RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Affrontement fraternel ?

avatar
Invité
Invité
Sam 23 Avr - 17:50
Invité

❝ Quand une mission tourne mal... ❞

Pianotant sur un ordinateur alors que j’étais assis en haut d’un immeuble de Londres, une torche à la bouche et ma baguette à côté de moi, vêtu de noir, j’étais en train de m’infiltrer dans le système informatique d’un musée secondaire de Londres et donc facilement négociable. Je pouvais remercier mes derniers mois d’études où j’avais dû apprendre à côtoyer l’informatique et un gars plutôt doué en la matière. Etre mécanicien impliquait aussi de plus en plus de travailler avec l’électronique à cause des véhicules de plus en plus sophistiqués. Je n’étais pas un pro mais j’avais un minimum de connaissance et surtout j’avais usé d’un des sortilèges interdits pour manipuler mon camarade de classe et obtenir un logiciel me permettant de craquer le système là où moi je n’en aurais pas été capable. Tranquillement installé à ma place, je venais de réussir à effectuer ma tâche. Je pris alors une pièce dans ma poche pour lancer un sort dessus et donner le signal.
De là je fermais mon pc pour le désintégrer de ma baguette, je passais mon masque et transplaner directement à l’intérieur. Je suivis alors l’homme qui était en charge principale de l’opération. Il nous donna l’ordre de nous séparer pour neutraliser les gardes de nuit. J’avançais de mon côté, baguette en main. J’avais cependant un très mauvais pressentiment. Mon acolyte devait récupérer un artéfact pour le lord alors qu’on devait lui assurer ses arrières. Je tombais sur l’un des gardes. Il y en avait trois et nous étions quatre. Un coup de baguette et il fut au sol en un instant. Je le fis alors léviter pour l’enfermer dans un placard à balai non sans le bâillonner par magie. J’étais alors très loin de penser que la mission ne serait pas aussi simple.
Sortant, je parcourais alors le premier étage en silence avant de découvrir un de mes acolytes inconscient au sol. Je me penchais pour enlever mon gant et savoir si son cœur battait toujours au niveau de son cou. Il était vivant mais inconscient. Je ne restai alors pas là à découvert longtemps. Sur mes gardes, je maintenais ma baguette entre mes mains, ignorant quel est le camp adverse qui était en train de saboter notre mission. Avançant discrètement, je tombais sur un autre acolyte au sol. Je ne m’y attardais cette fois cependant pas, choisissant de me diriger vers l’artéfact dans l’espoir qu’il soit encore en place. Je le vis là, dressé dans sa vitrine. Regardant autour alors que dans l’ombre, la lumière secondaire ne m’éclairait pas, je vis mon acolyte approcher de l’objet et faire soulever le verre grâce à la magie de sa baguette. Je vis cependant aussi une autre personne tendre sa baguette dans l’ombre. Ni une, ni deux, je brandis alors la mienne pour protéger mon équipier et tirer pour envoyer valser cette personne sans me douter qu’il s’agissait d’un membre de l’ordre. Je courrai alors vers mon coéquipier.
« Il ne faut pas rester là, quelqu’un a découvert notre présence. »
Ce dernier me fit un signe de tête mais alors que tenant l’artéfact, nous nous retournions, nous fîmes face à une personne… ma sœur. J’eus un arrêt, ne sachant que faire alors que déjà mon coéquipier tendait sa baguette en jurant pour l’attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Avr - 10:18
Invité
Affrontement fraternel ?

« Allez, il faut y aller. Il y a du mouvement suspect au musée. » Sarah lève presque aussitôt la tête et regarde son interlocuteur comme pour sonder son esprit. De quoi parle-t-il exactement ? « Quel musée ? » Demande-t-elle en fronçant les sourcils soudainement inquiète. Bien entendu, elle ne refuse jamais une mission ou un combat. Mais foncer tête baissée sans quelques informations ? Non merci. « Un des musées secondaires de Londres qu'on surveille.» Comprenant qu'elle n'obtiendrait pas davantage de précisions, elle attrape sa baguette et se prépare à une petite bataille. L'équipe se compose seulement de quatre ou cinq personnes. De toute façon, il ne reste plus grand monde dans l'ordre depuis le départ de Dumbledore. Le petit groupe transplane non loin du dit-musée. Il ne faut guère plus longtemps pour que ses membres se glissent discrètement dans l'institution. Sarah jette un coup d'œil alentour, il n'y a pas de vigile, pas de gardien, personne qui surveille - du moins en apparence. Étrange, pense-t-elle. Mais pas d'électricité, non plus. Un sort assez puissant suffirait à immobiliser tout le courant. Un de ses coéquipiers lui attrape le poignet et la force à se tourner vers d'autres couloirs. Il faut se séparer afin de recouvrir le plus de surface. Et c'est plus sur de toute façon de ne pas rester tous ensemble. La fille Black ne discute. Elle obéit, point barre. Un véritable petit soldat en somme. On ne peut guère rêver mieux comme soutien et alliée.

Tout se passe très vite à l'intérieur. Ils pétrifient les quelques mangemorts qui se baladent dans le coin. Ils les prennent par surprise pour mieux les stopper. Que cherchent les antagonistes ? Leur objectif ? Sarah l'ignore. Elle n'imagine simplement qu'ils ne se trouvent pas là par hasard. Ils viennent sûrement voler un objet précieux pour Voldemort. Elle n'a pas besoin d'en savoir plus. Dans son esprit parfaitement carré et dévoué à la cause de l'ordre du phénix, rien ne sert de tergiverser. Le mal doit tomber, par tous les moyens possibles. Et ce même au risque de se prendre un sort en pleine figure. Elle ne craint pas les blessures. Alors, son équipier l'arrête, lui fait un mouvement de tête lui indiquant de ne faire aucun bruit. Il lui montre une pièce juste à côté où se dressent deux personnes prêtes à saisir un truc. Décidée à accourir, on l'arrête cependant dans son élan et son associé se dirige vers les deux sbires du seigneur des ténèbres, tout en lui signalant d'attendre sagement là. Et elle assiste à une scène qui la force à sortir de l'ombre. Ce dernier reçoit un maléfice qui l'envoie à l'autre bout de la pièce. Elle serre les dents et entre à son tour, espérant dans son for intérieur faire beaucoup mieux que son ami. Un long frisson la parcourt lorsqu'elle pose son regard sur le second homme. Pour sur, elle le connaît. Pourtant, elle ne voit pas son visage. Porter un masque, en voilà un acte de bravoure ! La couardise, c'est de naissance ou bien... , songe t-elle tandis que le premier s'élance pour l'attaquer. Sans réfléchir, elle riposte par un « Protego. » Rodée depuis plusieurs mois par les anciens membres de l'ordre, ses réflexes ne font rapide. Et elle ne tarde pas à en relancer un deuxième. « Stupéfix »

Et il tombe sur le coup, son corps frappant le sol et laissant échapper un bruit lourd. Elle pointe ensuite son arme sur le deuxième, toujours déstabilisée par sa présence. Elle ne manque pas de remarquer qu'il semble complètement figé. Mais Sarah se doute que ce ne durera pas très longtemps. « Ne bouge surtout pas ! Ou je t'explose la cervelle. » La menace claque dans l'air, et même elle, se surprend en disant cela. Elle ne serait pas capable de tuer quelqu'un... Quoique, si vraiment les circonstances l'exigent et que cela implique une légitime défense, elle le ferait. Un plan se dessine rapidement dans sa tête. Attraper un mangemort pour essayer de l'interroger serait une bonne manière de mieux avancer face à la menace que représentent ces mages noirs. Mais quelque chose la chiffonne, l'empêche de jeter un énième sort, un stupéfix, un pretificus totalus ou même un expelliarmus. Qu'importe. Toujours et encore, cette sensation de l'avoir déjà vu qui perturbe sa conscience. Ce n'est pourtant pas inhabituel. Nombre de ses anciens camarades de classe à Poudlard ont sans doute rejoint les mangemorts. Elle pense notamment à Malefoy. Lui, ça ne fait aucun doute. Mais là, ça s'avère différent. Idiote, petite idiote, sombre petit troll, se répète-t-elle. Elle veut savoir de qui il s'agit. « Qui es-tu ? » La question stupide, dans toute sa splendeur. Comme s'il allait répondre à ça. Une petite voix dans sa tête le lui chantonne d'ailleurs. Idiote, petite idiote, sombre petit troll, se répète-t-elle. Mais elle ne peut pas. Elle ne veut pas. Mais si jamais la réaction de son adversaire se fait inquiétante, négative ou dangereuse, elle n'hésitera plus. Elle redresse donc son bras et sa baguette pour se faire plus menaçante. Elle n'a pas l'air comme ça la petite Sarah, mais ses sorts se révèlent la plupart du temps puissants. En tant que fille d'auror, elle ne peut pas se permettre de se montrer faible.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Avr - 11:01
Invité

❝ til we fall apart ❞

La situation était critique. Tous mes coéquipiers venaient de tomber et la logique demandait que je ramasse ce fichu artéfact avant de disparaitre le plus rapidement possible, laissant là mes coéquipiers. Qu’importait celui qui tomberait du moment que le Lord avait ce qu’il veut. On le savait tous ! Cependant figé par ma sœur en face de moi, j’eus un temps d’arrêt. Je n’avais pas prévu de me retrouver face à ma grande sœur et pire encore, devoir me battre avec elle. Décontenancé par la situation, je ne savais plus que faire le temps de quelques instants qui suffire à Sarah de me dire d’un ton sévère :
« Ne bouge surtout pas ! Ou je t’explose la cervelle. »
Merlin qu’elle ressemblait à notre mère avec une telle menace ! Non pas que ma mère m’ait déjà menacé de m’exploser la cervelle mais la violence du ton de sa voix était bien celle de ma mère quand j’avais fait une connerie de trop. Vous avez déjà vu une beuglande de Kate Eileen Black quand elle est en colère ? Mais préférai-je que ce soit mon père… Il ne s’énervait que rarement et je n’avais que peu de souvenir, voir pas, de fessées étant petit mais le peu de fois où il a haussé la voix, je n’étais pas assez con pour rester dans les parages. Sirius Black n’était pas chef des aurors pour rien : testé et approuvé par ses enfants.
Quoi qu’il en était, là n’était pas le moment de me souvenir du passé joyeusement alors que ma sœur me menaçait de mettre fin à mes jours sous peu… Cependant je ne tenais certainement pas à mourir ainsi. Je savais aussi que Sarah ne se pardonnerait jamais un tel acte. Cependant là n’était pas la question. Sa baguette était dressée mais un masque ne suffisait à la tromper sur moi. Passer dix-huit ans ensemble laissait des traces et malheureusement, je sentis comme un pressentiment chez ma sœur quand elle me demanda :
« Qui es-tu ? »
Si la question semblait être bête (et elle l’était… très franchement c’est comme ça qu’elle attrapait un mangemort ?!), je n’étais pas là pour chercher à savoir ce que j’allais lui répondre. Comprenant la situation comme inévitable, je n’eus pas le choix. Je pris ma baguette pour la déstabiliser avant de prendre l’artéfact dans mes mains. Si mon père apprenait que j’avais osé tirer sur ma sœur, j’étais un homme mort. Cependant aux grands maux, les grands moyens. Je ne voulais pas la blesser mais j’avais une mission.
Cette charogne avait pourtant du répondant et les tires fusèrent très rapidement. J’avais cependant un avantage sur elle. Je la connaissais par cœur et je savais donc exactement ses réflexes suivant les sorts que je lançais. Je ripostais donc sans attendre, cherchant simplement à l’immobiliser avant de fuir. Est-ce lâche ? C’était toujours mieux que de tuer sa propre sœur, ce que je n’étais pas encore prêt. Oui je sais… le « encore » est d’un rassurant !
Une lutte s’organisait alors dans la pièce du musée alors que je n’arrivais pas à avoir le dessus sur elle. Elle ne me ménageait pas et nous fîmes des dégâts dans la pièce. Je réussis cependant à voir une ouverture…

[Hors jeu : je fais jouer un peu le hasard du dé ;) !
1 : Alex réussit à toucher sa sœur et la fait propulser à travers la pièce.
2 : Alex manque sa sœur mais touche une colonne qui tombe en la direction de Sarah
3 : Sarah touche Alex à l’abdomen, lui entaillant la peau. Alex lance un juron.
4 : Sarah rate Alex mais touche une colonne qui tombe en direction d’Alex
5 : Un autre membre de l’ordre apparaît pour aider Sarah et riposte violemment mais Alex contre et le sort touche le membre de l’ordre qui en perdra la vie.
6 : Un mangemort se réveille, riposte aussi contre Sarah mais celle-ci riposte de peu un « avada » qui se répercute sur le mangemort.

Je te laisse du coup répondre en fonction du résultat du dé ? ;)]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Avr - 11:01
Le membre 'Alexander Black' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé' : 5
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 1 Juin - 21:30
Invité
Affrontement fraternel ?

Sarah se rend bien compte que la situation va rapidement déraper. L'homme en face d'elle n'obéirait pas à son "ordre". Pourquoi le ferait-il en même temps ? Malgré le ton froid et menaçant, elle ne se sent pas capable d'un tel acte. Elle regrette presque aussitôt la question qui sort de sa bouche. Même à ses yeux, ça n'a pas de sens. Elle préfère simplement se dire qu'elle perd la boule et se plonge à corps perdu dans la bataille qui s’annonce. Le combat s’engage assez rapidement, les sortilèges fusent. Ils s’enchaînent, sifflent à ses oreilles, se fracassent un peu partout. Des vitrines éclatent en mille morceaux. Des dalles au sol suivent rapidement le même chemin. La pauvre salle du musée ne ressemble plus à rien ou presque. C’est un peu le chaos. Heureusement, Sarah y voit encore à peu près clair et marcher sur ce sol ne lui semble pas entièrement dangereux. Pas encore en tout cas. Mais elle rage à l’intérieur, elle bouillonne même. Elle déteste cette sensation de n’arriver à rien. Aucun de ses maléfices n’atteignent leur cible. Soit elle rate ce mangemort de près, soit, il les évite. Et elle ne peut s’empêcher de se sentir desservie. Elle ignore s’il est un as des duels, c’est-à-dire entraîné comme un auror, ou s’il la connait assez bien pour contrer toutes ses attaques. Dans ce cas-là, elle sent un frisson parcourir son dos. L’idée la bouscule énormément.

Enragée, elle se prépare à donner un coup violent. Du moins le souhaite t-elle. Mais un événement inattendu se produit. Enfin pas tellement que ça à la réflexion. Un de ses compères entre dans la pièce et lève sa baguette, désirant lui venir en aide et mettre fin à cet affrontement long et épuisant. « Ethan ! Dégage de là ! » Hurle t-elle en formant un protego informulé presque impeccable. Mais le dit Ethan ne l’entend pas de cette oreille. Elle pince les lèvres et l'injure dans sa tête. Ce qu'elle pressentait depuis le début ne tarde guère à se produire. Ce dernier intervient avec quelque chose d'assez impressionnant, mais pas suffisamment puissant pour arrêter l'homme masqué encore debout. Sarah assiste à une scène rapide et prévisible. L'autre phénix s'effondre non loin d'elle et celle-ci se permet quelques pas en sa direction. Merde. Elle n'entend aucun gémissement venant du pauvre type et une flaque de sang se forme au niveau de sa tête. Elle se mord la lèvre inférieure. Il faut à tout prix cesser ce carnage de suite pour l'amener rapidement à Saint Mangouste ou au membre de l'ordre qu'on appelle « Merlin ». Elle éprouve une profonde frustration nouée à de la colère. Elle n'a jamais été très proche de cet Ethan, sûrement à cause de la différence d'âge de quatre ou cinq ans, ou le fait qu'il soit un peu bizarre, ou trois impulsif. En fait, elle ne sait pas. Mais c'est un des siens. Un des types qui défendent la bonne cause, celle de Dumbledore, celle de Neville. Il ne mérite pas de mourir. Personne ne mérite de mourir. Elle croit profondément à la justice, mais la rancœur anime son cœur en cet instant.

Elle ne prend pas plus de quinze secondes pour réfléchir. Elle reprend le combat avec un sortilège qui se veut déstabilisant. Elle ne souhaite pas lui faire du mal, du moins pas dans l'immédiat. L'urgence pour le moment, c'est de le stopper par tous les moyens possibles et inimaginables tout en espérant n'avoir jamais à le rencontrer dans une autre mission. S'il ne parvient pas à ramener cet artefact - du moins, elle suppose qu'il s'agit d'un truc comme ça, les bibelots trop peu pour les mangemorts - et alors Voldemort ne lui donnerait plus que des tâches sans importance ou le traiterait comme un moins que rien... non ? Le duel s’intensifie et elle commence honnêtement à en avoir marre. Ses bras fatiguent et son énergie s'amenuise. Et plus elle lance de sorts, plus les idées s'écorcent. Mais qu'est-ce qui va bien pouvoir fonctionner ? Par la barbe de Merlin ! Et alors, elle tente une nouvelle chose. Elle ne doit pas abandonner comme ça, pas maintenant. Et dans un dernier espoir, elle espère voir la fin du tunnel.


acidbrain


1 : Sarah manque de peu Alex et son sort s'écrase contre une vitre qui éclate aussitôt.
2 : Deux sorts se rencontrent et provoquent une mini explosion. (je te laisse imaginer les dégâts si jamais c'est cette solution qui sort )
3 : Un mangemort se réveille, essaie d'aider Alex, mais reçoit un sort perdu qui lui fait perdre un avant bras.
4 : Sarah parvient à toucher Alex et des cordes entortillent les jambes de ce dernier.
5 : Alex parvient à contrer le sort de Sarah et lui entaille l'épaule.
6 : Au moment de lancer un sort, Sarah entend un bruit juste au dessus de sa tête. Elle a juste le temps de se jeter sur la droite pour éviter le lustre qui tombe.

PS : pardonne moi pour l'attente et la qualité assez mauvaise de ma réponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Juin - 21:30
Le membre 'Sarah Black' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé' : 3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 5 Juin - 10:37
Invité
Ma sœur était redoutable à la baguette. Je le savais mais l’affronter fut une autre histoire. Je contrais comme je le pouvais ses sort en évitant pour autant de l’attaquer directement si ce n’est avec des sorts qui ne la mettraient pas en dangereux. Eviter ou contrer ses sorts n’étaient donc vraiment pas un jeu d’enfants. Le pire était que j’avais les moyens de me tirer de cette histoire en un clin d’œil. Il me suffirait de me transformer en coyote et de gagner la vitesse de l’animal que n’avait pas l’homme. Cependant faire une telle chose reviendrait à avouer mon allégeance à ma sœur et je me le refusais. Contraint de devoir l’affronter, je tentai de la déstabiliser pour nous en sortir tous les deux vivants. Je n’avais jamais eu autant peur de ma vie de lui faire du mal. Je ne me battais pas contre un ennemi à proprement parlé et la situation rendait délicate mon succès. Je n’étais pas prêt pour faire du mal à ma famille. Le serais-je un jour par simple haine et désir de vengeance ? Fort heureusement je connaissais ma sœur par cœur et je savais exactement ses tics qui me permettaient de sauver notre peau à tous les deux.
Un imprévu, vient bouleverser cependant la scène. En effet, Ethan entre en action. Je le connaissais très bien. Mon but était alors d’éviter que la situation s’aggrave mais malheureusement deux ordres du phénix contre moi me déstabilisèrent rapidement. J’avais beaucoup de mal à ne pas faire des gaffes et c’est à ce moment que le musée fut le plus toucher. Les murs se trouaient par nos sorts. Des statues tombaient. Des gravas se formaient au sol. J’eus même un sort qui toucha mon bras, le transperçant dans un de mes râles de douleur. Je ne devais cependant pas relâcher la pression. Je ne comptai pas non plus mourir et surtout pas de la main de ma sœur. Elle ne s’en relèverait jamais, je le savais. Alors que Sarah tentait de protéger Ethan contre mes sorts de déstabilisations, j’espérai que ma sœur ne comprenne pas que mes sorts n’avaient rien de très violents en soi. Après tout je ne visais aucun sort impardonnable ou du même acabit. Elle pourrait deviner très rapidement, face à son intelligence, que je devais être quelqu’un de connu d’elle. Ethan lance alors un sort violent qui pourrait faire de moi l’équivalent d’un gruyère. Déstabilisé par la puissance du sort, je tentai de le contrer comme je le pouvais. Le sort fit alors ricochet au hasard alors que je fus projeté en arrière pour être freiné par un mur que je pris en plein dans le dos. La soufflante de mon contre-sort pour m’éviter le pire, avait été suffisamment puissante pour m’assommer un instant alors que j’étais tombé sur les genoux et les mains au sol. Ma baguette avait atterri un peu plus loin.
Ethan était au sol et redressant le regard vers lui, je le vis au sol, Sarah auprès de lui. J’avais comme un véritable mauvais sentiment avant de voir le sang couler le long du sol. Dans cette folie, je ne fis pas attention à la perte de mon masque et de ma baguette au loin. J’étais cependant dans l’ombre pour que Sarah ne me reconnaisse tout de suite. Elle se redressa alors et par instinct de survie, je me relever à mon tour pour courir vers ma baguette. Elle lance un sort qui ne fut que le début d’une suite successive et aveugle alors que je courrai vers ma baguette pour l’attraper à temps et me réfugier derrière une colonne. J’avais le cœur battant. Regardant alors en face de moi, une vitre afficha mon reflet sans masque avant de se briser par la faute de Sarah. Les éclats de verre soufflèrent vers moi alors que je me protégeai de mes bras. Des débris vinrent dans ma peau, m’arrachant un autre râle de douleur. Je m’empressai d’enlever deux morceaux plantés dans un avant-bras en respirant profondément. La douleur était violente mais je ne devais pas me caler sur elle sous peine de mal terminer la mission. Je tirai alors de derrière la colonne pour qu’elle ne voie pas mon visage. Le duel s’intensifia violemment.
C’est à ce moment-là qu’un mangemort se réveilla avant de tenter de tuer ma sœur. Le voyant pointer vers ma sœur alors qu’elle ne faisait pas attention à lui, je le vis charger pour tirer un sort. Je sortis de ma cachette dans un :
« Non !!! »
Mon cri interpella le mangemort mais Sarah qui ne comprit pas tout de suite mon identité. Elle lança un autre sort que je contrais sans le vouloir sur le mangemort. La violence de mon désir de protéger ma sœur avait coûté l’avant-bras de cet homme. Sa baguette tomba au sol, alors qu’un cri de douleur s’échappa de sa bouche avant de me pointer du doigt en hurlant :
« Traitre !! »
Sarah dut très certainement me reconnaître pour ne pas continuer à me tirer dessus. Pour la protéger, je lançais un sort, rapidement après qu’il ait pu dire ses mots, pour le projeter violemment en arrière. Sa tête se fracassa dans l’angle d’un mur, il perdit la vie sous ma peur de perdre ma sœur. Ma baguette, ou du moins ma main, tremblait sous cet acte. Je me retournai alors vers ma sœur un instant. Etait-elle en état de choc ? Je l’étais moi-même par mes actes. Je levai alors mes deux mains en l’air pour lui assurer ne pas tirer. Comment allait-elle réagir ? Qu’allait-il se passer ? Tant de questions qui bousculèrent mon esprit alors que j’approchai lentement pour n’opposer aucune menace. Je comptai sur sa déstabilisation et sur sa surprise pour ne pas agir violemment. Alors… La prenant au dépourvu, je lui lançais un sort qui la fit tomber inconsciente. Pour lui éviter la chute, je la rattrapai de justesse. Je la pris laisser reposer sur le sol en douceur. Je regardai alors autour de moi. Unique survivant de cette lutte acharnée. Je fermai les yeux. Le cœur battant, je décidai de ne pas me laisser aller à la culpabilité. Je m’approchai alors d’Ethan, découvrant son corps sans vie… Mes mains tremblèrent. Je serrai le poing. Je n’avais pas voulu en arriver là. Je me relevai, me prenant la tête entre mes mains avant de fracasser mon poing contre une colonne, les yeux humides. Je n’avais jamais voulu cela. Empli de remords, d’un sort, je fis en sorte de pouvoir éviter au corps d’Ethan de rester dans cette situation. Il n’avait pas mérité cela. Ayant aucune compassion envers mes coéquipiers mangemorts, j’étais haineux du résultat de notre mission.
Je finis par me diriger vers Sarah et la prendre dans mes bras. Je transplanai avec elle et le corps d’Ethan chez moi. Je déposai le corps de Sarah sur mon canapé. Je transformai ma tenue de mangemort en celle que j’aurai pu avoir en mission pour l’ordre, la simulant dans le même état que les vêtements de ma propre sœur. Gardant la tête froide, je tremblais tout de même face à la situation. Je sentais la culpabilité me ronger de l’intérieur.
Je fis ensuite le choix de déposer le corps d’Ethan, par remords, à sa famille. Ils me savaient de l’ordre moi-même. Ils ne se posèrent donc pas de questions, se doutant de la faute des mangemorts. Il fut difficile pour moi de parler. J’étais atteint par cette mort où seul moi en étais le coupable. Sans moi, Ethan serait encore en vie. J’en avais la certitude et se dire qu’on en était la cause me rendait à la fois en colère et haineux de ma propre personne. Comment n’avais-je pu l’éviter ?! Devant la famille d’Ethan, en cette nuit affreuse, mes mains tremblaient et s’ils assuraient ne pas m’en tenir responsable, je ne pouvais plus imaginer me regarder dans un miroir après ça. J’avais la sensation de revivre la perte de Joanne en pleine figure. Je n’étais pas prêt à affronter la perte d’un ami et collègue. J’avais la sensation d’être devenu ce pour quoi je combattais depuis le début.
Laissant Ethan à leur famille, je revins chez moi, détruit. Ma sœur était encore inconsciente sur le canapé. Sa présence me permettait d’éviter de tout foutre en l’air dans mon appartement. Gardant cette douleur pour moi, je la renfermai alors dans une boîte sans la laisser sortir. Ne l’évacuant pas, je la laisserai certainement dans l’avenir me ronger jusqu’à perdre le peu d’espoir qu’il pourrait me rester.
Que me restait-il alors ? J’avais la sensation d’avoir perdu la plus grande de mes fiertés de n’avoir jamais tué, même en tant que mangemort. Cette mort était cependant le résultat de mes actes et de ma folie. Elle aurait alors pu m’arrêter là si je l’avais extériorisé mais la renfermant, je pris le chemin opposé. Ayant franchi une limite douloureuse, je n’avais plus rien à perdre. Je ne pouvais faire pire. Regardant ma sœur dans le canapé, je sus alors que j’allais faire une chose qui serait sans retour possible. Ma main tremblait à cette idée. Je savais que cet acte serait celui d’un lâche mais ne l’étais-je pas ? Il fallait être lâche pour avoir tué un homme… Il fallait être lâche pour se cacher derrière une vengeance… Il fallait être lâche pour se servir du Lord afin d’arriver à un homme… Je n’étais qu’un lâche. Mon estime de moi descendit en flèche vers des ténèbres que je n’aurai jamais cru connaitre.
Je pris alors ma baguette. Je respirai un grand coup, renfermant mes anciennes valeurs dans un coffret et franchissant un pas qui allait me mener droit vers la perte de moi.
« Pardonne-moi… »
Je pointai ma baguette vers ma sœur. Après ce que j’avais fait à Ethan, Sarah en étant témoin, je ne pourrai plus jamais revenir en arrière. Je devais supprimer alors ce qui pourrait me porter préjudice par la suite. Je devais éliminer définitivement les risques de finir à Azkaban avant d’avoir accompli ma vengeance. Qu’elle me pardonne un jour… Qu’on me pardonne un jour… Personne ne comprendra peut-être jamais un tel choix envers ma propre sœur, la grande fille qui a toujours veillé sur son petit frère. Je me rappellerai à jamais nos rires, nos disputes, nos pleurs, nos peurs, nos joies, nos moments fraternels. Je savais que par mon acte, j’allais tuer définitivement tout ceci. Je baissai un instant le regard. Aurai-je cependant ce courage. Je respirai une dernière fois longuement. Ma baguette était pointée. Je tuai mes dernières chances de m’en sortir. Mais ne les avais-je pas déjà perdu quand Ethan perdit la vie par ma faute ?
« Adieu Sarah… »
Le sort s’échappa de ma baguette pour lui apporter la mort douce de ses souvenirs de cette nuit…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [PV, Prof. Chen, Forrest] Avant l'affrontement
» Faq : L'Affrontement
» Souvenirs et amour fraternel [ ft. Mathis de Fontanges ]
» [PGL]Affrontement Festif et arrivée du Père Noël
» La Théorie du Lien Fraternel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: