RSS
RSS



 


 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Les Etages :: 5ème étage :: Salle des professeurs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LIBRE - Une enquête à mener

avatar
Archibald Macpherson
Professeur de Potions
Âge du personnage : 32 ans
Nombre de messages : 207
Célébrité sur l'avatar : Heath Ledger
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Mai - 15:50
Une enquête à mener

Libre aux Professeurs
Il est si difficile de ne pas tout envoyer promener, quand faire la part des choses est devenue quelque chose de totalement impossible. Ma vie prenait un virage qui n’en finissait pas. Je n’en voyais pas la fin, cette route si sinueuse ne faisait que de continuer de cette façon. Toujours les mêmes problèmes, mais aucune trace de solution. Et plus ça va, moins ça va justement. Ma femme sortie de Sainte Mangouste, l’engouement des premiers jours, avait laissé place à la crainte, alors que je retournais à Poudlard. Elle a été prise en charge par son amie Kate, mais ce n’est pas tout! Arabella compte récupérer Kenneth. Chose totalement absurde alors qu’elle est incapable de prendre soin d’elle seule, lorsqu’elle n’avale pas ces nombreuses potions et parfois même avec. Elle n’est pas en mesure de s’occuper d’un enfant. Je l’ai vu en pleine crise, lorsque je lui rendais visite à l’hôpital. Lui laisser un gamin c’est un risque de chaque instant. Et moi qui comptais sur une aide de la part de Kate, je ne m’attendais sûrement pas à ce qu’elle tente de l’aider dans cette direction. Je gardais pour moi, l’endroit où notre fils se trouvait, mais ce n’était qu’une solution temporaire. Je savais que la piste finirait très vite par être remontée jusqu’à Connor, qui n’imagine même pas dans quelle merde je l’ai foutu sans le vouloir. Mais tout ça n’était qu’une petite partie des embrouilles qui font ma vie. A Poudlard ce n’était pas mieux. Cette vieille folle prenait les élèves pour des délinquants juvéniles, faisant plus ressembler le château à une maison de redressement qu’à une école de magie. Même à Durmstrang, les élèves sont beaucoup mieux traités. Pour y avoir fait mes études et ensuite enseigné, je sais parfaitement de quoi je parle. Mais il n’y a rien à faire. J’ai tenté de lui faire lâcher prise sur certaines règles totalement absurdes, sauf qu’elle se braque à la première critique. Ce n’est qu’injustice de traiter ainsi les enfants, alors que certains Professeurs s’offrent des libertés comme s’embrasser devant tous les gamins. Il est impossible de gagner le respect des élèves, si le règlement n’est pas appliqué également par les adultes. Mais une fois encore, je me heurtais à une personne totalement bornée et incapable de reconnaitre ses erreurs. L’envie de retourner son bureau s’emparait toujours de moi, mais je ne pouvais pas prendre le risque de me faire virer en laissant tous ces gamins entre les mains d’une dingue. De mes longues années d’enseignement, c’est bien la première fois qu’en plus d’être Professeur de Potions, je me vois devenir une sorte de protecteur de tous ces enfants, contre la Direction de l’école dans laquelle ils devraient être en sécurité et non persécutés. Je ne peux pas me permettre d’agir seul. Entre Poudlard et mes problèmes personnels, je commence sérieusement à me perdre. Il me faut un coup de main, mais avant de frapper aux portes, je préfère prendre la température auprès de mes collègues.

Les bruits de couloirs vont bon train et j’ai entendu dire que des Professeurs étaient du côté de Hikkins. Dans mon intérêt, il me faut vite les repérer. Je sais de la bouche de ma propre fille, qu’il y a déjà Mira Todd dont il faut se méfier. Ce qui ne m’étonne que légèrement, c’est elle qui a prit la liberté d’embrasser un autre Professeur devant les enfants, sans en être inquiétée par la Directrice. Et à présent, elle bafoue une autre règle en entrant dans les Salles Communes des Maisons d’études. J’ai eu le temps de lire le règlement de l’école de long, en large et même en travers, il rejoint assez celui que nous avions à Durmstrang. Je sais que ce genre de pratiques est totalement interdites et soumises à de très lourdes sanctions. Hors, pour le moment, Hikkins semble passer l’éponge, une autre preuve de leur alliance. Je peux maintenant me servir de ce détail crucial pour savoir où se situent les autres Professeurs.

L’air de rien, je m’étais rendu en Salle des enseignants, marchant machinalement vers la cafetière. Je saluais mes quelques collègues présents, d’un geste de la tête tout en me servant un café. Je m’étais installé dans un fauteuil pour feuilleter la Gazette du Sorcier, écoutant d’une oreille distraite tout ce qui était dit dans la salle. Certains Professeurs parlaient simplement de bêtises d’élèves pendant les cours, alors que d’autres se racontaient leur dernier week-end. Je bouffais des lignes et des lignes de mots que je lisais à peine, jusqu’à relever les yeux seulement lorsque la porte s’ouvrit enfin sur un autre de mes collègues.

« Bonjour Severus. » Visiblement plus que pressé, il ne m’adressa qu’un rapide regard avant de repartir aussitôt. « Heu au revoir Severus, je suis ravis d’avoir eu cette conversation avec toi. »

Mon prédécesseur à l’enseignement des Potions semble légèrement irritable depuis quelques temps. Je pense en connaitre la raison et je me demande s’il a déjà régler ses comptes ou s’il prépare sa vengeance. Son attitude le lave de tous soupçons. Il ne serait pas autant sur les nerfs, s’il était du côté de la Directrice de l’école.
acidbrain




A man with nothing to fear is a man with nothing to love
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley N. Vongkham
Briseuse de Sorts à Gringotts
Âge du personnage : 31 ans
Nombre de messages : 247
Célébrité sur l'avatar : Anna Silk
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Juin - 10:07



Une enquête à mener
Ft Les professeurs.




La fraicheur hivernale n'avait pas beaucoup d'admirateur. Il faut dire que la douce chaleur des mois d'été était beaucoup plus plaisante à supporter, que les couches de vêtements et la menace constante d'un rhume. Il y avait pourtant un point positif à ces températures glaciales, en total chute libre, c'était les nuits plus longues. Riley appréciait tout particulièrement cette saison, pour cela. Une seule raison qui avait une importance capitale pour elle. Plus la nuit était longue, oscillant au gré du climat, plus la louve pouvait se promener à loisir. Tant que la lune brillait haut dans le ciel, tant qu'aucun rayon de soleil ne venait briser cette magie, ces volutes laissaient libre ces enfants de la nuit. Les laissant transformer plus longtemps que la normal. Même si elle n'en avait strictement aucune conscience, elle sentait la différence, aussi faible soit-elle. Plus de temps, c'était plus d'apaisement. Un bienfait, un calme, une sérénité qu'elle regagnait après des jours et des jours d'agitation continue et de mauvaise humeur. Son caractère était plus que jamais impacté par celui de cette douce moitié, de cette part animale bien camouflé. C'était donc de manière relativement paisible que la louve avait regagné la haute stature du château. La nuit avait été sublime, bestiale à souhait, la traque excellente. Le cadavre ensanglanté d'un animal à ses côtés au réveil, en avait été la preuve. La forêt interdite regorgeait suffisamment de proie, ce qui lui avait permis de ne pas se diriger vers le château et les élèves endormis.

Un risque qui aurait pu se produire quand on savait que les loups cherchaient irrévocablement leurs congénères, un partenaire de chasse ou de jeu. Alors même si ces jeunes louveteaux avaient encore tout à apprendre de leurs conditions, s'ils avaient émis le moindre son que son ouïe, sur-développée à ce moment là, aurait pu entendre, elle aurait foncé dans leur direction. Elle aurait dû mettre plus de distance entre cette masse de tentation et elle, mais ces amas d'arbres sombres, au nom enjôleur, l'avait tentée plus que de raison. Tout interdit devenait presque exaltant avec elle et elle avait voulut vivre le jeu. Elle le recommencerait d'ailleurs volontiers à l'occasion. Rattachant à la volée sa chemise légèrement froissée, disciplinant ses cheveux en pagailles, elle rentra à l'intérieur de l'enceinte sous le regard pratiquement médusé des surveillants. Ces pauvres fous n'avaient pourtant plus rien à craindre, s'ils avaient dû y laisser quelques gouttes dans leurs pantalons en attendant hurler la louve, le danger était passé. Jusqu'à la prochaine pleine lune. Ravie d'avoir créer cette peur, espérant ainsi avoir la paix, d'excellente humeur, elle leur fit un sourire arrogant, carnassier. L'effet fut escompté, ils tournèrent les talons, lui laissant le champ entièrement lire pour se balader à sa guise. La longue nuit de veille commençait à peser sur ses épaules. Le manque de sommeil était la pire des conséquences à contrer, du moins pour elle. Là où tous ses congénères se préoccupaient des atrocités qu'ils auraient pu commettre, ou de leur blessure, la briseuse de sort prenait uniquement attention à savoir comment tenir la journée.

Était-elle blessée? Oh oui, sa proie avait de toute évidence lutté. Des égratignures jonchaient ses bras et elle avait une entaille relativement profonde à la main droite, rien d'insurmontable quand on avait connu pire. Cherchant à trouver son remontant, elle se dirigea vers la salle des professeurs. Cette oasis professoral lui donnait pourtant la nausée. L'Allemande n'était pas une grande amatrice de ces réceptions de groupes, de ces effets de masse qui parlait chiffons et élèves. Sa sociabilité supportait assez mal ce genre de rencontre, mais là, elle avait vraiment besoin d'un remontant. Arrivée devant la porte, elle manqua d'un cheveu de réaliser un frontal avec Severus Rogue, le directeur des Sepentard. Les deux mages noirs se toisèrent un instant dans le silence le plus complet. Riley ne cilla pas, elle ne bougea même pas, elle se contenta d'esquisser un mouvement de tête, en guise de salutation à son égard. Un acte qui obtient une réponse identique. Qu'il se rassure, elle se moquait bien des guerres internes, et des blabla du reste. Tout cela ne l'intéressait pas, vraiment pas, elle avait d'autre chat à fouetter que gérer des sorciers aux gamineries infantiles. Le suivant un instant du regard, la brunette poussa enfin la porte pour tomber sur une masse du monde. Eh merde. Un soupire lui échappa, tandis que son regard se refermait, espérant que cela soit suffisamment clair pour qu'on lui laisse la paix. S'esquivant vers la machine à café, elle reconnut quelques visages dont celui d'Archibald. Au moins une tête amicale dans ce lot de fausseté.

Choisissant de se diriger d'abord vers la machine qui allait lui fournir sa boisson, elle y fila sans demander son reste. Son gobelet récupéré, elle scruta ce liquide infâme qu'il osait nommer café. Jus de chaussette infecte aurait été plus rapprochant, mais qu'importait. Le principal était la caféine qu'il contenait, pas le reste. Son café coincé entre ces paumes, la trentenaire s'était assise sur le coin de la table, à une distance relativement courte de son collègue de potion. Était-ce mal venue, déplacé comme assise? Totalement, mais elle aimerait voir le premier qui oserait lui faire une réflexion. Amusée, sourire aux lèvres, elle prit une grande lampée de ce simulacre de boisson avant détourner son regard vers lui. "Tu m'as l'air bien pensif, Archibald, des mauvaises nouvelles?" Voyez quand elle le voulait vraiment, elle pouvait faire la conversation. À choisir, c'était bien une des seules personnes à qui elle comptait adresser la parole. La question était posé au vent, sincèrement, mieux qu'un simple bonjour sans doute. Ces cheveux encore emmêlés, lui tombait des deux côtés du visage, tandis que ses bottes étaient un peu tachées de boues. Il n'était pas stupide, il comprendrait très bien ce qui s'était passé la nuit dernière. Après tout, il devait fournir les élèves en potion tue-loup ou était-ce encore Severus? Aucune idée ! Son regard se tourna un instant vers les petits cancans qu'elle entendait avant de revenir vers le visage de l'homme. "Merlin, comment fais-tu pour les supporter? Des vraies pipelettes mais aucun courage quand on parle de face à face." Son ton s'était fait plus bas, plus doux. Ses prunelles entièrement tournées vers lui.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Archibald Macpherson
Professeur de Potions
Âge du personnage : 32 ans
Nombre de messages : 207
Célébrité sur l'avatar : Heath Ledger
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Juin - 10:44
Une enquête à mener

Libre aux Professeurs
L’école était gigantesque mais jamais calme. Depuis le début de l’année scolaire, je l’avais appris à mes dépends. Vacances ou non, c’était pareil, des élèves grouillaient un peu partout. Ils avaient tous leurs lots d’ennuis, plus ou moins importants et intrigants. Je dois admettre que j’en entendais souvent des vertes et des pas mures. Mais entre leurs disputes insignifiantes et les réels problèmes des élèves atteints de lycanthropie, il y avait un monde. Ces derniers sont constamment traités comme des pestiférés, des criminels, voir pire. Ils sont diminués, non pas par leurs camarades, comme on pourrait s’y attendre, mais par la Directrice elle-même, poussant les élèves à faire front. Un mal pour un bien, il ne fait aucun doute. Les enfants prennent à coeur le problème de leurs amis, trouvant ce traitement injuste. Que dis-je, châtiment même. Je côtoie des personnes atteintes de lycanthropie depuis quasiment toujours. Moi-même encore étudiant, je m’étais lié d’amitié à Riley, lorsque nous étions à Durmstrang. Et à présent, Doyle fait largement partie de mes meilleurs amis, me chargeant même de la protection, pour ne pas dire de l’éducation de son fils loup-garou lorsqu’il se trouve dans l’école.

En tant que Professeur de Potions, il est également de mon devoir de prendre en charge la création de la potion-tue-loup. Si je ne mêle jamais des problèmes des élèves en général, je dois admettre que dans cette école, il faut du soutien à toutes ces victimes de la dictature d’Hikkins. Par chance, j’ai également l’aide de Ardal mais je ne serais pas contre un coup de main supplémentaire. Inutile de chercher auprès de Severus, qui brille par son silence et ses absences, comme si le destin de tous ces gamins ne l’intéressait pas.

Je me trouvais songeur en salle des professeurs, observant les allers et venus de mes collègues. Dois-je en soupçonner plus encore ? Plutôt perdu, je me demandais si je n’étais pas l’une des rares personnes de cette école, à me soucier de cette chasse aux loups-garous qui reprenait peu à peu. Les parents de tous ces gamins sont-ils à ce point aveugles qu’ils laissent ainsi leurs progénitures aux mains de cette vieille folle ?

Le fil de mes pensées ne tarda pas à être coupé par l’arrivée de Riley. J’ignore quel était le but d’Hikkins, en employant un professeur lycanthrope, mais si c’était pour endormir les doutes de certains, elle se trompait terriblement. Je ne suis pas dupe, je sais qu’elle manigance quelque chose, mais que Riley ne doit pas en savoir plus non plus. Tel un pion que la Directrice manipule à sa guise également, elle pourrait vite devenir une alliée pour moi, avant qu’elle ne le devienne pour elle. Je pense avoir mes chances, possédant une longueur d’avance sur la vieille peau. Je connais la nouvelle enseignante depuis bien des années à présent. Mais aussitôt, quand mon amie d’enfance s’installa, c’est ses cheveux que je remarquais. J’esquissais un froncement de sourcils, l’observant boire sa flotte aromatisée au café, avant de rétorquer à sa question :

« Mauvaise nuit de ton côté ? » Je sais bien que les transformations ne devaient pas toujours être évidentes. J’essayais autant que je le pouvais, d’aider Doyle avec les siennes, lorsque je n’étais pas à Poudlard, chose difficile je dois admettre. Mais je reprenais mon air sérieux, lorsqu’elle parla des autres professeurs. « Je crois que mon problème ne va pas tarder à devenir le tien. »

Je me rapprochais un peu plus, m’arrangeant pour parler à voix basse et ainsi ne pas me faire remarquer des autres. « Hikkins veut détruire les jeunes lycanthropes. Elle est sur la bonne voie en les isolant de leurs camarades et en les faisant passer pour des monstres. Mais là où je la pensais seule à agir, j’ai récemment découvert qu’elle avait du soutien. Todd n’a de cesse de contourner le règlement sans jamais être inquiétée. Elle harcèle les élèves, lycanthropes ou non. Le petit Wolfgang, on sait tous qu’il ne fait rien de mal hors de son dortoir. Nous le laissons plus ou moins se balader la nuit, pour qu’il ait au moins un peu de répit. Mais elle, elle va jusqu’à le suivre lorsqu’il écrit à son père, pour le menacer à quelques jours de la pleine lune. Tu veux savoir la raison d’après moi ? Le pousser dans ses retranchements, pour le pousser par la même occasion à faire une erreur qui le fera renvoyer de l’école. »

Tournant la tête vers nos collègues un peu trop bavards également à mon gout, je devais faire en sorte que Riley m’aide. Je me doute que sous ses airs bourrus, la condition des enfants comme elle, doit au moins lui tenir un peu à coeur. « Le seul allié de sûr ici, c’est Ardal. Joins-toi à nous pour contrer les plans d’Hikkins et rendre justice aux jeunes lycans. »
acidbrain




A man with nothing to fear is a man with nothing to love
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riley N. Vongkham
Briseuse de Sorts à Gringotts
Âge du personnage : 31 ans
Nombre de messages : 247
Célébrité sur l'avatar : Anna Silk
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Aoû - 11:08



Une enquête à mener
Ft Les professeurs.




S'il y avait bien une salle dans laquelle les élèves rêvaient de pénétrer, c'était la salle des professeurs. Pour eux, ce lieu était empli de mystère et d'inconnue. Cet oasis professorale, cet endroit réservé à leurs enseignants, leur étaient purement inaccessible. À Poudlard, comme dans toutes les écoles de magie, il n'y avait pas énormément de lieu privatisé, si ce n'était les salles communes et les appartements des adultes. Hors celle-ci en faisait partie. Eh c'était pour ce gout d'interdit qu'elle en devenait tentante. Souvent, on imaginait les plus fous scénarios, des discussions à bâtons rompus, des plans pour ennuyer les élèves, ou même la création de ces affreux examens, mais qu'importe qui nous étions, on aimerait tous être une petite souris pour savoir ce qui s'y passe. Pendant toute sa scolarité à Durmstrang, cela avait été aussi le cas de Riley. L'impétueuse brunette ne dérogeait pas à la règle, même si elle avait fait mieux que la majorité d'entre eux, elle y était entrée. Pire encore, elle en prenait villégiature depuis début Janvier. De par son accession au poste, elle était autorisée à trouver désaltérement et repos dans cette salle. Un bonus dont l'Allemande se serait volontiers passée. Elle n'était vraiment pas friande de ces regroupements de masse et de ces conversations toutes plus fausses les unes que les autres. De ses grands sourires ironiques, alors qu'on en pensait tout l'inverse. Tout cela la révulsait. Eh pourtant, c'était dans cette direction que marchait la briseuse de sort, une fois sortie de sa transe lunaire. Les effets envolés, son corps d'humain frêle et fragile retrouvé, il fallait qu'elle aille chercher une touche de réconfort, ici sous la forme d'une grande tasse de caféine. Liquide affreux, tourbe et sans saveur. Mais c'était ainsi. Ce simulacre de boisson l'aiderait à surmonter la fatigue, qui pesait de toutes ses forces sur ces épaules, causée par une nuit blanche vu qu'agitée. Une activité pour le moins plaisante, sauvage et sanglante dont elle en portait toujours les stigmates.

Si sa démarche féline et agréablement féminine ne laissait rien entrevoir de la douleur qui rongeait son corps, c'était parce que ces plaies s'était essentiellement logée sur ses avants bras. Des picotements lui parcouraient les poignets et la main, sans pour autant être insurmontable. Cela lui rappelait juste que les animaux et sa douce moitié étaient nettement mieux constitués pour résister à la douleur, que se foutu corps dans lequel elle se retrouvait piégée! Cheveux en bataille, botte crottée, elle avait tout l'air de la sauvageonne sortie de son antre végétal, pourtant c'était ainsi qu'elle avait fait irruption dans la salle, la mine fermée. Sans accorder d'importance à ses collègues, elle avait foncé vers sa pourvoyeuse de liquide, avant de s'intéresser un peu plus à ce qui se passait aux alentours. La vision d'Archibald dans l'assistance, pensif et lointain, aiguilla ce début de journée. C'était bien un des seuls avec qui elle avait parfois envie de discuter, vieux souvenir de leur enfance passée et de cette amitié pas forcément gagnée, au vu du caractère solitaire et froid de la demoiselle. Se juchant sur la table, pied sur la chaise, Riley l'interpella tout en prenant des petits lampés de café, les sentant dévaler son estomac, en brulant tout sur son passage. Revigorant, réchauffant..Se tournant vers elle, le charmant brun éluda carrément sa question, en réalisant son état vestimentaire pour le moins déplorable, s'intéressant immédiatement à sa nuit passé. Immédiatement impériale, l'allemande esquissa un sourire carnassier, que dit-elle, carrément sauvage, tandis qu'une lueur redoutable brillait dans ses prunelles. Une mauvaise nuit? Pouvait-on vraiment appeler ça, comme ça ? Surement pas! La louve s'était amusée, elle avait enfin put se déchainer, briser ces chaines, alors c'était plutôt une nocturne rêvée, que révulsée. Déposant son café, elle avait tourné quelques instants ses paumes griffées dans sa direction avant de porter son regard dans le sien, laissant transparaitre tout le bien-être et la plénitude qu'elle avait regagnée.

"Je dirais plutôt que cela a été une nuit de rêve pour la louve. Combat, chasse, traque et mise à mort. Elle est apaisée, moi aussi. Crois-moi, vous ne devriez pas forcer ses élèves à prendre cette potion infecte...". Riley avait volontairement accentué chaque terme parlant de la chasse, ce qui eu pour effet de faire se retourner quelques regards inquiets, dont ceux des surveillants. Elle adorait les martyriser. Puis il était de notoriété publique que lors de la pleine lune les animaux chassaient plus, froide logique. Mais c'était également une manière de lui rappeler, qu'elle avait toujours voulu les vivres pleinement, et qu'elle ne s'en plaignait jamais. Tandis que sa dernière phrase n'était qu'une piqure de rappel, contre ces traitements infligés à ses congénères. C'était impossible, et infernal, il n'était pas des pestiférés, au contraire à ces yeux, ils étaient une élite, des êtres privilégiés. Néanmoins, elle ne le disait pas contre lui, pas contre la potion qu'il savait manier, non c'était contre les lois d'Hikkins. La directrice avait mal choisi son cheval si elle comptait sur elle pour accepter ces conditions. Car toute personne se mettant au-dessus d'elle était considéré comme un ennemis à abattre. La lycanne était une dominante, elle refusait les ordres. Certes, elle acceptait des concessions pour son métier, pour ses idéaux, mais sa flexibilité s'arrêta là. Le visage fixé vers lui, elle avait relevé un sourcil interrogateur en parlant de problèmes. Celui-ci était facile à comprendre : Hikkins, les lycanthropes et leurs traitements inhumains. S'ajoutait à cela le cas d'une professeurs. Si la scolarité et l'apprentissage des élèves étaient loin de son inquiétude, vu qu'elle avait après tout été un peu forcée de se retrouver là, elle trouvait un intérêt nouveau et vivace au cas de ces petits louveteaux. Certains avaient un don de sauvagerie qui lui plaisait comme le petit Funestar, ou une acceptation rapide de leur condition tel Taylor, même la petite Serdaigle aimait ce laisser-aller..Oh oui, elle pourrait faire quelque chose d'eux, moins de la Gryffondor, trop réfractaire et craintive des impulsions de la louve.

Néanmoins savoir qu'on les menaçait, rendait la louve effrayante. Femelle dominante, adulte, même si elle n'avait guère l'habitude, elle veillait sur cette meute, sur cet ensemble et ses oreilles de baissèrent, un léger grondement remonta dans sa gorge, tandis que ses yeux se rétrécir. "Todd? Sortilège, Miss Vélane je veux faire semblant d'aider mon monde? Elle provoque un lycan avant la pleine lune? Hum eh bien si elle cherchait à mourir dans d'atroces souffrances, elle est sur la bonne voie. Mais je peux m'en occuper si tu le souhaites, je terrorise magnifiquement bien les surveillants, ça ne devrait pas être difficile avec elle. Une gamine prétentieuse". Il y avait cette impression de danger qui suintait de chacun de ces mots, un voile pratiquement mortel qui flottait au-dessus de cette proposition. Tout le côté félin à l'affut en ressortait davantage, un mélange étrange, dénotant avec le physique mettons plus agréable de la trentenaire. Lancé par ses phrases, il rebondis sur une proposition alléchante de rébellion, de lutte contre l'oppresseur en la compagnie d'Ardal. Hum le directeur des griffons et prof de métamorphose? Surement. Elle se redressa un peu, jouxtant cette salle hautement hypocrite avant de se rapprocher à nouveau de Macpherson, se baissant dans sa direction. "M'as-tu déjà connu autrement que libre, Archibald? Je hais et piétine chaque règle instaurée, je vis sans mœurs, sans limites, avec ce côté sauvage que j'extrapole. Je me fiche des règles de cette école, mais ces enfants ne sont pas des bêtes à mettre en cages, ils méritent de savoir ce que c'est de vivre en tant que lycanthrope. Crois-tu vraiment que j'accepterais les méthodes de cette vieille harpie? ". C'était plus de la rhétorique qu'autre chose, mais la gamine de l'époque n'avait pas changée. Ou plutôt si, elle avait évolué et s'était enfoncé un peu plus dans ce lâcher prise bestial et parfois cruel. Un délice que ne connaîtront jamais ceux qui renient ce qui sont. "Dis-moi plutôt ce que tu as en tête?". Un sourire mesquin, amusé, pétillant de malice prit place sur son visage.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» LIBRE - Une enquête à mener
» [libre]Une enquête chez soi [Trickbast, rang D, Pirates, Baston & Espionnage]
» Enquête Archéologique (libre)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Les Etages :: 5ème étage :: Salle des professeurs-
Sauter vers: