RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ad honores | James

avatar
Connor Sainclair
Archéomage
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 418
Célébrité sur l'avatar : James McAvoy
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Juil - 19:15

Connor & James
« Nul ne possède d'autre droit que celui de toujours faire son devoir. »
- Auguste Comte




-James Potter, tu te rends compte… !

Non, Connor ne se rendait pas compte, mais en même temps, ce n’était pas à lui qu’avait été destinée cette exclamation, teintée d’une admiration aisément palpable. D’ailleurs, sa secrétaire, à qui l’on devait ce si bel enthousiasme, ne parut même pas confuse d’avoir ainsi été surprise, en grande conversation avec l’une de ses collègues. À vrai dire, Sainclair ne lui en voulait pas : il n’avait jamais été un collègue énormément à cheval sur le principe voulant que tous dussent revêtir un sérieux monacal une fois la porte du Muséum passée, sans compter que les bonnes nouvelles ne se faisaient pas légion, depuis plusieurs mois.

Tout le monde avait vu sa charge de travail crever le plafond jusqu’à des sommets stratosphériques pour ne plus redescendre, depuis les évènements de l’automne précédent : tous les archéomages disponibles avaient été réquisitionnés à la fois pour réparer les objets ayant été pour certains réduits en miette lors des affrontements entre Aurors, Mangemorts, Anarchistes et membres de l’Inquisition, tandis que d’autres planchaient sur les vols perpétrés par les criminels susnommés, pour mieux tâcher de remonter la piste des trésors désormais entre les mains de criminels et de tueurs. La tâche s’avérait pharaonique, comme l’on pouvait résolument s’y attendre, à la hauteur de la gravité de ce qui était advenu, de même que du souhait du Ministre de tempérer du mieux possible l’échec patent essuyé lors du fiasco de la soirée organisée par ses soins, en réparant avec professionnalisme, mais plus encore rapidité et discrétion les dégâts. Si les spécialistes trimaient d’arrache-pied, les bureaucrates auxquels les services de ces derniers se trouvaient rattachés ne chômaient pas non plus, loin de là. Ainsi, celle que par un raccourci à la fois réducteur quoi que dénué de machisme ou encore de mépris, mettait plus que jamais du cœur à l’ouvrage : Séraphine Trewlay, à l’instar de nombreuses autres collaboratrices assignées aux tâches administratives, assurait la liaison entre Sainclair et le Département des Accidents et Catastrophes magiques, chargés de suivre les avancées des travaux en matière d’archéomagie quand ceux-ci incluaient des Moldus –autant dire la quasi-totalité des dossiers, et aidait à la coordination entre toutes les équipes de recherche. Avec la situation de crise ainsi que les nouvelles obligations de rapportage auprès de l’équipe du Ministre, l’Anglaise croulait sous les documents à transmettre, point de contact entre deux mondes dont la fonction de facilitateur et de centralisateur d’informations se révélait plus que jamais crucial. C’était bien simple : Levi Goldstein désirait être informé du moindre fait et geste des archéomages lancés sur les traces des objets magiques volés, afin de s’assurer qu’au sein de ce chaos, certains n’en profitaient pas pour se servir, ou pour donner dans l’intelligence avec l’ennemi. Tous se trouvaient néanmoins habitués aux méthodes procédurières imposées par le Département, simplement pour le coup facilement multipliées par un facteur trois ; tout n’était qu’une question d’organisation, de détermination de ma meilleure façon de gérer son temps afin d’atteindre une efficacité optimale. Les heures supplémentaires fleurissaient comme du chiendent, mais tous faisaient preuve d’un bon vouloir admirable, donnant ainsi au mage la sensation de faire front tous ensemble, à la manière d’une équipe soudée.

Séraphine, dès qu’elle l’aperçut, s’empressa de répéter la nouvelle que visiblement, elle commentait déjà depuis plusieurs minutes avec sa collègue :

-Le Ministère nous envoie un nouveau collaborateur, Monsieur Sainclair. Il s’agit de James Potter, le fameux Auror qui s’illustre si brillamment dans le combat contre Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom.

Connor, conscient de la pétulance actuelle s’étant emparée de sa secrétaire, n’eut pas le cœur de la rappeler une énième fois à l’ordre au sujet du « monsieur Sainclair » dont elle le gratifiait encore lorsqu’elle n’y prêtait pas attention. Peu friand de tout ce qui pouvait lui rappeler sa position hiérarchique légèrement au-dessus de celle des autres, en tant qu’expert, Chevalier de l’ordre du Mérite magique et responsable d’une des équipes de recherche montées au sein du Musée, il lui rappelait à chaque fois, avec une patience de pédagogue, qu’il préférait qu’on l’appelle par son prénom, tout simplement. Son interlocutrice se trouvait trop joyeuse pour risquer d’égratigner sa bonne humeur par une remarque, même aimable, si bien qu’au nom du moral des troupes, le sorcier se contenta de sourire poliment, pas plus au fait que cela de qui pouvait bien être ce Potter.

-Il vient donc participer aux actions de terrain ? Le pauvre, ça va lui paraître bien fade, en comparaison de la chasse aux Mangemorts.

Certains aurors avaient en effet été mandés par Goldstein et se tenaient à la disposition des archéomages : dès qu’une relique était localisée, ils partaient avec les historiens en tant que soutien « armé », prêts à en découdre pour rendre au Muséum ce qui lui appartenait de droit.

-Travailler avec nous lui permettra peut-être de se rapprocher de dangereux mages noirs sur les traces desquels il doit s’être lancé, avança la camarade de potins de miss Trewlay, visiblement aussi exaltée par cette visite que sa comparse.

Bien que toutes deux ressemblassent fort à des fillettes sur le point de croiser la route de leur idole, acteur ou chanteur dans un groupe connu selon les affinités, l’Ecossais ne parvenait pas à ne pas leur trouver un petit côté touchant ; après tout, les standardistes de la Royal Air Force n’avaient pas dû ressembler à autre chose quand, pendant la guerre, rentraient à la base des pilotes émérites au sourire aguicheur.

-Je vous ai préparé le nécessaire ; tout est sur votre table de travail.

-Merci, Séraphine. J’essaierai de vous avoir un autographe, ajouta Sainclair, un brin taquin, avant de prendre le chemin de la pièce où il recevrait leur invité.

-Oh, vous n’êtes pas sérieux… ! s’exclama l’intéressée, mais au ton de sa voix teinté d’espoir gourmand, l’on devinait qu’elle croyait plus à cette promesse qu’elle n’aurait osé le reconnaître.

Les sourire amusé de Connor se traça un peu plus franchement, avant que la porte ne se referme sur lui : manteau et sacoche ôtée, le magicien prit place sur la chaise rembourrée lui tenant lieu de siège, s’attelant à quelques menues tâches avant que l’Auror ne soit introduit dans son bureau des plus dépouillés, mais des plus fonctionnels.






avatars (c) gwendalivia & ninetofive
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 6 Juil - 16:33
Invité

James et Connor - Ad Honores

James, le Ministère veut que vous alliez au Musée magique de Londres pour participer aux recherches, suite aux objets qui ont été volés pendant les affrontements, il y a de cela quelques semaines.

Très bien, j'y vais immédiatement.

À peine avais-je terminé un dossier sur un mangemort, qu'on me demandait autre part. Je n'avais pas eu une minute pour souffler un peu. Mais ça n'était pas étonnant, car tout se passait très vite en ce moment, je ne vous raconte pas le bordel au sein du Ministère et à l'extérieur. Un vrai remue-ménage, mais s'il n'y avait que ça... Bon, sérieusement, j'aurais préféré ne pas travailler ce jour-là. Mais, il fallait bien gagner sa vie et nourrir sa famille, n'est-ce pas ? Sur ce, je m'étais levé de ma chaise en prenant mon temps, car après tout, ça n'était pas urgent... Enfin, je pensais... J'avais mis tous mes dossiers dans un tiroir magique avec un code secret que moi seul connaissait. Si, par malheur, quelqu'un osait me les voler, une alarme se déclencherait automatiquement et le voleur sera arrêté quelques minutes après. Bref, j'étais sorti du Ministère et avais transplané dehors pour me rendre au Musée magique de Londres. Oooh.. Je ne maîtrisais pas encore assez bien le transplanage, fort heureusement, j'arrivais à rester debout à chaque fois. Je m'approchais de l'entrée du musée, ça faisait un bon moment que je n'y avais plus mis les pieds. Et ce que je découvris, me laissa sous le choc. D'accord, on m'avait dit qu'il s'était passé des tas de choses ici, mais je n'aurai jamais imaginé que ça serait à ce point-là.. La moitié des salles avaient été détruites et beaucoup d'archéomages se trouvait sur les lieux. Certains objets magiques avaient été dérobés durant les affrontements auxquels j'avais participé. Je fus tout de même soulagé de voir que je n'étais pas le seul au musée. Après une bataille, certains objets ne ressortent pas indemnes, loin de là.

C'est uniquement parce que le Ministère de la Magie m'avait demandé d'aller au Musée et de rencontrer un archéomage que j'y suis allé. Sinon, ça n'était même pas la peine d'y penser. Comme je ne savais pas qui s'était, a part son prénom, je restais tout de même méfiant. Les criminels qui avaient profité de la bataille pour voler les objets magiques, ne s'en sortiront pas aussi facilement. Je ne sais pas exactement ce qu'ils avaient volé, mais une chose est sure : je ferai tout pour retrouver leurs traces, quitte à les traquer jour et nuit s'il le faut. Purée... Pourquoi fallait-il que ça soit toujours compliqué quand il s'agissait de rechercher tel ou tel chose ? Vraiment... J'aurai préféré rester avec ma femme et mes enfants, comme je l'ai dit tout à l'heure, mais mon travail avant tout, évidemment... En plus, je n'étais pas n'importe quel Auror. Connu dans le monde magique pour mes faits de bravoure et la victoire contre Voldemort, à chaque fois que je me trouvais quelque part, on m'arrêtait pour me demander des autographes ou des photos. Cela ne m'impressionnait pas, ça se passait toujours comme ça donc à force, j'étais habitué. Je ne refusais jamais rien à mes fans de toute façon. J'étais donc dans ce fameux musée et je m'étais mis à chercher le bureau de l'archéomage. Après tout, j'étais ici pour participer aux recherches. Comme je ne savais pas ou étais son bureau, j'avais demandé à une charmante demoiselle qui se trouvait là par hasard, enfin ça, c'est ce que je croyais.

Bonjour. Excusez-moi de vous déranger, je cherche un certain Connor Sainclair, je suis James Potter. Savez-vous où je pourrai le trouver, s'il vous plaît ? Je suis le nouveau collaborateur. C'est le Ministère qui m'envoie.

Ah, oui, je suis au courant. Son bureau est juste là-bas. Vous ne pouvez pas le louper, c'est le seul dont la porte est fermée à cette heure-ci.

Vous êtes bien aimable, je vous remercie mademoiselle.

Je vous en prie.

Avais-je répondu en lui souriant. Comme d'habitude, le charme opéra et la jeune fille m'avait demandé un autographe plus une photo. J'étais pressé, mais j'allais lui faire plaisir. Quelques minutes plus tard, après m'être éloigné d'elle, je me mis en direction du bureau de Connor. Je toquai à la porte et celui-ci m'avait dit d'entrer. Je saluais poliment l'archéomage dont on m'avait tant parlé au Ministère. Ainsi, c'était lui... Il était jeune, ça se voyait, enfin ça s'est mon avis hein. Il y avait des tas de papiers qui traînaient, mais quoi de plus normal pour quelqu'un dont le métier est justement de faire des recherches dans le monde entier.. Bref. Je m'étais assis face à l'homme, il m'avait invité à m'asseoir, je n'allais pas refuser quand même !

Bonjour, Connor, c'est bien ça ? Je suis James Potter, votre nouveau collaborateur. J'ai été envoyé par le Ministère pour vous aider dans vos recherches.

Très poli et courtois, j'attendais qu'il me réponde. Pas mal comme bureau, mais ça n'était rien comparé au mien au Ministère qui était en ordre... Hum bref.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Connor Sainclair
Archéomage
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 418
Célébrité sur l'avatar : James McAvoy
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Juil - 12:33


Que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur
Mais on appelle surhumaines les tâches que les hommes mettent longtemps à accomplir, voilà tout.



En relevant le nez du rapport qu’il s’était mis en tête de parcourir avant l’arrivée de l’Auror, l’Ecossais ne put s’empêcher de trouver une relative bizarrerie à la situation actuelle, bien que d’un point de vue extérieur, comme par exemple celui de son visiteur, tout put sembler des plus ordinaires. Il était étrange de se retrouver face à un ancien collègue de Siméon, que le changeur de formes avait côtoyé du temps où il avait œuvré contre Voldemort et ses sbires. Si MacFly avait eu l’occasion de côtoyer Alicia Rogue durant sa carrière au Ministère, en avait-il également été le cas pour l’homme qui venait de pénétrer dans son bureau ? L’archéomage ne connaissait que peu de choses de cette époque de la vie de son fiancé, sans être réellement certain de désirer en apprendre plus ; ironiquement, et le plus inconsciemment du monde, James Potter en savait peut-être plus sur cette portion du passé du métamorphomage que lui-même. Avait-il été, jadis, un des coéquipiers de Siméon ? Quelles misions avaient-ils menées à bien, quels risques avaient-ils accepté d’encourir afin de servir leur code d’honneur ? Et avait-il été averti de la défection de Sim ? Obtenir des réponses à ces questions n’avait pas grande importance, ça n’était affaire que de curiosité. Percer pareils mystères ne lui apporterait rien, rien de plus que ce que le sorcier possédait à présent, en la personne d’un fiance enfin prêt à profiter de leur histoire tout autant que lui. De plus, certaines zones d’ombre n’avaient pas à être révélées, car aussi attrayant puissent paraître de telles découvertes, tout détail n’était pas bon à dévoiler.

Au moins, l’Auror venait ouvertement pour se joindre à la recherche des reliques perdues : une arrivée sans annonce préalable du motif de sa visite aurait fait tiquer Connor, encore tellement habitué à tout faire pour ne pas être suspecté du oindre « écart de conduite ». Être suspecté d’intelligence avec l’ennemi représenterait un danger pour son futur époux, tant ils étaient proches, et tant les enquêteurs se plaisaient à fouiner dans les vies de leurs proies, partant du principe que si celle-ci n’avait au final rien à se reprocher, certains de ses proches ne pouvaient potentiellement pas en dire autant. Que ce soit au service de Voldemort, de l’Inquisition ou de Darren Hellson, la méthode ne changeait pas ; pour mieux combattre ses innombrables ennemis, le Ministère, selon toute vraisemblance, n’avait d’autre choix que de s’adapter et de suivre à son tour pareilles pratiques. James n’avait pas à éveiller plus que cela la méfiance du mage, puisqu’a priori, ses pas l’avaient guidé jusqu’au musée pour une toute autre raison que les liens officieux entretenus par Connor avec le mentor de Darren. Nul besoin de céder aux sirènes de la paranoïa… Quoi qu’un brin de prudence ne fût pas une si mauvaise idée que cela. Peut-être un jour, dans pas si longtemps que cela, et si Siméon lui faisait l’immense plaisir de démissionner de l’Anarchie, les deux amants désormais unis par les liens sacrés du mariage n’auraient plus à sans cesse demeurer sur le qui-vive.

-Monsieur Potter… Enchanté.

Si le sourire poliment cordial de l’Ecossais s’avérait sincère, ce dernier ne se permettait pas encore d’appeler son vis-à-vis par son prénom, quand bien même ce fût-ce une liberté que le héros de ces dames se soit permis d’entrée de jeu, pour sa part. L’archéomage n’avait rien contre, mais il n’était pas dans sa nature de prendre ainsi les devants avec un étranger : dans le cas où l’Auror n’aurait rien contre, il n’aurait qu’à lui en faire part. La façon de travailler de Sainclair avec Séraphine le montrait bien, l’expert n’avait rien contre un certain relâchement du protocole, tout à fait bénéfique aux bonnes relations entre collègues sous réserve d’un simple accord.

-Je suis bien Connor Sainclair, bienvenue au Muséum sorcier de Londres. C’est en appui de mon équipe que vous avez été affecté jusqu’à ce que vous soyez rappelé ou que vous demandiez à être réaffecté, n’hésitez donc pas à me solliciter en cas de besoin.

Malheureusement, l’historien aurait sans nul doute à recommencer pareil discours, encore et encore, dans au mieux quelques mois quoi que cela fut fort peu probable-, au pire dans une poignée de jours. Il était plus plausible de penser que ç’avait été par ordre de ses supérieurs que James avait endossé cette tâche, et non par vocation ; aucune pierre n’était à lui lancer à ce sujet, car bon nombre de ses confrères avant lui avaient fini, tôt ou tard, par rendre les armes et demander leur mutation. Qu’un élément de la trempe ainsi que de la réputation de Potter reste jusqu’au bout l’aurait surpris : traquer des cambrioleurs n’avait rien de commun avec ses propres combats aux allures d’affaires personnelles, ni ne le revêtirait de suffisamment de gloire pour l’attirer ad vitam aeternam. Sur la table qui les séparait trônerait un beau matin une lettre de démission, que Connor n’aurait d’autre choix que d’accepter avec flegme, en attendant qu’un autre candidat vienne le remplacer, et reboucler ainsi le cycle. Toute paire de bras supplémentaire, néanmoins, pour une heure ou pour une année, serait grandement appréciée, et à leur juste valeur.

Sur le bois du bureau, pour l’heure, ne reposait qu’une théière ensorcelée, servant thé ou café selon le souhait de celui qui la tenait, et accompagnée de deux tasses, que venait de déposer Séraphine, récompensée par un léger signe de tête de son supérieur. Rares étaient les Aurors ayant eu droit à semblable traitement de faveur, nouvel indice sur le degré de popularité de son hôte.
Tout en laissant James se servir s’il le désirait, le magicien poussa vers lui du bout des doigts deux volumes, le plus épais de la taille d’un annuaire, le second de l’acabit d’un livret, autrement moins pourvu en pages.

-Ces ouvrages vous seront utiles. Le plus épais est un recensement des objets ayant été dérobés lors de l’attaque, avec la mention du chef d’équipe responsable des recherches à son sujet lorsque l’un d’entre nous s’en charge ; toutes les informations à leur propos sont disponibles dans les archives du Muséum. Le second est la dernière version en date des biens que nous avons réussi à récupérer jusqu’à présent.

Compte-tenu de la différence flagrante de taille entre les deux documents, désespérer de la situation n’aurait pas été si illogique que cela. Malgré tout, les petits ruisseaux formaient les grandes rivières et de ce fait, chaque nouvelle journée de dur labeur, chaque petite victoire redonnait du baume au cœur à celles et ceux n’abandonnant pas la lutte. Une histoire fort semblable à celle des Aurors, en fin de compte, quoi que sans doute plus laborieuse, et moins prestigieuse.

-Vous êtes libres de prêter main forte aux membres de l’équipe au cours de leurs recherches, si plonger dans de vieux grimoires ne vous rebute pas. Sinon, nous pouvons également seulement faire appel à vous fin de monter puis mener ce que nous nommons une « opération de terrain », lorsque l’un de nous est parvenu à localiser une relique, et qu’il est temps d’aller l’arracher à ses voleurs ; ce qui vous laisse libre d’une bonne partie de votre temps.

D’un sourire encourageant qui donna à ses traits une expression ouverte, Connor l’invita à ne pas nourrir de scrupules quant à ce choix : autant que ses talents soient utilisés de la façon la plus optimale possible, que ce soit pour les archéomages autant que pour Potter qui dans l’histoire n’avait pas à pâtir de a nouvelle affectation.

-J’ai conscience que cela peut faire beaucoup, pour un premier jour. Si vous avez des questions...

Ne pas le voir s’enfuir à toutes jambes serait bien… Mais Sainclair demeurait confiant : dans son métier, et plus encore actuellement, mieux valait se montrer un minimum confiant en la bonne fortune.








gifs (c) bradleyandjen & tumblr
Winston Churchill
Albert Camus, L'Eté
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» All i wanted was you [PV James Stanford]
» Présentation de James-Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: