RSS
RSS



 


 :: LONDRES :: ♣ Quartiers Résidentiels :: Résidences attitrées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

All Hell Breaks Loose | Part 1 [PV Alicia Rogue]

avatar
Eden Swan
Apprentie auror
Nombre de messages : 930
Célébrité sur l'avatar : Shelley Hennig
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 9 Juin - 2:05
9 mars 2000

Elle s'était réveillée en Enfer.
Ou du moins, dans un endroit qui y ressemblait.
Eden n'avait aucun souvenir de la manière dont elle était arrivée dans cette cave humide, enchaînée à un mur de pierre, les vêtements sales et déchirés. Tout ce dont elle se rappelait, c'était le bar. Elle était sortie après une semaine bien chargée, décidée à décompresser... Certes, elle s'était enfilé quelques verres, mais pas assez pour perdre la mémoire. Non, c'était autre chose. On avait dû glisser une potion dans son verre. Elle n'avait pas toujours gardé l’œil dessus... Mais qui ? Elle avait discuté avec quelques personnes, mais ses souvenirs devenaient flous. Et pourquoi ?
Pourquoi. Au fond, il n'y avait qu'une seule raison...
Et cette idée la glaçait d'effroi.
Quelqu'un avait découvert son secret. Et pas n'importe qui. Sans doute la mauvaise personne... Mais qui ? Cette question l'obsédait.
Elle avait vite eu d'autres soucis en tête, cependant.
Un Mangemort masqué était entré dans la cave, baguette à la main. Instinctivement, Eden avait amorcé un geste vers sa poche pour s'emparer la sienne. Ses chaînes l'avaient retenue. Le Mangemort avait ricané.

— C'est ça, que tu cherches ? avait-il demandé en exhibant la baguette d'Eden.

Puis, sans plus de cérémonie, il l'avait brisée en deux.
Eden avait eu l'impression que quelque chose se brisait en elle aussi. C'était stupide. Un simple bout de bois brisé en deux n'aurait pas dû lui faire cet effet-là. Mais Eden était bien placée pour savoir que ce n'était pas un simple bout de bois. Sa baguette l'avait choisie quand elle avait onze ans. Eden avait toujours eu beaucoup d'affection pour elle. Elles avaient le même caractère. Explosif, borné. Elles se comprenaient. Et cette baguette l'avait suivie pendant presque huit ans, sans jamais lui faire défaut. Elle l'avait tirée d'affaire à de nombreuses reprises, notamment à chaque fois qu'elle avait fait face à un Mangemort. Pendant la Nuit Rouge, puis la Coupe du Monde.
Jamais deux sans trois.
Eden ressentait la même terreur qu'elle avait éprouvé à chacune de ces rencontres. Elle détestait ce sentiment de tout son être, mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Cette fois, elle n'avait aucun moyen de se défendre. Pas de baguette. Pas d'alliés. Pas de sauveurs.
Le Mangemort fit un pas vers elle.
Eden eut un geste de recul viscéral. Elle se demanda brièvement qui pouvait se cacher derrière ce masque. Quelqu'un qu'elle avait déjà rencontré ? Elle n'avait pas reconnu la voix, mais la peur paralysait peut-être ses sens au point de la rendre incapable d'identifier qui que ce soit.
Puis elle cessa de se poser des questions.
Une douleur comme elle n'en avait jamais connu venait d'électrifier, brûler, tordre, briser, lacérer, écraser, écarteler son corps tout entier. Elle la ressentit dans chaque centimètre carré de chair, chaque muscle, chaque nerf, chaque os. Elle entendit quelqu'un crier. Elle comprit que le cri venait d'elle lorsque la douleur cessa tout à coup et que sa voix s'éteignit, la laissant pantelante, tremblante, couverte de sueur. Des points noirs dansaient devant ses yeux humides, mais lorsque sa vision s'ajusta, elle s'aperçut qu'elle n'avait rien. Aucune trace, aucune blessure. Seuls ses muscles étaient tendus, comme si elle venait de courir le marathon.
Elle comprit qu'elle venait de goûter pour la première fois de sa vie au sortilège Doloris.
Elle comprit également qu'elle ne voulait plus jamais, pour rien au monde, revivre cette expérience.

— Maintenant que les conditions sont claires, reprit le Mangemort d'une voix doucereuse. Tu vas me dire tout ce que tu sais sur Oswald Hellson.

Eden ne répondit pas. Elle avait deviné dès le début que sa présence ici n'était due qu'à ses liens avec l'anarchie, et plus précisément Darren. Elle déglutit.

— Je ne sais pas grand chose, déclara-t-elle.

Ce qui était entièrement vrai.
Une idée lui traversa subitement l'esprit. Lui avait-on donné du Veritaserum ? Était-elle incapable de dire autre chose que la vérité ? Et si c'était le cas, pouvait-elle contourner la difficulté en mentant par omission ? Tant que les questions restaient vagues, ouvertes et générales, après tout...
Le Mangemort la fixa. Par pur réflexe, le bouclier mental d'Eden se mit en place. Elle avait commencé l'Occlumencie lors de sa dernière année à Poudlard, et ses débuts, faute de guide très solide, s'était avérés fastidieux. Mais depuis qu'elle était anarchiste, elle avait eu l'occasion de parfaire cette discipline sous la houlette de son nouveau mentor, Hellson.
Eden comprit cependant rapidement son erreur.
Une ligne de feu lui lacéra le visage, lui arrachant un cri. Alors que la douleur de l'Endoloris s'était évanouie aussitôt, celle-ci resta bien présente.
Mais supportable, au moins.
Le Mangemort qui lui faisait face était un Legilimens. Il avait tenté de pénétrer son esprit, et s'était heurté à son bouclier, mais il savait qu'elle essayait de se défendre.

— On dirait pourtant que tu as des choses à cacher.

Vrai. Elle savait peu de choses sur Hellson. Rien d'important. Des planques, des plans, de vagues informations personnelles complètement inutiles, comme le fait qu'il ne pouvait pas s'empêcher de lui piquer du dessert quand ils mangeaient ensemble. Mais à part ça... elle ne savait rien. C'était presque une révélation, pour elle. Elle fréquentait Darren presque tous les jours, il était devenu comme un frère pour elle, et pourtant elle ne savait rien de lui.
Sauf une chose. La seule information qui aurait pu revêtir de l'importance aux yeux des Mangemorts.
Eden se mit à réfléchir très vite. Elle ne pourrait pas sortir de là maintenant. Elle devait gagner du temps. Attendre qu'on la laisse un peu tranquille, en espérant que ce moment arrive bel et bien. Peut-être qu'elle pourrait essayer de s'enfuir... En attendant, elle devait résister. Supporter la douleur. Juste un petit peu plus longtemps.
Car elle ne pouvait pas donner cette information-là aux Mangemorts.
Mais elle ne pouvait pas non plus les convaincre qu'elle ne savait rien. S'ils l'estimaient inutile, en fin de compte, ils pourraient la tuer.

— Tu ne tiendras pas longtemps, l'informa le Mangemort. Ton petit bouclier d'Occlumens finira par se briser sur ma volonté lorsque tu seras trop mal en point pour y résister.

Il leva sa baguette.
Eden hurla.


10 mars 2000

On l'avait finalement abandonnée à son sort, toujours enchaînée dans la cave. Le sang s'était ajouté à la crasse qui lui couvrait la peau et les vêtements. Chaque parcelle de son corps lui faisait mal. Elle avait le visage tuméfié et les membres couverts de lacérations et de brûlures. C'était tout de même moins douloureux que l'Endoloris, mais c'était plus permanent. La douleur, constante, ne lui laissait aucun répit. Elle avait soif, elle avait faim, elle était épuisée, et elle avait l'impression d'avoir passé des jours dans cette pénombre.
Tout ce qu'elle avait trouvé à faire pour se donner du temps et du répit, c'était lâcher des miettes. Raconter comment elle avait connu Hellson, ce qu'ils avaient fait ensemble, des missions passées concernant l'Héritage, quelques plans sans contour bien précis.
Elle avait tenu bon. Mais il apparaissait désormais évident qu'elle ne parviendrait jamais à s'échapper seule. Les chaînes lui laissaient assez de mou pour s'allonger par terre et atteindre le charmant petit seau où elle était censée faire ses besoins, mais elle avait beau eu tirer de toutes ses forces, elles étaient solides. Peut-être magiques.
Elle commençait à perdre espoir.
Plusieurs Mangemorts s'étaient essayés au nouveau jeu du moment, « Torturons Eden ». Chaque fois qu'elle entendait quelqu'un s'approcher de sa cellule, elle se demandait si elle allait finalement renoncer. Car elle finirait par le faire. Elle en était persuadée. Ce n'était qu'une question de temps.

La porte de la cave s'ouvrit à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1783
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Juil - 11:24



All Hell Breaks Loose
Ft. Eden Swan


Plus les ténèbres envahissaient notre monde, supprimant toutes les possibilités d'amélioration, plus il était compliqué pour les hommes d'avoir confiance en leurs congénères. Accorder celle-ci, plus que jamais depuis des mois, devenait une arme à double tranchant et passait par d'innombrables preuves de bonne foi, censé prouver à votre interlocuteur que vous n'alliez pas le mener en bateau, ni le trahir. C'était à cause de cela qu'Alicia se dirigeait aujourd'hui en direction du manoir Greenwood, ayant été convoquée par le Lord, lui-même, ou en tout cas par un de ses fidèles serviteurs. Une pensée qui lui glaçait le sang, tant la menace sous-jacente était présente, tout le temps. Alors se jeter, entre guillemets, dans la gueule du loup de manière volontaire, lui déplaisait. Mais elle n'en avait pas le choix, elle ne l'avait plus depuis longtemps, elle le savait. Tout avait basculé pendant le bal de Noël. Cherchant à soutenir son mari dans son jeu plus que dangereux, souhaitant préserver le plus possible ses enfants des mages noirs, elle avait fait le choix de s'y plonger elle-même, en précisant qu'elle les aiderait. Certes, elle avait pensé leur donner un coup de main, uniquement pour le cas de Goldstein, mais le mage avait pris cela comme une promesse à long terme. Si cela la rendait tendue et stressée, elle acceptait ce châtiment sans vraiment broncher. Après tout, c'était pratiquement de sa faute si la confiance en leur famille avait considérablement dégringolé, si tout était à nouveau à refaire. Alors, elle pouvait bien s'y jeter elle-même pour réparer ses dégâts et éloigner l'épée de Damoclès qui pesait au dessus de leurs têtes, pour trahison. Puis elle avait conscience que Severus ne pourrait pas prendra ce poids seul, sur ces épaules, et comme elle l'avait dit devant monsieur le prêtre, entre eux et malgré les conflits, c'était pour le meilleur et pour le pire. De toute façon, la brune préférait que se soit-elle plutôt que ses enfants. Le choix était donc vite fait. Elle préférait ne plus savoir se regarder en face que de les voir devenir des criminelles à sa place...

Soupirant profondément, ravalant sa crainte et la boule d'angoisse qui venait de croitre au fond de son estomac, elle se composa un visage de rigueur et releva ces barrières d'occlumens avant de transplaner devant la demeure familiale des sangs purs. La matinée était sombre tout comme le serait certainement le service qu'il s'apprêtait à lui demander, ou plutôt l'ordre à exécuter. Levant la tête, scrutant l'aurore qui s'élevait dans le ciel, elle passa la barrière de sécurité sans encombre, agitant simplement sa baguette dans l'air. Les portes arrivèrent beaucoup trop vite à son vite à gout, mais sans en paraître plus perturbée que cela, elle leva le poing et toqua à celle-ci. Telle une reconnaissance, sans doute magique, elle tourna sur ses gonds, laissant entrapercevoir plusieurs elfes de maisons occupées dans leur tâche. Sachant très bien qu'elle devait soi-disant détester ces ignobles créatures, ce qui n'était pas le cas vu qu'elle avait toujours été charmante et polie avec ceux de son père, elle les ignora le regard haut et lointain. Il ne fallait pas oublier ce détail, c'était que pour l'instant et jusqu'à sa sortie, elle était une sang pur fier de ce statut. La femme d'un mangemort éminent et utile au lord. Point. Le reste n'existait plus. Ne devait pas exister, même. Son périple fut rapidement arrêté par une silhouette toute vêtue de noir qui se dirigeait prestement vers elle. Un haussement de sourcils interrogateurs et elle suivit sa progression jusqu'à reconnaitre l'homme, une fois son masque blanchâtre ôté. Desmond Greengrass lui faisait face, une lueur pratiquement amusée dans le regard, trop ravi, bien trop d'ailleurs pour ce qu'il s'apprêtait à lui dire.


-Ah Rogue, nous sommes content de te voir arriver aussi rapidement, parmi nous. Sa mâchoire se crispa, mais son expression ne bougea pas. Un masque lissait ses traits, les rendant indéchiffrables, une véritable statue, autant dire qu'elle avait eu le temps de mimer un expert en la matière. J'ai une mission à te confier de la part du maitre et je trouve que cela peut être rudement intéressant pour toi. La brune avait fait un mouvement de tête dans sa direction pour l'inciter à continuer sur sa lancée, alors qu'elle sentait son estomac se crisper et que le vide régnait toujours sous son crâne. La future quadragénaire savait que son interlocuteur était un legimens, le choix de cet homme devait certainement être délibéré, à voir si c'était contre elle où contre quelqu'un d'autre, voir les deux... Nous avons dans nos geôles une pensionnaire plutôt revêche, qui refuse de nous dire quoi que ce soit malgré nos innombrables tentatives, tu t'en doutes bien. On a déjà pratiquement tout essayé. Elle reflua les images d'horreur qui naissaient dans son esprit, alors qu'il prenait véritablement un malsain plaisir à les lui décrire. À choisir mieux valait mourir directement de leur main que de devenir leur petit jouet. Alors on s'est dit que la confronter à une autre occlumens pourrait faire bouger les choses. Puis qui sait, tes petites techniques d'interrogatoire d'auror pourrait marcher?! Elle venait de le fusiller du regard, percevant la pique sur son métier. De plus, tu peux considérer cela comme une chance qu'il te laisse de rattraper tes erreurs...

Plus il parlait, plus la mère de famille en venait à la conclusion que c'était surtout lui qui l'avait pensé, tous seul. Peut-être qu'il était vraiment question de la tester, d'une manière ou d'un autre, mais tout le reste, elle pensait bien que c'était l'homme en face qui l'avait choisi de son propre chef. Ce qui ne lui disait rien qui vaille. Malheureusement pour elle, il ne continua pas son explication plus loin, la laissait perdue et perplexe vis-à-vis de l'erreur à soit-disant réparer et lui fit comprendre de lui emboiter le pas en direction des sous-sols. Bientôt une des innombrables pièces reculées fut dans son champ de vision et il l'ouvrit sans se donner la peine de la vêtir d'un masque, alors qu'il avait remit le sien. Elle pouvait deviner le côté jouissif qu'il avait de faire cela, de la faire devenir une cible si la personne s'en échappait, bien qu'il y en ait peu de chance. La porte fit un bruit déchirant et elle se retrouva rapidement dans cet endroit délabré, ou la vie humaine n'avait pratiquement plus aucun poids. C'était des animaux en cage, qu'on nourrissait que si on ne l'oubliait pas, les laissant se débrouiller pour le reste, anéantissant toute dignité. Elle força les plus fortes barrières qu'elle pouvait à se mettre en place, alors que la surprise traversa ses prunelles quand elle fit face à la silhouette recroquevillée dans un coin: Eden Swan. Le choc était rude et brutal pour Alicia. Parce qu'elle la reconnaissait, bien sur que oui. Elle lui avait sauvé la vie lors de la Nuit Rouge, un acte qu'elle lui avait rendu par la suite. Puis elle l'avait côtoyé au ministère parce qu'elle voulait suivre la voie des aurors et surtout elle avait été amie avec sa fille. Elle était perturbé de la voir là, les vêtements en lambeaux, le visage tuméfié et le corps meurtri de blessure, bleu et coupure, en bref le corps en charpie. Mais elle comprenait maintenant pourquoi elle comme nouveau bourreau. Quoi de plus drôle dans leurs manières de penser que de la mettre face à celle qu'elle avait aider, soi-disant en ignorant tous? Mais que faisait-elle là? Pourquoi se retrouvait-elle enchainée et attachée? Pourquoi être devenue leurs cibles.

-Voici la jeune gamine dont je te parlais Rogue... Ce connard le faisait exprès. Cette petite est une anarchiste, proche de Hellson. On veut tout savoir. Alors, je vais peut-être vous laisser faire connaissance toutes les deux.

Il s'était reculée dans la salle, mais ne comptait visiblement pas en partir, comme s'il voulait assister au spectacle, mais assister à quoi? C'était ça qu'il voulait? Qu'elle la torture devant lui pour chercher des réponses? Merlin... Son regard s'était posé sur la jeune fille, sale et sans doute dénutrie. Elle avait l'impression de se prendre un coup en traitre et surtout, elle ne doutait pas d'une quelconque réaction violente à venir, à son égard. Pourtant il fallait bouger, parce que si elle restait immobile, elle allait très vite rejoindre la situation de la jeune femme et nul doute que le jeu serait malheureusement plus long et douloureux. Oh que oui, Alicia n'aurait plus de voix avant qu'on la laisse tranquille tellement elle se serait brisé par ses cris. Mais elle voulait se raccrocher à cet espoir, si elle sortait d'ici, elle savait exactement qui prévenir pour tenter de sauver Eden : Son fils. N'était-il pas anarchiste? Il ferait remonter la piste. Mais pour cela, elle n'avait pas le choix, si la vie devait encore battre dans les veines de la brune, il fallait qu'elle ressorte de cette prison en vie! Le regarde de Desmond restait posé vers elle, riant par anticipation. Elle devait faire abstraction de tout et plonger dans cette noirceur. Par Morgan, comment son mari avait put suivre et survivre tous ces années? Dans cet instant, elle se le demandait.

-Eh oui, surprise... Difficile de croire aux apparences n'est-ce pas, Miss Swan? Sa voix était sortie étonnamment plus froide, lointaine, étrange même a ces oreilles. Un automate, une autre personne prenait les devant, essayant de ne pas réfléchir trop longtemps à ce qu'elle faisait. Lentement, elle avait contourné la jeune fille, mimant peut-être le prédateur qui juchait sa proie, cherchant l'angle d'attaque. Alors comme ça on veut jouer sur plusieurs tableaux? Les aurores et les anarchistes? Hellson, vraiment? Eh moi qui pensait que tu étais une vraie Serpentarde, j'aurais dû laisser Bellatrix faire... Enfin soit, mon cher collègue a dû te donner les règles, n'est-ce pas? Les réponses où on continue? Ah oui, j'oubliais, je sais que tu es occlumens ma cher, mais il n'y a rien de plus complexe que de garder cette protection en pleine douleur. Voilà aussi une des raisons qui le faisait rester dans la pièce, il voulait essayer d'entrer dans sa tête pendant que son corps ne répondrait plus.. Commençons.

Alicia n'avait aucune, vraiment aucune, envie de lui lancer le moindre sort, surtout pas un impardonnable, mais avait-elle le choix, ainsi surveillé? Non, clairement pas. Dès son entrée ici, elle n'était plus maitre de ces propres actions, du moins si elle voulait une chance d'améliorer plus tard sa situation. Avait-elle déjà lancé se sort? Non plus. Si elle combattait les mages noirs, si elle en avait déjà tué par légitime défense, c'était rarement en lançant ces trois-là. L'ancienne Serdaigle se savait douée en sortilège, suffisamment pour arriver à créer l'effet escompté, mais le problème résidait dans le faite qu'elle ne souhaitait pas lui faire mal. Aucune haine ne parcourait ses veines à l'encontre d'Eden, au contraire c'était de la pitié. La seule colère qu'elle pouvait ressentir venait de son vis-à-vis, qui méritait cent fois plus le doloris, que la jeune anarchiste. Mais l'attaquer lui, c'était ce condamner a ne plus remonté et elles ne feraient pas cinq mettre sans se faire repérer. Il fallait rester réaliste. Cessant de tergiverser, Alicia avait levé sa baguette. Mise comme elle était, il n'y avait qu'elle qui voyait vraiment son regard, un regard assombri, pratiquement désolé, malgré la dureté de ses traits. Elle avait cligné les yeux et envoyé ce sortilège immensément douloureux en informulé. Un simple sort et elle avait l'impression de se perdre un peu plus, de glisser vers le fond, d'abandonner ces principes, alors que son corps s'agitait. Bien que cela n'avait sans doute rien avoir avec ceux des autres, beaucoup trop faiblard, mais la femme de Rogue n'avait pas leur volonté féroce de douleur et de destruction. Pour l'empêcher d'en rire et donc de se compromettre, elle avait bâillonné ses lèvres.

- Je n'aime pas quand on geint comme des gamines... Justifia-t-elle, alors qu'elle levait les deux sorts... Reprenons, qu'est-ce que tu sais sur ce cher Hellson? Bien que je comprenne que tu ne veuille rien dire avec la présence de ce gardien... Nous pouvons rester quelques instants seule, si tu préfères?

Ses paroles restaient menaçantes, faisant planer le doute, alors que la brune espérait de tout cœur qu'il accepte de sortir d'ici. Cela lui faciliterait énormément la tâche. Un sortilège cuisant viens couper une nouvelle fois sa joue.

-On répond quand on est bien élevée.

Une étrangère, elle était une étrangère pour elle-même. Une personne qui se dégoutait, tout simplement... Elle avait beau savoir que c'était la seule solution viable, entre ces quatre murs, cela n’empêchait pourtant pas la bile et la nausée de commencer à pulser, autour d'elle...


Hj: Désolée pour l'attente, j'espère que cela te plaira



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Swan
Apprentie auror
Nombre de messages : 930
Célébrité sur l'avatar : Shelley Hennig
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Sep - 3:23
Eden ne releva pas immédiatement la tête. Elle avait décidé de se faire passer pour inconsciente, ne serait-ce que pour grappiller une seule seconde supplémentaire de répit relatif. C'était pathétique, mais elle n'en avait plus rien à faire. Au cours de ces dernières heures, elle avait hurlé et pleuré plus que de raison. Ce n'était plus le moment de jouer les filles invincibles. La situation toute entière lui avait prouvé qu'elle était horriblement faible. Horriblement humaine.

Deux Mangemorts au moins avaient fait leur entrée. Le premier, un homme, évoqua un nom qu'elle connaissait bien et qui la fit tiquer. Rogue. Elle connaissait beaucoup de Rogue. Mais aucun qui n'aurait dû se trouver là à sa connaissance. Eden sentit les battements de son cœur s'accélérer comme un mauvais présage. Elle céda à la curiosité et ouvrit les yeux.

D'abord floue, la silhouette se précisa. Une silhouette féminine qu'elle connaissait bien.

Alicia Rogue.

Non.
C'était impossible.
Ils lui avaient fait avaler quelques chose pendant qu'elle était dans les vapes. Quelque chose qui la faisait halluciner. Oui, voilà. Une bonne dose de psychotropes pour lui faire perdre l'esprit dans l'espoir de la déstabiliser et de lui arracher des informations.
Pendant une folle seconde, elle songea que tout cela était peut-être réel et qu'Alicia était là pour la secourir. Mais elle se rappela aussitôt que le premier Mangemort s'était adressée à Alicia comme si faisait partie des leurs.

Alicia Rogue du côté des Mangemorts ?
Alicia, qui lui avait sauvé la vie lors de la Nuit Rouge ? Alicia, qui lui avait inspiré son envie de devenir Auror ? Alicia, qui était devenue un de ses mentors dans sa formation ?

— Eh oui, surprise... Difficile de croire aux apparences n'est-ce pas, Miss Swan ?

Eden ferma les yeux un très bref instant. Laissa la folle seconde d'espoir débridé qu'elle avait ressenti s'évaporer. Puis elle les rouvrit. La surprise, l'horreur, la confusion et le désespoir devaient s'afficher nettement sur ses traits, mais elle n'avait plus la force de rester impassible. La théorie selon laquelle elle était en pleine hallucination perdait sa crédibilité à chaque seconde. Tout ceci était bel et bien réel.

— Alors comme ça on veut jouer sur plusieurs tableaux ? Les Aurors et les anarchistes ? Hellson, vraiment ? Et moi qui pensais que tu étais une vraie Serpentard, j'aurais dû laisser Bellatrix faire... Enfin soit, mon cher collègue a dû te donner les règles, n'est-ce pas ? Les réponses ou on continue ? Ah oui, j'oubliais, je sais que tu es Occlumens ma chère, mais il n'y a rien de plus complexe que de garder cette protection en pleine douleur.

Eden voulut parler. Lui dire que merci bien, elle avait remarqué. Mais tout comme ses espoirs, ses tendances sarcastiques s'essoufflaient d'heure en heure, et parler lui aurait sûrement fait mal, de toute façon.

— Commençons.

Eden se prépara mentalement, mais rien ne pouvait préparer qui que ce soit au Doloris. Une fois de plus, rien n'exista plus pour Eden que la douleur. Elle n'avait pas senti la différence avec le premier, sans doute parce que son corps était trop abîmé et son esprit trop érodé pour la remarquer.

— Je n'aime pas quand on geint comme des gamines, reprit Alicia en levant le sort. Reprenons, qu'est-ce que tu sais sur ce cher Hellson ? Bien que je comprenne que tu ne veuilles rien dire avec la présence de ce gardien... Nous pouvons rester quelques instants seules, si tu préfères ?

Eden commençait à tourner de l’œil. Un sortilège cuisant vint lui brûler la joue et l'empêcha de sombrer totalement.

— On répond quand on est bien élevée.

Un regain de colère la transcenda.

— Comme vous voudrez, cracha-t-elle.

Elle ne voyait pas bien ce que la présence ou non d'un tiers changerait à son sentiment de trahison ou à sa situation. Alicia pourrait faire ce qu'elle voulait d'elle seule ou avec témoin. Même si Eden avait été en état de combattre, qu'elle avait eu sa baguette et moins envie de vomir, elle aurait eu peu de chances de défaire Alicia, une Auror accomplie, son mentor, son professeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1783
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Sep - 13:40



All Hell Breaks Loose
Ft. Eden Swan


Tenter de sauver des vies, essayer de rendre ce monde meilleurs, combattre le mal, garder cette précaire justice en état, étaient toutes des ambitions nécessaires pour devenir auror. Chaque personne faisant ce choix de vie avait ses raisons, ses motivations et ses volontés, mais tous s'accordaient sur la nécessité de ces actes, parfois terrible. Les criminels à contrer n'étaient pas des enfants de cœurs, la mort en devenait d'ailleurs une ombre fidèle, une amie silencieuse, qui attendait le moment propice pour vous happer. Eh encore une fois, c'était une possibilité qu'ils avaient tous accepté, une close écrite en petit dans le contrat, un mal pour un bien. Alicia partageait évidemment toutes ses convictions, même si l'éclat du ministère se ternissait de jour en jour. La relève de Goldstein proposait des améliorations intéressantes sur certaines choses, mais elle restait complètement insignifiante sur le reste, notamment pour ce qui était de l'école de magie. Là n'était malheureusement pas son attrait, aujourd'hui, car lié par un accord verbal avec les mangemorts, ce n'était pas pour exercer son métier qu'elle avait rejoint les geôles froides du sous-sol, c'était tout le contraire même. Quelques pas et une explication mystérieuse plus tard, la brune réalisait que le mage noir ne l'avait fait venir que pour une seule chose : La tester. Une observation rendue beaucoup plus intéressante pour lui, lorsque la captive présente dans la pièce se trouvait être une jeune fille dont elle avait sauvé la vie des mois plus tôt, en plein combat avec les Lestrange. Cela lui permettait en tout cas de justifier son choix, son acte de la faire demander, elle, vu que cela rendait la chose plus compliqué de tous côtés. Autant du sien, que de devoir ainsi torturé une jeune fille ne le méritant nullement, que du sien en voyant une personne en qui elle avait relativement confiance, s'abaisser à ce jeu macabre.

Son regard la fixait, comprenant sans peine l'amalgame de sentiment qui devait bouillonner sous son crâne. Eden passa de l'espoir fou à la plus pure désillusion en quelques secondes, celle amère qu'on ne croyait jamais voir venir. Inconsciemment, cela lui faisait autant de mal que les mots, elle le savait bien, mais elle n'en avait plus le choix. Cela serait ainsi, où elles y perdraient toutes les deux la vie. Il restait cette mince chance de s'en sortir, elle allait devoir s'en saisir et cela passait par les sévices. Positionnée devant elle, baguette levée, elle avait mis un long moment avant de lancer le premier sortilège impardonnable, qui la frappa de plein fouet. Son visage se voulait impassible, la femme de Severus ne voulait penser à rien, ne pas laisser cette empathie prendre le dessus, ne pas laisser la révolte reprendre, surtout pas, ou le legilimens en profiterait. Malheureusement, l'injustice n'avait jamais été son domaine, elle avait toujours rué dans les brancards contre cela déjà à Poudlard avec les maraudeurs, mais à ce stade, elle ne pouvait faire que le gentil mouton. Leur famille avait fait trop d'éclat récemment, il fallait redescendre la tension, apaiser les doutes, faire profil bas. Prouver sa bonne foi. Ses paroles sortirent implacables, le sortilège cuisant qui lui entailla la joue, aussi. Elle reprenait se rôle, un rôle qui ne lui convenait pas, qui ne collait pas avec le personnage. Enfin, la jeune Serpentarde eut une réaction, lui crachant de faire comme elle le souhaitait, avec rancœur et haine, elle ne pouvait que la comprendre. Néanmoins, la brune fut ravie de cette acception et elle tourna son regard noisette en direction de Greengrass, concentré sur la jeune Swan.


-Accède à la demande de la gamine, je me débrouillerais bien toute seule. Puis on a un compte à régler, toutes les deux.

Sa voix avait repris froide, sans cette once chaleureuse et bienveillante l'habitant en d'autre temps. Le compte à régler, c'était sans nul doute ce sauvetage de la nuit Rouge qui avait été le début de ses ennuis, le début des problèmes. Là encore, elle ne regrettait rien du tout, absolument rien, si c'était à recommencer, elle le ferait! Pareil pour la coupe du monde de Quidditch, les dénoncer avait été la meilleure des idées, permettant ainsi de sauver d'innombrables vies en y préparant les aurors et en soudant les différents pays alliés. Quoi qu'il en soit, son regard restait partiellement vide, un rictus méprisant s'était même relevé sur le coin de ses lèvres, en jetant un regard à cette silhouette féminine recroquevillée dans un coin. Dieux qu'elle avait l'impression de n'être qu'une schizophrène, mais il fallait qu'il accepte de sortir. Sous la surveillance de Desmond, elle ne pouvait rien faire pour elle, sans, elle essayerait. Du moins, si la jeune fille ne s'était déjà pas déjà braquée à son encontre. Visiblement mécontent et guère convaincu, l'homme avait fait quelques pas dans sa direction, s'éloignant du mur contre lequel il s'était posé. Il la toisa un instant du regard et elle ne cilla pas, pas un mouvement n'agita ses muscles. Finalement, son épaule revenue à la hauteur de la sienne, il la dominait d'une bonne tête. Un vide, un blanc, puis sa voix menaçante à son oreille.

-Tu as intérêt à obtenir quelque chose, Rogue. J'ai moins de patience que d'autres...

Alicia ne broncha pas, son regard continuait d'ailleurs de fixer le mur décrépi et sale qui se trouvait devant elle. Elle ne prit même pas la peine de répondre, ses paroles étaient inutiles, cela, elle l'avait déjà compris depuis longtemps. Son immobilité finit par payer et ses pas lourds prirent la direction de la sortie. Une nouvelle fois cette porte grinça en tournant sur ses gonds, puis clapa, il était dehors. Un point de gagner, mais c'était de loin le plus simple car elle sentait encore sa présence derrière celle-ci, furtive et silencieuse. Il ne s'était pas encore éloigné, il était toujours là, attendant de voir, écoutant comment cela se passait. Mais Alicia ne pouvait pas se permettre d'attendre plus longtemps, il lui fallait reprendre. Faisant quelques pas tout évitant des taches noirâtres au sol, elle se rapprocha de la jeune fille. Elle était clairement épuisée, à bout, ces tortures avaient dû êtres longues et si son esprit restait encore revanchard, son corps n'allait pas pouvoir suivre le rythme. La preuve, elle l'avait déjà eu alors qu'Eden avait voulu se laisser glisser dans l'inconscient. Baguette toujours fermement logée dans sa paume droite, elle reprit la parole de ce même tempo affreusement décalée, qu'elle haïssait plus que tout..

-Bien, voilà qui est fait, alors reprenons Eden. Elle se rapprocha d'elle, entrant dans son espace personnelle. On va commencer par quelque chose de facile et de simple. Comment as-tu connu cette vermine d'Hellson?

Chaque syllabe avait été ponctuée d'une intonation de dégouts et de colère. C'était vraiment le moindre mal si elle répondait à la question, mais d'un autre côté moins Desmond en savait, plus elle aurait de chance de perdurer quelques jours de plus. À moins qu'il ne se lasse et la tue, tout bonnement. Cependant, bien qu'elle doute que la brune ne lui livre des secrets, la Serdaigle se sentait obligée de lui faire comprendre qu'il n'avait pas quitté totalement le lieu et qu'il pouvait toujours les entendre. La question restait juste de savoir comment faire. Alicia savait que la demoiselle était occlumens, si elle tentait de lui faire passer un message mentalement parlant, cela ne fonctionnera pas. Elle n'hésiterait pas à y bloquer tous accès et en plus, la brune ne serait pas comment gérer pour lui transmettre une seule idée. Elle devait donc user d'une autre technique et elle ne voyait qu'une solution. Un acte qui risquait d'être douloureux pour la jeune fille. Tant pis! Tout devait déjà lui paraitre douloureux à se stade. Comme le silence avait repris, elle agit comme si elle voulait retomber dans les limbes et quitter cette pièce. Suivant une brutal impulsion, l'auror venait de s'abaisser et de relever la jeune fille sur ses jambes, pour la plaquer, plus ou moins violemment, contre le mur, lui arrachant sans doute un cri. Elle aurait voulu rendre la chose moins dure, mais elle faisait son poids la petite. Ainsi adossé contre le mur, elle la maintenait fortement au niveau des épaules, son corps faisant barrage contre toute tentative de débats, sa baguette au niveau de sa gorge.

-Et croyez-moi jeune fille, il n'est pas question que vous tombiez dans les pommes. De gré ou de force, vous allez rester avec moi! Son regard se plongea un instant dans le sien, se faisant tout bonnement moins froid, comme désolé. Lançant cet immense paradoxe avec l'ensemble de ses gestes. S'approchant cette fois de son oreille, elle finit par murmurer une seule chose, doucement, comme une mise en garde. Faite attention à ce que vous dites, il est toujours derrière la porte.

Seule Eden pouvait avoir entendu cette phrase, il restait à voir comment elle allait l'interpréter...Comme une menace pour la forcer à parler? Comme si elle signalait qu'elle avait un chien en laisse et qu'elle allait pouvoir le lâcher à tout instant? Ou comme cette mise en garde de pas être imprudente? Évidemment, c'était la deuxième solution qui était correct mais le comprendrait-elle ? Est-ce que son avis sur elle avait changé aussi radicalement? Est-ce qu'elle pouvait croire à cette vision, croire qu'elle était vraiment avec eux? Avec des fous furieux, prônant un sang pur ? Elle allait très vite le savoir.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Swan
Apprentie auror
Nombre de messages : 930
Célébrité sur l'avatar : Shelley Hennig
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Oct - 0:30
L'homme était parti.

L'espace d'un instant, Eden avait cru qu'il resterait et qu'il s'y mettrait à deux, à tour de rôle ou peut-être même simultanément. Son cœur était redescendu de quelques crans dans sa poitrine quand cette pensée l'avait traversée et qu'elle s'était demandée si la puissance des sortilèges combinés s'ajoutaient l'un à l'autre. Comme si le Doloris n'était pas assez terrifiant comme ça.

- Bien, voilà qui est fait, alors reprenons Eden.

Elle détestait la façon dont Alicia prononçait son prénom, comme si rien n'avait changé, comme si elles entretenaient la même relation entre maître et élève. La familiarité qui s'en dégageait semblait désormais teintée d'une sorte de mépris condescendant. Alicia se rapprocha d'elle et poursuivit :

- On va commencer par quelque chose de facile et de simple. Comment as-tu connu cette vermine d'Hellson ?

Elle aurait pu jouer les braves et tergiverser pour essayer de gagner du temps, mais elle n'en avait pas le courage. Elle était épuisée. Sans le savoir, elle suivit le même cheminement de pensée qu'Alicia : elle ne risquait pas grand chose à divulguer cette information. Elle se demandait même si elle n'avait pas déjà répondu à cette question au cours de cet interrogatoire, aux mains d'un autre tyran. Elle n'en était plus très sûre. Sa mémoire devenait brumeuse. Elle avait l'impression qu'elle n'était plus vraiment là, qu'elle assistait au spectacle depuis un endroit de la pièce. Ce qui était plutôt paradoxal, car elle n'avait jamais été aussi douloureusement présente – aussi défaite, enragée, épuisée, forte, vulnérable. Elle était comme hors d'elle, dans tous les sens du terme.

Elle ouvrit une bouche pâteuse pour répondre, mais au même moment, Alicia la releva d'un geste brusque et la plaqua contre le mur, sa baguette coincée contre sa gorge.

- Et croyez-moi jeune fille, il n'est pas question que vous tombiez dans les pommes. De gré ou de force, vous allez rester avec moi !

J'allais répondre, pas tomber dans les pommes, songea Eden, désormais trop faible pour faire part de ses sarcasmes à haute voix, mais pas encore assez pour ne pas froncer les sourcils, confuse et en colère. Peut-être avait-elle minimisé l'apparence qu'elle renvoyait au reste du monde, et qu'Alicia l'avait crue sur le point de sombrer quand elle avait cligné des yeux un peu trop lentement au moment d'ouvrir la bouche.

- Faites attention à ce que vous dites, il est toujours derrière la porte.

Alicia avait murmuré, comme pour s'assurer qu'elle était la seule à entendre, ou mieux l'intimider. Eden n'était sûre de rien. Prise d'un doute soudain, elle fronça les sourcils. Peut-être que...

Non. Elle ne pouvait pas se lasser aller à de tels espoirs. Voilà qu'elle se mettait à halluciner, à entendre des conseils là où il n'y avait que menaces. Mais peu importe les intentions d'Alicia : le plus sage consistait de toute façon à ne rien révéler de primordial. Elle le savait depuis le début.

Elle s'exprima finalement d'une voix faible, un peu éraillée :

- J'ai été contactée par Hellson après la Nuit Rouge. Il m'avait sauvé la vie ce jour là et il m'avait dans son viseur depuis un moment. Il savait que j'étais intéressée par ses idées.

Elle avait l'impression de répéter un discours mécanique. Eden préféra ne pas mentionner les espions d'Hellson, à savoir notamment Seth et William. Inutile de trop développer tant qu'elle pouvait l'éviter. Elle préféra aussi parler de Darren comme s'il n'était qu'un simple meneur à ses yeux, et non pas une personne qui, un peu malgré elle, avait pris de la place dans sa vie. Les Mangemorts l'avaient-ils choisie uniquement parce qu'ils avaient réussi à la lier à l'anarchie ? Ou parce qu'ils savaient à quel point ils étaient proches, désormais ?

- Pourquoi moi ?

La question lui avait échappé. Elle ne voulait pas prendre le risque de mentir ouvertement en prétendant n'être qu'un pion sans importance, mais elle pouvait contourner ce problème.

- Il y a des gens bien plus importants que moi dans ce mouvement. Des gens qui en savent plus que moi.

Voilà qui était tout à fait vrai. Elle restait une apprentie parmi des sorciers confirmés, dont certains connaissaient Darren bien plus intimement qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1783
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Nov - 17:23



All Hell Breaks Loose
Ft. Eden Swan


Endosser une autre personnalité n'était pas aisé, tout comme devenir une autre personne, ou agir différemment. C'était beaucoup plus facile à dire qu'à faire. Pourtant, son métier d'auror lui en avait déjà donné mainte occasion. Au fil du temps, Alicia ne comptait plus les missions sous polynectar, ou accompagnés d'un collègue, ils avaient changé d'identité pour essayer d'extirper des informations importantes, qui suffiraient à une perquisition, ou qui conduiraient au démantèlement de tous le réseau criminel. Parfois avec succès, d'autres fois nettement moins. Mais à chaque fois, cela avait été un combat de tous les instants, une bataille contre soi, contre ses habitudes, ses manies et tous ses gestes instinctifs qu'on faisait sans s'en rendre compte. Dans ce genre de situation délicate, le moindre écart de comportement pouvait vous être fatale, en mettant la puce à l'oreille à vos interlocuteurs et c'était dans une toute autre mesure, ce qu'elle devait éviter, ici. Évidemment, ce n'était pas du tout pour la bonne cause, que la brune arpentait les sombres dédales des cachots du manoir, mais pour faire parler une pauvre jeune fille, traumatisée et épuisée, prise aux pièges. Rien de glorieux en soi. S'en était plutôt désespérant, mais c'était ce qu'attendait d'elle, le mangemort qui en avait eut l'idée et se sans doute pour le plus grand plaisir du Seigneur des Ténèbres. Sauf que là, on ne parlait pas d'un tour de passe-passe fictif qui au final ne faisait de mal à personne, là, c'était beaucoup plus radical. De l'auror accomplie ayant dû batailler ferme pour prouver sa place et son mérite de se retrouver dans ses rangs, de la femme plutôt altruiste qui avait aidé Eden à trouver sa voix pour l'avenir, elle devait passer à l'épouse d'un mangemort qui s'était parfaitement joué du monde.

La brune devait faire entrer sous son crâne, la désagréable impression de s'être fait avoir, berné depuis le début. L'anarchiste devait la croire de l'autre côté de la barrière, fricotant avec l'ennemi. Il n'y avait rien de plus compliqué et de facile à la fois, sa simple présence et ses premières répliques glaciales, impartiales, semblaient avoir fait le travail, lui ôtant tout espoir. Mais si c'était le cas de la jeune Eden, Desmond semblait moins réceptif et plus suspicieux, elle ne pouvait que lui donner raison, d'ailleurs. Pourtant, la brune fidèle à ce poste, à ce rôle, le seul leur donnant une chance, n'avait pas flanché, ni bouger, trouvant malgré un sortilège impardonnable et une blessure de plus à lui infliger, à lui faire quitter la cellule où il avait enfermé l'étudiante. Une bonne chose de faite, un bon début, mais elle ne pouvait pourtant pas se laisser aller à de l'entraide, il écoutait aux portes. La matriarche des Rogues avait repris sur une question bateau, classique, un point de départ honorable et trois fois rien à avouer. Elle avait volontairement voulu quelque chose qui ne la condamnerait pas et qui pouvait être répondu sans risque, c'était à son humble avis, le moindre mal. Sauf qu'on ne savait jamais et qu'elle ne pouvait pas la laisser sans un juste avertissement. S'il avait fait semblant de partir, le mage noir était toujours présent et elle voulait l'avertir. Alicia pour se faire n'avait trouvé que cette méthode un peu bancale et douloureuse, la menaçant sous le couvert d'une aide, elle ignorait comment elle allait prendre sa phrase et visiblement, la jeune auror n'en avait pas la moindre idée, elle non plus. Son regard était questionneur, elle fronçait les sourcils indécise, avant de se laisser aller à la solution la plus raisonnable qui soit dans cet endroit décrépi : Répondre.


-Intéressée par ses idées, hein? Whoo la petite Serpentarde était bien loin de faire les grands jours de sa maison... Et comment l'as-il sut? Il avait des alliés à Poudlard? Il vous a contacté par hiboux? En venant chez vous? En vous rencontrant? Comment?

Sa voix avait toujours été impérieuse, froide, dénuée de tout intérêt, on pouvait même sentir cette ironie perçante et cette désillusion sur cette première salve de parole concernant les maisons de Poudlard. Eh pourtant merlin seul sait à quel point, Alicia avait eu le temps de prendre conscience, lors de cette même nuit rouge, qu'Eden n'était pas du tout de leur côté, enfin de ceux des mangemorts. Elles avaient même discuté de ces préjugés ridicules, en se montrant comme exemples. Serdaigle, vivant entouré pratiquement que de Serpentard, seul Alastar et maintenant Laverne sauvait la donne en l'ayant précédé et suivis chez les aigles. Elle voulait donner le change, continuer avec cette interrogation maintenant qu'elle tenait soit disant un filon, mais ces paroles la faisait réfléchir. La conversation avec sa fille revenait même à sa mémoire. Selena aussi lui avait avoué avoir été sauvée par Darren et sans doute observée et contactée de la même manière. Une coïncidence, peut-être une norme chez les anarchistes, qui lui faisait froid dans le dos. Cela aurait très bien pu être sa fille ou Calvin qui était là, piégé et torturé, non pas Eden. Baguette toujours collé à sa gorge, elle se décala doucement, la laissant reprendre pied, si tant était qu'elle tenait encore debout, ajoutant une moue de dégouts sur son visage, comme si la toucher était devenue une idée répugnante. Alors que le classique pourquoi venait de tomber à son encontre. Ça, si seulement elle le savait, peut-être ne serait-elle plus là. Elle n'en savait rien, Alicia n'avait pas la réponse à ses questions, pourquoi elle, pourquoi elle et pas quelqu'un d'autre? Aucune idée. Elle ne savait de son cas et de son arrivée que ce que Desmond avait bien voulu lui raconter. Ni plus, ni moins.

-De toute évidence, ces personnes sont beaucoup plus prudentes et intelligentes que vous, sinon vous ne seriez pas là, vous. Et ils préfèrent visiblement vous laisser mourir. Simple constatation dite avec un ton désagréable, qui lui donne toujours l'impression d'être une étrangère pour elle-même. Ne me prenez pas pour une idiote, Miss, une personne sélectionnée, suivie et repérée, n'est sans doute pas qu'un vulgaire pion. Alors qu'elle était votre rôle? Vous deviez infiltrer le ministère? Convaincre vos anciennes camardes que la voix de l'anarchie était la meilleure? Elle avait esquissé un sourire, faux et forcé. Qu'est-ce que vous deviez faire pour eux?

C'était une question beaucoup moins anodine, mais ce n'était pas encore le pire, parce que effectivement ça parlait pour l'instant, uniquement de son cas, du comment et pourquoi la jeune Swan se retrouvait dans ces geôles. En soit, rien de fantastique vu qu'il la savait déjà de leur côté. Mais une fois encore, elle voulait attendre que le gorille qui les surveillaient s'en aille plus loin, si tant était qu'il veuille les laisser tranquille. Miraculeusement, cela semblait être le cas, à moins que ce soit un besoin naturel qui ne l'aille rappelé ailleurs, quelques instants. Un sort sorti de sa baguette, mais au lieu de percuter Eden, il lui confirma son éloignement. Étaient-elles vraiment seules et en sécurité? Aucune idée, surement car elle ne les voyait pas user de technique moldu pour les espionner, mais elle ne pouvait prendre aucun risque, il y avait déjà eu trop d'écart de sa part. Un de plus risquait de les condamner à mort. Pourtant, ravie et soulagée de savoir qu'il avait tourné les talons, elle visualisa une sorte de bol grisâtre contenant elle ne savait trop quoi, rien de ragoutant, à quelque pas d'elle. Dans un mouvement parfaitement automatique, elle tapa dedans, renversant le contenu répugnant, avant de lancer un jet d'eau brulant dedans pour le rincer, plusieurs fois. Chose faite, la multiplication du liquide s'opéra et la température fut diminuer pour obtenir un bol d'eau. Ce n'était pas de l'eau de la meilleure qualité qui soit, mais vu ce qu'avait dû être sa nutrition ces derniers jours, cela pouvait être inespéré. D'un geste plus doux, moins étriqué, elle lui montra le liquide en question.

-Buvez par petite gorgée. A ce stade, votre corps serait capable de refuser la moindre ingestion...Je ne l'ai pas empoisonnée si vous vous posez la question, alors allez-y.

Elle se décala d'elle avant de se reculer contre un des murs de la pièce, le regard toujours rivé vers elle. Est-ce que la jeune fille verrait ce revirement de situation comme une technique pour l'amadouer? A elle de le dire. Après tout, comme dans les films et dans leurs apprentissages aux interrogatoires, parfois il y avait le jeu du méchant et du gentil flic. Cette technique vieille comme le monde qui consistait à se montrer aimable pour amadouer le témoin, pour lui soutirer des réponses, gagner sa confiance et lui enfoncer encore mieux un couteau dans le dos. Ce n'était évidement pas son but, mais c'était ce qu'elle pouvait croire. Elle voulait juste l'aider, elle ne pouvait pas la soigner, ce serait beaucoup trop visible et elle ne pouvait pas faire apparaitre de la nourriture sans rien comme ingrédient, alors l'eau c'était ce qu'elle pouvait faire de plus facile, pour le moment.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Swan
Apprentie auror
Nombre de messages : 930
Célébrité sur l'avatar : Shelley Hennig
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Nov - 22:49
— Intéressée par ses idées, hein ? Whoo, la petite Serpentarde était bien loin de faire les grands jours de sa maison... Et comment l'a-t-il su ? Il avait des alliés à Poudlard ? Il vous a contactée par hibou ? En venant chez vous ? En vous rencontrant ? Comment ?

Comme si la maison Serpentard ne devait sa grandeur qu'à des mages noirs... Certes, ils étaient les plus réputés, les plus connus, et avaient d'ailleurs contribué au fil des siècles à la mauvaise réputation des vert et argent, mais Eden savait que bien d'autres sorciers à succès et sans le moindre lien avec la magie noire avaient fait de grandes choses. Merlin lui-même était un Serpentard ! Quant à savoir si être anarchiste lui vaudrait un jour une place au panthéon des sorciers reconnus, une réputation qui lui ferait faire « les grands jours de sa maison »... Elle n'était pas certaine d'être intéressée par une telle renommée. Entrer dans les pages des livres d'histoire avait un certain attrait, elle devait le reconnaître, mais elle avait toujours préféré la discrétion et l'ombre à l'avant de la scène et la lumière. Son ambition ne regardait qu'elle. Elle se fichait de faire les grands jours de sa maison, tant qu'elle faisait de sa vie quelque chose d'exceptionnel, peu importe que les livres d'histoire le sachent ou non. En revanche, elle avait très peu envie de voir sa vie s'achever dans ce trou. Elle n'avait pas fait assez. Elle avait encore besoin de temps pour accomplir toutes les choses qu'elle voulait accomplir, atteindre tous les buts qu'elle s'était fixé... dire tout ce qu'elle avait à dire à ses proches. Dont Darren.

— Au cas où vous l'auriez déjà oublié... Hellson était littéralement caché dans les murs de Poudlard, il fut un temps... et moi, je ne cachais pas le fait que j'étais intéressée par ses idées. Les anarchistes n'ont pas toujours été aussi persona non grata qu'aujourd'hui... J'ai commencé à taire mon intérêt auprès des autres pendant le huis-clos, parce qu'Hellson avait mis trop de gens en pétard à cause de ce coup-là... Il m'a contacté par hibou après la Nuit Rouge. Et on s'est revus par la suite. En public. Il avait pris du Polynectar pour ressembler à quelqu'un d'autre.

Encore une fois, elle parvenait à contourner les écueils. Tout ce qu'elle venait de raconter était vrai, et elle n'avait pas eu besoin de préciser si oui ou non, Darren avait eu des alliés infiltrés à l'école ; le but principal de la question étant de savoir comment il avait su qu'elle était intéressée par ses idées. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'Alicia ne repose pas cette question précisément. Eden devait se rendre à l'évidence : elle ne serait pas assez altruiste pour prendre le risque de se faire prendre la main de la sac en niant la vérité. Elle lâcherait leurs noms si cela pouvait lui éviter une séance de torture supplémentaire. Elle ne connaissait pas William et Seth intimement. Ce n'était pas très solidaire de sa part, mais elle n'avait jamais prétendu être une parfaite petit héroïne. La seule chose qu'elle voulait éviter à tout prix, c'était de trahir Darren en livrant la seule information capitale sur son compte qu'elle possédait... Et même ça... Même si la vie d'un garçon de treize ans en dépendait peut-être... Même ça, elle n'était pas sûre de ne pas l'avouer. Si elle se taisait, ce n'était pas que par loyauté envers Darren. C'était aussi – et peut-être surtout – pour ne pas donner la seule information qui lui permettrait peut-être de rester en vie un peu plus longtemps.
Lorsqu'Alicia la laissa retomber sur ses pieds, Eden dut se tenir au mur pour ne pas flancher sous le poids de ses jambes flageolantes. Elle rassembla toute sa volonté ainsi que les dernières friches de sa dignité pour ne pas céder à l'envie de choir à terre. D'après Alicia, les autres anarchistes étaient tout simplement plus intelligents qu'elle pour ne pas s'être fait avoir de cette façon. Mais Eden trouvait que quelque chose clochait. Elle n'était pas plus stupide que les autres. Rares étaient les personnes qu'elle avait mise au courant de son allégeance. Il n'y avait qu'une solution : quelqu'un l'avait vendue.
Cette pensée lui donnait la nausée. Si elle avait été trahie, cela ne pouvait pas être par sa famille. Aucun d'eux ne savait qu'elle était anarchiste. La plupart des ses amis ignoraient tout autant ce fait, même Kaysa, sa propre colocataire. Encore que... Il n'était pas impossible que Kaysa ait fini par deviner son manège. Elle était constamment absente, et pas seulement pour les cours, puisqu'elle suivait toutes les deux les mêmes... Kaysa était maligne. Et elle ne tenait pas vraiment les anarchistes dans son cœur... Mais de là à la trahir ?
Il n'y avait pas que Kaysa. Iris, elle, détestait carrément les anarchistes. Si elle avait appris, d'une façon ou d'une autre, qu'Eden en était une... Là encore, l'idée d'une trahison lui semblait improbable, mais le doute qui s'emparait d'elle s'avérait être une torture d'un tout autre genre.

— Ne me prenez pas pour une idiote, Miss, une personne sélectionnée, suivie et repérée, n'est sans doute pas qu'un vulgaire pion. Alors qu'elle était votre rôle? Vous deviez infiltrer le ministère ? Convaincre vos anciennes camardes que la voix de l'anarchie était la meilleure ? Qu'est-ce que vous deviez faire pour eux ?
— Le mouvement d'Hellson est récent. Il avait besoin de recrues, tout simplement. De gens convaincus par ses idées pour faire vivre le mouvement. Il veut des jeunes pour tabler sur du long terme, sur du renouveau. Faire du neuf avec du vieux ne l'intéresse pas tellement. C'est le fond du problème : on est entourés de réactionnaires. Même Dumbledore, aussi progressiste soit-il, ne suffit pas à régler certaines choses qui sont des problèmes à nos yeux, parce que le monde des sorciers est régi par des personnes qui étaient pratiquement déjà aux commandes au début du siècle dernier. C'est toujours les mêmes traditions, les mêmes oppositions, les mêmes guerres. Le monde de la magie est trop figé, trop renfermé sur lui-même, et si on ne lui insuffle pas un peu de changement, il finira par s'étouffer tout seul. Il y a des tas d'autres possibles à explorer.

Elle n'avait pas eu l'intention de se lancer dans un petit discours, mais elle était prête à tout pour gagner du temps.

— Bref. Je n'étais pas censée infiltrer le Ministère. Je veux vraiment devenir Auror. Ce n'est pas incompatible avec le fait d'être anarchiste. Hellson n'était pas mécontent à l'idée que je sois un jour en mesure d'y rôder de manière légitime, toutefois. Ca pouvait toujours servir. Essayer de convaincre mes camarades par les temps qui courent, par contre, c'est un peu risqué. J'avais déjà assez attiré l'attention sur moi avant le huis-clos ; après la Nuit Rouge, beaucoup se sont mis à blâmer Hellson pour ce qui s'était passé, donc ça aurait été encore pire. Et contrairement à ce que vous pouvez penser, Hellson ne verse pas tellement dans le prosélytisme. Il diffuse ses idées, et il attend de voir si ça en intéresse certains. Certes, c'est moins efficace que menacer de tuer toute la famille d'une personne pour la forcer à nous rejoindre, mais on ne voulait pas marcher sur vos plates-bandes.

Et voilà qu'elle osait même un peu de sarcasme. Courageuse mais pas téméraire, elle enchaîna vite, cependant :

— En revanche, on m'a donné la mission d'infiltrer l'Héritage. On savait qu'Hellson n'avait pas commis le meurtre de Kingfell, et on voulait des preuves pour rétablir la vérité au grand jour. Sans ça, le mouvement continuerait à perdre sa popularité déjà toute relative, et les gens seraient moins prêts à écouter nos idées. Je connaissais bien la nouvelle dirigeante, j'étais à Poudlard avec elle, donc je savais comment me mettre dans ses petits papiers et me rapprocher d'elle pour la mettre en confiance.

Sans prévenir, Alicia leva sa baguette. Eden tressaillit, mais le sort n'était pas dirigé vers elle. Elle ne comprit pas à quoi rimait son manège. Un instant plus tard, Alicia vidait le contenu peu ragoûtant de son écuelle et la nettoyait d'un autre coup de baguette pour y verser de l'eau.

— Buvez par petite gorgée. À ce stade, votre corps serait capable de refuser la moindre ingestion... Je ne l'ai pas empoisonnée si vous vous posez la question, alors allez-y.

Alicia s'était exprimé d'un ton plus doux. Eden haussa les sourcils, stupéfaite. On aurait dit qu'Alicia la récompensait pour avoir raconté quelque chose. Ce brusque revirement de situation digne d'une psychopathe ne rassura pas Eden le point du monde. Elle avait soif, mais d'un autre côté, à cet instant précis, elle ne fait pas confiance à Alicia, peu importe ce qu'elle affirmait au sujet du poison. Elle décida d'attendre encore un peu avant d'y toucher.
Songer à sa mission d'infiltration avait poussé Eden à continuer sa liste mentale de suspects. Était-il possible que quelqu'un ait infiltré l'anarchie pour le compte des Mangemorts ? Naturellement, elle songea à Blaise. Sa mission à lui, c'était d'infiltrer les Mangemorts, justement. Mais pouvait-il être un agent double ? Après tout, elle ne serait jamais doutée qu'Alicia Rogue ait pu –
Une pensée frappa soudain Eden de plein fouet. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle n'y avait pas songé plus tôt, qu'elle avait mis tout ce temps pour établir un lien...
Il y avait deux Rogue chez les anarchistes. Calvin, et Selena. Il n'existait que deux possibilités. Soit ils étaient infiltrés et la fuite venait d'eux (ou de l'un d'eux). Soit ils étaient vraiment anarchistes, et non pas des agents doubles, et alors Alicia n'avait peut-être aucune idée de ce qui se passait sous son toit. Voyant là une occasion en or de faire diversion tout en essayant d'en savoir un peu plus, Eden lança :

— En parlant d'anciens camarades d'école... J'espère que Selena va bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1783
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Nov - 13:22



All Hell Breaks Loose
Ft. Eden Swan


En ces murs, réaliser un virage à cent quatre vingt degrés était la seule option vivable. Le doute et l'erreur étaient à proscrire, tout devait être absolument parfait et crédible, sous peine de mort. Tout le monde devait croire à ce personnage qui avait berné le monde, auror y comprit, sans exception. Alors peut importait ses doutes, son dégout d'elle-même ou sa non-envie de torturer un autre être humain, Alicia n'avait plus le choix. L'avait-elle seulement déjà eu en mettant un pied dans cet engrenage ? Ça c'était une autre question. Mais aujourd'hui, elle devait mettre tout en œuvre pour arriver à extirper la moindre parcelle d'information utilisable à la jeune Éden. Eh selon la psychologie des mages noirs, tout était bon pour y arriver. La torture était évidemment leur principale technique, il suffisait d'ailleurs de voir le peu de respect qu'ils avaient pour la vie d'autrui, mais surtout ceux catégoriser comme inférieur, pour comprendre leur choix et leurs malsains plaisirs à l'utiliser. Ce n'était évidemment pas son avis et si elle savait tenir le rôle qu'on devait lui concéder, en étant qu'une pièce rapportée dans ce dédale, elle s'était toujours défilée pour ne pas avoir à mettre la main à la pâte. Un choix qu'elle n'avait plus aujourd'hui, elle y avait bien été forcée, surtout avec Desmond dans la pièce. Néanmoins, par d'habiles tours de passe-passe, elle réussit à le faire sortir, s'il entendait encore tout de leurs conversations et pouvait interpréter chaque phrase à sa guise, il n'avait plus le visuelle pour se satisfaire, ce qui lui laissait plus de marge de manœuvre. Alors quitte à la faire parler, l'auror préférait laisser tomber la force brute et choisir une méthode beaucoup plus paisible : l'interrogatoire.

Ça c'était un domaine qu'elle connaissait nettement mieux, qu'elle gérait même grâce à son apprentissage et aux longues années écoulées. Néanmoins, l'homme était là et bien qu'elle était obligée d'avoir quelques choses à se mettre sous la dent, pour ne pas risquer de se prendre elle aussi un doloris, elle préférait éviter les sujets les plus fâcheux et les plus délicats, pendant que Greengrass pouvait écouter aux portes. Partant du principe qu'elle ignorait tout ce qu'elle avait bien pu leur dire, ou les informations précises recherchées, elle pouvait balayer large et remettre la faute sur le mage noir, en cas de problème. C'était pourquoi tout en essayant de la prévenir de faire attention, elle lança la conversation sur sa rencontre avec Hellson, sur son adhésion au mouvement, qui ressemblait fort à ce que sa fille lui avait avoué début d'année, plutôt que sur tout sujet délicat de balance. Jouant son rôle à la perfection, elle était même cynique, glaciale, blessante. N'hésitant pas à appuyer sur tous les clichés à sa disposition, comme celui de la maison Serpentard. Allons bon comme si tout les verts et argents étaient des mages noirs en puissances et que tous les gryffondors étaient de preux chevaliers. Laissez la rire! Intérieurement parlant évidemment, vu que son regard indéchiffrable et son visage lisse la dardaient sans discontinuer. Efficace ou non, l'apprentie auror y répondit à nouveau sans se cacher, même si comme elle auparavant elle restait fixée sur son cas, éludant avec brio certaines de ses questions. Malheureusement, cela ne pouvait pas durer, mais la réponse était suffisamment succincte que pour être crédible sans besoin d'approfondissement et elle lui offrit volontairement un répit en partant sur autre chose. Quitte à se faire taper sur les doigts après.


-Ne jouez pas à l'insolente Mademoiselle Swan, vous avez tout à perdre, ne l'oubliez pas... Donc vous l'avez contacté par hibou? Je suppose que c'est toujours le cas maintenant? Y avait-il un nom de code, un hibou particulier, ou un endroit précis ou déposer la lettre?

Après tout qu'est-ce qui était le plus intéressant pour les mages noirs? D'avoir les noms des infiltrés à Poudlard qu'ils ne pourraient de toute façon pas atteindre? Ou d'avoir la tête d'Hellson sur un plateau d'argent? Elle mettrait pratiquement sa main à couper que cela devait être le second cas, c'était ce que serait sa défense si on lui reprochait d'être passé rapidement à ce sujet. Bien qu'elle doive voir ou elle voulait en venir, elle n'avait pas encore formulé l'idée de manière claire et précise. Mais s'ils obtenaient comment prendre contact avec lui, ils pourraient un jour ou l'autre, mettre en place un piège. Que soit, Alicia préféra éloigner ces idées de son esprit et se recula de la jeune femme en la relâchant, usant d'une mine de dégouts. Elle faisait de son mieux pour agir comme l'un d'entre eux, même si cela ne faisait que la miner un peu plus. C'était dans des conditions pareilles qu'elle se demandait comment son mari avait pu tenir autant d'années? Comment il pouvait agir avec flegme et désinvolture alors que l'injustice allait la rendre chèvre, elle?. La brune n'eut heureusement pas le temps d'approfondir cette réflexion que la jeune fille, sans doute mise en confiance par ces paroles précédentes, se lançait à son tour en question. Malheureusement pour elle, la matriarche n'avait absolument pas la réponse. Elle ignorait totalement comment elle s'était retrouvé ici, si c'était juste un piège qui s'était refermé sur elle, si quelqu'un l'avait vendu, aucune idée. Desmond n'avait pas été dans les détails sur son arrivé dans ses geôles et il ne lui en aurait surement rien dit dans le cas contraire. Du coup, elle préféra éviter la question, en la rabaissant un peu plus, lui disant qu'elle avait été la plus facile à deviner et à piéger et que visiblement, aux yeux de ses camarades, elle était un sacrifice acceptable. Là encore, c'était une technique vielle comme le monde pour essayer de provoquer une réaction. De la colère ou une envie de vengeance pour leur faire regretter de l'abandonner à son triste sort.

Pourtant, l'ancienne Serdaigle n'en pensait pas la moindre parole, vu qu'elle lui dirait plutôt de s'accrocher à l'espoir qu'ils y arrivent à sa rescousse. Après tout, Darren avait déjà déboulé dans le manoir des mangemort pour sauver Simeon, pourquoi pas la jeune fille? Même si cela prouverait qu'elle avait une information cruciale à dire et la mettrait encore plus en danger. Quoi qu'il en soit, elle renchainait, cherchant à savoir son but, son objectif à atteindre pour le bien de l'anarchie. Alors, comme toute personne cherchant à retarder la mort, Eden opta pour une seconde solution : La parlote et les discours à rallonge. Parler, parler encore, pour dire tout et n'importe quoi, pour ne pas dire grande chose au final, juste pour éloigner le fatidique destin qui vous attendait à la fin de ce monologue. Calée dans le fond de la cellule, à bonne distance d'elle, Alicia essayait d'être aussi attentive à ses paroles, le visage toujours dur et froid, dans une posture dominatrice, qu'attentive aux mouvements situé derrière la porte. Elle scrutait en silence si son surveillant s'éloignait ou non. Elle attendait ce moment avec impatience, mais pour l'instant, ce n'était toujours pas le cas, elle du donc se raccrocher aux paroles de la captive, qui lui narrait la philosophie des anarchistes et leurs envies de changement, sans l'interrompre. Puis enfin vint la réponse à ses questions, signalant qu'elle ne devait pas infiltré le ministère, ni convaincre ses anciens camarades de classe. Courageusement, elle se mit même à faire du sarcasme. Une effronterie que n'aurait pas laissé passer Desmond, ni la moitié des mages noirs. Ils lui auraient déjà fait regretter ses paroles en lui lançant un doloris, mais Alicia n'avait pas levé sa baguette, qu'elle tenait toujours en main. Non au contraire, cette franchise et ce petit coup de battant, lui donnait envie de sourire, tellement c'était vrai. Néanmoins, elle ne pouvait laisser passer la pique sans rien faire. Car même si elle voulait lui faire comprendre la nuance qu'elle n'était pas là contre elle, elle devait jouer le jeu, pour le legilimens derrière la porte.


-Faite attention à vos paroles très chère, ce n'est pas parce que je tolère vos effronteries que vous devez vous permettre d'intensifier la chose. Son ton était passablement froid, laissant planer le doute sur ses menaces, tandis que ses doigts avaient bougé contre sa baguette pour lui rappeler qui avait le pouvoir ici. C'était juste une sorte de mise en garde, elle n'avait aucune intention de l'utiliser, au contraire, elle aurait bien applaudi. Un contraste prenant qui lui donnait encore un peu plus la nausée, alors que son estomac se figeait dans les talons. Parce que vous croyez sérieusement que s'ouvrir aux né-moldu est la meilleure chose qui soit? Ils vont nous chasser et nous condamner au bucher, telle l'époque de l'Inquisition..Ou ils nous prendront comme bouc émissaire à tout leurs problèmes, ou comme solution miracle pour les contrer...Ils feront écaler ce monde que vous voulez tant changer! C'est ça votre volonté?

Ce n'était pas son avis et ce dégout mis sur le terme moldu n'était qu'inventé. La femme de Rogue avait beau être de ce sang dit pur, elle ne s'était jamais pris la tête avec cela. C'était bien à dire, ça faisait son petit effet, mais au final, peut lui chaud. Puis quand on voyait la magie qu'était capable de fournir, Severus, Lily ou encore Hermione, c'était tout bonnement incroyable, alors qu'a contrario des familles illustres généraient des enfantas bien incapable de lacer un simple lumos sans faire des dégâts. Pitoyable comme tout. Non pour elle, si la magie se montrait à vous, c'était qu'elle avait une raison, nous étions tout sur le même pied d'égalité. Point. Enfin, elle se tu et garda sa façon de voir les choses bien au chaud dans son esprit. L'auror n'avait pas cessé, elle non plus, de garder ces barrières fictives en place. Quoi qu'il en soit, l'ex-serpentarde enchaina révélant qu'elle avait pour but d'infiltrer l'héritage, d'en apprendre le plus que possible sur ce mouvement, pour ensuite le faire tomber.

-Avez-vous connaissance des missions des autres?

Prenez en compte qu'elle ne lui avait pas demandé des noms en particulier, juste les missions. Si elle avait prit se soin tout particulièrement, c'était parce qu'elle craignait que ceux de ses propres enfants n'arrivent dans la conversation. Si les mangemorts venaient à apprendre que les enfants de ses serviteurs avaient rejoint un autre camp, surtout sans prévenir le maitre ou le servir par ce biais, ils en baveraient. Puis finalement, alors qu'elle allait continuer sur autre chose, ce qu'elle attendait depuis des lustres se produisit enfin. Le geôlier s'esquiva ailleurs, les laissant seules, sans surveillance. Elle vérifia ses dires par un sortilège d'homnium revelio qui ne lui indiqua que leurs deux présences. Un geste qui fit peur à la jeune fille, la stoppant dans ces réflexions. Tenant enfin sa chance, ne devant plus jouer l'acariâtre manipulatrice, psychopathe, elle chercha le moyen de l'aider ou autant que faire se peut. Elle ignorait le laps de temps qu'elle avait devant elle avant son retour, ou celui de quelqu'un d'autre. Alors avisant le bol, elle ne trouva qu'à lui fournir un peu d'eau pour tenir. C'était maigre comme réconfort, mais dans sa position, c'était tout ce qu'elle pouvait lui offrir comme soulagement, pour l'aider. Pour lui prouver qu'elle n'était pas vraiment avec eux. Autant elle avait envie de le lui faire comprendre, autant c'était prendre un risque aussi. Qu'aurait-elle à perdre dans les prochains jours si personne ne venait la chercher? Dénoncer des traitres pouvait la sauver quelques jours de plus... Oh par Merlin, elle haïssait ce genre de réflexion... Soupirant, se radoucissant, préférant oblitérer tout cela, elle reprit un comportement plus proche de celui qu'elle avait toujours connu. À Poudlard, dans le salon d'orientation, lors de la nuit rouge puis quand elles s'étaient croisé pour son apprentissage. Elle avait essayé de lui dire que l'eau n'était pas empoisonnée, mais la méfiance de sa vis-à-vis était logique et sensée. Elle n'avait plus de raison de lui faire confiance, tout avait été brisé, à moins qu'elle ne doive creuser? Pouvait-elle vraiment la croire passer à l'ennemi? Elle espérait qu'une part d'elle se battrait contre cette étouffante vérité, mais dans cette pièce, elle ne pouvait pas faire autrement que de lui donner des cartes contre elle, en tout circonstance...

-Peut-on savoir ou vous espérer en venir? Laissez Selena en dehors de tout cela... Et buvez. J'ignore quand votre geôlier compte revenir, alors vous devriez en profiter pendant qu'il n'est pas là. De plus, elle ne tenait pas à ce que la conversation soit encore tourné sur sa fille quand l'homme reviendrait. Ce n'était vraiment pas le moment de faire naitre des questions sous son crâne et c'était justement ce qu'elle avait voulu éviter, peu de temps auparavant. Eden, je sais que vous n'avez aucune raison de me croire, mais tout n'est pas aussi facile que vous pouvez le penser. Les réputations, les on dit que, c'est facile à dire et elle ont toujours un brin de vérité. Mais vous l'avez dit vous-même, vous connaissez leurs techniques et savez comment ils agissent. Alors ne juger pas trop vite. Et surtout, ne dite pas la seule information qui pourrait vous maintenir en vie, tenez bon...

Cela n'avait été qu'un murmure à peine audible. Une fois encore, elle essayait de lui faire comprendre de ne pas croire trop vite aux apparences, mais une fois de plus, elle pouvait prendre cela comme une nouvelle technique d'approche. Elle pouvait croire qu'elle se faisait passer pour une victime forcée -ce qui était le cas au final- pour profiter de la confiance créer pour en apprendre encore plus. Ça évidemment ce n'était pas le cas, mais elle n'avait plus aucun moyen de le savoir. Ce jeu de manipulation et de fausse apparence était bien trop compliqué finalement, même pour s'en extirper.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Swan
Apprentie auror
Nombre de messages : 930
Célébrité sur l'avatar : Shelley Hennig
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Jan - 2:19
- Ne jouez pas à l'insolente Mademoiselle Swan, vous avez tout à perdre, ne l'oubliez pas... Donc vous l'avez contacté par hibou ? Je suppose que c'est toujours le cas maintenant ? Y avait-il un nom de code, un hibou particulier, ou un endroit précis ou déposer la lettre ?

- Pas de hibou particulier, ni d'endroit précis. Tout était fait au hasard. Les petites habitudes, c'est un coup à se faire repérer. Son nom de code était « Chieur-en-Chef », mais ça, c'était surtout entre lui et moi. Et non, on ne se contacte plus vraiment par hibou. Trop dangereux. Je me contente généralement de passer à la planque, qui change régulièrement, pour me tenir au courant de l'actualité du mouvement. Il m'arrive encore de l'appeler Chieur en Chef, par contre, si vous voulez tout savoir.

Pour l'insolence, c'était raté. Eden se prépara mentalement à un nouveau sortilège. Au moins, si c'était elle qui provoquait la première, elle serait prête. Mais le coup ne vint jamais, et elles continuèrent leur échange.

- Parce que vous croyez sérieusement que s'ouvrir aux moldus est la meilleure chose qui soit ? Ils vont nous chasser et nous condamner au bûcher, telle l'époque de l'Inquisition. Ou ils nous prendront comme bouc émissaire à tout leurs problèmes, ou comme solution miracle pour les contrer...Ils feront écaler ce monde que vous voulez tant changer ! C'est ça votre volonté ?

Cette fois-ci, Eden garda le silence. Elle avait eu les mêmes doutes au sujet des moldus, encore récemment. Avant que Darren n'arrive à la convaincre du bien-fondé de ce projet. Parfois, il lui arrivait de les avoir encore. Elle pouvait laisser Alicia penser qu'elle l'avait mouchée, cela ne la dérangeait pas. Elle n'avait plus tellement le courage d'argumenter, de toute façon.

- Avez-vous connaissance des missions des autres?
- Certains, oui.


Cette pente-là était glissante. Elle ne pourrait pas dire grand chose sans vendre ses camarades. Blaise le premier. Mais tant qu'Alicia ne demandait pas de noms...

- Peut-on savoir ou vous espérer en venir ? Laissez Selena en dehors de tout cela... Et buvez. J'ignore quand votre geôlier compte revenir, alors vous devriez en profiter pendant qu'il n'est pas là.

Eden plissa les yeux. La mention du nom de Selena semblait avoir eu l'effet escompté.

- Je crois que vous savez très bien où je veux en venir.

Alicia savait. Eden en était sûre. Elle savait que Selena était anarchiste, ou en tout cas, elle se doutait que l'allégeance de sa fille allait vers un autre camp que celui des Mangemorts. Elle essayait de la protéger. Elle se raccrocha à cette idée comme à un rocher. Puis soudain, une autre pensée lui vint à l'esprit.

J'ignore quand votre geôlier compte revenir.

Votre geôlier. Alicia s'excluait de cette phrase. Volontairement ? Pour lui donner l'impression qu'elle n'était pas tout à fait de leur côté ? Ou pour lui signaler qu'elle était du sien ? Qu'entendait-elle par « en profiter pendant qu'il n'est pas là » ?

- Eden, je sais que vous n'avez aucune raison de me croire, mais tout n'est pas aussi facile que vous pouvez le penser. Les réputations, les on dit que, c'est facile à dire et elle ont toujours un brin de vérité. Mais vous l'avez dit vous-même, vous connaissez leurs techniques et savez comment ils agissent. Alors ne jugez pas trop vite. Et surtout, ne dites pas la seule information qui pourrait vous maintenir en vie, tenez bon...

Eden écarquilla les yeux. Alicia agissait vraiment comme si elle était de son côté. Eden venait de se rendre compte que le brusque changement de comportement de l'Auror correspondait au moment où elle avait compris que le Mangemort devant la porte était parti. Et cette dernière allusion... C'était comme si elle savait. Comme si elle savait qu'elle avait bien quelque chose à dire, mais qu'il s'agissait de sa seule information digne d'intérêt. Comme si, elle aussi, avait passé son temps à tourner autour du pot pour qu'elle n'ait pas à vendre cette information.

Plus que jamais en proie au doute, Eden baissa la voix :

- Je ne peux pas vous faire confiance. Je ne peux pas. Je n'arrive même plus à réfléchir correctement. Ces petits jeux vont me rendre dingue, alors si vous voulez m'aidez, débrouillez-vous pour me ficher la paix, si possible pour qu'ils me fichent la paix un petit moment eux aussi, et signalez ma présence ici aux gens concernés. Dites bonjour à Selena de ma part. Et si vous ne voulez pas m'aider... Alors allez vous faire voir chez les hyppogriffes.

À défaut d'être très subtil, ça avait le mérite d'être clair.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1783
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Jan - 12:07



All Hell Breaks Loose
Ft. Eden Swan


Arriver à mener un interrogatoire, dans les règles de l'art, nécessitait une bonne dose d'expérience et un certain doigté. Une habitude dont n'héritait pas la majorité des aurors, malgré les apprentissages offerts et la variété de techniques possibles. Tout était une question de tactique, d'habitude et de choix judicieux. C'était une maitrise à part, un don ou une facilité qui ne fonctionnait pas avec tout le monde. Oh bien sur, certains s'en passait très bien, préférant dénigrer la vie humaine et torturer jusqu'au bout leur victime, pour obtenir l'information souhaitée, mais ce n'était pas là sa vision des choses. Alors si aujourd'hui, Alicia avait été conviée à ce petit jeu macabre, sans autre échappatoire, elle comptait bien réussir à y mettre sa patte et à rendre ce détestable moment plus tolérable à la jeune fille. Après tout, il était quand même plus civilisé de répondre à des questions, plutôt que de passer son temps à crier de souffrance, non? Cela donnait d'ailleurs certainement plus envie d'y répondre que le second cas. C'était pourquoi la brune s'était lancée dans cette habituelle mécanique de question-réponse. Une méthode qui lui permettait également de contrôler la conversation, de laisser le suspens planer et de ne pas forcer la jeune Eden à dévoiler toutes les informations sensibles en sa possession, tout en la laissant maitre de la situation. Tout devait être parfait, crédible, pour ne pas alerter le mage noir derrière la porte, qui continuait d'écouter la moindre parole échangée. Seules, elles ne l'étaient donc qu'à moitié, ce qui ne permettait pas à l'ancienne Serdaigle de se défaire de ce rôle, de cette mascarade sensée indiquée qu'elle était de leur côté. Froide, impartiale, le visage des plus impénétrables, elle n'avait cessé de répliquer, non sans omettre de la rabaisser un peu et de la tacler au moment opportun. Elle jouait un rôle. Une infiltration. Une mission.

Alicia ne cessait d'ailleurs de se raccrocher à cette idée, alors que la vision d'elle-même qu'elle renvoyait se faisait détestable et menaçante à l'encontre de la jeune Serpentarde, qui répondait aux questions. Les premières concernaient sa participation au mouvement, sa rencontre avec le leader anarchiste et surtout la manière de le contacter. Si elle y avait vu un filon exploitable, il finit par ne mener à rien. Les planques dont elle se souviendrait devaient être à ce jour abandonné, il était surement inutile de creuser plus loin par là. Elle était donc repartie sur autre chose, sur ses compétences et surtout sur son apport au mouvement. À quoi elle servait, quel était sa mission, là encore, les mangemorts savaient qu'elle en faisait partie, alors mise à part s'enfoncer, elle, elle ne risquait rien. Rien de grave pour les autres. C'était le moindre mal qu'elle pouvait lui offrir, sans elle aussi risquer de se faire rappeler à l'ordre, rappeler le pourquoi on l'avait fait venir aujourd'hui : Avoir des informations et prouver sa loyauté au Seigneur des ténèbres. Immobile, la fixant sans discontinuer, la femme de Severus n'était qu'à moitié attentive à ce qui se passait dans ces geôles. Effectivement, son esprit était aussi tourné vers cette porte et ce qui se passait de l'autre côté, attendant avec espoir que Desmond s'en aille et lui laisse le champ libre, un petit créneau pour l'aider. Ne pouvant pas être silencieuse plus longtemps, devant continuer à la pousser à bout, elle enchainait les questions. Alicia avait conscience de ne plus pouvoir tourner autour du pot et parla donc des missions précitées, tout en mettant un soin tout particulier à éviter les noms. Elle ne voulait pas que ceux de ses enfants atterrissent dans la conversation et visiblement, Eden l'avait compris, vu qu'elle avait répondu laconiquement. Malheureusement, elle ne pouvait laisser passer cette 'chance' et donc la mort dans l'âme, elle continua, mettant un léger sourire ironique et victorieux sur son visage, le rendant un brin menaçant.


-Et bien voilà, vous voyez quand vous voulez, vous pouvez devenir intéressante. Alors quelles sont les missions dont vous avez connaissance? Et n'essayez pas de vous y soustraire, vous savez ce que vous avez à perdre et je suis sur que vous préférez continuer à converser avec moi, plutôt que de hurler à nouveau, non?

Doux rappel de sa supériorité, de la possible souffrance dont elle écoperait si elle ne continuait pas sur sa voix des aveux. Néanmoins, une fois encore, la quarantenaire n'avait parlé que des missions, que de qui devait faire quoi, elle n'avait pas spécifié qu'elle voulait des noms. Mais en disant le but de chacun, ils pourraient peut-être remonter jusqu'à eux ou faire peser des soupçons. Elle jouait véritablement un coup de poker. Après tout, qu'avait-elle à perdre si elle voulait la provoquer? La mettre mal à l'aise ou carrément l'enfoncer? Elle pouvait à tout instant parler de Selena ou même de Calvin, un point qui elle n'en doutait pas intéresserait grandement Greengrass. Il se ferait même une joie d'aller les chercher, lui-même, pour vérifier ses dires et nul doute que la future auror y gagnerait un répit important. Mais elle ne pouvait plus reculer cette question, si c'était Eden qui était leur captive, Alicia était tout autant prise au piège, différemment sans doute, mais elle aussi était dans de sales draps et il n'y avait qu'un choix : Continuer droit devant et s'enfoncer dans cette noirceur. Plus les jours allaient et moins elle voyait une sortie de tunelle agréable. Heureusement, à croire qu'une bonne étoile existait encore en ces terres, le sang pur s'éloigna enfin de la porte. Peut lui importait la raison de ce répits, elle souhaitait juste le mettre à profit. Elle réalisa donc un brutal changement de comportement, essayant de l'aider, de lui apporter de quoi étancher sa soif, mais évidemment, le doute persistait dans les prunelles de la captive et elle ne pouvait que le comprendre.

Elle finit même par parler de Selena. A croire qu'elle aussi savait, qu'elle savait qu'elle pouvait faire mal et s'épargner encore un peu et n'avait pourtant pas encore joué sa carte. Même si elle voulait l'aider, la souffrance et la mort de sa famille restaient gravées dans son esprit, elle préféra dès lors jouer la négation, usant de prudence, lui disant de changer de sujet et la pressant de se rassasier. Elle ne pouvait deviner comment elle allait l'interpréter mais au moins elle aura essayé de la prévenir. Si elle venait à dire l'information cruciale détenue, elle serait purement et simplement tuée, vu que devenue inutile. Distiller son savoir était sa seule chance de prolonger son existence, même si il ferait durer également sa souffrance.... Sa première réplique lui donna une certitude, elle avait compris, Eden avait compris son manège, la voilà avec une nouvelle carte en main, contre elle. Un argument qui pouvait pencher en sa faveur. Elle préféra pourtant éluder. Lui répondre ne ferait que la réconforter dans son idée, même si cela la dédouanerait de son appartenance aux mangemorts. Mais au vu de l'endroit où elle était et de ce qu'ils pouvaient lui faire subir, elle ne pouvait prendre aucun risques. Il fallait au moins que l'une d'entre elles quitte cette cellule, si elle voulait espérer sortir de là et qu'on vienne la chercher. Elle semblait comprendre, son regard s'était soudainement allumé, avait-elle réussi à toucher au but? À rallumer cet espoir dans ses prunelles? À lui faire comprendre que même si le jeu devait perdurer elle allait essayer de l'aider? Comme depuis le début de cet entretien? Qui sait. À défaut de la convaincre entièrement, une part de son esprit voudra au moins y croire, s'était suffisant pour le moment.


-Je ne vous demande pas de me faire confiance, Eden, mais à ce stade vous n'avez pas le choix. Aidez-moi et je vous aiderais. Nous savons toutes les deux que je sais qui informer. L'aide qu'elle demandait en échange était tout simplement le faite de garder le silence sur les deux noms qu'elle connaissait, ceux de ses enfants. C'était osé, risqué, mais à faire. Néanmoins, si elle n'était pas apte à le lui 'promettre', elle allait être désolée de changer de caps, entre eux où elle, elle choisirait vite. Je ne pourrais pas tourner éternellement autour du pot et s'il s'impatiente je ne pourrais rien contre. Donnez moi quelque chose, une miette, un os à ronger. Quelque chose et je ferais mon possible pour quitter ces lieux, avec lui. Je ne promets pas qu'il ne reviendra pas, mais il aura de quoi faire et vous laissera en paix, un petit moment. Et par Merlin, buvez, vous devez reprendre des forces!

Ces paroles avaient été dites sur un débit accéléré, pressé, elle craignait toujours le retour imminent de Greengrass. Elle avait continué de parler sur un ton bas, s'approchant d'elle, quittant cet air menaçant et supérieur. Alors lui ferrait-elle confiance, ou croirait-elle à un nouveau tour de passe-passe orchestré par les mangemorts? C'était elle de voir. Comme toujours.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» All Hell Breaks Loose | Part 1 [PV Alicia Rogue]
» Alicia Rogue | Would you play with me?
» Hell In A Cell 2009
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LONDRES :: ♣ Quartiers Résidentiels :: Résidences attitrées-
Sauter vers: