RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'animosité n'est pas héréditaire

avatar
Invité
Invité
Dim 1 Mai - 16:06
Invité
Pourquoi étais-je venu sur le chemin de traverse en premier lieu déjà ? Je ne savais plus trop, je me souvenais vaguement avoir dit à l’infirmière que je partais faire des courses. N’était-ce pas en fait tout simplement une excuse pour m’éloigner de mon manoir ? N’était-ce pas ma manière de m’éloigner du corps immobile de ma femme ? N’était-ce pas ma façon à moi de nier l’évidence ? De nier ma souffrance. En tout cas, maintenant j’étais là et je devais bien rentrer avec quelques courses, il m’avait bien fallut des affaires pour que je pense à venir ici alors que pour une fois, rien ne me forçait à m’éloigner de ma femme. Je retins un soupir, soupirer n’étant pas digne d’un sang-pur en public. Après tout, mon masque de parfait petit sang-pur ne laissait rien percevoir de la souffrance intérieure que je vivais, ni même du fait que ma femme était dans le coma et que je ne savais quand elle en sortirait. Je n’étais franchement le genre à montrer ses émotions, mais on pouvait voir que quelque chose n’allait pas forcément en ce moment grâce aux cernes que j’avais sous les yeux. Même la magie n’avait pas réussi à les cacher totalement, où bien étais-je simplement trop fatigué pour lancer correctement un sort aussi simple. Je ne savais pas trop.

Fouillant dans ma mémoire, je me souvins que je voulais venir sur le chemin de traverse afin de trouver un ouvrage de politique qui m’avait été conseillé par l’un de mes professeurs à l’université. Il me fallait aussi des parchemins et de l’encre, mais je pris la décision de commencer par rentrer dans la librairie, je pourrais toujours envoyer un elfe chercher des parchemins et de l’encre si dès je n’en avais plus l’envie après mon passage à la librairie. Trouver le rayon m’intéressant fut facile et je pris ce dont j’avais le plus besoin avant de me rendre directement à la caisse. Je n’avais aucune envie de m’attarder, j’avais eu besoin d’une excuse pour quitter mon manoir, mais en cet instant, j’avais très envie de retrouver ma femme et juste lui prendre la main en la suppliant de se réveiller. Aurais-je eu l’air pitoyable à faire cela ? Assurément. Je le faisais chaque nuit loin des regards indiscrets. J’avais besoin de Mina, pour vivre. Je savais que si je la perdais, j’allais sûrement agir de façon parfaitement irréfléchie et folle. En fait, j’allais devenir complètement fou, elle faisait partie de mon équilibre, elle avait parfaitement sa place dans ma vie et en faisait partie. Je sortis de la librairie dans mes pensées, pour laisser mes pieds me mener directement devant la boutique où je devais me rendre. Pourtant, subitement, je fis demi-tour pour aller dans une direction opposée. Mes pas étaient calmes et ne montraient rien de l’empressement que j’avais à aller dans cette direction bien précise pour me rendre je ne savais même pas où. Finalement, je me rendis compte que je marchais sans but réel, mon regard fut attiré par la boutique pour bébé. Avec empressement, je me retournais pour ne plus voir la vitrine de cette boutique me rappelant la nouvelle que ma femme avait perdu notre enfant. Dans mon empressement à m’éloigner, je bousculais légèrement de l’épaule une personne qui en levant les yeux ne m’était pas du tout inconnue.

Je connaissais ce visage. Je fus même heureux de le voir là, peut-être que parler avec un ami pourrait me permettre d’oublier quelques instants la galère dans laquelle je me trouvais. Je ne pus empêcher un léger sourire poli de prendre place sur mon visage. « Calvin. » Dis-je en guise de salutation et sans laisser poindre une seule once d’excuse dans ma voix pour l’avoir bousculé. Lui affichant toujours mon sourire poli de circonstance en public, je lui tendis la main pour être tout à fait poli et digne de mon éducation. « Cela fait bien longtemps que nous ne nous étions croisés. » Remarquais-je en restant bien trop poli. En fait, je n’aimais pas particulièrement la situation, je me sentais un peu trop exposé. J’avais parfaitement conscience que si on me voyait avec Calvin en bonne entente et que ça revenait aux oreilles de ma famille, j’allais en entendre parler. L’animosité entre les Lestrange et les Rogue, un fait relativement connu chez les mangemorts, alors voir les enfants en bonne entente ne serait pour plaire à aucune de nos familles vraisemblablement. Cependant, je ne pouvais pas nier que voilà, Calvin Rogue avait un jour rencontré Arcturus Prewett et que sans préjugé nous avions su nous entendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1699
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Mai - 15:27



L'animosité n'est pas héréditaire
feat. Arcturus & Calvin
Il y a encore quelques temps de ça, quand quelqu’un lui parlait de fonder une famille, la réaction de Calvin se résumait à un sourire discret, voir même un rictus moqueur quasiment imperceptible mais qui voulait en dire tant sur son manque d’envie de se stabiliser. Il ne comptait pas avoir une famille avant bien des années. Il avait tout le temps pour ça pas vrai ? N’était-il pas plus prudent d’attendre d’avoir les moyens d’élever un enfant et de subvenir à ses besoins, avant de faire des plans sur la comète ? Puis en plus, il était tout aussi plus logique de s’amuser comme il le faut, avant d’avoir à prendre plus de responsabilités qu’il n’en a déjà. C’était toujours ce qu’il s’était dit et ce n’était pas prêt d’arriver, voulant vivre avant d’être emprisonné dans une vie d’adulte. Sauf que, sa descendance n’a pas attendu d’être autorisée à taper l’incruste pour qu’une demoiselle tombe enceinte après avoir passée une nuit dans ses bras. La vie et ses surprises. Il suffit d’un coup pour que tout change. Comme quoi, au moins, tout fonctionne bien chez lui, il a le coup de reins productif. Pourtant, même s’il n’était pas prêt à avoir un enfant, il ne pouvait pas faire autrement. Ce qui est fait est fait et justement, il ne savait pas trop quoi faire encore. Déjà, il était inconcevable d’envisager un avortement et pire encore : un abandon. Cette petite chose - devant tout juste avoir la taille d’une cacahuète - était de lui, il se devait de prendre ses responsabilités comme un homme. Calvin n’est pas né avec une cuillère en or dans la bouche, ni avec un thermomètre en argent dans le cul. Financièrement ça ne serait pas simple et c’est dès aujourd’hui qu’il devait prendre des décisions d’avenir.

Au moins tout le monde voulait lui venir en aide d’après ce qu’il avait compris. D’ailleurs, cette révélation faite, il a aussi appris que son frère était dans le même cas … il y a de ça cinq ans et qu’un petit bonhomme se baladait sur terre avec une partie de son patrimoine génétique. C’était un peu comme si un truc hyper lourd s’était cassé la gueule sur un coin de sa tronche. Calvin avait bien du mal à ne pas partir dans ses pensées. Finalement, leur famille n’était pas si indestructible qu’ils voulaient bien tous le croire. Il y a quelques temps encore, les Rogue s’imaginaient que quoi qu’il puisse arriver, ils seraient toujours soudés. Ce n’était pas le cas, sinon Edwin n’aurait pas craint au point de cacher l’existence de son fils.

N’ayant pas la tête à étudier, il avait quitté son appartement pour se rendre sur le Chemin de Traverse, après être passé par le Chaudron Baveur. Si les filles se changent les idées en faisant les boutiques, il n’y avait pas de raison que ça ne fonctionne pas avec les garçons. Mais les vitrines pouvaient bien avoir revêtues leurs plus beaux articles, rien ne captait le regard du fils Rogue. Il avançait, tel un automate que les gens évitaient de justesse sur leur passage. Perdu dans ses pensées, il ne s’était pas rendu compte que ses pas l’avaient conduit jusque devant le magasin de puériculture. Avec Jezabel encore à Poudlard, c’était en partie à lui que revenait la lourde tâche des achats. Lourde effectivement, puisqu’il n’avait aucune idée de tout ce qu’il fallait pour l’arrivée d’un bébé. Dans la boutique, il avait privilégié le coin vêtements. Fille ou garçon ? Du rose, du bleu, il ne fallait pas se louper. Mais il y avait aussi du vert au cas où les parents ne connaissent pas le sexe du bébé. Pourtant, Calvin n’avait d’yeux que pour une minuscule tenue dans les tons bleus, ne prêtant aucune attention au reste. Etait-ce une façon de pousser le destin au cul ? Qu’importe, il voulait un garçon de toute manière. Ca n’avait rien à voir avec tout ce qui touche à la descendance et au nom de famille à assurer. De ce côté-là, il n’avait pas à s’en faire, Edwin avait déjà un petit garçon. Mais Calvin se verrait également plus papa d’un petit mâle, non pas pour faire comme son jumeau, seulement pour pouvoir faire tout ce que Severus n’a jamais été capable de faire avec lui. Juste pour être un papa et pas qu’un père.

Après être passé par la caisse pour payer la toute petite tenue, il était ressorti avec son paquet au logo très parlant d’une cigogne tenant un linge où se trouve un bébé dans son bec. Plutôt satisfait de son achat, il s’était grouillé de sortir pour ne pas être tenté d’acheter autre chose. Mais dans son soudain engouement pour prendre un bol d’air, il ne put éviter de heurter quelqu’un. Ou plutôt un dingue venait de lui dégommer l’épaule. Evidemment, ce n’était pas de la faute à Calvin. Rien n’est jamais de sa faute, même quand c’est de sa faute de tout façon. C’est comme ça et pis c’est tout. D’ailleurs, il s’apprêtait à se montrer tout sauf aimable en enguirlandant la pauvre âme qui venait de malencontreusement le bousculer. Mais il n’eut le temps de ne rien dire que son prénom fut prononcé. Relevant les yeux, l’air surpris, il reconnut aussitôt l’un des étudiants avec qui il avait sympathisé à l’Université.

« Oh Arcturus, quelle bonne surprise. »

Le saluant en lui serrant la main, Calvin se rendait compte qu’il venait de se faire griller sur son achat. Il n’y aurait pas long avant que l’autre homme ne finisse par comprendre qu’une naissance côté Rogue - ou de leur entourage - aurait bientôt lieu. A moins que Calvin arrive à lui faire croire qu’il entre encore son cul dans de la layette. Mais ça semble plutôt compromis, puisque son interlocuteur n’a rien d’un crétin.

« Ouais, c’est vrai que ça fait un petit moment déjà. Faut dire que j’ai pas mal boycotté les cours dernièrement. »

Entre sa vie d’Anarchiste et son groupe de musique, le temps lui avait manqué pour les études. Puis, il n’avait pas la tête à ça non plus. Ce début d’année était plutôt hard niveau nouvelles fracassantes voir assommantes.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mar 3 Mai - 18:42
Invité
« Oh Arcturus, quelle bonne surprise. » Me salua Calvin en me serrant la main. J’espérais que peut-être cette rencontre parfaitement inattendue aurait le don d’éloigner mes sombres pensées et mes inquiétudes. Du moins pour un temps, j’avais pour la première fois depuis longtemps envie d’être juste un jeune sang-pur ne suivant pas les traditions, c’est-à-dire ne jamais m’être marié, ne jamais avoir eu envie d’avoir cet enfant. Cependant, j’aimais ma femme et l’aimerais toujours ce qui dans le fond, faisait que ce n’était pas sans raison que je l’avais épousé et abandonné mes vieilles habitudes. « Ouais, c’est vrai que ça fait un petit moment déjà. Faut dire que j’ai pas mal boycotté les cours dernièrement. » Me répondit-il sûrement à la suite de ma remarque sur le fait que cela faisait longtemps que nous ne nous étions rencontrés. Je ne le jugeais pas sur le fait qu’il avait choisi de laisser ses études de côtés, même si ce n’était pas forcément un choix que j’aurais fait. Il pouvait bien faire ce qu’il voulait. J’étais bien en train de faire tout l’inverse de beaucoup de monde, je m’enfermais dans mes études pour ne pas faire face à la situation que je devais vivre chez moi. Après tout, beaucoup auraient sûrement choisit de rester à la maison à côté de leur femme dans le coma, alors que j’avais choisi tout l’inverse. Je ne voulais pas être trop au manoir, me contentant de ma présence la nuit et lorsque je le dois réellement.

Les passants nous évitaient, puisque nous avions choisis de nous arrêter pour discuter en plein milieu du chemin de traverse, près de cette fameuse boutique d’accessoire pour enfant. C’est justement en me disant que j’aurais préféré être loin de cette boutique avant de croiser une connaissance que je notais le sac que tenait Calvin. Une chance que j’avais appris à garder mon masque en toute circonstance, sinon une magnifique grimace aurait sûrement déformé mon beau visage en cet instant. Cela n’aurait pas été par rapport à Calvin, juste au rappel douloureux que je n’aurais pas ce bébé que j’avais réussi à accepter et dont j’avais eu envie. « C’est donc pour cela que nous n’avons pas eu le plaisir de nous croiser à l’université. Tu t’es pris de passion pour tout ce qui concerne les accessoires pour jeunes enfants ? » J’avais laissé une petite pointe d’amusement dans mes mots. Je ne voulais en aucun cas le forcer à me parler de ce qu’il avait acheté, mais je trouvais assez amusant de le voir sortir d’une telle boutique. Il faut dire que je ne pouvais dire connaître très bien Calvin, mais voilà de ce que j’en savais, il n’avait pas le profil pour devenir père dans un avenir proche et je l’imaginais bien entouré de personne ne voulant pas plus que lui assumer de telles responsabilités. Après il est difficile de s’imaginer quiconque d’aussi jeune que nous heureux d’assumer toutes les responsabilités d’un parent. Moi-même je n’avais pas voulu de cela et une fois devant le fait que j’allais être père, j’avais su que je voulais assumer cet enfant.

Bien que maintenant je sache que je n’aurais pas à assumer ces responsabilités. C’était même difficile pour moi de me dire que finalement, j’étais prêt à assumer et qu’on m’enlevait ces responsabilités. Ce qui me rappelait que je n’avais pas su protéger ma femme et mon enfant, que je n’étais pas digne d’avoir des responsabilités. Bien que je n’aurais jamais avoué et n’avouerai jamais me sentir indigne de responsabilités comme celles d’être père ou d’être un bon époux, depuis l’accident de Mina. « Les fêtes de fin d’année ont été agréables ? » C’était de la politesse pure et simple à la suite des fêtes. Bien que si je pouvais éluder le sujet pour moi-même je le ferais. Je ne me voyais pas du tout m’étaler sur les fêtes, une chance pour moi c’est que j’avais toujours la possibilité de faire dévier le sujet sur mon mariage. Mes yeux retombèrent sur le sac que tenait Calvin, je ne pus empêcher mes lèvres de se soulever dans un léger sourire amusé, ça ne collait vraiment pas du tout avec lui. Je ne fis pas de commentaire sur cela, me contentant de reprendre une expression parfaitement neutre avant de me décaler un peu pour ne plus être de trop en plein milieu du chemin. Pas pour arranger les autres passants, mais bien pour mon confort personnel et éviter d’être bousculé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1699
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Mai - 9:44



L'animosité n'est pas héréditaire
feat. Arcturus & Calvin
Il ne pouvait pas avoir plus cocasse que cette situation. Calvin Rogue sortant d’une boutique de puériculture, pour beaucoup de personnes - enfin surtout pour ceux le connaissant un minimum - ça ne peut qu’être intriguant. Il n’a rien d’un jeune adulte désirant de près - ou même de loin -, s’engager avec qui que ce soit, pour fonder une famille. Il revendique lui-même un statut d’adulescent, à mi-chemin entre l’adolescent et l’adulte aux responsabilités assommantes. Profiter de la vie avant d’être vieux, telle a toujours été sa devise. Alors bien entendu, en croisant le chemin d’une connaissance, le sujet ne pouvait qu’être abordé avec ce même ton ironique. Calvin leva très légèrement sa main contenante le paquet, baissant un instant le regard dessus. Une chance qu’il soit un menteur inné quand il le veut - demandez à sa mère, elle ne sait toujours pas que c’est lui qui avait coupé les cheveux de Selena quand elle avait cinq ou six ans. Et pourtant, Alicia connait son fils depuis vingt longues années, qu’elle a eu le temps de voir passer pour certains moments pénibles, comptant toujours cet énergumène évidemment.

« Ah ça … Les aléas de la vie. Une amie attend un heureux événement, il faut bien marquer le coup … . Si tu savais le nombre de choses étranges qu’on trouve dans ce magasin. La moitié des trucs, je ne savais même pas que ça existait. Tu connaissais le tire-lait toi ? Sur le coup, je croyais que c’était une pompe à … enfin, je trouvais bizarre que ce genre d’articles puissent trouver place dans une boutique d’accessoires pour bébé. »

Ne laissant ainsi pas sous-entendre qu’il pouvait être le père de cet enfant à naître - ni même sous-entendre qu’il n’était pas le père, subtile le gars -, Calvin ne rejetait en rien son bébé, c’était juste par mesure de sécurité. Dans ce monde, il a apprit à ses dépends, qu’on ne peut pas faire confiance à n’importe qui. Rares sont d’ailleurs les personnes en qui il a totalement confiance, en dehors de sa famille et de quelques privilégiés comme Wulfric, ainsi que Darren. Selon lui, ce n’était pas vraiment le moment d’annoncer qu’il était sur la voie le menant à la paternité, alors que porter le nom Rogue est loin d’être un bénéfice dans ce monde. Chez les Mangemorts, bon nombre de collègues de son paternel, n’attendraient que ça pour les enfoncer davantage et espérer avoir un moyen de pression supplémentaire sur le patriarche. Puis, si quelqu’un venait à apprendre que Calvin lui-même est un Anarchiste, ce bébé n’aurait même pas vu le jour qu’il serait déjà doublement en danger, tout comme le serait sa mère. Ne pouvant pas encore veiller à la sécurité de Jezabel - toujours scolarisée à Poudlard -, mieux vaut être prévoyant. Mine de rien, autant la petite rouquine que cet enfant qu’il ne connait pas encore, ont réussi l’impensable en franchissant le mur de béton qu’il avait pris soin de façonner autour de son coeur … .

N’empêche qu’il a vraiment cru que le tire-lait c’était une pompe à zizi. Par chance - ou peut-être pas pour lui -, intrigué, il avait retourné la boite pour voir une photo de ce que c’était censé faire. Sauf que maintenant, il trouvera moins d’attrait à mater le décolleté d’une femme, puisque pour le moment ça lui fait penser à des mamelles de bovin.

Le sujet s’orientant sur les fêtes de fin d’année, c’était vite fait que le fils des Rogue, s’était refait le résumé de toute cette mascarade. On peut dire que cette fin de millénaire aura marqué les esprits de toute cette famille. Frères et soeur s’étaient fait griller pour avoir donnés une fête improvisée. Un repas bizarroïde avait suivi quelques jours plus tard rassemblant plusieurs grandes dates en même temps - quel duo de radins le Monsieur et la Madame Rogue. Et la Nouvelle Année en cellule Moldue. Une véritable réussite, n’est-ce pas ? Toutefois, avant de répondre, il s’était également poussé un peu du chemin, évitant ainsi les bousculades des passants pressés.

« Aussi intéressantes que bizarres. J’ai passé la nuit du trente-et-un décembre au premier janvier dans une … prison Moldue. Je crois que j’ai placé la barre bien haute pour le pire réveillon qui puisse exister. Je me demande si quelqu’un est parvenu à faire plus pourri que ça en dehors de mes codétenus d’une nuit … . Et les tiennes ont été plus … normales ? »

Le retour de la question était tout à fait logique, c’est le but d’une conversation. Pourtant, il ne s’imaginait pas que c’était un sujet douloureux pour son interlocuteur. M’enfin, son regard s’accrocha sans le vouloir à la pancarte d’un nouveau pub Sorcier, ayant fraichement fleuri sur ce bon vieux Chemin de Traverse. L’étudiant en Magie Avancée n’avait pas encore trouvé le temps de le tester, c’était donc le moment ou jamais.

« Un verre, ça te dit ? … Y a un nouveau bar là-bas. Je sais pas ce que ça vaut, je n’y suis encore pas allé. »

L’endroit serait sûrement plus propice à la conversation que le milieu de cette rue, avec tous ses yeux et ses oreilles qui les dévisagent. ‘Fin les yeux les dévisagent, les oreilles les écoutent.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 13 Mai - 11:14
Invité
Les paroles de Calvin à propos de ce que l’on pouvait trouver dans un magasin de puériculture m’arrachèrent un sourire bien plus franc que celui qui avait déformé mes lèvres depuis notre rencontre. Je ne comprenais que trop bien ce qu’il voulait dire. Après tout, n’avais-je pas été sur le point de devenir père et n’avais-je pas eu à faire face à tout ce monde inconnu que je ne pensais connaître qu’à un âge plus avancé. Bien que maintenant, je regrettais de ne pas pouvoir entrer plus dans ce monde. Ma femme semblait elle bien décidé à retenter l’expérience au plus vite, mais je n’étais pas celui qui voulait se précipiter, même si j’avais envie en même temps de poursuivre dans le monde inconnu de la paternité et tout ce qui va avec. Je n’avais pourtant fait aucun commentaire sur les paroles de Calvin, préférant taire que j’avais eu le loisir de me rendre en des lieux similaires. J’acceptais sans sourciller son histoire, ne me doutant à aucun moment qu’il tentait de cacher la vérité et ne voulant rien en savoir de plus.

J’avais de moi-même orienté le sujet sur une conversation pas plus plaisante pour moi s’il venait à me renvoyer la question. Il était pourtant d’usage de poser ce genre de question si peu de temps après les fêtes et lorsqu’on croise quelqu’un avec qui on a des relations plutôt bonnes. Je n’oubliais pas la politesse que m’avait enseigné Ursula, je n’oubliais finalement que peu de ses enseignements. Calvin s’était écarté du chemin comme moi, ce qui nous évitait à tout deux les bousculades. Dire que j’étais en train de parler avec un enfant Rogue en pleine rue, je me mettais moi-même en danger. Si l’on me voyait faire une telle chose, je serais à coup sûr considéré comme le traître que j’allais devenir d’ici peu comme j’avais déjà pris ma décision. « Aussi intéressantes que bizarres. J’ai passé la nuit du trente-et-un décembre au premier janvier dans une … prison Moldue. Je crois que j’ai placé la barre bien haute pour le pire réveillon qui puisse exister. Je me demande si quelqu’un est parvenu à faire plus pourri que ça en dehors de mes codétenus d’une nuit … . Et les tiennes ont été plus … normales ? » J’eus presque envie de remercier Calvin de détourner mes pensées de ce qu’il pourrait m’arriver si on me voyait en pleine conversation avec lui. Je retins pourtant une grimace lorsqu’il me parla d’avoir fini en prison moldue pour la nouvelle année. Par contre, lorsqu’il me demanda si les miennes avaient été plus normales, j’eus envie de rire. Comment des fêtes pouvaient elles être normales avec un nom tel que Lestrange et une marque hideuse sur le bras. Les fêtes me semblaient bien trop loin, je ne voyais que l’état de santé de ma femme et plus rien n’avait d’importance. Les seules bonnes choses arrivées en cette fin d’année avaient sûrement été mon mariage et cette acceptation soudaine de ma future paternité. Aujourd’hui pourtant, je n’allais plus être père et ma femme, je ne voulais même pas penser à Mina pour le moment.

Il n’était pas temps pour moi de montrer à Calvin que dans ma vie privée, c’était la catastrophe. Ni même de laisser ne serait-ce qu’un minimum d’informations filtrer sur le fait que ma femme n’était pas en bonne santé. L’excuse officielle que je servais à tous était que ma femme ne se remettait pas de la perte soudaine de notre enfant et qu’elle avait besoin de repos et de solitude pour se remettre. Une façon comme une autre de cacher sa condition de mangemort et ce qu’il s’était passé en mission. « Un verre, ça te dit ? … Y a un nouveau bar là-bas. Je sais pas ce que ça vaut, je n’y suis encore pas allé. » Me proposa Rogue en me montrant un pub sur le chemin de Traverse qu’il assurait être nouveau. Je fis un léger signe de tête en guise d’accord avant de prendre la direction du bar. On passa la porte et la décoration n’avait rien d’extraordinaire, sans même demander son avis à mon compagnon, je pris place à une table se trouvant contre un mur et assez loin des tables déjà occupées. On vint prendre notre commande, je partis immédiatement sur une Whisky-Pur-Feu, je n’avais en fait bu que de whisky, de la vodka et du café depuis l’accident de ma femme. Une chance qu’avec mon passé en Russie, j’avais appris à tenir l’alcool, sinon je serais sûrement complètement saoul en permanence. « Pour les fêtes, je m’attendais à mieux pour de premières fêtes de fin d’année avec mon épouse. » Me contentais-je de dire alors que le serveur nous apportait déjà nos boissons. Je pris mon verre entre mes doigts, mais en le gardant posé sur la table, m’amusant simplement à faire tourner le liquide dans le verre en regardant le mouvement. Je me rendis soudain compte que je n’avais pas recroisé Calvin depuis que j’avais repris mon véritable nom et qu’il fallait bien que je lui dise qu’en fait, je ne me nommais pas Prewett mais bien Lestrange de mon nom de naissance. Voilà qu’il risquait fort de ne pas lui plaire, surtout quand on connaissait les relations entre ses parents et les miens. « Mon nom est Lestrange et non pas Prewett, j’ai choisi de reprendre mon véritable nom pour mon mariage. Je crois qu’il est plus sage pour moi de te prévenir que tu parles avec le fils du couple Lestrange. » Avouais-je à Calvin sans réellement cacher un certain dégoût lorsque les derniers mots avaient passés mes lèvres. C’est que depuis l’accident de Mina, je n’avais plus envie de voir aucun des deux, avant encore j’aurai pu le dire avec un peu plus de sympathie, ayant eu de bonnes relations avec mon père. Mon père ayant été un bon soutien pour mon mariage, ayant même accepté d’être mon témoin. Il avait en fait été un bon père depuis que j’étais revenu dans sa vie et nous avions réussi à créer des liens, si seulement il n’avait pas laissé tout cela arriver à ma femme. Si seulement il avait su protéger les membres de notre famille.

N’avais-je pas moi été là pour aider mon père à découvrir où les anarchistes retenaient ma mère ? Eiladora et moi n’avions nous pas tout fait pour qu’on puisse sauver notre mère en famille, entre Lestrange. Il avait déjà gâché les choses en allant demander l’aide du Lord au lieu de prendre les mains tendues de ses enfants, mais là, il m’avait fait perdre mon enfant et je ne savais toujours pas pour ma femme, c’était bien pour cela que je lui en voulais et lui en voudrais longtemps. Je retournais mon attention sur Calvin, cherchant une quelconque réaction de sa part face à l’annonce que j’étais un Lestrange et le fils des deux Lestrange les plus connus. Je finis par lever mon verre pour trinquer avec lui. « Trinquons à cette nouvelle année. » Proposais-je mais au fond de moi je pensais plus : « Trinquons à cette nouvelle année et qu’elle finisse mieux qu’elle a commencé. » Je cachais du mieux possible que l’année n’avait pas forcément bien été entamée pour moi. J’étais soulagé d’avoir croisé une connaissance, boire un verre allait sûrement avoir le bénéfice d’éloigner au moins un instant mes pensées de ma femme et Calvin se trouvait ne pas être de mauvaise compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1699
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Mai - 12:42



L'animosité n'est pas héréditaire
feat. Arcturus & Calvin
Les emplettes pour le bébé, étaient à présent loin de la conversation. Calvin a toujours été un mec secret dans le fond et il reste méfiant même de son entourage faut dire. Quand on voit ce que son cher père a été capable de faire à Edwin, mieux vaut se garder une réserve sur chaque personne que l’on croise. Surtout que par les temps qui courent, l’ami d’un jour peut très bien devenir l’ennemi du lendemain. Certains Sorciers sont tellement peu courageux, qu’ils n’hésiteraient pas à vendre père et mère pour sauver leur cul des problèmes. Pour le moment, il était beaucoup mieux - dans l’intérêt de bien des personnes - que le moins de monde possible soit au courant que la famille Rogue tend à s’agrandir.

La conversation tournant autour des fêtes de fin d’année, n’était pas plus glorieuse faut dire. Entre l’épisode de la prison et le reste, mieux valait envisager ne surtout pas être dans le coin pour les prochaines. Au moins, il ne semblait pas être le seul. Faisant le chemin pour entrer dans le nouveau pub et s’installer à une table en retrait des autres, il avait laissé son invité passer devant. Une habitude que Calvin avait également, sauf qu’à la différence, Arcturus choisissait le mur, alors que le tatoué prenait généralement côté fenêtre. Mais il n’allait pas se montrer pointilleux pour autant, s’installant sans prêter attention aux personnes attablées un peu plus loin. La serveuse était très vite arrivée et évidemment, Rogue s’empressa également de commander un Whisky-Pur-Feu. Disons que lui n’a jamais vécu en Russie, mais il a des gènes d’alcoolique - dont il ne se vante surtout pas - et il a un penchant plutôt inquiétant pour ce genre de boissons. C’est à ce moment-là que l’autre étudiant lui révéla que les fêtes n’avaient pas été géniales non plus. Il s’agissait pourtant des premières en compagnie de sa femme. Une légère moue était passée sur les traits de Calvin. Il avait encore bien du mal à réaliser que des gens de son âge, préféraient déjà se marier, avant d’avoir pris le temps de vivre. C’était bon à l’époque de leurs parents tout ça. Les temps ont changé, ils ont toute la vie devant eux pour se mettre la corde au cou et les menottes aux poignets. Toutefois, pour détendre l’atmosphère un petit sourire en coin, apparut sur ses lèvres.

« Les femmes c’est comme les pantalons, si tu ne les essaye pas avant d’officialiser, t’es dans la merde. A la seule différence que les pantalons, tu peux les jeter si ça ne va pas. »

C’était de l’humour … quoique c’est bien connu que les femmes peuvent parfois être agaçantes, surtout quand elles ont la bague au doigt et cherche à porter le calbar par la suite. M’enfin, après c’est un choix de vie et certains aiment le mariage, ainsi que tout ce que ça implique. Mais s’il y a bien un truc que Calvin ne fera sans doute jamais, c’est de se marier. Déjà qu’il va être père, il n’a pas vraiment envie de se sentir coincé, même si ce n’est pas dit qu’un jour, il peut avoir une petite copine de façon sérieuse. Mais pour lui, le mariage c’est le commencement de la fin.

Leurs verres arrivant sur la table, il avait saisi le sien également, et heureusement qu’il n’en avait pas encore pris une seule gorgée. Arcturus venait de lui faire une révélation pour les moins assommante. Sérieusement ? Rogue le regardait durant un instant, pour s’assurer qu’il n’était pas en train de se foutre de sa gueule. Puis ne voyant pas de sourire venir, mais plus une moue dégoutée, les yeux de Calvin s’étaient un instant noyés dans le contenu du récipient se trouvant encore entre ses doigts, sur la table. Si un jour, on lui avait dit que Bellatrix était maman, jamais il ne l’aurait cru. Déjà quand Drago parlait de sa tante, c’était toujours avec un poil de crainte, alors ses propres gosses avaient dû vivre l’enfer à ses côtés.

« On est pas responsable des agissements de nos parents et ce n’est pas à nous de porter leurs fardeaux. Pour avoir étudier à Poudlard, où mon père enseigne, je sais ce que c’est que de ne pas avoir le bon nom de famille. Mais si moi j’en suis conscient, c’est parce que j’ai vécu le poids qu’un patronyme peut représenter. Par contre, beaucoup d’autres personnes ne voient pas les choses de cette façon. T’es conscient qu’avoir repris ton vrai nom, risque d’être un frein dans ta future carrière ? En t’appelant Lestrange, tu ne risque pas de gagner la confiance de beaucoup de monde. »

Calvin et le restant de sa fratrie, ont bien mangé juste parce qu’ils s’appelaient Rogue. Il ne compte plus le nombre de fois, où il a regretté de ne pas avoir étudié à Poudlard sous le nom de sa mère. A présent adulte, il n’en avait plus rien à faire, puisqu’il n’était plus sur le lieu de travail de son père. Mais Lestrange, ce n’est pas seulement un endroit qui voit ce nom en horreur, c’est toute une communauté. C’est le monde magique dans son intégrité, qu’il s’agisse du sol Anglais, comme au-delà de l’océan. Ce nom est pire qu’une plaie. Mais si tel est son choix, pourtant le jeune Lestrange a plus l’air d’en être dégouté que ravi. Enfin, le fil de ses pensées se coupa dés qu’Arcturus reprit la parole pour trinquer. Levant son verre à la suite, il était temps de commencer une nouvelle vie avec cette nouvelle année. C’est ce que tout le monde croit généralement possible, même si ce n’est qu’une fichue habitude qui est vouée à l’échec. C’est juste la continuité du merdier de l’an passé.

« En espérant qu’elle ne soit pas la dernière. »

Ce n’était pas bien joyeux comme façon de trinquer, mais c’était la vérité. Par les temps qui courent, personne ne sait de quoi demain sera fait. Le musicien porta ensuite son verre à ses lèvres, pour en boire une gorgée, reposant après coup le récipient sur la table.

« Lestrange et Rogue … comment faire chier nos parents respectifs. »

Et le dire avec le sourire en plus, c’est que la situation s'avérait plutôt amusante tout bien réfléchie.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 22 Mai - 23:54
Invité
Je ne pus empêcher un léger sourire amusé de prendre place sur mes lèvres à sa comparaison des femmes avec les pantalons. Il n’avait pas complètement tort et des femmes, j’en avais eu plus que mon lot dans ma vie avant de me fiancer avec Mina. Mina avait juste été la seule à me résister, c’était même sûrement pour cette raison que j’en étais tombé amoureux et que j’avais choisi de l’épouser. Bien que je doive m’avouer que si je n’aimais pas tout en ma femme, j’avais toujours eu conscience que la femme parfaite n’existait pas. Mina a au moins pour elle le fait d’être capable de jouer la femme parfaite d’un homme politique. J’ai bien conscience qu’elle est très loin de ressembler au modèle de femmes que les sangs-purs épousent, elle est trop sauvage et c’est pour cela que j’ai choisi de l’épouser elle. J’avais pourtant bien le choix, vu le nombre de femmes ayant découvert mes talents et eu la chance de passer une nuit galante en ma charmante compagnie.

La compagnie de Rogue était plutôt plaisante, je devais me l’avouer, c’était loin de la mésentente de nos parents et je m’en fichais royalement. Je ne comptais plus plaire un jour à mes parents et j’avais même abandonné l’idée de ne serait-ce qu’intéresser ma mère, à la rigueur j’avais cru pouvoir avoir un vrai père, mais j’avais bien vu que ce n’était pas du tout le cas. Je ne répondis rien à ses mots, me contentant de poursuivre la conversation par le fameux aveu de ma véritable identité. Histoire que l’on sache tous les deux à qui nous étions en train de parler. Peut-être même que nous ayons tous les deux consciences que nos parents étaient très loin de s’entendre. Bien que je ne pouvais savoir si les Rogue parlaient de ce genre de chose avec leurs enfants. Je ne savais la discorde entre mes parents et les parents de mon camarade que par ma femme à la base. Je n’avais jamais été le plus intéressé des relations entre mangemort, du moins, avant d’en être un moi-même, maintenant, j’y prêtais un peu plus d’importance pour savoir à qui je ne pouvais pas du tout faire confiance et à qui je pouvais faire un minimum confiance. Je pus voir la tête de Calvin qui ne semblait pas du tout s’être attendu à une telle révélation de ma part, en même temps, je pouvais le comprendre, pas facile de se dire qu’on est en face du fils de mes parents. « On est pas responsable des agissements de nos parents et ce n’est pas à nous de porter leurs fardeaux. Pour avoir étudier à Poudlard, où mon père enseigne, je sais ce que c’est que de ne pas avoir le bon nom de famille. Mais si moi j’en suis conscient, c’est parce que j’ai vécu le poids qu’un patronyme peut représenter. Par contre, beaucoup d’autres personnes ne voient pas les choses de cette façon. T’es conscient qu’avoir repris ton vrai nom, risque d’être un frein dans ta future carrière ? En t’appelant Lestrange, tu ne risque pas de gagner la confiance de beaucoup de monde. » Me dit Calvin et j’eus un léger sourire calculateur à ses mots.

J’avais conscience que Lestrange ne jouerait pas en ma faveur, du moins chez beaucoup, je n’avais que les sangs-purs pour être de mon côté pour le moment, mais après cette guerre, si j’y survivais, peut-être aurais-je la chance d’être vu comme le fils de deux monstres qui n’est pas devenu comme ses parents. Après tout, je restais un Lestrange inconnu de tous, personne n’avait jamais réellement connu mon existence et cela jouerait sûrement en ma faveur dans ma carrière politique comme le fait que j’avais épousé une femme française, d’accord pure, mais d’origine française, à qui je laissais le droit d’exercer un métier, un métier très bien vu, la médicomagie. J’avais bien des choses jouant en ma faveur. J’étais, je devais l’avouer, heureux que Calvin ne l’ait pas mal pris, sinon je n’aurais pu profiter de ce verre en sa compagnie. Une chance pour moi que son nom ne soit pas plus facile à porter que le mien, il pouvait me comprendre, du moins un peu. Dans le fond, j’étais celui qui avait choisi de porter ce nom, là où lui le portait parce qu’il avait vécu toute sa vie avec ses parents. « Je sais que Lestrange n’est pas le meilleur nom à porter pour une carrière en politique. Pourtant étant un Lestrange inconnu de tous, je me dis qu’une part de la population sorcière me laissera peut-être le bénéfice du doute. Après tout, mes parents ont passés la plus grande partie de ma vie à Azkaban et même avant et après l’enfermement, je n’ai eu aucun contact avec eux. Je ne vivais même pas dans ce pays. » Remarquais-je à Calvin. Je savais qu’il n’en avait peut-être rien à faire. Je me disais qu’ayant vécu un peu une situation similaire avec son père, il serait peut-être plus à même de me dire si vraiment le bénéfice du doute existe, si vraiment on arrive à se dissocier des actes de ses parents. Si je pouvais avoir une expérience, même si elle n’était pas identique, c’était toujours bon à prendre.

Je continuais ma prise de ma parole pour trinquer avec mon camarade à cette année et sa réponse m’arracha un léger sourire crispé. « En espérant qu’elle ne soit pas la dernière. » Ce n’était pas du tout contre mon camarade. Puisqu’il n’avait dans le fond pas tout à fait tort, nous étions tous plus ou moins impliqués dans cette guerre. Cependant, j’avais déjà en cette année perdu un enfant et j’avais toujours peur de perdre ma femme. Je me forçais à changer de penser pour me concentrer sur mon verre. Il n’était pas temps d’avoir de noires pensées allant vers ma femme alors que je ferais bien mieux de profiter de l’instant présent avec la compagnie plaisante de Calvin. « Lestrange et Rogue … comment faire chier nos parents respectifs. » Un grand sourire presque sadique étira mes lèvres à ses mots. Je savais que c’était vraiment les bons mots qu’il venait de choisir, même si j’avais aussi parfaitement conscience que si on apprenait que je m’entendais avec lui, je n’allais sûrement pas avoir l’occasion de vivre très longtemps. Du moins, j’allais rapidement être considéré comme un traître. Le sourire ayant étiré mon visage ne le quitta pas, quand je me mis à imaginer la tête de ma mère face à un nouvel affront de son fils détester. Après, lui avoir pris sa précieuse Mina, je m’entendais avec le fils de ceux qu’elle voulait à tout prix accuser de traîtrise, de quoi me détester que plus. « On ne pouvait trouver mieux pour les faire chier, je pense. Je ne suis même pas certains que la famille Lestrange pourrait survivre à la réalité que tous les Rogue et les Lestrange ne sont pas forcés de se détester et de vouloir se tirer dans les pattes. » J’avais dit ça avec un petit sourire en coin. En même temps, j’imaginais surtout ma mère en train de me torturer pour le déshonneur de la famille. Quoi que dans les circonstances actuelles, mon père ne se ferait peut-être pas prier pour aider ma mère à me faire payer le fait qu’en plus de pas être le mangemort le plus fidèle, je pouvais m’entendre avec un fils de mangemort ne portant pas la marque. Du moins, n’ayant jamais vu Calvin a une réunion de mangemort, j’en déduisais qu’il ne l’était pas et il avait bien de la chance, parce que je n’aurais jamais choisi ce camp si j’avais réellement eu le choix.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1699
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Mai - 13:33



L'animosité n'est pas héréditaire
feat. Arcturus & Calvin
Un nom ne fait pas tout, c’est certain. Mais souvent les gens voient en un nom, tout le patrimoine génétique qui en découle. Beaucoup pensent que des parents exemplaires auront des enfants exemplaires et qu’à l’inverse, des monstres ne feront que des monstres. Ce n’est pas évident de pouvoir faire la part des choses. Mais quelque part, n’est-ce pas un peu vrai ? Calvin fait tout pour ne pas devenir comme son père et pourtant, à chaque fois qu’il voit sa mère, elle ne cesse de relever des traits de caractères similaires entre eux. Que ce soit de leurs agacements face au restant de la population, du cynisme dont ils sont capables et j’en passe et des meilleurs. Il faut voir la réalité en face, peu importe que nous soyons ou non élevés par nos parents, les gènes sont présents dés lors qu’il y a fécondation, soit avant même la venue au monde. Tout ce que les gens peuvent faire, c’est essayer d’être différents, mais c’est un combat sur la longueur. Calvin ayant un nom difficile à porter, sait bien que rien n’est impossible, encore faut-il s’en donner les moyens et ne pas marcher sur les pas des géniteurs. Chose qui n’est pas donnée à tout le monde et chose que le commun des mortels ne comprend pas forcément. Puis, c’est humain d’avoir peur d’un nom. Les Sorciers sont bien placés pour le savoir. N’est-ce pas eux qui craignent de prononcer Lord Voldemort ? Calvin ne voulait pas lui faire de fausses joies, mais il n’allait pas non plus démolir ses espérances.

« Tu sais, certaines personnes ont un petit pois à la place du cerveau. Ton connard de cousin par exemple, a grièvement blessé ma soeur du temps de Poudlard, juste parce qu’il s’appelait Black et elle Rogue. Malheureusement, dans notre monde, ce genre d’abrutis semblent être plus nombreux que les gens capables de réfléchir ne serait-ce qu’un minimum. Avec un nom comme le tien, tu vas en croiser beaucoup des débiles dans son genre, tu vas devoir t’accrocher. »

Après tout ce n’était pas faux. Les enfants des Maraudeurs - pas tous heureusement certains ont de la jugeote - s’étaient principalement attaqués à Selena juste à cause de son patronyme. Heureusement qu’elle avait du soutien et qu’il y avait des représailles, venant des Serpentards. Entre les fils Rogue, le fils Mulciber, les cousins Taylor et le fils Malefoy, sans compter bien d’autres de leurs camarades, il ne fallait pas s’attendre à ce que les choses restent impunies. Et quand bien même de l’eau a coulé sous les ponts, il y a certains trucs qui ne peuvent pas être simplement effacés. Rancunier ? Certainement et il le tient probablement de son propre père, à la différence qu’il ne met pas tous les porteurs d’un même nom dans le même sac.

Mais beaucoup agissent comme Severus l’a lui-même fait envers tous les descendants des Maraudeurs, même ceux qui ne demandaient rien. Si bien qu’après avoir trinqué, Calvin n’avait pas pu se retenir de jouer de l’ironie. Il est conscient de l’animosité qui règne entre leurs familles. Tout du moins, entre leurs parents respectifs. Il sait que sa mère s’est plus d’une fois retrouvée confrontée à Bellatrix et que cette même femme, jalouse Severus du fait qu’il n’ait pas encore été forcé de rallier ses enfants aux Mangemorts. Il y a cette tension persistante qui n’existe pas forcément avec la famille Malefoy, étant pourtant liée elle-aussi aux Lestrange.

« Ma mère est plutôt ouverte d’esprit là-dessus. Mais mon père par contre, il rejoindrait tes parents sur le sujet. Pour une fois, ils s’accorderaient peut-être tous sur un point. »

Oh il n’est pas loin de la vérité Calvin. Quand il se remémore toutes les fois où Rogue Sénior a prit à partie Harry - pourtant l’aîné de cette fratrie était loin d’être un emmerdeur de la trempe de son père - simplement parce qu’il s’appelait Potter, pour les Lestrange, il n’en serait pas différent. Et c’est ce qui peut être drôle au final.

« Et avec le restant de ta famille, c’est aussi tendu ? Dans ton malheur, tu as de la chance. En dehors de l’abruti d’Alexander, tu as Drago en guise de cousin. Il est cool Dray et lui non plus n’a pas de bol question père. »

Drago a toujours veillé sur Selena comme si c’était sa petite soeur et les jumeaux Rogue, gardaient toujours un oeil sur lui, comme s’il s’agissait de leur petit frère. Le pauvre, il n’a pas un monstre en guise de père, ni même un être froid. Ah non, son père à lui, c’est la plus grosse flipette que le monde ait porté. Même Narcissa est plus crédible que lui. Surtout que Narcissa serait capable du pire pour protéger son fils, contrairement à Lucius qui vend son unique enfant au Seigneur des Ténèbres pour se racheter une conduite.

Buvant une gorgée de son verre, il réfléchissait vite fait à la situation. Oh, il a des amis qui sont devenus Mangemorts sans même le vouloir, mais tous le tiennent au jus, sachant qu’il est Anarchiste. Tout comme parfois, Calvin tire le cul de l’un ou de l’autre, des problèmes, pour qu’ils n’aient pas à se faire châtier pour une mission échouée. C’est donnant-donnant quelque part.
by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 2 Juin - 11:33
Invité
J’avais parfaitement écouté les paroles que Calvin m’avait dit avant que nous trinquions concernant mon cousin, enfin Alexander et le fait qu’il avait été mauvais avec la fille Rogue simplement parce qu’elle était une Rogue. Et pourtant, je ne pouvais pas voir en Alexander quelqu’un de si mauvais que cela, après tout, il n’avait fait qu’agir de la façon dont on l’avait éduqué. Si j’avais grandi en compagnie de mes parents, jamais je n’aurais voulu approcher amicalement un Rogue et je ne serais sûrement pas là pour prendre un verre avec l’un des fils de Severus Rogue. J’avais cependant bien compris le fond de sa pensée, le monde sorcier a bien trop tendance à juger sur un nom. Ce qui n’a rien d’étonnant puisque lorsque l’on regarde un peu, c’est toujours les mêmes noms qui ressortent du bon et du mauvais côté, pour de bonnes ou de mauvaises actions. Les chiens ne font pas des chats. Cependant j’avais envie de croire que je pourrais avoir ma chance, puisque je n’ai pas pu vivre avec mes parents, puisqu’ils étaient à Azkaban, cela pourrait jouer en ma faveur. Bien que je sache que n’ayant jamais caché complètement mes idéaux, je m’exposais à voir des sorciers faire la relation : idéaux, Lestrange, mangemort. Cependant, j’avais bien choisi de prendre le risque et je verrais, je ferais de toute manière tout ce qu’il faut pour atteindre mon but et devenir Ministre de la magie. J’avais répondu à la remarque de Calvin sur le fait de faire chier nos parents simplement parce que nous étions capables d’avoir une conversation ne se limitant pas à des attaques verbales ou des envies de nous battre en duel. « Ma mère est plutôt ouverte d’esprit là-dessus. Mais mon père par contre, il rejoindrait tes parents sur le sujet. Pour une fois, ils s’accorderaient peut-être tous sur un point. » Mon sourire en dit long sur ce que je pensais de ces mots, nous venions de trouver un moyen de mettre en accord les Rogue et les Lestrange, c’était une chose assez exceptionnelle. Je notais pourtant dans un coin de mon esprit que Calvin venait de m’annoncer que sa mère était un peu plus ouverte que son père. J’avais appris que la mère Rogue était auror et c’était bon de savoir qu’elle était plus ouverte que d’autres.

Ce qu’il venait de me dire sur sa mère pourtant n’aurait pas été une bonne chose si j’avais eu vraiment l’envie de servir mon maître et de descendre les Rogue. Après tout Alicia n’étant pas mangemort mais participant aux réunions et les allégeances de son mari mises en doute par ma famille, j’aurais bien pu user les mots de leur fils pour les retourner contre eux. Je n’allais pourtant pas le faire, après tout, les Rogue ne me gênent pas plus que cela et je ne veux pas être bien vu par le Seigneur des Ténèbres, je me contente de le servir avec une fidélité toute relative afin de rester en vie et de protéger ma famille. En dehors de cela, rien ne me rattache réellement au seigneur des ténèbres et encore moins maintenant que ma femme est dans le coma et que j’ai perdu un enfant en partie par la faute du Seigneur des Ténèbres. « Et avec le restant de ta famille, c’est aussi tendu ? Dans ton malheur, tu as de la chance. En dehors de l’abruti d’Alexander, tu as Drago en guise de cousin. Il est cool Dray et lui non plus n’a pas de bol question père. » Je ne savais même pas trop quoi répondre à Calvin sur le sujet. C’est que les contacts avec le reste de ma famille, je n’en avais pas réellement beaucoup en dehors de ma sœur jumelle mais avec Eiladora nous avions grandis ensemble et nous étions inséparables, elle était et serait toujours ma moitié. Même avec Mina dans ma vie, Eiladora restait tout de même une partie de mon équilibre, elle restait ma jumelle. Je ne m’entendais pas trop mal avec Drago, mais c’était essentiellement parce que nous avions le même cursus d’étude. En étant un Lestrange caché, je n’avais pas réellement eu le loisir de connaître ma famille comme j’aurai pu le vouloir, même si je devais bien m’avouer que je n’en avais pas eu plus envie que ça. « Je n’ai pas eu beaucoup de contact avec ma famille. Je viens seulement de reprendre officiellement le nom de Lestrange et crois-moi, mes parents ont toujours fait leur maximum pour cacher mon existence. En dehors de ma famille française et de ma sœur, je ne peux pas dire que j’ai plus de relation que cela avec ma famille, que ce soit du côté Lestrane ou du côté des Black. » Affirmais-je à Calvin.

Ce n’était pas faux du tout, je n’avais pas eu de réels contacts avec quiconque de ma famille en dehors des français. Puisque de toute façon, mes parents voulaient absolument qu’Eiladora et moi restions cachés. En même temps, cela aurait été bien difficile pour eux d’avouer au bout d’une vingtaine d’années qu’ils avaient eu des jumeaux et qu’ils lui avaient cachés. Pour que la vérité éclate, il avait bien sur fallut que je tombe amoureux d’une mangemort qui plus est la protégée de ma mère qu’elle traitait comme une fille. Et voilà comment le fils devient plus le gendre que le fils de sa mère. C’était ironique dans le fond que je sois justement tombé amoureux de la seule femme que je n’aurais pas dû aimer. « N’as-tu point peur d’avouer à un Lestrange que ta mère est plus ouverte sur le sujet ? Alors que nos familles ne peuvent pas se voir ou du moins font des efforts simplement pour une question de servitude. » Dis-je à mon vis-à-vis mais mon sourire disait clairement que je n'étais pas sérieux. Après tout, que je sois un Lestrange ne voulait absolument pas dire que j’étais mangemort, quoi que Calvin pourrait très bien avoir des doutes. Son père étant mangemort, il devait bien connaître les façons de faire et le fait que les descendants finissent le plus souvent par avoir la marque sans le vouloir. Quoi que pour ma part, je m’étais présenté volontairement afin de protéger Mina, Eiladora et d’une certaine façon mes parents pour éviter que le Lord ne leur reproche en plus d’avoir aucun enfant se proposant pour prendre la marque. Je ne voulais en aucun cas laisser croire que les enfants Lestrange étaient des traîtres. Bien que mes pensées me conduisent de plus en plus vers la traîtrise depuis que j’avais appris la grossesse de ma femme et d’autant plus depuis qu’elle était dans le coma à cause d’une mission.

Je bus une gorgée de mon verre et je fus soudain frappé par les mots de Calvin à propos de mon oncle, Lucius Malefoy et de Drago n’ayant pas de bol avec son père. « Tu m’as parlé des Malefoy, plutôt de Drago et de son père, comme quoi il n’avait pas de bol. J’en conclus que tu connais assez bien mon cousin pour qu’il te parle de son père ? Je peux aussi en conclure que tu dois être bien plus proche de mon cousin que je ne le serais jamais. » J’étais un peu perdu, je ne m’étais jamais demandé quelles étaient les relations du reste de ma famille avec d’autres mangemorts ou même avec d’autres personnes. J’avais toujours vécu à distance des Malefoy et des autres membres de ma famille, qui s’avéraient être essentiellement des traîtres à l’exception de mon oncle Rabastan, mais du côté Black en dehors de Narcissa Malefoy et son fils, je n’avais pas de famille proche à ma connaissance. Je me demandais bien ce que Calvin pourrait me répondre par rapport à ses relations avec mon cousin. J’étais maintenant intrigué, je n’avais jamais fait de recherche pousser sur les relations possiblement positives entre un ou plusieurs Rogue et l’un ou plusieurs Malefoy. Je laissais mon regard se poser sur le Rogue face à moi alors que ma main tenait mon verre, j’hésitais à boire une autre gorgée, je voulais prendre mon temps pour boire ce verre. Je n’avais aucune motivation à rentrer chez moi pour retrouver mon manoir silencieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1699
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Juin - 14:05



L'animosité n'est pas héréditaire
feat. Arcturus & Calvin
Alicia devait être une sorte de sainte dans une autre vie. C’était la conclusion la plus plausible qui soit. Comment pouvait-elle simplement supporter tant de choses et garder le sourire malgré tout, alors que beaucoup péteraient un câble à la moindre broutille ? Calvin était conscient que sa mère était ouverte d’esprit, ne jugeant pas les gens sur un nom non plus. C’est d’ailleurs elle qui lui a appris à être comme ça, même si ça n’a pas toujours fonctionné faut dire. Mais c’était une bonne chose, surtout pour devoir côtoyer des Mangemorts à longueur de temps. On ne pouvait pas lui reprocher d’être capable de bosser avec des gens qu’elle ne porte pas dans son coeur tout de même ? C’était au moins, ce qui pouvait prouver sa loyauté quelque part, puisqu’elle est professionnelle. Ce point serait plus amène de peser en la faveur des Rogue et non en leur défaveur. Pour être la collègue du plus gros abruti que le monde porte, aka James Potter, sans jamais lui avoir explosé sa gueule de crâneur, elle peut être capable de travailler avec n’importe qui. Mais lorsque Calvin parlait de sa famille, il restait toujours discret sur sa relation avec son père. Il faut dire que ce n’est pas l’entente parfaite, ça ne l’a même jamais été et ça ne le deviendra sans doute jamais non plus. Trop de points d’ombre que le fils est incapable de pardonner au géniteur et pour cause, Severus a foiré sur toute la ligne avec lui. Mais c’est visiblement un moindre mal, puisqu’il se rendait compte que dans chaque famille, il y avait un tas d’emmerdes.

« C’est tout bénéf’ pour toi dans ce cas. Rien de plus qu’un patrimoine génétique, tu ne dois rien à personne. Tu n’as sûrement aucun compte à rendre à ta famille, qui ne s’est jamais occupée de toi. Au final, t’as bien plus de chance que tu peux le croire. Tu es libre de choisir ta route. »

Ce n’était pas faux quelque part, enfin le concernant, Calvin se montrait de plus en plus réticent avec sa propre famille. Il avait cette impression que quoiqu’il se passe, sa mère prenait toujours la défense de son père, sans jamais se mettre à la place de ses enfants. Quant au père, il n’en avait que le nom, brillant le plus souvent par son absence, sa froideur et son mutisme, ainsi que ses sales coups pour détruire l’aîné de la fratrie. Non c’est vrai, parfois, Calvin envisageait de couper les ponts, comme Edwin l’avait fait. Après tout, ce n’est pas comme si cet homme pourrait leur manquer, il n’a jamais rien fait pour eux et s’est toujours montré hermétique à chaque geste de ses fils envers lui.

La question tomba ensuite, concernant Alicia et un petit sourire amusé se dessina sur les lèvres de Calvin. Il est bien moins innocent et crédule qu’il veut le faire croire, mais c’est un bon comédien. Disons que sa chère maman n’a jamais hésité une seule seconde à leur dresser une petite liste des gens qu’elle croisait pendant les réunions, histoire que ses gamins se méfient de ceux qu’ils pouvaient rencontrer. Tout comme son meilleur ami d’ailleurs. Ce Rogue-là est donc parfaitement conscient que le mec en face de lui est un Mangemort, tout comme sa chère femme qui a tenté de lui soustraire des informations lorsqu’il était à l’hôpital. Mais en dehors de tout un tas de conneries, il n’a jamais laissé échapper ne serait-ce qu’une petite information sur son appartenance. Pourtant, il continue de faire comme si de rien n’était, après tout, certains Mangemorts sont enrôlés de force, comme Wulfric et Drago.

Pas bien difficile de faire semblant, il s’entraine à ce petit jeu-là depuis tout gamin. Et après tout ce n'était pas prémédité, il l’ignorait il y a encore quelques instants, puisque sa mère lui avait parlé du fils Lestrange, mais pas de Prewett. Arcturus venait de se vendre lui-même en lui révélant être le fameux descendant de Bellatrix et Rodolphus.

Sauf que là, en tant qu’Anarchiste et bon acteur, il continue de parfaire son rôle d’innocent, qui ne vit que pour la fête et la musique, faisant des études juste pour faire plaisir à ses parents. Mais croyez-le ou non, peut-être pas dans l’heure qui suit, prudence oblige, mais d’ici quelques jours, semaines peut-être ou voir moins, Darren aura tout un rapport sur cette petite entrevue. Parce que de toute façon, Darren Hellson sait toujours qui fréquente ses recrues. Il n’y a qu’à demander à Katlyna, la pauvre Médicomage en a faite les frais aussi. Personne ne sait comment il le fait, mais tout le monde s’accorde pour dire qu’il sait toujours tout sur tout. Il doit avoir un sixième, septième et peut-être même huitième sens. Il est partout et nul part à la fois, il est peut-être même caché sous leur table en ce moment-même. Mais l’intérêt d’envoyer Calvin dans ce genre de mission, bien que cette fois ce soit totalement par hasard, c’est qu’en tant qu’Occlumens averti, il bloque toujours toute intrusion dans sa petite tête. Il a été entrainé par l’un des meilleurs faut dire, et surtout, ensuite, il s’en servait pour lui cacher toutes ses conneries, ça aide.

Evidemment, la conversation se poursuivit vers les Malefoy puisqu’il avait été le premier à en parler. Les Rogue et les Malefoy se sont souvent côtoyés en dehors des réunions de Mangemorts. Les enfants ont pratiquement grandi ensemble, après tout Drago n’en est pas moins que le filleul de Severus et Lucius est le parrain de certains des enfants Rogue. Il y a plus que de l’amitié entre les deux familles.

« Avoir étudié dans la même école pendant six ans et surtout avoir partagé la même Salle Commune, ainsi que le Poudlard Express, ça renforce les liens. Mais Drago n’est pas le genre à se confier sur sa relation avec son père. Par contre, je les ai souvent croisé sur le Chemin de Traverse pour acheter les fournitures scolaires, ou encore lorsqu’il y avait des Tournois de Quidditch. Il ne se passait pas un seul instant, sans que la canne de Lucius ne vienne s’écraser dans l’estomac de son fils ou lui écrabouille les doigts. S’il subissait déjà ça en public, imagine dans l’intimité de leur manoir. »

Toutes les familles ont leur secret, c’est certain.
by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 16 Juin - 18:37
Invité
« Avoir étudié dans la même école pendant six ans et surtout avoir partagé la même Salle Commune, ainsi que le Poudlard Express, ça renforce les liens. Mais Drago n’est pas le genre à se confier sur sa relation avec son père. Par contre, je les ai souvent croisé sur le Chemin de Traverse pour acheter les fournitures scolaires, ou encore lorsqu’il y avait des Tournois de Quidditch. Il ne se passait pas un seul instant, sans que la canne de Lucius ne vienne s’écraser dans l’estomac de son fils ou lui écrabouille les doigts. S’il subissait déjà ça en public, imagine dans l’intimité de leur manoir. » Par les mots de Calvin, je venais d’en apprendre un peu plus sur mon cousin. C’est qu’avec Drago, je n’avais pas réellement de relation proche, pas plus qu’avec Lucius ou Narcissa, je devais bien l’avouer. Moins je côtoyais ma famille maternelle, mieux je me sentais. Je ne me sentais pas de réelles appartenances à leur famille, j’avais été élevé en étant un Prewett à l’extérieur, un Black par l’éducation et pour honorer le nom de Lestrange par-dessus tout. C’est vrai qu’à choisir, je préférais me tourner vers Rabastan que vers Lucius si j’avais envie d’un moment familial avec l’un de mes oncles. Bien que pour moi, la famille se limitait jusqu’à peu à ma sœur et mes parents, les autres je n’en avais que faire. J’étais pourtant maintenant un peu pensif sur les paroles de Calvin. J’avais eu l’information que Drago n’était devenu mangemort que parce que mon oncle Lucius avait malencontreusement perdu ses bijoux de famille au moment d’assumer ses actes. Je ne savais pourtant rien des motivations de Drago et je ne voulais surtout jamais lancer la conversation, il ne faudrait pas que l’on commence à douter de moi.

Dans le fond, je prenais tout de même note des paroles du jeune Rogue. Je me doutais avant même qu’il ne le dise que les deux avaient étudiés à Poudlard dans la même maison, après tout, rien d’étonnant au fait qu’un descendant des Black et des Malefoy soit à Serpentard, pas plus que le fils de Rogue, qui il me semble, je l’avais entendu se trouvait être le directeur de cette même maison dans l’école des sorciers. Après je ne voyais pas en quoi le fait de partager une salle commune avait pu rapprocher mon cousin de Calvin, mais je n’allais pas poser la question. Après tout, j’avais bien noué des relations avec des personnes comme Katlyna simplement pour des services rendus afin de m’éviter encore plus de retenue que ce que je faisais. Bon, je n’avais jamais eu en tête de rembourser à Katlyna les services rendus du temps de l’école et pourtant maintenant que nous vivions dans le même pays, je savais qu’un jour elle pourrait venir me demander un juste retour des choses. Tant que le jour ne serait arrivé, je ne voulais en aucun cas me préoccuper. Je bus une gorgée de mon verre en reportant mon regard sur Calvin. Ses paroles sur le fait que j’étais libre vis-à-vis de ma famille parce que mes parents ne m’avaient élevé me donnaient envie de rire. « La liberté n’est qu’une question de courage quand tu te nommes Lestrange dans l’atmosphère actuelle. Je ne peux être libre vis-à-vis de ma famille, plus maintenant que j’ai choisi de reprendre mon nom en révélant ainsi l’existence d’une descendance Lestrange. Cependant pourquoi me formaliser de choses qui je le savais finiraient par arriver. » Déclarais-je avec un sourire parfaitement neutre. Je savais très bien avoir dit sans le dire que je portais la marque. Je ne pouvais pas m’en cacher et je me doutais que vu son nom, il savait depuis le départ que j’avais cette chose hideuse sur le bras. Cependant, je la jouais finement, je ne laissais pas savoir si cela m’enchantait ou non de porter la marque, je laissais juste entendre que je savais depuis toujours que je finirais par la porter. De même que j’avais laissé volontairement entendre que ma liberté dépendait d’une dose de courage. Je savais qu’il pourrait interpréter cela comme il le voudrait. Je n’affirmais rien et je ne niais rien par mes paroles, je devais protéger mon opinion parce qu’il pouvait la donner à ses parents ou s’en servir contre moi s’il était d’un autre camp. Qui sait, avec un père espion et considéré comme un traître, il était fort possible que Calvin ait choisi un autre camp. J’en étais la preuve aussi, on pouvait être fils des lieutenants et choisir de trahir le maître par amour. Je me gardais bien de dire cela à Calvin. Je reportais mon attention sur le verre entre mes mains, remerciant mentalement Calvin de m’éloigner des idées noires que j’avais depuis l’accident de Mina. J’avais bien besoin de quelqu’un me changeant les idées et puis ça m’évitait de boire seul au manoir, puisque je passais tout de même un temps certain à boire ces derniers temps dans l’espoir de dormir un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1699
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Juin - 18:03



L'animosité n'est pas héréditaire
feat. Arcturus & Calvin
Parler de Drago et de la façon dont ils s'étaient rapprochés, c'était raviver de lointains souvenirs, aussi bons que mauvais. Poudlard, Poudlard, c'était encore la meilleure époque tout bien réfléchi. L'insouciance, les premières expériences dans tous les domaines et la seule chose qui importait, c'était de réussir ses études pour ne pas se faire démolir par les parents. Les guerres qui existaient, n'avaient rien d'un supplice, c'était des gamineries entre les différentes Maisons d'études, rien de plus.

Mais il se rend bien compte, qu'on passe notre vie à vouloir devenir grand, mais une fois que c'est fait, on donnerait père et mère, pour retourner quelques années en arrière. Et Calvin en était même pas songeur, c'était carrément de la nostalgie qui s'emparait de lui, alors qu'il se replongeait dans les meilleures années de sa vie. Les fêtes organisées par le Professeur Dumbledore, le village de Pré-Au-Lard, les fuites à travers le château pour se rendre à la tête de Sanglier, auprès du second Dumbledore. C'était tellement drôle rien que d'y penser. Mais à présent, tout va de travers, encore pire avec ce nouveau millénaire. Les choses ne font qu'aller de mal en pire et personne ne semble en être à l'abri. Partout où le fils Rogue regarde, plus rien ne va. Le couple si soudé que formaient ses parents, est en train d'éclater en morceaux et pour cause, le père de famille s'est conduit comme une merde à l'égard d'Edwin et de son enfant. Et Calvin n'a pas forcément envie de recroiser son chemin, pour lui, cet homme est mort. Pourtant le nom Rogue lui colle à la peau pire qu'un morpion. Il est connu pour être le fils de pire Professeur – doublé du pire père – que le monde n'ait eu le malheur de porter. Il n'y a de cela que sa mère qui en vaille le coup, sans quoi, voilà déjà longtemps que l'étudiant en magie avancée, aurait plié bagage pour un autre continent.

« Et donc malgré tout, tu es assez fou pour vouloir devenir politicien. Les costumes sur-mesures, les capes chiantes qui piquent, les dîners à rallonge où le moindre geste est épié. Tu ne peux même plus prendre le risque de faire tomber ta bouchée, sans que ça ne soit relégué dans les premières pages de chaque journal. Qu'est-ce qui t'intéresse là-dedans ? Laisse-moi deviner, la popularité ? Les filles ? Le pouvoir ? »

Ce n'était qu'humour, son sourire ne pouvait dire le contraire d'ailleurs. Puis bon, chacun son truc, lui ne se voyait pas tiré par quatre épingles, à prendre de lourdes décisions et se faire haïr par la plupart des Sorciers. Tout comme à l'inverse, Arcturus ne devait pas forcément se sentir à l'aise avec une guitare en main, devant des milliers de personnes magiques ou non.

« Tu vise le Ministère de Londres ou tu en as un autre dans le collimateur ? Changer d'air, d'horizon, ne t'intéresse pas ? »

Comme dit plus haut, Calvin a toujours rêvé de mettre un océan entre lui et l'Angleterre. A quoi bon rester dans un endroit qui ne nous plait pas et dans lequel, les attaches s'amoindrissent avec le temps ? Mais avant toute chose, les examens arrivant au galop, il compte bien les obtenir avant de s'en aller. Ensuite, plus rien ne le retiendra. Il prendra probablement petite-amie et enfant sous le bras, puis adieu la Reine d'Angleterre, le thé infâme, les biscuits trop secs et les culs serrés du coin.

Entre temps, Calvin s'était arrangé pour faire revenir la serveuse avec de nouvelles consommations. Lui également n'était pas contre un petit remontant. Quelques gouttes d'alcool ne peut faire de mal, puis il n'est plus à ça prêt, finissant par voir en la bouteille, une très bonne amie et alliée.

« Bon aller à nos futures réussites, si on ne finit pas alcooliques avant. »

Pour lui, c'est déjà limite trop tard, d'ailleurs aussitôt, il avala une gorgée de son breuvage. C'est fou, plus ça va et plus il lui en faut pour que ça fasse effet.

« Je vais te faire une confidence. Après les études, je mets les voiles. Je quitte le pays et même le continent. Loin des yeux, loin du cœur comme on dit. Il y a trop de choses et de personnes néfastes dans le coin, pour que j'y reste plus longtemps. »

Par-là, il ne parlait même pas des Mangemorts, c'est drôle tout de même. Ses pensées allaient directement vers son père. Si Edwin lui pardonne un jour, Calvin ne le fera pas. On ne touche pas à sa moitié et c'est ce que représente son frère jumeau à ses yeux. Pourtant, même s'il avait pris de bonnes résolutions en ne voulant pas montrer sa rancoeur à l'égard de son père, peu à peu la conversation et l'alcool, finissent par le pousser de ce côté là.

« Et une fois dans un endroit où personne ne me connait, je change de nom. En fait, je fais tout le contraire de toi. »

Ce n'est pas toujours évident de percer le mystère de son interlocuteur et là, en l’occurrence, Calvin avait déconnecté. Il ne cherchait même plus à le piéger, se contentent d'essayer d'oublier un minimum toutes ses emmerdes.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 3 Juil - 11:41
Invité
« Et donc malgré tout, tu es assez fou pour vouloir devenir politicien. Les costumes sur-mesures, les capes chiantes qui piquent, les dîners à rallonge où le moindre geste est épié. Tu ne peux même plus prendre le risque de faire tomber ta bouchée, sans que ça ne soit relégué dans les premières pages de chaque journal. Qu'est-ce qui t'intéresse là-dedans ? Laisse-moi deviner, la popularité ? Les filles ? Le pouvoir ? » J’avais bien senti la pointe d’humour dans les paroles de Calvin, mais dans le fond, je ne cherchais que cela à la base, le pouvoir, le fait de diriger. Je voulais être le meilleur parce que je suis le meilleur et je suis le plus apte à donner mes idées et à les mettre en place pour le plus grand nombre. Je veux avoir de l’importance mais au fond, j’y avais aussi vu toutes les filles que je pourrais me faire en accédant à cette place, mais les sang-pures, le tour en est vite fait et c’était avant de rencontrer ma femme, puisque je ne désire personne d’autre que Mina. Je ne veux salir son honneur. Une part de moi désire également cette place de ministre depuis l’enfance pour faire la fierté de mes parents.

Après tout, je ne suis toujours encore qu’un enfant malgré mon âge, je cherche l’approbation de mes parents dans mes actes. Bien que je sache aujourd’hui que jamais je ne l’aurais étant en train de trahir mon nom, les miens et mon sang dans mes actions. Jamais mes parents ne seront fiers si je deviens ministre de la magie. M’enfin je n’allais pas avouer cela à Calvin, je ne voulais m’étendre sur le fait que je cherche l’approbation des lieutenants du Seigneur des Ténèbres alors que jamais je ne conviendrais à leurs attentes. « Tu vise le Ministère de Londres ou tu en as un autre dans le collimateur ? Changer d'air, d'horizon, ne t'intéresse pas ? » Je lui fis un grand sourire à ces mots. C’est que Calvin n’a pas conscience que le côté changement d’horizon, je le connais que trop bien. Après tout, je suis né ici, j’ai vécu très longtemps en Russie, avant de m’échapper en France pour survivre et finir par revenir en Angleterre en cherchant à avoir ma famille parfaite et idyllique. M’enfin, je n’ai même pas la réponse à sa question. Je vise le ministère anglais pour le moment, parce que la guerre n’est pas finie et que je sais qu’avant la fin de la guerre je ne pourrais partir à cause de la marque sur mon bras. Après je n’aurais rien contre quitter le pays pour aller m’installer en France avec Mina et tenter ma chance dans ce pays qui se montrera peut-être plus accueillant envers ma personne et mes origines.

La serveuse avait apporté de nouvelles consommations et je n’avais rien contre cela, bien que je devrais un peu ralentir ma consommation qui est en grande augmentation depuis l’accident de Mina, mais c’est ce qui m’aide à survivre et à dormir surtout. « Bon aller à nos futures réussites, si on ne finit pas alcooliques avant. » Un petit rire venant du cœur m’échappa à ses paroles alors que je levais mon verre pour le mener à mes lèvres et boire une longue gorgée. N’avions nous pas déjà un petit quelque chose d’alcoolique lui et moi. Et dire que même avant l’accident de Mina, je ne pouvais pas passer une journée sans alcool en commençant avec le café du matin, par mon mélange personnel franco-russe. « Je vais te faire une confidence. Après les études, je mets les voiles. Je quitte le pays et même le continent. Loin des yeux, loin du cœur comme on dit. Il y a trop de choses et de personnes néfastes dans le coin, pour que j'y reste plus longtemps. » J’eus un léger sourire à ses mots. C’était fou comme je pouvais comprendre ce qu’il voulait dire et en même temps ne pas comprendre comment il pouvait vouloir faire cela. Après tout, j’avais depuis l’enfance eu comme but ultime de retrouver une vie de famille normale avec mes parents et c’est ce qui m’avait conduit à revenir dans le pays en pleine guerre. Et lui me disait vouloir mettre les voiles au plus vite. Alors que moi, je venais du continent, j’y avais vécu toute ma vie si l’on veut, pour ne venir me perdre sur cette île état que depuis peu. « Et une fois dans un endroit où personne ne me connait, je change de nom. En fait, je fais tout le contraire de toi. » C’est vrai que Calvin n’avait pas tort, il allait sûrement faire tout l’inverse de moi et il avait sûrement de bonnes raisons d’agir ainsi. Je ne regrettais pas mes actes et peut-être que lui ne regretterait pas dans le futur d’avoir changé de nom. Pour ma part, le nom de Prewett n’avait jamais été un réel poids, mais on m’avait toujours dit que j’étais un Lestrange. J’ai aujourd’hui l’envie de montrer qu’on peut être le fils de deux personnes étant monstrueuses sans être comme eux, même en ayant les mêmes croyances de bases. Bon, il me faudra cacher mon attirance pour le sang et la torture, mais cela est tout à fait envisageable, je pourrais bien cacher mes vices au monde, tant d’autres parviennent à le faire.

Je pris une nouvelle gorgée de mon verre avant de poser mon regard sur Calvin. « J’aime donner les ordres mais pas les recevoir. Ainsi le poste de ministre est fait pour moi, je décide les autres exécutent. Et j’aime la politique, je suis passionné par mes études. Je pense déjà commencer par exercer ici, je ne quitterais sûrement pas le pays avant la fin de la guerre, du moins, on ne me permettra pas de quitter le pays en vie, puisque malencontreusement porter le nom de Lestrange n’est pas forcément un avantage quand on souhaite un minimum de liberté. Cela étant, ma femme étant française et comme j’ai vécu en France, je me dis qu’aller tenter ma chance en France n’est pas une mauvaise chose et j’aurais sûrement moins de problème d’apriori concernant mon ascendance. » Avoualsi-je à Calvin pour ce qui pouvait concernait mon avenir politique tout en lui laissant ouvertement savoir que je portais la marque. Je n’étais pas le dernier des idiots, même s’il n’a pas la marque, il reste un Rogue et doit avoir parfaitement conscience que je suis marqué ou que le Lord ne laisserait pas un fils de mangemort surtout dans ma position ne pas prendre la marque. « Je ne vais pas te juger sur tes désirs de partir Calvin, je suis assez mal placé. Je vois bien que tu veux faire ta vie à l’inverse de la mienne. L’herbe n’est pas plus verte chez le voisin. Tu rencontreras d’autres problèmes. Pour ton désir de quitter le nom de Rogue, ne penses-tu pas que le fait d’être un Rogue fait de toi ce que tu es ? Tu as sûrement subi l’image de ton père, je n’en sais que peu sur lui, je dois bien te l’avouer. Cependant, cela a fait de toi celui que tu es. Je ne sais que trop bien, on m’a toujours dit tu es un Lestrange, mais pour le monde, tu es un Prewett, tu es un orphelin n’ayant que sa jumelle et qui a été accueilli par de la famille éloignée » Expliquais-je à Calvin. Je ne voulais pas du tout lui faire changer d’avis. Je voulais juste le mettre en garde, qu’il réfléchisse bien à ses actes avant de les faire. Je ne me mordais que trop les doigts pour certaines de mes décisions. Je savais que même si une décision semble logique et bonne à un instant T, elle ne l’est pas forcément à un instant T+1 ou bien plus loin. Je me contentais de finir mon verre en fixant toujours Calvin dans les yeux. C’était à lui de choisir comment il allait faire sa vie et je ne pouvais pas lui dire qu’il faisait un mauvais choix après tout, je pensais aussi déjà à possiblement quitter le pays avec Mina après la guerre pour ne pas être montré du doigt comme le fils des Lestrange.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1699
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Juil - 17:08



L'animosité n'est pas héréditaire
feat. Arcturus & Calvin
Le plus gros problème de Calvin, c’est ce rapport difficile qu’il a toujours eu avec l’autorité. Peu de personnes ont su dompter l’énergumène. Peut-être même que ça n’existe pas dans ce bas monde. Ses parents ont souvent baissé les bras ou marchandé avec lui, pour qu’il coopère ne serait-ce qu’un petit peu. Et en grandissant, ça ne s’est pas amélioré pour autant. Il y a eu Poudlard où même Dumbledore a souvent dû changer de tactique pour amadouer le petit rebelle qu’il était. Le jeune frère du vieil homme n’a pas été mieux loti, lorsque le second fils Rogue venait boire un verre dans son pub crasseux. Il lui était visiblement déconcertant d’avoir à faire à un élève de l’école de magie, qui ne le craignait pas, mais faisait souvent preuve de boutades à son égard. Puis ensuite, avec l’âge, l’Université Magique de Londres est arrivée dans sa vie, mais là encore, personne n’a réussi à obtenir ne serait-ce qu’un peu d’obéissance venant du jeune homme. Et aujourd’hui, Anarchiste. Pourtant, toujours pas décidé à obéir sans broncher. Mais ils se sont plutôt bien trouvés Darren et lui, avec leurs caractères plus que similaires. Au moins, ils ne peuvent pas faire d’erreur l’un envers l’autre, puisqu’ils ont la même façon de réagir.

Mais en parlant avec Arcturus, Calvin se rendait compte qu’ils avaient plus de points en commun qu’il ne l’aurait vraiment cru. Leurs aversions à l’idée de recevoir des ordres. C’était assez drôle de voir que sur ce point, il avait la même vision des choses. Par contre, la différence notable entre les deux étudiants, c’est que le musicien n’aurait pas eu la patience d’entreprendre des études en politique. Le côté théorique de la matière est bien trop important et dévorer des livres à longueur de temps, ce n’est vraiment pas son truc, ne tenant absolument pas de ses parents sur ce point. Mais les voies qu’ils empruntaient l’un et l’autre, pourtant si différentes, pouvaient toutefois leur permettre de voyager. L’un pour travailler dans un autre Ministère de la Magie et l’autre pour sa musique. Partir ailleurs ou plutôt fuir une réalité trop pesante. Comme le disait Arcturus, dans un autre pays, comme la France, il serait moins jugé sur son ascendance, même si les Lestrange sont mondialement connus, l’Angleterre en parle beaucoup plus qu’au-delà les frontières. Finalement, c’était la même chose pour Calvin, fuir son propre nom et aussi ce que ça peut inclure. Rogue père est un Mangemort, le Lord ne restera pas indéfiniment tranquillement dans son coin. Un jour ou l’autre, il réclamera la descendance du Directeur des Serpentards, dans ses rangs.

« La France, prêt à revêtir le béret et manger des escargots ? Mais il parait que c’est un beau pays. Il pleut un peu moins souvent qu’en Angleterre en fonction de la région, c’est déjà ça de pris … Tu as la chance de bien connaitre l'endroit, puisque tu y as vécu. Je n’ai fais que voyager, tout du moins à travers toute l’Europe, mais pour de courtes périodes, sans jamais me poser réellement ici ou là. Sauter le pas, au moins une fois, je pense que ça peut être pas mal. »

Quelque part, Arcturus n’avait pas tord, Calvin s’est construit d’une certaine façon grâce - ou à cause - de son nom. Le lien entre le père et le fils n’a jamais été terrible, il faut être honnête, Severus n’a vraiment rien de paternel. Il est aussi froid avec ses enfants, qu’il ne l’est avec ses élèves. Souvent, Calvin n’avait l’impression de n’être qu’un élève à plein temps, aux yeux de son géniteur. Rien de plus. Il ne fallait pas compter sur le Professeur de Défenses contre les Forces du Mal pour passer du temps avec ses gamins juste par envie. Il donnait toujours l’impression d’y être forcé, de créer une barrière entre eux et lui. En fait, il semblait n’avoir jamais désiré créer une descendance, mais la subir. C’est ça, dans le fond, il subissait son rôle de père et c’est ce qui a détérioré, à petits feux, son image aux yeux de son second fils.

Mais Calvin a ramé pendant des années. On ne peut pas dire qu’il n’a pas fait le premier pas, plus d’une fois. Pourtant, rien n’y a fait, pas même son dernier hibou, remontant quand même au début du mois de Décembre. Alors maintenant qu’il s’apprête à être père lui-même, il ne compte pas reproduire les erreurs du sien. L’éloignement pourra lui offrir l’opportunité d’un nouveau départ. Briser les chaines, pour écrire une nouvelle histoire. Ca implique de partir, de laisser le reste derrière lui. Le passé restera toujours passé, mais c’est à la nouvelle génération d’écrire l’avenir et non de le subir. Pour la guerre ? Et bien, Calvin s’y voit pas le bout. Ca n’en finira jamais. L’Elu a toujours été un boulet maladroit, le monde ne peut pas compter sur lui pour se débarrasser de Voldemort. Le plus ironiquement triste, c’est que Neville est apparemment le seul pouvant mettre un terme à l’existence du Seigneur des Ténèbres. La bonne blague.

« Je n’idéalise pas un autre pays en fait. Tu as raison sur une chose, c’est que j’ai subi le nom de mon père et c’est ce qui a fait ce que je suis aujourd’hui. Aussitôt loin que je sois capable de m’en souvenir, j’ai toujours mis un point d’honneur à faire tout l’inverse de ce qu’il faisait. Il aime s’enfermer dans une pièce pour lire des livres à longueur de temps ? Moi, j’ai une sainte horreur des bouquins en général, ne trouvant qu’un certain intérêt dans les encyclopédies cela-dit, parce que je suis sûr qu’on peut assommer quelqu’un facilement avec … On est jamais satisfait de ce que l’on a au final. Mais maintenant, il faut passer à autre chose. Quitter l’Angleterre est surtout comme un moyen de reprendre une vie à zéro, bien que ça ne sera jamais le cas. On sait tous les deux, que même l’autre bout du monde, c’est la porte d’à côté pour les Sorciers. »

Il leur suffit de transplaner pour se retrouver où ils veulent. Pas besoin de prendre une voiture, un ferry ou encore un avion, rien de tout ça. Juste quelques secondes et le trajet est fait. C’est un point fort, comme un véritable fardeau parfois.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Les djinns
» Meilleur couple némésis (haine/animosité)
» L'animosité du Lion face à l'émotivité du Geek
» Kekkai Genkai » Héréditaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: