RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I see you again

avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1618
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Sep - 21:08



I see you again
feat. Severus & Calvin
C’était inattendu, totalement. Son père, Calvin ne l’avait pas vu depuis les fêtes de fin d’année, dans la demeure des Rogue. Il s’était passé tellement de choses depuis. Quatre mois et des vies qui changent du tout au tout. Il ignore, au juste, quand Severus a appris pour le bébé de Jezabel ou plutôt, quand il a su que c’était celui de Calvin. D’ailleurs, a-t-il d’abord appris la future paternité de son fils ou a-t-il déjà découvert que l’une de ses élèves était enceinte ? Complètement paumé, le guitariste de la famille était dans l’incapacité de pouvoir dater toute cette histoire. Pourtant, courant Mars, il avait reçu un paquet provenant d’Ecosse et l’écriture, il la reconnaitre entre toutes. Il s’agissait d’un cadeau pour l’enfant à naître. Le fils avait été grandement touché par ce geste, même s’il s’en amusait en disant que c’était une simple rivalité entre futurs grands-pères. Et pourtant, Calvin avait été incapable de prendre une feuille pour y noter des remerciements.

Il remettait toujours la date fatidique au lendemain, jusqu’à ce qu’il se rende compte que les semaines avaient filé. Son père avait-il mal pris ce silence radio ? Encore une fois, il ne saurait dire. Les relations entre père et fils chez les Rogue, ce n’est pas de tout repos. Ils sont incapables de se comprendre, pourtant, autant le dire, ils tiennent les uns aux autres. ‘Fin c’est vrai du côté de Calvin. Ce même garçon resté trop longtemps silencieux. Pourtant, ce n’est pas lui qui a fait le premier pas à nouveau. C’est bien un hibou venant tout droit de Poudlard, qui était arrivé quelques jours plus tôt. Un nouveau parchemin écrit de la main de son père. Une toute nouvelle approche, pour tenter de renouer le contact.

Calvin était resté dans un fauteuil, le parchemin entre les doigts, sans savoir quoi en penser. Son père le conviait à passer au château, ce n’était tout de même pas rien. Voilà trop longtemps qu’ils ne se sont pas vus, mais quelque part, le musicien craignait que l’entrevue ne tourne au règlement de compte. C’est généralement toujours comme ça que ça se passe avec Calvin. Il ne sait pas dire les choses importantes lorsqu’il le faudrait, mais les vacheries, ça il les balance en veux-tu, en voilà.

Mais cette fois-ci, les jours étant passés encore, il se décidait à se bouger. Ce n’est pas quand il sera trop tard, qu’il devra regretter de ne pas y être allé. Peut-être que tout ce passera bien. Et dans le cas inverse, ce n’est pas vraiment le plus grave, au moins, il aura tenté. Sans regret comme on dit.

Les vacances d’Avril avait débuté depuis un petit moment. Jezabel était d’ailleurs chez lui pour l’occasion, mais cette fois, elle allait se passer de lui pendant quelques heures. De toute façon, il se doutait qu’elle ne s’ennuierait pas trop avec tout ce qu’il y a à préparer pour l’arrivée du bébé, il y a de quoi faire. Et aussi, si le cadet des faux jumeaux avait attendu si longtemps avant de se décider, c’était bien parce qu’il ne voulait pas se rendre à Poudlard avec cette putain d’Oreillongoule à la con. D’ailleurs, heureusement, ce n’était plus qu’un vieux souvenir. Il n’y avait plus aucun signe visible. Et il espérait ne pas regonfler d’ici son petit passage en Ecosse. Manquerait franchement pu que ça pour le décourager. C’est que son départ se joue à un cheveu.

Mais face à son miroir, rien à signaler. Rien qui ne puisse l’excuser de cette entrevue qu’il attend autant qu’il redoute. Après un dernier encouragement mental, il finit par sortir de chez lui pour transplaner jusqu’à Pré-Au-Lard. Tirant la fermeture éclaire de son blouson en cuir vers le haut, il glissa ses mains dans ses poches et avança vers le château. Le chemin lui paraissait être bien trop court à son goût, il ne savait même pas quoi dire lorsqu’il se retrouverait face à son père. C’est le genre de trucs plutôt difficile à prévoir à l’avance. Tout dépend des circonstances.

Il prit le chemin menant aux grandes grilles du parc et par chance, Hagrid était dans les coins. Ca lui éviterait d’avoir à faire la conversation à Rusard. Le garde forestier s’empressa de lui ouvrir, manquant même de lui briser quelques côtes en le serrant contre lui comme s’ils étaient des potes de longues dates. Pris de cours, Calvin n’eut le temps que de s’étouffer à moitié, avant d’avoir la chance que ses pieds ne retouchent à nouveau le sol. Faut croire que le géant ne lui a jamais tenu rigueur pour ses innombrables farces et courses dans la forêt interdite. Comme quoi … Et être fils de Prof’ aussi, ça aide pas mal.

Hagrid l’escorta jusque dans le Hall, prétextant ensuite avoir quelque chose au four, dans sa cabane. Calvin n’étant pas né de la dernière pluie, se doutait que le pauvre garde forestier n’aimait pas se balader dans les cachots, sous peine de faire parfois les frais des remarques sarcastiques de Rogue père. D’ailleurs en parlant de lui, le fils était persuadé pouvoir le trouver dans les sous-sols de l’école, même si le Professeur enseigne à présent la Défense Contre les Forces du Mal. Connaissant le chemin par coeur, depuis le temps, il emprunta l’escalier humide aux marches glissantes pour arriver dans un lieu qu’il ne pouvait que connaitre. Son regard se posa pratiquement de façon nostalgique sur l’entrée de la Salle Commune de Serpentard. On n’oublie jamais d’où on vient, c’est une certitude. Mais cette fois, il avait bien plus important à faire que d’attendre de vieux camarades. Il avança davantage, jusqu’à s’arrêter devant la porte du bureau de son père. Et l’angoisse monta d’un coup, pire qu’un thermomètre en plein soleil. Devait-il seulement frapper ou entrer le plus simplement possible ? Après quelques instants, il se résigna à cogner quelques coups contre le bois, ouvrant ensuite la porte.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 140
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Sep - 14:37
I see you again
Calvin & Severus
Les vacances d’Avril sont toujours quelque chose d’important pour les enfants. Pour les Professeurs aussi d’un côté. Il s’agit de la dernière période de congés avant la grande ligne droite vers la fermeture de l’école durant l’été. Pour certains enfants, deux mois de fêtes se profilent, pour d’autres ils seront contraints de rejoindre une atmosphère pesante dans leurs familles pour ceux qui en ont. Malgré les décennies, Severus se souvient encore de cette sensation écoeurante qui le prenait aux tripes, à l’arrivée de la fin d’année scolaire. Il était de ces gamins dont Poudlard devenait leur maison, pressés d’être en septembre pour retourner sur les bancs de l’école. Il n’a jamais voulu que ses enfants ressentent une telle chose. Et dans le fond, il espère que ce n’était pas le cas. Les pauvres n’ont pas eu de chance, ils avaient leur père sur le dos à la maison, mais aussi à l’école. Ce qui explique pourquoi Severus voulait mettre de la distance entre eux et lui, lorsqu’ils étaient tous à Poudlard. Ce n’était pas parce qu’il avait honte de ses petits, mais pour qu’ils puissent aussi vivre les années en Ecosse sans se sentir oppressé. Mais ça n’a pas eu l’effet désiré.

Les Directeurs de Maison, contrairement aux autres Professeurs, ne peuvent pas quitter l’école comme bon leur semble pendant les vacances. Ils ont la possibilité de partir pour le village voisin mais pas de regagner leur domicile. S’il y arrivait quelque chose à l’un de leurs élèves pendant leur absence, ils sauteraient de leur place à coup sûr. Cette semaine, Severus l’a passé à faire de la surveillance. Entre autre, il est payé à terrifier des gamins. Libres de leurs mouvements durant la journée, c’est bien là la pire saison. Ils enchainent les bêtises et les expériences. Et avec les chaleurs, il a repêché des crétins qui se prenaient des bains dans le Lac Noir, en oubliant quelles créatures s’y trouvaient. En quelques jours, il en a fait descendre des sabliers. Gryffondor en particulier, mais principalement à cause de l’autre junkie de Lupin qui passe son temps à fumer des joints derrière les murs de l’école.

La dernière rentrée de cette année scolaire pointait le bout de ses premières heures. Et comme les gamins, Severus la préparait. Il leur préparait à tous, sans aucune exception, une interrogation écrite maison. Ils vont l’adorer. La veille des vacances, il les avait prévenu de penser à faire leurs devoirs et à réviser les derniers chapitres traités. Mais les élèves avaient tous été si pressés de lui échapper, qu’il est certains que seuls les Serpentards l’ont entendu de cette façon.

Il traversa le couloir du second étage, venant de faire tous les autres se trouvant au-dessus, quand il croisa un surveillant à qui il refila la patate chaude en l’envoyant faire le tour de l’école. La plupart des surveillants n’étaient que d’anciens élèves qu’il a eu en cours. Tout aussi flippé que les gamins actuels de Poudlard, ils lui obéissaient facilement. Ce qui lui laissa le champ libre pour retourner à son bureau des cachots. Il lui restait quelques questions à formuler pour le devoir sur table de la rentrée. Dés la première heure, il ne les épargnera pas. En bon chemin pour filer des questions pièges qui, à coup sûr, leur feront perdre un paquet de points, il arrêta d’écrire quand quelqu’un frappa à la porte. Le temps lui manqua pour jouer aux devinettes, que la personne s’aventura déjà dans son bureau.

« Calvin. »

Il s’agissait d’une simple constatation, mais il ne s’attendait plus à cette visite. Quelques jours plus tôt, il avait reçu Edwin, mais le hibou envoyé à son frère était resté sans réponse. C’était rassurant de voir qu’il faisait aussi le déplacement. Déposant plume et parchemin de façon méthodique, Severus se leva de sa chaise. Il ne portait pas sa longue cape, même dans les cachots, il commençait à faire chaud en cette fin d'année scolaire.

« Je ne t’attendais plus. Ce n’était pas un reproche, il était même content de voir son fils. Ca ne se voit peut-être pas, mais c’est à l’intérieur que ça lui fait plaisir et qu’il doit sourire… Souhaite-tu boire quelque chose ? »

Severus n’est pas un homme ouvert. Se retrouver ainsi devant son fils et il ne sait même pas quoi lui dire, alors que les mois se sont écoulés sans qu’ils ne se voient. Le Professeur est bien plus bavard quand il s’agit de retirer des points aux élèves ou pour proliférer des menaces en faisant preuve de sarcasmes.

Il tourna la tête vers une vitrine où il devait bien avoir quelque chose à boire. Du jus de citrouille ou n’importe quoi d’autre qui pourrait faire l’affaire. Il attrapa un pichet, ainsi que deux verres, qu’il remplit et déposa sur son bureau, reposant l’objet à sa place.

« Je n’ai pas d’alcool, Calvin et je ne suis pas non plus dupe. Assieds-toi. »

Il désigna un siège de la main, pour l’inviter à y prendre place. Il est bien conscient des problèmes que son fils rencontre avec l’alcool. Pour un enfant d’alcoolique, c’est le détail qui ne peut pas passer inaperçu et il a le moyen de le contraindre à arrêter. Mais il y a quand même mieux comme entrée en matière pour des retrouvailles.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1618
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Oct - 14:48



I see you again
feat. Severus & Calvin
Faire face à son père n’a jamais été un réel plaisir. ‘Fin, quand ça se passe bien ça va, mais généralement le père et le fils Rogue n’ont de cesse de se bouffer le nez. L’un est trop strict et réservé, quand l’autre est trop rentre dedans et teigneux. Forcément, ça ne peut faire que des étincelles entre eux et c’était la raison qui avait poussé Calvin à se faire le plus discret du monde, depuis le début d’année. Il ne voulait pas faire chier son père outre mesure, mais étant donné l’état actuel de leur famille, il préférait ne pas se retrouver en pleine confrontation avec lui. Pourtant, Severus ne l’avait pas oublié, puisqu’il lui avait même envoyé un présent pour le bébé à naître. C’était un acte qui avait touché Cal’ bien plus qu’il ne voulait l’admettre. Alors là, dans le couloir humide des cachots, il avait hésité avant de pénétrer dans le bureau du Directeur de Serpentard. Etait-ce vraiment le bon moment ? Si le temps apaise les tensions, il y en a qui ne disparaisse jamais réellement et Calvin sait ô combien son père peut être rancunier. Mais il n’avait pas fait tout ce chemin pour repartir à peine venait-il d’arriver.

« Bonsoir papa. »

Le Rogue Anarchiste suivait son père du regard quand ce dernier se leva, pour contourner son bureau. Il ne l’attendait plus et pour cause, la fin des vacances arrivait déjà. Une semaine ça passe tellement vite, que Calvin s’était fait violence pour ne pas laisser l’occasion se dérober.

« Je ne savais pas vraiment comment tu avais pris tout ça. La grossesse de Jezabel, les problèmes avec maman et le reste. En rajouter une couche n’était peut-être pas la meilleure chose à faire. »

Il parlait sans avoir préparé quoi que ce soit avant. Il débarquait un peu comme un cheveu sur la soupe, sans savoir comment leur entrevue allait se passer. Et son père n’aidait pas à ce que la situation soit moins pesante. Tout comme lui, il avait l’air de ne pas savoir comment amorcer la chose. C’était donc à Calvin de faire le premier pas. Après tout, Severus l’avait fait en lui écrivant et en lui envoyant un cadeau pour le futur bébé. Faisant un pas en avant, le fils finit par étreindre le père. Ce genre de gestes était bien rare dans leur famille, surtout entre ces deux-là.

« Merci pour le cadeau. »
Finit-il par lui dire en relâchant prise pour reculer un peu et enfin répondre à l’invitation à boire quelque chose. « Oui, je veux bien. Qu’est-ce que tu as ? »

C’est un regard interrogateur que Calvin déposa sur le Professeur de Défense Contre les Forces du Mal, alors qu’il partait prendre quelque chose dans l’une de ses vitrines. Il y avait tellement de trucs dans ce bureau, que le gamin ne se souvenait même pas de la moitié. Pourtant il y était venu plus que souvent dans cette pièce, que ce soit parce qu’il était collé ou encore pour dérober quelque chose et même juste pour passer un peu de temps avec son père.

Mais si la tension s’était quelque peu apaisée, sentant un peu l’atmosphère se détendre, c’était sans compter sur Severus qui reprenait la parole. Cette fois, Calvin eut l’impression de rester au milieu de la pièce comme un parfait idiot, sans savoir quoi faire, ni même quoi dire. Il ne s’attendait pas à ça, c’est une certitude. En toute franchise, jamais il n’aurait pensé que son père découvrirait son addiction à l’alcool. C’est que le patriarche des Rogue n’a pas souvent été présent pour ses enfants, et que le cadet de ses fils pensait qu’il ne leur portait aucun intérêt. Alors, obéissant comme un gamin qui venait de se faire prendre en flagrant délit de vol de confiseries, Calvin s’installa dans le canapé en cuir présent dans la pièce. Il ne remercia que d’un geste de la tête, son père pour lui avoir servi un verre.

« … ça fait longtemps que tu le sais ? »

Même si Cal’ peut être souvent un sale con, il n’a jamais voulu faire de mal à sa famille. Encore moins à son père qui, injustement, est celui pour qui le fiston a toujours éprouvé le plus de choses, positives comme négatives. Il savait bien que si Severus finissait par découvrir le poteau rose - ou les bouteilles vides -, de très mauvais souvenirs remonteraient à la surface et justement, c’est ce qu’il voulait éviter. Alors après un court instant de silence, le fils finit par relever la tête, pour faire face à son paternel. Il ne la menait pas large, c’est certain.

« Désolé, je ne voulais pas que tu l’apprenne … Je ne voulais pas non plus réveiller de mauvais souvenirs. Mais, je ne suis pas comme lui, je ne ferai jamais de mal à ma famille. »

C’était également première fois que Calvin acceptait l’évidence. Généralement, il prône le « je peux m’arrêter quand je veux, je fais ça juste pour m’éclater », sauf ici. Ici, il reconnait qu’il a un problème, peut-être parce qu’il voit enfin quelque chose dans le regard de son père. Celui-ci d’ordinaire si vide d’expression, lui renvoyait quelque chose de douloureux, même si évasif.
by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 140
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Nov - 11:57
I see you again
Calvin & Severus
En devenant père, un homme est obligé de faire des concessions. Ce n’est pas donné à tout le monde. Pour quelqu’un comme Severus c’est difficile, il n’a jamais eu de modèle. Aussi loin que sa mémoire lui permette de s’en souvenir, son père était toujours de mauvaise humeur. Il passait ses journées dans un fauteuil à descendre verre d’alcool sur verre d’alcool. Il n’était pas rare que ceux-ci partent s’écraser dans un mur, lorsqu’il était en colère. Et il n’était pas rare non plus qu’il soit en colère. Sa femme et son fils en ont toujours fait les frais. Severus s’est souvent retrouvé enfermé dans la cave comme punition. Parfois simplement pour ne pas l’entendre gémir de douleur alors qu’il avait été rué de coup. Sa mère subissait le même traitement. Pourtant Sorcière, elle laissait faire sans lever le petit doigt pour protéger son fils. C’est là l’exemple de la famille qu’il a et il s’est toujours battu pour ne jamais reproduire ça. Jusqu’ici, il pense y être parvenu. Ses enfants n’ont jamais été rués de coup, ni même enfermés dans une cave. Il n’a jamais bu jusqu’à ne plus savoir ce qu’il faisait. Et il n’a jamais non plus levé la main sur sa femme. En contrepartie, Severus ne sait pas exprimer ses émotions. Grand occlumens, il a toujours tout caché. C’est dans sa nature. Pourtant, il tient à chacun des membres de sa famille, sinon il n’en serait pas là, à devoir jouer à l’agent double mettant sa vie en danger à chaque instant.

Il n’a donc pas sauté de joie en apprenant qu’il allait devenir grand-père pour la seconde fois. Une tête de plus à protéger. C’était là tout ce qu’il voyait dans cette naissance à venir. Et l’histoire qui se répète également, à la différence qu’à l’époque où Edwin avait mis sa petite-amie enceinte, il était lui-même un adolescent. Calvin est adulte, alors que la future mère en est encore loin. Mais les premières paroles de son fils resteraient sans réponse. Mettre de l’huile sur le feu ne changera rien à ce qu’il s’est déjà passé et ce qu’il arrivera d’ici quelques mois.

Debout à la même place qu’il occupait précédemment, seuls ses yeux suivaient la progression de son fils dans le bureau. Et si Calvin voulait le mettre mal à l’aise, c’était gagné en l’étreignant de la sorte. Severus n’est pas doué dans ces choses-là. Il ne sait pas comment réagir. Droit comme un i, il ne bougea pas tout de suite. Ce n’est que lors des mots de son garçon, que ses bras finirent par l’entourer également. Et malgré ce geste, il n’était toujours pas à l’aise du tout.

« Jus de citrouille. » Finit-il par répondre simplement.

Son échappatoire était de filer jusqu’aux étagères pour prendre de quoi boire. De ses trois enfants, Calvin est sans doute celui qui a le plus hérité de son caractère. Edwin encaisse facilement les reproches, sans vraiment se rebeller. Selena n’a jamais eu un mot plus haut que l’autre avec lui. Mais l’énergumène se trouvant dans cette même pièce ne lui rend pas la vie facile.

Installé dans son fauteuil présent, les verres déjà servis, la conversation était aiguillée sur les problèmes d’alcool de son fils. Il faudrait être aveugle pour ne pas l’avoir remarqué. Surtout pour un homme dont le père était lui-même alcoolique. Certains signes ne trompent pas. Calvin avait au moins la présence d’esprit de ne pas nier devant lui et sa question semblait le mettre mal à l’aise. Severus n’était pas dans de meilleures circonstances que lui. Généralement si confiant et même hautain, il ne faisait pas profil bas, mais il luttait pour ne pas perdre pied.

« Je l’ai toujours su. Mais avant, tu n’étais pas assez mature pour aborder le sujet. »

Et maintenant il l’est ? Ce n’était pas vraiment une certitude mais plus un espoir paternel. Avec un bébé qui ne tardera pas à montrer le bout de son nez, Calvin ne va pas avoir d’autre choix que de grandir d’un seul coup. Severus sait ce que c’est. Il n’a jamais été aussi fêtard que son fils. Il ne l’a jamais été du tout. Mais lui aussi n’avait pas prévu d’avoir des enfants aussi tôt. Aucun regret maintenant, à l’heure actuelle. Même s’il y a plus de bas que de haut, il est fier de ses garçons et même de sa fille.

A l’époque, lorsque sa femme lui a appris la nouvelle, il ne faisait pas le malin. C’était comme si tout s’écroulait autour de lui. Si prévoyant d’habitude, il voulait avoir le temps de construire quelque chose de stable, avant d’envisager une descendance. Et ça ne s’est pas produit de cette façon. Encore plus déstabilisant, lorsqu’un second bébé est arrivé dans la foulée du premier. Ce second bébé qui se trouve actuellement devant lui. Severus ne l’a jamais moins aimé que l’aîné. Il n’a jamais fait de différence de traitement entre eux, bien que les débuts aient été difficiles. Les vêtements, ce n’était pas un problème. Il y en avait assez pour deux bébés. La nourriture quand il y en a pour un, il y en a pour deux. Le berceau a supporté les deux nourrissons dans un premier temps. Les premiers mois, un bébé n’en occupe que la moitié, ce n’était pas le plus urgent, les deux rentraient largement dedans. Un de chaque côté. Mais ces événements l’ont fait grandir et Calvin doit s’y préparer.

Au fond de son fauteuil, son regard posé sur son fils était presque évasif. Perdu dans ses lointaines pensées, son devoir de père passait avant le côté Professeur haineux. Il ne voulait pas pousser le jeune homme dans ses retranchements et attendait un signe. Mais ce qu’il n’attendait pas, c’était des excuses. Un léger haussement de sourcils, comprenant peu à peu que son garçon craignait de lui rappeler des souvenirs douloureux. Touchant de se rendre compte qu’en cette conversation tendue, le fils s’inquiétait du ressenti du père. Calvin ne se doute sûrement pas que Severus croit en lui. Il est conscient qu’il y a une différence monumentale entre son fils et son père. Mais il ne compte pas lui dire de façon à lui ôter toute mauvaise conscience. Il va lui dire comme s’il s’agissait d’un défi.

« Prouves-le moi. Claqua-t-il de sa voix glaciale en étirant le bras vers le bureau pour attraper son verre. Ton grand-père était un lâche qui ne prenait pas ses responsabilités. Il se cachait derrière la bouteille et excusait ses propres gestes grâce à celle-ci. Il haussa simplement les épaules, comme s’il se résignait à ce que son garçon n’en soit pas capable. Prouves-moi que tu vaux mieux que lui en réduisant ta consommation d’alcool. »

Calvin est jeune et Severus sait bien qu’à cet âge-là, faire la fête et boire de l’alcool vont de paire. Il ne lui demande pas de ne plus avaler une seule goutte, mais de réserver sa consommation à ces moments de débauche occasionnelle seulement.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1618
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Déc - 19:10



I see you again
feat. Severus & Calvin
Jus de citrouille ? Il s’en contentera bien. C’était mieux que rien et son père venait de lui faire comprendre, qu’il était au courant pour son addiction à l’alcool. Alors finalement, Calvin n’avait pas intérêt à trop la ramener. Assis également, c’était presque timidement qu’il lui avait demandé depuis combien de temps il était au courant. Le second enfant des Rogue n’a rien d’un être timide. Il est plutôt généralement sûr de lui, cassant, sarcastique et même provocateur. Mais cette fois, il ne la menait pas haut, préférant ne pas chercher à faire le malin. Non qu’il craigne pour son matricule, il est conscient que son père ne lui ferait rien. On peut reprocher bien des choses à Severus, mais certainement pas d’être violent envers ses gamins. Le plus terrible que le fils ait dû prendre, c’est lorsqu’il s’est retrouvé collé au mur alors qu’il avait une fois de plus défié son père et qu’il cherchait à se barrer sans même l’écouter. On est bien loin des coups et autres sévices qu’un paquet de gamins se prennent chaque jour dans la tronche.

Son regard quittait néanmoins le contenu de son verre, qu’il faisait tourner entre ses doigts, pour se poser sur son interlocuteur. C’était même un regard surpris. Son père était au courant depuis le départ, mais il n’avait rien dit ? A présent, il disait même le croire assez mature pour en parler ? Quelle ironie, quand Calvin ne se sent pas adulte lui-même. Il s’auto-proclame adulescent, afin d’excuser les éventuelles conneries qu’il fait et pourrait faire dans un avenir plus ou moins proche.

« Tu pense vraiment que maintenant je le suis ? »

Il ne cherchait pas à se moquer de lui, mais seulement à connaitre le fond de sa pensée. Faut dire que Severus n’est pas facile à cerner non plus. Il n’en est pas encore au point de sortir des phrases incompréhensibles, comme peut le faire Dumbledore, mais Cal’ est certain que ça viendra. Evidemment, la seule défense du fils, c’était de tout faire pour se différencier de son grand père paternel, en prétextant qu’il ne ferait jamais aucun mal à sa famille. Pouvait-il réellement le jurer ? De son point de vue, oui, mais la réalité pourrait peut-être en être autrement. Il ne peut pas vraiment le dire à l’avance et son père ne manqua pas de le remettre à sa place pour ce point. Regard fuyant tout à coup. Si Severus n’y croyait lui-même pas, comment Calvin pouvait ne pas en douter également ? Pourtant, il lui avait annoncé ça en lui laissant une chance de faire ses preuves. Et bien entendu, ça fonctionnait, puisque le fils le prenait comme un défi, sans même se rendre compte que c’était justement ce que son père voulait. Comme quoi, le Directeur des Serpentard connait beaucoup mieux ses enfants que ceux-ci peuvent le penser.

« Je ne suis pas comme lui, je ferais pas les mêmes erreurs… »

Il laissa ses paroles en suspend, relevant lentement les yeux du sol, qu’il s’était mis à observer avec une certaine attention. C’était difficile de faire une telle promesse et franchement, Cal’ en avait plein le cul de décevoir son père. Il a toujours tout fait pour obtenir l’approbation de Severus, mais il a aussi toujours eu l’impression de tout ruiner, quoi qu’il fasse. Cette fois, c’était trop gros, trop important aussi pour risquer de faire une promesse dans le vent. Il savait que son paternel saurait s’en souvenir et le lui rappeler à la moindre occasion. En gros, il lui fallait vraiment réfléchir à ses prochaines paroles. Aurait-il seulement le courage et la volonté nécessaires pour ne pas flancher ?

« Comment suis-je supposé faire quand je suis livré à moi-même, sans personne pour m’y aider ? … »

On ne peut pas dire qu’il soit franchement proche du restant de sa famille. Son oncle a bien des soucis de son côté, sans lui en remettre une couche par-dessus. Son frère tente de remettre de l’ordre dans sa propre vie, il ne va pas lui balancer en prime ses problèmes. Et sans aucune aide, le metalleux se sait perdant par avance.

« Tu m’y aiderais toi ? »

La question de la dernière chance un peu. C’était assez compliqué sans doute, pour Severus. Il est quasiment toujours à Poudlard, alors pour venir en aide à son fils, ça risque d’être chaud. Mais s’il acceptait, ce serait déjà un grand pas en avant pour le tatoué qui n’attend que ça quelque part. S’il s’est autant enterré dans les ennuis, en remettant couche par-dessus couche, c’était à la base pour attirer l’attention paternelle sur sa personne. Sûrement ce que font tous les gosses qui se sont, un jour, sentis rejetés par un être qui leur est cher.

« Non, oublis, tu pourras jamais, tu n’auras pas le temps. »

Baissant de nouveau la tête, son regard plongeait une fois encore dans son verre, qu’il finit à engloutir d’un trait. Heureusement que ce n’était que du jus de citrouille, il ne risquait pas grand chose ainsi.

Ce n’était pas une conversation qui le mettait en valeur et il s’en rendait bien compte. Mais en venant dans le bureau de son père, il s’était bien attendu à ce que les choses ne tournent pas en sa faveur. Même s’il espérait avoir le temps de se mettre un minimum à l’aise avant que Severus ne lance les hostilités.
by NYXBANANA


HJ : je n'ai pas le temps de me relire, je corrige demain


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 140
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Fév - 14:45
I see you again
Calvin & Severus
Qu’est-ce qu’il pourrait répondre à son fils, sans avoir l’air d’être un parfait hypocrite ? Severus ne pense pas du tout que Calvin soit assez mature pour s’en sortir et dire l’inverse reviendrait à mentir. Mais lui dire la vérité, ne serait que l’enfoncer un peu plus, ravivant les blessures du passé. A la place de faire un énième couac, le Professeur des Défenses contre les Forces du Mal préféra attraper son verre pour le porter à ses lèvres. Son regard ne quittait le visage embêté du jeune homme, même lorsqu’il avala quelques gorgées.

Le reste, il l’avait vu venir. C’était trop beau que Calvin ne lance pas un petit pique sur la solitude qui l’entoure. Mais il n’avait pas tort non plus en abordant ce sujet délicat. Severus admet qu’il n’a pas été un père très présent pour ses enfants. Depuis la venue au monde des faux jumeaux, il travaille à Poudlard. L’année scolaire est bercée par ses nombreuses absences, ne revenant qu’à de rares reprises lors de périodes de congés scolaires. Et encore, lorsqu’il n’était pas de chaperonnage, chose qui fut rare malheureusement. Seuls les deux mois d’été lui laissaient le champ libre pour rejoindre sa famille. Mais encore à ce moment-là, il y avait cette période transitoire où tout le monde doit refaire connaissance et apprendre à vivre ensemble. Ce n’est pas chose simple que d’être un parfait étranger pour les siens. Et quand enfin, les habitudes se mettaient en place, Septembre n’était plus bien loin, renchérissant sur une longue année d’absence.

Il en a conscience, tout comme il sait qu’il n’a pas vu ses enfants grandir. Il était absent lorsqu’ils ont, tous les trois, fait leurs premiers pas ou quand ils ont prononcé leurs premiers mots. Comme parfois, lorsqu’Albus abusait au point de le maintenir à Poudlard durant les périodes de Noël. C’est arrivé de nombreuses fois, qu’il manque les festivités, pour rester au château. Mais contre son gré. Toujours contre son gré. Il aurait préféré supporter les joies de sa famille, plutôt qu’à surveiller tous ces gamins débiles qui sont, un jour, passés dans sa salle de cours.

Il a également raté de nombreuses premières fois et d’autres grandes occasions. Ce n’était pas volontaire et quelque part, ça l’était quand même un peu, par crainte sans doute. Il n’avait pas envie de tout foutre en l’air, comme son propre père l’a fait. Il n’avait pas envie d’être l’ennemi numéro un de la famille, mais en prenant ses distances, il s’est lui-même imposé une cible dans le dos.

Mais Calvin lui laissait une chance. En lui demandant s’il l’y aiderait, il lui ouvrait ce passage vers sa vie. Celui que Severus n’aurait peut-être plus l’occasion de prendre s’il le rate cette fois-ci. Et c’était moins une, puisque son garçon se ravisait aussitôt, en prétextant le manque de temps du père.

« Je t’y aiderai. Autant que je le peux. »

Déposant son verre à présent vide, ses iris sombres s’étaient plongées dans celles de son fils, parfois si similaires aux siennes. Il venait de faire une promesse et il fera son maximum pour s’y tenir. Ce n’était pas un serment inviolable, mais pour Severus, ce serait du pareil au même. Il s’y tiendrait de la même façon.

« Peu importe qui est le Directeur de Poudlard, je veillerai personnellement à ce que la porte te soit toujours ouverte. »

Il n’a pas précisé quelle porte. Comme toutes les personnes ayant un jour étudiés à Serpentard, Severus en a toute la fourberie. S’il advienne qu’un crétin pire que Hikkins, se retrouve au pouvoir de l’école, Rogue trouvera toujours un autre moyen de faire entrer son fils. Avec le temps, il connaitre tous les passages secrets de ce vieux château. Ce qui lui a été pratique lorsque ses trois enfants, plus ses deux neveux, se trouvaient à Poudlard en même temps. S’il avait été obligé de leur courir après, sans un petit coup de pouce pour débarquer à l’improviste, il aurait très vite rendu les baguettes.

Mais le temps était venu de prendre congé de son fils. Le Directeur de Serpentard espérait bien l’avoir rassuré concernant la place qu’il comptait prendre dans sa vie. Ce ne sera pas simple, ni pour l’un, ni pour l’autre, mais il souhaite ne pas tout gâcher cette fois-ci.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: