RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

In the depths of despairs

avatar
Invité
Invité
Ven 29 Avr - 15:28
Invité



In the depths of despairs


Je marchais, mais avais-je une idée d’où j’allais ? Pour la première fois de la journée, c’était surement la seule fois où j’étais sûre de moi. J’avais cependant espoir de ne pas avoir encore de surprise incompréhensible. Portant un sweat bleu à capuche, j’avais tout d’une adolescente et rien d’une femme. Je devais remercier Heather pour cela, mais au moins, je restais ainsi discrète. De toute façon, ce n’était pas comme si les gens faisaient vraiment attention à moi… Pourquoi tu dis ça ? C’est triste de dire ça… Ne t’en préoccupe pas Heather, cela ne regarde que moi. Tu es en colère ? Oui, mais pas après toi. En ce qui te concerne, c’est tout le contraire. Je suis fière de toi. Ah bon ? Oui… Tu as été une grande fille et tu as tenue bon. Maintenant, il est temps pour toi de te reposer et de me laisser faire. Je te dirai quand tu pourras revenir.

A la seule personne avec qui j’avais besoin de parler était celle vers qui je me dirigeais : Mina. Mina était ma meilleure amie, depuis un bon moment maintenant, et même si j’avais eu du mal avec son mariage, ou plutôt son époux, elle était pour moi aussi importante qu’une sœur. Elle était également ma confidente et donc, j’espérai qu’elle puisse m’aider, car pour la première fois, je ne comprenais pas où j’en étais. Lorsque j’arrivai devant la porte d’entrer, je sonnais donc sans appréhension particulière ; Un elfe de maison vint m’ouvrir, me demandant mon identité. Surement une idée d’Arcturus. Je répondis mais j’entrai sans attendre. Connaissant la maison, je partie vers le salon, mais ce que je vis me figea sur place. Mina était debout, une infirmière à côté d’elle, et des barres de rééducation de chaque côté de sa personne.


« Mina ? Mais enfin qu’est-ce qui t’est arrivé ? »

J’en oubliais sur le coup le sujet de ma visite, venant auprès d’elle en courant là où l’infirmière eut un geste pour m’en empêcher. Je la foudroyais du regard, et en vue de ce qu’elle put trouver dedans, elle eut un pas de recul. Au moins, elle avait un instant de survie, cela n’était pas mal.

« Vous dehors ! Je prends le relais ! »

Je détestais les infirmière, ce n’était un secret pour personne, et si elle n’aima pas mon ordre, elle n’eut pas d’autre choix. Après ce que je venais de vivre, j’étais surement prête à tout pour obtenir ce que je voulais, surtout si cela concernait un proche. Une fois qu’elle fut partie, j’aidais donc Mina à regagner le canapé pour finir par m’asseoir à côté d’elle. Du fait que nous soyons que toutes les deux, je me radoucit un peu.

« Moi qui pensez être la plus à plaindre en ayant découvert que l’appartement que je louais a été loué à d’autres pendant mon absence… Qu’est-ce qui s’est passé pour que tu sois dans cet état ? »

Je n’avais alors pas conscience que ce que je venais de dire allait l’interloquer d’une façon que je n’aurai pas cru…


AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 30 Avr - 14:45
Invité

Rééducation bis


J’étais en pleine séance de rééducation quand Sasha débarqua sans prévenir. L’elfe de maison derrière elle avait l’air très mal à l’aise mais un signe de tête et il disparut rassuré. Ce que je ne savais pas c’est que cet elfe de maison préviendrait Arcturus dès son retour du passage de Mina. Il avait pour ordre certainement de rapporter les actions autour de ma personne mais je pressentais au moins qu’il avait pour mission de me protéger si j’étais en danger. Quoi qu’il en fût, la pauvre infirmière fut malmenée… J’arrivai bientôt au terme de ma première semaine de rééducation et je pouvais déjà commencer à marcher sans aide magique. Les barres étaient là au cas où je devenais fatiguée. J’avais retrouvé la force de mes bras bien plus rapidement. Je ne pouvais cependant rester debout des heures sans aide. Je ne pouvais même pas rejoindre la salle de bain à partir de la chambre, sans aide. Les progrès étaient cependant là et me permettait d’être patiente.
Alors que l’infirmière fut outrée de l’agissement, même si elle semblait s’en méfier plus que de raison, je lui fis signe discrètement que pour le reste de l’après-midi je devrais pouvoir m’en sortir. Elle partit non sans me rappeler de faire attention et de ne pas forcer. Elle me laissa alors seule avec Sasha. Cette dernière m’aida à rejoindre le canapé et j’usai de ma baguette pour faire disparaitre le matériel. L’elfe de maison me proposa alors de préparer du café ou du thé. Je lui fis un signe de tête affirmatif avant qu’il ne disparaisse.
« Moi qui pensez être la plus à plaindre en ayant découvert que l’appartement que je louais a été loué à d’autres pendant mon absence… Qu’est-ce qui s’est passé pour que tu sois dans cet état ?
- Mais enfin Sasha… Tu as rendu les clés de ton appartement depuis longtemps depuis que tu as acquéri la bibliothèque et l’appartement au dessus… » dis-je assez surprise de ses propos.
Durant mes mots, Boule-de-Neige, mon chaton, apparut pour monter sur mes jambes. Je le laissai faire pour le caresser en regardant Sasha pour rajouter :
« C’est même Dorian qui te l’a refait à neuf… dis-je avant de constater la tête qu’elle faisait à l’épellation de ce nom. Dorian Rochester… ton petit ami… architecte moldu et sorcier… C’est lui qui a fait à neuf notre manoir en Russie et celui-ci… »
J’avais la sensation de lui parler une autre langue et je m’étais même demandé un instant si je n’avais pas parlé français sans m’en rendre compte. Elle ne semblait pas dans son assiette. Je m’inquiétai vraiment. Sans prendre alors le temps de lui parler de ce qu’il m’était arrivé moi. De toute façon c’était du passé et je n’avais pas envie de lui parler de la perte de mon enfant… Je m’enfermai sur ce dernier point en refusant d’évoquer une seul fois l’accident. Je me sentais trop fragile encore pour l’évoquer. Une part de moi se sentait bien trop responsable et les cauchemars que je vivais dont je ne parlais à personne, me torturaient bien assez. A voir la tête de Sasha, je finis par lui demander :
« Tu ne te souviens vraiment pas… ? »
La médicomage en moi ne put s’empêcher de s’inquiéter plus que de raison. Je sentais qu’il lui était aussi arrivé quelque chose de grave et qu’elle avait dû avoir un choc émotionnel ou physique plutôt violent pour oublier le père de son enfant… Mais je sentais qu’elle allait vite m’éclairer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 30 Avr - 19:38
Invité



In the depths of despairs


J’étais à des lieux de m’attendre à une telle nouvelle de sa part. de toute façon, j’en oubliais bien vite mes problèmes. Elle n’allait pas bien, elle avait même une infirmière à domicile et un elfe collant, c’est donc qui lui était arrivé quelque chose. Mais quoi ? j’avais comme le sentiment que j’avais loupé pas mal de chose. Avais-je oublié de préciser que je ne connaissais pas la date du jour ? En un sens, cela n’était peut-être pas mal, car il y aurait eu de quoi inquiéter Mina, si cela n’était pas déjà fait. Le pire ? c’était que je n’en avais pas vraiment conscience. Après tout, comment aurais-je pu être consciente de ma perte de mémoire sans avoir parlé à personne ?

« Mais enfin Sasha… Tu as rendu les clés de ton appartement depuis longtemps depuis que tu as acquis la bibliothèque et l’appartement au-dessus… »

Euh… Ah bon ? Ok.. Cool… et c’était normal que je ne le sache pas moi-même ? c’était peut-être une blague qu’elle tentait de me faire pour que je ne m’attarde pas sur son état. Après tout, elle en était bien capable. Du coup, j’affichais un petit sourie au coin des lèvres, l’air de dire : « ok, c’est très drôle. »

« C’est même Dorian qui te l’a refait à neuf…»

Euh… qui ? Pour le coup, si me faire une blague de mauvais gout pouvait passer, pourquoi pas, mais cela faisait plus vrai avec des personne que je connaissais non ? Elle semblait alors noter mon regard interrogateur pour finir par me prendre pour une folle.

« Dorian Rochester… ton petit ami… architecte moldu et sorcier… C’est lui qui a fait à neuf notre manoir en Russie et celui-ci… »

Mon quoi ? Sur le coup, j’eus un léger rire, mais je le stoppais bien vite en découvrant le regard et sérieux et inquiet de mon amie. Elle était sérieuse ? Mais vraiment sérieuse ? Moi ? Un petit ami ? Un architecte ? Bordel mais qu’est-ce qui m’était arrivé ? je comprenais bien qu’un truc clochait, je l’avais toujours senti depuis mon réveil, mais c’était apparemment plus grave que ce que je pensais, et je commençais vraiment à voir rouge.

« Tu ne te souviens vraiment pas… ? »

Je ne bougeais pas, je ne dis rien, au risque qu’elle se mette à paniquer pour deux. Heather en savait-elle un peu plus ? Elle me l’aurait dit depuis mon réveil… A moins qu’elle n’y est pas passé… Il faut dire que ce qu’elle avait vécu ne lui avait pas fait du bien. Elle avait maintenant assez peur de tout ce qui bougeait. Combien de temps gardais-je alors le silence ?

« Ok… Là ça commence à devenir flippant… »

Et le mot commençait à être faible. Passant mes mains sur mon visage pour ensuite m’ébouriffer un peu les cheveux, je tâchais de faire le tri dans mon esprit… qui était vide sur tout ce qu’elle avait pu me dire. Rien ne venait, strictement rien…

« Je vais être honnête, je ne vois pas du tout de qui tu parles… Je ne suis même pas sûre de pouvoir te dire ce qu’y m’est arrivé, s’il m’est arrivé un truc. C’est comme si j’avais un gruyère et non une mémoire.»

En parlant de gruyère, mon ventre se mit à gargouiller, mais je me jetais presque sur le café qui fut servi, essayant toujours de réfléchir et de mettre les choses dans l’ordre. Ah ce rythme, j’allais vite avoir mal à la tête.

« Je me suis réveillée il y a peu dans une cave… et j’ai d’ailleurs découvert de la famille. Demetry Woolf… je ne pourrais pas te dire grand-chose, si ce n’est qu’il a torturé Heather, et moi par la suite en cherchant à nous éliminer. J’ai réussi à fuir en tuant un elfe de maison, et de là, j’ai voulu rentrer dans le seul lieu que je connais pour domicile, et la suite tu la connais. Je n’ai même pas une fringue du coup pour me changer et ne pas passer pour une gamine… »

J’étais encore dans une merde pas possible, mais c’était à croire que la vie ne serait jamais clémente avec moi ; ce dernier point expliquait le fait que j’ai du mal à croire que j’avais un petit ami. Et puis, un truc clochait… je ne me souvenais pas de tout cela, mais par contre, le reste…

« Mais à part ne pas savoir comment j’ai fini dans cette cave, je garde en souvenir beaucoup de chose, comme ton mariage, ta maison ici… Et toi tu me dis que j’aurais un petit ami dont je ne garde aucun souvenir ? Un appartement qui m’appartiendrait ? Non… c’est impossible… je ne pourrais jamais oublier un truc comme ça. Bravo quand même pour l’air sérieux qui va avec la blague.»

Je ne pouvais pas le croire, optant alors juste pour l’idée de mauvaise blague et rigolant légèrement, peut-être nerveusement…

AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 1 Mai - 10:49
Invité

Amnésie partielle ?


Sasha semblait être aussi surprise et inquiète que moi sur sa possible amnésie partielle. Je commençais sérieusement à me poser des questions sans avoir tous les éléments cependant. En effet, Sasha avait eu son accident dans les mêmes temps que moi. Je n’étais donc pas au courant qu’une voiture ait pu la percuter et pire encore, que comme moi, elle ait pu perdre l’enfant.
Elle ne voyait pas de quoi je parlais. Pire, elle n’était même pas certaine de pouvoir me dire ce qu’il lui était arrivé. Ce qu’elle me confiait alors sur sa mémoire me faisait vraiment penser à une amnésie partielle. Je ne voyais cependant que deux alternatives pour en arriver là. Soit elle avait reçu un immense choc physique et là j’allais à mon tour m’inquiéter pour son bébé, soit le choc était mental, auquel cas j’avais le sentiment que Dorian n’y serait pas sans rien dans cette affaire. Par mesure de sécurité, je décidai donc de ne pas contacter mon époux pour le moment afin d’obtenir les coordonnées de Dorian Rochester et avoir des explications. S’il était impliqué dans cette affaire, il valait mieux se méfier.
Sasha me confia alors ses déboires et ce dont elle se souvint :
« Je me suis réveillée il y a peu dans une cave… et j’ai d’ailleurs découvert de la famille. Demetry Woolf… je ne pourrais pas te dire grand-chose, si ce n’est qu’il a torturé Heather, et moi par la suite en cherchant à nous éliminer. J’ai réussi à fuir en tuant un elfe de maison, et de là, j’ai voulu rentrer dans le seul lieu que je connais pour domicile, et la suite tu la connais. Je n’ai même pas une fringue du coup pour me changer et ne pas passer pour une gamine… »
Demetry Woolf ? Je grimaçais intérieurement. Je le connaissais parfaitement pour être mangemort. J’avais d’ailleurs beaucoup de difficultés à supporter sa femme. Aurais-je cependant fait le rapprochement avec Sasha dans le passé ? Oui j’y avais pensé mais connaissant Demetry, je n’avais voulu en parler à Sasha pour la protéger. Sa famille était assez violente quand elle décidait quelque chose. Les Woolf étaient dangereux. Demetry était d’ailleurs un cousin éloigné de mon époux par leur sang commun des Black. Mais chercher à comprendre tous les lieux entre les différentes familles de sang pur d’Angleterre serait tout simplement un casse-tête où une potion anti-mal de crâne serait très fortement nécessaire. Ils avaient tendance à se marier entre eux. Pouvais-je cependant critiquer ? Les sang-purs de France n’étaient pas mieux… La seule chose dont je pouvais me vanter – enfin normalement – c’était de n’avoir aucun lien de famille avec mon époux, mais qui pourrait le prédire ?
Quoi qu’il en fût, je comprenais que cet « échange » (dont Demetry allait me le payer d’une façon ou d’une autre) n’était pas la raison de son amnésie. Si je comprenais bien ses mots, Sasha avait déjà eu quelques difficultés avant. Je la connaissais, elle n’aurait jamais laissé personne torturer ou toucher à Heather. Si elle ne l’avait pas fait c’est qu’elle avait disparu. Pourquoi ? Je l’ignorai totalement mais je comptais bien le découvrir, même dans mon état. Cela me permettait en tout cas de ne pas penser à mon propre accident, ma propre perte et mes propres espoirs dont Arcturus faisait barrière…
« Mais à part ne pas savoir comment j’ai fini dans cette cave, je garde en souvenir beaucoup de chose, comme ton mariage, ta maison ici… Et toi tu me dis que j’aurais un petit ami dont je ne garde aucun souvenir ? Un appartement qui m’appartiendrait ? Non… c’est impossible… je ne pourrais jamais oublier un truc comme ça. Bravo quand même pour l’air sérieux qui va avec la blague.
- Je suis sérieuse, Sasha. Cette situation ne me fait vraiment pas rire. Une amnésie, même partielle, est grave et souvent dû à un traumatisme physique ou moral. Je ne veux rien avancer pour le moment mais cela m’inquiète et il est hors de question que tu repartes ainsi. Nous avons des chambres d’amis, j’aimerai donc que tu t’installes ici le temps que nous dénouons ensemble ce qu’il s’est passé et pourquoi ton esprit se bloque à certains passages de ta vie. lui proposai-je sans non plus lui laisser véritablement le choix. Pour ce qui est des vêtements, tu n’as qu’à piocher dans les miens et te changer maintenant. Tu connais la direction de la chambre… Deuxième étage. Je vais voir avec mon elfe de maison s’il ne peut pas voir une potentielle admission à Sainte Mangouste pour toi. Je pense que ça serait déjà un bon début. On fait donc comme ça ? »
Alors que je lui laissai le temps de me donner son avis, j’appelai mon elfe de maison avant de lui demander une plume et un parchemin tout comme un sous-main. De là, je rédigeai une lettre adressée de ma main pour obtenir les dossiers de Heather Woolf qui daterait de deux semaines avant mon accident pour être certaine et ce jusqu’à aujourd’hui. S’il n’y en avait pas, je sais que mes collègues me l’expliqueraient au dos. J’expliquai rapidement la situation non sans m’étendre. Le but n’était pas non plus de faire enfermer Sasha…
Une fois la lettre faite et signée, je la délivrai à mon elfe de maison qui se baissa plus bas que terre avant de disparaitre. J’attendais alors sagement sur le canapé. De toute façon, je ne pouvais sérieusement pas aller loin, donc le problème était réglé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 1 Mai - 13:11
Invité



In the depths of despairs


Pouvait-on m’en vouloir de croire à une mauvaise blague ? C’était comme un instinct de survie, une façon de ne pas voir la dure réalité de la chose. Ce n’était pas comme si après tout j’avais perdu en mémoire plusieurs mois de mon existence. Cependant, le regard sérieux et inquiet de mon amie commença vraiment à me faire peur, et cette sensation fut confirmée par ses paroles qui suivirent.

« Je suis sérieuse, Sasha. Cette situation ne me fait vraiment pas rire. Une amnésie, même partielle, est grave et souvent dû à un traumatisme physique ou moral. Je ne veux rien avancer pour le moment mais cela m’inquiète et il est hors de question que tu repartes ainsi. Nous avons des chambres d’amis, j’aimerai donc que tu t’installes ici le temps que nous dénouons ensemble ce qu’il s’est passé et pourquoi ton esprit se bloque à certains passages de ta vie. »

Donc, si je comprenais bien, j’étais encore plus folle qu’avant. Je soupirai à nouveau, ne sachant pas comment faire avec tout cela, me sentant surtout perdu. Je ne réagis même pas au fait que Mina m’ordonne presque de rester chez elle. Pourtant, il y aurait eu de quoi quand on pensait au fait que cela signifiait vivre avec elle, ce qui ne me posait aucun problème, mais aussi avec son époux, et là, ce n’était pas la même donne. Mais de toute façon, est-ce que j’avais vraiment le choix ? Non, je ne l’avais pas, il fallait bien rester honnête.

« Pour ce qui est des vêtements, tu n’as qu’à piocher dans les miens et te changer maintenant. Tu connais la direction de la chambre… Deuxième étage. Je vais voir avec mon elfe de maison s’il ne peut pas voir une potentielle admission à Sainte Mangouste pour toi. Je pense que ça serait déjà un bon début. On fait donc comme ça ? »

« D’accord… Je vais me prendre une bonne douche au passage si cela ne te dérange pas. A tout de suite… »

J’avais parlé sans grande conviction et pour cause, je ne savais pas encore comment interpréter ce qui me tombait dessus. Moi, amnésique partiellement ? Tout cela ne pouvait m’apporter que des questions, des questions qui pour le moment était sans réponse. Mais la plus grande question rester « Pourquoi ? ». Qu’est-ce qui s’était passé pour que tout cela se passe. Demetry Woolf était-il le seul responsable ? Je montais au deuxième étage, regardant les murs avec une sensation de familiarité. Au moins une chose qui ne m’était pas étrangère. Entrer dans la chambre de Mina pour autant ne fut pas des plus agréable. Ce n’était après tout pas que sa chambre, et je pris les premières choses qui vinrent, à savoir un débardeur et un jean, avant d’aller dans la salle de bains du couloir.

Allumant l’eau, je me dévêtis pour aller directement sous l’eau, ce qui me fit du bien. J’avais vraiment mal à la tête mais je me devais de trouver des solutions.
On a des problèmes ? Heather… ça va qu’on est seule… Oui, il semblerait… Le nom de Dorian Rochester, ça te dit quelque chose ? Euh… je sais pas trop… C’est quelqu’un de connu ? De dangereux ? Je ne crois pas, mais je ne sais pas pour être honnête… Je ne sais pas moi non plus, mais je pense à un truc. Un truc ? Oui… Boule de neige ! Quoi ? Tu veux jouer dans la neige ? Je ne sais pas, mais j’ai boule de neige en tête…. Ou grosse boule parfois… mais je ne sais pas pourquoi… On verra bien. Retourne te reposer et je ferais de mon mieux pour trouver des réponses d’accord ?

Une fois ma douche prise, je sortie pour m’habiller rapidement et aller rejoindre Mina. Elle n’avait pas bougé du canapé et elle tenait des papiers dans les mains. Cela devait être mon dossier. Mais ce qui ne me plut pas, ce fut la gravité de son expression, avec une pointe de tristesse en plus…


« Qu’est-ce qui ne va pas ? Ne me dit pas rien, je vois bien à ton regard que c’est grave et triste en même temps. Qu’est-ce qui se passe Mina ? »

Je revins ainsi auprès d’elle, m’asseyant en attendant sa réponse.

AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 1 Mai - 14:54
Invité

Comment t'avouer ... ?


Quand elle partit, j’envoyai quérir mon elfe de maison du dossier de Sasha sans savoir exactement ce que j’allais y trouver, peut-être simplement rien. Je ne me formalisai pas pour le moment, prenant le temps de m’allonger pour me reposer en passant ma main sur mon ventre, pensive. Je savais les conditions de mon époux et j’avais hâte de pouvoir partager de nouveau ces moments d’amour qui nous amènerait aussi à donner la vie. Mais là n’était pas la question. Je profitai de la douche de Sasha pour fermer les yeux un peu et me reposer. J’avais promis à Arcturus de me ménager. L’elfe de maison n’arriva qu’après dix bonnes minutes, hésitant à me réveiller.
Je me redressai alors difficilement avant de prendre le dossier pour le regarder un peu. Je découvris alors que le dix janvier, peu de temps après mon propre accident, Sasha avait été admise à Sainte Mangouste. J’avais la réponse à mes craintes. Elle avait eu un accident physique. Je lisais alors les annotations de mes collègues avant de découvrir quelque chose qui risquait de tout changer pour elle : elle aussi avait perdu l’enfant. Je ne pouvais que compatir, je savais exactement ce que ça faisait. Alors que j’épluchai le dossier en entier, Sasha refit son apparition avec mes fringues et bien lavée.
« Qu’est-ce qui ne va pas ?
- R… commençai-je.
- Ne me dit pas rien, je vois bien à ton regard que c’est grave et triste en même temps. Qu’est-ce qui se passe Mina ? »
Certes… Il était parfois inconvénient d’avoir des proches qui vous connaissent aussi bien. Je grimaçais donc avant de lui faire signe de s’asseoir à côté de moi, ce qu’elle fit. Je ne voulais pas la savoir debout quand je lui avouerai les potentielles raisons de son amnésie. Je commençai personnellement à avoir une idée sur la chose. Une fois bien installée, je respirai un instant, cherchant les mots.
« Sasha… le dix janvier, tu as été administré à Sainte Mangouste. Sur ton dossier il est écrit que tu aurais été renversée par une voiture moldue. Le nom de la personne qui t’a déposé n’y figure pas ni le lieu exact. On sait seulement que c’est dans un quartier moldu. Le choc a été violent et tu selon ton dossier psychiatrique, tu as été absente durant plusieurs jours. Seule Heather était présente. Voici la liste des personnes qui t’ont rendu visite. Dorian y figure à plusieurs reprises, preuve que je ne l’ai pas inventé. »
Je la laissai alors le temps de regarder la liste sans aucun mot de plus. Je voulais déjà qu’elle encaisse cette nouvelle avant d’apprendre la suite. Je la regardai donc un instant bien regarder la liste avant enfin de trouver le courage d’être celle qui lui annoncerait la suite.
« Ce que je vais te dire n’est pas facile à entendre… Avant ton accident tu étais enceinte de Dorian. Aujourd’hui tu… l’enfant que tu portais… Le choc a été trop violent. » finis-je par lui concéder.
Je la laissai alors encaisser tout ce que je venais de lui dire en sachant très bien qu’apprendre une telle chose n’était pas agréable… J’en avais moi-même fait les frais il y a quelques jours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 1 Mai - 16:11
Invité



In the depths of despairs


Je ne voulais pas entendre « Rien ». Pourquoi ? Parce que je savais que là n’était pas la vérité. Elle ne pouvait pas me dire « rien » avec la lueur triste dans son regard. Je voyais bien qu’un truc n’allait pas, je comprenais bien qu’une chose m’était arrivée, et en vue de son regard, cela ne devait pas être bénin. Assise cependant à côté d’elle, je ne pouvais qu’attendre qu’elle ne parle. Elle respira alors un instant, essayant de trouver apparemment la force de me dire une chose aussi grave que la mort d’Heather.

« Sasha… le dix janvier, tu as été admise à Sainte Mangouste. Sur ton dossier il est écrit que tu aurais été renversée par une voiture moldue. Le nom de la personne qui t’a déposé n’y figure pas ni le lieu exact. On sait seulement que c’est dans un quartier moldu. Le choc a été violent et selon ton dossier psychiatrique, tu as été absente durant plusieurs jours. Seule Heather était présente. Voici la liste des personnes qui t’ont rendu visite. Dorian y figure à plusieurs reprises, preuve que je ne l’ai pas inventé. »

Quoi ? Moi ? Avoir un accident et disparaitre ? Pourquoi je ne gardais aucun souvenir de cale ? Et puis, si j’étais à Sainte mangouste, comment j’avais fini dans la cave de mon cousin ? je regardai pourtant la liste qu’elle me tendit, découvrant à plusieurs reprise le nom de cet homme qui me semblait si étranger. Je sentais pourtant qu’elle avait autre chose à me dire. Ce fut surement la raison de mon silence. De toute façon, qu’est-ce que je pouvais bien dire à cela ?

« Ce que je vais te dire n’est pas facile à entendre… Avant ton accident tu étais enceinte de Dorian. Aujourd’hui tu… l’enfant que tu portais… Le choc a été trop violent. »

Quoi… Je… J’étais enceinte… ma main vint de façon instinctive sans que je ne le maitrise sur mon ventre. Que voulait-elle dire ? Trop violent ? J’avais perdu un enfant ? J’allais être maman et j’avais échoué à protéger un petit être ? je restais silencieuse un moment, la regardant et lisant la peine dans son regard, comme si elle était partagé plus que de raison.

« Non… »

Ce mot sortit de mes lèvres presque dans un murmure. Je donnais l’impression de la regarder, mais en fait, mon regard était dans le vide. Avoir perdu un enfant ? Avoir échoué à protéger ma famille… je finis par me lever brusquement, regardant vers le fond de la pièce derrière

« Non, non, non, NON ! »

J’avais hurlé le dernier avant de me mettre à faire les cents pas. Ce n’était pas possible. Ce n’était pas vrai. Je ne pouvais pas avoir oublié mon enfant, alors ce n’était pas vrai. Je n’avais jamais été enceinte !

« Je n’ai jamais été enceinte ! Jamais ! Je m’en souviendrais quand même ! Non ! Non je n’étais pas enceinte, je n’ai même pas de petit ami ni rien de tout cela ! »

Si j’étais en déni total ? possiblement... Et a moins de me gifler et me montrer d’autres preuves, ce n’était pas la peine d’espérer quoi que ce fut de ma personne ; je refusais d’y croire. Cela me donnait l’impression d’être comme ce qui me servait de mère, et je le refusais.

« Ils essaient de me piéger… ils veulent me faire passer pour une folle afin de pouvoir m’enfermer comme ils ont toujours voulu le faire... Mais je ne les laisserais pas faire. Jamais ! Tu m’entends ? Jamais je ne me laisserais faire !»

Il était facile pour moi de rejeter la faute sur l’hôpital, cela avait toujours été facile pour moi… Comment cela pourrait-il en être autrement ? Ils avaient contacté mon cousin pour qu’il tente de m’éliminer, et vu qu’il avait échoué, ils avaient inventé ce subterfuge pour tenter de réussir. Faisant le cent pas, je n’arrivais pas à me calmer, traversée par trop d’émotions et ne facilitant surement pas la tâche de ma meilleure amie. Mais elle n’y était pour rien, c’était eux les fautifs.

AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 4 Mai - 13:46
Invité

A deux, sommes-nous plus fort ?


Sasha refusa mes mots, s’énervant même et partant au quart de tour. Je pouvais la comprendre. Sans souvenirs, on pouvait être très rapidement démuni. J’avais cet avantage, pour ma part, de me souvenir parfaitement de ce qu’il s’était passé avant mon accident. Mais ce qui m’inquiétait le plus n’était pas qu’elle ne se souvienne pas mais qu’elle ait simplement effacé une partie de sa vie sans pour autant exclure le reste. Une part de moi pensait potentiellement que son choix indirect s’était porté à cause d’une situation bien trop compliqué. Je réfléchissais alors à toute vitesse. Je n’avais strictement rien contre Dorian Rochester mais si j’avais eu assez de cran et un manque cruel de scrupule, j’aurais certainement pu retourner la situation à mon avantage. Cela voulait dire mentir à ma meilleure amie ? Je ne savais trop si une telle idée qui aurait plu à l’ancienne Mina pouvait me convenir à moi aujourd’hui. L’accident m’avait changé et je ne savais si je voulais continuer sur la même voix. Je fis alors le choix de rester les pieds sur terre et ne pas laisser mon passé et mon ancienne personnalité m’envahir.
« Ils essaient de me piéger… ils veulent me faire passer pour une folle afin de pouvoir m’enfermer comme ils ont toujours voulu le faire... Mais je ne les laisserais pas faire. Jamais ! Tu m’entends ? Jamais je ne me laisserais faire ! affirma-t-elle haut et fort.
- Ecoute… Je comprends que ça soit difficile à digérer et accepter mais c’est moi-même qui a diagnostiqué ta grossesse. Je peux t’assurer que ce n’est pas un mensonge. Seulement les choses étaient difficiles ces derniers temps avec lui et toi… N’est-ce alors pas finalement le destin qui t’a rendu un fier service en te permettant de repartir à zéro ? Je l’ignore. Je vais te conseiller une seule chose : Va à l’appartement au-dessus de la bibliothèque et tu constateras par toi-même. Je pense qu’un simple alohomora suffira pour ouvrir la porte si tu n’as plus les clés. De là constate par toi-même. Tu trouveras bien des preuves de votre relation. Mais si je peux te donner un conseil : N’agit pas sur un coup de tête. Tu avais l’air vraiment amoureuse de lui… »
Je ne pouvais ni mentir à ma meilleure amie, ni profiter de la situation. J’avais pleinement conscience pouvoir peut-être l’attirer chez les mangemorts de cette façon mais je ne voulais pas me servir d’elle. C’était au-dessus de mes forces. J’avais bien changé…
Je tentai alors de me positionner autrement mais difficilement. Je lui dis par la suite :
« Mais pour le moment, il faut te reposer. Tu vas t’installer ici. Je ne suis pas rassurée de te savoir dehors avec un tel défaut de mémoire. Qui sait ce que tu aurais pu omettre aussi que moi je ne sais et qui pourrait être dangereux pour vous. Tu iras demain à l’appartement… » lui proposai-je.
Je posai alors le dossier sur la table basse grâce à ma baguette magique. Elle était libre de le consulter si elle le désirait. Pour le moment je le gardai au cas où. Je le redéposerai au boulot plus tard dans la journée. Je changeai alors de sujet :
« Tu sais… Si ça peut te rassurer, j’ai potentiellement idée de ce par quoi tu passes. Je ne parle pas de ton défaut de mémoire mais bien de l’enfant. J’ai aussi perdu le mien dans mon propre accident… » lui avouai-je alors.
S’en souvenait-elle ? Je l’ignorai mais j’avais besoin de lui dire. Je savais ne pas être sa priorité pour le moment. Elle était déboussolée et elle avait besoin de retrouver ses marques mais moi aussi je n’allais pas parfaitement bien et à deux peut-être serait-ce plus facile ? Je ne pouvais le dire… Mais c’était dit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: