RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

OPEN - Metal, Beer and Sex

avatar
Wulfric Mulciber
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 207
Célébrité sur l'avatar : Jonathan Lewis Seward (Johnny Christ)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Juil - 21:02
Metal, Beer and Sex
If I ever wanted a gnome, I guess Id just
stand out on my lawn for a while.
The Others ✧ Wulfric
Tout concilier n’est pas donné à tout le monde et Wulfric l’apprenait malencontreusement à ses dépends. La fille qu’il convoite n’est pas des plus simples à mettre dans son lit. Sa réputation de fils à papa sur le plan financier ne lui est d’aucune aide, pas même son statut de musicien, qui fait généralement craquer les filles. Selena a deux frères musiciens dans le même groupe que Wulfric. Rien ne semble pouvoir jouer en la faveur du jeune Mulciber, si ce n’est que récemment, elle a accepté son offre de vivre avec lui. Sauf qu’il s’agit d’une colocation, avec un minimum de deux chambres et bien sûr, deux lits. Rien qui ne puisse laisser place à la possibilité de quelques nuits agitées.

Mais avec Selena, c’était comme ça depuis un petit moment maintenant. Elle devait certainement le voir comme le pote de ses frères ou encore un frère, puisqu’ils se connaissent depuis bien des années à présent. Neuf pour être exact, puisque dés la première année à Poudlard des faux jumeaux Rogue, Wulfric avait été présenté aux membres restants de la famille. Ce qui s’était soit passé durant les vacances, mais aussi sur le Quai 9 3/4, en l’attente du départ du Poudlard Express. Pourtant, depuis, rien n'a changé. Neuf années consécutives, durant lesquelles, sa relation avec Selena Rogue n’a évolué qu’avec l’acceptation de la colocation. Une bien maigre consolation et ça commence à faire long.

En cette nouvelle soirée de célibat forcé, et parce qu’il avait malencontreusement choisi cette direction, Mulciber fils profitait de l’absence de son père pour faire organiser une petite fête improvisée. Dés l’aube, l’hibou de la maison n’avait eu de cesse de faire les livraisons d’invitations conçues sur le pouce, mais aussi sur le tard, afin de convier le plus de personnes possible. Et les amis des amis seront bien sûr les bienvenus. Le principal c’est de faire la fête, qu’importe qui est ou non présent.

Comme à son habitude, ou la majeur partie du temps, Wulfric avait mit des lustres à se préparer. Sa crête ne tient pas par l’opération du Saint Esprit et même pour un Sorcier, la tâche s’avère ardue de la faire de façon impeccable. Après quoi, il avait enfilé son cuir noir par-dessus un tee-shirt sombre, au logo du groupe qu’il a créé avec ses potes, les frangins Rogue. Aux pieds, il portait ses Adidas basses, sans omettre de prendre ses lunettes de soleil, même si ce n’est pas à Fort William qu’il risque d’être dérangé par la boule de feu jouant dernièrement à cache-cache.

La porte du manoir se referma d’elle-même derrière lui. La lourdeur de ce bois à la stature impressionnante avait manqué d’avoir raison de ses doigts. Ce qui aurait été dramatique pour un bassiste, dessinateur sans égal à ses heures et désireux de devenir tatoueur. Il se réjouissait intérieurement d’avoir échappé à ce drame, partant enfin pour le centre ville de Fort William. La ville Ecossaise débordait de population, principalement des Moldus, même si quelques Sorciers étaient glissés parmi eux. Parfois des habitants et à d’autres reprises, des espions qui le surveillent. On est pas fils de l’avocat du diable sans en payer le prix. Son père avait amplifié la fortune familiale sur sa notoriété, auprès des esprits les plus malveillants du monde. Il défend l’indéfendable et le pire, c’est qu’il est vraiment bon là-dedans. Forcément, Wulfric est la cible rêvée pour faire payer à Burdock son narcissisme et son arrogance, cela dit à la hauteur de sa réputation.

Essayant de ne pas tenter de découvrir qui le suivait dans toute cette foule, l’étudiant entra dans le centre commercial de la ville. Pour seule arme, un caddie, ou presque puisque sa baguette ne le quitte jamais, il se baladait dans les rayons du grand magasin, remplissant le chariot de plusieurs packs de bière. Un pêché qui n’a absolument rien de mignon, mais personne n’est parfait. Il n’oublia pas les amuses bouches, en emportant des paquets de chips, cacahuètes et autres cochonneries du même genre. Des saucisses de différentes sortes venaient de rejoindre le reste. C’est assez inexplicable, mais pendant les fêtes, les gens raffolent souvent des saucisses ou alors c’est pour jouer sur le côté tendancieux de la chose.

Tous ses achats, dans un stock qui ferait pâlir un restaurant, il les avait ramené dans le manoir de sa famille, afin de parfaire à son organisation. Les Elfes de Maison étaient présents pour lui donner un coup de main et ce n’était sûrement pas de refus. Même si forcément, il a été élevé d’une certaine manière, ses parents n’ont jamais été violents avec leurs domestiques. Evidement, le fils ne l’est pas non plus. Pourquoi torturer ou massacrer un être qui vous est dévoué corps et âme ? Ca n’a aucun sens. Ou alors, à l’instar de certains Moldus qui cognent sur femmes et enfants, les Sorciers s’en prenant à leurs Elfes de Maison, sont simplement des sans couilles, incapables de faire face à quelqu’un de leur taille, mais surtout qui ne leur soit pas dévoué, ni redevable pour quoi que ce soit.

Il lui restait encore quelques heures devant lui, le temps d’accorder sa basse, pendant que le couple d’Elfes s’adonnaient à la tâche des dernières préparations en cuisine. Après un bon moment, tout était prêt à accueillir les convives, même la musique diffusée partout dans la maison. L’avantage de vivre loin de toutes les autres habitations, c’est que personne ne pouvait se plaindre du son bien trop fort qui émanait de la résidence Mulciber.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1607
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Aoû - 20:40



Metal, Beer and Sex
feat. Wulfric, Calvin & Others
Vous savez ce qu’il y a de plus important dans la vie ? C’est faire la fête. ‘Fin, techniquement non ce n’est pas ça, mais aux yeux de Calvin, la fiesta est primordiale, voir même carrément vitale. Et qui dit fête réussie, dit obligatoirement alcool, musique et meufs à gogo. Ce n’est pas parce qu’il s’apprête à devenir père, d’ici quelques mois ou semaines, qu’il doit faire une croix sur tous ses loisirs. Sinon, où serait le plaisir de vivre ? Faire un gosse, c’est donner la vie à un petit être, mais ce n’est pas se priver soi-même, sauf niveau bouffe. Là, c’est certain, Cal’ veut bien faire des concessions, mais pas sur l’alcool, ni la fête et encore moins les concerts. Ce n’est pas un coup de queue qui va venir ruiner son existence quand même. Peu importe les sentiments, ressentiments, avis des autres, le cadet des faux jumeaux Rogue n’a pas l’intention de céder du terrain sur son existence de débauche. Bon ok, il conçoit que niveau nana, il va freiner un grand coup, ne voulant pas faire souffrir Jezabel. Même s’il est souvent sacrément con, voir même un gros connard de service, il a un coeur et ne veut pas faire du mal gratuitement à une fille aussi gentille que la petite rouquine. Mais n’allez pas vous imaginer pour autant, qu’il soit casé. Autant jouer franc jeu, il ne sait toujours pas ce que l’avenir lui réserve, ni même ce qu’il va faire de la jeune élève de Serpentard.

D’ailleurs, après une journée à la boutique, aidant du mieux qu’il pouvait son frère jumeau, pour mettre tout en place, il venait de rentrer à l’appartement les bras chargés. Cette fois-ci, il ne s’agissait pas d’instruments de musique, mais de quelques objets spécialement conçus pour les bébés. Un lit, c’est la moindre des choses - l’aquarium est visiblement trop petit d’après Edwin -, une table à langer et une espèce de baignoire en plastique, ressemblant plus à une grosse cuvette tordue. Installant du mieux qu’il pouvait, tout ce qu’il venait d’acheter, c’était à coup de baguette et de sortilèges permettant d’agrandir les pièces, qu’il faisait l’aménagement. Heureusement qu’il s’agit d’un sorcier, sinon il n’aurait jamais eu la place nécessaire pour caser un gamin dans cet appartement. Voir même deux, lorsque le petit du frangin viendra également. Pourtant, il se débarrassa vite fait de cette besogne, partant siphonner une bière, tout remettant l’une de ses guitares en place. Il en a bien une dizaine rien qu’ici, chez lui. Le restant est à la boutique ou encore dans le studio d’enregistrement de Broderick. Et en ce qui concerne ses instruments de musique, là il est formel, même bébé ne pourra pas leur piquer leurs places.

Il venait à peine de se laisser tomber dans un fauteuil, pour terminer sa bière, que des bruits contre la vitre l’interpelèrent. Le courrier était arrivé et ce n’était pas son piaf qui revenait. Prenant quand même le temps d’engloutir sa dernière gorgée, il se releva en laissant la bouteille vide sur la table basse, pour partir ouvrir à l’animal. Il ne mit pas longtemps pour reconnaitre le bestiaux de Wulfric, sans doute pour cette simple raison qu’il souriait déjà en attrapant la lettre qu’il avait autour de l’une de ses pattes. Son regard parcourait l’invitation s’y trouvant. Qu’est-ce que je disais déjà ? Ah oui, les fêtes sont primordiales, voir même vitales pour Calvin. Il n’allait pas passer à côté de ça.

Le piaf des Mulciber partit rejoindre les siens, pour se désaltérer et picorer quelques graines. Pendant ce temps, Calvin s'était rendu du côté de sa chambre pour se préparer. Il enfila un jean noir troué par ses bons soins au genou pour une jambe et à la cuisse pour l’autre, ainsi qu’une veste à capuche noire et grise, mais sans manches. Pour les chaussures, sa paire de Nike basse également noire, mais à la virgule blanche. Les cheveux en pétard et les lunettes de soleil, s’accordaient très bien avec le restant de la panoplie. Peu de temps après avoir fini de se préparer, il emporta l’une de ses guitares dans sa housse et partit pour le centre de Londres. Avant de se rendre chez son pote pour la soirée ou même la nuit, il fit un croché par quelques boutiques qu’il affectionne tant. Que serait la fête sans l’alcool ? Même s’il est parfaitement conscient que Wulfric sait recevoir comme il se doit, Calvin estime que ça ne se fait pas de venir les mains vides.

Alors après quelques minutes de lèche-vitrine, il avait transplané jusqu’à Fort William, ville qui abrite le manoir des Mulciber. L’espace d’un instant, il espérait ne pas croiser le père de Wulfric. C’est qu’après la petite visite à la Banque des Sorciers, sans doute que Burdock doit avoir une petite dent contre le fils Rogue. Mais ses doutes s’envolaient au rythme de son arrivée dans l’allée. La musique gueulante de partout, était bien le signe qu’aucun des deux parents du zozo n’était présent en cette soirée. Quelques pas de plus et le voici devant la porte. Il ne prit pas la peine de frapper, ni même de sonner pour s’annoncer, entrant comme s’il était chez lui. Son regard se posa aussitôt sur l’occupant des lieux.

« Hey ! Qu’est-ce qu’une basse sans une bonne guitare ? »

Tout en parlant, il leva légèrement sa housse qu’il tapota de son autre main, avant de la poser dans un fauteuil. Aussitôt, il sortit les bonnes bouteilles, qu’il était passé acheter, ‘fin acheter à sa façon. Du Whisky, Cognac, Bourbon et quelques packs de bière. Mieux vaut prévoir large, ce serait vraiment con d’inviter des gens et de tomber en panne de breuvage.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Edwin Rogue
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1041
Célébrité sur l'avatar : Matthew Sanders (M.Shadows)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Aoû - 18:28
Metal, Beer and Sex
RP Libre
Edwin venait tout juste de rentrer de l’une de ses gardes à Sainte Mangouste, quand il remarqua une invitation sur la table basse. Il avait pris le temps de se débarrasser de son blouson, qui était venu tomber sur le dossier de l’un des fauteuils. Et de déboutonner sa blouse qui, quant à elle, partit directement dans le bac à linges sales, avant d’attraper la petite enveloppe. En toute honnêteté, le Médicomage en formation s’était attendu à tout, sauf à une fête improvisée, chez les Mulciber. Mais pourquoi pas après tout ? Wulfric est de loin, son meilleur ami, depuis leurs premiers pas à Serpentard. Ils ont été de toutes les batailles ensemble, que cela soit pour faire vivre un enfer à ces abrutis de Gryffondors ou encore, lorsque les choses allaient de travers avec Severus. Aussi loin que Edwin soit en mesure de se souvenir, Wulfric l’a toujours soutenu du mieux qu’il le pouvait. Et ce n’est pas cette histoire avec Selena, qui va changer les choses. Puis, pour une fois, l’aîné de la fratrie Rogue avait plusieurs heures devant lui, pour se préparer. Il pourrait même s’octroyer une petite sieste à un moment donné, quand tout sera prêt à son goût.

Il termina de se mettre à l’aise, retirant son tee-shirt, qui avait grandement besoin d’un lavage et ses chaussures, avant de partir dans la direction de la cuisine pour prendre un café. Une douche ne serait pas de refus et Edwin s’empressa de finir d’avaler le liquide encore chaud, se trouvant maintenant dans sa tasse, pour partir dans la salle de bain. Les derniers vêtements qu’il portait, finirent aussi dans le panier à linge usagé, avant qu’il n’entre dans la cabine de douche, pouvant enfin mettre un terme à cette longue nuit qui n’avait rien eu d’agréable. Les aléas du métier sans doute, mais souvent, les patients étaient usants. Et quant à certains collègues, eux étaient carrément bêtes à bouffer du foin.

Il était encore très tôt dans la matinée, lorsqu’il quitta de nouveau l’appartement, qu’il partage avec son petit frère. Ce n’est pas dans ses habitudes d’arriver avec un train d’avance à une fête, même lorsque celle-ci est donnée par son meilleur ami. Edwin dévala les marches de tous les étages de l’immeuble dans lequel il vit, au pas de course pratiquement, pour se rendre dans une ruelle non loin de là. Lieu idéal pour transplaner sans être vu par des Moldus. Et c’est près de chez Laverne qu’il réapparut, jetant un coup d’oeil autour de lui, afin de s’assurer que personne ne l’avait vu débarquer de nul part. Rassuré d’avoir le champ de libre, il s’engagea dans la petite allée et finit par frapper à la porte. A cette heure de la journée, il était fort probable que Stan soit déjà partie pour l’école, mais Edwin gardait l’espoir que Laverne ne soit pas non plus en cours. En entendant du bruit, un sourire se dessina peu à peu sur ses lèvres. Sourire qui se figea avant de foutre le camp, quand c’est en face du père de la jeune femme qu’il se retrouva.

« Bonjour Monsieur Poliakoff… Laverne est là ? »

Il avait juste l’impression d’être repartie cinq années en arrière d’un seul coup. Mais le grand Professeur en Psychologie Magique de l’Université de Londres, se poussa de l’entrée quand sa fille arriva derrière lui. L’étudiant ne finit par se décrisper réellement, que lorsque son beau-père fut repartie à l’intérieur.

« Salut. Tu as reçu l’invitation pour la fête de Wulfric ? Si tu compte t’y rendre, on peut peut-être y aller ensemble. »

Edwin n’était toujours pas à l’aise avec cette ancienne relation de retour sur le devant de la scène. Le plus étrange, c’est qu’il est beaucoup moins timide, lorsqu’il s’agit de se produire avec son groupe, devant des milliers de personnes. Mais face à cette fille, qui a fait chavirer son coeur il y a bien longtemps maintenant, il est toujours incapable d’être aussitôt à son aise. Il lui faut toujours quelques minutes avant de se décoincer. C’est vraiment gênant à la longue, mais visiblement Laverne n’a pas de soucis avec cela. Acceptant son offre, elle partit même avec lui, le temps de faire quelques achats. De retour sur Londres, les boutiques d’alcool étaient obligatoirement visitées lors de réunions entre amis. Edwin acheta quelques bouteilles, mais aussi de quoi grignoter. Les deux vont toujours de paires. Et après un petit repas pris sur le pouce à l’appartement, il dormit en charmante compagnie, durant quelques heures.

Le soir venu, reposé et enfin apprêté, le petit couple pouvait quitter l’appartement, pour transplaner dans la ruelle voisine, direction Fort William. La vaste demeure des Mulciber se trouvait à la sortie du village, loin des autres maisons et protégée par des sortilèges la rendant invisible aux yeux des Moldus. C'est souvent à ce genre de magie que les Sorciers ont recourt, par crainte d’être constamment dérangés. S’engouffrant dans ce qu’il ressemblait à un chemin menant à la forêt, les deux étudiants finirent bien vite par passer le lourd portail et enfin à la porte déjà à moitié ouverte. Sans frapper, Edwin entra dans le manoir avec, à son bras, la charmante Laverne. Calvin était déjà présent, ce qui ne l’étonna qu’à peine.

« J’ai ramené de quoi ne pas mourir de faim, ni même de soif. »

Durant les fêtes, peut importe lesquelles, boire est une coutume, pratiquement. En tant que jeune homme d’une vingtaine d’années, Edwin boit également de temps à autre. C’est un peu le passe temps des jeunes, mais lui, il sait se contrôler.
© 2981 12289 0


Rogue Bro':
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hengist de Woodcroft
Étudiant en Protection Magique
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 63
Célébrité sur l'avatar : Graham Rogers
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 12:43
Metal, Beer and Sex

Wulfric Mulciber, Calvin Rogue, Edwin Rogue, Hengist de Woodcroft

Que ce soit bien clair, si mes défauts ne vous plaisent pas, j'en ai d'autres. ••• Des bruits de vaisselle venaient de la cuisine, seules preuves d’une présence dans l’appartement de Pré-Au-Lard. Hengist ouvrait et fermait les placards. Il ne fait aucun doute qu’il était à la recherche de quelque chose de vital.

« Pourquoi n’y a-t-il jamais de café dans ce taudis ? Il en est sûr, c’est encore son frère qui l’a terminé mais qui n’en a pas racheté. Accio café, accio café. Non ! J’ai dit café, pas cafetière… Aaaah ! »

Ses bras remontés au-dessus de sa tête, il se protégeait tant bien que mal, de l’assaut de la cafetière qui lui heurta de moitié le front avant de tombe à ses pieds. Il n’avait pas changé de position tout de suite, se contentant simplement de regarder l’objet cassé sur le vieux parquet délabré.

« Celui qui a un jour dit, que le café était mauvais pour la santé, ne croyait pas si bien dire. Son regard remonta jusqu’à sa main, dans laquelle sa baguette magique était dans un état dramatique. Il faut vraiment que je fasse réparer cette baguette. »

Quelques jours plus tôt, pendant les cours à l’Université Magique, sa baguette s’était salement abimée contre la table à laquelle Hengist était installé. Et depuis, tous les sortilèges qu’il lance, même les plus banales, finissent mal en général. Moralité, ce n’est pas aujourd’hui qu’il pourra boire un café, décidant que le temps était venu de rafistoler correctement son petit jouet de sorcier. Avant de quitter l’appartement, il attrapa le grille-pain couleur aluminium pour regarder l’état de son front. Une belle bosse partiellement ensanglantée, qu’il ferait bien de faire disparaitre avant de mettre le nez dehors. De nouveau, Hengist ouvrait une porte de placard, mais pour attraper un petit pot, dans lequel reposait un fond de baume magique. Il plongea le bout de deux de ses doigts à l’intérieur et visualisa toujours son reflet dans le grille-pain, le temps de se l’appliquer. Les picotements provoquèrent une grimace, mais en quelques secondes, la bosse perdait en volume, jusqu’à disparaitre, ne laissant plus que quelques tâches de sang, qu’il nettoya d’un revers de la main.

Il quitta ensuite la petite maison dans laquelle se trouvait son appartement, pour faire quelques pas et se rendre chez Derviche et Bang, avec le secret espoir qu’il n’ait pas besoin d’acheter une nouvelle baguette. Quelques articles magiques attiraient son regard sur son passage, mais très vite, le vendeur l’interpella. Hengist est connu de tous les commerçants et habitants du village. C’est l’enfant du pays, le dernier descendant encore en vie du fondateur de cet endroit magique. Souvent, cette renommée lui est payante, même s’il n’aime pas s’en servir. Pour arrondir les fins de mois difficiles, ce n’est pas inutile. Quelques petits paniers garnis lui sont toujours offerts et les consommations à la Taverne des Trois Balais sont gratuites pour lui. De quoi éviter de dépenser trop de Gallions dans l’achat de nourriture.

« Bonjour, j’ai accidentellement cassé ma baguette. Est-elle réparable ? »

Le vieil homme attrapa l’objet ne lui servant qu’un sourire rassurant, avant de partir durant quelques minutes dans son atelier. Hengist en profita pour jeter un petit coup d’oeil aux articles présents dans la boutique. Il ne comptait pas faire de lèche-vitrine ce jour. Quelques heures auparavant, un hibou était venu lui livrer une invitation pour une fête dans le monde Moldu. Il avait l’impression de ne plus s’être amusé depuis des siècles. Cette soirée, il ne la manquerait sous aucun prétexte. Il a bien l’intention de redorer son blason de fêtard invétéré et son regard se collait bien plus souvent aux aiguilles de sa montre, qu’aux objets qui l’entouraient. Et c’est avec un large sourire, que le vendeur lui rapportait sa baguette magique.

« Merci mon ami, combien vous dois-je ? »

D’une main, Hengist récupérait sa baguette et de l’autre, il cherchait de quoi payer dans ses poches, quand le vendeur lui fit un geste négatif, accompagné d’un clin d’oeil. Ne le remerciant que d’un sourire, le sorcier était de nouveau en vadrouille, pressant le pas pour se rendre à la Tête de Sanglier pour emprunter quelques bouteilles de Whisky Pur-Feu. Il ne fait pas de doute que Dumbledore s’en rendra compte et qu’il prélèvera le prix sur son salaire à venir, mais Hengist ne peut pas se présenter à une fête les mains vides. Après coup, il quitta Pré-Au-Lard pour le monde Moldu, en transplanant, sans même savoir où se trouve la maison qui l’accueillera pour la soirée. C’est grâce à l’invitation magique, jouant un rôle de GPS, que l’Ecossais se retrouvait devant la bâtisse. Il ne se serait pas un seul instant douté qu’il s’agissait d’une baraque aussi énorme, lui rappelant le manoir dans lequel il avait grandi, avant de fuir pour rejoindre les terres de ses ancêtres. Et tout aussi étrange que ça peut le paraitre, il ne regrette pas d’avoir pris une telle décision.

D’où il se trouvait, Hengist entendait déjà la musique. La fête devait avoir commencée et il n’allait pas se mettre plus en retard qu’il ne l’était déjà. Il passa par l’allée et grimpa les quelques marches, entrant sans frapper. Avec la musique aussi forte, personne ne l’aurait entendu s’il avait pris la peine de s’annoncer.

« J’ai du Whisky Pur-Feu. Les bouteilles sont un peu poussiéreuses, mais c’est du bon. »
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Fairyland ! (Metal).
» Mek' pour l'open de peinture GW
» One bourbon, One scotch, One beer
» ND Open IV
» Open Video a GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: