RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faisons chier les Mangemorts

avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1618
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Avr - 22:05



Faisons chier les Mangemorts
feat. Doyle & Calvin
La vie est une chienne qui ne fait de cadeau à personne. Elle est toujours là - stupide existence - à te balancer les pires merdes sur ton chemin. Et quand le bonheur est à porté de bras, vous n’avez que la chance de l’effleurer avant qu’une nouvelle connerie ne vienne tout foutre en l’air. L’Anarchiste aux cheveux en pétard le savait très bien. Cette fois, il lui était offert l’occasion de faire quelque chose de sa vie. L’occasion de devenir meilleur, avec l’arrivée prochaine de son bébé. Mais qui dit qu’il n’y aura pas une putain de tuile qui lui dégringolera sur la gueule au moment où il s’y attendra le moins ? Qui dit que tout se passera bien et que rien ne viendra troublé ce petit bonheur qui s’incruste dans son existence bien désastreuse ? Parce qu’il est persuadé qu’il peut devenir meilleur. Il est sûr qu’il sera bon avec ce petit être. Il a l’intention de faire tout l’inverse de ce qu’a fait son père pour y parvenir. C’est dire qu’il a toutes les chances de réussir. Non il prouvera que c’est faux l’histoire des modèles qui te forment et que tu ne peux pas t’empêcher de répéter ce que tu as vécu sur les prochaines générations. Persuadé qu’il fera mentir cette théorie qui relève plus de l’excuse bancale que d’une réalité. Lui, il ne compte sûrement pas mettre de barrière avec son gamin. Il n’a pas l’intention de se montrer froid avec. Ca non, vous pouvez en être certain. Il va même sûrement en être complètement gaga de son mini-lui, bien confiant sur le fait que ce soit un garçon. Il en sait rien en fait, il n’est pas devin non plus, mais il est persuadé que ce sera un Mini-Cal’. Ca se trouve, pour bien le prouver, il viendra au monde avec la tignasse en pétard comme papa.

Les camps finissent souvent par avoir raison des amitiés et/ou familles. C’est ce que disent les sages, mais s’avez quoi ? Ils se plantent. Ils se foutent le doigt dans l’oeil jusqu’où vous voulez. Calvin n’avait pas ce problème, ‘fin en partie. Ses parents faisaient des trucs chelous, qu’ils gardent secrets, genre secret d’état delamorkituera. Mais d’autres agissent d’une façon bien plus pertinente. Calvin a la chance d’être le frère d’un membre de l’Inquisition et le meilleur ami d’un Mangemort qui se demande encore pourquoi on lui a fourré son cul chez les crétins à la tenue d’attaque carrément démodée. A croire qu’ils se prennent pour Dark Vador. Quoique lui encore, il a de la prestance contrairement à bien des Mangemorts qui ne trouvent rien de mieux que de s’en prendre à des gamins, pour qu’on croit qu’ils ont encore une paire de couilles entre les jambes. C’est vrai qu’un gosse est capable de se défendre hein.

Mais Wulfric Mulciber ne fait pas partie de ces tordus dégénérés à qui il manque bien plus qu’une case. Etaient-ils seulement présents le jour de la distribution des cerveaux ? Calvin se le demande encore. ‘Fin bref, son pote lui, c’est un Mangemort qui laisse filtrer des petites informations par-ci, par-là à ses chers amis. Si bien que le second fils Rogue savait pertinemment qui allait attaquer et où. Alors pensez bien qu’il allait tout faire pour casser du Mage Noir, quitte à lui même se servir de la magie noire. Au point où il en est, il ne peut pas être plus hors-la-loi qu’il ne l’est déjà, bien que son nom n’ait pas encore été cité. Quoiqu’il en soit, il était arrivé de bon matin chez le tonton Doyle. Bah ouais, Darren l’a dans son collimateur pour le ramener dans leur mouvement. Il faut bien le tester, même si le plus intenable des Rogue sait pertinemment de quoi son oncle est capable. Du meilleur, mais également du pire.

Mais avant l’effort le réconfort. Ouais Calvin fait à l’envers, parce que s’il crève pendant l’effort, il n’aura pas le temps d’avoir le réconfort. C’est logique non ? Alors assis sur un tabouret de la cuisine, il mangeait des donuts et buvait un café, en tête-à-tête avec ce bon vieux Doyle.

« Je te propose un truc marrant. Dit-il en se remettant un morceau de pâtisserie dans la bouche, prenant le temps de mâcher et de parler en même temps. Où Diable sont ses bonnes manières ? On va pas faire les boutiques, j’ai pas de tune de toute façon. Mais on va casser du Mangemort ! J’ai eu un tuyau plus que fiable. »

Il n’en fallait pas plus pour s’attirer le sourire amusé de l’oncle. Et Calvin savait très bien de qui il tenait sa fougue. Ca n’avait strictement rien à voir avec sa mère et encore moins avec son père. Ca il l’avait piqué chez le tonton. Comme quoi parfois, faut chercher un peu plus loin que chez les parents, pour trouver des ressemblances. Une dernière bouchée, une dernière gorgée et les deux Sorciers étaient de sortie. Ils avaient transplané en-dehors de Londres et même en-dehors du pays.

« Ca devrait être dans les coins. Autant se trouver une planque, je crois qu’on a un train d’avance. »

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doyle Taylor
Dresseur de dragons
Âge du personnage : 41 ans
Nombre de messages : 430
Célébrité sur l'avatar : Colin O'Donoghue
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Mai - 21:20
Faisons chier les Mangemorts
"Un père n'est pas celui qui donne la vie, ce serait trop facile. Un père c'est celui qui donne l'amour." Δ Denis Lord


Le début de ce nouveau millénaire n’avait pas été bien rose pour cet homme. Il a bien manqué de perdre la vie de façon stupide selon lui. Ce qui aurait été honteux de mourir ainsi. Cet ancien Serpentard s’est toujours imaginé perdre la vie dans la fleur de l’âge, pendant un combat acharné. L’Irlandais au caractère bien trempé, verrait une mort normale comme un véritable affront que le destin lui ferait. Mais son tempérament de battant l’avait conduit à s’en remettre. Il s’accrochait, se battait et ne baissait surtout pas les bras. Ce n’est pas le genre de la maison. Ce n’est pas de cette façon que son père l’a élevé.

Doyle était de retour chez lui depuis seulement quelques semaines. Il tentait de remettre un peu d’ordre dans ses affaires. Depuis son accident, il avait été tenu éloigné de pas mal de choses. Il va s’en dire que personne ne voulait qu’il n’empire son état de santé, déjà qu’il revenait de très loin. Pendant un long moment, après sa sortie de l’hôpital, Doyle avait été contraint de garder le lit chez ses neveux. Maintenant chez lui, le Sorcier voulait faire ce que bon lui semble. Il se remettait plutôt bien de ses blessures, le tout sans rééducation à proprement parler. Edwin s’en chargeait et ce n’était pas plus mal. Son oncle n’aime pas spécialement demander de l’aide et encore moins se rendre à l’hôpital.

Mais les semaines filantes (?), il se sentait déjà beaucoup mieux. La blessure à son abdomen était parvenue à cicatriser. Il n’en gardait une marque plus ou moins grosse, la même dans le bas de son dos, mais plus aucune douleur. Son genou avait été plus le long à guérir finalement. Doyle ne pouvait pas dire qu’il n’y avait plus aucun signe de son accident, sa jambe le faisant encore souffrir lorsqu’il force un peu de trop dessus. Il ne s’en plaignait pourtant pas non plus. Il savait qu’il avait frôlé l’incapacité de pouvoir un jour s’en resservir.

Quittant le fauteuil dans lequel il était installé depuis une bonne heure, pour se rendre dans la cuisine, d’un coup de baguette, la cafetière fit sa besogne au moment où la porte d’entrée s’ouvrit. Il n’y avait que ses neveux pour rentrer chez lui comme dans un moulin, le restant des personnes dites normales, prenaient au moins la peine de sonner et d’attendre l’autorisation de pénétrer dans le manoir. Parfois, Doyle se demandait comment sa soeur avait élevé ses gamins, ils manquent cruellement de bonnes manières. Mais il était plutôt mal placé pour leur faire la morale, n’étant pas toujours bien plus discipliné qu’eux.

Calvin ne tardait pas à le rejoindre, c’était toujours agréable d’avoir de la visite, surtout lorsque ses fils sont à Poudlard. Les journées de Doyle sont bien longues sans ses deux terreurs, encore plus en ce moment alors qu’il n’a pas encore repris son travail à plein temps.

« Un truc marrant ? Je t’écoute. »

Le café était arrivé sur la table et les Donuts de son neveu lui ouvraient l’appétit. Un bon petit-déjeuner le second de la journée, mais il n’avait rien contre se remettre un petit quelque chose sous la dent. Faire les boutiques n’étant pas le truc du Dresseur de Dragons, le voilà ravi d’apprendre que Calvin ne comptait pas le trainer faire du lèche vitrine. Et la suite était bien intéressante. Le plus âgé des deux protagonistes releva les yeux et afficha déjà un petit sourire de côté. Casser du Mangemorts était une bien bonne idée.

« Un tuyau tu dis, développe. »

Doyle écoutait les explications du second fils de sa soeur. Il savait bien que c’était risqué. Il n’avait pas peur de se retrouver face à des Mangemorts, mais plutôt face à Alicia si elle venait par apprendre qu’il était avec Calvin pour traquer du gros gibier. Elle serait bien capable de lui mettre une tête au carré pour n’avoir pas essayer de dissuader son Metalleux de gamin. C’était d’autant plus risqué, que Doyle était encore blessé et qu’il devait garder le neveu à l’oeil. Il sait ce que vaut ce gamin, c’est un très bon duelliste, mais il s’en voudrait qu’il lui arrive quelque chose. Calvin est un peu comme son fils dans le fond. Mais un peu d’adrénaline dans cette vie si peu passionnante, il n’allait pas être en mesure de refuser. Et il vaut tout de même mieux qu’il l’accompagne, étant persuadé qu’en cas de refus, son neveu s’y rendrait seul.

« Je termine mon café et je te suis. »

Il leva sa tasse pour preuve avalant le liquide noir encore bien chaud qui s’y trouvait, avant de se relever à son tour pour laisser Calvin l’entrainer dans un transplanage parfaitement maitrisé. A peine parvenu à destination que la baguette de Doyle glissa de sa manche pour atterrir dans sa main, ses doigts se resserrant fermement autour de son bois.

« Puisque nous sommes en avance, mettons en place un plan d’attaque. »

Ils partaient tous les deux un peu plus loin pour se mettre en planque et discuter de la façon dont ils allaient effectuer cette mission. Doyle était bien content d’avoir pour partenaire son neveu. Depuis qu’il a rejoint les Anarchistes également, il n’a fait que le croiser, avant d’avoir son accident avec le Dragon sauvage. C’était le moment de rattraper le temps perdu et de se battre au côté du gamin de sa soeur.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1618
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Mai - 17:01



Faisons chier les Mangemorts
feat. Doyle & Calvin
Le mieux pour se changer les idées, c’est de toujours être en action. Calvin l’avait appris à ses dépends. Dés qu’il avait un instant de répit, il réfléchissait un peu trop à toute sa vie. Son existence si triste faut dire. Il n’y a pas grand chose de glorieux là-dedans. Il vit dans un petit appartement avec son frère, il galère pour payer son loyer chaque mois et s’il se montrait un peu plus sage, il n’aurait même l’ombre d’une petite pièce pour s’amuser. Et avec tout ça, il fallait rajouter la naissance imminente de son fils ou de sa fille. Autant dire, qu’il ne savait même pas comment s’en sortir et qu’il préférait s’occuper l’esprit plutôt que de ruminer.

Tout bien considéré, Calvin ressemblait beaucoup à son oncle Doyle sur certains points, notamment ce besoin de vivre dangereusement. Et ce n’est plus à prouver, vue qu’ils se faisaient souvent rafistoler l’un et l’autre. Alors naturellement, c’est au frère de sa mère qu’il pensa aussitôt, lorsque l’idée de cette mission lui traversa l’esprit. Il ne s’était pas trompé, Doyle semblait être fort intéressé par le fameux truc marrant dont Calvin était venu lui proposer. Tout en mangeant, le neveu se mit à table aussi pour ses explications. Il parla également du tuyau qu’il avait reçu. C’était une source on-ne-peut-plus sûre, puisqu’il s’agissait de son meilleur ami. Wulfric ne lui a jamais menti et ce n’était sûrement pas maintenant - après tant d’années de complicité - qu’il allait commencé. Si en dehors d’Edwin, il y a bien quelqu’un en qui Cal’ peut avoir confiance c’est le fils Mulciber. Il mettrait sa vie entre ses mains, sans craindre une seule seconde. L’inverse est sans doute vrai aussi.

« Je sais où et quand des Mangemorts vont frappés. Il n’y a pas plus sûre que ma source, fais-moi confiance. Je n’ai pas pour habitude de laisser ma vie entre les mains de n’importe qui, mais lui je n’ai jamais eu aucun doute à son sujet. »

Evidemment, ils avaient encore un peu de temps devant eux et Calvin s’était contenté d’acquiescer d’un geste de la tête lorsque son oncle l’informa vouloir terminer son café. Ca tombait plutôt bien, puisque lui aussi voulait finir son petit-déjeuner avant de partir. Il termina d’ailleurs son donut, avant de boire sa tasse de café. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il se releva pour transplaner en compagnie de Doyle. Ils étaient réapparus à l’endroit précis où devrait se passer l’attaque normalement et comme venait de le préciser son oncle, puisqu’il avait un peu de temps, il fallait mettre un plan en place.

« Ils seront minimum trois mais il se peut qu’ils soient plus nombreux. »

Pour monter un plan d’attaque ce n’était pas Calvin le mieux placé. Lui, il aimait l’impro’ mais aussi rentrer dans le tas, comme un char d’assaut. Pourtant, il n’oubliait pas que son oncle avait été blessé quelques semaines plus tôt. Cette fois, le jeune Anarchiste n’allait pas avoir d’autre choix que de la jouer en « douceur ». Ce n’était vraiment pas le moment que Doyle risque sa vie.

« On peut les prendre par surprise, en se mettant de l’autre côté de l’immeuble, là-bas. Mais si tu ne le sens pas et que tu as une meilleure idée, je suis tout ouïe. »

Son oncle ne l’avait pas jugé pour ce qu’il avait fait dernièrement. D’ailleurs, il n’en avait jamais parlé avec lui, mais il se doutait que Doyle étant assez ouvert d’esprit, ne serait pas le genre à lui faire la morale, mais plus à le conseiller, voir même à l’aider. Il pouvait compter sur lui, sauf que Calvin était incapable d’amener ce sujet de conversation. Il ne savait pas vraiment comment faire, tout comme il ignorait si Doyle était également au courant pour le fils d’Eddie. C’est qu’il ne voulait pas risquer de lui spoiler l’histoire de la série « la famille Rogue et son gros tas d’emmerdes ». Et puis, faut dire que d’un coup, ça lui était sorti de la tête.

« Regarde là-bas ! »

Murmura-t-il en désignant un endroit de la tête. Il y avait du mouvement et Calvin savait que les choses sérieuses allaient commencer. Ce n’était donc plus le moment de blablater sur sa pauvre vie. D’ici quelques instants, il y aurait du grabuge. D’ailleurs, il bougea, restant quelque peu en planque mais se rapprochant, en contournant l’immeuble en question. Sans lâcher les autres Mages du regard, sa main glissa dans son dos, pour attraper sa baguette coincée entre sa ceinture et son pantalon. C’était assez risqué, puisqu’il s’agissait d’un quartier Moldu. Le risque, c’était qu’il soit aperçu par les gens sans pouvoirs, en train de faire de la magie. Ce ne serait pas vraiment approprié, mais à choisir, mieux vaut avoir à lancer quelques oubliettes, plutôt qu’à déplorer la mort d’innombrables innocents. Les Mangemorts ont assez fait de dégât comme ça. A un moment, faut se battre sur leur propre terrain comme le dit si bien Edwin.

« J’y vais. »

Il était sorti de sa cachette. Il n’avait pas eu d’autre choix, puisqu’un Mangemort venait d’attraper une jeune femme. Puisse Doyle assurer ses arrières vis-à-vis des autres Mages Noirs.

« Endoloris ! »

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doyle Taylor
Dresseur de dragons
Âge du personnage : 41 ans
Nombre de messages : 430
Célébrité sur l'avatar : Colin O'Donoghue
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Mai - 9:25
Faisons chier les Mangemorts
"Un père n'est pas celui qui donne la vie, ce serait trop facile. Un père c'est celui qui donne l'amour." Δ Denis Lord


Donc, le truc marrant, c’est faire chier des Mangemorts. Pourquoi pas après tout ? Si beaucoup d’hommes, à la maturité naissante, auraient tenter de l’en dissuader, Doyle aimait bien cette idée. Que dire de plus ? Il connait Calvin comme si c’était lui qui l’avait fait et il sait très bien que lui dire non, n’y servira pas à grand chose. Ce gamin est une forte tête, il contourne toujours tous les règlements. Doyle est bien placé pour le savoir et pas seulement parce qu’il est son oncle, mais il est exactement pareil. Le dicton qui ose dire que le fruit ne tombe jamais bien loin de l’arbre, s’est totalement planté sur ce coup. Il y a dû avoir un sacré coup de vent pour que le jeune Calvin ressemble à se point au frère de sa mère, ou Alicia l’avait pris en grippe durant sa grossesse, ce qui expliquerait aussi beaucoup de choses. Dans tous les cas, ce côté fougueux, courageux et téméraire, Calvin ne risquait pas de le tenir de Severus. Ayant vu ce dernier à l’oeuvre du temps de Poudlard, Doyle savait de quoi il parlait. Le père de Calvin était la risée de l’école, la tête de turc des Maraudeurs et au lieu de combattre, il subissait. C’est ce qui a toujours agacé le Dresseur de Dragons. Lorsqu’ils se retrouvaient en Salle Commune, il ne compte plus les fois où il a eu envie de le secouer pour le réveiller, qu’il arrête de s’écraser comme une merde et qu’il se redresse. Une chance qu’aucun des trois descendants Rogue n’ait hérité de sa lâcheté. A la place, ils ont tous pris de leur grand-père maternel, ce qui ne peut être qu’une bonne chose du point de vue du Lycanthrope.

« Bien. Un peu de distraction ne peut pas nous faire de mal. Et j’avais l’impression de rouiller ces derniers temps. »

Ne connaissant pas la destination, il laissa Calvin prendre les directives de la transplanation, pour réapparaitre bien loin de chez lui. Doyle ne reconnaissait même pas l’endroit, preuve qu’il n’y avait jamais mis les pieds auparavant, ou bien qu’il perd la boule. Mais même le décor n’avait rien de bien Anglais, ni d’Irlandais, ayant connu les deux coins. Mais ils n’étaient pas là pour visiter les environs. Tous deux en planque, ils montaient un plan à la va-vite. C’est que même avec un peu d’avance, il ne fallait pas se louper. S’il y arrive quelque chose à Calvin, l’oncle va prendre cher. Il préfère encore se faire enlever par des Mangemorts, plutôt que d’affronter la colère de sa petite soeur qui retrouverait son fils en mauvais état.

« Les Mangemorts ne sont pas connus pour briller par leur intelligence. Qu’ils soient deux ou vingt, ça ne changera rien à ce qu’il va leur arriver. »


Il y avait quelque chose d’un brin dérangeant dans les paroles qui suivirent de Calvin. Etait-il sérieusement en train de s’en faire pour sa santé ? Sûrement que beaucoup de personnes auraient apprécié cet intérêt soudain, mais pas lui. Doyle est aussi bourru et têtu que son père. Il ne courbera jamais l’échine devant qui que ce soit et il ne montre jamais lorsqu’il va mal, que ce soit physiquement ou mentalement. C’était un sacré coup pour lui que de terminer dans un lit d’hôpital, avec ses enfants et ses neveux à son chevet. Il ne l’avait pas encore digéré tout comme il n’avait toujours pas fini de digérer la bouffe de Sainte Mangouste.

« Calvin, que les choses soient claires entre nous. Si tu veux me mettre en pétard, continue à faire preuve de pitié à mon égard. »

Ce n’était pas la chose à faire. Vraiment pas. Doyle préférait se concentrer sur l’environnement autour d’eux. Ne connaissant pas les lieux et n’ayant pas eu le temps de faire un petit repérage, ce ne serait pas une partie de plaisir si les choses venaient à mal tourner. Déjà, partir en mission avec son neveu, n’était pas l’idée du siècle. L’oncle tient à ce gosse comme s’il s’agissait de son propre fils, ce qui est une grosse faiblesse sur un champ de bataille. Qui dit faiblesse, dit risque pour leurs vies, pour l’un comme pour l’autre. Le regard du plus âgé des deux Anarchistes présents, venait de s’assombrir, alors qu’il remarquait du mouvement. Calvin l’interpellait quasiment en même temps. Sauf que ce n’était pas dans la même direction. Trois mecs ? Doyle en comptait déjà facilement le double de son côté, sans prendre en compte ceux que son neveu montrait. Et le nombre faisait qu’augmenter à mesure qu’ils contournaient l’immeuble. Il fallait la jouer fine et non pas foncer dans le tas, mais le temps lui manqua pour suggérer cette idée.

« Non, reviens ! »

Calvin était déjà partie. Ne restant pas en planque, Doyle sortit à sa suite. Son neveu venait de sauver une femme, mais il y avait tant de personnes présentes que les Sorciers ne tarderaient pas à tous se faire repérer. Arrivant sur le devant de l’immeuble, il lança un sortilège de strangulation sur l’un des Mages Noirs qui tentait de voler au secours de celui sur lequel Calvin avait envoyé un Doloris. Un Doloris ? Rien que ça ? Si sa mère l’apprenait, il entendrait parler du pays.

« Il faut les empêcher d’entrer à l’intérieur. Il y a bien des centaines de Moldus là-dedans…Continue à te servir des sortilèges impardonnables, eux n’hésiteront pas. »

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1618
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Mai - 7:10



Faisons chier les Mangemorts
feat. Doyle & Calvin
Doyle était sur la même longueur d’ondes que lui et Calvin n’en avait pas douté un seul instant. Il sait qu’il lui ressemble bien plus qu’il ne pourrait le croire. Ces deux-là ont un caractère bien similaire. Tous deux ont été des casses-burnes finis avec leurs petites-soeurs et des têtes brulées comme il en existe trop peu en ce monde. Forcément, ce n’était pas une surprise que l’Oncle Doyle accepte l’invitation de son cher neveu. Ce dernier bien content, souriait déjà, avant de se mettre en route. S’il y a bien un sujet qui les réunit plus que tout le reste, c’est le peu d’estime qu’ils ont pour les Mangemorts. Des êtres hautains pour la majeur partie et dénués de tout cerveau. La plupart sont bien incapables de réfléchir par eux-mêmes et déciment des populations comme des lâches. Parce que c’est bien connu s’en prendre à des êtres dénués de pouvoir ou à des enfants, il n’y a rien de plus lâche.

Acquiesçant de la tête aux paroles de son oncle, Calvin avait surenchéri en s’inquiétant de sa santé. Il ne voudrait pas prendre le risque que Doyle soit blessé, si en plus ses précédentes blessures étaient encore d’actualité. ‘Fin, le Dresseur de Dragons le remit directement en boite. Bref, ferme ta gueule Calvin, ça vaudra mieux pour toi et heureusement, pour une fois, c’est ce qu’il fit. Oh mais même s’il peut parfois être une parfaite tête brulée, il sait quand il ne faut pas aller trop loin. Et Doyle est un homme qui peut te foutre une tête au carré en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Puis bon, pour le coup, les Mangemorts venaient de débarquer.

Contournant l’immeuble, Calvin en avait quelques uns à l’oeil. Il était resté en planque jusqu’à ce qu’une innocente soit prise à partie. Evidemment, il n’en fallait pas plus pour qu’il sorte de sa cachette et fonce dans le tas en balançant un endoloris sur celui qui tenait la Moldue. Mais fallait pas croire que les autres resteraient bras croisés, à attendre que ça passe. Là, le fils Rogue venait de lancer les hostilités et les sortilèges pleuvaient de chaque côté. Bien sûr, une fois n’est pas coutume, son oncle arriva à la rescousse, pour empêcher un autre débile de Mage Noir de s’en prendre à lui.

« Ca marche, mais tu dis rien à maman. »

Non mais son oncle lui donnait l’autorisation de se servir des sortilèges impardonnables. Si Alicia apprenait ça, ces deux-là entendraient parler du pays. Maintenant, il se plia au plan de Doyle. Etant l’aîné du duo, il était plus réfléchi que son neveu et sans doute plus prudent également, la maturité et l’expérience jouant en sa faveur. Mais euh … sans avoir eu le temps de dire Perpète-les-Olivettes, c’est justement là-bas qu’il fut envoyé, se prenant un sortilège qui le propulsa à l’intérieur de l’immeuble après lui avoir fait défoncer la porte vitrée sur son passage. C’est dans les escaliers que son périple prit momentanément fin, alors que son dos venait de violemment heurter les marches. Plutôt sonné, ayant eu du mal à étouffer un gémissement de douleur, il avait peiné à se relever, cherchant sa baguette du bout des doigts, alors que son adversaire revenait déjà à la charge. Le morceau de bois s’était coincé entre les grilles des marches. Evidemment, là c’était mort, il était plutôt grillé et si ce crétin de Mangemort se cassait, c’est son père qui allait avoir de sérieux problèmes. Il a beau être en froid avec Severus, il n’en reste pas moins l’homme a qui il doit la vie. Mais forcé de constater qu’en prime, le Mage Noir voulait le zigouiller et que Doyle était prit à partie de son côté également, il fallait bien que Calvin se magne le cul. Ses doigts s’enroulant autour de sa baguette, il finit par la tirer aussi fort que son état le permettait, la délogeant juste à temps pour contre-attaquer.

« Sectumsempra ! »

Son adversaire tomba un peu plus loin, son corps couvert de profondes entailles. Lui venir en aide ? Certainement pas. Si jamais Calvin le sauvait, c’était toute la famille qui allait y passer. Tant pis pour ce type, il se videra de son sang. Soupirant en regardant le corps au sol, le second fils des Rogue l’enjamba pour ressortir de l’immeuble et venir en aide à Doyle.

« Tu savais que mon père a inventé des sorts vraiment cool ? »

Et évidemment, ce n’est pas Severus qui a appris cet acte de magie noire à son cher fils. Disons qu’en vingt ans, Calvin a eu tout le loisir de fouiller un peu partout dans les affaires de son père, jusqu’à retrouver ses vieux manuels de quand il était élève à Poudlard. C’est fou, depuis le temps qu’il voulait le tester celui-là. Il va le garder sous le coude, il peut toujours servir. Ce n’est pas un sortilège impardonnable, mais il a des effets qui pourraient largement lui valoir une petite place du côté des pratiques interdites. Il n’en fallait pas plus pour que Severus remonte allègrement dans l’estime de son rejeton.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doyle Taylor
Dresseur de dragons
Âge du personnage : 41 ans
Nombre de messages : 430
Célébrité sur l'avatar : Colin O'Donoghue
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juil - 10:47
Faisons chier les Mangemorts
"Un père n'est pas celui qui donne la vie, ce serait trop facile. Un père c'est celui qui donne l'amour." Δ Denis Lord


Pour se faire l’avocat du diable, nous dirons que les agissements de Doyle, sont le fruit de plusieurs choses pas cool qui lui sont arrivés. Sa femme l’a trompé, il a été transformé en loup-garou et par sa faute, son plus jeune fils a subi le même sort. Avec tout ça, nous pouvons rajouter la crise de la quarantaine -même s’il ne les fait absolument pas du tout- et son récent accident qui a manqué de le laisser sur le carreau. Puis son premier fils qui se casse la gueule du mauvais côté de la barrière. Si seulement ce n’était qu’au sens propre, il en ressortirait qu’avec une bosse sur le front, mais il faut prendre cette phrase au sens figuré. Notre dresseur de dragons préféré -c’est celui de l’auteur que je suis en tout cas- a parfaitement le droit de péter un câble. Et ce qu’il faut savoir sur Doyle, c’est qu’il a toujours suivi à la lettre, le conseil de son père. Frôler la ligne sans jamais la dépasser. Il y a des accrocs parfois, parce qu’il a liquidé l’amant de sa femme. Crime passionnel, il a des circonstances atténuantes, si nous oublions qu’il l’a enterré dans son jardin avant de le déterrer pour le donner à manger aux dragons. Pour sa défense, une nouvelle fois, le cadavre de ce maudit Sorcier, faisait crever les plantes aux alentours.

Cette sortie sous l’appellation mission tombait à point nommé. Un moyen de se défouler aux dépends des Mangemorts. A qui donc ces imbéciles manqueraient ? Et une fois encore, Doyle ne passera pas pour un assassin, mais pour un oncle qui s’est contenté de voler au secours de son fils. Il s’en sortira sûrement bien. Calvin semblait dans le même état d’esprit. Chose qui a toujours fait sourire l’oncle, à qui le gamin ressemble beaucoup, que ce soit physiquement comme mentalement. Ce n’est pas pour rien que certains Maraudeurs font courir le bruit, que Doyle serait le véritable père des enfants de sa soeur. C’est fort déplacé, mais l’aîné des enfants d’Alastar, n’a jamais pris le temps de démentir cette rumeur, au contraire.

Après un temps d’espionnage, la bataille finit par éclater, à la demande de Calvin qui lança les premiers sortilèges. Il n’y a aucun doute, oncle et neveu seront bientôt convoqués au Ministère de la Magie pour expliquer la raison qui les a poussé à utiliser la magie sous le nez des Moldus. Mais Doyle aurait été un grand avocat, il a déjà réponse à tout et celui qui lui confisquera sa baguette magique n’est pas né. A deux contre plusieurs hommes à la tenue pompée sur Dark Vador, c’était difficile de prendre la tête du combat. Les Anarchistes sur place se retrouvaient bientôt séparés. Diviser pour mieux régner, mais dans ce cas, le dresseur de dragons n’avait pas dit son dernier mot. Evitant quelques sortilèges et en lançant d’autres, il remarqua qu’un Mangemort s’empressait de partir en direction de l’entrée de l’immeuble, là où Calvin avait été valsé quelques instants plus tôt. Le gamin devait déjà être en proie à d’autres ennemis. Tant pis, personne n’en saura rien.

« Avada Kedavra ! »

Il n’avait pas le temps de botter le cul à ce mec, alors que d’autres l’attaquaient. Et ne voulant aucunement que son neveu ne soit blessé ou pire, il préféra le sacrifice de cet agresseur. Une racaille à l’affreuse marque sur le bras, en moins. Ce n’est pas une grosse perte, même si les Mangemorts, à l’instar des rats, semblent se reproduire à la vitesse de la lumière. Calvin réapparut à ce moment-là, pour le grand soulagement de Doyle. Le neveu en un seul morceau, Alicia n’ira pas lui péter les dents.

« Ton père et le mot cool dans une même phrase ? T’es l’un des leurs ? Tu veux que je meurs de rire c’est ça ? »

Mais le temps leur était compté. Plusieurs corps gisaient au sol, morts ou seulement blessés. La logique de Taylor voudrait achever les agonisants, pour qu’ils ne puissent jamais parler de cette bataille, mais quelques « plop » se faisant entendre, il était trop tard. Il fallait battre en retraite, les Aurors arrivaient enfin. Pour éviter que quelqu’un les suive et les retarde, l’oncle se précipita vers le neveu, lançant un Lashlabask, qui envoya un gerbe d’étincelles brulantes, pour faire reculer les Mangemorts sur le point de se faire arrêter. Et avant d’être vu, espérons-le, par des partisans du Ministre, Doyle transplana après avoir agrippé le bras du second fils de sa soeur. Leur réapparition eut lieu bien loin de l’endroit où la bataille fut éprouvante. En Irlande, dans la forêt se trouvant derrière le manoir qui l’a vu grandir. C’était l’endroit qu’il affectionnait le plus, lorsqu’il était enfant. S’assurant d’un coup d’oeil, que Calvin n’était pas blessé, il se tourna vers le manoir familial, dont l’un des morceaux du toit était déjà visible.

« A quand remonte ta dernière visite à ton grand-père ? »

Il commença à marcher en direction de la maison de son enfance, faisant signe à l’étudiant en magie avancée, de le suivre. Après seulement quelques secondes de marche, il tourna la tête vers le musicien.

« Pas un mot de ce qu’il vient de se passer à Alastar. »

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alastar Taylor
Consultant au ministère
Âge du personnage : 64 ans
Nombre de messages : 36
Célébrité sur l'avatar : Mark Harmon
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Aoû - 13:37
Faisons chier les Mangemorts.
Calvin Rogue
Doyle Taylor
Alastar Taylor
La vie d’un solitaire n’est jamais un choix. Personne ne prend la direction maudite de la solitude juste par envie, mais beaucoup la subissent sans savoir comment y remédier. Alastar vit cette difficile épreuve depuis déjà quelques temps, mais n’a jamais cherché à changer ça pourtant. Il est vrai qu’il n’en ressent pas réellement le besoin. Créer une relation avec une autre femme lui donnerait seulement l’impression de tromper sa défunte épouse et il se l’interdira toujours. Il fait parti des hommes qui sont incapables de refaire leurs vies avec une autre. Mais homme renfermé sur lui-même, la solitude n’est peut-être pas sa meilleure amie, mais une bonne connaissance au moins. Le Sorcier se retrouve ainsi seul dans cette gigantesque maison, avec l’unique présence de ses Elfes pour lui changer les idées. Le plus difficile n’est pas vraiment ce manoir vide, mais les souvenirs qui se cachent dans quasiment toutes les pièces. A l’étage, les chambres renferment des trésors de moments appartenant maintenant au passé. La cuisine est une autre pièce qui, jadis, avait une âme. Le jardin, autrefois rythmé par les disputes d’enfants, n’est plus qu’un petit coin de nature, qui accueille souvent le patriarche, pour un petit moment de détente.

Mais pour ne pas passer tout son temps à tourner en rond dans sa maison bien trop grande pour un homme seul, Alastar a repris une activité de Consultant pour les Ministères de la Magie. S’occuper le plus possible, pour éviter de cogiter, c’est sa façon à lui d’exister. Il ne compte pas ses heures et ne craint pas de retourner sur le terrain, fuyant de cette manière, son habitat bien trop triste pour lui. Il envisage de plus en plus, de quitter cette grande propriété, pour laisser les fantômes du passé en paix. L’argent n’a aucun intérêt à ses yeux, cette maison, il pourrait la donner à une famille, sans le moindre sous en échange.

Parce qu’il ne voit qu’une famille pour prendre sa place dans ce petit coin d’Irlande. C’était pour la sienne, qu’il se l’était procuré. Mais quand les enfants grandissent, ce n’est plus pareil. Même si le contact n’est pas rompu, il y a une énorme différence une fois qu’ils ont quitté le cocon familial. C’est comme s’ils passaient de petits êtres dépendants de leurs parents à quasiment des étrangers vivants leur propre existence. Un passage obligatoire dans toute vie, mais bien compliqué à accepter pour un père. L’arrivée des petits enfants a été un point plus que positif pour lui, même s’il a eu bien plus l’occasion de côtoyer les petits de Doyle que ceux de sa fille.

Ce jour, Alastar ne travaille pas. Il s’est rendu à l’épicerie du coin, pour ramener quelques petites bricoles, afin d’être en mesure de se nourrir. Sorcier de sang-pur en effet, mais jamais il n’a traité ses Elfes comme des larbins sur qui se décharger en cas de contrariété. Il ne supporte pas ces agissements envers des êtres aussi loyaux, alors il lui arrive de mettre la main à la pâte ou simplement agiter sa baguette. Après un petit café bien serré, un petit tour dans le jardin du manoir s’impose. Une coutume, pratiquement un rituel. Prendre l’air peu importe le temps. Qu’il pleuve, vente, neige ou qu’un soleil de plomb frappe le pays, le parc restera toujours un endroit très important pour lui. Pas à pas, sans but, ses yeux se promènent sur les plantes, parfaitement entretenues par ses Elfes, lorsqu’il n’a lui-même pas vraiment le temps de s’y remettre. Un lieu tranquille, sans voisin, donnant directement sur la forêt. La lisère ne se trouve qu’à quelques mètres et là, encore bien des souvenirs d’un passé trop lointain à présent. Debout contre un mur, son regard se perd sur le bois dense, malgré le manque flagrant de feuilles sur les branches d’arbre.

Si les souvenirs l’envahissent sans prévenir, c’est très vite que ses yeux se plissent. Deux silhouettes au loin, semblent se rapprocher de sa maison. Personne ne passe jamais par-là, il s’agit d’une propriété privée. Mais peu à peu, les deux inconnus ne le sont plus vraiment. En se levant le matin même, Alastar ne se serait pas douté que son fils et l’un de ses petits-fils viendraient lui rendre visite. Un sourire plane déjà sur ses lèvres, en se décollant du mur contre lequel il se trouvait, pour aller à leur encontre. Une arrivée surprise n’est pas chose qu’il lui déplait. Loin de là.

« Vous êtes vous perdus tous les deux ? »

Il remarque pourtant vite que quelque chose ne va pas. Son petit-fils semble s’être battu, quelques égratignures visibles sur son visage. Et la dernière fois qu’il a vu son fils, Doyle se trouvait dans un lit d’hôpital. Cette visite surprise ne lui dit rien qui vaille, mais si ce n’est pas sans lui faire plaisir. Voilà maintenant longtemps, que ses enfants ne sont pas passés le voir dans cette maison.

« Te serais-tu pris une branche Calvin ? »

La famille, c’est très important pour Alastar, même s’il ne se serait jamais douté être déjà arrière-grand-père et en bonne voie de le devenir une seconde fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1618
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Sep - 17:37



Faisons chier les Mangemorts
feat. Doyle, Alastar & Calvin
Calvin s’est toujours senti attiré du mauvais côté. Petit, il était celui qui expérimenté le plus de bêtises, celui qui tentait de reproduire les sorts inventés par son paternel. Des deux faux jumeaux Rogue, il n’était pas le bon et il le savait. D’ailleurs, c’est toujours d’actualité. Alors qu’Edwin se range peu à peu, lui est toujours en prise avec ses démons, dont l’alcool, la magie noire et parfois même la drogue. Sans oublier les dérives avec la gente féminine, au point de mettre une adolescente enceinte. Qui plus est, même si cette fille est une demoiselle tout ce qu’il y a de plus attachante, les sentiments ne viennent pas ou il se le refuse peut-être bien aussi. Parce que l’amour c’est une faiblesse, son père lui a toujours appris à dissimuler ce qu’il ressentait réellement. N’est-ce pas là les bases d’un bon occlumens ? Mais il y a bien une chose qui l’empêche de continuer sur la pente glissante et ce n’est pas sa future paternité imminente. Il s’agit là de l’Anarchie. Beaucoup pourraient en sourire, toutefois de façon ironique, parce que Darren n’est pas un saint. Il est tout aussi barré que le jeune fils du Directeur de Serpentard. Mais il a une bonne influence sur lui malgré tout. Le mouvement tout entier surtout.

C’est parce qu’il s'est rendu compte de tout ça, qu’il a peu à peu parlé de Doyle à Darren. Son loup-garou d’oncle a sûrement été façonné à la même sauce tellement ils se ressemblent. Toujours sur la pente glissante, flirtant avec l’interdit, commettant parfois quelques crimes, sans pour autant être un méchant à l’état pur. C’est dans l’un de ces instants de lucidité - comme il en a peu - que Calvin a ouvert les yeux sur les ressemblances qui le lient au frère aîné de sa mère. C’est sûrement aussi pour cette raison, qu’en cas de mission plus ou moins dangereuse, il se tourne vers lui. Même perception des choses, même façon de réagir. Il ne fait aucun doute que ce n’est pas avec lui qu’il risque d’y avoir un problème d’entente. Parfois, le cadet des faux jumeaux Rogue a l’impression que son oncle le comprend mieux que ses propres parents. Mais ce n’est pas un truc dont il se vanterait. S’il le faisait, ça serait un coup à ce que sa mère tente de le baffer.

La mission tournait court. Elle n’avait rien de vraiment officielle en plus et Hellson n’avait même pas été mis au courant. Calvin le sentait d’avance. Si jamais il lui en avait parlé, c’est la petite frangine qu’il se serait coltiné et non l’oncle, fraichement sortit de son lit d’hôpital. Rien que ce dernier détail pourrait lui causer bien des emmerdes si sa mère venait à l’apprendre. Mais ce n’était pas vraiment le soucis premier du moment. Des échanges de sortilèges, plus dangereux les uns que les autres, avaient lieu à l’intérieur et en-dehors de l’immeuble étranger. Des morts, c’était certain qu’il y en aurait. Mais l’heure de Calvin n’était pas encore arrivée, grâce à l’intervention pratiquement divine de son oncle, qui lui sortit vite fait le cul des griffes de quelques Mangemorts. Avec le bordel qu’il y a déjà autour de leurs deux familles, il fallait faire en sorte que les rescapés ne puissent plus jamais parler, sauf que les Aurors arrivaient bien trop vite et bien trop nombreux. Calvin s’arrangea pour balancer un sortilège très emmerdant sur les nouveaux arrivants, bloquant ainsi les jambes de certains. Mais Doyle avait raison, tant pis pour ceux qui les balanceraient, il fallait se barrer. Et c’est le plus âgé des deux protagonistes qui servit de taxi pour la livraison spéciale des deux couillons.

« Où sommes-nous ? » Dit-il en se relevant lentement. L’atterrissage n’avait pas été de tout repos, mais au moins, ils étaient entiers et dans une forêt. C’est d’ailleurs à cet instant que Doyle parla de l’aîné de la famille Taylor-Rogue. « A une éternité pratiquement. Tu crois qu’il est là ? »

Une virée en Irlande ? Pourquoi pas après tout. Calvin s’empressa de suivre Doyle, le rattrapant petit-à-petit pour marcher à ses côtés. Cette forêt faisait également partie de ses souvenirs, ne comptant plus le nombre de fois où il y partait à l’aventure en compagnie de Zakaria, Wolfgang, Edwin et parfois même Selena. Ca ne remonte qu’à quelques années, pourtant c’est comme si l’époque était lointaine. A ce moment-là, les soucis tournaient autour des jouets qu’il ne voulait pas que ses cousins lui piquent. Dans leurs petites têtes innocentes, il n’y avait ni magie noire, ni Mangemorts, Anarchie, Inquisition, rien. Aucun problème que des aventures. Les choses ont pourtant tellement changé.

L’oncle et le neveu marchaient toujours en direction du manoir, jusqu’à ce qu’une silhouette se dessine dans le jardin privé de la demeure. Il la reconnaitrait entre toute, au point que ses lèvres s’étiraient en un sourire douloureux, surtout à cause de tout ce qu’il s’est prit dans la gueule ce jour-là. Esquivant la première question, Calvin s’empressa de prendre son grand-père dans ses bras, bien content de le voir, même s’il se doute qu’il risque de se faire engueuler d’ici peu. Le relâchant après seulement quelques instants, il ne pouvait pas faire la sourde oreille pour la seconde question, qui n’était que de l’ironie.

« Une branche très agressive alors, mais c’est l’idée. »

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Et puis merde, j'me fais chier moi ! {Free. Profites-en !
» Attaque des Mangemorts
» Fait chier bordel !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: