RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mord dans ce fruit défendu

avatar
Invité
Invité
Lun 25 Avr - 16:55
Invité

❝ Retrouvailles ❞
Janvier 2000

A la suite du voyage de Kaysa, j’étais devenu le « second » frère de Cassandra. Non pas qu’Harry n’était pas présent pour sa sœur mais il était toujours plus facile de parler à un cousin qu’un frère ou une sœur. Ainsi devenu le « référent » à Cassie depuis quelques temps et surement aidé de ma nouvelle maturité que m’avait fait prendre la petite Madeleine, fille d’Iris, tout autant que les monstruosités de ma vie, j’étais devenu responsable et réactif. Quand un membre de ma famille avait besoin de moi, je ne cherchai pas, je venais. Le seul problème était que depuis mes choix, j’évitai de prendre contact le premier. Je craignais qu’ils ne découvrent tous mes choix et ne l’acceptent pas. Je ne voulais pas les perdre. Pire, j’aurai espéré que certains me suivent mais quand je voyais la réaction seule d’Iris, je n’y croyais et ne me leurrais pas. Pourtant ici-bas existait un membre qui croyait en moi : Cassandra Potter.
Alors que je ne lui avais pas donné de nouvelles depuis bien un mois – à cause de ma « rupture » ou « pause » au choix suivant les avis et de mes activités sombres – j’étais étonné de trouver son hibou ce matin en train de tenter de m’arracher de mon lit à m’en déchiqueter les oreilles s’il le fallait. Surpris de voir l’animal, je me redressai malgré mes trois heures de sommeil. Bayant, je pris le parchemin, caressai l’oreille plus que l’animal, encore trop endormi et lis.
La lettre n’était pas longue mais claire. Cassie avait besoin de moi. Pourquoi ? Je l’ignorai. Mais elle semblait avoir vraiment besoin de me parler. J’espérai que personne ne l’embête à Poudlard, sinon j’étais capable de me déplacer pour mettre une dérouiller à celui qui oserait toucher la plus petite de la famille. Mal tombé était celui qui s’attaquerait à Cassandra Potter.
L’animal appuya son insistance au point d’attendre une réponse. Je voulais le repousser mais sa maîtresse avait du lui donner des consignes. Soit. Je griffonnai derrière la lettre un simple : « Ok. Dans une heure. Pré-au-lard. Alex. »
Fort heureusement, nous étions samedi et comme j’avais cessé de travailler, je n’avais strictement rien à faire et elle pourrait me rejoindre à Pré-au-lard. Je me levais donc après avoir vu l’animal partir rejoindre sa maîtresse. Je quittai ma chambre pour marcher sur un jouet à Maddy qui était restait là. Je grimaçais. Oui ça faisait mal mais ça me rappelait surtout à quel point j’étais à deux doigts de ne plus avoir le droit au statut de « parrain » de la petite. S’il y a bien une chose qui me détruirait, serait de perdre la petite… Elle n’était peut-être pas ma fille de sang mais je l’ai toujours considéré comme. Je ne voyais pas Maddy avec un autre beau-père. J’étais de toute façon capable de casser la figure à celui qui oserait prétendre à un tel titre.
J’allais alors à la douche. Je ne voulais pas que ma cousine s’inquiète en voyant l’état pitoyable dans lequel j’étais, soit : transpirant et mal rasé. Oui je sais, ça craint mais j’avais passé une sale fin de semaine pour ne pas dire la semaine tout court. Je vous passerai les détails.
Enfin prêt et propre, soit après-rasage et parfum, j’avais l’air du parfait Alexander Black en pleine forme et joyeux. Je décidai donc de transplaner à pré-au-lard. Une fois sur place, il ne fut pas difficile de tomber sur Cassie. Elle avait son écharpe de Serdaigle et sa petite bouille rouquine trop mignonne. Cassie ressemblait énormément à sa mère – je ne savais pas si c’était une bonne chose. Lily Potter était aussi effrayante que Kate Black mais il le fallait bien en considérant ce qui leur servait d’époux… – et de plus, elle avait souvent le sourire. Du moins moi je la voyais toujours comme ça. J’étais content de la retrouver. En approchant d’elle, je tendis les bras en lui disant :
« Hey ! Ma petite cousine ! »
Petite n’était certainement pas une insulte dans ma bouche que du contraire. C’était ma façon affective de la saluer. Je la serrai alors dans mes bras avant de m’écarter.
« Tu voulais me voir ? »
J’attendais alors sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Avr - 20:17


Mord dans ce fruit défendu


Pas de nouvelle d'Alexander depuis un bon mois maintenant, c'était beaucoup pour eux qui se parlais régulièrement, alors Cassandra c'était rendue à la volière pour que Neige aille porter une message à son cousin la chouette avait pour consigne de ne pas revenir sans une réponse de garçon. Une fois son mot parti à la patte de son hibou, elle repartit dans sa tour soigner sa tenue de la journée. Elle voulait se transformer en bombe aujourd'hui alors elle se lissa les cheveux se maquilla légèrement pour ne pas non plus trop en faire et elle se mit une robe bleue à pois blanc, un collant noir et des bottines talons haut noir. On était samedi l'uniforme de Poudlard n'était pas obligatoire et si la rousse avait prévu de sorcier de l'école pour se rendre au village, elle mit un long manteau noir et son écharpe de Serdaigle pour rappeler son appartenance à l'école. Avant de quitter sa tour pour aller prendre son petit-déjeuner la belle aiglonne regarda si elle n'avait pas reçu la réponse de son confident. Cela n'étant pas le cas, elle descendit dans la grande salle s'attablant avec le reste de sa maison pour un copieux petit déjeuner qui lui ferait le plus grand bien. Elle n'avait prévu de revenir au château avant le repas du soir, et elle ne mangerait sans doute que des cochonneries une fois à Près-Au-Lard alors elle prit bien le temps de remplir son estomac. Une fois son repas terminé Cassie s'apprêtait à quitter la table puis le château quand Neige son hibou arriva à son niveau une missive accrochée à la pattes. La superbe chouette avait réussi sa mission en lui apportant des nouvelles de son cousin, elle connaissait celui-ci comme personne et elle savait que son silence n'était pas annonciateur de bonne nouvelle pour le voir, elle lui avait dit qu'elle avait besoin de lui parler. Elle savait que cela marchait toujours, et puis elle avait réellement besoin de parler à quelqu'un qui ne la jugerait pas et ne la traiterait pas comme une petite fille fragile. Et cela avait effectivement marché, car il lui donnait rendez-vous dans une heure dans le fameux petit village sorcier juste à côté de Poudlard. Même si elle serrait en avance en partant maintenant la rousse donna quelque gourmandise à sa chouette qui repartit direction la volière avant de prendre le chemin du village. Elle quitta tranquillement Poudlard, Cassandra n'avait pas encore l'âge l'égale pour transplaner sans personne majeur alors c'est a pied qu'elle fit le chemin, se perdant dans ses pensées qui tournait autour de plein de sujet, son inquiétude pour son cousin, pour sa sœur et son frère, pour tous les autres membres de sa famille. Le manque de Roxanne aussi et l'éloignement de John qui lui pesait énormément. C'est ainsi perdu dans sa tête qu'elle ne fit pas qu'elle était déjà arrivée à sa destination. Un banc était libre elle si installa attendant de voir apparaître Alexander Black. Plusieurs minutes s'écoulèrent avant qu'un bruit de transplanage se fasse attendre et une voix l'interpella gentillement.
" Alex ! Enfin te voilà ! Tu m'as manqué petite tête "
La minuscule Potter se jeta dans les bras d'Alex qui lui avaient donc énormément manqué et avec qui elle avait besoin de parler. De tout et de rien parce que c'était son journal intime sur pattes et qu'elle voulait vider son sac.
" J'ai un peu besoin de parler, de Roxanne et de John, j'ai besoin de tes conseils, je ne sais plus quoi faire"
Elle regarda son cousin espérant qu'il puisse l'aider à gérer ses émotions et ses pensées, son manque et ses peurs, mais pour le moment, elle profitait juste de revoir celui qui avait disparu de sa vie pendant un mois. Ils avaient sans doute plein de choses à se raconter, mais il n'allait pas le faire en plein milieu des rues d'un village remplie de monde. C'était samedi après midi les sorciers en week-end se mélangeaient aux étudiants de Poudlard en permission. Cela créait un gros paquet de monde qui se bousculait dans tous les sens et elle n'appréciait pas vraiment cela.
fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Avr - 21:47
Invité

❝ Les mots peuvent prendre la faiblesse en otage... ❞
Janvier 2000

Heureux de retrouver ma cousine, j’en oubliais tout le reste. Cassie avait ce don sur moi. Son innocence me rendait la mienne. Je la pris alors dans mes bras alors qu’elle semblait être heureuse de m’avoir trouvé. Cassandra était une jeune fille jolie mais surtout adorable et douce. Elle était en fait, pour beaucoup de point, l’exact opposé de sa sœur Kaysa mais cela ne me dérangeait nullement. Je savais clairement faire la différence entre les différents membres de ma famille. Chacun semblait alors avoir sa place :
Vous avez d’abord ma sœur qui était mon défouloir. J’adorai l’emmerder et pourtant parler avec elle et m’amuser avec elle. Ensuite, il y avait Kaysa où décrire ma relation avec elle serait d’un compliqué et vous donnerez un mal de crâne pas possible. Il n’en restait pas moi que cette cousine était irremplaçable dans mon cœur. Ensuite il y avait Harry. Le pas doué en amour (on en tenait une couche à deux !) mais surtout un très bon proche en qui j’avais pu faire confiance plus d’une fois. Venez Cassie qui était le petit bébé de la famille, l’ange de lumière, la douceur incarnée. J’adorai être là pour elle, protecteur comme tout. Ensuite dans la liste, non moins important, Lena qui était aussi un membre que j’appréciais. J’étais moins proche de cette dernière mais si elle venait à disparaître j’en souffrirai certainement comme Kaysa. Il y avait aussi Leo (oui bon on est nombreux dans la famille je sais !). Leo était un confident en qui je pouvais avoir une totale confiance et dont j’hésitai à confier mes idéaux, tout comme avec Cassie d’ailleurs. Alors venez les Lupin. Si avec John on n’avait pas toujours été proche, il restait important pour moi. Bien évidemment, pour Nina… Inutile de tergiverser, tout le monde connaissait mon affection pour elle. La famille était la famille et je tenais à cette conception-là en sachant pourtant que je ne pourrais longtemps rester proche de la moitié qui ne partageait certainement pas les mêmes points de vue que moi. Comment alors réagirai-je à cette séparation ? Là était une autre histoire.
Mais revenons-en au fait ! Ma petite Cassie adorée avait besoin de parler et elle me le confia dans ses dernières paroles. Je sentais cependant bien que le monde environnant allait rapidement devenir gênant. J’eus alors un sourire en coin. Malgré les trois heures de sommeil et un ventre vide, je semblais tenir à peu près la forme. Je lui fis alors signe de me suivre. J’avais plus d’un tour dans mon sac. Je connaissais Poudlard par cœur et Pré-au-lard n’échappait pas à la règle. Après tout j’avais eu la carte du maraudeur entre mes mains… J’ignorai d’ailleurs qui la détenait aujourd’hui. Aux dernières nouvelles, c’était Harry qui l’avait eu mais allez savoir à qui il l’avait donné.
Quoi qu’il en fût, je dirigerai Cassie vers la cabane hurlante. Je la savais peu trouillarde malgré ses apparence sensible et douce – elle restait une Potter et beaucoup avait tendance à l’oublier et le payer très cher – et je plaignais d’ailleurs son futur copain qui ne savait d’avance pas dans quoi il s’embarquer. Après tout, les femmes de notre famille (mère, sœur, cousine) ont un sale caractère, c’était prouvé et approuvé par nous les hommes !
Une fois devant la cabane hurlante, nous étions seuls. Avec la neige, je sortis alors ma baguette en direction du banc pour l’enlever et nous éviter de nous mouiller en protégeant l’assise d’un sort. Là, je l’invitai à se poser. Je me permis alors de commencer la conversation :
« Encore John… Quel terrible celui-là. Ne t’inquiète pas… ça va passer. Moi aussi j’ai eu mes périodes. Mais si tu veux en parler plus en détails, je suis là… » lui dis-je simplement.
J’étais ouvert à toute discussion. Après tout, j’étais là pour ça. Ce qui me chiffonnait cependant c’était au sujet de Roxanne, notre cousine décédée durant la Nuit Rouge. Je savais que Cassie avait beaucoup de mal avec cette mort. Elle ne comprenait pas pourquoi il s’était passé tant de chose. Moi je pouvais lui dire concrètement que tout était de la faute de Hellson. Incapable de gérer ses crises existentialistes, parce qu’il estimait qu’on ne l’écoutait pas assez, se roulait presque par terre, pétait son petit câble comme un enfant capricieux et se vengeait finalement sur de pauvres innocents pour simplement prouver à quel point lui aussi pouvait être capable de pisser plus haut. Je ne supportai pas ce type. Son nom me donnait envie de gerber et revenir sur ce sujet en le posant en coupable était d’une facilité déconcertante pour moi. Hellson n’était qu’un enfant pas assez gâté à Noël qui ne méritait finalement pas de vivre pour tout le mal qu’il avait causé. Un sang moldu ne devrait pas autant l’ouvrir… C’était affligeant. Et bien évidemment ça ne loupa pas :
« Malheureusement, nous ne pourrons jamais ramener Roxanne. Je déplore sa mort autant que toi… Roxanne… Joanne… ma fiancée défunte, tuée dans un feu croisé entre anarchiste et mangemort dont je posai Darren Hellson comme unique coupable. Tant sont tombés par la faute d’un seul homme… insinuai-je.
Elle dût peut-être penser au seigneur des ténèbres en cet instant. Je me tournai alors vers Cassie, assis sur le banc.
« Il faut que tu fasses très attention Cassie… Aujourd’hui, rien n’est sûr. La vie n’est pas ce qu’elle semble être. On croit certains nos sauveurs et ne sont finalement que des traitres. Fait attention à chaque discours des hommes politiques ou encore de ceux qui revendiquent un monde meilleur. Jamais il ne le sera. Il y aura toujours des morts parce que beaucoup de sorciers n’ont pas compris encore qu’on ne peut pas tout accepter. Tant de discours fait pour quoi ? Des morts ?! Hellson n’est qu’un meurtrier qui se cache derrière un slogan. Il tue sans qu’on ne l’incrimine. Manipule et gagne du pouvoir au nom d’une liberté dont il prive lui-même en formant par exemple un dôme à Poudlard. Si les mangemorts n’étaient pas intervenus, nous aurions été sans éducation encore longtemps… Je ne dis pas que les mangemorts sont bons mais je veux juste t’expliquer que rien n’est blanc ou noir. Il y a simplement des nuances dont il faut savoir faire attention…
Mais je me rendis bien compte que comme d’habitude, je n’avais pu me retenir de lui faire un grand discours. Je finis par m’ébouriffer les cheveux comme j’avais la manie de le faire. Si beaucoup on toujours cru que c’était pour mieux me donner un style descendant de mon balai et m’apportant que plus de charme, je n’agissais que comme ça quand j’avais la sensation d’aller trop loin ou quand j’étais simplement gêné sans savoir que dire. Je repris alors :
« Tu veux parler de John ? » lui proposai-je finalement.
Ne fallait-il de toute façon pas commencer par quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Avr - 16:43


Mord dans ce fruit défendu


La benjamine de la famille était pour beaucoup un rayon de soleil, Cassandra savait qu'elle apaisait beaucoup les gens grâce à son tempérament calme et doux, dans sa famille, il était rare de trouver une personne qui n'était pas bruyante ou complètement casse-cou, elle était donc l'exception. Une mini Lily comme sont père la surnommait. Avec son cousin, elle était toujours elle-même souriante et douce, elle ne jugeait jamais, et était toujours prête à l'écouter, à être présente pour lui, il était un peu comme Harry à ses yeux, un second grand frère sur qui elle pouvait compter pour tout raconter, surtout les choses qu'elle ne voulait pas dire à son frère de peur qu'il en parle à leur parent. Oui Cassandra était un sacré phénomène, une personne unique dans ce monde et elle aimait cela, savoir qu'elle était importante pour les autres, qu'elle servait à les rendre plus calmes et plus serein était un véritable bonheur pour la petite rousse. Aujourd'hui, elle voulait aussi pouvoir questionner son cousin pour son mois d'absence, mais pour le moment, il voulait l'écouter en premier lieu et la jeune fille avait beaucoup de choses à dire, mais pour le moment, elle laissa le brun la conduire dans un autre endroit sans rien lui dire, il avait sans doute compris que l'Aiglonne trouvait cela trop bruyant et trop fréquenter pour que la plus petite, très timide et réserver, puisse confier tranquillement. Déjà que depuis la Nuit Rouge Cassie parlait de moins en moins de vrais sujets sérieux, gardant tout cela tout elle, ne voulant inquiéter personne et ne voulant pas mettre mal son frère qui était logiquement son confident quand elle ne pouvait voir Alexander. Et celui-ci l'avait mené à la cabane hurlante, cela ne lui faisait pas du tout peur déjà parce qu'elle savait ce qui s'était réellement passé dans cette cabane dès années plutôt et ensuite parce qu'elle était une Potter, malgré son caractère différent de celui des autres, elle n'était pas une trouillarde, ayant rarement peur, surtout de légende. Se mettant assise sur le banc, elle écouta les premières paroles de son confident qui lui rappelait que rien ne pourrais ramener sa Roxanne, cela la benjamine Potter le savait, elle ne voulais pas la faire revenir, non, elle voulait la retrouver ici ou ailleurs, elle avait besoin de son amie, de parler d'elle, des bons souvenirs qu'elle avait d'elle pour ne pas l'oublier. Pour ne pas avoir que des mauvais derniers souvenirs de cette fille qui l'avait fait tellement de bien. Elle avait changé la petite fille gentille et travailleuse que Cassandra était en lui apprenant à sortir un peu, à faire la fête, s'amuser tout en restant la meilleure élève de son année. Son cerveau était son principal avantage, elle qui ne se trouvais pas magnifique compensais avec son intelligence. Quant à John, elle ne le comprenait pas, il l'avait laissé tomber, c'était éloigner de lui sans aucune raison ni explication, elle avait tenté de s'approcher de lui pour en savoir plus, mais cela n'avait jamais marché. Alors elle avait laissé tomber et vivait très mal le fait de se retrouver presque, tout seul, maintenant. Elle qui n'était pas très populaire et donc pas entourée de beaucoup de monde dans la vie de tous les jours vivait très mal la perte de deux de ses seuls amis.

Dans l'esprit de la rousse tout n'était pas noir, ni blanc, elle comprenait les paroles qui lui arrivaient aux oreilles, elle n'était pas bête, elle savait que son cousin n'était pas membre de l'ordre et ne le serais jamais son discours était donc à double sens du moins l'esprit de Cassandra le voyait comme cela. Son innocence était ternie depuis les précédents événements, elle aurait aimé ne jamais voir à quel point le monde et les êtres humains pouvait être moche entre eux, ils causaient d'énormes douleurs, pour des raisons tellement futiles aux yeux de la jeune fille qui n'avait jamais compris pourquoi les hommes se faisait la guerre pour le pouvoir. Doucement, elle répondit à son cousin. " Tant de morts, tant de vie prise, de bonne personne partis à cause de nombreuses pourritures qui nous prennent chacun pour des pions utilisable pour arriver au pouvoir. Rien n'est tout blanc ou tout noir, tout est gris dans ce monde ou les esprits son perverti. Que cela soit Hellson, les mangemort, l'ordre ou le ministère, tous sont en train de compromettre leur esprit. J'aurais aimé ne pas avoir à faire un choix entre tous ses groupes, plus fous les uns que les autres" Cassie se rendaient bien compte que son cousin était gêné d'avoir parlé ainsi, de, c'être, laisser aller à partir dans un long discours devant sa petite cousine, mais elle ne lui en voulait pas elle voulait discuter de tout et de rien, elle en avait besoin, cette petite Serdaigle qui cherchait toujours à tout comprendre aurais aimer, pouvoir comprendre ce qu'il se passait dans les cerveaux des chef de clans. Pour oublier sa gêne, le fils Black ramena le sujet de conversation sur John Lupin, lui aussi était un membre de la famille important pour la fille Potter, son pilier depuis toute petite, celui qui était resté avec elle quand tous les aînés étaient partis pour Poudlard, sans doute pour cela qu'elle avait si mal de se sentir invisible à ses yeux. "Il ne me parle toujours pas ... Depuis la Nuit Rouge, je n'ai eu aucune discution avec lui, tu te rends compte qu'on ne passait pas un jour sans se parler et que maintenant, il détourne la tête quand il me voit, je ne sais pas ce qu'il se passe ou ce que je lui ai fait. Si c'est moi ou si c'est lui qui à un souci. Tu vois, c'est un peu compliqué surtout pour moi qui aime tout comprendre tout analyser là, je n'y arrive pas" Il fallait mieux parler de leur cousin plutôt que des personnes décédées cela était moins douloureux, moins sensible aussi et cela éviterait à la rousse de se mettre à pleurer sur son banc.
fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 26 Avr - 19:07
Invité

❝ Polémique et virulence ❞
Janvier 2000

Cassandra avait sa propre vision du monde et j’aimais sa conception de voir les choses :
« Tant de morts, tant de vies prises, de bonnes personnes parties à cause de nombreuses pourritures qui nous prennent chacun pour des pions utilisables pour arriver au pouvoir. Rien n'est tout blanc ou tout noir, tout est gris dans ce monde où les esprits sont pervertis. Que cela soit Hellson, les mangemorts, l'ordre ou le ministère, tous sont en train de compromettre leur esprit. J'aurais aimé ne pas avoir à faire un choix entre tous ses groupes, plus fous les uns que les autres. »
Cassandra était loin d’être bête. Elle avait une conception du monde qui me plaisait. Je ne m’offusquais pas de son avis sur les mangemorts. Je l’étais seulement par intérêt moi-même. Etais-je alors mieux que toutes ces pourritures ? Je prétendais ne jamais tuer mais combien de temps avant que ça n’arrive ? Je savais que ça ne serait malheureusement pas évitable. Un jour, moi aussi je ferai une telle chose. Restez alors à savoir comment j’en réagirai. Serais-je touché ? Bouleversé ? Insensible ? Je ne pouvais le prédire à l’avance malheureusement.
Cassie changea pourtant de sujet en répondant à mes propos dis précédemment :
« Il ne me parle toujours pas ... Depuis la Nuit Rouge, je n'ai eu aucune discussion avec lui, tu te rends compte qu'on ne passait pas un jour sans se parler et que maintenant, il détourne la tête quand il me voit, je ne sais pas ce qu'il se passe ou ce que je lui ai fait. Si c'est moi ou si c'est lui qui a un souci. Tu vois, c'est un peu compliqué surtout pour moi qui aime tout comprendre tout analyser là, je n'y arrive pas »
John était perturbé. Pourquoi ? Je soupçonnai tant de choses sans n’en avoir aucune certitude. Est-ce les complications avec son père et sa belle-mère ? Que sa sœur soit partie de Poudlard ? Qu’il ait la sensation d’être mis de côté par tous ? Est-ce plus grave encore ? Malheureusement, tant que le jeune Lupin ne s’ouvrait pas un minium, qui pourrait le dire… Je ne croyais cependant pas à quelque chose de grave. Avais-je tort ?
« Parfois il n’y a rien à analyser et à trop chercher, tu vas finir par te donner un mal de crâne. Pour te donner un exemple, prend celui de ta sœur. Comment tu expliquerais, alors qu’on sortait elle et moi, qu’elle décide de partir du jour au lendemain de Poudlard ? De s’écarter de moi ? De ne plus me donner de nouvelles ? Je ne saurais peut-être jamais pourquoi elle a agi ainsi, seule et sans m’en parler. Honnêtement, ne cherche pas, tu te feras du mal pour rien. John reviendra un jour mais il a besoin pour le moment de s’éloigner. C’est douloureux, mais c’est comme ça. Après, peut-être suis-je en train de me tromper lourdement mais lui aussi a vécu des choses horribles et c’est peut-être simplement sa façon d’arriver à surmonter tout cela. On essaie tous, chacun à sa façon, de relever la tête. » lui expliquai-je.
Comprendrait-elle que parfois, il n’y avait rien à faire à part attendre ?
« Mais je comprends tes agacements vis-à-vis de ce monde qui s’écroule. Les sangs moldus qui veulent se venger et finalement deviennent pire que leur persécuteur, les sangs purs… Tu sais que je n’ai rien contre les races mais parfois il faut savoir sa place et ne pas envenimer la situation de façon irréfléchie. Hellson n’est qu’un imbécile. S’il avait le huitième de l’intelligence de ta mère, il aurait compris qu’on ne règle pas les problèmes en faisant ce qui nous plait. Il y a des règles à respecter, des lois à ne pas déroger. Est-ce que tuer est une solution ? Est-ce cela qu’on tente de nous dire en voyant tous ces hommes et ces femmes s’entre-tuer pour des idéaux qui parfois ne valent même pas d’être écoutés ? Je crois que parfois, l’homme doit savoir où est sa place tout comme le sorcier ou le moldu. Nous ne sommes pas du même monde. Nous n’avons pas le même passé. Chacun a sa place et doit la garder. Je ne dis pas que les moldus n’ont aucun droit de vie ou doivent être nos esclaves mais envenimer les esprits et la rébellion n’est pas une solution. Tous ceux qui ne tiennent pas leur place et cause du tort à l’humanité devraient être enfermés. N’es-tu pas d’accord ? » lui demandai-je sérieusement.
J’attendais alors de savoir ce qu’elle penserait de tout cela alors que moi, personnellement, je croyais de plus en plus à une hiérarchie dans les sorciers. Le sang ne faisait pas tout. Je n’étais pas aussi extrémiste. Un bon sang moldu qui ne cherche pas à polémiquer n’a rien à se reprocher. Mais les autres… Etais-je en train de condamner la liberté de parler et penser ? Au nom du bien commun, surement. Certains feraient très certainement mieux d’arrêter de penser et d’embrigader et même de s’abstenir tout court de vivre. A certains niveaux, plus rien est à faire si ce n’est l’élimination du problème.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Avr - 20:13


Mord dans ce fruit défendu


C'était une bonne chose d'être très positif sur la vie et en même temps de savoir faire la part des choses, pour elle rien ne se rangeait dans une catégorie fixe tout le monde avait une bonne et une mauvaise part en sois, chez elle la bonne prédominait, mais pas chez tout le monde certain arrivaient à maintenant l'équilibre des deux partis d'autre finissais par sombrer sois dans le mal soit dans le bien. Mais encore fallait-il s'accorder sur la vision du bien et du mal, tuer était une mauvaise chose pourtant même les clans qui se disaient du bon côté voulaient tuer leur adversaire, cela était-il finalement une mauvaise chose. Voilà pourquoi Cassandra n'entrait pas dans le jeu des clans et des jugements. Dans sa famille beaucoup étaient pour l'ordre la rousse avait donc suivit cette voie sans poser beaucoup de questions, mais tout en réfléchissant en secret. Elle aurait aimé ne pas prendre part à cette chasse au pouvoir, ne pas entrer au service de ces hommes qui voulait à tous pris être le plus fort. Mais depuis la Nuit Rouge, elle avait pris conscience qu'elle ne pouvait pas rester les bras croisés à attendre que cela cesse, elle devait agir. Comment ? Avec qui ? Pourquoi faire exactement tout cela n'était encore que questionnement dans l'esprit de la Serdaigle mais à seulement quinze ans, c'était déjà des questions bien sérieuses et bien complexes. Elle manquait surement encore de maturité pour savoir faire le bon choix alors elle suivait l'avis de ses parents biens plus en mesure de prendre la bonne voie pour elle. D'ailleurs dans sa tête, elle était sûre que son cousin n'était pas avec le reste de la famille, allé savoir pourquoi il ne lui en avait jamais vraiment parlé, mais ses discours lui laissaient penser qu'Alex ne serrait pas un mouton de l'ordre, mais d'ailleurs, où ? Ministère ou Mangemorts ? Cassie n'osait pas poser la question de vive voix. Pas que la réponse changerait quelque chose dans leur relation à tous les deux, mais bien dans celle du garçon avec le reste de la famille.


Cassandra comprenait les arguments d'Alexander, mais elle ne pouvait se changer elle-même, voir son cousin et ami s'éloigner ainsi d'elle du jour au lendemain était incompréhensible et trop douloureux pour qu'elle ne cherche pas à comprendre et à analyser le problème. Pour elle, il y avait quelque chose de grave dans le fait que le brun ne veuille plus lui parler. Rester les bras ballants à attendre qu'il revienne tout seul était au-dessus de ses capacités, elle ne savait même pas si elle pourrait pardonner au brun son absence et son silence dans un moment un si difficile dans leur vie à tous les deux.

Mais pour le moment, elle ne devait pas penser à cela, mais plutôt se concentrer sur la conversation qu'elle entretenait avec son confident qui lui voyait les choses différemment d'elle et de son cerveau trop curieux. " Je ne peux rester sans rien faire, je sais des fois, il suffit d'attendre et d'être patient avec les autres, mais j'ai besoin de lui alors je suis égoïste et je veux savoir pourquoi il ne me parle plus. Ce n'est pas bien et je le sais, dois-je changer ? Sûrement, mais je ne suis pas prête à faire place à d'autre changement que ceux survenus depuis quelque temps. Pour Kaysa je ne vais te dire qu'une chose, c'est elle et sa personne, elle est comme cela, elle vit pour le danger le risque et l'adrénaline, elle serra toujours comme cela, même le bonheur qu'elle avait avec toi n'était pas suffisant pour la garder ici" La suite de la conversation n'était pas très simple ni pour elle ni pour lui, car le sujet n'était pas vraiment heureux ni propice à la rigolade alors les deux cousins étaient très sérieux autant pour se parler que pour se répondre, les morts et la guerre étaient encore d'actualité et les mots qui lui arrivaient aux oreilles était fort et montrait que chacun se mettait à réfléchir à tout ce qu'il se passait dans leur monde et dans le monde de leurs voisins les sans pouvoirs. Elle n'était pas du genre à juger quelqu'un pour ses pouvoirs magique ou pour son sang, mais elle devait bien reconnaître que Hellson avait empiré la guerre que se livrait déjà l'ordre et les mangemorts. L'esprit pragmatique de la petite rousse lui disait de ne pas juger un peuple sur les actes d'un homme, mais en même temps, il était tentant pour beaucoup de se laisser aller à la facilité.

" Les sans-pouvoirs ne devrais pas être au courant de notre existence cela rendrais tout plus simple, Hellson n'aurais jamais dû savoir que le monde sorciers existait pour ne pas vouloir se venger et se détruire et les sang pur devraient eux aussi rester à leurs places, accepter que des née-moldus puissent accéder à la magie, je ne comprend pas pourquoi les deux mondes son en conflit alors que ceux qui les peuplent sont totalement différent, et en même temps si semblables, d'accord, nous avons des pouvoir et donc plus de simplicité pour bien des choses. Mais les Moldus aiment leurs mondes comme il est, car ils ont l'habitude de vivre ainsi. Rien n'est logique dans une guerre et il y a toujours un des deux partis minimum qui fait de l'abus de pouvoir. J'aurais aimé que le monde trouve la paix, mais cela ne serra jamais réellement possible, pas avec des sang-pur qui n'acceptent pas les personnes de sang impur sois leur égale et pas avec des sang-moldu qui jalouse les personnes ayant accès à la magie" Les fouteurs de troubles étaient ceux de trop, c'était une certitude, mais le problème était souvent qu'une fois un problème et donc une personne mise hors service, une nouvelle apparaissait avec des idées sois semblable, sois totalement différentes. Mais toujours avec une envie de changer les choses, le monde et les gens, avec des méthodes bien souvent peu légales et peu orthodoxes. Les êtres humains étaient compliqués étant tous doté d'intelligence et étant tous capable d'avoir différente réflexion la cohabitation se fait de plus en plus difficile. Et cela poussait des sorciers comme Alex à en arriver à de tel propos et pensées. Elle n'en n'était pas encore à là, le risque était qu'elle y arrive un jour, qu'elle perde sa joie, sa douceur, dans un monde de plus en plus sombre, froid et manipulateur.La tournure des événement ne plaisais pas à la Potter, mais alors pas du tout.
fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 29 Avr - 16:03
Invité

❝ La place de chacun ❞
Janvier 2000

La situation entre John et Cassie ne devait vraiment pas être évidente. Non seulement John l’évitait mais en plus Cassie n’avait même pas le loisir de savoir pourquoi. Je la comprenais plus que personne. Au fond, j’étais passé par là avec Kaysa et si aujourd’hui j’avais appris à m’y faire, le temps d’en arriver à un tel point avait semblé bien long surtout que moi, peut-être (je l’espère pour elle) contrairement à Cassie, j’avais été éperdument amoureux de Kaysa. J’avais eu bon nombre de petite amie mais à l’époque, jamais je n’avais ressenti quelque chose d’aussi fort, d’aussi cruel et d’aussi douloureux. Il y avait eu des bons moments. Aujourd’hui je n’avais plus que ces souvenirs mais le prix à payer pour un tel amour si jeune avait été fort. Aujourd’hui cependant je ne regrettai rien. Mon passé avec Kaysa me permettait de mieux supporter mon présent avec Iris.
Iris… Si Kaysa avait été mon premier grand amour, ce que j’avais vécu avec Iris n’avait rien à envier à ma première relation. Avec le temps et le recul, je savais que Joanne avait été mon deuxième amour mais définir les sentiments que j’avais pour Iris était plutôt difficile. N’y voyait pas là une façon de dire qu’ils étaient moindres. Justement… Je ne saurais dire s’ils sont éternels. Comment pourrais-je le prédire ? Mais je n’avais pas de mot ni assez de valeur humaine pour le définir.
Alors pourquoi je jouais les cons ainsi en faisant la seule chose qui me privait d’elle ? Parce que si ma jeunesse m’avait rendu soumis à mes sentiments pour Kaysa, ma maturité me permettait de passer mes valeurs et mes convictions avant mes sentiments. Ironie du sort donc, pour un amour aussi grand, je luttai avec force contrairement à mon passé. L’absence d’Iris m’en aidait bien en tout cas. Je ne saurais dire si avec le temps, je n’aurais pas craqué si elle avait insisté jour après jour. Je ne pouvais me retirer aussi facilement de mes convictions mais pour ce qui était de la marque… peut-être. A moins que je me leurre encore sur mes sentiments et qu’Iris n’a pas cette influence sur moi. Cependant comme je l’avais dit plus tôt. Son influence ne dépendait pas de mes sentiments. Situation compliquée donc et homme butée, nous devons tous bien le reconnaître.
Mais là n’était pas le sujet présent. Comment me suis-je tant étendu à penser à Iris alors même qu’elle n’était pas le sujet de nos concertations ? La raison était simple et imparable : elle me manquait terriblement.
Alors donc que je divaguai à penser à ma bien-aimée, Cassie, elle, de son côté, revint sur le sujet qui à la base me préoccupait le plus : le contexte actuel. Elle affirma alors la nécessité que les sans-pouvoirs (pouvons-nous les appeler sang impur ou risquai-je une censure de la part des personnes les plus hautes placées ?) ne connaissent pas notre monde. Combien d’amis mangemort cependant rêverait la même chose qu’Hellson pour simplement mieux les soumettre comme esclave. Est-ce qu’un impur pourrait cependant remplir les fonctions d’un elfe de maison d’une meilleure façon ? Permettez-moi d’en douter. J’étais donc contre la révélation aux « sans-pouvoirs » (comme le disait si bien Cassie) puisqu’ils n’étaient d’aucune utilité. Serais-je alors pour leur éradication ? Non… Je n’étais pas aussi extrémiste. Du moment que chacun savait à sa place, il y avait de la place pour tous sur cette Terre. En d’autres termes : je n’étais pas si fêlé et désespéré. Cependant restait un problème. Je comprenais les propos de Cassie mais un point me chiffonnait… Certes, chacun devrait rester à leur place mais que fait-on alors des sang-moldus comme sa mère qui se retrouvent entre deux mondes ? Je partirai bien du principe que le mélange ne devrait pas se faire mais quand je voyais Cassie devant moi, je ne pouvais penser une telle chose tout comme pour Maddy. J’étais donc malgré tout bloqué par certains sentiments d’affection pour mon entourage. Si elles n’existaient pas, j’aurais alors peut-être sombré bien plus encore. Bloqué donc encore une fois par ma famille, je finis par lui dire :
« Rester à sa place, est une solution mais que dire du mélange. Tu ne peux empêcher l’amour entre deux êtres, qu’importent la naissance et l’origine. »
Tiens donc… Serais-je, par ma discussion avec Cassie, en train de reconsidérer certains de mes propres principes ?
« Cependant chacun doit garder sa place, tu as raison. Si on ne peut empêcher les mélanges, parce que l’amour de deux personnes ne doivent pas être puni, il faut que chacun sache sa place et vive en fonction de celle-ci. »
Voici donc finalement une solution à notre questionnement.
« Ainsi un sang pur, par son sang, a un statut magique élevé. Ce n’est pas du racisme ou simplement un propos discriminent puisque je suis pour l’égalité homme/femme… »
Regardez-moi comment je suis en train de justifier mes propres pensées…
« Prenons un exemple concret sur ta famille puisque vous êtes l’exemple idéal. Je ne vois pas pourquoi on interdirait tes parents d’être ensemble. C’est ridiculement stupide. Seulement peut-on permettre qu’une personne, imaginons ta mère, ait le droit de choisir pour une communauté sorcière si oui ou non le secret doit être révélé ? Ce n’est pas de son ressort, nous sommes d’accord ? L’est-ce plus des sorciers de sang purs ? Je dirais que cela dépend de l’ancienneté. Loin de moi la volonté de favoriser ma position mais n’y a-t-il pas famille plus ancienne que les Black ? N’est-ce donc pas à mon père par exemple de participer à ce choix. Et je parle de participer puisqu’il n’est pas le seul à choisir… Dans un tel moment, pour une telle question de révélation de la magie aux moldus, les sorciers les plus anciens magiquement, devraient donc choisir. Mais je ne dis pas que les sang-mêlés n’ont pas leur voix attention ! Cela consiste simplement à donner une part à chacun suivant son degré de proximité avec la magie… N’est-ce pas une solution juste ? Du reste, je ne parle d’aucune discrimination. L’idée n’est pas de réduire les sans-pouvoirs en esclavage. Simplement que chacun doit avoir sa place… »
Mon raisonnement n’était pas si horrible et pourtant c’est ce genre de raisonnement qui peut très rapidement devenir dangereux. Cependant est-ce que Cassie ou moi en avions conscience ? Je ne pensais pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Mai - 19:44


Mord dans ce fruit défendu


En revenant sur les événements qui avaient marqué le début de l'éloignement de John, Cassandra était repartie dans de mauvais souvenirs, enfin tous n'étaient pas totalement mauvais, mais tous étaient extrêmement douloureux pour la jeune fille qui n'avait toujours pas réussi à faire son deuil, de l'amitié qu'elle avait entretenue avec John et derrière tout cela enfouis au fond d'elle, de la mort et donc de la perte de sa seule réelle confidente, son double sur terre, la seule qui arrivait à la changer. Tout cela était encore trop présent dans l'esprit de la rousse qui n'arrivait donc pas à se concentrer à cent pour-cent sur un autre sujet, c'était aussi pour cela qu'elle n'avait pas été voir John pour l'obliger à lui parler, parce qu'elle-même n'était pas encore apte à discuter de tout et de rien comme avant, malgré les apparences qu'elle souhaitait préserver, l'aigle était bien plus abîmée qu'il n'y paraissait. Surtout parce qu'on lui avait ôté sa source de joie, sans cela, avant Roxanne, elle n'était qu'une acharnée de travail pas vraiment drôle, pas vraiment d'agréable compagnie pour les personnes qui n'aimaient pas être sérieuses. Et maintenant, elle avait du mal à entretenir la flamme de la joie en elle. Tout semblait plus dur alors qu'au final presque rien n'avait changer. De petites modifications avaient eu lieu bien entendu, mais sans que cela ne perturbe vraiment le quotidien et les habitudes de la dernière-née Potter. Tous avaient perdu cette nuit-là, que se soit leur innocence, un proche, ou autre, le monde avait changer et les esprits commençaient de plus en plus à prendre position, de nombreuses familles devaient avoir eu la conversation que Cassandra et Alexander entretenaient. Sur la suite, le comportement à adopter, quoi penser de tout cela, et ou était la limité, la barrière invisible entre faire le bien pour son peuple et ne pas détruire son adversaire purement et simplement.Elle aurait aimé pouvoir en discuter avec le fils Lupin, il était à peine plus âgé qu'elle et donc aurais surement un raisonnement plus proche du siens que des personne plus âgés. Leur expérience était certes un bon point pour eux, mais cela ne faisais pas tout et le choix n'était pas tout fait pour Cassie qui voulait vraiment le bien de tous, sans-pouvoir, avec pouvoirs, créatures magique, elle voulait l'équité parfaite entre tous, et cela était surement utopique de sa part, un doux rêve qu'elle entretenais, mais qui savait de quoi le lendemain serrait fait ? Hellson ne, c'était-il pas rajouté à une guerre de pouvoir déjà lancer ? S'il fallait, elle créerait une communauté rien cas elle pour sauver tout le monde. Chacun avait une place dans le monde, un rôle à y jouer et tous devaient laisser la place aux autres de pouvoir réaliser ce que Merlin les avaient envoyé faire.

Dans sa petite tête rousse de petite fille mignonne et gentille, la Serdaigle avait déjà beaucoup réfléchi à tout sans doute parce que sa mère avait une famille moldu que cela la rapprochait des cibles des mangemort et qu'elle refusais de perdre sa mère à cause d'une chose aussi stupide que sa filiation. La suite des paroles de son cousin la firent donc froncer les sourcils non, elle n'était pas d'accord pour mettre au pouvoir les personnes avec le sang le plus pur, cela n'était pas la meilleure idée du monde, c'était même la pire à ses yeux et elle allait le faire comprendre au brun. Le monde devait être gouverné par une personne sans aprioris sur personne pour pouvoir conserver la paix, l'idée qu'Alex avait ne ferais que recréer une guerre encore pire que la précédente sûrement, car là sang-mêlé et née moldus s’allieraient contre les sang noble du monde sorcier. " Ma mère était une sorcière avant de rencontrer mon père leur exemple n'est pas le meilleur, car tout deux sont dans le monde magique malgré les parents sans pouvoir de ma mère. Mais oui, nous ne pourrons pas empêcher sorcier et moldu de s'aimer et ce n'est pas de cela que je parlais quand j'évoquais de rester à sa place, je pensais plutôt que le conjoint sans pouvoir d'un sorcier qui connais donc l'existence de notre monde n'est pas son mot à dire sur le fonctionnement de la société magique. Pour moi, ton idée n'est pas bonne pour le monde, une fois encore les sorciers au sang pur vont être mis en avant et avec ce système les née moldus et sang-mêlé font encore se sentir rabaisser, lésé même par le gouvernement. Non pour que le monde fonctionne vraiment, il faut créer l'équité, la parité entre chaque, d'accord ceux sans sorciers ne devraient pas être au courant de notre existence, mais imagine ma mère si elle n'avait pas pu parler à sa famille de ses pouvoirs ? Pas logique. Et avec un gouvernement sang pur, c'est ce qui arrivera. Tu commences à parler le mangemort cousin. Leur idée part de petits discours comme ça et finissent par tuer des moldus parce qu'ils n'ont pas de pouvoir. Fait attention, tu abordes la mauvaise pente."


Sans doute ne voyait-il pas la mauvaise tournure de son raisonnement, de ses mots qui arrivait à l'oreille de sa douce cousine, ou alors c'était elle qui était trop gentille pour pouvoir penser à de telles choses, une seule certitude ressortait, les deux n'étaient pas sur la même longueur d'onde, cela pourrait changer, un jour. Avec des paroles, des preuves que le raisonnement de l'autre est le bon, mais pour le moment, leurs deux esprits prenaient des chemins différents concernant la guerre et le groupe à rejoindre, pour Cassandra rien n'était encore jouer elle n'était qu'étudiante encore, avait le temps de grandir avant de vraiment ce lancer dans la résistance, mais elle ne savait pas encore que pour Alex tout était déjà trop tard, il avait signé, un pacte surement avec un diable, mais quel chef n'était pas diable ? Comment savoir s'il n'avait pas vendu son âme à Lucifer ? S'il en sortait vivant et inchangé ? Le temps nous le dirait, le temps seul avait pouvoirs la dessus, et la rousse aurait aimer pouvoir contrôler cette choses si invisible qui structurait leurs vies. Finalement, elle n'était plus avancée cas son arrivée, tout le contraire même elle doutait de tout et de tout le monde. Ne sachant plus si les membres de sa famille saurait faire le bon choix, si elle, le petit bébé de la grande tribu saurait se passer d'eux si certains venait à se perdre en chemin. Son grand cœur avait toujours été sa force aujourd'hui, c'était sa plus grande faiblesse. Elle ne voulait plus perdre personne qui à garder dans son entourage des personnes néfaste à sa joie, des personnes qui ne pensaient pas comme elle.
fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 4 Mai - 15:14
Invité

❝ Ton utopie, mes moyens de s'en approcher ❞
Janvier 2000

Faire comprendre mon point de vue n’était pas chose aisée mais serait-elle intéressante si c’était si facile ? Les personnes ont peur du changement. C’est dans la nature de l’homme de redouter un nouvel air bien différent. J’étais pour ma part prêt à mentir, trahir et corrompre ma famille pour changer ce monde qui tombait en désuétude. Je savais que ça allait valoir un prix. Je le payais déjà en perdant Iris. Je ne voulais cependant pas que ce sacrifice ait été fait pour rien. Ma cousine était encore jeune et aujourd’hui j’étais assez proche d’elle pour parler simplement librement. Demain je savais que je pourrai progresser d’avantage. J’étais patient. J’étais capable d’attendre toute une vie pour obtenir ma vengeance. Un jour Hellson tomberait mais je savais que pour le moment, je devais y aller par étape. La première avait été de trouver un allié suffisamment puissant, peu importait les horreurs dont il était capable. Je n’avais plus les mêmes conceptions du mal que dans le passé. Si longtemps j’avais cru comme Cassie que toute vie avait sa place et qu’il fallait les sauver, aujourd’hui, j’avais la conscience d’esprit que c’était impossible. On ne pouvait sauver tout le monde sans en payer le prix. Se battre était une chose, éliminer la tête du problème en était une autre. Aujourd’hui je ne visais pas simplement une opération défensive comme à mes dix-sept ans. J’aspirai à ce meurtre qui règlerait bien des problèmes. Hellson tomberait. Le prochain serait ironiquement Voldemort une fois que je n’aurai plus besoin de lui. Qui serait la suite ? Je savais le danger que pouvait représenter l’inquisition, une fois la disparition des mangemorts. Je voulais aussi la tête de ce parti. Avais-je de l’ambition ? J’avais surtout le désir d’anéantir tous ceux qui estimeront pouvoir prendre la tête du monde. Quelle ironie… sans en avoir conscience, je penchais pour la prendre moi-même. Que m’arriverait-il si je commettais ce premier meurtre ? Quel effet aurait la deuxième ? Que deviendrai-je à la troisième ? Je combattais un mal par le mal lui-même au risque de devenir moi-même ce contre quoi je luttai. Mes idées étaient arrêtées. Il devait y avoir une hiérarchie où chacun devait avoir sa place. Qu’en serait-il de ceux qui ne voudront pas se plier ? Aujourd’hui je pourrais parler d’enfermement, demain de disparition, l’après-demain, d’élimination. Mes pensées étaient dangereuses. Ma rancœur se cachait au plus profond de mon âme et se nourrissait de ma haine pour envenimer mes pensées et mes actes.
Le mal était en train de s’inviter dans ma vie, de s’installer dans les recoins de mon cœur. Il s’insinuait dans la moindre de mes réflexions. Livré à moi-même, refusant toute aide, convaincu de commettre le bien, j’étais en train de créer le mal autour de moi et je voulais entrainer mon entourage vers une pente glissante sans retour où l’organisation du monde magique en serait totalement bouleversée. J’avais ma propre utopie, ma propre conception du monde et je voulais doucement l’insuffler de gré ou de force.
Etais-je alors totalement perdu ? L’ambition était-elle en train de me consumer ? Oubliais-je ce pour quoi longtemps je m’étais battu, ce que j’étais en train de devenir ? Je voulais le monde d’une certaine façon. Et j’allais commencer, sans lui vouloir du mal, par ma cousine…
« Je conçois ta vision des choses. J’avais la même il y a un an. J’étais persuadé que tout le monde devait être sauvé peu importe sa classe sociale ou son sang… »
Que s’était-il alors passé ? J’avais pris une immense claque dans la figure. On ne peut sauver tout le monde. C’est irréaliste. Par contre ce monde actuel et ses grands chefs. Pour sauver tout le monde, de belles paroles ou de belles protections ne suffisaient pas. Il fallait tuer les serpents par leur propre venin.
« Mais tu ne pourras pas sauver tout le monde. J’ai essayé et je me suis battu pour ça mais tu auras beau sauvé personne après personne, ça ne t’empêchera pas de voir mourir dans tes bras, des femmes, des hommes, des enfants, ta famille parce que la cause du problème sera toujours en vie. Tu peux lutter et limiter la casse. Mais tu ne peux pas sauver tout le monde si personne ne se lève pour éradiquer le problème à la source. Les lois protègent des monstres. Doit-on donner nos galions pour la protection juridique de tels monstres ? Doit-on les regarder saccager le monde sans rien faire ? Peut-être que ça amuse nos parents à se battre dans le vent mais ce n’est pas en se cachant derrière un champ de force que tu ne pourras atteindre le basilic d’une lame empoisonnée. Tu dois te rapprocher… être patient… nourrir sa soif de pouvoir… et frapper peut-être dans un an, dans cinq, dans dix mais de façon à mettre fin à son règne une bonne fois pour toute. Je sais que tu es encore jeune mais as-tu envi toi d’échouer comme nos parents et laisser un monde aussi sombre à tes futurs enfants ? Moi non. N’as-tu pas envie de faire quelque chose ? De te battre efficacement et une bonne fois pour toute pour le monde auquel tu crois ? » lui dis-je alors.
Je savais que parler de nos convictions ne nous mettrons pas d’accord contrairement à notre besoin de changer le monde. Alors changeant mon discours, je tentai d’obtenir un appuie qui pour le moment serait peut-être verbal mais demain plus fort encore. Je n’avais que dix-huit ans, de l’ambition et un art pour convaincre qui m’aiderait à obtenir ce que je voulais et si pour cela il fallait corrompre, tromper et mentir, j’étais prêt à faire le nécessaire pour offrir à Madeleine, ma filleule, un monde sécurisant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Mai - 18:25


Mord dans ce fruit défendu


Les personnes au caractère et au cerveau comme Cassandra n'étaient pas faites pour la guerre, pour les morts et pour les discours difficile à entendre, elle voulait la paix, l'amour et la cohésion, mais la preuve était que cela ne pourrait jamais arriver même au sein d'une même famille plutôt étendue comme la sienne, elle n'arrivait pas à être d'accord avec son cousin, peut-être même la jeune femme ne serrais pas en accord un jour avec ses parents et c'était là sa plus grande crainte que cette guerre, aussi maudite soit-elle n'arrive à l'éloigner de sa famille, à briser les liens du sang entre eux alors que ceux-ci sont censés être plus forts que tout le reste. Son cousin ne semblait pas voir que le fossé était déjà en train de se créer entre eux deux et surement entre lui et tous les membres de la famille, la rousse avait bien compris que le choix était fait pour le brun et que c'était les mangemorts qui avait trouver grâce à ses yeux mais elle ne voulais pas entendre parler de Voldemort et ses sbires pour Cassie ils ne fallaient pas mieux qu'Hellson et ses hommes alors pourquoi allé faire eux ? Pour leur fameux statut de sorcier et leur puissance magique ? Pouvait-on définir quelqu'un de puissant quand il arrive à ses fins en utilisant la peur et en sacrifiant des personnes innocentes ? Pas dans l'esprit de l'aigle, qui espérait aujourd'hui garder toujours cet état d'esprit. Certains diront sans doute qu'elle est trop innocente, trop naïve et qu'elle ne finirait que par tomber de haut, surement que cela arrivera un jour, mais on ne pouvais pas reprocher à l'adolescente de simplement garder foi en l'humanité, rêver et croire que le monde pourra trouver la paix, sans en venir à tuer tout ceux en désaccord avec ses idéaux. Les guerres étaient monnaie courante partout sur terre, des hommes, le pouvoir et des différences cela menait immanquablement à des batailles, ou les civils payaient les pots cassés, servait de monnaie d'échange, de faire valoir, de simples pions. La benjamine Potter était une personne intelligente qu'on ne pouvait pas utiliser comme pions, étranger comme alliés, elle se méfiait de chaque parole prononcées depuis la Nuit Rouge. Et tout dans le discours d'Alexander la poussait à se méfier. Celui-ci semblait ronger par la rancœur, la colère brouillait son esprit, il tombait peu à peu dans le mal et Cassandra voulaient l'en sortir pas sombrer avec lui, là était son devoir empêcher à cet homme qui avait toujours été présent pour elle de se perdre. Pour lui pour sa vie, son futur qui se devait d'être joyeux.


" Tu es en train de te perdre Alexander, tu prends la mauvaise pente, j'espère que tu ne t'enfonceras pas trop..."
Elle ne pensait pas que la vision profonde d'un être sur le monde pouvais changer aussi brutalement, d'un opposé à un autre, elle-même avait vécu des changements depuis la Nuit Rouge le monde avait perdu de sa superbe à ses yeux, son innocence de fillette était partie bien loin, mais elle n'avait jamais pensé à tuer pour arranger les choses, le point sur lequel elle ne serrais jamais d'accord avec son cousin, oui les personnes responsables de tout ce remue-ménage devaient être punies à la hauteur de leurs actes, mais simplement leur donné la mort n'était-ce pas leur donné un cadeau. Cela ne ramènerait pas tout leur mort, alors pour elle prendre une vie n'était pas chose à faire, c'était punir le mal par le mal, n'avoir aucune logique, se contredire sois même entre sa conscience, ses paroles et ses actes. Pour Cassandra, les trois étaient pour le moment encore en accord, elle réfléchissait et analysait avant de vraiment se lancers dans quelque chose de bien trop gros pour elle." Le monde est mal fait, les lois le sont aussi, je suis d'accord sur ce point-ci, mais pas sur le reste, je veux faire des choses pour ce monde, je préfère mourir que de rester sur terre si tout continue ainsi, mais je ne suis pas prête à tuer pour autant, la vie humaine à de la valeur à mes yeux, que cela sois un anarchiste devant moi, un mangemort ou autre, les tuer me ferais au final devenir la même personne qu'eux, chaque personne à de la famille, des amis, une vie, ils ont fait de mauvais choix, mais l'erreur est humaine, je ne tomberais pas dans ce schéma-là. Je vais me battre, mais je le ferais en accord avec ma conscience, je ne renierais aucun de mes principes et je suis fière que mes parents eux aussi est tenu leur ligne de conduite. Le mal est entrée dans certaines personnes sur terre, je le combattrais, mais je ne laisserais pas le mal entrer à son tour en moi" Tout n'était pas rose autour d'eux, certains étaient prêts à tout sacrifier pour éradiquer les deux menaces qui planaient sur leur monde, prêt à se perdre au même dans les ténèbres de la mort, du sang, et des sacrifices humains. Pour Cassandra, le choix était autre, protégé, rallié, convaincre pour sauver ses personnes qui avaient emprunté une mauvaise voie. Voilà sa contribution pour leur futur monde, celui qui ferait peut-être naître ses enfants si elle trouve un prince charmant digne d'elle.


Non Cassandra Potter n'était vraiment pas faite pour faire la guerre, pour se battre à coup de sortilège et pour choisir de condamner le destin d'une personne, elle était née dans la douceur et l'amour, c'était cela qui l'avait forgée et fait grandir. La perte de son amie lui avait ouvert les yeux sur certaines catégories de personnes qui n'avait pas eu la même chance qu'elle, et pourtant, elle gardait sa foutue positivité à toute épreuve, au fond d'elle-même, elle continuait d'y croire, de voir le bon en chaque personne qu'elle rencontrait certes avec plus de réserve qu'avant, mais quand même. Encore une fois les différences entre les différentes personnes qui vivaient sur terre se voyaient en temps de crise, certains fonçaient dans le tas, d'autre réfléchissait, les derniers fuyaient. Elle utilisait sa meilleure arme, son cerveau et en deuxième lieu son cœur.
fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 14 Mai - 14:25
Invité

❝ De la douleur à la peur que ça ne recommence ❞
Janvier 2000

Je ne pensais pas pouvoir agir sans commettre le pire. Je me familiarisai doucement à l’idée qu’on ne pouvait offrir ce monde merveilleux et utopique sans se salir les mains. Je ne croyais plus aux bienfaits du bien. Je laissais alors ma vie basculer sans rien regretter. La seule chose qui me manquerait serait certainement l’étincelle que me faisait ressentir Iris. Je savais cependant ne pouvoir tout obtenir. Valait-elle ce sacrifice ? Elle me facilitait cependant le choix en s’éloignant de moi. Je n’avais pas à affronter ce choix imposé entre ma voix et mes sentiments. S’écartant de moi elle avait facilité ma chute. Je ne la considérai cependant pas comme tel. Je la voyais simplement comme une renaissance, le moyen de faire ce que je n’aurai pu avant. Mais avais-je raison de voir mes changements comme positif ? Cassie avait un autre avis sur la question :
« Tu es en train de te perdre Alexander, tu prends la mauvaise pente, j'espère que tu ne t'enfonceras pas trop… »
A ses mots je fronçais les sourcils. Je ne pensais pas faire le mauvais choix. J’étais même convaincu qu’attendre bêtement et croire au bien ne suffisait pas à faire changer les choses. Aussi terrible soit l’idée, parfois il faut savoir passer par le mal pour obtenir un monde meilleur. J’en avais la ferme conviction tout au fond de moi depuis si longtemps. Les mangemorts n’avaient pas eu besoin de me laver le cerveau. Ils m’avaient simplement offert le moyen d’arriver à mes fins sans que je n’ose avant pour autant. Cependant plus je partais sur cette nouvelle voix, plus je savais qu’elle serait impardonnable pour mes proches. Je savais que la personne qui en souffrirait le plus était mon père. Il avait vu sa famille décimer, plonger et embrasser ce que moi-même j’étais en train de faire. Je savais, en m’engageant, qu’il ne me pardonnerait jamais. J’avais alors fait le choix du sacrifice de mes proches en sachant qu’en posant un genou devant le seigneur des ténèbres, c’était une voix sans retour. Je l’avais fait et je ne demandai pas à ce qu’on comprenne mes choix. Je les faisais non plus sur un coup de tête. Mes décisions semblaient irréalistes et imbéciles mais comment pouvais-je atteindre mes objectifs avec l’ordre du phénix ? Même la refonte ne m’inspirait pas. Je ne croyais plus au bien. C’était pratiquement stupide de croire qu’on peut éliminer une guerre sans faire des dommages. Je l’ai appris à mes dépends. Il fallait passer par là où j’étais passé, ressentir cette colère envenimer son cœur, croire qu’il n’y a aucune solution, être persuadé n’avoir aucun avenir si ce n’est celui de se venger. Je ne croyais pas au futur. Je ne m’imaginai pas encore vivant après tout cela. De toute façon pourquoi le serais-je ? En agissant pour le bien de tous – comme je prétendais le croire – j’aurai détruit tout ce qui m’aurait rattaché à la vie. J’avais même mis un terme indirect à ce qui m’avait le plus de bien depuis le meurtre de Joanne.
J’aurais très bien pu ne rien dire à Iris. J’aurai pu lui mentir, lui cacher mais j’avais eu besoin de lui faire peur et de la protéger pour l’éloigner de moi. Je ne savais ce que j’étais capable pour arriver à mes fins et je ne voulais voir un jour son corps sans vie par ma faute. C’était ma plus grande peur et ce qui me perdrait certainement à jamais. Oui je l’aimais mais je préférai la savoir loin et aller jusqu’au bout de mes projets. Sa présence à mes côtés était bien trop dangereuse pour elle. A moins que ce ne soit mon subconscient qui a vite et tôt fait de comprendre qu’Iris dans ma vie pourrait éroder mes conviction et me faire lâcher prise dans cette quête de la vengeance. N’était-elle pas la clé de ma rédemption ?
Je regardai alors Cassandra avec un sourire en coin pour la rassurer. Je posai alors ma main sur son bras en douceur d’un geste rassurant :
« Ne t’inquiète pas, je saurai prendre soin de moi et éviter le pire. »
Parfait mensonge… Je savais quel était la fin de cette vengeance. La mort m’attendait. J’espérai cependant avant entrainer les grands monstres de ce monde avec moi sans comprendre qu’un tyran éliminé, un autre apparaîtra. Le monde est fait d’opportunistes qui n’attendent que le bon moment pour se mettre en valeur.
« Le monde est mal fait, les lois le sont aussi, je suis d'accord sur ce point-ci, mais pas sur le reste, je veux faire des choses pour ce monde, je préfère mourir que de rester sur terre si tout continue ainsi, mais je ne suis pas prête à tuer pour autant, la vie humaine a de la valeur à mes yeux, que cela soit un anarchiste devant moi, un mangemort ou autre, les tuer me ferait au final devenir la même personne qu'eux, chaque personne a de la famille, des amis, une vie, ils ont fait de mauvais choix, mais l'erreur est humaine, je ne tomberais pas dans ce schéma-là. Je vais me battre, mais je le ferais en accord avec ma conscience, je ne renierais aucun de mes principes et je suis fière que mes parents eux aussi ait tenu leur ligne de conduite. Le mal est entré dans certaines personnes sur terre, je le combattrais, mais je ne laisserais pas le mal entrer à son tour en moi. dit-elle provoquant un sourire en coin.
- Tu es si jeune encore… Un jour tu comprendras mes mots. Tu comprendras que lancer des fleurs ne suffit pas. Parfois le mal est nécessaire pour arriver au bien. A chacun son choix d’être intègre à sa façon. Toi tu choisis de laisser une chance là où il n’y en a aucune. Je l’ai longtemps laissé et j’ai perdu ma fiancée pour ça. Est-ce que le mal vaut qu’on accepte le pardon malgré la douleur qui peut nous ronger ou la peur de voir la personne qu’on aime le plus au monde partir elle aussi loin de nous à cause d’un monstre ? Qu’est-ce que le mal cependant ? Ce n’est qu’une idée que l’homme a eu besoin de définir pour ses propres besoins. Tu laisses une chance à celui qui causerait la douleur autour de lui. Moi je préfère l’éradiquer avant de perdre encore une fois la femme que j’aime… Je préfère la protéger que de la voir elle aussi être la victime. Ai-je raison alors de priver à mon tour une famille d’une personne qui elle-même assassine mes proches ? Cette famille est autant coupable. Elle n’a su l’arrêter à temps. Pourquoi alors les épargnerai-je de la douleur que moi j’ai ressenti ? » m’énervai-je.
J’avais longtemps gardé cela pour moi mais exceptionnellement, parce que le sujet m’avait irrité, j’avais laissé entrevoir ce qui me rongeait, la haine que j’éprouvai au point d’être radical dans mes pensées. Pensais-je ce que je disais à Cassandra ? La haine me faisait porter des propos qui ne me ressemblaient pas. Ils étaient ceux des mangemorts. Ils commençaient à m’appartenir. Je ressemblais finalement de plus en plus à ce que j’avais toujours haï.
« Je refuse de perdre une personne de plus… » lui dis-je alors la voix cassée.
Je ne me croyais pas assez solide pour supporter cela une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Mai - 15:33


Ne me laisse pas ...
Cassandra & Alexander
Le débat pouvait durer encore et encore entre eux chacun étant persuadé de faire le bon choix de suivre la voie qui était la meilleure, mais il n'y avait pas de bons choix, car leur monde était en guerre et qu'il était obligé de faire un choix pour pouvoir ensuite se battre contre d'autres personnes, mais c'était inutile pour Cassandra de se battre ou même d'essayer de résonner son cousin dans leur famille, il avait tous de gros caractères et personne ne revenait jamais sur ses décisions une fois que celle-ci était prise, c'était fini et la rousse le savait et elle était triste et désolée que son cousin, son confident sois partis dans une direction différente de la sienne, bien sûr cela risquait d'arriver depuis le début de la guerre, une famille aussi grande et éparpillée que la leur ne pouvait pas rester totalement unis quand leur mode de vie leur équilibre se trouvait ainsi mise à mal, tout avait été bouleversé et tout continuait à l'être, car comment maintenir un temps soit peu d'équilibre dans sa vie quand on perdait tout nos piliers un par un. Cassandra ne savait pas, elle n'avait pour une fois pas la réponse et elle aurait aimé l'avoir pour garder la tête, or de l'eau pour ne pas se noyer dans cette marée de changement, mais elle n'était rien qu'un minuscule poisson emporté par le courant, les ficelles étaient tirées par de gros requins bien plus forts qu'elle, bien trop fort pour qu'elle ne puisse faire quelque chose. Elle n'était qu'une jeune fille à qui on demandait de grandir trop vite et qui aimerait pouvoir conserver son insouciance, le reste de son innocence encore un peu, ne plus entendre parler de mort, ne jamais devoir tuer, c'était le rêve ultime pour notre jolie petite rousse, mais elle savait que cela ne serait pas réalisable si elle ne voulait pas retirer la vie de quelqu'un d'autre, elle ne pourrait pas empêcher ces mêmes personnes de prendre la vie de ses proches. C'était un terrible constat qui faisait mal, mais qui en même temps confortait Cassie dans l'idée que tuer n'était pas la chose à faire, comment faire comprendre à un groupe de personnes qu'ils agissent mal si en face d'eux, on se comporte de la même manière, c'était illogique, et cela, Alexander ne semblait pas le remarquer, car il était persuadé que son alliance avec le Seigneur des Ténèbres était une bonne chose et qu'il arriverait à s'en sortir indemne cela Cassandra savait que c'était impossible, on ne quittait jamais les rangs du Seigneur vivant, elle était doucement en train de perdre son journal intime sur pâtes et cela était douloureux à encaisser. Doucement, d'une petite voix que personne n'aurais pu entendre s'ils n'avaient pas été dans un endroit si calme, elle s'adressa à Alex. " Tu ne peux éviter le pire quand tu t’allie à l'un des diables... Ils sont bien plus forts que nous et tu le sais, tu ne t'en sortiras pas, tu n'arriveras jamais à le quitter, sauf s'il meurt et tu devrais prier Merlin pour que cela arrive, car si tu te fais tuer, je te rejoindrais là-haut pour te tuer à nouveau, je serais capable de mettre tous mes principes de côté pour le faire"

Sa famille, c'était sa force et sa faiblesse, elle puisait en eux pour rester forte, fière, mais elle avait toujours peur qu'il lui arrive quelque chose, elle était prête à tout pour eux, pour les sauver pour qu'ils vivent là elle serait capable de jeter un sortilèges interdit, seulement pour eux. Sa plus grande faiblesse. " Je ne lance pas de fleur Alexander, et je ne pense pas que grandir me fera revoir ma position, les actes mauvais qui se déroulent et déboulent dans notre vie change notre vision du monde, mais cela ne nous change pas nous-même, cela n'agit pas directement sur notre essence, on est qui l'on a, je suis une fille qui ne veut pas avoir à répondre à leur violence par la violence, je ne veux pas être pacifiste non, loin de là même, mais jouer les voyous pour dire à d'autres voyous ce que vous faites n'ai pas bien n'as aucun espèce de logique et vous ne trouverez pas la paix d'esprit en agissant comme cela. Tu as fait un choix, je ne le critique pas respect le mien sinon tu ne me re veras pas. Je suis prête au pire pour ma famille, mais pour pouvoir agir, il faut que l'on m'en laisse l'occasion qu'on me laisse le choix, et la place pour faire les choses à ma manière. Je suis différente de vous tous, je n'ai pas l'esprit guerrier et rebelle que vous pouvez avoir, mais cela ne fait pas de moi une idiote juste une personne qui réfléchit, qui vois les choses différemment et qui pense avec son cœur. Prendre un membre à une famille parce qu'elle t'as fait du mal ? Te rend du compte alors que cela pourrait se retourner contre toi, un membre de la famille de la personne que tu as assassiné peut décider par pure vengeance de me tuer pour te punir à ton tour et là, on arrête plus la guerre, on l'agrandit, tu devrais réfléchir un peu à ce que tu dis, car là, tu commences réellement à me faire peur" Elle comprenait bien que tous avaient été chamboulé par les derniers évènements et que beaucoup de choses avaient été remise en question, mais là tournure des paroles et des pensées de son plus proche cousin lui faisait vraiment peur, elle sentait qu'il allait trop loin qu'il perdait le bon en lui bouffer qu'il était par la colère et la rancœur deux poissons qui détruisaient son cœur et sa capacité de raisonner clairement. Elle voulait le sauver, mais le sauver de lui-même était beaucoup plus compliqué et elle n'était pas sûre d'être suffisamment forte pour le faire. Il ne voulait plus perdre, Cassandra comprenait encore une fois, elle ne voulait plus avoir à subir cela non plus, mais pas en agissant de la sorte et des larmes lui montèrent aux yeux quand elle répondit à Alexander. " A quoi bon ne plus subir de perte si tu n'as plus ni âme ni cœur... Je refuse aussi de perdre quelqu'un d'autre, mais regarde, je suis déjà en train de te perdre"

C'était vraiment très difficile pour elle, qui n'arrivait pas à trouver les mots, la façon de faire réaliser à son ami à quel point son choix n'était pas le bon, à quel point elle sentait mal les choses, elle avait un très mauvais pressentiment, les choses allaient encore être compliquées pour elle. Et Cassandra avait beau tout faire pour garder la face, elle ne tiendrait plus longtemps devant tous les obstacles qui se mettaient en travers de son chemin. L'aigle allait finir folle avec tout cela et elle ne savait pas combien de temps elle allait encore pouvoir tenir le coup. Et pourtant, elle ne voulait que la paix et le bonheur dans ce monde, c'était utopique, mais cela lui permettait de pouvoir se concentrer sur sa vie pour profiter du temps qu'il lui restait sur terre, car avec tout ce qu'il se passait autour d'elle la petite rousse avait peur de ne pas pouvoir devenir adulte puis mère de famille. C'était bizarre de penser comme cela à seulement quinze ans et une chose pareil ne devrais pas arriver, mais que pouvait-on faire quand des timbrés se battait pour contrôler les sorciers.


BY PHANTASMAGORIA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 16 Mai - 14:22
Invité

❝ Un meurtrier peut-il cependant revenir en arrière ? ❞
Janvier 2000

Cassandra n’avait pas idée à quel point elle pouvait ressembler à sa mère. Elle était une jeune fille si posée et si intelligente déjà à quinze ans. Bien moins impulsive, plus réfléchie, elle ne se laissait pas toujours dans une quête en baissant la tête. Elle pesait le pour et le contre, ce que je ne savais pas faire. Il m’arrivait de réfléchir mais j’étais peut-être beaucoup trop impulsif pour arriver à me poser comme elle. De nature à agir selon mes sentiments et mes sensations, je me laissais sombrer dans le besoin de simplement protéger ce qui me semblait le plus cher. Je ne voulais pas perdre Iris comme j’avais perdu Joanne. Je ne pourrai pas me relever. Je voulais la protéger de ce monde violent. Je voulais la préserver de la mort. Je ne comprenais pas que la mort n’était que l’ami de la vie, celle qui nous accueille quand vient le moment de ne plus souffrir. Je la voyais comme une ennemie et je voulais lutter contre elle. Ma conversation avec Cassie me repoussait cependant dans mes retranchements. Pourrai-je enfin comprendre que mes choix n’étaient que pur suicide ? Je n’avais pas peur de me sacrifier pour les autres. Je l’avais toujours fait. Je n’avais pas peur de la mort. Seulement qui la protègera quand je ne serais plus là ? Qui la prendra dans ses bras ? Qui veillera à chacune de ses nuits ? Qui s’assurera de la préserver de ses cauchemars et de la réconforter quand l’un d’eux a réussi à atteindre le monde de ses songes ? Qui pourra remplir ce rôle auquel j’aspirai, quand je ne pourrai plus le faire au nom d’une cause perdue ?
« Tu ne peux éviter le pire quand tu t’allie à l'un des diables... Ils sont bien plus forts que nous et tu le sais, tu ne t'en sortiras pas, tu n'arriveras jamais à le quitter… »
Les paroles suivantes de Cassie se noyèrent dans le vide alors que ses premiers mots me perdirent. Je savais que ma seule issue pour quitter ce maître, si jamais j’avais le malheur de graver sur mon bras sa marque, serait la mort de l’un ou l’autre. Je comprenais ce sacrifice. Je savais que le seigneur des ténèbres n’était pas tuable aussi facilement. Il y aurait bien longtemps sinon qu’il ne vivrait plus. J’en revenais alors à la question de ce sacrifice qui devenait pure folie. Je n’avais pas la force de tuer cet homme. Que devrais-je cependant faire après la mort du chef des anarchistes ? Ce second monstre pourrait faire autant de tort à Iris et je n’aurai le choix. Je perdrai certainement la vie à la moindre tentative. Je revenais alors à la même question : Qui la protègera si je disparaissais ? Un long frisson parcourra mon échine. Mais j’oubliais une douloureuse chose qui faisait que je ne pouvais retourner en arrière : j’avais tué un homme.
« Je ne lance pas de fleur Alexander, et je ne pense pas que grandir me fera revoir ma position, les actes mauvais qui se déroulent et déboulent dans notre vie change notre vision du monde, mais cela ne nous change pas nous-même, cela n'agit pas directement sur notre essence, on est qui l'on a… »
Mais qui étais-je ? Je voulais croire être un homme bon mais j’avais fait la seule chose que je redoutai et qui me laissait croire que je n’étais pas bon. Je revoyais encore le corps de cet homme tombé au sol, inerte. Ce que j’avais fait ne me rendait que pire. J’avais finalement commis, à mon sens, l’irréparable. Comment revenir après ça ? Comment changer d’avis ? Comment demander pardon à mon entourage là où je ne me pardonnai pas moi-même cet acte ? Je ne pouvais plus faire machine arrière, même si j’aurais pu doucement le vouloir. Je ne disais cependant rien, me noyant dans ma culpabilité, laissant Cassie m’expliquer son propre point de vue.
« Tu as fait un choix, je ne le critique pas, respecte le mien sinon tu ne me reverras pas. »
Douce ironie… Une part de moi se sentait indigne de ma famille. Je savais cependant être encore incapable de m’en séparer aussi facilement. J’avais peut-être encore suffisamment de cœur pour ne pas totalement me perdre pour le moment. Cependant je savais qu’avec mes objectifs, ce ne serait qu’une question de temps. Que se passerait-il quand j’aurai tué ce chien ? Je savais que ma famille me tournerait totalement le dos si ce n’était pas déjà fait s’ils apprenaient qui je servais. Cassandra, elle continuait à parler alors que je me renfermai dans mes pensées :
« Prendre un membre à une famille parce qu'elle t'as fait du mal ? Te rend du compte alors que cela pourrait se retourner contre toi, un membre de la famille de la personne que tu as assassiné peut décider par pure vengeance de me tuer pour te punir à ton tour et là, on arrête plus la guerre, on l'agrandit, tu devrais réfléchir un peu à ce que tu dis, car là, tu commences réellement à me faire peur. »
J’en avais pleinement conscience seulement je savais aussi que ma famille était déjà menacé. Avec ou sans mon intervention, j’étais persuadé que ça ne changerait rien pour eux. Avais-je cependant réfléchi à Iris qui était encore en sécurité pour le moment ? Et si on découvrait mes sentiments pour elle ? Et si les anarchistes s’en serviraient pour me faire payer d’avoir tué leur leader. Avais-je réfléchi à cela ? Non… La peur grandissait en moi et me poussait alors à réfléchir davantage et ne pas laisser Iris revenir dans ma vie. Je ne pouvais me permettre une telle chose : même si c’était plus fort que moi. Comment lutter cependant face aux sentiments quand, en sa présence, je me sentais meilleur, différent et enfin apaisé ? Elle m’apportait la sérénité qui me manquait. Elle comblait et adoucissait mes haines. J’avais peur pour elle mais la savoir auprès de moi avait un effet canalisant à toutes mes autres émotions. Elle pouvait être le remède… si je la laissai me guérir.
Mais le voulais-je vraiment ? Je n’arrivai pas à effacer ce mal en moi, cette douleur, cette haine ce besoin de vengeance… Même si je réalisai le mal que de telles émotions en moi étaient en train de faire sur mon entourage. Cassie avait les larmes aux yeux, je le voyais clairement alors qu’elle me dit :
« A quoi bon ne plus subir de perte si tu n'as plus ni âme ni cœur... Je refuse aussi de perdre quelqu'un d'autre, mais regarde, je suis déjà en train de te perdre. »
Ses mots me touchèrent plus que je n’aurai pu l’imaginer. Un instant, je redressai mon regard vers elle et vit les larmes qui menaçaient de couler sur son visage innocent. Ce regard me fit plus de mal que toutes les attaques physiques. Je portai alors ma main sur sa joue pour la caresser de mon pouce. Elle me toucha le cœur par ses derniers mots. Je l’attirai alors dans mes bras pour la serrer tout contre moi. La tenant fort ainsi, je lui dis dans un murmure :
« Tu ne me perdras jamais. Je serai toujours dans ton cœur. Qu’importe ce que j’ai fait, ce que je fais et ce que je ferai, tu ne me perdras jamais tant que je résiderai là. Tu es bien plus intelligente que l’ensemble de la famille. Je sais que tu comprends mes choix même si tu ne les acceptes pas. Je sais aussi que tu as strictement raison mais même si je voulais changer de plan, même si je voulais revenir en arrière, même si je voulais laisser mon cœur parler et faire ce qui me semble le plus bon, je ne peux plus faire une telle chose. Un meurtrier ne mérite aucun pardon et si mes échecs et mes monstruosité peuvent servir à faire avancer le monde alors je préfère le sacrifice de ne pas m’en sortir vivant mais au prix d’avoir débarrassé le monde d’un tyran. Ça ne suffira peut-être pas. Ça ne sera surement pas assez. Je mourrai certainement avant de pouvoir obtenir tout ce que je voulais mais dans cette folie, j’aurai eu au moins une personne qui était capable de comprendre et de respecter. Alors Cassie… Ne change pour rien au monde parce que tu n’as peut-être que quinze ans mais un jour le monde sorcier aura besoin de ton intelligence. » lui dis-je en la gardant tout contre moi.
Je respirai alors longuement en fermant les yeux pour profiter de ce dernier moment. Je ne formulai aucun adieu. Je ne pouvais cependant lui promettre un « au revoir ». Je ne savais pas de quoi était fait demain.
« Si ça tourne mal, promet-moi de rester forte… C’est la seule chose que je te demanderai, dis-je avant de m’écarter un peu pour la regarder droit dans les yeux. Du reste, fais-moi confiance, je ne partirai pas sans mettre le bazar chez ces abrutis de tyran. Foi d’Alexander Black. Je ne leur faciliterai pas la vie… »
Je la lâchai alors pour me redresser. Je lui fis alors mon sourire bienveillant avant de me relever. Je réajustai ma cape avant de poser ma capuche sur ma tête. Je lui tendais alors la main pour qu’elle se redresse. La discussion avec Cassie semblait être simple au premier abord mais elle m’avait permis de réfléchir suffisamment pour ne pas être un simple pion du Lord. Qui pouvait cependant prédire s’il s’agissait d’une bonne ou d’une mauvaise chose…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Mai - 23:32


Je te perds ...
Cassandra & Alexander
La jeune fille était au bord des larmes et elle essayait tant bien que mal de ne pas céder à la faiblesse de pleurer, de tout contenir une fois de plus en elle et de ne craquer qu'une fois seule dans son lit-là ou personne ne la voyait faire, mais c'était trop dur, car elle avait besoin d'Alexander, parce qu'elle ne voulait pas le laisser, tomber, partir, mourir, cela lui était inconcevable, elle avait perdu Roxanne, John, c'était éloigné d'elle, la perte de son confident serait celle de trop pour la trop jeune Cassandra. Alors des larmes lui échappèrent alors que son cousin gardait le silence et la laissait s'exprimer comme si ce qu'elle disait était plus important que tout le reste, elle voyait dans ses yeux le doute s'installer, elle avait touché les bons points, mais cela ne serait sans doute pas suffisant, le pacte avec été signé l'âme de son cousin appartenait à un diable et pervertissait tous ceux qui s'en approchait d'une manière où d'une autre et Cassie s'en voulait. Elle se disait qu'elle aurait dû voir les choses avant, empêcher son cousin de rejoindre les mangemorts, ne pas le laisser faire plutôt que de s'enfermer dans sa tristesse et laisser les membres de sa famille faire tout et n'importe quoi, la culpabilité la rongeait, même si cela n'avait rien de logique, l'homme en face d'elle étant assez grand pour faire ses propres choix. La rousse voulait s'accrocher à lui encore et encore pour qu'il ne la laisse plus jamais seule, mais le pouvait-elle vraiment ? N'avait-elle pas déjà tout perdu ? Elle ne savait plus quoi pensé, quoi dire, quoi faire tout était trop compliqué, trop grand pour elle qui ne restait qu'une adolescente qui devait normalement pouvoir s'appuyer sur les membres les plus âgés de sa famille et qui se retrouvait bien souvent à devoir les raisonner, les canaliser, parce qu'elle n'avait pas été faite dans le même moule parce qu'elle était plus Evans que Potter, et qu'elle n'avait pas hérité de la fougue des maraudeur. Un lourd poids sur de petites épaules qui flanchait aujourd'hui, car elle se rendait compte qu'elle ne pouvait pas contrôler tout le monde et que cela la rendait triste. Son confident essuya ses joues humides de ses larmes, puis la prit dans ses bras pour essayer de la réconforter, de la rassurer aussi, mais Cassie était loin d'être une fille bête, elle savait ce qui l'attendait, elle savait qu'elle n'allait pas revoir le brun de sitôt et elle ne voulait pas de cela, non, elle voulait le voir encore et encore, discuter avec lui profiter de la vie, du temps qu'ils leur restaient sur terre, elle ne voulait pas qu'il devienne comme Roxanne qu'un souvenir et un sentiment de tristesse et de manque, il était bien trop précieux à ses yeux pour cela. Elle ne voulait plus le lâcher maintenant qu'il la tenait dans ses bras, et disait ses mots qui ressemblaient trop à un adieu, trop douloureux pour elle. Qui essayait de retrouver ses mots pour répondre à son cousin pour lui montrer à qu'elle point elle avait besoin de lui. Même quand il se désigna comme un meurtrier la rousse ne changeait pas d'avis sur lui, il avait fait un mauvais choix avait pris une mauvaise route, mais faire demi-tour était toujours possible, il devait revenir, vers elle et faire les siens pour pouvoir avoir le droit à une seconde chance. Pour ne pas tout perdre à cause d'une erreur de parcours, l'erreur était grave et il avait pris une vie, mais il n'était pas le premier ni le dernier à se tromper, un proverbe disait bien que l'erreur est humaine et Alexander n'est rien d'autre qu'un humain porté par la colère. " Tu ne peux pas parler ainsi, ne me parle pas comme si je n'allais plus jamais te revoir, je ne laisserais pas tomber aussi facilement, tu n'es pas mort et tu ne mourras pas tant que je serais en vie, et tu ne m'abandonneras pas. Quoique tu es fait, même le pire, tu restes mon Alexander, celui à qui je me confie depuis toute petite et je ne te laisserais pas tomber maintenant, meurtrier ou non, tu mérites une seconde chance, tu dois la saisir et ne pas te sacrifier, sois un égoïste fini et choisit de vivre, sinon je viendrais te rejoindre chez Voldy et je te botterais le derrière. J'ai beau être intelligente, j'ai besoin de toi et des autres pour avancer sans vous, je ne suis rien du tout. Je serais toujours là pour toi alors sois aussi là pour moi... Ne m'abandonne pas maintenant, je ne le supporterais pas"

Elle sentait que c'était la fin et de leur conversation et de leur entrevue le brun semblait prêt à partir, mais elle n'était pas prête du tout à encaisser ses derniers mots, elle ne pouvait lui promettre de rester forte, car elle ne l'avait jamais réellement été, elle s'écroulait souvent, seulement, elle le faisait en cachette alors comment formuler une promesse qu'on ne tiendra pas. Ce n'était pas une chose que Cassandra Potter pouvait faire, elle qui était franche et intègre ne pouvait mentir même à son cousin même si elle avait l'impression qu'il allait quitter le monde le lendemain, elle ne voulait pas se lever pas quitter ce banc et arrêter le temps pour profiter indéfiniment du moment présent. Mais il lui tendait la main pour qu'elle le rejoigne debout près de leur banc et elle la prit en lui répondant doucement le cœur en miette " Je ne suis pas quelqu'un de fort, une fois rentré au château, je vais passer des heures à pleurer comme un bébé et cela sera ainsi à chaque coup dur, je n'ai rien de fort en moi, je suis une faible qui camoufle sa faiblesse comme elle le peux... Je veux te revoir, dis-moi que l'on va se revoir rapidement... Promets-le-moi !" D'ordinaire Cassandra n'exigeait rien, elle demandait, mais ne donnait pas d'ordre là, elle perdait peu à peu le contrôle de ses nerfs et de son tempérament, la Potter sortait peu à peu d'elle pour prendre le pas sur la gentille Evans, elle devait se montrer forte et autoritaire si elle ne voulait pas subir une nouvelle perte alors elle le faisait même si cela ne lui ressemblait pas. Même si cela ne durait pas, car elle n'était pas faite pour diriger et exiger des choses, elle était la gentille qui aidait, écoutait et conseillait et elle avait échoué avec Alexander. " J'aurais dû voir le changement en toi plutôt, j'aurais réussi à t'éviter ce mauvais choix... Si seulement je n'avais pas été aveugle, tu n'aurais pas commis de crime, tu serais encore libre de tes choix..." Elle avait culpabilisé de ne pas avoir pu sauver Roxanne, elle culpabiliserait maintenant pour Alexander, c'était son créneau de se sentir à chaque fois fautive quand des personnes proche d'elle partent dans de mauvais endroits.


BY PHANTASMAGORIA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 22 Mai - 14:31
Invité

❝ Entre la raison et le coeur, que choisirais-tu, toi ? ❞
Janvier 2000

Tendant la main vers Cassie, je sentais qu’elle se sentait coupable de ma situation sans pour autant avoir un réel rôle dans mes choix. Elle n’avait strictement rien à se faire pardonner ou à s’en vouloir. J’avais fait mes choix seul et en connaissance de cause. Je savais ce que ça impliquait. Je savais les dangers que j’encourais et je savais ce que j’allais perdre. Je n’étais pas si idiot. Oui mes choix pouvaient sembler débiles mais ils avaient une unique finalité. Ce n’était pas en m’alliant avec le ministère que je pourrai aisément avoir le droit de vie ou de mort sur un homme. Cela, seul le seigneur des ténèbres allait pouvoir me l’offrir. Seul, je savais que je ne pourrai y arriver. Je n’avais pas la prétention de me dire être suffisamment fort pour arriver à mettre la main sur Hellson seul. De toute façon ce rat se planquait bien trop comme un lâche pour que je puisse le défier. Il serait cependant bien obligé de sortir un jour de sa cachette et ce jour-là, je n’hésiterai pas un instant, je ferai ce que je devais faire depuis bien trop longtemps… Quitte à me réserver une place à Azkaban pour cela.
Mais je n’en étais pas là. Je savais que les mangemorts avaient quelques informations que moi ou l’ordre nous ne détenions pas tout comme mon père en possédait lui-même. Voulant toucher aux maximums d’informations, je préférai rester polyvalent pour le moment. Trahir la confiance de mon père n’était pas une chose que j’avais souhaitée mais je savais qu’il ne pourrait comprendre ce désir de vengeance. Je restai aussi dans le nouvel ordre pour les mêmes raisons. Mon but n’était pas de les trahir directement pour le Lord mais bien de toucher aux maximums d’informations.
Mais mes projets faisaient peur à Cassandra. Elle craignait pour moi, je le sentais. Comment lui faire cependant comprendre que la mort n’était pas à craindre, qu’elle n’était qu’une amie bienveillante qui me recevrait en douceur dans ses bras le moment venu non sans évincer le mal, selon moi, de cette terre. Je ne craignais pas la mort de ma propre personne. Ironie quand on savait que je souhaitai la combattre pour préserver mes proches. J’étais cependant borné et restant dans ma petite bulle forgée de colère et de rancœur, je ne voulais pas me poser un instant, parler et réfléchir. J’avais juste besoin d’agir comme si ça pourrait calmer mon désir de vengeance. Parce qu’après tout, une fois cette vengeance accompli, que me resterait-il ? Seulement ma haine ? Elle me rongerait de l’intérieur si ce n’était pas déjà fait. Au fond… Je n’étais pas mieux que tous ces mangemorts. Je me laissai animer par la peur et la colère et pour cela, j’étais capable de perdre toute morale. Seulement jusqu’à quel point ? Celui de faire du mal à ma propre famille ?
Cassandra prit ma main alors que je la tendais vers elle. Aujourd’hui j’étais bienveillant, prêt à la protéger. Qu’en serait-il demain alors que déjà, une part de moi aspirée à ce qu’elle me suive dans cette folie en sachant pertinemment que ça ne sera jamais le cas. S’il y avait bien une personne qui ne se laisserait pas corrompre, c’était Cassandra. Elle était bien trop droite, intelligente et réfléchie. Mais qu’est-ce que l’amour fraternel pourrait la pousser à faire ? Est-ce que sa raison en était plus forte ou était-elle finalement fait dans le même moule que moi : des idéaux pleins la tête mais un cœur capable de commettre le pire quand il saigne ?
« Je ne suis pas quelqu'un de fort, une fois rentré au château, je vais passer des heures à pleurer comme un bébé et cela sera ainsi à chaque coup dur, je n'ai rien de fort en moi, je suis une faible qui camoufle sa faiblesse comme elle le peuxt.. Je veux te revoir, dis-moi que l'on va se revoir rapidement... Promets-le-moi ! »
Etait-elle alors si forte ? N’avait-elle, elle aussi, pas ses faiblesses ? Ne rêvait-elle pas simplement de protéger ses proches à son tour ? La chute commence ainsi : par la peur. J’étais passé par là avant elle et je savais où ça m’avait mené quand la peur de perdre une fois de plus, m’avait atteint. Je croyais en être guéri mais l’amour vous rend plus faible que fort. Ce n’est qu’une illusion de croire qu’il vous renforce quand la peur vous ronge le cœur et l’esprit comme il était mon cas ou d’une certaine façon, celui de Cassie.
Je la serrai alors dans mes bras. Je ne voulais pas connaître ses pleurs et ses douleurs. J’aimerai tant lui éviter cette souffrance que je connaissais que trop bien. En avais-je cependant les capacités ou seulement le droit ?
« J'aurais dû voir le changement en toi plutôt, j'aurais réussi à t'éviter ce mauvais choix... Si seulement je n'avais pas été aveugle, tu n'aurais pas commis de crime, tu serais encore libre de tes choix... »
La culpabilité était la deuxième étape. La plus sournoise… celle qui commence à vous pousser à commettre ou ne serait-ce qu’envisager d’agir contre votre raison. Elle était l’une des armes les plus redoutables pour le mal et elle était si facile à s’insérer dans vos veines pour vous tuer à petit feu, vous consumer jusqu’à ce que la rancœur ou la colère prenne le relais. Au fond, Cassie n’était pas différente de moi. Elle avait sa propre personnalité mais tout comme moi elle était jeune et elle avait peur.
La serrant dans mes bras, fermant les yeux, agissant comme un grand-frère et rien de plus, je la berçai en lui disant :
« Rien n’est et ne sera de ta faute. Mes choix m’appartiennent. »
Je n’avais pas eu de petite sœur mais Cassie en avait clairement la place. Elle était la plus jeune de la fratrie mais aussi étrangement la plus raisonnable. Elle ne restait pas moins une jeune adolescente avec un cœur, des émotions et une capacité à craindre le pire pour ceux qu’elle aime. Etait-elle cependant capable de se raisonner contrairement à moi ? Un avenir très proche le révèlerait alors certainement alors que je la serrai encore contre moi une dernière fois avant de formuler une folie que je n’aurais peut-être jamais dû laisser franchir mes lèvres :
« Alors suis-moi… Poudlard n’a rien à offrir à une élève comme toi. Tu dis te sentir seule, tu as peur pour moi, tu ne veux pas me perdre… tu pourras passer ton diplôme en candidat libre. Tu ne seras pas la première mais si tu as peur de me perdre alors vient avec moi, maintenant et je te prouverai que tu ne me perdras pas comme les autres. »
Pensai-je à ce que j’étais en train de dire ? Harry et Kaysa auront surement ma peau mais aussi étrange que cela puisse être, sans savoir comment ni pourquoi, Cassie était un nouvel espoir de changer de voie. Serait-elle cependant mieux ? Le risque était grand. Je n’avais pas besoin du Lord Voldemort pour sombrer. Il n’était qu’un prétexte à quelque chose de plus grand et de plus dangereux. La raison devrait alors pousser Cassie à rester à Poudlard, ne pas écouter les folies d’un cousin qui n’avait strictement plus rien à perdre mais qu’en était-il de ce cœur qui pourrait la faire tromper ? Qu’en était-il de cette peur de perdre l’un des siens ? du besoin de s’assurer soi-même qu’il vive ? ça… Seul Cassie pourrait en répondre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Mai - 21:22


Je ne suis pas capable ...
Cassandra & Alexander
La peur avait pris possession de l'esprit et du corps de Cassandra qui voyait et qui sentait le mal se rapprocher doucement, furtivement, de sa famille avec Alexander pour commencer, mais si lui choisissait cette voie, il était possible que d'autre fasse le même choix que lui et que pourrait-elle faire elle pour sauver le monde sans eux ? Il ne fallait pas oublier le jeune âge de Cassandra qui la rendait encore hautement dépendante de sa famille, sans eux, elle ne se sentait capable de rien alors quand l'un d'eux allait mal ou fautait, elle se sentait toujours mal pour lui ou elle. Comprendre, aider, et soutenir, c'était sa façon d'agir avec ses proches et elle avait l'impression de ne pas avoir assez bien fait avec Alex. La rousse avait l'impression, mauvaise et perfide impression qu'elle était en mesure de retenir le brun, de le garder pour elle de préserver son intégrité, son âme, son cœur et son humanité déjà pervertis par un horrible crime. Elle voulait l'aider, mais elle ne pouvait rien faire, ce n'était qu'une adolescente, une étudiante qui n'avait ni les moyens ni les pouvoirs d'agir sur la volonté, sur les choix que pouvait faire les personnes qu'elle aimait. Et pourtant, Merlin savait qu'elle aurait aimé pouvoir le faire de temps à autre pour leur éviter les mauvais choix, les embrouilles et les problèmes plus ou moins grave qu'ils pouvaient avoir dans leur vie. C'était elle le cerveau de la bande parmi les jeunes, elle était la plus petite, la moins vieille et pourtant la plus réfléchie alors quand tous ses aînés avaient des soucis, c'était elle qui réfléchissait à comment les aider, les soutenir des fois être simplement présente pour eux. Et pourtant, sa relation avec Alexander était encore plus importante que cela, plus puissante encore, car elle avait fait de ce garçon qui était déjà pour elle un membre de sa famille, une personne encore plus importante à ses yeux. Il était un grand frère au même titre qu'Harry, il était un confident, une personne plus âgée qui ne l'a ne voyait pas comme un bébé, qui lui parlait sans faire de détours et qui l'écoutait, il prenait son avis en compte la plupart du temps et débâtait avec elle. Aujourd'hui, ils n'étaient pas d'accord, chacun ayant des convictions différentes et pourtant, il ne l'infantilisait pas non au contraire, il lui laissait le droit à la parole, elle pouvait exposer ses idées, ses envies et sa façon de voir le monde et d'aborder la guerre. Avec lui la benjamine Potter se sentait plus responsable plus adulte alors qu'elle l'était déjà beaucoup trop pour son âge, mais elle aimait cela. Et elle allait perdre cette sensation, en laissant son piliers partir lécher les robes de Voldemort, ce n'était pas concevable pour Cassie, mais que pouvait-elle faire ? Que devait-elle faire ? Le suivre comme lui proposait le brun dans une dernière question, une question importante, une question à double tranchant pour la petite aigle qui devait choisir entre sa raison et son cœur, entre ses idées, ses convictions et son amour pour le mangemort. Il lui fallut toute sa volonté pour ne pas se mettre à pleurer comme une enfant et ne plus pouvoir répondre à son ami, car sa proposition était plus que tentante pour la jolie rousse qui ne voulait pas le laisser seul, mais pouvait-elle mettre de côté toutes ses convictions de côté par amour pour ce garçon qu'elle avait connu depuis toujours ? Elle ne s'en sentait pas capable. Et cela lui fait un énorme pincement au cœur, car elle allait devoir abandonner la partie, abandonner son cousin et prendre le risque de le perdre pour toujours. " Je ne peux pas... J'aimerais éteindre ma raison et te dire oui, mais si je me perds moi-même je n'aurais aucun moyen de te retrouver, de te faire revenir et de ne pas te perdre, pour faire cela je me dois d'être en possession de tous mes moyens et de ne pas faire de mauvais choix à mon tour. Avoir une conscience n'est pas toujours facile, mais la mienne me dit de rester à Poudlard; de continuer mes études et de plutôt réfléchir à un moyen de te faire revenir à ton ancien toi à celui qui n'aurais jamais dit oui au mangemort, je veut croire que j'y arriverais et si je ne trouve pas de solutions, je viendrais te chercher par la peau des fesses pour te sortir de ses rangs. Je suis prête à beaucoup pour toi, beaucoup trop, mais si je me perds moi-même cela ne servira à rien"

Elle n'aurait pas dû réfléchir, elle aurait du dire oui et partir avec lui, mais elle ne pensait pas qu'a elle, mais aussi à sa famille aux autres mondes de sa famille qui ne supporterais pas de la voir partir chez les mangemort, tous les clans serait mieux que celui-ci. Mais pour le moment, elle ne savait plus quoi faire, elle venait de dire non à Alexander alors que son cœur lui criait un grand oui, et pourtant, elle allait bientôt retourner à Poudlard. Et tenter de reprendre sa vie comme si elle n'avait pas appris aujourd'hui que son confident avait tué quelqu'un et qu'il était au service d'un monstre tel que Voldemort. C'était beaucoup de nouveauté et beaucoup de chose à encaisser, surtout pour une fille aussi sensible et jeune que pouvait l'être la belle serdaigle. Ses nerfs n'allaient pas tenir longtemps elle allait se remettre à pleurer, elle le sentait et elle ne le voulait pas alors elle se mordit la lèvre inférieure et reprit doucement " Je me transforme en fontaine en plus, je n'ai jamais autant pleuré qu'aujourd'hui, c'est pas possible et pas tolérable ça" Il va falloir que Cassandra se reprenne et agisse comme elle l'aurait fait en temps normal avec sang-froid et détermination." Reste avec moi... Si le choix était à l'inverse ?"


BY PHANTASMAGORIA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 24 Mai - 20:30
Invité

❝ Une promesse... en l'air ? ❞
Janvier 2000

Les paroles de Cassandra me touchèrent mais ne pouvait-elle pas comprendre que pour moi, il était inutile de se battre. J’avais fait mon propre choix. Je savais faire du mal à ma petite protégée mais c’était un mal, à mon sens, pour un bien. N’entendait-elle pas ce besoin que j’avais de mettre fin à la vie d’un homme qui causait bien trop de tort. Ne comprenait-elle pas qu’il était nécessaire d’en passer par là. Les mots de Cassie n’y feraient malheureusement rien. Je n’allais pas changer d’avis sous prétexte qu’elle le désirait. J’étais bien trop déterminé pour cela. Je me reculai alors de Cassie après sa négation dans l’intention d’accepter son propre choix d’un signe de tête avant de lui dire au revoir et partir. Elle me fit pourtant une demande pour le moins incongru :
« Reste avec moi... Si le choix était à l'inverse ?
- Tu sais très bien que même si je le désirai, c’est tout bonnement impossible. De plus je ne supporterai pas de retourner à Poudlard avec la vieille harpie d’Hikkins ! m’exclamai-je. Si je devais reprendre une vie, ce serait la mécanique et non des études à Poudlard. J’ai toujours rêvé de pouvoir posséder mon propre garage mais je ne l’envisagerai pas tant que Hellson sera en vie. Laisse-moi le temps de régler ce petit problème fâcheux qui m’obsédait totalement et je retrouverai ma vie, quel beau mensonge. je tenterai de séduire de nouveau Iris, dis-je alors qu’un sourire naquit sur mes lèvres avant de préciser à Cassie qui n’était peut-être pas au courant de mes sentiments : Prescott… Et tout redeviendra comme avant. Je te fais la promesse ! »
Promesse que je n’étais pas prêt de tenir même si je me mettais des œillères pour ne pas y penser. Je tentai alors au mieux de la rassurer en lui ébouriffant le haut du crâne d’un air amusé.
« Ne t’en fait pas petite cousine. Tout va bien se passer et tu ne me perdras pas, lui assurai-je. Bon… Je dois te laisser ma belle, j’ai à faire et je ne peux malheureusement pas rester mais on se tient au jus et quoi qu’il arrive, n’hésite pas ! Ma boite à hibou est ouverte. »
Je la serrai une dernière fois tout contre moi avant d’envisager enfin de partir serein. Le serais-je définitivement quand on savait ce que l’avenir nous réservait ? C’était une autre histoire…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandra Potter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 149
Célébrité sur l'avatar : Iga Wysocka
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Mai - 22:59


Un adieu ? Presque ...
Cassandra & Alexander
Bien sûr, elle s'attendait à une réponse négative de la part du brun, il avait fait un choix et plus rien ne semblait assez puissant pour le ramener en arrière lui ouvrir les yeux sur les actes et les pensées qu'il avait et qui n'était pas bonne et pire que tout sur ses promesses qu'il proférait et qui étaient fausses, qui ne serait pas tenue et qui causerait, larmes, tristesse et désespoir. Ni elle ni Iris ne pourrait profiter de nouveau moment heureux avec Alexander et c'était là une certitude pour Cassandra qui essayait tant bien que mal de ne pas perdre la face, pour ses derniers moments avec celui qui avait été un frère pour elle et qui allait devenir au fil du temps un souvenir, un manque, une présence qu'elle recherchait sans pouvoir la trouver. C'était fini Cassie avait perdu, la colère et la rancœur avait été plus fort que l'amour sur ce coup-ci, elle devait baisser les bras et laisser filer le mangemort, pour son bien à elle, et pour que lui puisse continuer sur ce chemin maudit qu'il avait choisi de prendre. Elle écouta ses derniers mots, quand il la prit dans ses bras, elle le sera fort contre elle et elle prononça en même temps ses derniers mots à son encontre " Ne fait pas de promesses irréalisables. Je te souhaite de rester en vie et si tu survis à tout cela et que moi aussi alors là, on se reverra et on rigolera de toute ça, mais pas de promesses en l'air. Bon courage Alexander, tu vas en avoir besoin pour affronter l'enfer" Et elle le regarda partir, restant sur place un moment avant de baisser la tête et de se mettre à son tour en mouvement, elle devait maintenant retourner au château, afficher un sourire de circonstance sur son visage, après tout pour ses camarades, elle était partie voir son cousin, elle n'avait pas de raison de revenir avec une tête d'enterrement et pourtant son cœur était lourd. Car Cassandra savait que rien n'allait être joyeux que tout n'allait être que désolation et douleurs, la Nuit Rouge n'avait été que le début, qu'un test ce qui les attendait était pire et elle allait devoir perdre beaucoup si elle voulait survivre.

Dans le froid et tandis qu'elle avançait la rousse priait Merlin pour qu'il préserve son ami, pour qu'il l'aide elle à le sauver, pour qu'il trouve une solution à tout ce qui arrivait au monde en ce moment, elle se raccrochait à lui, car si Merlin ne pouvait pas l'aider personne ne le pourrait et elle perdrait tout espoir de revoir Alex en vie une dernière fois. La rousse ne se doutait pas de ce qui allait bientôt lui arriver...


BY PHANTASMAGORIA

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» La quête d'un fruit défendu...
» Le fruit défendu ♦ fanfic Dimitri/Elsa
» Croquons dans le fruit interdit [PV Nuage Nocturne] [Epreuve2]
» INTRIGUE 4 ☩ Le ver dans le fruit
» À la quête du fruit défendu [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: