RSS
RSS



 


 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une faim de loup

avatar
Gregory Greyback
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 735
Célébrité sur l'avatar : Brett Davern
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Oct - 17:32
Une faim de loup
Les névrosés de la pleine lune
Ils croient que je ne les entend pas ? Et à défaut de les entendre, ils croient vraiment que je ne les vois pas ? Tous autant qu’ils sont, en train de parler sur mon dos. « Qu’est-ce qu’il a fait ? Il s’est fait défoncé la gueule, c’est bien fait. » Puis d’autres qui sont plus mielleux et qui viennent me demander si tout va bien. Des personnes qui ne m’ont généralement jamais adressé la parole, parce que je suis un loup-garou de naissance. C’est vrai quoi, ils sont tous après les autres, parce que les pauvres chéris, ils ont été transformés et n’ont rien demandé. Mais moi, je suis comme ça de naissance, alors je suis le monstre du coin, évidemment. Je m’étais fait une raison à force, mais je commençais sérieusement à en avoir marre de tous ces regards dans ma direction. Haineux, moqueurs ou curieux, ils s’y mettaient pratiquement tous. Et comme mon égo en a pris un bon coup, je suis encore moins patient qu’en temps normal. Ils sont tous insupportables, je ne rêve que du jour où je me casserai de ce bahut de merde. Alors chaque jour qui passe, me rapproche un peu plus de la liberté. Mais si ce n’était que les élèves qui me les brisaient menues, ça irait. Sauf que les Professeurs commençaient à me jeter des regards pratiquement de pitié. Ils s’imaginent sûrement tous que je suis un gosse battu. Et c’est limite le plus rageant, parce que je ne risque pas d’être un gosse battu, puisque je n’ai pas de père. Puisque je dois garder un secret de merde sur son identité et encaisser toutes les vacheries qui sont balancées à son sujet. Il y a vraiment de quoi péter un câble et je crois que j’étais arrivé à un point tellement haut, qu’il serait difficile de redescendre. C’est là que les idées s’enchainent généralement. Mais pas toujours les bonnes, je l’avoue. D’ailleurs...

Quelle idée de con j’ai eu encore ! A force que tout le monde me regarde comme si j’étais un extraterrestre, j’avais fini par vouloir me sortir de cette situation tout seul. Alors, armé d’un bouquin piqué à l’infirmière de l’école et face au miroir, je m’étais auto-lancé un sortilège pour faire disparaitre mon cocard à l’oeil. Et évidemment rien ne s’est passé comme prévu, puisqu’à la place de faire disparaitre la couleur et le léger gonflement qui perdurait, je n’ai fais qu’empirer le truc. Là, c’était certain que je ne risquais pas de passer inaperçu. Tout le monde allait savoir que je m’étais fait péter la gueule pendant les vacances. Ou même s’imaginer que ça avait recommencé quelque part dans Poudlard. Comme si un seul de ces élèves étaient en mesure de me faire le moindre mal.

Donc, pour continuer sur ma lancée des idées à la con, j’ai fuis pour le week-end. C’est dans la cabane hurlante -pas si flippante que ça finalement- que j’ai trouvé refuge. Et en connaissance de cause en plus. Je sais bien que les surveillants vont donner l’alerte, que Hikkins va me coller pour le restant de ma scolarité et que Rogue va me pourrir pendant les prochains mois. Mais je l’ai quand même fait et sans prévenir qui que ce soit d’autre que Wolfgang. Il est pas comme ça, il ne me dénoncera pas et préféra se faire cuisiner toute une soirée plutôt que de me balancer. Je lui renverrai l’ascenseur à l’occasion. Et il fallait bien que je lui dise pour, qu’éventuellement, il me ramène à bouffer.

Ce qui fait donc une journée que je suis parti et je n’ai pas encore passé la nuit là-dedans. C’est plein de poussière, c’est vieux, mais c’est tellement effrayant que les gens n’y viennent généralement pas. Généralement je disais… Je me trouvais assis dans un coin, tournant quelques pas de mon grimoire de magie noire, quand un bruit attira mon attention. Je ne prenais pas le risque de bouger, peut-être était-ce seulement les recherches qui commençaient, qui sait ? Ou Wolfgang qui venait me tenir compagnie. Ouais là je rêve. Mais la porte s’ouvrit tellement vite, que je n’ai pas eu le temps de dire Quidditch, ni même de chercher à me barrer faut dire. Enfin, j’ai eu la chance de ne pas trouver un Professeur, ni même un Surveillant dans l’encadrement, mais un ancien élève, si mes souvenirs étaient bons. Je ne mis d’ailleurs pas longtemps à le remettre, puisqu’il s’agissait d’un ancien Serpentard.

« C’est occupé… Wulfric, c’est ça ? »

Je ne l’avais plus revu depuis qu’il avait quitté le château et ne me souvenant pas de l’avoir un jour emmerdé, je peux garder l’espoir qu’il n’aille pas me balancer à un adulte de Poudlard. Mais c’était surtout autre chose qui attirait d’un coup mon attention, en faisant grouiller mon estomac d’affamé. Mon flair ne me trompait pas, ça sentait la bouffe. Et là, je boufferai pratiquement n’importe quoi.

« Si t’as prévu un diner aux chandelles, je veux bien virer, mais tu me file à bouffer avant. »

Qui irait faire un dîner romantique dans un tel endroit crasseux ? Mais j’ai appris à mes dépends, qu’on pouvait vraiment tout voir dans ce monde. Même des réunions secrètes dans des toilettes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wulfric Mulciber
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 231
Célébrité sur l'avatar : Jonathan Lewis Seward (Johnny Christ)
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Oct - 13:59
Une faim de loupDans ce monde comme dans l'autre, prends le loup pour frère, car lui-seul connait l'ordre de la forêt. Les dernières vacances s’étaient terminées sur une touche dramatique. Le déménagement de Wulfric et Selena avait eu un arrière goût amer. Ce n’était pas censé se terminer aussi mal, mais c’était arrivé. Pourtant, si tout s’était mis en travers de leur chemin, concernant cette cohabitation, les deux étudiants étaient parvenus à passer outre l’attaque. Et Wulfric s’en étonnait plus que de raison. Quelques temps avant, il serait sûrement retourné vite fait pleurnicher au manoir de son père, afin qu’il le reprenne. Mais ce n’était pas le cas. Pour la première fois de sa vie, il avait agi comme un homme et Selena l’y avait beaucoup aidé. C’est elle qui lui avait laissé le choix concernant leur colocation. Et on pourrait croire qu’il y aurait eu d’autres sujets de discorde, mais étrangement tout allait bien, même si Wulfric refusait catégoriquement que la jeune Rogue invite sa mère à l’appartement. C’était bien de la faute de cette femme, s’ils avaient été attaqués. A cause de ses trahisons à répétition, de ses attaques contre Bellatrix Lestrange, il fallait bien que le Seigneur des Ténèbres la punisse. Et il n’y a rien de pire que de s’en prendre à un enfant pour faire mal à une mère. Il n’y a qu’à regarder comment Narcissa Malefoy couve Drago. Elle en mourrait si son fils venait à perdre la vie.

Surprenant mais pas irréel, Wulfric ne semblait avoir aucun grief contre Fenrir Greyback, le mordeur en série. Ayant toujours trempé dans le milieu des Mangemorts, il est bien placé pour savoir qu’on ne dit pas non au Seigneur des Ténèbres. Le loup-garou n’allait quand même pas risquer de se faire torturer, de perdre la vie ou un être cher, juste pour épargner la fille Rogue qu’il ne devait connaitre que de nom. N’importe quel Mangemort aurait fait la même chose. Et ce qu’il y a de plus surprenant encore, c’est que Calvin et Edwin restaient silencieux face à la réaction de leur meilleur ami. Sans doute parce qu’ils approuvaient cette décision de forcer le coupage des ponts ? Heureusement d’ailleurs, parce que Wulfric n’aurait pas supporté de se retrouver en froid avec ses frères de coeur.

Mais pour le moment, il y avait bien plus urgent que polémiquer sur les décisions de Mulciber junior. Le jour J approchait à grands pas. C’était même des enjambées de géant maintenant. D’ici quelques nuits, tout au plus, la lune se montrera dans sa forme la plus pleine, entrainant les transformations des Sorciers atteints de Lycanthropie. Pour Selena et Wulfric, il s’agira de leur première fois. Et pour eux encore, vient le temps de trouver un abri. En fait, ça fait même plusieurs jours que le jeune Mangemort traine sa colocataire presque sous le bras, pour lui présenter tout un tas de planques. Mais il faut bien dire que jusqu’à présent, aucune ne semble convenir à Selena. Elle y voyait toujours un potentiel risque de faire du mal à quelqu’un, ce qui n’était pas sans agacer Wulfric, même s’il savait qu’elle avait entièrement raison à ce sujet.

Cette fois, il n’avait plus qu’une seule carte, plus qu’un seul lieu à lui proposer. C’est qu’à Londres et aux alentours, il n’y a pas beaucoup de planques pouvant convenir à des Loups-Garous. Et ils ne peuvent pas se permettre de se transformer dans leur appartement, en plein coeur d’une ville. La dernière carte de Wulfric était donc la cabane hurlante de Pré-au-Lard. Après tout, elle avait été créée pour cette raison et avec Hikkins au pouvoir de Poudlard, les élèves ne devaient sûrement plus pouvoir s’y rendre lors de la pleine lune. C’était bien là, la seule solution qu’il leur restait. Et que Selena ne lui dise pas que c’était risqué. C’est quand même Dumbledore en personne qui a ensorcelé cette vieille baraque.

Ils avaient tous les deux transplanés jusque dans le petit village Sorcier. Il fallait s’assurer que la cabane hurlante n’ait pas été endommagée par le temps qui passe. Et pour le savoir, il faudrait y passer quelques heures, tout au plus. Alors, afin d’éviter que sa colocataire ne lui rentre dedans durant toute la soirée, Wulfric était d’abord passé par chez Honeydukes, puis par la Taverne des Trois Balais, afin d’y acheter de quoi grignoter et se désaltérer. Selena était partie faire la même chose dans d’autres boutiques et ils avaient prévu de se retrouver dans la vieille maison. Déjà, Mulciber empruntait le chemin y menant, sortant du centre du village et passant par l’immense champ l’entourant. Il venait à peine de passer le portail, qu’il avait eu une impression étrange. Mais sans vraiment s’en préoccuper, il pensa à tord que la fille Rogue l’avait devancé et s’y trouvait déjà.

A peine eut-il ouvert la porte, qu’il se bloqua sur place en y voyant un adolescent. Il le connaissait celui-là, c’était le petit loup-garou de naissance de Serpentard. Il s’en souvient encore. Alors un simple geste de la tête pour confirmer son identité et il écouta les propos de l’élève de Poudlard.

« Non, reste. On peut partager. Je venais m’assurer que la cabane hurlante était toujours en mesure d’abriter des Loups-Garous. Elle est toujours debout, c’est bon signe… Selena va nous rejoindre. Elle veut aussi s’assurer que l’abri est sûr pour notre première transformation. »

Ca ne servait à rien de cacher la vérité à Gregory Funestar. Lui-même loup-garou, il était parfaitement capable de comprendre et même de garder le silence.

Afin de ne pas se faire repérer par d’éventuels promeneurs, le fils Mulciber referma la porte et se rapprocha pour déposer son butin alimentaire sur la vieille table.

« Tu peux te servir. »
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wolfgang Taylor
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 386
Célébrité sur l'avatar : Dylan Sprayberry
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Oct - 14:50

Une faim de loup
Les Lycanthropes
Comment que je suis censé faire moi maintenant ? Gregory avait fini par péter un câble pour se barrer de Poudlard. Il faut dire qu’en ce moment, on a la vie dure n’empêche. Sauf que si tout le monde ignorait où il se trouvait, moi non. Je le savais parfaitement, puisqu’il m’avait mit dans la confidence. Et là, j’avoue que j’ai passé les dernières heures à éviter le plus possible, de croiser la route de mon oncle Severus. Si jamais il venait par découvrir la réalité, Gregory risquait bien de se faire virer. Et franchement, c’est bien la dernière chose qu’il lui faudrait.

Je tournais en rond dans la Tour des Loups-Garous, sans vraiment savoir comment survivre à ce week-end. Puis, il faut surtout qu’il revienne aussi, après tout ça. En fait, plus le temps passait et plus je me rendais compte, que je ne pouvais pas le laisser seul. Si jamais il lui arrivait quelque chose ? Et puis même, il va s’emmerder à mourir tout seul dans cette vieille baraque. En plus de ça, il ne doit même pas avoir emporter à manger. C’était décidé, à mon tour, j’allais mettre les voiles pour ces quelques jours.

Dans mon dortoir, j’attrapais mon sac à dos que je retournais sur mon lit, pour en vider le contenu. Je filais au plus vite vers ma malle, prenant quelques affaires de rechange et ensuite, je sortais naturellement de ma chambre pour descendre les escaliers. Je ne croisais pas grand monde, c’était déjà ça de pris. Dévalant toutes les marches de chaque étage, j’avais dans l’idée de prendre le chemin de la cuisine, pour faire quelques réserves. Ce ne sont pas les Elfes qui m’y empêcheront, j’en ai l’intime conviction. De toute façon, ils détestent aussi Hikkins, ils ne risquent pas de me balancer.

J’arrivais très vite à destination, jetant un oeil de chaque côté du couloir, avant de m’aventurer dans la grande pièce. Là, une armée d’Elfes s’adonnaient à la tâche de confectionner le prochain repas. Ils s’étaient tous arrêtés suite à mon entrée.

« Je viens juste chercher quelques petites bricoles, pour tenir tout un week-end. »

Je ne sais pas vraiment comment leur demander ça. En plus, je n’ai jamais eu d’Elfe de Maison personnellement. Je ne connais que ceux de mon grand-père, mais ils n’ont jamais été maltraités et ce n’est pas moi qui ferais du mal à ces créatures, qui n’ont rien demandé. Après des regards ahuris de leur part -le mien devait l’être tout autant sans doute-, l’un d’eux ouvrit un grand réfrigérateur, pendant qu’un autre me faisait signe d’approcher. J’étais à peine arrivé devant l’objet, que les deux Elfes me remplissaient mon sac, pendant qu’un autre faisant le tour des placards, venant vers moi les bras chargés de vivres. Alors là, j’en suis certain, je pourrais tenir plus d’un mois. Un grand sourire se dessinait sur mon visage, je n’en croyais pas mes yeux et surtout, je ne pensais pas que les Elfes m’aideraient. Mais ils ont toujours obéi à Dumbledore et je ne serais pas étonné qu’il leur ait demandé de venir en aide aux élèves, plutôt qu’à l’autre dingue d’Hikkins.

« Oh c’est génial, merci. »

Et comme si ça ne suffisait pas, une Elfe me mit un autre sac dans les bras. Je repartais comme je le pouvais, chargé pire qu’une bourrique. Il me fallait faire gaffe, ce n’était pas le moment de croiser un Surveillant ou encore Rusard. Je filais aussitôt dans le Hall, pour sortir dehors et me rendre au Saule Cogneur. La dernière fois, mes faux jumeaux de cousins étaient passés par-là en nous emmenant avec eux. Alors je me dépêchais de poser le sac que j’avais dans les bras, pour sortir ma baguette et immobiliser les branches de l’arbre. Pour éviter d’avoir une mauvaise surprise, je reprenais vite fait mon sac et entrais dans le trou après m’être assuré que personne ne regardait dans ma direction. Le passage menait directement à la Cabane Hurlante. Et je n’eus pas de mal à localiser mon ami, entendant des voix. D’ailleurs, était-il déjà devenu dingue au point de discuter tout seul ? Je m’étais arrêté de marcher pour tendre l’oreille en fronçant les sourcils. Je jurais qu’il y avait deux voix.

« Merde. »

J’espérais franchement que ce ne soit pas un adulte de Poudlard qui lui ait mis la main dessus. Alors prudemment, je repris mon chemin, pour arriver dans la pièce où il se trouvait. Aussitôt, je reconnus le meilleur ami de Calvin et Edwin, alors je m’empressais de me manifester.

« J’ai pensé que tu aurais un petit creux. Et en allant en cuisine, les Elfes ont quasiment dévalisé Poudlard pour me remplir mes sacs. »

Je parlais tout en avançant vers la table, là où déjà je déposais le premier sac, avant de me défaire du second qui rejoint vite le reste. J’ouvrais les fermetures éclairs, pour en sortir le contenu.

« Je peux squatter avec vous moi aussi ? Je m’ennuie dans la Tour des Loups-Garous et là, je crois qu’on a à manger pour un régiment. »

Surtout que Wulfric aussi avait ramené de quoi se nourrir.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Selena Rogue
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 375
Célébrité sur l'avatar : Ksenia Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Oct - 15:12

Une faim de loup
La grandeur d'une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés par la manière dont elle traite ses animaux. ••• « Non mais tu plaisante là ? Dis-moi que tu plaisante ! Tu veux vraiment que l’on tue quelqu’un ? »

C’était principalement, les mots que Selena lançait à chaque trouvaille de Wulfric. Elle ne se rendait pas compte que le stress grimpait à ce point. Tout comme, elle ne se rendait pas compte qu’elle n’avait pas cessé de ronchonner depuis qu’ils étaient partis. Il serait si simple de mettre ça sur le dos de la lycanthropie, mais le hic, c’est que Mulciber était également devenu un loup-garou et que pour le moment, il prenait sur lui. Les jours précédents n’ont pas été simple, c’est vrai. Wulfric s’est mit en tête de trouver un coupable à tout ça et de le pourrir. Bien sûr, il est plus facile de mettre ça sur le dos d’une petite bonne-femme comme Alicia Rogue, que de s’en prendre à un gaillard de la trempe de Fenrir Greyback. Parce que le Monsieur, il est tout aussi flippant quand il n’est pas transformé. Il ne doit pas être bien loin des deux mètres, le poids en harmonie avec sa taille et l’agressivité en prime.

Et Selena est bien trop perdue, pour réellement tenir quelqu’un pour responsable. Puis, elle ne veut pas vraiment avoir à se retrouver en face de Greyback non plus. Madalina a beau prendre la défense du bonhomme, Selena le trouve flippant tout entier et elle n’a pas franchement pour but d’apprendre à le connaitre. Non, le fuir c’est pas mal comme idée, même si son oncle Doyle semble aussi respecter ce gaillard. Sur ce coup-là, elle préfère largement botter en touche.

Elle suivait donc le pauvre Wulfric, au quatre coins du pays pratiquement, à la recherche d’une planque. Puis, après un périple de plusieurs jours, la dernière étape était Pré-au-Lard. Le regard rivé dans la direction du château, qui fut autrefois sa seconde maison, la jeune étudiante en médicomagie se doutait bien de l’endroit où ils allaient se rendre. La cabane hurlante de toute évidence. Ce n’était pas une mauvaise idée après tout. Depuis que Dumbledore a été chassé de sa propre école, il n’y a plus personne qui se sert de cette vieille maison à l’abandon. Les loups-garous sont tous enfermés dans les cachots de Poudlard. Et rien que d’y penser, le coeur de Selena se resserrait. Si elle s’était faite mordre, il y a de ça une année, elle aussi se serait retrouvée attachée dans les cachots, à chaque pleine lune. Elle avait fait partie du groupe anti-Hikkins, mais ce n’est que maintenant qu’elle se retrouve aussi atteinte de lycanthropie, qu’elle se rend compte de la gravité de ce qu’il se passe dans cette école.

Avec Wulfric, ils s’étaient mis d’accord pour rassembler quelques vivres, pour tenir au moins la nuit. Ils pouvaient bien y rester un peu, après tout. En quelques coups de baguette, c’était possible de faire quelque chose de bien de cette maison. Se séparant l’un et l’autre, la dernière de la fratrie Rogue, arpentait les rues du petit village Sorcier. Elle entrait pratiquement au hasard, dans les boutiques, vivant comme une sorte de retour dans le passé. Pas un passé lointain non plus, ça ne faisait même pas une année entière qu’elle était sortie du château, mais c’était assez bizarre. Même si, elle ne regrettait absolument pas sa dernière année. L’autre vieille peau de vache d’Hikkins, avait vraiment tout foutu en l’air avec ses stupides règles.

Après de longues minutes à faire la queue dans les différentes boutiques de Pré-Au-Lard, la jeune femme se retrouvait avec un sac chargé en nourriture en tout genre. Mieux vaut en avoir trop que pas assez. Et le surplus, ils pourront toujours le rapporter chez eux, le lendemain. Elle était sortie du dernier petit magasin et prenait déjà le chemin pour se rendre jusqu’à la cabane hurlante. En quelques coups d’oeil, elle s’assurait d’être seule, afin que personne ne l’y suive.

Son pas ralenti en arrivant non loin de la porte. Sa main se portait déjà à sa baguette en entendant des voix. Si elle s’était imaginée, dans un premier temps, que c’était Wulfric qui perdait la boule et qui discutait tout seul, en se rapprochant, elle remarqua que les autres voix étaient différentes. Restant sur ses gardes, la demoiselle entra, ses doigts s’enroulant un peu plus autour du bois de sa baguette. Toutefois, elle ne la dégaina pas, se rendant compte de qui il s’agissait, une fois qu’elle eut ouverte la porte. Son regard se posa un instant sur Wulfric, avant de glisser sur Gregory Funestar. Oh oui, qu’elle le connait lui. Il s’est chargé de prendre Wolfgang sous son aile, lorsqu’il avait été attaqué avec son père, en Irlande. D’ailleurs, en parlant de Wolfgang, il se trouvait aussi présent, dans la cabane hurlante. Surprise, Selena haussa d’abord les sourcils, se souvenant que c’était certes le week-end, mais que normalement, le couvre-feu devait déjà être placé.

« Mais, qu’est-ce que tu fiche là toi ? »

Elle n’attendait pas réellement de réponse, se doutant qu’il avait fait le mur. Qu’ils au pluriel même, puisque Gregory avait le même âge que Wolfgang, dans les souvenirs de Selena. Mais en voyant toute la nourriture, elle comprit assez vite, qu’eux aussi désiraient s’installer dans le coin pendant quelques heures. Avec un petit air amusé, elle se rapprocha de la table et vida son propre sac dessus.

« Au moins, nous ne mourrons pas de faim. »

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Bouche pâteuse et faim de loup.||Solo
» Libre - Faim de loup.
» Une faim de loup! (avec Mégane)
» Une faim de loup - Chasse solo
» MARIANNE & THOMAS Ҩ « une faim de loup. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT DE COMMENCER :: Saison 4 :: Début de l'an 2000-
Sauter vers: