RSS
RSS



 


 :: AU COEUR DE L'ACTION :: ♣ Retourneur de Temps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un remake du Titanic ?

avatar
PNJ
La plume des scénarios
Nombre de messages : 70
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Mar - 15:46


UN REMAKE DU TITANIC ?


Il y a cette soirée moldue organisée sur un bateau, une sacrée soirée en plein milieu de la Tamise, vous êtes aux premières loges pour le feu d’artifices, musique, alcool, danse… Mais vous êtes tombés sur le seul bateau qui a décidé de se prendre pour le Titanic ce soir. Et attention, moldus à bord !

Indications : C’est à vous de maîtriser le jeu et de laisser libre court à votre imagination. Il s’agit d’un petit bateau de croisière comme il en existe à Londres, et qui permet de faire des visites guidées. Donc ce n’est certes pas un Titanic mais ce n’est pas une barque non plus… Il est en train de couler, vous êtes dedans, des moldus aussi, le bar et la table du DJ aussi : en d’autres termes, c’est la galère. Qu’allez-vous faire ? Attendre les secours ? Prendre les devants ? Secourir des moldus ? Vous entraider ? Mourir comme Jack ?

Participants :

- Leah Goldstein
- Zakaria Taylor
- Remus Lupin
- Katlyna Wellington
- Benjamin McKenzie
Code by Pokipsy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Mar - 12:54

Un remake du Titanic ?
Ft Leah, Zakaria, Remus et Benjamin.




L'évènement à venir était tellement exceptionnel, que même la ville avait décidé de mettre les bouchées doubles. Pas un seul recoin de Londres avait été oublié, la citée s'était paré de mille feux. C'était une véritable folie que vivait le monde entier. Tout le monde était touché par cette envie frivole de faire la fête, de passer une soirée inoubliable. Parce que oui, c'était une chance incroyable que de pouvoir assister à un changement de siècle, que de pouvoir vivre ce passage aux années deux mille. Katlyna en était parfaitement consciente et comptait bien honorer ce privilège, à sa manière. Car si elle avait été d'astreinte pour le réveillon de Noël, le second était parfaitement libre de toute contrainte. Un véritable soulagement pour la blonde qui comptait en profiter à fond. Que se soit dit, il n'était pas question, pour elle, de passer une soirée minable dans sa demeure ou de se retrouver accolée avec des dizaines d'amis pour juste prendre un verre à minuit. Oh que non, elle souhaitait quelques choses qui soit plus mouvementé, plus risqué, plus pimenté. Il fallait une éventualité qui sorte de l'ordinaire, qui rende justice à ce nouveau millénaire, bref qui rende cette nuit inoubliable. Bien sur, comme tout ceux de sa génération, la Bulgare était encline à faire la fête. Elle voulait s'éclater jusqu'au bout de la nuit, éreinter la piste de danse, découvrir de nouvelles personnes. Juste tout oublier l'espace de quelques heures, en somme passer un excellent moment. Rien d'ailleurs ne la fera changer d'idée. Plonger dans cette optique, elle s'était mise à regarder les annonces, cherchant sans relâche la situation parfaite pour passer ce cap. Si Kat' avait d'abord pensé à rejoindre le dôme, qui sortait une nouvelle fois le grand jeu, elle avait finit par renoncer.

Alors qu'elle comptait se résigner, ne trouvant pas ce petit gout de peps qu'elle cherchait absolument, celle-ci apparue comme par magie. Une affichette moldu avait réussi à attirer son attention, par l'idée stupéfiante qu'elle proposait. Une compagnie fluviale profitait de l'occasion pour faire de leurs embarcations, un lieu de débauche hors du commun. Cerise sur le gâteau, le bateau serait exceptionnellement fourni d'un bar plus grand, sensé accueillir plus de monde plus longtemps, ainsi que d'un DJ reconnu. À peine terminait-elle la lecture que la Vélane était séduite par la pub. Cette soirée festive en plein milieu de la Tamise promettait mille merveilles, autant visuelle que sonore. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la medicomage avait confirmé sa réservation. Le fait que cette soirée était en grande majorité Moldu et qu'elle avait donc beaucoup de chance de ne connaitre personne, ne la dérangeait pas le moins du monde. Au contraire, elle avait toujours été fasciné par cet autre côté de la barrière et vivre avec eux le trente un décembre risquait d'être épique. Elle s'en réjouissait d'avance. C'était donc avec une fébrilité plutôt gaie qu'elle jetait un dernier coup d’œil à son miroir. Katlyna avait beau être une femme sûr d'elle, sur également de son pouvoir de séduction, elle avait le même défaut que la gente féminine : Vouloir être sûr et certaine que tout était parfait, juste dix secondes avant de partir. Mais a par une main qui passa rapidement dans sa tignasse blonde, pour lui donner du volume, le reste était à son gout. Séduisante, la Vélane ponctuait sa tenue - une robe qui lui allait comme un charme- d'une légère touche de maquillage. S'extirpant de cette contemplation, elle logea sa baguette dans un endroit approprié avant de transplaner dans une ruelle, non loin de l'embarcation. Sans doute son dernier acte magique avant janvier. Emballée d'avance, elle rejoint rapidement plusieurs dizaines de personnes qui faisait la fille sur le ponton. Le bateau était sublime, deux étages décorés de lumières, tandis que la musique, elle, commençait à se faire entendre. À l'heure prévue, tout le monde grimpa dans l'habitacle puis doucement, il prit le large. C'était parti...

L'anarchiste n'avait jamais eu l'occasion de faire le tour de la ville, sur la Tamise, alors telle une gamine, elle avait rejoint la proue du bateau pour regarder ce qui se passait. Pendant de longues minutes, tandis que tout le monde jaugeait un peu la soirée à venir, elle, elle s'était plongée dans le spectacle offert. Lentement, doucement, cette masse voguait sur les flots, les emmenant le long de l'eau. Son regard bleuté parcourait les scènes, avide. La vue était sublime, surtout la nuit avec les lumières pour seul éclairement. Un véritable plaisir pour les yeux. Elle remarqua vite qu'elle n'était pas la seule à se perdre dans ce paysage, ce qui lui ouvrit la possibilité de débuter plus d'une discussion ce soir. Une chose était sûr, elle ne resterait pas seule, ni dans son coin recluse, très longtemps. Très vite, aidée par quelques verres et une ambiance qui grimpaient, elle s'était retrouvé à arpenter la piste de danse. Son corps se mouvait en rythme, imprimant le tempo. La musique, la fête et l'alcool battaient son plein, c'était tout bonnement magnifique. Paris stupide, boisson, éclats de rire, blagues, tout était fait dans la joie et la bonne humeur. Les non sorciers étaient tout bonnement géniaux, même s'ils n'étaient pas les seuls sur ce bateau. Peu de temps avant minuit, Kat' était grimpée à l'étage du dessus pour avoir une meilleure vue. Autant dire qu'elle ne fut pas déçue. Le calme tranquille des flots leur permettait une vision imprenable sur les feux d'artifice. Un véritable délice de couleur et d'explosion qui résonna pendant quelques minutes dans le ciel, pour un final en apothéose, applaudit de tout le monde. Elle s'était rarement autant amusée. Le champagne arrivait par vagues dans des flutes, tandis que les bonnes années hurlées au passant, trouvaient encore des dizaines d'échos sur les berges. Grisée par un léger abus, la danse avait repris de plus belle. Sauf que ce qui aurait dû continuer à être magnifique, fut brisé net. Les cris joyeux eurent soudain, une toute autre signification, une note plus stridente et paniquée. C'était quoi ce changement? Son esprit légèrement embrumé, ou engourdi par l'air frisquet, ne comprenait pas alors que ses sourcils étaient parti à l'assaut de son front. Son regard interloqué, c'était même porté vers l'homme à ses côtés alors qu'elle reprenait une pose plus statique, cherchant à savoir ce qui se passait. La seule certitude qu'il avait de là-haut, c'était qu'en bas, une certaine dose d'agitation commençait à se faire sentir. Puis la sentence était tombée : le bateau prenait l'eau.


- Oh Merde...

Ce fut tout ce qui lui échappa des lèvres, alors que la nouvelle se rependait comme une trainée de poudre. Leur lieu de festivité allait incessamment sous peu couler, dans les eaux glacées de la Tamise. Ça ce n'était pas du tout prévu au programme. Inconsciemment, elle s'était approchée du bord, de la rambarde de sécurité, comme pour essayer de voir ce qui se passait exactement, et où cela en était. Le regard vers le bas, elle voyait leur navire d'un jour descendre lentement vers le fond. La gaité avait cédé sa place à un sentiment qui n'aurait pas dû être invité, aujourd'hui. Décidément, Katlyna trouvait qu'elle commençait mal cette nouvelle année. Se redressant brutalement, elle tenta de se mettre à réfléchir à ce qu'ils pouvaient faire mais le coup de la surprise annihilait encore toute ces réactions. Dans quelques fractions de seconde, cela irait mieux...

@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zakaria Taylor
Septième année
Âge du personnage : 16 ans
Nombre de messages : 455
Célébrité sur l'avatar : Cody Christian
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Mar - 17:21

Un remake du Titanic

“L'alcool ? Ca ne fait pas partie de mon vodkabulaire. Attend, je vais regarder sur whiskypédia.”
Katlyna, Remus, Leah, Benjamin

Sortir, sortir, c’était tout ce qui m’importait en cette Nouvelle Année qui se présentait. Nouvelle Année, mais surtout Nouveau Millénaire. N’est-ce pas une raison suffisante pour s’amuser et oublier tout le reste ? Mon père devait sincèrement en avoir marre de ma pomme. Je l’avais gonflé depuis l’avant-veille pour qu’il m’autorise à faire le Nouvel An avec des amis de Poudlard. Enfin, ceux qui comme moi étaient rentrés chez eux pour les vacances. Je plaignais tous les autres qui se trouvaient au château. Si d’ordinaire, les fêtes sont autorisées pour que le temps leur semble bien moins long, avec Hikkins, il ne fallait pas s’attendre à des festivités. Cette sale bonne femme ne voulait qu’une seule chose : ruiner l’existence des élèves en leur donnant des envies de suicide et accessoirement de meurtre à son égard. C’est que cette vieille cinglée nous pousserait pratiquement dans les bras des Mangemorts. C’est dire à quel point on atteint des sommets de haine la concernant.

Mon père finit par m’autoriser à sortir, aussitôt je filais dans ma chambre pour me préparer. Je n’allais pas me rendre prisonnier d’un costume et puis quoi encore ? Une fois pas deux. Je préférais de loin mettre mon derrière dans un pantalon qui ne gratterait pas et ne m’écrabouillerait pas non plus les bijoux de famille. Tout comme il ne fallait pas compter sur moi pour me pendre avec une cravate ou avoir l’air d’un pingouin en m’affabulant d’un affreux noeud de papillon. Et pour faire la fête avec des amis, il faut pouvoir être libre de ses mouvements, sinon ça cache tout.

Tout d’abord mon frère était convié à se joindre à nous, mais nous nous sommes engueulés en chemin et chacun est parti de son côté. Tant pis pour lui, qu’il rentre à la maison. Quant à moi, je me dépêchais de rejoindre mes amis, pratiquement tous des Serpentards, sur les bords de la Tamise. Jusque là, j’ignorais que la fête aurait lieu sur un bateau. Pourquoi pas en fin de compte ? Il y avait foule et nous faisions la queue pour pouvoir embarquer. Il y avait tout pour faire la fête selon mes amis, je n’allais pas refuser. Surtout qu’en plus, nous avions en notre possession de fausses cartes d’identité, nous permettant ainsi d’entrer et surtout de consommer de l’alcool. Une fois encore, je n’allais pas cracher dessus.

Le videur à l’entrée nous avait regardé en plissant les yeux, l’air suspicieux concernant nos âges. Mais avec le monde qui arrivait encore, il nous laissa passer sans faire d’histoire. Tant mieux, je n’avais pas envie de rentrer avant le feu d’artifices. Aussitôt à bord, c’est au plus haut du bateau que nous trouvions à faire des paris dont l’enjeu était boire, boire et boire encore. Je ne me privais pas, y allant du levé de coude. En plus, il y avait de quoi grignoter, c’était juste parfait pour moi. Nous étions même aux premières loges lorsque le feu d’artifices commença. Me rapprochant de la rambarde, le nez en l’air, j’observais le ciel qui s’éclairait de bien des lumières. Mais une secousse manqua de me faire passer par-dessus bord. Sans l’intervention de l’homme derrière moi, j’aurais fait un superbe plongeon, mais pas certain que dans mon état, je ne me serais pas noyé. J’allais le remercier, quand ça recommença et que le bateau semblait se trouver à présent de travers. Les rires avaient cessé et les gens en bas furent les premiers à crier de panique. Tout le monde commençait à se pousser pour se mettre à l’abri. C’était le bordel avec les convives qui courent dans tous les sens. Je relevais le regard vers l’homme qui m’avait évité de plonger dans la Tamise, ne comprenant pas ce qu’il se passait. Et ce n’était pas l’alcool ingurgité qui allait m’y aider. J’étais complètement défait.

« Qu’est-ce qu’il se passe ? »

Le plus innocemment du monde, j’essayais de savoir. Mais je n’attendis pas longtemps avant d’avoir une réponse, puisqu’une personne hurla que nous étions en train de couler. Super, je vais donc crever pour mon anniversaire ! Bien que la terre n’était pas loin, il fallait encore y aller. Fin décembre, l’eau est glacée, c’est un coup à faire de l’hypothermie et d’y rester.

Les gens qui ne couraient pas dans tous les coins, cherchaient un échappatoire du regard. Mais en montant, je n’avais même pas fait attention à s’il y avait des bateaux de secours gonflables. D’un coup, je pensais à mon père. Si seulement je lui avais dit où j’allais, il aurait pu venir me chercher. C’est au même moment, que j’attrapais mon téléphone portable pour pouvoir l’appeler. Mais en cette Nouvelle Année, comme tous les ans d’ailleurs, le réseau était saturé par tous les boulets qui s’envoyaient des messages ou s’appelaient constamment. Ce n’était donc pas ainsi que j’allais pouvoir m’échapper de ce bateau.

Tournant la tête d’un côté et de l’autre, c’était pour remarquer que mes amis s’étaient barrés je ne sais où. Avaient-ils réussi à descendre du bateau ? Etaient-ils tombés à l’eau ? Ou simplement descendus sur le pont en bas ? J’étais tellement éméché, que je ne les avais même pas vu bouger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 269
Célébrité sur l'avatar : Lucy Hale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Avr - 6:35


Un remake du Titanic?
Un nouveau millénaire! C’était un événement assez incroyable quand on y pensait. Le genre de truc qui n’arrive qu’une fois dans une vie, et encore, seulement si on est assez chanceux pour être né au bon moment. C’était donc une expérience à vivre et Leah n’avait pas l’intention de la gâcher en passant la soirée avec sa famille et l’atmosphère maussade venant avec. Les vacances de Noël avaient déjà été assez pénibles, avec Jared et ses missions secrètes donc il ne voulait pas parler et Anthony et ses… elle ne savait pas trop ce qu’il faisait, en fait. Ça, c’était elle qui ne voulait pas en entendre parler. Leurs parents ne savaient pas trop où se placer dans l’histoire, ce qui résultait en une série de dîners tendus et peu agréables.

Leah avait donc décidé de fêter le nouvel an comme il se devait, et à la Moldue, s’il vous plait! Entre le Ministère et Hikkins qui faisait encore des siennes, elle avait besoin d’une soirée pour décrocher du monde de la magie et vivre simplement la vie d’une ado de 17 ans qui veut s’amuser. Et pour ça, elle avait déniché le meilleur plan en ville, elle en était certaine; une soirée sur un bateau de croisière naviguant sur la Tamise, avec animation, danse, et alcool bien entendu. Évidemment, l’événement était réservé aux personnes majeures, mais ne l’était-elle pas déjà dans le monde des sorciers? Et elle le serait dans à peine quelques mois dans le monde Moldu… Un simple coup de baguette magique et la date de naissance sur sa carte d’identité recula d’une année, la rendant officiellement majeure aux yeux de tous. McGonagall, et maintenant Ardal, ignoraient-ils vraiment que la modification de cartes d’identité était certainement la première utilité de leur cours de métamorphose? Sûrement pas. Après tout, ce genre de sortilège était appris dès la première année. Les sorciers savent établir leurs priorités!

Le soir venu, Leah se rendit au quai et présenta sans difficulté son ticket et sa carte pour entrer. En regardant autour d’elle, elle remarqua que la vaste majorité des gens présents étaient des Moldus. D’un autre côté, elle avait déjà pris un verre ou deux avant d’arriver – question d’économiser sur le bar – et les différences entre les Moldus et les sorciers habitués à se fondre dans une foule n’étaient pas si faciles à cerner, si bien qu’elle pouvait parfaitement se tromper. À peine entrée, elle se dirigea vers le bar. Pour une fois dans sa vie, elle avait bien l’intention de perdre un peu le contrôle et de s’amuser sans vraiment se soucier des conséquences. Il ne lui fallut pas très longtemps pour que quelqu’un lui offre à boire. C’était un grand brun, probablement un peu plus vieux qu’elle, et tout aussi probablement Moldu, puisqu’elle ne l’avait jamais vu à Poudlard. Il passa un commentaire sur sa taille par rapport à sa probable tolérance à l’alcool, ce que Leah vit, comme à son habitude, comme un défi. C’est ainsi qu’ils se retrouvèrent attablés autour d’une demi-douzaine de shooters vides et que Leah réalisa qu’elle avait perdu son pari; elle n’était, en effet, pas très résistante à l’alcool, finalement. Le bon côté des choses, c’était que la soirée venait de prendre une tournure vraiment marrante.

Leah et son nouveau compagnon – dont elle ignorait le nom, mais vraiment, qui s’en préoccupe? – décidèrent de monter sur le pont pour observer la Tamise. Les escaliers et ses talons hauts ne faisant vraiment pas bon ménage dans l’état où elle était, elle dû s’appuyer sur son cavalier et user de toute la concentration qui lui restait pour parvenir en haut. Mais à peine eut-elle gravi la dernière marche qu’elle aperçut Lupin. Pas John, non, mais Remus, son ex beau-père. Et si elle l’aimait bien, elle n’avait vachement pas envie de le voir là maintenant pour discuter d’à quel point son fils était en train de dégringoler. Elle avait plutôt envie de danser. Saisissant le bras de son compagnon, elle mit son index sur ses lèvres dans une tentative de «chut» qui se voulut complice, mais qui dû seulement avoir l’air plutôt étrange pour quelqu’un qui n’était pas en contexte. Leah éclata de rire et entrepris de redescendre les escaliers, ce qui s’avéra encore plus difficile que de les monter. Mais on n’arrête pas une Gryffondor avec une poignée de marches, si bien qu’elle décida de poursuivre son périple de descente d’escaliers jusqu’à la cale, où la lumière tamisée donnait une autre ambiance à la piste de danse. Son camarade d’aventure décidant qu’ils méritaient tous les deux une récompense après tant d’efforts – même si lui n’avait pas d’escarpins – alla leur chercher un verre. À son retour, une secousse le fit trébucher contre quelqu’un et il s’étala de tout son long – c’était vraiment très long, tout son long – et renversa le contenu des verres sur ses chaussures. Leah trouva d’abord la situation plutôt drôle, avant de réaliser que le liquide s’accumulait autour d’elle, pratiquement jusque par-dessus ses orteils. Les verres n’étaient pourtant pas si plein que ça, non? Regardant autour d’elle, elle remarqua que les autres passagers aussi semblaient avoir de l’eau aux pieds, et semblaient s’en inquiéter. S’en inquiéter assez pour crier, en fait. Leah décida de remonter sur le pont, où il n’y aurait ni eau, ni gens qui crient. Parvenue en haut des escaliers – qu’elle avait montés seule cette fois-ci, son compagnon étant probablement toujours étendu de tout son très long – elle réalisa que la panique semblait aussi être présente sur le pont. Par contre, l’air frais et les gens qui circulaient en hurlant «le bateau coule» lui permirent de reprendre un peu ses esprits et de comprendre ce qui se passait; le bateau coulait, et c’était une très mauvaise nouvelle. En plus, elle allait avoir encore un autre palier de marches à monter pour se rendre au pont le plus haut.

© charney


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rodolphus Lestrange
Lieutenant du Lord
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 217
Célébrité sur l'avatar : Johnny Depp
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 10:26



Le remake du Titanic
feat. Rodolphus & co'
La nouvelle année, le nouveau millénaire, le réveillon, la fête, qu’est-ce qu’il s’en tape le Rodolphus. Ca lui fait une belle jambe. Il n’était pas de sortie pour boire du champagne, rouler une pelle à sa femme aux douze coups de minuit et applaudir comme un con devant un feu d’artifices qui fait mal aux yeux. Rabastan était l’investigateur de sa sortie, ayant - soit disant - un tuyau sur quelques Mangemorts à la langue bien pendue. Il voulait un endroit loin des Sorciers pour en parler, sans risque d’être entendu par des oreilles indiscrètes.

Pour sortir dans un coin grouillant de Moldus sans trop attirer l’attention, le Lieutenant du Lord s’était vêtu d’une façon normale, laissant les capes au placard. Toutefois encapuchonné, il venait d’arriver sur les bords de la Tamise en transplanant. C’était par-là que son frère était censé l’attendre, pourtant, il ne trouva Rabastan nul part. L’endroit était même désert, si on oublie le bateau encore amarré, d’où émanait musiques et rires. Avec sa chance, son petit frère n’avait rien trouvé de mieux que d’y monter en s’imaginant que Rodolphus s’y rendrait. Et bien, il ne s’était pas beaucoup trompé, puisque le Mangemort - en ayant marre de poireauter - était grimpé à bord, cherchant partout l’autre Lestrange. Il sillonna tout le bas du bateau de croisière et ne le trouvant toujours pas, il décida de prendre l’escalier pour se rendre au-dessus. Il pensait qu’il en aurait largement le temps, mais le navire se mit à flotter sur la Tamise, l’emprisonnant au milieu de ces eaux sûrement très froides en cette saison.

Se retrouver ainsi entouré de Moldus ne lui plaisait guère. Son cher petit frère s’était-il mis dans l’idée de tester sa patience ? Quoiqu’il en soit, au point où il en était, autant qu’il trouve à s’occuper. Les Lestrange n’étant pas spécialement dans le coeur du Seigneur des Ténèbres en ce moment, mieux valait se tenir à carreau. N’ayant reçu nullement l’ordre de couler un bateau plein de Moldus, il risquait fort de se faire taper sur les doigts - il se prendrait surtout un Doloris dans la tronche ouais - s’il venait à prendre une telle initiative sans que son Maître ne soit mis au courant avant. N’oublions tout de même pas que le trente-et-un décembre est également l’anniversaire du Lord. A son âge très avancé, ce jour doit être des plus agaçants.

Visiblement, Rabastan n’était ni en bas, ni en haut de ce maudit bateau. La conclusion venant d’elle-même : il lui a posé un lapin ou ils ne se sont pas compris sur le lieu de rendez-vous. Ce qui serait un peu plus excusable venant de son petit frère. D’un geste des plus agacés, Rodolphus attrapa une coupe de Champagne à la volée, sur un plateau tenu par une serveuse. Ce n’est pas tellement l’alcool qu’il préfère, mais à défaut d’avoir meilleur sous la main, autant s’en contenter. Et pis dans le doute, il allait refaire un tour en bas. ‘Fin ce ne fut pas si simple qu’il l’avait imaginé. Le bateau eut une première secousse, renversant de moitié le contenu de sa coupe. Voilà pourquoi Lestrange préfère autant rester sur la terre ferme. Ce genre de choses n’arrivent que lorsqu’il y a un tremblement de terre et ce n’est pas tous les jours. Pestant d’autant plus, il abandonna son verre et s’essuya la main dans une serviette en papier, tout en commençant à descendre les marches. Une, deux, le bateau vacille, trois, quatre, Lestrange se rattrape, cinq, six, sept, huit, neuf et dix, le Mangemort se les tape à l’horizontal.

Il se releva tant bien que mal, jetant un coup d’oeil autour de lui. Seul, sans témoin pour l’avoir vu dégringoler comme une daube, tout va bien. Il époussetait ses fringues, en tentant d’aller jusqu’au pont. Alors, deux choses l’une, soit il y avait quelque chose dans son verre pour qu’il ait ainsi l’impression de marcher de travers, soit il a une jambe plus petite que l’autre et c’est à seulement près de cinquante balais, qu’il s’en rend compte. Finalement arrivé sur le pont du rafiot, il se retient de peu contre la rambarde. Et en-dehors des cris de la populace, c’est surtout la flotte qu’il s’est prit en pleine tronche, qui l’informa de la situation. Ils sont en train de couler ! Son voisin semblait avoir lu dans ses pensées, puisqu’il l’agrippa en hurlant qu’ils allaient mourir. Rodolphus ne s’était certainement pas attendu à ça.

« Pas moi ... . Tu sais ce qu’on dit quand on coule, il faut se débarrasser des trucs gênants »

Faisant preuve d’humour noir, il était maintenant hors de question qu’il reste tranquillement à attendre les secours. Autant flanquer une bonne frousse à tout ce monde. Il devait sans doute y avoir d’autres sorciers que lui dans le coin. Repoussant l’homme, Rodolphus dégaina sa baguette.

« Avada Kedavra ! » Le Moldu tomba raide mort après s’être pris une jolie lumière toute verte. « Et d’un. » Avant de dissimuler sa baguette dans sa manche, Lestrange la pointa en l’air vers le ciel : « Morsmordre ! » 

La marque des ténèbres flottait à présent dans l’obscurité de cette dernière nuit de l’année. Un millénaire qui n’en avait pas fini avec sa déferlante de morts.

by NYXBANANA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
Langue de Plomb
Âge du personnage : En pleine crise de la quarantaine...
Nombre de messages : 203
Célébrité sur l'avatar : Ewan McGregor
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Juil - 9:45
"Le temps des fêtes répand une couche de bonheur sur ce monde et nous fait voir les choses plus belles et plus douces." - Norman Vincent Peale
- Event du Nouvel An - Nuit du 31 Décembre 1999 au 1er Janvier 2000

Un Remake du Titanic ?
Nous voilà déjà au nouvel an. Je n’avais, pour ainsi dire, pas vue l’année s’écrouler dans sa totalité. Une de plus de passée, une de moins à vivre. La dépression hivernale et tout ce qu’il va de travers dans ma vie, ont eu raison de ma santé mentale, me faisant directement entrer dans un état de lassitude fort déplaisant. Le point positif, c’est que j’en avais parfaitement conscience, c’était déjà ça. Le point négatif par contre, c’est que j’ignorais comment me sortir de là. En cette fin d’année, de millénaire même, je n’étais pas parvenu à réunir les restes de ma famille. John, Nina et Tom étaient tous partis de leur côté, me laissant avec ce sentiment que les miens n’étaient plus aussi soudés qu’auparavant. J’aurais sûrement trouvé refuge chez Peter, James ou Sirius en temps normal, mais quelque part, je les jalousais de savoir qu’ils avaient moins de problèmes que moi. Et ces derniers temps, ils n’avaient pas cessé de me remonter vers la surface, je n’allais pas leur plomber la nouvelle année avec tous mes problèmes. Même si je sais que Sirius continue de tout faire pour me rabibocher avec sa cousine. Sa cousine Tonks, entendons-nous, je ne veux pas avoir à rester droit comme un i, m’attendant à la moindre attaque dés que je tourne le dos, avec son autre barge de cousine là, la groupie de Voldemort.

M’apprêtant comme il se doit et certainement pas sur mon trente-et-un pour ce dernier jour de l’année, je filais dans les rues de Londres, respirant à plein poumons l’air frais. Et c’est sur les bords de la Tamise, qu’en apercevant de la lumière sur l’un des bateaux touristiques, que je franchissais le cap. Qu’est-ce qu’il pouvait m’arriver après tout ? Que je finisse par tomber à l’eau après avoir bu un coup de trop ? Ou peut-être m’amuser pour une fois, depuis si longtemps ce ne serait pas trop demandé.

J’étais vite monté à bord avant que le bateau ne quitte le pont. Dés lors que j’avais mis les pieds dessus, qu’un verre m’était aussitôt proposé par la serveuse. Tout allait bien jusque-là, prenant même le plus grand soin de m’aventurer jusqu’au buffet pour grignoter quelques petites choses. Machinalement, je chercherais des têtes qui ne me seraient pas inconnues, pour ne pas avoir l’air du type qui débarque d’on ne sait où et qui s’incruste aux fêtes. Mais c’était plutôt mal parti. Voilà combien de temps qu’en dehors de mes sorties pour me rendre au Ministère de la Magie, je n’avais pas mis le nez hors de chez moi ? Cette fois je me rendais compte que je m’étais un peu trop isolé de la société.

Je tentais de me frayer un chemin pour me rendre sur le bord, afin de pouvoir au moins admirer la vue. Mais à peine venais-je d’y parvenir, en évitant de justesse de me faire bousculer et de renverser mon verre, qu’une grosse secousse manqua de me faire dégringoler par-dessus bord. Je me demande, si j’étais tombé à l’eau, est-ce que les gens auraient crié « un homme à l’eau » ou bien « un loup mouillé ». C’est que le Champagne commençait à faire son petit effet mine de rien, souriant moi-même de ma propre bêtise que je n’avais fait qu’envisager. Mais à quelques pas de moi, un gamin manqua de peu de passer de l’autre côté lui aussi. Je n’étais pas si loin, alors je me dépêchais de voler à son secours, le rattrapant par le blouson avant qu’il ne fasse le grand plongeon. Quand il se retourna, totalement saoul ou surpris, son visage ne m’était pas inconnu. Je ne mis que quelques fractions de seconde pour réaliser qu’il s’agissait du fils de Doyle Taylor, l’autre lycanthrope que j’avais rencontré dans un bar et qui enchainait les mêmes catastrophes que moi.

Lorsqu’il me demanda ce qu’il se passait, j’allais tenter de le rassurer. Après tout, il doit bien avoir l’âge de mon dernier fils et en tant que père, c’est un peu devenu une habitude de dédramatiser une situation semblant chaotique. Je m’apprêtais à lui dire que ce n’était rien, que les secours allaient arriver. Quelque chose de positif ou encore, le sortir de là en transplanant, pour venir chercher les autres par la suite. J’ouvrais même la bouche, amorçant déjà ma réponse, mais une lumière capta mon regard. Un frisson d’effroi traversa mon corps de part en part. Par Merlin, faites que ce n’est pas ce que je crois. Mon coeur battant à présent dans mes oreilles, je relevais la tête enfin vers le ciel, mon visage palissant d’un seul coup. La marque des Ténèbres trônait fièrement au-dessus de nous. Un meurtre venait d’être commis par l’un des « soldats » de Lord Voldemort.

« Les Mangemorts sont là. »

Marmonnais-je entre mes dents. J’avais assez vu cette marque pour savoir que la bataille qui en découlerait, serait terrible. Généralement, c’était surtout les Mangemorts les plus dévoués, mais aussi les plus dangereux qui marquaient leurs actes de cette façon. Au milieu de ces Moldus, étions-nous seulement deux Sorciers, dont un enfant qui n’a pas le droit d’utiliser la magie en dehors de Poudlard ?

« Si tu as ta baguette sur toi, sors-là et oublie que tu n’as pas le droit de t’en servir. Personne ne t’en voudra pas, d’avoir voulu sauver ta peau face aux Mangemorts. »

Je l’attrapais par le bras, l’entrainant avec moi. Devais-je le mettre à l’abri ou plutôt trouver les Mangemorts ? S’ils étaient nombreux, ce serait eux qui nous trouveraient bien trop rapidement à mon goût.

©Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 22 ans
Nombre de messages : 621
Célébrité sur l'avatar : Amber Heard
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Aoû - 14:14

Un remake du Titanic ?
Ft Leah, Zakaria, Remus et Rodolphus.




Une ambiance survoltée accompagnée d'alcool à gogo, voilà un début d'année qui commençait bien. Toute cette soirée en péniche aurait dû se passer sans accroche, laissant les convives s'enivrer en douceur et faire la fête jusqu'au bout de la nuit. Si cela fut bel et bien le cas, une fois le feu d'artifice passé, signalant leur entrée dans les années deux milles, tout vacilla. C'était d'ailleurs le cas de le dire! Passablement éméchée, plus joyeuse et frivole que d'habitude, Katlyna était occupée de se déhancher, draguant un peu lourdement un grand blond intéressé quand la secousse manqua de la faire tomber au sol. Se rattrapant de justesse à ce chevalier servant, tout dévoué, elle mis quelques secondes à réaliser ce qui venait de se passer. Laissant sa réflexion faire ses sourcils se froncèrent, tandis qu'elle se stoppa nette, toujours dans les bras de cet inconnu, se demandant ce que s'était. Mais malheureusement pour la vélane, ce premier choc n'était pas le derniers, d'autres suivirent, envoyant des gerbes d'eaux dans les étages inférieurs. Située sur le pont du dessus, elle n'avait pas encore conscience que ce périple rêvé, en compagnie de Moldu, venait de tourner à la catastrophe imminente. Ce ne fut que quand des personnes se mirent à crier que le bateau prenait l'eau, que cette idée se fraya un chemin vers son esprit. Péniblement, difficilement, la lumière atteint ses prunelles bleutées avec un instant de panique. Le bateau prenait l'eau. Ils allaient couler et la tamise à cette heure matinale devait être glacée. Un frisson remonta toute sa colonne vertébrale à cette pensée, avant qu'elle se rejette vers le bord de la rambarde pour regarder en bas. Là en dessous, les premières personnes commençaient à avoir de l'eau jusqu'aux chevilles, l'agitation les gagnait. Leur embarcation penchait et on sentait le monde se battre pour grimper un étage, pour échapper à une noyade, ou une hydrocution sévère. Bref, cela devenait du sauve qui peu, du chacun pour soit. Un incroyable défaut humain..

Loin de s'attacher au mouvement de panique généré, la Bulgare se demandait si les organisateurs avaient prévu un plan de secours? Mais elle n'en savait foutrement rien, on n'entendait en tout cas rien qui se mettait en place. Ne pouvant décidément pas compter sur eux, elle n'avait plus qu'à trouver une solution pour se tirer de ce guet à pan. Oh il y en avait bien une, il suffirait à la belle blonde de transplaner illico presto sur la berge, du moins si elle ne se démembrait pas en route, au vu de son taux d'alcool, mais cela lui paraissait incroyablement lâche comme technique. Les moldus présents sur le bateau n'auront pas cette chance et il fallait eux aussi les aider. Alors instinctivement sa main avait été chercher sa baguette, mieux valait vivre et devoir subir un oubliette que de mourir aussi stupidement, s'interdisant d'user de magie. Mais son attention fut attirée par un duo masculin, un homme d'âge mûr et un élève qui parlaient de mangemort. De quoi lui faire comprendre qu'elle n'était pas la seule sorcière du lot. Un soulagement. N'écoutant plus que ses impulsions, elle avait fait un pas dans leur direction, ce qui lui donnait l'impression étrange d'être complètement ivre, vu que maintenant le bateau penchait plus d'un côté que de l'autre. Un progression stoppée quand son regard fut attiré dans le ciel. Là haut régnait la marque des ténèbres, cette affreuse bouche d'où sortait un serpent. Un signal macabre lancé par les mages noirs, dès qu'il y avait une mort à célébrer, un signe avant coureur que les problèmes ne faisaient que commencer. Ils étaient sur place! Il fallait se défendre, les combattre, sauver ce qui pouvait l'être et accessoirement tenter de ne pas mourir aussi bêtement un premier Janvier. Bon sa décision était prise, elle allait les aider, ou autant qu'elle pouvait vu sa faible capacité de concentration. Bien que la possibilité de mourir de la main d'un mangemort, l'air frisquet et ces cris, que dit-elle, ses hurlements paniqués, étaient un peu dégrisant. Ces idées se remettaient petit à petit en place et elle avait abandonné le beau ténébreux, il y avait des priorités dans la vie. Forçant le passage, la foule devenant de plus en plus importante, elle se faufila jusqu'aux deux sorciers. Katlyna ne les connaissait pas, mais face à l'ennemi, soyons unis. Ou plutôt si la silhouette masculine de l'homme lui disait vaguement quelque chose, elle avait l'impression de l'avoir déjà vu. Cela avait un rapport avec Sirius Black. Oui c'était ça, peut-être l'avait-elle déjà entraperçu quand il venait rechercher son ami à la sortie de son entrevue avec elle? Possible. Quoi qu'il en soit, elle relégua ces pensées à l’oubli et prit la parole.


-Je vais vous aider. Dans ces circonstances, elle se doutait qu'on pouvait aisément passer sur les présentations officielles. La médicomage avait également sa baguette en main, leur faisant comprendre par ce simple geste de quel côté de cette barrière elle était. Contenir les mangemorts, c'est une chose, trouver comment éviter de couler dans la tamise, s'en est une autre... Combien il y a de moldu vous croyez?

Son regard se portait vers la masse les entourant, alors qu'elle se tournait à nouveau vers les berges. Plus les secondes passaient, plus leur embarcation continuait de dériver vers le fond, il fallait trouver une solution. Transplaner? Lancer des appels aux secours et espérer faire arriver assez de sorcier à l'extérieur pour leur venir en aide? Ou alors réussir à faire rapprocher le bateau d'un côté ou de l'autre par une petite technique en lasso? Aussi rapide que cela semblait aller, ses pensées était plutôt lente à arriver et elle avait bien du mal à rester debout. C'était un ensemble dû à l'alcool, au mouvement du bateau et des gens qui bougeaient en tout sens qui lui faisait cet effet-là. Une de ses mains tenait d'ailleurs toujours ardemment le ponton en fer. Cherchant la menace, elle essayait de reconnaitre des têtes connues, souhaitant juste ne pas se retrouver face à Blaise Zabini, ni à Bryan Levinson.

@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» /!\ Renflouage du Titanic /!\
» Remake d'Afternoon Delight
» panique sur le titanic
» Titanic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU COEUR DE L'ACTION :: ♣ Retourneur de Temps-
Sauter vers: