RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Family Secret | Selena

avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1774
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Avr - 20:59



Family Secret
Ft. Selena Rogue


Oublier le monde extérieur, rester fixé sur son objectif et ne pas se laisser déconcentrer, étaient des aptitudes requises dans le service des aurors. C'était des traits comportementaux qui devait vous permettre de déjouer la pire des situations et de ne pas laisser les problèmes vous submerger. Parce que savoir réagir en adéquation avec le problème était la clé de la réussite. Une victoire qui passait par des passages beaucoup moins plaisants, tels que le rassemblement d'informations. Des heures et des heures passés dans les paperasses, ou en porte à porte, pour grappiller des indices importants. Des petits points, des avancées qui permettraient, au final, d'obtenir gain de cause devant le tribunal. C'était exactement sur cette partie, souvent décriée, de leurs métiers qu'Alicia travaillait. Depuis environ trois heures, elle passait son temps en lecture futile, les yeux rivés vers des centaines de parchemins. Son regard noisette papillonnait sur ces feuilles griffonnées, cherchant le lien, tandis que son bureau semblait devenir un véritable capharnaüm. Mais aujourd'hui, elle peinait réellement à se concentrer. Puis, à partir du moment ou même après la cinquième lecture du même foutu paragraphe, rien ne voulait bien rester dans votre caboche, il fallait se poser des questions. Sa capacité de concentration était clairement en défaut. Si la brune était une véritable amatrice de lecture, elle semblait incapable d'aligner plus d'une phrase. Il fallait cependant lui reconnaitre quelques circonstances atténuantes, au vu de tout ce qui s'était passé depuis le premier Janvier. Si les années nonante n'avaient pas été des plus clémentes, ces derniers jours n'avait fait qu'en rajouter une couche.

Depuis qu'elle avait appris, de la bouche de la future mère, que Calvin allait être papa, un nombre incalculable de choses lui tournaient en tête. Autant pour le soutien de son fils, que sur toutes les dispositions à prendre pour tirer la demoiselle des griffes des mangemorts. Parce qu'un jour ou l'autre, les collègues de son mari allaient poser réclamation et demander des actes plus forts que ceux d'aujourd'hui. Ils avaient leur confiance à gagner. Un lot de problème et d'ennuis qui tournait sous son crâne, malgré la joyeuse annonce. Après tout, le choc passé, l'ancienne Serdaigle savait qu'elle se ravirait face à son petit-fils ou sa petite-fille, elle n'avait pas le cœur assez frigide que pour ne pas le faire. Mais restait que c'était assez déstabilisant. Un bouleversement qui se payait cash sur son lieu de travail. Soupirant doucement, rendant les armes, Alicia se releva brutalement pour s'éloigner de son bureau. Elle avait encore assez de sagesse pour réaliser qu'elle n'arriverait plus à rien aujourd'hui, alors autant rentrer. Attrapant sa veste et une écharpe bleutée, elle éteint la lampe d'un mouvement de baguette, avant de quitter le ministère de la magie, transplanant devant sa demeure. En cette saison hivernale, le vent restait piquant et elle ne serait pas mécontente de retrouver l'abri de ces quatre murs. Relevant la tête vers les fenêtres, la femme de Rogue put constater la présence de sa fille, dû aux lampes allumées. Plus joyeuse, ravie de retrouver âme qui vive, elle pressa le pas alors qu'un sourire étirait ses lèvres. Selena avait beau être plus renfermée qu'habituellement, elle mettait cette fois ce comportement sur l'approche des examens. Depuis qu'elle était petite, elle était de ces personnes stressées qui révisaient à fond. Une habitude qu'elle n'allait pas perdre avec son arrivée à l'université. Mèche rebelle remise en place, la mère de famille leva les sorts et rentra à l'intérieur, laissant la chaleur réchauffée agréablement son corps. À peine le temps de se diriger vers le porte manteau, pour se délester des couches superflues, que la petite dernière dévalait les escaliers, sac au dos, en s'esquivant vers l'extérieur.

La fuyait-elle? C'était possible et probable, elle l'avait souvent fait depuis qu'Alicia s'était mise en tête de savoir ce que sa fille lui cachait. Elles qui avaient longtemps été fusionnelles, confidentes, s'inquiétant l'une de l'autre, se cachant peu, semblaient se distancer. Un acte qui n'était pas sans aiguiser la curiosité de la bleu et bronze. Mais cette fois, aucune entourloupe à craindre vu qu'elle prétexta un tour chez ses frères, pour requérir l'aide d'Edwin. Bien que la fatigue imprimait ses traits, elle hocha la tête, la laissant filer. Depuis que Edwin et Calvin avaient quitté le nid familial, leur sœur semblait vouloir à tout prix rester avec eux, cherchant leur présence plus qu'elle ne l'avait jamais fait auparavant. Comme quoi, il fallait manquer de perdre quelqu'un, pour se rendre compte à quel point, celle-ci, nous était indispensable. C'était en tout cas, une volonté qu'elle pouvait comprendre. Après tout, malgré ce qu'on pouvait dire sur elle où ces colères, Alicia était l'archétypique de la mère louve, vivant difficilement le faite de voir ses enfants prendre leurs envols, même si c'était inévitable. Comprenant qu'elle passerait une soirée de solitude, elle avait grignoté rapidement un morceau de cake avant de préparer la ration des félins. Entre celui de sa fille, qui la fixait patiemment et le sien qui venait ronronner comme un moteur, elle savait bien qu'ils ne la laisserait tranquille qu'une fois rassasiés. Chose faite, elle s'autorisa la détente en délogeant ces chaussures, avant de se diriger vers le salin. Un verre de vin en main, la radio allumée sur une chaine musicale, elle se dirigeait vers l'immense bibliothèque du manoir. Une fois l'auteur sélectionné, elle se laissa choir dans le canapé, jambe tendue, se plongeant dans sa lecture. Combien de temps s'était écoulée depuis le début de son activité? Elle n'en avait cure. Ce ne fut que quand un bruit de clé, s'introduisant dans la serrure, retentit qu'elle revenu au monde réel.


-Selena?

Son regard s'était rivé vers le hall, cherchant une confirmation visuelle. Alors certes, il n'y avait pas énormément d'autres possibilités, mais elle préférait s'en assurer. Si ce n'était pas l'ancienne Serpentarde, alors cela ne pouvait être que Severus. Une possibilité attractive, bien que souvent tempérée par des mauvaises nouvelles. N'ayant pas la marque des ténèbres sur son bras, le Lord noir devait user du directeur des Serpentard s'il devait la convoquer, ou la prévenir d'une réunion. Ainsi donc le voir arriver n'était pas toujours synonyme d'une agréable soirée. Ce qui était bien dommage... Cependant, au vu du contexte actuel et du nombre croissant de vies qui dépendait de leurs aptitudes à servir un dérangé, elle préférait que ce soit sa fille. Le double jeu était déjà suffisamment dangereux que pour risquer encore plus, une fois que cela arrivera à ses oreilles. Tendue, elle fut soulagée quand une silhouette féminine s'encadra dans la porte. Se redressant dans le fauteuil, la brunette referma son livre, non sans avoir au préalable marqué sa page.

-Alors comment ça c'est passé, cette soirée? Edwin a réussi à t'aider?

Oh nul doute. C'était l'ultime avantage d'avoir un membre de sa fratrie qui était passé dans ce cursus, avant vous. En plus, Edwin avait l'avantage d'avoir pu allier la théorie à la pratique. Ce qui permettait une compréhension différente de certains points, un éclairage nouveau. Sa curiosité n'était donc pas malsaine, Alicia ne cherchait pas à remettre en place ce jeu de question-réponse habituelle. C'était vraiment général. C'était une solution comme une autre de prendre la température de ce qui se passait chez ces fils. Puis la journée avait été suffisamment longue comme ça, elle voulait juste en profiter un peu. Passer un moment de détente, ensemble, autrement qu'en se croisant au hasard des horaires de gardes. Parce qu'il fallait bien reconnaitre que c'était ça le plus gros problème de la future quadragénaire. Une fois tout le monde partit à Poudlard, elle restait seule dans ce domaine silencieux. C'était ce manque de contact, dans ces instants, qui était le plus pesant. Il vous manquait une présence amicale, appréciable, quelqu'un à qui parler, à qui raconter sa journée, même si on s'en fichait. Juste un échange humain. Pas les jeux de deux chats teigneux...



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Selena Rogue
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 349
Célébrité sur l'avatar : Ksenia Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Avr - 13:37

Family Secret

Comme c'est dur d'être mère, comme c'est difficile d'être fille. Impossible d'être semblables Impossible d'être différentes.
Alicia & Selena

La soirée ne s’était pas tellement passée comme Selena l’avait imaginé. Le cours avait été remis à plus tard, à cause des révélations et ce n’était pas la fille Rogue qui aurait eu la tête à étudier après toutes ces troublantes vérités. L’un de ses grands-frères, Calvin allait être papa. C’est le genre de choses que tout le monde s’attend lorsque les enfants deviennent adultes. Mais le plus choquant, c’était qu’il n’y avait aucun signe avant coureur. Calvin est célibataire, étudiant, il vit dans un appartement qu’il partage avec son jumeau et la mère de l’enfant est encore elle-même une gamine. Le pire c’est qu’elle fait partie des élèves de leur père. Et son autre grand-frère, Edwin est lui-même père depuis quelques années maintenant, contraint de dissimuler cette vérité pour la transformer de façon à quoi exactement ? C’était le point que Selena n’avait pas compris et c’était certainement ce qui faisait qu’elle était en colère. Pas en colère contre Edwin non, mais en colère contre Severus. C’était lui l’adulte à l’époque et il aurait dû pousser son adolescent de fils à le dire à sa mère, non pas à mentir. Si son frère pensait que c’était pour le protéger, Selena elle, penchait plus pour de l’égoïsme pure et dure, plutôt que pour de la protection. Une seule personne serait vraiment capable de savoir ce qu’il en retourne et c’est malheureusement la seule qui n’est au courant de rien. Consciente qu’elle devra l’affronter et à nouveau lui mentir, l’étudiante en médecine préférait lui annoncer l’existence du fils d’Edwin plutôt que d’avoir encore à jouer de la cachotterie. Elle en avait parlé à l’intéressé qui lui avait donné son aval. Mais il fallait trouver une façon douce de ramener le sujet sur le devant de la conversation.

Quittant l’immeuble où vivent ses aînés, elle transplana jusqu’aux alentours du manoir de ses parents avec cette impression d’avoir l’odeur du Whisky sur elle. Après les annonces et les réactions de chaque côté, ils avaient bu quelques verres. Selena s’était contentée de deux seulement, contrairement à Edwin et Calvin qui étaient complètement défaits. Garder les idées claires pour ne pas envenimer les choses est bien la meilleure des solutions. Clé dans la serrure, la porte s’ouvrit au même moment où la voix de sa mère retentit. Elle se débarrassa de son sac et de sa veste, laissant le tout dans l’entrée, pour ensuite arriver au salon où se trouvait déjà Alicia.

« Pas vraiment. Il s’inquiétait pour Calvin qui l’évitait depuis quelques temps, sans comprendre pourquoi. »

Lentement, elle contourna le canapé pour y trouver place. Les mots sont difficiles à venir dans ces cas-là. Les jumeaux ont toujours été si soudés qu’elle avait d’abord pensé que son aîné se faisait du soucis pour rien. Elle aurait préféré qu’il en soit ainsi. Pour ce sujet, Alicia était déjà au courant d’après les dire de Calvin, alors il était bien moins difficile d’en parler, mais pour la suite, ce ne sera pas une partie de plaisir.

« Cal est arrivé un peu après. Il nous a annoncé qu’il allait être papa. »

Passer quelques secondes, sa tête s’était relevée pour se tourner vers Alicia. Elle sentait que sa mère était sur le point de dire quelque chose. Peut-être voudra-t-elle se défendre de ne rien lui avoir dit, en donnant comme argument qu’il fallait que l’annonce vienne de Calvin lui-même. Et Selena le comprenait déjà. Sa main se leva pour faire signe à sa mère que c’était inutile de chercher à s’en défendre et qu’elle n’avait pas fini de parler. Cependant, en se souvenant de cette soirée étrange, un petit sourire était apparu en pensant à un détail.

« Il est arrivé avec une peluche qu’il a acheté. Un petit chien à trois têtes. Le premier doudou de son bébé. »

Dans l’appartement, ce détail ne l’avait pas touché plus que ça. Mais Selena comprenait maintenant que son frère avait déjà accepté cet enfant, sinon il n’y aurait pas eu de premier cadeau. Calvin ne doit pas être si immature que ça au final. Il n’existe pas de bon moment pour faire prendre conscience à une personne qu’elle a été trahie par l’homme qu’elle aime. Une relation mère-fille ne devrait pas être aussi compliquée, mais Selena ne voulait pas être celle qui allait lui faire du mal. Dans un soupire, sa tête s’était baissée vers ses genoux où reposaient ses mains et sans le contrôler, elle s’était mordillée la lèvre.

« Il a peur de la réaction de papa. Je sais ce que tu vas dire. Il doit affronter lui-même les conséquences de ses actes et que faute avouée est égale à faute à moitié pardonnée. Mais tout le monde dans cette famille ne voit pas les choses de cette façon, papa le premier. A Poudlard, Edwin avait mit sa petite-amie, Laverne Poliakoff, enceinte. Ils étaient le couple phare de l’école jusqu’à ce que la rumeur de grossesse arrive aux oreilles de la mère de Laverne. Après les Buse, elle est tombée dans l’escalier et sa mère en a profité pour parler de fausse-couche. Tout le monde y a cru. C’était le début de grossesse, il n’y avait que le Directeur de Serdaigle, quelques élèves et le Professeur Dumbledore qui étaient au courant. Eux aussi ont été bernés. Calvin et moi également. Mais ce soir, Edwin nous a avoué que quelques mois plus tard, Laverne lui avait écris en lui disant qu’elle était toujours enceinte et que c’était sa mère qui l’empêchait de revenir à l’école. Il en a parlé à papa pour qu’il les aide. Après s’être fait engueuler, papa a accepté de donner des cours par correspondance à Laverne, mais Edwin devait continuer ses études avant de les rejoindre et n’en parler à personne. »

Sa voix monotone lançait pourtant des mots horribles, elle s’en rendait compte, mais comment lui dire autrement? Relevant timidement la tête, son regard désolé se posait sur la mère de famille. Selena avait très mal réagi lorsque Edwin l’avait annoncé, elle n’osait pas imaginer ce que l’auror pouvait bien ressentir à ce moment donné. Certainement de la colère, du désespoir et de l’incompréhension. C’était des sentiments tout à fait normaux dans une telle situation.

« Désolée maman, mais le bébé de Calvin ne sera pas ton premier petit-enfant. Tu es grand-mère depuis un peu plus de quatre ans. Et Edwin, cet idiot, continue à croire que papa l’a fait dans son intérêt, pour le protéger. Mais pour le protéger de quoi ? Je ne comprend pas leur logique à tous les deux. Ils sont tous les deux tombés sur la tête ? Pourtant, tu entendrais Edwin parler de son fils, il en est fier, mais on ressent aussi sa souffrance d’avoir gardé le secret si longtemps. »

Dans cette conversation, la subtilité était de rigueur. Selena espérait la maitriser. Elle avait commencé par parler de la nouvelle de la grossesse de Jezabel, en terminant par le côté attendrissant de Calvin qui achète un doudou. Et pour Edwin, elle avait aussi tenté de faire la même chose en annonçant la difficile vérité et en terminant par le côté touchant des paroles qu’il avait eu en parlant de son enfant. Pourtant, elle n’était elle-même pas convaincue que ses efforts pour la ménager allaient payer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1774
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Mai - 20:50



Family Secret
Ft. Selena Rogue


L'ignorance n'était pas toujours une mauvaise chose. Au jour d'aujourd'hui, passer sous silence certains évènements pouvait être salvateur et appréciable. Dès l'instant ou le monde était enseveli de catastrophe, lui en épargner quelqu'une n'était pas superflue. L'être humain avait une limite à ce qu'il pouvait comprendre, à ce qu'il pouvait accepter. Il ne fallait pas la dépasser, sous peine de dérapage incontrôlé. Alors si la méconnaissance des faits pouvait être bénéfique, elle ne l'était pas tout le temps. Il y avait des moments ou c'était une véritable plaie, un problème qu'on tirait avant de s'enchainer dans des mensonges sans fins. C'était un faible lot de consolation avant que la vérité n'éclate et écrase tout sur son passage. Il n'y avait dès lors pas de bonne ou de mauvaise solution. Le seul point défendable, dans un sens comme dans l'autre, était la motivation de la personne qui vous avait induit en erreur, ou qui vous avait révélé le poteau rose. C'était un mot, un sens à double tranchant. Tout comme pouvait l'être la solitude. Si Alicia appréciait le calme relatif, du manoir Rogue, après avoir passé une journée entière dans la fourmilière ministérielle, c'était également un sentiment pesant, qui avait été plus d'une fois problématique dans leur couple. Être deux et ne se croiser que le soir était déjà une chose, mais rentrer constamment seule, sans personne à qui parler, était bien différent. Ce manque avait pendant longtemps été comblé, véritablement banni de sa vie à la naissance de leurs trois enfants. À tel point, qu'au contraire, l'envie de se retrouver un peu seule avait été crée chez la matriarche, tellement ces trois petits Serpentard l'avait fait tourner en bourrique. À présent, elle avait appris à apprécier ces instants et surtout elle arrivait à composer avec pour en tirer profit. Ce fut pourquoi la brune ne parut pas tellement déçue en apprenant que Selena tirait sa révérence pour la soirée. Elles auront, après tout, encore bien d'autres occasions pour discuter ensemble. C'était même la seule avec laquelle elle parlait autant, la raison était simple, elle vivait encore au manoir, à la différence de ces frères.

Choisissant de vivre le bon côté de sa quarantaine, elle partit chercher un bouquin passionnant, faisait ainsi honneur à son ancienne maison. Plongée dans sa lecture, la femme de Severus était littéralement dans un autre monde. À l'instant où elle se laissait porter par les mots, choisissait de vivre l'histoire ou d'apprendre les informations, elle était ailleurs, presque inatteignable. Dans ces instants-là, rien ne venait la perturber. Le monde pourrait s'effondrer qu'elle n'en aurait cure... Enfin, c'était une façon parler, vu qu'à peine un son résonna dans la maisonnée, qu'elle était au taquet, cherchant à identifier son visiteur. Une nouvelle arrivante qui n'était autre que sa fille, de retour au bercail. Alicia se redressa dans son fauteuil, tout en fermant son bouquin, pour se concentrer sur celle-ci, la questionnant sur sa soirée. Au vu de l'air maussade de la brunette, qui tranchait littéralement avec le sourire enjoué de sa mère, il y avait anguille sous roche. Immédiatement, son sourire se contrit, tandis que quelques hypothèses prirent naissance sous son crâne. C'était bien là un de ces gros défauts, toujours vouloir voir le pire, plutôt que la simple réalité. Alors qu'elle prenait place à ses côtés, elle reprit la parole sur ce qui de toute évidence l'avait chiffonné, ou suffisamment perturbé, pour qu'elle s'en livre aussi facilement. Là ou sa mère avait passé - et passait encore d'ailleurs - des heures et des heures pour découvrir ce qu'elle leur cachait, elle se livrerait sans retenue. Le problème était visiblement venu à cause de l'inquiétude d'Edwin, pour son jumeau. Sur ce point, l'auror avait bien son idée pour savoir ce qui avait provoqué cet éloignement. Calvin, jusqu'au moment où Jezabel le lui avait annoncé dans son bureau, quelques jours auparavant, ignorait qu'il allait être père. Il lui fallait surement un peu de temps pour encaisser le choc, reprendre ses esprits et trouver comment prévenir le reste de sa fratrie

Une présomption qui se vérifia rapidement quand Selena lui ré-annonça la nouvelle de sa future paternité. Une annonce qui sentait le réchauffé, de son côté, mais elle devait en avoir conscience. Heureusement, elle ne semblait pas lui en tenir rigueur. Eh en même temps Alicia, pensait que ce n'était pas à elle de prévenir l'arrivée de son fils. Ce n'était pas son rôle que d'aller apporter cette nouvelle, mais à lui et à lui seul, quand il l'aurait décidé. Déjà qu'elle avait été au courant, avant le principal intéressé, c'était le seul dépassement qu'elle s'autorisait sur ce point. N'aimant pourtant pas avoir l'impression du mauvais rôle, d'avoir joué la menteuse, la brune voulue s'en défendre. Une action pressentie par sa cadette qui la devança, sur le fils, en levant la main, lui demandant de garder le silence. Une injonction auquel elle obéit, la laissait reprendre sur une note plus gaie et légère : Son premier doudou. Un sourire vient prendre naissance sur son visage, à cette évocation attendrissante. Elle avait encore un peu de mal à se dire qu'elle allait être grand-mère, alors imaginer son fils choyer un autre petit être humain s'était irréelle. Au moins, ils avaient fait le choix d'avancer ensemble et de trouver des solutions. Peut-être que ce coup du sort allait lui faire prendre conscience qu'il ne pouvait pas rester un éternel adolescent ? Qu'il ne pourrait pas toujours enchainer les fêtes et dépenser sans compter? Peut-être que se retrouver dos au mur allait le faire murir, lui faire prendre conscience de tout ce qui pouvait compter d'autres. En tout cas, il en prenait le bon chemin en s'apprêtant, à sa manière, à accueillir un enfant. Sauf que cela semblait être la face émergée de l'iceberg, vu qu'elle continuait sur la crainte de son frère. Ah pour ce qui était de l'annoncer à Severus, c'était effectivement à lui de le faire. Elle voulait bien être là, si jamais, mais c'était à lui de l'annoncer à son père, d'assumer ce qu'il avait fait. Maintenant que le choc était passé et que de nombreuses déductions avaient eu le temps de se faire, elle semblait plus sereine, pour en discuter.

Pour le reste, c'était sans doute une autre histoire. Un point qu'elle devrait aborder avec son mari, mais uniquement quand il sera au courant de l'histoire. Le plus tôt sera le mieux, d'ailleurs, parce que plus il va attendre, plus la nouvelle risquerait de lui arriver par un autre biais que le sien et cela risquerait de passer encore plus mal à ses yeux. Quoique le directeur de Serpentard n'avait pas trop à dire, niveau réaction, si on lui rappelait la sienne. Enfin que soit, elle raccrocha aux paroles de Selena, qui embraya sur le cas d'Edwin, pour prouver son argumentaire contre son père. Ainsi donc, elle avait été la dernière à qui son fils avait parler de cette histoire de fausse couche? Elle avait dû attendre d'être à moitié blessé dans le salon, par une explosion, pour qu'il ne se livre sur sa mésentente quasi quotidienne avec son géniteur, en lui racontant cette histoire comme exemple? Sauf qu'au lieu de continuer de s'offusquer, son audition se fixa sur une autre parole, celle qui signifiait que son fils avait reçu un message indiquant la continuité de la grossesse. Hein? Pardon ? Comment ça, elle était toujours enceinte? Non, non, elle devait faire erreur, le musicien lui avait bien dit que l'enfant n'avait pas survécu à la chute. Non? Ce n'était pas ça? Elle avait raté un épisode? Son regard semblait d'un coup bien plus soupçonneux qu'a l'accoutumée. Un geste qui fut rapidement suivi par ses sourcils qui se froncèrent, cherchant à arrêter sa fille dans son monologue, mais impitoyable, elle continuait. Comme si arriver au plus vite au bout de ces phrases ferait passer la pilule avec aisance. Foutaise ! En entendant les dernières syllabes, Alicia avait l'impression de se prendre un coup de poing dans la figure. C'était exactement le même effet. De l'incompréhension, elle virait à l'incertitude... Severus était au courant? Il était au courant et aucun des deux n'avait cru bon de le lui dire? De la tenir informé? Il lui donnait des cours par correspondance? Et pourtant Edwin en parlait comme s'il n'existait pas... Il y avait de l'incohérence et une hypothèse impossible à ses yeux.


-Les rejoindre et n'en parler à personne? Non attend, ils n'auraient..

Mais sa voix se tu. "Ils n'auraient pas fait ça, ils nous en auraient parlé" aurait été la fin de sa phrase, mais au regard désolé que sa fille posait vers elle, elle sut que c'était tout le contraire. Lentement, la colère remplaça la désillusion première, de n'être qu'une pauvre cruche qu'on venait de manipuler pendant de trop longue année. Cet abruti de Serpentard était au courant depuis le début, il avait tout manigancé avec son fils ! Qui à l'époque devait être trop perdu et trop jeune pour protester. Il leur avait menti! Il LUI avait mentit! C'était bien ce qui était le plus douloureux pour elle. C'était une constatation affreuse, pire qu'une gifle. Un véritable poison, un fléau... Si son aîné aurait pu craindre que cela lui tombe dessus - après tout, il avait eu une occasion en or de lui avouer la vérité, mais s'était contenté de lui avait servi le mensonge, que tout le monde savait déjà - elle en voulait à son propre mari. Là où elle croyait qu'ils n'avaient pas de secret l'un pour l'autre, qu'ils étaient honnêtes l'un envers l'autre, soudé dans l'adversité, il n'en était finalement rien. Le gout âcre et amer de s'être fait trompé lui arriva en bouche... Bougre d'imbécile. Fichu Serpentard! Sa mâchoire s'était crispée et elle ne percevait plus grand-chose de l'indistincte suite de répliques de Selena, qui révoltée prouvait à sa mère qu'elle n'avait rien compris à cette idée merdique, de les laisser en dehors de tout cela. Ignorante de ces questions, elle eut besoin de prendre du recul, de se relever. Ni une ni deux, la brunette arpentait le salon, mu par cette puissante envie de bouger, d'extérioriser la boule de colère qui venait de naitre en elle. Elle avait juste l'impression de s'être pris un coup de couteau dans le dos. Et venant d'un homme qui dit vous aimer, c'est encore pire! Elle ignorait pourquoi Severus avait fait cela, mais elle comptait bien lui donner son point de vue! Croyez-bien que le professeur n'allait pas l'apprécier, surtout remontée comme elle l'était. L'agitation qui l'avait pris étant une preuve suffisante, de ce trop-plein d'émotions.

-Pauvre con...

Ce n'était qu'un murmure colérique, une insulte, pratiquement un constat à ce stade. C'était des termes à la fois spontanée mais aussi tellement étrange à entendre de la bouche d'Alicia. De cette femme qui avait toujours voulu et souhaité montrer le bon exemple à sa progéniture, en usant de terme maitrisé et de diplomatie. Là, elle faisait tout le contraire. Surtout qu'elle n'avait jamais parlé en ces termes de leur père, elle était, au contraire, de celle qui tentait toujours de mettre de l'eau dans son vin. De tempérer l'ardeur dès un, et la verve des autres, de tenir l'église au milieu du village. Mais là, il avait tous les maux du monde. Comment pouvait-on ne fuse que penser à cette solution? Comment pouvait-il croire que le silence était la meilleure alternative? Comment pouvait-il obliger un enfant à vivre sans son père, pendant autant d'années. Lui mieux quiconque devrait savoir ce que cela fait de vivre sans père. Sans un vrai père, sans ce modèle masculin auquel s'identifiait tous les enfants. Par Morganne, mais quelle mouche l'avait piqué! Essayant de se reprendre, passant une main dans sa nuque, elle tourna enfin sa tête en direction de sa fille. Maintenant, elle comprenait mieux pourquoi son visage avait eu cet air si peu assuré, d'où venait sa mine étrange. Avait-elle eu du mal à l'encaisser? Des milliers d'autres questions lui flottaient à l'esprit mais en ensevelir la seule autre fille de la famille, ne lui donneraient pas les réponses.

-Mais comment peut-on penser que cacher l'existence d'un enfant est une bonne idée? C'était plus fort qu'elle, les mots glissaient sans qu'elle ne s'en rende compte... Pourquoi Edwin a-t-il attendu si longtemps avant de vous le dire? Pourquoi n'a-t-il pas saisi l'occasion, plus tôt? Quant à savoir pourquoi Severus a pris cette décision, je..c'est incompréhensible... Son nom avait été accentué, emplie de rancœur. Merlin, il devrait savoir mieux que quiconque ce que ça fait de ne pas avoir de père. Mais comment peut-on prendre une décision aussi stupide. Ça me dépasse...

Soufflant sa dernière phrase, la future quadra' se rassit à sa place précédente, avant de tendre le bras vers son verre de vin. Celui-ci fut terminé en une seule gorgée, tandis qu'un faible soupire lui échappait. Voilà qu'en plus d'accuser le choc d'être déjà grand-mère, depuis cinq ans, elle devait concevoir le fait que son mari lui avait, purement et simplement, menti. Désagréable sentiment. Avait-elle dit qu'elle le prenait comme une véritable trahison.? Peut-être pas au sens ou la majorité des gens le dise, mais en quelque sorte, pour elle, c'était bien ça. Leur situation ne permettait vraiment pas ce genre de cachotterie, ils devaient faire front commun, pas se diviser. Ajouter à cette colère tangible dans ses prunelles et dans son agitation soudaine, il y avait également un peu de crainte qui arrivait. Cette panique de savoir que de nouvelle vie venait d'être rajouté dans le panier. Dans celui qui dépendait de leur capacité à ne pas flancher et ça, ça lui plaisait beaucoup moins. D'une voix qu'elle voulut plus neutre, plus mesurée, elle reprit en regardant Selena.

-Il vous a dit ce que c'était? Une fille ou un garçon?..

L'intérêt était rallumé, mais le feu bouillonnait encore dans ses veines.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Selena Rogue
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 349
Célébrité sur l'avatar : Ksenia Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Mai - 17:59

Family Secret

Comme c'est dur d'être mère, comme c'est difficile d'être fille. Impossible d'être semblables. Impossible d'être différentes.
Alicia & Selena

Les secrets font plus de mal que de bien et ce n’est pas nouveau. Ne pas révéler une chose, la garder au fond de soi en s’imaginant que ce soit mieux pour tout le monde, ce n’était que des bêtises. Il vaut mieux une bonne dispute et repartir sur de bonnes bases que de mentir. Le mensonge détruit la personne qui le garde, mais aussi les autres qui sentent parfois que quelque chose ne va pas, sans savoir de quoi il s’agit. Un mensonge fait aussi naître bien des interrogations et ravive la paranoïa qui se cache en chaque être. Selena avait bien senti que son frère aîné n’oserait pas tout révéler à leur mère. Il avait profité de la nouvelle de la grossesse de la jeune Jezabel, pour se livrer sur son secret qui devait le bouffer depuis plusieurs années. Devant le peu de conviction que ses frères mettaient à avouer tout ça à leurs parents, Selena s’était portée garante de rapporter les faits à sa mère. Persuadée que comme elle, Alicia serait bien plus en colère contre son mari que contre son fils.

Il n’existe aucune bonne façon d’annoncer une telle chose à sa mère. Selena s’était retournée le cerveau dans tous les sens, se creusant les méninges comme elle le pouvait. Elle avait tenté d’apporter la chose lentement, en parlant de ce bébé à naître et de Calvin qui commençait à accepter sa paternité. Mais au fur et à mesure qu’elle s’enfonçait dans ses propos, dévoilant le secret immonde que Severus avait fait garder à l’aîné des jumeaux, Selena avait vu sa mère blanchir d’un coup. Perdante son sourire attendri, qui s’était fait crispé avant de finalement disparaitre, l’attitude d’Alicia était bien plus que normale et mérité. La fille de la famille préférait ne rien dire de plus, laissant sa mère accuser le coup. Elle-même ne comprenait toujours pas cette décision et l’insulte désignant son père était bien le moindre mal. Il mériterait tout un tas de noms d’oiseau dont la jeune fille se taira d’énumérer, uniquement par respect.

Tête partiellement baissée et regard fixant le tapis à ses pieds, celle qui n’était maintenant plus une adolescente, ne savait pas trop quoi dire, se perdant dans tout ça. Elle tentait de se mettre à la place de son père, pour comprendre ses motivations, mais tout ce qui en ressortait c’était du négatif. Rien que du négatif et de l’égoïsme, elle n’y voyait rien d’autre. Ce qui avait le don de faire naître de la rancoeur pour cet homme qu’elle admirait tant. La voix de sa mère se fit moins agressive et enfin Selena releva la tête, écoutant tout ce qu’elle en disait. C’était un besoin de se défouler verbalement à ce stade.

« Les jumeaux l’ont toujours admiré, autant qu’ils l’ont toujours craint. A Poudlard, papa n’était pas comme à la maison. Il était froid, distant et nous obligé à l’appeler Monsieur ou Professeur. C’était humiliant. Mais il avait aussi une autre tactique pour tenir les jumeaux tranquilles. Il les ignorait à la moindre bêtise. Il passait devant eux comme s’ils étaient de simples élèves parmi tant d’autres ou pire, comme s’ils n’existaient pas. Juste pour les punir. Edwin avait peur d’être rejeté et il a fait ce qu’il lui disait pour que ça n’arrive pas. »

Elle s’était arrêtée dans son discours se rendant compte qu’elle n’avait jamais vraiment dit à sa mère comment leurs années d’études à Poudlard s’étaient déroulées. Très mal, c’est certain. Les autres élèves se vengeaient de la sévérité de leur père et leur père ne leur prêtait guère d’attention. D’un côté, ils étaient trop Rogue pour avoir des amis et de l’autres, ils ne l’étaient pas assez pour que leur père leur témoigne le moindre des sentiments positifs.

« Si tu veux mon avis, ton mari n’a fait ça que par pur égoïsme. Quelle honte d’avoir ses enfants à Poudlard, si bien qu’il nous ignorait. Alors si l’un de nous avait un bébé en étant aussi jeune, c’est sa réputation qui en aurait pris un coup. Il n’a pas fait ça pour Edwin, il l’a fait pour lui. C’est un égoïste. C’est dégueulasse. Il a fait souffrir Edwin en lui demandant de garder ce secret et en l’empêchant de rejoindre son fils. Tout comme il a fait souffrir cet enfant. »

C’était un triste constat mais le seul que Selena était en état de faire. Elle qui avait toujours tenté de trouver des excuses aux agissements de son père. Elle qui lui avait tant de fois pardonnée ses erreurs. Voilà qu’à présent, elle était incapable de trouver le seul côté positif à toute cette histoire. Il n’y devait vraiment en avoir aucun. Elle se tut le temps que sa mère avale le contenu de son verre, d’un seul coup. Tout comme Selena avant elle, il était normal qu’Alicia ait le besoin de s’alcooliser pour que les choses passent un peu mieux. La nuit porte conseille disent certains, peut-être que le lendemain, la situation sera plus claire et qu’elles comprendront le choix de Severus. Mais pour l’heure, ce n’était pas le cas. C’était bien loin de l’être. Si loin, que l’homme avait considérablement baissé dans l’estime de son unique fille.

Le regard de Selena croisa celui de sa mère après ses dernières questions. Il était difficile de parler de cet enfant sans repenser à ce que Severus avait fait. Mais ce n’était sûrement pas de la faute de ce petit être qui n’avait rien demandé à personne.

« C’est un garçon, il s’appelle Stan. Et Edwin en parle comme s’il s’agissait de sa plus belle réussite. Mais…que compte-tu faire ? Edwin est si perdu et le pire c’est qu’il craint encore la réaction de papa. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1774
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Juin - 13:36



Family Secret
Ft. Selena Rogue


Les récents changements vécus par le monde magique n'enlevaient rien au danger qui planait au-dessus de nos têtes. Depuis des mois, pratiquement des années, les risques s'étaient considérablement accrus, tandis que la guerre continuait de faire rage. Impitoyable et interminable. Dans ces conditions, accorder sa confiance, accepter de se laisser allez corps et âme sous le joug d'une personne était une arme dangereuse. L'aveuglement et la dépendance produite pouvaient alors vous conduire à votre propre déchéance. Vu qu'il était ardu de deviner si oui, ou non, votre interlocuteur pouvait mériter votre abandon, sous sa bienveillance. Plus que jamais, aujourd'hui, il fallait scruter les gens et la distiller avec prudence. Pourtant, sans elle, il n'y avait plus de relation sociale, plus d'amitié, plus aucune avancée possible. Alors pour essayer de deviner les gens, pour savoir si vous pouvez vous lier avec eux, sans le moindre danger, certains se fiaient aux paroles. Une technique assez vague et beaucoup trop vaste, ne donnant aucun résultat tangible, tant les paroles s'envolent...Du coup, la meilleure façon de faire semblait être de se fier aux actions, aux faits et gestes qu'on pouvaient observer. C'était grâce à ces visions, à ces longues discussions, qu'Alicia avait petit à petit fait confiance à son mari. Une confiance qu'elle ne qualifierait pas d'aveugle, mais suffisante pour pouvoir envisager un avenir ensemble, sans se poser mille et une questions. Tout n'avait pas forcément été rose, ni sans embuche, le choix des mangemorts et de la rouquine revenait d'ailleurs souvent comme une cause de conflits, mais sans jamais salir la relation qui était la leur. Pourtant, aujourd'hui, elle avait l'impression de subir un retour de manivelle, une violente gifle, un retour brulant à la réalité. Là ou la matriarche de la famille Rogue ne s'attendait qu'à une acclimatation délicate de sa cadette à devenir tante aussi vite, elle comprit rapidement que le mal qui la rongeait était plus profond et violent. Au fils de ses paroles, glissant comme un serpent, ne s'arrêtant pas, la brune apprit que son fils, Edwin était déjà père depuis de longues années.

Père esseulé, privé de son fils et de sa compagne par un pacte qu'il avait accepté de passer avec son propre père, sans doute dans la précipitation et la panique. Alicia avait du mal à encaisser le choc, à encaisser le mensonge et la dure réalité. Avoir confiance en quelqu'un s'était aussi accepter ces défauts, savoir voir ses faiblesses, mais elle refusait d'accepter celle-là. Elle ne comprenait vraiment pas pourquoi Severus n'avait pas cru bon de la prévenir. Pourquoi il avait préféré agir seul, en gardant le silence, emmenant avec lui un adolescent paumé dans sa descente aux enfers. Avait-il cru que l'ainé des jumeaux n'était pas prêt à élever un enfant? Possible, c'était même une certitude à cet âge-là, mais cela ne justifiait en rien son acte affreux et décadent. Comment avait-il pu faire cela, oser même y penser? La douleur de cet affront était plus cuisante qu'une adolescente enceinte, finalement, plus perfide et vicieux. Si la discussion et la dispute avaient eu lieu bien avant, l'eau aurait déjà coulé sous les ponts, aujourd'hui, le poison se rependait avec violence et véhémence. Elle ne comprenait pas son choix, ni ses actes et se sentait tout bonnement trahie, humiliée, de se retrouver catapultée dans cette situation, avec l'intime conviction d'être la seule à avoir la tête sur les épaules. L'aurore lui en voulait à lui, à tel point que la gifle serait certainement partie, suivis d'une dizaine de répliques, toutes plus virulentes les unes que les autres, si il s'était retrouvé en face d'elle. Mais ce n'était pas le cas. Il n'y avait que Selena, assise dans le canapé, qui la regardait en douceur, la laissait fulminer. Parce que oui, la douce et paisible Serdaigle semblait balayée, le feu pulsait dans ses veines, rongeant son calme et sa capacité de réflexion. Elle avait toujours été la plus pausé, la plus réfléchie, mais le coup en traitre l'empêchait d'en user. L'accumulation des contrariétés, des sentiments et des menaces devaient y être pour beaucoup, elle n'avait tout simplement pas une résistance en fer forgée, ni une carapace émotionnelle aussi solide que la sienne. Elle enrageait, ne trouvant pas la moindre logique à toute cette histoire.

La cadette des Taylor marchait dans le salon tel une lionne en cage. Cet enfant avait été privé de son père, et lui de son fils, s'était inconcevable. Il avait manqué les plus belles années, celle où tout l'apprentissage se faisait. Comment et pourquoi avoir fait ça? Des milliers de questions tournaient sous son crâne et seul une insulte débuta les prémices de ses répliques. C'était plus fort qu'elle. Rogue le méritait. Il lui avait menti... C'était déjà assez dur comme ça que de devoir, en plus, composer avec des mensonges à la pelle. Puis finalement, incapable de se taire, se tournant vers la brune, la future quadra' avait posé ses questions. Au vent sans doute, Selena elle aussi ne pouvait que supposer, faire des hypothèses, car seul le principal concerné pourrait y répondre. Croyez-bien qu'il allait devoir poser un argumentaire sans failles et une bonne défense, parce qu'elle était littéralement remontée à son encontre. Même quand elle avait appris qu'il s'était engagé chez les mages noirs, elle ne s'était pas sentie aussi vexée, là, cela avait surtout été une acre désillusion. Sa fille finit par reprendre expliquant la raison qu'avait certainement eue Edwin de lui faire confiance, à son tour. La peur de le perdre, la peur de baisser dans son estime. La simple et pure crainte, comme celle qu'il pouvait inspirer à chaque élève passant dans ses cours et n'étant pas à Serpentard. Un soupire traversa ses lèvres, alors qu'Alicia passa ses mains sur sa figure. Merlin, mais il avait tout fait de travers. Main dans les cheveux, elle essayait de retrouver son calme et son flegme, de reprendre ce constat d'être l'eau contre le feu, sans grand succès. Figée, debout dans le salon, elle fixait Selena qui enchainât, répondant à ces questions par un pur et simple égoïsme. Égoïste n'était pas le premier qualificatif qui lui viendrait à l'esprit en parlant du directeur des verts et argents, mais sur le coup, elle ne voyait pas d'autre terme. Qu'est-ce qu'elle s'en fichait que cela aurait fait jaser, que les critiques auraient fusé, au moins cette enfant aurait pu connaitre son père...


-Sa réputation? Tu crois vraiment que c'est pour cela qu'il a fait ça? Pour éviter des chuchotements et des propos blessants à son encontre? Je ne vois pas ce qu'un peu plus ou un peu moins aurait changé à l'histoire. Surtout qu'à présent, c'est pire que mieux. Puis, ce ne serait pas le premier dans le cas, pas le dernier non plus. Cet enfant n'avait rien demandé, il ne méritait pas cela et certainement pas le silence et les mensonges...

Oh non, il ne méritait pas d'être élevée par une mère toute seule, sans pouvoir connaitre son père. Attendre la fin des études, attendre une réalisation d'une vie avant de pouvoir enfin côtoyer le fruit de vos entrailles, c'était purement et simplement injuste. Égoïste, finalement Selena avait trouvé le bon mot, celui qui résumait cette situation bien mieux que le reste. Après il s'étonnerait encore de voir la relation avec ces enfants se détruire petit à petit, mais si il n'était pas là pour vraiment les aider quand ils en avait besoin, alors que croyait-il? Respirant profondément, elle s'assit enfin sur le canapé, alors qu'elle terminait cul sec son verre de vin. Cela ne ferait pas passer les choses, mais elle avait brutalement eu le besoin, outre celui de se défouler une bonne fois pour toutes, d'avoir une petite dose d'alcool. Eh c'était tout ce qu'elle avait sous la main. Essayant de passer au-dessus de l'incompréhensible et de la colère, elle voulait se raccrocher à toutes ces nouvelles qui lui arrivait. Entre un petit fils, ou petite fille, à naitre et un déjà bien là, dont elle ignorait tout. Alicia avait peu à peu l'impression que le restant de sa vie lui échappait, que tout partait en tout sens et qu'elle n'allait pas savoir gérer. Essayant d'oublier cette dure vérité qui venait d'être dévoilé, elle voulut se concentrer vers ce petit bonhomme de cinq ans, dont elle ne savait rien, n'ayant toujours pas fait le rapprochement entre Laverne et les Poliakoffs, chez qui elle allait pour des conseils quand le besoin se faisait sentir, dans les enquêtes. Regardant sa fille, le visage encore crispé et fermé, elle l'écouta dire qu'il s'agissait d'un petit garçon, prénommé Stan. Un mince sourire s'afficha sur son visage.

-A-t-il put le voir, au moins une fois, ces dernières années? Demanda-t-elle doucement, alors qu'elle peinait à imaginer se retrouver priver de ces enfants. Elle ne l'aurait pas supporté, c'était pratiquement certain. Son visage se durcit pourtant quand la brune lui demanda qu'elle allait être sa réaction, ce qu'elle comptait faire. Il craint sa réaction? Oh mais il n'a rien à craindre du tout, je ne crois pas que Severus aille encore son mot à dire dans cette histoire, où le moindre commentaire à faire. Il a fait l'erreur, il n'a plus rien à reprocher à son fils. Vouloir voir son enfant, c'est naturel... Quant à lui, il aura intérêt à trouver une excellente excuse, moins pitoyable qu'un égoïsme. Il a d’ailleurs de la chance qu'il soit aussi tard.

Oh que oui, sinon compter sur l'employée du ministère pour se rendre illico presto à Poudlard, pour lui exprimer très clairement sa façon de penser. D'ailleurs, elle comptait bien le faire mais elle aurait du mal à trouver une explication plausible à donner à Hikkins, où Rusard pour signaler qu'elle voulait enter dans le château, à cette heure aussi tardive, et si urgemment. Ce n'était pas grave, elle le ferait incessamment sous peu. L'abcès était crevé, il fallait donc continuer de le percer. Alicia ne rentrerait pas dans son jeu d'ignorance, il allait devoir s'expliquer et rapidement. Elle s'adossa au canapé derrière elle, avant de tourner son regard vers sa fille.

- Si toi aussi tu dois m'annoncer que tu es enceinte, si tu voulais bien attendre demain, ce serait aimable, ma chérie... Je trouve que ce mois de janvier est déjà bien assez surprenant comme cela.

Évidemment c'était avec humour qu'elle voulait dire cela, elle voulait faire descendre la tension qui avait grimpé dans son organisme, en essayant de relativiser et de reprendre sur autre chose. Sa fille et le petit Stan n'était pas les responsables, ils ne devaient ni subir sa foudre, ni sa mauvaise humeur passagère. Il restait pourtant des traces de ces sentiments violents, bien qu'ils étaient peu à peu remplacés par ce poids imposant de stress. Si Lord Voldemort venait à entendre tout, elle craignait de ne plus pouvoir être en mesure de les protéger.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Selena Rogue
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 349
Célébrité sur l'avatar : Ksenia Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Juin - 21:00

Family Secret

Comme c'est dur d'être mère, comme c'est difficile d'être fille. Impossible d'être semblables Impossible d'être différentes.
Alicia & Selena

A l’approche du nouveau millénaire, Selena avait entendu bien des choses totalement folles. La fin du monde entre autre. Mais sur l’instant, en entendant ces inepties, elle se disait surtout que les Moldus étaient un peu dingues sur les bords. A présent, avec ces quelques jours de reculs, son point de vue a considérablement changé. Si la Terre n’a pas pris feu dans la nuit du trente-et-un décembre au premier janvier, si elle n’a pas non plus explosé à ce dit moment, les nouvelles s’enchainaient dans un rythme effréné. Et c’était toujours pire que la fois précédente, comme si ça n’en finirait plus. Est-ce que leur famille se trouvait dans un engrenage où la seule fin serait une tragédie ? Avec un début d’année aussi dramatique, les mois à venir pouvaient être effrayants. Calvin devenait papa, Edwin l’était déjà, Doyle était passé à deux doigts de la mort et de vieux secrets enfouis depuis quelques années, éclataient un peu comme des bulles de lave, arrosant de sa brulure chaque membre de la famille.

Selena était en mesure de comprendre les sentiments de sa mère. Elle devait se sentir bafouée, ridiculisée et ne plus vraiment savoir où elle en était. C’était un peu ce qu’elle-même, alors simplement fille du couple, avait ressenti lorsque la vérité avait éclaté. Tout d’abord une panique incompréhensible, une grande colère, pour laisser place à de la rancoeur et au dégout. De l’égoïsme, c’était la seule chose qu’elle pouvait dire à cet instant. Jamais, Selena n’aurait imaginé que son père pouvait tenir un tel secret et faire comme si de rien n’était chaque jour, surtout devant Edwin. N’avait-il donc aucun coeur ? Aucune estime pour son propre fils ? Même si très calme d’apparence, la jeune fille avait l’impression que son sang était en ébullition à l’intérieur de ses veines et artères. Son frère ne méritait pas ça.

Elle ne voulut pas enfoncer le clou lorsque sa mère tenta de comprendre. Préférant la laisser vider son sac et boire un bon coup. Le besoin d’extérioriser ce qu’elle pensait, mais surtout de reprendre son calme. Et c’est une nouvelle fois avec brio, que la mère de famille le faisait, au grand étonnement de sa fille qui n’imaginait pas qu’elle allait se calmer aussi vite. N’aimant pas vraiment être à la place de l’oiseau de mauvaise augure, l’étudiante baissa un instant la tête, ne la relevant que lorsque sa mère lui adressa la parole. Un faible sourire s’afficha aussi sur son visage, se tournant légèrement vers elle pour répondre à ses questions concernant le petit garçon de son frère. Parler de l’enfant apaisait la tension, pourtant encore palpable, mais à la nouvelle interrogation qui tomba, le visage de Selena se ternit pratiquement d’un seul coup.

« Non, la seule fois qu’il l’a rencontré, remonte à seulement quelques jours. Avant ça, tout ce qu’il avait de son fils, c’était des photos. »


Elle se contenta de sourire en entendant sa mère souligner l’heure tardive. Evidemment, Selena la connaissait bien et elle était certaine qu’Alicia n’allait pas laisser les choses ainsi. Sûrement que d’ici quelques heures, à la levé du jour, elle irait régler ses comptes avec le Directeur de Serpentard. Ce ne serait que justice. Et après tout ça, la fille de la fratrie comprenait enfin mieux, pourquoi Edwin avait toujours plus ou moins évité leur père. Il ne s’agissait plus là, de griefs d’adolescent, mais bien d’une terrible histoire qui n’aurait jamais dû se dérouler ainsi. L’orage semblait passer, laissant même une ambiance toujours électrique, mais s’apaisant un peu plus, au point que la mère de famille s’autorisa à un peu d’humour.

« Maintenant que tu le dis… » Selena laissa ses paroles en suspend, avec un air vraiment sérieux sur le visage. « Non je plaisante, je ne suis pas enceinte. »

Non, ça ne risquait pas même. Elle n’a rien contre les enfants et dans un futur plus que proche, elle devra bien le prouver, mais elle se trouve trop jeune pour enfanter. Et sans petit ami aussi, c’est encore moins possible. Mais en songeant à ça, c’était sûrement le bon moment pour faire quelques annonces aussi, pour que le mois de Janvier soit bouclé.

« Je pense que le mieux, c’est de tout annoncer d’un seul coup pour être ensuite tranquille. Tu ne crois pas ? J’ai aussi quelques révélations à te faire. Je n’ai aucune date à fournir, mais d’ici quelques jours peut-être plus ou alors moins, Wulfric et moi, nous allons chercher un appartement. »

Selena faisait passer le fils Mulciber pour son petit-ami depuis quelques temps. C’était seulement pour que sa mère arrête de la questionner et de tenter de découvrir ce qu’elle cachait. Mais il n’avait accepté de jouer ce rôle, seulement s’ils devenaient colocataires. D’ailleurs, un jour, Selena devra bien quitter la maison de ses parents. Beaucoup des jeunes gens ayant été à l’école avec elle, l’avaient déjà fait depuis un petit bout de temps. A son tour de faire le grand saut. Et ce n’était pas comme si elle comptait partir à l’autre bout du monde.

« Je ne partirais pas loin et tu seras toujours la bienvenue dés que tu te sens seule. Est-ce que tu m’en veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1774
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Aoû - 10:46



Family Secret
Ft. Selena Rogue


À l'heure actuelle, arriver à avoir une vue d'ensemble devenait compliqué, carrément optionnel, tant l'humain était bombardé d'information en tous genres. Quand ce n'était pas les ragots, les potins ou les indécrottables "on dit que", messe basse et autre chuchotement, c'était les jugements hâtifs qui prenaient la relève. De plus en plus, il suffisait d'une seule rencontre, de vêtement un peu miteux, ou d'une mine renfrognée pour cataloguer quelqu'un au rang de mauvaises personnes. Difficiles dès lors de balayer les préjugés, les mauvaises opinions ou une sombre réputation. Surtout que celles-ci se propageaient comme un nuage de poudre. Était-ce simplement à cause de cette possibilité de transmission rapide que Severus avait choisi le silence et l'ignorance? Alicia avait du mal à le croire. Avait-il seulement déjà porté de l'intérêt à ce qu'on pensait de lui, ailleurs que dans sa propre famille? Elle en doutait. Là où les propos de son enfance s'était montré certainement blessant et humiliant, l'homme avait finit par en faire sa force, son propre dédain. Il usait de ces paroles, en jouait même en ne faisant rien pour les démontrer, préférant les laisser dans leurs erreurs. Alors pourquoi s'en inquiéter à l'époque où son propre fils avait, par erreur d'adolescent, mis une jeune fille enceinte? C'était différent, certes, mais pas insurmontable. Était-ce pour Edwin, pour lui éviter quelque chose? Ou ce simple égoïsme d'empirer son cas? La question restait ouverte, tandis que l'auror en aurait confirmation que quelques heures plus tard, quand elle se déciderait à mettre au clair toute cette situation qui venait de lui exploser au visage. Eh pourtant, elle se trouvait bien incapable de s'en remettre, c'était tellement brutal que ses propres émotions avaient emporté le combat sur sa réflexion.

C'était toujours fulminante, les veines en feu, l'esprit perdu en conjectures qu'elle parlait sans vrai attente de réponse de la part de sa fille. Après tout, la plus jeune des Rogue était exactement dans la même situation qu'elle, elle avait même dû encaisser une bombe de plus, vu que la matriarche était déjà informée pour le cas de Calvin & de Jezabel. Enfin, là n'était pas la question. Essayant de se ressaisir, de reprendre le contrôle, de redevenir maitre d'elle-même et d'appliquer se cinglant "contrôles tes émotions" qui avait poursuivi tout son apprentissage de l'occlumencie, elle essayait de revenir au principale. C'était à dire au petit Stan, dont elle ignorait tout. Un inconnu, un petit bambin qui du haut de cinq années débarquait en trombe dans leurs familles. Une incompréhension totale, jamais Alicia n'aurait réussi à rester éloignée de ces enfants aussi longtemps. Encore aujourd'hui, s'il advenait qu'on les lui enlevait, se serait certainement le drame de sa vie. C'était avec cet espoir vain, cette dernière petite lueur à laquelle elle voulait se raccrocher, pour oublier la colère qui battait en elle, qu'elle demanda s'il l'avait eu moins déjà vu, brièvement mais un peu. Comme elle finit par s'y attendre, la massue tomba une nouvelle fois de la bouche de la jeune fille, c'était négatif. Il n'avait eu que des photos. Des images, des petites mots, c'était de piètre lot de consolation, une vraie torture. Immédiatement, la brune avait fermé les yeux en lâchant un nouveau soupire déçu, pratiquement douloureux, ses mains étaient remontées à son visage, le prenant dans celle-ci un instant. Merlin, c'était irréel...

C'était une nouvelle douche froide qui s'ajoutait à l'incompréhension du reste et faisait remonter en flèche son envie d'en découdre. Si l'heure n'avait pas été aussi tardive, elle se serait promis de prendre illico presto la direction de Poudlard, mais c'était impossible à présent. Le directeur de Serpentard, dans son malheur à venir, avait néanmoins de la chance. La nuit sera passée et se serait donc certainement plus calme qu'elle lui ferait face, ce qui ne risquait pas de durer bien longtemps par contre. Sa décision était prise, elle n'attendrait pas un jour de plus, ce mensonge avait duré assez longtemps et elle détestait cette impression d'avoir été prise pour une conne, pendant des années. Elle lui faisait confiance, lui confierait sa vie et voilà comment elle en était remerciée. L'ancienne Serdaigle essaya de chasser tout cela de son esprit, ce sujet était évidemment brulant, hautement sensible, révoltant, les mots le qualifiant varié et intense, mais les responsables n'étaient pas dans cette pièce. Elle avait besoin de décompresser, d'essayer de relâcher la tension, elle choisit pour y arriver un trait d'humour, demandant à Selena d'attendre pour toute nouvelle naissance à venir, de sa part. Elle n'était pas sur de pouvoir l'encaisser aujourd'hui. Ce serait la petite goutte qui ferait déborder le vase. Heureusement, mère et fille se comprenant sans trop de mal, excepté sur quelque point, elle avait saisi la perche, laissant planer un doute amusé, qui avait fait retourner le regard profond de sa mère vers elle, avant de clore le sujet rapidement. Un sourire s'afficha sur ses lèvres.


-Voilà qui me rassure, ce cher Wulfric évite une conversation désagréable... D'ailleurs comment va-t-il?

Humour de sa part, là encore. Quoique. Cela aurait eu un trait de vérité dans le cas contraire, surtout qu'elle trouverait ça plutôt rapide, étant donné que sa fille lui avait annoncé le nom de son petit ami que tout récemment. Enfin, il fallait croire que ses enfants n'avaient pas leur pareil pour sauter les étapes d'un seul coup, mais bon elle avait espoir que la plus jeune eût un tant soit peu plus la tête sur les épaules, et éviterait les bêtes accidents de protection, jusqu'au jour où elle se sentira peut-être prête à devenir mère. Que soit, elle préférait éviter le sujet, ce genre de pensée lui donnait un coup de vieux terrible, ce n'était pas ce qui l'enchantait à l'aube de ces quarante ans. Laissant redescendre la tension, reléguant en second plan l'affaire concernant Edwin et Severus, elle s'apprêtait à proposer autre chose, quand la petite dernière de la famille reprit la parole. Visiblement, elle aussi avait quelque chose à avouer et elle préférait le faire rapidement, d'un seul coup, tel un sparadrap. Décidément, rien ne lui serait épargner en se début janvier. Nous étions à peine au début de ce siècle, qu'elle en venait à souhaiter une seule chose, être en décembre. Bien qu'à ce rythme et à ce stade, elle n'était pas sur d'être encore en vie, ni d'avoir une famille... Elle raccrocha ses pensées vers les paroles de Selena, qui lui annonça qu'elle envisageait de quitter le manoir, de voler de ses propres ailes. Eh voilà, la cadette prenait elle aussi son envol, allait quitter le domicile familial et faire sa propre vie. À la différence des jumeaux, ce n'était pas simplement avec un ami, un copain, ou un collègue, mais bien avec son petit ami officiel. Est-ce que cela deviendrait-il déjà sérieux entre eux? Qui sait... mais elle encaissa le choc sans broncher. C'était la vie qui allait ainsi, elle savait bien que cela arriverait un moment ou un autre, nous y étions. Alors elle n'était pas furieuse, ni vexée, juste surprise. Elle fit un signe négatif de la tête et releva son regard noisette, beaucoup plus clair en cet instant, vers elle.

-Non. Non, bien sur que non, je ne t'en veux pas. Tu es dans tes études, tu as un métier devant toi, une vie sur le côté, tu veux prendre ton envol, quoi de plus normal? J'ai fait pareil, à ton époque, je peux difficilement t'en vouloir de te lancer. Et puis tu aurais vu la tête de ton grand-père quand j'ai dit que je quittais la maison, ça valait de l'or... Alors je suis juste surprise de l'entendre, alors que tu ne m'avais même pas parlé que tu l'envisageais, ou que tu cherchais un appartement. C'était spontané et récent, du coup? Vous avez déjà des endroits en vue? Vous voulez rester sur Londres?

Elle préférait rebondir sur leur future vie à venir, plutôt que de s'attarder sur son ressenti biaisé, à savoir qu'elle allait à nouveau se retrouver seule dans ce manoir. Une solitude plaisante par moments et beaucoup trop lourde, parfois. Alicia avait longtemps rêvé d'avoir un peu de vacance, à l'époque où ces trois garnements gambadaient dans la maison, criaient, hurlaient et jouaient. Puis elle était passé par un stade assez isolé, à leur entrée à Poudlard, pour en revenir à une habitude qu'elle avait trouvée appréciable en croisant âme qui vive avec Selena. Leurs horaires différents ne permettaient pas énormément, mais c'était mieux que rien. Elle allait donc revenir au stade de Poudlard, sans retour de vacances. Que soit. Elle n'était pas fâchée, pas contre elle en tout cas, elle était pour son cas, plutôt contente. Il fallait se faire ses expériences et ne pas s'accrocher à elle.

-Je suis la première à qui tu l'annonces?

Ou sous-entendu, le restant de la fratrie était déjà au courant de cette envie.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Selena Rogue
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 349
Célébrité sur l'avatar : Ksenia Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Sep - 19:12

Family Secret

Comme c'est dur d'être mère, comme c'est difficile d'être fille. Impossible d'être semblables Impossible d'être différentes.
Alicia & Selena

Parfois, Selena avait l’impression de ne pas connaitre sa propre famille, aussi bien qu’elle l’imaginait. Comment avait-elle pu passé à côté de tout ça ? Comment avait-elle fait pour ne pas se rendre compte que quelque chose n’allait pas avec Edwin ? Elle s’en voulait tellement. Tout ce temps qu’elle a passé à pester contre ses frères, pour tout et n’importe quoi, n’a fait que l’aveugler lorsque le problème a eu lieu. Mais sans doute qu’elle n’était pas la seule à s’en vouloir à ce moment précis. Elle avait bien vu l’air perdu de Calvin et puis leur mère ne devait pas non plus comprendre comment elle avait pu louper tout ça.

Mais Selena n’avait pas l’intention de poser des questions à ce sujet. Il se faisait tard et la nuit porte toujours conseil. Pour le bien être de tout le monde, mieux vaut se mettre sous la couette et attendre le lendemain pour tenter d’y voir plus clair. Peut-être qu’après une bonne nuit de sommeil, les choses paraitront plus logiques et surtout moins problématiques. Après tout, l’arrivée d’un enfant dans une famille, c’est une bonne chose. Une nouvelle qui doit réjouir tout le monde et ne surtout pas mettre les gens en colère, peu importe de quelle façon tordue ce gamin débarque. Il n’y est pour rien et il ne doit en rien subir tout le mensonge qui l’entoure. Mais ce n’était que le point de vue d’une Selena à bout, tant à cause de la fatigue de ses révisions, de ses activités pour l’Anarchie que des nouvelles qui n’arrêtaient pas de lui tomber dessus. Pourtant, ce n’était pas terminé, puisque l’humour, toutefois un brin tendu, s’installa dans la pièce, comme pour que l’atmosphère chargé en mauvaises ondes, finisse par s’évaporer. Il était à présent question de Wulfric et le sujet n’était peut-être pas mieux que le reste. Là encore, cette histoire est basée sur un mensonge. La jeune femme se trouvant démunie face à sa mère, avait été forcée de raconter ce bobard, pour ne plus avoir droit à un véritable interrogatoire dés qu’elles se croisaient.

« Il va bien même s’il semble avoir prit un abonnement à Sainte Mangouste. »

La plus jeune des deux femmes Rogue jouait un peu la carte de l’ironie, même si ce n’était pas si drôle que ça. Depuis quelques temps, il ne se passait pas une semaine sans que Mulciber fils ne débarque blessé. Elle commençait à craindre pour sa vie. Si jamais, un jour il lui claquait dans les pattes, elle serait bien avancée. Surtout qu’elle commence peu à peu à s’attacher à lui. Plus qu’elle ne l’aurait voulu et imaginé. Mais quitte à annoncer des nouvelles désagréables, autant le faire vite et c’est comme ça qu’elle révéla son envie de s’en aller du manoir.

Selena regardait sa mère tout en l’écoutant. Un léger sourire étira ses lèvres en imaginant son grand-père le jour où elle lui a annoncé s’en aller avec Severus. C’est vrai que ça devait valoir le coup d’oeil. Puis les questions commençaient à dégringoler les unes après les autres. L’unique fille de la fratrie Rogue cherchait un moyen de ne pas s’enterrer davantage dans le mensonge. C’était bien trop difficile de toujours craindre qu’un secret explose.

« On a pris la décision quelques jours avant les vacances de Noël. Mais avec les préparatifs des fêtes, ce n’était jamais le bon moment pour l’annoncer. J’avoue que les recherches stagnes encore, surtout s’il faut attendre après Wulfric pour se bouger. Ses parents ne sont pas de Londres, alors peut-être qu’il va vouloir rester prêt d’eux. On en a pas encore vraiment parlé, je dois dire. »

Devait-elle rajouter l’Anarchie par-dessus ? Quitte à pourrir une journée autant que ça soit celle-ci. Elle l’était déjà assez pour rajouter une petite dose. Mais sa mère revenait sur le déménagement, s’inquiétant d’être ou non la première personne au courant. Selena ne pouvait jurer de rien pour le coup.

« Tu es la première à qui moi je le dis. Mais sûrement que Wulfric l’a déjà annoncé à ses parents et aux jumeaux. Il ne m’a rien dit. Et j’ai… encore une petite chose à te dire. »

Elle baissa à nouveau la tête, observant la table basse et cherchant les mots pour cette annonce. C’était bien trop compliqué, il n’y avait pas de phrases toutes faites. Et contrairement à Calvin, elle n’avait pas la chance de se faire griller toute seule, comme lui lors de la Nuit Rouge.

« Avant toute chose, il faut que je t’avoue quelque chose. Pendant la Nuit Rouge, j’ai failli mourir. Et je ne serais pas là aujourd’hui sans l’intervention de Darren Hellson. Je sais ce que tu pense de lui, mais il a risqué sa vie pour sauver la mienne. Et même si tu pense que c’était la moindre des choses, parce qu’il était à l’origine de tout ce bordel, dis-toi que sans lui, je ne serais plus là aujourd’hui. Il n’était pas obligé d’intervenir, mais il l’a fait. Sans ça, tu aurais été l’une de ces nombreuses mères a devoir enterré l’un de leurs enfants. »

Elle ne devait pas avoir besoin d’en dire plus, sa mère était intelligente et elle comprendrait vite qu’elle lui annonçait être entrée dans le mouvement comme Calvin avant elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1774
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Sep - 10:49



Family Secret
Ft. Selena Rogue


Depuis ce début d'année, il n'y avait plus qu'une seule constante dans leurs vies, celle de tomber de Charybde en Scylla. Celle d'aller d'une nouvelle potentiellement problématique, à une seconde, l'étant toujours plus. Un cercle vicieux, un maudit engrenage, dont Alicia se serait volontiers passée. Ils n'avaient vraiment pas besoin de ça pour compliquer la donne, pas besoin de toutes ces embuches sur leur chemin, car il était déjà bien assez accidenté comme ça. Ce qui n'était évidemment pas au gout de tout le monde, vu que le hasard, le destin ou qu'importe le nom qu'on souhaite donner à cette malchance, en avait décidé autrement. Jouant avec eux comme de simple pantin, malmenant leurs certitudes, brisant leurs habitudes. Il semblerait presque que tout devait être remis en question, recentrer, retravailler, un poids de titan, une patience de moine, un acte impossible tant les coups s'étaient succédé avec une malsaine adresse. Parce que effectivement, depuis début Janvier, les nouvelles n'avaient eu de cesse de s'enchainer, devenant pratiquement plus dangereuse et affreuse au fil des jours. Une montée en puissance ne pouvant que laisser craindre son apothéose. À croire que l'an deux mille avaient décidé de compliquer leur vie, voire de carrément la faire basculer. Un nouvel air, un nouveau siècle, serait-ce celui des catastrophes? De la désillusion et du désespoir? Peut-être... Dire que tout aurait put commencer de la plus belle des manières. Après tous, la naissance d'un enfant, l'arrivée d'un futur bambin était habituellement festif et joyeux, non pas un signe d'oiseau de mauvais augure. La surprise faisant, l'effet n'avait pas été escompté et la suite avait déboulé avec violence. Un secret éclaté, éventrée, qui du jour au lendemain prenait de l'ampleur, libérait les uns d'un poids devenu trop lourd, tous en ensevelissant les autres sous les décombres créés. Un véritable raz-de-marée de sentiment, une boule colérique, une incompréhension commune que partageait l'ensemble de la famille Rogue, ou du moins la partie ignorant le débat premier. Des pulsions partant dans tous les sens, balayant la logique, faisant place à la vexation, ou à la culpabilité, un ensemble devenu foutoir.

Préférant laisser ces remouds de côté, Alicia s'était d'abord fixé sur ce petit inconnu qui venait de débarquer, Stan, avant de choisir de faire redescendre la tension. La brune avait besoin de relâcher cette pression, de diminuer cette sensation oppressante, en usant d'humour. Une tentative sans doute avortée quand elle entama volontairement le sujet de Wulfric Mulciber, mais là encore, elle ne pouvait le savoir. Sa fille lui avait servi l'excuse sur un plateau d'argent, préférant ce mensonge à une autre vérité, sans doute tout aussi difficile à exprimer. Il ne fallait dès lors pas s'étonner que le nom de l'ami de ses fils apparaisse dans la conversation. Cela semblait même naturel de s'inquiéter de lui, maintenant que le sujet s'y était approché. Un point pourtant rapidement éludé par Selena, qui lançait la carte ironique. Le regard de l'ancienne Serdaigle, avait accroché le visage de la plus jeune, un instant, avant de garder le silence, sentant le sujet plutôt glissant. La journée avait été suffisamment longue et riche que pour choisir d'en remettre une couche. Ou pas. Si la médicomage n'avait aucun rapport à annoncer concernant une brioche dans le tiroir, elle en avait quand même une à faire : Son départ prochain. En quelques mots, la plus jeune de la fratrie lui annonçait prendre son envol dans les plus brefs délais, quitter le cocon familial, suivre sa vie. Un moment charnière qui allait de toute façon arriver, tôt ou tard. Si cela la chamboulait quand même, on restait un peu mère poule quoi qu'on en dise, elle se rangea à la logique. C'était naturel de vouloir partir, elle n'allait pas rester à leurs côtés dans le manoir. Elle allait avoir sa vie à gérer, à créer et à assurer. Non, elle ne lui en voulait pas, elle la remerciait même de la prévenir avant de la mettre devant le faite accompli, assurant que son père avait tiré une tête qui avait valu le détour. Mais chasser le naturel et il revenait au galop. C'était plus fort qu'elle. La curiosité revenant d'elle-même, lançant ces question, cherchant à savoir, à voir ce que serait ce nouveau départ qu'ils allaient s'offrir.


-Les abords du centre-ville où les campagnes avoisinantes ont aussi de charmants endroits. Le principal, c'est que cela vous plaise à tous les deux... Je suis sur qu'il doit y avoir des commerces prêts à vous aider à dénicher ce que vous souhaitez? Non? Un sourire plus doux s'était étiré sur ses lèvres. Même si c'était un nouveau coup au moral, même si c'était toujours vieillissant de se rendre compte que vos garnements sont maintenant des hommes et des femmes de qualité, elle était vraiment contente pour elle. Ne soyons pas égoïste. Puis après tout, c'était maintenant qu'elle devait faire ses expériences, maintenant qu'il fallait les vivres, se lancer, tenter, avancer. Eh bien, j'apprécie que tu me l'ailles dit et de ne pas avoir attendu de signer le bail, ou de juste me laisser un petit mot sur des cartons emballés, à trouver à l'étage en rentrant un soir. Si vous avez besoin d'aide n'hésitez pas.

Vestige là encore d'une aide dont ils n'useront pas. C'était à présent leur chemin, elle le savait aussi. Pouvait-on encore lui laisser le temps de se faire à l'idée, de laisser l'information atteindre son esprit, déjà bien embrouillé avec les conversations précédentes et elle cessera enfin.. Sauf qu'il semblerait qu'une nouvelle fois le proverbe venait toquer à la porte. Comme si ce début d'aveux, ce lancement de vérité avait ouvert une voie et un passage de ces mots, la suite allait arriver. Elle avait encore autre chose à dire, à avouer. Décidément, cette journée ne semblait pas avoir de fin et la brunette était plus que ravie d'être assise dans son fauteuil. Parce que la suite allait lui couper l'herbe sous le pied, à n'en pas douter. Ne sachant à quoi s'attendre, mais certainement pas à un aveu de camps choisis dans cette guerre déchirant le Londres sorciers, elle avait gardé ce léger sourire, usant d'un mouvement de tête et d'un haussement de sourcils questionneur pour lui dire de poursuivre sur sa lancée. Pourtant sa tête qui partit vers le sol, ces quelques instants blancs où elle ne savait pas par ou démarrer auraient dû lui mettre la puce à l'oreille, mais cela n'avait pas été le cas. Elle n'était mentalement plus en état d'attendre le second choc. Qui arriva derechef quand le nom de Darren Hellson entra dans la danse. Anarchisme. Il lui avait sauvé la vie lors de la bataille et elle était donc entrée dans ce mouvement. La matriarche n'avait pas bougé d'un cil, laissant le silence reprendre. La sœur avait donc ainsi rejoint Calvin dans ce mouvement prohibé, selon les règles du ministère. Bien sur qu'elle le tenait pour responsable de tout ce foutoir. Car si Albus n'aurait pas été mis hors de son école, jamais le seigneur des ténèbres n'aurait mis un pieds à Poudlard. Il n'aurait pas osé. Le mage était le seul qu'il semblait craindre. Mais ce n'était pas tant l'homme et les idées qu'elle réfutait, car elle pourrait être d'accord sur certaines, mais plutôt sur sa manière de les annoncer, sa manière d'agir et à présent son alliance avec l'inquisition. Elle déglutit avec peine, regardant instant ailleurs avant de revenir vers Selena.

-Je ne réfute pas l'homme, ni les idées qui sont les siennes, seulement la manière qu'il a de les mettre en place et de les prôner. Si je le tiens pour responsable de la nuit rouge? Dans un sens oui, bien qu'il n'aurait jamais pu deviner qui allait réussir à dévier son sort, personne ne le pouvait. Si je lui saurais gré de t'avoir sauvé la vie? Évidemment! C'est un détail que je n'oublierais pas, au cas où nos chemins se croiseraient. Son regard s'était lentement plongé dans le sien, comme pour le prouver.Il n'empêche qu'il continue ses mauvais choix. Si je comprends votre attirance pour ses idées, ce que je ne comprends pas, c'est cette volonté de soutient à l'inquisition...

Sous le coup d'une fin de phrase énigmatique résidait évidemment une vraie question. Lors de la nuit rouge cela avait eu l'effet d'une douche froide de voir Calvin agir avec les anarchistes, pour sauver les élèves, même si dans ces instants-là, on n'y avait pas réfléchi. Dans des instants dramatiques, comme celui-là où l'horreur avait prit corps a en ses murs scolaires, la seule chose qui avait compté, c'était de sauver les vies, d'arrêter le massacre et d'éviter les pertes. Anarchie, aurore et ministère avait combattu le même ennemi. Ou du moins, elle n'avait pas attaqué leur représentant, tant qu'eux même ne levait pas leur baguette dans sa direction. En temps de guerre, il fallait faire des concessions et des réalisations logiques. Un point qui ne paraissait pas avec les suiveurs de Margot. C'était trop archaïque pour elle. Bien sur que le ministère était dépassé, trop gentil ou laxiste, mais eux, ils étaient trop radicaux. Œil pour œil, dent pour dent, c'était le début de la fin. Le retour au moyen Âge, aux exécutions sommaires, juste parce que le peuple voudra la mort de leur tortionnaire sans chercher à comprendre pourquoi celui-ci a agi. Il n'avait qu'une partie du décor et il fonçait dans le tas. Pourtant, elle pouvait comprendre que cela attire les gens, trop de massacre engendre toujours la violence, on souhaite réclamer justice, c'était naturel, mais elle ne prenait pas cela en ligne de comptes. Ou elle voyait à plus long terme. Au choix.

-Les silences, les esquives, les mensonges et autres dérobades, je suppose que j'en ai la raison n'est-ce pas? Pour éviter de me le dire?

C'était plus une confirmation cette fois qu'une réelle demande. Leur relation, leur débat, les confidences devenues plus rares entre mère et fille, tout venait de se remboiter dans le puzzle, tout venait de reprendre sa place. Le voile avait été tiré, la vérité une nouvelle fois venait de se révéler et elle aurait bien besoin d'un second verre de vin. Elle commençait à ne plus savoir faire le tri avait tout les coups qui lui tombait sur le coin de sa tête. Néanmoins, ça aurait peut-être le mérite d'abattre cette retenu, ce mur qui se créerait entre elles.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Selena Rogue
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 349
Célébrité sur l'avatar : Ksenia Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Oct - 18:06

Family Secret

Comme c'est dur d'être mère, comme c'est difficile d'être fille. Impossible d'être semblables Impossible d'être différentes.
Alicia & Selena

Le déménagement s’imposait pour beaucoup de raisons. L’âge de la jeune fille et le fait que la plupart de ses anciens camarades aient déjà quitté le cocon familial. Mais aussi pour des choix comme les camps, ainsi que les idéaux qui ne sont plus les mêmes. Les enfants grandissent et leurs rêves, ainsi que leurs besoins, entrent parfois en conflit avec ceux de leurs parents. C’est ce qui s’appelle l’émancipation et Selena était bien contente d’avoir lâchée sa bombe. Ce n’était pas le meilleur moment, mais c’était un moment. De toute façon, il n’y en a jamais vraiment approprié pour ce genre de nouvelle. Il faut balancer ça comme on enlève un sparadrap.

La jeune Anarchiste ne pouvait que sourire aux propositions de sa mère. C’était surtout pour ses idées que ses lèvres s’étaient étirées doucement.

« Si je traine Wulfric à la campagne, je n’ai pas fini de l’entendre ronchonner que nos seuls voisins beuglent, mangent l’herbe et puent. »

Elle laissa en suspend la proposition d’aide. Maintenant, Selena est grande et peut voler de ses propres ailes. Même s’il n’en est pas encore de même du futur colocataire qui est un fils à papa. Mais vaut mieux qu’il y en ait un de mature dans le lot, ce qui évitera bien des problèmes. Et c’est Selena qui fera office de maturité dans leur futur appartement.

Si la jeune Rogue se sentait un peu moins oppressée, maintenant qu’elle l’avait dit, il lui restait quand même un poids sur la conscience. Quelque chose à éclaircir, parce que la vérité finit toujours par se savoir d’une façon ou d’une autre. Alors enfin, elle décidait de parler des Anarchistes. Elle ne serait que la seconde de la famille après tout, bien qu’ils soient trois dans le mouvement, en comptant l’oncle Doyle.

« Un détail… ma vie n’est qu’un détail ? »

Ce petit mot venait de faire le chemin jusqu’à son coeur pour creuser et tenter de le faire éclater en morceaux. Pourtant, Calvin l’avait déjà prévenu à ce sujet, mais ça fait toujours mal de se rendre compte qu’il n’avait pas tord sur ce point. Le regard perdu sur le tapis se trouvant sous la table basse devant elle, Selena entendait les propos de sa mère concernant l’Inquisition, Darren et le reste.

« Aucun de nous approuve le soutien apporté à l’Inquisition. Mais pour eux, Margot représente la Justice au même titre que le Ministre pour toi. Et ne me dis pas que c’est différent. Oses-dire qu’aucun innocent n’a jamais été condamné à tord par la Justice des Sorciers ? Des innocents ou même simplement des voleurs enfermés avec de grands criminels, dans une prison où la notion d’humanité n’existe pas. Ne vaut-il pas mieux mourir que de terminer dans ce genre d’endroits ? Ne vaut-il pas mieux mourir que de recevoir le baiser d’un détraqueur ? Le Ministre tout autant que Margot ne sont que des dictateurs, dont l’un que tu sers. Alors s’il te plait, ne juge pas trop vite les Anarchistes, quand toi-même tu n’es pas toute blanche. Et pour Darren, la vie de chacun de ses Anarchistes vaut bien plus qu’un détail, sinon il n’aurait pas risqué la sienne pour me sauver moi. »

Vexée sans nul doute. Ses propos étaient un mélange de tout. Elle avait tant vu sa mère comme une femme parfaite, que ça faisait toujours mal de se rendre compte que parfois, elle disait des choses aussi blessantes. L’avait-elle fait exprès ? Certainement pas, mais la soirée fut longue et Selena sait bien à quoi sa mère joue avec les Mangemorts. Il suffit de connaitre certains d’entre eux pour savoir qu’Alicia est souvent présente aux réunions et qu’elle n’hésite pas à mettre la main à la pâte.

Elle prit une longue inspiration, sa poitrine se relevant sous l’acte et expira lentement. Selena a toujours démarré au quart de tour, ce qui amuse souvent Darren et Calvin, même Doyle s’y met parfois, mais c’était rare qu’elle soit aussi brutale avec l’un de ses parents. Mais la soirée fut longue et désastreuse. Elle le sera sûrement encore durant quelques heures.

« Exactement. »

Son regard quitta le sol pour se reposer sur sa mère, alors que la jeune femme se relevait du canapé en même temps.

« Excuse-moi, la soirée fut longue, je vais me coucher. On dit que la nuit porte conseil. »

Un peu hagarde, la jeune Médicomage en formation quitta ainsi le salon, sans vraiment attendre de réponse à ses paroles. Elle se dirigea vers l’escalier, qu’elle entreprit de grimper pour se rendre à sa chambre, fermant la porte derrière elle. Son chat, comme à chaque fois, l’attendait tranquillement sur le lit, miaulant et ronronnant à peine pénétrait-elle dans la pièce. Selena se laissa tomber dos sur le matelas, plantant son regard sur le plafond, comme pour en déceler la moindre imperfection sur laquelle elle pourrait se concentrer. L’an deux mille promettait d’être mouvementé pour la famille Rogue. Un enfant de cinq ans, un bébé à naître, un déménagement et également pour Selena, trouver un moyen de faire cohabiter son chat et le molosse agressif de Wulfric dans un même appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Secret War
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» Selena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: