vous posez à nouveau vos doigts sur vos armes. Cela ne me parait pas très fair-play. Votre méfiance m’attriste. »

Non, Bryan n’avait pas peur d’être dans l’excès, il aimait jouer sur les mots, accentuer les émotions. Et visiblement, c’était réciproque. Margot prétendait qu’il était un gentleman, c’était bel et bien la première fois qu’on le qualifiait ainsi. Et pourtant, il ne releva pas. La provocation qui suivit rembrunit instantanément son humeur. Les mangemorts n’échoueraient pas ce soir. Ils ne le pouvaient pas.

« La prochaine fois que nous nous verrons… Il ne faudrait pas que cela devienne une habitude. Pensez-vous réellement que je vous consacrerai à nouveau de mon temps à l’avenir ? »

Bryan escomptait bien lui ôter la vie ce soir. Sinon c’est la sienne qui risquait d’être mise en péril par la colère de Lord Voldemort. Mais avant même d’avoir eu le temps de penser aux conséquences que son échec pourrait entrainer, Margot lui proposa une sorte de jeu, auquel il pouvait avoir beaucoup à gagner.

« Si vous posez cette question, j’en déduis que vous ne connaissez finalement pas grand-chose de mon existence. Je vous pensais mieux renseignée. Mais qu’importe, votre petit jeu peut s’avérer plaisant alors je vais répondre honnêtement à vos questions et j’espère que vous en ferez de même. Je ne suis pas un lieutenant du Seigneur des Ténèbres. »

Et comment pourrait-il l’être ? Aux yeux du Lord, Bryan était bien trop fourbe et égoïste pour devenir lieutenant. Voldemort ne pourrait jamais l’honorer de sa confiance. Les Levinson lui étaient toujours apparus comme des êtres hautains, plaçant toujours leurs propres intérêts avant ceux de leur maître.

« Dans quel camp êtes-vous ? »

Telle était la première question qui vint à l’esprit de Bryan. Puisque la Milice semblait prisonnière entre le Ministère et l’Héritage, le mangemort était curieux de savoir envers qui allait véritablement l’allégeance de mademoiselle Woosley.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Margot Woosley
Inquisiteur en Chef
Nombre de messages : 136
Célébrité sur l'avatar : Rosamund Pike
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Avr - 18:48
Nous sommes l’animation de la soirée !
Je suis comme un chien enragé qui court après une voiture, mais si j’en attrape une je ne sais pas à quoi elle me serait utile.


Théodore n'avait jamais eut le désir de rendre sa fille raisonnable ou bien douce et discrète. Le dernier mot, elle adorait l'avoir et ce n'était un sbire de Voldemort qui lui faisait peur. Elle en mangeait tous les matins avec son café. Bryan n'échappait pas à la règle. Si seulement il savait qui elle était. Son statut, son rang. Elle était une Lady : reconnue par la noblesse moldu et des sorciers.

"Je suis beaucoup de choses Monsieur Levinson, certainement pas naïves. J'ai dû perdre cette candeur aux alentours de ma douzième année. Mes preuves, je les ai faites en asservissant ou bien en envoyant en prison vos amis. Vous n'avez pas oublié Azkaban n'est-ce pas ?"

Margot avait été quelques fois dans cet endroit lugubre. Elle ne fait, faisait, absolument pas confiance à ses gardiens. Les détracteurs ne sont pas de leurs côté. Ils servent le mal. Voldemort pas définition. Pourtant, il fallait avouer que leur présence inspirait la peur et cela était bien plus fort que la souffrance selon elle. Bryan pouvait dire ce qu'il voulait à propos des Faucheurs : ils étaient là bien avant Voldy, ils sont l'origine de ses idées. Un détail que beaucoup oublient, comme beaucoup de choses. À choisir, Margot craignait plus ces sorciers que les mangemorts. L'Histoire leur avait donné un crédit que jamais les mages noirs n'auront. Pendant des siècles, ils avaient semé la terreur. Ces autres choses que les quelques décennies des mangeurs de mort. Il n'y avait aucune animosité dans sa voix. Bien au contraire, elle était aimable et polie. Margot est une fille de bonne famille qui sait tenir son rang même si en face, elle avait le pire enfoiré de la terre. Elle ne s'abaisserait jamais à leurs niveaux. Faisant allusion à sa couleur de cheveux, elle fit une remarque on ne peut plus moldu qui semblait être inconnue au sorcier. C'était en ce point qu'elle était bien plus puissante que Bryan. Contrairement à lui, elle ne sous-estimait jamais ses ennemis. Elle pouvait se fondre dans la populace du monde non-sorcier sans qu'on puisse la trouver. Elle n'avait pas besoin d'être métamorphe. Juste Amish de naissance. Haussant ses épaules alors qu'il semblait s'offusquer à l'idée d'être attiré par un corps "impurs". Ce détail n'était pas marqué sur son corps recouvert d'une peau opaline. Si elle faisait couler le sang du sorcier, puis le sien pour les comparer : aucune différence ne pourra être vue.

"Au moins, il vous apportera un temps, soit peu de plaisir."

Marchant comme une enfant, mettant un pas après l'autre, elle s'amusait. Oui. Margot avait le pouvoir. Le contrôle sur la situation. Qu'importe que Bryan soit persuadé du contraire. Ses hommes étaient partout. Son armée était bien plus dangereuse et ses soldats étaient bien plus nombreux qu'il n'y paraissait. Voldemort pouvait-il en dire autant ? L'hypocrisie reprit le dessus tandis qu'elle critiquait Bellatrix.

"Les apparences font tourner le monde rond. Elle rassure les faibles et endort les sens. On peut dire beaucoup de choses d'une personne en l'observant. C'est ce que mon père m'a appris. Quant à l'amie que je tiens dans ma paume, je la crois bien plus capable de tuer que le morceau de bois qui me sert de baguette. Après tout, elle peut se briser n'est-ce pas ? Il parait que vous en avez fait l'expérience..."

Elle retenit à peine son rire. Tout se savait. Margot avait une armée dans l'ombre qui pouvait dire tout, sur tout le monde. Elle tenait dans sa mémoire des dossiers sur tout le monde. En particulier sur les membres de la haute-sphère. Elle s'amusait. C'est pour cette raison seulement que sa carcasse de mage noir ne se trouvait pas au sol. Margot avait toujours eut une passion pour l'art. Sa maison était d'ailleurs remplie de chef-d'œuvre. Une collection faite par ses ancêtres et entretenue par ses soins.

"Me voilà donc rassurée. Votre espèce rend ma vie palpitante. Une fois disparue, je devrais trouver une autre source de plaisir, mais surtout de nouvelles cibles vivantes."

Oui, elle lui tournait le dos. Non, elle n'avait pas peur qu'il la tue. Qu'il ose faire cela et une armée mettrait tout en œuvre pour le tuer à petit feu. Lui et toute la vermine se sont ses camarades. Elle avait appris à ne plus craindre la mort. Son père avait pris soin de lui enlever tout sentiment, cela incluait la peur.

"Désolée. Les mauvaises habitudes ont la vie dure. Elles sont un peu comme votre espèce : on croit qu'elles sont parties et elles reviennent comme du chiendent."

Bien sûr que cela deviendrait une habitude. Si sa mission était de la supprimer : il devrait la revoir encore et encore pour la mener à bien. Ce n'était certainement pas aujourd'hui qu'elle allait mourir. Non. Elle ne voulait pas rater un nouvel échec de la part des mangemorts. Chaque défaite était comme du miel dans sa bouche et son esprit.

"Aussi certainement que votre Seigneur restera toujours un moins-que-rien impuissant. À moins que ce dernier, las de vos échecs vous supprime. Dans ce cas, nous ne nous reverrons pas en effet."

Margot lui faisait maintenant face et un sourire à la fois amusé et arrogant pavanait sue son visage de porcelaine. Qu'il devait être déprimant pour Bryan de faire partie d'un rassemblement politique aussi inutile que les mangemorts. Leur temps était révolu. Il fallait qu'ils acceptent cette idée. Jouant au jeu des questions/réponses, elle espérait bien éclaircir les dernières zones d'ombre dans le dossier de ce sorcier. Faire croire à Bryan qu'elle avait bluffé était un coup de génie. Prenant note de sa réponse, elle hocha silencieusement de la tête lorsqu'il lui demandait d'être aussi honnête que lui.

"Le mien. Je suis fidèle à mes hommes, aux dogmes de la famille. Officieusement, je suis dans le camp de ceux que personne ne protège. Officiellement, je suis du côté de Ministre."

On ne pouvait pas dire qu'elle ne faisait pas preuve d'honnêté. S'installant sur la banquette près d'eux, elle croisa ses jambes et posa un de ses bras sur le dossier.

"Avez-vous réellement tué votre femme et vos enfants ?"
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Avr - 21:50
Margot Woosley & Bryan Levinson
Margot Woosley était bien renseignée, on ne pouvait le nier. Bryan était même pratiquement prêt à avouer qu’elle était une femme très rusée. Elle comprenait que passer par Azkaban constituait une expérience atrocement marquante, dont elle pouvait se servir pour affaiblir ses ennemis mangemorts. À la mention de ce qui était son épouvantard, Bryan dut prendre sur lui pour ne laisser aucune émotion transparaître sur son visage. Seule sa mâchoire se contracta un bref instant.

« En effet, je n’ai pas oublié mon séjour là-bas. Il se refusait encore à prononcer ce nom qui ne lui rappelait qu’horreur et désespoir. Ce serait d’ailleurs un plaisir de vous faire personnellement visiter les lieux, mademoiselle Woosley. »

Bryan persistait à la considérer comme une enfant qui ne connaissait rien du monde dans lequel elle évoluait. Et à la voir insister si lourdement sur le fait qu’il puisse la trouver à son goût, le mangemort trouva qu’elle se comportait bel et bien de manière puérile. Mais qu’importe, ce n’était pas la première fois qu’il devait faire preuve de patience avant de pouvoir mettre ses menaces à exécution. Il avait d’ailleurs constaté que plus il attendait avant d’ôter la vie à quelqu’un, meilleures étaient les sensations lorsqu’il voyait ses cibles succomber. Et il était persuadé que Margot ne dérogerait pas à cette règle, il savait d’avance qu’il prendrait un malin plaisir à l’envoyer six pieds sous terre. Il serait bien passé à l’action lorsque la Chef de la Milice évoqua l’air de rien la baguette que la gamine Weather avait brisée sous ses yeux. Mais il était encore trop tôt pour se débarrasser de Margot, elle pouvait encore lui fournir de précieuses informations. Aussi Bryan laissa-t-il –à contrecœur- sa colère de côté.

« Vous croyez votre arme plus capable de tuer qu’une baguette magique ? J’en déduis que vous ne m’avez jamais vu à l’œuvre. Mais ne vous en faites pas pour moi, je suis un homme plein de ressources, ce n’est pas une baguette brisée qui va m’arrêter. »

La perte de sa baguette ne l’avait pas anéanti, bien au contraire, elle l’avait tout simplement rendu furieux. Mais face à Margot, Bryan gardait son calme. Il était habitué à ne pas réagir au quart de tour aux diverses provocations, son père lui avait appris à rester fier et digne, peu importe les circonstances. Le mangemort voyait clair dans le jeu de son adversaire, elle essayait de dénicher la moindre de ses faiblesses pour la retourner contre lui. Mais qu’elle ne s’y trompe pas, il en faudrait plus pour l’intimider.

« Je suis ravi de rendre votre vie palpitante. Je n’aurais jamais imaginé que mon existence puisse vous procurer du plaisir. »

Lui aussi pouvait jouer à ce jeu-là et il n’allait pas s’en priver.

« Le Seigneur des Ténèbres est un homme patient, il ne se lasse pas si aisément. Je crois donc avoir encore quelques années devant moi. Reste à savoir si vous resterez en vie assez longtemps pour que l’on se revoie. »

Il avait beau mépriser sa fonction ainsi que la nature de son sang, Bryan savait pertinemment que Margot n’était pas stupide. Il ne servait donc plus à rien de prétendre qu’il n’avait pas pour mission de l’éliminer.

« Fidèle à vos hommes… vous ne différez pas beaucoup du Seigneur des Ténèbres en fin de compte. Ironie, quand tu nous tiens… Tout le monde est protégé par quelqu’un, n’essayez pas de vous octroyer le rôle de sauveuse de l’humanité. Même les faibles ont un protecteur. »

Bryan n’était pas satisfait de la réponse de Margot. Elle était bien trop vague pour être honnête. Il n’aimait pas qu’on lui serve d’aussi piètres mensonges. Néanmoins la question suivante l’amusa quelque peu, bien qu’aborder le sujet de sa famille le contrariait toujours. Il détestait se rappeler qu’il avait épousé une sang-mêlé. Margot s’étant assise sur une banquette, Bryan la toisa de haut avant de répondre.

« Vous ne m’en croyez pas capable ? Vous pensez que je ne suis pas suffisamment fou pour commettre de tels actes ? Vous êtes bien la première à douter de ma culpabilité, mais si vous y tenez je peux vous fournir de nombreux détails aux sujets de ces meurtres. »

À vrai dire, il ne se souvenait pas très précisément de l’assassinat de ses enfants. Ils n’étaient que des victimes parmi des dizaines d’autres qu’il avait laissées dans son sillage ce soir-là. Quant à la mort de sa femme, ce n’était plus qu’un vague souvenir que les détraqueurs avaient peu à peu dévoré. Seuls des cris de terreur demeuraient dans sa mémoire. Mais alors que les images du cadavre de son épouse se multipliaient dans sa tête, Bryan ressentit le besoin de vider sa flute de champagne d’un trait. Car il savait ce que ces souvenirs-là précédaient toujours. Azkaban. Ses hauts murs froids et sinistres finissaient toujours pas ressurgir dans son esprit. Le goût de l’alcool, aussi léger fut-il, le ramena à la réalité.

« Êtes-vous mariée, Margot ? »

Ce n’était absolument pas une technique de drague quelconque. Ce que Bryan espérait réellement savoir c’est s’il existait une personne à laquelle la Chef de la Milice tenait particulièrement. Oh bien sûr, elle n’était pas obligée de lui dire la vérité, mais Bryan scruterait attentivement son regard lorsqu’elle répondrait à sa question, dans l’espoir d’y déceler une étincelle d’honnêteté. Car si Margot avait été assez stupide pour s’attacher à quelqu’un, cela pourrait constituer une première faiblesse à exploiter.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Margot Woosley
Inquisiteur en Chef
Nombre de messages : 136
Célébrité sur l'avatar : Rosamund Pike
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 9 Avr - 13:59
Nous sommes l’animation de la soirée !
Je suis comme un chien enragé qui court après une voiture, mais si j’en attrape une je ne sais pas à quoi elle me serait utile.


Il fallait savoir connaître ses ennemis au moins aussi bien que ses amis. N'en ayant pas cependant, Margot se trouvait dans la position délicate de détester ses ennemis autant qu'elle pouvait aimer ses frères. Ce qui dans leur cas n'était pas une bonne chose, car elle savait tout de sa fratrie. De facto, elle devait tout savoir de ses ennemis. Ainsi, après avoir entendu la rumeur que le Lord avait personnellement envoyé un de ses sbires sur sa piste, elle s'est mise en tête de tout savoir de ce sorcier. Bryan Levinson. Condamné à Azkaban pour entre autres être complice du Seigneur des Ténèbres, mais particulièrement à cause du barbarisme qu'il a montrer en assassinant femme et enfants. Comment pouvait-on faire cela ? Qu'importent ses raisons, il était coupable aux yeux de Margot qui ne touchait jamais aux enfants et aux bébés. Une abomination. On ne devait pas prendre une créature aussi innocente, un être humain si jeune que Dieu n'a pas eut le temps de donner un dessein pour sa vie. Pas même une esquisse. C'est donc avec méprisance qu'elle avait attendu ce moment où elle rencontrerait celui qui allait devenir tôt ou tard un de ses ennemis préférés. Pourtant, face à cet homme, elle se rendait compte que les joutes verbales étaient bien plus excitantes qu'un duel. Bryan en avait sous la caboche et la Chef de la Milice avait compris qu'il ne lâcherait rien. Un détail qui la ravissait au plus haut point et comblait toutes ses espérances. Aussi, elle voulait voir jusqu'où elle pouvait pousser le vice.

« J'accepte avec plaisir, Monsieur Levinson. J'y suis déjà allée, mais je suppose qu'avec les commentaires d'un survivant cela sera d'autant plus amusant et pédagogique. Je vois que vous êtes impatient d'y retourner. C'est bon à savoir. »

Aucune personne saine d'esprit ne voulait retourner dans cet endroit. Continuant sur le même ton, elle montra à son vis-à-vis qu'il y en avait bien plus sous sa chevelure blonde qu'on ne pouvait le croire. Non pas qu'elle comptait fraterniser avec l'ennemi, elle avait déjà assez des deux grands enfants au manoir, mais il se trouve que le charme de Bryan n'est pas à refaire. Alors pourquoi se priver d'une bonne taquinerie... Entre ennemis. Continuant sur le même ton, elle montra à son vis-à-vis qu'il y en avait bien plus sous sa chevelure blonde qu'on ne pouvait le croire. Elle avait des yeux partout, de jour, comme de nuit.

« Je n'en attendais pas moins de vous Bryan. »

Qu'il serait ennuyant de ne pas avoir un sorcier digne de ce nom en face d'elle. Margot n'avait pas peur de la mort, des duels, des blessures et de la souffrance. Cependant, si elle devait mourir, elle voulait succomber sous la main d'un très bon sorcier. Non un magicien de pacotile comme elle avait pût voir au court de sa vie. Son but, en soulignant l'efficacité de son arme à feu, était de faire croire à tous qu'elle ne se débrouillait pas bien avec une baguette. Apparaitre inoffensive sur un point de vu magique pour mieux sauter sur l'occasion de montrer son talent. Une femme devait toujours savoir comment cacher son jeu ! Contente de ne pas avoir désarçonné son antagoniste, elle tentait néanmoins de chercher sur son visage la moindre trace de colère, de haine. Rien. Levant les épaules au ciel avec un sourire malicieux, plaidant de ce fait coupable que Bryan venait d'égayer sa soirée.

« Patient, je n'en doute pas ! Quand on essuie autant d'échec que sa personne, il faut réellement prendre son mal en patience. Ne vous en faites pas pour moi Monsieur Levinson, je suis pleine de ressource. Vous le comprendrez tôt ou tard, à vos dépens ou à votre avantage. »

Laissant plâner mes mots, mon regard était toujours posé sur lui. Elle répondit sincèrement à Bryan. Oui, elle était fidèle à ses hommes et aux enseignements de son père. Le fait que son adversaire montre son sceptisisme la faisait tiquer. Ses lèvres se pincèrent donc en signe de réponse.

« A la seule différence que je suis sur le terrain avec mes soldats, que je suis prête à mourir à leur côté. Je ne les envoie pas faire les larbins. Je n'ai pas cette prétention, ne l'aurait jamais, mais si je peux restaurer un peu d'ordre dans ce monde Anarchique alors je m'emploierai à le faire. Nous ne sommes pas éternels, la postérité nous rend immortels. Je ferais donc en sorte d'être en paix avec moi-même et la communauté magique le jour de ma mort. »

Ce fut au tour de Margot de sonder le mangemort. Elle n'hésitait pas à revenir fouiller dans le passé. Elle voulait savoir le fin mot de l'Histoire. Elle n'était pas le genre de jeune femme à se contenter des informations couchées sur un papier. Elle voulait entendre les faits de vive-voix. Tellement plus aisé de discerner ainsi le mensonge de la vérité. Maintenant assise, elle attendait patiemment une réponse de sa part.

« Faites mon cher, montrez-moi ces preuves. Oui, je crois assez fou pour le faire, cependant, votre profil psychologique dans votre dossier est plus que partial. Si je ne porte pas dans mon coeur les assassins d'enfants : je mets un point d'honneur à faire mon opinion par moi-même. De ce fait, j'aime entendre les tenants et les aboutissants d'un passé que je trouve plus qu'indigne d'un être vivant. »

Margot compris qu'elle venait de toucher un point sensible lorsque le sorcier but d'une seule traite la coupe de champagne. Lui qui ne semblait pas apprécier la douceur de cet alcool. Cela semblait lui avoir remis les idées en place puisqu'il posa sa question.

« Non. Je ne le suis pas. Je ne suis pas pour le mariage, car cela est un engagement devant Dieu et je ne fais jamais de promesse que je ne pourrais pas tenir. La fidélité, l'engagement, blabla, soutenir l'autre jusqu'à la mort ce n'est pas pour moi. Si c'est pour être dans votre cas et me retrouver un jour avec l'envie de tuer mon compagnon : je préfère laisser la main. »

Ses deux frères étaient probablement ce qu'elle avait de plus cher. Cependant, ce n'était pas une arme qu'on pouvait utiliser contre elle. Elle les sacrifierait volontiers sur l'autel de la vie pour ses idées. De plus, la mort était une composante indissociable de la vie. Si Dieu rappelait ses enfants à lui, c'était qu'ils étaient prêts à quitter ce monde.

« Quel est votre plus grand remords ? Ne me dites pas que vous n'en avez pas, tout le monde possède ce genre de chose : enfermé à double tour dans un coffre se situant sous votre scalp. »


Un de ses hommes l'informa dans l'oreillette qu'il y avait du mouvement dans la salle. Elle ne laissa rien paraître cependant. Garder un mangemort avec elle n'était pas une mauvaise idée, cela lui faisait perdre du temps et de ce fait en laisser plus à ses hommes pour se défendre. Bryan était un sorcier redoutable, on l'avait mise en garde, son absence était donc utile pour la Milice.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1612
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Avr - 1:13
Margot Woosley & Bryan Levinson
Bryan se doutait bien que la chef de la milice de l’Héritage ne serait pas n’importe quelle sorcière que cette gamine de Sullivan aurait trouvée par hasard dans les couloirs du Ministère. Néanmoins, il ne s’était pas attendu à faire face à une femme aussi entêtée que lui. Margot Woosley avait même un sens de la répartie assez insupportable. Bryan détestait qu’on lui tienne tête mais il estimait que ce soir il faisait preuve d’une patience hors du commun. Si Bellatrix avait été à sa place, elle aurait démarré les hostilités bien plus tôt. Mais avant de foncer tête baissée dans un duel, le mangemort voulait savoir à qui il avait réellement à faire. Le Lord s’était contenté de dire que son sang était impur et que sa mort servirait les intérêts de la communauté magique. Bryan avait exécuté des gens pour beaucoup moins que ça. Cependant, la jeune femme était parvenue à susciter sa curiosité, chose particulièrement rare, aussi avait-il décidé de la laisser vivre quelques instants de plus. Même si elle prenait visiblement un malin plaisir à aborder le sujet d’Azkaban.

« Impatient d’y retourner avec vous. »

Peu désireux de lui montrer qu’elle pouvait l’atteindre à en évoquant son séjour dans cette sordide prison, Bryan préféra tourner le sujet à la dérision. Tant pis s’il devait mentir pour entrer dans son jeu, il n’était plus à cela près. Margot semblait apprécier cette joute verbale parsemée de menaces et de faux-semblant. Le mangemort y prenait également goût jusqu’à ce qu’un simple haussement d’épaules de la jeune femme le désarçonne subitement. Alors quoi, elle n’allait donc pas répondre à l’énième pique sarcastique qu’il venait de lui lancer ? Elle préférait admettre que conformément à ses dires, il rendait sa soirée plus agréable ? Bryan était perplexe, il voyait là une ruse féminine destinée à l’amadouer pour mieux le piéger par la suite. Il n’y avait rien de plus paranoïaque qu’un mangemort. Excepté Lord Voldemort, lui-même.

« Pleine de ressource ? Permettez-moi d’en douter. Si vous n’aviez pas tous vos petits soldats à vos côtés, vous seriez bien démunie. »

Lorsque l’on attaquait son maître, le mangemort répliquait dans la foulée. Personne n’avait le droit de salir l’honneur du Seigneur des Ténèbres, surtout pas une sang-impur. Mais alors que la conversation se poursuivait, Bryan finit par remarquer qu’il venait peut-être de toucher un point sensible chez son interlocutrice. Aussi lorsque Margot se sentit obligée de se justifier en évoquant sa proximité avec ses hommes, le mangemort laissa un mince rire lui échapper. Signe d’une nouvelle provocation. Oui, il se moquait ouvertement de ses propos, qu’il trouvait un brin niais. Quel véritable leader était prêt à mourir aux côtés de ses hommes ? Même Hellson avait un peu plus d’ambition que cela.

« N’ayez crainte, vous serez en paix avec tout le monde au moment de votre mort. La communauté magique se fiche royalement de vous et votre désir de remettre de l’ordre. Une fois enterrée, personne ne se souviendra que vous avez existé. »

Comme cela faisait du bien de déverser son venin sur l’ennemi ! Bryan estimait avoir déjà passé trop de temps à se montrer aimable, il fallait bien que son mépris naturel revienne à la surface. Mais voilà que Margot cherchait à en savoir trop, il avait l’impression qu’elle s’était transformée en gobelin cherchant de l’or dans une mine. Elle semblait être à l’affût de la moindre révélation sur son passé, or il n’était pas encore décidé à se livrer si ouvertement.

« Oubliez cela, vous n’êtes qu’une femme. Je m’en voudrais d’avoir choqué votre âme sensible en vous confiant de si sordides détails. Mais je suis certain que tout ce qui est écrit dans mon dossier est tout à fait véridique. Vous devriez me le faire lire. »

Bryan fut déçu lorsque Margot répondit à sa question. Si elle n’avait pas de mari, ni de véritable famille à laquelle se raccrocher, il allait devoir trouver autre chose pour la faire flancher. Voilà qui était contrariant.

« Ne parlez donc pas sans savoir. Le mariage et la question de l’engagement n’ont rien à avoir avec le meurtre de mon épouse. Même si nous ne nous étions pas mariés, le Seigneur des Ténèbres l’aurait faite exécuter tôt ou tard. Quant à la notion de fidélité… disons que le fait d’être marié n’influe absolument pas là-dessus. Vous devriez vous laisser tenter par le mariage, vous pourriez ainsi donner naissance à un nouveau petit sang-impur, qui deviendrait le soldat de votre cause.»

Bryan n’avait absolument rien de l’époux idéal. La fidélité était quelque chose qu’il ne réservait qu’à son maître. Sa propre femme avait fini par l’apprendre à ses dépens. S’il essayait de ne pas rompre ses promesses durant ses premières années de mariage, après la terrible révélation de son épouse sur la nature de son sang, il en alla tout autrement. Il n’aurait pas été étonné qu’un beau jour, un gamin vienne frapper à sa porte en affirmant être son enfant.

« C’est cruel de me poser une question aussi difficile. Je n’éprouve pas des remords tous les jours. Mais je pense que ce que je déplorerai le plus, ce sera votre mort. Vous êtes intelligente, c’est indéniable. Je me souviendrai de notre conversation avec un brin de nostalgie, je vous le promets. »

N’avait-il donc pas de limites ? Non, il n’en avait absolument aucune. Il ne reculait devant rien pour provoquer des réactions chez ses interlocuteurs. Bryan aimait jouer avec les mots, presque autant qu’il aimait lancer des doloris.

« Pourquoi êtes-vous venue à ma rencontre alors que vous auriez pu envoyer un de vos hommes pour m’arrêter ? Je vais commencer à croire que vous n’êtes pas aussi fidèle que cela au Ministère. »

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Margot Woosley
Inquisiteur en Chef
Nombre de messages : 136
Célébrité sur l'avatar : Rosamund Pike
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Mai - 14:52
Nous sommes l’animation de la soirée !
Je suis comme un chien enragé qui court après une voiture, mais si j’en attrape une je ne sais pas à quoi elle me serait utile.


Savoir Bryan impatient de retourner entre les quatre murs de sa cellule en sa compagnie la faisait doucement rire. Il y retournerait plus tôt que prévu. Ou pas. Margot ne comptait pas avoir de pitié pour les mages noirs récidivistes ou bien qui se sont échappés d’Azkaban. Il n’en avait aucune, pourquoi devrait-elle leur faire une fleur comme le Ministère leur faisait en les envoyant en prison. Non. Une morte, simple, rapide, efficace, était la seule chose qui attendait ceux qu’elle capturerait. Hors de question de montrer de la compassion pour ces êtres sans âmes, sans cœur. Il était grand temps que le Monde Magique soit nettoyé. Margot allait s’employer à la tâche et chasser la vermine des entrailles de Londres. Pourquoi alors elle n’exécutait pas Bryan là, maintenant, tout de suite ? Parce qu’elle le trouvait fascinant. De tous les mangemorts, il ne lui donnait pas l’envie d’arracher ses yeux bruns. Non. Au lieu de cela, elle se contentait de le pousser dans ses retranchements et de faire de sa vie un enfer. Bryan la pensait-il réellement inoffensive ? Incapable de se défendre sans son armée de sbires ? Non. Elle n’était pas comme son pseudo Seigneur. Elle pouvait se défendre seule. Pas besoin d’avoir des chiens de garde donc pour le chef de la Milice. Margot avait appris qu’elle ne devait pas se reposer sur les capacités et sur les autres en général. C’est surement pour cela que son père l’a choisi pour être à la tête de la famille et non un de ses deux frères beaucoup trop sentimental si on les compare à leur sœur.

« C’est vous qui le dites. Cependant, vous me jugez bien vite. Croyez-moi mon cher, je suis capable de survivre aux pires situations. L’adaptation est la clé dans mon travail. Pouvez-vous en dire autant en sachant que vous n’êtes pas maître de votre vie ? Après tout, c’est bien le Lord qui a le droit de vie et de mort sur votre misérable train train quotidien alliant meurtre et souffrance ? »

Bryan mordait. Tant mieux. Cela montrait sa loyauté. Une qualité pour certains, une faiblesse aux yeux du Chef de la Milice. Un jour, ce sentiment de bravoure le perdra. Margot comptait bien prouver cet élan de protection. Tôt ou tard, elle fera face au Seigneur des Ténèbres et montrera à tout le monde la supercherie de ce dernier et son mensonge. Bryan se mit à rire alors qu’elle affirmait qu’elle ne ferait jamais faux bond à ses hommes. Elle ne les enverra pas dans des missions suicidaires sans être là. Question de principe. D’honneur. Quelque chose que les mangemorts ne devaient pas connaitre.

« Nous verrons. Seul l’avenir nous le dira n’est-ce pas ? Je vous demanderai donc de garder en tête les paroles que je viens de vous dire. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous aurais pas prévenu n’est-ce pas ? »

Margot se moquait ouvertement que Bryan ne croit pas ses paroles. Elle savait ce qu’elle devait faire. Son plan sera mis à exécution à la première occasion. Elle montrera au monde magique que c’est dans le Ministère que la foi devait être mise et non dans la peur. Les Mangemorts seront mis au silence ; l'Anarchie blanchit de leurs actes ; les Aurors aux côtés de la Milice. Oui. Un jour, cela allait arriver. Elle prouverait à Bryan que ces paroles ne sont pas du flan. Chasser le naturel et il revient au grand galop. Il n’avait pas fallu longtemps au sorcier pour retrouver sa véritable force. Le poison qui crachait à son encontre la faisait sourire. Provocateur naturellement. Elle se devait de le défier, de lui faire perdre patience. L’obliger à faire une erreur qui lui donnerait une raison de lui coller une balle entre ses orbites. Et il le fit. En la rétrogradant à son statut de simple femme, son sang ne fit qu’un tour et son regard se mit à lancer des éclairs.

« S’il y a bien une âme sensible dans cette pièce, ce n’était pas la mienne. Une femme oui, mais une femme à la tête d’une armée qui possède des informations bien plus pointues que celles possédées par le Ministère sur vous, sur votre Seigneur, sur la plupart des gens de votre espèce. »

Son regard était toujours aussi meurtrier, mais un sourire était réapparu sur son visage. Pourquoi devait-elle être marié ? Parce qu’elle était une femme ? Elle n’avait pas besoin d’homme dans sa vie. Elle chassa le tonnerre dans ses yeux pour y mettre une lueur d’amusement :

« Est-ce moi ou bien l’idée que je n’ai pas de faiblesse évidente vous dérange ? Je suis bien trop indépendante pour tomber dans les vices et les contraintes du mariage. Cependant, je vous promets que si un jour, je trouve chaussure à mon pied, je vous invite aux noces et je vous envoie une photo de mon rejeton impur à vos yeux. »


Une affaire qui marche ? Margot se voyait maman. Un jour ou l’autre, si Dieu lui confère la chance de devenir mère. Cependant, elle savait que le Père des pères avait d’autre projet pour sa personne. Nettoyer les infamies et l’injustice dans le monde des Sorciers. Posant à son tour sa question, ayant gagné le droit à ce privilège en répondant a sa précédente interrogation. Bryan avoua alors qu’elle avait suscité son intérêt.

« Ce sentiment sera partagé, je vous rassure. Je vais prier pour votre âme. Cependant, je suis persuadée que vous et moi serons bien plus difficiles à supprimer que l’on y parait et nous survivrons encore des années. »

Voilà qui était dit. Margot espérait le rencontrer une nouvelle fois, dans un autre contexte, une fois que le mystère qui l’entoure. Juste pour voir sa réaction !

« Je vous l’ai dit Levinson, je suis fidèle a moi-même et à mes hommes. Le Ministère n’est que mon employeur, le Ministre un ami de mon père, rien de plus. Je n’ai pas envoyé un de mes hommes vous tuer parce que vous avez suscité ma curiosité. De plus, un sorcier de votre notoriété mérite bien plus qu’un de mes hommes. »

Soudain, des bruits arrivèrent à leurs oreilles. Signes distinctifs que des combats venaient de commencer.

« Ah mon cher, je crois que le devoir nous appelle… » Sans attendre, elle se leva et commença à se diriger vers la porte : « Je doute que l’on va se revoir ce soir. Merci pour cet agréable moment. »

Elle partit par la suite. Margot n’avait pas envie de se battre. Tout du moins, pas avec Bryan qui n’était pas sa cible principale.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» NY Times: The Woman Who Would Be Haiti's Next President
» Presentation of the Red Woman
» [UPTOBOX] The Woman [DVDRiP]
» Emma Frost - Ice Woman -
» DC New 52 : WONDER WOMAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: