RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une matière aussi puissante que dangereuse

avatar
Ardal Ødegård
Professeur de Métamorphose et Directeur des Gryffondors
Âge du personnage : 30 ans
Nombre de messages : 99
Célébrité sur l'avatar : Colin Donnell
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Mai - 14:23
Une matière aussi puissante que dangereuse
La salle de métamorphose était restée inchangée malgré le départ de Minerva McGonagall. Cette pièce avait toute une histoire pour Ardal. L’ancienne Directrice de la Maison Gryffondor l’avait beaucoup aidé pour apprendre à contrôler son don de Métamorphomagie. Il y avait passé de longues heures et il est bien placé pour savoir que le changement peut perdre les gens. Le Norvégien avait tout mit en oeuvre pour que les élèves ne soient pas trop déstabilisés et ça passait par la salle qui restait exactement comme elle l’avait toujours été. De grandes cages disposées le long des murs, le bureau de l’enseignant dans le fond et les tables doubles en son centre. C’était l’une des innombrables raisons qui avaient poussé Minerva a proposé Ardal comme remplaçant.

La nuit tombait vite sur ce coin du globe. Le printemps avait encore du mal à réellement s’installer et souvent le temps orageux assombrissait encore un peu plus les soirées. Le Directeur de la Maison Gryffondor déambulait entre les tables, déposant des exemplaires du Manuel de Métamorphose Avancée sur les pupitres. La journée était terminée et les cours officiels également, mais pour donner un coup de main aux élèves, il avait proposé de leur donner des cours supplémentaires. Il n’y avait pas de sujet imposé, il ferait au cas par cas, en réexpliquant des leçons qui n’auraient pas été comprises. La Métamorphose est une des magies les plus dangereuses, mais aussi des plus complexes. Ardal ne vise pas seulement les élèves qui ont les examens en fin d’année, pour lui les Buse et Aspic ne sont qu’un détail, sa matière sera utilisée par beaucoup une fois qu’ils auront quitté Poudlard. Il ne peut pas les laisser s’en servir à tord et à travers, ni sans qu’ils ne soient parfaitement formés pour.

Sur le panneau d’affichage dans le Hall de l’école, le Norvégien avait laissé une affiche stipulant que peu importe le niveau, l’âge et la Maison d’études, tout le monde était le bienvenue, même les surveillants s’ils ont besoin de revoir quelques cours. La plupart des Surveillants sont d’anciens élèves qui étaient présents lors du Huit Clos. Cette période dénuée de cours dispensés par un adulte leur avait sûrement été préjudiciable. Et c’était aussi une bonne tactique pour enterrer la hache de guerre entre ceux-ci et les élèves, qui les voient surtout comme des traites à la botte de la Directrice du château magique.

Il s’était assis derrière le bureau où un tas de parchemins n’attendait plus que d’être corrigé. Peut-être n’aurait-il aucun élève ce soir ou des tas. Dans le doute, il s’était prévu de quoi passer le temps en attendant l’arrivée des jeunes gens. La porte de la Salle de Métamorphose était restée ouverte pour inciter les gamins à y entrer et ne pas prendre peur d’arriver en retard. Les premiers minois ne s’étaient pas fait attendre. La plupart étaient même en avance sur l’horaire, mais ce n’était pas fait pour déplaire au Professeur qui les accueillait avec le sourire.

« N’ayez pas peur, entrez. Je n’ai encore dévoré aucun élève et j’ai bien diné tout à l’heure. »

Il y avait notamment des premières années certainement un peu perdus avec tous les changements dont ils étaient témoins depuis la rentrée de Septembre. Les changements, mais aussi les histoires qui parcouraient les murs de cette école. La Nuit Rouge était encore sur beaucoup de lèvres, mais les plus jeunes n’en avaient pas été témoins. Ils devaient se sentir un peu à l’écart, tout comme ils n’avaient pas eu la chance de connaitre Poudlard à la grande époque du Professeur Dumbledore. A ce moment-là le château magique portait bien son nom. Il y avait cette atmosphère familiale, chaleureuse, mais aussi cette sensation de sécurité, qu’Albus était le seul à pouvoir faire régner au sein de son école.
© Nalex


It feels like a good a time as any to bring it back.Do you remember what you told me? It takes a monster to kill a monster.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zakaria Taylor
Septième année
Âge du personnage : 16 ans
Nombre de messages : 457
Célébrité sur l'avatar : Cody Christian
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Mai - 13:13

Une matière aussi puissante que dangereuse

“La vengeance est un plat qui se mange froid et qui demande une très longue préparation.”

Ardal, Zakaria & ?

Quelques heures plus tôt, j’étais passé par la hall du château et mon regard s’était aussitôt attardé sur une affiche. Le Professeur de Métamorphose au nom quasiment imprononçable, donnait un cours de soutien pour les élèves et surveillants désireux de revoir des cours non acquis. J’aime bien cette matière et depuis que le Professeur McGonagall a prit sa retraite, nous avons un petit coup de jeune en la personne de ce nouveau Professeur. Même s’il est le Directeur de la Maison Gryffondor, j’admet qu’il fait partie des enseignants que j’apprécie. Il a une façon plutôt dynamique de nous donner cours que je ne vois jamais le temps passer, contrairement à bien d’autres matières qui me sont très pénibles à suivre.

Dans le fond, je n’aurais même pas besoin de m’y rendre, j’ai de très bons résultats dans ce cours généralement, mais je sais que notre Professeur ne m’enverra pas balader si je m’y rend. En plus, ça me permettrait de croiser mon frère qui lui, en aurait bien besoin le pauvre. Après dîner, j’étais reparti en Salle Commune de Serpentard et comme nous le faisions depuis l’intrusion de l’autre dingue de Prof, nous balancions quelques sortilèges très amusants pour quiconque entrerait sans faire partie de notre Maison. J’avais contacté mon cousin d’ailleurs, Calvin étudiant la Magie Avancée, m’avait apprit des sortilèges de sa propre invention, tout aussi drôles que dangereux et humiliants. Sortilèges que je comptais bien apprendre à mes camarades verts et argents, mais dans un lieu plus sûr que Poudlard.

Je délaissais mon sac sur mon lit, dans mon dortoir et je me défaisais de mon uniforme, pour enfiler des vêtements plus normaux. Le cours n’ayant rien d’officiel, je n’avais pas besoin de garder l’accoutrement obligatoire des lieux. Je n’emportais pas non plus d’affaires, me doutant que notre Professeur ne comptait pas nous donner des devoirs. Au pire, en cas de prise de note, je taxerai une plume et un parchemin à l’un des autres élèves présents. J’étais vêtu simplement d’un jean noir et d’un pull à capuche, loin de la chemise blanche et de la cravate réglementaire. Tout comme ma paire de rangers n’avait scrupuleusement rien à voir avec les chaussures que nous sommes forcés de porter tous les jours. Je sortais de la Salle Commune dont le mot de passe avait été changé dans le plus grand des secrets. De toute façon, ce n’est jamais le même, il change tous les quinze jours, mais à présent, nous nous débrouillons pour contrer les adultes en le modifiant par nos soins. Et que personne ne vienne nous dire que nous enfreignons le règlement, c’est pas nous qui avons commencé à prendre assez nos aises, pour croire que nous étions au-dessus des lois de Poudlard.

En chemin, je croisais le Baron Sanglant que je saluais poliment, avant de remonter les escaliers pour me rendre dans la salle de Métamorphose. Il y avait quelques élèves qui arrivaient timidement, des premières années mais pas seulement. Je pénétrais à mon tour dans la classe, observant les personnes déjà présentes.

« Bonsoir Professeur. »

Je repérais une table vide et je m’y installais. Il s’agissait de table double et j’espérais garder la place à mes côtés pour mon frère. En plus du cours dont il doit avoir grand besoin, je tenais à avoir une petite conversation avec lui, sans que son surveillant ne soit dans nos pattes. C’était le moment parfait pour le faire. Bien installé, j’attrapais le manuel de métamorphose avancée se trouvant sur ma table et je commençais à le feuilleter, le temps que le brouhaha des arrivées ne se calme. Ce n’est que lorsque le Professeur se rapprocha pour savoir sur quelle leçon j’étais en difficulté, j’entrepris de sourire comme un parfait élève modèle que je ne suis pas vraiment dans les autres matières.

« J’aimerais revoir le sortilège Draconifors s’il vous plait. Il m’intéresse d’autant plus que mon père est un dresseur de Dragons. Et je voudrais savoir comment il est possible de l’améliorer ? »

Il est toujours très intéressant d’améliorer un sortilège pour le mettre ensuite à sa sauce. Puis, le temps que notre Professeur de Métamorphose finisse par faire le tour de la classe et des élèves présents, je n’avais de cesse de tourner la tête en direction de la porte. J’espère que Wolfgang va venir, c’est ma seule chance de pouvoir trouver avec lui, un moyen de réunir tous les étudiants de la Maison Serpentard dans un endroit sûr. Puisqu’à présent, les verts et argents n’ont plus seulement un ennemi dans cette école, mais deux, il faut se retrouver là où leurs sales oreilles ne trainent pas. Dans le pire des cas, si Hikkins nous chope, grand mal nous fasse, elle convoquera nos parents. Et s’il s’agit de Todd, je n’ai plus rien à gagner dans cette école, je me ferais un plaisir de protéger mes camarades en la faisant taire à jamais. Un surveillant a déjà trouvé la mort, même si ce n’était pas le but de la manoeuvre, mais avec cette pimbêche qui se prend pour la plus belle, ce ne sera pas un hasard si je balance un sortilège impardonnable sur sa petite personne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wolfgang Taylor
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 386
Célébrité sur l'avatar : Dylan Sprayberry
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Mai - 11:28


Une matière aussi puissante que dangereuse
Cours de soutien commun
« AH ! ALICE REGARDE !!!! »

Pour la petite histoire, Alice est ma nouvelle surveillante. Hikkins devait vouloir la punir il faut croire, mais elle faisait tout l’inverse. Mon premier surveillant a malencontreusement trouvé la mort. Le second a piqué une colère dans le Hall, après avoir picolé aux Trois Balais. Il était devenu dépressif par ma faute d’après ce qu’il disait. Alors la Directrice n’avait pas eu le choix que de m’attribuer pour nounou, la chef des surveillants de Poudlard. Mais si je gueulais comme un putois pour interpeler Alice, c’était uniquement pour lui montrer le tableau d’affichage que je pointais du doigt.

« Regarde ! Le Professeur Odrga…Eu..degr..ad…Odreg..arde… Le Prof de Meta, donne un cours supplémentaire ce soir. Il faut vraiment que je m’y rende pour améliorer mes notes toutes pourries. »

J’avais reçu l’autorisation de m’y rendre, j’en étais bien content. Après avoir pris un bon dîner bien copieux, je m’étais aussitôt dirigé vers mon dortoir pour déposer toutes mes affaires. Me changeant, je n’attrapais qu’une cape chaude que j’installais sur mes épaules. Mon sac de cours, je l’avais vidé, ne prenant que de quoi écrire. Je n’allais pas m’encombrer de nos dernières leçons, ni de mon manuel. Le Professeur devait déjà avoir tout prévu. En sortant de mon dortoir, j’attendais Alice pour qu’elle m’accompagne jusqu’à la salle de Métamorphose. Il y avait déjà du monde dans le couloir, s’y rendant sûrement. J’espérais qu’il y aurait encore de la place et que les élèves arrivés en dernier, ne seraient pas renvoyer dans leurs dortoirs. J’ai mes buse à la fin de l’année, il faut que je les bosse et que je comprenne mes cours, bien plus qu’un élève de première année par exemple. Eux, ils ont encore tout le temps avant les premiers examens. Ce n’est pas mon cas.

Je parvenais à entrer dans la salle, cherchant une place du regard avant de remarquer que mon frère était déjà présent. Naturellement, je me tapais l’incruste à ses côtés, souriant même en prenant place. Pour la petite histoire, c’est vrai que je lui ai fait la gueule parce qu’il s’est servi de moi, mais c’est déjà derrière nous.

« Bonsoir Professeur Ode..gra..Eurdegar…euh… Professeur. »

Je crois que je serais sorti de Poudlard sans même être parvenu à prononcer le nom de famille de notre Professeur de Métamorphose. Le temps qu’il fasse le tour de la salle, j’attrapais mon sac sur mes genoux pour en sortir plumes et parchemins, tout en jetant un léger coup d’oeil à ma gauche, là où se trouvait Zakaria.

« J’y crois pas, t’es venu en touriste toi ? »

Mon sac avait trouvé sa place sous la table, à mes pieds. J’attrapais le bouquin que je feuilletais très vite en me contentant de survoler les quelques lignes et images, le temps que le Directeur de Gryffondor ne passe à côté de moi.

« Monsieur ? Moi, c’est le sortilège d’Inanimatus Apparitus que j’aimerais bien revoir s’il vous plait. »

Ce sortilège fait parti des derniers que nous avons appris récemment et je reste persuadé, qu’il sera au programme lors des épreuves des Buse. Il ne faut pas que je me rate sur ce coup-là, je n’aurais peut-être pas la chance de passer mes Aspic, il faut au moins que je réagisse les examens de cette année. Lentement, je glissais une plume et un parchemin à Zakaria, qui devait déjà se croire en vacances et je tournais la tête pour regarder où se trouvait notre Professeur, afin de pouvoir discuter avec mon frère. Je me penchais légèrement vers lui pour chuchoter afin que personne ne m’entende.

« Alors c’est quoi le plan ? Maintenant que j’ai Alice pour surveillante, je suis un peu plus libre. Elle est dans le coup pour la vengeance et je pense qu’elle peut faire le lien entre nous et les cousins. »

Lorsqu’un élève passa dans l’allée, je m’arrêtais de parler, le temps qu’il soit assez loin pour reprendre à un ton tout aussi bas, si ce n’est plus.

« Par contre, Hikkins me garde à l’oeil. Avec la disparition de mon premier surveillant et la dépression du second, elle fait fouiller mon dortoir. J’ai trouvé à filer ce que tu m’as donné à Sidney, une louve de Serdaigle. Elle est tellement calme et polie, que Hikkins ne la soupçonne même pas. Je lui ai aussi dit de se méfier des irruptions dans les dortoirs et Salles Communes, elle va prévenir les autres de sa Maison, qui passeront le mot à Poufsouffle et Gryffondor. »

Etre arrivé en avance, me donnait l’occasion de bénéficier de quelques minutes de plus avant que le cours de soutien ne commence. Le Professeur de Métamorphose se tenait près de la porte, accueillant les derniers retardataires et moi, je gribouillais dans un coin de mon parchemin pour passer le temps. C’est comme ça qu’un truc fit ding-dong dans ma tête.

« J’ai reçu une lettre de tata récemment. L’enveloppe avait été ouverte. Ce n’est pas le genre de notre tante d’envoyer du courrier dans une enveloppe ayant déjà servi. Elle est un peu manique sur les bords. Hikkins lit le courrier, mais elle ne doit pas être la seule, elle ne peut pas lire tout ce qui est reçu par tous les élèves. Je suis sûr qu’il y a des Professeurs dans le coup. Pas Macpherson, ni le Prof de Métamorphose. Je ne pense pas que oncle Severus fera ça non plus ou alors, s’il était forcé de le faire, il nous le ferait comprendre par n’importe quel moyen. Il faut qu’on avertisse tous les autres. »
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
avatar
John Lupin
Apprenti
Âge du personnage : 18 ans (le 1er Septembre)
Nombre de messages : 121
Célébrité sur l'avatar : Steven R. McQueen
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Mai - 13:44
Une matière aussi puissante que dangereuse
RP libre
Un cours de soutien c’était une grande idée, même si John n’en avait pas spécialement besoin en Métamorphose. Mais il s’entend particulièrement bien avec son Directeur de Maison qui dispense ce cours, autant se joindre à la petite fête. Ce qui lui permettra d’éviter Leah et son regard accusateur même lorsqu’il n’a strictement rien fait. A moins qu’elle ait aussi l’idée d’aller à ce cours et qu’elle lui lance ledit regard dans la salle de classe. Mais dans le doute …

Il avait boycotté le dîner ce soir-là, parce qu’il avait bien mieux à faire, comme poser des pièges dans la Salle Commune des Gryffondor par exemple. Des bruits de couloir étaient venus jusqu’à lui, il paraitrait que la Prof de Sortilèges et Enchantements se contre balance du règlement et n’en fait qu’à sa tête en tapant l’incruste dans les parties communes réservées aux élèves. Et bien, si jamais c’était vrai, elle aurait une très belle surprise en pénétrant chez les Lions. Les autres élèves de cette Maison d’études, étaient au courant de chaque endroit où se trouveraient les pièges naturellement, afin qu’ils ne tombent pas dedans. Mais motus et bouche cousue comme le dit le dicton.

Jetant un oeil à sa montre, il était déjà temps de se mettre en route. John attrapa sa veste, qu’il enfila par-dessus son tee-shirt et réajusta son jean, avant de partir en chopant son sac à la volée. Il passa par le passage et se retourna, pour observer le cadre de la grosse dame qui lui faisait un clin d’oeil.

« Je vous fais confiance pour tenir au courant les élèves de Gryffondor que les choses sont en place. Et si le Professeur Todd ou Hikkins se pointent, faites-leurs péter les tympans comme vous seules savez le faire. »

Les Gryffondor - tout comme d’autres élèves d’ailleurs - étaient plutôt actifs dans la guerre contre Hikkins. En se croyant en sécurité dans leur Maison d’études - ce qui devrait être parfaitement le cas -, il n’était pas rare qu’ils laissent trainer des indices sur les plans à venir. Pour éviter que l’autre vieille dingue ne vire encore un élève, John préférait s’assurer que les lieux étaient à présent tout à fait sécurisés plutôt que prendre le risque de voir l’un de ses camarades quitter l’établissement magique. Finalement, Leah n’avait pas tord de s’imaginer qu’un professeur était à la botte de la vieille Harpie d’Hikkins. Mais par contre, elle se trompait juste de personne en ayant eu des doutes sur leur Directeur. Faut dire que les deux Professeurs étaient arrivés en Septembre et qu’il était difficile de vraiment se faire un point de vue dés le départ. Sauf qu’à présent, tout le monde savait qui été de confiance et qui ne l’était sûrement pas.

« Bonsoir Sir Nicholas. Le Baron Sanglant est-il toujours dans une colère noire ? » Face à la réponse positive d’un geste positif de sa tête, qui manqua de peu de quitter une partie de ses épaules, John reprit un peu embêté pour le fantôme : « Alors vous feriez bien de partir, il arrive. »

Nick Quasi-Sans-Tête disparut dans un mur, pendant que le Baron Sanglant continuait son chemin. Il était encore plus flippant qu’en temps normal. Etait-ce cette histoire de Salle Commune qui l’avait mis hors de lui ou il avait un autre problème ? John ne chercha pas à comprendre, préférant presser le pas pour se rendre en cours de soutien. Il n’était pas bien loin de la Salle de Métamorphose et ne mit qu’à peine quelques minutes pour s’y rendre. Etant partie un peu en retard, il se trouvait pourtant dans les derniers à pénétrer dans les lieux. Il y avait de tous les niveaux et de toutes les Maisons également.

« Bonsoir Professeur. Je m’ennuyais en Salle Commune et je peux sûrement vous donner un coup de main en m’occupant de certains sortilèges pendant que vous faites les autres ? »

Il n’avait pas eu trop de choix pour trouver une table totalement vide, il n’y avait plus que celle derrière les frères Taylor. Tant pis, il n’avait jamais eu de problème avec eux. Tant que chacun reste dans son coin, ils peuvent bien cohabiter. Lupin n’est pas le genre d’élèves à propager la guerre entre Maisons. Il s’installa justement derrière l’aîné des deux frères et garda la place à ses côtés en y déposant son sac. Sait-on jamais que quelqu’un qu’il connait et apprécie, finisse par arriver.

Il tenait le manuel de Métamorphose Avancée dans ses mains, en tournant les pages pour tomber sur les Sortilèges qui avaient été évoqués, plus de façon machinale qu’autre chose. Il les connaissait déjà lui.

« Pssstttt … Zakaria … C’est vrai que la Prof ‘ de Sortilèges s’est tapée l’incruste dans votre Salle Commune ? Elle a trouvé ce qu’elle cherchait ? Le Professeur Rogue a réagi comment ? J’imagine qu’il a du faire des bonds en l’apprenant. »

Rogue n’était pas connu pour être quelqu’un de conciliant et de compréhensif. Il ne serait pas étonnant que le Directeur des Serpents parte également dans une vendetta contre sa collègue.

« Monsieur, je maitrise parfaitement le Sortilège Draconifors, je peux peut-être l’expliquer à Zakaria ? »

S’il faisait une telle proposition, c’était bien parce qu’il avait une petite idée derrière la tête.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jezabel Slate
Septième année
Âge du personnage : 16 ans
Nombre de messages : 297
Célébrité sur l'avatar : Hayley Williams
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Mai - 21:50


❝ Une matière aussi puissante que dangereuse ❞
Cours de soutien commun
La journée n’avait pas été aussi pénible que les précédentes. Je commençais à aller mieux, enfin je crois. Les nausées berçaient toujours mon quotidien, mais je n’espérais plus m’en débarrasser, comme si toute ma vie serait ainsi. Les malaises, j’avais apprise à les gérer seule. Dés que je commençais à avoir le tournis, il me suffisait de m’assoir pour que parfois ça passe. Et lorsque ça ne fonctionnait pas, il me fallait me coucher. Ce qui était tout de suite moins pratique, surtout lorsque ça m’arrivait au milieu des autres élèves. Je me voyais mal me coucher comme une abrutie finie. Tout de même, en plein milieu d’un cours de potions, j’avais fini par terre. Le Professeur Macpherson allait vraiment finir par croire que je lui en voulais. Entre la fois où j’ai rendu mon petit déjeuner dans mon chaudron et là, je tombais dans les pommes au milieu de sa classe, j’en venais à le plaindre. Quoique n’étant pas né de la dernière pluie, il m’avait quand même posé la question tant redoutée. Et je n’avais pas su lui mentir, mais il avait gardé le secret. Mieux encore, il me sauvait la mise face aux autres Professeurs, je ne pouvais que lui en être reconnaissante.

Je me trouvais dans la cour, profitante des premiers rayons de soleil qui perçaient les nuages avec grande difficulté. Toute l’après-midi, j’y étais restée, lisant le manuel de Métamorphose de long en large et même en travers. Etait-ce du chinois ? Pourquoi je n’y comprenais rien ? Et où était donc passé Jay ? Ah oui, j’avais presque oublié qu’il y avait des entrainements de Quidditch et qu’il devait sûrement reluquer les joueuses comme à son habitude.

Il était bien rare que j’ai des trous aussi gros dans mon emploi du temps, alors j’en profitais de sécher le cours de l’intruse pour me remettre à jour en Métamorphose. Ce n’est que le soir venu alors que mon estomac se faisait entendre, que j’abandonnais tout espoir d’y comprendre quelque chose. A la place, il me fallait avaler un morceau avant de dévorer le premier passant que je croiserai. En reprenant le chemin de la Grande Salle, je passais devant le tableau d’affichage, remarquant le cours supplémentaire qui était donné à tous ceux voulant se remettre à niveau. Je n’allais pas cracher dessus, ça tombait même plutôt bien. Je me hâtais de prendre mon dîner pour ensuite rejoindre la Salle Commune des Serpentard. Mais avant d’y entrer, baguette en main, je m’assurais que la sale intruse ne soit pas dans le coin. Si jamais elle tentait d’y pénétrer en ma présence, elle apprendrait à voler. Prof ou non, je n’allais pas me gêner. Pas de raison de respecter le règlement, si elle-même ne respecte pas les élèves.

La voie étant libre, je filais dans mon dortoir pour me débarrasser de ma cape et me vêtir un peu plus normalement, attrapant ensuite quelques affaires afin de pouvoir prendre des notes tout de même. Une fois prête, je me posais quelques minutes dans l’un de nos gros fauteuils bien confortables. Ce n’était pas facile d’être enceinte. J’avais l’impression d’avoir perdu toute emprise sur mon propre corps. Je ne pouvais jamais savoir à l’avance si je pouvais planifier telle ou telle chose, sans être certaine de pouvoir les faire réellement. Mais je comptais vraiment me rendre à ce cours, même si je n’étais pas spécialement dans mon assiette.

J’attendais de me sentir un peu mieux pour me redresser et sortir, errant dans les cachots jusqu’à l’escalier tournant. Je remontais dans le Hall, avant d’emprunter la suite d’escaliers me permettant de rejoindre la Salle de Métamorphose. Le Directeur de Gryffondor n’était jamais contre nous aider, même nous, des Serpentards. Il ne nous jugeait visiblement pas et c’est sûrement pour cette raison que nous l’apprécions autant.

Aux abords de la salle, il y avait foule déjà et si je jouais des coudes pour passer, ce n’était que parce qu’en restant plus longtemps debout, j’allais finir par faire un malaise dans le couloir. Je me frayais vite fait un passage, passant devant le Professeur que je saluais brièvement : « Bonsoir Monsieur. » Avant de me dégoter une place. Me laissant tomber sur ma chaise, je déposais mon sac sur mes genoux, soupirant longtemps. C’était moins une. D’ici quelques mois, il me faudra un monte-charges pour me rendre en cours. Il m’avait fallu quelques minutes pour m’en remettre, mais aussi pour remarquer la présence des frères Taylor à la table voisine. Ce n’est que lorsqu’ils avaient ouvert la bouche, que mon regard s’était posé sur eux, réalisant que je devais peut-être aussi dire ce que je voulais qu’on revoit ensemble. « Heu…moi c’est tout pareil qu’eux…plus tout le reste. » Autant être honnête, j’ai réellement besoin de ce cours de soutien.

Le temps que tout le monde prenne place, je regardais le livre qui était posé sur ma table, afin de trouver le sortilège de métamorphose qui me donnait le plus de fil à retordre. « Professeur ? Il serait possible de rajouter quelques heures de Métamorphose à notre emploi du temps ? Nous autres, les Serpentards, nous allons avoir plus de trous qu’avant dans nos plannings. »

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ardal Ødegård
Professeur de Métamorphose et Directeur des Gryffondors
Âge du personnage : 30 ans
Nombre de messages : 99
Célébrité sur l'avatar : Colin Donnell
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Mai - 16:50
Une matière aussi puissante que dangereuse
Les élèves commençaient à arriver. Certains portaient encore leurs uniformes, d’autres étaient plus décontractés. Ardal les laissait prendre place peu à peu. En voyant tous ces jeunes gens venir par eux-même, sans aucune obligation, il se félicitait intérieurement d’avoir eu cette idée. Ce cours ne serait pas officiel. Les élèves pouvaient venir ou au contraire ne pas venir. Il n’y aurait aucun point de donné, ni d’enlever. Si le Directeur de la Maison Gryffondor avait ouvert sa salle, c’était dans le simple but d’aider ceux qui en avaient le plus besoin, sans rien attendre en retour. Il était agréablement surpris de voir autant de monde venir. Il y a de chacune des Maisons de Poudlard.

« Bonsoir à tous. Je suis bien content de vous accueillir ce soir dans cette salle. Mettons vite les choses au point, ceci n’est pas un cours obligatoire. Libre à vous de venir ou non. Il n’y aura pas de point retiré si vous n’êtes pas là. Il s’agit là d’un soutien pour vous aider à comprendre les sortilèges que vous n’auriez pas saisi. »

Il remontait l’allée des tables, s’asseyant sur le coin d’une de devant qui n’avait pas encore trouvé son occupant. Il s’agit de sa toute première année dans l’enseignement et c’était étrange de se dire que certaines têtes, ce soir présentes, ne seraient plus dans cette école d’ici quelques mois. Si les autres Professeurs y étaient maintenant habitués, ce n’était pas son cas. Poudlard est une école où les élèves y sont internes. Il les a tous côtoyé tous les jours, à n’importe quel moment de la journée, de la nuit aussi pour ceux qu’il trouvait dans les couloirs. Jamais il n’aurait pensé ça possible, mais tous ces gamins, du plus jeune au plus âgé, du plus turbulent au plus sage, de Gryffondor à Serpentard ou encore de Poufsouffle à Serdaigle, Ardal les connaissait et s’était attaché à chacun d’eux. Il ne veut pas devenir le meilleur Prof de l’école à leurs yeux, il veut juste le meilleur pour eux, comme un père le voudrait pour ses enfants. Parce qu’ils sont tous en quelque sorte comme les gosses qu’il n’aura peut-être jamais.

« Le Sortilège Draconifors. Bien, j’en prend note. Y a-t-il d’autres personnes qui voudraient revoir celui-là ? Wolfgang ? Inanimatus Apparitus, c’est un très bon choix. Les cinquièmes années, vous avez de grandes chances que ça tombe au Buse. » Il releva la tête en entendant la voix d’un élève de sa Maison. « Tu es le bienvenu John. Assieds-toi… » Il griffonnait tous les sortilèges que les enfants lui demandaient de revoir, quand la voix de Jezabel retentit à son tour dans la pièce. « Je fais les groupes et je suis à toi, pour voir cette histoire d’emploi du temps. »

Faire des heures supplémentaires ne le dérangeait pas du tout. C’est pour la bonne cause et à Poudlard, un bon Professeur ne compte pas les heures passées à aider les élèves à réussir leurs études. C’est leur avenir à tous qui est entre les mains du corps enseignant de l’école.

« Merci, John, j’accepte ton aide. Et bien nous allons commencés. Tu vas t’occuper de Zakaria et Jezabel, sur le sortilège Draconifors. Je me charge des autres. En cas de problème, tu n’hésite pas à me demander. » Terminant de donner les directives, il se rapprocha de Jezabel. « Fais voir cet emploi du temps. J’ai quelques places de libre, si ça concorde, je serais totalement à vous. »

Se trouvant juste à côté des autres tables, mettant son emploi du temps en commun avec celui de la jeune élève de Severus, les paroles de John venaient de tomber dans son oreille. Plus intrigué par ce qu’il se disait dans son dos, ses sourcils s’étaient froncés en observant la grille de cours des Serpentards.

« Je peux vous prendre ici et là. Ensuite, je crois que je n’ai pas d’autre place. » Il se redressa aussi, se tournant vers les garçons, étonné de ce qu’il avait entendu. « Voilà donc la raison de l’humeur massacrante du Professeur Rogue. Vous me rassurez, depuis ce matin, je me demandais s’il m’en voulait encore de lui avoir piquer sa petite cuillère pour remuer mon café. » Quelques élèves ricanaient après son intervention, mais il était très sérieux. Il s’installa sur le coin de la table de Jezabel, observant les enfants dans la classe. « C’est donc vrai, un Professeur est entré dans la Salle Commune des élèves de Serpentard. Je comprend votre colère et votre méfiance. C’est une violation du règlement et c’est un comportement inadmissible de la part d’un enseignant. Si une telle chose arrivait chez Gryffondor, j’espère que mes élèves me préviendront aussitôt. Je ne peux pas régler le problème à la place du Professeur Rogue, mais le connaissant depuis quelques mois maintenant, je pense, j’en mettrais même ma main à couper, qu’il ne laissera pas cette histoire se tasser. » Il tourna la tête vers la jeune Slate et son emploi du temps, faisant tout de suite le rapprochement. « A votre place, j’aurais été également en colère. Je me doute bien que les trous dans votre emploi du temps sont causés par les cours du Professeur Todd, auxquels vous ne voulez plus vous présenter. Et je peux aussi le comprendre. J’ai moi-même été élève ici, j’étais à Gryffondor, mais mon meilleur ami était un élève de Serpentard. Je ne vais pas vous jeter la pierre si vous ne voulez plus être sous son autorité. Mais s’il vous plait, c’est votre avenir qui est en jeu. Ne foutez pas votre vie en l’air à cause d’une brebis galeuse. Tous les Professeurs de Poudlard ne sont pas à mettre dans ce même panier. C’est votre droit de ne plus vous rendre à son cours. Mais ne restez pas sans enseignement de cette matière. Si vous étudiez seuls ou à plusieurs et que vous avez des questions, des choses que vous ne comprenez pas, venez me voir. Je ferais de mon mieux pour vous aider. D’autres Professeurs seront aussi prêt à vous donner un coup de main, qu’il s’agisse de votre Maître des Potions ou même du Professeur Rogue, nous vous aiderons. »

© Nalex


It feels like a good a time as any to bring it back.Do you remember what you told me? It takes a monster to kill a monster.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zakaria Taylor
Septième année
Âge du personnage : 16 ans
Nombre de messages : 457
Célébrité sur l'avatar : Cody Christian
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Juin - 16:48

Une matière aussi puissante que dangereuse

“La vengeance est un plat qui se mange froid et qui demande une très longue préparation.”

Ardal, Zakaria & ?

« Sur le tableau, ce n’était pas précisé qu’il fallait emmener des affaires. »

C’est bon, je suis venu en touriste alors que tous les autres ont pensé à ramener des parchemins et des plumes. J’ai l’air d’un con, mais ce n’est pas grave, ce n’est pas comme s’il s’agissait de la première fois. Et bien voilà d’intéressants sortilèges que nous voulions apprendre. Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire en entendant mon petit frère. C’est quoi le plan ? Et bien, simplement la vengeance.

« Bien, Wolfi, bien. Plus de monde il y aura dans le coup, plus de mal ça lui fera. Ne t’en fais pas pour Hikkins. En voyant qu’elle est reléguée seulement à la seconde place des ennemis, elle ne va pas risquer de se mouiller pour repasser en tête. Connaissant un minimum la bonne-femme, elle va laisser l’autre cruche prendre les coups qu’elle mérite. Et c’est sûrement la raison pour laquelle, elle ne l’a pas viré. Elle savait que les élèves le prendraient mal et se vengeraient. »

Pour ne rien arranger, voilà que Wolfgang m’annonçait qu’une lettre de notre tante avait été ouverte. De mieux en mieux ou plutôt de pire en pire. Je commençais vraiment à me sentir comme dans une prison ici. Qui pouvait bien avoir intérêt à lire les courriers de mon petit frère ? Hikkins ou Todd bien entendu. Un loup-garou qui écrit à son Auror de tante. Forcément, il faut surveiller pour voir si le gamin demande de l’aide au Ministère de la Magie. C’est le truc qui coule quasiment de source. Mais ça se paiera aussi ça, croyez-moi. Je tournais la tête pour voir où se trouvait notre Professeur, puis je me penchais un peu plus vers mon cadet pour lui parler à voix basse.

« Patience Wolfgang. Elles paieront. La salope de Poudlard paiera pour son intrusion et pour le harcèlement qu’elle a fait subir aux élèves de Serpentard. Et la vieille paiera pour tout ce que tu as vécu depuis son arrivée au pouvoir. Je te promets que je te vengerai, même si pour ça je dois me faire virer de l’école. »

Il ne s’agissait pas là de paroles en l’air, j’étais parfaitement sérieux. Pour venger mon petit frère, je serais capable de tuer. Mais le fil de mes pensées m’échappa quand quelqu’un m’interpella. En me retournant, je déposais un regard interrogatif sur le Gryffondor, avant d’afficher un rictus en coin made in Calvin.

« Ouais c’est vrai. Et non, on était nombreux, elle n’a pas eu le temps de tripoter des petits cette fois-ci. Mais le Professeur Rogue était en pétard, quand il va lui rentrer dedans, ça va faire mal. »

Après l’intervention de John Lupin, Jezabel Slate prit aussi la parole. J’étais bien content de voir qu’elle me suivait également dans notre boycottage de cours. C’est vraiment gratifiant de se sentir ainsi soutenu et franchement, chaque élève qui me soutiendra, sera largement récompensé en tant voulu. Notre Professeur de Métamorphose doublé du Directeur des lions n’était pas le dernier des idiots. Il avait très bien fait le rapprochement entre les trous dans nos emplois du temps et l’histoire de Todd la moche. Là je peux certifié que j’étais étonné. Que le Directeur des Gryffondor prenne à coeur d’aider des Serpentard, c’était vraiment quelque chose à laquelle je ne me serais pas attendu.

« Professeur ? » Dis-je en levant la main, attendant de sentir son regard sur moi pour continuer de parler. « Merci de vous soucier de notre avenir. Vous êtes l’un des rares adultes du coin qui s’en inquiètent. Mais ce n’était sûrement pas la première fois qu’elle faisait un tel coup. Vous savez, avant les vacances de Noël, le surveillant de mon frère a soudainement disparu. Personne n’a eu de nouvelles, alors que ce n’était pas son genre de partir sans un mot. Après ce que Todd a fait chez les Serpentard, on est nombreux à penser qu’elle a tenté d’entrer dans la chambre de Wolfgang et qu’elle ne s’attendait pas à croiser son surveillant. Elle l’a sûrement fait taire à jamais. Vous imaginez un peu ? Les lycanthropes sont seuls dans leur Tour. Ils ont des chambres individuelles. Cette dingue se croit tellement belle, elle s’imagine que ses gènes de Vélane la rendent incroyablement sexy et irrésistible. Ce qui n’est franchement pas le cas, entre nous, il y a plusieurs élèves qui sont mille fois plus belles qu’elle. Et je ne parle même pas du Professeur Vongkham qui est une véritable bombe atomique. »

Je prenais mon air innocent comme si bien je sais le faire. Mais je ne prenais pas le risque de croiser le regard de mon frère, qui ne semblait pas relever le nez de sa table. Ce qui donnait un petit air triste au jeune loup-garou, ainsi le Professeur allait sûrement s’imaginer qu’il s’était déjà passé un truc.

« En plus, fille ou garçon, elle ne fait pas de différence. Elle a poursuivi Jezabel jusque dans les toilettes. Si déjà elle va jusqu’à tuer un surveillant pour qu’il ne la balance pas, qu’en sera-t-il lorsqu’elle s’en prendra à un élève ? Moi, je n’ai pas envie que mon petit frère se fasse tuer, juste parce qu’il aura repoussé ses avances. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lydwine Macpherson
Sixième année
Âge du personnage : 16 ans depuis le 10 Mai
Nombre de messages : 61
Célébrité sur l'avatar : Charlotte Free
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Juin - 18:46

Une matière aussi puissante que dangereuse

Cours de soutien en Métamorphose

« Excusez-moi Monsieur, je suis en retard. »

La jeune élève de Serpentard entrait en vitesse dans la Salle de Métamorphose et ne tarda pas à s’installer non loin de ses camarades. Elle avait bien vu le mot quelques heures plus tôt, sur le tableau d’affichage, mais elle n’avait pas vu le temps passer lorsqu’elle était en compagnie de son père, dans les cachots. Lydwine avait prise pour habitude de l’aider dans le nettoyage de ses chaudrons, lorsqu’aucun élève n’était collé. Ce n’était pas ce qui la dérangeait le plus, au contraire, elle était très contente de pouvoir passer du temps avec le Professeur de Potions de Poudlard. Et une fois le dernier chaudron d’impeccablement propre, la jeune fille s’était hâtée à rejoindre la salle de cours du Directeur de la maison Gryffondor. Elle s’était changée avant de partir aider son père, ce qui lui permettait de ne pas avoir à faire un nouveau crochet par la Salle Commune des verts et argents. Laissant au placard l’uniforme, elle portait un pantalon sombre, une paire de boots et un haut mettant plus ou moins ses formes en valeur. Parce qu’elle en a quand même un petit peu, l’adolescence faisant quand même effet sur son corps.

Le couloir était déjà vide à son arrivée non loin de la salle de cours. Elle s’était demandée si elle y serait toute seule ou si tout le monde était déjà entré. Mais ce n’est qu’en poussant la porte à son tour, qu’elle se rendait compte que beaucoup de ses camarades étaient déjà présents. Elle n’avait pas mit longtemps pour remarquer la présence des frères Taylor, ainsi que celle de Jezabel Slate. Les autres, par contre, venaient tous d’autres maisons d’études de l’école. Comme il ne s’agissait pas d’un cours officiel, sans doute que d’autres étudiants de Poudlard allaient venir les rejoindre dans la prochaine dizaine de minutes.

Lydwine s’installait silencieusement, sortant aussitôt de son sac un parchemin et une plume. Elle préférait avoir de quoi écrire au cas où elle ait besoin de prendre des notes, pour réviser une fois dans son dortoir. C’était une mesure de précaution que tout le monde semblait avoir pris, excepté Zakaria. Le temps que le bruit ne cesse, une fois tout le monde sagement installé et le Professeur de Métamorphose prenant la parole, la main de la jeune élève de cinquième année, se posa déjà sur le manuel au coin de sa table. Songeuse, elle n’intervenait pas tout de suite dans la conversation, écoutant plutôt tout ce qu’il se disait. Elle préférait se située déjà avant de prendre la parole. Ce n’est que lorsque le Professeur demanda quels étaient les cours que les élèves souhaitaient revoir, qu’elle prit la parole en levant la main mais sans toutefois attendre d’être autorisée à parler :

« La même chose que Wolfgang, Inanimatus Apparitus aussi pour moi, s’il vous plait Monsieur. »

Si c’était un sujet qui risquait de tomber aux BUSE, elle avait intérêt à le connaitre sur le bout des doigts. La Métamorphose est une matière très intéressante, mais aussi très difficile à manipuler à la perfection. Pourtant, Lydwine ne se décourageait pas de vouloir apprendre. Et avec un Professeur comme celui qu’ils ont cette année, c’était encore plus intéressant. Le Directeur des élèves de Gryffondor est quelqu’un de dynamique, mais qui explique aussi très bien. Avec lui, la jeune Serpentarde s’en sort même mieux qu’avec le Professeur McGonagall, alors que c’était une femme exemplaire, il n’y a rien à redire à ce sujet.

La blondinette ne se mêlait pas aux discutions faites par chuchotements, mais lorsque Zakaria reprit la parole, elle n’en manquait pas une seule miette. Il avait entièrement raison sur toute la ligne, cette folle-dingue de Todd était tellement sûre qu’elle était la plus belle, qu’elle se permettait des choses que jamais aucun Professeur n’avait fait avant elle.

Sans ouvrir une seule fois la bouche pour le moment, elle tourna la tête vers Jezabel, lorsque le Prince de Serpentard évoqua l’incident des toilettes. Voilà autre chose, si jamais elle avait été à la place de Jezabel, la dingue de Todd aurait terminé la tête dans le chiotte. Il y a des limites à ne pas dépasser. Un peu de bon sens, de savoir vivre et également de respect, ce ne sont que les bases de l’éducation que tout parent digne de ce nom, donne à son enfant.

« Elle a été élevée où elle ? Certainement dans une porcherie, d’où sa face de truie. »

Feuilletant son livre, sans que son regard ne s’attarde vraiment sur une page ou une autre, l’adolescente à la tignasse blonde, leva les yeux en direction du Professeur présent dans la salle.

« Si cette nymphomane désire tant savoir ce que ça fait de s’envoyer un loup-garou, elle n’a qu’à aller voir Greyback, il lui apprendra la vie lui. »

Elle ne connait de nom que trois Lycanthropes hommes adultes : Monsieur Taylor, Monsieur Lupin et le terrible Monsieur Greyback. Elle ne va pas proposer Taylor, le père de Wolfgang et Zakaria risqueraient d’attraper une maladie avec cette folle. Le père de John est loin d’être quelqu’un de méchant. Il ne reste plus que Greyback qui soit assez cruel pour faire des choses très méchantes.
© HELLOPAINFUL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gregory Greyback
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 735
Célébrité sur l'avatar : Brett Davern
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Juin - 16:26

Une matière aussi puissante que dangereuse


    Ne perds jamais espoir. Lorsque le soleil se couche, les étoiles apparaissent. ⊹
    Mon dîner trainait. Je n’en étais seulement qu’à l’entrée que mes camarades attaquaient déjà leur dessert. Et c’est ainsi tous les soirs depuis l’arrivée de la vieille. Je fais trainer le dernier repas de la journée, pour rester le plus longtemps possible avec mes amis, loin d’avoir envie de retrouver ma chambre déserte. L’oeil soupçonneux d’Hikkins me reluquait, ce qui me fit changer de cadence. Elle semble commencer à comprendre à quel jeu je joue et je ne parle pas là du dîner, mais de la potion tue-loup que je ne prend pas forcément. La pleine lune en approche et comme tous les mois, l’effet de la potion ne se fait pas ressentir sur ma personne alors que les autres élèves sont bien plus calmes. Lorsque Macpherson nous distribue les récipients, soit je la renverse lorsqu’il ne regarde pas, soit je la garde en bouche et la recrache ensuite. Ou encore, quand je suis surveillé pour voir si je l’avale, je me force à vomir une fois seul. L’interrogatoire serait mal venu ce soir. Je coupe donc court au dîner, emportant mon dessert avec moi, que déjà je sentais la présence du surveillant sur mes pas. Même lever les yeux au ciel faisait partie de la routine maintenant. Je m’apprêtais à aller vivre une nouvelle soirée tout seul, jusqu’à ce que je me retrouve devant le panneau d’affichage dans le Hall. Un cours de soutien ? Si j’y vais, c’est bien parce qu’ainsi, je serai au plus loin de ma cellule. Ma décision était prise, je montrais la note d’information à mon surveillant en affichant un petit sourire. C’était à son tour de lever les yeux au ciel, sachant bien que je n’en avais rien à faire des cours.

    Je partis ensuite déposer mes affaires dans ma chambre, laissant tomber mon sac sur le lit. Dois-je le prendre ou non ? Je n’y allais pas pour bosser, alors ce n’était pas la peine. Me répondant à moi-même d’un haussement d’épaule, je me changeais, commençant par en avoir plein le dos de la cravate et du pantalon qui gratte le cul. Un bon jean’s et un sweat, rien de tel pour me rendre heureux. La porte claqua derrière moi et je filais dans les escaliers, pour rejoindre le restant du château. J’allais sûrement être en retard, mais le Professeur connaissait parfaitement notre situation. Sûrement passerait-il l’éponge. Mon surveillant s’assurait que j’entrais bien dans la salle de cours pour s’en aller, je prenais aussitôt place à côté de Lydwine. Nous nous connaissons maintenant depuis cinq ans, étant tous les deux de la même année. Le temps que le Professeur demande ce que nous voulions revoir, j’attrapais le sac de ma voisine pour lui emprunter parchemin et plume. Elle a maintenant l’habitude que je me serve dans ses affaires, c’est devenue monnaie courante depuis tout ce temps passé dans les mêmes cours.

    Je n’étais pas venu pour réviser, je m’en foutais de ce que les autres choisissaient. Et je n’écoutais que d’une oreille la conversation tournant autour du Professeur Todd. Elle a encore fait des siennes celle-là ? M’intéressant un peu plus aux paroles de Zakaria, je me penchais vers l’avant de la table pour le regarder quand il parlait. Avec Lydwine dans mon champ de vision, j’étais bien obligé de benner d’un côté ou de l’autre.

    "T’es sérieux ? Elle est Vélane ? Todd ? Je sais que je passe la plupart du temps dans le couloir après m’être fait virer des cours, mais je croyais que les Vélanes étaient jolies. T’es sûr qu’elle est à moitié Vélane et pas à moitié Harpie ?"

    En sentant le regard insistant du Professeur de Métamorphose sur moi, j’attrapais le manuel que Lydwine avait fini de regarder, pour le feuilleter à mon tour, me retenant à peine de sourire. Mais un autre sujet intéressant venait d’être abordé.

    "Une bombe atomique ? Vongkham est carrément bandante, c’est déstabilisant en cours. C’est dur de se concentrer sur ce qu’il faut faire et aussi pour retenir la montée du drapeau."

    J’en profitais pour glisser un peu d’humour dans la conversation, mais la suite ne prêtait plus à sourire. Suivre une élève dans les toilettes, ce n’est même plus déplacé, c’est de la perversion. Elle ose encore se regarder dans une glace ? L’intervention de Lydwine me tira un léger ricanement. La comparaison avec la porcherie et la face de truie, ne pouvait que faire rire. On ne l’attendait pas celle-là. Mais le reste des propos de ma voisine m’effaça directement tout sourire. Ca me faisait toujours mal les vannes sur Greyback. Je ne le connais pas c’est vrai, mais c’est quand même mon père. Personne ne le sait ici, ils sont excusables quelque part. Sauf que j’ai du mal à comprendre pourquoi tant de monde le déteste, alors que lors de la Nuit Rouge, comme moi, il était en pleine transformation. Les Mangemorts l’ont lâché dans l’école, tout comme j’ai moi-même été libéré de l’emprise de mes chaînes la même nuit. Je ne lui en veux même pas pour la cicatrice que j’aurais maintenant à vie, bien placé pour savoir que lorsque la lune est dans sa forme la plus pleine, aucun de nous, lycanthropes, sommes capables de garder une once d’humanité.

    "Non, là je ne suis pas d’accord. C’est méchant, on ne peut pas lui souhaiter une telle chose ou donner lui au moins une capote, qu’il ne tombe pas malade."

    Je n’allais quand même pas prendre la défense de Todd, je préférais tourner à l’ironie pour défendre discrètement mon père. Et une capote c’est bien aussi pour m’épargner l’arrivée d’une petite soeur ou d’un petit frère.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Newton
Quatrième année
Âge du personnage : 14 ans
Nombre de messages : 111
Célébrité sur l'avatar : India Eisley
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Aoû - 17:08
850 mots
dialogue en gras
pensées en italique
Une matière aussi puissante que dangereuse
C’est silencieusement, que Sidney avalait lentement les dernières bouchées de son dessert. Elle n’est pas l’une des plus bavardes de sa maison et parfois, elle a l’impression de ne plus appartenir aux élèves de Serdaigle. C’est un peu comme si elle n’en avait plus que seulement les couleurs. La séparation, qu’elle vit chaque jour, avec le restant de ses camardes, n’a de cesse de creuser le fossé. Déjà que la petite brunette n’était pas bien causante et intégrée auparavant, rien ne va en s’améliorant. Et d’un autre côté, son statut de loup-garou l’a considérablement rapproché des autres élèves vivants la même chose qu’elle et plus particulièrement de Wolfgang et Gregory. L’un représente le garçon sympathique, un peu plus vieux qu’elle, mais sur qui elle craque silencieusement et l’autre, bien plus bourru que son ami, incarne avec excellence le chef de meute. C’est assez excitant d’avoir l’impression d’appartenir à une famille, elle qui est orpheline depuis toujours.

Elle termina son dîner par un verre de jus de citrouille et se leva en récupérant son sac. Son surveillant se trouvait sûrement dans le hall, là où justement la brunette était en train de se rendre, mais ne le voyant pas, elle décida de patienter en regardant les annonces. Certains élèves recherchaient des affaires perdues, d’autres leurs animaux même. Une petite grimace glissa sur son visage. Les petites souris et rats devaient sûrement avoir terminés dans l’estomac de l’un des chats du château. Peut-être même dans celui de Miss Teigne, l’horrible chatte de Rusard. Son regard s’apprêta à se détourner du tableau, quand du coin de l’oeil, elle vit une annonce de Professeur. Sidney n’a pas vraiment besoin de cours de soutien, mais puisqu’il avait lieu le soir, elle ne comptait pas passer à côté. C’était le moyen de ne pas se retrouver toute seule dans son dortoir.

Son surveillant arriva pour la raccompagner et aussitôt, la troisième année s’empressa de l’avertir de son besoin de ce cours de soutien. Mais avant de s’y rendre, la jeune louve remonta jusqu’à son dortoir où elle se changea et récupéra son sac. Elle espérait y trouver les autres loups-garous de l’école, ne les ayant pas croisé en chemin. Si ses souvenirs étaient bons, ils n’étaient pas non plus dans la grande salle. Sûrement que la demoiselle se trouvait déjà être en retard pour le cours du Professeur de Métamorphose. Sans se soucier de son surveillant, à sa poursuite, elle avançait rapidement dans les couloirs, descendants ensuite les escaliers, jusqu’à parvenir au premier étage où se trouve normalement la salle de cours. La porte était déjà fermée et elle se risqua à entrer discrètement après avoir frappé quelques coups pour s’annoncer.

« Pardon pour mon retard monsieur. »

La brunette remarqua qu’il y avait déjà pas mal d’élèves présents et d’années différentes. Elle repéra une table de libre, se hâtant pour s’y installer. Son sac sur les genoux, elle en sortait quelques parchemins, de l’encre et une plume, n’écoutant que d’une oreille ce qu’il se passait. Il était question de la Prof de sortilèges et enchantements. Sidney était déjà au courant de toute l’histoire, fréquentant des élèves de la Maison Serpentard, il ne pouvait en être autrement. Mais elle tombait complètement sur les fesses en entendant que cette agaçante Todd était peut-être à l’origine de la disparition du précédent surveillant de Wolfgang.

« Est-ce qu’elle l’aurait tué ? »

Sidney, d’ordinaire si silencieuse et discrète, n’était pas parvenue à retenir sa question plus longtemps. Comme le disait le frère de Wolfgang, les Loups-Garous sont seuls dans une Tour et même pas tous ensemble. Ils sont dans des dortoirs séparés, ce qui est encore plus risqué, lorsqu’une personne aussi perverse que Mira Todd se promène dans l’école où ils sont enfermés. Ce qui est sûr, c’est que comme les élèves de Serpentard, Sidney va arrêter de se rendre dans les cours de cette horrible femme. Par chance, le Professeur de Métamorphose était à leur écoute. Gryffondor ou non, il semblait bien décider à leur venir en aide.

« Monsieur. Et si elle retourne dans les dortoirs ? Que pouvons-nous faire ? Les élèves sont-ils autorisés à se défendre dans un cas comme celui-là ? Mais, c’est peut-être la Directrice qui la pousse à faire tout ça. N’importe qui d’autre aurait été mis à la porte. Si elle ne dit rien, c’est pour une bonne raison. Elle attend peut-être qu’un loup-garou réagisse pour tous nous renvoyer. Tout le monde sait qu’elle déteste les élèves comme nous. »

Même tous les élèves en général. Cette femme, contrairement au Professeur McGonagall, n’impose aucune sympathie, ni même aucun respect. Tout ce qu’elle fait, c’est détruire les adolescents qui passent dans cette école, encore pire quand ceux-ci sont atteints de lycanthropie. C’est vrai, mais quelle idée ils ont eu de se laisser mordre par Greyback. Certainement que c’est à ça qu’elle pense, dés qu’elle croise du regard, l’un de ces élèves. La petite Sidney en est certaine et tout ça, c’est organisé par le Ministère de la Magie. Depuis toujours, les loups-garous sont mal vues dans la société.
Le sentiment de ne pas être aimé est la plus grande des pauvretés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ardal Ødegård
Professeur de Métamorphose et Directeur des Gryffondors
Âge du personnage : 30 ans
Nombre de messages : 99
Célébrité sur l'avatar : Colin Donnell
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Déc - 17:16
Une matière aussi puissante que dangereuse
Par la barbe de Merlin, la prochaine fois, Ardal s’abstiendra de demander à ses élèves s’ils vont bien. Il était perdu dans toute cette affaire. Bien sûr, il avait compris que quelque chose s’était passé, mais il n’imaginait pas que c’était à ce point. Il est certain qu’avec de telles nouvelles, les enfants n’ont pas vraiment la tête à se concentrer sur un cours de soutien et leur Professeur de Métamorphose ne pouvait pas leur en vouloir. Lui-même n’était plus certain d’être en mesure de donner cours. Qu’était-il passé par la tête de cette dondon ? Il y a un règlement à suivre. Il y en a même deux. Celui des élèves et celui des Professeurs. Bien entendu, sans aucune règle, ce serait l’anarchie la plus totale. Si les enfants doivent se plier à certaines choses, il en va de même pour les adultes. Et puis, ça coule de source. Si vous ne voulez pas que les enfants viennent se promener dans vos appartements, vous ne leur faites pas le coup. Le respect ne va pas que dans un sens.

« Je comprend la colère de certains et la crainte d’autres. C’est parfaitement logique. Le respect ne doit pas aller seulement des élèves aux adultes, l’inverse est également de rigueur. Je pensais que c’était quelque chose d’acquis de tous. »

Il pensait également ce n’était pas quelque chose qui devait être expliquer aux adultes. Il faudrait être vraiment une triple buse pour ne pas comprendre ça naturellement. Visiblement, sa collègue était une triple buse.

Toujours assis sur le coin de la table, son regard se posait sur chaque élève qui prenait la parole. Et le rôle d’un Professeur, ce n’est pas seulement d’enseigner, c’est aussi d’être là pour répondre aux interrogations des gamins, les aider lorsqu’ils ont des problèmes et pas seulement dans le cadre du cours. Ces enfants leur sont confiés par leurs parents. Durant de longs mois, ils sont séparés de leurs familles. Les Professeurs font également offices de tuteurs quelque part. Ils se doivent de veiller à la sécurité de tous ces gamins qui leur sont confiés. Alors si un adulte déraille et fait n’importe quoi, le problème des gosses devient automatiquement celui des autres Professeurs de l’école. Ardal comptait bien en parler à ses collègues afin de régler le problème au plus vite. Cette personne devait être écarté de Poudlard et même de toutes les autres écoles. C’est un danger public.

« J’ai une excellente mémoire, je prend note de tout ce que vous me dites. »

Ils devaient savoir qu’ils ne discutaient pas dans le vent et que le Directeur de la Maison Gryffondor était totalement de leur côté. Il s’étonna par contre, concernant quelques paroles sur l’une de ses autres collègues.

« Je ne peux me prononcer à ce sujet, votre Professeur de Simulation Réelle n’est pas du tout mon genre. »

D’une franchise à toutes épreuves, Ardal ne savait même pas vraiment pourquoi il venait de leur dire ça. Peut-être seulement pour couper court à cette discussion. Mais pour ne pas avoir le retour des questions, sur ce qui pourrait être son genre de femmes justement, il se releva en se frottant les mains avec un sourire qui se voulait angélique alors qu’il était bien plus que forcé.

« Tout ce que vous venez de me dire, concernant le Professeur Todd me pousse à ajourner ce cours. Il y a plus urgent sur le feu, je dois aller voir ce que je peux faire pour vous aider. Je vous souhaite à tous une bonne soirée et si vous avez besoin, je ne suis jamais bien loin. »

Il laissa les gamins quitter sa salle de classe et quant à lui, après avoir rangé toutes les affaires d’un mouvement de baguette magique, il partit aussitôt voir ce qu’il pouvait faire et en toucher quelques mots aux autres enseignants de l’école.

HJ : je me suis permis de fermer le cours, parce qu’il n’est plus d’actualité. Nous en referons un autre plutôt dans la phase deux. Merci à ceux qui ont participé
© Nalex


It feels like a good a time as any to bring it back.Do you remember what you told me? It takes a monster to kill a monster.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Une matière aussi puissante que dangereuse
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Plante dangereuse
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]
» 1er cours de 3é année : L'introduction à la matière [Close]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: