RSS
RSS



 


 :: LONDRES :: ♣ Quartiers Résidentiels :: Résidences attitrées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The truth and nothing but the truth

avatar
Burdock Mulciber
Avocat des mangemorts
Âge du personnage : 45 ans
Nombre de messages : 50
Célébrité sur l'avatar : Mark Pellegrino
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Aoû - 16:22
The truth and nothing but the truth
Wulfric & Burdock Mulciber
Tout arrive à point à qui sait attendre. Ce dicton est aussi vieux que le monde, mais il est d’une exactitude pratiquement sans faille. Il y a maintenant quelques mois de ça à quelques jours près, à peine son fils et son crétin de meilleur ami eurent mis les pieds dans son coffre à la banque des Sorciers du Chemin de Traverse, que Burdock en avait été informé. S’il n’était pas intervenu directement ce jour-là, c’est parce que ça n’aurait pas été drôle de les épingler devant le fait accompli. Le plus amusant c’est de frapper quand l’autre ne s’y attend pas. Wulfric devait sûrement croire qu’il s’en sortait bien et que ses parents étaient trop riches pour se rendre compte d’un tel vol. Fortuné, c’est une réalité concernant les Mulciber, mais stupide, certainement pas et le patriarche n’est pas encore assez âgé pour perdre la mémoire. Il sait exactement ce qu’il possède chez lui, dans son bureau et dans son coffre, tout comme il sait parfaitement ce qui a été volé par son propre fils. Sa chair et son sang. Mais il ne s’en sortira pas facilement. Sans doute que la plupart des richesses volées, avaient été dépensées, revendues ou échangées. Ce qui lui permettait d’avoir la main mise sur son garçon. Dans l’incapacité de tout lui rendre, Wulfric sera contraint de faire tout ce que Burdock souhaite, pour le rembourser et ce n’est pas sa mère qui se mettra en travers de cette décision.

Même si elle vit dans le manoir Mulciber, en compagnie du père et du fils, elle n’a jamais eu son mot à dire sur l’éducation prodiguée au garçon de la famille. Si les femmes avaient quoi que ce soit à dire dans cette société, ça se saurait. Lui vivant, l’avis de son épouse ne comptera jamais plus que la dernière brise de la saison. Elle est juste bonne à décorer à son bras, lorsqu’il est convié à de grandes soirées, excepté durant les réunions de Mangemorts. Il ne l’emmènerait pour rien au monde. Il n’est pas comme Severus Rogue et ne tolérait pas que sa femme ouvre sa grande bouche à la moindre reprise, comme si elle faisait partie de leur mouvement. Chaque chose à sa place et le monde ne s’en portera que mieux. L’égalité homme et femme n’existe pas dans leur monde, en dehors de quelques rares exceptions. Mais sans ça, ce serait aussi stupide que de mettre sur le même échelon, un Sorcier et un Moldu. Les hommes ont toujours été bien plus réfléchis que les femmes, c’est pour ça qu’ils sont le sexe fort. Les femmes sont toujours en proie à leurs hormones et ne savent pas se tenir en société. Et qui peut réellement faire confiance à des êtres, capables de saigner cinq jours d’affilés tous les mois, sans mourir ? Leur place est par conséquent derrière les fourneaux ou en train de faire les boutiques, voir changer les couches sales des gamins, mais sûrement pas à des postes de grand intérêt.

Concernant Wulfric, la vengeance est un plat qui se mange froid et Burdock la tenait enfin. Durant une absence de son fils, sûrement pour se mettre la tête dans tous les sens comme à son habitude, son père était entré dans sa chambre. Basse, amplificateur et blouson en cuir n’y demeuraient maintenant plus. Il est temps de lui donner une bonne leçon.

Dans le salon, le chef de famille s’était assis dans son fauteuil, avec la gazette du sorcier entre les mains. Sa femme venait de lui apporter un café, dont la tasse encore chaude et fumante, reposait sur la petite commode à côté de son accoudoir. Dix heure du matin, à tout casser et enfin un peu de mouvement à l’étage. Au rythme des portes de placards qui claquaient, les lèvres de l’avocat s’étiraient d’un côté. Quelques instants plus tard, des pas dans les escaliers, mais toujours pas de Wulfric dans le salon. Le fiston devait déjà accabler sa mère de tous ses maux, mais par certitude, le connaissant comme sa poche, Burdock se doutait qu’il ne tenterait rien de son côté à lui. Et il ne s’était pas trompé. Après seulement quelques minutes, le fils traversait le salon sans un mot, partant jusqu’à la porte d’entrée. Il s’apprêtait sûrement à sortir, mais la baguette dans la main, le père jeta un sort informulé et à distance, sur la poignée devenue brulante.

« Pas si vite mon garçon. Reviens un peu par-là, j’ai à te parler. »

Il replia son journal aux images animées avec un sourire narquois, attendant que le jeune homme vienne à lui. Dans son intérêt, il faisait mieux de lui obéir et de venir. S’il a la chance d’avoir un père qui ne s’énerve qu’à de rares occasions, sa patience a des limites que Wulfric a toujours tendance à dépasser.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wulfric Mulciber
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 207
Célébrité sur l'avatar : Jonathan Lewis Seward (Johnny Christ)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Sep - 18:42
The truth & nothing but the truthMulciber, father & sonC’est con mais Wulfric pensait vraiment s’en sortir facilement. Quelques semaines plus tôt, en compagnie de Calvin Rogue, il s’était rendu chez Gringotts, la banque des Sorciers sur le Chemin de Traverse à Londres, afin de faire le coffre de ses parents. Il était parvenu à y entrer si facilement, qu’il s’était pratiquement cru dans un rêve. Mais c’était surtout parce que la clé était en sa possession. Sûrement que sans ça, ils auraient été virés de l’établissement dans le meilleur des cas. Alors que dans le pire, ils auraient été balancés aux Dragons. Ils avaient grand besoin de finance pour parvenir à mener leur projet commun à terme.

Finalement, ils s’y étaient tenus. Avec cet or échangé contre des Gallions, ils étaient parvenus à trouver un local en location. Ils avaient également eu la possibilité de faire une décoration qui leur ressemble, mais aussi et surtout, acheter tout le matériel qu’ils devront vendre. C’était d’ailleurs prévu de cette façon. Les premières ventes serviront à rembourser en intégralité ce qu’ils doivent à Mulciber Senior. Mais discrètement, sans même qu’il se rende compte que quelque chose avait été pris. Sauf que les préparatifs ont été plus longs et périlleux que prévus. Si Wulfric pouvait aisément arrêter les études qu’il suit juste pour dire qu’il fait quelque chose, ce n’était pas le cas des autres. Et parfois, il ne pouvait pas tout faire sans eux. Ce n’était pas que sa boutique, mais une boutique dont il est co-gérant et il lui faut souvent l’avale de ses collègues pour prendre une décision importante. De ce fait, il avait souvent craint que Burdock ne lui tombe dessus. Mais en voyant que rien ne venait, dans un premier temps, il finit par baisser sa garde.

Trainant au lit, comme lors de chaque période de vacances, lorsqu’il se réveilla, il commença par se griller une clope et ensuite attraper sa basse. Normalement, en tendant le bras légèrement du côté du fauteuil, il aurait dû en attraper le manche ou au moins effleurer les cordes. Il refit le geste machinalement et finit par tourner la tête vers l’objet qui n’était apparemment pas à sa place. Mais si Wulfric Mulciber est un gros bordélique, en ce qui concerne ses instruments de musique, il est limite maniaque. Intrigué, il fronça les sourcils en tournant la tête de l’autre côté, avant de se redresser dans son lit pour regarder le restant de la pièce. Sa nouvelle femme ne semblait être autre part. C’est qu’il l’a payé une véritable petite fortune et qu’il espère ne pas l’avoir égaré lors de l’une de ces dernières soirées de beuverie. Il finit par sortir du lit et par s’habiller, retournant machinalement toute sa chambre, mais rien. Il en marmonna dans ses dents, tellement la tension grimpait d’un cran.

En descendant, sa première idée était bien sûr de se rendre auprès de sa mère, pour lui demander si elle avait osé toucher à ses affaires et plus précisément à sa toute dernière basse. Elle lui servit la négative et le doute commença à naître dans son esprit. S’il perd déjà la boule à son âge, qu’est-ce que ce sera lorsqu’il aura atteint celui de son père. Dans le doute, il pensa aussitôt, qu’il l’avait peut-être oublié à la boutique. C’était fort possible, il ne se souvient même plus de comment il est parvenu à rentrer la veille de toute façon. Détournant les talons, le bassiste quitta la cuisine, pour passer dans le salon, sans même un mot. Il se devait d’en avoir le coeur net et tant pis pour le petit déjeuner.

Il avait déjà enfilé son blouson, quand il posa la main sur la clenche de la porte afin d’ouvrir cette dernière. Mais dans un réflexe typiquement humain, il la lâcha d’un coup sec, alors qu’elle était bien brulante. La douleur ne tarda pas à se faire ressentir à son maximum. En un coup d’oeil sur la blessure, il put s’apercevoir que sa paume était déjà bien rouge. Le temps pour gueuler, lui manqua même lorsque son père lui demanda de rester. Là, il le sentait mal, c’était sûrement pire que cette brulure encore.

Le fils Mulciber se retourna, sans prendre le temps d’ôter son blouson, pour revenir en direction du salon. Il traversa la pièce et se laissa tomber sur le sofa. Dans le fond, il était déjà en train de se remémorer toutes ces conneries des derniers jours, histoire d’avoir un peu d’avance sur Burdock, si jamais il lui fallait inventer une connerie pour s’en sortir.

« La clenche brulante ce n’était pas nécessaire. Je ne serais pas parti si tu m’avais demandé de rester. »

Une logique qui doit passer au-dessus de son père. Mais il ne peut pas lui en vouloir, après tout c’est un Mangemort de la première heure. Il faut croire qu’ils s’imaginent toujours que les gens vont partir en courant dés qu’ils ouvrent la bouche. Ce que Mulciber père oubli, c’est qu’ici, il ne s’agit pas de l’une de ses prochaines victimes, ni même d’un client mais de son fils. Et qu’il n’a pas besoin d’user de la force et de la magie à tout va, pour se faire obéir.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé
» Number One Contender for the LMDC Unified Tag Team Titles Zac Ericson & Carlito Vs R-Truth & Daniel Bryan
» R-Truth Vs Kane
» Little Jimmy Says...Cherchons des informations avec R-Truth!
» Dolph Ziggler & Tyson Kidd vs R-Truth & Sheamus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LONDRES :: ♣ Quartiers Résidentiels :: Résidences attitrées-
Sauter vers: