RSS
RSS



 


 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Pré-au-Lard :: La Cabane Hurlante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Happy birthday to you

avatar
John Lupin
Apprenti
Âge du personnage : 18 ans (le 1er Septembre)
Nombre de messages : 121
Célébrité sur l'avatar : Steven R. McQueen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Mai - 15:41
Happy birthday to you
Remus Lupin & John Lupin
Pré-Au-Lard - Cabane Hurlante - le 10 Mars de l’an 2000

Ce n’était pas un Vendredi comme il y en a tant dans l’année. Cette journée n’était pas moins que l’anniversaire de son père, Remus. John n’avait pas trouvé à fermer l’oeil de la nuit. Dans son dortoir, son regard s’était collé au plafond, puis ensuite à la fenêtre. Sa famille lui manquait. Son père lui manquait. Se levant, assis sur son lit, il fit craquer sa nuque avant d’en sortir, se trainant jusqu’à la petite fenêtre qu’il ouvrit. La nuit était fraiche, mais l’hiver cédait peu à peu sa place au printemps. A sa montre, il n’était pas plus de trois heure du matin, pourtant le sommeil lui faisait défaut. Finissant par attraper son bloc à papier et un stylo typiquement Moldu - qu’il avait emporté dans ses affaires -, il se mit assis sur le bord du lit, afin de rédiger une lettre disant :

    Papa,

    Je n’ai pas répondu à tes précédentes lettres non pas pour te faire du mal, mais parce que je ne savais pas quoi te dire. Aujourd’hui, c’est un jour loin d’être commun aux autres, puisqu’il s’agit de ton anniversaire. J’imagine que tu as quelque chose de prévu avec James, Sirius ou encore Peter. Peut-être même avec Nina et Tom, mais si jamais tu as quelques minutes, je serais à la Cabane Hurlante en fin de journée.

    Joyeux Anniversaire et désolé pour l’heure tardive.

    John


Après avoir décroché sa feuille à l’aide des pointillés la reliant au bloc-note, il la plia et la glissa dans une enveloppe sur laquelle il écrit : Remus Lupin. Donnant quelques graines à la chouette qui l’observait de ses gros yeux tout ronds, il accrocha le courrier à l’une de ses pattes et conduit l’animal vers la fenêtre, où il l’incita à s’envoler. Fermant au plus vite, il était retourné se coucher.

Il avait cours toute la journée, mais il n’avait sûrement pas coeur à s’y rendre, préférant largement trainer. Les heures de colles, il les enchainait assez souvent, ce n’était pas vraiment ce qui lui faisait peur. D’ailleurs, une fois son petit-déjeuner avalé, le dernier des Lupins s’était soustrait au corps enseignant, passant sa journée à Pré-Au-Lard. Il avait fumé, il avait bu et avait même faire les boutiques. Ce n’est qu’en fin d’après-midi, après que les effets de l’alcool et de la drogue se soient dissipés, que John s’était rendu tranquillement jusqu’à la Cabane Hurlante. Beaucoup s’imaginent que cette baraque est hantée, mais John n’en a jamais eu peur, son père lui a expliqué l’histoire de cette cabane depuis bien longtemps. Cette maison a été construite pour Remus, sous ordre d’Albus Dumbledore. C’était le seul moyen pour lui offrir une scolarité normale. Chaque soir de pleine lune, il devait prendre le passage secret du Saule Cogneur pour parvenir jusqu’ici. Et jamais, il n’y a eu d’incident, enfin à la connaissance de John. C’était la solution pour tous les Loups-Garous de l’école. Les conduire ici une fois par moi, même renforcer la sécurité autour de la maison, mais sûrement pas les traquer et les tenir à l’écart de tout le monde, comme s’il était des malades contagieux.

Après avoir passé le portail, John avait pris soin de regarder autour de lui, pouvoir voir si personne ne l’avait aperçu. Il ouvrit la porte qui grinça sur son passage et s’aventura à l’intérieur. L’air était chargé en poussière, lui piquant les yeux et le faisant tousser à quelques reprises, le temps de s’y habituer. Il avait fini par observer la montre à son poignet et s’était assis sur un vieux meuble cassé, attendant patiemment.

Il ne s’attendait pas à ce que Remus vienne pour dire vrai. Il se doutait que son père avait mieux à faire. Après tout, ce ne serait que justice, parce qu’on ne peut pas dire que le fils ait été irréprochable. Il a pourri les fêtes de fin d’année, a laissé son père en plan au milieu du Chemin de Traverse et il n’a pas répondu à tous les hiboux reçus depuis ce début d’année. Trois mois sans donner de nouvelle à son père, beaucoup d’hommes auraient fini par débarquer à l’école pour lui coller deux baffes, mais pas Remus. Non, ce dernier a toujours été l’un des plus calmes et posés des Maraudeurs. L’un des plus malins, réfléchis et également le plus sympathique. C’était incontestable et pourtant, John en était parfaitement conscient. C’était lui et lui seul qui avait ruiné leur relation. Maintenant que Tonks n’était plus qu’un ancien souvenir, le fils ne savait même pas comment recoller les morceaux. Etait-ce encore possible ? Pourtant, dans le fond, il voulait y croire même s’il disait le contraire. Il espérait pouvoir arranger la situation entre son père et lui. Après tout, c’était Tonks qu’il haïssait, pas Remus. Il a toujours aimé son père malgré tout. Et puis, il se souvient très bien quand il était enfant, pas mal d’autres gamins des Maraudeurs l’enviaient d’être le fils de Lupin. Son côté mystérieux sans doute, sa gentillesse également et … en fait c’est un tout.

Un bruit le tira de ses pensées. Il avait entendu le petit portail grincer. Quelqu’un arrivait ou bien le vent soufflait un peu fort ? Le coeur battant, il s’était redressé, fixant la porte et gardant tout de même sa baguette à portée de main, pour ne pas dire qu’il la touchait déjà du bout des doigts.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
Langue de Plomb
Âge du personnage : En pleine crise de la quarantaine...
Nombre de messages : 203
Célébrité sur l'avatar : Ewan McGregor
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Juin - 15:17
"Tes fautes de fils, sont mes défaillances de père."(Gladiator)
- John Lupin & Remus Lupin - Cabane Hurlante - Pré-au-Lard

Happy Birthday To You
La pluie avait martelé le toit de ma maison toute la nuit, perturbant ainsi mon sommeil qui avait déjà tardé à venir. Très tôt dans la matinée, voir tard dans la nuit peut-être aussi, de légers coups m’avaient fait me redresser. Le temps de comprendre d’où ça pouvait bien venir, il s’est écoulé pratiquement une minute. Je me défaisais difficilement de mes couvertures, pour me lever, m’étirant en marchant vers la fenêtre. Tirant le rideau, j’ouvrais aussitôt le passage à la chouette qui se montrait contente d’entrer dans ma chambre. A l’une de ses pattes, était accrochée une petite enveloppe que je m’empressais de défaire.

Papa,

Je n’ai pas répondu à tes précédentes lettres non pas pour te faire du mal, mais parce que je ne savais pas quoi te dire. Aujourd’hui, c’est un jour loin d’être commun aux autres, puisqu’il s’agit de ton anniversaire. J’imagine que tu as quelque chose de prévu avec James, Sirius ou encore Peter. Peut-être même avec Nina et Tom, mais si jamais tu as quelques minutes, je serais à la Cabane Hurlante en fin de journée.

Joyeux Anniversaire et désolé pour l’heure tardive.

John


Je m’attendais à tout un tas de choses, allant d’une mauvaise blague de Sirius, à une invitation secrète de Peter, en passant par une mauvaise blague de James. Mais je ne m’attendais pas du tout à recevoir du courrier venant de mon dernier fils. Mes doigts se faisaient tremblants sur la lettre, pendant que mon regard dévalait toutes ses lignes écrites de la main de John. Il ne devait pas se douter combien il pouvait me faire plaisir rien qu’avec ce petit mot. Voilà maintenant trop longtemps que c’est le pire qu’un glacier entre nous. Je ne savais même plus comment faire pour l’approcher. Tous mes précédents hiboux étaient restés sans réponse de sa part, continuant à m’enfermer dans ce cercle vicieux de la dépression. Mais là, tout semblait s’arranger. J’en étais vraiment ravi, à tel point que je ne trouvais plus le sommeil du restant de la nuit.

Je m’étais discrètement extirpé de chez moi, après avoir enfilé des vêtements plus sortables que mon pyjama. Il ne faisait pas chaud, mais une petite promenade ne pouvait pas me faire de mal. J’étais parti trainer du côté de chez Sirius, puis de James et enfin de Peter, espérant voir de la lumière chez l’un ou l’autre ou le dernier, mais rien. Je ne pouvais pas non plus me présenter chez Tom à une heure aussi matinale. Les bars devaient déjà être fermés depuis un petit moment, alors le seul endroit qui m’était venu en tête, c’était le Ministère de la Magie. Je transplanais non loin de la cabine téléphonique, hors de question de passer par les toilettes. Grâce à Sirius, le code a été trafiqué pour pouvoir entrer en pleine nuit. Pour le moment, personne ne l’avait remarqué et je prenais le plus grand soin de ne pas croiser le gardien. Je me planquais dans les renfoncements du grand hall, pour piquer un sprint jusqu’à l’ascenseur, direction le Département des Mystères.

J’allais faire un peu de rangement dans mon bureau, avec en arrière fond sonore la chanson Cut The Cord du groupe Shinedown, pour que ma solitude se ressente un peu moins. Il était temps de tourner une page dans mon existence. Les quelques cadeaux de Nymphadora partaient retrouver les quelques affaires que j’avais conservé de la mère de mes enfants. Ce n’était pas le placard de l’oubli mais presque. La journée s’était ainsi passée un peu mieux pour ma part. Il n’y avait aucune ombre au tableau et je ne grognais même pas sur Sirius quand il me ressortit sa vanne sur le cadeau à quatre pattes, qu’il comptait me faire. Je m’étais arrangé pour fuir Kate toute la journée, afin qu’elle ne me remette pas une bonne couche de boulot sur le dos. Je devais quitter très tôt et je me montrerai tout de suite moins conciliant qu’en temps normal, si quelqu’un venait m’empêcher de sortir. Mon départ s’était fait sur les chapeaux de roues et me cachant derrière un lampadaire -avouez que j’étais trop bien caché- je transplanais jusqu’à Pré-au-Lard. Dans le fond du paysage se dressait l’immense château qui m’avait permis de rencontrer mes meilleurs amis. J’en gardais de très bons souvenirs, mais malheureusement les temps changent et le Poudlard avait perdu ce qui faisait de lui, la meilleure école de magie qui existe dans le monde.

Mais je n’oubliais pas le but de ma venue dans le village sorcier. Détournant les talons, je m’en allais dans la direction de la cabane hurlante. Cette maison qu’Albus Dumbledore avait fait construit rien que pour me permettre d’étudier dans son école. Aucun autre Directeur ne pourrait se vanter d’avoir été aussi papa-poule avec ses élèves. Peu importe la centaine que nous étions chaque année. Des dernières années, ou petits jeunes qui débarquaient, notre grand Directeur nous connaissait tous, ne se trompant jamais dans nos prénoms. Il ne connaissait pas seulement notre identité, mais aussi nos histoires. Albus Dumbledore est un grand homme à la générosité sans limite. Il est fort dommage qu’il n’ait plus sa place à la direction de l’école. Et si les Maraudeurs s’en mêlaient ? Il y a toujours au moins quinze façons d’entrer dans le château, sans être repéré. La carte des Maraudeurs va peut-être sortir de son placard, pour donner un petit coup de main à tous ces enfants.

Passant par les ronces et les hautes herbes, je poussais la porte de la vieille maison qui avait abrité bon nombre de mes transformations. A ma grande surprise, John était bien présent. Je craignais qu’il n’ait décidé de pas venir finalement. Mais il semblait tout aussi surpris que moi de me voir. J’esquissais un léger sourire, me rendant compte que j’avais perdu le fil et que je ne savais plus vraiment comment lui parler.

« Ta lettre m’a fait plaisir. »

©Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
John Lupin
Apprenti
Âge du personnage : 18 ans (le 1er Septembre)
Nombre de messages : 121
Célébrité sur l'avatar : Steven R. McQueen
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Juin - 16:49
Happy birthday to you
Remus Lupin & John Lupin
Pré-Au-Lard - Cabane Hurlante - le 10 Mars de l’an 2000

Dans la cabane hurlante, John n’y croyait pas vraiment. Il n’avait pas reçu de réponse, que ce soit positive ou négative, mais quelque chose lui disait que c’était perdu d’avance et qu’il ne pouvait s’en prendre qu’à lui. C’est lui, après tout, qui avait tout gâché, il serait donc normalement que Remus lui en veuille toujours. Dans le fond, pourquoi son père accepterait de venir le voir le soir de son anniversaire, alors qu’il s’est très mal comporté avec lui durant tout ce temps ? Lui-même, ne ferait pas le déplacement et préférerait s’amuser pour lui montrer que dans la vie, rien n’est de l’acquis. Alors à quoi bon attendre ? En fait, rentrer maintenant ne serait pas non plus une bonne idée. Ce serait le risque de se montrer un peu agacer vis-à-vis de ses camarades. Pourtant, vraiment dans son fort intérieur, le dernier fils de Remus voulait encore y croire. Son père n’est pas rancunier à ce point, tout du moins pas avec ses propres enfants et ça, John le savait pertinemment. C’était même sur ça qu’il misait quelque part, bien qu’il n’y ait qu’un mince espoir.

Ce n’est qu’après de longues minutes s’étant transformées en heures, que l’étudiant finit par se relever. Il n’avait pas fait attention au bruit, avant que la porte ne grince. Touchant sa baguette du bout des doigts, il s’apprêtait à la retirer d’un coup comme pour se défendre, quand enfin la personne fut dans son champ de vision. La surprise se lisait sûrement sur le visage de John en ce moment-même. Haussant les sourcils, un sourire s’était lentement dessiné sur ses lèvres en voyant que son père était quand même venu. Pourtant, le fiston se sentait bien mal à l’aise lorsque le loup-garou brisa le silence en lui révélant que son petit mot lui avait fait plaisir. Jamais John n’aurait voulu le faire souffrir comme il l’a fait. C’est son père, son seul parent encore vivant et la personne qu’il aime le plus au monde. Mais il est juste pas foutu de l’avouer avec des mots, sans venir tout gâcher par la suite.

« Je suis content que tu sois venu. »

Il ne savait pas quoi dire de plus, ni même quoi faire. C’était comme s’il avait perdu le mode d’emploi pour être un bon fils. A vrai dire, il n’avait même pas réfléchi à tout ça avant que Remus n’ouvre la porte. Tout allait vite dans sa tête, les répliques qui ne voulaient pas franchir la barrière de ses lèvres, mourantes même dans sa gorge. Alors si les paroles ne venaient pas, il fallait agir autrement. Il se fit donc violence pour bouger et faire quelques pas en direction de son paternel, brisant ainsi la distance qui les séparait encore. Sans vraiment lui laisser l’occasion de s’y préparer, le jeune adulte le prit dans ses bras pour le saluer.

« Bon anniversaire papa. »

Etait-ce suffisant pour enterrer la hache de guerre ? Parce que c’était bien l’idée que John avait en ce moment-même. Il voulait plus que tout, pouvoir retrouver son père et faire cesser cette mauvaise ambiance entre eux. Surtout que toute personne connaissant un minimum Remus, sait que ce n’est sûrement pas lui le problème de l’histoire. Il est ouvert, gentil, posé et pardonne assez rapidement à ses enfants. Les rares moments dans lesquels il n’est pas à prendre avec des pincettes, ce sont les quelques jours précédents une pleine lune. Mais ce n’était pas au père de faire le premier pas cette fois et John le savait très bien. D’ailleurs, le patriarche Lupin avait trop été le premier à tenter un rapprochement ces derniers temps. Tous voués à l’échec, parce que son fils est le roi des cons quand il s’y met. Alors cette fois, le Gryffondor avait plutôt intérêt à se bouger le pour arranger la situation lui-même. Et ce n’était pas exclu que Remus le rembarre pour lui rendre la monnaie de sa pièce.

Après quelques secondes à peine, le cadet des Lupin recula de quelques pas, une fois que ses bras s’étaient décrochés d’autour de son lycanthorpe de père. Il n’était sûrement pas difficile de sentir à quel point le fils se sentait mal à l’aise dans tout ça. Regard fuyant, mots qui ne viennent pas facilement, il ne s’était jamais douté qu’il serait aussi compliqué de re-parler de façon normale à l’homme à qui il doit la vie.

« L’endroit est peut-être mal choisi. Je sais que c’est la cabane où tu dois avoir plusieurs souvenirs, mais j’ignore s’il s’agit de bons ou mauvais. On en a jamais vraiment parlé tous les deux. »

Ce n’était pas non plus de cette façon qu’il voulait passer la soirée. Mais dans le genre boulet, cette fois il pouvait difficilement faire pire. M’enfin, au moins, John n’était ni saoul, ni drogué. Il ne se serait pas permis de se mettre dans un tel état alors qu’il avait donné rendez-vous à Remus. Ca aurait été le pire manque de respect qui soit. Dans un cas comme ça, il serait même tout à fait normal qu’il se prenne une baffe. Heureusement qu’il n’a pas joué à ce petit jeu dangereux.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
Langue de Plomb
Âge du personnage : En pleine crise de la quarantaine...
Nombre de messages : 203
Célébrité sur l'avatar : Ewan McGregor
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Nov - 10:49
"Tes fautes de fils, sont mes défaillances de père."(Gladiator)
- John Lupin & Remus Lupin - Cabane Hurlante - Pré-au-Lard

Happy Birthday To You
Parfois, je me demande comment font les connards qui ont des gosses pour garder un semblant de lien. Moi, je suis plutôt sympa, même trop je pense et j’ai l’impression de faire du surplace avec mes mômes. Si ça va bien avec Tom, les deux autres c’est délicat. Le dialogue est rompu avec John et Nina est partie chez mon père, pensant qu’il était plus qualifié que moi pour prendre soin d’elle. Et bam un nouveau coup de poignard dans le dos. Je n’ai rien dit bien sûr, je ne dis jamais rien. Je l’ai juste soutenu. Je n’allais pas l’enchainer dans sa chambre, même si l’idée me plaisait assez sur le moment.

Alors, je n’allais pas louper l’occasion de me rabibocher avec le petit dernier, surtout qu’il venait de faire le premier pas. Je m’étais dépêché de me rendre à Pré au Lard, en espérant ne pas me retrouver tout seul dans cette baraque. Dans le pire des cas, ça me rappellera mes premières années à Poudlard, lorsque j’étais seul dans la cabane hurlante, pour les nuits de pleine lune. Mais à ma grande surprise, John était présent et content, d’après ce qu’il disait, que je sois venu.

« Je n’allais pas manquer l’opportunité de te voir. La dernière fois remonte déjà à quelques mois. »

Ce n’était pas un reproche, mais une constatation. Et il ne semblait pas m’en tenir rigueur, puisqu’il venait de m’étreindre pour me souhaiter un bon anniversaire. Le serrant contre moi, je n’avais pas besoin de cadeau pour vivre une bonne journée, rien que de pouvoir recoller les morceaux avec le plus jeune de mes enfants, allait au-delà mes espérances.

« Merci mon garçon. »

Un peu maladroit, on se relâchait. Ce n’est pas comme si ce genre d’échange ne nous était jamais arrivé par le passé, mais ça faisait un bon moment que ça n’avait plus été le cas. Durant longtemps, j’avais seulement l’impression d’avoir un locataire, lorsque John était à la maison, et non un fils. Rien que les vacances de Décembre ont été chaotiques. Il ne desserrait pas les dents et m’a tiré la gueule durant les deux semaines.

Je regardais autour de moi, quand il parlait de souvenirs. C’est vrai que ça me faisait bizarre d’y revenir après tant d’années. Rien n’avait changé, même si c’était un peu plus vieux et en mauvais état que lorsque j’étais élève à Poudlard. Il y avait aussi l’odeur de renfermée, qui prenait à la gorge, mais rien de bien dérangeant.

« Les premières années ici, n’ont pas été faciles. Mais par la suite, ça s’est arrangé. »

Je m’avançais près du chambranle de l’une des portes de la pièce. Un petit sourire se glissa sur mes lèvres en y voyant les marques.

« Elles y sont encore. Viens-voir. C’était l’une des dernières pleines lunes que j’ai passé ici. Je n’avais pas été bien sérieux avec la potion tue-loup et j’ai tenté de m’enfuir. Sirius m’en a empêché et il m’a raconté que pour me venger, je m’en suis pris à la porte… Officiellement, pour ne pas l’avouer, je disais que j’avais juste eu besoin de me faire les dents… »

Ce n’était pas un mauvais souvenir, je faisais de mon mieux pour ne pas me rappeler les pires.

©Pando
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» 19 mai 1962: Happy Birthday to you mister president...
» ♪ Happy Birthday Sir ♪
» Happy birthday my love, from mum xx
» Happy birthday Mona and Rainer ♫♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Pré-au-Lard :: La Cabane Hurlante-
Sauter vers: