RSS
RSS



 


 :: AU COEUR DE L'ACTION :: ♣ Retourneur de Temps :: Flashbacks :: Flashbacks de Blaise Zabini Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un choix Cornélien

avatar
Lord Voldemort
Seigneur des Ténèbres
Âge du personnage : Immortel (ou presque)
Nombre de messages : 277
Célébrité sur l'avatar : Ralph Fiennes
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Nov - 16:01

Un choix Cornélien
ft. Blaise Zabini & Lord Voldemort



« Hell is empty and all the devils are here. »
Un petit pas pour Lord Voldemort, mais un grand pas pour la Communauté Magique. Le plan que le Seigneur des Ténèbres s’apprêtait à mettre en place était splendide, grandiose, sans pareil ! Personne avant lui n’avait échafaudé de stratégie plus cruelle et redoutable que celle qu’il avait à l’esprit. Et tout cela grâce à ce stupide petit archéomage, si fasciné par le monde et ses secrets, qu’il finissait toujours par dénicher de précieux artefacts. Artefacts desquels il ne restait jamais en possession bien longtemps. Connor Sainclair était si naïf, que cela avait dû être un jeu d’enfant pour Riley que de s’emparer de sa nouvelle trouvaille. Mais que l’on se rassure, le Lord allait en faire un très bon usage. Ses cibles avaient été soigneusement choisies par son illustre personne. Sur ce coup-là, il n’était pas question de mettre qui que ce soit dans la confidence. Voldemort ne s’était toujours pas remis de la trahison de la Coupe du Monde, il était encore obsédé par l’idée que des traîtres hantaient ses rangs. Et puisqu’il n’avait pas encore pu mettre la main sur eux, autant garder le silence. Chacun de ses mangemorts était considéré comme un suspect, comme un coupable potentiel. Les lieutenants Lestrange ne faisaient pas exception. Eux qui lui avaient caché la naissance de leurs jumeaux, eux qui lui avaient dérobés de potentiels petits soldats. Comment pouvaient-ils encore se comporter comme des privilégiés, comme les favoris de leur maître ? Le plan que le Seigneur des Ténèbres avait mis au point était bien trop important pour que le moindre détail soit révélé à qui que ce soit.

Si deux des victimes de ce qui allait être appelé l’Ere des Ténèbres avaient été on ne peut plus simples à capturer, ce n’était pas tout à fait le cas des deux autres. Sirius Black et Darren Hellson n’étaient pas les personnes que l’on avait le plus de chances de croiser dans les rues de Londres. Ces deux rats se terraient dans leur taudis respectif. Ils évitaient de trop attirer l’attention sur eux, mais il se trouve que Lord Voldemort avait toujours une longueur d’avance. C’est avec une impatience peu commode à dissimuler qu’il attendait la venue de Blaise Zabini. Un jeune sorcier si prometteur, que Voldemort jugeait fin prêt à démontrer l’ampleur de ses talents. Il l’avait choisi à lui pour capturer le leader des Anarchistes, car Blaise avait vécu à Poudlard pendant le huis-clos. Il avait été aux premières loges pour observer les méthodes d’Hellson. Et puis, il s’était proposé pour infiltrer l’inquisition, alors quoi de mieux qu’une mission spéciale pour récompenser un mangemort aussi volontaire et désireux de servir la bonne cause ? Bon d’accord capturer l’un des sorciers les plus recherchés et infiltrer un mouvement ennemi ce n’était pas tout à fait la même chose. Le degré de difficulté n’était sûrement pas le même, mais pour ce qui était d’infester les rangs de Margot Woosley, le Seigneur des Ténèbres avait songé à quelqu’un d’autre. Sans oublier que le petit Blaise avait passé bien des heures en compagnie des Malefoy, il n’y avait donc plus qu’à espérer qu’il aurait hérité des talents de beau-parleur de Lucius, et le tour serait joué. Ou presque. Mais peu lui importait les détails, que Zabini se débrouille comme il le souhaite, la seule chose qui intéresse le Lord c’est le résultat. Et si Blaise venait à accomplir sa mission, il se pourrait que Voldemort se montre enclin à lui révéler deux ou trois petites choses sur les circonstances de la mort de son père. Car le mage noir l’avait bien compris, trouver l’assassin de son géniteur était la cause qui motivait Blaise, celle pour laquelle il vivait si dangereusement.

« Entre, Zabini ! »

Le Seigneur des Ténèbres avait entendu Blaise se frayer un chemin jusqu’à lui. Assis dans son fauteuil, il déverrouilla la porte et attendit que le mangemort fasse son entrée.


(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Blaise J. Zabini
Étudiant en magie avancée
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 250
Célébrité sur l'avatar : Adonis Bosso
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Nov - 12:57
Un choix Cornélien
Lord Voldemort
feat.
Blaise J. Zabini








Lorsque tu as plusieurs choix devant toi (...) et que tu n'arrives pas à te décider, prends toujours le chemin qui demande le plus d'audace Δ Ronald Wright

Si il y avait eu une constante, dans son enfance, c’était bien l’existence de son père. Une certitude ? Celle d’avoir été aimé inconditionnellement par ce grand sorcier partie trop tôt. Ce n’était pas pour rien que Blaise en avait gardé un souvenir si précis, et surtout si précieux. Il n’avait que six ans lorsqu’il était mort, mais il restait gravé dans sa mémoire de manière infaillible.
Bien entendu, sa mère aussi avait toujours été là. Mais contrairement à Joseph, elle n’avait pas laissé un souvenir aussi tendre dans l’esprit de Blaise, qui avait vécu de nombreuses années avec une femme dont le cœur s’était refermé afin de se protéger. Une mère qui l’aimait, il n’en doutait pas, mais qui ne le montrait plus vraiment depuis des années. C’est pourquoi, s’il se battait pour elle et ses amis les plus proches, il s’accrochait surtout à la mémoire de son paternel disparu.

Voilà des mois qu’il luttait sans jamais baisser les bras. Des mois de peur, de doutes, de risques. Des mois qu’il n’avait pas vu passé mais dont il sentait déjà le poids dans son esprit et son cœur. Il avait dû faire ses preuves auprès de deux camps : prouver sa loyauté aux anarchistes et montrer sa volonté d’agir au Seigneur de Ténèbres. Il avait commis des atrocités pour en arriver à obtenir une confiance relative des mages noirs, compte tenu de son jeune âge. Il avait espionné, attaqué, torturé et même tué, parfois. Ces choses-là, ils les repoussaient dans son esprit, aussi loin qu’il le pouvait. Mais ils étaient pourtant là. Il portait aussi cette marque sur le bras, à la fois fascinante et écœurante, signe de son asservissement. Il avait fait beaucoup de sacrifice, notamment psychologique, pour atteindre son but : trouver l’assassin de son père et le tuer.
Le Seigneur des Ténèbres l’avait vite compris. Il lui en avait d’ailleurs touché quelques mots lors de ses premières missions. Il lui avait fait miroité une possibilité d’obtenir des informations si il se montrait suffisamment efficace et appliqué. Alors Blaise avait foncé, comme le débutant qu’il était. Il savait très bien qu’il n’y avait aucune certitude quant à la véracité de ses paroles. Lord Voldemort disait et faisait ce qu’il voulait. Rien ne vous garantissait qu’il accomplirait vos désirs. Lui-seul décidait de votre avenir. Mais Blaise ne savait part où commencer : où chercher ? Qui interroger ? Il n’avait que ce recours, à l’époque, alors qu’il sortait tout juste de Poudlard. Depuis, il avait fait du chemin, sans aucun progrès de côté-là, cependant.

Pourtant, l’occasion allait lui être donné et il ne le savait pas encore. Lord Voldemort en personne, l’avait convoqué, ce jour. Blaise n’avait pu empêcher une appréhension sourde, proche de la terreur, de se frayer un chemin dans son esprit. Heureusement, il était très fort pour cacher ses émotions, résultats d’une quinzaine d’année d’entraînement quotidien. Personne, hormis lui-même, ne devait connaître ses émotions. C’était là un apprentissage d’Agathe, sa mère, qui était passé maîtresse dans cet art.
Il pénétra donc dans le manoir, avec une assurance familière mais qu’il était bien loin de ressentir. Le portail s’était laissé traversé sans aucun soucis, la marque des Ténèbres lui assurant un passage automatique. Et le premier mangemort qu’il croisa ne lui posa aucune question. Il était étonnant de voir à quel point la façon dont on se comportait pouvait vous faire paraître légitime dans n’importe quel endroit ! Reboutonnant correctement sa veste de costume, il se dirigea vers les étages, interrogeant les mages noirs présents quant à la position de leur Seigneur. L’un d’eux lui indiqua un bureau au deuxième étage et l’y accompagna avant de prendre congés, sans aucun doute peu désireux d’être confronté au Seigneur des Ténèbres plus que nécessaire. Un climat de peur, voilà la réussite de l’ascension de Lord Voldemort.

Arrivé devant la porte, il n’eut même pas le temps de frapper à la porte que LA voix glaçante lui indiquait d’entrer. Voilà qui le plongeait tout de suite dans le bain. Lord Voldemort savait tout. Une fois de plus, l’appréhension lui étreint l’estomac. Il savait déjà que les prochaines minutes, voir la prochaine heure, allaient être difficile à vivre. Comme-ci le Lord connaissait tout de lui jusqu’à ses moindres secrets. Alors que lui-même ne savait jamais ce que le Lord allait lui dire ou exiger de lui. Bien entendu, c'était faux. Lord Voldemort ne connaissait pas ses secrets. Il ne serait plus là pour le penser, dans le cas contraire.
Après une lente respiration destinée à se constituer un masque neutre, et à fermer son esprit au mieux, il entra. Le Seigneur des Ténèbres était là. Il l’attendait, assis dans un large fauteuil. Mécaniquement, et avec déférence, il s’approcha puis s’agenouilla devant lui, à quelques mètres.


« Monseigneur … A votre demande, je me présente à vous »


Il n’en dit pas plus. Il avait vite compris, avec l’observation, que trop de flatterie n’était accepté que de la part des plus fidèles lieutenant. Il valait mieux se montrer succin et respectueux, lorsqu’on n’était qu’un mage noir de second rang. Et surtout, ne pas donner l’impression qu’on était suffisamment important pour s’inviter de soi-même. Jamais.
Il resta ainsi, les yeux baissés vers le sol, en attendant que le Lord reprennent la parole et l’autorise à discuter avec lui presque comme son égal. Il avait fallu de l'entrainement pour quelqu'un à la personnalité si arrogante que lui. Mais avec le Seigneur des Ténèbres, on prenait rapidement le pli. C’était le protocole et il s’y tenait au mieux.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lord Voldemort
Seigneur des Ténèbres
Âge du personnage : Immortel (ou presque)
Nombre de messages : 277
Célébrité sur l'avatar : Ralph Fiennes
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Nov - 13:50

Un choix Cornélien
ft. Blaise Zabini & Lord Voldemort



« Hell is empty and all the devils are here. »
Blaise savait comment dissimuler ses pensées des esprits trop curieux. Le Seigneur des Ténèbres ignorait qui lui avait enseigné cet art, mais il ne le déplorait pas plus que cela. A vrai dire, il était assez aisé de savoir ce qui motivait le jeune homme. Lord Voldemort n’était pas idiot, il était même suffisamment informé pour savoir que Zabini avait posé beaucoup de questions. Aussi discret qu’il ait pu être, sa soif de réponses n’était pas passée inaperçue. Le garçon brûlait de connaître toute la vérité au sujet de l’assassinat de son père, et il semblait être persuadé qu’il trouverait satisfaction en questionnant les mangemorts. Jusqu’à présent, il n’avait jamais évoqué le sujet avec son maître, jamais osé insinuer qu’il ait pu avoir un rôle à jouer dans cette sombre histoire. Mais le Seigneur des Ténèbres se doutait bien que le jeune homme finirait par sortir de son mutisme face à lui. Ainsi, pourquoi ne pas lui couper l’herbe sous le pied et ne pas aborder lui-même la question dans le but de servir ses propres intérêts ? Appâter Blaise avec la promesse de lui révéler ce qu’il savait de la mort de son géniteur était une idée cruelle mais efficace. Plus la récompense était élevée, plus la motivation grandissait. La mission que le Lord s’apprêtait à lui confier était particulièrement laborieuse, il était bien conscient qu’il y avait de fortes chances pour que Blaise échoue et se fasse tuer en essayant de capturer Hellson. Mais pour le Lord, la perte serait assez dérisoire. Zabini n’était qu’une très jeune recrue, n’ayant encore jamais véritablement fait ses preuves. Sa disparition ne serait remarquée et déplorée que par peu de mangemorts. Néanmoins, le jeune homme avait du potentiel, et pour quelqu’un de son âge, il avait rapidement appris les codes de comportement d’un bon mangemort. Il s’était très rapidement accoutumé à la discipline et au respect dont il fallait faire preuve à l’égard du Seigneur des Ténèbres. Celui-ci se félicita de le voir s’agenouiller et attendre patiemment d’être à son tour salué par le maître des lieux.

« Relève-toi, mon garçon. L’heure est enfin venue pour toi de faire tes preuves, de montrer à quel point notre cause t’est chère. »

Lord Voldemort mettait toujours l’accent sur ce qu’impliquait l’appartenance aux mangemorts. Porter la marque des ténèbres signifiait vouer l’entièreté de sa vie à la lutte pour la suprématie des sangs-purs. Il n’était permis pour quiconque de demeurer passif en attendant que l’heure vienne de sacrer le règne du Seigneur des Ténèbres sur la communauté magique. Tout bon mangemort avait le devoir de prouver sa loyauté à chaque heure du jour et de la nuit.

« De tous les mangemorts, tu es certainement celui qui connaît le mieux Hellson. »

Le Seigneur des Ténèbres fit une courte pause. Au cas où Blaise ait eu la stupide idée de jouer les agents doubles pour les anarchistes, ces quelques mots lui donneraient certainement des sueurs froides. Voldemort ne soupçonnait pas Blaise plus que quiconque d’être le fameux traître qui s’était empressé de livrer les plans des mangemorts au Ministère. Mais avec le temps, il était devenu paranoïaque et voyait l’ombre de la traîtrise sur chaque visage qui l’entourait.

« Tu étais aux premières loges durant le huis-clos qui a frappé Poudlard. Tu as dû avoir le temps d’observer les manigances tendues par Hellson, n’est-ce pas ? »

C’était le genre de questions, auxquelles il était impossible de répondre par la négative. Si Voldemort laissait entendre qu’il y avait une autre issue possible, une porte de sortie, en réalité il n’en était rien. Il ne supportait pas que l’on contredise ses paroles, que l’on déçoive ses attentes.

« Il se trouve que je vais bientôt avoir besoin de ses services. Mais comme tu peux aisément le deviner, je ne compte pas lui envoyer un hibou d’invitation, auquel il ne répondrait certainement pas. Je songeais plutôt à ce qu’un fidèle mangemort le fasse venir jusqu’à moi. Et pour toutes les raisons précédemment énoncées, c’est toi que j’ai choisi pour accomplir cette tâche. Il va sans dire que c’est une mission de la plus haute importance, qui, si elle était menée à bien, serait récompensée comme il se doit. »

Le Lord dévisagea le jeune homme, cherchant à déceler la moindre trace d’émotion. Etait-il fier d’être ainsi choisi par son maître, ou bien avait-il peur de ce que l’ampleur de la mission représentait ? Difficile à dire, mais peut-être qu’un mot bien placé rendrait son visage plus déchiffrable.

« Il est si regrettable que ton père ne soit plus de ce monde, il aurait été si fier de voir le chemin que tu as déjà parcouru à ton âge. »


(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Blaise J. Zabini
Étudiant en magie avancée
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 250
Célébrité sur l'avatar : Adonis Bosso
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 15 Nov - 17:58
Un choix Cornélien
Lord Voldemort
feat.
Blaise J. Zabini








Lorsque tu as plusieurs choix devant toi (...) et que tu n'arrives pas à te décider, prends toujours le chemin qui demande le plus d'audace Δ Ronald Wright

Heureusement, Blaise n’eut pas à rester à terre très longtemps. Il n’aimait pas cette sensation de soumission abjecte qui l’oppressait toujours un peu. Malgré tout, il s’y tint et ne se redressa qu’à la demande du Seigneur des Ténèbres qu’il écouta attentivement. En effet, ce dernier enchaîna directement sur la raison de cette convocation. Apparemment, il avait une mission à lui confier. Blaise aurait eut envie de grimacer si il avait été en présence de quelqu’un d’autre que le Lord. Quelle tache ingrate allait-on encore lui confier ? Surveiller un prisonnier sans grande importance, le torturer pour le « plaisir » ou se débarrasser d’un ennemi tout aussi insignifiant ? Le genre de tache ingrate dont les lieutenants ne voulait pas s’occuper. Il garda son masque neutre, cependant. Le Seigneur des Ténèbres attendait de lui qu’il lui montre une nouvelle fois sa loyauté.

Pourtant, son calme fut mise à mal par les paroles que prononça le Lord, par la suite. Il sentit son pouls s’emballer tandis que ce dernier insinuait une relation avec Hellson lui-même. Merlin, se pourrait-il qu’il ait pu deviner ce qu’il essayait de cacher avec tant d’acharnement ? Il s’efforça de rester impassible, ne souhaitant pas faciliter la tâche du Lord, tout en pensant qu’au vue des battements affolés et assourdissants de son cœur, il était peu probable que ce dernier ne perçoive pas son trouble. Pourtant, il n’en était rien. Son angoisse décuplait simplement ses sensations.
Il entreprit de se calmer, essayant de raisonner intelligemment. C’était impossible, il y avait veillé. Puis, entendant la suite de l’explication de son maître, il réalisa qu’il s’affolait pour rien. Son vis-à-vis parlait simplement de sa présence à Poudlard, durant le Huis-Clos. Bien sur, les mots n’avaient pas été lâché pour rien. Il en avait conscience. Sauf qu’il se demandait à présent pourquoi avoir prononcé ceci ? Avait-il des doutes quant à sa personne ? Pour qu’il ait visé justement les anarchistes, il devait bien y avoir une raison, n’est-ce pas ?


« Oui, maître » s’entendit-il répondre, presque comme en dehors de son propre corps.

Il était important que le Lord ne se rende pas compte de l’instant de panique qu’il venait de traverser. Heureusement, il se faisait confiance à ce sujet. Son masque était trop ancré dans ses habitudes pour se fissurer si facilement. Il était impassible. Respectueux. Humble. Le parfait petit mangemort.

Aussi, quand le chef des Mages Noirs entreprit de lui expliquer ce qu’il attendait de lui, Blaise l’écouta attentivement. La mission était périlleuse. Pire, elle était honteuse. Voldemort lui demandait ni plus ni moins de lui livrer Hellson sur un plateau d’argent. Dans un premier temps, le black ne pensa qu’à la trahison que cela représenterait. Hellson était le chef de l’anarchie. Un mentor. Une connaissance qu’il avait apprit à apprécier même si ils étaient loin d’être proche. Et puis, il y avait les autres : Katlyna, pour commencer. Bonnie. Eden. Calvin. Selena. Et tant d’autres. Ils étaient ses compagnons de fortunes. Ses amis. Ses alliés. Ils ne pouvaient tout simplement pas accepter une chose pareille. Sans Hellson, l’Anarchie ne s’en relèverait pas. Sans Hellson, la vie de tous ses gens serait brisée à jamais. Sans Hellson, il serait un assassin et il aurait du mal à vivre avec.
Sauf que le Lord avait tout prévu. Blaise ne savait pas si il se doutait du combat intérieur qu’il était en train de mener. Il ne savait pas si il avait deviné son appartenance à ce mouvement. Si il avait des preuves ou juste des soupçons. Ou s’il bluffait simplement. Mais il sut trouver la corde sensible de son disciple. Il avait commencé par lui miroiter une récompense. Mais c’est sa dernière phrase qui attira le plus son attention. Son père. Voldemort était en train de lui promettre des informations sur l’identité de son assassin en échange de sa collaboration. Une lueur d’intérêt s’était sûrement allumé dans son regard tandis qu’il observait son maître, plus attentif que jamais. Il n’oublia pas de lui répondre, pour autant. Bien au contraire :


« J’aime à le penser, Monseigneur »

Il savait que c’était faux, bien entendu. Son père ne serait absolument pas fier de le voir gravir les échelons chez les mangemorts. Certains jours, il était même hanté à l’idée de ce qu’il aurait pensé de ses actes. Puis, il se disait qu’il n’était plus là pour le voir et que c’était justement la raison pour laquelle il devait aller au bout des choses. Qu’importe que son âme s’en retrouve entachée. Qu’importe qu’il terrorise, torture et tue. Il lui fallait qu’il progresse dans son ascension chez les mangemorts. Il devait prendre de l’importance et mériter des récompenses. Alors, il pourrait obtenir les informations qu’il recherchait avec tant d’acharnement. Et puis, au bout du compte, qu’il soit pur ou pas n’avait pas d’importance. Au final il tuerait avec plaisir. La vie de son assassin pour celle de l’être qu’il aimait et admirait le plus au monde.

« Je vis pour le rendre fier et accomplir à sa place les grands desseins qu’il aurait pu accomplir pour vous. Ma place est à vos côtés, à servir votre cause »

Il avait conscience de jouer un coup de poker avec cette phrase. Lord Voldemort savait très bien que son père avait été tué parce qu’il refusait catégoriquement de les rejoindre. Certes, il avait disparu à cette époque mais ses disciples n’avaient pas du manquer de le lui expliquer, à son retour. Pourtant, lui-même n’est pas censé connaître ces détails. Et pour cause, il était entré chez les mangemorts, prétextant que là était sa place. La place des Zabini. Il avait conscience de salir le nom de ses ancêtres par cette décision. Mais il devait avant tout laver leur honneur en démasquant celui qui avait mit fin à la vie de son paternel.

« Je suis très honoré de cette mission et je vous en remercie » continua-t-il, inclinant la tête en signe de respect et de remerciement.

Sans même y avoir réfléchit, il venait d’accepter. De tout façon, il ne pouvait pas refuser sous peine d’être puni, voir tué. Il était, après tout, qu’un sous-fifre sans importance. Néanmoins, il se voyait confié cette périlleuse mission, et à moins d’être une embuscade destiné à se débarrasser de lui, cela signifiait que le Lord portait des espoirs en lui. Il lui faisait assez confiance pour la lui confier, à lui et à lui seul. Il n’était donc pas que de la poudre à canon, n’est-ce pas ? C’était ce qu’il attendait depuis presque deux ans. Une occasion à saisir pour approcher son but. Il la saisie donc sans savoir si il avait raison de le faire. Si il allait obtenir ce qu’il voulait.

« Ma récente entrée dans l’Inquisition pourrait m’y aider. Il serait possible d’approcher Hellson par ce biais, je pense »


Il enfoui, au plus profond de son esprit, le dégoût de lui-même que provoquait ses mots. Dans cette petite boite de Pandore où il rangeait tout ce à quoi il ne voulait pas se confronter. Il se rendait compte qu’il était prêt à trahir l’Anarchie toute entière pour ces informations. Il était en pleine partie d’échec contre le Lord et il lui faudrait beaucoup d’adresse afin d’obtenir un échec. Il devait le convaincre de ses capacités. Mais surtout, il devait s’assurer que son maître avait bien l’intention de lui révéler l’identité du mangemort haï, comme il en avait l’intuition.
Dans le pire des cas, il se fit la réflexion qu’il pourrait toujours faire foirer sa mission si la récompense n’en valait pas la peine.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lord Voldemort
Seigneur des Ténèbres
Âge du personnage : Immortel (ou presque)
Nombre de messages : 277
Célébrité sur l'avatar : Ralph Fiennes
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Nov - 12:25

Un choix Cornélien
ft. Blaise Zabini & Lord Voldemort



« Hell is empty and all the devils are here. »
Submergé par l’immensité de son orgueil, le Seigneur des Ténèbres se fourvoyait sur les motivations de Blaise Zabini. Il était intimement convaincu que si le garçon avait rejoint les mangemorts, c’était par peur de finir comme son père. Il ne s’imaginait pas un seul instant que Blaise se fiche complètement de ses idéaux, que son sang ne soit même pas pur. Il était conscient que Zabini essayerait tôt ou tard d’enquêter sur les circonstances de la mort de son père. Mais il ne pensait pas que c’était là l’unique raison de son ralliement. Il était persuadé que Lucius Malefoy avait bien fait son travail, qu’il avait réussi à manipuler le jeune Blaise et à le faire entrer dans le droit chemin. Lord Voldemort trouvait d’ailleurs que la situation était particulièrement amusante. Zabini avait quasiment été élevé par l’assassin de son père. Comme c’était cruel, si divinement cruel. Et pour une fois, on ne pouvait pas accuser le Seigneur des Ténèbres d’être le responsable de tout cela. Il avait certes ordonné à ses hommes de recruter le père Zabini, mais au moment où celui-ci avait été exécuté, le Lord n’était plus de ce monde. Contre toute attente, Lucius Malefoy avait un jour pris des initiatives.

« Oui, il est bien triste que le destin n’ait pas laissé le temps à ton père de nous rejoindre. Mais heureusement que tu es là pour redorer le blason de ta famille. »

Ce qui avait l’air d’être une flatterie, n’en était en réalité jamais une quand cela venait de Lord Voldemort. La moindre de ses paroles était teintée de sous-entendus et de menaces à peine voilées.

« Comme tu dois certainement t’en douter. Je sais des choses au sujet de la disparition si tragique de ton père. Des détails que j’aurais peut-être le temps de te confier d’ici quelques semaines. Si tout se déroule bien. »

Le Lord avait placé de hauts espoirs en Zabini, et il était capital que celui-ci le comprenne parfaitement. S’il n’arrivait pas à mettre la main sur Hellson, alors les Anarchistes demeureraient hors de portée, et pourraient toujours contrer les plans de Voldemort. Or, le mage noir ne pourrait tolérer de voir ses idées si diaboliquement ingénieuses échouer à nouveau. Mais conformément à ce qui était attendu de lui, Zabini accepta la mission sans se faire prier. Le Seigneur des Ténèbres se félicita d’avoir gagné son soutien aussi vite. Il aurait pensé que le jeune homme ne se sentirait peut-être pas de taille à capturer Hellson, qu’il hésiterait avant d’accepter la lourde tâche qui lui était confiée. Et pourtant, Blaise l’étonna de par son assurance digne des plus anciens mangemorts.

« J’espère que tu es conscient de l’importance de cette mission. Elle n’est pas à prendre à la légère. Si Hellson ne m’était pas présenté avant le mois de juin, je me verrais obligé de reconsidérer ta présence dans nos rangs. »

Non, il n’allait pas le remercier de sa loyauté et de sa rapidité à avoir accepté cette mission suicide. Après tout, si Blaise avait rejoint les mangemorts, il devait savoir à quoi s’en tenir. Un mangemort n’était rien d’autre qu’un pion que l’on envoyait à la mort pour servir les intérêts du maître. A force de jouer les agents doubles, naviguant entre les mangemorts et l’Inquisition, il y avait fort à parier que Blaise ne se ferait pas vieux.

« As-tu déjà obtenu quelques renseignements sur l’Inquisition ? Je ne m’attends pas à ce que tu sois mis au courant de leur plan, mais tu aurais peut-être déjà pu rassembler les noms de quelques membres, n’est-ce pas ? »

C’était le genre de questions auxquelles il ne fallait pas répondre non. Lord Voldemort en avait fait sa spécialité.


(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Blaise J. Zabini
Étudiant en magie avancée
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 250
Célébrité sur l'avatar : Adonis Bosso
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Nov - 18:39
Un choix Cornélien
Lord Voldemort
feat.
Blaise J. Zabini








Lorsque tu as plusieurs choix devant toi (...) et que tu n'arrives pas à te décider, prends toujours le chemin qui demande le plus d'audace Δ Ronald Wright

Les paroles du Lord n’était toujours que menaces voilées. Raison pour laquelle chacun appréhendait de se confronter à lui. On ne savait jamais ce qu’il savait de soi, de ses faiblesses et de ce qu’il pourrait vous « promettre » en cas d’échec. Blaise avait l’impression que le Lord tentait de lui dire qu’il avait tout intérêt à se montrer à la hauteur afin de corriger les erreurs de son paternel. Mais lui-même ne devait pas savoir tout ça, pas vrai ? Ou alors, le Lord se doutait qu’Agathe finirait par le révéler à son fils ? Après tout, elle-même n’était pas alliée de leur cause. Le Seigneur des Ténèbres aurait pu deviner qu’elle ne souhaitait pas son entrée chez les mangemorts et qu’elle lui ait révélé leur histoire familiale dans l’espoir de le faire changer d’avis.
Certes, elle côtoyait la plupart des membres de leur organisation, mais elle était assez intelligente pour ne pas en avoir l’air, justement. Jamais le Lord n’aurait voulu d’une femme comme elle dans ses rangs. Elle n’était pas une Bellatrix, au contraire. Elle se faisait passer pour une femme tout juste bonne à tenir une maison. Elle était bien plus que ça, bien entendu. Mais elle savait montrer d’elle uniquement ce qu’elle voulait bien. Mais Lord Voldemort était intelligent. Peut-être avait-il tout deviné … ?

Blaise ne pouvait s’empêcher de se sentit assailli par ces questions. Il se sentait oppressé, comme entre deux eaux. Les mots et le comportement de son vis-à-vis ne l’aidait pas à se sentir confiant. Une pensée lui permettait de rester calme, cependant. Si il suivait les désirs de son maître, en allant dans son sens, il n’éveillerait aucun soupçon. Il sauverait sa couverture et sa peau. C’est ainsi qu’il y parviendrait. Qu’importe ce qu’il pouvait dire, une seule certitude : si Lord Voldemort avait apprit le mensonge de sa famille, son statut de sang « souillé », il ne serait déjà plus de ce monde. Il se devait donc de rester confiant. Tout ne reposait que sur ça.
Quand bien même le mage noir connaîtrait les raisons qui le pousse à se montrer si entreprenant envers leur cause, son désir de vengeance, il n’aurait rien à se reprocher. Sauf si l’assassin de son père était un mangemort très cher à leur cause, bien sur. Mais c’était un autre problème. Tant de mangemort agissait pour leur propre compte. Du moment qu’ils respectaient les règles, qu’il était soumis à leur maître et ne leur cachait rien d’important, alors ce dernier acceptait les motivations personnelles. Il les utilisait, même. Comme en ce moment-même, avec Blaise. D’ailleurs, l’intérêt de Blaise redoubla lorsque le Lord aborda lui-même le sujet duquel il hésitait à parler. Il lui enleva là un poids de ses épaules, en abordant le sujet de lui-même. Ragaillardi, le black reprit la parole :

« Je m’en doutais, Monseigneur. Qui mieux que vous pourriez connaître de si précieuses informations ? Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que je recherche le responsable de sa mort », autant faire preuve d’honnêteté, le Lord n’abordait pas le sujet pour rien, « Il est de mon devoir de laver l’honneur de ma famille en tant qu’unique héritier. Et des réponses pourraient soulager la peine de ma mère. Je ferais donc tout mon possible pour les obtenir en remplissant ma mission au mieux »

Il avait peur de se montrer trop expansif. Et trop confiant. Une part de lui se sentait extrêmement vulnérable d’en révéler autant sur lui. Certes, tout ce ne devait plus un secret pour grand monde au sein des mangemorts mais il montrait sa plus grande faiblesse au grand jour. Lord Voldemort le tenait par les couilles. Il ne savait pas si ce dernier avait comprit que ces réponses étaient sa motivation première. Si il avait compris à quel point cet objectif supplantait toute sa prétendu attache à leur cause. Car, il était certain qu’il saurait se montrer plus zélé en sachant ce qu’il obtiendrait au bout du compte. A ce moment, tout passait au second plan, même l’Anarchie.
Il se montra donc particulièrement franc, et il savait que le Lord le sentirait. Quoi de mieux pour attiser sa confiance ? Il appuyait sur l’honneur des sangs-purs, la fierté et les besoins de sa famille. En agissant comme le parfait petit sang-pur, il ressemblait à toutes ses autres familles alliés à leur cause. Il se fondait dans la masse. Il y avait pourtant une part de vérité dans ces mots. Il espérait que cette stratégie porterait ses fruits.
Il entreprit ensuite de rassurer son maître quant à l’implication nécessaire à cette cause. Le Lord avait visiblement le plus grand besoin d’Hellson à une date donnée. Il nota cette information dans un coin de son esprit. Elle pourrait se révéler importante.

« C’est une tâche extrêmement difficile. Une fois de plus, je suis honoré que vous me fassiez assez confiance pour me la confier. Je pourrais y perdre la vie, j’en ai conscience. Et je sais qu’aucun échec ne sera toléré. Pour notre cause qui est juste, et pour vous, je ferais tout ce qui est en mes moyens pour atteindre l’objectif que vous me confiez. Vous pouvez me faire confiance. Je vous prouverez que vous n’aurez rien à regretter d’avoir fait appel à moi »

Vint ensuite le sujet de l’Inquisition. Blaise savait qu’il aurait cette conversation avec le Lord, un jour. Il y avait plus de 4mois qu’il s’était désigné volontaire pour infiltrer l’Inquisition. Il l’avait fait pour montrer son implication mais surtout pour protéger les arrières des anarchistes. Lui dans l’Inquisition, c’est prendre la place d’un autre mangemort qui se serait surement intéressé de prêt à l’Anarchie. Cependant, cela lui permettait aussi d’attirer l’attention sur lui. Et lui permettre, aujourd’hui, d’obtenir une mission de cette envergure. Une mission qui serait récompensé au-delà de ses espérances. Dans quelques mois, il aurait le nom de celui qu’il recherchait.
Pourtant, un tel rôle impliquait de grandes responsabilités. Il devait apporter des réponses. Des faits concrets, des noms. Tout cela impliquerait peut-être la mort de ces gens. Mais il ne devait pas penser à ça. Seul ses proches comptait.


« En effet, il est difficile pour un jeune membre d’avoir accès à des réunions et des informations précieuses. La famille Woosley -la Lady, ses deux frères ainsi que leur Oncle- est difficilement accessible. Par contre, je me suis concentré sur mes connaissances de Poudlard afin de repérer qui a adhérer aux idées de l’Inquisition », par curiosité et parce qu’il est plus facile de repérer des gens qu’on connaît déjà de vue, « Je pense que vous n’êtes pas sans savoir que Dumbledore en est membre et de ce fait, l’Ordre du Phénix n’est plus. Cependant, j’ai été étonné de constater que certaines familles, dont les enfants ont été à Poudlard en même temps que moi, connues pour leur alliance avec l’ancien Directeur ne semblent pas l’avoir suivi. Je parle notamment des Potter, des Lupins ainsi que la famille du traître Sirius Black. Mais il y a une famille qui les a suivi : les Pettigrow. Il semblerait que le père, Peter je crois, ait intégré le mouvement. Ainsi que ses deux enfants : Lena et Leo. Je n’ai jamais croisé la mère » énonça-t-il.

Il avait aussi découvert la présence d’Ewin Rogue. Mais jamais il ne révélerait cette information. Ça aurait trop de conséquence sur cette famille dont certaines membres lui sont proches. Parler des Maraudeurs le dérangeait moins. Au final, cette information était à la fois intéressante sans être étonnante. Il n’y avait rien de bizarre à ce que ces gens soient ennemis du Lord. C’était de notoriété publique. Mais peut-être que le Lord serait intéressé de savoir où était véritablement positionné ses ennemis ...
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lord Voldemort
Seigneur des Ténèbres
Âge du personnage : Immortel (ou presque)
Nombre de messages : 277
Célébrité sur l'avatar : Ralph Fiennes
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 15:00

Un choix Cornélien
ft. Blaise Zabini & Lord Voldemort



« Hell is empty and all the devils are here. »
Deux mois plus tard.

Les semaines avaient passé, le temps avait semblé poursuivre sa course à vive allure, et au moment venu d’accomplir la plus ardue de ses missions, Blaise Zabini n’avait pas failli. Il avait parfaitement obéi au Seigneur des Ténèbres, il avait trahi les siens, planté un poignard dans le dos du leader de l’anarchie par pur égoïsme. Si le Lord ignorait tout du double jeu mené par Blaise, il savait cependant que le garçon ne vivait que pour venger la mort de son père. Peut-être était-ce là même la raison qui l’avait poussé à rejoindre les mangemorts. Le Seigneur des Ténèbres s’était toujours imaginé que Zabini avait eu peur de finir comme son père, et que c’était la principale raison de sa présence dans ses rangs. Car Blaise n’était pas idiot, il devait pertinemment savoir que les mangemorts avaient joué un rôle clé dans la disparition de son père. Sa mère lui avait peut-être même raconté avec quel acharnement les serviteurs du Lord avaient tenté de le recruter, en vain. Le passé trouble des Zabini et leurs relations complexes avec les mages noirs avaient conduit Lord Voldemort à se méfier de Blaise, à ne jamais lui accorder la moindre once de confiance. Et le fait qu’il ait été à moitié élevé par les Malefoy n’arrangeait rien…

Mais voilà qu’aujourd’hui, Blaise Zabini se tenait à nouveau devant lui. Dès qu’il avait reçu le message du Seigneur des Ténèbres, il n’avait pas attendu une minute pour venir à sa rencontre. Et c’était précisément le genre d’actes de loyauté que le Lord n’oubliait pas. Ca et la capture du leader de l’Anarchie, bien évidemment. Cela faisait si longtemps que le Seigneur des Ténèbres rêvait de mettre la main sur Hellson et d’user de lui à sa guise. Et voilà que Blaise avait réalisé ce souhait et permis à Lord Voldemort d’écraser les dernières adversaires qui se dressaient encore sur son chemin vers l’accession au pouvoir.

« Bonsoir Blaise. Si je t’ai fait venir ici ce soir, c’est parce que j’avais l’intention de te féliciter personnellement. Tu es certainement le plus jeune mangemort à avoir accompli une telle prouesse. Il y a bien longtemps que je n’avais pas été aussi satisfait par l’un de mes hommes. J’ai bien conscience que capturer le leader de l’Anarchie n’a pas dû être chose aisée. Et pourtant tu y es parvenu, tu as permis à notre cause de faire un grand pas en avant. »

Jamais le Seigneur des Ténèbres n’aurait cru que Blaise parviendrait à triompher d’Hellson et à le lui servir sur un plateau. Lord Voldemort n’était certes pas connu pour sa clémence, ni même pour sa bonté de cœur. Mais ce soir, il était pourtant déterminé à tenir parole et à honorer la promesse qu’il avait faite à Blaise.

« Assieds-toi. »

Le Lord prenait toujours un malin plaisir à laisser la tension s’installer peu à peu. Il émit un sifflement à peine audible, et Nagini sortit du coin sombre dans lequel elle s’était terrée pour venir ramper jusque sur ses épaules. Une fois l’imposant serpent confortablement lové sur son maître, celui-ci plongea son regard incandescent dans celui de Zabini.

« Ton père était un sorcier hors du commun, ses talents ne passaient pas inaperçus. Il n’a pas fallu beaucoup de temps avant qu’il n’attire mon attention. Lucius ne tarissait pas d’éloge à son égard, il passait son temps à me vanter les exploits de ton père. Il était persuadé qu’il pourrait faire un excellent mangemort. J’ai donc incité Lucius à lui parler de notre cause, à essayer de le convaincre de nous rejoindre. Mais malgré toutes ses belles paroles, il semblait que Malefoy éprouvait certaines difficultés dans sa tâche. Au bout d’un an, Lucius n’était toujours pas parvenu à persuader ton père de faire le bon choix. Aussi, ai-je commencé à me lasser des fausses promesses de Malefoy. Tu connais Lucius tout aussi bien que moi, tu sais à quel point il peut se montrer arrogant et vaniteux. Il n’aurait jamais permis qu’un tel échec fasse porter la honte sur sa famille. Il se devait de réussir, il n’avait pas tout simplement pas le choix. Plongé dans sa paranoïa, il était persuadé que je le désavouerais publiquement s’il échouait à ramener ton père dans nos rangs. D’un autre côté, je reste aujourd’hui encore persuadé que Lucius était foncièrement jaloux de ton père, il enviait ses incroyables capacités. »

Le Seigneur des Ténèbres mentait. Il racontait la version des faits qu’il avait savamment préparée pour Blaise. Il cherchait à manipuler l’esprit du jeune homme. Et bientôt le nom de l’assassin allait tomber.

« Au bout d’un certain temps, Lucius n’y parvint plus. Il ne parvint plus à supporter la défiance de ton père, il ne parvint plus à supporter sa propre médiocrité. Lucius finit par franchir le pas. Il trahit son ami et choisit de l’assassiner plutôt que de devoir affronter son échec le plus cuisant. »

Ce que Lord Voldemort avait tenté de dissimuler en contant cette histoire, c’était sa propre colère face aux refus répétés du père Zabini de rejoindre ses rangs. Lucius n’aurait probablement jamais tué son ami de plein gré. Mais le lord avait cherché à rejeter son propre échec sur quelqu’un d’autre. Et puisque les Malefoy étaient particulièrement liés aux Zabini, ils avaient fait les coupables idéaux. Personne n’aurait pu les soupçonner. Et Lucius demeurait ainsi sous l’égide de son maître, coincé à jamais entre la peur et la culpabilité.



(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Vient porter plainte contre Aurélien (Léo)
» Choix de Sponsors #2
» Le choix des semis-elfes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU COEUR DE L'ACTION :: ♣ Retourneur de Temps :: Flashbacks :: Flashbacks de Blaise Zabini-
Sauter vers: