RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'amour peut beaucoup, l'argent peut tout — Wulfric

avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 31 Mar - 15:20

L'amour peut beaucoup, l'argent peut tout

Il ne fallait pas lui donner cette idée tordue Madame Rogue. Parce qu’effectivement, tout ce qu’il va suivre, découle d’une simple parole de la femme du redoutable Severus Rogue. Calvin cogite souvent quelques temps après une conversation et ce que l’on peut dire, c’est que lorsqu’avec sa mère, il avait arpenté les boutiques du Chemin de Traverse, pour trouver des cadeaux de Noël aux membres de leur famille, quelque chose s’était passé. Cette fameuse chose avait eu lieu plus précisément dans la boutique d’instruments de musique qui bat de l’aile au sens propre du terme. Musicien jusque dans les tréfonds de son âme, le second fils de la fratrie avait partagé son envie de reprendre cette boutique, arrivant malheureusement à la conclusion que c’était impossible. Impossible non pas dans le sens où il ne serait pas un bon gérant, mais plutôt parce que tout cela avait un coût loin d’être négligeable. Le monde est dirigé par des fous, mais des fous plein aux As. C’est ce qui fait toute la différence. La conjoncture actuelle veut que les gens aux bourses pleines aient plus de facilité à vivre leurs rêves que les autres. Triste constat mais douloureuse vérité. Ce à quoi sa mère avait répliqué que sans argent, il devait commencé en bas de l’échelle. Mais vous rigolez ou quoi ? Calvin ? Accepter de recevoir des ordres ? Je crois que ça ne durait pas bien longtemps. Je vais vous faire une petite confidence, en espérant qu’une certaine personne - le principal intéressé - ne lise pas ce poste, mais rien que les ordres de son père, il les a en travers de la gorge. Quand Severus lui ordonne de faire quelque chose, mieux vaut qu’il n’essaye pas de savoir ce que son Anarchiste de fils pense de lui à ce moment M si précis. C’est tout sauf du positif, vous pensez bien.

Alors prendre un boulot avec un connard de patron toujours sur son dos, très peu pour lui. Ce qu’il veut, c’est être le connard de patron qui fait chier les employés. Encore qu’il n’est pas certain de vouloir des employés. C’est qu’il faudrait les payer en plus et surveiller qu’ils ne piquent ni la marchandise, ni dans la caisse. Perte de temps, perte d’argent, bref. L’idée avait fait son petit bonhomme de chemin dans sa petite tête d’incorrigible Metalleux. Si bien, qu’il se trouvait attablé au Chaudron Baveur, dans l’attente d’être rejoint par Wulfric Mulciber. Quand il y a un mauvais coup à faire, le bassiste du groupe répond toujours présent. C’est comme ça depuis, pfiou, bien une décennie maintenant, enfin à quelques mois près. D’ailleurs, son ami n’avait pas mis longtemps pour parvenir jusqu’à la table où il s’installa en face de Calvin. Les deux jeunes hommes prirent soin de prendre le temps d’un petit Whisky-Pur-Feu, parlant de tout et de rien, surtout de rien faut dire, puisqu’il ne faudrait pas que quelqu’un entende leur plan.

Ce n’est qu’après une petite heure à ressasser des âneries du passé, qu’ils finirent par se mettre en route, direction la petite cour de derrière. Sortant sa baguette, Calvin tapa sur les pierres afin d’ouvrir le passage menant tout droit au Chemin de Traverse. En ce début Janvier, il faisait encore bien froid, même si la neige avait cédé sa place à la pluie et au temps gris. C’était un peu comme si les journées duraient encore moins longtemps, la luminosité était amoindrie par les gros nuages menaçants. Mais les deux garçons n’en avaient que faire, ils allaient aller au bout de leur plan. C’était maintenant ou jamais.

Ce n’était pas bien difficile de visualiser la banque Gringotts, l’immense bâtiment d’un blanc nacré, dominait largement toutes les boutiques se trouvant aux alentours. Et avec la reprise des cours, mais également du boulot pour beaucoup, la rue était bien plus accessible que durant les fêtes. Devant la banque se trouvait un énorme portail en bronze gardé par un ridicule Gobelin en uniforme. Les deux amis prirent l’escalier en marbre blanc pour parvenir jusqu’à l’entrée principale. Dans le sas, deux autres Gobelins s’y trouvaient, mais c’était surtout le poème en guise d’avertissement qui avait attiré le regard de Calvin. Ces créatures sont si cyniques et encore, ce n’était rien à côté de la suite.

Une fois dans le grand hall de marbre, les bestioles très peu avenantes et encore moins souriantes, se trouvant perchées sur leurs hauts tabourets, les regardaient par-dessus leurs petites lunettes. Ils avaient cet air de dédain sur la tronche, à moins qu’ils soient nés avec ces gueules-là, ce qui serait fort possible.

« Ils sont toujours aussi accueillants ici. C’est fou ce que ça donne envie de revenir. »

Mais ce n’était pas trop le moment de se faire remarquer. A la place d’ironiser plus, Calvin commença à partir dans ses pensées, se demandant ce que pouvait bien contenir le coffre de ses parents. Il était certain qu’ils en avaient un dans cette banque. Sa mère semblait toujours en pétard dés qu’elle mettait les pieds dans cet endroit, c’est donc qu’elle n’y allait pas par courtoisie, mais bien pour autre chose. Mais s’y rendre serait compliqué de un et de deux, ce serait le risque que cette fois-ci, son père lui tombe réellement dessus. Ca serait pas sympa de lui faire avoir une crise cardiaque à quelques jours de ses quarante ans.
 
© 2981 12289 0



I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wulfric Mulciber
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 207
Célébrité sur l'avatar : Jonathan Lewis Seward (Johnny Christ)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Avr - 20:26
L'amour peut beaucoup,
l'argent peut tout
Un meilleur ami, c'est un frère que
la vie a oublié de vous donner
Calvin Rogue ✧ Wulfric Mulciber
Tout le monde est confronté à des problèmes aussi divers que variés. Certains ont des solutions évidentes, alors que d’autres sont plus complexes et nécessitent une grande compréhension de la situation. C’est là que rentre en scène la méthode du QQOQCP, qui permet d’avoir toutes les dimensions du problème afin de mieux pouvoir l’analyser. Peut-être était-ce un peu tard pour la mettre en pratique, mais à force de tourner en rond dans le Manoir de sa famille, Wulfric tentait d’y voir plus clair dans la connerie qui n’allait pas tarder à venir. Quoi ? Ouverture frauduleuse d’un coffre-fort. Qui ? Lui bien entendu et Calvin Rogue. Où ? A la banque Gringotts. Quand ? D’ici la fin de journée. Comment ? Il n’en a pas une seule menue idée. Pourquoi ? Pour avoir de l’argent quelle question.

Les Mulciber sont connus pour beaucoup de choses dans le monde des Sorciers. Premièrement pour la magie noire. Chez certains, il est de coutume d’être persuadé que les membres de cette famille sont des Mangemorts, même si ça n’a jamais été prouvé. Les Mulciber sont aussi connus pour être de redoutables adversaires, que ce soit en duel comme en affaires. Mais il est également monnaie courante de dire qu’ils sont très intelligents et Wulfric ne fait pas exception à la règle. C’est juste qu’il n’a jamais su dire non à ses deux meilleurs amis et souvent, il s’est laissé entrainer dans des histoires qui l’ont vite dépassé. Justement, il venait d’accepter d’aider Calvin à se faire de l’argent, pour monter leur petite affaire à tous. Sauf que maintenant, Wulfric a intérêt à trouver un moyen de ne pas se faire étriper par ces sales vermines de Gobelins et de ne pas non plus se retrouver à Azkaban. Il avait fait les cent pas dans le salon, avant que la solution ne lui saute presque à la figure. Mais c’était bien sûr évident.

Et comme prévu, un peu plus tard, le bassiste du groupe rejoignit son ami au Chaudron Baveur. Calvin s’y trouvait, l’attendant tranquillement et les deux potes prirent même le temps de boire un verre, avant de se lancer sur le Chemin de Traverse. Contrairement aux semaines passées, la rue principale était limite déserte, seuls quelques Sorciers se baladaient au gré des boutiques. Les deux étudiants semblaient si déterminés que s’en était presque suicidaire de leur part à bien regarder de l’extérieur. Ils venaient de passer le portail, de monter les escaliers en marbre, pour enfin parvenir dans le sas où un poème sordide y était accroché. « Entre ici étranger si tel est ton désir
Mais à l’appât du gain, renonce à obéir,
Car celui qui veut prendre et ne veut pas gagner,
De sa cupidité, le prix devra payer.
Si tu veux t’emparer, en ce lieu souterrain,
D’un trésor convoité qui jamais ne fut tien,
Voleur tu trouveras, en guise de richesse,
Le juste châtiment de ta folle hardiesse. 
Qu'est-ce que peut être ce juste châtiment d'après toi ? »
Le jeune Mulciber suivit ensuite son ami dans la salle suivante, là où les Gobelins sont près d’une centaine à être installé sur des tabourets quinze fois trop haut. « Je me demande bien pourquoi les Sorciers confient leurs richesses à ces abominations de la nature. Non mais regarde leurs tronches, t’as envie de leur faire confiance toi ? » Il parlait à voix basse, parce que ces trucs ont des oreilles. Ca pour en avoir, ils en ont, on ne peut pas les louper. Au moins, Calvin n’avait pas l’air de les porter dans son coeur non plus.

Les deux compères traversèrent cette immense salle, dans laquelle ils avaient l’impression d’être tout petit, puisque les meubles sont démesurément gigantesques. Se façonnant un masque parfaitement neutre, Wulfric leva la tête dans la Direction du Gobelin qui griffonnaient des parchemins. « Je veux entrer dans mon coffre. » La créature se pencha pour le regarder, tandis que le jeune homme ne se démontait pas, gardant cette apparence sûr de lui. « Mulciber. J’ai ma clé. » Il sortit évidemment la petite chose de sa poche et après un court instant, les deux amis furent autorisés à se rendre dans l’un des wagonnets menant au coffre dans les sous-sols. Il s’agissait bien de la clé du coffre appartenant à Mulciber, sauf que c’était celui du père et non du fils. Mais Wulfric ne comptait rien dire tant qu’ils étaient accompagnés par un Gobelin. Déjà que lorsque son père l’apprendra, il devra répondre de ses actes, il serait judicieux de ne pas non plus s’attirer les foudres de ces choses.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Avr - 19:00

L'amour peut beaucoup, l'argent peut tout

Ce qu’il y a de génial dans le fait d’avoir un meilleur ami, c’est qu’il est toujours partant pour faire des conneries. Si Calvin en avait parlé à Edwin, vous pensez bien que l’aîné - de trois minutes - aurait mis un halte-là illico-presto. Ed’ est si posé à côté de Cal’ que parfois c’est à se demander s’ils sont vraiment frères. Mais heureusement que c’était que dans certains cas. S’il y a bien une personne qui sache comment peut être Eddie quand il se lâche, c’est son faux-jumeau.

Les choses sérieuses n’avaient pas encore débutée. Pour ça, fallait déjà que Mulciber se bouge le popotin et surtout le ramène avec le restant de sa personne au Chaudron Baveur. C’est que l’espace d’un instant, Calvin pensait qu’il s’était dégonflé et qu’il l’abandonnait à son triste sort. Mais Wulfric finit par se montrer, pour le plus grand bonheur de son pote qui lui offrit même un Whisky-Pur-Feu. Ils parlaient de tout et de rien, jusqu’à ce qu’ils décident par se lancer et se rendre sur le Chemin de Traverse avec la ferme intention de prendre la direction de Gringotts, la banque des Sorciers. Ils n’avaient pas de temps à perdre non plus. Plus vite, ils en avaient fini avec ça, plus tôt, ils pourraient en profiter.

A peine étaient-ils arrivés que Wulfric posa une question pour les plus pertinentes. Qu’est-ce qui pourrait bien arriver à quelqu’un qui s’amusait à voler ici ? Personnellement, Calvin n’en savait fichtrement rien et pour toute réponse, il s’était contenté d’hausser les épaules. Par contre, pour la seconde question, il avait bien sûr un avis dessus, souriant même en tournant la tête vers le bassiste du groupe.

« Et figures-toi qu’ils ont le caractère qui va avec la gueule. »

Comme son vieux pote, Calvin parlait à voix-basse, mais il était sûr que ces saletés de Gobelins entendaient tous. Avec leurs grandes oreilles démesurées, ça doit faire relais satellite pratiquement. Il s’était ensuite avancé dans la pièce, laissant Wulfric prendre la parole en voulant voir son coffre. Le fils Rogue n’était pas dupe, il se doutait qu’il ne s’agissait pas de son coffre, mais celui de son père, mais il préférait ne rien dire, pour ne pas ruiner le peu de chances qu’ils avaient. Pourtant, il crèverait d’envie d’aller faire un tour dans celui de ses parents, juste pour voir, sans pour autant prendre quelque chose. De toute façon, il se doutait qu’avec son père, il devait y avoir d’autres protections et que le mieux était surtout de ne pas tenter de le voler. Mais ce qu’il ignorait totalement, c’était bien que ses parents lui avaient aussi ouvert un compte en plus de celui qu’il possède de par son propre chef. Ce qu’il y avait dans ce coffre ? C’était un mystère. Severus et Alicia s’étaient bien gardés de le dire à leurs enfants.

Calvin ne pensait pas que ça marcherait, mais visiblement, pour le moment, le Gobelin était tombé dans le panneau, les invitants à entrer dans le petit wagon. Le chemin était long et l’endroit vraiment bizarre. Ce n’était pas la première fois que le fils Rogue venait ici, mais il n’y avait plus mis les pieds depuis une dizaine d’années. C’est simple, la dernière fois qu’il y était venu, c’était avec ses parents avant sa première rentrée à Poudlard. Mais il n’avait pas été autorisé à aller plus loin que la grande salle, regardant ainsi le wagon partir de loin.

Après de très longues minutes, le wagonnet se stoppa d’un coup, manquant de peu de faire casser la figure en avant à ses passagers. Intrigué, Calvin observa le quai des coffres et sortit à la suite de Wulfric qui avait la clé. Le Gobelin prit soin de les laisser, restant lui-même dans le petit wagon. Ne voulant pas louper ça, Rogue entra avec son ami. C’était immensément grand et il s’étonnait de voir autant de richesse. Lui qui s’était imaginé le père Mulciber les poursuivre pour leur faire avaler leurs actes de naissance, c’était peut-être trompé au final. Il y avait tellement de choses de valeur ici, que ça serait étonnant que les parents de son meilleur ami se rendent compte de la disparition de quelque chose. Ce n’est pas comme si les deux garçons pouvaient tout emporter sans attirer l’attention des créatures travaillant dans cet endroit.

« J’ignorais que ta famille était aussi riche que ça. »

Enfin c’était même tout à fait logique après tout. Les Mulciber sont connus pour être plutôt aisés et déjà du temps où le grand-père de Wulfric était à Poudlard, c’était déjà le cas. Par contre, les Rogue - tout du moins du temps de Severus adolescent - étaient loin d’être réputés pour leurs richesses, ce serait même carrément l’inverse. Du coup, Calvin se demandait si sa famille possédait beaucoup de choses ou s’ils avaient toujours des soucis. Du côté de sa mère, c’était des gens aisés et aussi loin qu’il s’en souvienne, il n’avait jamais eu à se plaindre de son enfance. Peu importe le nombre qu’ils étaient, les trois enfants de la famille avaient toujours eu des vêtements neufs dés qu’il fallait en changer. Tout comme leurs fournitures scolaires, ainsi que leurs uniformes et capes. Jamais d’occasion, toujours du neuf, chaque année en plus. Tout comme ils faisaient partis des élèves qui bénéficiaient d'argent de poches régulièrement, venant de leur mère - parce que Calvin lui racontait que leur père ne leur donnait pas de quoi s'offrir des friandises -, tout comme du côté de Severus à qui il racontait que sa mère ne voulait rien envoyer par hibou. Ca a duré quand même quelques années, avant que ses parents se rendent compte de la supercherie.
 
© 2981 12289 0



I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wulfric Mulciber
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 207
Célébrité sur l'avatar : Jonathan Lewis Seward (Johnny Christ)
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Juin - 8:41
L'amour peut beaucoup,
l'argent peut tout
Un meilleur ami, c'est un frère que
la vie a oublié de vous donner
Calvin Rogue ✧ Wulfric Mulciber
Cet endroit était tout aussi fascinant que flippant pour Wulfric. Il espérait que son père n’ait pas été parano au point de poser plusieurs pièges dans son coffre. Et de ce doute, il n’en disait rien à son meilleur ami. C’était leur dernière chance d’avoir un peu d’argent pour faire ce qu’ils désirent le plus au monde. Même s’il est le fils d’un riche sang-pur, Mulciber n’a pas accès à la fortune comme il le souhaite. Son père veut lui faire prendre en maturité et c’est restriction niveau budget. Le fils l’a bien cherché après tout, s’il n’avait pas dilapidé une bonne partie de sa fortune, jamais Burdock n’aurait été si radical en lui serrant la ceinture au possible. Et aux grands maux, les grands remèdes. Dans le wagonnet, le jeune Mangemort se doutait bien qu’il se ferait rapidement prendre et que là, il lui faudrait essuyer une nouvelle colère paternelle, mais ce n’était pas ce qui l’empêchait de continuer à se mettre dans les problèmes jusqu’au cou. Calvin ne le rassurait pas des masses non plus, en lui révélant que les Gobelins avaient autant mauvais caractères qu’ils sont laids. « C’est rassurant. Vraiment. » Non pas du tout, juste de l’ironie.

A l’intérieur du coffre et maintenant armé de son sac, il en mettait le plus possible dedans. Loin d’être dupe et se doutant qu’il s’agirait de la première et de la dernière fois, il ne voulait pas perdre une telle opportunité. Elle ne se représenterait pas de sitôt. Peut-être qu’il finira même enfermé dans sa chambre jusqu’à l’âge de trente ans au moins. Tout l’or qu’il pouvait prendre, il le prenait et la réflexion de Calvin l’étonna même. « Ta famille est certainement aussi riche que la mienne. Les Taylor sont réputés pour vivre sur une coquette fortune. Grâce à ta mère, votre coffre doit être tout aussi garni que celui de mes parents. » Il va de soi que si fortune il y a dans la famille de son ami, ça ne peut pas venir du côté Rogue. Même si par respect pour son ami, Wulfric n’en dira rien, son père lui a toujours raconté qu’à Poudlard, Severus portait des robes de sorcier sur plusieurs années de suite, abimées et qu’il n’avait pas grand chose pour se changer régulièrement. Si Mulciber père racontait tout ça à son fils, ce n’était pas pour qu’il prenne pitié de cette famille, mais pour qu’il cesse de côtoyer leurs enfants. Or, c’est tout l’inverse qui s’est produit et lorsque lui-même était ensuite à Poudlard, il s’était bien rendu compte que ses meilleurs amis ne manquaient de rien. Ce qui devait être grâce à leur mère, il n’y avait pas d’autres explications. « Edwin m’a toujours dit que votre grand-père et votre oncle sont riches. Ils n’auraient pas laissé votre mère sans un rond. » Même si forcément, l’homme qu’elle a épousé ne doit rien avoir du beau-frère, ni du gendre parfait. Encore moins du beau-père idéal et Wulfric le réalisait justement à ce moment-là. Lui qui ne perd pas espoir de leur voler le coeur de la fille de la famille, devra faire avec son ancien Directeur de Maison également.

Les scènes horribles se succédaient dans son esprit. Le jeune Mucliber n’échapperait pas à la mauvaise humeur légendaire du père de ses amis. Il secoua légèrement sa tête, pour se sortir toutes ces idées et se focaliser sur Calvin qui remplissait également son sac. « Tu n’es pas curieux de voir ce qu’il y a dans le coffre de tes parents ? Même si tu n’en as pas la clé, il y a sûrement un moyen d’y entrer. » Avec ceci ? Une dose de problèmes supplémentaires, s’il vous plait. Comme s’il ne venait pas assez de se mettre dans la merde, Wulfric en remettait une couche par-dessus.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Juin - 18:15

L'amour peut beaucoup, l'argent peut tout

C’est vrai quoi ? Ces cons de Gobelins ont un caractère de merde. C’est simple, un mélange de Selena et de Katlyna à la puissance dix ! Vous imaginez le truc horrible quand ils s’énervent. Et en plus, avec leurs sales têtes, ils semblent encore plus moches en colère. C’est déroutant … dégoutant aussi soit dit en passant. Bref, finalement Wulfric ne semblait pas bien rassuré. Le pauvre vieux, il allait sûrement prendre cher côté paternel. Oh mais c’est que Calvin s’est une fois fait engueuler par le père de son meilleur ami. Autant dire, qu’il ne faisait pas le fier. Il fout vraiment la trouille ce type. Mais passons ! A présent dans le coffre des Mulciber, le fils des Rogue était en pleine admiration de toute cette richesse. La vache, qu’est-ce qu’il aimerait avoir un compte aussi bien garni que celui-là. Non mais c’est qu’il pourrait vivre une vie normale, sans avoir à jongler avec plusieurs boulots pour sortir la tête de l’eau. Alors forcément, il ne garda pas son étonnement pour lui, ce à quoi son pote lui annonça que les Taylor étaient tout aussi riches que les Mulciber. Si les Rogue avaient de la tune, il est clair que ce n’était pas grâce au daron, quand on voit dans quelle baraque il a grandi, il n’y a pas besoin de se poser davantage de questions.

« Pas faux … puis mon père n’est pas un flambeur. Il coute pas non plus bien cher en shampoing. »

Non mais ne rigolez pas quoi. Calvin a beau être le fils de Severus, il s’est souvent demandé pourquoi Alicia ne forçait pas son mari à se laver les cheveux. Merde alors, un peu d’hygiène ça ne peut pas le tuer. Il ne va pas fondre sous l’eau et le savon. Heureusement que les enfants avaient hérité des Taylor là-dessus aussi. Calvin et ses deux à trois douches par jour, ne risque pas de paraitre dégueulasse. Une le matin, parce que ça réveil. Une le soir, parce que la journée, il s’est éventuellement sali. Et une courant de la journée quand il se fait chier. Non mais c’est lui qui revient cher en produits d’hygiène et en laques pour les cheveux en prime. Bah tiens, une telle tignasse en pétard, ça s’entretient faut pas croire.

« Tu sais que je pourrais demander à mon oncle de m’aider financièrement. Mais je veux pas trop profiter de la situation. C’est mon père affectueusement, je peux pas le taxer à tout bout de champ, même si je sais qu’il ne me dirait pas non. »

Songeur, en train de remplir son sac de toute cette richesse, il se demandait ce que le coffre de sa mère pouvait bien contenir. Non pas pour voler, jamais Calvin ne prendrait l’or de sa mère, mais juste par curiosité. Oh oui, la curiosité est un très vilain défaut. Mais qu’à cela ne tienne, il finira bien par savoir. A force de l’emmerder avec ça, Alicia terminera sûrement par lui montrer. Après tout, elle doit quand même avoir un minimum confiance en son fils ? Sinon c’est que Calvin a vraiment tout merdé dans son existence. Mais Wulfric revenait au galop, un peu comme s’il venait de lire dans ses pensées. Plutôt que les deux amis se connaissent tellement bien, qu’ils n’ont plus de secret l’un pour l’autre.

« Je ne pense pas qu’il y ait un autre moyen d’y entrer. Et si ma mère venait à l’apprendre, elle s’imaginerait que je suis venu pour la voler. Ce qui n’est pas le cas. Quand c’est de la bouffe encore, ça passe, mais je touche pas à la fortune de ma famille. Comme personne ne me fait confiance, mieux vaut que je botte en touche pour le coup. »

Sans compter qu’en prime, il devait y avoir des sortilèges dangereux là-dedans. Manquerait plus qu’il se retrouve coincé ou blessé, à devoir être évacué à Sainte Mangouste. Ah non, c’est pas envisageable. Surtout qu’avec sa veine, ni son frère, ni sa soeur, n’y seraient présents et il devrait encore supporter l’autre godiche de Mangemort qui le gonfle avec ses histoires de harpe là. Non sans blague, Calvin a une gueule à jouer ou à aimer la harpe ?

En sortant du coffre-fort, ils retournaient vers le petit wagon qui les attendait toujours - avec à son bord - le Gobelin très peu aimable. Encore songeur, c’était plus fort que lui quand même, alors il se décida à tenter le tout pour le tout :

« J’ai oublié ma clé, il y a un autre moyen d’entrer dans mon coffre ? »

Enfoiré de Mulciber, il fallait vraiment qu’il la ramène. A présent, Calvin était incapable de penser à autre chose. Il devait savoir, rien que pour balancer à la tronche de ses parents, qu’ils sont bourrés de tunes et qu’ils ne les aident même pas. Bah quoi ? Un gosse c’est pas seulement un coup de quéquette de cinq minutes, ‘fin divisé par deux puisqu’il est venu au monde avec un frère jumeau. En bref, en faisant des marmots, faut assurer derrière et pas jusqu’aux dix-sept ans et hop, finit plus rien à battre. C’est trop simple.
 
© 2981 12289 0



I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wulfric Mulciber
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 207
Célébrité sur l'avatar : Jonathan Lewis Seward (Johnny Christ)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Juil - 16:06
L'amour peut beaucoup,
l'argent peut tout
Un meilleur ami, c'est un frère que
la vie a oublié de vous donner
Calvin Rogue ✧ Wulfric Mulciber
Par respect pour ses amis, mais également pour son ancien Directeur de Maison, Wulfric ne s’était jamais permis de faire de mauvaises blagues à l’égard de l’homme au style peu commun. Il ne savait pas trop comment réagir lorsque Calvin s’en moqua. Severus Rogue est le père de ce dernier, alors partant sur la règle du « qui aime bien, châtie bien », il ne rétorqua rien, se contentant de sourire. A l’inverse, Wulfric n’est pas non plus cadeau avec son propre père, même si ce n’est pas sur des sujets similaires qu’il le tacle. Sachant qu’il n’a jamais eu aucun doute sur l’hygiène corporelle de Burdock, ça serait quand même pas mal con de le titiller là-dessus. Quand le jeune Mulciber en a après son père, les sujets dont il parle le plus, c’est le côté radin du bonhomme, sa froideur et également la marque des Ténèbres qu’il l’a forcé à porter, sans même tenir compte de son avis. Pourtant, malgré tout ça, Wulfric est bien incapable de haïr l’homme a qui il doit la vie, mais il n’est pas le genre de fils à clamer son affection. Il reste souvent en retrait, sans jamais rien montrer. Elevé à la dure, il n’est pas habitué à toutes ces choses que font les gens normaux, avec les leurs. Mais il a déjà été témoin de moments entre Severus et ses fils. Apparemment, c’est le même style d’éducation qu’il leur a donné, d’où les dérivent de Calvin et le côté renfermé de son frère jumeau.

Machinalement, Wulfric remplissait toujours son sac à dos, au fond extensible par un sortilège précédemment lancé. Il y a tellement d’or dans ce coffre, qu’il est persuadé que son père ne se rendra compte de rien. Il l’espère bien plus qu’il n’en soit réellement persuadé. Et ses yeux ne décrochaient de son sac, seulement pour se poser sur Calvin, lorsqu’il lui parla de son oncle. Il a bien de la chance d’avoir un oncle qui reprenne parfois le flambeau. Ce n’est pas le cas chez les Mulciber. Son père est fils unique, sa mère n’a plus de contact avec sa famille, Wulfric n’a jamais eu l’occasion d’avoir une seconde figure paternelle. « S’il est riche et qu’il ne serait pas contre te dépanner, pourquoi ne pas accepter ? Tu lui ferais plaisir et tu ne serais plus dans la merde financièrement. C’est tout bénéf’. » En tant que fils à papa qui s’assume dans ce rôle, le bassiste n’a aucun scrupule à taxer ses parents, même après leur avoir claqué la porte au nez. Enfin à sa mère, c’est déjà arriver, mais pas à son père. Mieux vaut ne pas tenter le diable, s’il ne veut pas se prendre la correction de sa vie. Burdock n’a jamais vraiment été violent avec lui, mais il y a un début à tout. Le plus drôle, c’est que chez Calvin c’était l’inverse. Il semble avoir bien plus peur de sa mère que de son père. Pourtant, de ce que se souvient Wulfric, se retrouver face à Severus Rogue lorsqu’il est passablement agacé, un peu plus que la normale, il ne faut pas faire le malin. Pas qu’il pourrait leur mettre une tête au carré, mais il est tout simplement effrayant. « Mais elle n’en saura rien et ce n’est pas moi qui irai lui dire, tu peux me faire confiance. On regarde avec les yeux, pas avec les mains. » Peut-être bien qu’égoïstement, il ne veut pas être le seul à faire face à la colère de ses parents. Même s’il est certain que se retrouver face à Alicia Rogue en colère, c’est bien moins effrayant que d’être devant Burdock Mulciber.

Mais en se rendant compte que Calvin campait sur ses positions, il ne chercha pas à le pousser plus. Il remonta la fermeture de son sac, signifiant ainsi qu’il en avait largement assez dedans, pour ne pas dévaliser plus le coffre-fort de son père. C’était surprenant qu’il ne soit pas tombé dans un piège ou qu’il n’y ait pas eu de sortilèges de protection pour lui faire regretter son geste. Finalement son père n’était peut-être pas aussi sadique qu’il le croyait ou il avait installé une autre sorte de protection sur sa richesse.

Aux abords du petit wagon, il s’assura que son sac était bien accroché à ses épaules, pour ne pas le perdre en enjambant le rebord. Il s’apprêtait déjà à s’asseoir que la voix de Calvin retentissait à nouveau, mais à l’égard de l’employé de Gringotts, demandant s’il y avait un autre moyen que la clé pour entrer dans son coffre. Wulfric sait que ces Gobelins de malheur sont sournois et complètement paranoïaques. Il pourrait les envoyer au casse baguette sans qu’ils n’aient le temps de le réaliser. Mais la curiosité se montrait plus forte que l’instinct de survie. Très intéressé, il observait l’affreuse créature qui semblait vouloir jauger le deuxième fils du Directeur de Serpentard, d’un simple regard. « Avec son nom ou même une pièce d’identité, c’est possible, pas vrai ? » Même si ces choses ont un caractère imbuvable en toutes circonstances, il s’agit tout de même d’êtres extrêmement intelligents, dont il ne vaut mieux pas se moquer ouvertement.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Aoû - 19:46

L'amour peut beaucoup, l'argent peut tout

Chez les Rogue, l’argent est un peu un sujet tabou. ‘Fin, chez les Rogue beaucoup de choses sont taboues : le fric, le sexe, l’alcool, le caractère immonde du chef de famille, et maintenant Dumbledore. De mieux en mieux, ou plutôt de pire en pire, point de vue Calvin. Parfois, il est bien content de ne plus vivre au Manoir, ainsi il évite bien des prises de bec. Au départ, l’appartement, c’était seulement pour se rapprocher de l’Université, mais son domicile - à lui et à Edwin - principal restait la maison de leurs parents. Ce n’est maintenant plus le cas. Parfois, durant certaines périodes de vacances ou les week-ends, les faux-jumeaux restent dans leur petit chez-eux. Ils ont grandi tous les deux et à présent adultes, ils ont besoin de leur indépendance, de leur intimité. Le seul bémol reste le côté financier pour le moment, mais les choses vont bientôt changer, le cadet des frères Rogue se l’ait lui-même promis.

Mais Wulfric venait de mettre le doigt sur un point non négligeable. Doyle est tellement seul, qu’il donnerait n’importe quoi pour se sentir utile. Accepter un peu d’argent de temps en temps, lui ferait plaisir et ça aiderait les deux frangins musiciens. Un truc qui n’est vraiment pas con du tout. Il faudra qu’il songe à amorcer sa future demande. D’ailleurs, en parlant de solitaire qui voudrait se trouver une utilité, Calvin n’avait pas que Doyle dans son collimateur, mais également son grand-père, Alastar. Même s’il est très strict, il ne laissera jamais ses petits-fils avoir faim, ça c’est une certitude. Il ne faut pas non plus abuser de la situation, mais si Calvin n’était pas un profiteur, ça se saurait. Lorsqu’il était à Poudlard, il arnaquait ses propres parents, faisant croire à l’un et l’autre qu’il n’avait pas reçu son argent de poche, pour qu’ils lui fassent tous les deux une rallonge. Le pire étant que ça marchait plutôt bien, même s’il s’est toujours demandé si Severus ne se faisait pas « rouler » exprès. On connait tous son grand handicap à dire ce qu’il ressent, c’était sûrement l’un des nombreux gestes qu’il a fait, en s’imaginant que ses fils étaient capables de deviner ce qu’il en pensait. Bah flop total, Calvin n’a jamais réalisé que son père l’aimait plus que de raison. Mais bon, côté sentiment le fiston ne voit pas grand chose, même lorsque c’est flagrant. Le pire, c’est que c’est sans doute réciproque. Probablement que Severus ne se rend pas non plus compte de combien son fils peut tenir à lui.

« Hum … Tu n’as pas tord du tout. C’est vrai qu’en tant que fils unique, tu sais comment amadouer ton monde toi. Je pourrais aussi essayer avec mon grand-père, même s’il ne risque pas de se faire aussi souvent avoir que Doyle. »

Il songeait déjà à une façon discrète d’aborder le sujet avec l’un comme avec l’autre. Un truc tout ce qu’il y a de pas évident du tout. Mais qui ne tente rien n’a rien, comme dirait l’autre. D’ailleurs, entre nous, je ne sais toujours pas qui est le fameux « autre » de cette expression ... . Tout en réfléchissant, il écoutait d’une oreille les paroles de Wulfric. Ce dernier s’amusait à le pousser à faire le con. Oh, il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour se rendre compte que le fils Mulciber faisait tout pour que Calvin force le coffre de ses parents. Pourquoi ? Sûrement pour ne pas être le seul à se faire engueuler. A l’inverse, le fils Rogue ferait sans doute la même chose. Cependant, sa technique fonctionnait à merveille, puisque le guitariste tatoué avait l’impression d’avoir un petit démon sur une épaule et un petit ange sur la seconde. D’un côté, le vilain le poussait à suivre le conseil du bassiste. Et de l’autre, le gentil jouait un rôle de conscience, en lui disant que c’était mal et qu’il perdrait la confiance de ses parents. Mais le résultat c’était … Ses parents ont-ils déjà eu confiance en lui ? Il n’en donnerait pas sa baguette à bruler, ni à couper.

« Rien que de savoir que je suis rentré dans leur coffre, même sans avoir touché à rien, ma mère viendrait me casser la gueule. C’est que tu ne l’as jamais vu en colère. Elle serait capable de faire peur à un Troll. »

Les objets dans son sac, il observait son butin, se demandant si le père Mulciber n’allait vraiment rien remarquer à ce petit vol. ‘Fin, il parait, qu’on ne peut pas parler de vol en famille. Ce qui veut dire que Wulfric ne risquait pas grand chose pénalement, mais pour Calvin c’était autre chose. Heureusement, qu’il a parfaitement confiance en son meilleur ami, se doutant qu’il ne le balancera pas. Ce qui est fait est fait, ils ne sont pas venus jusqu’ici pour repartir les mains vides, surtout que peu importe maintenant, ils sont entrés, donc … En retournant vers le wagon, Calvin tenta alors le tout pour le tout, avec l’affreux Gobelin.

Si seulement, il pouvait trouver l’astuce miracle pour le duper. Mais il ne faut pas rêver, même avec l’intervention de Mulciber fils, l’employé de la banque le regardait d’un air mauvais, qui était suffisant pour faire comprendre qu’il n’y avait rien à faire.
 
© 2981 12289 0



I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» De l'amour? Non impossible , personne ne peut m'aimer...
» « Un homme peut sourire, sourire et n'être qu'un scélérat » [Rachel & Maxime]
» Pietro Maximoff (Vif Argent - Quicksilver)
» le passé c’est douloureux, mais à mon sens, on peut soit le fuir soit... tout en apprendre ![Alexouille]
» Gagner de l'argent dans ROSA ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: