RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cours n°1

avatar
Invité
Invité
Mer 31 Aoû - 11:37
Invité


Cours n°1 d'Etudes des Moldus
avec les élèves toutes maisons confondues

Parfois, quand on fait une pause et qu'on se penche sur sa vie, on se rend compte que ce qu'on est devenu, on ne l'aurait jamais imaginé avant. Nos pas nous ont mené sur des voies, quelques fois inconnues par nous jusqu'alors, et c'est ainsi que nous avons tracé notre chemin. Passant d'un état à l'autre, d'un métier à l'autre, d'une personnalité à l'autre même. Et lorsque l'heure de l'introspection arrive, on se dit oh, je suis vraiment devenu comme ça ? Il arrive que cette question soit posée avec une amertume certaine, un dégoût de soi, une rage contre sa personne. Mais il se peut également qu'elle soit posée avec un réel étonnement mêlé d'un peu de joie, de fierté ou de satisfaction.

Pour ma part, j'entre dans cette deuxième catégorie.
Je n'ai pas regretté, je ne regrette toujours pas mon parcours.
Seulement, jamais je n'aurais imaginé qu'un jour, je reviendrais à Poudlard, valise en main, cours entassés dans cette même valise.
Devenir prof...
Voilà un projet qui n'a jamais été le mien.
Jusqu'à aujourd'hui. Où j'ai compris qu'être prof pouvait m'aider à avancer. Tout en tenant la main des autres. Tout en guidant les élèves.
Qui est mieux placé qu'un professeur pour façonner l'esprit des jeunes ? Bien évidemment, là n'est pas mon but. Cependant, je dois avouer avoir vu, dans cette opportunité, la chance, l'occasion de diffuser non pas la bonne parole de Dieu mais celle de la Tolérance. En ces temps troubles,voilà quelque chose dont nous avons bien besoin.
C'est pourquoi l'Etude des Moldus est sans doute la matière la mieux adaptée à ma personne. A mon projet. Au chemin que je veux continuer de tracer.
Combiner idéologies personnelles et boulot n'est pas toujours chose facile.
Cependant, je pense y arriver.
Et aujourd'hui, je vais me confronter à ce premier essai.

J'arpente les couloirs vides.
Les élèves sont encore en cours.
Monter les escaliers. Ils n'ont pas perdu leurs vieilles habitudes de se déplacer, changer de direction pour mieux perdre les premières années.
Heureusement pour moi, j'ai étudié sept ans ici. Depuis le temps, j'ai eu de nombreuses occasions de comprendre comment toujours retrouver mon chemin. C'est pourquoi c'est sans panique que j'atterris dans un couloir inconnu, que je reprends ma route avec, comme unique but, ma salle de cours, étage quatre.

J'y parviens quelques minutes avant la cloche. Je peux tranquillement déverrouiller la porte d'un petit alohomora avant de pénétrer dans la pièce.
Elle rappelle des souvenirs.
De beaux souvenirs.
Parce que j'ai aimé mes années d'étude ici. C'était comme un deuxième foyer. Entourée de jaune-et-noir tous plus adorables les uns que les autres, j'ai cru y avoir trouver une famille de substitut.
Je vais vers le bureau du professeur, y dépose mon attaché-case.
C'est calme.
Pour l'instant.
Je profite de cette tranquillité, moi, la liseuse solitaire, le petit écureuil qui aime se cacher dans les fourrées, en haut des arbres, pour observer les autres sans être vue.

J'arpente la salle pour la regarder sous toutes les coutures.
Un premier cours...
Pour découvrir ses élèves.
Et amener les élèves à découvrir leur nouvelle prof.
Je me doute bien que pour certains, l'Etude des Moldus n'est pas leur tasse de thé. Néanmoins, puisqu'ils vivent dans un monde où, finalement, se côtoient Moldus et sorciers, il leur faut bien en apprendre plus sur eux.
Il y a aussi la catégories de ceux qui sont nés dans cet univers, ont grandi dans ces maisons sans magie, ont toujours connu ces gens-là. Pour eux, j'aimerais les amener à se questionner sur des points qu'il n'ont, peut-être, jamais questionnés. Réfléchir sur nos deux mondes, comment ils s'imbriquent, comment ils rentrent en conflit.
Mais la question que j'aimerais poser par dessus tout -que je ne poserai jamais- : pourquoi cet appel à la haine du Moldu ?
Pourquoi cet intolérance envers des êtres qui, même sans magie, restent humains ?

Une question qui m'a toujours animée et à laquelle je n'ai pas encore trouvé une réponse.
Si ce n'est ce vieil adage, cette vielle citation de Hobbes : l'homme est un loup pour l'homme.

HRPG:
 
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gregory Funestar
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 635
Célébrité sur l'avatar : Brett Davern
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Aoû - 13:54
Hors RP:
 

L'étude des Moldus
Cours Commun
Qui a-t-il de plus chiant qu’une journée de cours normale ? Et bien, une journée enfermée dans le château, quand il ne fait pas trop dégueulasse dehors et qu’on se tape en plus de ça, l’étude des moldus. Nous n’avons rien de mieux à apprendre à Poudlard ? Je serais bien étonné d’apprendre que ces crétins sans pouvoir, nous étudient nous autres les Sorciers, voir même les Loups-Garous, dans leurs misérables écoles. Ce n’était donc pas de gaité de coeur que je quittais la Salle du Professeur Macpherson, pour remonter dans les étages. J’aurais été collé que ça ne m’aurait pas bien dérangé, surtout pour m’éviter une heure à m’ennuyer dans un cours qui ne sert à rien, comme il y en a tant à Poudlard. On vit cloisonné entre les deux mondes depuis toujours, à quoi ça peut bien servir d’apprendre des trucs qu’on sait déjà ? A part justifier le salaire d’une prof et meubler nos emplois du temps, pour limiter davantage notre liberté, je n’y vois aucune autre utilité. A moins que parmi les élèves présents aujourd’hui dans le château, il y ait des espèces d’hommes de Cro-Magnons, fraichement sorties de leurs grottes dans le fin fond du trou du cul du monde. Ce qui serait quand même étonnant.

Je grimpais dans les escaliers, sans vraiment me presser. Si je pouvais arriver en retard, ça serait déjà ça de moins à supporter. J’étais même retourné à la Tour des Loups-Garous pour grappiller encore quelques minutes et aussi pour me débarrasser de mon chaudron que je laissais à l’abandon, sur le bureau de ma chambre. Avec moi, je n’emportais que mon sac à dos, que je portais sur une épaule seulement. Dans celui-ci, je n’avais glissé que le strict minimum : une plume, un rouleau de parchemin et des bandes dessinées, histoire de passer le temps. Je ne sais même pas s’il y a un manuel pour ce cours. Ma mère me l’a sans doute acheté si c’est le cas, mais soit je l’ai échangé contre autre chose, soit il dort quelque part au fin fond de ma valise. Ce n’est pas utile de préciser que j’ai aussi ma baguette sur moi, mais celle-ci ne me quitte jamais.

Je redescendais enfin après avoir claqué la porte de mon dortoir, toujours suivi par le surveillant que je snobe les trois quarts du temps. Je n’avais mis que quelques minutes de plus pour arriver au quatrième étage, où se trouve la salle d’étude des Moldus. La porte était restée ouverte, sûrement après l’arrivée des élèves qui me précédaient. J’entrais à mon tour dans la pièce, ne jetant qu’un rapide coup d’oeil dans la direction de la prof. J’avais bien mieux à faire que de la saluer, comme récupérer ma place par exemple. Et comme à mon habitude, je laissais mon sac glisser le long de mon bras, jusqu’à ce que la lanière atteigne ma main. L’entourant de mes doigts, je prenais le sac pour l’envoyer à la manière d’un joueur de Basket, sur la table se trouvant dans le fond, près de la fenêtre. Tir franc, personne ne le touche au passage, c’est même pas un panier à trois points ça, mais carrément à quatre ou je ne m’y connais pas. Par contre, à l’arrivée, ce n’était pas la même chose. La table déjà occupée, l’un des deux élèves a bien failli se prendre le sac dans la gueule. Ce n’était pas ce qui allait m’ébranler, ça m’aurait sûrement fait marrer qu’il se le bouffe. Je progressais entre les tables, d’une démarche nonchalante, me postant devant la place que j’avais sélectionné à mon entrée. Et déposant les deux mains dessus en me penchant légèrement, je fixais l’élève du côté de la fenêtre, laissant un court instant le silence s’installer entre nous.

« Bouge. »

Il hésita détournant le regard vers la prof, comme pour chercher de l’aide, mais finit par rassembler ses affaires pour partir à une autre table. Je tournais ensuite la tête dans la direction de l’autre élève en haussant les sourcils.

« T’attends quoi pour te barrer toi ? »

Il s’empressa aussi de partir ailleurs pour rejoindre son pote. Tant mieux, je n’allais quand même pas m’asseoir à côté d’un Gryffondor. Une fois la table libérée de ses précédents occupants, je me laissais tomber à la place la plus proche de la fenêtre. Mine de rien, sans en avoir l’air, je faisais un rapide tour d’horizon du regard, à la recherche de mes camarades de Serpentard ou bien même des autres Loups-Garous de l’école. J’espérais avoir de la compagnie pour ce cours qui promettait d’être long. Heureusement, la plupart ne tardait pas par arriver, sûrement avaient-ils été retenus quelque part. Je les laissais tous s’installer, sans rien dire. Ils font tellement de bruit aussi, que personne ne s’entendrait parler là-dedans.

C’est quand enfin le calme était revenu, que je jetais un coup d’oeil vers mes camarades des cachots. Je savais déjà que les autres étaient tous des culs coincés qui manquaient cruellement de sens de l’humour, je n’allais pas m’adresser à eux.

« Hey, je suis venu, j’ai vu et ça me troue le cul, de quoi il s’agit ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nikolaï Munter
Septième année
Âge du personnage : 17 ans
Nombre de messages : 42
Célébrité sur l'avatar : Chris Wood
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Sep - 17:41
Cours communL'étude des MoldusLa fenêtre ouverte, le vent s’y engouffrait sans vraiment se montrer dérangeant. Les beaux jours s’installaient sur cette partie du pays et la chambre était déjà baignée de lumière. Les rayons du soleil balayaient jovialement la pièce dans laquelle le jeune Munter se trouvait. Déjà réveillé depuis quelques heures, il avait eu le temps de prendre sa douche et de se vêtir. Pas vraiment d’horaire à respecter, les premières heures de la matinée étaient libres. Le déjeuner avalé assez vite fait, Nikolaï en profita pour descendre de la Tour des Loups-Garous, tout en esquivant son surveillant, pour se rendre à la bibliothèque. Au calme, quelques livres éparpillés devant lui, il n’entachait pas la réputation des élèves de Serdaigle. Il ne lui restait plus que deux jours pour terminer son devoir de Défense Contre les Forces du Mal et le rendre au Professeur Rogue. Lors de la dernière interrogation écrite, il n’a pas eu le temps de la travailler pour cause de pleine lune la veille. Il ne s’est ainsi donc pas récolté la note qu’il aurait aimé avoir, mais celle qu’il a seulement mérité.

Nikolaï n’est pas un mauvais élève, qu’il s’agisse de son travail mais aussi de son comportement. Il respecte chacun de ses Professeurs, si ceux-ci le méritent et le Directeur des Serpentards en fait partie. Jusqu’à présent, il n’a jamais eu à s’en plaindre. Si les devoirs sont rendus en temps et en heure, que les élèves attendent d’être interrogés pour ouvrir la bouche, il n’y a vraiment pas de quoi en faire tout un plat. C’est un enseignant comme un autre.

Munter n’est vraiment pas le genre de garçons qui met l’école sans dessus-dessous sans aucune raison. Si les gens parlent de sur lui, ce ne sont que des imbéciles à la matière grise défaillante, qui s’imaginent que les gens comme lui, sont de dangereux monstres. Mais avec le temps, il prend sur lui et lorsque vraiment quelqu’un le cherche, il le trouve.

La bibliothèque était plongée dans le calme. D’un regard en coin, il remarqua qu’il était le seul élève présent et le seul bruit émanait de sa plume qui griffonnait sans cesse son parchemin. De temps en temps, ses yeux se déposaient sur son sablier, il ne devait pas arriver en retard pour son premier cours de la journée. Mais à chaque fois, il se rajoutait mentalement cinq dernières petites minutes, juste pour terminer d’écrire une phrase ou bien même un chapitre. Et le résultat, c’est un départ en trombe de la bibliothèque. Plume et parchemin de retour dans son sac et ses livres sous le bras, pour ne pas perdre une seule seconde. Il se hâtait dans les couloirs du château magique. Poudlard a quand même de la prestance et d’après son frère Anton, cette école est immense à côté de Durmstrang qui, semblerait-il, ne fasse que la moitié. Et les escaliers, c’était également toute une histoire. Il y en avait de bonnes comme de mauvaises à raconter.

Essoufflé et aux pas de courses, le jeune Munter se hâtait en se frayant un chemin parmi les autres élèves, afin de rejoindre la Salle de cours d’étude des Moldus. Il ne perdit pas un seul instant pour regarder la montre à son bras, mais déjà, il était sûr de s’être mis en retard. Il n’était plus qu’à quelques pas, la porte encore ouverte, il se glissait dans la salle. Déjà la plupart de ses camarades s’y trouvaient, mais certains n’étaient pas encore vraiment installés, ce qui lui permettait de relativiser, ce n’est pas lui qui ferait perdre des points à la maison des Serdaigle ce jour-là. Il salua le Professeur présent d’un simple « bonjour », cherchant déjà une place pour se poser.

Un coup de chance plus tard, il trouva une table de libre dans le fond, sur laquelle il déposa son sac, s’asseyant sur le banc. Les livres, qu’il avait précédemment promener avec lui à travers les étages de l’école, terminés à l’intérieur de son bagage. Le sixième année des bleus laissa la place à ses côtés, de libre au cas où un autre retardataire ait besoin de s’asseoir. Il n’est pas bien regardant en général sur les élèves, sauf s’il s’agit d’un con prenant tout le monde de haut ou critiquant n’importe qui, il se fera automatiquement balancé. Il ne veut pas être pris dans les histoires, du moins pas tant que ça ne le concerne pas. Parce que si Nikolaï se tient toujours si bien en cours, depuis toujours, c’est uniquement pour ne pas se faire virer de Poudlard et ne pas être obligé de rejoindre l’école de son père, dans le Nord de l’Europe. Ses frères se sont donnés un mal de chien pour l’aider à fuguer et Anton en a même subi les conséquences durant plusieurs années consécutives, faisant les frais de la colère paternelle. Leur cadet n’a pas le droit de jouer à l’imbécile en risquant de se faire renvoyer, mais ce n’est pas pour autant qu’il est du côté d’Hikkins. La guerre contre cette mégère, il y prend part, comme tant d’autres élèves du château.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jezabel Slate
Septième année
Âge du personnage : 16 ans
Nombre de messages : 291
Célébrité sur l'avatar : Hayley Williams
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Sep - 20:18


❝ Cours d'étude des Moldus ❞
Les cours nous ramollissent l'esprit. Ils détruisent notre potentiel de créativité.
Bientôt, il me faudra un monte-charge pour me déplacer. Plus j’avance dans les mois et plus j’ai de mal à me bouger. L’avantage d’être à Poudlard, c’est qu’il y a tellement d’escaliers à monter à longueur de journée, que je ne risque pas de prendre des kilos superflus. Mais quand même, vivement que le bébé soit né, c’est fou ce que neuf mois peuvent être longs lorsqu’il s’agit d’une grossesse. Entre les nausées matinales (et pas que matinales), les vertiges (quand je tombe dans les pommes et que je finis à l’infirmerie) et l’impression de manquer de cracher mes poumons à chaque fois que je me rend en cours, je crois que je ne terminerais jamais l’année en vie.

Je sortais péniblement de ma salle commune, dans les cachots, pour me rendre en cours d’étude des moldus au cinquième étage !!!!! Cinq étages à me taper en me cramponnant à la rampe, comme une petite vieille qui a du mal à mettre un pied devant l’autre. Sans compter que les escaliers aimaient faire des farces en changeant d’un coup de direction. Je me demandais encore pourquoi l’école donnait ces cours. C’était sûrement utile, il y a des siècles, quand les deux mondes étaient vraiment étrangers l’un pour l’autre. Mais en l’an deux mille, la plupart des élèves ont au moins un moldu dans leur famille, beaucoup parmi leurs parents. Et pour ceux qui seraient de sang-pur, il y en reste une petite poignée seulement, ils sont sûrement imprégnés du monde des personnes sans pouvoir depuis quasiment toujours. Ou alors ils continuent à dispenser ce cours, mais descendent la salle dans le hall. Là c’est vraiment plus possible, je vais finir par accoucher devant tout le monde, juste là, dans le couloir ou dans les escaliers.

Mon sac en bandoulière, je pensais vraiment ne jamais parvenir jusqu’à la salle, quand enfin je finis par arriver à destination. J’étais essoufflée, en miettes, blanche comme un linge, j’avançais aussi vite que les zombies dans les films à la télé, mais j’étais arrivée !!! Je me dépêchais d’entrer dans la classe pour ne pas crever sur le pallier et je saluais le Professeur d’un simple : « Bonjour », bien incapable d’en dire plus. Et d’un regard circulaire, je repérais l’unique élève de Serpentard déjà arrivé, pour partir m’écrouler à côté de lui. « Je peux ? » Je lui demandais plus pour la forme, puisque j’étais déjà affalée sur la chaise, mon sac sur les genoux.

Tous les autres arrivaient quasiment en même temps. Les Serdaigles, les Poufsouffles, Gryffondors et les Serpentards, prenaient place où ils pouvaient, en s’engueulant la plupart du temps. Les Serpents eux, y allaient à coup d’épaule pour virer les Lions. La routine à Poudlard. Et quand le calme revenait petit-à-petit, mon voisin de table, Gregory, prenait la parole. « J’en ai plein le cul et toi ça te troue le cul, c’est l’étude des moldus. » J’admet que mon état n’aide en rien à ma bonne humeur, mais qu’il suffisait que Funestar soit dans les coins pour que je retrouve le sourire. Il avait toujours une vanne à balancer à l’encontre de n’importe qui, même des professeurs. Pourtant, j’espérais toujours qu’il n’aille pas trop loin, je n’ai pas envie qu’il se fasse virer. Je fais partie de ces personnes qui n’aiment pas quand les choses changent et qui dépriment chaque année, lorsque les plus âgés ont quitté le château. Les Serpentards, nous sommes certainement la maison la plus unie du moment. Alors nous ne pouvons pas risquer de perdre cette cohésion en perdant l’un des nôtres.

Je me penchais légèrement vers Gregory, ne voyant pas notre folle petite bande se ramener : « Tu sais où sont Wolfgang, Jay et Zakaria ? » Je peux bien imaginer qu’ils ne soient pas de grands fans des études des moldus, mais ce n’est pas leur genre de sécher un cours, sauf quand il s’agissait de ceux l’autre teigne de Todd là. De temps en temps, je jetais des coups d’oeil en direction de notre Professeur pour voir si elle commençait son cours. C’était les premières minutes, celles qui laissent place aux bavardages incessants, sauf quand il s’agit des cours de Rogue, là tout le monde la boucle même en s'installant.

Je reprenais la parole en chuchotant pour que personne d’autre ne m’entende : « Ah tant pis pour les autres, je leur dirais plus tard. Tu vas être l’un des premiers au courant, mais j’ai rencontré mon véritable père. C’est Broderick Yaxley. Tu sais le Yaxley qui est sorti, il n’y a pas longtemps de prison ? » Me tournant un peu plus dans sa direction, je regardais une nouvelle fois autour de nous, avant de reprendre plus doucement encore. « Et bien, il est officiellement Instructeur de Transplanage, mais il est aussi Tueur à Gages. C’est sûrement le moyen de nous débarrasser de Todd et Hikkins. Surtout que comme tous les ans, l’Instructeur va venir à Poudlard. » J’imagine qu’embaucher un liquideur professionnel, ça coute bonbon, mais c’est mon père et son emprisonnement nous a séparé pendant tellement d’années, qu’il est prêt à tout pour créer ce lien père/fille. Si les autres trouvent que c’est une bonne idée, je serais prête à lui demander un coup de main.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zakaria Taylor
Septième année
Âge du personnage : 16 ans
Nombre de messages : 438
Célébrité sur l'avatar : Cody Christian
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Sep - 14:23

Cours numéro 1

L'étude des Moldus.


Cours commun à toutes les Maisons

C’est vraiment le comble de l’ironie vous ne trouvez pas ? Poudlard, grande et célèbre école de magie. Elle est réputée à travers le monde, surtout pour avoir eu l’un des plus puissants Sorciers à sa tête, ce qui n’est plus le cas, si maintenant on considère qu’on a une sale emmerdeuse qui n’y connait rien à l’enseignement au pouvoir. Mais l’étude des Moldus, vous pensez vraiment que cette matière à quelque chose à nous apprendre ? Cette matière devrait être facultatif mais certainement pas obligatoire. Un téléphone portable ? J’en possède un. Un ordinateur ? Idem, j’en ai un en ma possession. Je sais aussi me servir d’une télé, d’un micro-onde et même d’un frigo. La machine à laver, inutile, j’ai un père pour s’occuper de mon linge. Franchement, c’est une perte de temps. Il n’y a vraiment rien de magique dans tout ça. Ou alors, c’est vrai qu’on se fait magiquement chier. Que c’est magique comme on s’endort rapidement dés les premières minutes. C’est aussi magique dans le sens que ça peut pousser quelqu’un au suicide. Bref, l’étude des Moldus c’est une perte de temps. Heureusement que ça me permet de mettre mes petits plans en place, tranquillement dans mon coin.

Je venais de terminer mon devoir pour le cours de Potions et je me dépêchais de partir à la recherche du Professeur Macpherson. Il m’avait laissé un délai supplémentaire pour cause de sale chieuse d’Hikkins qui nous avait convoqué au moment que je m’étais gardé pour faire mes quelques parchemins. Ca sert de flirter avec sa très chère fille. Je la laisse m’approcher, je lui fais croire qu’il y a moyen et j’obtiens l’affection du père. Mais ça ne marchera pas indéfiniment. Lydwine se rendra vite compte que je suis incapable d’apprécier une personne de cette façon. Je peux encore le dissimuler pendant un petit bout de temps et quand enfin, elle commencera à s’éloigner ou à poser des questions, je la coincerai quelque part dans les toilettes pour lui offrir un peu plus. Je suis prêt à donner de ma personne sur ce coup-là, histoire de conserver mes acquis le plus longtemps possible. Dans le meilleur des mondes, ça serait jusqu’à la fin de ma scolarité ici. Et puis par la suite, il peut y avoir effectivement une suite. Après tout, Lydwine est une Sorcière de Sang-Pur, c’est un bon parti pour quand le moment sera venu de penser à la reproduction.

Mais en attendant, pour rester le plus longtemps possible et mener à bien la mission que je me suis donné, je dois me rendre absolument en cours. Je finis par attendre que les secondes années soient sorties de la salle de potions, pour entrer et tendre mon devoir au Professeur. Prenant ainsi du retard, je ne m’éternisais pas, me contentant de vite repartir après les politesses de coutume. Je n’étais pas bien surpris de ne pas croiser d’autres élèves de Serpentard dans les couloirs. Ils devaient sûrement être dans les salles de classe. Grimpant les marches trois par trois, je finis par arriver au cinquième étage, remerciant ma condition de sportif pour ne pas avoir fini par faire une crise cardiaque à mi-chemin.

Je ralentissais le rythme en arrivant près de la porte, déjà refermée. Evidemment, ça m’aurait étonné qu’il y ait d’autres retardataires, mais j’avais une excellente raison ma foi. Je finis par frapper quelques coups contre la porte et à l’ouvrir. Quasiment tout le monde semblait présent bien entendu.

« Bonjour…désolé pour le retard j’étais avec le Professeur Macpherson. »

Seulement en quelques pas, je cherchais déjà où m’asseoir, finissant par me mettre à la table libre devant celle de Gregory et Jezabel. Je prenais le temps de m’installer, même si dans le silence, retirant ma cape parce que je crevais littéralement de chaud et délaissant mon sac contre le mur à mes côtés. Ce n’est qu’une fois installé, que je me penchais pour farfouiller dans mon sac, sortant les mêmes affaires que les autres avaient déposé devant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: