RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Danger à l'horizon - pv Dastan

avatar
Invité
Invité
Dim 12 Avr - 11:24
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


Sasha ? Sasha ????? Bon bah elle fait vraiment dodo… Bah oui mais je fais quoi moi ? Je m’ennuie… Mina elle est pas là, elle est partie en vacances et j’en ai marre d’être enfermé toute seule. Sasha elle a pas voulu en plus que je vienne aujourd’hui, elle a tenu toute la journée parce que notre madame patronne, elle était là. Résultat ? Elle est trop fatiguée et je peux même pas parler avec elle. Je veux parler avec quelqu’un… Je sais ! Je vais sortir ! Je sais, j’ai pas trop le droit mais je suis toujours sage et grande, je vais faire très attention. La dernière fois, il parlait d’un endroit où on peut danser dans la boite à image. Ca s’appelle comment déjà… A oui, la télévision, et le truc pour danser, c’est une boite. C’est bizarre de danser dans une boite, mais bon, je sais où c’est, j’ai déjà vu ! Mais je vais pas y aller en pyjama… Je dois mettre quoi ? Je sais, je vais piquer une robe à Sasha ! Elle sera contente, je serai bien présentée ! Je vais tout faire comme une grande !!!!!

Bon, déjà, je dois prendre une douche pour sentir bon, c’est très important de sentir bon ! Pas de bain par contre, sinon, je vais vouloir rester dedans. Une fois lavée, je dois sécher mes cheveux, et pour ça, je vais utiliser ma baguette. Et hop ! Je suis coiffée et toute jolie ! Maintenant, une culotte… bon, je vais pas prendre la lapin. Ce soir je suis grande, et du coup, je prends la blanche en dentelle et je mets même le soutien néné qui va avec ! Et pour la robe ? Bah une blanche aussi ! Comme, je serais toute assortie ! J’aime bien en pus celle-là, elle se soulève en peut quand je tourne sur moi-même ! Bon, avec, j’ai le dos presque tout découvert mais c’est pas grave. Enfin… A oui, du rose aux lèvres !!! C’est très important ça ! Et hop, je suis toute belle ! Bon, il me faut un sac. Je vais prendre qu’en même ma baguette au cas ou et… tiens, je vais prendre le drôle de boitier de Sasha qui fait du bruit. C’est marrant, on peut recevoir des hiboux dessus ! On sait jamais !

Une fois dehors ? Je ne sais pas où aller. Il fait nuit mais je vois des jeunes devant en train de marcher et rigoler. Je vais les suivre… Ils doivent bien allait quelques parts après tout… Par contre, ils vont loin. Je vais avoir mal aux pieds très vite, surtout que j’ai pris des talons… Bon, courage Heather, tu es une grand et… Oh ! j’entends de la musique ! Il y a beaucoup de monde devant, mais un grand monsieur tout noir me signe d’avancer pour que je passe devant tout le monde. C’est gentil ça ! Ouah !!! Mais ça fait plein de bruit la dedans, et j’ai soif parce qu’il fait très chaud aussi. Je vais au bar tiens, je vois boire comme ça.

« Je lui sers quoi à la petite dame ? »

Petite dame ? Mais je suis pas si petite. Bah, c’était pour être gentil je suis sûre !

« Un diabolo fraise s’il vous plait ! »

Pourquoi il me regarde bizarrement ? J’ai dit une bêtise ? Il n’aime pas les diabolos ? Mais c’est trop bon comme truc pourtant !!! Par contre, le verre il est grand, je vais pas pouvoir tout boire d’un coup, surtout à cause des bulles ! Bon bah je laisse mon verre là et je vais danser. J’adore cette musique !!! Une musique, deux musiques, trois musiques… Bah, j’ai de nouveau soif. Et hop, je bois mon verre d’un coup ! Pourquoi il me regarde comme ça les garçons en face ? Ils me trouvent peut-être jolie… J’espère, parce que j’ai fait beaucoup d’effort ! Allez ! Je retourne danser ! Mais j’ai chaud, très chaud… et je me sens bizarre tout à coup…

Heather… Bon sang mais qu’est-ce que tu as foutu… Baisse un peu la musique ou… Heather ! Tu as vu, je fais tout comme les grands ! Mais j’ai la tête qui tourne… Par Merlin mais qu’est-ce qui t’a pris ! Tu as bu quoi ? Bah un diabolo, mais en deux fois car j’en avais trop… Non mais c’est pas possible… Va dormir tout de suite !!!!

Je ne me sens vraiment pas bien. Tout tourne autour de moi et j’ai peur de comprendre. J’essaie de fouiller dans mon sac et je vois bien ma baguette, mais je dois sortir d’ici le plus vite possible. Repérant avec difficulté une issue de secours, je m’y dirige pour sortir dans une ruelle sombre sur le côté de la boite de nuit. Je devais me sortir de là et vite. Je notais que je n’avais pas mon bracelet d’alerte et je me promis de faire savoir à Heather son erreur, mais trop tard pour penser à plus, je me rendis vite compte que j’avais été suivi par ceux qui avaient surement drogué mon verre.


« Ne part pas si loin ma jolie… On va t’aider nous ! Tu as l’air perdu et pas en forme…»

La tête me tourne tellement que je n’ai pas le choix, je dois m’appuyer contre le mur. Je ne peux pas fuir, pire, je tombe par terre sous leur rires. Ne réfléchissant pas, je sors alors ma baguette sans qu’ils ne comprennent ce que je vais faire.

« Expulso ! »

Le premier vola sans comprendre contre le mur. Ils étaient moldu, mais qui iraient les croire vu l’alcool qui brulant dans leur yeux en plus de cette lueur dangereuse ? Je ne savais cependant si j’étais capable de plus. Mon état n’était pas fait pour m’aider, mais avant que je n’essaie un autre sort, un deuxième vola, et cette fois, sans que cela ne soit venu de moi. Dans le brouillard qu’était devenu ma vision, je découvris alors sans comprendre Dorian Rochester, baguette en main et regard plus que tueur…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 12 Avr - 12:42
Invité
Je ne savais pas ce qu’elle faisait en boite de nuit alors qu’elle m’avait certifié dormir chez elle ce soir par sms. Oui je sais, j’aime savoir ce qu’elle fait. Bref, quand elle m’a appelé au départ, je m’attendais à un peu de sarcasme et même un « arrêtez de me fliquer » mais à la place j’eus le droit à un brouahah pas possible et de la musique forte. Son téléphone avait dû s’allumer dans son sac sans qu’elle ne s’en rende compte. Aussitôt, j’ai eu un mauvais pressentiment. Je sais, c’est mal mais je pouvais remercier le traceur de son téléphone… Je pus ainsi la localiser et transplaner pour vérifier si elle m’avait simplement menti sur son projet du soir ou si ce n’était pas Heather qui avait pris quelques libertés… Autant vous avouer que je compris qui des deux fut la responsable, les mettant finalement toutes les deux en danger. Mon sang ne fit qu’un tour. Le deuxième homme valsa avant de l’approcher de trop près. Je ne me souciais nullement de l’impact que ça pourrait avoir. Je m’approchais alors vivement d’elle, la soulevant. Elle me regarda un instant, drogué à en voir ses pupilles dilatées. Je passerai l’état de mes émotions en cet instant. Je rangeais alors ma baguette et sans plus de cérémonie, avant que ces deux imbéciles se réveillent, je transplanais, ne me souciant pas des formalités avec elle. Elle avait une baguette. J’avais donc vite compris pourquoi elle avait été dépassée par la technologie d’un téléphone. Nous atterrissons alors dans une chambre d’hôtel. La posant sur le lit, je lui dis :

« Ne bougez pas. » lui ordonnai-je sans cérémonie.

Je transplanais alors sous ses yeux pour apparaitre dans la rue et sortir mes papiers en entrant dans l’hôtel. Là, je demandais la chambre que je pouvais parfois prendre quand je venais dans le coin. Nous n’étions en effet plus du tout à Londres… J’avais pensé à l’une de mes planques sans avoir le temps de réfléchir à autre chose. Une fois ayant eu la clé correctement de cet hôtel moldu, je pris l’ascenseur. Je jurais en sachant qu’il avait une caméra, sachant que je devrais me rendre dans la chambre de façon moldu. Une fois devant la porte, je l’ouvrais alors pour refermer derrière moi. Sasha a bien tenté de me viser de sa baguette au cas où mais en me voyant, elle la rabaissa. De toute façon, vu son état, elle aurait très certainement mal visé et j’aurais eu le temps de la désarmer. Je notais au passage qu’heureusement, je lui avais dit de ne pas bouger. En effet, nous étions tous les deux dans le salon de cette suite. Je jetais alors un sort à la porte pour que personne ne puisse entrer ou sortir sans mon autorisation. Là, je vins vers elle :

« Vous êtes décidément incapable d’obéir correctement… » soupirai-je exaspéré et très agacé.

Je pris sa baguette des mains par force pour la poser sur dans ma poche de pantalon avec la mienne. Je la portai alors sans lui demander son avis jusqu’à la chambre. Son état faible me permit de la manier malgré tout comme je le voulais. J’aurais pu simplement la prendre sur mon épaule mais je ne désirais pas lui couper le ventre et la faire vomir dans mon dos. Je la pris donc normalement dans mes bras, la portant jusqu’à la chambre où je la déposais au sol. Là, je me contentais, en ignorant ses potentielles protestations, de lui ôter sa robe. Je fis de même pour mon t-shirt, le passant sur elle pour couvrir son corps. Je la forçais alors à se coucher dans le lit. Comme je le disais, avec la drogue, c’était bien plus simple de la faire obéir.

« Dormez. »

Si je comptais lui faire éliminer la drogue de son organisme ? Non. Je voulais que ça lui serve de leçon. De toute façon ce n’est pas moi qui irait la violer. Une fois dans le lit, je m’ébouriffais les cheveux pour tenter de me calmer. Je finis par faire le choix de la laisser dormir seul, prenant la direction du salon à moins qu’elle m’arrête…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 12 Avr - 14:31
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


J’avais du mal à réaliser ce qui se déroulait sous mes yeux. Il était sorcier ? La drogue ne m’aidait pas à avoir pleinement conscience de toutes ses informations et avant que je n’aie le temps de faire ou dire quoi que ce fût, il me prit dans ses bras pour nous faire transplaner. La seule chose qui marqua mon esprit avant que les lieux ne disparaissent, ce fut son regard sur moi, plein de sentiments que je fus incapable de décrire. L’instant d’après, j’étais allonger sur un lit que je ne connaissais pas, lui juste au-dessus de moi.

« Ne bougez pas. »

Il disparut alors pour me laisser seule, et loin de moi l’idée de le contredire, je fus juste incapable de lui obéir. Me levant avec difficulté, je tâchais de progresser vers je ne sais quelle direction. J’étais apparemment dans une chambre d’hôtel, je n’en savais pas plus. Elle semblait immense et avec difficulté, je gagnai un salon. Baguette en main, je tâchai de me préparer à la moindre éventualité, et quand je notais qu’on ouvrait la porte, je visais sans me poser trop de question. Ce fut bien au dernier moment, quand je le vis, que je me ravisais de lui jeter un sortilège. Il me toisa avant de me rejoindre, le regard dur et froid.

« Vous êtes décidément incapable d’obéir correctement… »

Je n’eus pas la force de l’empêcher de me retirer ma baguette qu’il mit dans la poche arrière de son jean. Ensuite il me porta à nouveau pour me ramener vers ce lit que j’avais quitté. Il me posa pourtant à terre pour, d’un geste sûr, me retirer ma robe qui glissa le long de mon corps. Si je commençai à protester, il n’en teint pas rigueur et ôta son tee-shirt. Que comptait-il faire au juste ? Profiter de mon être ? Non, il me passa son tee-shirt sur le corps, non sans frôler involontairement ma peau, avant de m’obliger à me coucher. La drogue dans mon organisme lui facilité vraiment la tâche soit dit en passant.

« Dormez. »

Je n’eus pas le temps de protester qu’il partit sans plus de cérémonie là où mon cœur ne cessait de battre dans ma poitrine. Non, je ne pouvais pas rester ainsi. Je n’avais jamais supporté la moindre drogue dans mon organisme, et cela n’allait pas commencer aujourd’hui. Ce n’était peut-être pas ma plus grande peur, mais s’en était pas loin. La tête avait beau me tourner, je réussi comme je pus à me redresser pour essayait de me lever. M’appuyant sur mes bras, je pris la direction de la salle de bain en longeant le lit. Je devrais pourtant le lâcher à un moment où un autre. Il fallait que je fasse sortir tout ça. Je n’avais plus de baguette, et donc, je ne voyais plus qu’une seule solution possible, aussi désagréable soit-elle. Je réussis à atteindre la porte fermé de la salle d’eau, mais l’ouvrant, mes jambes ne me tinrent plus et je m’écroulai à terre dans un vacarme pas possible. Cela dut l’alerté mais n’y prenant garde, je fis mon possible pour gagner le cabinet. Bien entendu, il fut à mes côtés bien avant et il tenta de me redresser. Mais cette fois, j’eu un geste violent. Ce n’était pas vraiment pour lui, et il dut le voir dans mon regard : un regard plein de détresse.

« Il faut que j’évacue cette drogue de mon corps !»

C’était capital pour moi, je n’avais pas le choix. Il devait le comprendre, je ne supportai as la situation, une situation que je n’avais pas demandé. Je n’y étais pour rien dans tout ça, la seule fautive était Heather, mais ce dont j’étais loin de me douter, c’est que lui, il l’avait compris aussi. Le regard sombre, il ne chercha plus à me lever, me redressant juste en me laissant assise. Sa seule réaction fut alors de me demander Heather sans me laisser visiblement de choix. Je doutais de la bonne idée de la chose, mais j’étais prise au piège… et je finis par hocher la tête, signe de mon acceptation, avant de disparaître…

Sasha ? Je suis où ? Je ne me sens pas bien… Ça tourne… Oh, mais c’est Dorian ! Le monsieur au toutou ! Pourquoi il me regarde comme ça ? Il sembla pas du tout content… Je ne vais pas bien…

« Je… Ca va pas… Je comprends pas… Je suis pas bien… »

Il allait peut-être m’expliquer et m’aider ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 12 Avr - 15:14
Invité
Heather apparut. Elle eut tout juste le temps de me faire part de ses ressentiments avant que je ne la saisisse vivement et la redresse sur ses pieds par la force de mes bras. Peut-être étais-je trop brutal mais j’avais eu peur pour elle et ça n’avait rien de bon. Elle avait dépassé les limites. Si je tentais de garder un minimum de contrôle sur moi c’était bien pour éviter ce genre de situation. C’était pourtant trop me demander d’être impassible face à ça. Je savais très bien ce qu’il aurait pu lui arriver. Si je n’avais aucun sentiment pour cette femme, elle restait une personne à qui je m’étais habitué et que j’aimais fréquenter. Imaginer alors qu’on lui veuille du mal et tout ça par un manque d’attention, me rendait hors de moi. Je savais que je devrais respirer et éviter d’être trop brute avec elle mais comment comprendrait-elle sa faute ? Elle était une enfant qui avait fait une très grave bêtise et comme tout enfant dans ce cas-là, il lui fallait comprendre son erreur pour qu’elle ne recommence plus jamais. Je pris alors sa main pour l’entrainer vers les toilettes. Ça ne serait pas joli à voir et je le savais. Elle me prenait au dépourvu. Je ne pourrais lui retirer ce poison par potion, n’ayant pas ce qu’il fallait. Passer par ma baguette risquait de la faire pleurer. Je n’en avais que faire en cet instant. Elle me détesterait mais elle ne le ferait plus jamais.

« Tu vas te baisser vers la lunette des toilettes. Ah c’est sûr, ça ne va pas être agréable mais tu réfléchiras à deux fois la prochaine fois que tu voudras faire la grande. »

Je la forçais à un peu ma propre force. Une fois assuré de son exécution, je sortis ma baguette. Lançant mon sort, elle allait vomir tout le contenue de ses verres. Ça ne suffirait pas pour supprimer la totalité de la drogue et le pire était à venir. Ne disant rien, tenant ses cheveux, je la maintins dans cette position le temps que se fut nécessaire, peu importe ses potentielles protestations et ses pleurs. Elle pouvait bien appeler Sasha, j’espérais que cette dernière ne réapparaisse pas. Elle n’avait pas à subir les conséquences de son double. Croyez-moi, ça dura un moment avant que son corps eut finit de tout régurgiter. Voilà pourquoi je ne supportais pas qu’une femme boit un peu trop. Ça finissait toujours par des pleurs… Je lui essuyais alors la bouche, lui donnant l’ordre d’utiliser la brosse à dent à jeter de l’hôtel et le dentifrice pour se laver les dents. Là encore, elle n’eut le choix. Je savais pourtant que toute la drogue n’était pas partie. Le pire était à venir alors qu’elle devait croire que tout était fini. Une fois les dents lavées, sans attendre, je la trainais de force dans la chambre. La postant alors devant moi, saisissant son visage de force, je lui dis peut-être trop brutalement :

« Tu vous a mis en danger toutes les deux sans penser aux conséquences. J’espère que tu te souviendras de cette nuit comme la pire de ta vie. Sache que si tu recommences, je n’hésiterai pas à faire la même chose. Maintenant tu vas respirer un bon coup. Sasha ne veut pas de la drogue dans ton corps, or il doit en rester. Ça va être très douloureux mais je n’ai pas le choix. Prend ça comme la conséquence de tes actes et donc une punition. »

Je dirigeais alors ma baguette vers elle. Je dus réchauffer son corps, faire fondre la drogue et la transformer en vapeur pouvant s’expulser plus rapidement de son corps. C’était une opération douloureuse, lente mais nécessaire pour l’évacuer complètement. Je la maintenais alors au creux de mes bras tout le long de l’opération, la maintenant fermement si elle voulait s’échapper. Quand se fut enfin terminer, elle fut bien trop faible pour continuer de lutter. Je la portais alors au lit. La couvrant des draps, je réalisais avoir peut-être été un peu sévère. Avais-je cependant eut le choix ? Elle sombra. Moi, à côté d’elle, assis sur le bord du lit, je fus incapable de dormir. J’avais vraiment eu peur pour elle. Je la regardais alors à bout de ce que j’avais fait pour enlever toute trace de drogue. La fatigue avait eu raison d’elle. Je la regardais alors un instant comme veillant sur elle. Je ne pouvais imaginer comment j’aurais pu réagir s’il lui était arrivé quoi que ce soit. Je revoyais en elle ce que ma famille avait subi. Certes ce n’était ni le même contexte, ni les même agresseurs mais je ne me serais pas pardonné de ne pas arriver à temps. Je soupirais d’énervement. Je n’en voulais pas à Sasha, seulement à Heather. C’était étrange de dire ça. Je la connaissais depuis maintenant une semaine. On avait discuté par sms, on s’était revu et j’appréciais l’opposition qu’elle me faisait subir même si je ne lui avouerais jamais. Je n’aimais pas alors l’idée qu’il ait pu lui arriver quoi que ce soit. Je finis par me lever pour me diriger vers la fenêtre et regarder au dehors. J’étais encore bien trop énervé par ce qu’il venait de se passer. C’était comme sentir un poison s’insufflait dans mes veines. Je lui en voulais encore. Je savais que demain serait un autre jour. Je n’étais pas rancunier. Du moins pas pour ça. La nuit fila, et je ne bougeais pas de ma place jusqu’à trouver, dans le silence de la pièce et de sa respiration endormie, un semblant d’apaisement. Je finis alors par me coucher dans le même lit pour laisser à mon corps de se reposer à son tour. Demain, j’allais devoir tout décommander pour elle. Je refusais de la laisser partir sans m’être assuré qu’elle irait bien. Je m’endormis alors à mon tour avec cette conviction au fond de l’esprit…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 12 Avr - 16:15
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


« Tu vas te baisser vers la lunette des toilettes. Ah c’est sûr, ça ne va pas être agréable mais tu réfléchiras à deux fois la prochaine fois que tu voudras faire la grande. »

Je n’aimais pas ça. Il me forçait à être au-dessus des toilettes et avant que j’eu le temps de dire un truc, je me mis à vomir ma limonade. Ca faisait mal ! Je savais même pas qu’il était sorcier ! Je n’aime pas vomir, je veux pas ! Mais il m’oblige à tout rendre jusqu’à ce que je puisse plus. Sasha !!! Tu es où !!! Quand j’eus fini, il m’essuya la bouche pour m’ordonner de me laver les dents. Il se moque que je pleure, il est méchant ! Ca a servie en plus à rien son truc parce que je me sens toujours bizarre ! Il a pas le droit de me punir ! J’ai rien fait de mal, ou du moins, je voulais pas faire de bêtise ! Moi aussi j’ai le droit de m’amuser ! C’est pas juste ! Quand j’eus fini, il m’obligea à revenir dans la chambre en me tenant de façon très forte le bras. Là, il m’obligea à m’asseoir et il me coinça dans ses bras. Je savais que c’ »tait pas pour un câlin.

« Tu vous a mis en danger toutes les deux sans penser aux conséquences. J’espère que tu te souviendras de cette nuit comme la pire de ta vie. Sache que si tu recommences, je n’hésiterai pas à faire la même chose. Maintenant tu vas respirer un bon coup. Sasha ne veut pas de la drogue dans ton corps, or il doit en rester. Ça va être très douloureux mais je n’ai pas le choix. Prend ça comme la conséquence de tes actes et donc une punition. »

Mon corps se mit à me bruler, et moi, bah je me suis mise à crier. Ca faisait mal et je voulais partir, mais il me teint encore plus fort. Sasha ! Reviens je t’en pris ! Ca fait trop mal. Je voulais pas ! Je recommencerai pas je promets ! Pourquoi tu réponds pas ! Tu es méchante toi aussi ! C’est méchant ce que vous me faite ! Je vous déteste ! Je veux que ça s’arrête… Je veux faire dodo… Et quand ça fut fini, bas je fis dodo directement, tout en continuant de pleurer…

Quand j’ouvris les yeux, le jour se levait en douceur. J’avais mal partout, à croire que je sortais d’une mauvaise grippe. Je savais que c’était normal. Je n’avais pas pleinement conscience de ce qu’il avait fait, je n’avais que des bribes de souvenirs parmi les cris d’Heather. J n’étais pourtant pas intervenue, trop fatiguée et trop e colère contre elle. C’était la première fois que j’acceptai que quelqu’un d’autre que moi la punisse. Il dormait juste à côté, ne bougeant pas et apparemment, parti dans des songes profonds. En silence, je sortie du lit pour gagner la salle de bain. J’avais besoin d’une douche. Mon corps avait transpirait et j’avais besoin de le laver. Retirant son tee-shirt et mes sous-vêtements, je fis couler l’eau chaude avant de me rendre dessous.

Heather ?
Non, je ne veux pas… Heather, ce que tu as fait… Je sais, c’était mal, mais je vous déteste tous les deux ! Il m’a fait du mal ! Non, il nous a sauvées. Tu m’as désobéit, il n’avait pas le choix ! Je m’en moque, je veux pas revenir ! Tu es assez reposer, tu as qu’à faire !

Je soupirai, ne réfléchissant plus pendant de longues minutes. L’eau chaude me faisait du bien. La drogue avait quitté mon organisme et e le devais à Dorian. Je n’osais imaginer ce qui serait arrivé s’il n’avait pas été là. Heather n’aurait rien su de tout ceci, je l=me connaissais. J’aurais encaissé son erreur pour nous deux. Je n’aurai pas pleuré, mais j’aurai été capable de les tuer ensuite. Etait-ce ce que notre folle de mort avait connu avant de tomber enceinte. Je ne serai pas tombée enceinte cependant, je connaissais les potions. Mais ils m’auraient peut-être tuée avant ça. Enfin, j’étais tirée d’affaire…

Lorsque je rouvris les yeux, je sursauté en le découvrant dans la salle de bain, bras croisé, regard sur moi. La teinte de la glace devait tout juste cacher mon corps du haut de mon buste jusqu’au milieu de mes cuisses pour qu’il n’en distingue que de vagues formes. Coupant l’eau, mon regard resta sur lui, loin d’être froid, et en même temps, peut-être un peu méfiante.


« Peux-tu me passer un peignoir pour que je sorte s’il te plait ? »

Je sais, je venais de le tutoyer, mais après ce que nous venions de vivre, cela me semblait bien futile de le vouvoyer. Il prit le dit peignoir pour me le tendre en le dépliant. Sortant de la douche, je vins m’en couvrir pour finir par le nouer autour de ma taille et me couvrir un minimum. Sans un mot de plus, je pris la direction de la chambre pour m’asseoir sur le lit. Je ne savais même pas où on était, mais à en juger le paysage par la fenêtre, nous n’étions pas à Londres.

« Merci pour hier soir… Tu nous as sauvés d’une galère inimaginable là où je n’aurai pas eu la force de le faire. Jamais elle ne m’avais prise au dépourvue de la sorte… Je ne sais comment tu as fait pour nous retrouver et je ne suis pas sûre de vouloir le savoir, mais vu que tu es un sorcier tout comme moi, je pense que toute les solutions son envisageable.»

Ça valait bien la peine de m’embêter à essayer de jouer les parfaites moldues lors de nos premières rencontres, mais passons. Ce serait au moins plus simples et cela devrait éviter qu’il continue à me voir comme une cruche face à la technologie moldue.

« Elle t’en veux, tout comme elle m’en veut aussi. Elle ne veut plus nous voir pour le moment et je dois dire que cela me convient. Après, je ne sais si cela peut te rassurer, mais c’est une enfant, et donc, ça lui passera. »

C’était un peu comme une façon de lui dire « bienvenue dans mon monde de fou ! ». Je me mis à balayer la pièce du regard à la recherche d’un objet que je ne vis pas. Revenant donc sur lui, je n’eus d’autre choix que de lui demander. Je n’aimais pas trop cela, il avait ainsi beaucoup de pouvoir sur moi.

« Pourrais-je avoir ma baguette ? C’est uniquement pour me sécher les cheveux. Je ne suis pas prête pour un duel si c’est ce que tu crains. Ce que tu as fait a été efficace mais pas sans conséquence. Il va me falloir un moment pour pleinement récupérer, à commencer par manger peut-être. »

A ces derniers mots, mon regard nota son torse nu pour la première fois face à moi, de quoi me donner possiblement faim d’autre chose si je n’avais pas autant de préoccupations en tête, au point d’en oublier l’ouverture de mon peignoir qui dénudait mes cuisses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 12 Avr - 18:04
Invité
Autant vous avouer une chose : j’ai passé une sale nuit. Cela justifiait donc que ce matin, je ne vis l’heure passer et je ne me réveillais donc pas avant elle. Ce fut pourtant le grincement léger de la porte qui me fit légèrement émerger. Je mis cependant du temps avant de me rendre contre être seul. Entendant l’eau de la douche, je ne m’en formalisais cependant pas. J’attrapais alors mon téléphone pour regarder l’heure. Merlin… Il était 8h41… J’appelais aussitôt ma secrétaire pour la prévenir d’annuler tous mes rendez-vous de la matinée. Je verrais bien pour l’après-midi. Une fois fait, raccrochant, je me levais pour la rejoindre dans la salle de bain, posant les deux baguettes de nouveau dans ma poche arrière. Entrant sans aucune gêne, je me posais alors contre le meuble du lavabo, croisant les bras. Elle ne mit pas longtemps à s’apercevoir de ma présence :

« Peux-tu me passer un peignoir pour que je sorte s’il te plait ? »

Je m’exécutais sans un mot. Je ne réagis même pas à son tutoiement. De toute façon avec hier soir, il était vraiment que le « vous » pouvait paraitre ridicule… Elle sortit alors de la douche une fois recouverte du peignoir, m’empêchant de voir quoi que ce soit. Ce n’était de toute façon pas ma priorité. Elle sortit, entra dans la chambre et je la suivais simplement. Elle s’assit sur le lit. Je restais pour ma part debout, sans un mot.

« Merci pour hier soir… Tu nous as sauvés d’une galère inimaginable là où je n’aurai pas eu la force de le faire. Jamais elle ne m’avais prise au dépourvue de la sorte… Je ne sais comment tu as fait pour nous retrouver et je ne suis pas sûre de vouloir le savoir, mais vu que tu es un sorcier tout comme moi, je pense que toute les solutions son envisageable. »

Je ne dis rien sur le traceur de son téléphone. Inutile de l’offenser avec ce détail alors qu’elle avait l’air reconnaissante pour une fois. Je me contentais donc d’un hochement de tête qui voulait dire « pas de quoi. » Je ne m’offusquais pas de la découvrir sorcière. Je devais même avouer préférer. Ça faciliterait peut-être certainement beaucoup de choses.

« Elle t’en veux, tout comme elle m’en veut aussi. Elle ne veut plus nous voir pour le moment et je dois dire que cela me convient. Après, je ne sais si cela peut te rassurer, mais c’est une enfant, et donc, ça lui passera. »

De toute façon, qu’elle m’en veuille ou non, je ne regretterai pas mes agissements. J’espérais que ça lui serve simplement de leçon. Je ne comptais pas faire ça toutes les nuits. Sinon à ce rythme, j’allais laisser mon appart’ à mon frère et devoir envisager de la faire dormir avec moi toutes les nuits à l’hôtel. Pourquoi une telle obsession de protection ? Je l’apprécie et je n’aime pas la savoir en danger à cause d’une part d’elle. Ça m’avait tendance à m’agacer, surtout que je ne pouvais le contrôler.

« Pourrais-je avoir ma baguette ? C’est uniquement pour me sécher les cheveux. Je ne suis pas prête pour un duel si c’est ce que tu crains. Ce que tu as fait a été efficace mais pas sans conséquence. Il va me falloir un moment pour pleinement récupérer, à commencer par manger peut-être. »

Je lui tendis alors sa baguette simplement pour qu’elle puisse s’exécuter. De là, je pris le téléphone de la chambre pour appeler le service room et donc demander un petit déjeuner qui ne mettra surement pas longtemps à arriver. Elle se sécha les cheveux en attendant. Quand elle eut fini, j’étais sur mon téléphone en train d’envoyer un message à une amie. Je me redressais alors vers elle, lui faisant signe de venir vers moi. Elle s’exécuta. Enfin pas assez à mon gout. Je tirais sur le pan de son peignoir pour la rapprocher un peu plus. Mes mains se posèrent alors instinctivement derrière ses genoux nus.

« Le service-room ne devrait pas tarder. J’ai annulé tous mes rendez-vous de ce matin. Veux-tu faire quelque chose en particulier ? »

Je ne lui demandais même pas si elle travaillait ce matin. Je n’étais de toute façon pas sûr qu’aller au travail soit une bonne chose pour elle après ce qu’il s’était passé. Bref, je comptais passer ma matinée avec elle. Je lui laissais même le choix du programme, qu’elle en profite ! C’était surement le résultat de mes propres frayeurs de la nuit dernière. Je semblais à la fois neutre et froid et pourtant par cette liberté, d’une certaine façon chaleureux. Allez savoir cependant ce qui pouvait bien se passer dans ma tête alors que mon visage impassible, ne laissait vraiment rien voir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 12 Avr - 18:45
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


Quand il m’eut donné ma baguette, je me mis à me sécher les cheveux, le laissant vaquer à ce qu’il voulait. Il partit dans le salon, me laissant seule dans la chambre. Il devait avoir mal dormi, ou e tout cas, il semblait de mauvaise humeur. Cela ne semblait pourtant pas si facile à dire avec cet homme. J’avais bu l’avoir vu plusieurs fois en une semaine, je n’arrivais pas vraiment à définir la relation que nous avions. De l’amitié ? Un jeu de contrôle semblable au chat et à la souris ? Allez savoir. En tout cas, une fois mes cheveux secs, j’entrepris de le rejoindre, le découvrant sur son téléphone. Cela me fit penser que je devrais envoyer un message à ma patronne pour l’informer que j’étais malade. J’étais incapable de travailler, je n’en avais pas la force. Il me fit alors signe d’approcher, et sans vraiment y réfléchir, j’obéis. Je ne dus pourtant pas être assez proche à son gout, car il tira légèrement sur le pan de mon peignoir pour me placer légèrement entre ses jambes et poser ses mains derrières mes genoux. Cette proximité, je ne l’avais jamais encore eu avec lui. C’était assez étrange, mais loin d’être désagréable.

« Le service-room ne devrait pas tarder. J’ai annulé tous mes rendez-vous de ce matin. Veux-tu faire quelque chose en particulier ? »

Sa voix était neutre, presque froide, et en même temps, ses gestes pouvaient presque se révélaient chaleureux. Il était en train de me perdre. Le corps encore bien faible, j’avais du mal à réfléchir trop rapidement, et s’il me sentie vaciller, il ne dit rien quand je posais ma main sur son épaule avant de simplement m’asseoir sur ses genoux sans même lui demander la permission.

« Il faut que je prévienne ma patronne que je ne viendrai pas de la journée, et je dois aussi trouver ce qu’il faut pour m’habiller. Je dois rester honnête, je n’ai aucune envie de remettre cette robe. »

Je ne voulais cependant rien qui serait sortie d’un grand magasin de couture. J’avais, pour être honnête, envie d’un bon jean, et d’un simple chemisier avec des baskets. Il n’eut cependant pas l’occasion de parler qu’on frappa à la porte, le room service s’annonçant. Je quittais ses genoux pour aller chercher mon sac et prendre mon téléphone. Ce truc avait une utilité en fait. De là, je laissais vite fait un message à ma patronne qui s’empressa de me répondre en me demanda de ne pas m’inquiéter et de me reposer en prenant mon week-end. Comme quoi, travailler dur pouvait parfois être récompensé. Une fois cela fait, je revins vers la table du salon où Dorian posa le petit déjeuné. M’asseyant juste devant le canapé, ou plutôt, me mettant à genoux, je fus ravie de découvrir du jus de fruit frais. M’en servant un verre, je le bus avec plaisir avant de picorer dans les fruits présents. J’avais besoin de vitamines.

« Accepterais-tu de m’emmener sur ses plages que tu affectionnes tant ? J’ai besoin de prendre l’air et d’être loin de toute civilisation pour le moment… »

Je retenais bien entendu de dire que c’était pour éviter de tuer quelqu’un. Si je venais à croiser ses abrutis, j’en serais surement capable. Ce n’était pas des agissements sorciers contre moldu, loin de là, mais il avait voulu faire une chose que je ne pouvais pardonner. Je n’aurais pas été sorcière que ça aurait été pareille.

« Je ne veux cependant pas te déranger. Si tu as du travail, je peux transplaner chez moi plutôt que t’ennuyer. »

Non, je n’avais pas pris de coup sur la tête ! J’étais aimable, cela m’arrivait. Qu’il en profite s’il appréciait cela, car ce n’était pas tous les jours. Rare était ceux qui me voyait ainsi, mais là, je commençais à me répéter. Pourquoi avec lui ? Je ne savais pas… C’était comme si il y avait quelque chose de magique entre nous deux, même si j’étais loin d’admettre ressentir quoi que ce soit pour lui. Non, ça ce n’était pas mon cas… Mais… Non, je ne sais pas, je supposais juste commencer à me faire à sa compagnie et l’apprécier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 13 Avr - 12:16
Invité
J’étais assis sur le canapé du salon, les mains posées sur le derrière de ses genoux. J’avouais, la position était particulière mais je ne me souciais que peu des apparences. J’agissais selon mes instincts, surtout le matin. Elle posa alors sa main sur mon épaule. Je devinais encore son état de faiblesse. Elle ne devait pas l’aimer mais malheureusement, avec ce qu’il s’était passé, elle n’avait plus que le choix de subir. Elle s’assit alors sur mes genoux. Ça par contre, je ne m’y attendais pas vraiment. Elle m’arracha une lueur de surprise sur l’instant dans le regard, avant que je ne me reprenne. Je pouvais alors faire le choix de l’asseoir à côté de moi ou la garder. Je fis le choix de ne pas la bouger de là, posant simplement une main derrière son dos et l’autre sur sa hanche, plus par soucis de la maintenir qu’autre chose de plus sensuel. Je n’avais pas ces pensées pour elle. Le sexe n’était pas une addiction pour moi mais il m’arrivait tout de même d’avoir des nuits sans lendemain. Avec Sasha, je n’avais pas envie de ce genre de relation basé sur le sexe. On était ami et ça me suffisait bien.

« Il faut que je prévienne ma patronne que je ne viendrai pas de la journée, et je dois aussi trouver ce qu’il faut pour m’habiller. Je dois rester honnête, je n’ai aucune envie de remettre cette robe. »

Ce que je comprenais. J’allais donc devoir appeler ma secrétaire pour qu’elle s’en charge. Oui je sais, ma secrétaire avait tout genre de courses mais c’est ce qui faisait aussi son salaire légèrement plus élevé qu’une simple secrétaire. Elle était rapide et efficace. Elle quitta alors mes genoux pour prendre son téléphone. J’eus un sourire en coin. Finalement, il lui servait même en tant que sorcière. Je reprenais le mien pour envoyer un sms à ma secrétaire qui avait répondu à mon premier. Elle avait été formée pour l’utiliser correctement malgré sa qualité de sorcière à elle aussi. Je trouvais ça bien plus rapide et instantané qu’un hibou et bien moins salissant, soyons honnête. Le déposais alors le petit déjeuner sur la table du salon. Elle s’assit juste devant le canapé là où je m’installai de l’autre côté de la table sur le tapis. Elle se servit alors simplement. J’avais toujours mon téléphone à la main, communiquant avec ma secrétaire en même temps que Sasha me parlait :

« Accepterais-tu de m’emmener sur ses plages que tu affectionnes tant ? J’ai besoin de prendre l’air et d’être loin de toute civilisation pour le moment… Je ne veux cependant pas te déranger. Si tu as du travail, je peux transplaner chez moi plutôt que t’ennuyer. »

« Non ça ira. On ira après le petit déjeuner. Tu fais quelle taille exactement ? »

Après m’avoir répondu, je transmettais l’information à ma secrétaire. Elle se chargea alors directement de l’affaire et me promis de m’envoyer tout ça d’ici une demi-heure par hibou. La remerciant, je lâchais enfin mon téléphone, me levant pour ouvrir la fenêtre et me posant enfin sur la table, pour manger un peu à mon tour. Je profitais d’un chocolat, adepte du café seulement en journée, et de quelques tartines de Nutella que j’affectionnais particulièrement. Mangeant tranquillement, je savais déjà où j’allais pouvoir l’emmener.

« On ira aux plages de Douvres. C’est juste à côté. » l’informai-je finalement où elle pouvait bien se trouver.

Je croquais alors dans une tartine, appréciant le petit déjeuner. Mine de rien, j’avais une faim de loup. Je profitais alors de ce moment de calme. De toute façon, on ne pourrait pas sortir avant que ma secrétaire n’ait envoyé ses vêtements. Autant donc profiter de cet instant. Pour ma part, j’allais remettre les mêmes fringues sans me soucier de ce détail contrairement à ce qu’on aurait pu penser. Ce n’est alors qu’après un bon moment qu’un hibou entra dans le salon avec un colis à la patte. J’étais bien heureux qu’elle soit sorcière. Ça pouvait me permettre d’user autant la magie que les accessoires moldus. Je lui tendis alors le colis :

« Tiens. Ma secrétaire t’a pris une robe simple pour la plage et des chaussures plates. »

Sans oublier les sous-vêtements sexy que je n’avais pas demandé mais ça, je n’étais pas sensé le savoir. En même temps je ne lui avais pas non plus dis que nous allions sur une plage mais bon à cette température, je nous voyais de toute façon mal nous baigner. Ma secrétaire avait dû penser que je voulais des vêtements pour une potentielle conquête. Après tout c’était assez rare mais ça m’arrivait de lui demander des vêtements pour une femme avec qui j’ai passé la nuit quand c’était nécessaire. Bref elle a dut penser que j’avais fini par craquer pour une autre femme depuis la dernière d’il y a un mois…

« Je te laisse te vêtir dans la chambre et on y va ? »

Je passerais alors par la salle de bain moi-même pour récupérer mon t-shirt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 13 Avr - 16:04
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


Je ne voulais pas le déranger. S’il avait du travail à faire, cela devait passer avant tout chose. Après tout, il ne me devait rien et au contraire, c’était moi qui lui en devais pas mal pour la peine. Comment définir notre relation alors ? Des amis ? Moi et l’amitié, c’était assez bizarre. Je n’avais pas de vrai exemple, si ce n’était Mina et Alex, et encore, je ne savais pas si on pouvait citer Alex comme un exemple. Nous étions amis, oui, mais on était aussi plus que cela à nos heures perdues. Enfin, loin de moi pour le moment de faire la même chose avec Dorian.

« Non ça ira. On ira après le petit déjeuner. Tu fais quelle taille exactement ? »

Cette remarque me fit sourire, me rappelant la première soirée qu’on avait passés ensemble et le fiasco dans son choix de taille pour ma robe. Maintenant qu’il savait que j’étais sorcière, se doutait-il que ma baguette m’avait été d’une grande aide ? N’en disant rien pour autant, je lui donnais ma taille et il envoya un sms à je ne sais qui. De là, je finis mon petit déjeuné en silence jusqu’à ce qu’il ne reprenne la parole.

« On ira aux plages de Douvres. C’est juste à côté. »

Ok… donc là, on était tout sauf à Londres. Cette idée ne fut pourtant pas pour me déplaire, et je n’avais pas souvenir y avoir été un jour, sous-entendu à Douvres. Me levant, je vins donc à ses côtés près de la fenêtre pour me pencher et regardait à l’extérieur. Le paysage était tout sauf urbain, et l’étendu de verdure face à nous me donnait presque des ailes qui me firent sourire. Le temps passa en attendant alors que j’étais sur le canapé, à moitié allongée, à lire des prospectus sur la ville, quand un hibou arriva avec un paquet. Dorian en lu la note qui y était attaché avant de me tendre le paquet.

« Tiens. Ma secrétaire t’a pris une robe simple pour la plage et des chaussures plates. »

Une robe ? Sérieusement ? Il avait conscience qu’un jean ça aurait suffi ? Déjà, je n’en dis rien, mais je comptais bien le rembourser pour cela. Je n’étais pas là pour me faire entretenir. J’avais un travail, je gagnais mon salaire et c’était fait pour que je sois bel et bien indépendante. Je ne roulais pas sur l’or, mais je n’avais pas non plus besoin de grande marque ou j’en passais. Au moins, sa secrétaire n’avait pas choisi des talons, ce qui était un bon pas parmi plusieurs faux.

« Je te laisse te vêtir dans la chambre et on y va ? »

Le programme me paressait pas mal. Je me levais du canapé pour venir le rejoindre et jeter un coup d’œil sur le colis. J’espérai cependant qu’il ne pleuve pas… Laissant sans m’en rendre compte mon téléphone en mode sonnerie sur la table basse, je pris le paquet.

« Je vais tâcher de faire vite. »

Je partie ainsi dans la chambre pour laisser glisser le peignoir le long de mon corps. Je découvris alors à ma grande surprise de la lingerie bleu ciel, presque pastel, d’un sexy presque aussi flagrant que le tissu pouvait passer pour innocent. C’était assorti à la couleur de la robe, je le vis directement. Bon, cette fois, pour la taille, il n’y avait pas de doute, c’était la bonne. Pire, le soutien-gorge avait un effet push-up à en faire rougir Merlin. Secouant la tête, je me mis à déchanter par contre en découvrant la robe. Elle était faite de voile, plusieurs certes, mais de voile. Sur quelle planète vivait sa secrétaire au juste ? On était en octobre, voir bientôt novembre ! J’espérai alors deux choses : qu’il ne fasse pas trop froid, et ensuite, qu’il n’y ait pas de vent. Pourquoi ? Parce que la robe allait se soulever sans difficulté si tel était le cas pour montrer mes dessous de dentelle. Finissant par chausser la paire de ballerine bleu marine qui était avec, je revins vers le salon où il était toujours.

« Et voilà ! »

Bon, il me restait à me coiffer, mais avec ma baguette, cela ne demanderait pas beaucoup de temps. Je le vis partir alors à son tour vers la salle de bain là où mon regard se posa sur mon portable sur la table. Je découvris alors que j’avais un message. Ce truc l’affichait en pleine écran sans rien faire dès qu’il y en avait un nouveau. Je souris légèrement en voyant le nom d’Alex.

« Coucou ma belle !
Dis moi, es-tu disponible ce soir ?
Tiens moi au courant.
Alex. »

Je fis volontairement le choix de ne pas répondre, attendant de voir comment la journée se passerait. Je ne doutais pas cependant que Dorian avait du travail, si bien qu’il devrait me laisser. Hors, je n’étais pas sûre de vouloir rester seule ce soir…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 13 Avr - 18:13
Invité
Sasha était partie se changer dans la chambre. J’entendis alors son téléphone sonner. Ça devait être sa patronne. Je jetais un coup d’œil rapidos par curiosité. Oui je sais c’est maaaaaaal ! M’enfin je m’en accorde le droit. A ma grande surprise, je vis alors que ce n’était pas sa patronne à moins qu’elle l’appelle « ma belle » et qu’elle lui file des rancards le soir……… Et qu’elle s’appelle Alex. Mouais. Je suis sceptique. C’est qui ce type ? Je n’eus cependant pas le temps de me poser plus de questions. Elle apparut, me faisant regarder rapidement mon propre téléphone pour faire genre pas vu pas pris. Je la regardais. J’aimais bien sa robe. Elle était sympa. Je la vis alors se diriger vers son téléphone et sourire en lisant son sms. Mouais… Moi aussi je peux l’appeler « ma belle ». Je ne vois pas ce qu’il y a à sourire m’enfin passons. Je filais finir de m’habiller et me donner un brin de toilettes. Quand je revins, je ruminais sur ce ‘Alex’. Non pas que j’en sois jaloux… Sasha n’était pas ma possession. Mais je n’aimais pas la voir fréquenter un autre. Oui je sais je ne veux pas non plus sortir avec elle mais comprenez, j’ai du mal avec la notion de partage, c’est aussi simple que ça, que ce soit dans l’amitié ou tout autre. Remarquez… Pourquoi je me prends la tête ? Elle fréquente bien qui elle veut. Est-ce que je pète un câble comme ça avec Kat ? Bon ok je n’aime pas voire ma meilleure amie fréquenté non plus un homme. Quoiiii ? J’aime bien être le centre de l’attention. Est-ce de ma faute si j’étais égocentrique et égoïste ? Je n’ai jamais dit être la perfection incarnée… Quoi que physiquement je n’ai pas trop à me plaindre. Faut dire, dans la famille Hellson, on était plutôt canon, reconnaissons-le.

« Bon allez on y va. » me levai-je du canapé.

Je lui pris alors le téléphone de ses mains pour le ranger dans ma poche arrière alors qu’elle était en train d’écrire un sms. Elle ne put donc le finir et répondre à certainement un abruti de service qui la ferait souffrir avec le temps. Je pris ma propre baguette, une chance, elle avait la sienne dans sa main et hop, sans attendre de réaction de sa part, je transplanais alors sur la plage. Ouh ! Il ne faisait pas trop chaud ! Je regrettai de ne pas avoir demandé à ma secrétaire un pull. Je la regardais alors :

« Ça va ? Pas trop froid ? Tu veux ma veste ? »

Après tout je n’étais pas un enfoiré, je pouvais bien prendre sur moi pour éviter qu’elle ne tombe malade. J’étais costaud, elle était dans un état moyen. Vous me direz, je pouvais toujours utiliser la magie si on avait froid pour réchauffer nos corps afin de leur permettre de supporter le temps. Le sort n’était pas long mais bon. On pouvait déjà s’estimer heureux du merveilleux temps qui réchauffé un peu et juste un peu de vent.

« Si tu as vraiment froid, je peux utiliser la magie, le temps de demander à ma secrétaire de nous envoyer une veste en plus… »

Aurai-je finalement réponse à tout ? Oui je sais… J’en étais affreusement agaçant. Mais j’étais comme ça : prévoyant. Je marchais alors tranquillement avec son téléphone dans une de mes poches arrières de jean et le mien avec ma baguette dans l’autre. Au moins j’étais presque égalisé dans le poids des appareils sur mes fesses… Bref.

« Tu fais un truc ce soir ma belle ? » lui demandai-je.

Quoiiiiiiiiiiiiiiii ? Moi aussi je sais faire ! Comptais-je couper l’herbe sous le pied de cet… Alex ? Non… Vous croyez ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 13 Avr - 19:48
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


Ok… C’était quoi ça ? Depuis quand il me prenait mon téléphone des mains pour le mettre dans sa poche arrière de pantalon alors que j’étais en train de répondre à un sms ? Bon, d’accord, c’était lui qui avait acheté le téléphone, mais ne me l’avait-il pas offert ? Comme dirait Heather, donner c’est donner, reprendre c’est voler. Enfin, je n’eus pas le temps de dire quoi que ce soit qu’il nous fit transplaner pour qu’on finisse les pieds dans le sable. Bon, il ne faisait pas chaud. Sous le joug de la surprise, je grelotai légèrement à cause du vent.

« Ça va ? Pas trop froid ? Tu veux ma veste ? »

Je répondis non de la tête, me contenant juste de marcher à ses côtés. Le soleil suffit à me réchauffer assez rapidement, et fermant les yeux, mon bras venant à celui de Dorian, je me laissais juste aller. Ca faisait du bien. Cette attention douce de ma part avait par contre peut-être de quoi le déstabiliser, mais pour ma part, c’était sans ambiguïté ni arrière-pensée. J’étais juste bien, loin de la foule et de la prison que pouvait de temps à autres représenter Londres.

« Si tu as vraiment froid, je peux utiliser la magie, le temps de demander à ma secrétaire de nous envoyer une veste en plus… »

Encore une fois, je fis non de la tête. Je n’étais pas en sucre après tout. Il allait falloir qu’il arrête de me couver autant. Ce n’était pas désagréable, mais j’étais loin d’être de celle qui ne savait pas se débrouiller seule, bien au contraire.

« Tu fais un truc ce soir ma belle ? »

Décidément, ils avaient tous cette question à la bouche aujourd’hui. D’abord Alex, et en suite lui. C’était quoi cette manie de toujours vouloir tout planifier…

« Pas vraiment enco…. »

Je me stoppai net, réalisant une chose que je n’avais pas notée sur le coup. « Ma belle » ? Jamais il ne m’avait appelé comme cela, et là, comme de juste, il le faisait alors qu’Alex m’avait juste avant envoyé un sms quand je n’étais pas à côté de mon téléphone pour le voir directement. M’écartant de lui, je me mis à le fixer avec rien de bon dans le regard.

« Je rêve ou tu as lu mes messages ? »

Il ne répondit rien, restant impassible et ce fut comme s’il hurla un grand oui pour ensuite l’écrire dans le sable. Je m’écartai de lui subitement, pour le coup en colère.

« Je peux savoir de quel droit ? Rah ce n’est pas possible de vouloir tout contrôler comme ça ! Tu m’agaces ! »

Je parti d’un pas presser au-devant pour le planter comme un cocotier dans le sable. Non mais je rêvais, pour qui se prenait-il ? J’en perdis mes chaussures et je m’en moquais comme de l’an trois mille, allant jusqu’à la mer pour laisser l’eau venir m’atteindre. Le froid me calma, et je restai là sans bouger. Ne me retournant pas, je ne fis pas attention quand, quelques minutes plus tard, il fut à mes côtés. Ne quittant pas l’horizon du regard, j’avais de nouveau baissé en pression. Il pouvait s’estimer heureux.

« Heather adorerait cet endroit… Mais je ne veux pas te l’imposer. »

Je ne voulais pas être un fardeau pour lui, et vu la nuit passé, ce n’était même pas la peine d’en parler. Pourtant Heather aurait adoré la plage. Froid ou pas, elle aurait été capable de vouloir se baigner, ou alors, faire un château de sable. Je me fis la promesse de l’y emmener un jour, quitte à ce qu’on soit que toute les deux pour ne déranger personne. Cela ne serait pas fait pour m’aider, mais aurais-je le choix ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 14 Avr - 18:57
Invité

Ok, le « ma belle » avait était peut-être un peu impulsif sur les bords mais je n’aimais pas l’idée que ce Alex s’approprie Sasha. Ne pouvait-il pas aller trouver un jouet ailleurs ? Et c’est qui ce type d’abord ? Il est qui ? Il fait quoi dans la vie ? Il a quel âge ? Elle le voit souvent ? C’âge ? Elle le voit souvent ? C’est un passe-temps ou son mec ? Bref, je m’en fous, je ne veux pas savoir, ça me regarde pas après tout mais je n’aimais pas l’idée de voir un élément perturbateur arriver comme un cheveu sur la soupe. Elle commença alors à me répondre et ça me suffit pour savoir qu’elle n’avait rien de prévu ou du moins qu’elle n’allait pas forcément accepter la soirée avec ce type et je pus décemment donc savoir ce que moi je ferais ce soir. Elle se stoppa pourtant net. Tiens, elle a calculé le « ma belle ». Elle s’écarta de moi pour me fixer. Rien qu’à son regard, je sus que ça ne lui plus pas mais alors pas du tout. Quoi… Elle n’aime pas qu’on lui dise qu’elle est belle ? Elle préfère que je lui sorte un « tu fais quoi ce soir ma moche ? » mouais bof. Je m’en prendrai une connaissant son tempérament assez incontrôlable. Or j’avais un bon instinct de préservation. Je préférais l’éviter.

« Je rêve ou tu as lu mes messages ? »

Qui ? Moi ? Non. Moi je suis innocent. C’est ma curiosité maladive la fautive. Moi je ne suis qu’un ange descendu du ciel qui n’est que victime de ses tempéraments quelques peu impulsifs et irréfléchis. Je la regardais alors avec un regard qui en disait long. Je ne cherchais même pas à me défendre. J’avais regardé son téléphone oui et alors ? Ça pose un problème ? Oui ? Ah ? C’est cool.

« Je peux savoir de quel droit ? Rah ce n’est pas possible de vouloir tout contrôler comme ça ! Tu m’agaces ! »

Ouais j’avoue, je suis affreusement intenable mais en même temps c’est comme si le téléphone m’avait hurlé à la figure : « liiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis-mooiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!! » Je ne pouvais décemment résister à une telle tentation. Elle partit alors d’un pas pressé. Je levais les yeux au ciel. Susceptible. J’ai juste regardé la page de garde de ton téléphone… Ce n’est pas comme si je l’avais fouillé de fond en comble pour savoir les autres sms échangés avec ce ‘Alex’ même si ça me démangeait. Vous croyez que si je regarde maintenant elle hurle ? C’est quand même capricieux une femme… Elle perdit ses chaussures dans sa colère, me faisant pouffer de rire. Elle était en colère, moi j’étais amusé. Je la suivais alors, ramassant au passage ses chaussures… Elle alla dans l’eau et je dus prendre sur moi pour enlever mes propres chaussures, les laisser à ses côtés et aller à côté d’elle, laissant l’eau gelée atteindre mes pieds avec une grimace.

« Heather adorerait cet endroit… Mais je ne veux pas te l’imposer. »

Ok… Elle n’était pas en colère contre moi il y a cinq minutes … ? Je la regardais, sur le coup décontenancé. Si elle n’avait pas parlé d’Heather, j’aurais cru un instant qu’elle ait changé de personnalité. A moins qu’elle en ait une troisième. Mouais… Elle était surtout un brin lunatique et surtout bien folle. Qu’est-ce que je fous là moi…

« Tu peux si tu veux. »

Ouais je sais, je suis grave mais comment expliquer que j’étais bien curieux de voir comment évoluer le changement de personnalité et surtout d’apprendre à faire la différence sans me poser sans cesse la question : j’ai qui là ? Bref, elle pouvait bien la laisser jouer un peu. Du moment qu’elle ne me demandait pas de faire un château de sable. Moi vivant : JAMAIS !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 15 Avr - 9:34
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


Si j’étais une vraie girouette ? C’était possible. De la même façon que je changeais de personnalité, je pouvais changer d’humeur. Cela n’était pas toujours le cas. Quand j’étais vraiment en colère, la seule chose qui me permettait de redescendre, c’était de l’exercer physiquement. La dernière fois encore avec Mina et son débile de fiancée, je l’avais prouvé en tabassant un sorcier qui en passant avait presque eu les mains baladeuse su mon fessier. Enfin, là, j’étais loin, très loin d’être autant énervée, il pouvait donc s’en estimer heureux. Il fallait dire que le cadre y aider. Etre comme ça, au bord de mer, les pieds dans l’eau, avait un bon effet sur moi. Etait-ce si grave qu’il ait vu ce message ? oui, c’était grave car j’avais l’impression qu’il voulait tout contrôler de moi, chose que je n’avais jamais aimé, et en même temps, je fus bien calme quand il fut à côté de moi, ne prêtant pas attention à sa grimace, pensant juste à Heather. Je n’étais plus trop en colère contre elle. En même temps, ce n’était pas la première situation de crise que je pouvais connaitre, il fallait rester honnête. Elle était après tout mon petit trésor empoisonné.

« Tu peux si tu veux. »

Il était sûr de lui ? Mon regard se leva un instant vers lui pour voir le sien fixé sur l’horizon. Soit… Si cela ne le déranger pas… Heather ? Oui…. Tu vas pouvoir venir un peu petit ange. Mais il est toujours là ?Oui, mais il a dit qu’il était d’accord. A toi cependant de bien te comporter. D’accord, je vais essayer…

Je suis où ? On est pas à Londres ici et… Minute, c’est quoi l’eau froide qui arrive sur mes pieds !!!!

« Aaaahhhhhhh !!!!!!! »


Oups, je n’aurai pas du faire ça… Mais c’est froid, alors ce n’est pas de ma faute, j’ai été obligée de sauter dans ses bras pour pas me faire toucher par l’eau ! On dirait un petit singe accroché à sa mère ou son père ! Heureusement pour toi, il a des réflexe, il est réveillé et il a des muscles, sinon, vous auriez fini tous les deux par terre. Ah bon ? Il est musclé ? Ah oui !

« C’est froid ! Pourquoi on a les pieds dans l’eau ? »

Heather, réfléchit un peu avant de parler et regarde autour de toi ! Oh !!! Mais on est à la plage !!! J’adore la plage !!! Bon, je vais peut-être descendre de lui par contre sinon il va se fâcher, mais je veux plus aller dans l’eau, elle est trop froide. Rho… La plage ! La plage ! La plage ! Je ne peux que tourner sur moi, il y en a tout partout ! C’est plein de sable !!! En même temps, c’est un peu le principe d’une plage tu sais… Non ! Parfois ça peut être du caillou. J’ai déjà vu ça dans les livres, tu peux pas dire que je suis une menteuse. Je te l’accorde, mais passons. Arrête de tourner sur place, tu vas vomir notre petit déjeuné !

« C’est jolie ici ! Et c’est granddddd ! »

Heather, j’ai dit arrête ! Pfff… T’es pas drôle. Tu es encore fâchée c’est ça ? Non, je ne le suis plus. Et toi ? Tu boudes toujours ? Non, je ne boude plus, j’ai réfléchi et j’ai compris. Bon, je n’aime pas du tout ce qu’il a fait, mais je sais que j’ai fait une bêtise alors, je vais pas le bouder. Tu devrais lui dire. Oui, c’est une bonne idée, mais comment je peux le lui dire ? Tu as une idée ? C’est pas facile après tout… Ah !!! Je sais !!! Je fais un pas, je lui touche l’épaule et… je me sauve en courant !!!!!!

« Chat ! C’est toi qui y es ! »

Ok, là, même moi je ne suis pas sûre d’avoir compris…Bah je lui fais comprendre que je ne lui en veut pas et que j’ai compris puisque que je suis prête à jouer avec lui. Là, il doit m’attraper. J’espère qu’il connait ce jeu quand même… Mais oui, il doit forcément le connaitre, tout le monde connait le jeu du chat. Moi n tout cas, je cours et je rigole, mais ce n’est pas facile, le vent il n’arrête pas de soulever ma robe !!! Il va lui montrer ma culotte ! Ah bah ça… Rassure toi, je pense qu’il appréciera la vue…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 15 Avr - 15:32
Invité
Si je me doutais que j’allais regretter ma proposition ? Noooooon ! J’étais confiant. Je pensais que ça se passerait bien, qu’elle apparaitrait, qu’elle bouderait peut-être et qu’on marcherait. Pas qu’elle se jette sur moi comme une timbrée en voyant l’eau lui arriver sur les pieds !!! Je l’ai réceptionné de justesse mais il en avait fallu de peu ! Oui c’est froid… On est fin Octobre. C’est normal. Pourquoi on a les pieds dans l’eau ? Sasha ne pouvait pas lui expliquer ? Je levais les yeux au ciel. Et oui c’est jolie ici. Oui c’est grand. C’est même cool. Je la regardais faire, curieux, depuis qu’elle était descendue de sur moi. Cette fille me dépassait. En fait je n’avais tout simplement pas l’habitude de fréquenter des enfants. J’avais du mûrir bien vite. Après tout je n’avais que 22 ans mais j’avais le tempérament d’un homme de dix ans mon aîné. Quoi qu’il en soit, non, je ne voulais pas faire de château de sable.

« Chat ! » Chat ? « C’est toi qui y es ! » Hein ? Je suis pas un chat… quoi que si elle veut m’appeler « mon chat »... Je ne sais même pas si ça me dérangerait. Ça serait mignon. Et elle part en courant comme une dingue… Ok… Et je suis sensé faire quoi moi ? Lui courir après ? Oui je connais le jeu mais honnêtement… c’est comme les châteaux de sable. Ça me dépasse… Remarquez, entrapercevoir sa culotte en échange pouvait être sympa !

« Heather ! » l’interpellai-je cependant la voyant partir trop loin. Elle ne m’écoutait pas. Je levais les yeux au ciel. Cette enfant était insupportable ! Je regardais autour de nous. Il n’y avait vraiment personne. J’en profitais alors pour transplaner et pouf ! Je me retrouvais devant elle par surprise. En faisant cela, je lui fis une belle peur et j’en riais. Je l’attrapais alors : « Et le loup va manger l’agneau !!! » dis-je d’une voix de méchant.

Je ne réfléchissais alors pas, je plongeais le visage dans son cou et je faisais semblant de la manger en faisant des bruitages du genre : « mouar-mouar-mouar !!! Je te mange !!!! » Quoiiiii ? Je me laissais aller, elle devrait être contente !!! Je lui dévorais alos le cou innocemment comme on fait à une enfant de six ans alors que je la chatouillais sur le ventre. Elle se tortilla tellement qu’elle finit par me faire un croche patte. Tombant la première, mes bras et mes mains durent prendre cher pour éviter que je ne l’écrase au passage. Au dessus d’elle, je lui jetais un regard qui en disait long sur mon intention de continuer. Et hop, c’était parti pour un tour !!! Elle allait avoir du sable plein les cheveux mais je n’en avais que faire ! Elle pouvait bien hurler tant qu’à faire que je m’en fichais aussi comme de l’an 40. Je m’arrêtais alors finalement avec un sourire en coin :

« Alors c’est qui le chat maintenant ? » dis-je avant de me laisser retomber sur le dos à côté d’elle. Je regardais alors le ciel peu couvert. C’était une belle journée et j’avais encore ce sourire amusé. Je n’avais jamais fait ça et avoir un moment d’innocence faisait du bien. Seulement il fallait se reprendre… Je passais alors mes deux mains derrière la tête pour finir par dire : « c’est qui Alex ? » Comment ça je profite de l’innocence d’Heather pour obtenir une information ? Ce n’est pas du tout mon genre de faire ça ! Je la regardais cependant ave curiosité…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 15 Avr - 16:29
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


Hihi je cours très vite, il ne pourra pas m’attraper. Je serai toi, je ne parierai pas petit ange, même si je dois te féliciter pour cette idée. Je dois admettre que l’idée de le faire courir un peu n’est pas pour me déplaire, enfin, si il arrive à comprendre le jeu bien entendu. Mais pourquoi il ne comprendrait pas ? C’est tout simple ! Pour toi oui, mais s’il est coincé du cul, c’est moins sûr… Ca veut dire quoi coincé du… Non rien, je n’ai rien dis ! En tout cas, il est pas rapide et… AAAAAAAAAHHHHHHHHHH ! Je suis sourde O.O Non mais ça se fait pas d’apparaître comme ça, c’est de la triche !

« Et le loup va manger l’agneau !!! »

Euh… Qui va manger quoi ? Le loup ? Mais non il y a pas de loup…. AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHH !!!!!!!! Heather pitié arrête d’hurler dans tes pensées !!!! En vrai je m’en bas les bonbons, mais pas dans notre tête s’il te plait. Bah je crie aussi en vrai, mais il me chatouille, j’en peux plus je vais me faire pipi dessus. Il est en train de me manger au secours !!! Heather, arrête de te tortiller comme ça où… j’ai rien dit, trop tard. Pouf, on est par terre ! Ah non !!!! Il recommence ! Je vais mourir !!!! Je n’en peux plus, il faut qu’il arrête ! Ouf, il a fini. Il est beau quand il sourit comme ça !

« Alors c’est qui le chat maintenant ? »

Je rigole, il est gentil et j’aime mieux ça que quand il me gronde. J’aime pas quand on me gronde, même si je sais que c’est parce que j’ai fait une bêtise. Pourtant je fais pas exprès je le promets. Je n’aime pas quand les gens sont fâché, je préfère quand il sourit, comme là avec Dorian !

« C’est moi ! Mais moi, je suis plus un chaton tout mimi tout plein ! »

Bah oui hein, c’est vrai. Je suis toute petite dans ma tête, alors je suis comme un chaton. Il est vrai que tu ne ferais pas de mal à une mouche, je suis bien d’accord, sauf à toi-même peut-être… mais ça, c’est autre chose. En tout cas, il se retire de dessus moi et il s’allonge juste à côté. Je vais avoir du sable partout dans les cheveux, l’infirmière Germaine ne serait pas contente.

« C’est qui Alex ? »

Oh ! Il connait Alex ?! Non, il est surtout fourbe et trop curieux. C’est quoi être foutre ? J’ai dit fourbe, et rien, laisse faire. Tu peux lui répondre, cela ne me dérange pas, mais redresse toi, tu vas être toute sale à rester ainsi. Bah je vais où ? Tu peux te mettre à califourchon sur lui, mais attention, tu mets bien ta robe, il ne faut pas faire de pli. D’accord ! Bon bah je me redresse et je monte sur lui sans pour autant lui faire mal. Je vais me mettre juste en dessous de sa ceinture, ça sera bien comme ça, je n’appuierai pas sur son ventre. Et je fais attention à ma robe, je la mets bien tout autour de moi, mais pas sur moi. C’est rigolo, je sans son jean sur la peau de mes cuisse. Heureusement que j’ai une culotte !

« Alex ? C’est mon ami !!! Je le connais depuis trop trop trop longtemps. Bah en fait, on a été à l’école ensemble, mais on n’était pas dans la même maison. Moi j’étais jaune come un poussin, et lui, il était rouge comme les nez des clowns ! J’aime pas les clowns, ça fait peur… Enfin, un jour, il était malade, alors j’ai pris sa température. Il a pas aimé, mais qui aime vraiment ça après tout hein ? »

C’est vrai qu’il y a pas beaucoup de monde qui aime ça. C’est normal, et surtout si c’est toi qui t’en charge, mais passe cet épisode tu veux ? D’accord !

« J’ai été un petit moment sans le voir, c’était parce qu’on vivait dans le château d’Aaron, mais Sasha elle a pas voulu restée, elle était triste je crois… En tout cas, on est venu vivre dans notre chez nous et puis un jour, bah j’ai fait une bêtise. Je fais parfois beaucoup de bêtises… »

Ca, il ne dira pas le contraire. Rassure-moi… Ce n’est pas parce que tu as envie de faire pipi que tu remue comme ça doucement sur lui ? Non, c’est parce que je réfléchie, je fais toujours ça et puis c’est marrant. Je t’en prie continue !

« En tout cas, on est tombé de la moto de Sasha et il était dans le garage. Ca m’a fait tout drôle de le revoir, j’étais si contente que je lui ai sauté dessus alors que j’étais juste en serviette. Mais depuis en tout cas, bah il vient souvent me faire un coucou. Il passe plus de temps avec Sasha, mais ça, c’est parce qu’il vient quand je fais dodo je crois. Ca empêche pas qu’il m’emmène manger des glaces quand on va dans le parc ! »

Ça, tu aimes n’est-ce pas ? Oui !! j’adore, mais parfois, il me demande que tu reviennes, et c’est pas toujours juste… Heather, c’est quand il est l’heure pour toi de dormir qu’il fait ça. Ça n’a rien à voir avec toi, il pense à toi c’est tout. En tout cas, je suis bien moi là sur Dorian !

« Héhé c’est drôle ! A dada en douceur ! »

Et a dada, a dada ! Je m’amuse aujourd’hui !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 15 Avr - 18:18
Invité
C’est qui Alex ??? Oui je suis curieux et alors ? Oui c’est malhonnête de se servir d’une enfant et alors ? Je veux savoir qui est ce type. C’est mal ? Je m’en fou. Vraiment malsain ? Je m’en fou. Alors ? C’est qui Alex ma chère petite Heather… ?

« Alex ? C’est mon ami !!! » Mouais… « Je le connais depuis trop trop trop longtemps. » Mouais… « Bah en fait, on a été à l’école ensemble, mais on n’était pas dans la même maison. Moi j’étais jaune come un poussin, et lui, il était rouge comme les nez des clowns ! J’aime pas les clowns, ça fait peur… Enfin, un jour, il était malade, alors j’ai pris sa température. Il a pas aimé, mais qui aime vraiment ça après tout hein ? »

Ai-je le droit de dire avoir comprit qu’à la moitié et certainement pas cette histoire de couleur ? Elle devait parler de Poudlard seulement n’y étant pas aller, rien ne me parlait. Après tout, je n’y avais pas été… Bref maintenant je sais qu’elle n’aime pas les clowns. Je la laisse alors m’en dire un peu plus sur son ‘ami’. Forcément, venant d’Heather, il fallait qu’elle me blinde d’informations… La moitié était presque inutile. J’aurais du me douter qu’elle ne pourrait pas s’en empêcher. C’était une spécialiste du blabla et si Sasha voyait ça, elle devait bien en rire !!! J’apprenais au passage qu’elle faisait de la moto. Ai-je le droit de dire que je trouvais cela tout bonnement inconscient ? J’ai toujours pensé que la moto était un engin fait pour tuer. Je n’aimais pas l’idée de la voir en enfourcher une. Après tout, il y a d’autres façons de prendre le plaisir d’enfourcher un gros engin entre les cuisses…

Et bien évidemment elle ne peut pas se contenter de me dire son discours de sa place. Non… ça ne serait pas drôle… Il faut qu’en plus elle me monte dessus en prenant bien le soin de se poser audacieusement sur moi et de se dandiner comme si elle avait envie de faire pipi… Ah non… C’est pas pipi :

« A dada en douceur ! »

Mouais… Euh… Stop ? Non. Arrête. Stop. Pitié ? Je finis par poser mes mains vivement sur ses hanches pour qu’elle s’arrête.

« Stop. » dis-je d’une voix roque.

Cette… femme enfant était en train de rendre la situation quelque peu étroite dans mon pantalon malgré moi. Je la virais alors de là, n’aimant pas cette idée. La posant finalement à côté, je me relevais avant de dire en sa direction :

« Tu diras à Sasha qu’elle t’explique pourquoi on ne monte pas un hom… SUR un homme comme ça. » dis-je en écartant le pan de mon jean, un instant gêné.

Je finis par aller vers nos chaussures sans plus de cérémonies. Serais-je en train de paraitre distant et peut-être froid tout à coup ? Ecoutez, je n’avais pas prévu d’avoir une légère montée incontrôlée or si vous commencez à me connaitre, vous vous doutez bien que je ne peux supporter une telle chose. Ainsi, en marchant et respirant de bon coup, j’espérais que ça se calme…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 15 Avr - 19:05
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


J‘aime faire à dada ! Moi aussi mon cœur, moi aussi. Je t’en prie, tu peux continuer autant que tu veux. Mais c’est normal que ça devienne bizarre sous moi ? Oui, c’est normal, mais ne te préoccupe pas de ça, c’est une chose qui répond de mes compétences, pas des tiennes. Ah… si tu le dis. Oh, mais il me stop, c’est pas cool… Moi je ne veux pas m’arrêter. Pourquoi il veut pas continuer ? J’étais bien là moi ? Ah bah non, il veut vraiment pas. Pire, il me fait me lever de force ! Je veux bouder…

« Tu diras à Sasha qu’elle t’explique pourquoi on ne monte pas un hom… SUR un homme comme ça. »

Maniaque du contrôle ! C’est quoi ça ? C’est quoi un maniaco contrôle ? C’est lui, de A à Z ! Mouai… Moi je dis surtout que vous êtes bizarre tous les deux. J’y comprends rien et ça m’énerve ! C’est comme avec Alex. Vous pensez à des trucs de grand que je ne peux pas comprendre et moi, ça me fatigue. Je suis pas faite pour être laissé au coin, j’étais là la première d’abord et…Heather ? Oui ? Tais-toi. Tu es fatigante et en train de faire un caprice pas possible pour rien. Nia nia nia… Hé ! Mais il va où ?

« Attends-moi !!! »

C’est pas gentille ça ! Il pourrait m’attendre ! Tiens nos chaussures ! Je me disais aussi que c’était pas normal qu’on n’est pas de chaussure. Faut les remettre ? Bon, bah les miennes sont juste en face de Dorian. Zut, je vais être obligé de lui tourner le dos pour être dans le bon sens. J’espère qu’il va pas bouger, je suis vraiment juste devant lui, mais de dos. Et hop ! On se penche ! Euh… Heather ? Chut je me concentre ! Ahh mais il y a du vent qui a tout soulever ma robe pour me la remonter sur le dos. J’ai les fesses à l’air !!!!! Et lui un bel horizon devant lui, je t’aime ma puce !

« Houlà !! Il y a du vent ! »

Je vais pas pouvoir rester comme ça qu’en même, faut que j’essaie de remettre ma robe en place. Faudrait déjà que je me redresse remarque. Ah bah oui, en me redressant, c’est plus facile. Oublie pas Dorian ! Bah non je ne l’oublie pas ! Comment je pourrais l’oublier ? Je me retourner et je passe mes bras autour de son cou pour un gros câlin !! Il a une tête bizarre quand même. Pourtant, j’ai pas fait de bêtise cette fois hein ? Non, rassure-toi tu n’as rien fait de mal.

« Bon, pourquoi tu fais une tête toute triste ? Moi je préfère quand tu souris, tu es beau quand tu souris »

Il est plus grand que moi, ce n’est pas tout le temps facile. Je dois me mettre sur la pointe des pieds mais avec le sable, ça glisse. Je m’en moque, je veux lui faire un bisou sur la joue ! Euh… Heather, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée. Pourquoi ? C’est bien le bisous ! En plus, je suis une sorcière, donc ça veut dire que c’est des bisous magiques ! Moi je veux le voir sourire, et pour cela, bah je lui fais un câlin…oui, ça je le vois.. Mais ça a pas l’air de fonctionner, il est tout coincé du tirebouchon ! Ahah ! Promet-moi de la dire à voix haute un jour celle-là ! Euh… si tu veux… Mais en attendant, bah je vais lui faire un bisous sur la joue ! Heather non ! Si, je me dresse et ahhhhhhhhh je glisse !!!!!

Va-t’en je prend le relai et… mes lèvres atterrissent contre les siennes… Heather n’est plus là et c’est une chance, mais du reste…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 16 Avr - 15:55
Invité
Merlin… Mon dieu… Marie… Morgane… Jésus… Guenièvre, Lancelot, Joseph tout ce que vous voulez… C’est quoi ces sous-vêtements ?! Elle venait de se pencher et le vent avait fait le reste. Je ne pouvais dire qu’une chose : ma secrétaire avait de bons goûts. Si je m’attendais à ça ? Non. Je n’avais pas demandé à ma secrétaire une telle chose. Or je n’étais qu’un homme et entre le ‘dada’ et là et… son dérapage involontaire qui avait fini ses lèvres sur les miennes… Je n’étais qu’un homme. Mes mains s’étaient, par réflexe, posé sur ses hanches possessivement et mes lèvres avaient déclenché un baiser enflammé là où j’aurais dû me contenter d’être gêné. Mes mains remontèrent alors sur son corps avec prise et force. Loin de m’arrêter aussitôt ce baiser délivré, j’agrippais son corps avec force et possession pour amplifier ce baiser, résultat de ses innocences qui avait perturbé un corps loin d’être habitué à ce genre de provocation. Alors oui, je fus loin d’être sage et j’aurais du y réfléchir à deux fois en sachant l’enfant que j’avais entre les mains mais pardonnez-moi d’être sensible à ses charmes. Je la collais complètement contre moi. Pire, je l’aurais soulevé avec audace si j’en aurais pu. Si je faisais preuve d’autant de contrôle c’est bien parce que ça cachait quelque chose soit des impulsions incontrôlables. J’étais en train de l’embrasser d’une façon qu’elle ne devait pas connaitre. C’était un mélange de passion, de sauvagerie et surtout de manque de contrôle. Le genre de baiser qu’on vous donne avant de vous plaquer contre un mur pour vous soulever, vous écarter les cuisses et vous connaissez la suite. C’était une pulsion incontrôlable qui m’échappa et me donna presque l’envie de transplaner pour l’allonger sur le lit de ma suite et la prendre sans aucun ménagement. Je réussis pourtant, par je ne sais quelle folie à l’écarter finalement vivement de moi.

« Pardonnez-moi. »

Je m’écartais alors vivement si bien que je fis plusieurs mètre, me demandant même si piquer une tête ne serait pas le mien vu la situation dans laquelle mon jean devenait insupportablement gênant. Mais que m’avait-il pris bordel ?! Je ne perdais JAMAIS mes moyens comme ça ! Respire … ça va bien se passer. Tu annules tout. Tu la redéposes chez elle. Tu ne la revois plus avant une semaine et tout ira bien. Ce ne sera qu’un incident passé et oublié et donc : obsolète. Je me tournais vers elle.

« Je vous raccompagne chez vous. » lui dis-je finalement en tendant la main.

Plus tôt j’aurais posé cette femme chez elle, plus tôt je me serais renfermé dans ce travail, plus tôt je m’en portais mieux. A cet instant, je me foutais qu’elle passe sa soirée avec cet ‘Alex’. Tout ce qui m’importait c’était de m’éloigner pour retrouver le contrôle au lieu de laisser mes impulsions et envies décider à ma place. Merlin ou Dieu, prenez qui vous voulez, savez à quel point je la désirais avec ardeur. Je n’étais pas sûr de répondre de moi or je ne voulais pas d’une telle relation avec elle. J’en avais décidé ainsi depuis le début. Elle devait, avec le temps, pouvoir servir nos intérêts avec mon frère, or ce n’est pas en couchant avec une collaboratrice que j’allais les arranger. Non. Je me devais re retrouver le contrôle…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 16 Avr - 20:42
Invité
Grosse bêtise à l’horizon et révélation !
Dastan M. Helson && Heather “Sasha” Woolf


Avais-je pensé échapper à la catastrophe ? A mes yeux oui, en privant Heather de ce qui allait suivre, mais si je ne pus empêcher mes lèvres de venir à sa rencontre, je ne prévu pas non plus sa réaction. Il captura mon être dans ses bras pour prendre le contrôle de ses baisers, ne me laissant pas le temps de respirer. Pire, il y mêla de la passion qui fit que je me mis à y répondre sans le vouloir. Il pouvait bien écraser mon corps contre le sien, je ne demandais que cela. Il me meurtrie presque, n’étant pas doux sur sa prise, m’en faisant presque gémir si brutalement, il ne m’avait pas écartée de lui, pour mettre fin à cette passion soudaine.

« Pardonnez-moi. »

J’eus du mal à entendre ses mots… Pire, je ne les compris pas tout de suite. Je ne m’étais pas attendu à cela. Certes, j’avais ris intérieurement de le mettre mal à l’aise grâce à Heather, mais je ne m’étais pas attendu à temps de chose, tant de passion, presque brutal. Oui, je voulais lui faire perdre le contrôle, mais ne venais-je pas de me faire bruler à mon propre jeu ?

« Je vous raccompagne chez vous. »

Quoi ? Non, je ne voulais pas ! Mon sang ne fit qu’un tour dans mes veines. Je le voulais, je ne voulais pas qu’il parte, je ne le laisserai pas faire. Est-ce la raison qui me poussa à agir ? Sans lui laisser le temps de réagir, j’attrapai son poignet pour le faire transplaner. Sans qu’il ne vit rien venir, nous fûmes à la porte de mon appartement et d’un coup de baguette j’ouvris la porte pour venir ensuite le faire entrer en le plaquant contre le premier mur que je trouvais et l’embrasser à nouveau. S’il n’était pas d’accord ? Je ne lui laissais pas trop le choix, mes mains passant sur son torse pour descendre vers sa ceinture. C’était insensé, mais mon être réclamer le sien.

Il était le seul fautif. Je n’avais pas calculé que mes lèvres ne tombe sur les siennes. C’était lui qui avait vraiment commencé ce baiser en y mettant une passion soudaine, tout en agripant mon corps pour le plaquer contre le sien, me faisant clairement comprendre son envie de m’ôter ma culotte pour me soulever dans ses bras, que je passe mes jambes autour de sa taille, et ensuite me posséder. Je ne pouvais le laisser couper cours à tout en s’excusant et proposant de nous ramener… Nous ? Il m’avait vouvoyé… Il n’avait pas pensé à moi, Sasha, mais à nous Sasha et Heather…


« Dehors ! »

Je le mis radicalement à la porte aussi rapidement que je l’avais fait entrer dans mon appartement. Il avait pensé au deux, à nous deux… Avait-il au moins vu que j’étais là ? J’étais perdue, en colère et perdue… Jamais cela n’était arrivé, même pas avec Alex… Je me rendis même compte au passage que je n’avais plus mon téléphone, étant resté dans la poche du jean de Dorian… Soupirant, j’envoyai un hibou à Alex pour lui demander de ne pas passer. Pour le coup, je n’étais plus sûre de rien. Je ne contrôlais pas, et j’avais horreur de cela…

THE END

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Danger à l'horizon - pv Dastan
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» Le palais Sans-souci en Danger
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» GANDHI caniche abricot 8 ans danger Lille (59) AVANT 31/10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: