RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après-midi entre futurs ventres ronds

avatar
Invité
Invité
Lun 1 Fév - 18:31
Invité
« Elle le lui raccrocherait, son cœur. Elle savait comment les cœurs se raccrochent, avec des soins, de la propreté, une amitié solide.»
Emile Zola – 08 Janvier 2000

mina
&
sasha


Il y a des jours comme ça où on a besoin de voir son amie… Je n’avais pas beaucoup d’amie en ce qui me concernait… Je n’en avais qu’une en fait… Mina. Depuis qu’elle était mariée cependant, il n’était pas évident de la voir. Elle était au courant pour ma grossesse, et j’avais appris depuis peu la sienne. J’avais bien cru comprendre qu’elle était au courant depuis un moment, mais je ne lui en avais pas voulu de ne pas m’en parler directement. Cela aurait pu être le cas, mais pourtant, j’avais juste était heureuse dans le sens où j’espérai pouvoir partager ce que je vivais avec elle et inversement. Je n’avais aucun point d’appui pour m’aider, aucune figure féminine, et je me voyais mal aller voir mon « beau-frère » pour lui faire part de mes nausées matinales ou de mes sautes d’humeurs. Il en avait fait les frais, mais cela n’avait pas été pour arranger nos relations.

Dastan travaillait pour toute la journée, devant partir sur un chantier, à moins que ce ne soit une mission. Il avait tendance à ne pas trop m’en dire, voulant me protéger, et je ne pouvais pas lui en vouloir. J’avais cependant qu’en même du mal avec ce point, mais là, je ne pourrais pas le confier à mon amie… Je ne pouvais en parler à personne, ce qui n’était pas évident.

J’avais ainsi envoyé un hibou à Mina pour lui proposer une après-midi entre fille, loin des hommes. J’avais besoin de ce moment avec elle et surtout, j’avais besoin d’entretenir mon amitié avec elle. Comment expliquer ce point ? Je ne sais pas. J’avais juste cette sensation en moi que j’avais toujours eu… Jamais elle ne me trahirait. Certes, elle avait été la cause indirecte de mes malheurs, mais elle ne m’avait pas maltraitée et elle m’avait toujours protégée. On avait certes des points de discorde… Cela avait commencé avec son époux par exemple… Mais mes relations avec lui avaient changé pour le bien de cette amitié et comme il la rendait heureuse, j’en venais à l’accepter pour ce qu’il était. Un gros effort de ma part ? Oui… Mais depuis leurs mariages, il était possible que j’ai changé d’idée légèrement sur lui, enfin, juste légèrement. Et puis, qui étais-je pour juger ? Je ne préférai pas imaginer sa réaction à elle si elle apprenait pour Dastan… Ce serait dramatique.

Regardant ma garde-robe en petite culotte… je commençais à perdre patience. Une pile de vêtements jonchait le sol, était principalement des hauts. Mon souci ? Ma poitrine !!! Avec mes crises hormonales, cette dernière avait augmentait de façon inattendue, devenant même douloureuse parfois, au grand malheur de Dastan. Et surtout ? Moi qui portais beaucoup de chemisier juste au corps, je ne pouvais plus en fermer un seul. J’en vins alors à faire une chose que je n’aurais pas crue… Je pris une des chemises de Dastan assez cintrée pour faire un look un peu masculin féminin et réussir à me mettre quelques choses sur le dos avec une jupe crayon. Encore heureux, je n’avais pas encore de ventre, mais il allait vraiment falloir que je pense à régler le problème.

Finissant par prendre mon sac, je transplanais directement sur notre lieu de rendez-vous, auprès d’une fontaine. J’avais de l’avance, mais j’avais surtout hâte qu’elle arrive. M’emmitouflant un peu dans ma veste à cause du froid, je me mis alors à patienter, jusqu’à la voir arriver et me lever pour la prendre amicalement dans mes bras, un grand sourire aux lèvres.


« Mina ! Que je suis heureuse de te voir ! Je suis contente que tu es acceptée de venir. »

Cette journée n’avait en soit rien de particulier, mais une après-midi entre fille était vraiment ce dont j’avais besoin, surtout avec ma meilleure amie. Par contre, nous n’allions peut-être pas rester comme cela dans le froid de ce début de mois de janvier, et c’est pourquoi je me permis de lui dire à la suite :

« Et si on allait boire quelques choses de chauds avant de nous congeler sur place ? Cela nous donnera l’occasion de nous raconter tout ce que l’une et l’autre a manqué non ?»

Il y avait un salon de thé sorcier à deux pas de la place où nous étions. Il était connu pour être calme, raffiné et surtout bien fréquenté, et si elle était d’accord, alors notre choix irait surement sur celui-ci.

camo©015

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 16 Fév - 11:51
Invité
« Privée » de mon travail, j’avais bien plus de temps pour mes activités extérieures comme mes amis. Certes je travaillais encore 15 heures mais ça me laissait un temps infini pour faire tout ce que je voulais à côté, surtout quand on savait qu’Arcturus avait repris ses cours. Je passai mes journées seules parfois entre cours de musique ou simplement à embêter mes collègues en restant à l’hopital, ayant encore beaucoup de mal à quitter le milieu malgré mes restrictions. J’avais été habituée depuis plus d’un an de vivre parfois avec une soixantaine d’heures par semaines. Vivre entre mon métier et mon maître n’avait jamais été un problème. Aujourd’hui seulement, j’avais la sensation d’être inutile. Le lord prenait un malin plaisir à nous punir et il envoyait bien plus Arcturus que moi en mission, au grand plaisir de mon époux mais à mon grand regret. J’avais la sensation d’avoir perdu ma place… Non pas que ce que j’avais fait – sans arriver à m’en rappeler – avait été une goutte de plus vers ses impulsions à me considérer bien moins que dans le passé. J’avais réussi ma mission avec un excellent brio et je l’avais bien vu sous le sourire satisfait de ma mère mais de là à imaginer avoir retrouvé ma place, il y avait une marge. Alors je m’employai de plus en plus à être présente pour lui. Je trainais parfois dans les parages, je me montrai volontaire mais sans être étouffante. Je restai à sa disposition sans toujours le dire à mon maître. Ce que je ne voyais pas était mes retours à mes débuts. Concilier mes sentiments et mes anciens tempéraments étaient des plus difficiles. J’avais la sensation parfois d’être coupée en deux. Une part de moi tournée vers mon époux, plus douce, plus sensible, plus humaine et une autre part plus sinistre, tourné vers mon maître. Je ne savais comment concilier les deux comme le faisait Bellatrix. Je ne trouvai pas cet équilibre dans cette situation nouvelle qui était en train de me rendre peu à peu complètement folle.

Je n’avais cependant pas fait la même erreur que ma mère. Le Lord était averti de ma grossesse. Je ne voulais plus rien lui cacher. Le maître était tout pour moi et je voulais absolument qu’il comprenne qu’il n’avait perdu ma fidélité.

Une journée loin de tout cela ne me ferait cependant surement pas de mal. Alors quand Sasha avait proposé de se voir et de passer une après-midi ensemble, n’ayant rien de prévu, j’avais accepté avec joie. J’espérai trouver en elle une aide que je n’arrivai pas à obtenir ni de ma mère, ni de mon époux. J’avais besoin de sortir de ce cercle vicieux et comprendre le choix que je serai peut-être tôt mené à prendre…

C’est alors pour une journée entre amies que je me dirigeai dans l’optique à la fois de passer un bon moment et d’obtenir des réponses. Vêtue d’une simple robe – je n’avais pas de soucis encore pour me vêtir contrairement à Sasha – et d’une cape bien chaude, j’arrivai à l’endroit indiqué où Sasha me retrouva sans problème et me serra tout contre elle amicalement. « Mina ! Que je suis heureuse de te voir ! Je suis contente que tu aies accepté de venir. » Ce que nous avions bien changé tous les deux ! Loin d’être des enfants de cœur, amoureuse, nous n’étions devenues plus que l’ombre de notre monstruosité, retrouvant peu à peu une certaine lumière et une raison de vivre plutôt que de survivre. J’étais contente alors à mon tour de la retrouver. Seule elle pouvait comprendre tout ce par quoi je passai. Il était étonnant de nous voir finalement prendre, d’une certaine façon, les mêmes chemins et de les vivre ensemble. Tout était destiné à nous séparer et pourtant une amitié nous lier d’une façon incompréhensible et surtout puissante. On ne pouvait pas expliquer un tel lien, c’était comme ça. Elle était un peu comme une sœur pour moi. « ça faisait tellement longtemps ! Je ne pouvais pas rater cette occasion de passer un moment ensemble, toutes les deux… le ventre presque rond. » dis-je avec un sourire en coin. Nous n’étions pas assez enceinte pour que cela se voit malgré les capes. J’ignorai son avancée. De mon côté, j’avais un ventre très légèrement rebondi mais rien de très flagrant. Je n’avais même pas la poitrine qui se développait. Est-ce à cause de mon refus de croire en cette grossesse tout au début ? Ou est-ce simplement mes peurs d’être mère et de ne pas me sentir prête ? Ou pire encore : qu’une part de moi ne désire pas cet enfant ? J’étais douée pour voiler la face à mon entourage et jouer la comédie. Je le faisais bien depuis plus d’un an alors pourquoi, alors même que je ne voulais pas de cet enfant, ça ne changerait pas pour ne pas alerter mon entourage et mon époux ? J’étais consciente d’être enceinte mais une part de moi avait un comportement radicalement négatif vis-à-vis d’être enceinte. Je ne ressentai pas comme la majorité les changements liés à la grossesse. Je ne ressentai pas les nausées ou les ignorais parfois même complètement, faisant comme s’il n’existait pas. Pourquoi une telle attitude alors que j’avais, à première vue, tout pour moi ? J’avais un nom, un sang, une situation stable, un époux qui m’aimait, que demandait de plus ? Les tentions cependant autour de ma mère me perturbaient bien plus que je ne le laissais apparaître. Elle n’a jamais véritablement accepté ce mariage. J’avais alors la sensation de la décevoir de plus en plus à chaque pas heureux avec Arcturus. J’aimai cet homme mais je ne pouvais pas partager ce bonheur avec Bellatrix et cela brisait une part de mon être qui ne demandait qu’à partager ces premiers moments de vie de sa future descendance. C’était comme revenir à dire d’avoir peur de la décevoir une fois de plus par cette grossesse. Je ne lui avais même pas dit moi-même alors qu’elle devait très bien le savoir. Je redoutai le fait de lui en parler et j’agissais comme si j’étais tout à fait normal et certainement pas enceinte à sa présence. Je faisais en d’autres termes, par les craintes vis-à-vis de Bellatrix, un déni de grossesse. Le pire était que j’en avais parfaitement conscience mais je refusais de l’avouer. Alors même si j’étais enceinte et qu’il n’y avait rien de choquant à cela dans ma situation maritale, je m’habillai en tentant au maximum de ne pas montrer cette grossesse. Etrange ? Même dangereux quand on sait le côté sombre que je possède et qui ne désire que supprimer cet enfant pour retrouver les fiertés de sa mère… Combien de temps un enfant pourrait survivre dans une telle situation alors même que sa mère perdait parfois ses instincts maternels ?

« Et si on allait boire quelques choses de chauds avant de nous congeler sur place ? Cela nous donnera l’occasion de nous raconter tout ce que l’une et l’autre a manqué non ? » Enchantée de cette idée, j’acceptai volontiers pour la conduire à un salon de thé sorcier non loin de nous. Nous pûmes prendre place toutes les deux à une table. Pour ma part, je commandais un thé au romarin à verbénone et inconsciemment donc avec cet ingrédient nocif pour l’enfant. Toute mère savait la liste de choses à éviter. Les gynécomages la fournissait et moi-même n’étais-je pas sensée déjà le savoir ? Je ne cessais de faire des erreurs d’étourderie du même type qui cachait clairement un déni. J’agissais vraiment parfois comme si je n’étais tout simplement pas enceinte. Je regardai alors Sasha avec un sourire sincère en ignorant la potentielle tête qu’elle dût peut-être faire. « Alors comment se porte la future mère ? Comment tu te sens ? Pas trop difficile toutes ces nausées ? ça ne doit pas être évident… Et le père ? Tu en es où avec Dorian… Au dernière nouvelle, ce n’était pas la joie… J’espère que tu as pu retrouver un certain équilibre avec lui. Ça n’a pas l’air d’être un mauvais garçon même si nous avons bien des partis plus intéressants tu-sais-où… » finis-je plus par la taquiner même si je le pensais d’une certaine façon. J’avais beaucoup de mal à me dire qu’elle avait trouvé un homme en dehors de nos rangs. J’aurais tellement aimé qu’elle cède au Lord. Je l’espère même encore… J’avais besoin d’elle et j’étais prête à l’entrainer en enfer si je le pouvais, de façon bien égoïste pour réussir à avoir Sasha auprès de moi. Je n’étais pas toujours parfaite et j’avouer espérer d’une certaine façon que ça se passe mal avec son compagnon pour enfin obtenir une raison d’obtenir son allégeance…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 17 Fév - 14:41
Invité
« Elle le lui raccrocherait, son cœur. Elle savait comment les cœurs se raccrochent, avec des soins, de la propreté, une amitié solide.»
Emile Zola – 08 Janvier 2000

mina
&
sasha


Retrouver mon amie me faisait beaucoup de bien. Ce lien que j’avais avec elle était bien difficile à expliquer, mais j’étais sure d’une chose : je ne voulais le perdre pour rien au monde. Pourquoi ? Peut-être parce que Mina avait été la première à m’accepter avant d’accepter Heather et non le contraire. De tous ceux que je connaissais pour ainsi dire, c’était Heather qui en premier avait été acceptée. Comment ne pas l’accepter de toute façon là où elle n’était qu’une douce enfant, sauf peut-être ses derniers temps où elle était en crise d’adolescente. Certes, Dastan m’avait aussi acceptée en premier, tout comme Aaron, mais en vue des souffrances qui étaient venues avec, pouvait-on m’en vouloir de penser avant tout à Mina ? Nous nous ressemblions beaucoup, nous avions toutes les deux nos démons… Ces démons étaient pour le moins beaucoup endormis depuis que nous avions chacune un homme dans notre vie, mais en serait-il de même avec nos grossesses en plus, ou cela présageait-il des changements ? Rien ne semblait pouvoir répondre à cette question à ce jour.

« Ca faisait tellement longtemps ! Je ne pouvais pas rater cette occasion de passer un moment ensemble, toutes les deux… le ventre presque rond. »

Oui, « presque » était bien le mot… Mina semblait encore bien plate et ne semblait vivre de changement sur son corps à ma différence. Pour ma part, le principal changement venait de ma poitrine. Mon ventre abordait également une légère bosse, mais rien de bien méchant encore. J’étais heureuse en tout cas qu’elle soit venue. J’avais besoin d’elle parfois plus qu’elle ne pouvait l’imaginer. Il n’était d’ailleurs pas rare que parfois, je regrette son mariage et donc son départ de mon appartement. J’aimais ces moments que nous avions toutes les deux. En tout cas, nous prîmes la direction d’un salon de thé sorcier pour nous installer par la suite dans un endroit calme, en retrait un peu des autres. Je ne fis pas attention à la commande de Mina, ce qui expliqua mon manque de réaction face à son choix, pensant juste à tout ce qui pouvait me préoccuper en ce moment. Je commandais sans m’en rendre compte un thé au citron. Ce fut d’ailleurs Mina qui me ramena un peu sur terre.

« Alors comment se porte la future mère ? Comment tu te sens ? Pas trop difficile toutes ces nausées ? Ça ne doit pas être évident… Et le père ? Tu en es où avec Dorian… Aux dernières nouvelles, ce n’était pas la joie… J’espère que tu as pu retrouver un certain équilibre avec lui. Ça n’a pas l’air d’être un mauvais garçon même si nous avons bien des partis plus intéressants tu-sais-où… »

Pour être honnête, je ne m’étais pas attendue à ce flot de questions, ni même à son avis sur Dorian. Si elle savait… Mais je ne pouvais lui dire, c’était une chose indéniable. Cela me faisait parfois du mal de mentir à ma meilleure amie, mais comment faire autrement. Devoir juste dire Dorian et non Dastan me coutait. Mais j’avais fait mon choix, pour moi, et surtout pour le bébé que je portais. Je souris donc, alors qu’on nous apporta nos boissons.

« Cela fait beaucoup de questions d’un coup tu sais, mais je vais faire mon possible pour essayer d’y répondre au mieux. Enfin, si j’ai toutes les réponses à te fournir bien entendu. »

Je n’étais pas sûre de pouvoir répondre à tout. J’étais perdue face à tout ce qui avait pu se passer en un mois ou presque. J’étais en plus un vrai yoyo sentimentale, ce qui me rendait parfois douce, parfois joyeuse… et aussi parfois dangereuse. Le dernier à en avoir fait les frais était son patron. Mais était-ce dû à la grossesse ? J’ignorai alors être enceinte, donc je ne pensais pas. C’était surtout le résultat de beaucoup de souffrance.

« Pour ce qui est de ma grossesse, je pense ne pas être trop embêtée. Si j’ai ressenti des nausées, elles se sont bien vite calmées, ce qui m’arrange beaucoup, surtout avec Heather, mais en contrepartie, je suis très vite fatiguée. J’ai eu quelques vertiges que j’ai choisi de taire. Et puis, être enceinte n’est pas une maladie selon moi, tu ne crois pas ? »

Je refusais d’être alitée ou pire, de devoir voir un médicomage fréquemment. Je restais toujours en guerre contre eux, il ne fallait pas l’oublier. Mon passé faisait que j’avais beaucoup de mal avec la chose. Accoucher à sainte Mangouste ? A ce jour, ce n’était pas une chose de gagner. Je préférai encore me débrouiller seule. L’idée ne plairait pas à Dastan, mais c’était mon choix avant tout. Je ne pourrais pas accepter d’être aussi faible avec toutes ces blouses blanches autour de moi. Ils pourraient essayer d’en profiter, de me retirer mon bébé, et ça, je ne pouvais pas même y penser.

« Pour ce qui est de Dorian… Les choses vont mieux, je crois… Il ne manque pas d’attention pour moi, bien au contraire, et il s’en veut vraiment pour tout ce qui s’est passé. Il est des plus adorables et pourtant… je ne peux m’empêcher d’avoir peur parfois… »

Peur de revivre la même chose, peur d’avoir à nouveau mal. J’en venais à croire parfois que j’étais faite pour rester seule jusqu’à la fin de mes jours. J’avais surement tort, mais c’était une façon de me protéger comme une autre. Qui pouvait prétendre être passé par ce que j’avais vécu là où j’avais tout juste dix-neuf ans ? Combien de fois, alors que je n’étais qu’une enfant, avait-n tenté de me supprimer ? Et je ne parlais pas du changement de torture par la suite… Mais cela, personne ne pourrait jamais le comprendre. C’était mon histoire, l’histoire d’une folle ayant grandi dans un hôpital… et cela me fit penser à un point alors que je bus une gorgée de thé.

« J’ai croisé ton chef de section il y a plusieurs semaines de cela, j’ai complètement oublié de t’en parler. C’était avant de savoir que j’étais enceinte, et cette rencontre a été des plus mouvementés. Je me demande quels souvenirs il en garde… »

Un sourire vint au coin de mes lèvres à mes propos, le genre de sourire que seule Mina pouvait comprendre peut-être pour le connaitre. Je gardais pour ma part un gout épicé de cette rencontre. Dire que sa saleté de bestiole m’avait mordu, m’obligeant à faire confiance à cet homme pour boire une potion ignoble.

« Enfin, rien de bien méchant à l’horizon à aujourd’hui en tout cas, sauf peut-être un soucis pour m’habiller. J’ai tellement pris de poitrine que j’ai dû piquer une chemise dans l’armoire de Dorian, et bien entendu, je n’ai plus rien pour aller en dessous. »

Je changeais volontairement de sujet, et oui, je parlais d’un véritable problème. Pour le moment, je trouvais cela drôle, mais je n’osais imaginer la tête de Dastan quand il rentrerait pour me retrouver habiller de sa chemise. Enfin bref… Mon regard se porta sur Mina, signe que je préférai m’intéresser à elle plutôt qu’à moi.

« Mais toi, dis-moi, comment est-ce que ça se passe ? Et cette nouvelle vie de femme mariée ?»


camo©015

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 28 Fév - 10:37
Invité
Je lui posai milles questions, je devais bien l’avouer mais j’étais tellement curieuse de savoir où elle en était… A mes questionnements, Sasha sourit alors qu’on nous apportait nos boissons. Je bus alors tranquillement dans mon verre.
« Cela fait beaucoup de questions d’un coup tu sais, mais je vais faire mon possible pour essayer d’y répondre au mieux. Enfin, si j’ai toutes les réponses à te fournir bien entendu. » me confia-t-elle.
Je grimaçai un instant avant de secouer la tête positivement en acceptant sa condition. J’avouai être très – trop – curieuse mais je m’inquiétai pour elle.
« Pour ce qui est de ma grossesse, je pense ne pas être trop embêtée. Si j’ai ressenti des nausées, elles se sont bien vite calmées, ce qui m’arrange beaucoup, surtout avec Heather, mais en contrepartie, je suis très vite fatiguée. J’ai eu quelques vertiges que j’ai choisi de taire. Et puis, être enceinte n’est pas une maladie selon moi, tu ne crois pas ? » me demanda-t-elle.
Pour cela, j’étais entièrement d’accord. Je ne savais alors pas pour Dorian mais Arcturus me voyait parfois un peu trop comme un petit être faible. Bon certes, finir à l’hôpital ne l’avait pas aidé… Et il était vrai que je me surmenai mais nous étions solides non ?
« Pour ce qui est de Dorian… Les choses vont mieux, je crois… Il ne manque pas d’attention pour moi, bien au contraire, et il s’en veut vraiment pour tout ce qui s’est passé. Il est des plus adorables et pourtant… je ne peux m’empêcher d’avoir peur parfois… » me dit-elle.
J’étais contente que ça se passe mieux mais ça n’arrangeait pas mes affaires. Honnêtement, j’étais partagée entre deux émotions. Je voulais qu’elle soit heureuse mais si ça pouvait être le cas avec un mangemort, ça serait bien mieux ! J’avais toujours rêvé que Sasha nous rejoigne. Elle serait un bon potentiel pour le maître mais ce n’est pas avec cet homme que ça allait être possible… Quel dommage.
« J’ai croisé ton chef de section il y a plusieurs semaines de cela, j’ai complètement oublié de t’en parler. C’était avant de savoir que j’étais enceinte, et cette rencontre a été des plus mouvementés. Je me demande quels souvenirs il en garde… »
Sevastian ? Je fus assez surprise. Qu’avait-il encore fait ? J’espérai qu’il ne lui ai rien fait de mal ! Enfin, elle semblait en bonne santé devant moi donc je supposai qu’il y avait prescription. Je ne pouvais cependant pas m’empêcher de me demander comme ça s’était passé… Un sourire anima le visage de Sasha et je compris que la rencontre ne devait pas être de tout repos. Je connaissais Sevastian. J’avais comme la sensation que la rencontre avait dû être aussi mouvementée que celle qu’elle avait eue avec Arcturus.
« Enfin, rien de bien méchant à l’horizon à aujourd’hui en tout cas, sauf peut-être un soucis pour m’habiller. J’ai tellement pris de poitrine que j’ai dû piquer une chemise dans l’armoire de Dorian, et bien entendu, je n’ai plus rien pour aller en dessous, me dit-elle avec un semblant d’humour.
- Ah ça… C’est tout à fait normal. Même si personnellement, je n’ai vu de réels changements », lui avouai-je.
Est-ce normal ? Cela dépendait des femmes et étant donné les pensées que j’avais envers l’enfant dans certains moments, je frôlai – et je le savais – le déni, ce qui imposait forcément un développement moins conséquent que mon ami qui finalement n’avait que quelques semaines de différences avec moi.
« Mais toi, dis-moi, comment est-ce que ça se passe ? Et cette nouvelle vie de femme mariée ? s’intéressa-t-elle.
- Moi ? Je… ça va. Je te suis de près mais avec moins de ventre et moins de poitrine. Je tiens encore dans mes vêtements. Je n’ai donc aucune utilité à piquer les chemises de mon époux, sinon pour simplement avoir son odeur avec moi quand il n’est pas là, dis-je en me mordillant les lèvres. Mais j’y pense, si tu as vraiment des soucis pour t’habiller, nous pouvons très bien aller faire quelques boutiques ! Je pourrai ainsi prévoir quelques hauts si tenté que cet enfant, dis-je en pointant mon ventre du doigt, décide de grandir d’un seul coup ! »
Je bus alors ma tasse tranquillement en me disant que l’idée pourrait être bonne. On irait dans des boutiques de lingeries fines, ainsi Sasha trouverait son bonheur et je pourrai aussi trouver quelques lingeries nouvelles qui pourraient faire plaisir à mon époux. Nous pourrions aussi faire les boutiques de vêtements et ainsi pouvoir acheter quelques hauts, jupes et robes de femmes enceintes. Il y avait une ou deux boutiques spécialisés sur le chemin de traverse. Cela pourrait être intéressant de voir comment je pourrais m’habiller dans les prochains mois et ainsi Sasha serait bien moins embettée ! Enfin, encore fallait-il son approbation.
« Je peux très bien appeler mon elfe de maison pour qu’il s’occupe de livrer les paquets chez toi et chez moi… lui assurai-je pour la convaincre. Moi, une petite journée boutique me dit bien ! Et il faut bien se détendre et trouver quelque chose à se mettre ! Je doute que Dorian ou Arcturus acceptent de nous voir sortir les fesses à l’air ! » dis-je en riant.
La proposition était ainsi lancée et ce sans véritablement que je parle de moi comme ayant esquivé volontairement ou non les questions sur moi et l’enfant. Parce que si je donnai la sensation de me faire parfaitement à cette grossesse, au fond, je n’étais ni prête, ni enjouée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Après-midi entre frère et soeur
» Après-midi shopping, comment passer un bon moment entre amies • Sarah
» Après-midi tranquille.
» Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: