RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Don't leave me | Alicia & Calvin

avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Juin - 17:00



Don't leave me
feat. Alicia & Calvin
Le mois de Mars était enfin arrivé, chassant avec lui le froid assassin de l’hiver. Mais le printemps n’est pas toujours des plus beaux, surtout de ce côté du monde. Il fallait encore essuyer bien des jours pluvieux. Ce n’était pourtant pas Calvin qui s’en plaindrait. Le remarquait-il seulement ? Il avait l’impression d’avancer sans vraiment savoir par où commencer. Les choses devenaient de plus en plus difficiles avec le temps. Mais peut-il en blâmer qui que ce soit ? Il en était bien le seul fautif dans toute cette histoire. Sauf que peu importe ce qu’il fasse, les journées ne dépassaient pas vingt-quatre heures. Jusqu’à présent, il ne savait pas vraiment comment il avait fait pour tenir bon. Certainement le courage ? Après tout, même si Calvin a toujours douté de sa propre personne, malgré ce qu’on peut croire sous son côté grande gueule, c’est un petit garçon pas sûr de lui du tout. Mais il l’est. J’veux dire, il est courageux et plus que beaucoup d’autres.

Assumant sa bêtise qui l’a conduit à mettre une adolescente enceinte, il devait s’aventurer dans les préparatifs, et en plus jonglé entre l’Université Magique, les concerts - que le groupe enchainait pour se faire un peu d’argent -, l’enregistrement de leur prochain album et le Nuclear Blast. Pour les trois dernières activités, il s’agissait de sa passion et jamais le musicien ne s’en plaignait. Il parvenait même parfois à trouver du temps pour gratter un peu sa guitare à l’abri des regards, songeur comme ça lui arrive souvent. Les études par contre, étaient devenues bien trop lourdes, même si ses résultats n’étaient jamais en rien entachés. C’était son comportement qui en devenait de plus en plus douteux, devenant juste imbuvable à la première remarque de ses professeurs. Faut dire qu’avec tout ça, il fallait rajouter une dose d’Anarchie par-ci, par-là et l’aide qu’il fournissait aux élèves de Serpentard. Les jours de repos se faisaient de plus en plus rares aussi avec tout ça, faut dire. Mais il tenait bon, étant de tous les fronts. Heureusement qu’il a toujours été hyperactif, au moins, ça lui permet de ne pas se tuer à la tâche.

Cette fois, il n’avait pas cours de la journée. Wulfric le remplaçait au Nuclear Blast et pas de concert prévu avant au moins un petit mois. Le temps de se reposer et de répéter comme il se doit. Pas d’enregistrement non plus, l’album état déjà bouclé et Broderick lui avait parfaitement fait comprendre que s’il ramenait son cul Roguien du côté de la boutique, il allait certainement se le faire botter. Alors il profitait de ce jour sans rien avoir à faire, pour mettre un peu d’ordre dans ses affaires. N’étant pas un fanatique du rangement, c’était vite fait le concernant, mais la veille Laverne lui avait ramené quelques vêtements de bébé et du mobilier dont elle n’avait plus d’utilité. Les cadeaux s’étaient aussi enchainés; Wulfric, Selena, Edwin, Broderick, peut-être même Darren concernant certains présents anonymes mais plutôt décalés, Fred, George, Doyle, son grand-père, Zakaria, Wolfgang, même Drago, sans oublier son parrain. Calvin a toujours eu grand mal à considérer Lucius Malefoy en tant que tel, mais visiblement, l’homme faisait de son mieux pour lui montrer qu’il était là tout de même. Aussi étonnant que ça puisse paraitre, il n’avait rien dit au Seigneur des Ténèbres, puisque jusque là, le guitariste n’avait eu vent de rien du tout laissant sous-entendre une trahison. Devait-il revoir son opinion sur le blond à la longue chevelure ? Peut-être lui laisser le bénéfice du doute.

Il ne saurait vraiment énumérer toutes les personnes qui lui avaient fait parvenir des présents, tant il y en avait. Et si pour le moment, il n’y avait rien de la part de sa mère, Calvin ne lui en tenait pas rigueur. Il ne s’était pas non plus manifesté durant les mois passés, sachant qu’elle devait digérer les mensonges de son mari et remettre de l’ordre dans sa propre vie. Puis, le fils d'Edwin était déjà né de quelques années, il primait donc dans l'ordre des priorités. De plus, Alicia avait sûrement besoin de recul et ce n’était pas son rejeton qui pourrait lui jeter la pierre. Parfois, l’isolement est bien la seule option qu’il lui reste également, pour ne pas péter un plomb.

Au milieu de son appartement, il triait les nombreuses choses en sa possession. Par Merlin, bien des objets restaient douteux à ses yeux, ne sachant à quoi ils pouvaient servir. C’était peut-être plus les vêtements qui l’intéressaient après tout. Tout le monde s’accordait à lui faire plaisir en lui envoyant des petites fringues de mec. Qu’adviendra-t-il si le bébé s’avère être une fille ? Il chassa cette idée en un léger geste de la tête ... . En fond sonore retentissait leur dernier album. Non pas un signe de vantardise, mais s’il avait été foutu en repos, c’était aussi pour qu’il l’écoute et donne son avis, avant que ça soit envoyé sur le marché.

La table du séjour était totalement recouverte de vêtements, les objets de petites tailles couvraient canapés, fauteuils et table-basse du salon. Le reste encore en carton pour les plus volumineux. Il se sentait couler, incapable de pouvoir y parvenir en si peu de temps. Quelques mois. C’était tout ce qu’il lui restait et la pression, avec un doux mélange de panique, ne cessait de s’emparer de lui. Même avant de monter sur scène devant des milliers de personnes, il ne se sent pas aussi stressé. Si bien, qu’à ses côtés, sur le meuble voisin, le liquide dans sa bouteille de Whisky Pur-Feu, descendait à vue d’oeil. Bientôt, une seconde vint prendre place à côté de la première, déjà plus qu’un ancien souvenir. Dans cette pièce, l’impression d’étouffer s’emparait même de lui, le forçant à en retirer son tee-shirt, pour le laisser reposer sur le dossier d’une chaise à ses côtés. La porte d'entrée entrouverte, la fenêtre quant à elle grande ouverte, un besoin d’air devenait vital.
by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1779
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil - 13:50



Don't leave me
Ft. Calvin Rogue

Le vingt quatre Mars approchait à grands pas, avec lui ce nouveau cap à passer, cette période charnière que beaucoup s'accordaient à appeler 'la crise de la quarantaine'. Un âge buttoir qui pourtant la perturbait beaucoup moins que tous les évènements qui s'étaient bousculé dans sa vie, jusqu'ici. Pour Alicia, cet anniversaire n'en était qu'un de plus, qu'une journée dans une année, en d'autre terme, cela ne changerait rien à sa manière d'être, ni de faire. Ce n'était pas parce qu'elle gagnait en bouteille, que tout son monde allait s'en retrouver bouleversé, bien au contraire, peut-être s'améliorerait-il? Il faut dire que pour la famille Rogue, ce nouveau siècle avait commencé sur les chapeaux de roues. Les nouvelles s'étaient enchainés sans cesse, ne lui laissant que peu de temps de répit pour encaisser les chocs successifs, pour accepter ces informations. Eh par Morgan, il y en avait eu! Entre sa fille qui lui avait annoncé son départ du cocon familial, pour voler de ses propres ailes en compagnie de son petit ami, Wulfric; son plus jeune fils qui allait devenir père d'ici les vacances d'été et son aîné qui l'était depuis de nombreuses années, elle n'avait pas eu le temps de s'ennuyer. Surtout qu'ajouter à tout ce remue-ménage interne, elle pouvait compter sur les mangemorts pour y mettre leur grain sel, ainsi que sur les innombrables activités et recherches menée pour son métier, pour son travail auror. Alors soyons honnête, depuis ce début d'année, l'ancienne Serdaigle se sentait complètement dépassée. Pratiquement noyée sous le poids de toutes ces révélations. Pourtant, même si elle semblait perdre pied, il fallait continuer de tenir le caps. Continuer de sourire et d'essayer de faire de cette famille, un ensemble unis, en tout cas le moins brisé que possible. Parce qu'après tout un proverbe le disait que nous étions jamais aussi fort, que ce que nous étions unis, une force qui semblait leur faire défaut... Autant dire qu'elle avait eu besoin de souffler, de faire le point.

Son soudain isolement, au sein même du manoir Rogue, y avait énormément contribué. Cet endroit était devenu un véritable oasis de paix, ou elle avait pu, sans complexe, passer de longue heure d'introspection. Cette solitude, qui l'avait souvent miné à une époque, était devenue une amie utile et appréciable. Elle eut au moins le mérite de lui remettre les priorités en place. Alors tout en essayant de faire le tri, elle avait décidé de s'occuper du cas de l'homme avec qui elle partageait sa vie, en premier. Tout simplement parce que dans le cas contraire, ce n'était pas vivable et que selon elle, s'était avec lui qu'elle avait le plus gros différent. Car Alicia avait très mal vécu son mensonge, qu'elle prenait pour une véritable trahison de la part de Severus. Puis, arranger ce dilemme avec lui était une nécessité. La moindre faille exposée pouvait leur couter la vie dans l'univers qui était leur, surtout avec ce qu'elle avait accepté de faire, récemment. Chose faite, elle s'était lancée à la reconquête de sa relation avec son fils aîné, pour pouvoir apprendre à connaitre Laverne et à découvrir son premier petit-fils, Stan. Cela n'avait pas été une mince affaire, si on comptait qu'Edwin avait littéralement voulu couper les ponts, autant avec son époux, qu'avec elle. Un acte qui l'avait blessé, parce qu'au final, elle avait tout ignoré et surtout elle n'avait jamais voulu ce froid. Alicia ne voulait pas perdre ses enfants pour un acte qui n'était pas de son ressort. Alors, elle avait essayé de recoller les morceaux avant de partir sur le troisième point de sa liste : Calvin. La future quadragénaire avait décidé de profiter d'un jour de récupération, pour aller à la rencontre de son second fils, pour voir comment il s'en sortait. Certes, cela faisait quelque temps qu'elle ne l'avait plus vu, mais elle n'avait jamais rompu le contact, usant de hibou. Ce qui lui avait permis de comprendre l'énorme charge de travail qui pesait encore sur ses épaules, ainsi que le poids des responsabilités qu'il se devait d'endosser, pour son futur rôle.

Parce que dans quelques mois, voire semaine comme les grossesses se comptait comme tels, il allait devenir père. Hors la matriarche savait à quel point préparer l'arrivée d'un enfant était une chose ardue et complexe. À son époque, elle avait pu compter sur le soutien de sa famille, mais surtout de sa mère. Alors elle voulait à son tour se montrer présente pour lui, un acte qu'elle n'avait pas été en mesure de réaliser jusqu'alors. Mais là, elle avait enfin les idées claires. Elle ne voulait pas vivre éloignée de ses petits-enfants! Ils étaient une priorité, au même titre que sa famille. Un paquet solidement juché sous son bras, la femme de Rogue avait transplané dans une rue adjacente à l'immeuble ou vivait ses deux rejetons. Les cheveux au vent, elle se dirigea vers leur appartement et grimpa les escaliers jusqu'à arriver à leur étage. Elle allait toquer à la porte quand elle réalisa qu'elle était déjà entrouverte. Pendant un court laps de temps, elle crut à une effraction dirigeant sa main vers sa baguette, avant de se raviser, il n'y avait finalement rien de grave. Par l'entrebâillement, elle pouvait voir l'intérieur et un sourire attendri prit immédiatement naissance sur son visage. La tête posée contre le chambrant, le regard noisette brillant d'un éclat plus doux, elle visualisait cette scène, qui jusqu'alors lui semblait surréaliste. Là a quelques pas devant elle, se trouvait son fils, torse nu, entourée d'une immense flopée de vêtements pour bébé. Il semblait perdu, mais ravi. Par cette simple vision, elle prenait conscience qu'il avait grandi, muri et accepté cette enfant. Qu'il était prêt à élever un autre petit être, prêt à changer, à s'améliorer... Sortant de sa torpeur, Alicia poussa la porte pour entrer, le sourire toujours accrocher aux lèvres. Ne cherchant pas à lui faire peur, elle signala sa présence en toquant deux coups contre le bois. Prenant ses aises, sans pour autant exagérer, la brunette posa son sac contre une des chaises libres, avant d'attendre qu'il se retourne dans sa direction.


-Salut Cal', comment vas-tu?

Sa voix était sortie chaleureuse et réellement intéressée. Adjoignant le geste à la parole, la mère de famille en profita pour anéantir l'espace restant entre eux, pour le serrer dans ses bras et lui faire la bise. Un geste affectueux qui n'était pas toujours au gout de sa progéniture, se croyant libéré de ces attentions grâce à un âge de plus en plus avancé. Mais pour elle, ils resteraient quand même ses enfants, ses fils et ils pouvaient bien se plier à ce simple contact. Surtout qu'il devait être habitué à ce comportement venant de sa mère. Heureusement pour lui, elle ne poussa pas le vice et ne fit pas trainer en longueur cette étreinte. Elle espérait juste ne pas recevoir un accueil glacial, comme l'avait été celui d'Edwin quand elle l'avait croisé dans leur nouveau magasin de musique. Contente, heureuse même, son regard dévia vers la masse de vêtement et d'objet en tous genres qui encombraient son salon. Merlin que cette vision désordonnée lui rappelait des souvenirs. A vrai dire, elle se sentait replonger des dizaines d'années plus tôt, au moment où elle-même avait dû trier tous les présents reçus pour leur naissance. C'était étrange et excitant à la fois.

-Tu t'es décidés à trier tout ce qu'on t'a apporté pour le petit?..C'est moi ou tu m'as l'air perdu face à tout cela?

Le terme de "petit" ne signifiait pas qu'elle avait une quelconque connaissance sur le sexe de l'enfant que portait Jezabel. Ce n'était pas non plus une espérance maternelle de voir une descendance mâle, du premier coup. C'était simplement un mot sensé désigner cette future génération, un usage beaucoup plus poli et agréable que de dire simplement "fœtus". Pour la suite, par contre, c'était clairement une petite boutade, parce que oui, il avait l'air un peu agar. Il donnait carrément l'impression de ne plus savoir ou donner de la tête, ainsi entouré de tous côtés. Une émotion qui n'était pas sans lui rappeler l'expression de son époux, à sa place. Bien sûr, elle ne formulerait pas cette pensée, elle n'était pas là pour jeter de l'huile sur le feu, mais c'était identique. Cassons les images, parce que le directeur de Serpentard n'en avait jamais emmené larges face à tous ces préparatifs. Il n'avait jamais été à l'aise dans la majorité des magasins, ce qui avait souvent fait rire Alicia. Un moyen pour elle de décompresser face à cette arrivée angoissante. Sortant de ces pensées, elle se retourna vers son fils, attendant la première de ces réactions, même si son regard avait accroché les bouteilles de Whisky avec un air désapprobateur.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Aoû - 14:10



Don't leave me
feat. Alicia & Calvin
Rien n’est prêt, il ne l’est pas lui-même et c’est ce qu’il n’a de cesse de se répéter chaque jour. Tout va beaucoup trop vite pour lui. Les mois filent et lui, il a l’impression d’être à la traine. Entre l’Université, l’Anarchie, les concerts, les cours de musique qu'il donne, les répétitions, même les enregistrements et la boutique, ses journées sont beaucoup trop courtes pour tout ce qu’il a à mettre en place. Il ne se sent pas dans son futur rôle de père. La naissance est maintenant pour bientôt, environs quatre petits mois qui passeront à une vitesse hallucinante. Il le sait, puisqu’il sera l’heure des examens concernant ses études et des festivals, pour la musique. Il ne peut pas se permettre de louper ces derniers, c’est ce qui rapporte le plus d’argent. Et de l’argent, par la barbe de Merlin, il en manque cruellement quand il ne s’adonne pas à cette passion, devenue aussi son gagne pain. Avec tout ça, il ne faut pas oublier l’aide qu’il apporte à ses cousins notamment, mais aussi aux gamins de Serpentard qui en ont besoin. Le tout, dans le dos de son père bien entendu. S’il venait à l’apprendre, Severus ferait sans doute des bonds et à raison. Calvin apprend tout de même la magie noire à ces gamins et certains sortilèges dangereux, qui ne sont seulement qu’au programme de l’Université, et plus particulièrement dans le cursus qu’il suit.

Mais cette fois, il admet ne pas être un sur-homme, ni même un sur-sorcier pour le peu que ça se dise. Il arrive à bout et le manque de sommeil, se ressent cruellement. De plus, même s’il s’agit de son premier enfant, il n’est pas con et sait bien qu’après la venue au monde du bébé, les nuits blanches seront encore plus nombreuses qu’elles ne le sont déjà. Comment gérer ? Qu’est-ce qu’il va faire ? Il a simplement l’impression que tout s’écroule autour de lui. Quand il rattrape d’un côté, ça file de l’autre et n’importe qui vous le dirait, niveau organisation ce n’est pas ça qui est ça avec lui. Il a beau tenter de se faire des emplois du temps afin de mieux gérer, en s’y octroyant des pauses également, pour pouvoir souffler, il y a toujours un truc qui ne tourne pas aussi rond qu’il ne le devrait et bonjour la panade. Pourtant, avec un fort caractère comme il possède - pour ne pas dire un caractère de merde -, il ne compte rien lâcher. Il ne peut juste pas. Chaque activité n’est pas négligeable. Toutes ont leur importances. Toutes sont une partie de lui. S’il venait par en abandonner une, il le vivrait comme un échec.

Devant cette table, il avait l’impression que plus il faisait le tri dans les affaires de bébé, et plus il y en avait d’autres qui arrivaient. Comment la rumeur s’était-elle si vite étendue, à quasiment toutes ses connaissances ? Certaines choses étaient déjà installées et heureusement, sinon ce serait une masse de boulot en plus et il ne peut juste pas se le permettre. Il était tellement prit, mais surtout tellement perdu dans toutes ces affaires, que Calvin n’avait même pas remarqué que quelqu’un venait de rentrer dans son appartement. Avec la musique plutôt forte aussi, ce n’était pas franchement étonnant. C’est en entendant toquer contre le bois de la porte, que le second né des faux jumeaux de la famille, tournait la tête vers l’entrée. Il s’était arrêté dans son geste - qui consistait à tenter de plier comme il le pouvait, une espèce de chose étrange avec plein de boutons partout -, pour attraper sa baguette et couper la musique. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’attendait pas à voir sa mère aujourd’hui. C’est vrai qu’elle s’était faite très discrète depuis le début de l’année. Quelques hiboux, mais aucune visite et Calvin n’avait pas non plus pris le partie de se rendre au manoir. Il avait bien compris qu’elle devait aussi digérer tout ce qu’il lui tombait sur la tête. De toute façon, Calvin n’a même pas vu son père non plus durant tout ce temps. Et avec lui, pas un seul échange d’hiboux, si bien qu’il ne savait même pas si Severus était au courant de la naissance prochaine de son second petit-fils - ou petite-fille.

« Oh maman. Il laissa tomber ce qu’il tenait dans les mains, sur la table, pour s’approcher d’elle. Je ne m’attendais pas à de la visite, c’est un peu le bordel, ne fais pas attention. »

Arrivé à sa hauteur, il ferma la porte derrière elle, prenant ensuite le temps de l’embrasser sur la joue, ne se rendant pas compte que pour une fois, il ne se comportait pas comme le roi des cons. Comme quoi, la lassitude de la solitude peut faire des miracles. Puis la distance qu’il y a eu aussi, sûrement. Et Alicia qui le prit dans ses bras n’eut même pas raison de son côté avenant du jour. Peut-être que l’alcool avalé, quelques instants plus tôt, portait également ses fruits. Fin, là, si Calvin n’était pas bien à l’aise, c’était surtout parce qu’il se mit en quête de retrouver son tee-shirt, surement noyé dans l’océan de vêtements pour bébé. Puis sa mère s’empressa de reprendre la parole, soulignant le fait qu’il semblait perdu. Pendant quelques infimes secondes, Calvin s’apprêtait à répondre qu’il s’en sortait parfaitement bien, mais il se résigna, étant complètement à bout.

« Perdu ? Oh non, je suis complètement largué, il y a des trucs bizarres dont je ne connais même pas l’utilité. Narcissa m’a envoyé un tire-lait … au début j’ai pensé que c’était une pompe à zizi. Ce n’était pas le même modèle que j’avais vu sur le Chemin de Traverse c’est pour ça … Euh, je parle bien du tire-lait cette fois et non d’une pompe à … ‘fin t’as compris. De toute façon, je n’en aurais eu aucune utilité, je n’ai pas de problème de ce côté-là … Bref. »

Epiloguer sur son service trois pièces face à sa mère, ce n’est peut-être pas la meilleure idée qu’il ait eu. Mais il faut dire qu’il venait de remarquer que le regard d’Alicia avait capté les bouteilles, qu’il n’a pas eu le temps de faire disparaitre. La logique aurait voulu qu’il trouve une connerie, pour expliquer la présence du Whisky en si grande quantité. Mais non, il préféra faire la politique de l’autruche, comme si de rien n’était et détournant - ou au moins en essayant de détourner - l’attention de sa mère sur autre chose.

« J’ai même reçu un paquet venant de Lucius. Tu crois que c’est vraiment de lui ou c’est sa femme qui l’a envoyé à sa place ? »
by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1779
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Aoû - 11:28



Don't leave me
Ft. Calvin Rogue

Pouvoir réagir directement, être prêt à faire face à n'importe quelle situation n'était pas une chose aisée. Oh que non, c'était même tout le contraire, peu de personnes y était apte. La matriarche des Rogue ne faisait pas exception. Pourtant, elle avait passé une bonne partie de sa formation en compagnie d'un auror réputé pour sa paranoïa, le dénommé Alastor Maugrey, dit Fol oeil. Un sorcier puissant, reconnu au point de devenir pratiquement une légende dans son service et dont le mantra quotidien restait l'indélébile : Vigilance Constante! Un terme vociféré le plus souvent au moment exact où une situation, jusqu'alors sous contrôle, leur échappaient, leur glissant des doigts au profit des mages noirs. Mais malgré ses détraqueurs qui lui vouaient une haine féroce, le disant juste bon à orner une chambre à Sainte-Mangouste, il était celui qui avait tout compris. Il avait parfaitement saisi cette fugace vérité, ces instants flous, ces moments charnières d'une existence. Malheureusement pour Alicia, ces bons conseils professionnel ne l'avait clairement pas préparé au chambardement ayant lieu dans sa vie privée, ou plutôt familiale. Si la petite bombe qui avait éclaté parmi eux n'était qu'un coup d'épée en plus dans ce saignement constant, il n'en était pas moins qu'il était le plus percutant. Une difficile mise au point, passant par l'ensemble de sa famille avant de revenir rapidement aux principales. C'était que peu de temps avant les vacances scolaires de juillet et d'aout, elle allait être à nouveau grand-mère. Un choc a tout juste quarante ans, à croire que ces marmots avaient décidé de prendre l'exemple maternelle comme acquis. À choisir, elle aurait peut-être dû leur signaler qu'attendre n'était pas plus mal. Oh elle ne regrettait en rien leur naissance, mais ils étaient encore tous deux dans la fête, l'amusement et la déraison, à tel point que cela semblait décalé pour eux de devenir père. Eh pourtant, Edwin était de loin un homme différent en présence de son petit garçon, son cadet en serait tout autant.

N'ayant pas eu de nouvelle depuis longtemps et se doutant de tout ce qui pouvait lui passer sous le crâne, face à cette naissance à venir, elle avait usé d'un de ces jours de congé pour quitter la retenue du domaine familiale, en direction de leur appartement à Londres. Vêtement moldu de rigueur, pour se fondre dans le paysage, la brune avait rapidement atteint l'étage ou vivait ces deux fils. Elle fut victime d'un petit arrêt sur image en voyant la porte ouverte. Un malheureux vestige de son apprentissage, un défaut professionnel, la forçant à analyser et deviner la pire des situations possibles, comme un cambriolage ou une agression. Bien qu'au vu du gabarit de sorteur de ces deux enfants et leurs talents magiques hérités de leurs parents et de leurs passions, elle n'aimerait pas être le pauvre type mal avisé qui pénétrerait sans autorisation. Le soulagement fut rapide une fois qu'elle vit la silhouette de cette nouvelle génération, plongé en introspection, le regard tourné vers des dizaines de vêtements pour nourrisson. Une vision étrange, plaisante, faisant naitre en son esprit une multitude de souvenir. C'était dans des moments comme ça qu'elle voulait à ce point être près d'eux, près de lui. Pour tenter de le conseiller, de l'aider, à défaut de pouvoir le faire avec Jezabel, cloisonner à Poudlard pour sa scolarité et son diplôme. Se secouant la tête, un sourire attendri au bord des lèvres, elle se décida à entrer non sans annoncer sa présence par de légers coups à la porte, couvrant ainsi le son de la musique. D'abord surpris de la voir, alors qu'elle craignait un instant sa réaction, il fut plus que content de son apparition, abandonnant ainsi son occupation, pour accourir dans sa direction. Profitant de l'occasion, elle poussa les salutations d'usage jusqu'à l'étreinte. Eh cela faisait un bien fou, après autant de semaines d'écartement. Alors qu'elle se décalait de lui, le laissant respirer, elle eut un léger mouvement de main négligeant, un peu comme si elle essayait de dire que ce n'était rien. Certes, elle aimait que tout soit rangé, mais Alicia n'était pas une maniaque en puissance et vu sa situation délicate, les jours diminuant, c'était logique.


-Ne t'inquiète pas pour ça, il faut bien que tu tries.

Effectivement, laissé tous les présents reçus empilés dans des caisses en cartons, ou protéger sous l'emballage d'un papier cadeau n'était d'aucune utilité. Il avait bien raison de tout sortir et de voir ce que c'était. Ainsi que de classer tout ce qui irait à un petit bonhomme, ou une jeune miss, voire de ranger en fonction des âges. De monter ce qui pouvait être utile directement, telle une table a langé ou un petit berceau et ce qui pouvait attendre quelques semaines encore, voir plusieurs mois. En plus, il semblerait que toutes ces connaissances avaient déjà voulu apporter leur pierre à l'édifice, n'attendant visiblement aucune liste de naissance, au vu de tout les papiers froissé qui trônait partout. Il fallait bien reconnaitre que l'auror n'y avait pas encore participé. Néanmoins, ancienne Serdaigle oblige, elle avait été plus prévenante que la majorité d'entre eux et avait été dénicher un catalogue, réunissant tout ce qui pouvait concerner la petite enfance. Il n'aura qu'à le feuilleter avec la jeune Serpentarde, pour signaler ce qui pourrait lui manquer et elle lui fournirait. À moins qu'il ne souhaite venir voir les éléments soigneusement conservé dans le grenier de leur manoir. Elle était certaine d'avoir encore plus d'une affaire leurs ayant appartenu à eux, ou alors à Selena. Amusée, le visage tourné vers Calvin qui était fatigué, pratiquement éreinté, elle n'avait pas pu s'empêcher d'user d'une petite pointe d'humour, le musicien ne se priverait pas du contraire à situation inverse. Pendant trente secondes, la mère de famille pensa qu'il allait lui dire que tout allait bien. Un de principal défaut masculin, encré dans leur gêne comme la base de tout homme : Toujours se montrer fort. Ne pas laisser entrevoir ces faiblesses, se refuser de pleurer, encaisser les chocs en serrant les dents. Mais l'humain n'était pas un robot, les hauts et les bas, faisait partie de la vie, elle fut néanmoins ravie de le voir baisser sa garde. Se lançant dans son vrai ressenti, son léger désespoir et son côté perdu face à d'innombrables éléments inconnus, comme un tire-lait. Un sourire amusé naquit sur ses sèvres qui s'étira en un léger rire, quand il parla du cadeau de Narcissa. Pour Alicia, c'était du Calvin tout crasher que de continuer de creuser sur une pompe à Zizi, enchainant sur une discussion dont elle se passerait bien sûr sa virilité, visiblement plus à prouver. Jusqu'à nouvel ordre, un enfant n'était que rarement, pour ne pas dire jamais, le fruit de l'immaculée conception.

-L'utilité du tire-lait sera pour Jezabel, si elle le souhaite et je ne te conseillerais pas de l'user sur une autre partie de ton anatomie, ça risque d'être désagréable. Son sourire s'était agrandi et elle avait penché la tête sur le côté. Tu veux un coup de main peut-être? Je pense me souvenir suffisamment de la panoplie nécessaire à l'arrivée d'un enfant que pour t'éviter les mégardes?

Humour là encore, elle tentait de le faire sourire, de lui apporter une épaule pour se soutenir, bref de jouer un peu le pilier pour l'aider. Étant déjà passé par deux grossesses et trois bambins, elle avait toujours une vague idée de ce qui pouvait être utile, de ce qui était intéressant de garder, ou de reprendre neuf plutôt que de secondes mains. Bien qu'ils aient du avec Severus paré au plus pressé, au moment d'hérité de deux petits bouts, plutôt qu'un. Si au début tout va bien, pour la suite, il fallait quand même agrandir le stock conséquent d'achats. Quoi qu'il en soit, alors que Cal' retrouvait son t-shirt, elle avait posé son regard un peu partout, accrochant inévitablement les vestiges d'alcool. Avant qu'Edwin ne lui fasse le reproche de le laisser seul face à la dépendance de son frère pour la bouteille, elle n'en avait eu que peu conscience, ne vivant plus avec eux. Mais d'abord lors du repas familial, puis maintenant, les preuves s'amoncelaient. Si encore ce n'était que boire une fois de temps en temps, ou encore de finir ivre à rouler sous la table lors d'une soirée, passait encore, mais enfiler deux litres de Whisky pur feu en pleine journée, sans raison, a part le stress, c'était grave. Heureusement, il n'en était pas violent, mais quand même, c'était une habitude à proscrire, au moins pour son nouveau-né et la femme qui allait le porter. Ayant cependant deviné que la mère allait revenir là-dessus, son fils s'élança sur autre chose, un présent de Lucius.

-Lucius a beau être comme il est, un rien hautain et prétentieux, je pense qu'il apprécie quand même son rôle de parrain et si tu as reçu un paquet des deux, c'est que c'est lui qui l'a envoyé. Qu'as-tu donc reçu?

Le mari de Narcissa avait beau être à son humble avis une girouette un peu lâche, il n'en était pas pour autant quelqu'un d'incapable d'honorer ces promesses. Là où Severus était le parrain de Drago, Lucius honorait ce qu'il avait accepté vis-à-vis de Calvin. Bien que c'était toujours tendu si jamais cela advenait aux oreilles du maitre. Pas vraiment pour lui, mais leur enfant échappant à la marque pour le moment, là où le sien avait été propulsé de sa propre faute en plein cœur du régime, alors gardait-il cette naissance à venir avec la belle-fille d'un mangemort pour le protéger? Elle l'espérait. Quoiqu'il en soit, elle était véritablement curieuse de savoir tous qu'il avait reçu et de qui, ou comment. Cependant, elle refusait de rester les bras croisés et les mains vides, ne voulant pas directement mettre les pieds dans le plats en commençant par son problème alcoolique à régler, elle avait fait quelques pas en arrière pour aller déloger le sac qu'elle avait sous le bras en rentrant. Rapidement, elle détacha du plastique le petit bouquin, avant de revenir vers lui et de lui tendre.

-Je sais que nous ne t'avons encore rien offert, mais au lieu de continuer dans cette marée de vêtement, dont tu n'auras pas utilité tout le temps, j'aimerais que tu regardes là-dedans avec Jezabel. Ce catalogue contient tout ce qui peut-être utile, des vêtements en passant par le mobilier, ou les poussettes, il y a de tout. Choisis ce qui t'est le plus utile et qui te manque, par rapport à ce que tu as déjà. Elle lui fit un regard entendu pour le reste, elle tenta pourtant sa chance en continuant. Si tu le souhaites, tu peux passer à la maison. Je crois que j'ai encore pas mal d'affaire vous ayant appartenu, dans le grenier. Si tu veux bien sur?

Ce n'était en aucun cas du favoritisme à l'égard de l'enfant que portait Jezabel, mais pour tout ce qui concernait la naissance, elle ne pouvait aider que Calvin. Elle irait bien sur proposer de voir si Edwin voulait des anciens jeux, qu'il avait eu, pour le petit Stan. Mais le bonhomme ayant déjà cinq ans, une bonne partie de ce qu'elle avait conservé ne le concernait plus, ou pas encore. Il y avait bien un mini-balais de ses gamins et les premières guitares qu'il avait tenu à acheter et qui soit dit en passant lui avait brisé les tympans pendant de trop longue soirée, mais elle verrait quand ça se serait calmer.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Sep - 18:28



Don't leave me
feat. Alicia & Calvin
C’était un début d’année folklorique qui avait eu lieu chez les Taylor-Rogue. Côté Taylor, Doyle avait frôlé la mort et Zakaria se transformait en gourou cinglé. Quant au côté Rogue, Calvin qui met une adolescente de Poudlard enceinte et qui l’apprend en plein dans le bureau des Aurors. Mais le pire restait quand même le frangin déjà père depuis quelques années. C’était bien pour toutes ces raisons que le cadet des fils s’était renfermé sur lui-même, ne faisant plus parler de sa petite personne. Puis, il avait tellement à faire en plus. Avec Broderick, ils n’avaient plus un seul instant de liberté, planifiant les enregistrements et les concerts à venir. La boutique, c’était une grosse mise en place aussi mine de rien, tout comme l’arrivée imminente de bébé et ce n’était pas tous les paquets qu’il recevait en bon nombre, qui allaient lui faire oublier ce léger détail. Alors forcément, quand les copains les plus proches sont aussi débordés que lui et qu’il n’a plus personne à qui se confier, il fait juste confiance à la bouteille. C’est qu’elle a le don pour lui remonter le moral. Celle-là, c’est certain qu’elle ne risque jamais de le décevoir avant la fin.

Et faut dire que Calvin a un caractère bien entier, il préfère faire le mort, plutôt que d’avoir l’impression d’être coincé entre deux eaux. Quand ses parents auront réglé leurs petits problèmes conjugaux, ils se rappelleront d’eux-mêmes qu’il existe. Inutile de faire acte de présence avant. Il n’a pas envie d’essuyer les reproches de l’un envers l’autre et inversement de l’autre côté. Déjà que sa propre relation avec ses parents est chaotique, mieux vaut ne pas en remettre une couche. Mais il ne s’attendait pas à un retour parental au moment pile où il décidait de faire du rangement. Le pire restait quand même les bouteilles de Whisky Pur-Feu qui trainaient dans les coins. Pour tenter d’attirer l’attention de sa mère, au point qu’elle ne remarquerait pas, il ne trouva rien de mieux que de parler du tire-lait et de sa bistouquette. Il aurait pu faire mieux, mais pas avec un litre et demi de Whisky dans le bide.

« Si tu sais pourquoi j’ai reçu des dizaines de biberons et couches, je veux bien un coup de main … Les bébés passent vraiment leurs temps à bouffer, à chier et à réveiller les parents ? »

Objection votre honneur, il ne faut pas le juger sur son langage si peu approprié, puisqu’il est légèrement alcoolisé et ce n’est pas ses yeux limite vitreux qui diront le contraire sur son état lamentable du jour. Mais pour éviter de laisser un blanc, qui pourrait tendre une perche à sa mère, Calvin enchaina sur le sujet Lucius. Il n’a jamais été fan du bonhomme c’est vrai. C’est triste même sachant que c’est son parrain. ‘Fin, les Malefoy faut avouer qu’ils sont sacrément bizarres. Sûrement un truc de riches. Mais Alicia poussa dans la direction que Lucius devait bien être l’auteur du paquet surprise.

« Oh si ce n’était qu’un paquet. » Il se retourna, invitant sa mère à en faire de même, pour lui montrer les cartons pas encore déballés de certains meubles. « Il doit désespérer d’être un jour grand-père tu crois ? »

C’est vrai que quelque part, il avait été sur le cul de voir qu’autant de monde ait pensé à lui. C’était pratiquement inespéré, ‘fin, il n’avait pas imaginé ça, mais il n’allait pas s’en plaindre, au contraire. Perdu dans ses pensées, son regard suivit tout de même sa mère, qui partit en direction de l’entrée pour récupérer son paquet précédemment déposé. Sûrement que les parents sont censés offrir quelque chose, c’est que Calvin n’y avait pas pensé, enfin c’est qu’il tentait d’éviter le sujet au maximum. Il se sentait mal vis à vis de tout ça et ne voulait pas que les gens se ruinent pour lui, sauf si c’est pour acheter des places pour venir le voir en concert. Mais très vite Alicia revenait déjà vers lui, lui tendant le livre qu’elle avait apporté. Naturellement, il l’attrapa, baissant un instant le regard pour observer la couverture. Quel sentiment désagréable qui s’emparait de lui à l’instant.

« Merci, mais tu sais, tu n’es pas obligée … Ce n’est que du matériel et … Bon ok, je vais pas te mentir, mais papa a déjà envoyé quelque chose. » Il releva lentement les yeux vers sa mère, espérant qu’elle ne le prenne pas trop mal. « Mais ce n’est pas contre toi qu’il l’a fait, c’est une rivalité entre futurs grands-pères. J’avoue c’est débile, mais Broderick et papa se font déjà la guerre, silencieusement, à ce sujet. »

Dans son malheur, Alicia avait la chance d’être l’unique grand-mère, Jezabel n’ayant plus sa maman depuis quelques années déjà. Et d’ailleurs, la petite Serpentarde était sans doute la plus mal dans cette situation. Seule à Poudlard, elle n’a aucune aide, aucun soutien, si ce n’est de la part de ses amis, mais eux n’ont jamais été dans cette position.

« Tu sais, je crois que tout ça, c’est un truc de filles. Je ne sais même pas fermer ce machin plein de boutons. Tu ne voudrais pas essayer de correspondre avec Jezabel ? Elle n’a pas de mère, elle est toute seule avec ses questions, qui doivent être nombreuses maintenant. Si elle se sentait soutenue et entourée, peut-être que le moral serait un peu plus haut. »

Pour une fois qu’il se préoccupe de quelqu’un d’autre que de sa petite personne, c’est un jour à marquer d’une pierre blanche.
by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1779
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Sep - 15:53



Don't leave me
Ft. Calvin Rogue

Existait-il seulement un moyen permettant aux futurs parents d'être parfaitement prêt pour assumer leurs rôles? Certainement pas. Oh bien sur, certaines bibliothèques plus spécialisées y consacrait des rayonnages entiers, mais cela ne reprenait qu'une base commune, bien loin de la réalité du terrain. Avoir un enfant était bien plus compliqué que cela en avait l'air. S'il était relativement aisé et plaisant de le concevoir, l'élever était une tout autre paire de manches. C'est pourquoi, l'erreur était humaine. Alicia n'y avait pas échappé, elle avait même eu sa dose et ces passages à vide, où vous devez absolument réussir à vous raisonner sans quoi vous allez péter complètement un câble et finir par lancer un sort sur vos propres enfants, juste pour avoir trente secondes de calme. Si cela semblait complètement irréel ou surfait, voire dangereux, c'était aussi une triste réalité. Un point de vue que son fils, Calvin, allait très vite comprendre, alors qu'Edwin y avait dans un sens échappé. Les mois avaient filé depuis ces instants perturbants de Janvier et la grossesse de la jeune fille approchait de son terme. Emmenant avec elle, tous les préparatifs à mener à bien et les achats à réaliser. C'était dans cette partie fort ardue, quant on la vivait pour la première fois, qu'elle retrouva le jeune musicien. Isolé dans son appartement, musique à fond de quoi vous faire imploser les tympans, il déballait cadeau sur cadeau, totalement noyé sous les présents. C'était avec amusement et bonne humeur qu'elle avait signalé sa présence et proposé son aide, faisant comme si leur dernière conversation en date n'avait jamais eu lieu. Ou en tout cas, comme si ces dernières répliques incroyablement injustes et injustifiées n'avaient pas été dites.

Si elle lui avait fait serrer les dents et crisper la mâchoire, se forçant à rester calme, elle avait finit par comprendre que ce n'était que la colère, la surprise et tout ce mélange de sentiments qui avait du sortir. Il n'avait jamais été mis à l'écart, ni par elle, ni par Severus et certainement pas pour être le second-né. De plus, elle n'avait jamais souhaité lui dire de changer en tant que tels, seulement d'évoluer sur un point fort problématique, sa prise d'alcool en forte dose. C'était juste sur cette sale habitude, prise depuis trop longtemps, qu'il devait changer, non pas sur le reste d'un caractère un peu trop brute de décoffrage. Sur ce point, elle s'en avait fait une raison, tout comme quand il partit dans une histoire abracadabrante sur une autre utilité d'un tire-lait. Ravi de le voir accepter son aide, la mère de famille avait déjà tourné son regard vers la tache à mener à bien, prête à relever les manches et s'y lancer, quand il lui lança une réplique qui ne put que la faire rire. Passant outre à un langage des plus familiers et inappropriés, il faut dire qu'après les soirées sadomasochistes à réaliser cela ne venait plus à ça pour elle, elle le regardait avec un air intrigué. Il croyait quoi lui? Que dès que le petit allait sortir du ventre de sa mère, il allait marcher et parler directement? Il allait se mettre à faire ces devoirs et à courir partout? Parce que c'était loin d'être le cas, il allait effectivement commencer par ne faire que trois choses dans sa vie. Pleurer, manger, dormir et tout ce qui pouvait en découler. C'était même les uniques choses à faire. Il allait connaitre la joie du réveil toutes les quatre heures pour donner un biberon, plus si un de vos deux nourrissons se plaisait à réveiller son frère en hurlant. Parce que oui, ils avaient été comme cela, et autant dire que la tête complètement à l'ouest, il y avait des moments où on se demandait comment faire avec deux bébés, deux bras, deux biberons, c'était mathématiquement impossible.


-Dans un premier temps, oui et s'il a hérité de ton caractère, je te souhaite bien du plaisir. Dès qu'on parvenait enfin à vous endormir, tous les deux, il fallait toujours que tu pleures pour réveiller ton frère. Tu sais, les premiers mois, ce n'est que cela, veiller sur eux, leur donner à manger, faire tous enfaite parce qu'ils n'auront que vous. Après, petit à petit, cela devient plus gai. Ils commencent à voir, à jouer, à rigoler, à parler... Cela ne fait que commencer Calvin.

Comprenez par là que la matriarche des Rogues ne tentait pas de lui ruiner le moral, mais il était inutile de le plonger dans un mensonge sur ce qu'allait être cette partie de sa vie. Il était vrai que dit comme cela, parfois, on se demandait pourquoi les couples en faisaient un second, mais ce n'était pas pour cette première partie, c'était pour celle qui venait juste après. Pour ce tableau qu'elle avait à peine dressé devant lui. Parce que oui, s'ils avaient bien failli la rendre chèvre, tous les trois, il y avait eu des moments magiques, tels leurs premiers mots, leurs premiers pas, elle en passait des meilleurs. Il fallait juste laisser faire la vie. Tout n'était pas rose non plus, il y avait des moments de découragement, d'abattement, ou de crise de nerfs, mais tout finissait toujours pars s'estomper. On était peut-être que des fous, mais on les aimaient nos enfants et on faisait toujours notre maximum pour eux, même si c'était avec maladresse. La bonne volonté y était toujours sous-jacente. Ce qui ne semblait pas être le cas de Calvin, vu que le cadet de ses fils ne voulait pas lâcher son addiction pour la bouteille. Cherchant à éviter d'y attirer l'attention de sa mère, il avait relancé sur Lucius et ces cadeaux, un prétexte en or au vu de son occupation momentanée. Alicia avait paru hésitante, un instant, mais elle préférait voir le bon côté de Malefoy, il en avait surement. Sauf que un paquet se transforma en beaucoup plus. Décidément, peut-être qu'il avait enfin décidé de prendre son rôle de parrain à cœur? Elle s'était retourné, suivant le mouvement de son fils, pour percevoir cette masse de meubles en tous genres. Un léger sourire trôna sur son visage, un chouilla ironique peut-être.

-Je pense que son tour viendra bien assez vite comme ça. Il n'a peut-être pas su choisir ? D'ailleurs comment l'a t-il sut? Tu l'as revu, récemment?

Évidemment que son tour viendra, le mariage de Drago avec Jesse-Rose était, dans son esprit, plus qu'une partie de poker pour faire bien voir son fils dans cette masse de mangemort. Mais peut-être pas immédiatement et ce n'était pas une mauvaise chose. Cependant cette seconde question qu'elle lui avait servie en fronçant légèrement les sourcils venait de lui sauter à l'esprit. Alicia avait beau avoir appris la nouvelle en plein milieu du ministère, les bureaux entourant le sien était entièrement vide et si elle avait quelque peu jeté la nouvelle au visage de son époux comme déclencheur, elle n'avait pas énuméré l'évènement à venir à tout va, prenant pour acquis que c'était au brun de le dire et non à elle. Alors oui la question se posait. Oh ce genre d'information filait toujours avec une rapidité défrayant les chroniques mais quand même. Enfin, préférant reléguer cette interrogation dans le fond de son esprit, la future quadragénaire cru bon de se lancer à son tour dans les dons. N'ayant toujours rien acheté pour les futurs parents et préférant leur donner quelque chose d'utile, dont ils avaient vraiment besoin, elle partit chercher le livre qu'elle avait emmené avec elle pour le lui donner, lançant sa proposition. Celle d'offrir les éléments manquants, tout comme de venir reprendre ce qu'il croyait bon d'avoir en faisant des fouilles dans leur grenier. Naturellement, elle présentait cela comme une décision commune et nul doute que Severus en serait d'accord, mais une nouvelle fois on lui coupa l'herbe sous le pied, au vu du malaise étirant le visage de son vis-à-vis.

-Ah oui? Et qu'est-ce qu'il a envoyé? Son ton de voix n'avait pas monté, ni même changé, et après ce qui pouvait se nommer être d'éternelle seconde, elle préféra le prendre à l'amusement sur cette guerre silencieuse, elle n'avait de toute façon plus envie d'aller à nouveau à la confrontation avec lui. Pas pour cela. Bon et bien dans ce cas, choisis quand même ce que tu souhaites et ça sera de ma part. Un éclat malicieux brillait dans ses prunelles.Je sais bien que ce n'est que du matériel, mais pour l'instant c'est tout ce qu'on peut faire pour t'aider. Et je te vois venir, ne comptez pas me le laisser tous les soirs, pour aller faire la fête, ça ne marchera pas comme ça.

Disons qu'elle les voyait déjà venir les deux loustiques là, bien qu'au final, elle le ferait certainement avec plaisir. La mine amusée et faussement autoritaire ponctuait d'ailleurs magnifiquement bien la note. Alors qu'Alicia allait reprendre et s'attaquer à l'aide de départ, il finit par l'interrompre en essayant tout bonnement de faire comprendre que le sort d'une autre personne, autre que son frère ou sa sœur, lui tenait quand même à cœur. Il ne fallait donc pas désespérer, cette future naissance allait définitivement le faire évoluer, le faire devenir un peu plus altruiste. La brune avait reposé sa main sur un des petits blousons pour enfants, le touchant doucement, comme dans ses souvenirs juste pour casser ce léger malaise qui venait de l'atteindre. Elle ne pouvait pas signaler avoir laissé un souvenir agréable à la jeune Jezabel, vu qu'elle avait du agir de la pire des manières à son encore. Comme démarrage entre elle et sa belle-fille, c'était assez raté, il fallait bien le reconnaitre. Mais bon, peut-être que si elle refaisait les premiers pas et prenait dans un sens direct des nouvelles le méaculpa pouvait passer? C'était à voir.

-Tu penses qu'elle acceptera de répondre à mes lettres? Ou même de venir à une sortie de pré-au-lard? Je dois bien reconnaitre que j'ai manqué de tact, lors de notre dernière entrevue. Eh de pas mal d'autre chose, ces derniers temps. Un soupire venait de sortir de ces lèvres, quel mal au final de reconnaitre n'être qu'un être humain, se plantant aussi de temps en temps, même à son âge, même en sortant de Serdaigle. Son regard se releva vers son fils, déterminé. Je vais essayer de lui parler, tu as raison, il y a des moments ou on a besoin d'un autre soutient et d'avoir une idée d'où on va. Pour ce qui est des habitudes, personne ne sait comment ça marche. Femme ou pas, crois-moi, on est tous gauche, au départ. Tout s'apprend et si tu as peur de trois boutons, je ne te dis pas les couches. Elle avait doucement posé sa main libre contre son bras, son épaule se situant bien trop haut, dans un encouragement silencieux. Alors comment va votre magasin, ça marche bien il paraît? Tu arrives à tout boucler?

Son regard s'était à nouveau porté vers les cadavres des bouteilles, parler de Jezabel lui avait fait penser à cela, peut-être que c'était à elle finalement de lui faire comprendre qu'il devait arrêter? Ou devait-elle simplement y argumenter un rapport avec la jeune Serpentarde pour lui faire entendre raison? S'il s'inquiétait d'elle, il pourrait s'inquiéter de ce qu'il serait capable de faire sous influence? Que ferait-il avec les cris d'un gamin qu'on n'arriverait pas endormir? Bon certes, elle doutait qu'il fasse du mal autant à elle ou à son fils ou sa fille, mais il fallait qu'il arrête cela. Les problèmes qu'il tentait d'éviter par son biais revenaient d'eux-mêmes et la quantité à prendre pour atteint cet état de plénitude ne devait cessait d'augmenter. Bon finalement, ni tenant plus, et malgré son peu d'envie d'y relancer la conversion, elle avait fait un mouvement de tête dans leur direction.



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Nov - 13:34



Don't leave me
feat. Alicia & Calvin
La réponse de sa mère était tout à fait prévisible. Quelque part, Calvin s’était attendu à de telles paroles. C’était la crainte ou l’appréhension d’avancer vers l’inconnu, qui l’effrayait le plus. Serait-il à la hauteur ? Après tout, il va se retrouver seul avec un nourrisson, ce n’est pas commun, surtout pour quelqu’un comme lui. Ou plutôt quelqu’un d’aussi porté sur la fête et l’alcool, qu’il peut l’être. Mais, il ne pouvait faire autrement qu’assumer les conséquences de ses actes. Hors, dans ce cas-là, la conséquence, c’est un bébé qui va très vite arrivé. Trop surement. Mais ce qui est fait est fait. Son père lui a toujours dit qu’on ne pouvait échapper à son destin. Voilà donc une phrase qui prend toute sa signification quand on y pense.

« Je vais devoir m’y faire, ce n’est pas comme si j’avais le choix. »

Le prendre avec humour ou désinvolte, c’était la meilleure façon de dédramatiser. M’enfin, c’était la technique made in Cal’.

Ce qu’il y a de désagréable dans les visites surprises, c’est que justement, il y a une surprise à affronter. Pas le temps de faire du rangement, de cacher ce qui doit être caché et de faire en sorte de ne pas avoir l’air plus bordélique qu’en temps normal. Mais cette fois, l’Anarchiste n’avait pas eu le temps de faire du ménage, ni même de se débarrasser de ses cadavres de bouteilles. Il se doutait bien que ça ne passerait pas inaperçu et qu’il lui faudrait essuyer des questions ou des reproches. C’était un peu le rituel chez les Rogue et généralement, ça se termine en affrontement. S’il pouvait éviter ce moment-là, ça l’arrangerait réellement. Il est fatigué, déstabilisé et surtout, passablement alcoolisé. Sa seule solution, c’était encore de détourner l’attention sur les cadeaux qu’il venait de recevoir. Et tout le monde s’était vraisemblablement donné le mot pour les envoyer en même temps. Pas que ce soit malvenu, au contraire même, il se sentait un peu moins seul de cette façon. Mais évidemment, fallait penser aux questions qui allaient ressurgir.

« Je l’ai croisé en sortant d’une boutique de puériculture sur le Chemin de Traverse. Avec des babioles pour bébé dans les bras, il m’était difficile de trouver une excuse plausible. Il m’a grillé en même pas deux minutes. »

Ensuite, la nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre, apparemment. ‘Fin c’était pas vraiment le plus embêtant, puisque d’ici quelques mois, Calvin aura plus de mal à ne pas que ça se sache. En tant que père solo, il ne pourra pas laisser le bébé à l’appartement, quand il devra sortir. Et tout finira très vite par se savoir. Maintenant ou plus tard, la belle affaire. T’façon, il n’a pas l’intention de cacher sa paternité. Au contraire, parfois, il se surprend même à l’attendre avec impatience ce p’tit, même s’il garde l’espoir que ce soit un garçon. Ce serait vraiment le comble du bonheur. D’ailleurs Severus semblait aussi se faire à cette idée, puisqu’il avait pris l’initiative d’envoyer un cadeau à l’appartement de son gamin.

« Il a envoyé le landau. Je ne pensais pas qu’il quitterait Poudlard pour revenir dans le coin rien que pour ça. C’est pas sur Pré-Au-Lard qu’on doit trouver des boutiques pour bébé, j’imagine. »

Un léger rictus étirait déjà ses lèvres face à la suite des propos de sa mère, reprenant aussitôt :

« Pour ça, y’a Broderick. Il n’a pas eu l’occasion d’élever Jezabel, ni même de la voir grandir. Elle était bébé, quand il a été enfermé à Azkaban. Alors il est déjà à fond dans son rôle de grand-père. »

Mais en parlant du père de Jezabel, il pensait à quelque chose. C’était quand même cette dernière qui vivait la grossesse toute seule, en Ecosse. Elle devait en plus faire les frais de l’autre vieille peau de vache d’Hikkins. En soumettant l’idée de contacter la jeune femme, Calvin s’était attiré bien des interrogations. Il ne pouvait pas vraiment dire ce qu’il en serait de la décision de la petite rouquine, mais ce n’était pas une fille méchante, ni trop rancunière. Puis, elle était seule également, ayant perdu sa mère il y a quelques années. Du soutien, devait être ce qui lui manquait le plus, ‘fin probablement.

« Ce n’est déjà pas à papa qu’elle pourrait se confier, ni même demander des conseils sur sa grossesse. »

Il ne pouvait pas mieux choisir comme exemple, même si c’était dit sur le ton de la rigolade. Il ne releva cependant pas concernant les boutons et les couches. C’était bien là quelque chose qu’il appréhendait plus qu’il ne voulait bien l’avouer. C’est que ce gamin va vivre et grandir dans un appartement entre son oncle et son père. Deux mecs pour un bébé. Deux mecs qui n’y connaissent rien du tout, même si l’un d’eux est déjà papa. Edwin n’avait pas eu l’occasion de s’occuper de son petit garçon quand il était tout neuf.

Mais Alicia orienta la conversation sur la boutique. C’est vrai qu’elle avait démarré sur les chapeaux de roues et tout le reste avait suivi, sans qu’il ne puisse parvenir à savoir où donner de la tête. Tout allait vite, mais il n’allait quand même pas s’en plaindre, c’était ce qu’il avait toujours voulu.

« Wulfric et Ed’ me remplacent assez souvent pour me laisser le temps de gérer tout ça. »

Il désigna toutes les affaires de bébé qui trônaient encore devant lui, sur la table de son petit appartement.
by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1779
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Jan - 15:20



Don't leave me
Ft. Calvin Rogue

S'occuper d'un enfant était un travail à plein temps. Il ne suffisait pas d'un peu de temps libre le matin ou l'après-midi, pour réussir à couvrir ses besoins. Non, c'était véritablement une attention de tous les instants. Néanmoins, une fois les passages les plus délicats de l'enfance, derrière soi, rien n'était terminé. L'arrivée d'un troisième personnage dans votre vie était un engagement sur du long terme, c'était pratiquement un contrat qui risquait de perdurer pendant au moins une bonne quinzaine d'années, si ce n'était parfois bien plus. Alors évidemment, souhaiter agrandir la famille était une décision à prendre en commun, c'était un choix à faire qui ne devait pas être pris à la légère. Mais il arrivait pourtant et plus qu'on ne le croyait, qu'on n'aille pas le temps de discuter, parfois, cela vous tombait dessus un peu brutalement, sans crier gare. Pour son fils, Calvin, c'était évidemment ce second cas qui avait eu lieu. Le musicien n'avait certainement jamais pensé devoir affronter une paternité aussi rapidement dans sa vie, mais comme il le disait lui-même, il n'en avait pas le choix. Quoique, il ait pu. Il aurait pu l'avoir, il aurait pu faire comme de nombreux hommes absolument pas prêt à prendre leur responsabilité et prendre la poudre d'escampette, laissant la pauvre rouquine gérer seul cette galère et ce petit être à venir. Heureusement pour la matriarche des Rogue, il n'avait jamais envisagé cette solution. Ce qui prouvait, même si lui-même en doutait encore, sa maturité et son côté battant. Parce que oui, la vie s'amusait souvent à vous compliquer la tâche et même si la peur et l'air perdu qu'il affichait sur son visage était tangible, il relevait les défis. Bien sur que cela ne serait pas facile tous les jours, mais il était prêt à prendre le risque, ou en tout cas, il en avait conscience. Une belle preuve d'évolution pour un éternel adolescent en quête perpétuelle de sortie. Alicia finit même par en esquisser un sourire à cette simple pensée, alors qu'elle préféra laisser tomber ce premier sujet.

Il n'était guère opportun de lui faire une frousse bleue sur ce qui allait se passer ou sur tous les évènements à affronter, parce qu'il allait tout découvrir, petit à petit. Il s'y fera, il s'y habituerait et il prendra conscience de son rôle. Rien n'était jamais écrit d'avance et personne ne savait ou cela allait les emmener. Face à un petit nourrisson, pour la première fois du moins, nous étions tous égaux. Partagée entre plaisirs, peur et maladresse. Un ensemble de sentiments qu'il semblait ressentir face à tous cet attirail de cadeaux qu'il déballait dans son appartement. S'il semblait perdu avec les fermetures des vêtements pour bébé, il l'était nettement moins face au innombrable meuble et conteneur en tous genres envoyés par les bons soins de Lucius Malefoy, son parrain. Un homme qui avait visiblement eu le déclic sur les obligations qu'il avait acceptées bien des années plus tôt et qui surtout semblait avoir eu la décence de tenir sa langue face à un groupe bien distinct : Les mangemorts. Comme quoi, il n'y avait pas que du mauvais et de la traitrise chez lui. Cependant cette armada de présent donnée par le blond lui amena la question de savoir comment il était au courant, la brunette n'en ayant rien dit. Si elle avait effectivement lancé cette nouvelle telle une bombe à son mari, elle n'avait fait ce flop que sur lui, à personne d'autre. Mais Cal' se chargea de lui expliquer son épopée dans un magasin de puériculture, expliquant ainsi la compréhension rapide du père de Drago. Eh bien voilà une image bien excentrique que de l'imaginer dans ce style de magasin. Alicia le voyait bien perdu dans les rayonnages et elle en connaissait un qui n'en avait pas emmené large non plus, Severus. Enfin, elle l'avait bien taquiné à l'époque sur ce point, mais il fallait reconnaitre que cela avait surtout été une manière de cacher son propre malaise. Sachez qu'elle taira toujours ce dernier point, même si le directeur des Serpentard ne devait pas être dupe.


-Il semble ravi de la nouvelle, pour être aussi généreux... Tu sais, tu as beau dire avoir peur, ou être effrayé, mais tu fais plus de progrès que tu ne le penses. Je suis sur que malgré tout tu as envie qu'il soit là ce petit bout, non? Alors fille ou garçon?

Après tout, c'était une des nombreuses questions qui étaient continuellement posées aux futurs parents et Alicia n'allait pas déroger à la règle. Au vu de l'avancée de la grossesse de Jezabel, il y avait fort à parier qu'elle pourrait déjà savoir quel était le sexe de son enfant. Du moins, si ils voulaient le savoir et s'ils étaient disposés à le leur communiquer. Sur ce point, rien n'était moins sur. Eh quand bien même, fille, garçon, tout était évidemment pareil, même si on avait tous une préférence. Avec Severus, ils avaient eu, au final, ce qu'on appelait le choix des rois, deux garçons, une fille. De quoi satisfaire tous le monde et tous les gouts. Heureusement, la brune finit par se sortir de ses souvenirs, pour se concentrer sur le présent, prête à reprendre ses fonctions de future grand-mère et pallier à tout manque qu'il pourrait encore avoir avec tous ces affaires, offrant même le bouquin pour faciliter son choix. Seulement, il semblerait une fois n'étant pas coutume, qu'elle arrivait deuxième, son mari ayant déjà offert son propre cadeau. Un landau. Loin de le prendre mal, elle ne se départit pas de son sourire, lui disant de choisir pour sa part, alors qu'elle hochait doucement la tête pour confirmer ses dires.

-Non, il faut revenir dans le centre de Londres, voir sur le chemin de Travers. A moins bien sûr de savoir faire une commande à partir de Pré-au-lard, mais j'ai quelque doute. Hum, il a le droit de sortir de Poudlard, tu sais, ce n'est pas comme vous à l'époque. Bien que cela ne vous a jamais empêché de le faire. Un nouveau sourire arriva sur son visage, allégeant ce faux reproche, tandis qu'il reprit rapidement sur sa petite boutade, signalant en quelques mots qu'ils ne seraient pas les seuls à être réquisitionnés pour les gardes et que au contraire, le père de la jeune fille, condamnée à tort à Azkaban pour de nombreuses années, serait ravi de rattraper son retard en les aidant. Je suis sur qu'il y arrivera à merveille.

Une certitude sans réel fondement. Non pas parce que l'employée du ministère avait quelque chose contre lui, pas du tout, mais simplement parce qu'elle ne le connaissait pour ainsi dire pas. Alors qu'elle s'apprêtait à reprendre la parole pour l'aider à ranger, trier, tout ce fatras, le plus jeune de ses fils semblait réfléchir sérieusement à quelque chose, à une autre personne en particulier, la jeune mère. Il ne voulait pas qu'elle reste seule, perdue face à tous ces changements, ses ressentis ou même tout simplement seul dans une école où il fallait camouflé au moins son état de santé. Autant dire un point remarquablement altruiste qui confirma ses idées précédentes. Tout cela le faisait réfléchir et à sa manière grandir. Vite sans doute, trop à son gout, mais il prenait la tête sur les épaules et c’était cette réflexion et ce sang froid dont il aurait absolument besoin, une fois le petit né. Néanmoins, l'auror n'avait pu s'empêcher d'émettre quelque doute, en se sentant devenir la bouée de sauvetage de la verte et argent. Leur début avait été plutôt chaotique, la maladresse verbale de la jeune fille couplée à une réaction loin d'être exemplaire d'Alicia avait surement généré un froid, plutôt tenace. Elle avait voulu de l'aide, une solution et elle n'avait pas été capable de la lui offrir sans erreur, alors il lui semblait logique de douter sur un profond revirement de situation. Mais elle essayera.

-Tu serais bien surpris... Ajouta-t-elle avec un petit ton mystérieux qui lui allait comme un gant. Après tout, il a déjà dû gérer par deux fois, une femme enceinte et je n'ai pas dû être facile à vivre tous les jours. Autant le reconnaitre. Elle avait, comme beaucoup, passer par des stades ou elle se mettait à pleurer pour trois fois rien, ou elle décidait subitement d'avoir faim d'un aliment dont évidemment ce n'était pas la saison et on en passait des meilleurs. Les hormones pendants ce stade de votre vie, c'était une vrai crasse. Enfin, dans tous les cas, elle voyait entre les lignes, elle avait comprit ou il voulait en venir. Si la jeune fille avait déjà eu un mal fou à venir vers elle, elle préférera passer son tours plutôt que de se lancer face à son directeur de maison. Je lui enverrais une lettre dès demain, c'est promis.

Finit-elle par prononcer pour le rassurer, plongeant son regard noisette dans le sien, chercher à y prouver tout son sérieux. Elle ne savait pas encore quel mot elle coucherait sur le papier, mais elle ne s'attendait pas à un accueil enjoué de Jezabel. Au contraire, elle supposait qu'il lui faudrait une bonne dose de persévérance pour briser la glace. Ce qui tombait bien, vu que de la persévérance, la femme de Severus, en avait à revendre. Parce que vivre avec cette famille avait aussi ses avantages, ça vous apprenait à continuer encore et toujours, jusqu'à enfin y arriver. Eh de la ténacité, il avait fallu aussi, au groupe de ses enfants pour arriver ou ils étaient. Car depuis quelques semaines maintenant, ils étaient les heureux propriétaires/copropriétaire d'une boutique de musique, qui apparemment marchait du tonnerre. Souhaitant ne pas froisser le cadet de ces fils et lui donner un peu de répit sur sa future condition, c'était sur ce point qu'elle avait repris. Évitant celui toujours très houleux de l'alcool.

-Il paraît qu'il marche bien? Vous avez de nouveaux projets? Ou une nouvelle tournée en vue?..Quoique tu penses, tu ne seras pas tout seul, pour affronter ça.

Non, il ne voudra pas d'aide, ça elle en avait conscience, il était suffisamment têtu et butté, que pour la refuser, mais cela ne servait à rien de suffoquer en n'y arrivant pas ou de pédaler dans le vide. Eh comme si elle tenait à lui prouver un avant gout de la main forte sur laquelle ils pourraient compter, elle se mit à faire ce qu'elle avait accepté quelques instants plutôt, c'était-à-dire l'aider à ranger tout ce foutoir. Pour commencer, elle en fit deux tas, notamment par taille, question de déjà différencier tous les vêtements dont il pourrait avoir usage rapidement et ceux ou il faudra patienter. Ces tas lui semblaient suffisamment clairs que pour être compréhensible, sans avoir besoin de la moindre parole, surtout qu'elle avait prit le soin de laisser l'étiquette visible, au cas ou. Bien qu'au vu de tout ce qui trainait par ici, meuble y comprit, elle n'était pas certaine que tout tienne correctement dans leur appartement, la décoration risquait d'être un peu chargée, les pièces aussi. Doucement, Alicia s'était approchée des deux bouteilles, les envoyant valser à la poubelle. Si la mère de famille, n'était pas contre un petit verre de temps en temps, elle ne comprendrait pas le besoin de boire deux bouteilles de whisky à cette heure-ci. Pour faire simple, son estomac ne le supporterait même pas.

-Vous vous êtes déjà organisé avec Jezabel?

Une méthode détournée pour arriver à ce sujet périlleux? Peut-être bien que oui. Après tout, quoi de mieux que de l'associé à une des seules autres personne, extérieur à la famille, dont il se souciait?



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1597
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Fév - 18:00



Don't leave me
feat. Alicia & Calvin
Sûrement que Lucius essayait de se montrer sous un meilleur jour que celui de traitre qui lui colle à la peau. Après tout, Severus n’en a pas moins la même étiquette que le blond à la grande chevelure. M’enfin, si on peut différencier les deux, c’est bien pour mettre en avant le courage de Rogue. Jamais, il jetterait ses gosses en pâture pour avoir la vie sauve et briller aux yeux d’un maître qui n’en a rien à faire de lui. Mais franchement, Cal’ a sa façon de penser sur le père de Drago. Sauf que tous ces cadeaux arrivent à point nommé. Il ne va pas non plus les refuser alors qu’il va en avoir besoin d’ici quelques mois.

D’ailleurs, imaginer qu’il reste des mois, l’aidait beaucoup. Mentalement, la date semblait loin de cette façon et il s’imaginait avoir encore le temps. Sauf que ces quelques mois, ne sont qu’en fait des semaines et y songer ainsi, ne fait qu’accentuer ce stress, même si sa mère tentait de lui remonter le moral. Par contre, un sujet délicat était celui du sexe du bébé. C’est clair que Calvin a également un avis bien tranché, qui lui fait peur à lui-même. Il s’est tellement souvent imaginé avoir un fils – bien avant d’avoir engrossé Jezabel – que s’il s’agissait d’une fille, il ignore s’il serait capable de s’y intéresser réellement. Les gens qui disent se moquer du sexe, pourvu que le petit soit en bonne santé, sont bien des menteurs. Parce que dans le fond, tout le monde a sa petite préférence. Certaines femmes préféreront avoir une fille, pour la complicité qu’il peut avoir à long terme, alors que d’autres voudront un garçon, pour le côté fusionnel lorsqu’ils sont petits. Les hommes ne sont pas différents. Les filles sont toujours folles de leur père quand elles sont enfants et les garçons les prennent pour modèle vers six ou sept ans. Il y a du bon et aussi du mauvais dans les deux sexes, ce n’est pas une nouveauté.

Pensif, Cal’ regardait le petit pyjama qu’il tenait dans ses mains, quand sa mère lui posa cette question presque fatale. Il ne relevait pas les yeux de cette petite chose, mais un léger sourire flotta sur ses lèvres, un peu perdu toutefois.

« Un garçon. J’ai toujours voulu avoir un fils … . Et s’il s’agissait d’une fille, je ne sais pas si je pourrais m’y intéresser autant que si c’était un petit mec. »

Quand une naissance est sur le point d’avoir lieu, il se passe un truc chez les gens. Ceux-ci semblent tous se donner le mot pour offrir des cadeaux. Vêtements en tout genre, meubles, biberons et d’autres artifices, très utiles cela dit. Mais généralement, les parents se sont déjà saignés pour toutes ces choses et ce qui les arrangerait le plus au final, c’est le temps que l’entourage pourrait leur accorder pour s’occuper de bébé et laisser les jeunes parents se reposer. Vivre plusieurs réveils par nuit peut facilement mettre un bonhomme sur les rotules. Rien que quelques heures sans bébé, suffiraient amplement à faire le bonheur de toutes les personnes qui ont des nouveau-nés. Mais c’est une très grosse responsabilité bien sûr.

« J’ai quand même du mal à l’imaginer dans un magasin de puériculture. »

Pour ce qui est du père de Jezabel, c’est certain que la nouvelle ne l’a pas fait sauter de joie non plus, mais c’est l’opportunité de récupérer ce qu’il a perdu jadis. En parlant de Jezabel, Calvin laissa sous-entendre à sa mère, qu’elle devrait peut-être entrer en contact avec elle, pour désamorcer la bombe. Il ignorait encore tout ce qui avait été dit avant son arrivée, ce jour-là. La petite Serpentarde n’avait pas tenu le mettre au courant. Mais visiblement, ce n’était pas des choses qu’il aimerait entendre. D’ailleurs, il souligna qu’à Poudlard, Jezabel ne pouvait pas avoir énormément de soutien et déjà pas de Severus. De un, le Directeur des verts et argents excelle surtout pour balancer des piques et des heures de colle, mais sûrement pas pour remonter le moral. De deux, soutenir une fille enceinte, il lui faudrait énormément de patience et Calvin doute que son père en ait suffisamment. Pour terminer, de trois, quand bien même il allierait tout ce qu’il faut pour soutenir la petite rouquine, Jezabel flippe complètement quand il s’agit de lui.

« Que suis-je bête alors, c’est vrai qu’il dégage tellement de sympathie, que ça donne envie de se confier à lui. »

Ironie quand tu nous tiens. Calvin avait dit ça avait un petit sourire en coin, imaginant très mal son père dans le rôle du bon confident remonteur de moral. Il en est bien loin, mais ça, c’est pas une nouveauté et ça ne risque sûrement pas de changer. M’enfin, la conversation s’était orientée vers le magasin de musique que les frères Rogue tiennent en collaboration avec le fiston Mulciber.

« Ça marche pas mal du tout, c’est vrai. Mais pour le moment, niveau projets, c’est plutôt en stand-by. Avec le bébé qui va bientôt arriver, on ne peut pas en prévoir des masses, hormis notre album qui va bientôt sortir. »

Forcément, quand il y a un nouvel album, les groupes s’arrangent pour faire une tournée dans la foulée. C’est là que ça fonctionne le mieux. Mais faire des concerts avec un bébé sur les bras, c’est pas le plus facile.

Mais le sujet suivant était tout aussi vague pour Calvin. Si avec Jezabel, ils se sont organisés ? Il ne saurait dire en fait. Il tourna la tête vers sa mère, un air presque interrogateur sur la tronche. Dans le fond, il ne savait pas vraiment où elle voulait en venir.

« Je n’ai pas eu l’occasion de souvent la voir. Elle envisage d’arrêter les études après l’accouchement, pour les reprendre plus tard. Mais ce n’est qu’une proposition qu’elle a faite, je ne sais pas vraiment où elle en est avec tout ça. »

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1779
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Mar - 18:31



Don't leave me
Ft. Calvin Rogue

La seule façon de garder un secret, c'est de le dire à personne. Absolument personne. Parce qu'à partir du moment où quelqu'un était au courant de celui-ci, vous prenez le risque qu'il s'ébruite, s'échappe et qu'il circule jusqu'à vos ennemis. Or, il n'y a rien qui ne circulent plus vite que des rumeurs, tant les gens aiment raconter des bobards, ajouter leurs touches à chaque histoire ou être tout simplement de véritable langue de vipère. Une petite faille et tout fichait le camp sans que vous n'aillez eut le temps de comprendre d'où cela venait. C'était la raison pour laquelle, la plupart des membres de la famille Rogue étaient occlumens. Le double jeu dans lequel ils étaient plongés pouvait se révéler particulièrement dangereux, voire mortel. Il était donc nécessaire de parer au plus presser et d'éviter d'en arriver à ce stade, du coup cette solution de dissimulation était devenue une des seules options viables, qui il fallait bien le reconnaitre avait fait ses preuves. Malheureusement pour le cadet de ses fils, son petit souci du moment n'allait pas pouvoir être conservé aussi précieusement. Un enfant n'était pas une chose qu'on pouvait dissimuler aux regards extérieurs très longtemps. Si Jezabel y parviendrait sans trop de difficulté les premiers mois, au fil du temps, cela ne sera plus possible. Son corps allait inévitablement changer pour se préparer à accueillir ce nouveau-né et les nausées finiront tôt ou tard par inquiéter ses condisciples d'écoles. Alors si la révélation paraissait inévitable, tous les instants de gagner étaient bon à prendre, un point de vue qu'Alicia avait bien du mal à comprendre en voyant l'étonnante panoplie d’article pour bébé, qui ornait l'appartement de ses premiers-nés.

À voir tous les présents rassemblés dans la pièce, il semblerait que la moitié de la population de Londres était déjà informée, tout comme Lucius Malefoy. Un point plus ou moins litigieux quand on connaissait l'attirance du sang pur à se faire bien voir et briller aux yeux du maitre, quitte à mettre sa descendance sur la sellette. Heureusement pour eux, le blond avait mis de côté ces envies de grandeurs, pour endosser son rôle de parrain avec un zèle exemplaire. Rassurée sur les intentions du mangemort, la brune avait préféré revenir au questionnement habituel, cherchant à connaitre la préférence du musicien sur le sexe de son futur enfant. Ce fut avec un air des plus pensif qu'il s'expliqua sur sa volonté de voir naitre un fils, digne héritier de sa lignée. En exprimant de telle pensée, nul doute que Calvin rejoignait ainsi la majorité des hommes de cette planète. La volonté de voir tout continuer, de perdurer dans le temps, d'assurer une suite à son histoire. Rien d'anormale jusque-là, même cette phare des plus énigmatiques sur son possible désintérêt pour une fille ne parvient pas à gâcher le sourire amuré qui naquit sur son visage. Certes, la naissance d'une fille pouvait le décevoir mais tout reviendrait dans l'ordre petit à petit. Enfin, il était inutile de palabrer pendant des heures, là-dessus, son choix était son choix après tout et il était fort possible que la petite rouquine le souhaite également. Néanmoins dans cette espérance, elle pouvait au moins comprendre une chose, c'était que si la demoiselle était au courant du sexe de l'enfant, lui, il l'ignorait. Ou ils avaient tous deux choisi d'en avoir la surprise à l'accouchement. Wait and see.


-Alors je vous souhaite d'avoir un petit garçon, comme ça il pourra faire les quatre cent coups avec son cousin.

Le dénommé cousin était bien sûr Stan. Maintenant que la naissance du fils d'Edwin était connue de tous, il avait le droit de reprendre sa place dans cette famille, s'il le souhaitait. Du moins, une fois tout les remoud de cette histoire apaisée et ce n'était pas encore parfaitement le cas. Quoi qu'il en soit, l'intérêt de son fils restait irrévocablement posé vers cette masse d'affaires, auxquels il ne comprenait pas toujours l'utilité. Croyez-bien qu'il allait pourtant vite comprendre et être ravi de les avoir chez lui, sans avoir eu besoin de les demander comme cadeau de naissance. Il avait une véritable armada de vêtement de tout âge, de quoi pouvoir tenir les sièges des lessives incessantes. C'était sur cette entrefaite que la matriarche avait décidé d'apporter elle aussi sa pierre à l'édifice de présent, avant de comprendre que le principal avait déjà était fait. Une conversation qui l'amena à découvrir que son mari avait déjà pris les devants, en leurs offrants un landau. Un achat qu'il n'avait clairement pas pu faire de Poudlard, comme elle le confirma directement. Ce genre de magasin spécialité ne se faisait pas à tous les coins de rues. Un point qui semblait grandement étonné Calvin. Il était vrai qu'un magasin de puériculture était certainement le dernier endroit sur terre où on penserait trouver, Severus Rogue, le directeur des Serpentards, mais c'était bel et bien le cas. Alicia préféra s'abstenir de répondre, même si son sourire amusé et son regard malicieux pouvaient en dire long. Pendant ses propres grossesses, elle avait essayé de l'y attirer, prétextant qu'elle ne choisirait certainement pas toute seule et qu'il n'était pas question à l'époque de tout faire avec sa mère. Bref, elle préféra arrêter ces pensées révolues pour revenir au fils de la conversation. Inévitablement, parler de cette future naissance, ne pouvait pas se faire sans la présence de Jezabel. Calvin s'inquiétait réellement pour elle, pour son bien-être, ou au moins pour son soutient dans cette épreuve, allant jusqu'au lui demander de reprendre contact avec la jeune fille et d'arrondir les angles. Il était vrai qu'elle n'aurait pas énormément de personne sur qui se reposer dans les couloirs de l'école. Ses camarades peut-être, voire sans doute, ces neveux y veilleront, mais pour le reste se serai plus compliqué et il y avait des choses que des élèves n'était surement pas prêt de savoir gérer. La présence d'un adulte dans son entourage serait le must, mais il était vrai que Severus ne ferait pas forcément l'affaire. Caractère et réputation obligent, comme le confirma le brun.

-Sympathique ou non, il restera une des seules personnes sur qui elle devra compter, au moment venue.

Et il y avait fort à parier que si elle se contentait d'alerter ces condisciples de Serpentard, ceux-ci finiraient par prévenir leur directeur de maison, où au minimum l'infirmière de Poudlard, au cas où sa grossesse arriverait à terme avant l'heure dite. Enfin, là n'était pas la question et Alicia ne prêta pas plus d'attention que cela à la pique ironique. C'était un fait qui n'avait pas besoin d'être confirmé. Alors pendant qu'elle mettait la main à la pâte, pour l'aider à ranger et trier tout ce qui trainait dans son appartement, l'ancienne Serdaigle décida de repartir sur leur nouveau magasin, récemment ouvert. Un véritable succès si elle en croyait les bruits de couloir et le nombre impressionnant de personnes qui le connaissait, alors qu'elles ne les auraient jamais pensés fan de musique, ni d'un groupe comme celui de ces enfants. Comme quoi, on ne connaissait jamais vraiment les gens. Sauf que partir sur une projection future n'était peut-être pas le meilleur choix, au vu de ce qui allait lui tomber dessus d'ici quelques mois, mais c'était néanmoins plus agréable et cela avait le mérite de détendre l'atmosphère. D'ailleurs, elle se rappelait parfaitement bien, le plaisir ou l'enthousiasme qu'il avait en lui à chaque fois qu'il parlait de cela, et c'était surement de ce regain d'énergie dont il avait besoin maintenant. Tout en pliant les vêtements, elle l'entendu répondre. Un nouvel album en préparation et les cours à mettre en place, leur petite affaire semblait bien partie, sur les rails, prête à s'envoler. Finalement, ils arriveront surement plus vite que prévu à vivre de leurs passions, celle qui les animent depuis leurs plus tendres enfances.

-Vous avez déjà fait de belles avancées, je suis sur que ça va marcher. Vos albums ont toujours trouvé public.

Néanmoins, cette petite pause fut de courte durée quand l'auror fit disparaitre les cadavres des deux bouteilles d'alcool, fraichement bue. Un problème des plus épineux, autant au vu d'antécédent familial que pour sa nouvelle situation. Si Alicia pensait l'aborder de manière détournée en prenant comme atout la jeune Jezabel, dont heureusement il se préoccupait beaucoup, elle finit par faire machine arrière. In fine, elle ne tenait pas vraiment à se disputer avec une des seules personnes qui ne semblaient pas lui en vouloir, outre mesure. En quelques semaines, elle trouvait qu'elle avait suffisamment eut de heurt avec les siens, ou en tout cas assez que pour vouloir égoïstement profiter de quelques instants de plénitudes. De plus, s'il avait effectivement descendu quelques décilitres de Whisky, il semblait être cohérent et non violent. De quoi supposer que sa simple présence dans l'appartement, l'empêche d'en reprendre une dose. Fort de sa décision, la quarantenaire écouta la proposition faite par la jeune fille sur son avenir. Un avenir sans doute bien différent de ce qu'elle avait pu émettre, ou envisager, auparavant.

-Il vaut mieux réfléchir à tout cela la tête reposée et sans précipitation. Mais vous avez encore un peu de temps pour y penser. Allez promis, j'arrête mes questions digne d'une déformation professionnelle et je m'y remets...

Elle avait esquissé un léger sourire avant de reprendre sa tâche. La conversation du surement reprendre mais cette fois-ci sur des sujets biens plus simples et moins glissant qu'avant...

-THE END-



It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do. + fucking face.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Alicia [Validé]
» Alicia Fox vs AJ
» Alicia Fitch
» Alicia von Ludvig [Terminé]
» Leave the pain behind and let your life be your own again ♥ THYBALT & HEIDI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: