RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Discussion entre soeurs de coeur - pv Mina

avatar
Invité
Invité
Ven 17 Avr - 16:56
Invité




MINA & SASHA
Non, je ne veux pas de commentaire. Tu me connais, tu aurais dû savoir que ça arriverait, et en plus, tu n’es pas rentrée. Oui, je ne suis pas ta mère, mais j’ai peur pour toi, comme si tu étais Heather… m’en voudras-tu ?



La journée précédente ? Une horreur ! Enfin, plus la soirée que la journée pour être précise. Rencontrer le fiancé de Mina s’était révélé riche en enseignement et en déception. De tous les sorciers sangs purs aux chevilles gonflées, il avait fallu que ce soit lui ! Arcturus Lestrange, le type que je ne pouvais pas voir en peinture sans connaitre son nom. Cela m’avait valu de me bousiller la main sur le premier idiot de passage, mais si je l’avais soigné ? Avec les moyens du bord, il fallait rester honnête. J’aurai bien compté sur Mina, mais cette dernière n’était pas rentrée de la nuit. Autant vous passer mon humeur quand j’avais reçu son message pour me dire qu’elle resté avec lui. Lui en voulais-je ? Oui… Non… Je ne savais pas en fait. Je n’avais pas confiance en ce type, ce qui n’était pas fait pour m’aider. Oui, j’avais confiance en Mina, mais elle était trop innocente face au vautour qu’il était à mes yeux. Ma vision des choses n’était pas prête de changer, je pouvais vous le certifier. Il pouvait même venir en rampant pour me demander des excuses que je lui ferais laver le sol de mon appartement avec une brosse à dent avant d’envisager de revoir peut-être mon jugement. Je sais, j’en faisais trop, mais j’étais remontée.

Ma soirée, je l’avais passée seule, ne voulant voir personne. J’aurais peut-être pu appeler Alex, mais non, l’envie m’était trop vite passé, bien avant que je ne le contacte. J’avais choisi une bouteille de vint à la place pour faire passer la douleur. Je n’étais pas potion, c’était même tout le contraire, et donc, je ne risquais pas d’en boire pour me soigner. J’avais fini par m’endormir sur le canapé sans même m’en rendre compte, pour être ensuite réveillée par le petit jour et un connard qui klaxonner dans la rue en bas. Cela m’apprendrait à ne pas fermer la porte. En tout cas, résultat des courses ? Un mal de crâne en prime !

Me levant, je quittai ma tenue pour aller sous la douche avec pour idée de m’y noyer un peu. Je laissais un peu Heather prendre le relais, mais quand elle se mit à pleurer pour la douleur, je revins, préférant ça au fait qu’elle amplifie mon mal de tête. Pourquoi Merlin «était-il contre moi ? je finis, au bout de je ne sais pas combien de temps, par sortir et m’envelopper dans une serviette. Ensuite, je pris ce qui me tomba sous la main pour m’habiller et retourner au salon pour y découvrir Mina assise sur le canapé.


« Salut. » dis-je d’une voix non agressive, mais symbole de ma fatigue. Elle me regarda et pour ma part, je partie vers la cuisine pour me faire un café. Je pris au passage un paquet de petit pois dans le congélateur pour l’appliqua sur ma main plus que bleu.« Ça fait longtemps que tu es rentrée. » J’avais un peu perdu la notion du temps en étant sous la douche, et je devais bien admettre ne rien avoir entendu. Au moins, j’avais eu l’idée de tout ranger avant d’aller me laver. Une fois mon café fait, je vins dans mon fauteuil, non loin d’elle. Il était temps d’avoir une discussion non ? On n’allait pas parler de la pluie et du beau temps comme si de rien n’était après tout.« Je sais que je te dois des excuses pour hier, et je te les présente, mais je vais être honnête avec toi, je l’ai en travers de la gorge. Ce n’est pas contre toi cependant, et c’est bien pour cela que je suis partie hier... » Je ne voulais pas qu’elle croit que je lui en voulais, car ce n’était pas le cas. Si je lui en avais voulu, elle l’aurait su dès hier, quitte à venir la chercher par la peau des fesses auprès de l’autre gros débile.
code by Chocolate cookie


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 18 Avr - 14:31
Invité
La nuit avec Arcturus avait été réparatrice… Il l’avait veillé avec protection. Je ne saurais définir mais en entrant dans l’appartement, j’avais ce sourire habituel et amoureux quand je le quittais. Il m’avait complètement envoûté et quoi qu’il se passe, quoi que je fasse, quoi que je ressente, il savait transformer mes larmes en sourires. Je lui avais alors montré où je vivais pour qu’il puisse être rassuré avant de l’embrasser une dernière fois et franchir cette porte avec une douce mélodie peut-être fleur-bleue dans la tête. Il provoquait mes innocences, mes douceurs et ma naïveté. Il me redonnait simplement l’innocence perdue à la mort de mes parents. Avec lui, oui j’étais une future femme Lestrange mais je retrouvais aussi la douceur et l’innocence de mon enfance. Oui je pouvais être aussi redoutable mais il me rendait amoureuse. Je ne pourrais expliquer ce sentiment. C’était bien plus qu’une question physique. C’était un charme que Merlin avait dû me lancer quand ma route avait croisé cette d’Arcturus.

Je me posais alors sur le canapé en entendant la douche couler. Je vis le pot de bonbon sur la table basse. Oui j’avais mangé ce matin mais… depuis qu’Heather m’avait fait découvrir cette chose, j’avais du mal, beaucoup de mal à y résister. Je lorgnais alors le pot de bonbons. J’allais craquer quand Sasha apparut. C’était moins une…

« Salut. » me dit-elle simplement.

Je relevais alors le regard vers elle, inquiète qu’elle m’en veuille pour mon absence de cette nuit. Je ne dirai pas l’écouter pour autant si elle me disait que je ferai mieux de ne plus recommencer mais je m’en voulais d’être aussi… bref. Sasha n’avait pourtant pas l’air d’être vexée ou quoi que ce soit, juste fatiguée. Elle alla alors vers la cuisine et je la suivais. Elle utilisa le truc qui fait tout seul du café. Je la vis aussi ouvrir la boite blanche à froid pour prendre un sachet de petit poids. J’avais du mal avec les appareils moldus. Personnellement, tout avait toujours été très sorcier. Oui on utilisait l’électricité mais non pas des capable, simplement par magie. J’allumais les lumières avec ma baguette. Je ne découvrais le frigo que depuis Sasha, ayant des placards réfrigérants et pire, nos fours fonctionnaient avec des minis dragons. De plus c’était surtout les elfes de maison qui s’en occuper et non nous. Bref, vivre dans l’appartement de Sasha était une révolution et je n’avais toujours pas compris comment fonctionnait le machin qui fait ‘bip !’ dès qu’il a fini de chauffer je ne sais comment les aliments. Je ne comprenais pas en quoi tourner l’assiette sur un plateau et l’éclairer y faisait quelque chose mais soit… Le micro-machin-chose était… étrange pour moi. Alors qu’elle me parlait, je fixais encore l’appareil avec un air septique :

« ça fait longtemps que tu es rentrée ? »

Je vis alors l’état de sa main en me concentrant sur elle et je me mis à grimacer. Comment s’était-elle fait ça ?! Un autre ‘bip’ raisonna. Tout faisait bip chez Sasha ! C’était affreusement stressant… Le pire était son machin qui vibrait et sonnait sans cesse. Il me sortait par les yeux ! Je suivais alors Sasha qui s’installa sur son fauteuil et je revenais sur le canapé. J’allais alors lui demander si elle voulait que je regarde sa main mais elle me devança :

« Je sais que je te dois des excuses pour hier, et je te les présente, mais je vais être honnête avec toi, je l’ai en travers de la gorge. Ce n’est pas contre toi cependant, et c’est pour cela que je suis partie hier… »

Je comprenais et je la remerciais de n’avoir rien dit pour la nuit passée avec mon fiancé. Je sortais alors ma baguette de ma poche pour m’agenouiller près d’elle. Je lui pris la main de force. Lui demander aurait servi à rien. Elle aurait fait sa fier et aurait refusé mon aide. L’obligeant, j’allais alors lui empêcher une bonne douleur. Je lui enlevais les petits pois – inutile à mon sens – pour enlever aussi le bandage de fortune – très mal fait soit dit en passant – et je me concentrais sur sa plaie tout en disant :

« J'accepte tes excuses... Je ne t'en veux pas. Si tu veux mon avis, je ne m’attendais pas vraiment à ça hier mais on ne revient pas en arrière. J’aime cet homme Sasha et je ne renoncerai pas à mes fiançailles parce que ça ne plait pas à quelqu’un. Même au seigneur des ténèbres. On ne choisit pas ses sentiments. Je suis consciente qu’en question de manque de jugement j’ai le ticket gagnant. Un Lestrange… Il faut être fou, même pour moi. J’apprécie énormément Bellatrix Lestrange, tu le sais. Elle est comme un modèle pour moi mais de là à vouloir avoir la folie de me marier à son fils… Toute femme normalement constituait aurait fui la situation si elle ne lui était pas imposé mais malgré certains de ses tempéraments il est capable d’être si doux, tendre et attentionné… Je n’aurais jamais pu penser ça de lui au premier abord mais il est capable de grandes choses. Je sais que pour toi nul homme ne vaut de souffrir ou de se soumettre mais il est différent… Je lui ai avoué pour mon oncle. Il aurait pu fuir. Au lieu de ça il m’a pris dans ses bras me proposant de reculer la date et même ma première fois au-delà du mariage. J’ai refusé… » dis-je en me mordillant la lèvre, coupable. « Je ne veux pas laisser mon oncle gagner. Normalement, si tout va bien, ça sera donc le premier décembre. » lui confirmai-je la date même si elle pouvait toujours changer après les vacances.

J’avais fait mon choix. Qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il neige – et je l’espérais – et que ça ne plaise à personne, je serai sa femme pour le meilleur et pour le pire. On a peut l’occasion, dans mon rang, de faire un mariage d’amour. Je m’estimais chanceuse. J'avais même quelques étoiles plein les yeux en l’imaginant. Je ne voyais pas quelque chose d’immense mais je savais qu’il y aurait quand même pas mal de monde à cause de nos qualités de mangemorts. J’étais pourtant heureuse, que ce soit en petit comité ou non, de pouvoir dire haut et fort : j’appartiens à cet homme. En parlant d’ailleurs de possession…

« Sasha… » dis-je en m’occupant de sa main en même temps en passant la baume, apparut par ma baguette, sur sa blessure. « J’aimerai qu’on mette certaines choses au clair. Je comprends ta vision des choses et j’en tiens compte, crois-moi, mais ma vie privée avec Arcturus avant comme après le mariage ne nous regarde que nous. Je ne laisserai même pas sa mère ou sa sœur s’en mêler. J’aimerai donc que le sujet soit clos et que tu me fasses la promesse de ne pas t’immiscer dedans… C’est mon choix. Si je dois perdre ma virginité avec Arcturus avant le mariage, je la perdrais. J’appartiens à cet homme dès l’instant où j’ai dit oui à sa demande. J’ai défié cette stupide loi de tutelle pour cela. Que ce soit alors parce que je me sentirais prête ou parce que mon oncle devient trop menaçant, j’espère que tu ne me jugeras pas. On fait tous des choix qui ne sont pas toujours totalement respectable mais ce que j’apprends avec Arcturus c’est qu’au-delà des conventions, il y a les lois du cœur… » lui expliquai-je.

Je lui passais alors le bandage proprement autour de sa main pour finir de la soigner. J’admirais alors mon travail. Ça avait l’air bien plus propre et mieux fait que ce qu’elle avait fait avant moi.

« Et voilà ! » lui dis-je en lui rendant sa main. « Je peux savoir… Comment tu t’es fait ça ? » demandai-je alors curieux, estimant que le sujet de ma virginité était clos.

Je ne reviendrai pas sur mes choix. Je ne savais si j’attendrai le mariage. La question planait au-dessus de ma tête depuis mon « oui ». Je savais en être capable mais je savais aussi que mon oncle m’avait rendu mal à l’aise quand il s’agissait de me retrouver coincé entre un matelas et un homme, même Arcturus. Je ne supportais encore moins me retrouver face contre un matelas. Je revivais la scène malgré moi chaque nuit pour ne pas en rajouter une couche réellement avec Arcturus. J’avais mes séquelles mais je les savais surmontable. Je désirai mon fiancé avec la même force que dans le passé. Alors oui, je ne pouvais vraiment dire si je cèderai avant ou non parce que moi-même, je l’ignorai complètement…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 18 Avr - 19:18
Invité




MINA & SASHA
Non, je ne veux pas de commentaire. Tu me connais, tu aurais dû savoir que ça arriverait, et en plus, tu n’es pas rentrée. Oui, je ne suis pas ta mère, mais j’ai peur pour toi, comme si tu étais Heather… m’en voudras-tu ?



Une fois mon café fait, je ne m’attendis cependant pas à ce que Mina ne choppe ma main de force pour retirer mes petit pois et me retirer le bandage de fortune que je m’étais fait. Je sais, elle n’avait pas besoin de le dire, j’étais nulle en soin, mais en même temps, je n’étais pas médicomage moi, et elle savait que je préférai mourir que de me pointer à Sainte Mangouste pour demander de l’aide. En tout cas, elle fut également intelligente de ne pas me demander de lui montrer ma main, car borner comme je pouvais l’être, j’aurai pu refuser. C’est alors que l’air de rien, elle prit la parole tout en commençant à m’appliquer un baume qui me fit grimacer.

Ma deuxième grimace fut quand elle me dit l’aimer, même si je fis mon possible pour la masquer. Comment pouvait-elle aimer un être tel que lui ? C’était bien du Mina tout craché. Quitte à s’attirer des ennuis, elle ne le faisait pas à moitié et comme elle le dit si bien, elle tirait le ticket gagnant. En tout cas, je compris bien assez vite qu’elle n’avait pas connu son identité avant de soi-disant tomber sous son charme… le charme d’un serpent à sonnette pour ma part. Je n’arrivais pas à croire qu’il soit capable de douceur ou même encore d’attention, sauf dans la torture. Je ne remettais pas la parole de mon amie en doute, mais elle devait elle aussi reconnaitre que, vu les deux exemples que j’avais eu, c’était assez difficile à croire. Je n’aimais pas par contre l’idée impliquant de souffrir, mais elle m’empêcha de prendre la parole en m’avouant lui avoir dit pour son oncle. Lui avait-il dit que j’avais fini par un sort lui interdisant tout plaisir charnel à vie ? Qui sait, s’il n’était pas trop con, peut-être que son fiancé y verrait là une punition s’il agissait mal. Lui proposer de reculer la date ? Ok, c’était… hum… mignon de sa part, mais ça ne faisait pas tout non plus.


« Je ne veux pas laisser mon oncle gagner. Normalement, si tout va bien, ça sera donc le premier décembre. »

Là, je reconnaissais ma meilleure amie, une femme forte qui ne se laissait pas faire et … quoi ? Ah oui, donc quand elle m’avait dit dans un mois et une semaine, c’était vraiment dans un moins et une semaine. Elle voulait ma mort, il n’y avait pas d’autre possibilité… Il fallait que je respire, de toute façon, je n’avais pas grand-chose d’autre à faire. Elle reprit ensuite la parole, en me disant qu’il fallait qu’on parle. Vu le ton qu’elle employa, elle n’avait pas à le préciser, je l’avais deviné. Et elle attaqua le sujet de sa vie privée et de la façon dont j’avais agis. Si je ne dis rien, je me mordis la langue pour ne pas réagir quand elle se mit à parler de la possibilité de coucher avec l’autre gros débile avant son mariage. Elle n’avait pas tort sur le fond, mais la forme – sous-entendu le fiancé – faisant que j’avais du mal à avaler la pilule. Les lois du cœur ? Je n’y croyais pas, mais cela, elle ne pouvait pas m’en vouloir. En tout cas, elle eut vite fini de faire mon bandage et fini par me demande, comme si de rien n’était, ce que j’avais fabriqué pour me blesser.

« Merci… J’ai croisé un abruti en quittant le bar qui m’a cherchée et a pris pour lui et ton fiancé au passage. »

Je n’avais pas besoin d’en dire plus. Elle me connaissait assez pour savoir que quand je devais frapper, je le faisais, que ce soit avec un sort ou mes points. Prenant ma tasse de ma main valide, je m’appuyai dans le dossier de mon fauteuil pour repenser à ce qu’elle m’avait dit et surtout y répondre.

« D’accord… Je te promets de ne plus remettre ça sur le tapis, ou du moins, de me mêler de ce qui me regarde. Mais je vais être honnête, si tu viens à la lui céder avant, tu me décevras. Je sais, tu vas me dire que moi, je n’ai rien attendu et tu n’as pas tort, mais je n’ai jamais eu la chance que tu as eu. Oui, tu as perdu ta famille, mais tu as des amis qui t’aime, un fiancée qui selon toi t’aime, une mentor qui ne laissera personne te piétiner, des valeurs et des rêves. Moi, j’ai une mère folle qui ne me reconnait même pas, qui a été violer un soir et qui n’a pas compris pourquoi son ventre gonflait. J’ai à ma charge une gamine de six ans que j’aime plus que tout et que j’essaie de protéger au péril de ma vie. J’ai connu depuis ma naissance la torture de ceux qui voulait m’effacer, jusqu’à la torture de quelqu’un qui a voulu m’étudier en me faisant miroiter que je pouvais être importante pour lui. Je ne me plains pas, je ne suis pas non plus jalouse… Ma vie je l’accepte et je profite de ma liberté, mais la tienne à côté m’aurait largement plus. »

S’il fallait sortir les mouchoirs ? Non… Je ne voulais pas la faire se sentir mal et elle me connaissait assez pour savoir que là n’était pas mon intention. J’étais juste en train de justifier ma façon de voir. Je n’agissais presque jamais sans raison. Mais je comprenais aussi les siennes, ce qui me fis soupirer avant de continuer.

« Tu as ma parole, mais je veux aussi ta parole qui si il fait une chose qu’il ne faut pas. S’il va trop loin… Je veux que tu me promettes de me le dire et que tu me laisses agir. Je n’interviendrai pas sans mot de ta part, mais je veux que tu me promettes que tu me diras ses mots si c’est nécessaire. »

J’avais besoin de cette promesse de sa part, et je suis sure qu’elle pouvait encore une fois le comprendre.

code by Chocolate cookie


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 19 Avr - 9:32
Invité
Je venais de lui finir son bandage. J’étais alors curieuse de savoir comment elle s’était fait, soit si c’était de ma faute ou non si on devait résumer ma question en d’autres mots. Elle me donna alors la confirmation de mes craintes en m’avouant s’en être pris à un autre à cause de la rencontre avec mon fiancé. Je grimaçais. J’espérais que ces deux-là puisse trouver un terrain d’entente mais honnêtement, vu comment les choses s’étaient passées hier : je n’y croyais pas. L’un était aussi buté que l’autre. Je voyais mal mon fiancé s’excuser et de même pour Sasha si ce premier ne prenait pas les devants. Bref, je m’inquiétais un peu pour la suite même si je n’en disais rien.

Elle s’appuya alors contre le dossier de son fauteuil, sa tasse à la main. Je n’avais rien pris pour ma part, ayant mangé juste avant avec Arcturus. Elle accepta alors de ne plus parler de ma virginité. J’étais soulagée. J’estimais que ce fait ne regardait qu’Arcturus et moi.

« Mais je vais être honnête, si tu viens à la lui céder avant, tu me décevras. »

Et ça je m’en doutais parfaitement. Mais c’était mon choix et si je désirais que ça se passe comme ça, décevante ou non, je ne chercherai pas à savoir l’avis de ma meilleure amie. Je voulais son consentement mais avec ou sans, si j’en avais envie, je sais que je le ferai. J’étais bien trop libre et têtue pour m’en vouloir parce que mon amie pourrait en être déçue. Mon frère lui-même n’aurait pu m’en empêcher. Je la laissais alors continuer le sujet sur elle-même :

« Je sais, tu vas me dire que moi, je n’ai rien attendu et tu n’as pas tort, mais je n’ai jamais eu la chance que tu as eu. Oui, tu as perdu ta famille, mais tu as des amis qui t’aime, un fiancée qui selon toi t’aime, une mentor qui ne laissera personne te piétiner, des valeurs et des rêves. Moi, j’ai une mère folle qui ne me reconnait même pas, qui a été violer un soir et qui n’a pas compris pourquoi son ventre gonflait. J’ai à ma charge une gamine de six ans que j’aime plus que tout et que j’essaie de protéger au péril de ma vie. J’ai connu depuis ma naissance la torture de ceux qui voulait m’effacer, jusqu’à la torture de quelqu’un qui a voulu m’étudier en me faisant miroiter que je pouvais être importante pour lui. Je ne me plains pas, je ne suis pas non plus jalouse… Ma vie je l’accepte et je profite de ma liberté, mais la tienne à côté m’aurait largement plus. »

Je comprenais son point de vue. Je savais la chance que j’avais dans mon malheur. Que la vie m’ait arraché ma famille, j’avais eu toujours de la chance à côté. J’avais eu Matthieu pendant de nombreuses années, la plus cruelle, la plus dangereuse et la plus folle des mangemort me traitait comme sa fille, j’avais une meilleure amie prête à tout pour moi. J’avais mon éducation, un travail qui me plaisait, un talent pour le violon et finalement un fiancé attentionné. Oui ma vie avait ses embuches mais au fond, mon ange gardien avait toujours fait merveilleusement bien son travail pour ne pas m’exposer à une vie de déchéance. Je savais que Sasha avait bien moins de chance. Seulement je l’aimais comme elle était et je comprenais son point de vue. En cet instant alors plus qu’un autre, j’avais envie de la prendre dans mes bras et lui assurer que la roue tournait toujours. Après la pluie venait toujours le beau temps. Je concevais la vie comme cela. Je savais aussi que derrière l’orage pouvait éclater et je craignais la réaction du seigneur des ténèbres à tout cela. Je n’avais jamais craint mon maître. J’avais cette folie de ne pas avoir peur de lui mais je craignais sa réaction sur Arcturus. J’aimais cet homme et le savoir dans un sal état me hantait. Je n’en parlais pas, je le taisais mais cette idée me faisait bien plus peur que mon mariage en lui-même. Même si je ne doutais pas que me marier allait vite rattraper mes angoisses d’appartenir vraiment à un homme, chose que j’ai toujours refusé dans le passé…

« Tu as ma parole, mais je veux aussi ta parole qui si il fait une chose qu’il ne faut pas. S’il va trop loin… Je veux que tu me promettes de me le dire et que tu me laisses agir. Je n’interviendrai pas sans mot de ta part, mais je veux que tu me promettes que tu me diras ses mots si c’est nécessaire. »

« Je te le promets… »

Je savais qu’elle avait besoin de cette promesse pour être rassurée. J’avais la certitude n’en arriver jamais jusque-là mais si ça pouvait rassurer Sasha alors oui, je lui promettais que, si ça tournait mal entre mon fiancé et moi, je lui avouerai. J’avais conscience que cela impliquait ma première fois mais je doutais qu’Arcturus finisse par perdre patience et me force. De toute façon, s’il osait, c’est mon genou qu’il prendrait. Oui avec mon oncle j’avais été faible mais je craignais mon oncle. Il m’avait aussi prise au dépourvu. De là à dire que cette situation ne me serve pas de leçon… Mais je savais que nous n’en viendrons jamais là. Pire, je savais que je pourrais plutôt finir par plaquer moi-même mon propre fiancé contre un mur en lui demandant de me faire l’amour, ne supportant plus l’attente, prise dans des émotions violentes qu’il aurait surement créer juste avant. Le sujet était alors réellement clos et j’en fus soulagée. Je me levais alors finalement pour aller chercher un café moi-même. Ah oui c’est vrai… La machine. Je tentais de reproduire les gestes de Sasha. Je pus alors avoir mon café dans ma tasse. Le portant à mes lèvres, il était pourtant tiède. Je grimaçais. Je vis alors le micro-machin-truc. Oui je pourrais utiliser ma baguette mais c’était l’occasion rêvée de pouvoir ENFIN comprendre son fonctionnement.

« Ton micro-machin-truc… il faut appuyer sur quel bouton déjà ? »

C’est vrai… Il y a plein de bouton avec des symboles bizarres. Je reconnus simplement le chrono pour mettre le temps mais le reste restait un véritable mystère. Enfin commençons d’abord par l’ouvrir. Je tire… je tire… il ne veut pas ! Ah si c’est vrai faut appuyer sur ce bouton. Le truc s’ouvre. C’est magique ce machin en fait. En plus il fait de la lumière tout seul. Ça chauffe déjà ? Je place la tasse dedans et referme un grand coup – peut-être un peu trop grand mais je voulais être sûre qu’il soit fermé – et j’analysais le tout. Le temps que Sasha se bouge, j’avais programmé une décongélation d’une bonne heure sans le vouloir. Ma tasse tournait dedans sous la lumière. Je supposais que ça fonctionnait. Je regardais ma tasse, tournait et tournait en disant :

« C’est fou… Comment la lumière fait chauffer ? » demandai-je à Sasha, dépassé par l’appareil.

Oui j’ai l’air d’une illuminée mais pardonnez-moi, nous ne vivions vraiment pas dans le même monde… Moi, j’utilisais ma baguette pour réchauffer une tasse et pour un plat, il suffisait de le mettre dans le four à mini-dragons. Ils inventent vraiment tout et n’importe quoi quand même… Persuadée alors d’avoir su bien programmer ce machin, j’ouvrais alors un nouveau sujet :

« Il faut que je trouve une idée de cadeau pour Arcturus pour le mariage… A ton avis, qu’est-ce qui pourrait faire plaisir à un homme ? » demandai-je.

Je n’avais vraiment aucune idée sur ce terrain et j’étais persuadée que Sasha pouvait bien mieux m’éclairer que personne. Oui je pouvais aussi demander à la sœur d’Arcturus et je n’y manquerai pas mais je voulais d’abord le point de vue de ma meilleure amie. Après tout, elle avait bien plus d’expérience avec les hommes que moi. Elle avait du bien avoir une relation qui fonctionnait à peu près, du genre ce Black. Elle lui a bien déjà offert un cadeau d’anniversaire ou je ne sais quoi d’autres ? Bref, j’avais peut-être encore un mois mais sans aucune idée, cela pouvait passer plus rapidement que prévu…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 19 Avr - 15:46
Invité




MINA & SASHA
Non, je ne veux pas de commentaire. Tu me connais, tu aurais dû savoir que ça arriverait, et en plus, tu n’es pas rentrée. Oui, je ne suis pas ta mère, mais j’ai peur pour toi, comme si tu étais Heather… m’en voudras-tu ?



« Je te le promets… » dit-elle face à ma demande.

Soulagée ou presque, j’hochais la tête. Tiendrait-elle sa promesse ? J’avais assez confiance en elle pour l’espérer. Je pensais surtout que pour elle, selon son point de vue, elle n’aurait jamais besoin de me parler de quoi que ce soit. J’espérai qu’elle ait raison, je l’espérais vraiment. Me tromper ne me dérangerait pas plutôt que cette maudire phrase : « je te l’avais bien dit ». J’aimais avoir raison, mais pas tout le temps, et surtout si cela concernait le bonheur de mon amie. Je ne voulais pas la priver des étoiles qu’elle avait dans les yeux. Au moins, de nous deux, il y en aurait une qui aurait possiblement droit au bonheur.

Je vis alors Mina se lever pour aller se servir une tasse de café. Je vus le truc venir directement. Le café n’allait pas être chaud et elle allait vouloir le faire réchauffer avec le micro-onde. Depuis les quelques jours qu’elle vivait ici, cet appareil moldu état un vrai mystère pour elle, et encore, je ne vous parlais pas de la télévision… En tout cas, je la laissais faire, ou du moins, elle me laissa pas en placé une, louchant sur la tasse qui ne cessait de tourner sur elle-même.


« C’est fou… Comment la lumière fait chauffer ? »

Merlin, je ne voulais rien avoir entendu… Elle était sorcière, faire voler, gonfler et exploser un crapaud était normal, mais une simple lumière du monde moldu était censé faire chauffer le tout. Je n’étais pourtant pas sûre d’être dans de bonne disposition aujourd’hui pour lui faire un cours sur le monde moldu. Si elle avait passé une agréable nuit en compagnie de son gros débile, ce n’était pas mon cas… Et c’est là que je me rendis compte qu’un truc n’allait pas avec le micro-onde. Qu’est-ce qu’elle avait fabriqué ? Je n’eus pas le temps de regarder plus attentivement qu’elle manqua de me faire faire une crise cardiaque.

« Il faut que je trouve une idée de cadeau pour Arcturus pour le mariage… A ton avis, qu’est-ce qui pourrait faire plaisir à un homme ? »

Quoi ? J’avais bien entendu ? Elle était sérieuse là ? Elle voulait que je l’aide à trouver un cadeau pour l’autre con ? C’était pas un peu poussé comme demande là ? Devais-je lui rappeler que je devais ma main en bande à son bel et tendre abruti ?

« Tu es vraiment en train de me poser la question que je vins d’entendre ? »

Ce n’était même pas une vraie question et je fis comme si le sujet était clos, passant devant elle pour prendre la place devant le micro-onde et arrêter le massacre qu’elle était en train de faire. Stoppant le tout, je mis le bon programme le temps nécessaire pour que son café soit à la bonne température. Quand ça bipa, j’ouvris le tout pour lui donner moi-même sa tasse.

« Tiens, ça va être mieux ainsi. Je vais finir par te mettre des post-it sur les boutons qu’il faut utiliser comme pour Heather. »

Et j’en étais capable, qu’elle n’en doute pas une seconde. En tout cas, on retourna au salon et je repris place dans mon fauteuil en espérant qu’elle ne revienne pas sur le sujet. Je voulais bien aider, mais je regrettai déjà mon aide en niveau de lingerie pour elle alors c’était pas pour continuer sur la même voix. J’en soupirai à l’avance jusqu’à ce que un nouveau bip, bien que différent, suivit de vibrations, me fasse lever les yeux au ciel. Mon téléphone…ou du moins, celui que l’autre idiot du contrôle m’avait offert.

« Roh… Quoi encore ? Ma parole les hommes sont vraiment sur terre pour me pourrir la vie ! »

Je devenais mauvaise, et ce fut à peine si je regardais l’écran. Bon, d’accord, je le fis et ceci pour voir un message me demandant ce que je faisais. Il allait s’offusquer si je lui répondait que j’étais tranquille et heureuse jusqu’)à ce qu’il m’écrive ? D’accord, c’était pas la vérité…

code by Chocolate cookie


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 20 Avr - 9:59
Invité
« Tu es vraiment en train de me poser la question que je viens d’entendre ? » me demanda-t-elle en réponse à la mienne pour le présent d’Arcturus.

Je compris alors un ‘Il est hors de question que je participe au plaisir de ce gros débile, j’en ai déjà assez fait’. Je m’en doutais un peu mais au cas où, je tentais ma chance. J’allais donc devoir réfléchir seul et voir avec sa sœur pour avoir quelques indices sur ses goûts. Je n’avais vraiment aucune idée. Est-ce que m’offrir entière ça compte comme cadeau ? Mouais… Je devrais trouver quelque chose qui devrait lui faire plaisir. Pas facile du tout ! J’attendais alors devant le micro-truc sans me douter avoir mis le mauvais programme, réfléchissant à tout ça quand elle se leva pour arranger mon erreur et finalement me donner ma tasse chaude entre les mains. Je restais hébétée devant cette machine. J’avais fait quoi qui n’allait pas ? Elle ne me l’expliquerait même pas ! Non à la place elle me menaçait de me prendre comme Heather, soit une gamine de six ans. Je lui jetais un regard noir. Je n’ai jamais vraiment apprécié Heather. Je la supportais pour Sasha alors forcément, me comparer à elle n’était pas vraiment un compliment selon moi. J’allais alors répliquer mais son truc-qui-vibre fit un bordel du tonnerre. J’haussais les yeux au ciel en même temps qu’elle. Je n’aimais pas ce truc. C’était très… – trop – moldu pour moi. Et puis on a des hiboux quoi !

« Roh… Quoi encore ? Ma parole les hommes sont vraiment sur terre pour me pourrir la vie ! »

« C’est le type qui t’a envoyé ce machin insupportable ? » lui demandai-je finalement bien curieuse…

Sasha ne m’en avait pas encore vraiment parlé. Je savais qu’elle avait reçu ce colis de la part d’un homme mais avec mes histoires, j’avouais ne pas m’être encore intéressé à ces messages récurrents. Je savais juste qu’il s’agissait d’un idiot mais je trouvais que pour un idiot, elle lui répondait bien souvent… Ma curiosité était piquée.

« Tu ne m’en a jamais vraiment parlé or tu as quand même l’air de communiquer souvent avec lui… » lui rappelai-je.

Oui elle s’énervait beaucoup après son truc mais elle répondait la plupart du temps, ne pouvant s’en empêcher. J’avais bien remarqué que cet homme l’énervait mais je connaissais ma meilleure amie. L’énerver n’était pas une porte fermée à sa vie privée. Avaient-ils déjà couché ensemble ? Quoiiii ? Je connais Sasha ! C’est tout… Je la regardais alors du canapé, pleine de sous-entendus d’un air de dire : ‘je veux tout savoir, crache le morceau ou je continue de parler de mon fiancé et je doute que ça te plaise’. Elle avait le choix : soit on parlait de mon fiancé, soit on parlait de cet idiot qui se croit tout permi… Alors ? Des révélations à me faire ?

« Parle-moi un peu de lui. Tu l'as rencontré où déjà ? » l’encourageai-je.

Après tout, s’il fallait qu’elle passe sa langue de vipère sur quelqu’un, je préférais encore que ce soit cet inconnu qui avait l’air de l’exaspérer plutôt que sur mon fiancé…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 20 Avr - 18:36
Invité




MINA & SASHA
Non, je ne veux pas de commentaire. Tu me connais, tu aurais dû savoir que ça arriverait, et en plus, tu n’es pas rentrée. Oui, je ne suis pas ta mère, mais j’ai peur pour toi, comme si tu étais Heather… m’en voudras-tu ?



« C’est le type qui t’a envoyé ce machin insupportable ? » me demanda Mina, bien curieuse.

Elle ne croyait pas si bien dire, et je finis par soupirer et hochais la tête pour lui répondre. Oui, c’était monsieur maniaque du contrôle, et ce n’était vraiment pas le moment. Non mais sérieusement, il voulait quoi ? Si j’avais été aux toilettes, il aurait fallu que je lui dise ? C’était quoi cette manie de me surveiller et de vouloir savoir ce que je faisais. Il n’avait pas de vie ? C’était peut-être là la vérité… En dehors de son boulot, il ne devait pas avoir de vie ! Non mais il ne pouvait pas aller sortir son clébard plutôt que de m’écrire à tout bout de champ ?! En plus, vue le regard de Mina, je le sentis mal, très mal…


« Tu ne m’en a jamais vraiment parlé or tu as quand même l’air de communiquer souvent avec lui…»

Oh non, par Merlin non pas ça… Il était hors de question que je parle sur ce maniaque du contrôle, il allait avoir les chevilles qui allaient gonfler à distance ! Non Mina, cesse de me regarder comme ça, ça ne sert à rien… Et merde ! Je la connaissais, et quand elle avait un truc en tête, elle ne l’avait pas ailleurs. C’était soit le maniaque du contrôle, soit le gros débile c’est ça ? Merlin m’en voulait, il n’y avait pas d’autre mot ! Je soupirai donc à nouveau et elle se mit à sourire. Je n’étais pas folle, enfin, pas sur ce point-là, et je sus qu’elle avait tout de suite vu qu’elle venait de m’avoir.

« Parle-moi un peu de lui. Tu l'as rencontré où déjà ? » m’encouragea-t-elle.

Ou me découragea, tout dépend du point de vu… Je voulais sauter par la fenêtre, sombrer et disparaitre dans mon fauteuil. Pire ! Devenir mon fauteuil ! A ce rythme, c’était pas du café qu’il allait me falloir, mais un verre de vodka ou de whisky pur feu !


« Ce n’est pas moi qui l’ait rencontré mais Heather, ou encore pour être plus exacte, elle a rencontré son affreux clébard qui lui a sauté dessus à la bibliothèque ! »

Rien que d’y repenser, j’eus envie de vomir. Il n’avait pas été capable de tenir son chien qui avait fait un ravalement de façade à Heather. Oh elle, elle avait adorée. Moi, j’avais eu envie de vomir juste pour l’haleine du clébard. Mais si seulement les choses s’étaient arrêtées là… Non, ça aurait été trop beau voyons !

« Ce chien s’est pris d’amour pour Heather, sauf que le jour où je fus présente, et bien le chien vit rouge et le maitre ne comprit pas. De là, il s’est permis de m’obliger à venir manger dans un restaurant avec lui, m’apportant même une robe pour être « présentable » et se croyant permis de pouvoir me contrôler. Je ne cesse de l’envoyer chier dès qu’il m’écrit sur ce truc mais il semble dénué d’intelligence. J’attends de voir jusqu’où peut aller sa connerie, ou si je vais devoir lui envoyer son bordel à la figure un jour…»

Dire que cela ne remontait qu’à deux jours auparavant… Et j’en pouvais plus comme si cela faisait déjà plusieurs mois. Cet homme était envahissant, gonflant, insupportable, bref, il m’énervait. En plus, il fallait qu’il soit sexy… J’étais sûre qu’il devait passer une heure à se dire qu’il était beau tous les matins dans sa salle de bain en face du miroir…

« Bref, c’est un homme dans toute sa splendeur que je vais me faire un plaisir à ramener les pieds sur terre à coup de pieds dans le derrière. »

Et je n’avais pas dit ramener dans mon lit ! Non parce que je voyais le truc venir tout de suite, elle allait me demander si j’avais couché avec lui, et si non, quand est-ce que je comptais le faire…

code by Chocolate cookie


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 21 Avr - 10:42
Invité
Sasha & Mina.
Discussion entre sœurs de coeur


J’étais curieuse mais ce n’était pas nouveau. Je la voyais communiquer souvent avec cet homme. Aurait-elle un nouvel amant ? Deux à la fois ? Ça n’était pas un peu trop ? A moins que cet homme soit quelque chose d’autre ? Un potentiel amour ? Je ne voyais pas Sasha se laisser prendre aussi facilement par des sentiments mais ne jamais dire jamais. J’en étais la preuve vivante. Alors ? Qui est-ce ? Que représente-t-il pour toi ? Quel âge a-t-il ? C’est un sang pur ? Il fait quoi dans la vie ? Comment est-il ? As-tu déjà couché avec ? Je voulais savoir tout ça.

« Ce n’est pas moi qui l’ait rencontré mais Heather, ou encore pour être plus exacte, elle a rencontré son affreux clébard qui lui a sauté dessus à la bibliothèque ! » Donc il a un chien. C’est un chien normal ou un familier ? Quoiiii ? J’étais curieuse pour mon amie. Je la voyais garder un homme plus longtemps que de coutume. Oui bon ça pourrait être comme ce Black mais quand même… On ne couche pas comme ça avec deux personnes à la fois juste pour le fun non ? J’avais du mal avec cette conception de la chose. Donc. Un chien, gros apparemment s’il lui a sauté dessus. Mais encore ? « Ce chien s’est pris d’amour pour Heather, » Je vois… faute de goût… On ne peut en vouloir à ce chien… Après tout c’est un animal débile qui ne cesse de remuer la queue, un peu comme les hommes selon Sasha même si fort heureusement je voyais mon fiancé d’une façon plus valorisante tout de même. « sauf que le jour où je fus présente, et bien le chien vit rouge et le maitre ne comprit pas. » Soit ce chien était perspicace, c’est possible aussi, soit je visais juste : c’était un familier et si vous voulez mon avis, je n’avais pas intérêt à le croiser. Les familiers sont connus pour préserver leur maître du mal. Enfin pour ce qui est de Sasha, je ne me faisais pas trop de soucis. Elle était très dangereuse mais pas mangemorte ce qui devait la sauver un peu, si toutefois ce chien était bien un familier…

« De là, il s’est permis de m’obliger à venir manger dans un restaurant avec lui, m’apportant même une robe pour être « présentable » et se croyant permis de pouvoir me contrôler. Je ne cesse de l’envoyer chier dès qu’il m’écrit sur ce truc mais il semble dénué d’intelligence. J’attends de voir jusqu’où peut aller sa connerie, ou si je vais devoir lui envoyer son bordel à la figure un jour… » On peut aussi envoyer son machin dans les toilettes et le problème serait réglé mais je connaissais Sasha. Etait-elle en train de s’inventer une magnifique excuse juste pour lui répondre et le revoir ? J’avais la sensation lui plaisait bien plus que ne la dérangeait. Après tout Sasha était radicale, elle pouvait facilement ignorer et couper net les ponts si elle le voulait. Doooooooonc elle ne le voulait pas. Est-il aussi doué au lit pour qu’elle ait du mal à s’en détacher ? « Bref, c’est un homme dans toute sa splendeur que je vais me faire un plaisir à ramener les pieds sur terre à coup de pieds dans le derrière. » ok. Elle prend son pied, ça l’énerve et donc tente de rabaisser cet homme qui ne doit pas lui faciliter la tâche. Je ne voyais que ça et je lui répondis donc dans un grand naturel déconcertant : « Il est si bon que ça… ? » Mais au vue de son regard à ma question, je dus cependant éclairer mes propos : « Pour qu’un homme t’énerve autant sans pour autant t’en débarrassant, cherchant même un prétexte pour continuer, c’est qu’il doit être doué au lit je suppose… » lui dis-je avec un sourire en coin. M’en voudrait-elle de penser cela comme ça ? En même temps, excusez-moi, mais le seul homme qui ait réussi à rester dans sa vie durant des années c’est Alexander Black or je savais très bien qu’ils couchaient ensemble pour passer le temps. Dooooonc ! Ce type devait être doué au lit. Sinon elle l’aurait supprimé de sa vie depuis bien longtemps. Et pour être doué, il devait être doué parce que franchement, pour réussir à la faire répondre et rester ainsi sans s’éloigner, il devait en avoir… Merlin mais où trouvait-elle la force, la volonté et autant de désirs pour tout ça ?! J’étais sidérée. « Laisse-moi deviner… Grand, musclé et châtain clair ou blond. » Quoi ? Elle craquait à chaque fois sur ce genre de mec… Ce qui me rassurait fortement d’ailleurs. Arcturus était grand et je n’avais pas à me plaindre dans sa musculature mais il était brun et des yeux sombres, ce qui me plaisait bien. En plus de ça, le type de Sasha avait l’air sûr de lui et un poil arrogant. Je me mis à rire. « Tu es consciente de fréquenter vraiment le même genre d’hommes… Peut-être que Black ne maîtrise pas ta vie comme ça mais sinon c’est un peu le même… Peut-être simplement poussé à l’extrême en fait. Allez avoue-le… Il te fait craquer ! » en concluai-je avec un immense sourire amusé. Sasha prise par un homme – pardonnez mon jeu de mot – ça c’était fort. Mais j’étais surtout contente de voir qu’elle pouvait encore s’attacher à un homme. Elle avait eut tant de problèmes avec la gente féminine que j’avais presque perdu espoir. Serais-je en train de me monter la tête toute seule ? Non, nullement. J’étais persuadée que ce type l’attirait et pour la taquiner, je lui demandais finalement : « Tu me le présentes quand ? » Oui je sais… j’en rajoute une couche et je suis ignoble mais laissez-moi espérer pour ma meilleure amie ! Elle méritait elle aussi de tomber amoureuse…

Codes par Wild Hunger.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 21 Avr - 14:55
Invité




MINA & SASHA
Non, je ne veux pas de commentaire. Tu me connais, tu aurais dû savoir que ça arriverait, et en plus, tu n’es pas rentrée. Oui, je ne suis pas ta mère, mais j’ai peur pour toi, comme si tu étais Heather… m’en voudras-tu ?



Par Merlin qu’elle ne veuille pas continuer sur ce sujet. J’étais bien assez agacé avec ce maniaque du contrôle qui ne cessait de me harceler sans qu’en plus elle eut besoin de me le rappeler. Ce mec avait juste besoin d’être remis à sa place et c’était tout, fin de la discussion.« Il est si bon que ça… ? » Pardon ? Je manquais de cracher mon café à ses mots. Elle entendait quoi par là au juste ? Qu’est-ce qu’elle était en train de s’imaginer ? Non, en fait, je ne voulais pas le savoir…« Pour qu’un homme t’énerve autant sans pour autant t’en débarrassant, cherchant même un prétexte pour continuer, c’est qu’il doit être doué au lit je suppose… » Merlin… Je ne voulais pas entendre ça… Non mais je rêve, elle me prenait pour qui au juste ? Quelqu’un qui couche avec tout ce qu’elle croise ? Bon, d’accord, cela m’arrivait, mais mon appartement n’était pas une maison close et surtout, SURTOUT, je n’avais jamais au grand jamais couché avec ce maniaque du contrôle doublé d’un crétin ! Il l’avait payée pour qu’elle dise ça, c’était obligé. Il avait les chevilles tellement grosse que je ne sais pas comment il avait fait, mais il avait réussi à soudoyer mon amie pour qu’elle dise des bêtises plus grosses qu’elle !

« Laisse-moi deviner… Grand, musclé et châtain clair ou blond. » D’accord… Là, pas de doute, j’allais tuer ce crétin sans nom ! Il n’y avait pas d’autre possibilité, il était allé lui parler. J’allais lui faire comprendre qu’on ne pouvait pas rentrer dans ma vie comme ça, surtout si je ne l’autorisais pas ! J’allais le tuer ! Hum… respire Sasha, reprends-toi et reprends-toi vite, ce type ne doit pas te toucher autant… Tu ne ferais que lui donner raison. Mina devait juste avoir imaginé et par chance tiré juste…« Tu es consciente de fréquenter vraiment le même genre d’hommes… Peut-être que Black ne maîtrise pas ta vie comme ça mais sinon c’est un peu le même… Peut-être simplement poussé à l’extrême en fait. Allez avoue-le… Il te fait craquer ! » NON !!!! Enfin, oui, je fréquentais un peu trop facilement le même genre d’homme, quoi que non, car Aaron était brun, mais merde ! Elle m’énervait, elle avait tout gagné. Non je ne craquais pas pour ce type, il m’exaspérait au plus haut point ! Merlin vient mi en aide !!!« Tu me le présentes quand ? »

Merlin venait de m’abandonner… Je me laissais couler dans mon fauteuil en ayant envie de disparaitre. Et si je faisais venir Heather ? Mina me tuerait pour cela ? Moi, je voulais juste aller voir ailleurs si j’y étais. Je devais camer le truc et très vite avant qu’elle ne lance je ne sais quoi pour le faire venir dans mon salon sans même m’en parler.
« Non…. Non… et … non ! » dis-je en pesant chaque mot. Je répondais ainsi à tout ce qu’elle avait dit, lui indiquant qu’elle se plantait du début à la fin. « Mina, je ne couche pas avec ce pauvre type, qu’on soit bien d’accord, et je ne compte pas coucher avec lui mais bien au contraire l’émasculer psychologiquement ! Je ne sais même pas s’il est sorcier en plus, mais vu le nombre de sorcier qui se cache à Londres et le comportement de son clébard… Bref, je ne prends pas de risque là-dessus. Je tiens à ma tête. » C’était quoi cette manie de vouloir me caser avec je ne sais qui. Elle m’avait habituée au mangemort, mais là, elle battait des records. Si je la décevais ? bah tant pis…« Et donc je ne te le présenterai pas, sauf si j’en arrive à avoir besoin de ton aide pour lui faire ravaler son orgueil, mais tu comprendras que je veuille m’en charger moi-même ! Et au faite, je ne fréquente pas le même genre d’homme, c’est absurde comme remarque !» Toute cette conversation était absurde d’ailleurs…



code by Chocolate cookie


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 21 Avr - 16:34
Invité
Sasha & Mina
Discussion entre sœurs de coeur


Ppour moi, Sasha aimait cet homme ou du moins avait une forte attirance. Après tout pourquoi s’embêterait-elle autant avec un crétin pareil ?! Qu’elle me sorte alors son : « Non…. Non… et … non ! » Je n’y croyais pas. Pour moi elle ne faisait que se mentir à elle-même et je ne pus m’empêcher d’afficher un sourire en coin. Je la connaissais par cœur. Elle était déjà tombée amoureuse d’une fois et n’allait pas me dire que ce n’était pas la même histoire… Bon d’accord ce n’était pas tout à fait la même mais Sasha avait une tendance à tomber amoureuse des hommes puissants or du peu que j’en savais qu’elle avait déjà bien voulu me dire jusque-là, il avait l’air d’avoir de l’argent. Je ne doutais alors pas, par son tempérament, qu’il devait avoir l’habitude d’avoir surement des hommes sous sa coupe. En tout cas, je n’intervins cependant pas tout de suite, laissant Sasha tout d’abord s’exprimer : « Mina, je ne couche pas avec ce pauvre type, qu’on soit bien d’accord, » Sérieux ?! « et je ne compte pas coucher » vraiment sérieusement ?! Me serais-je trompée sur toute la ligne ? « avec lui mais bien au contraire l’émasculer psychologiquement ! » Ah ! Je me disais bien aussi ! Je commençais à avoir peur. Elle compte l’émasculer seulement ‘psychologiquement’ DONC elle ne veut pas le faire physiquement DONC elle envisage potentiellement de coucher avec lui. Je me disais aussi que cet homme lui plaisait ! Sasha était une femme un peu particulière. Quand elle commençait à flancher pour un homme, elle aimait bien le rabaisser. DONC cet homme lui plaisait et j’avais un sourire en coin. « Je ne sais même pas s’il est sorcier en plus, mais vu le nombre de sorcier qui se cache à Londres et le comportement de son clébard… Bref, je ne prends pas de risque là-dessus. Je tiens à ma tête. » Mouais mouais… elle aimait trop goûter au risque pour ne pas finir par y céder… « Et donc je ne te le présenterai pas, sauf si j’en arrive à avoir besoin de ton aide pour lui faire ravaler son orgueil, mais tu comprendras que je veuille m’en charger moi-même ! Et au faite, je ne fréquente pas le même genre d’homme, c’est absurde comme remarque ! » Oui oui… Tout à fait… J’eus un sourire en coin. « Je ne t’ai pas dit l’aimer… Seulement être attirer ne serait-ce qu’un petit peu. Reconnais-le, tu mets une telle passion à vouloir lui faire comprendre ta façon de penser. C’est assez troublant. Après soit. Si c’est juste un type agaçant ok. Mais je suis sûre que tu le trouves mignon et s’il n’était pas aussi agaçant il pourrait même peut-être même te plaire. Dommage qu’il soit moldu… Enfin les moldus peuvent toujours être un passe-temps intéressant. » dis-je même si je pensais plus à de la torture qu’à du sexe pour ma part. « Enfin fait attention, son chien est peut-être un familier et c’est déjà arrivé que des moldus en possèdent par inadvertance. » lui demandai-je de faire attention. Après tout si c’était un moldu, cela pourrait poser problème si son chien était un familier. Enfin de toute façon j’espérais que Sasha ne s’attache pas éternellement à ce type. S’il était vraiment moldu, je ne saurais trop quoi en penser… Prendrais-je ça comme une trahison ? Et la question se posait aussi pour un sang moldu bien évidemment… Enfin quoi qu’il en soit j’espérais qu’elle savait ce qu’elle faisait. Je m’inquiétais pour elle… « Bon, je vais devoir faire attention à l’heure, j’ai le boulot aujourd’hui. Une autre recommandation ou question pour le mariage ? » lui demandai-je simplement en me levant. J’attendais alors sa réponse avant d’aller me préparer parce qu’après tout je portais encore les vêtements de la veille…

Codes par Wild Hunger.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 22 Avr - 17:56
Invité




MINA & SASHA
Non, je ne veux pas de commentaire. Tu me connais, tu aurais dû savoir que ça arriverait, et en plus, tu n’es pas rentrée. Oui, je ne suis pas ta mère, mais j’ai peur pour toi, comme si tu étais Heather… m’en voudras-tu ?



Je n’avais qu’une envie : que cette conversation absurde cesse. Mina était en train de se faire des fausses idées là où il n’y avait rien à voir de particulier. Ce mec était juste un maniaque du contrôle que j’allais me faire une joie de rabaisser à ma façon et ça s’arrêter là. Comment pouvait-elle imaginer qu’il puisse m’intéresser ? J’espérais qu’après ce que j’avais pu expliquer, elle soit convaincue et lâche le morceaux, mais ça, c’était surement mal connaitre Mina.

« Je ne t’ai pas dit l’aimer… Seulement être attirer ne serait-ce qu’un petit peu. Reconnais-le, tu mets une telle passion à vouloir lui faire comprendre ta façon de penser. C’est assez troublant. Après soit. Si c’est juste un type agaçant ok. Mais je suis sûre que tu le trouves mignon et s’il n’était pas aussi agaçant il pourrait même peut-être même te plaire. Dommage qu’il soit moldu… Enfin les moldus peuvent toujours être un passe-temps intéressant.»

Elle ne devait pas pour le coup avoir la même interprétation du mot « intéressant » que le commun des mortels, mais pour cela, il fallait encore une fois la connaitre pour comprendre. Pour Mina, la torture des moldus étaient un passetemps plaisant. Je ne partageais pas complétement son point de vue. Pour que je torture, il fallait s’en être pris à moi ou à Heather, ou quelqu’un à qui je tenais, et alors, à partir de ce moment, je pouvais devenir tout autant dangereuse qu’elle, et elle le savait. Nous l’avions après tout expérimentée toute les deux, et c’était ce qui était peut-être à la base de notre amitié.

« Enfin fait attention, son chien est peut-être un familier et c’est déjà arrivé que des moldus en possèdent par inadvertance.»

J’hochais la tête à sa phrase, preuve que j’avais conscience de ce qu’elle venait de dire. Si je n’avais pas grand-chose encore à craindre d’un familier, je savais qu’il n’en était pas de même pour elle par exemple, et donc, le message était clair : pas de chien quand elle était là. De toute façon, je doutais fortement le lui présenter un jour.

« Bon, je vais devoir faire attention à l’heure, j’ai le boulot aujourd’hui. Une autre recommandation ou question pour le mariage ? »

Ouf, elle changeait de sujet et elle abandonné pour le moment. Oui, je disais bien pour le moment car je savais que dès qu’elle pourrait, elle reviendrait à la charge. En tout cas, je la regardais se lever et je me mis à réfléchir à sa question. Le prendrait-elle mal si je lui demandai la permission de noyer le marier ? Quoi ? Elle m’avait demandé si j’avais des questions pour le mariage non ? Je me levais à mon tour, consciente que je devais moi aussi me préparer.

« Comme ça, je ne sais pas trop. Il va falloir qu’on s’occupe un peu mieux de ta robe, tout comme de la mienne d’ailleurs. La couturière nous a contactées pour qu’on programme une après-midi essayage… J’aurais intérêt à bien dormir. En tout cas, je pense que c’est important de le faire avant que tu ne partes en vacances, en espérant que tu ne comptes pas grossir d’ici là… »

Je devais me taire avant qu’elle le prenne mal. Je fis quoi ? Je souris avec innocence ? Roh c’est bon, je faisais de l’humour, car j’espérai vraiment qu’elle ne compte pas tomber enceinte avant son mariage. En tout cas, je finis par me lever pour aller laver ma tasse tandis qu’elle partit prendre place dans la salle de bain. Je ne pus m’empêcher de la taquiner en lui demandant de ne pas vider toute l’eau chaude avant que mon portable ne sonne… Toujours le même…

code by Chocolate cookie


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Petite discussion entre... amis ? [Kenpachi/Tenzouille]
» Discussion entre hommes [PV][TERMINÉ]
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» Un petit moment de détente entre soeur [LOUANNE]
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: