RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Welcome in my mind

avatar
Riley N. Vongkham
Briseuse de Sorts à Gringotts
Âge du personnage : 31 ans
Nombre de messages : 247
Célébrité sur l'avatar : Anna Silk
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Mar - 16:34



Welcome in my mind...
Ft Wolfgang, Elsie, Mable, Stacy et Leah.



-Vous voulez un coup de main, pour trouver la salle?
-Non. Certainement pas de vous.

Assurée. Sèche. Claquante tel un fouet. Sa voix n'avait laissé aucune place aux doutes. Elle ne voulait pas de sa bienveillance. Ce n'était pas parce qu'elle avait l'air d'une jeune femme séduisante et fragile, que c'était le cas. Riley était avant tout une lycanthrope. Fière de l'être. Hors le pauvre décérébré qui lui proposait son aide, n'était autre qu'un des nombreux surveillants de Poudlard. Autant dire qu'il avait fait mauvaise pioche. L'idée était tentante pourtant, mais son ego refusait de s'abaisser à demander quoique se soit, surtout pas à eux. Elle préférait encore passer des heures à tourner en rond, plutôt que cela. Une fierté mal positionnée, il n'y avait rien de pire. Surtout que l'Allemande était quelqu'un d'indépendante. Très vite, elle avait quitté l'ambiance familiale pour vivre ces expériences, elle n'allait pas chercher la protection d'autrui, aujourd'hui. Lui jetant un regard polaire, glaciale, elle tourna les talons. Si la brune avait accepté de dispenser des cours dans cet illustre château, ce n'était pas pour autant qu'elle en approuvait tout ce qui s'y passait. Notamment en ce qui concernait les loups. Étant une personne fière de son don, de ses capacités et de ce qu'elle était, elle ne pouvait que s'insurger contre un tel traitement. C'était impensable. Surveiller les lycans comme s'il avait la peste était intolérable pour elle. Ils n'étaient pas des morts en sursis, ils n'étaient pas des bêtes à enfermer. Ils ne comprenaient rien. Mieux valait d'ailleurs qu'elle ne s'attarde pas trop sur le cas de ces groupes de personnes, cela lui donnait pratiquement envie de mordre. À chaque fois, la louve en elle, celle qui était piégée jusqu'aux prochaines volutes de pleine lune, grondait d'indignation, croc dehors et babine retroussée. Balayant la colère qui venait pulser dans son organisme, elle se concentra sur ce qu'elle devait faire.

Officiellement, donner un cours. Officieusement, elle s'intéressait surtout à ses élèves dont la vie avait changé grâce à Greyback. La note positive ne serait pas vu par tout le monde mais elle était curieuse. Intriguée de savoir comment des jeunes adolescents prenait la chance qui leur avait été offerte. Si elle supposait, évidemment, que certain n'était pas prêt à assumer ce qu'ils étaient devenu, elle espérait bien que ce n'était pas un cas général. Et c'était sur ce groupe, qu'elle devrait travailler. Elle pourrait leur apporter tant de chose, s'ils le souhaitaient. Une vie plus digne, sans prise de tête, sans coutume, sans pré-requis, une possibilité unique d'envoyer valser les codes et les morales ridicules... Tout simplement, le lâché-prise jouissif de la liberté. Mais ce n'était pas gagné. Que soit. Inutile d'hypothéquer. La louve avait besoin de son entière concentration pour contrer ces stupides escaliers. Car ce mobilier faisait sa propre vie, se moquant de ces envies. Poudlard ressemblait d'ailleurs à un véritable labyrinthe. Riley ne comptait plus le nombre de couloirs à arpenter, ni d'étages à monter. Pour une ancienne Durmstrang, c'était un parcoure du combattant que d'atteindre ce qu'il appelait la salle sur demande. Le lieu où se donnerait son cours. Elle avait longtemps discuté avec la directrice, pour essayer de saisir toutes les nuances de cette pièce. La magie étant capricieuse, elle ne voulait pas de mauvaise surprise, il fallait que tout soit réussi, si elle voulait que cela fonctionne. Une fois le fonctionnement comprit et l'accord ministériel obtenu, elle avait planché sur ces idées. Tout devait être parfait. Du lieu en lui-même, en passant par le temps, mais surtout les ennemis.

Compté sur l'experte en créature magique pour avoir des idées inédites et étranges. Sa profession de briseuse de sort pour Gringotts, lui offrant un panel d'idée quasiment inépuisable. Se tirant de ses réflexions, un long soupire traversa ses lèvres alors qu'elle grimpait une énième volée de marche, pour arriver à bon port. Sa silhouette agréablement féminine, féline même par sa démarche, arpenta le couloir en direction d'une classe vide. C'était là, qu'elle allait accueillir ses élèves avant de les emmener sur place. La pièce était froide, inutilisé et ce côté glaçant se reflétait dans son comportement. Tout, de son maquillage, à sa chevelure ou sa tenue était parée de noir. Une couleur qui lui donnait un charme magnétique, frigide et animal à la fois. Elle savait jouer sur les notes. C'était indéniable. Baguette en poche, vêtue d'un blouson et d'un t-shirt noir, elle avait pris place devant le tableau, attendant les premiers arrivants. Cherchant à se faire bien voir au départ, ne souhaitant pas être catalogué comme la solitaire du lot, elle avait grappillé quelques conseils, notamment auprès d'Archibald, un ancien ami d'école. Il lui avait conseillé de réaliser une entrée en matière digne de ce nom, avant de les lâcher dans la jungle de son esprit. Conciliante, elle comptait appliquer cette idée à la lettre. Mais la patience n'étant pas son fort, elle s'ennuya bien vite de cette inaction. Être enfermée entre quatre murs n'était pas pour elle. Son regard scrutait par une des fenêtres, cherchant son sombral des yeux quand du mouvement arriva enfin dans la pièce. Immédiatement, elle fit volte-face pour voir entrer les premières têtes. Riley avait un sérieux désavantage par rapport à eux, elle ignorait totalement qui ils étaient. Ni de nom, ni de maison. Rien. Nada. Elle ferait avec et elle ne comptait pas retenir tout cela. "Et toi là-bas en bleu", ça serait suffisant dans un premier temps.

Laissant la masse de monde débarquer, elle attendit silencieusement. Son regard se posait vers les arrivants, puis soudainement, elle prit la parole. "Comme vous devez vous en doutez, je suis Riley Vongkham, votre nouveau professeur de Simulation Réelle" Oh, eh ben dit donc quelle étonnante surprise...Son regard se tourna brutalement vers les surveillants qui accompagnait les lycanthropes. "Eh oui, les rumeurs sont exactes, je suis un loup-garou... D'ailleurs, messieurs, mesdames les surveillants, la porte est grande ouverte, prenez-la. Je n'ai pas besoin de vous" Son ton était froid, dépourvu de la moindre once de chaleur. Si elle tenta bien un sourire, il était clairement carnacier. La louve montrait les crocs, sa colère froide s'exprimait. Après un regard appuyé qui allait donner des sueurs froides au dernier récalcitrant, elle le reporta vers les élèves. Presque amusé de ces risibles vermisseaux qui la regardaient déjà d'un air étrange. Avaient-ils espéré une blague? Ou voyaient-ils cela comme une possibilité de changement? Peu importait, elle ne mettrait pas le doute sur sa nature d'hybride. Elle était ce qu'elle était. Une entrée en matière brutale qui lui permit de scruter les premières réactions parmi la masse. Avec elle, tout était une sorte de phase de test. Les effrayés et peureux seront déjà recalés dans le bas de son échelle social. Et quand même bien, les réactions ne venaient pas des élèves, cela serait de leurs parents, ces pauvres ignorants. Bien qu'elle doive, elle-même, avouer qu'elle ne comprenait pas comment Demetry s'était débrouillé, pour faire accepter cela à Cornelia, alors que celle-ci n'avait rien changé à l'oppression de son école. Que soit, se juchant d'une fesse sur le bureau à ses côtés, elle continua cette présentation express.

"Vous pouvez déposer vos affaires ici, vous n'aurez besoin que de votre baguette magique. Si vous vous demandez ce que vous allez faire dans ce cours, sachez que se sera une mise en pratique de toutes les notions théoriques que vous enseignent mes collègues." Qu'il était étrange d'entendre ces mots sortir de sa bouche, comme s'ils étaient naturels. C'était étrange même à son ouïe. Solitaire dans l'âme, c'était un exploit. Respirant tranquillement, elle crut bon de casser leurs possibles joies. "Mais attention jeunes gens, je ne parle pas de ces mannequins ridicules, qui n'effrayent personne. Ni de ces pauvres plume que vous vous contentez de lever, mais de véritables ennemis. En chair et en os. Dans ce cours, j'attends de vous entraide et solidarité. Vous devrez faire preuve d'un sang-froid exemplaire et d'une maitrise suffisante de vos connaissances." Oh que oui. Ces impatients auront besoin de tout ce dont ils pourraient se souvenir, une fois à l'intérieur. Pour simplement se tirer de là sans une égratignure. Parce que s'il était simple de combattre un mannequin isolé, en plein milieu d'un combat, c'était une aure paire de manches. Quand la panique s'infiltrait dans nos veines, c'était là qu'on devait se maitriser et c'était là que ça foirait. Infatigable, intarissable, leur laissant à peine le temps de souffler, elle enchainait à nouveau. "Pendant ces quelques heures, vous serez plongé dans environnement que j'ai moi-même créé et votre seul but, c'est de vous en sortir. " Heureusement qu'elle n'avait pas dit y survivre. Les élèves de Poulard comprendront rapidement que Riley était une personne dotée d'une froide logique. Qu'elle soit affreuse ou bonne à dire, un fait était un fait pour elle.

Consciente que les plus jeunes d'entre eux pouvaient paniquer, elle reprit comme si elle n'avait fait que parler de la pluie, alors que ça pouvait être bien pire. "Bien évidemment, si l'un d'entre vous a des difficultés, je vous viendrais en aide. J'ose espérer que vous savez tous lancer des étincelles rouges? " Question vague posée à toutes les paires d'yeux qui la fixait encore. "Si vous n'avez pas de question, je vous propose de me suivre dans la salle sur demande." Court, bref. Précis. Juste le strict nécessaire. Sa présentation n'avait même pas duré cinq minutes. En même temps, à quoi bon des dialogues éperdus quand on n'en retenait rien. Il n'y avait rien de plus salvateur que la mise en pratique, le terrain. La brune se souvenait encore de ses premières fois devant les coffres. Son formateur la laissait faire, n'agissant qu'en cas d'extrême urgence. Après quelques frayeurs, vous comprenez vite le truc. Se redressant, agrippa sa baguette ainsi qu'un balais qu'on avait mis à sa disposition, elle se dirigea vers la porte. Il était plus facile d'agir rapidement, si elle voyait les urgences par les airs. Riley aurait volontiers demandé l'accord de prendre Isleen avec elle, mais un sombral dans les couloirs, c'était un peu trop pour la directrice.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 269
Célébrité sur l'avatar : Lucy Hale
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Mar - 1:45
Spoiler:
 

Pour la première fois depuis deux ans, Leah fut agréablement surprise d’un des nouveaux décrets de la directrice. Un cours de Simulation Réelle? Ça promettait d’être intéressant… Bien sûr, elle se doutait que Hikkins n’avait pas fait ça ni par bonté d’âme, ni par envie de protéger ses pauvres élèves sans défense. Elle devait simplement vouloir montrer qu’elle était toujours en contrôle de son école, et qu’elle pouvait même terroriser les élèves légalement si elle le voulait. Mais Leah avait bien l’intention de profiter de cette occasion pour lui en mettre plein la vue. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de vraiment mettre à l’épreuve ses compétences de sortilège et de contre-sorts. Elle espérait secrètement rencontrer un Épouvantard pour le transformer en Hikkins d’un coup de Riddikulus. Après tout, quoi de plus ridicule que cette directrice?

À part le nom du prof (qui ne lui disait pas grand-chose) et l’horaire, peu d’informations avaient encore filtré sur ce cours. Et encore. Alors que Leah et ses camarades s’amusaient à s’imaginer des scénarios tous plus inquiétants les uns que les autres concernant ce qu’on réserverait au groupe de Septièmes, on leur apprit que ni les maisons, ni les années ne seraient respectées pour ce cours. Tous seraient mélangés entre eux, premières et septièmes, Poufsouffles et Serdaigles. La jeune fille était un peu déçue de cette décision. Si l’exercice devait être dans les cordes d’un élève de première année, il y avait peu de chance qu’elle trouve défi à sa hauteur… elle allait sûrement devoir faire du baby-sitting en s’assurant que les plus jeunes se débrouillaient bien. Cela avait quand même un bon côté; celui de lui rappeler le temps de la Brigade Anti-Kingfell, où elle et Ginny Weasley enseignaient des maléfices aux plus jeunes pour qu’ils puissent se défendre contre les petits tyrans de Poudlard.

Leah faisait donc partie du premier groupe à étrenner ce nouveau cours. Elle s’était levée tôt ce matin-là et avait passé l’avant-midi à passer en revue les sortilèges qui avaient le potentiel d’être utiles à la tâche qui leur serait confiée. Elle avait beau être dans Gryffondor, quand on a une famille de Serdaigles, on apprend à apprécier la valeur des livres et des informations qu’ils contiennent. Mais comme rien ne valait la pratique, Leah quitta rapidement la Salle Commune et descendit jusqu’au cinquième étage, où devait avoir lieu le cours. La porte était déjà ouverte et quelques élèves étaient présents, bavardant entre eux et jetant des regards qu’ils voulaient probablement furtifs en direction de la fenêtre. Leah ne pouvait pas encore voir ce qu’ils épiaient de la sorte, mais elle n’allait pas tarder à le découvrir.
Il s’avéra que la source des discussions de ses camarades n’était nulle autre que celle qui devait être Riley Vongkham, leur nouvelle enseignante. Leah compris l’effervescence qui planait. Elle s’était attendue à une enseignante de l’âge d’Hikkins, du genre ancien général de guerre qui leur aurait raconté à quel point elle en avait vu d’autres et que des petits élèves comme eux ne lui faisait pas peur. À quelqu’un de très conservateur, respectant à la lettre l’idéal ministériel. Après tout, pour avoir la bénédiction de grand-papa Goldstein, il fallait habituellement éviter de sortir du lot. Hors, la femme qui se tenait près de la fenêtre ne devait pas avoir dépassé la fin de la vingtaine, et elle était loin d’avoir la carrure d’un général. Mais Leah, elle-même batteuse depuis des années malgré son gabarit de ballerine, avait appris à ne pas se fier à cela. D’autant plus que l’énergie qui se dégageait de cette femme avait un petit quelque chose d’inquiétant. C’était probablement dû au fait qu’elle était habillée de noir de la tête aux pieds, ou encore qu’elle les observait entrer un à un sans manifester la moindre émotion. Leah sentit l’excitation monter en elle; cette prof savait ce qu’elle faisait, et si son instinct était bon, ce cours comblerait largement ses attentes. Elle avait hâte de pouvoir montrer ce qu’elle était capable de faire.

Le reste des élèves avait fini de s’installer et Leah pris le temps de les observer. Parmi eux, peu de Septièmes. Elle était possiblement la plus vieille du groupe. Elle remarqua que Elsie était présente, accompagnée de sa sœur Stacy et d’une de ses amies de troisième année. Il y avait aussi le frère de Zakaria, qu’elle savait plus jeune, mais dont elle ignorait l’âge exact. Le professeur Vongkham pris finalement la parole, et le silence s’installa sans qu’elle eut vraiment d’effort à faire. Sa voix correspondait à ce qu’on pouvait s’attendre en observant son physique; froide, implacable, elle n’était pas du genre à laisser des chances. Lorsqu’elle annonça être un loup-garou, Leah jeta un coup d’œil à Elsie et Wolfgang, guettant leur réaction. Un prof loup-garou sous Hikkins, vraiment? Encore une fois, Leah doutait que la directrice ait eu des intentions pures en prenant cette décision. Vongkham chassa carrément les surveillants de la salle avant de poursuivre. La Gryffondor ne put retenir un sourire en coin. Elle commençait à bien l’aimer, cette prof. Pour autant qu’elle en savait, elle avait peut-être bien menacé Hikkins jusqu’à ce qu’elle accepte de lui donner ce cours. C’était quelque chose d’assez plaisant à imaginer.

Le reste de son discours avait clairement pour but de les effrayer. Elle leur rappelait qu’ils auraient à affronter de vrais dangers, pas seulement des mannequins, et qu’ils ne réussiraient le cours que s’ils «s’en sortaient ». Ce terme pouvait quand même porter à confusion. Que voulait-elle dire par s’en sortir? Se débarrasser des monstres, ne pas avoir à lancer d’étincelles, survivre? Quoiqu’il en soit, elle n’aurait qu’à voir par elle-même. Vongkham les invitait déjà à se lever et à la suivre vers la Salle sur Demande, qui se trouvait tout près. Leah avait visité cette salle à plusieurs reprises, la plupart du temps pour comploter contre la directrice. Y aller dans le cadre d’un cours était une nouveauté. Elle s’interrogeait toutefois sur la capacité de la Salle à fournir un environnement adéquat pour le cours. Si elle ne doutait pas qu’elle soit en mesure de reproduire une forêt ou un autre environnement extérieur, elle supposait que la Salle était soumise aux lois habituelles de la magie et ne pouvait donc pas créer la vie d’elle-même. Les créatures qui s’y trouvaient y avaient donc probablement accédé via le château, ce qui limitait fortement les possibilités… en effet, on en aurait entendu parler si un dragon s’était promené dans les couloirs de Poudlard. D’un autre côté, Leah avait beau ne pas connaître cette prof, elle avait la nette impression qu’elle était du genre à obtenir ce qu’elle voulait. Et si ce qu’elle voulait se résumait à un dragon dans Poudlard, il était fort probable qu’il y en ait un dans la Salle.

Le groupe se rassembla de nouveau devant le tableau des Trolls en tutu. Baguette fermement en main, Leah contemplait les fines lignes de magie courir sur le mur devant elle pour former une porte, celle de la Salle sur Demande. Elle remonta ses cheveux en queue de cheval et eut un sourire confiant; le jeu pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wolfgang Taylor
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 364
Célébrité sur l'avatar : Dylan Sprayberry
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Mar - 17:23

Welcome in my mind
Les élèves du groupe
La rentrée était arrivée. Comme après chaque période de vacances, je déprimais un peu plus à l’idée de reprendre les cours. C’est que le décompte jusqu’aux prochains congés comptait plusieurs semaines. Et les lycanthropes nous étions encore plus mal vu que les autres élèves de l’école de magie, sûrement qu’on est de ceux qui attendons les vacances avec beaucoup plus d’intérêt que tous les autres. Pourtant, mon père m’avait laissé le choix. Je pouvais ne pas y retourner si je le voulais, mais je sais pas, c’était quand même stupide si je refusais d’y retourner, sachant que les Buse arrivent. J’ai fait la moitié de l’année, ce serait dommage d’arrêter maintenant. Je préférais à la limite m’en aller après les avoir eu. Au moins, ce n’est pas comme si je n’aurais aucun bagage. Mais je ne me vois pas aller jusqu’aux Aspic dans ces conditions. Là, il y a peu de chance que je tienne le coup. Ma sixième année se fera en fonction de qui sera à la tête de Poudlard. Si Hikkins s’y trouve toujours, je mettrais un terme à ma scolarité.

Comme après chaque période de vacances, tout le monde se racontait ce qu’ils avaient fait et surtout ce qu’ils avaient reçu pour Noël. J’avais la même envie que les autres que de déballer la longue liste de présents que j’avais trouvé sous mon sapin. Entre mes cousins, ma cousine, mon oncle, ma tante, mon père et de la famille de ma mère qui continuait de nous envoyer des cadeaux, je crois que je n’ai même pas eu le temps de tout essayer encore. Mais pourtant, je n’étais pas vraiment à ce qu’il se disait tout autour de la table. Moi, j’étais resté bien silencieux durant tout le repas et mon coeur avait manqué un battement lorsque la Directrice avait pris la parole pour son annonce du début d’année. L’espace d’un très court instant, j’avais imaginé qu’elle avait tout découvert et qu’elle s’apprêtait à le dévoiler devant tout le monde. Pourtant, j’en aurais entendu parler de par mon oncle si c’était le cas ou encore par Macpherson que nous avions vu durant les vacances. Ma conscience devait me jouer des tours et étrangement, mon frère n’avait pas l’air d’en souffrir comparé à moi. Mais ce n’était que pour nous annoncer l’arrivée d’un nouveau cours que le verre de la vieille avait émit ce léger bruit, afin que le silence se fasse dans toute la pièce. Haut les coeurs, cette tarée veut juste qu’on se tue à la tâche en rajoutant un énième cours à nos emplois du temps. Non ce n’est pas comme si nous en avions déjà de trop. Un peu plus ou un peu moins hein. Je pestais intérieurement en imaginant cette heure de détente ruinée par l’arrivée d’un nouveau cours.

Je n’avais pas vraiment écouté le discours de Hikkins et je laissais venir les choses. Et ce n’était pas de gaité de coeur que je suivais les autres pour m’y rendre le moment venu. Mais tout changea lorsque notre nouveau Professeur se présenta. J’étais agréablement surpris d’apprendre qu’il y avait un adulte loup-garou dans cette école. Bêtement, je m’imaginais que les choses pourraient changer grâce à elle et un large sourire s’afficha sur mon visage lorsqu’elle vira les surveillants. Là, elle marquait un point et pas des moindres. Sans compter que nous n’étions pas habitués à avoir de jolies femmes dans le corps enseignant. Que des vieilles ou des moches. Là, elle n’aurait pas besoin de batailler pour que les garçons l’écoutent au moins. D’ailleurs, moi, j’écoutais avec bien plus d’attention ce qu’elle disait. Parlant des adversaires que nous aurons à affronter durant ce cours. Oh, déjà il n’y aurait pas de dragons, mon père n’était pas dans les coins. Si jamais, de telles créatures avaient été demandées, leur dresseur serait convié à la fête pour intervenir au cas où. Sachant ce que mon père a malheureusement traversé il y a peu de temps, c’était la moindre des sécurités.

Alors j’étais encore plus intrigué, commençant déjà à me demander quels genres d’adversaires nous aurons à combattre. Mais tous les niveaux étant mélangés, il fallait que les premières années soient en mesure de pouvoir se défendre également. Je ne m’attendais donc pas à des trucs trop compliqués malheureusement. A moins que notre Professeur veuille tester les plus âgés d’entre nous, pour voir si on se la jouait solo ou si on prenait soin des plus jeunes.

« Madame ? Est-ce que nous devrons affronter l’Epouvantard de Poudlard par exemple ? Enfin, je veux dire, Hikkins ? Si c’est le cas, on a le droit de lui faire mal, très mal hein ? »

Prends ça dans ta gueule Hikkins si tu nous écoute et j’espère que c’est le cas. Mais comme les autres élèves, je déposais mes affaires à l’entrée, comme notre Professeur nous l’avait demandé, ne gardant que ma baguette en main. J’observais les autres faire leur entrée également et surtout, je tentais de voir leurs réactions à l’annonce de ce qui allait se passer. D’ailleurs, je me demandais bien à quoi ça pouvait servir de lancer des étincelles rouges. Et pourquoi rouges les étincelles ? Enfin, je n’allais pas poser une question aussi stupide, visiblement les autres semblaient savoir pourquoi, alors j’allais faire genre. Déjà que je venais de me faire remarquer en parlant d’Hikkins, mieux valait faire dans la discrétion. Je me rapprochais alors peu à peu des autres qui venaient d’arriver et plus précisément de Elsie, que je n’avais pas vu depuis le très chaotique Nouvel An au Musée.

« J’espère qu’il n’y aura pas de pleine lune artificielle. »

Niveau humour on repassera. Je savais bien que Elsie n’était pas encore à l’aise avec notre condition et moi qui m’en jouais relativement souvent. La pauvre, elle allait finir par se demander si je n’étais pas content d’être un loup-garou. Quoique, je ne peux pas dire que je déteste ce que je suis. Quand on est le petit frère d’un Fourchelang, on a aussi envie d’avoir une particularité qui sorte de l’ordinaire pour ne pas être trop normal.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Newton
Quatrième année
Âge du personnage : 14 ans
Nombre de messages : 100
Célébrité sur l'avatar : India Eisley
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Avr - 19:56




Riley, Wolfgang, Elsie, Mable, Stacy et Leah
welcome in my mind
Contrairement à beaucoup de ses camarades, Sidney était restée à Poudlard durant les fêtes de fin d’année. Aucune famille ne l’attendait, aucune maison non plus, pas même un petit cadeau. Pour la jeune adolescente, Noël était simplement un jour comme il y en a tant d’autres. Comme les années précédentes, elle s’était contentée de s’émerveiller devant les décorations que le château avait revêtu et s’était parfois promenée dans le village voisin, sous la bonne garde de son surveillant. Le retour des élèves marquait également la reprise des cours, dont un qui était tout nouveau. Ce n’était pas courant qu’un cours soit ainsi rajouté en plein milieu d’une année scolaire, mais il promettait d’être passionnant.

Son regard restait collé à la fenêtre de la Salle Commune de Serdaigle. Les montagnes environnantes étaient plus chargées en neige que jamais elles ne l’avaient été. C’était une vue spectaculaire, typique des cartes postales hivernales. La jeune élève n’avait pas la permission de rester trop longtemps dans cette pièce, mais tout lui manquait ici : les fenêtres en arcades, les murs tendus de soie bleue et bronze, le plafond en forme de dôme étoilé, la moquette bleue, les fauteuils tous plus confortables les uns que les autres, la bibliothèque également et même la statue en marbre blanc de Rowena Serdaigle. C’était ici, dans cette pièce, qu’elle s’était toujours sentie en sécurité et paradoxalement, elle en était pratiquement interdite d’accès depuis la Nuit Rouge. Elle s’y trouvait juste pour récupérer un livre oublié, son surveillant l’attendait même de pieds fermes derrière le passage alors qu’elle en sortait.

C’était le moment tant attendu où elle allait pouvoir découvrir ce nouveau cours. L’attendant tout autant qu’elle l’appréhendait, les idées s’étaient bousculées dans sa petite tête. Il y aurait de tous les niveaux si elle avait bien compris les explications données par la Directrice. Des plus jeunes élèves aux plus âgés seraient présents. Elle ne savait pas trop quoi en penser. Il fallait un niveau assez haut pour que les septièmes années ne s’ennuient pas, mais il ne fallait pas non plus quelque chose de trop difficile, pour les premières années. Intriguant tout ça. Sidney n’avait pas trainé pour rejoindre le petit groupe d’élèves. Leur nouveau Professeur se trouvait bien là. C’était une femme, ce qui changerait de la plupart des Messieurs qui leur faisaient habituellement cours. Elle était jeune, c’est ce qui la frappa aussitôt. Elle lui donnerait à peine la trentaine et encore, elle n’est pas bien douée pour jouer à deviner les âges des personnes qu'elle croise. Mais ce qui était certain, c’est qu’elle était magnifique et qu’elle avait cette allure sûre d’elle, qui était à la fois impressionnant, mais aussi rassurant. Elle semblait savoir ce qu’elle faisait.

Sans parvenir à cacher sa joie, un sourire venait de flotter sur ses lèvres, quand les surveillants furent remerciés. Sidney n’avait pas tellement à se plaindre du sien, mais c’était toujours pénible de se sentir ainsi suivre et épiée dans tout ce qu’elle faisait. Parfois, elle voulait juste rester seule, à lire et non devoir supporter cette présence imposée par la Directrice. Elle n’aurait jamais pensé qu’il soit aussi difficile d’être un loup garou. Elle ne l’était pas de naissance et devait s’habituer à tout, mais aussi au rejet. C’était certainement le plus dur à accepter. Elle n’était pas contagieuse, en dehors de la pleine lune. Elle n’était pas non plus méchante, même les jours précédents la nuit tant redoutée, Sidney prenait sur elle la plupart du temps.

Comme tous les élèves présents, elle se montrait attentive et déposait ses affaires là où le Professeur leur avait demandé. Entrant dans la salle sur demande, elle remarqua assez rapidement la présence de Wolfgang, un loup garou de Serpentard un peu plus âgé qu’elle. Jusqu’à présent, elle n’avait pas eu l’occasion de lui adresser la parole et n’avait pas osé non plus. Réservée, voir timide, elle n’était pas de celles qui sont populaires ou qui se permettent d’aller à l'encontre d’autres élèves. Mais cette fois, elle ne pouvait qu’approuver ce qu’il venait de demander. Si seulement ils avaient Hikkins comme punching-ball, tous les participants à ce cours seraient sans aucun doute motivés pour user des sortilèges les plus douloureux. Dans ce cas de figure, la première chose que Sidney ferait, c’est de lui faire avaler son manuel de Défenses Contre Les Forces du Mal, qui traite justement des loups garous. Elle comprendra ainsi peut-être que ceux-ci ne sont pas dangereux le restant du mois, ou encore son manuel d’Astrologie, peut-être qu’un paragraphe stipule que la lune n’est pas pleine tous les soirs. « Madame ? Il y a-t-il des sortilèges que nous n’avons pas le droit d’utiliser en-dehors des trois impardonnables ? » Passant la majeur partie de son temps à étudier, Sidney connaissait beaucoup de sortilèges et même certains qui ne faisaient pas partie de ceux à apprendre en troisième année. Il y en avait de très dangereux qui ne faisaient pas non plus partie des sortilèges impardonnables, mais qui pouvaient faire très mal, d’où sa question. Si jamais un sort mal géré venait à toucher un autre élève, tout ceci pourrait être désastreux. Et elle craignait qu’un cours aussi intéressant soit suspendu s’il venait à y avoir un accident. Hikkins s’amusent à leur ôter tout ce qui peut leur mettre du baume au coeur, elle ne se générait pas pour supprimer un cours qui intéresse tout le monde.



(c) fiche: WILD BIRD & gifs: Child Actors
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Stacy Raynes
Quatrième année
Nombre de messages : 130
Célébrité sur l'avatar : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Avr - 19:14
Stacy était d'humeur chafouine ce jour-là. Elle devait assister à son premier cours de “Simulation Réelle”, et si elle n'avait pas la moindre idée de ce que cela voulait dire (Comment une simulation pouvait être réelle vu que par définition, une simulation était simulée, c'est à dire factice, c'est à dire irréelle, c'est à dire... bref), elle avait comme l'impression que ça risquait de swinger un peu plus qu'un cours d'histoire de la magie, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Et surtout, il y avait les rumeurs... En tant que Suprême Prêtresse de l'Info Croustillante (la SPIC pour les intimes), Stacy n'avait pas pu passer à côté. Ce n'était pas de sa faute, ses oreilles étaient attirées par les rumeurs comme un Niffleur par tout ce qui brille.

La rumeur courait que la prof qu'ils allaient avoir pour ce cours, une certaine Riley Vonmachin (Stacy trouvait toujours le nom trop compliqué à prononcer), était une lycanthrope. Au début, Stacy ne l'avait pas cru. Elle en avait carrément ri, même. Une prof lycanthrope sous le règne de sa Majesté Hikkins ? Impossible ! Elle avait balayé cette hypothèse de la main, mais elle était tout de même curieuse de voir cette nouvelle enseignante, au point que l'idée de se coltiner un cours supplémentaire ne lui donnait même pas envie de se laisser gentiment tomber de la Tour d'Astronomie. Et pourtant, elle se coltinait déjà des cours supplémentaires depuis la rentrée de septembre. Heureusement, elle s'était découverte un vif intérêt pour les Soins aux Créatures Magiques et elle avait déjà laissé tomber l'idée de prendre la Divination au sérieux, ce qui l'avait fait relativiser assez vite.

S'étant laissée gagnée par le climat d'effervescence et de curiosité fébrile qui baignait le château ce jour-là, Stacy était (encore) plus agitée que d'ordinaire. Son nouveau délire, depuis le début de la matinée, était de se balader avec un ruban à mesurer qui se déroulait par magie depuis sa poche et s'étalait derrière elle jusqu'aux pieds des surveillants escortant leurs loups-garous attitrés dès qu'elle en croisait. Elle s'arrangeait pour les croiser, évidemment. Plusieurs fois, des têtes s'étaient tournées vers la grande blonde qui dépassait un surveillant et un lycanthrope, se plaçait à quelques mètres devant eux de manière ostentatoire, et criait à qui voulait l'entendre :

« ÇA VA, C'EST PAS TROP PRÈS LÀ OU BIEN JE SUIS EN DANGER DE MORT ?! »

La blague aurait pu être comprise de travers si la plupart des élèves de l'école ne commençaient pas à connaître Stacy au moins de vue et à savoir qu'Elsie Raynes était sa sœur. Mais puisque que c'était d'ordre public, on pouvait difficilement échapper à l'ironie cinglante de ses propos.

Elle avait croisé Elsie au moins deux fois depuis ce matin. Puisque le cours, qui se déroulerait en groupes disparates sans tenir compte des maisons ni même des années, la réunirait avec sa sœur, Stacy savait qu'elle aurait très bien pu attendre qu'elle se pointe avec son surveillant pour refaire son numéro, mais elle était trop pressée de voir la tête de la prof pour l'attendre et préféra entrer dans la salle de cours. Elle trouva la prof plutôt impressionnante. Elle dégageait quelque chose de particulier, c'était sur.

Quand Elsie arriva, Stacy ne put s'empêcher de lui glisser :

« J'espère que mon petit spectacle t'a plu ce matin, c'est une nouvelle production Raynes, les critiques en disent beaucoup de bien. »

Elles n'eurent guère le temps de discutailler. La prof prit la parole, et en quelques secondes, elle confirma les rumeurs sur sa lycanthropie et vira les surveillants de la salle. Stacy en resta coite. Elle eut presque envie d'applaudir ou de siffler d'un air admiratif, mais se contenta de sourire comme une dingue et d'échanger des regards à la ronde avec les élèves présents, en particulier avec Elsie et Mable.

Portant son enthousiasme à son comble, la prof leur indiqua ensuite de laisser leurs affaires dans la salle en ne gardant que leur baguette avant de la suivre dans la suivre dans la Salle sur Demande. Stacy entendit à peine ce qu'elle raconta entre deux, à savoir l'objectif et le déroulement du cours. Ce ne fut qu'ensuite seulement que quelques morceaux lui frappèrent l'esprit. Euh... Qu'est-ce qu'elle entendait par « véritables ennemis » ? La Salle n'allait pas faire apparaître des Mangemorts quand même ?

« Madame ? Est-ce que nous devrons affronter l’Epouvantard de Poudlard par exemple ? Enfin, je veux dire, Hikkins ? Si c’est le cas, on a le droit de lui faire mal, très mal hein ? »

Stacy éclata de rire à la remarque de Wolfgang avant de se plaquer une main contre la bouche.

« Madame ? Il y a-t-il des sortilèges que nous n’avons pas le droit d’utiliser en-dehors des trois impardonnables ? »

La question était de Sidney, cette fois. Stacy, toutefois, avait des interrogations bien différentes en tête : savoir si elle connaissait un seul sort un peu plus efficace qu'un Maléfice Cuisant pour lutter contre ces fameux « véritables ennemis », par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elsie Raynes
Sixième année
Nombre de messages : 193
Célébrité sur l'avatar : Chloé Moretz (c)dark dreams
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Mai - 23:07
Après un Nouvel An quelque peu chaotique, retrouver Poudlard n’était pas une si mauvaise chose malgré les conditions d’Elsie. Il faut dire qu’en allant passer la soirée au Musée londonien pour fêter le passage à l’an 2000, elle avait été loin d’imaginer que tout le musée (sculptures et autres) finirait par se réveiller et par attaquer les visiteurs. Mais bon, elle s’en était encore sortie vivante et c’était le plus important. Les vacances de Noël s’étaient bien passées mis à part cette soirée : c’était la période préférée d’Elsie, entre les fêtes et retrouver toute sa famille, les soirées posées avec ses parents, les longues discussions autour des potions avec son père et toute l’ambiance en général. Elle avait été bien gâtée par sa famille : un nouveau chaudron pour ses expériences personnelles, des livres sur les potions et les plantes, des nouveaux vêtements, de l’argent et aussi beaucoup de chocolats et de friandises pour alimenter son garde-manger à Poudlard. Les vacances avaient permis à Elsie de se reposer : elle en ressortait un peu plus sereine, plus apaisée, pendant un temps du moins. Revoir son surveillant à l’entrée du Poudlard Express lui avait suffit à se sentir à nouveau oppressée. Elle essayait de relativiser néanmoins, en se disant qu’au moins, elle ne risquait pas de se faire courser par une armée de momies égyptiennes.

La rentrée rima avec l’annonce d’un nouveau cours qui créa une vague d’excitation chez les élèves. Jamais l’annonce d’un cours n’avait généré une telle envie des étudiants pourtant. Il faut dire que la direction avait fait fort cette fois, en instaurant un cours bien plus pratique que les autres : un cours de simulation réelle. En soit, Elsie trouvait l’idée plutôt bonne : depuis la Nuit Rouge, elle avait été confronté à bien des situations risquées, dans lesquelles elle s’était rendue compte qu’elle n’était pas tout à fait capable de mettre en pratique ce qu’elle apprenait dans ses cours. Le Huis Clos, la Nuit Rouge, l’attaque des mangemorts pendant la Coupe du Monde puis les deux soirées au Musée étaient des preuves suffisantes. Alors, elle attendait avec impatience de voir ce que le cours allait donner, sa seule crainte étant les limites éventuellement imposées, qui ne ferait que les freiner dans leur apprentissage, comme dans les autres cours. Les rumeurs disaient que le professeur en charge du cours serait un loup-garou : chose étonnante quand on connaissait la directrice. Là encore, Elsie voyait une sorte de complot visant à mieux les surveiller encore, en les amadouant avec une professeur vivant la même chose qu’eux, les élèves lycanthropes. Elle attendait de voir avant de se faire son opinion définitive, mais elle craignait que ça lui gâche un peu le plaisir de ce cours si prometteur. De toute façon, elle favorisera toujours les potions et la botanique, ce n’était pas ce cours de simulation qui risquait de changer là.

Le matin avant le début du cours de simulation, ce fut un peu l’effervescence dans la Grande Salle. Les élèves n’avaient que ça comme sujet de conversation, les hypothèses sur le déroulement du cours allant des plus crédibles au plus improbable. Le surveillant d’Elsie la suivait toujours et lui aussi avait hâte de voir comment le cours allait se passer : il semblait peut être même envier les élèves de pouvoir vivre ça, alors que lui n’y avait pas eu droit à leurs âges. Le cours aurait également pour avantage de mélanger les maisons et les années : Elsie voyait cela comme un avantage, car ce serait certainement la seule opportunité de partager un cours avec ses sœurs. Et puis, elle était persuadée qu’elle apprendrait sûrement plus en compagnie de septième année par exemple : lors du Huis Clos, elle avait assisté à des cours donnés par les plus âgés, cours qui lui avaient permis de ne pas perdre de retard lors de sa troisième année.

L’heure du cours arriva et son surveillant l’accompagna jusqu’à la salle de classe qu’on lui avait communiqué. Là, elle retrouva Wolfgang, son ami lycanthrope ainsi que Stacy, qu’elle avait croisé deux fois ce matin : d’ailleurs, elle n’avait pu que la remarquer, avec son mètre à mesurer et ses cris visant les surveillants. Elle avait bien ri, d’ailleurs, devant la tête hébétée de son propre surveillant. Elle allait féliciter sa petite sœur pour sa dernière trouvaille, mais le cours commença. En observant un peu plus la salle, Elsie remarqua Leah, qui était sûrement la plus âgée des élèves, Mable, l’amie de Stacy et Sidney, une petite lycanthrope comme elle. La concentration de lycanthrope était assez exceptionnel : leurs trois surveillants se trouvaient déjà au fond de la salle, à discuter à voix basse. Elsie avait pris l’habitude de ne plus y faire attention.

Leur professeur se présenta, confirmant par la même occasion les rumeurs sur sa lycanthropie. Elsie l’observa un instant, se demandant comment elle vivait ça. Elle donnait l’air d’être sûr d’elle, en tout cas et vu la manière dont elle jeta les surveillants de la salle. Tant mieux : les heures passaient ici allaient être bien plus agréables que ce qu’elle aurait pensé, avec les surveillants en moins. Riley leur décrivit ensuite les objectifs du cours, et ce qu’ils allaient faire ensemble. Elsie écouta et son discours lui donna enfin envie de commencer les simulations : peut être qu’elle s’y intéresserait tout autant que les potions, tout compte fait. Il faudrait s’entre-aider, se montrer astucieux et faire preuve de sang froid pour se sortir de toutes les situations crées par Riley. Elsie adressa une grimace à Wolfgang lorsque celui-ci évoqua une lune artificielle : avec sa sœur à côté, elle n’avait pas tellement envie d’être amenée à se transformer.

Les élèves furent invités à laisser leurs affaires et Elsie récupéra seulement sa baguette. Elle savait créer les étincelles rouges dont parlait leur professeur et s’assurerait plus tard que sa petite sœur savait le faire également. Elle allait se montrer naturellement protectrice avec elle, malheureusement pour Stacy : ce serait sûrement l’inconvénient de suivre le même cours que sa grande sœur. Quelques questions fusèrent, Elsie se montra attentive à chacune : elle-même n’en n’avait pas pour le moment : elle avait juste hâte de commencer, et prendre le chemin de la Salle sur Demande.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley N. Vongkham
Briseuse de Sorts à Gringotts
Âge du personnage : 31 ans
Nombre de messages : 247
Célébrité sur l'avatar : Anna Silk
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Mai - 16:34



Welcome in my mind...
Ft Wolfgang, Elsie, Mable, Stacy, Leah et Sidney.



Enseigner à l'école de sorcellerie de Poudlard. Jamais Riley n'aurait cru que se soit possible. Elle aurait même ris au nez, du pauvre bougre qui le lui aurait certifié, tellement sur de la stupidité de ces paroles. Elle avait fait son cursus dans les vastes plaines enneigées de Durmstrang. Elle était de nationalité allemande et n'avait jamais mis les pieds dans ce château Anglais. Tout était contre elle. Contre le fait qu'elle se fasse engager par la vieille Hikkins. Surtout quand on connaissait le secret jalousement gardé, par les directeurs d'écoles, en ce qui concernait leurs emplacements et fonctionnement. Une possibilité qui pourtant était devenue réelle, quand après moult discussions avec le ministère, ils avaient accepté. Jamais, au grand jamais, elle n'aurait poussé dans ce sens, de sa propre volonté. Oh que non. Si on ne lui avait pas un peu forcé la main, en lui faisant miroiter plus d'une promesse tentatrice, elle aurait envoyé promener l'idée. Que celles-ci viennent du Seigneur des ténèbres, lui-même, ou non, n'y auraient rien changé. La jeune femme n'était vraiment pas de celle à avoir l'âme sociale. Pas de celle à avoir une patience infinie, cherchant à expliquer encore et encore les mêmes éléments à des élèves, tous plus ignares les uns que les autres. Son caractère n'était pas suffisamment passif pour le supporter. Mais à présent, elle n'avait plus le choix. Elle était condamnée d'endosser se rôle de gentille maitresse et de faire entrer la prudence sous le crâne de ces étudiants. Obliger de se contenir et de tempérer ses pulsions. Attention tout de même à ce qu'ils n'espèrent pas trop d'elle. Si la plupart des membres du personnel, se conformaient aux règlements, ce n'était pas son cas. Pour la lycanthrope, chaque interdit, chaque règle, n'était là que pour être brisée, éclatée et piétinée. Hikkins était prévenue qu'elle ne s'abaisserait pas à son régime de terreur.

Les loups-garous étaient traités comme des moins que rien sous son joug et elle comptait bien lui prouver que c'était une très mauvaise idée. Après tout, pourquoi priver de liberté des jeunes louveteaux, alors qu'elle acceptait en son sein, une louve féline, vorace, cruelle, sans aucune potion pour la dompter. Totalement illogique. Peut lui importait son point de vue de toute façon, elle devait revenir à ses moutons. Riley attendait avec impatience l'arrivée des élèves, pour lancer son premier cours. Elle avait bien conscience que l'agitation s'était accrue toute la journée et que c'était survolté, surexcité et intenable qu'une ribambelle de gamins allait débouler dans sa salle de classe. Sombre, mystérieuse, la brunette entièrement parée de noir, fixait la porte d'entrée sans ciller. Pas la moindre réaction ne s'affichait sur son visage, alors qu'au contraire, tel un prédateur analysant ses proies, elle les scrutait tous avec attention. Comme dans tous groupes, il y avait les curieux, pressés, qui se poussaient presque pour entrer et les éternels retardataires venant avec flegme et l'air de n'en avoir rien à foutre. Il allait falloir composer avec cette masse hétéroclite. Assurée, pas plus surprise que cela, elle lança sa présentation, avant de mettre à la porte ces pauvres imbéciles de surveillants. Très franchement, elle n'avait pas besoin d'eux. C'était une action qu'elle faisait par dégout et dureté, non pour se faire bien voir. La preuve en fut claire parce que la louve grognait littéralement. Tandis que son aura magique vibrait de cette douce tension. Une fois dehors, la briseuses de sort regarda les réactions. Le constat était unanimement joviale, amusé, étonné mais sans crainte. Hum peut-être pourra-t-elle faire quelques choses de ces jeunes. Un point pour eux en tout cas. Impatiente, toujours aussi frigide, elle clôtura son discours, attendant les questions. Une voix masculine finit alors par s'élever.

Immédiatement, ses prunelles tout aussi sombres qu'elle, se tournèrent vers un jeune garçon. L'aura classique d'un jeune lycans semblait lui sauter aux yeux. L'alpha en elle, prisonnière mais pas naïve, semblait se relever. La bête était intriguée, les oreilles redressées, à l'écoute, attentive. L'humaine, elle, avait penché légèrement la tête, laissant son regard le transpercer. Un sourire pratiquement machiavélique, malsain, animal, naquit à cette réplique. Oh, peut-être qu'elle allait finalement apprécier ces jeunes, et que ce ne serait pas juste des boulets à ses pieds. "Je n'ai pas enjoint mes collègues à participer à cette première tentative, donc malheureusement vous n'aurez pas le loisir de traumatiser votre chère directrice" L'ironie suintaient de ces paroles, coulant comme de la lave brulante, dégageant tout sur son passage. Exprimait-elle très clairement être en désaccord, avec le cerveau de Poudlard? Parfaitement. La trentenaire n'avait pas caché à l'intéressée qu'elle trouvait ses idées purement idiotes, stupide et sans sens. Elle n'allait pas changer de discours face eux élèves. Froide logique! D'ailleurs, celle-ci voudrait quelle donne l'exemple, soit une figure d'autorité. Eh bien la logique, elle l'emmerdait. L' Allemande n'avait jamais eu sa langue dans sa poche, c'était ainsi, cela le restera. Ça passait où ça cassait. Cela l'indifférait. Cependant, prouvant qu'elle pouvait avoir un petit côté retord, son regard s'anima de malice. "Mais si cela peut vous motiver à participer, je peux réfléchir à une confrontation dans se sens, une autre fois" Oh, elle ne convaincrait pas la vieille harpie de participer, mais un mannequin, ou plutôt un ennemi, à son effigie était tout à fait jouable. Riley, pensant en avoir fini, était déjà prête à sortir quand une voix plus fluette et féminine brisa le silence. Une nouvelle hybride de sa trempe. Décidément Greyback n'avait eu aucune limite. Il avait frappé en tout sens.

La jeune fille semblait plus réfléchie au vu de son choix d'interrogation. Voilà qui serait un bon point. Plus que jamais, malgré son caractère fonceur et l'impulsion de l'animal qui transparaissait dans le sien, il fallait réfléchir. Nombre de piège ne demandait pas une force brute, juste de la réflexion. Nul doute, elle leur serait utile. "Vos ennemis ne souffriront d'aucune interdiction. Croyez-vous qu'ils s'amuseront à combattre à armes égales? En nombre égal? En restant sur de petits sortilèges inoffensifs? J'en doute." Là encore, l'Allemande parlait trop vite, trop crument, mais tel était la vérité. Les mages noirs dont elle faisait partie, ne lésinaient sur aucun moyen de torture. Les sorts étaient horribles et douloureux, ils n'étaient retenus par rien. Regard toujours fixé vers elle, sans animosité, elle reprit. "Néanmoins, pour éviter les maladresses, je vous serais grès de n’utiliser que des sorts, que vous savez maitriser. Je ne veux pas d'un feudeymon incontrôlable..." Comme les questions semblaient se tarir, la lycane sauta en bas de son piédestal, avant de se diriger vers la porte. Le brouhaha stoppé net quand elle avait parlé, reprit avec fébrilité. De planton, face à ce tableau au combien ridicule, elle ferma les yeux. Pendant des jours, elle avait passé son temps à visualiser une maquette, à poster des pièges et des solutions, à préparer les poisons et les contre sorts, tout devait être sous contrôle. Lentement, elle visualisait chaque recoin de son terrain de jeu. Plus les images devenaient nettes dans son esprit, plus les fines lignes dorées apparurent sur le mur. Quand une porte de taille honorable fut formée, son regard s'ouvrit brusquement, elle tourna la poignée. C'était avec une légère appréhension qu'elle poussa la porte, pour tomber sur le décor. Parfait.

Poudlard avait disparu, le monde également. En entrant dans la pièce, tout ce qu'on pouvait voir, c'était une jungle verdoyante. Des dizaines, des centaines, d'arbres s'étendait de tout côté, alors que des bruits d'animaux rompaient le silence. À droite, une sorte de construction Aztèque était visible. À gauche, une caverne en pierre était entourée de marécages. Une fois tous les élèves à l'intérieur, la porte se referma et la nuit tomba. " Bienvenue dans mon esprit." Nulle ne serait dire, au vu du personnage aussi attractif que dangereux qui leur faisait face, si c'était une bonne chose ou non. "Votre décor pour ces prochaines heures, sera cette jungle tropicale. Je l'ai pimentée des légendes Azthèque" Précision inutile, le Mexique n'était pas aussi vert à l'époque. La construction païenne était détonante, hors propos, un anachronisme visuel. Un trait qui allait rendre la découverte plus attrayante, pour eux aussi, vu qu'ils seront plongé dans cette civilisation. Elle s'éleva dans les airs, après avoir enfourché le balai. "Ici, tout sera votre ennemi. Les plantes, les animaux, les objets... Ne croyez cependant pas que vous serez autorisé à rester au début, sans explorer. Si vous ne partez pas de l'entrée, vous risquez d'avoir rapidement des surprises." Oh que oui, elle pouvait très bien lancer ses premiers petits ennemis. Rien de dramatique, mais suffisamment surprenant que pour les éparpillés ailleurs. Mais comme tout était nouveau, elle n'en fit rien dans l'immédiat."Pour que vous soyez tenté d'aller admirer ces endroits de plus prêts, j'ai caché un fanion comme celui-ci, quelque part sur ce terrain" Elle tira alors de sa poche, une sorte de petit triangle de soie noire."Celui où celle qui l'obtiendra, aura un bonus de points, pour sa maison" Une fois entendu, elle monta un peu plus haut, pour surveiller l'ensemble. Pourquoi avait-elle choisi la nuit? De un parce que c'était une ambiance plus inquiétante. De deux, elle avait envie de jouer avec les nerfs des lycanthropes et de voir si les élèves allaient paniquer. Pas de pleine lune à l'horizon, mais comme il y avait plein de nuage, le doute était de mise.


A ceux qui voudrait arriver:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mable I. Weiss
Quatrième année
Âge du personnage : 14 ans
Nombre de messages : 189
Célébrité sur l'avatar : Bailee Madison
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Juin - 18:29
Spoiler:
 

Welcome in my mind
Professeur Riley Vongkham
feat.
Elèves








On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu’ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre Δ Galilée

L'enthousiasme n'avait pas manqué de monter d'un cran chez Mable -si c'était encore possible- lorsqu'elle apprit l'ouverture d'un nouveau cours. Oh bien sur, elle s'inquiéta immédiatement de la charge de travail supplémentaire que ça représenterait. Elle avait déjà une option de plus que les autres troisièmes année. Elle n'avait pas pu choisir entre la Divination et les Soins aux créatures magiques, en plus de l'Etudes des Rhunes, donc elle avait décidé de choisir les deux. Heureusement pour elle, son directeur de maison avait accepté et il avait été convenu qu'elle ferait un essai de trois mois, durant lequel elle assisterait à ces deux cours en alternance. A l'issue de cet essai, il était décidé qu'elle ferait le choix de poursuivre ainsi ou d'arrêter une des deux options. Après un premier mois un peu difficile pour rattraper son retard dans les cours manquants et pour venir à bout de ses devoirs, elle avait trouvé son rythme. Elle avait donc continué, bien entendu. Elle ne saura dire à ce jour le cours qu'elle préférait mais une chose était sur, le tout était passionnant ! Elle ne douta donc pas un instant que le nouveau cours mis en place le soit aussi. Après tout, n'était-elle pas la première à dire que rien ne valait la pratique ?

Elle s'était donc levé très tôt ce matin-là afin de terminer son dernier devoir d'Etudes des Rhunes. Satisfaite du résultat, ainsi que des éléments qu'elle avait rajouté grâce à ses recherches à la bibliothèque, elle entreprit ensuite de relire quelques cours en prévision de ce qu’il l’attendait un peu plus tard. Puis elle se rendit au petit-dejeuner en compagnie d'Ariel. Elle y retrouva ses amis qu'elle alla saluer afin de bavarder un peu à la table de Poufsouffle puis, elle alla s'attabler, s'asseyant à côté de Sidney dont elle cassa les oreilles dès le matin. Elle lui parla du cours qui les attendait, bien sur, car la lycanthrope se trouvait faire partie du premier groupe, comme elle. Et comme Stacy.


« J’ai tellement hâte d’y être ! On a deux heures de cours avant, ça risque d’être long. Je me demande ce qui nous attend. Vous croyez que le professeur Vongkham va nous interroger sur nos connaissances actuelles ? Je n’ai pas eu le temps de réviser énormément mais j’ai relu quelques cours ce matin. Notamment les créatures magiques les plus courantes et quelques sortilèges défensifs. J’espère que ça suffira ! Ariel, je suis trop déçue que tu ne sois pas dans notre groupe ! J’espère au moins que tu seras avec Alec ou Tess. Vous pourrez nous raconter tout. En tout cas, nous, on va vous faire un contre-rendu détaillé de ce matin à midi ! »

Elle ne laisser même pas le temps à ses deux amis Bleu-et-Bronze de répondre à ses questions. Tant mieux pour elle, vous me direz. Ça leur laissait surement l'occasion de faire semblant d'écoutant en hochant la tête à intervalle régulier. Elle avait tellement hâte de savoir en quoi il consistait véritablement qu'elle passa tout le petit déjeuné à faire des hypothèses. Puis, les premiers cours commencèrent et Mable s'y rendit en leur compagnie, faisant de grand geste à Stacy pour lui signifier qu'elle avait hâte et qu'elles se retrouveraient directement là-bas.

Le premier cours -divination- passa très vite contrairement à ce qu'elle pensait. A l'inverse de la plupart des autres élèves, Mable adorait cette matière et s'y montrait très douée. Elle trouvait passionnant de se plonger dans les profondeurs laiteuses d'une boule de cristal ou même de lire l'avenir au fond d'une tasse de thé. Étonnement, tout cela semblait bien plus clair pour elle que pour les autres. Bref, une fois que la sonnerie retenti, Mable s'empressa de ramasser ses affaires pour descendre au sixième étage. Apparemment, le cours se passerait dans une des salles de classes présentes le long du couloir. Elle y entra seule, Sidney s'étant absentée pour aller récupérer un livre dans leur salle commune. La pauvre devait en avoir eu marre mais, comme à son habitude, la Serdaigle particulièrement surexcitée ne remarqua rien. Elle alla se placer directement près de Stacy qui était déjà là avec sa sœur. Comme les deux discutaient déjà entre elle -apparemment, Stacy avait eu une nouvelle idée dont elle ne connaissait pas encore l'existence- elle en profita pour observer la nouvelle prof.

L'arrivée de cette dernière avait également était un événement et une nouvelle source de curiosité pour Mable. Elle avait essayé d'en savoir un maximum à son propos, un peu comme à chaque fois qu'elle entendait parler de quelque chose ou de quelqu'un dont elle ne connaissait rien. Elle avait alors apprit qu'elle se nommait Riley Vongham, bien sur. Ce qui lui avait laissé pensé qu'elle venait très certainement d'Allemagne, ou d'Autriche, peut-être. Elle apprit aussi qu'elle était relativement jeune, ce qui était une bonne nouvelle. Cela promettait une cours dynamique, non ? Et surtout, elle apprit la fameuse rumeur: elle était lycanthrope. L'idée lui paraissait étrange, surtout venant de Hikkins. Cette dernière entreprenait de stigmatiser et de séparer tous les élèves atteints par le gène des autres mais elle embauchait une prof elle-même lycanthrope. C'était très étrange et elle y avait longuement réfléchie en compagnie de ses amis. Elle en était venu à la conclusion qu'Hkkins essayait d'amadouer les élèves de plus en plus virulent contre les règles instaures envers les Loup-Garou du château. Bref, Mable la regarda donc attentivement, ses livres toujours dans ses bras et son sac pendant à son épaule. Elle était très belle et quelque chose de magnétique se dégageait de sa personne. Une sorte d'aura. Mable n'aurait su l'expliquer mais elle le sentait aussi sûrement que deux et deux font quatre. C'était profondément intriguant. Comme cette façon qu'elle avait de les observer. Bientôt, tout le monde fut arrivé et elle prit la parole.

Apparemment, elle n’était pas très aimable. C’est en tout cas l’impression qu’eut Mable au premier abord. Alors qu’elle entreprenait de se présenter, la Serdaigle observa les réactions des autres étudiants. Ils semblaient tous aussi perplexe qu’elle. Elle reporta vite son attention sur la lycathrope lorsque cette dernière confirma la rumeur, virant les surveillants par la même occasion. La démarche était surprenante, moins que le ton de sa voix, cependant. Elle devint si froide que Mable eut l’impression qu’elle allait se jeter sur eux pour les dévorer. Cela faisait froid dans le dos et elle retint un frisson. Elle n’était pourtant pas de ceux jugeant les lycanthrope. C’était juste une sensation qu’elle ne contrôla pas.
L’instruction leur fut donner de poser leur affaire dans la salle car le cours se passerait, apparemment, ailleurs. Mable déposa donc ses affaires sur la table derrière elle, gardant sa baguette dans sa main. Il fut question de mise en pratique de leur acquis théorique. Le professeur Vongkham ne semblait pas disposer à évaluer leur niveau auparavant. Elle se contenta de leur expliquer, succinctement mais sans aucun filtre, ce qui les attendait. A l'entendre, le cours allait être dangereux. Elle parlait comme-ci ils seraient attaqués par des créatures immondes à la moindre occasion. C'était un peu effrayant bien que Mable fut rassurer de l'entendre dire qu'elle serait là pour leur venir en aide au besoin. Après quelques questions dont une qui la fit éclater de rire à l'instard de Stacy, ils se dirigèrent vers la Salle sur Demande. Elle testa rapidement sa baguette en projetant discrètement de petites étincelles rouges afin de s'assurer qu'elle savait le faire. Puis, ils pénétrèrent dans la salle après avoir attendu l'apparition de la porte.

Mable resta un instant interdite. Elle ne s'était pas attendu à ça. En fait, elle ne l'avait même pas envisagé. On aurait dit qu'ils avaient tous transplanés à l'autre bout du monde, en pleine forêt amazonienne. Les bruits ambiants étaient perceptibles et légèrement angoissant. Ils n'étaient pas les seuls être vivants du coin. Et sûrement pas les plus dangereux ! La pénombre ajoutait à la sensation d’angoisse car il faisait littéralement nuit. Des nuages menaçant cachait la lune, accentuant le phénomène de pénombre. Comme le fit remarquer leur professeur, les monuments aztèques n'avaient pas leur place en ce lieu, Mable s’en faisait justement la réflexion. Cela lui confirma qu'elle était toujours à Poudlard et non à l'autre bout du monde. Le lieu était inventé de toute pièce. Ils étaient littéralement dans l'esprit de la trentenaire. Malgré elle, elle ne put empêcher une exclamation de fascination de s'échapper de ses lèvres:


« Wahou ! Qu’est-ce que c’est beau ! »

Et si grand ! Elle avait déjà envie de s’y aventurer afin de visiter le temple en arrière plan ou bien d'observer toutes les éspèces de plantes devant elle et les animaux dont elle entendait les cris au loin. Les avertissements de la lycanthrope avaient de quoi la refroidir, cependant. Elle n'était pas si sur d'avoir envie de le faire seule. Elle n'était qu'en troisième année et elle doutait de pouvoir se défendre contre un serpent constrictor ou même un sphinx aggressif. Pourtant, l'idée de la récompenser pour sa maison lui redonna du courage. Ils étaient en cours, après tout. Ils n'allaient pas mourir. Elle ne pouvait pas les mettre en danger de mort. C'était interdit. Il était de sa responsabilité de veiller à leur sécurité après tout. Non ? Elle se tourna vers la professeur, cependant:

« Professeur Vongkham ! Si j’ai bien compris, celui qui retrouve le fanion permet à sa maison de remporter plus de points. Mais nous sommes quand même censé nous entraider … »
elle laissa planer un petit silence dubitatif, « C’est ça ? »

Leur professeur essayait-elle de les mettre dans la confusion ? Il faut dire qu’elle commençait fort et sans aucune autre consigne, ils ne savaient absolument pas à quoi s’attendre. En gros, ils devaient avancer en groupe, si ce n’est pas tous ensemble. Tous les danger les attendant, devant eux. Mais c’était quand même à qui prendrait le fanion en premier. Mable avait l’impression que leur professeur souhaitait avant tout évaluer leur capacité de décision avant même leur capacité magique. Et ça, elle n’était pas sur de réagir comme la professeur l’attendrait. En fait, elle ne savait même pas ce qu’elle attendait vraiment d’eux et ça la perturbait.
Après un regard à Stacy et Sidney, elle commença à se diriger vers la forêt, espérant que ses amies la suivrait, veillant à ne toucher à rien contre son grès.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gregory Funestar
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 651
Célébrité sur l'avatar : Brett Davern
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Juil - 20:17

Welcome in my mind


    Mieux vaut être avec moi, que mal accompagné ⊹
    Les vacances de Noël étaient déjà derrière nous, pour mon plus grand malheur. Mais c’est l’an deux mille, on peut s’imaginer repartir à zéro et prendre de bonnes résolutions, sauf qu’au moment-même où j’ai posé mon cul à la table des élèves de Serpentard, la Directrice n’a rien trouvé de mieux que nous annoncer la création d’un tout nouveau cours. Comment ruiner tous nos espoirs de terminer notre scolarité tranquillement ? Nos emplois du temps n’étaient pas assez chargés comme ça à son goût. Je n’avais pas écouté le restant de son discours, trop occupé à marmonner dans mon coin, si bien que j’avais loupé le principal ! Et ce n’est qu’après être descendu de la Tour des pestiférés, pour me rendre à ce nouveau cours quelques jours plus tard, que j’ai compris mon erreur. Si la vieille peau nous avait annoncé dés le départ que la nouvelle Prof’ était du genre quatre-vingt-dix, soixante, quatre-vingt-dix, je serais arrivé bien plus vite.

    Au moins, beaucoup d’autres élèves étaient déjà là et je remarquais que la composition du groupe était pour le moins amusante. C’était comme si tous les loups-garous de l’école, nous avions été regroupés ici. Il nous fallait maintenant s’attendre à l’arrivée brutale d’Hikkins, venant faire un génocide de canidés. Elle nous aime tellement, que ça n’aurait rien d’étonnant. Si je donnais l’impression de faire seulement acte de présence, c’est qu’il m’était quand même difficile de me concentrer sur autre chose que certaines formes de la Prof’. C’est que l’intitulé du cours, simulation réelle pouvait se prêter à toutes autres pratiques que la magie. Mais je doute fort qu’Hikkins laisse faire une telle chose dans son école. Je revenais surtout à la situation quand Wolfgang entreprit de prendre la parole. Je ne retenais qu’à peine un sourire de s’installer sur mon visage et vint ensuite l’intervention de la plus jeune louve de l’école. Serdaigle évidemment, elle posait des questions qui se voulaient sûrement intéressantes, me laissant retourner à mon observation, jusqu’à ce que je remarque la grimace d’Elsie, à l’idée de la lune artificielle dont Wolf’ avait fait allusion. Souriant en coin, je regardais sa soeur de haut en bas, en lâchant un simple :

    « Dommage, ça aurait pu être drôle. »

    Comme aucune autre question ne se faisait entendre, notre Professeur nous présenta enfin la salle. Tous les élèves semblaient si presser de voir ce qui nous attendait, que je les laissais passer devant, m’arrangeant pour entrer en même temps que Wolfgang.

    « J’espère qu’on va pas crever de chaud, depuis que j’ai vu la Prof’, j’ai déjà les hormones en ébullition. »

    Au fur et à mesure que tout le monde entrait, on se retrouvait en pleine nature et surtout en pleine nuit. Je regardais autour de moi, écoutant enfin les explications qui nous étaient données. Et comme je n’y connais rien du tout aux légendes Aztèques, autant dire que j’ignorais s’il fallait craindre ou non ce qu’il devait arriver. Je suivais notre Professeur du regard quand elle s’envola un peu plus haut et je finis par me décider par avancer, laissant pendant un court instant le silence s’installer, avant de le briser.

    « Regardez ! La lune est pleine ! »

    J’ai senti comme un vent de panique chez mes camarades, qui se presque sont tous mis à regarder le ciel avec inquiétude. Bien entendu, ce n’était pas vrai, enfin pour le moment, on ne sait pas ce que notre nouvelle enseignante a prévu. En réponse à tous les regards haineux, je me contentais de sourire pour les agacer encore plus, lâchant à l’égard de Raynes la Gryffondor :

    « Tire pas cette tronche, je plaisante. »

    Je suis parfaitement conscient que mon comportement ne m’apporte pas vraiment la sympathie de certains élèves, mais je m’en fous royalement...En commençant par avancer dans la nature, je balançais un petit coup de coude dans le bras, en arrivant à la hauteur de l’autre loup de la Maison Serpentard.

    « Tu viens Wolf’ ? Traine pas avec elle, elle va tenter de te transformer en gros bileux à son image. »

    Qu’est-ce que j’ai contre Elsie Raynes ? Oh…énormément de choses. Premièrement, elle est à Gryffondor. Deuxièmement, elle fait partie de ces lycans qui se plaignent sans arrêt de leurs conditions, au lieu d’en profiter, préférant se doper à la potion tue-loup, plutôt que de voir le cadeau qui lui a été offert. Et troisièmement, dernièrement et sûrement le pire de chez pire à mes yeux, c’est mon père qui l’a transformé et elle ne lui en est même pas reconnaissante.

    J’entrainais Taylor avec moi tout en invitant, d’un geste de la tête, Sidney à se joindre à nous, afin que l’on s’écarte du groupe. Le mieux c’était de ne pas tous rester ensemble, pour justement avoir une chance de trouver le drapeau avant les autres.

    « Le fanion est noir et il fait nuit. On va peut-être avoir du mal à le trouver... Vous croyez que ça sera quoi les ennemis ? Des indigènes avec un os dans le nez qui voudraient nous passer à la casserole ? Lumos. »

    J’allumais ma baguette pour voir clair. C’est qu’avec toute cette végétation, marcher dans l’obscurité, c’était la meilleure façon de se casser une jambe, ou pire de se casser la figure.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wolfgang Taylor
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 364
Célébrité sur l'avatar : Dylan Sprayberry
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Aoû - 15:42

Welcome in my mind
Les élèves du groupe
A peine la voix de Gregory retentissait derrière moi, qu’un sourire amusé se dessinait sur mes lèvres. Il a cette chose que j’apprécie grandement en lui. Cette facilité à retourner la situation à son avantage, qui me fait tant penser à mon frère. Mais aussi son côté culotté que j’envie profondément. J’aimerais bien osé autant que lui, mais je m’arrête toujours avant, ayant cette retenue qui me bloque tant. Greg’ ne l’a pas lui. Il va au bout et dépasse les limites, sans aucune crainte de ce qui peut lui arriver. Pourtant, on sait tous que Hikkins va vite en besogne lorsqu’il s’agit de virer un élève. Mais, j’ai l’impression que rien ne le touche, il dit tout ce qu’il pense, même lorsque ça concerne un Professeur, comme la remarque qu’il me glissa à propos de notre nouvelle enseignante. M’amusant toujours de ses répliques et de ses bonnes piques, je commençais parfois à m’écarter de mes camarades trop sérieux, pour trainer de plus en plus en compagnie de notre Lycan. Rien que sur ce point, il m’avait également beaucoup appris, puisque lui, il est comme ça depuis toujours. Il n’a pas eu besoin de se faire mordre pour être transformé, c’est génétique. Quelque part, c’est une chance puisqu’il n’a pas eu à vivre un quelconque changement. Il a toujours été ainsi.

Une fois dans la salle, j’avais l’impression que l’on venait de quitter Poudlard. Le décor semblait si réalise, que je manquais de me prendre les pieds dans des ronces en avançant. Il faisait nuit, ce qui nous forçait tous à allumer nos baguettes pour y voir clair. J’observais de cette nature, quand Gregory interpella tout le monde, en lançant que la lune était aussi dans sa forme la plus pleine. Bêtement, je relevais la tête vers le ciel, à moitié rassuré, mais aussi frustré que ce ne soit pas vrai. Pourtant, je cachais bien ce ressenti, en me contentant de faire comme si de rien n’était. Aucun mot n’eut le temps de sortir de ma bouche, qu’il enchaina par une bâche à Elise. La regardant, je me contentais d’hausser les épaules avec un petit air désolé. S’il y a un truc que je ne pige pas, c’est la haine de Gregory à l’encontre de notre camarade Gryffondor. Ce n’est pas une simple question de Maison différente, il n’est pas ainsi avec les autres lions de l’école. C’est à cause de sa lycanthropie, puisqu’il la hait depuis la rentrée suivante la Nuit Rouge. J’ai parfois la net impression qu’il est surtout jaloux des « nouveaux » lycanthropes, hormis Sidney parce qu’on l’embarque dans nos aventures. Pourtant, il n’a pas été ainsi avec moi. Et le point commun entre tous, c’est le loup-garou qui les a mordu. Aurait-il un penchant pas très catholique pour Greyback ? Perdu dans mes pensées, j’essayais de la chasser au plus vite. Non c’est impossible, Greg’ s’intéresse aux filles, la preuve, il bave sur notre Prof’, il ne s’intéresse pas aux vieux fossiles à l’équilibre mental douteux.

Heureusement qu’il reprit la parole, me tirant ainsi de mes pensées, même si c’était une nouvelle fois par un pique à l’égard de Elsie. Je me retrouvais un peu perdu sur le moment. D’un côté, Elsie avec qui j’avais noué une certaine amitié et de l’autre, l’un de mes meilleurs amis, qui m’a tendu la main pendant la pire période de ma vie. Je ne mis pas bien longtemps à me décider, rejoignant aussitôt Greg’ qui s’en allait déjà, invitant Sidney à se joindre à nous. C’était bien la seule autre élève atteinte de Lycanthropie, qu’il tolérait. Encore un truc que je ne comprenais pas vraiment.

« Pourquoi t’es comme ça avec Elsie ? Je me pose de sérieuses questions à ton sujet. Je me suis même demandé si tu n’étais pas amoureux de Greyback. »

Je ne disais pas ça sérieusement, seulement pour le taquiner, alors qu’on s’enfonçait un peu plus dans la nature et l’obscurité, toute baguette allumée. A certains endroits, l’herbe nous arrivait facilement aux genoux, si ce n’est aux cuisses. Je ne serais pas étonné qu’un serpent en sorte à un moment ou à un autre. Je restais sur mes gardes, m’attendant au pire, mais je ne pouvais pas m’empêcher de sourire aux nouvelles bêtises de mon acolyte.

« Si ça se trouve, on est en plein dans un remake de la Colline à des yeux, de Wes Craven. On va tomber sur des tarés qui vont vouloir nous bouffer. Heureusement, que nous ne sommes pas comestibles. »

J’appuyais bien sur le mot comestible, juste au cas où il y ait vraiment des tarés qui veulent nous bouffer, dans le coin. Mieux vaut prévenir que guérir. Mais il ne fallait pas non plus perdre le but de notre venue dans cet endroit très peu rassurant. Trouver un fanion noir, comme l’avait souligné Gregory, dans l’obscurité, ça n’allait pas être une partie de plaisir. On pouvait toujours en profiter pour faire du tourisme et laisser les autres trouver ce foutu drapeau. Ce n’est pas comme si c’était vital et le Professeur Rogue n’est même pas présent pour nous coller des coups de bouquin derrière la tête. Donc tout va bien.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley N. Vongkham
Briseuse de Sorts à Gringotts
Âge du personnage : 31 ans
Nombre de messages : 247
Célébrité sur l'avatar : Anna Silk
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Sep - 12:13



Welcome in my mind...
Ft Wolfgang, Elsie, Mable, Stacy, Leah et Sidney.



Le seul attrait de cette salle "sur demande", c'était sa capacité étonnante à lui fournir son terrain de jeu avec une précision millimétrique. Riley avait passé de longues heures à tenter de saisir la magie du lieu, à comprendre son fonctionnement pour pouvoir en user au mieux, au meilleur de ses capacités. Parce qu'il allait lui falloir une ressemblance parfaite et une imagination débordante pour les plonger dans un autre monde que ces foutus murs scolaires, pour leur donner une chance de s'échapper ailleurs et de vivre une sorte de réalité alternative, l'espace de quelques heures. Un véritable défi pour la lycanthrope, devant pour une fois dompter et maitriser son esprit, canaliser ses pensées et rester parfaitement concentrée sur son but, sa salle. Elle n'avait même pas droit à l'erreur vu que l'ensemble de ce premier groupe se pressait derrière elle attendant fébrilement de démarrer se cours, après ces très vagues explications. Là encore, la brune ne pouvait faire mieux, elle n'était pas de ses profs passionnés, ayant la fibre de l'éducation dans le sang, elle ne l'avait jamais eu. C'était ses propres expériences qui l'avaient formée plus que de réelle explication de membres éminemment supérieurs par l'expérience. Réussissant l’exercice s'était avec une bonne dose d'appréciation que la mystérieuse Vongkham observa ce décor tropical. Parfais. Devançant les arrivées des élèves, elle avait finalement élégamment enfourcher le balai pour prendre de la hauteur et dominer légèrement la salle.

Une petite boule colorée dansait à ses côtés, permettant de l'éclairer suffisamment pour lui permettre de voir, mais surtout de se faire voir, vu que la nuit avait pris possession du lieu pour son plus grand plaisir. Bien qu'il soit mêlé de frustration et de retenue, venant tout droit d'une colère lupine de sa moitié d'âme. Depuis qu'elle savait qu'elle pouvait tout diriger ici, elle aurait aimé faire une pleine lune et voir l'effet sur elle, sur eux. Se transformerait-elle? Est-ce que la réplique serait suffisant pour déclencher le processus sur les enfants de la lune? C'était une question intriguante qui vaudrait certainement le détour mais elle ne pouvait pas s'y laisser tenter. Elle ne pouvait prendre le risque, sous peine d'être elle-même le danger pour ses étudiants, accompagné des jeunes louveteaux. Mais l'idée restait en filigrane dans son esprit, elle l' essayerai surement un jour. En attendant, son seul but s'était de jauger les réactions et les craintes, de voir si cela les inquiétait ou non. L'Allemande devait en premier lieu évaluer ces jeunes lycans, pour voir ceux qui en valait la peine avant de débuter son approche. Quoi qu'il en soit, alors qu'elle tentait de les motiver stupidement à avancer, en prônant cette histoire de point qui régissait visiblement la vie écolière à Poudlard, une jeune fille attira son attention. Immédiatement ses prunelles prédatrices se posèrent sur elle, la transperçant. Un rictus amusé étira pourtant ces lippes, rendant son profil peut-être plus inquiétant encore dans cette semi-obscurité. "Exacte Miss. Le monde est emplis de contradiction, de choix et de possibilités différentes, à vous de voir. Solidarité, égocentrisme, coup bas, entraide. Laisserez-vous vos amis dans les problèmes, aurez-vous tellement peur que vous vous sauverez d'abord et on verra pour le reste, plus tard? C'est à vous de le découvrir." Généralement, c'était la seconde solution.

Toute personne confronter à un problème et ayant un minimum d'instinct de survie, préférait d'abord essayer de sauvegarder son intégrité physique. Peu était ceux à se jeter dans la bataille dans l'autre sens. Tout dépendait. Par ce paradoxe très léger, parce que Riley n'avait malheureusement pas le droit d'être réelle au point de les laisser se tuer ou se blesser gravement, elle voulait leur apprendre que le monde dehors ne sera pas dangereux uniquement à cause des sorts, ou en fonction des mages qui croiseraient leurs chemins, mais aussi et simplement de leur faute. Par les manipulations, par nos propres envies. Gloire, richesse, pouvoir. "Le danger, ce n'est pas toujours ce qui vous entoure, mais aussi vous et votre caractère. Une autre question de ce cours pourrait être, vous connaissez-vous? Connaissez-vous vos réactions? Mais surtout assumerez-les-vous?" Sa voix restait toujours aussi basse, profonde, mystérieuse. La balle était dans leur camps. S'accepter, la base d'une vie épanouie selon elle. Et toujours derrière, sous cet apprentissage commun à tous ces petits têtes blondes, le constant décryptage des lycanthropes. D'ailleurs, maintenant qu'elle englobait la salle, tout en les laissant prendre connaissance des bâtiments et de la plaine, elle remarquait qu'elle avait pratiquement tous les loups dans ce premier groupe. Elle reconnaissait le jeune Taylor, pour avoir rencontré son père au moment où la meute à qui ils devaient leur état, avait voulu revenir à la charge, mais également le seul l'étant de naissance : Gregory Funestar. Ses pupilles ombragées si fixèrent alors qu'il hurlait que la lune était pleine. Même la louve sembla intéressée de cette désinvolture, de cet humour piquant qu'elle appréciât à sa juste valeur. Le vent de panique, elle le sentit passer et elle vit déjà une lycanthrope inquiète, tandis que les autres semblaient juste curieux. Un bon point pour eux, un mauvais pour elle.

Puis, si en plus il avait décidé de l'aider à lui monter ceux qui en valaient la peine parmi les nouveaux, il allait être définitivement considéré comme le plus prometteur de tous. "L'idée est terriblement tentante. Juste pour voir, juste pour la science" Ses iris se relevèrent vers cet astre, alors que la louve semblait vouloir venir gratter à la porte, sans succès. Enfin, Riley prit de l'altitude en redressant le manche et la plupart des élèves commencèrent à se diriger vers des endroits différents, s'enfonçant de cette foret obscure, d’où s'échappait une mélopée bien étrange. Les premiers ennemis, ils allaient les croiser incessamment sous peu. A vrai dire, certains les observait déjà. Si allumer leur baguette est l'idée la plus sensée, cette lueur les rendait également visibles aux yeux extérieurs. Pas de chance. Pour ceux qui se dirigeraient vers la construction Aztèque, ils allaient bientôt pouvoir ressentir l'impression d'être observée. Et c'est évidemment le cas. Des ombres fantomatiques, des silhouettes noirâtres passent furtivement dans leur champ de vison. Ou presque. Ils sont cachés derrière les arbres, profite de chaque recoin, mais ils sont là, ils se rapprochent. C'est oppressant et personne ne pourra le manquer. Vous attaqueront-ils avant l'entrée? Difficile à dire, mais si ce n'est pas le cas vous allez devoir les affronter, ou réagir vite. Parce que l'antre principal se bloquera automatiquement par des flammes à votre proche. Pire encore, elle vous entourerons et ne vous laisseront qu'une chance : Résoudre une énigme. Si vous choisissez la bonne fiole, vous pourrez passer à l'intérieur, si vous prenez la mauvaise, vous allez être empoissonnés. Mais peut-être que le remède ne sera pas loin. Qui sait? Il faudra l'espérer en tout cas. Pour les autres, ceux allant vers l'obscur marécage, c'est des animaux qui vont arriver, des Heliopathes plus précisément. Ces immenses créatures enflammés, galopant droit devant eux ne seront plus des êtres légendaires aujourd'hui et elles vous repousseront toujours vers le marécage. Là-bas, tapies dans l'eau, d'autres bêtes vous attendent. Eh attention, elles risquent de vous entrainer vers le fond...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Newton
Quatrième année
Âge du personnage : 14 ans
Nombre de messages : 100
Célébrité sur l'avatar : India Eisley
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Déc - 20:28




Riley, Wolfgang, Elsie, Gregory, Mable, Stacy et Leah
welcome in my mind
Son engouement du moment venait de voler en éclats en une seule réplique. Ce qui s’appelle recevoir une bonne douche froide. Parce qu’en posant sa question, la petite Sidney ne s’était certainement pas attendue à se faire pratiquement engueuler de la sorte par la nouvelle enseignante. Poser des questions est là la logique même d’un cours, sinon comment s’assurer de bien avoir saisi les consignes ? De surprise, elle en avait levé les sourcils, ce qui lui apprendra à se montrer polie et intéressée à l’avenir. En guise de réponse, elle haussa les épaules en suivant le reste de la troupe pour entrer à l’intérieur de la salle. Cette fois-ci silencieuse, la jeune louve observait le décor qui avait changé. C’était difficile de croire qu’ils se trouvaient toujours à Poudlard. Il y avait tant de différences avec le couloir, dans lequel ils se trouvaient quelques instants plus tôt. La nuit était même installée alors qu’en réalité, ils se trouvaient au beau milieu de la journée. C’était assez spectaculaire, mais surtout dût à cette salle qui regorge de surprises. Elle n’a jamais réellement su comment cette pièce fonctionnait, mais en tout cas, c’était toujours aussi surprenant.

Une voix qu’elle connaissait bien -même trop bien- s’éleva dans la pièce qui n’en était alors plus une. Une de ses camarades de Serdaigle venait de poser une question. Sidney nota que son interrogation était beaucoup plus débile que la sienne pour être honnête. Mais elle s’étonna que Mable ne se fasse pas rembarrer comme elle, précédemment. Sa réaction quelque peu outrée se traduisait par un froncement de sourcils, les yeux plissés et les bras croisés sur sa poitrine.

Après quelques consignes, les élèves se dispersaient déjà et Sidney remarqua l’invitation des deux autres loups-garous du coin. Elle se dépêcha de les rattraper, chopant au vol les dernières paroles de Wolfgang. « C’est quoi la Colline à des Yeux ? Un film de cannibales ? » Elle n’avait jamais vraiment eu l’occasion de regarder des films d’horreur. Ce ne sont pas vraiment les programmes télévisés qui se voient autorisés à l’orphelinat moldu, dans lequel elle se trouve lorsqu’il n’y a pas école.

Quand elle parvint à la hauteur de ses congénères, elle glissa à voix basse aux deux mâles. « Vous connaissez-vous ? Moi ce matin, j’ai eu peur, je me demandais qui était la brune dans le miroir. Et au petit-déjeuner, j’étais étonnée de me rendre compte que j’aimais le jus de citrouille… Il n’est pas un peu débile ce cours ? » Elle était surtout vexée d’avoir été mise en boite à peine avait-elle ouverte la bouche. D’habitude si timide et discrète, ce n’était pas son genre de se moquer ou d’être si mauvaise langue, sauf lorsqu’elle se trouve agacée.

Puis Gregory alerta l’assemblée sur la présence de la pleine lune. Comme les autres jeunes loups-garous, Sidney avait levé la tête vers le ciel, plus par interrogation que par crainte. Mais surtout pour voir que ce n’était qu’une blague finalement. Peut-être de mauvais goût, mais elle avait légèrement souri en reposant les yeux sur le Serpentard. Elle se mit ensuite en route avec les autres, s’enfonçant un peu plus dans l’espèce de jungle où seule la lueur de leurs baguettes éclairait le chemin. « Regardez, il y a des yeux par là-bas, on dirait que quelqu’un nous observe. Mais ce cours, ce n’est que du faux, alors on ne risque pas grand chose. » La petite Serdaigle était sûre d’elle pour ce coup-là. Et puis, elle a assez dévoré de bouquins de sortilèges pour savoir quoi utiliser pour être tranquille.

Si elle voyait bien, ils ne prenaient pas la direction de la construction Aztèque. Certainement que tous les autres s’y rendaient déjà, ça ne servait à rien de tous arriver au même endroit. Il fallait se disperser afin de pouvoir couvrir plus de surface, mais tout en restant en petit groupe, pour pouvoir s’entre-aider au cas où. Il n’y avait que de cette façon qu’ils pourraient y parvenir, même s’ils ne sont pas de la même maison d’études. Au final, ça n’avait pas vraiment d’importance de savoir qui attrapait ou non le fanion. « Et vous le cherchez le drapeau ou bien ? » Ce n’était pas du tout son genre de faire le contraire de ce qui lui était demandé, mais avec la pleine lune qui n’était plus qu’à quelques nuits, la petite louve n’avait pas envie d’être gentille et obéissante à ce moment-là. Elle était plus intéressée par l’action, la révolte et tout ce qui va généralement avec. Même si la fatigue était bien présente aussi.

Dans le nouveau décor de la salle, il y avait du bruit, sûrement à cause du faux vent qui s’évadait dans le feuillage des arbres. La petite Serdaigle n’y prêta tout d’abord pas attention. Mais un autre son, bien plus proche l’attira au point de lui faire tourner la tête. Si elle ne se trompait pas, des Heliopathes arrivaient dans leur direction. « Confringo ! » Elle lança le premier sortilège sur l’une des créatures. Mais d’autres venaient déjà, faisant naître une nouvelle idée dans sa petite tête brune. « Deprimo ! » Visant le sol qui s’affaissa brutalement par explosion juste devant les animaux dont certains étaient stoppés dans leur élan, alors que d’autres tombaient dans la crevasse. « Ce n’est que du faux, on peut utiliser n’importe quel sort pour se sortir de là. »


(c) fiche: WILD BIRD & gifs: Child Actors
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley N. Vongkham
Briseuse de Sorts à Gringotts
Âge du personnage : 31 ans
Nombre de messages : 247
Célébrité sur l'avatar : Anna Silk
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Déc - 10:59
Bonjour à vous tous

Je me permets de poster ici, pour vous remercier d'avoir participé à ce sujet et d'avoir contribué à le faire vivre un petit moment

Cependant, au vu de sa date d'ouverture et des nombreux changements qui se sont passé depuis, plus le fait qu'elle ne donnera plus de cours de simulation réelle, je pense qu'il est préférable de le clôturer

Au plaisir néanmoins de vous recroiser dans d'autres sujets :)
Je vais aller de ce pas, donner les points de vos participations.
Merci encore
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: