RSS
RSS



 


 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Extérieur :: Le Lac :: Memorial en l'honneur des victimes de la Nuit Rouge Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Libre - En planque

avatar
Sidney Newton
Quatrième année
Âge du personnage : 14 ans
Nombre de messages : 110
Célébrité sur l'avatar : India Eisley
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Déc - 7:51

En planque


RP Libre - Une soirée de Juillet 2000 pendant la phase 2




Les cours avaient déjà repris, sans pause, sans rien. Elle ne comprenait plus vraiment si elle était toujours en troisième année ou si elle était passée en quatrième. C’était compliqué et durant le discours du Professeur Rogue, la jeune louve s’était retrouvée complètement déconnectée de tout, ne prenant que des brides de paroles au vol. Il fallait encaisser un tel changement. Déjà qu’ils avaient eu tous du mal à se faire à l’arrivée de la vieille folle d’Hikkins, là ce serait sûrement bien plus difficile à s’y habituer.

Parce que depuis l’arrivée des Mangemorts à l’école, l’idée de partir en vacances était plutôt compromise. L’idée même de s’amuser l’était également. Et si d’un côté, Sidney n’était pas mécontente de rester à Poudlard durant cette période, à la place de rejoindre l’orphelinat, les choses se sont gratinées quand son épouvantard a mis les pieds dans la grande salle. C’était la pire chose qui pouvait lui tomber dessus : Fenrir Greyback. La petite Serdaigle passait son temps à jouer au chat et à la souris avec lui. Dés qu’elle le voyait arriver dans un couloir, elle bifurquait aussitôt dans un autre. Le problème étant le jour où elle l’a croisé dans les escaliers qui n’en font qu’à leur tête. A un moment, elle a bien pensé que les marches allaient tout faire pour qu’elle soit obligée de passer juste à côté de lui. Sur son morceau, elle n’avait même pas relevé les yeux, le sachant pourtant bien en face, de l’autre côté. Quand on voit le bonhomme, il est difficile de faire croire qu’on ne l’a pas remarqué. Il est aussi effrayant sous sa forme humaine que sous sa forme animale. Elle fut relativement heureuse qu’au dernier moment, les escaliers fassent encore n’importe quoi. Pour une fois que ça l’arrangeait. Mais c’était moins une et l’été ne faisait que commencer. Elle allait vraiment finir par faire une crise cardiaque à force.

Au moins, à présent, elle comprend beaucoup mieux pourquoi Gregory est complètement arrangé parfois -voir très souvent-, quand on voit qui est son père, c’est tout de suite plus normal. S’il avait été gentil et serviable, là par contre ça aurait été forcément bizarre.

La petite Serdaigle arrivée dans le Hall, se dépêcha de sortir du château, lançant vite fait un regard aux alentours, pour voir s’il n’y avait pas de Mangemorts dans le coin. Heureusement que l’enceinte de l’école ne se résumait pas qu’à l’école justement. Il y avait aussi le parc, le lac et même la forêt interdite pour pouvoir tenter de leur échapper. Mais là, ne vous attendez pas à l’y trouver, elle préféra largement le calme qui régnait du côté du mémorial en l’honneur des victimes de la nuit rouge. Ce n’était pas là-bas que quelqu’un irait la chercher en plus.

Elle se mit assise à son pied, sortant un bouquin de sortilèges et enchantements pour bosser un petit peu, même si elle n’en a pas réellement besoin. Mais c’était une bonne façon de se changer les idées et de ne plus penser à son épouvantard qui arpente les couloirs de Poudlard en effrayant quasiment tout le monde. Et Sidney regrettait déjà le soir où elle a fait croire qu’ils étaient justement la meute de Fenrir Greyback pour écarter l’autre louve. Généralement, elle se met un peu moins dans le pétrin que ça. Mais cette fois, elle y était allée plus que fort. Mais maintenant, elle commençait à mieux comprendre l’intérêt étrange que Gregory portait à au loup-garou des Mangemorts. Elle commençait seulement, ne comprenant pas vraiment pourquoi il l’adulait autant par contre. Même si c’est son père, il devrait se rendre compte que ce n’est pas un papa comme tout enfant à le droit d’avoir. C’est dans ce genre de moments, qu’elle est bien contente de ne pas avoir de parents. Le pauvre Greg finira par tomber de très haut avec un paternel comme le sien.

La jeune Serdaigle ne voyait pas vraiment le temps passer, comme lorsqu’elle se plonge dans la lecture. C’est un moyen de s’évader pour elle, alors que pour d’autres, c’est d’un ennui sans nom. Elle pouvait rester ainsi durant des heures, sans même s’en rendre compte. Mais cette fois, c’était différent. Il y avait un bruit de pas. Quelqu’un venait dans sa direction et la nuit tombée, il lui était difficile de voir de qui il s’agissait. Refermant d’un coup son bouquin, qu’elle tenait toujours dans une main, contre son flanc, elle attrapa sa baguette magique de l’autre. S’il s’agissait d’un Mangemort, elle ne pourrait franchement pas faire le poids. Elle contourna lentement le mémorial pour mieux se cacher, cherchant du regard où se trouvait la personne. Si seulement, elle était en mesure de voir rien que la silhouette, il lui serait plus simple de deviner de qui il s’agit.

Mais elle se redressa soudainement, lorsqu’une brindille craqua juste derrière elle. Le coeur battant à tout rompre, l’adolescente comprit vite que la personne l’avait prise de courte en contournant également le mémorial aux victimes de la nuit rouge. Réalisant qu’il lui serait difficile de fuir, elle mit un certain temps avant de se retourner pour faire face à celui ou celle se trouvant derrière elle.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gregory Greyback
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 696
Célébrité sur l'avatar : Brett Davern
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Déc - 20:12
EN PLANQUE
Sidney Newton & Gregory Funestar
Poudlard ainsi était beaucoup mieux qu’il y a encore quelques semaines. Hikkins n’est plus à la tête de l’école, la Tour des loups-garous est un lointain souvenir et la magie noire nous est enseignée. Pourtant, je ne sautais toujours pas de joie, alors que mon père était présent dans le château. Je devrais franchement être heureux, j’ai toujours voulu le connaitre et il avait pris ce poste pour moi. C’est ce qu’il m’avait dit et le fils que je suis, rêvait de le croire. Mais, je ne suis pas stupide non plus. Je vois clair dans son jeu. Il me veut moi, parce que les autres loups-garous de l’école me suivent. Si j’étais le seul, sans doute qu’il n’aurait pas fait le déplacement. J’ai encore beaucoup de mal à le croire sur parole lorsqu’il m’affirme quelque chose, alors que dans le fond, je ne demande que ça.

Tout est encore si frais, que j’ai sûrement besoin de temps pour mieux le connaitre et faire la part des choses pour parvenir à démêler le vrai du faux. C’est très probable, qu’il en soit ainsi pour lui aussi. Je préférais prendre la solution la plus difficile qui s’offrait à moi : ne pas m’imposer. Le suivre partout, le coller vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, ne serait peut-être pas le meilleur moyen de me faire apprécier. La distance par contre, pourrait très bien nous rapprocher l’un de l’autre. C’est étrange comme théorie, mais mon père est un grand solitaire, avoir quelqu’un constamment dans les pattes, ne va pas lui plaire. Je sais me faire discret, pour le laisser venir, si l’envie lui prend de passer quelques instants en ma compagnie. Ce qui est certain, c’est que tant qu’il ne me fait pas de vacherie, je ne risque pas de le repousser. Au contraire, je ne demande que ça.

Je trainais dans le parc, je m’étais même stationné contre un mur, à l’abri des regards, pour fumer une clope fraichement piquée dans le blouson à papa. La nuit s’était installée déjà depuis un petit moment. Seule la légère lueur qui émane de la cigarette, pouvait me faire repérer, ou bien encore l’odeur, pour quelqu’un possédant un odorat développé. Je ne me cachais pas, de toute façon je ne risque pas grand chose je pense. La première fois que j’ai eu à faire face à mon paternel dans ce même parc, il voulait m’en donner une. Ce n’est pas comme s’il était à cheval sur les interdictions à me coller. Mais cette fois, je lui ai piqué, il pourrait me reprocher de ne pas lui avoir demandé avant de la prendre et du coup m’engueuler. Mais c’est le moindre mal et au moins, il viendra me voir.

Je regardais au loin, sans réellement voir quoi que ce soit, avant qu’une silhouette passe pratiquement devant moi. Je n’étais visiblement pas au bon endroit pour être tranquille. Et je n’allais pas risquer de croiser mon père maintenant, sait-on jamais. Avec la clope au bec, j’aurais dû mal à lui faire gober que ce n’est pas moi qui ai fouillé dans ses poches. Je décidais de bouger de ma place pour me rendre dans un coin tranquille et généralement désert. D’habitude, il l’est désert… Mais là, en arrivant sur place, je remarquais quelqu’un debout. Je reconnaissais assez vite Sidney et je contournais le mémorial en mémoire aux victimes de la nuit rouge, pour arriver juste derrière elle. Pour ne pas trop lui faire peur, j’avais fait exprès de faire du bruit. Visiblement, un échec puisqu’elle donnait l’impression d’être sur le point de tomber dans les pommes lorsqu’elle finit par se retourner.

« On dirait que t’as vu un fantôme. »

Je m’intoxiquais un peu plus en tirant une nouvelle fois sur ma cigarette, tout en la fixant. Je n’étais pas venu l’emmerder, je ne savais même pas qu’elle était là. Mais quitte à nous retrouver tous les deux ici, autant engager la conversation.

« Qu’est-ce que tu fais là ? Tu fuis encore Greyback ? »

Je repensais au fait qu’elle l’avait appris, malheureusement, sans que je n’ai eu le temps de la préparer à cette révélation. Mon père n’est autre que son épouvantard, je voulais y aller doucement. Tout d’abord, je prenais soin de parler de lui positivement et ça portait ses fruits je crois. Mais je ne pouvais pas prévoir qu’il débarquerait à Poudlard et que notre relation serait très vite découverte. En même temps, je n’avais pas spécialement envie de la cacher plus longtemps, maintenant que je l’avais sous la main et surtout maintenant qu’il voulait bien de moi. Je me rendais pourtant compte que ça pouvait être un sujet de discorde.

« Au fait, je comptais te le dire que c’est mon père. Je n’avais pas prévu que ce soit aussi tôt par contre. »

Si tout s’était déroulé comme je l’avais prévu, j’aurais gagné sa confiance avant de lui faire la grande révélation. Mais était-ce au moins le cas en ce moment-même ? Je ne pouvais pas vraiment le deviner, elle ne laisse malheureusement rien paraitre. Il serait tout à fait normal qu’elle m’en veuille et pour essayer de connaitre sa façon de penser, j’allais tenter de la rassurer à ce sujet.

« Tu n’es pas obligée de le fuir constamment. Il ne te fera pas de mal. Et ce n’est pas comme si tu avais le choix. C’est avec lui qu’on passera les pleines lunes maintenant. Mais c’est cool, lui c’est un vrai chef de meute, pas comme l’autre potiche qui n’a jamais compris qu’il n’y a que les mâles qui peuvent prétendre à ce titre. »

C’est la réalité en plus. Même dans les meutes de loups lambdas, c’est toujours un mâle qui en est le chef. Il n’y a que chez les chiens, qu’une femelle peut l’être. Elle est là la solution, elle se prend sûrement pour une chienne.

Je penchais légèrement pour regarder du côté du château. Il était bien loin. Et la forêt interdite était de l’autre côté. Avec l’envie de pisser qui venait de me prendre, il me fallait aller au plus rapide. Le mémorial fera amplement l’affaire.

« Tu m’excuse trente secondes. »

Je coinçais ma cigarette sur le côté de mes lèvres, pour avoir les mains de libre, c’est beaucoup plus pratique.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Extérieur :: Le Lac :: Memorial en l'honneur des victimes de la Nuit Rouge-
Sauter vers: