RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dois-je te pardonner Ô dearest friend ? || Alice

avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Juin - 14:08


❝Best friends right ? ❞
Oui, je sais tout.


Jesse-Rose se regardait dans le miroir. Retour à la case départ pour l'héritière des Greenwood. Retour au manoir dont elle avait changé le moindre recoin pour supprimer chaque partie de son passé. Elle n'avait certes plus les souvenirs de cette année perdue, ne les retrouvera peut-être jamais, mais elle avait ces nouveaux moments qui avaient changé sa vision. Naturellement, la noirceur de son cœur qui ferait flétrir la plus pure des fleurs n'avait fait que grandir, mais elle était maintenant illuminée par les rayons chaleureux des soirées passés avec ses amis. Elle estimait que cela avait été une façon de dire 'Adieu' à la Jesse-Rose Greenwood née dans les couloirs de Poudlard pour embrasser avec ardeur et passion celle qu'elle avait toujours été. Son père était mort, mais pas les enseignements qu'elle avait reçus de lui. Des petits pas approchaient. C'était le dernier elfe de maison qui était restée malgré la magnifique écharpe qui trônait autour de son cou. Par amour, parce qu'il avait toujours accompagné la sorcière dans les pires comme dans les bons moments. Jessie n'avait jamais levé la main sur une de ces créatures qu'elle avait respectées comme des êtres humains. Si ce n'est plus. Quand on voit ce qu'elle avait fait à ces dernières victimes : on pouvait se demander où s'arrêtait sa merci. Aujourd’hui cependant, Jessie allait devoir garder son calme et accorder son pardon à celle qui fut jadis sa meilleure amie et qui cependant l'a poignardé dans le dos sans cligner des yeux. Certes, elle gardait de bons souvenirs de cet interlude dans une vie normale d'une personne de son âge. Cependant, elle avait énormément de mal à pardonner l'égoïsme dont ses prétendus amis avaient fait preuve. Ils n'avaient pas dû penser à un seul instant les répercussions que cela aurait. Elle avait payé le prix fort.
Son visage était encore marqué par les souffrances qu'elle avait endurées encore et encore pendant de longues minutes. Deux gros cernes violets rendaient ses yeux encore plus bleus. Lui donnait un air mauvais, presque diabolique sans même qu'elle essaye. Jesse-Rose avait été torturé parce qu'elle avait eut la folie de vouloir retourner dans son passé. Par amour pour Drago principalement, pour avoir une nouvelle fois la chance d'être sous la lumière de Bryan qu'elle trouvait incroyable et qu'elle admirait. Et puis, on ne pouvait pas renier qui ont été vraiment. Une chose que ses amis n'ont jamais acceptée parce qu'ils ne l'ont jamais connu dans les couloirs de son ancienne école. Peut-être qu'ils n'auraient même pas été ses amis. Tournant les talons, elle attrapa sa cape que lui tendait son elfe de maison avant de l'accrocher avec une fibule ornée d'une tête-de-loup : emblème de sa famille.

« Soyez prudente Maîtresse.
-Je le saurais, je te le promets. »


Elle passa sa main sur sa tête avant de sortir de sa chambre pour descendre le grand escalier qui la guida directement à la porte d'entrée. Elle transplanait une fois dehors vers le QG de l'Héritage, là où elle affronterait sûrement pour la dernière fois le regard azuré de sa meilleure amie : Alice Sullivan.

La sorcière arriva et rentra la tête haute dans le bâtiment. Après tout, elle était une joueuse de Quidditch de renom. Peu de personnes savaient pour son tatouage et cela était parfait ainsi. Les desseins du Lord pour sa personne en dépendaient. Jesse-Rose s'approcha de la réception :

« Je suis ici pour voir Mademoiselle Sullivan.
-Vous avez rendez-vous ?
-Non.
-Vous devrez repasser alors. Elle n'accepte pas de visite aujourd'hui. »


Jesse-Rose soupira avant de tourner les talons et de s'enfoncer dans les couloirs malgré les supplications de la pauvre secrétaire incapable de l'arrêter. Des membres de la milice s'approchaient déjà d'elle :

« Si vous me reconnaissez, vous feriez mieux de rester loin de moi : je suis celle qu'Alice appelle sa meilleure amie et je ne saurais être éconduit par des gens de votre espèce ! »

Les soldats s'arrêtèrent et la laissèrent passer. Arrivé devant la porte, la joueuse de Quidditch frappa plusieurs fois. N'ayant pas de réponse, mais sachant pertinemment qu'elle était dans son bureau, elle continua avant d'ajouter :

« Alice. Il faut que l'on parle, je crois. »

La porte s'ouvrit, comme par magie comme dirait certain et Jessie rentra dans la pièce en fermant la porte derrière elle. Son amie se trouvait devant elle. Son regard croisa le sien pour ne plus le quitter :

« Je suis ravie de voir que tu te portes comme un charme. Je suis désolée d'être partie sans prévenir. Des affaires urgentes m'attendaient. »

Elle enleva sa cape et l'accrocha au portemanteau à l'entrée avant de prendre position sur la chaise qui se trouvait devant Alice sans même y avoir été invitée. Que pouvait-elle lui faire ? La torturer ? La chasser de sa vie ? L'enlever une nouvelle fois des mains des mangemorts ?

« Je suis au courant tu sais... Et je te pardonne. »

Elle sortit de son sac magique une bouteille de tequilla et deux verres avant de les remplir de l'alcool préféré de nos deux protagonistes.

© Pando


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5734
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Juin - 22:49
Alice releva la tête de ses papiers lorsqu’on toqua à la porte. Agacée, elle eut un regard assassin comme si elle était capable de voir à travers le bois de la porte : qui osait venir la déranger alors qu’elle avait expressément demandé à ce qu’on la laisse tranquille cette après-midi ? Elle avait une tonne de paperasse administrative à remplir et à signer, et si elle ne s’y mettait pas maintenant, elle n’aurait jamais le courage de le faire plus tard. Foutues secrétaires… Jamais capables d’assurer un minimum dans leur travail. Décidant de faire la sourde oreille, Alice se pencha à nouveau sur le contrat qu’elle était en train de rédiger. Assise à son bureau, qui trônait au centre de la pièce de manière ostentatoire, elle avait attaché ses longs cheveux blonds en chignon et portait une jupe cigarette haute avec un chemisier pourpre. Quand les coups recommencèrent à frapper contre sa porte, elle releva les yeux, prête à incendier l’intrus, mais elle bloqua quand une voix particulièrement reconnaissable s’éleva pour signaler sa présence. Jesse-Rose.

La blonde reposa sa plume au moment où sa meilleure amie entra dans le bureau. Drapée dans une cape brogée à l’effigie de la famille Greenwood, elle avait retrouvé comme une froideur et une grandeur… qu’Alice avait eu l’habitude de lui voir quand elle était mangemorte. Elle avait des cernes sous les yeux, qui lui donnaient l’impression d’avoir un visage plus émacié. À moins que ce ne soit pas une impression ? Alice fronça un peu les sourcils en dévisageant son amie, puis finit par accrocher son regard dans le sien. Elle se força à ne pas détourner le regard, et se contenta de l’écouter et de la suivre des yeux alors qu’elle venait s’assoir face à elle pour sortir une bouteille d’alcool de son sac. Mal-à-l’aise mais tâchant de faire bonne figure, Alice poussa de côté toute la paperasse qui encombrait son bureau et se racla la gorge. Par instinct, elle sentait que quelque chose clochait. À vrai dire, elle se doutait même de quoi il était question mais elle refusait d’y croire. Peut-être que c’était juste… une coïncidence… si Jesse-Rose avait de nouveau ce style et cette apparence.

Elle s’apprêtait à lancer la conversation sur un sujet totalement futile, mais sa meilleure amie la devança pour prononcer quelques mots. Ces quelques mots, qu’Alice avait eu peur d’entendre depuis que ce plan stupide avait été imaginé. Elle avait beaucoup appréhendé ce moment et elle ne se sentait absolument pas prête à faire face à ses responsabilités. Déjà qu’en discuter avec Drago avait été des plus difficiles… Ce serait bien pire avec Jessie. Figée, comme prise en faute, Alice n’osa pas regarder tout de suite son amie en face. Elle ne savait pas quoi dire.

« Jessie, écoute… »

Comment lui expliquer ça ? Qu’elle avait poussé les limites jusqu’à la trahir en la forçant à perdre la mémoire ? Mais que ça avait été fait pour son bien ? Ou du moins ce qu’elle jugeait être son bien. Ça avait été profondément égoïste, bien sûr, mais Alice ne se cachait pas d’être égoïste. Non, la seule chose qu’elle regrettait, c’était d’avoir pactisé avec cette idiote de Potter et son imbécile de frère. Ça, elle ne se le pardonnait pas.

« Je suis désolée. »

C’était finalement ce qu’elle devait dire avant toutes choses, même si Jesse-Rose disait lui pardonner. Alice contempla la bouteille de tequila, et se dit que c’était une merveilleuse idée : elle allait avoir besoin de plus d’un verre pour supporter cette conversation.



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 25 Juil - 3:39


❝Best friends right ? ❞
Oui, je sais tout.


Il n'y avait pas de mot de passe pour rentrer dans leur bulle. La blonde aurait pu rentrer en éruption dans son bureau, tout détruire et l'incendier avant d'être chassé par la sécurité. Au lieu de cela, elle avait gardé son calme et avait frappé doucement contre le bois de la porte. Jesse-Rose. Celle qui avait embrassé sa noirceur pour ne plus jamais la laisser partir. La sotte qui avait cru échapper à son avenir. Droite, sure d'elle, ce visage terne et austère : on était bien loin de l'amie qu'elle avait eut en face d'elle quelques semaines plus tôt. Attachant sa cape pour maintenant lui faire face, elle était tentée de remonter sa manche pour montrer son tatouage à Alice. Elle ne fit rien. Il y aurait un moment pour cela. Pas maintenant. Posant la bouteille et les verres, ce sont de simples paroles qui sortirent de ses lèvres. Une fois pardonné, tout du moins en apparence, Jesse but cul sec son shooter en attendant qu'Alice trouve une justification. Grimaçante, elle se resservit un verre et posa son regard bleuté sur sa meilleure amie.

« Je suis désolée. »

La sorcière ravala un rire sarcastique tandis qu'elle avait mis à la lumière son verre. Elle contemplait les rayons qui perçaient l'alcool. Devait-elle percer de part en part son ami ? Sûrement. La question étant : de quelle façon.

« De quoi ? D'avoir voulu me donner une meilleure vie ? D'avoir tenté de me changer ? Ou bien es-tu désolée pour toutes les souffrances que cela m'a causées ? »

Greenwood avala le liquide d'une seule traite. Elle posa le shooter et essuya le coin de ses lèvres avec ses doigts. Elle laissa le silence s'installer, tapant son palais avec sa langue pour mieux savourer l'alcool qu'elle venait d'ingurgiter.

« Pensais-tu réellement qu'il n'allait jamais me retrouver ? Qu'aucun mangemort ne se mettrait à ma poursuite pour me ramener à lui et me faire souffrir ? Alice... Je pensais que tu savais notre monde mieux que cela. »

Sa main glissa dans sa longue chevelure blonde ondulée. Maintenant croisées, ses mains se posèrent sur ses genoux. Crever l'abcès, étaient-elles prêtes à faire cela ?

« Celle que tu as essayé de sauver... Ma chère Alice, sais-tu qu'elle n'a jamais existé ? Je l'ai créé pour pouvoir survivre à toute la niaiserie qui faisait rage à Poudlard. Entre cette stupide querelle de maison et ces faux-semblants : je n'étais pas à ma place. Cependant, j'avais une mission à accomplir. Simple et clair : voir qui pouvaient rejoindre les rangs du Seigneur et le cas échéant savoir s'ils sont dignes de confiance. »

Jesse-Rose déboutonnait les manches de son chemisier, révélant d'abord son bras droit, puis son bras gauche et montrer ainsi la marque. Le serpent dansait sous sa peau.

« Tu savais pourtant qui j'étais. Que je venais de Durmstrang, que je n'étais pas une de ces pimbêches sans cervelle qui voulait être absolument ton amie. Ce que je suis devenue après la Nuit-Rouge, ce monstre comme vous l'avez appelé avec Potter : c'est celle que je suis réellement et tu le sais très bien ! Vous vous êtes voilé la face. Toi et tous ceux qui m'ont enlevé des mangmorts ! Vous ne m'avez jamais accepté comme je suis. Vous avez aimé un reflet, une ombre. Vous avez tenté de me changer... »

Ses poings étaient maintenant serrés. Certainement aussi intensément que l'était sa gorge.

« Pourquoi... ? Tu savais qu'ils allaient me retrouver... ? As-tu seulement idée de ce que j'ai enduré ? Ce que je vais devoir faire pour retrouver ses faveurs ? »

À la simple évocation de cela, une larme s'échappa de son regard azuré.

© Pando


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5734
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Juil - 16:10
Les reproches claquèrent, révélant le fait que Jesse-Rose ne lui pardonnait pas vraiment, finalement. Aux premières répliques, Alice resta coite, ne sachant que répondre. Oh, bien sûr, il y avait déjà eu des disputes entre elles, depuis le temps. La blonde se souvenait de cette année, à Poudlard, où Jesse-Rose n’était pas bien et où elle avait tout fait pour la secouer et lui faire retrouver cet éclat qui la caractérisait. Elle ne s’en voulait pas d’avoir encore une fois essayé, à l’heure d’aujourd’hui, même si la méthode était discutable et le contexte différent. Seulement, cette dispute allait être plus dure que les autres. Justement parce que le contexte était différent.

Pour se donner du courage, et pour mieux encaisser les reproches suivants de son amie, Alice se saisit de la bouteille de tequila pour se servir un shooter à son tour. Elle pencha la tête en arrière et le vida d’un trait, puis fronça les sourcils en entendant Jesse-Rose dévier sur un autre sujet : le fait qu’une éventuelle ancienne Jesse-Rose n’ait jamais existé, que tout n’ait été que façade pendant leurs années à Poudlard. Cette fois, Alice laissa un souffle de dédain sortir de ses lèvres. Son amie pouvait lui faire croire tout ce qu’elle voulait, mais Alice savait qu’elle la connaissait très bien. Elle savait qui était Jesse-Rose Greenwood, et bien sûr, Jesse-Rose Greenwood n’avait jamais été une petite pimbêche sans cervelle ou une fille sans problèmes. Au contraire, elle avait sa part d’ombre, ses démons, sa force, mais aussi ses incertitudes, ses doutes, ses émotions, sa fragilité. Elle avait toujours eu un pied dans le monde mangemort, mais elle n’avait pas toujours voulu devenir ce qu’elle était aujourd’hui. Ça, Alice en était persuadée.

Elle se servit un nouveau verre et cette fois, soutint le regard de son amie en attendant qu’elle finisse de parler. Quand elle vit une larme s’échapper de l’œil de Jesse-Rose, Alice sut que c’était à son tour de s’exprimer. Elle se pencha en avant pour essuyer cette larme du pouce, furtivement, avant de se redresser.

« C’est pour ça que je suis désolée. Pour ne pas avoir réalisé tous les enjeux et ne pas avoir assez pensé au fait que tu allais retourner dans leurs griffes de toute façon, et subir tout ce qu’ils veulent te faire subir. Pour ne pas avoir réalisé dès le départ que c’était vain, et que tout ce que tu voulais de toute façon, c’était faire partie des leurs. Parce que c’est ça, non, finalement ? Ce n’est pas que tu te contentes de subir la fatalité, c’est que tu veux vraiment devenir une servante du Seigneur des Ténèbres ? »

Il y avait du reproche dans sa voix, à son tour. Elle n’arrivait pas encore à croire que son amie veuille réellement devenir mangemorte par désir. Elle était obligée de par son sang, son rang, voilà tout. Ou alors peut-être qu’elle se trompait, et que Jesse-Rose, aujourd’hui, avait pris goût à tout ça. La marque sur son bras témoignait de sa totale dévotion. Alice ne put s’empêcher de légèrement grimacer : alors, ça y est, elle était définitivement devenue un mangemort. Elle allait plier, courber l’échine devant un sorcier qui n’avait plus rien d’humain et ses sbires tout aussi dérangés les uns que les autres. Mais à quoi bon ? Dans quel but ? Avait-elle réellement abandonné toute volonté d’exister par elle-même et pour elle-même ? Révoltée contre cette idée, Alice vida son deuxième shooter.

« N’essaye pas de me faire passer pour celle qui ne te connaît pas. Je n’ai peut-être pas le diplôme de la meilleure amie du siècle mais j’ai toujours su qui tu étais, et ce depuis que tu es arrivée à Poudlard. Je sais très bien que tu as toujours été destinée à devenir ce que tu es aujourd’hui, pas parce que tu l’as décidé, mais simplement parce que tu es née Greenwood. Mais n’essaye pas de me faire croire que tu as joué la comédie tous les jours depuis que tu es à Poudlard, je n’y croirais pas. Tu étais toi-même et c’est parce que je connais cette partie de toi qui a toujours voulu se battre que j’ai fait la bêtise de croire que je pourrais t’aider de manière totalement folle. »

Elle reposa le verre sur le bois de son bureau, un peu fort. Elle laissa passer un silence, comme si elle réfléchissait, puis releva les yeux sur son amie.

« Mais je me suis trompée sur ça, et peut-être que je me suis trompée sur le fait que tu ais un jour voulu être quelqu’un d’autre que simplement un soldat de plus dans l’armée d’un cinglé qui pourrait tuer tous ceux à qui tu tiens. »



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Aoû - 22:05


❝Best friends right ? ❞
Oui, je sais tout.

Les mots peinaient à sortir de sa bouche parce qu’elle savait qu’une fois à l’air libre ces derniers mettront à mal sa relation avec Alice. Aussi certainement que la rouille s’attaque au fer, leur amitié serait rongée et l’idée de la perdre la terrifiait. Oui. Elle ne voulait pas perdre sa meilleure amie. Parce que la blonde qui se trouvait en face d’elle valait bien plus que l’or du monde. Elles avaient survécu à tellement de choses, la princesse de Durmstrang s’était tellement confiée à elle qu’il serait blasphémé de dire que la présidente de l’Héritage n’était plus rien. Elle serait toujours un point d’ancrage dans son passé, un nom récurant dans son futur même si sa présence n’aurait pas forcément autant d’impact. Ce n’était pas tant l’acte en lui-même, celui de vouloir l’arracher des mangemorts, qui blessait Jesse-Rose. Au contraire, il était louable. Cependant, ce que Jessie n’acceptait pas, c’était qu’ils avaient nié le fait qu’elle avait toujours été comme ça. Avec les âges cependant, sa maturité grandissante : son côté si obscur avait pris des proportions incontrôlables. Malgré tout, elle était consciente de ses actes, et même si elle les regrettait : elle saurait vivre avec pour être plus forte encore. Avait-elle le choix ? Même s’il avait désiré rester du côté « blanc » de la magie : les mangemorts n’auraient pas manqué de la traquer pour la tuer ou pire. De plus, elle n’avait jamais trouvé sa place. Aux yeux de tous, elle était une fille de mangemort et son statut de star de Quiddich ne pouvait pas laver les pêchés de ses ancêtres, encore moins les siens même si ces derniers n’ont jamais été porté public.
Les shoots s’enchaînaient, et ce des deux côtés. Quel meilleur allié que l’alcool dans ses moments-là ? Les verres qu’elle partageait avec son amie étaient probablement les derniers. Une nouvelle fois, son cœur se pinça à cette idée : pourquoi fallait-il que tout soit blanc ou noir chez les mangemorts ? Le gris n’était-il pas une couleur tout aussi abordable et agréable ? Jesse-Rose laissa Alice passer son doigt pour essuyer le témoin visuel de son chagrin, car son visage restait tout même de marbre. Les larmes, cependant, ne pouvait pas mentir. Son cœur souffrait le martyr parce qu’il devait enterrer cette amitié qui le rendrait toujours faible et impotent. Elle n’avait plus le droit à l’erreur, plus le droit de laisser parler ses sentiments. La mélodie pourtant si agréable devait cesser. Retour à la réalité.

« J’ai essayé d’être une meilleure personne ! J’ai tout fait pour m’intégrer à leur cercle de sorcier parfait : pour tous cependant, je ne suis qu’une fille de mangemort qui ne peut pas racheter sa faute ! Je serais restée de votre côté, mais je n’ai pas trouvé ma place ! Les personnes comme moi n’ont rien à faire avec des mages comme eux. Je subis parce que je n’ai pas d’autres choix. Qu’importe que tu penses que ce n’est pas le cas : je ne le possède pas d’accord ?! Imaginons même que j’ai trouvé ma place parmi vous : j’aurais dû passer ma vie à me cacher pour fuir les mangemorts ! Ce n’est pas une vie. Au lieu de subir, je préfère embrasser cette fatalité et tout faire pour qu’elle ne me détruise pas. »

Les reproches de son amie ne la blessaient pas parce qu’elle s’était attendue à ces paroles. Comment Alice pourrait-elle comprendre ? Elle était à la tête d’un mouvement politique, elle avait un avenir devant elle : chose que Jessie n’avait pas en dehors des mangemorts. La rage sortir rapidement de la bouche de sa meilleure amie. Il aurait été idiot de pensée que sa compare blonde ne montrerait pas les griffes et les crocs. Jessie se resservit un verre, son regard toujours posé dans celui de sa meilleure amie. Tout du moins ce qu’il en restait. Parce que ces dernières paroles ne donnaient que peu d’espoirs quant à l’issue de cette discussion.

« Nous sommes deux à avoir fait cette bêtise, je ne te blâme pas. Non, je n’ai pas joué la comédie, mais une part de moi à toujours sût que la vie que je menais à Poudlard n’était qu’une illusion, le reflet impossible de mes désirs. Nous ne sommes plus à l’intérieur des murs de l’école, nous sommes dans la réalité, dans la vie adulte et de ce fait, nous devons tous prendre des décisions. La mienne fut de rentrée chez les mangemorts tout en faisant ma passion. Tu crois vraiment que j’ai toujours eut une chance d’échapper à mon destin malgré ma volonté ? »

Tuer tous ceux qu’elle aimait… Harry, Nathaniel, Kaysa Drago, Alice ? Oui, elle prenait le risqué. Cependant le risqué serait encore bien plus important si elle n’était pas à leur côté :

« Qui, crois-tu, à sauver Harry des griffes de Bellatrix ?! Une des raisons pour laquelle j’ai embrassé mon destin est que je peux tous vous sauver de l’intérieur ! Je peux vous aider si jamais ils vous cherchent. Tu as pensé à ça ? À l’avantage que je peux avoir ? Alors oui, je dois faire des choses horribles, je dois salir mes mains, mais si cela peut sauver les personnes que j’ai appelées : ami, alors je fais volontiers le sacrifice de ces vies. Mes parents morts, je suis maintenant l’héritière de ma famille. La cheftaine. »


© Pando


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5734
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Sep - 13:51
Alice garda son verre vide en main et tâcha de rester calme en écoutant son amie, alors qu’elle brûlait pourtant d’envie de réagir. Comment ça, elle n’avait jamais réussi à se trouver une place parmi les « sorciers parfaits » ? Mais qui désignait-elle par là ? Les pauvres cons qu’elles avaient pu côtoyer à Poudlard, à l’époque, qui se croyaient meilleurs parce que leurs parents n’étaient pas des meurtriers ? Et alors ? Ces gens-là ne valaient rien, pas plus que les autres et certainement pas plus que Jesse-Rose. D’accord, le poids de l’opinion publique n’était pas anodin, mais la blonde n’avait pas à payer pour simplement porter un nom de famille qu’elle n’a pas choisi ! Alice avait envie de se lever, de prendre les épaules de sa meilleure amie et de la secouer. D’accord, elle était une Greenwood, d’accord, sa famille avait causé des atrocités : et alors ?! Si elle voulait s’échapper de tout ça, elle pouvait, ou alors elle aurait pu du moins, et pas simplement en se disant qu’elle ne trouverait jamais sa place ailleurs.

Après, bien sûr, il y avait du vrai dans ce qu’elle disait, notamment quand elle parlait des mangemorts qui ne lui auraient pas laissé le choix de toute façon. C’est vrai. Alice n’avait jamais fait partie de tout ça mais elle connaissait très bien le fonctionnement, comme tout le monde. Elle aurait passé sa vie à fuir, c’est vrai. Elle avait fait son choix, le choix d’embrasser la fatalité et de faire face, c’était tout à son honneur, mais Alice n’arrivait pas à faire preuve d’une totale objectivité : elle voulait garder son amie, pour elle, forcément, et ne voulait pas la savoir là-haut, dans leurs manoirs sombres, occupée à commettre des atrocités pour obéir à un cinglé. Mais bon. La vie était malheureusement ainsi.

Alice se saisit de la bouteille pour se resservir un shooter. Elle le porta à ses lèvres comme un signe de défaite, alors que Jesse-Rose lui demandait si elle croyait vraiment qu’elle avait une chance d’échapper à son destin malgré sa volonté. Elle avait cru que c’était possible, oui, et c’est d’ailleurs pour ça qu’elle avait fait alliance avec ceux qu’elle ne supporte pas, mais elle savait maintenant que c’était vain. La brûlure de l’alcool lui fit du bien et elle envisagea d’un œil nouveau que ce que l’autre blonde lui expliqua. Le fait qu’elle pouvait agir de l’intérieur pour le bien de ses proches, qu’elle l’avait d’ailleurs déjà fait pour Harry Potter. Alice résista à l’envie de lui demander pourquoi elle avait gaspillé son temps pour ce binoclard inutile, et regarda son amie en réfléchissant. Ainsi, elle était chef de sa famille. Alice se demanda ce que ça lui faisait, de se savoir seule. Parce qu’elle devait se sentir seule, non ? Même si elle avait Drago.

« D’accord. C’est vrai que je n’avais pas pensé à l’avantage pour toi de pouvoir agir de l’intérieur. Et je te connais suffisamment pour ne pas être étonnée de voir que tu préfères choisir d’embrasser la fatalité plutôt que de t’y dérober. Mais tu ne peux pas me reprocher d’avoir essayé de te sortir de tout ça, non ? Même si c’était vain, même si tu trouvais ça naïf, je suis désolée mais je ne pouvais pas simplement te laisser t’éloigner et aller mal sans rien faire. C’est peut-être de l’égoïsme, certes… Mais tu me connais. »

C’est comme ça qu’elle envisageait l’amitié, tout simplement. Elle avala d’un trait son shooter et le reposa en poussant un soupir. Il ne servait plus à rien de tourner autour du pot.

« Et maintenant ? »



    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 3914
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Jan - 15:36


❝Best friends right ? ❞
Oui, je sais tout.

La vie aurait probablement été différente pour Jesse-Rose si ses parents l'avaient fait avec un cœur, si elle avait eut des amis sains d'esprits, des personnes autour d'elle qui ne trouvait pas normal de pratiquer en classe de la magie noire sur les plus jeunes. Oui. Cela aurait été plus simple, tellement plus simple. Voilà, cependant, cela n'était pas supposé et se faire et elle se retrouvait aujourd'hui dans cette désagréable position où plus rien n'avait de sens. Elle n'arrivait plus à faire la jonction entre ce qu'elle était, ce qu'elle est, ce qu'elle avait envie d'être. Parfois, elle se réveillait le matin et elle avait envie de se concentrer seulement sur sa carrière de Quidditch. Dans d'autres circonstances, elle se retrouvait à ne pas vouloir bouger ne serait-ce qu'un petit doigt et laisser le temps et les âges prendre sa vie sans se défendre, sans tenter de retenir la vieillesse. Elle était un paradoxe. Un humain qui errait dans son présent comme le ferait une veuve devant la tombe de son époux. Jessie ne trouvait pas sa place, quand elle pensait l'avoir trouvé, on le lui arrachait. On perturbait les choses pour que plus rien n'est un sens. De toute façon, ne pas appartenir à un monde ou bien à une autre n'a que très peu d'importance lorsque vous comprenez qu'un seul homme contrôle votre vie. Que vous ne pourrez jamais échapper à son emprise. Voldemort ne la laissera jamais partir, plus maintenant. Jessie était et serait jusqu'à son dernier souffle un agent du mal à défaut de se battre pour la magie blanche. Dans ce destin funeste, la seule chose qui la rattachait était Drago. Ses affaires au Ministère le tenaient bien loin de sa couche et leur mariage était constamment repousser. Il manquait à la blonde. Terriblement. Tellement que parfois, elle n'arrivait pas à respirer tant son absence se faisait insoutenable. C'était sûrement cela, l'amour et toutes les choses compliqués que ce dernier implique. Sans l'affection de Drago, serait-elle capable de tenir le choc ? La monstruosité des mangemorts ? Alice avait-elle seulement un jour embrasser cette noirceur qui sommeillait en chaque sorcier ? Avait-elle compris que certains enfants de mangemort n'avaient réellement pas le choix ? Qu'on ne leur laissait pas ? Pire encore, que même si des amis tiraient le sorcier du monde des sorciers noirs : ce dernier serait toujours attiré vers eux. Comme un papillon vers la lumière ?
Les shooters défilaient, son esprit s'embrumait de maux, cette conversation réouvrait des plaies, en créaient d'autres aussi. Jesse-Rose ne s'attendait à rien et à tout en même temps. Sa venue ici en soit était un exploit. Elle avait fait le premier pas, dans l'espoir probablement d'y voir plus clair concernant les décisions qu'elle devait prendre. Comme celle de tourner le dos à sa meilleure amie, maintenant à la tête d'un parti qui allait à l'encontre des idées du Seigneur des Ténèbres, son Maître. Choisir d'embrasser la fatalité ? Était-elle réellement sérieuse dans ces paroles ?! Jesse-Rose n'avait eut de cesse de se battre à Poudlard ! Alice faisait partie de ceux qui l'avaient rendu faibles, qui lui avait fait comprendre qu'il y avait autre chose que la loyauté dans la vie et elle avait ce culot de lui dire qu'elle choisissait la fatalité ?! Ses poings se serraient, si sa meilleure amie voulait la guerre, alors elle allait l'avoir !

« Oui. De l'égoïsme est le mot approprié. Tu ne t'es jamais intéressée au fond de savoir les conséquences que pouvait avoir l'idée d'un futur autre que celui d'être mangemort. Tu n'as jamais cherché à comprendre quel genre de personne est arrivée dans cette putain d'école de merde ! Tu n'y as vu seulement ce que tu voulais ! Je ne trouvais pas ça naïf, c'était juste un acte complètement désespéré et débile ! Comme tu le dis si bien toi-même : tu savais que je choisirais la fatalité à l'espoir ! »

Jessie avait craché ces derniers mots comme si ces derniers brûlaient sa langue. Ils étaient douloureux, très douloureux, parce que jamais encore elle n'avait déversé de la sorte son venin sur son amie ! Jamais.

« Tu aurais dû. Poudlard à été la plus grosse erreur de ma vie ! J'aurais dû refuser férocement de ne pas aller dans cette école merdique qui ne m'a apporté que des malheurs ! Vous m'avez donné tout ce que je ne pourrais jamais avoir. Tu sais le sentiment que cela produit dans ta poitrine ? C'est comme si tu crevais de faim et que je te donnais de la nourriture puis je te l'enlevais pour que ton estomac se vide à nouveau et que tu sois affamée. »

Prenant le taureau par les cornes, Alice posa la question que Jesse-Rose se posait depuis des semaines. Et maintenant ? Rien. Sa meilleure amie devait s'éloigner d'elle, la laisser tomber. La blonde savait que jamais elle ne pourrait cautionner ses actes, que son regard serait à jamais changer et cela la peinait.

« Je ne sais pas. J'aimerais pouvoir te dire de déguérpir de ma vie, de me laisser en paix, de ne pas me faire chier en me donnant des faux-espoirs. D'un autre côté, je ne peux pas me résigner à te laisser partir parce que si je fais cela : je n'aurais plus de barrières entre mon humanité et le monstre que je suis devenue. Plus rien pour m'empêcher de sombrer totalement dans les ténèbres. »


Resservant de l'alcool, elle soupira :

« Tu veux faire quoi ? On prends nos distances tout de suite ou on essaye de voir si on trouve un terrain d'entente ? »
© Pando


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Dearest friend | PV RONO
» Jasper & Alice Forever
» Alice Blood [Attente de Réponse]
» Goodbye my old friend...
» Alice Cullen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 3 :: Septembre-octobre 1999-
Sauter vers: