RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pour une première sortie, c'est bien de faire de bonnes rencontres • Tess

avatar
Invité
Invité
Mer 3 Juin - 0:17
Invité
La rentrée c'était quelque chose qu'avait attendu avec impatience Joyce, parce que cette rentrée était bien plus particulière que les autres, cette rentrée elle commençait une formation de Quidditch de haut niveau. Ça y est, la route vers son avenir débutait ! Elle s'imaginait déjà le soir, dans son lit, être dans une grande équipe de Quidditch, gagnant match sur match, étant interviewée. Malgré tout, être célèbre ce n'était pas ce qui la branchait le plus, non, tout ce qu'elle voulait elle, c'était de pratiquer son sport favori tous les jours ou presque, faire de sa plus grande passion son métier ! Depuis quand voulait-elle devenir joueuse professionnelle ? Elle n'aurait su le dire. C'était grâce à Duncan et à ses amis que lorsqu'elle était à Poudlard, elle avait tenté sa chance pour rentrer dans l'équipe de sa maison au poste d'attrapeuse. Elle aurait bien pu être poursuiveuse, lors des petits matchs qu'ils se faisaient en famille ou entre amis, il lui arrivait d'être poursuiveuse et sans vouloir s'en vanter, elle s'en sortait plutôt bien. Mais la belle rousse était bien plus à l'aise en tant qu'attrapeuse et certainement bien plus douer pour attraper un vif d'or que pour se balader avec le souafle pour marquer un but. Batteuse ne l'avait jamais tenté, elle avait bien essayé une ou deux fois, mais elle s'était plusieurs fois agressée par le(s) cognard(s) que de réussir à les frapper correctement pour les renvoyer. Et pour finir, le poste de gardien ne l'intéressait guère, elle avait bien testé quand elle était petite mais même si elle avait réussi quelques fois à attraper le souafle, elle s'ennuyait rapidement. Non, franchement, être attrapeuse professionnelle lui irait très bien. Elle s'en sortait bien et elle se trouvait même plutôt douée, en même temps, si elle ne l'était pas on ne l'aurait pas accepté ! La miss Weather espérait que quelqu'un allait la remarquer et qu'elle finirait dans une grande équipe, c'était le rêve de tous les aspirants au Quidditch professionnel. Joyce n'avait jamais vraiment envisagé d'autres métiers que celui de joueuse professionnel, au début, c'était surtout un rêve, ce genre de rêve que l'on a sans vraiment y croire, juste parce que c'est bien de rêver. Puis ça avait fait son petit bonhomme de chemin et ça c'était concrétisé petit à petit dans sa tête jusqu'à en devenir une idée fixe. Elle serait attrapeuse professionnelle et un jour, elle remporterait la coupe du monde de Quidditch !

Il avait été dur de la remettre sur les pieds avant le jour J et encore aujourd'hui, elle était encore fragile, ayant peur de s'endormir et de se réveiller quelque part nez à nez avec la Lestrange. Peut-être même d'ouvrir les yeux et de se retrouver de nouveau dans les toilettes du musée magique à Londres, subissant un énième sectumsempra ou un endoloris. Même si les plaies n'étaient plus et qu'il n'y avait pas de cicatrices, Joyce se souvenait que trop bien des souffrances qu'elle avait dû endurer, il lui suffisait de fermer les yeux pour se revoir en présence de la mangemorte. Joyce lui avait tenu tête, n'avait pas hésité à dire ce qu'elle pensait et elle l'avait payé. Au moment où elle avait subi la colère de Bellatrix, Joyce avait eu peur de mourir, qu'adviendrait-il de Duncan si elle mourrait ? De sa famille ? De ses proches ? De ses amis ? Elle savait que si Duncan mourrait, elle n'arriverait pas à s'en remettre et si elle mourrait, il ne lui était pas bien difficile d'imaginer ce que ressentirait son frère. Sur le coup aussi, elle avait regretté – un peu – d'avoir dit ce qu'elle avait dit, mais aussi d'avoir renvoyé la sorcière vers Connor, était-ce lâche de sa part d'avoir dit si rapidement que le Sainclair aurait certainement plus d'informations ? Peut-être que oui … mais lui, il était un adulte, bien plus apte à faire front face à la lieutenante de Voldemort qu'elle, simple jeune sorcière tout juste sortie de Poudlard. Elle n'était pas stupide, loin de là ! Elle savait pertinemment qu'elle n'avait aucune chance de la battre en duel ! Même un troll le savait ! Mais à présent, à présent que l'événement faisait partie du passé même s'il était proche et encore bien ancré en elle, elle se disait que si c'était à refaire, elle dirait de nouveau tout ce qu'elle lui avait sorti ou presque … parce que oui, elle changerait bien le fait d'avoir dit si rapidement que l'archéomage était plus amène de délivrer des informations, c'était la moindre des choses pour lui, elle se demandait comment il allait, elle n'avait pas encore osé lui envoyer une lettre depuis ce qui s'était passé au musée. En même temps, elle n'avait pas pris le temps, après le soir en question, il lui avait fallu du temps avant de se décider à se bouger. Mais ceux qui l'avaient aidé à se relever de tragique événement avaient su utiliser les bons mots, comme « la rentrée approche, il ne faudrait pas rater le début de ta formation. » Ça avait fait son petit bonhomme de chemin dans sa tête et un matin, la famille Weather s'était retrouvée avec le petit déjeuner préparé sur la table et Joyce qui tentait de retourner des crêpes sans se brûler, ce qui, sur ce point était plutôt raté … ! Bien sûr, la belle rousse craignait le moment où elle aurait à rencontrer de nouveau la Lestrange, elle se disait bien qu'un jour ou l'autre elle finirait par la revoir, mais le plus tard possible serait le mieux ! Et ce jour-là, Joyce espérait ne pas être seule face à la mangemorte.

Elle se souvenait du jour de la rentrée, elle avait entendu le réveil sonner une fois, puis deux, puis trois puis … RIP le réveil, il avait volé à travers la pièce tel un avion pour aller s'écraser avec fracas contre un mur. Ce jour-là, comme tous les jours d'abord, elle ne supportait pas le bruit si agaçant de son réveil, il faudrait qu'elle potasse pour réussir à changer le son que produisait son réveil avec un son plus agréable. Et puis, elle s'était rendormie, cul sec, comme ça. Et elle s'était réveillée en sursaut environ une dizaine de minutes plus tard quand ce coup-ci elle entendit une alarme dans sa tête lui répétant que c'était le jour de la rentrée et qu'elle allait être en retard. Là, elle avait rabattu sa couverture, avait choppé les vêtements qu'elle avait préparés la veille et pendant qu'elle filait vers la salle de bain, s'était déshabillée pour tenter au passage de s'habiller. Et bien sûr, avec ce méli-mélo de déshabillage-habillage, elle s'était joyeusement rétamée sur le sol, non loin de la dit salle de bain. Au sol, elle n'avait pas relâché ses efforts, il y avait le bas qui était mit et son soutif, se relevant, elle avait enfilé le reste de ses vêtements avant de rentrer dans la salle de bain où était son frère. Le poussant sans ménagement, elle lui avait déclaré tout simplement un « pousse toi, je vais être en retard. » avant de commencer à se coiffer frénétiquement. Quelques instants plus tard, elle en ressortait en courant, se précipitant de nouveau dans sa chambre où elle saisissait, blazer, sac et baguette après avoir mis une paire de chaussures. D'un geste de la main alors qu'elle courait, elle renvoya les affaires qui étaient sur le sol du couloir dans sa chambre. Tel un éléphant courant dans un escalier, elle descendit les marches manquant de tomber quand elle croisa le chemin de son chat qui avait décidé qu'une marche serait certainement le meilleur lit en ce jour pour dormir. Passant rapidement par la cuisine, elle prit une boîte de cookies dans le placard, en prenant un elle l'enfourna dans sa bouche et sortit en courant de la maison, claquant la porte après avoir tenté de sortir un « Bonne journée » avec le cookie toujours coincer entre ses dents. Transplanant, elle arriva tout juste au moment où l'on faisait rentrer les premières années de la formation dans le bâtiment. Les choses sérieuses commençaient !

Mais aujourd'hui, elle n'avait pas cours et elle avait décidé de sortir, s'aérer un peu. Toute seule, comme une grande. Il ne faisait pas spécialement chaud et Joyce s'était quelque peu couverte, mais pas trop tout de même ! Ce n'était pas encore l'hiver ! Elle avait transplané à Près-au-Lard dans le courant de l'après-midi, laissant un mot dans la cuisine pour signaler où elle allait, comme ça, ses parents n'auraient pas d'inquiétude à se faire. Elle comptait bien profiter de son après-midi. Elle remarqua qu'il y avait des élèves de Poudlard dans les rues du village, ce qui la fit sourire. Il y a quelques mois encore elle était à leur place, elle reconnue le blason de sa maison portaient par un groupe d'élèves ce qui la fit sourire de plus belle. Poudlard était une partie de sa vie et malgré ce qui c'était passé avec la Nuit Rouge, elle avait adoré y être et ne le regrettait pas. Rien qu'à voir les élèves dans les rues, Poudlard lui manquait déjà. Ils accepteraient qu'elle y passe une année de plus . Élève clandestine … Non, il fallait qu'elle se ressaisisse ! Poudlard s'était fini ! Maintenant c'était la formation de Quidditch puis elle deviendrait joueuse professionnelle ! Et un jour, elle serait attrapeuse chez les Pies de Montrose ! Détournant son attention des élèves qui passaient, la jeune sorcière se décida à faire un point de ce qu'elle avait acheté, elle était allée acheter une nouvelle plume dans le magasin de plumes Scribenpenne, au moins, ça c'était fait, niveau parchemin, il y avait un stock à la maison mais elle aimait avoir sa propre plume. Elle avait aussi un sachet de bonbons à hoquet, Duncan n'allait pas comprendre ce qui allait lui arriver ! Et puis, bon eh bien il lui restait plus que faire un tour à Honeyduckes et elle pourrait aller se poser au Trois Balais avant de rentrer. Poussant la porte du magasin, elle remarqua tout de suite le monde qu'il y avait, zigzaguant et jouant un peu des coudes, elle tenta d'approcher de certaines étagères et rayons qui l'intéressaient. À l'allure à laquelle elle mangeait ces fichues sucreries, elle préférait se faire un bon stock pour ne pas avoir à revenir la semaine prochaine. Passant une main dans ses cheveux verts pour l'occasion, elle attendit sagement que l'attroupement face à l'étagère des baguettes à la réglisse se disperse pour s'en approcher, ça allait, il en restait encore et Joyce ne doutait pas un instant que les propriétaires d'Honeyduckes en aient encore en stock, en prenant une vingtaine, elle se retourna et rentra brusquement contre quelqu'un. En même temps, avec ce monde, ce n'était pas étonnant :

 « Oh, excusez-moi je … Tess ? C'est bien toi ? Comment ça va ? »

Elle était contente de la voir, sa première question était plutôt inutile et surtout pour la forme. Elle était sincèrement contente de revoir son amie, surtout aujourd'hui, même si elles étaient toutes les deux un peu bousculées par les personnes qui se mouvaient dans la boutique et que ce n'était pas forcément agréable de se recevoir des coups de coudes de la part des personnes qui tentaient de se frayer un chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Juin - 16:06
S’il y a bien une chose que tout jeune élève de Poudlard attend avec impatience, c’est de pouvoir enfin passer quelques samedis après midi dans le fameux village de Pré-au-Lard. C’était particulièrement déprimant de voir le château se vider les samedis, alors qu’on ne pouvait pas sortir. Tess avait longtemps crié au scandale et à l’injustice – et par longtemps, cela voulait dire tous les samedis depuis sa première année – comme elle l’avait fait quand on lui avait interdit de postuler à un poste de poursuiveur dans l’équipe de Quidditch de sa maison en première année. Alors, ce matin là, quand elle se réveilla, elle ne cessa de répéter à tout le monde ce qu’elle avait prévu de faire, dans quelles boutiques elle allait se rendre et combien cette journée serait fantastique. Elle accédait enfin à ce privilège et elle n’allait pas passer à côté. Pour dire, la première chose qu’elle avait fait en rentrant chez elle pendant l’été, c’était de faire signer l’autorisation de sortie par ses parents et, pour ne pas l’oublier, elle l’avait directement rangée dans sa valise vidée à l’arrache dans sa chambre. Autant dire qu’elle attendait ce jour avec impatience.

Ses frères et sœurs lui avaient raconté des tas de trucs sur Pré-au-Lard, lui faisant une description complète et détaillée de toutes les boutiques qu’elle pouvait y trouver, de tous les endroits inratables ainsi que de l’effrayante cabane hurlante. Combien de fois avaient-ils tenté de la terroriser avec leurs histoires ! Mais ils n’avaient fait qu’amplifier son envie de s’en approcher. Oh, peut être qu’une fois devant, Tess ne pourrait pas faire un pas de plus et ferait demi-tour, les histoires de ses frangins lui remontant à l’esprit. Néanmoins, elle comptait bien y passer à la fin de la journée, coûte que coûte.

Tess fut l’une des premières à attendre devant la grille de Poudlard, donnant fièrement son autorisation de sortie à un professeur qui la laissa partir avec quelques amis. Sortir de Poudlard, c’était avoir plus de liberté et quelque part, ça ne pouvait que faire du bien. Depuis l’arrivée d’Hikkins et tous les surveillants, c’était beaucoup moins agréable de traîner dans les couloirs et Tess en avait fait les frais l’an dernier, les samedis après midi. D’abord, elle avait passé beaucoup de ces samedis en heure de colle – entre les bavardages en cours, sa manière de répondre aux surveillants et le reste – et puis, ils n’avaient plus vraiment le droit d’explorer le château comme avant : les passages secrets étaient condamnés pour la plupart, il y avait ce couvre-feu, des surveillants plus incisifs que les préfets. Alors, ce samedi en dehors de l’école aurait sûrement l’effet d’un bon bol d’air frais.

Il y avait tellement de choses à voir que Tess ne pouvait se concentrer bien longtemps sur quelque chose. Le pire fut quand elle entra dans la boutique de farces et attrapes. Ses aînés pensaient toujours à elle depuis deux ans, lui ramenant régulièrement divers objets mais c’était autre chose de la boutique par elle-même. Elle passa de rayons en rayons en s’extasiant sur tout et n’importe quoi, tentée d’acheter un peu tout le magasin pour en faire voir de toutes les couleurs aux surveillants. Bon, il faudrait qu’elle s’améliore dans l’art de la discrétion pour éviter de multiplier encore les heures de colle et éviter de se faire renvoyer, c’était un fait. Mais la boutique lui donnait une tonne d’idées de farces : elle se déplaçait de rayons en rayons, d’étagères en étagères, criant que cette boutique était certainement la meilleure invention du siècle. Malheureusement, elle avait un budget limité et il fallait encore qu’elle aille à Honeyduckes, elle ne put repartir qu’avec quelques bricoles : des bombabouses, des bonbons à hoquet et une fausse baguette. Elle avait peur qu’on fouille ses achats, en revenant à Poudlard, aussi se freina-t-elle automatiquement à cette pensée. Ils en seraient bien capable, et si elle prenait trop de choses compromettantes, elle ne risquait pas de retourner à Pré-au-Lard de si tôt.

Après ses premiers achats, et par peur de ne plus avoir assez d’argent avant la fin de la journée, Tess se rendit chez Honeyduckes, ou le paradis des sorciers pour elle. Avec le monde, elle perdit ses amis, mais elle était tellement en admiration devant toutes ces couleurs, tous ces parfums, toutes ces différentes sortes de bonbons. C’était impressionnant et la foule ne dérangea pas Tess dans sa contemplation, même si elle était pas mal bousculée. Elle essayait de passer dans la rangée d’à côté, pleins de petits sachets de friandises dans les bras, quand quelqu’un la percuta de plein fouet. Sa première préoccupation fut de s’assurer qu’elle n’avait pas lâché de sachets en cours de routes – c’était trop précieux les bonbons – et finit par lever la tête. Là, juste en face d’elle, Joyce Weather s’excusa et Tess l’écouta qu’à moitié : elle s’en fichait d’avoir été bousculé, une nouvelle fois, parce qu’il s’agissait d’une amie qu’elle n’avait pas vu depuis un trop long moment : elle avait fini Poudlard l’an passé et ne faisait plus partie de l’école désormais, s’envolant vers une carrière de Quidditch prometteuse. Le visage de la jeune Poufsouffle s’illumina alors : elle lui fit un grand sourire, avant de s’écrier.

« Oh Joyce ! Je m’attendais pas du tout à te voir ici, c’est trop biiiien ! »

Elle aurait voulu lui sauter dessus et la prendre dans ses bras, mais les sachets qu’elle serrait contre elle l’en empêchait.

« Cette boutique, c’est le meilleur endroit du mooonde ! Et j’aurai jamais cru dire ça un jour après Poudlard, sérieux. »

Mais ça, Joyce devait déjà le savoir : elle avait eu le privilège de passer des après midi à Pré-au-Lard depuis plus longtemps qu’elle et elle avait sûrement déjà vu toutes ses choses. Ce qui était encore plus surprenant de la voir ici, alors que le reste du monde lui tendait les bras maintenant qu’elle n’était plus à Poudlard. Mais Tess était tellement contente de la voir et d’être ici elle-même qu’elle n’était pas en mesure d’articuler grand-chose pour arriver à lui poser la question tout de suite : elle en avait des milliers pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 24 Juin - 4:27
Invité
Elle se souvenait très bien du premier jour où elle était allée en sortie à Près-au-Lard, l'excitation qu'elle avait eu. A ce moment-là, elle était avec Duncan et tout deux avaient bien dû visiter toutes les boutiques du village. Ils n'avaient pas eu de problème pour faire signer leurs autorisations respectives par leurs parents, ils avaient préférés le faire dès qu'ils furent rentrés chez eux pour être sûrs de ne pas oublier et en être ainsi débarrassé pendant tout le reste de l'été. Oh qu'elle avait attendu cette première sortie à Près-au-Lard, comme tous les autres élèves que ça soit de son année ou les autres, à chaque fois qu'il y avait la première sortie à Près-au-Lard, tout le monde l'attendait avec impatience. Aujourd'hui encore, même si la belle rousse ne faisait plus partie de Poudlard, il lui arrivait d'y aller régulièrement pour un rendez-vous ou pour tout simplement des achats. Elle aurait bien pu aller sur le Chemin de Traverse et elle y allait aussi, mais il y avait des boutiques à Près-au-Lard qu'elle trouvait nettement mieux que sur le Chemin de Traverse ou qu'elle ne trouvait qu'ici. Et puis, il était tellement plus agréable d'avoir un rendez-vous aux Trois Balais qu'au Chaudron Baveur trouvait-elle. Chaque pub avait son propre charme si on pouvait dire ça du Chaudron Baveur, quand elle y était allée la première fois, elle avait trouvé qu'il était plutôt sinistre. Le système des cheminées était tellement mieux, bien plus rapide quoi que, si on prononçait mal la destination on pouvait se trouver à un tout autre endroit ce qui était fort embêtant ! Il y avait bien sûr le transplanage, certains avaient des accidents, se désartibulant. Elle avait lu quelques articles à ce sujet et les photos étaient bien explicites, Joyce plaignait ces victimes du désartibulement et espérait n'avoir jamais à affronter ça. Elle avait retenu les mots qu'avait prononcé leur instructeur, Destination, Détermination, Décision. Ça semblait plutôt facile comme ça, mais au début il y avait bien plus de risques d'avoir des accidents que lorsqu'on avait de l'expérience et que cela devenait une habitude. Le transplanage n'avait rien d'agréable mais on s'y faisait à la longue et il y avait un avantage, c'était la vitesse d'aller à un point A à un point B. Moyen de transport rapide mais dangereux. Moyen qu'avait utilisé Joyce pour se rendre à Près-au-Lard aujourd'hui. Il le fallait bien si elle voulait se refaire un stock de bonbons, les études ça vous faisait avaler une tonne de friandises ! Vive les kilos en trop ! Quoi que, avec la formation qu'elle suivait, elle n'avait pas à s'en faire pour les kilos en trop, sa formation étant assez intensive, elle revenait souvent claquée chez elle et surtout courbaturée, enfin, ça c'était surtout dans les premières semaines, son corps avait fini par s'habituer à ce nouveau rythme de vie même si parfois, il lui faisait bien sentir qu'il en pâtissait. Mais si elle voulait devenir un jour une joueuse professionnelle et peut-être bien remporter la coupe du monde de Quidditch, il fallait qu'elle en passe par-là. Il fallait qu'elle repousse ses limites.

En décidant de venir aujourd'hui à Près-au-Lard, elle n'avait pas cherché à savoir si c'était une journée où les élèves de Poudlard avaient droit à une sortie dans ce village. Ça ne l'intéressait pas vraiment à vrai dire, son but était de faire ses petites emplettes, peut-être se poser aux Trois Balais pour boire quelques verres de bièreaubeurre puis rentrer chez elle. La belle rousse avait de la chance, aujourd'hui elle n'avait pas mal, ça allait plutôt bien à vrai dire. Par quel miracle ne ressentait-elle aucune douleur ? Elle n'en savait trop rien et s'en fichait royalement. Bien sûr, lorsque Joyce était arrivée dans le village sorcier et qu'elle avait vu des élèves dans les rues et dans les commerces, il ne lui avait pas fallu plus de quelques secondes pour deviner que c'était une journée où on autorisait les élèves à sortir de Poudlard et son enceinte. Pourtant, elle ne s'en était pas souciée plus que ça, les élèves qu'elle avait connu durant sa scolarité avaient soit fini leurs scolarité tout comme elle ou bien devaient sûrement traîner avec leurs amis, pas la peine de les importuner avec ça. Trop concentré par son petit besoin personnel de se refaire un stock de friandises, sa drogue en quelque sorte, elle n'avait pas cherché à retrouver de potentiel connaissances. Et pourtant, voilà qu'elle venait de heurter une élève qu'elle connaissait bien pour l'avoir côtoyer l'année précédente. Tess Jekelm. Petite Poufsouffle qu'appréciait l'ancienne Serdaigle. Tess avait été amie avec Zac, elle l'avait déjà croisé et fréquenté quand son petit frère était encore en vie, mais ce n'était pas comme l'année dernière. Quand Zaccary était encore vivant, elle voyait de temps en temps Tess parce qu'elle côtoyer Zac, ne cherchant pas pour autant à tisser une quelconque amitié ou approfondir leur relation, elle était l'amie de Zac, point. Joyce, à ce moment-là, se contentait juste d'être la grande sœur bienveillante qui croisait de temps à autre son petit frère en compagnie de ses amis et échanger quelques mots, ne cherchant pas à aller plus loin. Zac avait ses amis, Duncan avait ses amis et elle avait ses amis. Sentiment de propriété personnel. Puis, Zac était mort, ça avait laissé un vide dans la vie de l'ancienne bleue et bronze, plus de Zac, c'était comme si la vie n'était plus que silence et qu'elle était à présent d'un gris pluvieux. L'année dernière, sa vie avait été pluvieuse. Il avait fallu qu'elle combatte son chagrin, son sentiment de culpabilité, les cauchemars ou plutôt le cauchemar qui revenait sans cesse la hanter nuit après nuit, sa rage, sa peine et tant d'autres sentiments qui avaient fait qu'elle avait eu une tempête à l'intérieur d'elle. Et en plus de cela, l'année dernière c'était l'année des ASPICS, THE examen, quoi de mieux qu'une tempête de sentiments endeuillés pour tenter de se préparer pour un examen important ?! Et pourtant, elle l'avait réussi haut la main, elle avait bossé avec sérieux, comme chaque année, elle n'avait pas eu de soucis pour le passé et surtout pour le réussir. C'était finir en toute beauté ces sept années qu'elle avait passé à Poudlard et grâce à cette réussite des ASPICS, elle avait mit un pas décisif dans son avenir et surtout dans son envie d'avancer malgré la mort de Zac. Pourtant, il y avait bien des personnes qui étaient aussi l'origine de son envie d'aller de l'avant, son frère jumeau Duncan, son père, des amis et Tess. Tess avait été une vraie aide pour la métamorphomage qui lui était reconnaissante de ce qu'elle avait fait durant l'année passée. Un sourire avait finalement fleuri sur ses lèvres alors qu'elle entendait sa vis-à-vis lui répondre, visiblement tout aussi contente – voir même plus – de la voir ici aujourd'hui. La Weather se mit à rire en attendant les paroles de la Poufsouffle :

 « Tu as raison Tess, cet endroit est génial ! Et tu es déjà allée à Zonko ? Parce que cette boutique aussi est super ! Et je crois qu'elle arriverait facilement à se placer en seconde place ou peut-être même à ex aequo avec ici. »

Elle avait réussi à se déplacer de manière à ce que la troisième année puisse avoir accès aux étagères, supposant que si elle l'avait heurté là, c'était qu'elle voulait réussir à avoir des friandises de ces étagères en question. Si elle se trompait, et bien tant pis ! Il ne manquait qu'à Joyce que quelques friandises dans sa liste qu'elle voulait acheter et elle pourrait se rendre en caisse, caisse qui semblait avoir du monde. La jeune fille à la chevelure verte espérait tout de même ne pas avoir à atteindre trop longtemps, pas qu'elle n'était pas patiente, loin de là même ! Mais elle souhaitait se rendre aux Trois Balais et ne pas voir les jambes sciées à force d'être restée debout dans l'une des quelques files d'attentes d'Honeyduckes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Juil - 22:31
Tess avait appris à connaître Joyce l’année précédente seulement. Elle avait été l’ami de son petit frère, Zac, qui avait été l’une des victimes de la Nuit Rouge. C’était la première fois que Tess perdait un ami et ça lui avait fait bizarre. Ce n’était pas une expérience très agréable et elle avait surtout ressenti l’absence du jeune garçon à la rentrée suivant la Nuit Rouge. Là, elle s’était vraiment rendue compte qu’il n’était plus là, qu’il ne partagerait plus aucun cours ensembles, qu’elle ne le croiserait plus par hasard dans les couloirs et qu’ils ne partiraient plus en exploration du château. L’idée était dérangeante en soit, et puis elle finit par se rappeler de tous les bons moments passés avec son ami. Elle essayait de le faire revivre à travers des petites bricoles comme un sort qu’il réussissait particulièrement bien, un plat qu’il aimait ou encore un livre qu’il lui avait conseillé. Elle qui était déjà de nature à ne garder que le meilleur d’une personne, ça s’était accentué avec Zac : elle se souvenait uniquement de ses bonnes actions, le faisant même passer pour un héros à certains moments, exagérant toujours sur pas mal de points. C’est ce qui l’aida à arriver à la conclusion qu’elle était heureuse de l’avoir connu, qu’il ne voudrait pas la voir perdre sa joie de vivre et qu’elle devait garder le sourire pour lui. Alors évidemment, elle n’aurait peut être pas réagi de la sorte s’il avait été question d’un de ses ainés, mais elle voulait garder cet état d’esprit positif pour ne pas sombrer : elle se sentait obligée d’aller de l’avant pour montrer l’exemple pour les autres. Si Tess, l’optimiste incarnée, changeait, abandonnait cet état d’esprit qui la caractérisait tant, qui serait là pour remonter le moral de ceux qui puisaient dans son optimisme ? Il fallait qu’elle agisse de cette façon. Et c’est comme ça qu’elle avait approché Joyce : auparavant juste connue pour être la sœur de Zac, elle est devenue un peu plus. Tess, qui voyait bien que Joyce avait dû mal à se remettre de la perte de son frère, décida un jour d’aller la voir pour lui parler de Zac et de toutes ses merveilleuses choses qu’il avait faite. Alors oui, une gamine de douze ans qui ne connaissait rien à la vie n’avait certainement pas à conseiller une jeune femme de dix-sept ans, mais Tess ne l’entendait pas ainsi. Ce n’était pas parce qu’elle était jeune qu’elle ne pouvait pas fréquenter la sœur de son défunt ami, et essayer de lui apporter une aide, un réconfort. Cela avait pris du temps, mais Tess était persuadée d’avoir joué un rôle pour Joyce dans l’acceptation de la mort de son frère. Elle n’était cependant pas du genre à se vanter. Enfin, si, en temps normal – elle avait soûlé tout le monde avec son maillot de l’attrapeur de l’équipe d’Angleterre récupéré discretos lors d’un match de la Coupe du Monde – mais pas quand c’était des sujets aussi sérieux. Elle avait appris à prendre du recul sur certaines choses et à déterminer les choses sur lesquels elle pouvait plaisanter ou se comporter comme une gamine et les autres, plus délicat. A défaut d’avoir réellement gagné en maturité avec tout ce qu’il se passait dans le monde magique, Tess adoptait certaines choses à son rythme.

Joyce l’approuva concernant Honeyduckes, et lui parla de Zonko. Tess hocha vigoureusement la tête, pour signaler qu’elle était déjà allée dans la boutique. Quant à savoir si Honeyduckes et Zonko pouvaient être ex-æquo dans le classement des meilleures boutiques du monde … C’était une question à se donner une migraine et Tess arrêta d’y penser de peur de voir son cerveau bouillir littéralement à force de peser le pour et le contre.

« Oh la la, Zonko c’était super aussi, j’y suis passée tout à l’heure ! Je regrette de pas être milliardaire, y’a vraiment trop de choses à acheter. »

Et pas assez d’argent de poche pour tout payer. Peut être que la prochaine fois, Tess favoriserait Zonko à la place d’Honeyduckes. Elle se mit d’ailleurs sur la pointe des pieds pour atteindre une étagère derrière elles pour récupérer une poignée de bonbons qui n’avaient pas l’air mauvais. Elle regarda ensuite son butin, réfléchit quelques secondes, et releva la tête vers Joyce.

« Bon, j’ai tout ce qu’il me faut. C’est bon pour toi aussi ? On peut attendre ensembles aux caisses si tu veux. Il faut absolument que tu me racontes comment ça se passe le Quidditch. D’ailleurs, pourquoi t’es là un samedi après midi ? C’est un peu paumé Pré-au-Lard. »

Tess pencha la tête du côté : bah oui, maintenant qu’elle était étudiante, il devait y avoir des tas de lieux à visiter, de meilleurs endroits où passer son samedi après midi en tout cas. Certes, Pré-au-Lard c’était chouette, mais du point de vue d’un étudiant à l’université, c’était peut être has been ? Ou alors, rien ne changeait, et Joyce avait été prise d’un élan de nostalgie et avait envie de profiter une dernière fois du village sorcier, avant d’être trop prise par ses études, ses entraînements et la vie incroyable que lui réservait une carrière dans le Quidditch. Tess se faisait pas mal de films là-dessus : elle, elle ne savait pas encore ce qu’elle allait faire dans quatre ans, se disant qu’elle avait encore le temps d’y réfléchir. Alors, elle essayait de gratter le plus d’information possibles sur ce qui pourrait potentiellement l’intéresser, comme une carrière dans le Quidditch.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 21 Juil - 2:15
Invité
Ce n'était pas parce qu'elle n'était plus à Poudlard qu'elle ne pouvait plus se rendre à Près-au-Lard. Il y avait encore les boutiques qu'elle appréciait tant et puis, ça lui faisait toujours plaisir d'aller prendre un verre au Trois Balais. Certes, à Londres comme dans le chemin de Traverse, il y avait des pubs qu'ils soient moldus ou sorciers, mais c'était une habitude qu'avait prise Joyce au fil des années et ça lui donnait l'occasion aussi d'aller faire des emplettes. Étant donné que ses parents gagnaient bien leurs vies, elle n'avait jamais eu de soucis d'argent et si elle intégrait une bonne équipe de Quidditch, alors la jeune métamorphomage n'aurait pas de soucis non plus sur ce point. Non, le seul souci qu'elle aurait à se faire c'est de ressortir en un seul morceau des matchs qu'elle ferait et qu'à la fin, elle soit vivante. Oui, parce que la Quidditch était un sport dangereux, ce n'était certes pas aussi dangereux que de traquer des mange morts mais il pouvait arriver qu'un joueur y perde la vie, même s'il était plus courant d'en ressortir courbaturé et avec plein de bleus sur les jambes ou bien blessé. Il y avait bien un arbitre qui avait perdu la vie durant un match à cause d'un sort lancé par un supporter. Elle espérait tout de même que sa carrière serait longue et prospère. Participer c'était bien, gagner c'était mieux ! Et un jour, oui un jour, la belle rousse espérait bien remporter la coupe du monde de Quidditch. Rêve que devaient faire tous les aspirants joueurs de Quidditch et tous les professionnels. C'était un rêve qu'elle espérait bien accomplir. Mais d'abord, elle devait réussir à se faire recruter par un recruteur d'une équipe durant sa formation et surtout, s'améliorer ! Le niveau entre Poudlard et sa formation n'était pas du tout le même ! Sa formation était exigeante et lui demandait beaucoup, mais jamais jusque-là Joyce n'avait douté de ses capacités. Si on l'avait accepté cela voulait dire qu'elle avait le potentiel pour y arriver, alors il était hors de question qu'elle renonce à son rêve même si quand elle rentrait chaque soir chez elle, la belle métamorphomage était vidée de son énergie. C'était un train de vie dont son corps devait prendre l'habitude, une fois qu'elle serait chez les professionnels les exercices qu'on lui demandait de pratiquer durant cette première année de formation ne lui semblerait qu'être que de la rigolade. Elle était sûrement la plus atteinte dans la famille niveau fanatisme de Quidditch, en même temps, si elle n'aimait pas autant le Quidditch elle ne voudrait pas en faire son métier. Étant donné qu'elle avait été à Serdaigle et qu'elle avait réussi jusque-là ses études avec brio, elle pouvait faire le métier qui lui plaisait, qu'il soit sportif comme plus intellectuel. Toutes les portes lui étaient ouvertes. Et pourtant, elle avait décidé de se lancer dans une carrière de Quidditch au risque de voir son rêve se briser. Mais il n'y avait aucune raison qu'elle n'y arrive pas ! Joyce était douée en tant qu'attrapeuse. Quoique, si Bellatrix décidait de mettre ses propos à exécution, la belle rousse aurait du souci à se faire. Mais elle préférait ne pas penser à la mangemorte et à la rencontre qu'elles avaient eue.

Joyce était réellement ravie de revoir la Poufsouffle, elle n'avait pas eu l'occasion d'envoyer Groms vers Poudlard avec du courrier avec son nouveau train de vie. Quand elle avait un peu de temps, elle préférait faire des choses pour elle que de rédiger des lettres à l'encontre de ses camarades restaient à Poudlard. Ça avait l'air tellement égoïste dit comme ça et sur le coup, en voyant Tess devant elle, l'ancienne bleue et bronze s'en voulut de ne pas lui avoir envoyé une lettre ne serait-ce qu'une fois depuis la rentrée. Alors la jeune métamorphomage se promit de se consacrer du temps pour ses amis qui étaient encore à Poudlard. Elle ne les oubliait pas, juste que maintenant, sa vie avait changé et ils n'étaient plus présents dans sa vie de tous les jours. Raaah, voilà qu'elle se sentait de plus en plus coupable de ne pas avoir pris de nouvelles de ses amis. Elle était tout de même heureuse de voir Tess et elle espérait que celle-ci ne lui en voulait pas. Et puis, vu que maintenant Tess pouvait aller à Près-au-Lard, ça leur donnerait l'occasion de se voir plus souvent et plus facilement. Aujourd'hui, pour la Poufsouffle c'était la découverte du village, mais pour Joyce, rien n'était nouveau pour elle, ici. Et la belle rousse avait ses petites habitudes, Zonko, Honeyduckes, le pub des Trois Balais. Tous ces lieux étaient des lieux connus pour elle, bien connu car elle les avait fréquenté durant les années où elle avait étudié à Poudlard. Que ça soit seule ou bien avec Duncan ou des amis, à chaque fois qu'elle était allée à Près-au-Lard elle avait ses petites habitudes. L'ancienne bleue et bronze comprenait que trop bien l'engouement qu'avait Tess par rapport aux boutiques de Près-au-Lard, telle que Honeyduckes et Zonko, ces deux boutiques en particulier ressemblaient à un petit paradis sur Terre pour les amateurs de sucreries et farces et attrapes. La belle rousse se revoyait encore lorsqu'elle était entrée pour la première fois dans cette célèbre boutique, ses yeux s'étaient illuminés et elle avait voulu acheter de tout, bien sûr, elle n'avait pas pu. Certes ses parents avaient des comptes bien fournis à Gringotts, mais cela ne voulait pas dire que Joyce avait eu une fortune à Poudlard. Il ne fallait pas rêver ! Certes, elle avait eu de l'argent à dépenser mais pas assez pour s'acheter de quoi se faire une crise de foie ou une indigestion de sucreries. Un sourire amusé apparut alors sur les lèvres de la sang pur face aux paroles de sa vis-à-vis et elle finit par rire :

« Je te comprends tellement sur ce point. Mais la vie est dure et il faut savoir faire des choix. Tu finiras bien par acheter un peu de tout au fur et à mesure de tes sorties, ici. »

Par contre, la miss Weather n'avait pas fini de faire ses emplettes ici, il lui manquait encore quelques friandises avant de pouvoir se diriger vers la file d'attente. D'un regard il était facile de deviner que l'attente allait être longue, mais en compagnie d'une amie le temps passerait sûrement plus vite. Parfois, quand elle était dans son lit, un peu avant de s'endormir, Joyce était prise de mélancolie alors qu'elle repensait au dortoir qu'elle avait occupé dans la tour des Serdaigle. Maintenant, c'était du passé. Elle ne reviendrait plus à Poudlard ou en tout cas rien ne devait la faire revenir. Poudlard était derrière elle, sa carrière de Quidditch était devant elle. Son enfance venait de se finir même si à cause de la Nuit Rouge elle avait été obligé de mûrir plus vite qu'elle ne l'aurait dû, maintenant elle devenait adulte et elle se l'avouait, ça lui faisait peur. Elle aurait bien aimé rester encore un peu une « enfant » ou plutôt une adolescente, quoi que, lorsqu'elle était enfant c'était bien mieux, elle baignait dans l'innocence de son âge, appréciant de lire les contes de Beedle le Barde pendant des heures – quoique, encore aujourd'hui elle aimait lire les histoires qui avaient bercé son enfance – avoir cette impression que rien ne pourrait lui arriver parce que ses parents étaient là. Mais maintenant, avec la Nuit Rouge et son agression au musée, la réalité l'avait frappé de plein fouet, ses parents ne pouvaient pas la protéger, en tout cas pas autant qu'ils le souhaitaient, qu'elle le souhaitait :

« Promis, je te raconte tout ! mais j'ai encore quelques confiseries à acheter. C'est parce qu'à Près-au-Lard il y a Honeyduckes et que j'avais besoin de me refaire un stock de sucreries. Je sais je sais,, ce n'est pas bien pour moi de carburer au sucre, mais je fais du sport pour compenser ! » elle se mit à rire avant de reprendre « Pendant que j'étudie j'aime manger des bonbons et je dois avouer que j'ai tendance à finir mes stocks rapidement. Alors je suis venue m'en refaire un, mais plus gros ce coup-ci ! Comme ça il durera peut-être plus longtemps ! Bon, tu m'accompagnes chercher mes friandises ou tu préfères te mettre dans la queue et je te rejoins lorsque j'ai fini de trouver ce que je cherche ? »

À elle de choisir, cela ne gênait pas Joyce que son amie l'accompagne à la recherche des bonbons qu'elle souhaitait rajouter à ses achats mais, il serait peut-être plus préférable que la troisième année se mette déjà dans la file d'attente pour leur garder une place. Même si le temps passerait plus vite en compagnie d'une amie, il ne restait pas moins qu'attendre peu de personnes appréciaient ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Sep - 19:16
Pour les prochaines sorties, elle n’aurait certainement pas le même budget – déjà, quand sa mère verrait ce qu’elle avait dépensé, elle aurait sûrement droit à une beuglante au petit déjeuner lundi matin. Enfin, Tess partait du principe qu’il fallait se faire plaisir dans la vie et que se montrer radine ne servait à rien. Et au pire, elle réussirait bien à faire les yeux doux à son grand frère pour qu’il lui file un peu d’argent, il lui cédait toujours malgré son humeur massacrante. Enfin, Tess savait qu’elle en avait assez fait pour aujourd’hui et qu’il fallait s’arrêter là.

Joyce lui annonça qu’elle n’avait pas fini ses achats et qu’elle était là pour refaire un gros stock. Tess acquiesça, comprenant parfaitement ce qu’elle voulait dire : les deux années précédentes, elle envoyait ses frères et sœurs lui acheter des trucs, à défaut de pouvoir y aller elle. Du coup, elle s’était retrouvée avec pas mal de stocks, au point où tous ses camarades venaient toujours lui demander un truc, étant sûr qu’elle l’aurait. Et vu que Tess était d’un naturel gentille, elle disait rarement non … Enfin, ça, c’était une autre histoire. Elle haussa les épaules quand Joyce lui demanda si elle souhaitait l’attendre dans la file aux caisses ou si elle voulait faire un tour dans le magasin avec elle, le temps qu’elle finisse ses achats. Pour Tess, le plus important était de profiter de la jeune femme qu’elle ne voyait plus aussi souvent qu’avant. Du coup, ça lui semblait plus logique de l’accompagner dans les rayons.

« Je te suis ! Attendre seule, c’est pas drôle. »

C’était bien vrai : à quoi bon faire la queue toute seule alors qu’elle pouvait accompagner Joyce, commencer à discuter et peut être grappiller quelques bonbons supplémentaires au passage ? Peut être qu’elle avait raté des choses, en plus, avec le monde qu’il y avait ! C’était en tout cas ce qui la tentait le plus. Avec un peu de chance, la file d’attente serait moins longue quand Joyce finirait ses achats.

Les filles passèrent alors dans le rayon d’à côté. Tess suivait de près Joyce pour ne pas la perdre dans la foule, serrant ses paquets de bonbons contre elle. Ce serait bête de se les faire piquer maintenant ! Imaginons qu’Honeyduckes connaissent une rupture en suçacides et qu’un étudiant se décide à prendre le paquet de Tess en compensation ? Non, non, ce serait pas juste. Tess leva la tête vers Joyce, alors qu’elles s’arrêtaient devant un stand de bonbons.

« Ça fait du bien de sortir de Poudlard, j’aurai jamais cru dire ça un jour mais c’est vrai. Certes, y’a encore pas mal de surveillants qui traînent dans les rues, mais on ne sent quand même mieux. Je te dis pas le nombre d’heure de colle que j’ai déjà eu depuis la rentrée pour des citrouilles ! »

En fait, Tess avait tendance à prendre un peu trop de libertés et à répondre un peu trop facilement. Son insolence la perdait pas mal et il était vrai qu’elle passait beaucoup d’heures en retenue. Enfin, c’était pour des bricoles, tels que étourderies, un uniforme pas complet, un sort malencontreusement jeté dans les couloirs, une course imprévue qui la pousse à se promener dans les couloirs en dehors des heures de cours … Bref, que des petites choses qui s’accumulaient mais ne justifiaient pas un renvoi, ou un conseil de discipline. En plus, elle avait peu de chance : vous connaissez l’expression être au mauvais endroit au mauvais moment ? C’était tout à fait Tess, en général.

« Enfin, après, j’ai eu des nouvelles de ma sœur, Elisabeth, qui est étudiante à l’Université maintenant. D’après elle, j’aimerais pas, parce que c’est moins fun que le château et beaucoup plus exigeant. Donc, je suis pas pressée d'en arriver là non plus. »

Tess avait encore du temps devant elle avant de penser à l’Université. Elle était à peine en troisième année ! Et elle n’était pas du genre à se stresser pour savoir ce qu’elle voulait faire plus tard. Elle n’en avait d’ailleurs aucune idée. Mis à part devenir une fidèle et efficace anarchiste, elle n’avait pas de grands projets. Peut être joueuse de Quidditch professionnelle ? Mais les places étaient prisées et même si elle savait se battre pour obtenir ce qu’elle voulait, même si elle était plutôt du genre tenace, elle manquait peut être un brin d’ambition pour arriver à ses fins. C’est la raison pour laquelle elle ne s’inquiétait pas trop : une brillante idée viendrait le moment venu, elle l’espérait. En attendant, elle était curieuse de savoir ce que Joyce faisait de ses journées d’étudiantes. La connaissant, ce serait nettement plus passionnant que celles de sa sœur Elisabeth, qui passait son temps à étudier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 6 Oct - 19:43
Invité
Les études passionnaient Joyce, il y avait bien sûr des matières qu'elle avait préféré plus que d'autres pendant son séjour à Poudlard. Par exemple, l'histoire de la magie, elle avait tout de suite adoré cette matière, ne comprenant pas vraiment pourquoi les autres ne l'aimaient guère. C'était tout de même intéressant d'apprendre le passé ! En tout cas, ça ne semblait pas l'avis des autres élèves. Joyce adorait cette matière et elle n'hésitait pas à prendre comme livre de chevet – ou à trimballer partout jusqu'à ce qu'il soit fini – des livres concernant l'histoire. Oh ! Si elle avait eu le temps et la capacité, elle aurait bien aimé pouvoir lire tous les livres de la bibliothèque, parce que oui, la lecture était aussi l'une de ses passions. Elle aimait s'enrichir et quel meilleur lieu que la bibliothèque pour apprendre de nouvelles choses ! Des choses que les professeurs ne vous enseignez pas forcément. Elle avait entendu dire que la réserve contenait des livres de magie noire, c'était ce qui faisait qu'elle n'avait jamais été attiré par ce lieu même si là-bas, elle aurait aussi pu apprendre. Non non, hors de question qu'elle lise des livres de magie noire. Quoique, pendant une période durant l'année qui venait de passer la belle rousse avait envisagé de la pratiquer – ou au moins se renseigner – pour peut-être réussir à ressusciter Zaccary. Bon sang que son petit frère lui manquait ! La seule personne qui le savait c'était Harry. Elle ne savait pas trop pourquoi elle le lui avait dit. Elle n'en avait même pas parlé à Duncan. Peut-être que lui aussi avait envisagé de pratiquer la magie noire ? En tout cas elle n'allait pas l'interroger sur ce point ! Surtout que maintenant monsieur suivait une formation pour devenir auror, elle n'allait pas lui avouer qu'elle avait envisagé pendant un court lape de temps de ressusciter Zaccary. Peut-être que si Zac était revenu à la vie ils seraient de nouveau unis ? Peut-être que tout serait redevenu comme avant . Joyce l'avait espéré et l'espérait encore aujourd'hui. Mais rassurez-vous ! La belle métamorphomage avait délaissé l'idée de ressusciter son frère. Peut-être que lorsqu'elle serait joueuse professionnelle – parce qu'elle l'espérait très très fort et se projeter un peu dans l'avenir sur le coup – elle suivrait des études en parallèle, juste pour le plaisir d'apprendre. Au fond, elle n'aurait que des entraînements et des matchs à faire, dès qu'elle aurait pris le rythme elle pourrait se permettre d'enchaîner sur des études. Mais quoi ? Bah ! Elle avait le temps de trouver ! Ce n'était pas tout de suite qu'elle serait recrutée dans une équipe professionnelle.

Actuellement sa formation de Quidditch de haut niveau lui prenait beaucoup de temps, mais elle réussissait tout de même à se libérer un peu de temps pour faire quelques sorties. Mais pas autant qu'elle aurait voulu. Bien entendu, car lorsqu'elle rentrait, elle était souvent très fatiguée, trop fatiguée et elle s'endormait un peu trop facilement à son goût. Aujourd'hui, elle avait eu la possibilité d'aller à Près-au-Lard se faire des emplettes, elle aurait très bien pu aller au Chemin de Traverse mais peut-être qu'au fond, l'ancienne bleue et bronze avait espéré pouvoir rencontrer des connaissances là-bas. Et puis, maintenant elle était en compagnie de Tess et elle était ravie de la rencontrer, quoiqu'un peu gênée de ne pas avoir trouvé le temps – et la motivation – pour lui écrire une lettre depuis le début de l'année. Joyce lui proposa d'aller se mettre dans la file d'attente ou bien de l'accompagner, comme elle le sentait, c'était à elle de choisir. Bien, alors la Poufsouffle avait décidé de la suivre, Joyce fit demi-tour pour passer dans le rayon voisin, si elle se débrouillait bien d'ici quelques minutes elles seraient dans la queue. Un rire s'échappa de la gorge de l'ancienne Serdaigle lorsqu'elle entendit les paroles de son amie. Il ne lui semblait pas avoir eu d'heures de colle durant sa scolarité, ce n'était pas trop son délire d'enfreindre les règles instaurées à Poudlard. Oh ! Il y avait bien eu la fois où Groms avait décidé d'embêter ses deux jeunes propriétaires en filant se réfugier dans la forêt interdite, alors elle et Duncan avaient été contraint d'aller le chercher. Mais hormis ça, Joyce avait surtout bien suivi le règlement, ne voyant pas l'intérêt de l'enfreindre. Mais ça ne l'étonnait pas que Tess ait déjà eu plusieurs heures de colle depuis le début de l'année et quelque chose lui disait que ce n'était pas fini ! Prenant les friandises qu'elle cherchait, elle passa à un autre rayon, veillant tout de même à ce que son amie réussisse à la suivre mais aussi veillant à ce qu'on ne lui pique rien. Sait-on jamais. La rouquine continua d'écouter Tess qui lui disait que sa sœur Élisabeth était à l'Université et lui avait dit que cela ne lui plairait pas. Bah, Tess avait le temps de grandir et de mûrir et peut-être qu'au moment voulu elle finirait par apprécier l'Université, ça dépendait aussi de la filière qu'elle prendrait :

« Tu as le temps devant toi, peut-être que plus tard ça pourrait te plaire. Élisabeth est dans quelle filière ? »

Juste question de pure curiosité. Il ne lui semblait pas qu'Élisabeth fut dans sa formation, peut-être voulait-elle être auror ? Sait-on jamais, peut-être que Duncan l'avait dans sa formation ou bien celle-ci avait décidé de faire tout autre chose. En même temps, quand on était à Serdaigle toutes les portes nous étaient ouvertes !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Oct - 15:31
Joyce était l’une des rares personnes qui lui disait qu’elle avait le temps ! Sa mère semblait inquiète de voir que Tess ne se passionnait que de Quidditch et non des autres matières. Tout l’été, elle avait espéré la convaincre que le choix de ses prochaines options pouvaient être capitales, qu’elle pourrait peut être découvrir un nouveau hobby. Sa mère avait bien évidemment abandonné l’idée de lui faire choisir l’arithmancie, matière qui demandait bien trop de travail et d’investissement, tout comme l’étude des runes. Du coup, Tess choisit le cours de soin aux créatures magiques et la divination. D’abord réticente pour la seconde matière, elle découvrit que ce cours était pas aussi terrible que ce que lui avait décrit ses frères et, au grand dam de sa mère qui se désolait d’une telle future carrière, Tess aimait beaucoup les après midi à lire dans les tasses de café. En réalité, ce qu’elle préférait, c’était inventer une prédiction des plus tirés par les cheveux et s’en sortir avec une bonne note : elle faisait tout simplement marcher son imagination et ça marchait plutôt bien. Elle ne se forçait même pas, tout lui venait tout seul. Peut être qu’elle avait bien le troisième œil, qui sait ? Si tel était le cas, le pauvre Hunter Parrish, son camarade de cours, serait obligé d’adopter une créature du lac pour contrer une malédiction que lui lancerait un épouvantard. Enfin, même si elle avait le troisième œil, Tess ne se voyait pas consacrer sa vie à l’art de la divination. Elle se voyait dans rien du tout mais ça lui convenait tout à fait. Et au pire, elle pourrait toujours consacrer sa vie à pourchasser Darren Hellson dans l’espoir de pouvoir passer sa vie avec lui. Elle n’aurait même pas besoin de métier : elle serait recherchée elle aussi, alors ça ne servirait à rien.

Joyce lui demanda quel cursus Elisabeth suivait. Oups, une colle. Tess n’arrivait plus à se souvenir, pourtant sa sœur avait du lui décrire le cursus en long, en large et en travers durant leurs vacances en France pour la Coupe du Monde de Quidditch. Tess fronça les sourcils un instant, cherchant dans sa mémoire ce qu’elle avait pu lui raconter pendant les vacances et depuis la rentrée. Et puis, elle décréta qu’il était temps d’arrêter de parler d’Elisabeth. Elle en avait entendu parler tout l’été, avec ses parents, racontant à tous leurs amis à quel point leur fille était un génie, qu’elle aurait une carrière fabuleuse peu importe dans quoi elle se lançait, etc, etc, et etc … Du coup, elle leva la tête vers Joyce et haussa les épaules.

« Je sais plus. J’ai pas compris grand-chose, je crois que c’est très théorique, c’est tout ce que j’ai retenu. »

De toute façon, la théorie, c’était ce qui convenait le mieux à Elisabeth. Elle était souvent le nez plongé dans ses bouquins ! Enfin, il fallait tout de même admettre qu’elle était une excellente sorcière : elle se donnait les moyens, ce qui n’était pas le cas de Tess qui faisait le strict minimum de ce qu’on lui demandait. Les deux années précédentes, Elisabeth s’était assurée que Tess en fasse un peu plus et heureusement qu’elle avait été là pour limiter les mauvaises notes. Cette année, ce serait différent et quelque part, ça manquerait un peu à Tess de ne pas être encouragée par sa grande sœur. Peut être que d’autre se chargerait de la mettre au travail, mais ça ne serait pas pareil du tout.

Dans un rayon, Tess prit une poignée de bonbons supplémentaires – elle n’était plus à ça près. Ses trouvailles commençaient à lui peser un peu mais elle continuait de suivre Joyce avec un grand sourire. C’était une chance d’être tombée sur elle ! Ce n’est pas tous les jours qu’elle croisait une ancienne de Poudlard. Certains comme Kaysa Potter lui manquait, et elle n’avait pas eu l’occasion de la revoir. Elle aimerait beaucoup avoir des nouvelles d’Alice Sullivan aussi, qui lui avait sauvé la vie cet été pendant l’attaque de mangemort. Depuis que l’Inquisition avait écrasé l’Héritage, elle n’avait pas eu de nouvelles : elle lisait les articles, c’est tout. Tess avait de la peine pour Alice, la pauvre Alice, qui se retrouvait seule et était plus critiquée que jamais. Elle dirigeait son parti pourtant si bien ! Elle était désolé pour elle et l’avait déjà inondé de hiboux pour savoir comment elle s’en sortait – hiboux sans réponses jusqu’à présent ce qui n’étonnait personne sauf Tess. Elle s’imaginait qu’Alice était tellement déprimée qu’elle s’enfermait dans une tour d’un château, vivant recluse et refusant tout contact avec l’extérieur. La chouette de Tess revenait toujours les pattes vides, ce qui désolait encore plus Tess. Même le père de la Poufsouffle lui avait demandé de ses nouvelles, pour dire ! Alice avait remonté dans l’estime des parents Jekelm – moins dans celui des enfants, pas dupes pour autant – depuis l’été et avaient suivi d’un peu plus près l’Héritage jusqu’à sa déchéance.

Les deux filles finirent par se diriger instinctivement vers la file d’attente pour payer leurs achats. Le monde s’était un peu dissipé et elles passèrent rapidement en caisse. A la sortie de chez Honeyduckes, Tess sautilla sur place, les bras pleins de sachets bien remplis de bonbons. Elle avait explosé son budget mais elle était ravie de toutes ses trouvailles. La prochaine fois, elle serait peut être un brin plus raisonnable. En attendant, il était l’heure de se poser quelque part pour que Joyce lui raconte tout. D’ailleurs, la jeune fille ne se fit pas prier pour le lui demander :

« On se pose à la Taverne ? S’il te plait, s’il te plait, il FAUT que tu me racontes tout maintenant de ta vie étudiante ! »

Soyons honnête : la vie d’une étudiante en formation de Quidditch était bien plus passionnante que les autres. Pour Tess, y’avait pas photo.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Oct - 16:55
Invité
L'année passée avait été la plus dure pour Joyce. Et surtout la plus éprouvante. Elle avait dû allier son deuil avec la souffrance qu'elle ressentait de savoir que son jumeau était à présent un loup-garou tout en étudiant à fond pour ses ASPICS. Dur dur ! Mais elle s'était accrochée et avait réussi à tout surmonter. La preuve, elle allait mieux, elle avait accepté la mort de Zaccary, elle soutenait totalement Duncan et elle avait réussi haut la main ses ASPICS comme son entrée dans sa formation de Quidditch de haut niveau. L'avenir lui souriait. Joyce était une sorcière brillante et talentueuse, elle n'aurait donc aucun souci dans son avenir à réussir ce qu'elle voudrait entreprendre. Actuellement c'était intégrée une équipe de Quidditch professionnelle. Par contre sa rencontre avec Bellatrix revenait de temps à autre la hanter et surtout les paroles qu'elle lui avait dite par rapport à son rêve de devenir joueuse professionnelle. Mais Joyce ne se laisser pas démonter par les propos de la lieutenante de Voldemort. Après tout, ce n'était que des mots et Bellatrix avait sûrement d'autres chats – sorciers – à fouetter que de se préoccuper de son sort. Alors même si c'était toujours un mauvais moment à passer lorsqu'elle se souvenait de ce qu'avait dit la Lestrange, Joyce finissait toujours par reprendre le dessus et penser à autre chose. Il le fallait après tout ! La jeune métamorphomage reprenait donc tranquillement ses habitudes, préférant ne pas se soucier de l'épée de Damoclès qui était au-dessus de sa tête, sinon elle serait incapable de vivre. Ainsi donc, elle s'était retrouvée aujourd'hui à Près-au-Lard à croiser dans les rues quelques élèves par-ci par-là ne reconnaissant aucune tête connue jusqu'à ce qu'elle arrive chez Honeyduckes où était Tess. Bien sûr qu'elle était ravie de revoir son amie ! Pourquoi ne le serait-elle pas ? Et l'ancienne bleue et bronze serait tout aussi ravie de lui raconter comment se passer sa formation de Quidditch. Entre passionnées ça ne devrait pas déranger Tess que Joyce s'étende sur le sujet. En parlant d'études, la miss Weather demanda à la Poufsouffle qu'en était-il de celles de sa grande sœur qui avait elle aussi côtoyé la même maison qu'elle. Dès qu'elle entendit la voix de son amie la rouquine tourna sa tête vers elle et la vit hausser les épaules. Joyce esquissa un petit sourire et lança un « D'accord » avant de reprendre ses emplettes. Sa récolte ne prit que quelques minutes, zigzaguant entre les personnes qui étaient dans la boutique, veillant à ce qu'on ne lui pique rien, Joyce fut plutôt satisfaite d'avoir trouvé tout ce qu'elle souhaitait et encore plus lorsqu'elle vit que la file d'attente au niveau des caisses avait rétréci. Les deux sorcières purent payer rapidement leurs achats et sortir dans la rue. Quoi faire maintenant ? Son attention se porta tout entière sur la Jekelm qui tout excitée lui demandait qu'elles aillent se poser aux Trois Balais pour que la rouquine lui raconte tout de sa vie d'étudiante. Lui décochant un magnifique sourire Joyce lui répondit d'une voix enjouée :

« D'accord, allons-y ! et puis, ça fera du bien à nos pieds de se reposer un peu. »

Toujours sourire aux lèvres, la jeune fille se dirige donc aux côtés de la Poufsouffle vers la célèbre taverne. Lorsqu'elle pousse la porte la chaleur de l'endroit l'envahit et un brouhaha de voix l'atteint. Il y a du monde. Forcément qu'il y a du monde. Elle s'avance pour laisser rentrer son amie et ses yeux émeraude balayent la salle à la recherche d'une table de libre. Oh ! En voilà une ! Au fond mais collée à une des fenêtres de la taverne. Pas la place préférée de la métamorphomage mais il n'y a pas d'autre choix et il faut surtout se dépêcher si elles ne veulent pas qu'on leur prenne la place. Joyce joue un peu des coudes pour atteindre la dit table. Elle s'assoit sur la banquette, déposant ses courses à côté d'elle et tend sa main faisant ainsi signe à Tess que si elle veut elle peut lui donner ce qu'elle a acheté, elle les mettra à côté d'elle. La sang pur s'était défaite de son manteau et l'avait posé sur ses courses. Son regard balaya la salle, les serveurs semblaient occupés, peut-être que l'un d'entre eux les remarquerait. Au pire, elle ferait signe à l'un d'entre eux si elle trouvait que l'attente était trop longue. Son attention revint vers la Poufsouffle, ah oui ! C'est vrai ! Elle voulait qu'elle lui raconte sa vie d'étudiante. C'était vrai que la vie à Poudlard était loin d'être celle qu'elle vivait aujourd'hui. Joyce se sentait bien plus libre à présent que lorsqu'elle était à Poudlard. Elle pouvait faire ce qu'elle voulait, rentrer à l'heure qu'elle voulait, elle se gérait, rentrer chez elle chaque soir et même si sa relation avec sa mère était des plus compliqués aujourd'hui ça faisait toujours plaisir à Joyce de rentrer dans son foyer et de voir sa famille chaque soir. Oui, elle pouvait l'avouer, elle avait eu quelques fois des coups de cafards lorsqu'elle était encore à Poudlard parce que ses parents lui manquaient. Mais au moins, la belle rousse avait eu Duncan pour l'aider à lui faire oublier son manque. Il y avait aussi une belle grosse différence entre sa vie à Poudlard et sa vie d'étudiante, le rythme. Le rythme était devenu bien plus intense cette année que les années précédentes et la miss Weather devait faire avec si elle voulait pouvoir avoir un jour la chance de rentrer dans une équipe professionnelle. Il y avait tellement de choses à dire sur sa vie de maintenant :

« Bon alors, par quoi veux-tu que je commence ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tess Jekelm
Quatrième année
Nombre de messages : 245
Célébrité sur l'avatar : Georgie Henley
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Jan - 13:45
La Taverne était, comme à son habitude, bondée. Enfin, Tess le voyait pour la première fois : Elisabeth s’était souvent plaint qu’il n’y avait jamais de place au point où l’air devenait étouffant. Lauren à l’inverse préférait voir le bar ainsi, plutôt qu’au point mort : Tess était évidemment de son avis. Une Taverne vide, ça n’a aucun intérêt. C’est comme une salle commune vide. La Poufsouffle détestait quand le soir arrivait, et l’heure d’aller se coucher aussi : tout le monde partait, petit à petit, la journée se finissait et il n’y avait plus grand-chose à faire qu’à attendre le lendemain. Depuis que la surveillance de Poudlard était renforcée, se promener dans les couloirs la nuit devenait de plus en plus compliqué alors Tess considérait les nuits au château inutile. C’était une perte de temps. Certes, il fallait bien dormir de temps en temps mais la jeune fille détestait ce moment où elle se retrouvait seule, où tout le monde gardait le silence pour tomber dans les bras de Morphée. Elle, elle pouvait parler jusqu’au bout de la nuit. D’ailleurs, elle était du style à parler dans son sommeil, à raconter tout un tas de choses cohérentes en plus. Bref, tout ça pour dire que Tess préférait de loin un endroit blindé de monde qu’un no man’s land. Ca ne la dérangeait absolument pas de se faufiler entre les gens pour rejoindre cette table, au fond de la Taverne, près de la fenêtre, ni même d’entendre ce brouhaha ambiant.

Les filles s’installèrent : Joyce prit place sur la banquette tandis que Tess s’assit en face sur une chaise. Elle lui passa ses affaires, afin qu’elle soit précieusement gardée sur une place sûre – ce serait tellement dommage de perdre tout ce butin ! Les serveurs courraient partout entre les tables, prenant les commandes, revenant avec des plateaux remplis de verre ou de choppes. Tess observa un instant la scène, fascinée par tant d’agitations. La Taverne était fidèle à l’idée qu’elle s’en faisait : un endroit joyeux, vivant, animé. Comme si la guerre dehors était loin des préoccupations de chacun. Enfin, puisqu’il y avait une majorité d’étudiants de Poudlard aujourd’hui, c’était peut être normal. Ils étaient tous là pour échapper à l’ambiance morose et stricte du château.

Joyce sortit Tess de ses rêveries, en lui demandant ce qu’elle voulait savoir. Ca, c’était plutôt simple : elle voulait tout savoir de la vie d’étudiante. Pour elle qui rentrait à peine dans l’adolescence, et pour qui les études supérieures semblaient loin, le monde étudiant était aussi fascinant que la découverte de la Taverne. Elle idéalisait le statut d’étudiant comme elle avait idéalisé le statut d’élève de Poudlard quand elle était à l’école primaire moldue. Etre étudiant, ça voulait dire être libre de pouvoir faire ce dont on avait envie. Plus de parents, plus de contraintes, plus d’internat, plus d’Hikkins pour vous dicter quoi faire, plus de surveillant, plus d’uniforme aussi ! Tess était du genre à aimer les petits détails excentrique dans ses tenues : se contenter de l’uniforme jaune et noir était une torture pour elle. Le jaune lui convenait : c’était une couleur que peu de monde aimait porter d’ordinaire – tous sauf Tess évidemment. Qu’est ce qu’elle était bien aujourd’hui, dans son jean troué, son pull orange, ses petites bottines à lacets et ses boucles d’oreilles dépareillées ! Sans compter la multitude de bracelets sur ses poignets. C’était bien mieux que son horrible jupe noire, avec ces chaussettes qui remontaient jusqu’aux genoux. Elle avait bien essayé de porter des chaussettes jaunes, justifiant le fait qu’elles étaient au couleur de sa maison, mais on l’avait vite recalé, la forçant à les enlever. D’où le fait qu’elle avait hâte d’atteindre le statut d’étudiante pour porter ce qu’elle voulait, quand elle le voulait. Et il n’y avait pas que ça : avoir son propre appartement, des collocs, faire la fête tout le temps etc … Y’a pas à dire, la vie étudiante c’était un peu plus fun que la vie à Poudlard ! Avec des yeux remplis d’étoiles, elle regarda Joyce pour commencer à poser ses questions – attention à l’avalanche.

« Je veux que tu me racontes tout ! Où tu vis, comment, dans quelles conditions, les fêtes auxquelles t’as été, les gens que t’as rencontré, si tu as un petit copain trop canon, comment va ton frère, si tu penses avoir une chance d’entrer dans une équipe de Quidditch rapidement, comment se passent les cours, si tu as déjà rencontré des stars du Quidditch, des personnes importantes, si parmi tes profs t’as des anciens joueurs, si t’as eu peur de tes premiers cours, si t’as déjà fait des trucs trop dingues, si t’as subi un bizutage ou si t’es partie en week end avec tous les gens de ton année, et le plus important, si ça te plaît vraiment ce que tu fais et que tu regrettes pas d’avoir choisi la filière du Quidditch ! »

Tess n’avait pas repris sa respiration une seule fois tellement elle était survoltée. Ce qui est sûr, c’était que le récit de Joyce serait sûrement plus captivant que les premiers pas d’Elisabeth dans sa propre filière. Enfin, Tess étant parti du principe que c’était bardant, elle n’avait pas pris la peine d’écouter sa sœur. Elle ne saurait donc jamais si Elisabeth profitait un temps soit peu de sa vie à l’université ni si sa filière était intéressante ou non. De toute façon, dans l’esprit actuel de Tess, il n’y avait rien d’autre de plus intéressant que le Quidditch et la vie de Joyce à l’Université Magique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 14 Fév - 4:10
Invité
Cela n'avait jamais dérangé Joyce que les Trois Balais soit toujours bondé, elle aimait bien le monde, ça donnait un côté chaleureux à l'endroit. Mais ça réduit le nombre de places libres. Pourtant les deux sorcières réussirent à se trouver une table vide, Joyce récupéra les sacs de son amie pour les mettre en sécurité aux côtés des siens. La métamorphomage s'attendait bien entendu à ce que Tess lui pose des questions mais pas tout d'un coup, là elle avait dû déjà oublier la moitié des questions que venait de lui poser la Poufsouffle. Tess était encore loin d'arrivée à l'université il lui restait encore plusieurs longues années à Poudlard avant de devoir se décider sur une future carrière. Même si Joyce était passionnée de Quidditch et que cette idée de devenir attrapeuse professionnelle s'était imposée rapidement dans son esprit, d'autres idées lui étaient tout de même passé par la tête. Pourtant, c'était sa passion pour le Quidditch qui avait gagné au final et la voilà en pleine formation de Quidditch de haut niveau avec l'espoir d'un jour intégrer une équipe et peut-être pouvoir gagner la coupe du monde de Quidditch même si ce n'était clairement pas pour tout de suite et qu'à ce stade-là c'était un rêve bien merveilleux qu'elle faisait, mais tout à fait légitime pour une fan inconditionnelle de ce sport. Remporter la coupe, ça serait génial, attraper le vif d'or lors d'une finale, marquer l'histoire, brandir la fameuse coupe, sentir la joie vous envahir, oui Joyce espérait vraiment un jour réussir à en arriver là. Mais elle venait à peine de sortir de Poudlard alors ce n'était vraiment pas pour tout de suite. Passant une main dans ses cheveux, Joyce tente d'organiser ses réponses aux questions de Tess avant de pouvoir lui répondre, mais il est clair qu'elle n'a pas réussi à toutes les retenir, en même temps ça a été une véritable avalanche que lui a fait l'élève :

« Eh bien écoute, je vis toujours chez mes parents. Et Duncan aussi. Je ne me sens pas prête à me prendre mon propre logement. Pour les fêtes, oui, j'y étais un peu initiée grâce à un ami et je dois avouer que j'aime bien. Mais tu sais, avec mon entraînement je rentre généralement claquée chez moi. Je n'ai pas de petit copain, à vrai dire ce n'est pas ma priorité. Duncan va bien et je pense qu'il sera content d'apprendre que tu te soucies de sa santé. Il s'en sort très bien avec sa formation. Bien sûr, j'espère pouvoir rentrer dans une équipe de Quidditch mais pour le moment personne n'a été recruté, parfois une ou deux personnes viennent dans les gradins nous observer. La formation est très éprouvante physiquement, le premier jour où on a fait un entraînement sur balai, quand je suis rentrée, j'étais littéralement morte de fatigue et pendant tout le week-end j'avais mal partout. C'est vraiment intensif. Et puis … je dois avouer que j'ai oublié le reste des questions. Je veux bien y répondre si tu me les poses une par une, histoire de ne pas te les faire répéter inutilement. »

Son regard capta qu'un serveur était non loin de leur table, l'ancienne bleue et bronze en profita donc pour lui faire un signe, histoire qu'elles puissent commander une boisson. Autant parler avait asséché son palais et peut-être celui de Tess. Celui-ci ne tarda pas à arriver, Joyce commanda une bièreaubeurre laissant par la suite son amie commander sa propre boisson. Ses yeux restèrent quelques instants à balayer la salle avant de revenir vers Tess, lui adressant un sourire elle baissa son regard vers l'un de ses sacs et en sortit un paquet de dragées surprises, l'ouvrant elle en prit une – goût vanille – puis le tendit vers la troisième année l'invitant ainsi à en prendre un. Regrettait-elle d'avoir entamé une formation de Quidditch de haut niveau ? Non. C'était vrai qu'elle pensait à d'autres carrières qu'elle pouvait ou aurait pu faire. Elle avait toutes les portes qui s'ouvraient à elle, elle aurait très bien pu faire une carrière en tant qu'auror comme Duncan – ils auraient fait un super duo – ou bien s'intéresser à la politique, – qui sait, peut-être ferait-elle une bonne ministre – ou enseigner, ou bien encore s'intéresser un peu plus à l'Histoire de la Magie qui était une matière qu'elle appréciait beaucoup. Lorsque la miss Weather était à Poudlard elle empruntait régulièrement des livres à la bibliothèque, aimant s'instruire comme lire de bonnes histoires :

« Tu sais Tess, ma formation est très intensive, mais je ne le regrette pas car je réalise mon rêve. Mais bon, peut-être que mon corps le regrette parce qu'il doit subir les courbatures dues à l'entraînement … c'est une véritable compétition, ce n'est pas comme à Poudlard. Il faut être le meilleur, le premier, pour avoir une chance de se faire remarquer. Malgré tout, il y a une bonne ambiance et ceux de mon année sont cool pour la plupart, mais les professeurs sont vraiment exigeants. Et je tiens bien à appuyer sur le mot exigeant, ce n'est vraiment pas comme les profs à Poudlard, ni même la pression que tu subiras en septième année, c'est encore plus. Je dois t'avouer que j'ai dû stresser plusieurs fois depuis la rentrée, il y a des personnes qui ont abandonné alors que cela ne fait qu'à peine quelques mois que la formation a commencé. »

Alors que Joyce était entrain de parler le serveur était revenu avec les boissons, elle n'avait donc pas hésité à en boire une gorgée dès qu'elle eut fini de s'exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Quand j'ai vu ton visage pour la première fois...
» Cherche partenaire pour une première fois ! [En cours]
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» Une petit chatte bien turbulante...
» De l'alcool pour oublier première idée... PV Baban'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: