RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les difficultés, c'est comme le saut d'obstacles, tu passes au-dessus ! • Tess

avatar
Invité
Invité
Sam 30 Mai - 6:02
Invité
Après cette matinée au début fracassant, vu que j'ai confondu ma première heure avec mes cinquièmes années avec les septièmes années qui étaient eux aussi dans la matinée. Comme excuse j'ai que c'est ma première année en tant que professeur et que je ne suis pas encore habituée et puis en soi, je n'ai pas à donner d'excuse, je suis prof, na ! Mais à part ce problème avec les cinquièmes années ma matinée s'est très bien passée, mon cours avec les premières années fut intéressant et je suis sûre que j'arriverais à en tirer quelque chose, à la fin de l'année ils auront de solides bases ! En plus, ils avaient l'air vraiment intéressé, mais c'est parce qu'ils sont des premières années et qu'ils sont avides de découvrir tout ce qui touche à la magie. Je les comprends, j'étais comme eux quand j'étais à leur place, ayant hâte de tout apprendre, de tout connaître. Bientôt, certains apprécieront moins ma matière et d'autres la compteront parmi leurs préférées. Je n'en veux pas à ceux qui aiment ou aimeront moins ma matière, j'ai été à leur place et j'ai eu moi aussi des matières que je préférais par rapport à d'autres. Pourtant, je n'ai jamais relâché mes efforts et j'ai toujours travaillé à fond dans n'importe quelle matière, même celles que j’appréciais le moins. J'espère que mes élèves en feront de même ! De toute façon, je vais veiller aux grains et si certains ont besoin de plus d'aide que d'autres alors je leur donnerais des cours particuliers volontiers. Le but, c'est qu'ils sachent tous maîtriser les sorts que je vais leur apprendre. Ce sera Optimal pour tout le monde ! Oui, voilà mon objectif, Optimal aux examens, minimum Efforts Exceptionnels, même pour ceux qui n'y arrivent pas. Je veux qu'ils réussissent et je ferais tout pour atteindre ce but. Que ça soit leur donner des devoirs en plus, faire des heures en plus avec la classe ou avec un élève en particulier, je veux qu'ils soient les meilleurs ! Il est important qu'ils soient les meilleurs avec l'environnement qui règne, les mangemorts rodent, je ne dirais rien par rapport aux anarchistes car je trouve qu'ils ont de bonnes idées mais une mauvaise façon d'agir. J'espère qu'un jour nous réussirons à faire régner la paix dans notre monde comme dans celui des moldus. Nous cohabitons bien avec eux, c'est la moindre des choses que ça soit calme des deux côtés ! Mais à part mon cafouillage lors de ma première heure de cours, ma matinée s'était plutôt bien passée et avait été tranquille. J'avais donné quelques devoirs à faire, rien de bien méchant, de quoi se remettre doucement après les vacances, la semaine prochaine j'augmenterais d'un cran ! Je n'avais rien à corriger, rien à faire, hormis mettre sur mon bureau les cours pour l'après-midi, rédiger les cours sur le tableau – préalablement nettoyer – et aller profiter d'un bon repas dans la Grande Salle, dans la bonne humeur s'il vous plaît ! J'étais contente de voir la bonne ambiance qu'il régnait, tout le monde semblait être content de retrouver ses amis, c'était agréable à voir. Bientôt on les verrait la tête penchait sur leurs leçons à réviser ou à essayer de faire les devoirs pas encore faits. J'espère que mes devoirs ne seront pas trop durs pour eux et ne leur prendraient pas toute une soirée à faire. J'avais été à leur place et je savais pertinemment qu'un devoir qu'on pensait faire en quelques heures pouvait facilement faire toute votre soirée et une bonne partie de la nuit. J'avais dit aux élèves que j'avais eus ce matin que s'ils en ressentaient le besoin, qu'ils n'hésitent pas à poser des questions ou à me demander des cours supplémentaires, j'étais là pour eux et moi, je n'avais pas d'examen à passer à la fin de l'année ! Ezeckiel ne tarda pas à pointer le bout de son nez et à s'installer à la table des enseignants, le professeur qui nous avait séparé lors du banquet de rentrée n'était toujours pas là et il en profita pour me demander comment c'était passé ma première matinée de cours. Rien qu'à voir son regard je savais qu'il savait pour mon premier cours. Lui répondre ou le bouder ? La décision était difficile. Bah, je pouvais juste lui répondre pour la forme et lui demander comment ça c'était passé et m'en tenir là. Il attendra un peu avant qu'on se voit seul à seul, na ! Ça lui apprendra à me sucrer mon année de congé sabbatique ! Mais je l'aime mon Ezeckiel, n'en doutait pas un seul instant ! Juste que j'ai décidé de le bouder pour la forme voyez-vous ! Alors je lui ai juste répondu et demandé comment ça c'était passé pour lui, je fus contente de savoir que ça c'était bien passé et que ses élèves semblaient captivés par les cours qu'il avait donné. Mon voisin de table m'a sauvé en me demandant de lui passer le sel, ce que je fis et je me contentais de finir mon assiette, d'enchaîner sur un rapide dessert, boire l'eau dans mon verre et de sortir de table, souhaitant à mes collègues une bonne après-midi.

Après être sortie de la Grande Salle, j'ai décidé d'aller tout de suite à ma salle de cours, pas question que je sois en retard comme ce matin ! Je trouve que j'ai eu de la chance de ne pas me perdre, oui, parce que j'ai de nouveau des difficultés à m'orienter au sein de Poudlard, mais je sais que d'ici une semaine – tout du moins je l'espère – j'aurais réussi à m'y réadapter ! J'y ai vécu sept ans, c'est comme le balais, on oublie pas ! J'ai confiance en mes capacités de rapidement recommencé à savoir m'orienter dans le château, ce n'est qu'une question de temps, de jours je dirais même ! Un rapide coup d’œil à l'heure m'indique que j'ai encore du temps devant moi, une quarantaine de minutes tout au plus. De nouveau un rapide coup d’œil, mais ce coup-ci vers le tableau, que ça soit au recto ou au verso, pour voir si tout y est. J'ai les troisième année et de nouveau les premières années et je finirais avec une heure avec les sixièmes années. Demain j'affronterais les secondes années, ceux qui ont les bases et connaissent quelques sorts mais ne savent pas grand-chose – à mon humble avis – de l'art de jeter un sort ainsi qu'un enchantement. Je vais bien m'amuser je le sens ! Mes journées vont être certes chargées, mais ce n'est pas moi qui vais devoir réviser jusqu'à pas d'heures pour mes examens de fin d'années. A moi la liberté ! Youpi ! Pas tout à fait ! me réplique la petite voix dans ma tête. Elle a raison celle-là, pas tout à fait ! Je vais avoir des copies à corriger, des contrôles à imaginer, des cours à préparer, mais ça sera sûrement moins dur que pour eux. Je vais y arriver ! Je suis motivée. Je m'assois derrière mon bureau et ouvre le livre que j'étais entrain de lire et que j'ai laissé hier pour éviter de lire avant de m'endormir, je me connais, j'aurais pu y passer la nuit dessus et il fallait que je sois en forme ! Reste que j'ai mis tout de même un peu de temps avant de rejoindre les bras de Morphée tellement j'étais excitée et un peu stressée d'avoir ma première journée de cours. Comme lors des veilles de rentrée lorsque le lendemain je devais aller à Poudlard. Je me souviens que la veille de mon entrée à Poudlard, ma mère m'avait donné quelque chose à boire pour me calmer et me faire m'endormir. Ça avait été plutôt efficace, j'étais tombée comme une masse ! Une pensée m'effleura l'esprit alors que je finissais mon chapitre et regardait l'heure – encore une trentaine de minutes avant l'arrivée des troisièmes années, la porte de ma salle de cours est ouverte pour qu'ils puissent venir s'installer dès qu'ils arrivent – maintenant que je suis prof, je vais pouvoir aller dans la section interdite sans avoir à demander la permission ! L'inconnue s'offre à moi ! Je vais pouvoir découvrir plein de livres que sûrement peu de gens ont lu ! L'excitation m'envahit l'espace de quelques secondes avant de me dire que y a bien quelques livres avant que j'aimerais emprunter à la bibliothèque avant de sérieusement envisager d'aller dans la section interdite. Et qui sait, peut-être qu'à ce moment-là la section interdite ne m'intéressera plus ?! Je me replonge dans ma lecture, les mots défilant devant mes yeux, tournant les pages avide de connaître la suite. Je finis par relever le nez lorsque j’entends des pas dans ma salle. Un sourire apparaît alors sur mes lèvres en voyant un vert et argent rentrer dans la classe avec quelques autres élèves de maisons diverses « Allez-y, rentrez ! Installez-vous où vous voulez ! » Un rapide coup d’œil à l'heure, il reste plus ou moins cinq minutes avant le cours. J'ai le temps de finir mon chapitre, trois pages à lire, ça va aller ! Je me replonge donc dans la lecture et une fois que j'ai enfin fini mon chapitre, je met le marque-page à sa place et pose le livre sur l'un des côtés du bureau, mon regard balayant la salle. Il y a encore quelques chaises de vides, des retardataires. Je ne leur en veux pas, c'est le premier jour de cours, il faut qu'ils se réadaptent. Je me lève et fais le tour de mon bureau, sourire aux lèvres « Bonjour, pour attendre les derniers arrivants, je vais me présenter. Je suis comme vous avez dû le deviner, votre nouveau professeur de sortilèges et enchantements et je m'appelle Mira Todd, j'ai été à Serdaigle et je vais tâcher de ne pas faire de favoritisme, de toute manière, je n'ai jamais apprécié le favoritisme ... J'espère que nous allons passer une bonne année ensemble ! Vous avez de la chance, vous ne passez pas encore vos BUSES ou vos ASPICS, mais ça ne veut pas dire que vous devez ménager vos efforts. » Tiens, un petit retardataire pointe le bout de son nez et va s'asseoir « Je compte sur vous pour que vous ayez à vos examens de passage au minimum un Effort Exceptionnel, le maximum est bien sûr Optimal. J'ai conscience que pour certains, ma matière n'est pas votre préférée et je ne vous en tiens pas rigueur. J'ai été à votre place et j'ai eu moi aussi des préférences envers certaines matières par rapport à d'autres, ça ne veux pas dire pour autant que vous devez faire moins d'efforts que dans celles que vous appréciez le plus ! » Les deux derniers retardataires vont s'asseoir aux places encore libres et je sors ma baguette pour d'un geste, fermer la porte tout en continuant à parler « Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser, je serais ravie de vous répondre. Si vous pensez avoir besoin de cours en plus ou d'un moment où je vous expliquerais un point que vous n'avez pas assimilé, n'hésitez pas à venir me voir ! Dans ma classe, j'aime qu'on participe et qu'on y mette du sien. Je vous demanderais de lever la main et d'attendre ma permission avant de parler, je tâcherais de ne pas trop vous faire attendre, la fatigue du bras, je connais. » Je marque une pause, toujours sourire aux lèvres, je suis heureuse de les voir ici, je sens qu'on va s'amuser ensemble cette année ! Si si, je suis sûre que ça ira ! « N'ayez pas peur de donner une réponse, si vous pensez qu'elle est bonne. Si elle est mauvaise, ce n'est pas grave ! Ça sera plus grave lorsque vous passerez vos examens, mais pour le moment nous sommes en cours. Bon, vu que tout le monde est là, nous allons pouvoir commencer ! Je vais déjà voir ce qui vous reste de l'année dernière et si vous avez un doute, n'hésitez pas à me le signaler ! Bon, qui veut commencer ? Vous avez tout à y gagner ! Je distribue des points ! » Quelques mains se lèvent. Les points ça marche toujours ! Mon regard parcourt les mains levées et je prends ma décision « Toi, la Poufsouffle au premier rang, comment tu t'appelles ? » d'un mouvement du poignet, ma baguette fait apparaître sur sa table une petite statuette, plus précisément la reine d'un échiquier, mesurant une huitaine de centimètres « Transforme là en oiseaux, s'il te plaît ! » Voyons voir de quoi elle est capable ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Mai - 17:09
Personne ne pouvait être aussi motivé que Tess à chaque rentrée. Elle n’arrivait jamais à dormir la veille de prendre le Poudlard Express et passait sa nuit à vérifier sa valise, pour être sûre de n’avoir rien oublié. Elle entrait en troisième année et cette nuit blanche devenait un véritable rituel. Au bout de trois ans, ses parents n’étaient même plus étonnés de la voir préparer le petit déjeuner, aux aurores, pour que tout le monde soit prêt à temps et pour ne pas louper le train. C’était une véritable pile électrique et elle ne risquait pas de perdre ça de si tôt.

Dans le Poudlard Express, elle raconta à tout le monde l’été fantastique qu’elle avait vécu, brandissant fièrement le maillot de l’attrapeur de l’équipe d’Angleterre, qu’elle avait pris dans les vestiaires de l’équipe. Certains avaient dû mal à le croire, d’autant plus qu’elle raconta également qu’Alice Sullivan était avec elle, qu’elle l’avait sauvé et qu’elle lui avait lâchement piqué le tee-shirt du poursuiveur pour le garder pour elle. Mais elle avait quand même quelques personnes fidèles qui savaient qu’elle racontait rarement des histoires : elle avait juste tendance à embellir les choses. Elle ne perdit pas son sourire tout au long du voyage, puis lors du banquet, où elle raconta à nouveau son histoire à ceux qui n’étaient pas présents dans le train. Elle continua de parler, et de parler, jusqu’ à ce que tout le monde aille se coucher et que plus personne n’était en mesure d’essayer de lui répondre. Elle tomba de sommeil, littéralement, et dormi d’une traite jusqu’au petit matin, où elle fut réveillée par l’agitation du dortoir, et une Poufsouffle essayant de la réveiller.

Son excitation de la veille ne l’avait pas quitté avec la fatigue, malgré un réveil raté et à la minute où elle posa le pied hors du lit, elle retrouva son sourire et se dépêcha de se changer, revêtant son habituel uniforme. C’était bien la seule chose qu’elle regrettait en revenant à Poudlard : devoir quitter ses vêtements et son originalité pour s’habiller comme tout le monde. L’an dernier, avec l’arrivée de la nouvelle directrice et ses règles, elle avait du abandonner ses petites excentricités, à force de se prendre des heures de colle. Adieu les fleurs dans les cheveux, les bonnets originaux, les chaussures un peu plus flash que ces petites ballerines noires. Heureusement qu’elle était à Poufsouffle : le jaune de sa cravate avait au moins le mérite d’égayer sa tenue. Galérant avec ses cheveux et sa frange lui passant dans le visage, elle décida de mettre un serre tête jaune flash : non seulement c’était assorti à sa maison, mais il avait un rôle utile pour ses cheveux et les surveillants ne pourraient rien dire. Ce serre-tête lui donnait un faux airs de fille sage : idéal pour ce premier jour de classe, mais terriblement trompeur. En la voyant descendre dans la salle commune, elle croisa son frère, qui était désormais en sixième année : il eut du mal à se retenir de rire, ce qui la vexa un peu. Qu’importe : elle était fière de son serre tête fluo.

La matinée se passa sans évènements marquants mais cela ne fit pas disparaître la bonne humeur de Tess pour autant : dans quelques jours, peut être, elle commencerait à se plaindre du rythme, regretterait l’option divination qu’elle avait prise juste parce qu’elle trouvait ça fun comme matière, et voudrait des vacances. En attendant, elle avait hâte d’assister au cours de sorts et enchantements de l’après midi, parce qu’elle avait appris qu’ils changeaient de professeurs pour cette année. Et ça, c’était son unique chance pour changer l’image qu’on avait d’elle dans cette matière. Elle n’avait jamais été douée pour apprendre les sorts. En vérité, elle était une véritable catastrophe. Ce n’était pas la volonté qui lui manquait pourtant, mais au bout de deux ans de destructions en chaînes, d’explosions et de résultats douteux, le professeur qu’ils avaient appris à ne plus interroger Tess qui était pourtant l’une des élèves la plus volontaire, toujours la première à vouloir s’impliquer à fond, à progresser. Elle attendait alors ce cours avec impatience, pour avoir une chance de tout changer. Elle ignorait juste que ce n’était pas parce qu’elle changeait de professeur qu’elle réussirait par miracle un sort du premier coup et sans fausse note, mais c’était beau de rêver et c’était ce qui la caractérisait.

Elle arriva dans les premières au cours et s’assit devant, seule d’abord parce qu’aucun de ses amis ne voulait la suivre, puis rejointe par une Serpentard de son année qui passait son temps à l’ignorer. Elle s’était assise par défaut à côté d’elle et Tess lui raconta son histoire dans les coulisses du match de Quidditch : elle ne l’avait pas raconté à une Serpentard encore ! La prof, Mira Todd, était déjà assise à son bureau, lisant un livre, et quand elle se mit à parler, la Serpentard fut soulagée de voir Tess se taire immédiatement. La Poufsouffle ajusta son serre-tête d’élève modèle et se tint bien droite pour écouter ce qu’elle disait, glissant de temps en temps des commentaires à sa camarade « je l’aime déjà, elle parle autant que moi », « elle a l’air vraiment cool », « ça fait du bien de changer de prof, l’autre était trop vieux », « elle, elle va peut être nous comprendre ! ». Quand elle demanda des volontaires, Tess leva la main d’un geste brusque, avec un grand sourire. Mira la désigna, et elle eut du mal à contenir sa joie, et ne pas trépigner sur place. Sa chance, elle l’avait enfin ! Quelques élèves pouffèrent, d’autres levèrent les yeux et ciels et un se prit la tête entre les mains : tous savaient à quoi s’attendre mais Tess, étant au premier rang, ne vit rien du tout. Et, de toute façon, elle ignorait toujours les critiques, ne les entendant pas.

« Je m’appelle Tess, Tess Jekelm ! »

Tess adressa un grand sourire à sa professeur, fière d’avoir été choisie en première. Elle se leva alors, attrapa sa baguette posée sur sa table. La Serpentard à côté d’elle eut un mouvement de recul, et prit son livre comme bouclier de protection. Transformer cette statue en oiseau ? Facile ! Tess se remémora la formule, prit une grande inspiration et, très sérieusement, prononça les mots adéquats. Elle fit un geste de sa baguette et la statue bougea légèrement, puis de plus en plus rapidement. Elle sembla changer d’apparence un moment : le visage de Tess s’illumina. Cette fois ci, elle y croiyait. Elle allait réussir, elle allait impressionner tout le monde. Sauf que la statue finit par exploser, le bruit retentissant dans la salle. Des plumes volèrent dans l’air, comme si on venait de vider un oreiller. Tess eut alors une petite grimace, son sourire s’effaça un instant.

« Oups. Désolée … Mais c’est des vrais plumes, regardez ! »

Elle prit une plus dans sa main, et la montra à sa voisine de table et à sa professeur. Elle retrouva son enthousiasme : elle avait réussi à faire quelque chose, non ? Les élèves éclatèrent de rire derrière, ce qui réconforta Tess : elle aimait faire rire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 19 Juin - 0:17
Invité
Il y a de tout dans les élèves, ça je le sais trop bien. Je me souviens de certains élèves quand j'étudiais à Pouldard qui étaient de réelles catastrophes, allez savoir pourquoi, mais ils n'y arrivaient pas, pas qu'ils ne voulussent pas y arriver, je voyais bien qu'ils faisaient des efforts mais dans certaines manières y avait un problème. Personnellement, je n'ai jamais eu de problème dans n'importe quelle matière que j'ai étudiée, j'étais plutôt douée je l'avoue, pourtant, je ne m'en suis pas vantée, il n'y avait pas de raison. Certes j'étais douée mais cela ne faisait pas tout, j'étudiais ! J'étais capable d'étudier jusqu'à tard dans la nuit et de faire des recherches à la bibliothèque pour être sûre d'y arriver mais aussi pour ma culture générale. Encore aujourd'hui, j'aime me cultiver mais j'apprécie aussi de lire de simples livres n'ayant aucun rapport avec le monde magique. J'ai eu aussi durant ma scolarité, des préférences envers telle ou telle matière, chose tout à fait normale et qui arrivait à tout le monde, je pense. Alors je n'en voudrais pas aux élèves qui n'aiment pas ma matière, ça arrive et tant pis, je leur demande juste de fournir un travail sérieux et régulier car même s'ils n'aiment pas ma matière ils ne doivent pas ne rien faire ! Je vais tenter de les repérer pour voir ce que je peux faire d'eux, je ne vais pas les mettre à l'écart mais plutôt les encourager à participer et peut-être que quelques-uns finiront par apprécier les sortilèges et enchantements. Sait-on jamais ! Tant pis … tant pis pour qui ? Pour moi, non, je m'en fiche que mes élèves aiment ma matière ou non – même si ça serait plaisant qu'ils l'apprécient – tout ce que je leur demande c'est de la bonne volonté et qu'ils bossent, rien de plus. Pour eux ? Peut-être mais pas vraiment, chacun a le droit d'aimer ou non une matière. Tant pis tout simplement. Que voulez-vous que je vous dise de plus ?! J'ai bien l'intention de faire en sorte que nous fassions tout le programme et qu'ils aient d'excellentes notes à leurs examens, qu'ils soient prêts à affronter la vie à l'extérieur de Poudlard. Je sais que ça a été difficile pour tout le monde pendant et après la Nuit Rouge, tout le monde a été affecté par ça. Moi-même, j'ai perdu deux membres de ma famille, j'ai eu besoin de m'isoler pour me ressourcer et faire mon deuil. Ça a été difficile, mais aucun deuil n'est facile ! Je plains Ezeckiel car il a perdu sa mère et mon deuil me semble n'être rien face au sien. Perdre un être si proche de soi est bien plus difficile que ce que l'on croit. S'il a besoin de soutien, alors je serais là. Si un élève a besoin de parler, je serais aussi là pour lui. On a tous droit de craquer à un moment ou un autre, il n'y a aucun mal à cela !

Mon premier cours de l'après-midi vient de commencer, vraiment commencer, car tout le monde est arrivé parce que oui, y a eu des retardataires. Je ne leur en veux pas, c'est le premier jour de cours, je leur laisse un peu de temps avant de sévir s'il y a de nouveau des retardataires. Ça peut arriver à tout le monde d'être en retard, moi la première vu ce qui m'est arrivée ce matin en arrivant à mon premier cours. En retard et j'ai confondu les cinquièmes années avec les septièmes années. Ce n'est pas la meilleure façon de commencer sa première année d'enseignement mais tant pis, ce qui est fait est fait. Lors de ces premiers cours, j'aimerais pouvoir tester le niveau de la classe, tester tout le monde me sera impossible en tout cas, en un cours ça sera un peu juste car j'aimerais qu'il recopie un récapitulatif du programme de l'année et la théorie pour le premier sort qu'ils vont devoir mettre en pratique au prochain cours. Je souhaite ne pas perdre trop de temps voyez-vous ! Je sais que la théorie n'est pas LA parti préféré des élèves ou en tout cas de la majorité, car la théorie c'est juste recopier et apprendre alors que la pratique est bien plus captivante et excitante ! En tout cas, beaucoup moins ennuyeuse que la partie théorique, je l'avoue. Mais il faut passer par la théorie pour en arriver à la pratique, je le sais que trop bien. Comme dans mes précédents cours de la journée, j'ai interrogé l'un des élèves de ma classe ou plutôt une élève, au premier rang une Poufsouffle. Je remarque la réaction de certains élèves mais ne dis rien, ne préférant rien relever et me concentrer sur la troisième année que je viens d'interroger. Elle se présente comme étant Tess Jekelm, je répète son nom de famille dans ma tête, Jekelm. Bien, au moins j'arriverais à m'en rappeler. Todd me semble plus facile à retenir ou en tout cas à prononcer que Jekelm mais j'ai réussi à noter dans un coin de ma tête comment le dire pour ne pas commettre d'impair. Un petit sourire sur mes lèvres je la vois exécuter le sort que je lui ai demandé de lancer et je remarque que la Serpentard à côté d'elle semble avoir peur du résultat et se protège avec son cahier. Et je ne dis toujours rien. Souhaitant voir ce que peut faire Tess, même si au vu des réactions des élèves, elle ne doit pas être l'élève la plus douée de la classe. Dois-je en avoir peur ? Tous les élèves ont des facilités dans certaines manières par rapport à d'autres, je n'ai pas peur des difficultés et si cette élève en a, je serais là pour l'aider à les surmonter. Je fronce légèrement les sourcils alors que j'observe la statue bouger tout d'abord légèrement puis de plus en plus rapidement. Je ne le sens vraiment pas ce coup, mais alors vraiment pas. Et puis, soudain, la statuette explosa et j’eus un mouvement de recul alors que le bruit retentit dans la pièce et que des plumes se mirent à virevolter dans les airs. Ok, là, je comprends mieux la réaction de sa voisine et des autres élèves, Tess semble avoir un problème avec les sortilèges mais vu son enthousiasme quand je l'ai interrogé, elle me semble être quelqu'un de volontaire et qui j'en suis sûre a du potentiel. Elle semble quand même être fière que ça soit de vraies plumes J'espère qu'il n'y avait pas d'oiseau avec les plumes. me dit ma petite voix dans ma tête. Oui parce que ça me ferait mal pour les oiseaux qui ont explosé. En tout cas, si j'ai besoin de quelqu'un pour faire un exemple avec Bombarda, je serais à qui m'adresser ! Le comble serait qu'elle n'arrive pas à utiliser correctement ce sort explosif. Les élèves rient alors qu'elle montre une plume qu'elle a saisie « Cinq points en moins à chaque élève qui a rit. » Boum, silence complet. Les quelques points qui ont dû être gagnés dans la matinée viennent d'être enlevé. Les sabliers doivent être revenus à zéro ou à un nombre proche. Pour moi, ces rires sont de la moquerie et je n'accepterais pas qu'on se moque d'un élève. Quand j'étais à leur place, ça me hérissait toujours le poil d'entendre le rire de mes camarades lorsqu'un élève se ratait, est-ce qu'ils riront quand Tess ratera un sort devant un mangemort ? Je ne crois pas. Mon regard parcourt la classe, mon visage est neutre, puis mes yeux se posent finalement sur la Poufsouffle, un doux sourire apparaît sur mes lèvres, je saisis à mon tour une plume et l'observe. Elles sont bien vraies. Pauvres oiseaux … Je ne sais pas trop qu'en penser. Je me connais, je suis capable de la faire réessayer, là, maintenant tout de suite mais quelque chose me dit qu'on va avoir droit au même fiasco. Bon, il ne faut pas désespérer, je suis sûre que je peux en tirer quelque chose de la miss qui est devant moi. Mes prunelles se posent sur elle et d'un geste de baguette je fais disparaître les plumes « En effet Tess, ceux sont bien de vraies plumes. C'est déjà bien. Bon, on va essayer autre chose. Tu te souviens du sortilège de lévitation que vous avez dû apprendre en première année ? » je fais apparaître une plume d'oie devant elle « Fais léviter cette plume juste d'un ou deux centimètres, ça sera parfait. » Je fais un pas en arrière. Si la plume explose je préfère être hors d'atteinte. Pourtant j'ai confiance. C'est important d'avoir confiance et je suis sûre que malgré tout, même si elle rate de nouveau, j'arriverais à la faire exécuter des sorts correctement d'ici à la fin de l'année. Il le faut si elle veut survivre au monde extérieur. « Tu peux y arriver, Tess. » Mon sourire s’agrandit un peu et je l'observe en silence, attendant de voir ce qu'elle va faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Juil - 20:22
Le plus gros problème que rencontra Tess lors de ses deux années à Poudlard – sans compter ses compétences limitées en sortilèges et enchantements -, c’était de trouver un moyen de se démarquer de ses ainés aux yeux des professeurs. Avant qu’Hikkins ne débarque, la plupart d’entre eux avaient connu tous les membres de la famille Jekelm : les jumeaux plus âgés, partis de Poudlard juste avant que Tess n’arrive, Elisabeth la surdouée, Lauren la populaire et Kyle le plus effacé mais tout aussi intelligent. A chaque fois qu’elle avait mis les pieds dans une salle de classe pour un nouveau cours, elle entendait des réflexions sur ses ainés, les jumeaux terribles ou le talent d’Elisabeth pour tout et n’importe quoi. C’était assez frustrant d’être toujours assimilés à ses frères et sœurs, bien que les aimant et les admirant tous autant qu’ils sont. Tess a toujours souhaité se démarquer, dans n’importe quel domaine : à l’école moldue, elle se sentait particulière du fait qu’elle était une sorcière. Elle a toujours assumé ses préférences parfois en marge de ce que pouvait penser les autres. A côté de ça, elle a aussi beaucoup suivi l’exemple de Lauren, qui était un modèle pour elle, jusqu’à ce qu’elle se rende compte que Lauren ne comprenne pas l’attachement de Tess pour les anarchistes et Darren Hellson. Elle se savait différente de ses aînés, ou alors elle était juste un savant mélange de tous : aussi exubérante que les jumeaux, aussi joyeuse que Lauren, aussi débrouillarde qu’Elisabeth et aussi sensible que Kyle. Peut être que sa naïveté et son optimisme était les deux seules choses qu’elle avait pour elle, mais c’était surtout révélateur de son innocence. Enfin, quoiqu’il en soit, auprès de ses professeurs, elle dû mener chaque jour une terrible bataille pour qu’on arrête de la comparer à ses aînés, surtout Elisabeth qui réussissait tout et avait habitué les professeurs à un excellent niveau. Avec Mira Todd, c’était différent : elle ne le savait peut être pas encore, mais elle allait avoir deux autres Jekelm : une septième année, Lauren, et un sixième année, Kyle. Elle ne lui fit aucune remarque sur le fait qu’elle avait des frères et sœurs plus âgés : soit elle ne les avait pas encore eut en cours, soit elle n’avait pas encore fait le rapprochement. Dans tous les cas, Mira partait réellement sans aucun a priori liés aux frasques des jumeaux ou à l’intelligence d’Elisabeth. Non, Tess avait enfin la chance de pouvoir faire ses preuves sans l’ombre de ses frangins planant au dessus d’elle, et elle était en train de tout rater – mais avec le sourire.

Mira enleva des points aux élèves moqueurs, sous la grimace de Tess : elle n’aimait pas l’idée que ces élèves avaient perdu des points à cause d’elle. Elle leur avait assuré une petite animation, que certains attendaient sûrement pour sortir d’un début de sieste d’après repas, et voilà qu’ils perdaient des points le premier jour de cours. Elle espérait alors qu’on ne lui en veuille pas pour ça. Si Mira n’appréciait pas les moqueries, c’était sûrement pour ne pas la décourager. Elle ne connaissait pas encore le phénomène Tess, c’était sûr. Sinon, elle saurait qu’il en fallait plus que ça pour lui faire baisser les bras. En deux ans de défaites et d’échecs en tout genre, elle aurait très bien pu se cacher au fond de la classe pour essayer de se faire toute petite et ne pas se faire interroger. Sauf qu’elle était incapable de se faire discrète – encore quelque chose qui la caractérisait bien – et qu’elle était d’un naturel – trop – volontaire pour ne pas être au premier rang. Si elle était plus douée, ce serait sûrement l’élève parfaite. Enfin, si elle était plus douée, elle se contenterait du minimum aussi, flemmardise oblige.

Tess regarda avec admiration sa professeur faire disparaître les plumes d’un simple coup de baguette – comme ça avait l’air facile, au fond ! – et écouta les consignes qui suivirent. Le sourire de Tess s’agrandit quand elle comprit que Mira voulait parler du Wingardium Leviosa : celui là, elle le maîtrisait, à peu près. Disons qu’elle l’avait particulièrement bien travaillé pour arriver à un résultat correct. La Serpentard à côté d’elle prit sa tête entre ses mains : peut être qu’elle se souvenait des débuts laborieux avec les explosions de plume – Tess détenait sûrement un record à ce niveau – et des autres accidents qui avaient suivi le cours là, deux ans auparavant. Ou alors, elle se protégeait peut être les yeux de tout projectile : la pauvre regrettait sûrement d’être arrivée un poil trop tard pour s’assoir ailleurs qu’à côté de Tess.

La Poufouffle hocha la tête après les consignes et essaya de se concentrer. Sa professeur l’encouragea – était-elle aussi optimiste qu’elle à ce niveau ? – et Tess frotta sa baguette entre ses mains. Elle souffla un coup et inspira. Le geste c’était quoi, déjà ? On tourne, et on abaisse hein ? Tess s’exécuta alors.

« Wingardium Leviosa ! »

Elle prononça la formule distinctement, comme sa frangine Elisabeth lui avait appris –des heures et des heures de cours de diction, Elisabeth étant persuadée que le problème de sa sœur avec les enchantements venait de là. Sa grande sœur, ancienne élève de Serdaigle, avait pris très à cœur le fait de l’aider à progresser mais cela avait crée de nombreux conflits, la paresse de Tess venant à bout de la patience d’Elisabeth. Tess préférait quand même les vrais cours que les cours supplémentaires que sa sœur lui donnait : c’était plus agréable d’être avec plusieurs personnes, déjà, et Elisabeth avait le don pour lui mettre la pression. Elisabeth avait quitté Poudlard maintenant et Tess aurait dû mal à l’avouer mais ces moments allaient lui manquer : c’était les rares choses qu’elle avait partagé avec sa grande sœur, qui était beaucoup plus âgée et qui n’avait pas forcément le temps de s’occuper de Tess autrement. Il restait encore Lauren et Kyle, mais elle n’avait pas le même lien de base : elle avait toujours été proche de Lauren, et Kyle avait un don naturel pour la canaliser. Elisabeth, c’était celle qui la surprotégeait et qui voulait faire d’elle une élève studieuse. Le mieux, c’était qu’elle croyait en elle malgré tout, en son potentiel et elle n’hésitait pas à le lui dire. Se sentir soutenu, c’était un plus.

Tess dû répéter le mouvement et la formule trois fois pour arriver enfin à faire voler la petite plume. Ne s’y attendant pas au bout de la troisième fois, la plume décolla littéralement pour aller se perdre au milieu de la salle, Tess réussissant à l’arrêter au dessus d’un élève qui se déplaça légèrement pour prévenir d’une nouvelle explosion. Mais cette fois, c’était la bonne, elle l’avait fait décollé comme un avion de chasse moldu ! Tess en était tellement fière qu’elle se retourna vivement vers sa prof, et fit un grand geste de la main.

« Cette fois, j’ai réussi, j’ai … »

Sauf qu’elle contrôlait toujours la plume de sa baguette et dans le geste, celle-ci traversa à nouveau la salle de classe pour s’écraser contre le tableau. Tess haussa les épaules : elle l’avait fait volé c’était tout ce qui comptait, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 18 Juil - 5:50
Invité
Je ne supporte pas les moqueries, tout le monde a droit à l'échec et même quand j'étais à leur place, je ne riais pas quand un de mes camarades ratait un sort ou une potion, même quand il tentait de plaisanter face à son échec. Un échec est un échec et on apprend de ses échecs. Pour moi, rire d'un échec est synonyme de moquerie et les rires de mes élèves face à la réplique de Tess étaient des rires moqueurs, ou en tout cas dans ce sens. Au moins, ils voient que même si je suis jeune et que c'est ma première année en tant qu'enseignante je sais me montrer ferme. Pourtant, je sais être sympa et je n'hésiterais pas à leur attribuer des points. Je sais rire et j'espère bien rire avec eux cette année comme durant les prochaines années qu'ils vont vivre à Poudlard. Je tenterais de les protéger comme je l'ai fait durant la Nuit Rouge même si je n'étais pas encore enseignante à Poudlard, j'ai fait de mon mieux sur les lieux pour me défendre mais aussi et surtout défendre les élèves face à ces lâches de mangemorts. Qu'ils se battent face à des personnes de leurs tailles et non face à des élèves qui ne connaissent pas encore pleinement l'art de la magie. Je suis sûre que cette Pousfouffle peut y arriver, certains sont des catastrophes ambulantes et elle semble en faire partie, pourtant, ça ne me fait pas peur, quoique le coup du sort qu'elle vient de rater devrait peut-être m'inquiéter … je suis sûre que je peux en tirer quelque chose, je suis sûre qu'elle peut réussir et que d'ici à la fin de l'année j'aurais réussi à améliorer son niveau. Et puis, savoir utiliser des sorts c'est tout de même primordial dans la vie d'un sorcier ! Ou plutôt d'une sorcière dans notre cas. Ainsi donc, j'ai demandé à Tess de lancer un nouveau sort, pas le même, un basique que l'on apprend en première année, le sortilège de lévitation, c'est simple comme dire Quidditch. De nouveau je remarquais la réaction de sa voisine, oh … avait-elle aussi échoué face à ce sortilège ? J'allais bientôt le voir par moi-même et je ne préfère pas relever la réaction de la verte et argent, ça n'en vaut pas la peine ! Mon attention est à présent pleinement portée sur Tess et j’attends de voir ce qu'elle peut faire. Une simple plume, ça ne devrait pas être si difficile que ça à soulever. Je ne lui demande pas de lui faire faire le tour du terrain de Quidditch mais juste de la soulever de quelques centimètres, même un ou un centimètre me conviendra parfaitement ! Bon, le premier coup fut raté, la plume ne bougea pas, ni même à la seconde tentative, mais je ne désespère pas, elle peut y arriver ! Et puis soudain, à la troisième tentative, la plume décolla tel un cognard fonçant droit vers une cible et alla se planter au milieu de la salle. Mes pupilles s'agrandirent de surprise durant quelques secondes avant de redevenir normal, certes, j'espérais bien que la Poufousffle allait réussir à faire décoller la plume mais à ce point. Un sourire apparut de nouveau sur mes lèvres, satisfaite du résultat. Oh qu'est-ce que j'étais heureuse et fière de Tess. Elle avait réussi ! Voilà que j'avais eu raison. Bon, je l'avoue, ça ne m'étonne pas tant que j'ai eu raison. J'ai toujours raison, sauf quand j'ai tort ! Je n’eus pas le temps de penser à autre chose que la plume me frôla et alla s'écraser contre le tableau. Euh … ok … bah au moins on est sûr que la plume vole là … T'as failli de te faire assassiner par une plume ! me répliqua surtout la petite voix dans ma tête, fichue conscience, elle a surtout réussi à la faire voler, c'est excellent ! Je me suis légèrement retournée pour observer où la plume a frappé, d'un geste de baguette je la fais disparaître. Évitons que cette plume s'imagine de nouveau être un cognard. Puis je me retourne vers Tess, mon sourire s'étant agrandi. Roooh … qu'est-ce que je suis contente ! Qu'est-ce que je suis fière d'elle et j'ai bien envie de le lui montrer « Je rajoute cent points à Poufsouffle ! Félicitation Tess ! » Et bam ! Ça apprendra à ses camarades à se moquer d'elle ! Et j'espère bien que ça l'encouragera à poursuivre ses efforts « Oh et puis, cinquante points de plus pour avoir été interrogé en premier. J'aime quand on participe même si l'on éprouve des difficultés. Bien, vous allez répondre à ce petit QCM, puis une fois fini, vous mettrez la feuille sur un coin de table et vous recopierez le cours. Et en silence ! » J'adresse un dernier sourire à Tess, je l'aime bien cette petite et d'un mouvement du poignet les feuilles qui sont sur mon bureau décollent doucement et vont se disposer sur chaque table, face aux élèves alors que je m'en retourne vers mon bureau et surtout ma chaise, j'ai bien envie de connaître la suite de mon bouquin.

Étant donné que c'est mon premier cours avec eux, je n'ai pas grand-chose à leur faire faire, il y a la théorie, c'est important pour pouvoir passer à la pratique et la théorie, bah c'est recopié le cours puis s'il y a des questions ça sera à la théorie. Mais ça devrait leur prendre le reste du cours et je devrais pouvoir avancer tranquillement dans mon livre. Pourtant, je garde dans un coin de ma tête une idée, quelque chose que je veux faire. Mais je dois attendre la fin du cours, que la sonnerie retentisse avant de pouvoir l'appliquer. Je ne sais pas si ça plaira mais tant pis, j'ai pris ma décision. Lorsque celle-ci retentit, j'ai avancé de deux bons chapitres, je suis plutôt contente, je suis une bonne lectrice, je lis rapidement mais cela ne m'empêche pas d'apprécier à sa juste valeur un bon livre et mon livre est un bon livre. Je n'aurais pas toujours la possibilité de lire autant que je veux durant l'année, j'ai des responsabilités, des devoirs, des contrôles et des cours à préparer et surtout je devrais corriger des copies. Même si c'est ma première année, je ne suis pas naïve et je me doute bien que je vais avoir du boulot, que certains soirs je vais me coucher plus tard que d'autres. Mais j'espère bien trouver un bon rythme et que je ne serais pas trop épuiser. De toute manière, il n'en tient qu'à moi de savoir bien gérer mes cours comme mes corrections. Si je sais que je vais crouler sous les corrections, je vais alléger les devoirs tout en les gardant efficaces. Je ne veux pas que mes élèves restent des heures sur leurs copies alors qu'ils ont bien d'autres matières à étudier. Et je resterais tout au long de l'année à leur disposition. De toute manière, c'est mon boulot d'être là pour leur enseigner et d'être à leur disposition. J'espère tout de même que cette année sera calme, qu'on ne subira aucune attaque de mangemorts ou un nouveau huis-clos de la part des anarchistes ou de tout autre groupuscule. Une année paisible, loin des conflits du monde extérieur. Je referme mon livre sur mon doigt, gardant ainsi la page où j'en suis. Mon regard parcourt la salle alors que les élèves se lèvent et se prépare déjà à partir « Attendez ! Ne partez pas tout de suite ! Vous avez des devoirs pour le prochain cours. Vous ne croyez quand même pas que vous alliez y échapper ?! Apportez votre QCM sur mon bureau et vous prendrez votre devoir. Tess, tu peux venir me voir quand tu auras fini de ranger tes affaires, s'il te plaît ? J'aimerais qu'on se parle. » J'espère ne pas lui faire peur, j'avoue que lorsqu'un professeur voulait me parler ça m'angoissais toujours. Je me demandais à chaque fois si j'avais fait quelque chose de mal ou de travers, s'il allait me faire des reproches. Je n'ai jamais aimé les reproches, personne n'aime les reproches et Tess ne doit pas s'en faire sur ce point, je n'ai aucun reproche à lui faire. Je veux juste lui proposer mon aide. Je me permets de finir ma page avant d'y mettre mon marque-page et de me lever pour effacer le tableau alors que les élèves viennent à mon bureau poser leur QCM et prendre leur devoir. D'un geste de baguette j’intervertis la leçon qui était inscrite derrière sur le devant de la salle, comme ça, les élèves de mon prochain cours pourront avoir leur leçon. Je dois l'avouer, je suis plutôt fière de ma première journée de cours, ça n'a pas été si catastrophique que ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Sep - 17:34
Quoi ? Avait-elle bien entendu ? Sa prof de sortilège venait de lui donner cent points pour Poufsouffle pour avoir envoyé une plume voler contre le tableau ? Les yeux de Tess s’agrandirent, stupéfaite de la générosité de son professeur. Hein ? Encore cinquante points ? C’était juste exceptionnel ! Cette fois c’est son sourire qui s’agrandit et, avec une légère courbette, elle remercia Mira Todd avant de s’assoir. Voilà qu’elle avait gagné sa journée, avec une matière qu’elle ne maîtrisait pas en plus. Ce soir, tous les Poufsouffle allaient sûrement être surpris en voyant leur sablier, dans le hall. Oh, et si Mira s’était trompée ? Et si les autres professeurs refusaient les points qu’elle venait de lui accorder parce que c’était trop d’un coup ? Ce serait bien dommage … Mais Tess n’y croyait pas trop. Elle les avait mérités, non ? Elle avait fait de son mieux alors que les sortilèges n’étaient pas son fort et admettons-le, les dégâts étaient minimes cette fois. Toute sa promotion pouvait en être témoin, elle avait fait bien pire : une porte explosée, des vitres brisées, un monstre déchaîné dans la salle de cours … Non, cette fois, elle avait limité la casse. Donc ses points, elle les méritait : et si la directrice était pas d’accord avec ça, Tess mènerait une guerre sans merci jusqu’à obtenir raison.

Mira mit ensuite les jeunes troisièmes années au travail : elle distribua un questionnaire pour le restant de l’heure. Tess s’y attela au mieux, essayant de répondre à un maximum de question. La théorie, c’était pas vraiment son truc en général sauf qu’en sortilèges, il valait mieux qu’elle passe par là avant de se lancer dans la pratique, elle l’avait appris à ses dépends. Du coup, elle s’appliquait, même si elle passait à côté de beaucoup de réponses. Une fois le questionnaire fini, elle le déposa sur le coin de sa table comme Mira l’avait indiqué et elle se mit à recopier le cours, en essayant de discuter avec sa voisine Serpentard. Elle ne pouvait pas rester studieuse bien longtemps ! D’ailleurs, elle commençait à s’agiter de plus en plus, oubliant de noter quelques phrases du cours, quand la fin de l’heure arriva, sonnant la fin du cours. Ouf, encore un peu et Tess aurait péter son câble. Rester au même endroit trop longtemps, ce n’était pas bon pour une hyperactif comme elle. Elle avait mal choisi sa voisine aussi, qui ne lui avait pas décroché un mot, restant impassible à toutes les blagues qu’elle pouvait lui chuchoter. Avec Stacy, ça aurait été plus drôle, en fait. Elle la chercha du coin de l’œil dans la salle et elle fut prête à la retrouver quand la prof lui demanda de rester un peu. Oh, oh … Ca, ça n’annonçait rien de bon en général. Elle soupira et fit une grimace à Stacy : toutes les deux se comprenaient. Alors, Tess finit de ranger ses affaires, fut tentée de s’éclipser à la dernière minute mais se ravisa, se disant qu’elle n’allait pas frôler l’heure de colle dès son premier jour. Elle prit son sac, rangea sa baguette dans sa robe de sorcier et récupéra son questionnaire pour le poser sur le bureau de sa professeure. Elle récupéra son devoir, qu’elle glissa négligemment dans son sac, et attendit un instant. Mira changea l’inscription du tableau, pour un autre cours qui ne leur était pas destiné. Tess prit la parole, pour au moins s’assurer d’une chose.

« Vous n’allez pas revenir sur votre décision et me retirer mes points parce que vous m’en avez trop mis, hein ? Non parce que de toute façon, me connaissant, je vais pas les garder bien longtemps. Les surveillants ont un peu une dent contre moi, je sais pas trop ce que je leur fais, mais ils sont des spécialistes pour enlever des points à Poufsouffle à cause de moi. C’est pourtant pas un crime de discuter tard la nuit aux tableaux, non ? C’est à ce moment qu’ils sont le plus ouverts et le plus intéressant ! Enfin, je comprendrais si vous voulez me donner moins de points, je vous en voudrais pas trop. »

Oui, elle tenait beaucoup à ses points, parce qu’elle savait qu’il lui fallait de l’avance pour toutes les conneries qu’elle allait faire tout au long de l’année. Elle n’aimait pas trop que les profs lui demandent de rester, c’était bien trop mauvais. En plus, elle aurait préféré vite rejoindre sa salle commune avec les autres, pour se détendre en cette fin d’après midi. Une partie de bavboules ou de bataille explosive ne serait pas de refus ! C’était trop tard pour prendre la fuite ? Oui ? Bon, d’accord. Tess attendait alors au bureau de sa prof, priant pour qu’elle ne l’engueule pas pour ses piètres compétences. Peut être qu’elle avait voulu lui éviter l’humiliation en la prenant à part, pour lui demander d'aller suivre les cours de premières années en espérant rattraper les troisièmes ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 5 Oct - 0:35
Invité
Que Tess ne croit pas qu'elle aura tout le temps autant de points, c'est exceptionnel. Je veux montrer à la classe que je sais récompenser les efforts. Et je trouve ça important que Tess voie là un encouragement à continuer dans ses efforts. J'ai rarement eu autant de points durant un cours quand j'étais scolarisée à Poudlard et je sais à quel point ça fait plaisir d'en recevoir autant. Ça nous rend fiers, en tout cas, pour moi j'en retirais une certaine fierté. C'est généralement beaucoup de points qui nous sont enlevés et peu qui nous sont donnés, mais en donnant aussi facilement des points j'espère inciter les élèves à se donner à fond dans ma matière et à participer. Je sais que certains n'aiment pas participer, ce n'est pas un réflexe chez eux, je ne leur en veux pas, certains préfèrent tout simplement écouter le cours en silence, c'est comme ça, mais j'espère que ça leur donnera envie de participer en voyant qu'ils peuvent tenter leur chance et avoir des points. Je récompense toujours les efforts. Étant donné que c'est la première journée de cours je n'ai pas grand-chose à faire ni à leur faire faire, juste un QCM pour voir où ils en sont et un cours à recopier, à la fin ils devront récupérer le devoir et puis voilà. Bon sang que ma semaine va être tranquille, ça ne sera pas tout le temps comme ça j'en ai bien conscience. Je sens que je risque bien de crouler sous les devoirs, contrôles à corriger et cours à rédiger, mais j'ai été formé et je me sens prête face à cette tâche qui m'attend. Pour le moment, je lis tranquillement, je n'ai rien d'autre à faire de toute manière. J'entends le bruit des plumes qui grattent les feuilles et parchemins, le chuchotis de certains élèves dont … Tess. Tiens donc, une petite bavarde. Je ne dis rien, c'est le premier jour, je sévirais plus tard si elle récidive. Quelque chose me dit que ce n'est pas exceptionnel qu'elle parle pendant le cours, un problème d'attention ou juste trop bavarde ? Peut-être les deux. Je verrais, on a le temps nous ne sommes qu'au début de l'année. J'espère sincèrement que tout se passera bien. J'espère aussi que mes cours plairont, de toute manière ils sont obligés d'apprendre et de bosser. La fin du cours arrive plus rapidement que je ne l'aurais imaginé, j'incite les troisièmes années à prendre leurs devoirs, en même temps ils n'ont pas trop le choix, pendant ce temps je m'occupe du tableau. Je souhaite discuter un peu avec Tess, j'espère qu'elle n'a pas de cours derrière, je ne voudrais pas qu'elle soit en retard. De toute manière, si elle est en retour elle pourra dire que c'est de ma faute et je pourrais lui rédiger un mot s'il le faut. Ses paroles me font sourire, elle a peur que je lui retire des points, décidant soudainement que je lui avais donné trop de points. Selon moi, elle ne doit pas être habituée à recevoir des points, eh bien ça va changer ! En tout cas, si elle continue à participer, je lui donnerais volontiers des points. J'ai croisé les bras contre moi et mon regard est posé sur elle alors que je l'écoute me parler du fait qu'elle discute avec les tableaux la nuit, euh non … je doute qu'elle en ait le droit. J'ai un doux sourire sur mes lèvres, un peu amusé par ses propos « Ne t'inquiètes pas, je ne te retire aucun point, tu les as mérité. Par contre, je doute que tu aies le droit d'être dans les couloirs la nuit. Si je me souviens, quand j'étais à ta place nous n'avions pas droit d'être en dehors de notre salle commune la nuit. Je te conseille de dormir, c'est bien plus important que de discuter avec les tableaux aussi tard. Bien, j'ai pu remarquer que tu avais des soucis avec les sorts et je voulais te proposer quelque chose. » je marque une pause puis reprend « J'aimerais te donner des cours particuliers. Tu n'auras pas forcément des devoirs en plus, mais je suis convaincue que ça pourrait t'aider à t'améliorer. Tu en aurais une ou deux fois par semaine, pas plus. J'ai bien conscience que tu dois profiter de ton temps libre, mais j'aimerais sincèrement t'apporter mon aide. »

J'espère qu'elle verra dans mon geste, mon envie de l'aider à s'améliorer. Je veux sincèrement réussir à faire en sorte qu'à la fin de l'année elle ait moins de difficultés pour lancer des sorts. Je me demande comment elle a réussi à survivre pendant la Nuit Rouge vu sa maîtrise des sorts, peut-être avait-elle quelqu'un pour la protéger ? Ou bien, la magie des miracles est apparue provisoirement et elle a réussi à se protéger toute seule. Bref, je ne vais pas m'étendre sur ce sujet, cette nuit est passée et il vaut mieux ne plus y penser, c'est beaucoup mieux comme ça. Je sais qu'elle est encore qu'en troisième année, loin d'avoir fini sa scolarité, mais il est important de savoir jeter des sorts, c'est tout de même les bases de la sorcellerie ! Je veux l'aider et je le ferai coûte que coûte, je me fais la promesse mentalement de prendre sur mon temps pour l'aider, même si par moments j'aurais sûrement du mal, je lui donnerais toujours du temps pour elle. J'ai bien conscience que l'idée d'avoir encore plus de cours, surtout un cours particulier peut ne pas l'emballer, mais il ne faut pas qu'elle croie que c'est une punition, c'est une main que je lui tends et que j'espère qu'elle saisira. J'ai aussi conscience qu'avoir des cours en plus, c'est avoir moins de temps pour soi. Quand j'étais à sa place – mon Dieu, ça me fait sentir vieille ... – même si j'étais à fond dans les études, j'appréciais de prendre du temps pour faire autre chose qu'étudier, mais je ne veux pas que nous ayons des cours chaque jour de la semaine. Certaines semaines elle n'aurait qu'un seul cours alors que d'autres elle pourrait en avoir deux. Il faudrait voir avec elle, nous pourrions nous organiser à chaque fin de cours particulier nous nous fixerons rendez-vous à un certain jour, à une certaine heure. Ça me tient vraiment à cœur et j'espère qu'elle peut le comprendre du haut de sa troisième année que malgré les professeurs qui ont pu laisser tomber, moi, je ne la laisserais pas tomber. Mon but est de faire de ses jeunes sorciers les meilleurs et je compte bien réussir, en tout cas pour la plupart ! Je n'ai pas peur des défis et pour moi, Tess représente un défi. Elle a des capacités, j'en suis sûre, mais il faut qu'elle réussisse maintenant. Je ne doute pas qu'elle réussisse, elle a de la volonté et ne semble pas perdre confiance en sa capacité de réussir. Alors oui, tu vas réussir ma petite ! Fais-moi confiance, ensemble nous allons y arriver !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Oct - 17:39
Tess passa une main contre son front : soulagée, Mira n’allait pas lui retirer de points. Elle avait eu chaud ! La jeune fille serait sortie bien dépitée du cours alors que pour une fois, ça s’était plutôt bien passé. Concrètement, les petits dégâts qu’elle avait causés n’étaient rien comparés à ce qu’elle avait fait subir – malgré elle – à son professeur pendant deux ans. Peut être que c’était elle qui avait provoqué sa retraite, laissant une place vacante pour Mira ? Elle l’aurait dégoûté au point qu’il préfère aller ailleurs, si c’était pas malheureux ! Elle espérait que cela ne serait pas le cas pour Mira : elle faisait partie de ses tous premiers élèves et il était possible qu’elle la désespère totalement à la fin de l’année, jusqu’à la dégouter de l’enseignement.

Mira lui signala qu’elle n’avait pas vraiment le droit de se promener la nuit dans les couloirs : certes, c’était pas faux. Par contre, elle apprenait des tas de trucs grâce aux tableaux ! Elle en apprenait bien plus qu’en une heure d’histoire de la magie, par exemple. Bon, certains préféraient dormir la nuit, mais d’autres étaient bien content de trouver quelqu’un avec qui parler. Certains se désolaient du peu d’intérêt que leur portaient les élèves. Du coup, Tess essayait de faire changer d’avis certains personnages sur les élèves, leur montrer qu’ils n’étaient pas tous les mêmes.

Tess oublia que son professeur avait quelque chose à lui dire jusqu’au moment où elle le lui rappela, en précisant qu’elle avait remarqué ses difficultés. En même temps, il fallait être aveugle pour ne pas voir que Tess n’était pas un génie des sortilèges. La Poufsfouffle grimaça légèrement, s’attendant au pire. « Je vais vous retrograder. ». « Il faut que j’en parle à la directrice ». « Je vais devoir en informer vos parents pour trouver une solution ». « Avec des notes pareilles, vous ne pourrez pas jouer au Quidditch cette année ». Oh là là, si on la privait de Quidditch, ce serait une véritable catastrophe ! Le début d’une nouvelle guerre, d’une nouvelle rébellion ! Sa place dans l’équipe était quelque chose de très important : elle s’était tant battue pour l’avoir ! Avec Stacy, elles avaient réussi à battre des élèves de dernière année, cela avait été un exploit. Hors de question de faire marche arrière. Elle allait crier, démonter toutes les armures du château, se battre avec tous les candidats qui oseraient prendre sa place dans l’équipe de Poufsouffle ! Hein, quoi ? Mira venait de lui proposer des cours privés pour la faire progresser ? Rien qui ne risquait de compromettre sa place dans l’équipe de Quidditch ?

Il fallait quand même y réfléchir. Prise au dépourvu, ne s’attendant pas à une telle proposition – c’était un cas désespéré après tout – Tess prit quelques secondes pour réfléchir. Elle avait clairement besoin de cours supplémentaires en sortilèges : elle ne s’en sortait pas. D’un autre côté, elle avait une flemme terrible quand il s’agissait de travailler hors des heures de cours. Sauf qu’elle avait envie de prouver qu’elle pouvait y arriver, et elle en avait marre de tout faire exploser – même si ça faisait rire les autres. Au pire, elle pouvait toujours essayer, non ? Et si elle perdait son temps, si elle ne progressait pas, elle pouvait toujours tout arrêter et reprendre ses activités habituelles.

« On peut essayer ? Je veux dire, si ça me plaît pas, ou si ça sers vraiment à rien, je pourrais arrêter à tout moment ? »

Autant en avoir le cœur net. Elle n’avait pas très envie de signer quelque chose pour que ça la poursuive durant toute sa scolarité. Après qui sait, elle aurait peut être encore des points supplémentaires pour sa maison, ça pouvait être cool ça aussi.

« Par contre, je vais reprendre les entraînements de Quidditch bientôt, alors faudra éviter que cela tombe le même jour. Je suis Poursuiveuse, c’est important ! »

Tess bomba le torse : elle était toujours fière de sa position dans l’équipe de sa maison et comme Mira était nouvelle dans le corps professoral, elle n’était peut être pas au courant de ses exploits de l’an passé. Elle marchandait clairement : elle ne voulait pas tomber dans un piège, ou quelque chose de totalement farfelu.

« En tout cas, je vous remercie de vouloir m’aider. Vous êtes la première en deux ans à vous acharner, et je sais que je suis un cas désespérée en sortilèges … J’essaie, pourtant, mais je comprends jamais ce qui cloche. »

La Poufsouffle fronça les sourcils : sa grande sœur, ancienne Serdaigle, avait essayé d’en connaître la raison également. Elle lui avait dit que cela pouvait être une question de puissance que Tess gérait mal, une mauvaise diction ou des gestes trop brusques. Les sorts étaient une science complexe quand on cherchait à approfondir un peu, alors il pouvait y avoir des tas de raisons faisant qu’elle avait ces difficultés là. Peut être que Mira trouverait où était le problème. Elisabeth était restée sur le fait que Tess avait un esprit trop dissipé pour pouvoir se concentrer suffisamment longtemps sur un sort pour l’exécuter à la perfection.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 13 Nov - 3:34
Invité
J'ai déjà quelques théories de pourquoi les sortilèges que lance Tess ratent. J'espère pouvoir trouver une solution et réussir à l'aider à progresser, c'est important qu'elle y arrive, elle en aura besoin toute sa vie. C'est un sacré handicape dans la vie d'une sorcière – ou d'un sorcier – de ne pas réussir ses sorts, ça peut même être dangereux pour la personne elle-même. Certains sorciers sont morts, tués par des sortilèges qu'ils ont eux-mêmes lancés. Alors j'ai envie de dire qu'il est vital pour Tess de réussir à lancer des sorts. Heureusement que nous ne sommes pas trop avancés dans sa scolarité, ça me donne plus d'espoir voyez-vous. En tant que professeur je me dois d'aider mes élèves et encore plus ceux qui sont en difficulté, ce qui fait que c'est tout à fait normal que je propose à la Poufsouffle des cours particuliers. Je ne veux pas qu'elle se sente oppresser et ni qu'elle croit que je lui donnerais une charge supplémentaire. J'ai bien conscience que les professeurs ont tendance à donner de gros devoirs, même en troisième année, j'y suis quand même passée ! Mais il y aura peut-être un ou deux petits devoirs à faire de temps en temps en plus de ceux que je donnerais durant les cours « normaux ». Rien d'énorme, rien d'insurmontable. Je lui demanderais sûrement de s'entraîner un peu, il le faut bien, c'est avec de l'entraînement qu'on s'améliore. Il m'arrive encore aujourd'hui de rater des sorts et de m'entraîner pour en lancer d'autres, je suis à la recherche de la perfection pour ma part mais je ne demande pas la même chose pour mes élèves, je veux juste qu'ils aient un bon niveau pour réussir dans un premier temps haut la main leurs examens puis, de réussir plus tard dans leur vie. Je sais ce que c'est d'être élève, je sais qu'on a besoin de temps pour soi n'importe quelle année et je ne veux pas le lui enlever, en tout cas pas tout, car avoir des cours particuliers ça veut dire se soustraire quelques heures de moins pour son propre plaisir, mais je suis sûre que l'on peut y arriver et qu'elle va progresser ! Je lui laisse volontiers le temps de réfléchir à ma proposition, j'aimerais qu'elle prenne la décision par elle-même et non que je le lui impose. Mon sourire s'agrandit lorsqu'elle me demande si on peut essayer. Bien entendu que l'on peut essayer, tant qu'elle nous laisse vraiment du temps et qu'elle n'abandonne pas dès le premier cours. Oh ! En plus elle est poursuiveuse dans l'équipe de sa maison ! Mon regard est planté dans le sien, qu'elle ne s'inquiète pas, je ne veux pas empiéter sur ses entraînements. Je n'étais pas joueuse à l'époque où j'étais comme elle, j'étais surtout commentatrice, mais je comprends qu'elle ait besoin de ses entraînements « Oui, essayons. Je te propose une période d'essai d'au moins un petit mois. Juste ce mois-ci, on voit si ça marche, si ça te plaît puis on avisera pour le reste de l'année. Ne t'inquiètes pas, je ne cherche pas à nuire à tes entraînements et nous nous arrangerons pour que cela ne tombe pas à ce moment-là. Quand tu seras quand est-ce que sont tes entraînements n'hésite pas à me transmettre les horaires et les jours, que je m'en souvienne et si j'oublie, n'hésite pas à me le rappeler. On pourrait commencer dès cette semaine si ça te dit ? »

J'aimerais vraiment commencer le plus rapidement possible, ne pas perdre de temps. Je ne peux nier que ça me touche qu'elle me remercie et je ne peux m'empêcher d'esquisser un petit sourire en coin alors qu'elle continue de parler. Sérieux ? En deux ans personne n'a pensé à lui donner des cours particuliers ? En tout cas, c'est ce que je pense de ses propos, ça sera donc ses premiers cours particuliers. Qu'elle ne prenne pas peur, je vais essayer de faire des cours plus « cool » que ceux avec la classe entière. Nous serons seules, donc plus tranquilles. Je vois déjà quelques élèves arriver et s'installer, mais je ne leur prête pas plus d'attention que ça, préférant la garder sur Tess, mais la conversation va devoir se finir bientôt car je ne vais pas pouvoir rester éternellement à parler avec la Poufsouffle, il va falloir que je commence mon cours une fois que tout le monde sera là et Tess va devoir rejoindre son prochain cours. Je ne veux pas qu'elle arrive en retard. « De rien. Je pense savoir pourquoi tes sorts ratent, mais nous en parleront durant notre premier cours. Bon, dis-moi quand est-ce que ça t'arrange que l'on se voit. Comme c'est la première semaine, je peux te prendre n'importe quand à partir du moment où les cours sont fini. Bien sûr, pas en week-end. » Je préfère lui laisser l'occasion de choisir le jour et l'heure de notre premier cours. Niveau exercice que je souhaite lui faire, certains ne lui plairont peut-être pas mais je souhaite qu'elle les fasse malgré tout. Ils pourront paraître stupide pour elle, mais pour moi je sais – en tout cas je l'espère – lui sera utile. D'autres élèves arrivent, il ne reste plus qu'à trouver une date et un horaire et je pourrais la libérer. À elle de choisir quand elle voudra. J'en vois certains qui sortent déjà de quoi écrire, qu'ils commencent à recopier le cours s'ils le souhaitent, ça ne me dérange pas.

HS - Je te laisse avancer jusqu'au cours particulier
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Jan - 0:17
Tess avait rarement eu affaire à une prof aussi arrangeante. Peut être était-ce parce qu’elle était jeune, qu’elle n’avait pas quitté Poudlard y’a si longtemps que ça et qu’elle comprenait à treize ans, il y avait bien plus important que les cours, surtout dans une école comme Poudlard. Sérieusement, entre le Quidditch, les copains, les rivalités entre maisons – que Tess essayait d’atténuer -, le château à explorer, la part qu’accordée Tess aux cours était légèrement disproportionnée. Bon, elle restait assidue parce qu’avec la nouvelle direction, elle n’avait pas le choix et qu’elle restait volontaire. Mais quand il s’agissait de travailler sur ses devoirs, c’était une toute autre chose. Alors des cours particuliers … Ca ne lui avait jamais traversé l’esprit. Elle avait assez subi de l’influence de sa grande sœur, ancienne Serdaigle, qui accordait un soin tout particulier à aider Tess sur ses différentes dissertations.

Mira aura eu au moins le mérite de clouer Tess sur place : la jeune fille ne savait plus vraiment comment réagir face à toutes ses propositions et ça, c’était plutôt un exploit. Pas le week end. Hors des entraînements de Quidditch. Le jour qui l’arrangeait le plus. En fait, elle avait tellement le choix qu’elle ne savait plus ce qui l’arrangeait vraiment. Elle resta un instant sur place, piquée par la curiosité également : Mira avait évoqué le fait qu’elle savait peut être d’où venait toutes ses difficultés. Bon ben là, elle n’avait plus beaucoup le choix : pas moyen de la cuisiner maintenant, il fallait qu’elle rejoigne ses amis pour le prochain cours. Du coup, elle fronça un instant les sourcils, se demandant quel jour elle pourrait imposer – ouh qu’elle aimait ça ! – et finit par hausser les épaules.

« J’imagine que ça sera bon mardi prochain, avant le dîner. Mes sélections seront déjà passées, je serais sûrement plus disposée à réussir des sorts ! »

Ah ça … Les sélections dans l’équipe ayant lieu le week end qui arrivait, Tess était absolument pas dans une bonne conjoncture pour apprendre quoi que ce soit. Elle avait plutôt la tête dans les nuages –littéralement – à élaborer le meilleur des plans pour récupérer sa place dans l’équipe. En soit, au vu de ses résultats l’année précédente et du merveilleux duo qu’elle formait avec Stacy, les sélections ne devraient être qu’une formalité. De toute façon, elle crierait au scandale si elle n’était pas reprise. Elle n’avait pas souffert en première année pour jouer seulement un an dans l’équipe de Poufsouffle, non mais oh !

Tess attrapa son sac, fit une légère courbette à sa prof pour prendre congé.

« Merci madame, à mardi prochain.. Enfin, on doit se revoir au prochain cours avant, je crois. Enfin je verrais bien, je connais pas encore mon emploi du temps par coeur. Mais mardi presque sûr. Si j’ai un imprévu, je vous préviendrais. Au revoir. »

Elle tourna alors les talons pour rejoindre une camarade Poufsouffle qui l’attendait à la sortie de la salle – celle-ci d’ailleurs semblait un peu perdre patience. Tess ne manqua pas de lui faire part de la proposition de la prof, en soulignant bien que c’était elle qui avait fixé la date, l’heure, presque toutes les conditions. Parce que ça, c’était du jamais vu à Poudlard. Du moins, pas en deux ans d’études pour la jeune fille.

Le mardi suivant, Tess quitta Stacy et Alec alors qu’ils allaient se poser dans leur salle commune. Elle n’avait pas encore les résultats concernant les sélections de Quidditch, mais l’épreuve s’était tellement bien passée que cela ne devait pas forcément poser problème. Mais voilà, l’euphorie de l’idée d’un cours particulier qu’elle pouvait arrêter à tout moment était passée, et Tess se dirigea dans la salle de cours en traînant un peu des pieds. Ca ne l’emballait plus tellement, maintenant qu’elle devait quitter ses amis qui eux, avaient fini les cours, tandis qu’elle devait encore se farcir une heure ou deux avant le diner. Un test, ce n’était qu’un test. Elle pouvait très bien ne pas donner de suite au cours. Si ça se trouve même, Mira aurait totalement changé d’avis et elle lui imposerait tout un tas de contrainte. Si ça se trouve, la directrice aurait eu vent de ces cours particuliers et aurait souhaité intervenir sur la méthode bizarre de Mira. Si ça se trouve, ce serait la directrice elle-même qui se chargerait de remettre à niveau Tess. Si ça se trouve, elle allait lui tendre un piège, qui la forcerait à travailler d’arrache pied sur cette remise à niveau. Si ça se trouve, la directrice la forcerait à tout raconter concernant ses petites activités secrètes. Oh là là, dans quoi elle s’était fourrée encore ! Elle avait l’impression d’avoir le don pour se mettre toujours dans des situations pas possible. Et, c’est en s’attendant à voir la directrice qu’elle toqua à la porte de la salle de Sortilège, et la poussa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 1 Fév - 23:19
Invité
Je peux comprendre que l'idée d'avoir des cours en plus ne puisse pas emballer, déjà que les emplois du temps sont chargés en fonction des niveaux, qu'il y a les devoirs à faire, les révisions et pour certains les entraînements de Quidditch, ça laisse peu de temps libre. Je ne souhaite pas imposer trop d'heures, mais je veux vraiment aider Tess et j'espère que ça marchera, qu'à la fin de l'année elle arrivera à lancer des sorts avec plus de facilité. Je lui laisse la liberté de choisir pour notre premier cours mais les prochaines fois on le décidera ensemble. Je comprends que les sélections de Quidditch soient importantes pour elle, même si je n'y ai jamais participé mais il faut tout de même qu'elle arrive à se concentrer sur ses cours et j'espère que le Quidditch en soi n’interféra pas avec son apprentissage, ou en tout cas pas trop. Certaines personnes sont littéralement accros à ce sport, je peux comprendre, l'adrénaline et peut-être que Tess en fait parti mais reste qu'il ne faut pas qu'elle néglige ses études. Mais de ce que j'ai pu voir en cours, elle est quelqu'un de volontaire qui aime participer, un bon point pour elle, après il faut que ça suive derrière, je veux dire par-là qu'elle fasse bien ses devoirs et qu'elle révise les leçons qu'on lui donne. Je hoche la tête affirmativement lorsqu'elle m'annonce que mardi prochain avant le dîner devrait convenir, c'est donc entendu « C'est d'accord. Bon courage pour les sélections, j'espère qu'on te prendra dans l'équipe. » oui, j'ai bien réalisé que c'était important pour elle et avec l'énergie qu'elle dégage je n'ai pas de doute qu'elle puisse réussir à être reprise cette année. Sinon, j'accueillerais une Tess déçue mardi prochain, ça serait bien dommage, en plus elle n'aurait pas l'esprit à jeter des sorts. Par contre « madame », ça ne va pas le faire du tout, je ne suis pas d'accord sur ce point, j'ai l'air d'une madame ? Suis-je vieille à ce point ? J'ai quand même vingt-cinq ans, c'est encore jeune ! « Tess, pas madame, mademoiselle ça ira. Je te propose qu'au prochain cours tu me confirmes pour mardi. Allez, file ! Ne soit pas en retard ! » Oui et puis il faut que je commence mon prochain cours, bon mes élèves ne sont pas tous arrivés et il reste encore quelques minutes. J'espère que Tess n'a pas trop de chemin à faire, au pire elle pourra toujours dire que c'est de ma faute, ça ne me gêne pas !

Mardi soir est arrivé plus tôt que je ne l'aurais imaginé, qu'est-ce que le temps passe vite ! J'ai déjà quelques devoirs à corriger, mais pas encore assez pour être submergé et j'en suis bien contente ! J'espère pouvoir maintenir un bon rythme qui fera que je pourrais rendre de manière rapide et fluide les devoirs et les contrôles que j'aurais donnés. En tant qu'élève on se plaint facilement du boulot qu'on a à faire après les cours mais il faut aussi penser aux professeurs qui doivent corriger derrière. Certaines copies n'ont pas besoin de beaucoup de corrections alors que pour d'autres c'est un véritable calvaire. Ça va, nous sommes encore en début d'année mais j'ai déjà eu quelques copies à corriger où il va falloir que je parle à l'élève en question pour lui proposer quelques cours qui devraient redresser son niveau. Mon emploi du temps va être plus chargé que je ne l'aurais cru mais tant pis, c'est ça d'être professeur, il ne faut pas croire qu'une fois après les cours nous n'avons que peu de choses à faire. Mes cours sont finis depuis deux heures et je suis entrain de rédiger un cours pour les cinquièmes années quand j'entends qu'on frappe à ma porte. Une douce odeur d'encens flotte dans l'air, pas assez forte pour donner la nausée, de toute manière si ça l'était j'aurais éteint mon bâton et j'aurais ouvert la fenêtre. Portant ma tasse de thé à mes lèvres j'en bois une gorgée avant de prendre la parole « Vas-y, rentre. Installe-toi, laisse-moi juste finir mon paragraphe s'il te plaît. Tu veux du thé ? Un bonbon ? Ta journée s'est bien passée ? Alors tu as été prise ? » dis-je en souriant. Oui, en plus du thé j'ai des bonbons, je sais, ce n'est pas forcément bon pour les dents mais je m'en contre fiche, j'aime les bonbons. Je me penche légèrement sur mon parchemin, ma plume glissant dessus écrivant les quelques lignes qui me restent à écrire tout en écoutant les propos de Tess. Posant finalement ma plume je pousse mon parchemin sur le côté puis me lève, contournant mon bureau « Comme je te l'ai déjà dit, j'ai une idée de pourquoi tu as tant de difficulté avec les sorts. Ton énergie. En soi ce n'est pas un défaut et c'est même très bien que tu aies tant d'énergie mais il faut que tu apprennes à la canaliser. Ça peut être parfait pour un Bombarda mais pour d'autres non. Tu comprends ? Ce trop-plein d'énergie tu dois le réserver pour en dehors des cours, pour le Quidditch par exemple. Bien sûr, il faut que tu gardes de l'énergie hein ! Je suis ravie que tu aimes participer durant les cours, mais soit plus posée et calme lorsque tu lances un sort, c'est bien plus facile crois-moi ! Parce que lorsqu'on a l'air d'une puce surexcitée c'est bien plus compliqué. Bref, on ne fera pas ça aujourd'hui, mais je te propose que tu fasses des exercices avant de t'endormir, des exercices de respiration qui te permettront de te calmer et de canaliser toute cette énergie. Qu'en penses-tu Tess ? On voit si ça marche, d'accord ? » Je doute que ça l'emballe, mais j'espère tout de même qu'elle acceptera, je fais ça pour son bien et j'espère que les exercices que je lui propose l'aideront.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» A Saut D'eau il n'y a pas d'eau potable
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: