RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Water in the gas

avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 147
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Aoû - 9:14
Water in the gas
Alicia & Severus
A la différence de son ancienne salle de cours dans les cachots de Poudlard, celle réservée aux Défenses Contre les Forces du Mal, possède des fenêtres. C’était derrière l’une d’entre elles que se trouvait Severus Rogue. Les mains dans le dos, son regard ne se détachait pas de l’horizon, sans pour autant fixer le moindre point s’y trouvant. Le temps n’était pas vraiment clément avec les habitants de ce coin d’Ecosse, depuis quelques semaines à présent. Les gros nuages gris se rapprochaient, menaçants, à l’image de ce qu’il se passe dans le monde magique. Bientôt, quelques gouttes s’écrasèrent sur la vitre, pour finir par un torrent de pluie, accompagnée du grondement incessant du tonnerre, dont les éclairs fendaient déjà le ciel. Il n’y avait pas cours en ce samedi matin de mi-février et les élèves n’étaient pas nombreux à être sortis du lit.

Beaucoup de choses s’étaient déroulées depuis le premier jour de l’an. C’était presque comme si chaque matin, une nouvelle plus destructrice que la précédente, jaillissait de nul part. La seule chose de positive jusque là, c’est que le Seigneur des Ténèbres ne s’était pas manifesté depuis le bal des Mangemorts de fin décembre. Mais le reste… Et ce n’était pas ses quarante ans, à présent, qui le démoralisaient. Les avait-il seulement eu ? Son anniversaire s’était simplement mélangé à tous les autres jours du calendrier, sans en faire une fête pour autant. Sa femme fâchée, ses enfants plus discrets que jamais, la seule personne a lui avoir envoyé un hibou ce jour-là était Albus. Loin d’être un soucis pour lui, Severus n’a jamais prêté d’importance au maudit jour où il a poussé son premier cri. Certaines autres années si personne ne lui rappelait cette date, il lui arrivait de s’en rendre compte seulement quelques jours plus tard, qu’elle était déjà passée. Et ce n’était pas la seule fête à s’être noyée dans le flot des dates, la Saint Valentin également. Le Professeur tant redouté de Poudlard s’était porté garant du calme de la fête des élèves. Si les couleurs rose et pastel n’ont jamais été de ses préférences, ni voir les adolescents s’embrasser à tout bout de champ, il ne pouvait se plaindre de cette soirée qui s’était déroulée dans le calme malgré tout. Seuls quelques Gryffondors ont écopé d’heures de colle.

Mais ainsi, grâce à cette surveillance, Severus pouvait choisir un week-end de retour à la maison. Une sorte de remerciement pour avoir remplacé quelques collègues désireux se retrouver en amoureux, le quatorzième jour du mois. Mais remettant toujours son week-end de libre au prochain, cette fois, il ne pouvait plus reculer, sans prendre le risque que la situation s’envenime. Il était temps d’affronter la réalité et d’expliquer les raisons qui l’ont poussé à prendre une telle décision, il y a maintenant cinq ans. Que le temps passe vite…

Ses bras revenaient le long de son corps et sans un dernier regard vers la fenêtre, l’ancien Maître des Potions fit volte-face, quittant rapidement sa salle de cours. La porte se verrouilla et se protégea automatiquement sur son passage. La prévoyance est la clé de tout, car s’il revient dimanche soir, en apprenant que l’allumeuse de service s’est encore introduite chez ses élèves, cette fois, il fera un malheur. Et ce n’est pas dit qu’il ne travaille pas en parallèle aux enfants, pour venger cette intrusion.

D’une démarche pressée, le Directeur de la Maison Serpentard monta à l’étage où se trouve son appartement. Il n’a pas besoin d’emporter une valise, il ne s’en va que pour un peu plus d’une journée. Et si sa femme n’a pas fait un feu de camp avec ses affaires, il lui reste quelques vêtements à la maison. D’un geste de baguette, la porte se verrouilla après son entrée. Inutile de mettre le nez dehors par un temps si peu amical, quand dans son appartement, il bénéficie d’une cheminée. Le réseau est constamment surveillé, ce qui empêche les professeurs de rentrer chez eux quand bon leur semble. Mais cette fois, c’est en toute légalité que Severus utilisa la poudre de cheminette pour réapparaitre dans l’âtre de sa maison.

Il se débarrassa de la suie d’un simple geste de sa baguette et rangea celle-ci à l’intérieur de sa cape. Ce n’est pas ici qu’il en aura besoin, sauf si Alicia décide de l’attaquer en duel. Elle était si remontée lors de leur dernier entrevu que Severus est pratiquement sûr, qu’elle aurait été capable de l’assassiner, s’il s’était montré moins à l’écoute. Très peu bavard, lors de cette dispute, ce trait de caractère avait été à son avantage. Il n’avait pas eu le temps d’en placer une.

La pièce sembla vide, si ce n’est le chat de sa femme qui trainait dans les coins. Mais pas pour longtemps. Severus poussa l’animal d’un geste de la jambe pour prendre la direction de la cuisine, elle aussi vide. Il abandonna sa cape sur le dossier d’une chaise et attrapa une tasse, que la cafetière lui remplit jusqu’à la moitié. S’il n’est pas encore monté à l’étage afin de voir si Alicia s’y trouve, c’est parce qu’il avance encore à reculons. Le week-end va sûrement tourner à l’affrontement, de retour à Poudlard dimanche soir, si ce n’est avant, il va pourrir ses collègues sans qu’ils ne comprennent pourquoi. Et la semaine suivante, il va pourrir chaque élève qui passera dans son cours, soit toute l’école prendra cher.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1844
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Aoû - 11:01



Water in the gas
Ft. Severus Rogue


Samedi matin oblige, le massif forestier bordant les habitations était d'une étonnante tranquillité. Seul le pépiement des oiseaux, commençant à émerger de leur torpeur nocturne, se faisait entendre. Tandis que plus loin, l'humidité suivait le fils des feuilles avant de dégringoler des arbres, pour s'échouer avec violence sur le sol encore moite, dû à une météo peu enchanteresse. Car si la fraicheur hivernale persistait en ce mois de février, la neige, elle, avait déjà quitté la contrée, laissant la végétation reprendre son cycle. C'était dans cette ambiance feutrée et silencieuse qu'Alicia évoluait dans un rythme constant. Sa respiration s'était accélérée par l'effort fourni et ressemblait à présent à des cris, tant rien d'autre ne bougeait dans les environs. Accompagnée cela des craquements des branches qui cédait sous son poids et elle avait l'impression de faire une cacophonie à elle toute seule. Un véritable torrent de bruit qui parcourait l'orée de la sylve, au pas de course. La brune n'était pourtant pas une grande amatrice de ce sport, pas du tout même. Là où certaines personnes y trouvaient du plaisir, où une véritable vocation, l'ancienne Serdaigle s'accordait avec le reste de la population, qui trouvait cela rébarbatif, prenant ses enjambées rapides comme un véritable supplice, ou on terminait toujours à bout de souffle, les côtes douloureuses, à suer comme un bœuf. Bref rien de très charmant à l'horizon. Mais en cette période plutôt turbulente, ce qui était le cas depuis le début de l'année, c'était un excellent exécutoire. À défaut d'y trouver un réel attrait, lui donnant envie de faire perdurer l'exercice, cette débandade lui permettait de se vider complètement la tête. L'inhabitude faisant, après quelques minutes de courses, elle était bien obligée de quitter ces sombres pensées pour se fixer sur l'essentielle : Ne pas tomber et respirer! Deux points simple et efficace. Une vraie relaxation pour son esprit, surtout qu'il tournait à plein régime. Les points de réflexions ne manquaient pas, tels ses enfants plus distants que jamais, ou son mari au abonné absent depuis leur dernière entrevue. Quoique dispute serait le terme le plus exact. Elle n'avait même plus conscience de tout ce qu'elle avait bien pu dire, tellement cette impulsion colérique avait prit le dessus.

Elle revoyait encore la tête d'un Severus bien silencieux et celle de Rusard, qui la laissait sortir de l'enceinte de l'école, tout penaud. Pour le cas du concierge, cela ressemblait assez à un instinct de survie, ce n'était effectivement pas le moment de rajouter de l'huile sur le feu, ou il aurait prit les dommages collatéraux. Un soupire lui échappa des lèvres et elle secoua la tête pour chasser ses pensées, quand la foret commença à laisser filtrer des gouttes d'eau. Rapidement, ces perles liquides qui cascadaient au-dessus de sa tête, se transformèrent en un véritable torrent, lui glaçant les os. Si elle ne voulait pas terminer avec une pneumonie sur les bras, il était temps de rentrer. Le pull et l'écharpe prise étaient déjà détrempée, bonne à laver. Se stoppant dans une clairière, main sur le côté droit, elle attendit de reprendre son souffle pour former en pensée la description de la rue adjacente à leur manoir. Quelques instants plus tard, Alicia réapparaissait devant leur demeure. Un mouvement de baguette et elle levait les sorts de protections qui ornait la maison, se dépêchant d'y entrer, tandis que dehors l'orage grondait. Détrempée, glacée, elle ne tergiversa pas longtemps avant de grimper les escaliers en direction de la salle de bain. Elle n'avait pas accordé un regard dans le reste de l'habitation, se sachant seule. Selena était partie à la recherche d'un appartement, ou à une garde de Sainte-Mangouste, elle n'avait pas retenu tout son planning mensuelle. Une douche chaude prise, un essuie sur la tête pour tenter d'essorer cette chevelure brune, elle finit par entendre du mouvement en bas. D'abord septique, l'aurore avait arrêté tout mouvement, cherchant à savoir si elle avait rêvé, ou si c'était simplement son chat qui décidait de faire des siennes. Vu la masse conséquente de la main coon, il ne fallait parfois pas s'étonner du bruit sourd et lourd dont elle était capable. Mais non, on était bien en bas. Qui donc? Selena? Ou un de ses fils? Peut-être Calvin qui revenait faire des courses, enfin à la méthode de son frère courant Décembre. Levant les yeux au ciels, sourire amusé aux lèvres, elle avait fait machine arrière pour regagner l'étage inférieur, essuyant toujours les pointes de ces cheveux. Arrivée au rez-de-chaussée, la matriarche des Rogues se dirigea vers la cuisine, reprenant déjà la parole, trop sûr de son visiteur.


-Inutile de te faire silencieux pour emprunter dans les armoires, ton frère m'a déjà... Sa voix s'était tue, arrêtée, carrément stoppée net quand elle put réaliser que sa vision ne concordait pas du tout à sa pensée première. Severus...

C'était plus une constatation qu'une réelle question. D'ailleurs, la surprise transperçait encore de sa voix. Son regard noisette avait accroché cette silhouette, au combien reconnaissable, qui lui faisait face, tasse de café à la main. Se rendant vite compte que l'arrêt sur image qu'elle avait réalisé faisait un peu idiot, elle s'était remise en mouvement. En deux trois pas, elle avait rejoint la première chaise à sa portée, où elle posa l'essuie. Son esprit était indécis, elle ne savait pas quoi en penser. D'un côté, elle était ravie de le voir, après ce si long silence, surtout s'il avait décidé de faire les premiers pas et de prendre sur lui. Au vu de l'habitude du Serpentard, c'était déjà un exploits. De l'autre, une indescriptible tension venait de lui nouer l'estomac. Pourquoi était-il là? Certes, c'était chez lui et elle ne lui avait jamais interdit de rentrer, ni de passer, mais la question pouvait se poser au vu de l'heure et du jour. Était-ce le moment de reprendre la discussion? Sans doute que oui, plusieurs semaines s'étaient écoulées dans un silence désagréable... Ou c'était juste l'instant fatidique ou le silence mangemoresque auquel ils avaient eu droit venait de prendre fin? Étrangement, Alicia ne savait dire ou allait sa préférence. Son regard ne l'avait pas lâché pour autant, elle finit enfin par desserrer les lèvres, souhaitant éliminer, ou confirmer, cette seconde hypothèse.

-Nos amis communs se rappellent à nos bons souvenirs?

Les mages noirs étaient loin d'entrée dans une quelconque catégorie ou ami pouvait rimer, mais l'ironie ne passerait certainement pas inaperçue. Et pour être parfaitement honnête, elle n'avait pas envie de passer un samedi entier à écouter des horreurs. C'était déjà suffisamment le bordel comme ça que pour rajouter les machinations tordues d'un véritable psychopathe. Mais la question était lancée et elle avait relevé son regard vers le sien, en attendant une réponse. La future quadra' aurait sans doute pu trouver meilleur démarrage, mais elle ne savait pas encore sur quel terrain allait l'emmener sa prochaine réplique. Alors à défaut de connaissance, la prudence restait de mise. Néanmoins, cette virulente colère qui l'avait saisi la première fois avait eu le temps de se calmer. Ce n'était de toute façon pas un sentiment permanent, une fois le pic passé, le brasier se calmait. Elle ne disait pas qu'elle se sentait d'humeur magnanime pour autant, mais il était clair qu'ils ne pouvaient plus rester ainsi plus longtemps. L'éloignement dû à Poudlard, c'était un grand classique depuis sa prise de poste, elle avait toujours composé avec, du mieux que possible, mais là s'était différent. S'il avait déjà eu des divergences de points de vue, il fallait pourtant remettre les choses aux clairs, il fallait aplanir cela.


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 147
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Sep - 13:20
Water in the gas
Alicia & Severus
Il y a toujours deux poids deux mesures avec Severus et c’est sûrement l'un point négatif du personnage. Il y en a tout un tas d’autres aussi, alors un de plus ou un de moins, ça n’a plus vraiment une très grande importance. Il a toujours été conscient du regard des autres sur son être et si par le passé, ça le blessait, à présent c’est différent. A l’instar d’un mur, tout semble glisser sur lui. Critiques, moqueries, il n’y a que le terme « lâche » qu’il n’accepte pas. Parce qu’il ne l’est pas. Il a fait beaucoup plus que tout ce que tout le monde peut imaginer, mais il a choisi de rester en retrait et de laisser la gloire aux autres. C’est son fardeau pour avoir fait de mauvais choix par le passé et il l’accepte très bien. Contrairement à ses fils, il ne pourrait pas supporter d’être sous le feu des projecteurs. Il admire ses jumeaux pour ça, comme pour beaucoup de choses, à commencer par leur force de caractère. S’il avait eu la même à leur âge, beaucoup d’erreurs auraient été évitées.

Les sentiments et autres émotions ne sont que des faiblesses à ses yeux. Les montrer c’est inviter les ennemis à s’en servir contre lui. C’est faire une lézarde dans un mur en béton. Mais en tant que père de famille, il ne peut pas faire autrement que de ressentir des choses pour les siens. Ce n’est pourtant pas pour cette raison qu’il est obligé de les montrer ou de les dévoiler à la moindre occasion. C’est à lui, ça lui appartient. Mais personne n’est capable de comprendre ou de respecter ça, le jugeant toujours de la pire des manières. Et il s’y est habitué avec le temps, lorsque ça vient de sa famille ça lui fait toujours un peu mal. Mais ils ne peuvent pans s’en rendre compte, parce qu’il ne le montre rien, là encore.

Pourtant l’homme a souvent prouvé par de petits gestes son attachement envers les siens. Récemment par l’envoi d’un cadeau à Calvin, pour son futur enfant. Mais le Sorcier n’est qu’un homme après tout. Il a également le droit à l’erreur. Severus n’a pas pour habitude d’en commettre, mais quand ça arrive c’est pire qu’une grenade dégoupillée. Et lorsqu’elle explose, les dégâts sont innombrables. Le plus difficile c’est encore de présenter des excuses ensuite, c’est pour ça qu’il ne le fait quasiment jamais. Cette fois c’est de son propre chef qu’il se trouvait dans la cuisine de son manoir. Il pouvait attendre les prochaines vacances d’été, à la fermeture de l’école pour revenir chez lui mais il en avait décidé autrement.

En arrivant aussi tôt, le Directeur des Serpentards s’imaginait qu’il allait avoir le temps de planifier ce qu’il dirait, pensant qu’un samedi matin, sa femme serait encore au lit. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle débarque d’un coup devant lui. Dos au meuble de la cuisine, l’une de ses mains tenait la tasse de café et l’autre était simplement posée sur le bord du plan derrière lui. L’un de ses sourcils se leva automatiquement en entendant la voix de sa femme. Le temps d’un court moment, il s’est demandé si elle l’avait viré de sa propre maison sans même trouver judicieux de l’en informer. Mais n’ayant pas de frère, ses pensées glissèrent sur ses fils, en même temps qu’il plissait les yeux, comprenant que les garçons faisaient leurs courses chez eux. Il s’était douté que ce n’était pas avec la minable bourse du Ministère de la Magie, que les étudiants pouvaient vivre confortablement. Et ce n’était pas le sujet du jour, Severus reviendra dessus plus tard avec les principaux intéressés. Mais pour le moment, il revenait mentalement à l’accueil glacial que sa femme venait de lui servir. Il l’a connu bien plus chaleureuse à son égard et pourtant c’est elle qui a débarqué sur son lieu de travail pour l’engueuler. C'est ce qu’il y a de bien dans leurs disputes. Sa femme gueule tellement qu’il ne peut pas en placer une. Au moins, si quelqu’un doit se faire pardonner de son langage après coup, c’est elle et non lui. Il a toujours été le plus calme du couple. Alicia finit par parler à nouveau, ramenant aux mauvais souvenirs de son homme, les Mangemorts.

« Bonjour à toi également… Café ? »

Non il ne se montrait pas ironique. Si en fait il était ironique mais ne le faisait pas vraiment exprès. C’est sa façon d’être et malheureusement ses proches n'en sont pas épargnés.

« Ma visite concerne Edwin. Et… Il lui fit signe d’attendre avant de l’engueuler à nouveau. Ce n’était pas à moi de t’en parler. Hachura-t-il ses paroles sans vraiment le vouloir, mais plus par habitude comme lorsqu’il tente de faire rentrer quelque chose dans la cervelle de ses élèves. Il me faisait confiance, je ne pouvais pas trahir mon fils. Reprit-il d’un ton moins pénible. »

Jamais il n'a eu l'envie de faire du mal à son fils. C’est son enfant. Alicia l’a porté durant la grossesse, mais Severus s’en est occupé après, lorsque sa femme ne regardait pas. Lorsqu’il était présent et que petits ses enfants se blessaient, il était là pour soigner les petits bobos, parfois même les gros. Il était aussi présent lors de leurs arrivées en ce monde, quand ils ont fait leurs premiers pas ou dit leurs premiers mots. Pourquoi voudrait-il détruire la vie de ce qu’il a de plus cher au monde ?

Il posa sa tasse sur la table et se tourna, les mains dans le dos, faisant quelques pas pour se rendre jusqu’à la fenêtre de la cuisine. De là, il voyait une grande partie du jardin, assombri à cause de l’orage et des éclairs qui fendaient le ciel. Ces temps n’apportaient jamais de bonnes nouvelles. C’était toujours lors de pluies intenses ou d’orages aussi bruyant que les Mangemorts en profitaient pour attaquer, comme si le climat donnait une approche plus dramatique à leurs actes.

« Après notre accord, nous n’en avons plus reparlé. Je ne voulais pas être celui qui retourne le couteau dans la plaie. J’attendais seulement qu’il lance à nouveau la conversation. »



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1844
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Sep - 20:38



Water in the gas
Ft. Severus Rogue


Être exempté du moindre bruit, capable de vivre dans une masse silencieuse, tel un dôme protecteur, était relativement impossible. Tant le monde y était habitué. Quotidiennement, la population était soumise à une dose croissante de son indésirable. Que ce soi dans leurs utilités quotidiennes, ou parce que le méandre des conversations ne cessait jamais vraiment. Tout, la vie en elle-même semblait créé pour émettre des sons, alors se retrouver dans une pièce, ou un lieu silencieux, faisait involontairement monter la tension et l'inquiétude. Cela faisait tendre l'oreille pour essayer de capter tout mouvement suspect. Avait-elle pour autant les nerfs à vif? Pas vraiment, pas dans l'enceinte de leur demeure en tout cas, mais cela n'avait pas empêché Alicia de s'immobiliser en entendant du mouvement. Rien d'anormale, ni d'alarmant, mais suffisamment étrange que pour y prêter un peu plus attention. Réagissant par élimination, elle finit par pencher sur l'hypothèse d'une présence humaine. Captant dans un coin de sa tête l'heure matinale et les horaires de la jeune fille, elle en vient à la conclusion erronée que c'était simplement le cadet de ses fils qui venait faire du ravitaillement. Edwin ayant déjà été prit la main dans le sac, elle supposait que si quelqu'un devait s'y coller, à présent, cela serait donc le second jumeau. Amusée plus que vexée, elle avait regagné la cuisine se lançant déjà dans une explication qui tomba totalement à plat. Évidemment, trop sur d'elle, la brune n'avait pas attendu d'avoir les deux pieds dans l'encadrement de la porte pour commencer à parler et mal lui en prit. L'homme qui se trouvait dans la pièce n'était pas du tout le musicien et sur le coup de la surprise, elle ne put que baragouiner son prénom.

Son regard noisette était parti accrocher le profil de son époux, c'était la première fois qu'elle le revoyait depuis ce désagréable mois de janvier. Un acte qui générait un mélange indistinct de sentiment, alors qu'elle se débarrassait de ce qu'elle avait en main en le posant sur une chaise. Plongée dans l'hésitation, ne sachant pas sur quelle pente raide allait les emmener sa présence, elle décida de voir si il était ici selon sa propre volonté, ou mu par celle d'un autre. Une seconde possibilité très peu enchanteresse, il fallait bien le reconnaitre. Néanmoins, comme entrée en matière, comme lancement de conversation, Alicia pouvait évidemment mieux faire. Une erreur de langage vite reprise par son mari, sous le trait du sarcasme. Bon d'accord, celle-là, il n'avait pas tort, elle la méritait. Preuve en fut, l'ancienne Serdaigle n'en broncha pas, elle eut même un mouvement de tête censé reconnaitre se manque de savoir-vivre, de civilité et d'accueil chaleureux? Un peu de tout cela à la fois, sans doute. Si la première réplique pouvait encore passer, sous le coup de la surprise du moins, la suite nettement mois. Mais coupant court à sa réflexion, il entra dans le vif du sujet : Edwin. Involontairement, sa mâchoire se crispa au ton plus que professoral dont il usait en martelant l'idée de se dédouaner de ses fautes. Son regard se fit plus profond, pratiquement intense, se montrant clairement pas convaincu, mais elle ne le coupa pas, le laissant continuer. Un acte dont l'auror n'aurait pas été capable des semaines plus tôt, trop emportée par ce coup de sang. Le fixant toujours, elle le laissa s'éloigner alors qu'une fois encore, il se cachait derrière un accord. C'était un peu trop facile ça ! Si il espérait passer l'ensemble de ce problème au vert avec l'argument du 'ce n'était pas à moi de le faire', il rêvait. Oh que non, à d'autres. Faisant un pas vers le mobilier, ses mains s'étaient posées sur le dossier de la chaise.


-C'est un peu facile comme argument.

Si sa tête s'était baissé vers la gazette des sorciers, posée sur la table de la cuisine, elle la releva dans sa direction, scrutant ce dos, cherchant à savoir s'il allait finir par se retourner vers elle, ou si elle allait devoir converser de cette manière. Heureusement pour lui, son ton n'était pas monté en puissance, bien qu'il était resté relativement froid. Une notable différence par rapport à son habitude, qui s'intensifia un peu plus au vu du rictus qui avait agité le coin de ses lèvres. Difficile pour elle de faire autrement, quand la directeur des serpentards semblait ne prendre que la moitié du problème en compte. Il y avait bien sûr ce mensonge ayant perdu cinq années qui entrait dans la balance, c'était même le principal trait qui lui restait en travers de la gorge, mais il y avait aussi les décisions qu'il avait prises. Alors se cacher derrière les aveux à venir de son fils, ce n'était pas très sport. Jusqu'à preuve du contraire, ce n'était surement pas Edwin qui avait apposé ses closes du contrat. Ce n'était surement pas lui qui avait décidé de ne pas croiser son futur enfant, ni de devoir terminer ses études et de se lancer à l'université avant tout chose. Un gamin, il n'était qu'un gamin à l'époque, un garçon perdu, réalisant l'ampleur que prenait ce flirt d'adolescent. Il s'était sans doute raccroché à lui, à tout ce qu'il aurait pu dire et au vu de leur habitude à toujours vouloir briller à ses yeux, il aurait dit amen à tout, tant que la honte et la désillusion ne passant pas dans ses prunelles onyx. Se disant qu'il était peut-être temps d'être plus clairs, elle s'était redressée sur ses jambes, croisant doucement les bras contre sa poitrine. Elle avait beau chercher la meilleure des formulations, une fois lancée, les mots s'étaient enchainé les uns à la suite des autres, dans une foule de question pratiquement sans fin.

-Je t'en prie, ne viens pas me dire que c'est Edwin qui a décidé de votre accord? À son âge, il ne devait être qu'un gamin perdu, venant chercher le réconfort et une solution à son problème. C'était toi l'adulte, Severus. Et tu sais très bien qu'il aurait fait tous ce qui était en son pouvoir pour que tu n'ailles pas honte de lui, alors je doute qu'il a protesté ou refusé tes demandes. Ne viens dès lors pas te justifier en disant que c'était à lui de le dire, quand c'est surement toi qui en as eu les idées...Pourquoi ce choix? Pourquoi ces closes à cet accord? Pourquoi l'empêcher de le voir?

Encore une fois, Alicia se maîtrisait et se tempérait beaucoup plus que lors de leur dispute, mais il lui serait aisé de comprendre qu'il allait devoir trouver autre chose comme parade à ce débat, sous peine de pédaler dans la semoule. Mettons qu'elle reléguait le problème de ce non-dit, à plus tard. Ce qui était se fourvoyer vu que c'était aussi ce qu'elle avait le plus mal pris. Il faut dire que cela avait eu le don de lui faire l'effet d'une véritable gifle, voir d'une trahison. Légèrement exagérer, certes, mais le couperet lui avait donné le même effet. Alors même si elle faisant momentanément l'impasse sur cela, il restait cette notion totalement absurde d'éloigner Edwin du petit Stan et de sa mère. Parce que lui, plus que quiconque, devait savoir ce que s'était de grandir sans son père, ou du moins dans le terme-modèle tel qu'on le pense généralement. Un soupire finit par sortir de ses lèvres et elle remit une mèche encore humide derrière son oreille, avant de contourner la table. Quelques pas de plus et la future quadra revenait à son hauteur, se positionnant à ces côtés devant la fenêtre ou tambourinait toujours la pluie. L'orage ne cessait de gronder dehors. Son regard s'y attarda suivant la zébrure d'un éclair, avant de se tourner vers lui.

-Pourquoi avoir choisit de me tenir dans l'ignorance?

C'était un petit peu le serpent qui se mangeait la queue, si dans son esprit à lui, il attendait que leur fil fassent les premiers pas. Mais se rappelle de départ, montra également ce que son ego bien mal mené avait du mal à encaisser. Au vu de la situation peu enjôleuse de Londres, ils n'avaient d'autres choix que de faire front commun, et non pas laisser les brèches se faire. Qu'est-ce que cela aurait donné si ce n'était pas le restant de sa fratrie, en la personne de Calvin et de Selena qui l'avait appris en premier, mais Lord Voldemort en personne? Cela aurait sans doute fait bien plus de dégâts. Néanmoins, cette fois, la question avait été ouverte et si le reproche était sous-jacent, on percevait quand même cette volonté de comprendre. Un point qu'elle n'aurait pas eu avant. A Poudlard, tout avait -et aurait- été bon pour enchainer, et relancer. Après tout, la colère était une impulsion irrationnelle, poussant les gens à lancer tout et n'importe quoi, juste pour faire mal, verbalement parlant, juste pour infliger ce que eux-même percevaient.


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 147
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Sep - 20:55
Water in the gas
Alicia & Severus
C’est un peu facile comme argument ? Oh non que ça ne l’est pas. Rien que cette phrase suffit à lui faire lever un sourcil, même s’il ne se retourna pas tout de suite. Comment, après toutes ces années de vie commune, pouvait-elle à ce point douter de lui et de ses intentions envers les siens ? Pensait-elle réellement qu’il voulait se décharger sur son fils ? Pensait-elle réellement qu’il voulait seulement rejeter la faute sur un autre ? Ce n’était pas n’importe quel imbécile de Sorcier qu’elle a sous les yeux, il s’agit de Severus Rogue. Le Professeur qui effraie autant ses élèves que ses collègues. Celui qui, d’habitude, ne mâche pas ses mots lorsqu’il a quelque chose à dire et qui en agace sûrement plus d’un avec son ton monotone.

De la surprise découla une gêne semblable à de la vexation. Pourtant comme toujours, ses traits ne montraient rien, si ce n’est ce froncement de sourcils alors que son regard scrutait l’horizon, comme s’il était à l’affut de la moindre attaque à venir. Ce n’était pas le cas, par chance. Pas encore. Son heure viendra un jour, mais le Seigneur des Ténèbres n’en a pas encore planifié la date.

Mais après un instant de silence, durant lequel il profita de ce spectacle offert par la nature, Alicia recommença à poser des questions. Il avait cette impression qu’elle prenait son rôle d’Auror même avec lui. Comme s’ils étaient en interrogatoire, sa femme demandait sans cesse la même chose en la tournant de différente façon. Une manie forte agaçante chez elle.

« Je n’ai rien dit de tel. »

Non Severus n’a pas dit qu’Edwin avait décidé de leur accord et il est conscient que ce n’était qu’un enfant perdu. C’est bien pour cette raison qu’il a lui-même pris les décisions qui font mal. Ainsi, si dans un avenir proche ou lointain, quelqu’un devait en assumer les conséquences, ce ne serait pas l’aîné des jumeaux mais le père. C’était ce qu’il se passait dans la cuisine de la famille Rogue. Le rôle du méchant lui va si bien. Mais il en a assez d’endosser cette étiquette au sein même de sa propre famille.

« Pour le protéger. La mère de sa petite-amie l’aurait trainé dans la boue si je n’avais rien fait. Sa tête aurait été placardée dans la Gazette du Sorcier, il aurait été considéré comme un violeur. Un procès plus tard et sa nouvelle maison aurait été parmi les Mangemorts à Azkaban. Et si rien de tout cela ne serait arrivé, le petit n’aurait pas vécu plus de quelques mois. »

Il se tourna pendant un instant vers sa femme afin de bien appuyer sur ses prochaines paroles.

« Même si le Seigneur des Ténèbres n’était plus là, il restait des Mangemorts, des familles déchirées par l’emprisonnement de l’un des leurs. Tout autant d’ennemis qui me haïssaient pour avoir été blanchi par Dumbledore. Un nouveau-né n’aurait été qu’un moyen de vengeance, même s’il aurait comblé ton fort besoin de materner, tu ne l’aurais pas eu longtemps dans les bras. »

Ses paroles étaient toujours distribuées sur ce ton monotone qui le caractérise si bien. Pas un seul mot plus haut que l’autre, mais pour autant, il n’avait pas mâché ses propos. Il se retourna à nouveau face à la fenêtre, le temps toujours aussi annonciateur de drame en guise de décor. Bientôt rejoint par Alicia, il continuait à fixé l’horizon du regard, froid comme de la glace, comme il a toujours été avec tout le monde. Elle voulait savoir pourquoi il ne lui avait rien dit, mais Severus pensait déjà lui avoir répondu. Pour protéger sa famille, est-ce si difficile à comprendre qu’il peut avoir le besoin de tenir les siens à l’écart du danger ?

« S’il avait souhaité que tu le saches, il te l’aurait dit. Je n’avais pas envie de le trahir moi aussi… Il était sans doute allé plus vite qu’il ne l’aurait voulu dans ses paroles cette fois. Lui qui est généralement si calculateur venait d’avoir une faille. C’est ce moment qu’il choisit pour tourner la tête dans sa direction, les yeux étincelants. Je ne suis pas le seul à qui beaucoup de choses soient reprochées dans cette famille. Ne crois-tu pas que ta manie de prendre tout le monde sous ton aile ne plait pas forcément à nos enfants ? Surtout lorsque tes petits protégés se trouvent être leurs pires ennemis…. Potter… Cracha-t-il pratiquement avec dégout. Chassez le naturel, il revient au galop. Il fallait vraiment que tu t’acoquine avec lui aussi ? A force de tout faire pour te défaire de mon image néfaste, tu es passée pour une traitre aux yeux de tes propres enfants. »

C’est dur à dire, sûrement plus difficile à entendre aussi. C’est une attaque, un coup bas. C’est petit, pas joli du tout, mais c’est seulement les faits. Rogue. Ce nom si détesté des uns et craint des autres, seuls les élèves de Serpentard porte de l’affection pour celui qui a été ou est encore leur Directeur de Maison. Alicia semble vouloir par tous les moyens laver ce nom de ce qu’il représente. Mais en prenant sous sa protection des gamins avec qui les leurs ont été en guerre, ça ne fait que détériorer son lien avec les trois enfants. Comme quoi, Severus n’est pas la seule brebis galeuse de la famille.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1844
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Sep - 17:24



Water in the gas
Ft. Severus Rogue


Nager en eaux troubles est déplaisant. Toute personne s'étant déjà retrouvée dans cette pénible situation doit en savoir quelque chose. Parce qu'il n'y a rien de plus perturbant que ce sentiment d'impuissance, que cette non-capacité de savoir par où aller, quelle direction prendre, que dire ou même que faire. Une incertitude totale parfois destructrice, du moins tant que les compteurs n'étaient pas remis à zéro, tant que les réponses n'étaient pas tombés. C'était dans une ambiance similaire et un peu tendue que se trouvait Alicia. L'atmosphère avait changé au moment où Severus avait annoncé la raison de sa présence, qui n'était autre que le sulfureux sujet le liant à l'aîné de leurs fils. Un débat glissant se profilait donc à l'horizon. Peu plaisant, mais nécessaire, ils ne pouvaient pas attendre des semaines sans risquer d'envenimer la situation plus qu'elle ne l'était réellement. C'était maintenant, ou peut-être bien trop tard. Tel que l'avait signalé le pasteur faisant fonction, c'était pour le meilleur et pour le pire. Il fallait quand même bien reconnaitre qu'en ce moment le second point semblait les adorer. Elle nettement moins...Tentant pourtant de ne pas partir comme un chien fou, à l'instar de sa première réaction des plus brutales à Poudlard, elle l'avait laissé s'expliquer. Un acte qu'elle trouvait évidemment insignifiant. Ce n'était pas avec une poignée de mot survolant le problème qu'elle pourrait en comprendre le cheminement. Parce que au final, aussi reprochable soit ses paroles, elle ne découlait que de son ignorance de la situation. Pouvait-on encore la blâmer pour oser demander et enfoncer un peu plus ces dérangeantes questions, alors que c'était tout ce qu'elle avait en sa possession pour avoir le fond de l'histoire?

Et le moins que l'on puisse dire, c'était que des questions, elle en avait à la pelle. Déformation professionnelle ou non, elle avait toute découlé, une à une, laissant le reproche et toute la surprise de ces choix transparaitre en arrière. Était-ce pour protéger Edwin, surement, d'accord, mais pourquoi le protéger de la sorte, pourquoi pas autrement? Le regard rivé vers cette silhouette au combien reconnaissable pour elle, elle n'avait plus bougé, attendant une réaction, un geste, une parole. Une explication par Merlin! Un soupire faillis traverser la barrière de ses lèvres, mais ce fut le moment que choisit l'ancien Serpentard pour reprendre la parole. L'affirmation partit, claquante, du moins au vu du silence régnant auparavant car son ton de voix n'avait pas bougé. Lentement, Alicia s'était redressé, fixant cette fois avec plus d'intérêt cette fenêtre encombrée, alors que la suite lui parvenu enfin. Des révélations et des réponses qu'elle prenait avec tout autant de dureté que de statisme. Avait-elle enfin l'autre côté de ce problème, un vaste embargo nécessaire pour calmer une folle furieuse? -Notons la douce ironie de cette pensée, au vu de la personne concernée - Mais pourquoi on ne pouvait pas lui dire plutôt hein, pourquoi? Pour avoir cette jouissance de la faire passer pour une folle? En croyant que le meilleur moyen c'était toujours de tout garder pour soi? De ne pas faire confiance à quiconque, même pas à sa propre femme? Bon soyons honnête, elle pourrait lui accorder ces phrases comme clôture à cette dispute, vu que dans un sens, elle comprenait son action, maintenant. Néanmoins, la mauvaise foi était restée présente et c'était déplaisant que de se sentir comme une idiote, remise à sa place par un professeur. Ça outrepassait le rôle lui étant momentanément accordé. Une réaction qui déclencha la sienne, pratiquement au tac au tac, bien que toujours sur un ton relativement peu élevé. Il n'y avait que ces intonations qui laissait entrevoir ce qui l'agitait, intérieurement parlant.


-Eh tu ne t'es jamais dit qu'un procès a besoin de deux partis? Qui aurait été l'accusation, sa mère? Quel motif, si la jeune fille ne souhaite pas faire de déclaration? Mais d'accord, d'accord, ça a été ça la motivation, le silence et l'éloignement pour éviter la justice.. Pourtant, il lui semblait que Zakhar, le père de la jeune fille, était quelqu'un de bien plus posé que cela. Enfin dans se sens là oui et ce qui lui semblait pourtant sur, c'était qu'il n'aurait pas laissé faire cela. Il aurait retenu sa femme, ou son ex-femme, maintenant. Que soit. L'évocation du Seigneur des ténèbres venait d'entrer dans la danse. C'était l'argument le plus logique, celui qu'elle attendait même, une protection contre les mages noirs. Sauf que hic, la aussi cela ne collait qu'à moitié, surtout à cette époque. Ne me parle pas de vengeance et de représailles. Il n'y avait pas plus de risques que ce que nous avons toujours vécu. As-tu éloigné Selena de nous, pour la protéger? L'as tu éloignée pour lui éviter les représailles des mangemorts? Non, elle est resté avec nous, tout comme Edwin et Calvin, tous trois enfants à l'époque, tout aussi incapable de se défendre que l'aurait été Stan.

Ses iris restaient rivés vers son dos, enfonçant ses paroles, n'étant là aussi qu'une pure vérité. Alicia savait qu'à la naissance des jumeaux, son mari avait prévenu le Lord, pour justement éviter toute attaque malencontreuse à leur encontre, mais pour Selena, cela avait été différent. Neville Londubat était déjà passé par là. Le monde commençait à peine à se relever de cet air de peur et de terreur, alors qu'elle était venue au monde. Cela aurait été doublement l'idée pour ses collègues revanchards de marquer le coup mais il n'y avait jamais rien eu de plus. Ou alors s'ils avaient souhaité le faire, ils n'y étaient jamais parvenu. Aurait-il agi de la même manière si cela avait été son enfant et pas celui de son fils? Attention, là encore ce n'était pas une accusation vache et sans gêne, déguiser en pique, juste une nouvelle constatation. Même si c'était dit dans un terme comme celui-là, elle comprenait mieux pourquoi il avait fait ce choix, pourquoi il avait choisi de se plier à cette idée pour le protéger, mais ce qu'elle voulait dire, c'était qu'il y aurait eu d'autres choix, d'autres d'idée ou même d'autres possibilités. Il n'y en avait pas qu'une seule, pas que celle ayant fait des dégâts, bien que le petit-fils ne semblait pas tenir rancune à son père, trop heureux de le retrouver. Laissant la table, cédant à ce besoin de bouger, elle avait fait quelques pas pour revenir vers lui, à son hauteur, proche de la fenêtre. Puis inlassablement, elle avait repris sur le point qui semblait prendre le plus d'importance à ses yeux. Il avait agi du mieux que possible pour son fils, c'était un fait à présent, mais c'était un but qu'ils auraient eu en commun, alors oui pourquoi ne pas lui dire? Pourquoi tant de mensonge.

Mais là encore ce fut laconique, la poussant à aller voir du côté d'Edwin, alors qu'un seul pan de sa phrase aiguisa son attention. À son "Je n'avais pas envie de le trahir moi aussi", sa tête avait pivoté, fixant ce profil. Qu'entendait-il par là? En quoi avait-elle trahi leur fils? Son regard se fit questionneur et son léger mouvement de tête l'incitait à aller plus loin, alors qu'elle accrochait le sien, relevant la tête. Un des nombreux désavantage de ne pas atteindre le mètre quatre vingt. La suite par contre, lui coupa l'herbe sous le pied. Non mais elle rêvait ou quoi?. Ils lui reprochaient, Severus aussi de toute évidence, de ne pas s'intéresser assez à eux? De ne pas penser suffisamment à sa famille, d'être trop altruiste?! Mais est-ce qu'ils avaient conscience qu'en parlant de la sorte, ils étaient purement et simplement de fieffer égoïstes, narcissiques, se centrant sur leur petite personne, sans voir plus loin! Non mais sérieusement, ils croyaient que parce qu'elle aidait des plus jeunes, donnait une chance à ceux qui le réclamait à corps et à cris, ne prêtait pas attention au commentaire accroché à leur patronyme, qu'elle oubliait le principal?! Qu'elle oubliait sa famille et la reléguait au second plans...Qu'elle était qu'une inconsciente, ne prenant même pas la peine de voir la répercussion de ses actes? Non bien sur que non, c'était bien connu! Elle passait sa vie à faire tout sans se soucier d'eux, c'était surtout pour cela qu'elle était à ces maudites réunions mangemoresque. Juste pour le plaisir de la découverte et de vendre des informations, c'était sûr. Non il n'y avait pas derrière cela une envie de l'aider dans ce maudit fardeau qu'il avait accepté, de réparer ses erreurs et de se sacrifier à la place de leurs enfants. D'éviter qu'ils ne doivent rentrer dans les rangs. Non bien sur, elle ne se disait jamais que cela avait été sa faute et que c'était donc à elle de payer ces erreurs.

Non mais ils étaient tout bornés et aveugles ou quoi? À moins que ce ne soit le nom de 'Potter' qui leur fasse cette effet là. Si tel était le cas, c'était encore plus ridicule. Que les maraudeurs et son mari reste en guerre froide, c'était logique, les quatre amis en avaient fait tellement bavé Severus que le pardon était impensable, à leur niveau, mais ce n'était pas pour autant que la haine devait être inculquée à leur descendant. C'était sans sens..Puis quoi dans des dizaines d'années, ils se batailleraient et se haïront sans même savoir le pourquoi du comment? Tss. Réaction enfantine. Malheureusement, parler de Potter, même fils, ramenait à savoir pourquoi il crachait se nom et la réponse semblait d'une évidence totale, pour Lily. Et voilà, on était repartit sur un vieux dossier à déterrer qui n'était franchement pas le sujet de conversation. Toujours outrée, il eu même l'audace de dire qu'elle ne faisait cela que pour laver son nom. Par Morgane, après autant de temps passé ensemble, si il croyait que c'était que pour cela, il la connaissait bien mal. Alors certes, elle avait déjà essayé de faire changer les mentalités, les comportements et ces réactions disproportionnées à son égard, elle était même entrée en confrontions avec James et Sirius, mais finalement non, navré de lui avouer, mais s'il n'avait pas compris que c'était son caractère et que c'était déjà bien le cas avant leur mariage, il s'était peut-être trompée d'épouse! Mais cela faisait rudement mal comme réplique, c'était pire qu'une gifle, un véritable coup de poing. Un coup bas. Petit joueur. Un éclat menaçant venait briller dans ses prunelles, alors qu'une nouvelle fois sa mâchoire venait de cette resserrer.


-C'est comme ça que tu me vois? Comme une traitre pactisant avec l'ennemi? Sa voix était dangereusement calme, beaucoup trop lente pour de telle parole, usant d'un tempo qui ne collait pas. Magnifique, si je ne suis que cela à vos yeux, dis donc au Seigneur des ténèbres que je m'arrête là. Après tous, je m'en moque d'eux pas vrai? Alors ce n'est pas grave, vous prendrez bien les conséquences, de toute façon ça me passe au-dessus de la jambe, comme toujours. Ah oui, pardon, c'était déjà pour ça que j'étais la. Cette fois c'était désagréablement plus ironique, totalement effilée, pratiquement acide. Humour noir. Son regard se tourna vers la vitre, décidée. Crois-tu vraiment que je fasse tout cela sans me soucier d'eux? Que je ne pense pas aux conséquences? Excuse moi d'avoir un caractère plus altruiste que vous. Donner une chance à celui qui la demande, tu sais ce que c'est non? Tu as apprécié que Dumbledore te la donne, alors pourquoi tu le reproches à gamin? Juste parce qu'il s'appelle Potter? Votre guerre est la vôtre, nos enfants et les leurs n'ont pas à subir les conséquences. Ou justement si, c'est ça, parce que c'est Harry, parce que c'est un jeune homme que tu hais cordialement pour son ascendance. Parce que c'est le fils de James ou parce que c'est Lily sa mère? Il est facile de me reprocher tout cela, facile de me reprocher cette justice et cette équité qu'on m'a apprise et que je mets en pratique, quant au final, si on en est là, c'est pour toi. Sans la charmante rousse aux yeux verts, où serait-on? Hein? Dans un monde bien moins compliqué, crois moi!

Le professeur de défense contre les forces du mal avait voulu jouer en usant d'une méthode basse, petite et piquante, malheureusement pour lui, il pouvait être deux à ce petit jeu. C'était même dépitant de remarquer à quel point deux personnes vivant ensemble pouvait à ce point trouver ou mettre l'accent pour se renvoyer l'ascenseur, niveau attaque bien sentie. Si Alicia l'avait mal pris? Oui, ça lui semblait clair. Pourtant, sa voix n'avait pas grimpé en octaves mais les nuances étaient suffisantes. Elle se détourna de lui et poussa sur ses bras contre le chambrant pour s'éloigner de la fenêtre, lui tournant le dos, refaisant quelques pas vers la table. Merlin s'était même pas le sujet de conversation en plus!


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 147
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Oct - 17:22
Water in the gas
Alicia & Severus
De prime abord, Severus ne semblait pas bouger, mais face à sa fenêtre, il lui était difficile de ne pas relever les sourcils. Sa femme le prenait-elle pour un débile congénital, incapable de se douter que dans un procès, il y a deux parties ? Ou faisait-elle exprès de ne pas comprendre ce qu’il disait, juste pour avoir le plaisir de se disputer avec lui ?

« Et qui te dis que la jeune fille n’aurait pas suivi sa mère ? Si Edwin était perdu, alors imagine sa petite-amie qui venait d’apprendre qu’elle était enceinte à son âge. Tu as récemment fait face à une adolescente dans cet état. Tu es bien placée pour savoir de quoi je parle. Et même sans procès, la Gazette du Sorcier se serait empressée de parler de cette histoire en rajoutant une bonne dose d’inventions pour que notre fils passe pour un monstre. »

Severus se moque de ce que les gens pensent de lui, mais pas de ce qu’ils pourraient penser de l’un de ses enfants. Alicia est Auror, elle est bien placée pour savoir que la Gazette aime balancer des scoops inventés en trainant les gens dans la boue. Tous ces journalistes se seraient fait un malin plaisir et tant pis si un garçon de quinze ans voyait sa vie détruite par leur faute. Et la sécurité, vis-à-vis des Mangemorts, était aussi de mise, même si sa femme semblait ne pas en croire un traitre mot.

« Comment peux-tu remettre ma parole en doute ? Tu crois vraiment que durant tout ce temps, aucun Mangemort, aucune de leurs familles n’a tenté quoi que ce soit contre moi ? Ce n’est pas parce que je n’en parlais pas pour ne pas t’inquiéter, que ce n’est pas arrivé. »

C’était déjà compliqué de vivre constamment éloigné l’un de l’autre, alors si en plus, il devait lui faire part de tous les dangers qui planaient au-dessus de leurs têtes, à l’époque, ça n’aurait pas été vivable.

« Il y a une différence notable entre nos enfants et le fils d’Edwin. Tout le monde connaissait l’existence des jumeaux et Selena, nous n’aurions eu personne pour la prendre en garde. Et ne fais pas comme si tu n’avais jamais remarqué que durant tout ce temps, nous étions surveillés. A la minute même où Selena est venue au monde, le restant des Mangemorts encore en liberté, était mis au courant. »

Le silence s’était installé. Les yeux rivés au-dehors, fixés à un point qui n’existe pas, Severus, comme à son habitude, répondait aux questions pratiquement du tac au tac. Leur discussion ressemblait un peu à une rencontre de tennis, la balle étant remplacée par leurs paroles. Les coups bas ? Peut-être y en avait-il après tout. Rogue n’est pas connu pour sa clémence. Il est même plutôt rancunier. Ce début d’année à chier a forcément laissé des traces sur le bonhomme, même s’il ne donne l’air de rien, comme si tout lui glissait dessus sans laisser une seule gouttelette. Il est à l’image de ce qu’il a toujours donné, rien ne semble l’atteindre. Mais à force de s’en manger de tous les côtés et même dans le cadre familial, c’est la goutte d’eau qui a fait débordée le vase et ses paroles se sont faites beaucoup plus piquantes.

Ses yeux semblables à des abimes sombres venaient de plonger dans le regard de son épouse, laissant ainsi ses propos faire leur petit chemin. A ce moment-là, il remarqua bien l’éclat étrange dans ceux de sa femme, comme si elle s’apprêtait à lui décoller une patate. A cet instant, même si ça ne se voyait pas, il était bien content de dépasser le mètre quatre-vingt. Il serait déjà plus aisé pour Alicia, de lui en coller une. Mais au lieu d’en venir aux mains, l’Auror préféra entrer dans des chemins sinueux, pour lui renvoyer la balle.

Il laissa la partie concernant le Seigneur des Ténèbres derrière eux. Si elle s’en écartait vraiment, il ne serait pas déçu. Sa femme ne sait pas se taire, contrairement à lui. Il faut toujours qu’elle fasse un truc qui lui porte préjudice à lui après. Mais le sujet n’étant pas celui-ci, Severus préféra passé au suivant. Cette fois, un soupire lui échappa. C’est bien rare qu’il montre un signe d’agacement, mais le sujet James la grosse andouille et Lily n’était vraiment pas au programme. Va-t-elle lui reprocher toute sa vie d’avoir vécu avant elle ? Surtout que le terme n’est peut-être pas le plus approprié. S’il était amoureux de la rouquine à l’époque, ce n’était pas réciproque et il ne s’est jamais rien passé entre eux. Il a été assez stupide pour jouer à l’idiot de service tout seul.

« Tout ça n’a rien à voir avec ses parents mais bien avec lui. Il était constamment en guerre avec Calvin et Selena. Et toi tu le prends sous ton aile, lui accordant une deuxième chance sans même te soucier de ce que tes enfants peuvent ressentir. Là, il n’est pas question de ce qu’il se serait passé sans Lily, mais il est question de NOS enfants et de ce qu’ils ont vécu par la faute des leurs. »

Elle était pénible à remettre cette vieille histoire sur la table sans arrêt. Il s’était retourné, se mettant dos à la fenêtre et l’observant repartir dans le centre de la pièce. C’était avec elle qu’il était depuis plus de vingt ans maintenant. Et c’était aussi à elle qu’il avait fait trois enfants. Il en était bien content en plus. S’il n’était pas tombé amoureux d’Alicia, jamais il n’aurait eu des gamins aussi géniaux que le sont les jumeaux et leur soeur. Ces choix-là, jamais Severus ne les avait regretté. Il s’en réjouissait chaque jour que Merlin faisait, parce que s’il avait été avec Lily, c’est lui qui aurait eu un espèce d’abruti avec une grosse tête mal coiffée en guise de fils. Et ne parlons même pas de sa prétentieuse de soeur. Seule la petite dernière des Potter semble normale dans cette famille. Mais il va se taire là-dessus, parce qu’il sent la mauvaise foi d’Alicia revenir au galop, telles les trompettes de la mort en disant que c’est la seule qu’il supporte parce qu’elle ressemble à Lily.

« Sommes-nous réellement obligés d'avoir cette conversation maintenant ? »



HRP : si je suis trop méchant, n'hésite pas à me le dire. Je n'ai pas l'habitude de jouer Severus marié, je peux parfois dépasser les bornes



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1844
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Nov - 14:56



Water in the gas
Ft. Severus Rogue


Il était impressionnant de voir à quel point un simple détail, un mot de travers, ou encore une interprétation quelque peu douteuse pouvaient devenir un véritable point de discorde. Un déchirement ridicule, sans sens, incompréhensible, tant que ce point de départ n'était pas trouvé, cet effet boule de neige ne ferait que s'accroitre. Emmenant l'ensemble des protagonistes vers une chute inexorable et des reproches qu'ils n'auraient sans doute jamais formulés en d'autres temps. Dans ces instants troubles, ou la colère et la noirceur habitaient votre âme, tout était bon pour prouver l'erreur de votre interlocuteur, pour démontrer se tord en se donnant vainqueurs. Merlin, c'était complètement stupide et inutile. Surtout quant au final, tout cela s'était déjà passé depuis des années et que rien ne pouvait changer, rien ne pourrait faire remonter le temps et reprendre une autre décision. Eh c'était le cas des Rogues, en cet instant. Peu importait ou menait ce complexe dossier liant son mari à son fils, les faits resteront là et la réalité voulait que ce ne soit pas le plus important. Non, ce qui devait compter à ce jour, n'était pas le pourquoi on en était arrivé là, mais comment améliorer les choses, maintenant. Ou du moins, ça, c'était le cas le plus sage, le plus percutant et celui régissant les meilleurs des mondes. Un côté magnanime qu'avait bien du mal à trouver Alicia. La révélation lui avait semblé tellement brutale que les explications semblaient primordiales. Sans ce "pourquoi", la suite n'était pas possible. Elle avait agi d'impulsion, ne vantant certainement pas le mérite de son ancienne maison ou leur sagesse proverbial mais elle n'avait pas eu toute l'histoire et surtout elle n'aurait jamais pu s'imaginer un scénario aussi retord venant de la mère de la jeune fille. Entendre cette vérité, confirmant les paroles de Laverne, donnait un tournant totalement différent à toute cette histoire, amendant son mari.

En écoutant cela, elle ne pouvait que comprendre son choix. Oui il y en avait eu d'autres, surement, mais sa rancune à ne pas enterrer la hache de guerre là, n'était du qu'à se recule des années. Se dire, cinq ans plus tard, que tout était différent, était un fait en le voyant, mais ce n'était pas devinable à l'époque. Et c'était aussi cette blessure de n'avoir rien su qui la faisait perdurer dans les problèmes. Car si on balayait le côté rationnel du choix qui avait été celui de Severus, restait cet ego blessé, et cette envie de ne pas perdre la face. Elle était pourtant la première à dire qu'il n'y avait pas de mal à reconnaitre ces erreurs, mais avec ces attaques en paroles qu'ils s'échangeaient, elle ne pouvait pas les laisser couler, c'était plus fort qu'elle. Un enlisement sans fin, si on y mettait pas un terme. Les répliques du directeur de Serpentard sur le cas de l'adolescente de l'époque enclenchèrent pourtant le déclic. Alicia avait beau serrer les dents, ce n'était pas faux. Elle était jeune, elle se retrouvait enceinte, toute sa vie allait être bouleversée, s'était plus que suffisant pour perdre pied, pour se laisser glisser dans un tourbillon d'information et de fausses déclarations, même si on se promettait le contraire. Et si elle n'était pas majeure, ses parents, en l'occurrence ici sa mère, aurait pu avoir suffisamment de poids. Un léger soupire s'échappa de ses lèvres, comme un début de reddition. Elle savait que trop bien ce qu'était capable de faire la gazette des sorciers. Les trainer dans la boue, s'acharner, trouver des victimes, trouver des coupables, ne pas les lâcher. Son service en avait suffisamment fait les frais depuis la nuit rouge jusqu'à maintenant et elle n'aurait pas eu d'état d'âme en s'en prenant à un enfant, surtout s'ils peuvent en ressortir le passé de leurs parents. Parole d'Albus ou non, tout aurait ressurgi. Non ça n'avait peut-être pas été judicieux, mais il avait raison, il ne pouvait pas prendre le risque. La brune hocha la tête, acceptant le fait tel quel, ce qui ne fut pas le cas pour la partie mangemort de la discussion.


-Comment peux-tu me le reprocher, alors que je vais de découvertes en découvertes? Je vais finir par ne plus savoir que croire et tu vois c'est ça aussi ton problème, Severus. Tu fais trop cavalier seul, alors que tu ne l'es pas! Non généralement surprise et mage noir, ça ne rimait pas du tout ensemble. Eh ce qu'ils trouvaient des plus amusants étaient souvent très déplaisant. Elle ravala pourtant sa salive alors qu'elle avait l'impression qu'il lui signalait qu'elle, qu'ils, auraient tout simplement été incapables de protéger les leurs. Sa s'en était trop. Et quoi, parce que tu es la majorité du temps à Poudlard, tu ne me croyais pas capable de défendre notre famille? Pas capable de les combattre? Au cas où tu l'oublierais, les pourchasser et les arrêter, c'est mon métier. On les aurait protégé d'eux, comme Selena ou les garçons. Merlin, il a été privé de son père pendant cinq ans, crois-tu que la découvertes à venir du seigneur des ténèbres sera mieux? Il était plus facile de lui éviter des attaques désordonnées, qu'une armée à nouveau assemblée...

De son point de vue et au vu de ce que leur avait fait si aimablement comprendre le leader des mangemorts, il n'appréciait que très peu d'apprendre sur le tard, la survenu de nouvelle génération en ses rangs. Vu comment il avait appris la découverte des enfants Lestranges, alors que c'était quand même ses plus fidèles lieutenants, comment allait-il réagir s'il découvrait l'existence de Stan? Alors même que leurs enfants n'avaient toujours pas pris la marque? Mal sans doute. Mais si cela s'était su directement, le problème ne se poserait pas, cela aurait déjà été chose faite, surtout que ce n'était pas une véritable armée à l'époque. Ce n'était encore que de renégats poursuivis et traqués pour être envoyé à Azkaban, alors que le retour de leur maitre n'était que rumeurs. Elle s'était malheureusement vérifié par la suite, mais là encore à ce moment-là ce n'était que des 'et si'. Pourtant, cette remontrance, n'était qu'un regain de flammes pour une discussion qui avait semblé aplanie. Ses pas l'avaient mené jusqu'à son époux, relevant son regard pour l'accrocher au sien, quand il balaya sa demande de savoir pourquoi il ne l'avait tout bonnement pas prévenu plus tôt, pourquoi il n'avait pas voulu miser sur la réflexion de leur duo plutôt que de foncer tout seul, en l'accusant. Autant dire que ce ne fut pas du tout la réponse auquel elle s'attendait. Oh que non, Alicia était loin de s'imaginer qu'il ne l'avait pas dit pour ne pas trahir selon ses termes son fil lui aussi, lui lançant au visage, cinglant, et partial, que c'était ce qu'elle avait déjà fait en aidant Harry. En ne voulant pas prendre en compte ce qu'ils allaient ressentir et en somme en disant qu'elle ne devait pas aider le fils Potter mais juste les siens. Eh si elle voulait faire les deux?

C'était eux qui réagissaient d'instinct, se montrant offensif et attaquant quand le nom Potter tombait dans la danse, mais ce n'était pas à leur fils de payer les pots cassés. Certes, physiquement parlant l'ainé de James et Lily lui ressemblait énormément, à tel point que s'en était troublant, mais ce n'était pas lui. Il ne pouvait pas haïr un souvenir, haïr le fils pour atteindre le père. Ses propos dépassèrent ses pensées, une nouvelle fois. Mais elle le prenait mal et répliquait hargneuse, le regard lançant des éclairs, pour en revenir à ce vieux dossier concernant la rouquine. À croire qu'on oubliait que sans cette idée étrange d'impressionnée une né-moldu en allant vers des gens les haïssant, on n'en serait pas là. Sans vouloir avoir la rédemption en lui sauvant la vie -bon ça c'était la meilleure prise de conscience au monde- mais qui les condamnait a ce jeu en eaux trouble. C'était trop facile de rejeter à nouveau tout sur elle pour s'esquiver. Le visage cette fois fermé, blasé de leur côté buté, elle avait quitté sa posture pour revenir vers la table, alors que son soupire attira à nouveau son attention. Revenu vers la chaise quitté auparavant, elle fit volte-face. Un sourire ironique étira ses lèvres, non bien sur, rien à voir avec ces parents, mais il la prenait pour qui? Pour une aveugle? Elle avait connu les maraudeurs aussi et il suffisait de se rappeler tout ce qu'il avait pu dire quand Harry était entré à Poudlard. Prétentieux comme son père, se croyant tout permis, on en passait des meilleurs. Et puis depuis quand elle devait agir en demandant la permission de ses enfants? C'était elle l'adulte dans le lot, elle ne devait pas leurs rendres des comptes, pas pour ça en tout cas.


-Parce que toi évidemment tu t'inquiètes de ce que peuvent penser tes enfants de tes actes? Tu leurs demandes toujours leur accord avant d'agir? Laisse-moi rire... Je n'ai pas besoin de leur accord pour faire mon choix, pas quand ils sont trop butés et dans l'erreur comme toi. Vous entendez Potter et vous restez figé sur la défensive. Son regard avait accroché sa silhouette, défiant pratiquement se regard assombri et noirâtre. Harry ressemble à s'y méprendre à James, mais ce n'est pas lui. Vous ne pouvez pas le catégorisez comme tel, en ne lui laissant aucune chance. Tu as vu la ressemblance et tu l'as pris en grippe. Calvin, qui a l'époque ne voulait que prouver qu'il existait a tes yeux, à fait pareils. Il a pris l'exemple qu'il a vu. Et si tu tiens tant à savoir, c'est ton fils qui a commencé, parce qu'en entendant une de nos charmantes conversations, il s'était mis en tête que tu aurais préféré être le père d'Harry plutôt que le sien. C'est uniquement pour ça que leur guerre a repris. Sans fondement, sans raison, ils se haïssaient pour le principe, pour les noms... Alors si, ça à avoir avec ses parents! Vous devriez tous ouvrir les yeux, on est dans le même camp...

Pourtant, cela semblait déjà être le cas, elle n'avait pas souvenir que leurs enfants s'étaient littéralement disputé que ce soit avec les Pettigrow ou les lupins, au contraire même. Bon, ce n'était pas l'amour fou avec tous les Black, mais ça passait. Alors, il serait temps d'arrêter ce dernier point de rancune puéril et injuste. Son mari avait des dizaines de raisons de détester l'instigateur de ce quatuor, qui lui avait rendu la vie infernale à Poudlard, mais la principale restait à ses yeux qu'il lui avait pris son premier amour, la charmante médicomage. Un point qui était toujours resté nébuleux. Non, elle ne passait pas son temps à vouloir le remettre sur le tapis, mais les faits avaient été tel que c'était elle qui avait changé leur vie, l'avait modifié sans même le savoir et les avait lancé dans ce jeu sombre de double jeu. De quoi, l'avoir un peu au travers de la gorge. Ou de bien vouloir reconnaitre qu'il resterait toujours de la jalousie à son égard. Cette peur de le perdre. Ça prêterait à sourire si elle venait à l'exprimer à voix haute et nul doute que ses deux collègues lui en feraient des rééditions quotidiennes, mais c'était la stricte vérité. Pourtant, c'était clair, elle n'avait eu mis à part ces deux points aucune raison de lui en vouloir, elle était même plutôt sympathique à vrai dire. Non, finalement, ils ne devaient pas avoir une énième fois cette discussion, le sujet avait glissé et d'Edwin, cela s'était emporté beaucoup trop loin. Alicia reposa ses mains sur la table, remettant une mèche rebelle, avant de lâcher un nouveau soupire. Une profonde respiration de plus et elle releva le regard vers Severus.

-Non, nous ne le sommes pas... Pas une fois de plus. Elle repassa une main sur son visage avant de se redresser en croisant les bras contre son buste. La hargne et la douleur de l'attaque basse qu'elle avait reçue s'estompaient, mais elle lui laissait le gout que tout n'était pourtant pas finis. Mais visiblement, il va falloir en ouvrir bien d'autres si on en arrive à se reprocher tous et rien. Alors vas-y, je t'écoute, que me reproche-t-on encore? De travailler? De ne pas être là? Ou de l'être?

Cette fois son ton plus sérieux était revenu, il semblait d'ailleurs moins prompt à l'attaque, mais la méfiance restait de mise, son visage était toujours hermétique.


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 147
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Déc - 18:04
Water in the gas
Alicia & Severus
Comment peut-il lui reprocher ça ? C’est tellement simple pour Severus de proliférer des reproches, mais aussi des accusations. Il est excellent dans ce domaine, mais n’aime pas que ses propres erreurs soient montrées du doigt. Personne n’est parfait et sans doute que lui, il en est très loin. Ce n’est pas un homme mauvais, mais l’hypocrisie a parfois du bon.

Le problème de Severus était bien là. Il a toujours été là. Comme Alicia le soulignait, il faisait cavalier seul. C’est un peu son rôle au sein de sa famille non ? Le chef de famille, c’est bien celui qui prend tous les risques pour les autres. Il n’était en rien différent des autres hommes là-dessus. Faire confiance c’est difficile. Il n’a jamais remis les capacités de sa femme en question, mais il lui est plus simple de se faire confiance à lui-même. Il ne prendra pas la peine de répondre à cette première partie l’accablant une nouvelle fois, mais la seconde devait mériter une réponse.

« Ce n’est pas si facile. Le monde n’est pas rose et remplit d’honnêtes personnes. Etre Auror et pourchasser des Mages Noirs c’est une chose, mais être dans leur collimateur en tant que victime s’en est une autre. »

Il s’enfonçait peut-être, mais pour lui c’était assez simple à comprendre. Les Aurors font équipes, ils ne font que très rarement cavalier seul justement. Alors qu’une fois seule à la maison avec les enfants, Alicia n’aurait eu aucune chance face à plus d’un Mangemort.

« Ce que le Seigneur des Ténèbres ignore ne peut pas nous être préjudiciable. »

Et par Salazar, Severus n’a pas fait d’enfant dans son dos comme Levinson ou encore les Lestrange. L’enfant de son enfant, c’est loin d’être la même chose. Pour lui, la situation ne devait sûrement pas être changée. Le petit Stanislav demeura ainsi protégé de toute cette folie. N’est-il pas mieux pour un enfant que de grandir loin de la magie noire ? Si c’était à refaire, Severus ferait en sorte de confier ses propres gamins à Alastar, pour les tenir loin de tout ça.

Pourquoi fallait-il toujours que les disputes reprennent de plus belles lorsque le nom Potter n’était pas loin ? Alicia ne comprenait vraiment rien à rien. Croyait-elle seulement que ce morveux mal coiffé était un ange et une victime des vilains Rogue ? C’était l’inverse. Tous ces petits cons de descendants de Maraudeurs n’avaient eu de cesse de s’en prendre aux jumeaux, mais aussi et surtout à Selena. C’était elle qui s’était le plus souvent retrouvée prise à partie par ces petits cancres. Mais Alicia ne semblait pas vouloir entendre raison.

« Potter n’était pas innocent dans les disputes avec nos enfants. Mais il est plus simple de croire que lorsqu’on s’appelle Rogue, on est responsable de tous les maux de l’école. C’était assez coutumier venant des autres, mais venant de toi, leur propre mère, là c’est surprenant. Mais s’il t’est plus simple de te croire la grande amie de tout le monde, même des plus idiots et inutiles des Sorciers, libre à toi. »

Il haussa les épaules d’un air blasé. Dans le même camp, dans le même camp…il n’y avait rien de tel pour agacer Severus. Lui dans le même camp que l’autre idiot de James Potter et sa joyeuse tribu d’abrutis, plutôt mourir. Mais tout ceci avait bien trop duré. Il ne s’était pas déplacé jusqu’au manoir pour se faire engueuler une nouvelle fois à cause de ce Maraudeur de malheur et sa progéniture encore plus débile.

Et si le Professeur de Poudlard était las de cette dispute qui ne menait à rien, la période d’accalmie ne fut que trop courte à son goût. Il s’était déplacé dans la cuisine, quittant la fenêtre pour se retrouver non loin du plan de travail. Ce n’était certainement pas à lui de lui faire la liste de tous les reproches qui lui étaient fait. Il n’y a pas écrit hibou sur son front.

Puisque relever une fois encore les épaules, serait répétitif, il se contenta de laisser planer un long silence. Puis, c’est un soupire qui vint le briser.

« Pour cela, interroge les principaux intéressés. »

C’est lui qui a un dossier de reproches aussi long que le bras. S’il venait à rajouter les confidences que lui ont fait, à une autre époque, leurs enfants, ça lui retomberait évidemment dessus. Pour une fois, qu’il n’entend pas de choses trop négatives à son sujet venant de sa descendance, il ne va pas chercher à assombrir davantage l’opinion qu’ils ont de lui.

« La liste des reproches qu’ils te font, ne pourra jamais égaler celle qu'ils me réservent. »

C’était une constatation assez drôle, mais Severus n’avait même pas dit ça pour détendre l’atmosphère. Son ton n’avait rien d’ironique, ni de cynique non plus. C’était seulement résigné qu’il avait fini par lâcher ça au milieu de sa cuisine. Alicia a toujours été meilleure que lui dans la lourde tâche d’être parent. Il ne peut dire le contraire. Lui, il a toujours réussi à faire le contraire de ce qu’il voulait. Les mots étaient plus simple à trouver quand il s’agissait de faire des reproches à ses gamins. Mais pour leur dire qu’il était fier d’eux, là c’était une autre histoire.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1844
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Jan - 17:19



Water in the gas
Ft. Severus Rogue


En prenant le temps d'analyser la situation sous un nouvel angle et sans avis pris, il était facile de comprendre ou se situait le problème : la confiance. À coup sur, c'était le point de discorde, ce sur quoi l'ensemble de cette cascade de reproche était né, en sommes le début de la fin. Toute cette histoire ne reposait finalement que là-dessus. Sur la croyance aveugle à des non-dits et des mensonges, qui une fois arrivé au grand jour balayait tout sur leur passage. Envoyant valser tout ce qu'on prenait pour acquis, ainsi que les maigres certitudes, qui vous permettaient pourtant de tenir le cap dans cette société. Alors si aujourd'hui Alicia semblait capable de comprendre les choix apposés par son époux, bien des années plus tôt, en écoutant ses arguments, elle ne parvenait toujours pas à sortir de son esprit cette blessure d'amour-propre, générée en dommage collatérale. La brune était prête à passer outre bien des choses à son égard, à ne pas chercher plus que ce dont il était capable de lui donner et c'était certainement ce qui leur avait toujours réussi, leur permettant de traverser les épreuves ensemble, mais là, aujourd'hui, elle en restait blessée. Blessée de ne pas avoir su, de savoir qu'il n'avait pas trouvé judicieux de la mettre au courant, qu'elle allait avoir un petit-fils. Pour elle, ils devaient faire équipe et si bien sur, il savait mieux faire qu'elle par moments, il restait que ce fichu ego continuait à pointer le bout de son nez. Surtout que cela faisait plus de vingt ans qu'ils étaient mariés, en en ayant déjà vu des vertes et des pas murs, des moments plus difficiles ou plus faciles, mais la tenir à l'écart pendant cinq années et la laisser se reprendre tout sur la tête après, ce n'était clairement pas sa manière de concevoir le duo. Pas du tout.

Un point unanimement ressenti par le maitre des lieux, vu qu'elle ne cessait de relancer les piques, à moitiés justifiées, ne souhaitant pas pour autant abdiquer et battre en retraite. Peut-être un défaut à rajouter à la liste des siens, sans nul doute, mais celui-là elle l'assumait. Ou en tout cas, elle en avait suffisamment conscience que pour savoir que si elle n'entamait pas la descende et l'accalmie, ça ne serait qu'une bataille sans fondement, une discussion stérile. C'était pour ça que même si elle serra la mâchoire, elle obtempéra à son dernier argument. Bien que sa décision vola en éclat trois secondes plus tard, quand elle eut l'impression de n'être qu'une incapable, prête à laisser ses propres enfants en proie à des extrémistes. Trop pour la brune, elle répliqua au tac au tac. Et sous le côté maitrisé de sa verve, le reste ne l'était pas tant. Pourtant oui, elle devait bien reconnaitre qu'elle n'était pas Merlin. Eh aussi doué pouvait-elle être, elle n'était en rien, surhumaine, le nombre l'aurait certainement fait plier, surtout que rien que le duo Lestranges, l'y avait forcé lors de la Nuit Rouge. Mais là n'était pas la question, ni ce qu'elle avait voulu dire. Elle voulait juste qu'il aille un peu plus confiance en elle. Voilà, on y était revenu et encore une fois, à sa réplique, Alicia avait autant envie de répondre -ce qui ne servait à rien- que clore le débat -ce qui leur serait des plus profitables-. Parce qu'il était inutile de rester fixé dans cette discorde, cependant, l'ignorer n'était pas non plus une solution, après tout cela avait été leur choix pendant pratiquement six semaines et ce n'était en rien concluant.


-J'ai conscience d'être toujours en vie uniquement parce que je suis ta femme. Mais à contrario, j'ai une très bonne idée de ce que signifie être la victime. Cela a toujours été le cas, là-bas.

Une réalité. Difficile de croire ou même d'accepter dans ses rangs, une auror, l'ennemi de base, même si on n'avait de cesse de dire que celle-ci faisait son maximum pour les aider, en brouillant les pistes ou en aiguillant sur ceux qu'on jugeait bon à être attrapé. À la chute du Lord, cela avait été comme ça, tout le monde courait partout et elle en avait certainement arrêté plusieurs. Mais à son retours, même si elle n'avait jamais mâché son travail, ni saboter celui-ci, la quadragénaire avait toujours fait en sorte de ne pas être en première ligne lors des arrestations importantes. Elle menait sa petite enquête, mais elle ne faisait partit de l'expédition final, que quand c'était vraiment impossible d'y échapper. Eh encore une fois, c'était simplement par pure logique, pour ne pas foutre en l'air cette maudite couverture demandé par Albus et pour ne pas s'attirer les foudres d'un des plus grands mages noir de cette planète. Alors si, en voyant ses collègues, les morts, les blessés, en subissant ces menaces constantes et cette pression infinie, si elle savait ce que s'était que de se retrouver dans leur collimateur. Parfois, elle préférait l'être définitivement, sans faux jeu, sans mensonge. Ça serait plus facile, plus clair et cela lui éviterait bien des situations qui lui donnaient la nausée. Mais le plus important restait encore à venir, si on laissait de côté tout se remoud dont on ne pouvait plus rien maintenant et où elle avait eu suffisamment d'explication pour le moment, il restait toujours le petit Stan. Un jeune garçon, plein de vie, qui pouvait d'un jour à l'autre se retrouver mêlé à une guerre le dépassant. Alicia craignait tout bonnement la réaction qu'adopterait le Seigneur des ténèbres quand cela arriverait à ses oreilles, parce que cela y arrivera tout comme la future naissance à venir de Calvin. Et c'était assez désagréable à imaginer, surtout après le réveillon de Noël, fort en nouvelle. Une inquiétude que Severus ne semblait pas partager.

-Demande donc à Bryan ou à Rodolphus, si aujourd'hui ils pensent la même chose que toi. Sans compter la jeune Jezabel, dont le beau-père est aussi dans ces rangs.

Non décidément, ils étaient loin d'en avoir fini avec les problèmes, elle avait même la vague impression qu'ils ne faisaient que commencer. Étouffant ce côté pesant de menace constante, elle avait voulu revenir sur autre chose, mettre en avant ce qui l'avait dérangé, elle, pour en terminer une bonne fois pour toute avec cette dispute, ou du moins l'espérer. Mais la rédemption ne semblait pas arriver, bien au contraire, car pour tout réplique, elle n'eut droit qu'à une véritable pique, lançant un sujet préalablement abordé avec Edwin : Sa manie d'aider tout le monde. Mais est-ce qu'elle vivait vraiment entourée d'égoïstes au quotidien? Elle allait finir par le croire! C'était quand même fort que de lui reprocher d'avoir accepté des missions en compagnies d'Harry et d'avoir osé lui décocher quelques mots, sans y mettre la moindre once de violence. Mais sérieusement, où allait le monde?! Mal ça c'était une certitude mais à ce point, c'était une découverte. Sa prise s'était doucement resserrée sur la chaise, alors que son regard ne semblait pas ciller, fixant la silhouette du directeur des Serpentard. Elle finit même par hausser un sourcil interrogateur. Avait-elle dit que l'ainé des Potter était un bon samaritain innocent de toute méchanceté? Non. Elle avait juste spécifié que la guerre entre leurs garçons avait débuté à cause d'une rancœur inutile de Calvin. Après sur le fait qu'il s'en aille prit à Selena, là oui, c'était surement de son propre chef qu'il l'avait fait et cela restait mesquin et ridicule. Ils avaient néanmoins tous atteins l'âge de le comprendre, ou en tout cas, c'était comme ça qu'elle l'avait ressentis lors de ces rares échanges avec le jeune homme. Sa mâchoire finit à nouveau par se crisper, tant il comprenait tout de travers et passait encore au vert, les erreurs leurs incombant. Soyons lucide, il y en avait des deux côtés dans cette histoire, pour ce qui était des enfants en tout cas, pour les parents, là, elle était d'accord, les maraudeurs avait été les seuls à continuer de creuser.

-Je pense avoir été on ne peut plus clair sur le camp que j'ai choisi? N'avait-elle pas passé tous les préjugés et barrières qu'il avait, lui-même, mise en place, pour aller à sa rencontre, pour se faire son propre avis. Elle avait choisi de le croire, elle avait choisi de l'épouser, elle l'avait choisi lui, eux, leurs enfants. Ce qu'elle voulait croire au détriment des autres, lui semblait suffisamment limpide. Après, il ne fallait pas jouer l'autruche, comme dit avant, les tord étaient de tous côtés sur le cas d'Harry. Son regard l'avait fixé, faisant passer le message, même pas besoin d'être legilimens pour le coup. Je désirais juste l'aider à prouver sa valeur dans les missions de l'ordre. Un ordre dont tu m'as toi-même apprit la fin. Je voulais juste l'aider à faire son choix, comme d'autres ont dû le faire avec nos enfants. Sans prendre en compte les préjugés et cette réputation que tu soulignes toujours purement négative. Cesse de voir tout en noir, Severus.

La brunette avait préféré laisser une partie de cette phrase au silence, la relever encore et toujours ne servirait à rien, c'était toujours pareil et ce n'était pas aujourd'hui qu'elle ferait changer les mentalités. Mais en signalant la fin de l'ordre et donc en somme, les rares fois où elle avait vraiment discuté avec Harry, elle pensait bien y mettre un terme, elle aussi. Après tout, c'était la vérité, elle ne l'avait croisé après qu'une ou deux fois au ministère alors que le jeune homme y attendait son père. Point barre. Pas de quoi en faire un fromage, comme tout le monde semblait pourtant prompt à le faire. Encore un peu et elle allait finir par croire que ce n'était que diversion pour éviter le sujet principal. Quoiqu'à bien y réfléchir, il devait y avoir de ça, plus le faite qu'il était toujours plus aisé de parler des erreurs des autres que des siennes. Que soit, le sujet était suffisamment glissant comme ça et surtout beaucoup trop éloignée de ce qu'ils avaient voulu engager au départ. Mettant un terme au sujet toujours prêt à rebondir de la rouquine, elle avait pourtant renchéri sur autre chose, se dépitant toute seule. Mais malgré tout autant savoir ce que tout le monde vous reprochait sans oser vous le dire, autant le savoir car sans ça, il n'y avait pas moyen de le régler, ni d'avancer. On stagnait en mentant, et ce n'était pas vivable. Pas avec tout ce qui se passait déjà autour.

-Ne t'inquiète pas pour ça, Edwin s'en est chargé à ta place. Du moins, pour son point de vue.

Parce que là ou son mari ne cessait d'avancer l'argument qu'il ne voulait pas le trahir et que c'était à lui de le lui annoncer, le fils, lui, lui avait reproché strictement l'inverse. Autant dire, le faite de ne pas avoir été le lui demander, alors qu'il ne voulait rien dire. C'était à devenir chèvre. Ni ne plus savoir sur quel pied danser. Elle pensait pourtant clore la discussion là, dans ce malaise, en s'attendant à avoir un départ ou que savait-elle encore, mais se fut tout le contraire qui eut lieu. Sa seule phrase dite sur le ton de la conversation, d'un air pratiquement résigné, celui du fataliste qui sait que quoiqu'il fasse cela va lui tomber dessus, lui fit relever la tête dans sa direction. Une simple parole et toute cette envie stupide et ces confrontations lui semblaient ridicules. Pourquoi en étaient-ils là, cela n'avait même pas de sens... Pourquoi se tirer dans les pattes alors que de toute façon, leurs enfants le faisait bien tous seuls. Il n'était pas occupé de chercher à savoir qui était le meilleur ou le mieux placé, ça n'avait pas d'importance. Le restant de colère s'était envolé, sa rancune aussi, elle fera avec de toute façon, parce que dans tous les cas, elle ne savait pas comment elle réagirait si elle advenait à les perdre, tous autant qu'ils sont. Un monde sans eux, ne vaudrait même pas le coup d'être vécu. Une constatation auto-imposée qui acheva le reste de sa réticence. Elle avait humecté ses lèvres pour essayer de parler, mais même les mots semblaient lui faire défaut. Pourtant, elle n'en avait pas manqué jusque-là. Elle ne voulait pas qu'il se jette la pierre, pour le moment, ils étaient logés à la même enseigne, tous les deux.

-Ne dis pas cela, ils tiennent à toi.

Son ton c'était irrévocablement adoucis, même son regard avait quitté cette froideur décidée pour quelques choses de plus naturelle et habituelle. Alors certes, elle ne disait pas qu'ils n'étaient pas vraiment en colère pour le coup, mais ils n'auraient pas tous, tout essayer pendant des années pour avoir une véritable relation avec lui, s'ils n'en avaient pas eu la moindre envie. Père ou non. Puis Severus avait l'avantage indéniable qu'ils étaient prêts à beaucoup pour avoir ce fait, prêt donc à lui pardonner alors qu'elle était sûre que sur certains points, pour sa part, elle allait encore galérer pendant des mois et des mois. Puis tout n'était pas perdu, tout pouvait s'arranger et au lieu de bloquer là-dessus, c'était vers cet avenir qu'il fallait se projeter. Elle avait quitté sa position, pour se redresser, contournant à nouveau la table, même si elle ne la quitta pas, une hanche toujours contre.

-J'ai faits des erreurs et des choix, toi aussi, nous ne sommes pas parfaits, c'est un fait. Mais on a toujours fait ce qu'on a pu, Severus. Il n'y a rien, aucun bouquin, ni aucun sort qui peut nous préparer à devenir parents. Alors même si on a eu des ratés et des maladresses, on a fait ce qu'on pouvait, pour eux. S'ils ne veulent pas le comprendre, ni le voir par facilité, c'est leurs problèmes. Ce monde est déjà bien assez compliqué comme ça, alors c'est à eux d'ouvrir les yeux. On n'est pas les meilleurs parents du monde, je le conçois, mais je ne trouve pas qu'on soit horrible à ce point. Ni qu'on s'est si mal débrouillé que cela. Elle s'était avancée dans sa direction, cherchant à accrocher l'onyx de son regard.Je te promets, en tout cas, que tu es cent fois meilleur que ton père.

Cette dernière salve fut prononcée sur un ton assez bas, le tout ponctué d'un léger sourire. Elle avait doucement relevé sa main, venant enserré une partie de son avant-bras. Et quand bien même, ils n'étaient pas les géniteurs idéaux, ils n'étaient pas autorisé à juger tant qu'eux-mêmes n'auraient pas des terreurs à élever, dans ce contexte si particulier et malsain. Là après, on pourra en rediscuter. Mais bon au final, même maladroit, ils avaient toujours été là, prêt à les aider, à réparer leurs erreurs et à les tirer des problèmes, tout en essayant de leur montrer le bon chemin. C'était déjà mieux que rien.


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 147
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Fév - 16:36

Water in the gas
Alicia & Severus
Pouvait-elle réellement savoir ce qu’était qu’être la victime des Mangemorts ? Severus en doutait et s’il ne s’agissait pas de sa femme, il aurait répondu de son verbe acerbe. Mais, il était inutile de rajouter de l’huile sur le feu. Leur querelle a assez duré, la fatigue se faisant de plus en plus ressentir. Plus une fatigue mentale que physique, mais qui peut faire tout autant de dégât durant une conversation.

A ses yeux, son épouse ne pouvait savoir ce qu’est être une victime des Mangemorts. Severus a le respect de beaucoup d’entre eux. Il serait présomptueux de dire qu’il a celui de l’intégralité du clan. Mais sa notoriété a toujours mis sa famille à l’abri des attaques, pour le moment. Ses fils sont majeurs depuis quelques années et sa fille les suit de peu, mais jusqu’alors, aucun des trois n’a été réquisitionné pour entrer chez les Mages Noirs. Alicia a fait son mal elle-même et c’était bien pour cette raison, que son époux ne voulait l’impliquer plus dans ses décisions. Il s’était douté que l’Auror qu’elle est, ne pourrait pas obéir comme tous les autres. Mais lui dire net de nœud serait une déclaration de guerre. Pour le moment, le patriarche n’a pas besoin d’une telle chose au sein même de sa famille.

Il y avait une grande différence entre Rodolphus, Bryan et Severus. Le dernier de la liste tenait à la pointer du bout du doigt, voyant ce détail comme le moyen de ne pas mettre sa famille dans le collimateur de Voldemort.

« Rodolphus a délibérément caché ses enfants. Et tous les six mois, le Seigneur des Ténèbres apprend que Bryan a un nouveau gamin sorti de nulle part. Nous, nous n’avons jamais caché nos enfants. Il connait aussi bien Edwin et Calvin que Selena. Stan n’est que notre petit-fils. Ce qui fait toute la différence. »

Ils ne sont pas responsables de la venue au monde du fils d’Edwin, ni même de celui de l’enfant que Calvin et Jezabel ont procréé. Le Seigneur des Ténèbres ne peut pas leur reprocher ce point. Tout comme, il ne pourra pas le reprocher aux jumeaux, puisqu’ils ne sont pas des Mangemorts. Pourquoi auraient-ils dû le prévenir ?

La conversation avait dévié sur le cas Potter. Severus ne saurait dire comment ils en étaient encore venus à parler de ces crétins, mais c’était bien le cas. S’il n’avait pas ce self contrôle qui le caractérise si bien, Rogue aurait levé les yeux au ciel et sûrement aurait-il soupiré avec ça. Mais il n’en avait rien fait, même si le sujet lui déplaisait encore plus que le précédent.

Il écoutait sa femme, sans être convaincu parce qu’elle disait, comme il allait lui faire savoir d’ici peu.

« Sa valeur. Répéta-t-il presque ironiquement. Ce gamin est un véritable imbécile. Il est d’une bêtise égale à celle de son géniteur. »

Il n’irait pas jusqu’à dire que l’Ordre est mort à cause de Potter, mais son pincement de lèvres à la fin de ses paroles, montrait parfaitement qu’il n’en pensait pas moins.

Le sujet est clos, de son côté à lui. Inutile d’en rajouter plus, il y avait fort à parier que sa femme avait compris que les Potter sont un sujet épineux. Une conversation qui ne fera que tourner en rond, tant Severus ne veut pas admettre que ce crétin de têtard à lunettes peut avoir des qualités. Pourtant, la discussion suivante n’était pas des plus joyeuses. Ce que les enfants peuvent penser de leur mère –ou même de leur père- il ne pourrait le dévoiler. Ce n’est pas à lui de le faire et comme Alicia l’en informait, leur fils aîné s’en était déjà chargé. Leurs gamins n’ont pas l’habitude de mâcher leurs mots, il en sait quelque chose. Il est même très bien placé pour le savoir. Lui rappeler ça, semblait avoir adouci sa tigresse d’épouse, qui se calma pratiquement aussitôt.

Severus n’a jamais vraiment parlé de comment lui, il ressentait la situation avec ses enfants. Les Mangemorts ne sont pas doués dans leurs rôles de parents, de toute façon. Le contraire aurait été tellement étonnant, surtout venant de Rogue. Même s’il est incontestablement meilleur père que peut l’être Malefoy. Au moins, il ne matraque pas ses gosses lui. C’est déjà ça de prit. On ne peut pas non plus lui demander d’être un père démonstratif. Mais il n’a jamais vraiment douté de l’attachement que ses enfants pouvaient avoir pour lui. Ils ont toujours tout fait pour qu’il s’intéresse à eux. Ils ont même réussi, bien qu’ils pensent sûrement tous les trois l’inverse.

Lorsque sa femme reprit le fil de la conversation, en lui disant qu’il n’existait aucune potion, ni aucun livre pour apprendre à devenir de bons parents, Severus ne retint à peine un léger étirement du coin des lèvres. Il le savait très bien, mais malheureusement, il aurait préféré que ça se passe autrement. C’est qu’ils étaient jeunes lorsque la grossesse leur est tombée dessus. Rogue ne se sentait pas prêt à l’époque et il ne l’est toujours pas. Puis en plus, sa femme lui a pondu une paire d’un coup, comme si un seul gamin aurait été trop facile pour eux.

Son regard se baissa sur le visage de sa femme, lors du menu compliment qu’elle lui faisait.

« N’importe quel idiot pourrait être meilleur que lui. »

Une constatation qu’il ne ferait pas en public. Son enfance reste un sujet délicat, sur lequel, il n’aime pas s’étendre. Seules quelques rares personnes sont au courant de son vécu.





   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1844
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Mar - 17:44



Water in the gas
Ft. Severus Rogue


Les brusques impulsions n'avaient jamais été de bonnes conseillères. Un point qui donnait à l'apprentissage de son mari un avantage considérable. Tout en la défavorisant, elle. Parce que si Alicia était parfaitement capable de faire abstraction d'une grande partie de son ressentis, si ce n'était l'entièreté quand il le fallait, là elle ne s'en donnait pas la peine. À tel point que ces paroles avaient surement dépassé sa pensée, ou en tout cas, sa véritable intention. Il était vrai que se dire victime des mangemorts était en soi, un non-sens. Certes, aucun d'entre eux ne se ferait prier s'ils pouvaient avoir sa tête sur un plateau d'argent, la brune ne comptait d'ailleurs pas les nombreuses promesses faites par Bellatrix et qu'elle se ferait une immense joie de tenir, mais il fallait quand même reconnaitre qu'elle était loin de l'état ou on avait retrouvé Sirius ou Gabriel. Si quelques sortilèges impardonnables l'avaient frappé à un moment ou un autre, c'était surement le moindre mal au vu de ce qui avait réellement été les faits de l'auror lors de la nuit rouge, ou même de la coupe du Monde de Quidditch. Une chance dont elle avait conscience de bénéficier uniquement grâce à la confiance du Lord en Severus. Un avantage qui lui avait surement sauvé la vie, là où elle n'était qu'une pièce rapportée parfois franchement gênante. Enfin, excusez là de ne pas avoir subi de bourrage de crâne pendant toute son enfance, où de ne pas se sentir attiré par cette forme de pouvoir, parec que très franchement de cela, elle s'en moquait totalement. Alors oui, elle avait un peu exagéré, le terme aurait pu s'arrêter à savoir ce que c'était que de l'être.

Mais l'excès ne servait qu'à démontrer une fois de plus, ce qu'il savait très bien : les mages noirs et leurs idéaux, ce n'était pas les siens. Jamais Alicia ne s'était sentie à l'aise, ou chez elle lors ses invitations interminables. S'en était même tout le contraire. Heureusement, le directeur des Serpentard cru bon de ne rien relever et elle prit avec gratitude se répit. Une pause de courte durée dans ces débats inutiles, ne devenant qu'un affrontement sans fondement, sans but à atteindre. Défense veine et attaque vide de sens se succédait, cherchant de son côté à ne pas perdre complètement la face. Comme quoi être sorti de Serdaigle ne voulait pas toujours tout dire. Surtout qu'elle ne démordrait pas de son idée, elle était certaine que le faite de ne pas avoir prévenu de ces deux naissances Rogues, n'allait pas jouer en leurs faveurs. Tous semblaient bons pour le moment pour le mettre en rogne, elle ne voyait pas pourquoi cela serait différent. Stan n'était pas leurs fils, d'accord, mais il faisait partie de la famille. Or, aux dernières nouvelles, il ne fallait pas forcément avoir la marque des ténèbres sur le bras pour que celui-ci s'autorise le droit de vie ou de mort. Il le prenait tout seul, condamnant des générations à le suivre. Du coup, pour elle, le problème restait identiquement le même. Le reprocher non, peut-être pas mais s'en servir, surement. Compter sur lui pour cela, en excellent manipulateur qu'il était.


-Peut-être. Mais Stan fait partie de notre famille, au même titre que nos enfants ou même moi. Une raison suffisante pour qu'il se réserve tous les droits sur eux. Marque ou non.

Enfin le sujet n'était pas là, il ne l'était plus depuis un moment de toute façon, vu qu'au fil des répliques, ils en étaient venu à échanger sur un point habituellement éviter : Les Potter. User des noms de James ou d'Harry, peu importait la situation exacte, étaient généralement prohibés, pour éviter les conflits. Autant dire que cela n'avait pas été des plus simples au début de sa formation d'auror, vu que les deux compères des maraudeurs se trouvaient être-et sont toujours- ses collègues. Le destin à un drôle de sens de l'humour ou une notion toute particulière de l'ironie, allez savoir. Quoi qu'il en soit, Alicia savait pertinemment qu'elle mettait le pied sur un terrain miné et elle en avait à ce jour encore toutes les preuves. Ni Severus, ni ses fils ou Selena, ne voudront accorder le moindre crédit à Harry, préférant le voir comme une copie de son paternel, sans lui laisser de chance. Ou pire encore, ne lui laissant aucune qualité tout court. L'air contenu dans ses poumons s'échappa d'un seul coup, dans un doux soupire. Elle laissait tomber. Essayer de faire changer les mentalités sur ce point était peine perdue, elle avait déjà dépensé bien trop d'énergie à cette bataille et elle n'était pas la plus importante aujourd'hui. Elle préférait se concentrer sur eux, leur couple, que de pousser un mur à mains nues pour lui dire d'ouvrir les yeux et d'arrêter d'agir comme un parfais imbécile. Parce qu'aller à l'encontre de l'avis ou des décisions que s'imposait son mari, ce n'était pas de tout repos. Rien que le temps qu'elle avait mis pour qu'il abaisse enfin la barrière qu'il s'était forgé à l'époque de Poudlard avait été fastidieux, alors elle ne perdrait pas son temps pour ça, surtout pas aujourd'hui. Il y avait plus urgent et nécessaire.

Ou pas. En une seule réplique le patriarche avait réussi à couper court à son emportement, à lui faire reprendre conscience du ridicule de cette situation. Se déchirer ne servait à rien. Tout cela ne servait plus à rien. Alicia l'avait à nouveau fixé, laissant les mots l'atteindre. C'était à la fois simple et facile, ils étaient dans le même bateau. Maintenant et pour la suite. Le passé était fait, tout était encore à jouer. Tout pouvait s'arranger, s'ils le souhaitaient et c'était sans nul doute le point commun de cette histoire. Malgré le mal, les dommages collatéraux ou les maladresses faites, tout avait été fait avec la même volonté d'obtenir le meilleur pour eux, de les garder hors de portée des ennuis. Bien que ceux-ci avaient la fâcheuse habitude de venir toquer à la porte, ils en étaient d'ailleurs servi depuis ce début d'année des plus foireux. Rendant finalement les armes, elle laissait tomber ces rengaines ridicules ou la raison qui les avaient poussé à ne pas se chercher plus que cela sur les six semaines qui venaient de passer. L'auror semblait tirer un trait et se radoucir, se lançant dans une explication qui se voulait rassurante pour elle, pour lui. Ils n'étaient peut-être pas la famille de rêve, mais ils n'étaient clairement pas la pire. Un point qu'elle voulut marquer en lui disant qu'il n'avait jamais commis les erreurs de son propre père. C'était un compliment. Une manière de faire la paix. Sa main sur son bras, Severus finit par redescendre son regard vers elle pour une réplique telle qu'elle s'y attendait. Ça aussi c'était délicat, mais par Merlin qu'est-ce qu'il ne l'était pas dans cette histoire ? Pas grand-chose. Inconsciemment, sa prise s'était resserré et sans se démonter son sourire s'était étiré sur son visage.


-Alors imagine l'ampleur du fossé entre vous, quand on sait que tu es loin d'être un idiot...

Là encore, sous le demi-air, c'était aussi un compliment et une vérité. Peu de personnes pouvaient manier les potions comme il en était capable ou même d'inventer ses propres sortilèges alors même que d'autres ont encore du mal à apprendre les bases. Non, vraiment, quand on voyait les capacités magiques de certains, elle comprenait encore moins l'envie qu'avait les mages noirs de les catégoriser selon leurs sangs. Lily, Severus ou Hermione étaient nettement plus doué que certains sorciers de sangs purs. Notamment, Goyle qui savait à peine faire un lumos sans faire flamber ce qui se trouvait devant lui. Quoi qu'il en soit, la journée démarrait à peine, ils se reparlaient enfin depuis des semaines et elle n'avait pas envie de passer le Weekend à se chamailler, ou à ressasser des éléments qui ne changeront jamais. Alors contre tout attente, elle était repartie vers une des armoires de la cuisine, pour en prendre deux tasses. La course de ce matin ne lui avait pas laissé le temps de déjeuner enfaite, alors elle comptait bien y remédier. Revenant dans sa direction, elle remplit les deux tasses et lui en tendit une.

-Un déjeuner ?

Une proposition comme une autre, un début comme un autre. On reprend et on recommence, dans l'ordre cette fois-ci...

-THE END-


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Shark in the water
» Personnages tournant souvent dans le monde du Water Boy...
» Je pars... Je ne reviendrais jamais... [Pink Water, Indochine]
» ♪ Baby there's a Shark in the water ♪ [Nat' PV Ethan]|| END||
» In the water, we can fly ♥ [PV: Zachary]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: