RSS
RSS



 


 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Pré-au-Lard :: Commerces divers :: Taverne des Trois Balais Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

It's a day that I'll never miss

avatar
Doyle Taylor
Dresseur de dragons
Âge du personnage : 41 ans
Nombre de messages : 454
Célébrité sur l'avatar : Colin O'Donoghue
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Déc - 6:34
It's a day that I'll never missLES TAYLOR, LES ROGUE, LES DÉRIVÉS ET LES PIÈCES RAPPORTÉES Le mois de Juillet s’annonçait bien triste et vide pour l’aîné des enfants Taylor, dont la solitude devenait de plus en plus grande. Le manoir trop grand, trop vide et trop silencieux devenait aussi trop encombrant. Tout commençait à lui manquer, même les disputes incessantes de ses fils, c’est pour dire que le fond était vraiment de plus en plus proche. Et loin de lui l’envie de rendre visite à sa petite soeur, à qui il doit de s’être pris une dérouillée par Lestrange et Mulciber. Il s’était remis assez vite cela-dit, mais sans l’intervention de Fenrir, probablement qu’il aurait bouffé plus qu’il n’a prit. Il pensait vraiment qu’une fois adulte et mariée, elle arrêterait de se servir de lui comme d’un bouclier. Mais visiblement, c’est loin d’être le cas. Une fois que la colère sera redescendue d’un cran ou de deux, il faudra que Doyle lui rappelle qu’elle a un mec et que c’est à lui de prendre les coups dans la gueule pour elle.

Pour se passer le temps, le dresseur de dragons rendait parfois visite à ses neveux ou même à sa nièce, quand il n’était pas avec ses animaux si dangereux. Puis, depuis peu, son père était venu vivre avec lui. Quitte à vivre dans un manoir vide tous les deux de leurs côtes, autant se réunir sous un seul et même toit. Ce n’est pas comme si Doyle était en froid avec Alastar de toute façon. Au contraire, ils ont toujours été proches l’un de l’autre, même si dire qu’ils n’ont pas de secret, est totalement faux. Certaines choses valent mieux d’être cachées, pour ne pas risquer de faire exploser la troisième guerre mondiale dans leur famille.

Le loup-garou s’était réveillé ce samedi matin -vers une heure de l’après-midi- avec le souvenir d’une bonne nouvelle. La veille, après un tour du côté de Pré-Au-Lard et un verre échangé avec son grand frère de coeur, il avait appris que ses fils allaient être récompensés de leurs efforts, par une sortie autorisée dans le petit village sorcier. Ce qui ferait une pierre trois coups, puisqu’ils seront accompagnés par la surveillante de leur maison d’étude. Il ne pouvait pas rater cette occasion, qui ne se représenterait peut-être pas de sitôt.

C’est autour d’un café au petit-déjeuner, qu’il demandait à son père de venir avec lui. Les enfants ne l’ont pas vu depuis si longtemps maintenant, qu’ils ne pourront qu’être ravis de passer un peu de temps avec leur grand-père. Et Doyle comptait profiter de cette sortie improvisée, pour présenter Alice à Alastar, tant qu’à faire. Certainement qu’il y aura un moment de silence, face à l’âge de la demoiselle, mais il avisera sur place.

C’était la mi-Juillet à présent et le temps n’était pas trop merdique sur Londres et ses environs. Probablement qu’il en sera de même en Ecosse. Rien ne pourrait donc venir entraver les retrouvailles avec les deux élèves de Serpentard. Rien, si ce n’est un débarquement de famille, dont Doyle ne pouvait même pas songer à ce moment-là, alors qu’il sortait déjà dans l’arrière de son jardin en compagnie de son père. Il avait pris l’habitude de s’y rendre pour transplaner à l’abri des regards de Moldus curieux. Ce qui n’avait pas été simple au départ, ayant été élevé dans une famille de Sorciers, il a grandi entouré de magie depuis toujours. Et même dans son ancienne demeure, il n’y avait aucun voisin à des kilomètres minimum. Ce qui n’est malheureusement plus le cas.

En réapparaissant sur Pré-Au-Lard, l’air était pratiquement étouffant, tant la chaleur se faisait pesante. Mais le dresseur de dragons n’y prêtait même pas attention. Pas qu’il ne ressente pas les changements de temps, mais il était trop occupé à tenter de localiser les trois têtes à qui il était venu rendre visite.

« Ils ne doivent pas encore être arrivés. »

Surtout qu’autant Zakaria que Wolfgang ignorent sa venue dans le petit village voisin à Poudlard. Ayant été seulement prévenu la veille, Doyle n’a pas pris le temps de leur écrire pour les informer de son passage imminent. Tout comme il n’a pas non plus prévenu Alice. Visite surprise comme on dit, ce qui lui laissera tout le loisir de voir s’il n’y a pas un petit morveux -qui s’approche de trop près de sa nana- à calmer. Est-ce un effet secondaire de la lycanthropie ou non, mais depuis qu’il a été mordu par un loup-garou, Doyle est encore plus possessif -et un peu plus jaloux- qu’il ne l’était autrefois. D’après Remus, les lycanthropes sont aussi fidèles que possessifs. Ce n’est donc pas un si grand défaut que ça et une bonne excuse à servir quand on est d’aussi mauvaise foi que ce Taylor.

Parfois le loup-garou attendait son père, pour éviter de le perdre dans la foule. Il ne manquerait plus qu’il passe la journée à tous se rechercher. Mais sa persévérance finit toutefois par porter ses fruits, en remarquant enfin ses garçons et leur surveillante.

« Ils sont là. »

C’était une sorte de top départ pour se frayer un chemin parmi les gens présents, tout en faisant en sorte de ne pas les perdre de vue.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zakaria Taylor
Septième année
Âge du personnage : 16 ans
Nombre de messages : 457
Célébrité sur l'avatar : Cody Christian
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Déc - 15:34
Zakaria & les timbrés


Je m’étais encore engueulé avec Wolfgang en Salle Commune de Serpentard. Du coup, ce matin-là, j’étais d’une humeur massacrante au moment de sortir dans les cachots, mon petit frère derrière moi. Mais les choses ont vite changé. Je venais tout juste de passer par le passage, que je me retrouvais pile en face de Fenrir Greyback aka mon nouveau Directeur de Maison, aka le papa à Gregory, aka mon parrain, aka aussi le grand frère de coeur de mon père, mais également ce foutu bourreau d’enfants. Il semblait de bonne humeur comparé à moi, ce qui ne pouvait que me mettre encore plus de mauvais poil. Alors quand il m’a demandé d’aller lui chercher Gregory, je l’ai envoyé balader en lui répondant « non, je ne suis pas votre chien ». Et là j’ai su que ma journée allait être à chier. Quand j’ai vu son haussement de sourcils surpris par ma réponse, j’aurais dû partir. Parce qu’une fois que c’est devenu un froncement de sourcils, c’était bien trop tard. Je me suis pris sa main en pleine gueule, manquant de peu de dégringoler contre le mur en plus. Là j’avoue que je ne m’y étais pas attendu du tout. Généralement, les adultes de l’école ne cherchent pas plus loin, quand je les envoie balader. Même avec mon père ce n’est pas souvent que je m’en mange une.

Au moins, ce qui est certain, c’est que Greyback c’est autre chose que l’autre petite conne de Todd. Alors, quand il m’a demandé une seconde fois, limite en souriant pour se foutre de ma gueule, d’aller chercher Gregory et bien…cette fois j’ai obéi. Dans le cas contraire, il aurait été capable de m’en mettre une autre ou de me sucrer ma journée à Pré-Au-Lard. Puisqu’il est le nouveau Directeur de Serpentard, il en aurait parfaitement le droit et ce n’est pas mon oncle qui irait contre sa décision.

Passant ma matinée à bouder comme un sale gosse en l’évitant autant que je le pouvais, j’étais bien content quand après le repas, Alice apparut d’un coup, pour nous accompagner jusqu’au village voisin. Et je voyais bien que Wolfgang mourrait d’envie de se marrer, puisqu’il avait été témoin de l’agression de notre parrain sur ma personne. Il avait plutôt intérêt à fermer sa grande bouche lui, s’il ne voulait pas prendre mon poing sur son nez de sale con de frangin.

« On fait quoi ? On passe chez Zonko ? »

Bien entendu, même si mon altercation avec Greyback ne me plaisait pas, je ne pouvais pas me permettre de me venger, comme je l’aurais fait avec n’importe qui d’autre. Ce serait me mettre Gregory à dos et puis, c’est quand même mon parrain. C’est une sorte de second père. Alors mes futures emplettes dans la boutique de farces et attrapes, ne seront pas destinées à une quelconque vengeance vis-à-vis de lui.

Nous n’étions pas les seuls élèves à avoir eu l’autorisation de quitter le château pour quelques heures. Tout le monde se hâtait au plus vite dans les boutiques du petit village sorcier. C’était chaud pour avancer dans cette foule, sans perdre les autres de vue. En tout cas, j’étais bien heureux de quitter Poudlard, même pour si peu de temps. Au moins, à en voir par le monde qui s’agglutinait dans la rue principale du village, je ne risquais pas de croiser Greyback. Il semble allergique à la population. Tant mieux, puisque j’avais raconté à Alice que si j’avais la joue rouge, c’est parce que je m’étais mangé la porte en sortant des toilettes. C’était toujours moins débile que d’avouer qu’on s’est pris une tarte en pleine gueule.

Je cherchais un moyen rapide de rentrer dans la boutique sans faire la queue. Il y avait foule jusque dehors, on devait bien pouvoir les griller. Mais en tournant la tête, je m’arrêtais net d’avancer. Non ce n’était pas mon parrain qui arrivait en préparant sa main pour m’en coller une autre, heureusement sinon je serais déjà en train de me barrer en poussant Alice sur lui. Mais c’était mon père, ainsi que mon grand-père. Sans penser à prévenir ma surveillante et mon petit frère, je me frayais un chemin parmi les passants pour me grouiller de les rejoindre.

J’étais bien content de le voir. Il nous faudra avoir une petite conversation à propos de sa formidable idée de nous avoir collé Greyback comme responsable légal s’il venait par lui arriver quelque chose.

B-NET
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Sullivan
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 19 ans
Nombre de messages : 5734
Célébrité sur l'avatar : Teresa Palmer
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Déc - 1:38
It's a day that I'll never miss
Alice & les Taylor & les autres - Juillet 2000, Règne de Voldemort

Jamais Alice n’avait autant apprécié la perspective d’une sortie à Pré-au-Lard qu’aujourd’hui. Elle n’était plus élève pourtant, mais elle avait la désagréable impression d’être coincée au même titre que les élèves maintenant que les mangemorts avaient pris possession du château. Si on lui avait dit un jour que Voldemort en personne prendrait le pouvoir sur le Ministère et que des cinglés traîneraient dans Poudlard… Elle n’y aurait pas cru. Bon, ceci dit, il fallait être honnête, ça n’avait pas l’air pire que la Nuit Rouge. Pas pour le moment. Mais il n’y avait rien de plus désagréable que de voir les silhouettes de ces foutus Détraqueurs au loin, qui semblaient rendre le temps sale et gris. Et puis de voir des mangemorts se balader dans les couloirs du château, comme ce fou furieux de Greyback qui visiblement ne savait pas parler mais juste grogner, ou alors ce gars à l’infirmerie qui certes encore n’avait pas l’air trop dégueulasse mais qui avait tout du scientifique fou prêt à éviscérer les élèves pour le plaisir. En même temps, quand on porte le nom de Lestrange…

Heureusement pour elle, quelques élèves de Serpentard dont Zakaria et Wolfgang avaient droit à une sortie à Pré-au-Lard pour récompenser leur bonne conduite. Serpentard était clairement la maison la plus privilégiée par les mangemorts ou par le Grand Directeur lui-même, et franchement ça allait très bien à Alice puisqu’elle était justement affectée à son ancienne maison. Elle en viendrait presque à plaindre les Gryffondors – presque. La blonde rejoignit donc ses deux élèves préférés après le déjeuner, histoire qu’ils ne perdent pas de temps et qu’ils se rendent directement à Pré-au-Lard. Zakaria avait la joue rouge parce qu’il avait réussi à se prendre la porte des toilettes en pleine face, ce qui fit rire Alice à grand bruit quand il lui expliqua ça.

Mine de rien, il y avait quand même foule au village. Zakaria proposa d’aller chez Zonko. Il y avait la queue mais naturellement, aucun d’eux trois ne souhaitait attendre gentiment, alors ils passèrent de côté dans l’intention de doubler tout le monde. Alice bouscula un gosse d’un coup de coude, en poussa un autre et attrapa Wolfgang par l’épaule pour l’entraîner avec elle vers l’entrée. Sauf que là, elle se rendit compte que Zakaria n’avait pas suivi le mouvement. Non mais bien sûr, toujours aussi chieur celui-là… Songeant sérieusement à lui coller une baffe pour qu’il ait la deuxième joue aussi rouge que la première, Alice rebroussa chemin en continuant de tirer Wolfgang derrière elle. Le pauvre devait être habitué à force. Et puis elle repéra Zakaria qui s’était élancé dans une direction, et puis son regard continua dans la même direction, et puis elle bloqua littéralement en reconnaissant Doyle.

Oh merde, la panique.

Elle pensa d’abord à partir en courant en entraînant Wolfgang avec elle, par exemple en criant quelque chose du style « oh regarde ce que j’ai repéré dans cette vitrine tout là-bas !!! » pour le distraire et lui empêcher de voir son père. Tant pis pour Zakaria, elle le récupérait au moment de rentrer. Mais clairement, il ne pouvait pas y avoir rencontre maintenant, pas alors que ni Zakaria ni Wolfgang ne savaient qu’elle avait une relation avec leur père. Non, non, non, non, clairement, ça ne pouvait pas arriver. Elle n’avait pas encore osé leur dire, si ce n’est en avril, au début, quand elle avait fait sa maligne auprès de Zakaria en lui disant qu’elle se tapait quelqu’un de pas mal en ce moment. Forcément, à ce moment-là, elle ignorait totalement le nom de famille de sa conquête et ignorait d’autant plus qu’il était le père des deux Serpentards avec qui elle s’entend le plus ici. Et puis il y avait eu ce moment où elle avait débarqué dans la chambre de Wolfgang pour l’engueuler parce qu’il allait être en retard pour aller manger, et alors qu’elle l’attendait, elle avait trouvé une photo dans ses affaires où elle avait reconnu la tronche de Doyle. La tête qu'elle avait faite alors était telle que Wolf lui avait très sérieusement demandé si elle n’était pas en train de faire une crise cardiaque, tout en ajoutant que si elle pouvait la faire en dehors de sa chambre ce serait gentil parce que sinon on allait l’accuser.

Les semaines étaient passées, sans qu’elle ne le prévoie ça avait commencé à devenir un peu plus sérieux, mais jamais elle n’avait trouvé le moment d’informer les frères Taylor qu’elle se tapait le père Taylor. Enfin, qu’elle sortait avec. Il ne manquerait plus que Doyle pense qu’elle les avait prévenus dernièrement, tiens, et là il ferait carrément une boulette. D’ailleurs c’était qui le vieux à côté de lui ? Espérons que ce soit un collègue, parce que si c’était de la famille, il ne manquerait plus que ça.

Alice se décida finalement pour la solution la plus simple, à savoir fuir, mais Wolfgang avait fini par également repérer son père dans la foule, et son frère aîné qui l’avait rejoint. Elle hésita encore, mais finit par lui emboîter le pas. Tant pis, elle avait une autre solution de secours. Alors elle laissa place aux effusions et quand il y eut ce moment qui allait laisser place aux présentations, elle préféra devancer tout le monde pour tendre formellement la main et faire semblant de ne pas connaître Doyle.

« Alice Sullivan, enchantée. »


©junne.




    Lay me down on thorns and roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Selena Rogue
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 375
Célébrité sur l'avatar : Ksenia Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Déc - 9:18

IT'S A DAY THAT I'LL NEVER MISS

Rogue, Taylor et les autres

L'été était déjà entamé depuis quelques semaines, mais c’était différent des autres années. Les jeunes de Poudlard s’y trouvaient toujours, ils en étaient même prisonnier. La montée au pouvoir de Voldemort n’était pas innocente là-dedans et Selena commençait sérieusement à en avoir marre de ces Mangemorts de malheur. Ils ne peuvent pas arrêter de faire chier le monde cinq minutes ? C’est vrai quoi, ils sont tous Sorciers, pourquoi faut-il toujours qu’ils viennent les attaquer, prendre leur école en otage, proliférer de stupides menaces. Youhou, il est temps d’ouvrir les yeux, dans le monde magique, ils sont tous pareils. Franchement, ça devient débile. Qu’ils aillent faire chier les Moldus s’ils le veulent. La plupart des Mangemorts sont des arriérés finis en plus. Ils prônent tous la pureté du sang, mais servent corps et âme un Sorcier de sang-mêlé. Cherchez l’erreur.

En ces quelques mois, il s’en était passé des choses dans la vie de la fille des Rogue. Un déménagement, l’existence d’un neveu, l’imminente venue au monde d’un second, l’annonce des fiançailles d’Edwin et Laverne dont seuls Calvin, Wulfric et elle étaient au courant pour le moment. Plus, le nouveau statut de Loup-Garou dont elle écopait malgré elle et l’arrêt de ses propres études avant le passage des examens. Que de chamboulement qui commençaient à sérieusement la désorienter, surtout qu’en prime, Darren était toujours en mode pantin psychopathe, laissant ainsi l’Anarchie sans Leader.

Selena avait échangé quelques hiboux avec son père sur cette dernière semaine. Elle souhaitait avoir son opinion sur tout ce qu’il se passait dans leur vie. C’est vrai qu’il ne doit sûrement pas être au courant de tout, puisqu’il est toujours à Poudlard. Mais il devait tout de même savoir que sa femme aime tellement jouer les soldats du mal, qu’elle en torture les anciens élèves de son mari. Là, il est temps que Severus ouvre les yeux et voit qui il a épousé : une espèce de folle furieuse qui fait mine d’être quelqu’un de bien. Elle garde à l’esprit que son père n’aurait jamais fait une telle chose. Il se serait arrangé pour s’y soustraire d’une manière ou d’une autre. C’est clair que Selena l’avait en travers de la gorge tout ça. Elle qui pensait pouvoir faire confiance à Alicia, elle tombait de haut. Ce n’était qu’un monstre, comme la plupart des Mangemorts.

Depuis toujours, la fille des Rogue a du mal à se faire des amis, mais si maintenant sa mère se met à torturer les seules personnes qui l’apprécient, ça va pas aller. La pauvre Eden n’avait rien demandé et c’était dans un état lamentable qu’elle avait été récupérée. Selena ne pouvait pas faire comme si de rien n’était. C’était trop. Personne ne mérite de se faire ainsi maltraité juste pour conserver une couverture à la con. Sa mère était allait beaucoup trop loin. La torture de l’ancienne Serpentarde, plus l’attaque de Greyback pour punir Alicia de s’en être prise à Bellatrix, ça commençait à faire beaucoup et même de trop. C’est quoi la suite ? Elle va retourner sa veste et combattre toutes les personnes qui se battront aux côtés de Dumbledore ? Là non, c’est trop. Si elle a décidé de faire n’importe quoi, il est temps de l’arrêter, sa place c’est à Azkaban, comme tous les autres tortionnaires. Et si elle s’en prend à Dumbledore, sa place sera six pieds sous terre. Mère ou pas mère, le vieux Sorcier est leur unique chance que le monde s’améliore. Et Selena veut encore y croire. Elle n’hésitera pas à mettre sa propre mère sur la touche, s’il le faut.

Il était donc convenu qu’elle retrouve Severus à la Taverne des Trois Balais de Pré-Au-Lard. Pour elle, il est plus que temps de savoir sur qui elle peut réellement compter. Alors Selena était arrivée en transplanant jusqu’au petit village sorcier, voisin de Poudlard. En regardant le château, elle pouvait voir ces horreurs de détraqueurs qui volaient autour des sommets des Tours. Il est loin le temps où Poudlard apportait une aide à qui venait la demander. A présent, ce n’était plus qu’une prison pour jeunes sorciers n’ayant rien demandé. De pire en pire, même si elle se doutait que Severus faisait tout pour éviter les punitions corporelles aux élèves, qu’importe leur maison.

La demoiselle évitait les passants sur son passage, pour atteindre l’entrée de la Taverne. Il n’y avait pas grand monde à l’intérieur et pour cause, avec tous les Mangemorts et Détraqueurs qui trainent, les visiteurs se font rares. Et les élèves encore plus. Il ne lui avait donc pas été bien difficile de se trouver une table, demandant simplement un jus de citrouille pour patienter, le temps que son père ne vienne la rejoindre. Pensivement, son regard se portait vers la fenêtre. Ce nouveau millénaire n’aura finalement rien arrangé à la situation. Tout ne fait que s’empirer. Plus ça va et plus Selena a l’impression que rien ne sera plus jamais comme avant. Son verre s’était retrouvée sur sa table, sans qu’elle ne l’ait vu arriver. Trop perdue dans ses pensées. D’ailleurs, elle se demandait bien où pouvait se trouver Wulfric à ce moment-là. Normalement, il fait partie des Mangemorts qui doivent surveiller l’école.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 147
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Déc - 14:50
IT'S A DAY THAT I'LL NEVER MISS
Severus & les autres
Le monde est fascinant. Lorsque les gens s’imaginent avoir touchés le fond et ne plus pouvoir descendre plus bas, c’est là qu’il se passe une chose bien pire encore. Ils ne remontent pas. Pas du côté de Severus, il passe son temps à descendre, comme s’il ne pouvait plus mettre la tête en dehors de l’eau. Son rôle d’espion était déjà si difficile à gérer au quotidien et plus encore depuis qu’il avait une famille à gérer. Rogue n’a jamais été le plus généreux des hommes, ni le plus expressif. Prendre des dangers ne le dérangeait pas tellement, lorsque c’était pour la bonne cause. Mais depuis qu’il doit penser pour tous, tout en les tenant éloigné du peu qu’il soit en mesure de le faire, c’est bien plus compliqué.

Lancé à la tête de Poudlard, gérer cette école du mieux qu’il le peut, sans prendre le risque que sa couverture ne soit détruite, tout en devant en plus, faire en sorte qu’il y ait le moins de victimes possibles parmi les élèves, c’était devenu difficile. Pratiquement impossible à gérer seul. Il ne pouvait plus non plus compter sur l’aide du Professeur Dumbledore qui se trouvait lui-même en fuite. Mais comme si sa vie n’était déjà pas assez chargée de ce côté-là, la famille faisait des siennes également. Ses fils sont intenables. L’un chez les Anarchistes, l’autre dans l’Inquisition. Heureusement qu’il n’existe pas un autre groupe de tarés extrémistes. Quant à sa fille, elle s’était retrouvée dans le rôle de la victime collatérale, prise à partie pour punir les parents de leurs erreurs. Si ce n’était que ça, il pourrait encore parvenir à gérer un tant soit peu, mais il y avait pire. L’un de ses neveux est constamment en rébellion contre tout et tout le monde. Le second est aux mains de Fenrir Greyback, puisque ce dernier gère les Loups-Garous de l’école à présent. Et récemment, alors qu’il pensait que sa vie était un gros tas d’ennuis incommensurable, il avait eu la visite de Mulciber Sénior qui lui annonçait le mariage prochain de leurs enfants. Severus ignorait évidemment ce détail. Alors Selena tombait à point nommé avec ses hiboux, désireuse de parler de leur famille. La fourberie de Severus le poussa à accepter le rendez-vous, sans lui parler de cette union par écris. Mais une fois seront-ils l’un en face de l’autre, la dernière de ses enfants n’aura plus le choix que de lui donner quelques explications à ce sujet.

En parallèle, Severus avait reçu des hiboux de son second fils. Celui-ci bientôt père, désirait voir sa petite-amie avant l’accouchement. En tant que Directeur de Poudlard, Rogue n’avait eu aucun mal à faire sortir la jeune Slate de l’établissement. Il marchait sur le petit sentier, sa cape virevoltant derrière lui. Comme un accord, sans avoir besoin de le prononcer verbalement, l’élève de Serpentard fut libre de ses mouvements et de ces quelques heures qui s’offraient à elle. Dans son état, elle ne pourrait pas fuir bien loin.

Père et fille avaient convenu de se rejoindre à la Taverne des Trois Balais et Severus devait presque se faire violence pour ne pas évoquer le sujet houleux d’entrée de jeu. Mais la jeune femme n’y couperait pas. Si ses trois enfants ont décidé de dérailler en même temps, il y a un moment où il faut vraiment se montrer intransigeant pour remettre tout le monde sur les rails. Lui-même a des cadavres dans son placard, mais en tant que père de famille, les enfants n’ont strictement rien à lui dire sur ce point. Il ne manquerait plus qu’il leur laisse les commandes aussi.

Les gamins se poussaient sur son passage. S’il n’a jamais réellement fait l’unanimité à Poudlard, à présent qu'il en était le directeur, c'était bien pire. Certains élèves le craignaient, le haïssaient même et ça ne le dérangeait pas tant que ça. Seuls ceux de Serpentard l’appréciaient un minimum, tant qu’il ne leur tombait pas dessus du moins.

Il n’eut pas de mal à arriver jusqu'à la porte de la Taverne, qu’il ouvrit d’un coup. Selena était bien présente, attablée devant un verre, l’attendant sûrement avec impatience. Il s’approcha d’une démarche assurée, s’arrêtant juste en face d’elle.

« Dans nos courriers, tu semblais avoir beaucoup de choses à me dire Selena. Ou devrais-je dire, Madame Mulciber ? »

Il s’installa juste en face d’elle. En quittant son bureau à Poudlard, Severus s’était mis en tête de prendre des gants avec sa fille, mais il en fut autrement. Il ne pouvait pas s’enlever de la tête, le passage humiliant avec l’autre toqué de Mulciber qui venait lui balancer un contrat de mariage sous le nez. Il s’était senti sur la touche mais aussi profondément trahi par sa propre enfant. Et comme il l’avait fait lors de la visite de Calvin, il y a quelques mois de cela, il lançait le sujet douloureux dès le départ, comme on enlève un pansement d’un coup sec pour s’en débarrasser au plus vite.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calvin Rogue
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1719
Célébrité sur l'avatar : Brian Haner Jr (Synyster Gates)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Déc - 19:15



It's a day that I'll never miss
feat. la famille
Tu t’es regardé ? Tu es vraiment la dernière des loques qui arpente cette planète. Vingt ans. Vingt ans et toujours un enfant. Un foutu adolescent incapable de prendre ses responsabilités. Une merde. Une merde qui s’apprête à devenir père. Un père qui sera forcément en-dessous de tout. La pire des raclures de ce monde.

Ces quelques phrases hantaient l’esprit déjà bien perturbé de Calvin Rogue. A l’approche du jour J qui, pour lui, s’apparentait plus à une date fatidique, son côté sûr de lui l’avait quitté. Désormais, il ne pouvait réfléchir convenablement. Les décisions, qu’il prenait, allaient sûrement impacter sur l’existence de son fils ou de sa fille. Sa motivation n’était pas sans faille. Non. Elle était même faite que de failles. Au levé, plein de bonnes résolutions qui, une heure après, n’étaient déjà plus qu’un lointain souvenir. Sa conscience en était pourtant lourde. Si lourde, qu’il avait l’impression de se trainer des chaines attachées à un énorme boulet à la cheville. Pourtant, il était libre. Libre c’est le mot qui, bientôt, fuira de lui-même son dictionnaire interne. La liberté s’envolera dès que le bébé sera là. Une fois venu au monde, le petit demandera énormément de temps et d’énergie. Il emprisonnera son dépravé de père dans un rôle qui n’est pas fait pour lui. Calvin, père. Deux mots qui sonnent faux lorsqu’ils se trouvent dans une même phrase. Ce n’est pas donné à tout le monde d’être parent. Ce n’est pas donné à tout le monde de réveiller la fibre parentale. Et le cadet des faux jumeaux Rogue en était persuadé : il ne possède aucune fibre paternelle. Il en reste certain que cet enfant ne sera pas heureux auprès de lui. Comment l’être auprès d’un égoïste ? Parce que le guitariste l’est et le restera. Il a toujours pensé qu’à sa petite personne. Quant aux autres, ils pensaient à lui aussi et ça arrangeait pas mal ses affaires. Mais maintenant ? Que fera-t-il avec un gosse dans les bras ? Il n’est pas certain de vouloir ce bébé. Sauf qu’à quelques semaines – ou même jours – de la fin de sa liberté, il est maintenant trop tard pour revenir en arrière.

Perdu. Fatigué et désarçonné, il n’avait pas d’autre choix que de continuer à avancer. Un pied devant l’autre, ce n’est pas difficile, c’est ce qu’on lui a appris depuis tout petit. Tu tombes, tu te relèves, car si tu restes au sol personne ne viendra te tendre la main pour te venir en aide. Là est une devise assez sombre mais pourtant si réaliste.

Après quelques échanges d’hiboux avec son père, Calvin se trouvait à Pré-Au-Lard. La dernière fois qu’il y avait mis les pieds, les toits des chaumières étaient blancs de neige. Les rues, quant à elles, étaient glissantes, froides et craquantes à chaque pas fait sur ce magnifique manteau blanc. A présent, le décor était totalement différent. La verdure avait repris ses droits en même temps que l’été s’était déployé sur le pays. Il faisait chaud, mais pas extrêmement non plus. L’Ecosse, ce n’est pas les chaleurs que l’on trouve sous les tropiques non plus. Mais Severus lui avait donné gain de cause, en acceptant de faire sortir la jeune mère de l’école, afin qu’il puisse la voir.

Ne foire pas tout. T’es le Roi des crétins, tu vas bien encore faire une connerie. Il se motivait à sa façon pour ne pas perdre la face. Il ne voulait prendre de risque. C’est une gosse après tout. Elle n’est même pas encore majeur. Coincée à Poudlard, Jezabel n’aura pas à gérer un chiard brayard chaque jour et chaque nuit, que Merlin fait. Pourtant, il est l’homme du « couple » et doit se montrer fort. Sûr de lui. Même si dans le fond, il est complètement flippé. C’est ça. Calvin est une vraie flippette pour le coup. Mais trop imbu de sa propre petite personne pour l’admettre. Tout comme, il sera bien trop fier pour demander de l’aide à qui que ce soit. Son beau-père, son oncle, son grand-père ou même sa mère auront bon lui répéter de les appeler en cas de besoin, il n’en fera rien. Ce ne serait que comme mettre un genou à terre. Et ça, il se le refuse. Calvin s’est toujours juré qu’il crèverait debout. Bien trop fier ou trop con, pour accepter la fatalité.

Les mains dans les poches de son blouson, il progressait dans le petit village. Ses yeux s’étaient instantanément collés au sol, scrutant la moindre petite pierre qui s’y trouvait. Il n’était pas bien dans sa tête, dans sa vie. Un véritable cauchemar dont il est incapable de se sortir. Mais pourtant …

« Jez’ ! »

Il interpella la jeune rouquine à la tignasse aux couleurs revisitées. Un sourire forcé qui se voulait plus vrai que nature. Une fausse assurance qui grimpait en lui, aussi vite que l’érection qu’il avait eu le soir de la procréation de la brioche. Il jouait à nouveau un rôle.

by NYXBANANA


I am an intelligent drunk because an intelligent drunk carries his liquor with him.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia Rogue
Chef de la nouvelle brigade des aurors
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 1844
Célébrité sur l'avatar : Kate Beckinsale
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Déc - 10:10



It's a day that I'll never miss
Ft. Rogue, Taylor & Family


Nonobstant les changements, il était amusant de voir à quel point les habitudes étaient tenaces. À quel point ces gestes instinctifs s'étaient ancrés en nous, ne demandant plus le moindre effort de conscience. Puis, il fallait bien reconnaitre qu'Alicia faisait exactement le même trajet tous les matins et ce depuis plus de vingt ans, il était donc impensable de croire que cela n'avait pas laissé de trace. Aussi infime soit-elle, quelque part dans son subconscient. C'était donc sans vraiment y prendre garde, sans se poser de questions, qu'elle arpentait le sol ministériel en direction du bureau des aurors. Ce ne fut qu'en arrivant dans les locaux et en se rendant compte du soudain silence qui y planait, qu'elle reprit contact avec la réalité. Debout dans la pièce, son regard noisette se releva vers ses collègues, du moins ceux qui restait, pour observer une multitude de faux sourire, tous prêt à sortir des banalités d'usage, aussi stupide qu'inutile. Malheureusement, à ça, à ces gestes faux et emplis de contradiction, elle ne s'y était pas encore faite. Car il était difficile pour une personne qui avait passé une bonne partie de son existence à prouver corps et âme qu'il fallait passer au-dessus du premier avis, de se retrouver projeter irrémédiablement de l'autre côté de la barrière. De devenir une traitre. De ne pas pouvoir se dédouaner et de n'avoir d'autres choix que de l'accepter. Préférant pourtant ne pas y faire face de grand matin, la brune avait avait plier bagage en direction de son bureau. Celui de feu Vincenzo. Mais s'assoir à sa place, fixer ces avis de recherche, montrant tant de visages connu et côtoyé n'avait de cesse de lui rappeler l'horreur de ces dernières semaines. Car en l'espace d'un petit mois, à peine, tout avait basculé.

La pire des hypothèses avait finalement prit vie, le Seigneur des ténèbres avait remporté la bataille. Il régnait en maitre sur l'Angleterre magique, mettant en échec une résistance trop disparate que pour lui faire obstacle. Pourtant, on ne pouvait pas dire qu'on ne l'avait pas vu venir, que c'était une surprise sortant de nulle part. Bien au contraire. Dès l'apparition des quatre cavaliers, le vent avait tourné, rendant le camp des mages noirs favoris. Après tout quoi de plus difficile, de plus complexe en matière de conscience que de devoir affronter et arrêter des amis, dont on sait qu'ils n'ont plus aucun contrôle de leurs actes? C'était fourbe et merveilleusement bien orchestré ne laissant pas la moindre chance de contre-offensive. Visé Poudlard comme diversion était le choix de la logique, en fait. Aujourd'hui, avec des semaines de recule, Alicia ne parvenait même pas à comprendre comment personne n'avait pu le penser? Ils avaient sans doute tous été piqué au vif, voulant couper court à une nouvelle débandade de mort et de peur. Personne n'avait voulu revivre une seconde Nuit Rouge, le souvenir de la précédente encore fièrement gravé dans les esprits. C'était surement pour ça que tout le monde avait débarqué dès qu'ils avaient mis un pied dans l'école, laissant le ministère démuni. Une faiblesse dont il avait exploité chaque rouage. Cinq mages judicieusement choisis et Levi Goldstein ne pouvait que ployer sous l'assaut, amenant son cabinet à sa perte. Dès lors, plein pouvoir acquis, il ne restait que deux solutions à la population : Se soumettre ou Mourir. Les termes avaient peut-être été un peu plus nuancé, et encore, mais l'intention finale était celle-là.

Il fallait s'abaisser, capituler, mettre un genou à terre, sous peine de perte tout ce qui pouvait être cher à leurs yeux. D'ailleurs, la prise de Poudlard jouait parfaitement le rôle du petite coup de pression salvateur. Néanmoins, tout aurait pu s'arrêter là, déjà un pied à mi-chemin dans ces camps, la vie aurait pu reprendre gentiment, ou autant que faire ce peu avec une société qui changerait, mais évidemment ce ne fut pas le cas. Évidemment ! Cela aurait été trop beau que d'avoir ne fût-ce qu'un mois paisible dans cette foutue année! Que d'avoir la paix quelques jours. Non, il avait fallu que Severus soit promu à la tête de Poudlard, devenu prison pour sorcier. Tandis qu'elle se retrouvait parachutée à la tête d'un service resolidarisé, unissant auror et chasseur, dont l'unique but serait de traquer les traitres à leurs sang et les fuyards. En sommes d'arrêter toute personne potentiellement capable de se soulever contre ce régime. Oh joie... De base, la matriarche des Rogues n'avait jamais eu envie ou l'intention de postuler à ce grade, mais s'y retrouver catapulter par le Lord, imself, s'était vraiment la pire manière qui soit d'y arriver. Mais il faudrait pourtant être fou, stupide, voir carrément décérébré pour ne pas comprendre la nouvelle menace sous-jacente de ce joli poste en forme de siège éjectable. Eh sans autre solution, il faudra bien faire avec, tout en sachant pertinemment qu'Alicia ne pourra pas sauver tout le monde. Les fausses pistes, les ratés ça ne pourra pas marcher à tous les coups et c'était une pensée particulièrement déplaisante. Elle n'osait d'ailleurs pas imaginer la position de mari, tout aussi peu enviable. Difficile challenge que de protéger la majorité des élèves dans lieu remplis de mangemort...

Enfin, la brune finit par se tirer de l'esprit ses scénarios passés et ses cas de conscience pour finir par regarder au travers de la fenêtre factice qui ornait son bureau. Celle-ci montrait un superbe soleil, pratiquement enchanteur, sensé montrer une chaleur et une joie de vivre qu'était loin de ressentir la population magique en ce mois de Juillet. Heureusement, tout n'allait pas être funeste dans cette journée. Il y a quelques jours de cela, elle avait appris que Pré-au-lard allait, l'espace de quelques heures, accueillir les élèves. Ou en tout cas, ceux considéré comme les plus méritants ou les plus sages, une nuance qui lui fit étirer ses lèvres dans un sourire ironique. Bah tient...Cependant peu importe, la quadragénaire ne voulait pas se fixer sur ce point, non, elle préférait plutôt rester sur l'idée qu'elle pourrait enfin revoir et prendre des nouvelles de ces neveux, dont la dernière entrevue remontait aux vacances. De la jeune Jezabel, pour qui la grossesse touchait à sa fin. Alors certes leur début avait été plutôt mauvais, voir complètement raté, de sa faute, il fallait reconnaitre ce qui était, mais l'idée des lettres avait été payante. Ces échanges épistolaires réalisés avec la jeune Serpentarde avait au moins eu le mérite de dérider les choses et d'aider à remettre une sorte de relation plus saine sur les rails. Enfin pas d'illusion, on détestait toujours sa belle-mère. Et -surtout enfaite- bien égoïstement, elle souhaitait revoir son mari. Merde c'était les vacances à la base, c'était déjà assez compliquée comme ça que de faire avec les horaires scolaires, mais si en plus Voldemort s'y mettait, c'était ingérable. Elle espérait du coup arriver à le croiser, supposant qu'il ferait la sortie avec une partie de ses élèves. Oui, elle supposait seulement. Pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait envoyé aucun hibou pour prévenir de son arrivée.

Il faut dire qu'Alicia avait dans l'esprit que toutes les lettres allaient être interceptées, même si elle était adressée au directeur de Poudlard. Alors, elle jouait autant la prudence que l'invitée surprise. D'ailleurs, la pauvre ne pensait sans doute pas si bien dire, au vu de ce que serait la suite. Quittant ses couloirs étouffants, elle n'eut besoin que de quelques minutes et d'un transplanage pour se retrouver dans le village sorcier. Un village désertique, qui avait perdu tout ce qui faisait son charme. Le monde avait fui, les gens se fraisent rares, trop surveillés sans doute par un balai de mangemort et de Détraqueur. Les commerces n'étaient plus que l'ombre de ce qu'ils avaient été. Patiente, l'ancienne bleu et bronze, scrutait les environs à la recherche de silhouettes connues, qui trahirait la présence d'élèves. Ce fut chose faite en s'approchant des Trois balais. Le mètre quatre vingt passés qui s'était dirigée dans sa direction, ne pouvait vraiment pas lui être inconnu: C'était Severus. Instinctivement, un sourire s'était dessiné sur ses lèvres mais avant même qu'elle ne fasse un geste ou une parole pour l'intercepter au vol, il était rentrée dans la taverne. Elle avait haussé un sourcil interrogateur, mais avait continué sa progression, suivant le fil d'une chevelure flamboyante ne pouvant qu'appartenir à la jeune Slate, déjà rejointe par Calvin. Si elle eut dans l'idée de se diriger vers ce duo, c'était un attroupement beaucoup plus proche de sa position qui attira son intérêt. À quelques pas sur sa droite se trouvait son frère, ses neveux, son père ainsi qu'une jeune blonde qu'elle reconnut comme étant Alice Sullivan. Une reconnaissance qu'elle devait aux anciennes photos parut à l'époque de l'héritage et au cadet de ces fils qui lui avait gentiment dit qu'elle avait pris un poste de surveillante à l'école, cette année.

Joyeuse, un sentiment bien tranchant avec ces derniers jours, elle s'était dirigé vers ce groupe, interpellant son père le premier de son côté. C'était d'ailleurs un véritable plaisir que de le revoir. L'auror savait qu'il avait quitté son poste, les raisons de se choix ne devant pas être abordée et elle voyait cela comme une nouvelle idée, dont elle devrait lui en toucher deux mots plus tard.


-Papa, comment ça va? Ils vont bien?

C'était pratiquement une question rhétorique si on prenait en compte que les deux hommes dont elle s'inquiétait se trouvait juste en face, en pleine accolade/présentation avec leur père et leur surveillante.


Let the skyfall, when it crumbles
It's not that she's born brave. It's not that she's born strong. It's that the universe has decided this one will have the grit and fire and steel in his blood. She will face trial after trial, be broken and damaged in countless ways. But this one? Oh, this one was born to fight. It's what she knows, it's what she does best. It's all she can do..•°¤ Mags.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wolfgang Taylor
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 385
Célébrité sur l'avatar : Dylan Sprayberry
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Fév - 17:16

IT'S A DAY THAT I'LL NEVER MISS
Les Taylor, les Rogue et les autres
Tout avait changé à Poudlard et ça n’avait pas mis des siècles à se faire. Quelques jours, voire une ou deux semaines, mais c’était un revirement de situation comme nous n’en avons que très peu vécu. Les Mangemorts avaient envahi l’école et je comprenais maintenant que mon oncle était l’un des leurs, alors qu’il a été propulsé à la place de grand directeur. A présent, les élèves de Serpentard sont dirigés par Fenrir Greyback. S’il y en a un qui est content, ça n’a pas fait le bonheur de tout le monde. La plupart de mes camarades l’évitent comme la peste. Ils le craignent, mais à juste titre. Il n’y a qu’à regarder ce matin, alors que Zakaria l’a envoyé promener. Contrairement aux autres Professeurs, il ne l’a pas collé et ne lui a pas filé de punition non plus. Il lui a envoyé sa main dans la figure et pas avec modération. Mon frère en a encore la marque et moi, j’ai tellement été surpris, que j’ai battu en retraite, faisant comme si de rien était. Encore heureux que Fenrir est notre parrain, sinon Zak’ aurait sûrement pris plus cher que ça. Je n’avais pourtant pas ébruité ce qu’il s’était passé, préférant garder cette information comme une défense, le jour où mon frère trouvera à m’emmerder. En plus, je n’avais aucune raison de lui en vouloir. Malgré sa façon de répondre à Greyback, ce dernier ne nous avait pas sucré notre sortie autorisée à Pré-Au-Lard. J’étais d’ailleurs bien content de pouvoir mettre le nez dehors l’espace de quelques heures, afin d’oublier tous nos problèmes. Le seul hic, c’est que nous devions avoir un surveillant avec nous. Franchement, on aurait pu plus mal tomber que sur Alice. Elle a toujours été sympa avec nous, même si envahissante parfois.

Nous suivions Zakaria, qui semblait vouloir débuter la visite par la boutique de farces et attrapes Zonko, mais d’un coup, il s’éloigna de nous. J’allais ouvrir la bouche pour demander où il était, quand Alice m’attrapa pour me trainer derrière elle.

« Attends, Zak’ n’est plus là. »

Elle ne m’écoutait même pas, m’entrainant à sa suite comme un vulgaire caniche de grand-mère. Qu’est-ce qu’elle peut avoir comme force cette nana-là. Mais en tournant la tête, à la recherche visuelle de mon frère, j’aperçus aussitôt mon père et même mon grand-père. D’un seul coup, je résistais à la tornade Alice, retirant mon bras pour prendre la même direction que Zakaria. Je savais que la surveillante me suivait malgré tout et ce n’était pas réellement un problème. Arrivé prêt de mon père, je me dépêchais de le prendre dans mes bras, m’entêtant à fournir le même tarif à grand-père également.

« Comment t’as su que nous pouvions sortir ? »

Lançais-je à papa une fois que j’en avais terminé avec grand-père. Je ne pouvais me douter que c’était mon parrain qui l’en avait informé. Je me poussais cependant un peu, le temps qu’Alice se présente. Il y avait comme une sensation de gêne d’un coup, mais je serais bien incapable de dire quelle en était la raison. Je voyais mon père un peu perdu face à la surveillante de la Maison Serpentard. Mais avant que je n’ai eu le temps de poser une question, pour comprendre ce qu’il se passait, qu’une autre personne arriva. Il s’agissait de ma tante cette fois-ci, qui se dépêchait de prendre son père dans ses bras. Mais une fois encore, je sentais qu’il y avait un truc qui se passait. Papa était devenu, tout d’un coup, froid, presque en retrait. Et ce n’était pas dut à Alice, mais plus à l’arrivée inattendue de tante Alicia. Pourtant, je n’avais pas eu vent d’une quelconque dispute entre eux.

Quand bien même il y aurait eu quelque chose, mon père fait toujours de son mieux pour nous tenir éloignés des problèmes au maximum.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Edwin Rogue
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 1124
Célébrité sur l'avatar : Matthew Sanders (M.Shadows)
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Mai - 16:00
It's A Day That I'll Never Miss Égoïstement, Edwin était bien content de ne jamais s'être retrouvé prisonnier à Poudlard durant les vacances d'été. Bien qu'il ait eu un bon niveau scolaire, l'école n'était pas sa tasse de thé. Comme tous les autres jeunes gens de la planète, Sorciers et Moldus confondus, les vacances s'avéraient être quelque chose de sacrée. Surtout en ce qui concerne celles d'été. Elles sont les plus longues et mettent un terme à une année scolaire souvent difficile et remuante. Elles sont aussi, bien souvent, synonyme de soleil, mais surtout de fête. Et l'aîné des enfants des Rogue en avait profité plus qu'à son tour. Se laissant toujours entraîner par son frère jumeau, ils avaient fait plus que les quatre cent coups tous les deux. Si quelqu'un leur avait retiré cela, il n'est pas sûr qu'ils auraient tenu le coup. Sûrement auraient-ils tout fait pour se barrer ou ruiner les plans de leurs bourreaux. Et c'était pour cette simple raison que Edwin venait d'apparaître à Pré-Au-Lard, en compagnie de son fils et de Laverne. Il voulait s'assurer que ses cousins ne leur ressemblent pas au point de faire n'importe quoi pour se sortir de cette mauvaise passe. Pourtant, il n'est pas sans savoir que Zakaria suit une très mauvaise route en ce moment. Il les accumule et attire les problèmes, comme s'il était un aimant à embrouilles.

Mais en débarquant ainsi dans le village Sorcier, voisin de Poudlard, il ne s'était pas attendu à ce qu'il y ait si peu de monde. D'habitude, peu importe la saison et le temps qu'il y faisait, Pré-au-Lard était un endroit quasiment toujours bondé de monde, d'autant plus le week-end. Il y avait toujours foule, mais cette fois, c'était différent. Certes, il y avait des élèves accompagnés par des Mangemorts ou des Surveillants, mais c'est tout. Pourtant, malgré le peu de clientèle, c'était toujours les mêmes boutiques qui faisaient fureur auprès des plus jeunes. Au moins, les commerces tenaient bon et se trouvaient présents pour donner un peu de joie à tous ces gamins. Et en ces temps sombres, ce n'est pas anodin.

La petite main de son fils se trouvait dans la sienne, bien plus imposante. Le petit garçon marchait à ses côtés et de l'autre, se trouvait Laverne. La jeune femme semblait tout aussi surprise que son petit-ami, en voyant l'état de la rue principale du village. Mais bientôt, les idées morbides de Edwin s'envolèrent, au moment-même où son regard se déposa sur ses cousins, un peu plus loin.

Évitant les quelques passants et visiteurs du coin, il se fraya un chemin vers eux, en prenant soin que les deux personnes qui l'accompagnent, ne soient pas larguées derrière lui. Il arriva bientôt près d'eux, remarquant très vite la présence de sa mère, son oncle et de son grand-père, sans oublier celle de la-peste-qui-lui-avait-volé-sa-place-dans-l'équipe-de-Quidditch-de-Serpentard-quand-son père-l'en-avait-renvoyé, j'ai nommé Alice. Qu'importe que des années se soient écoulées depuis, Edwin n'a sûrement pas oublié cela.
© CRIMSON DAY


Rogue Bro':
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Selena Rogue
Surveillante à Poudlard
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 375
Célébrité sur l'avatar : Ksenia Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 17:58

IT'S A DAY THAT I'LL NEVER MISS

Rogue, Taylor et les autres

Les affaires de famille ce n'est jamais simple. Et plus la famille est grande, plus les problèmes sont nombreux. C'est une simple croyance absurde que de croire que de grandes familles s'entendent très bien. C'est faux, ça n'existe nul part. Ce n'est que faux semblant, rien de plus. Selena le savait, puisque chez les Rogue, depuis quelques temps, ça part en vrille. Depuis le début de ce nouveau millénaire, les choses se sont gratinées de tous les côtés. Aucun répit, chaque membre en prend pour son grade, en bouffe plein les dents. Ils auraient dû s'y attendre, puisque rien que le Nouvel An avait été une succession d'emmerdes, entraînant la fille des Rogue et le cadet des faux jumeaux, tout droit dans une prison Moldue. Aucun d'eux n'étaient vraiment frais ce coup-là, puis ensuite, il y avait eu des révélations extrêmement choquantes. Calvin allait devenir père et Edwin l'était déjà depuis cinq années, sans que personne ne le sache. Doyle s'est fait enlevé par des Mangemorts et attaqué par une meute de loups-garous, pas forcément dans cet ordre-là. N'oublions pas, qu'il avait en plus failli y rester dés le début d'année, en se faisant pratiquement exterminer par un dragon. Et plus que récemment, c'était au tour de Selena que d'être attaqué et transformé en loup-garou, pour punir sa mère. Pire, dans l'attaque, Wulfric avait été touché également, alors qu'il n'avait rien demandé à personne.

Que de choses qui ne pouvaient plus vraiment continuer ainsi. Il fallait bien qu'un jour, ça explose. Et c'était de ça que Selena voulait parler avec son père. Elle voulait, quelque part, le mettre en garde contre les futurs événements, alors que les choses continuent à se casser la gueule de leur côté. Sauf que visiblement, la jeune femme n'avait pas tout vue.

Elle était installée depuis très peu de temps, que déjà elle avait eu fort besoin d'un remontant. Encore loin d'être un Calvin au féminin néanmoins, mais il lui fallait prendre des forces pour affronter le chef de famille. Severus n'est pas un homme facile à vivre, tout le monde le sait et encore plus ses propres enfants. Généralement, c'est plus souvent avec Calvin que ça fait des étincelles, Edwin étant plus du genre à encaisser sans rien dire. Mais jamais, ça n'était réellement arrivé avec Selena. Sauf qu'à peine le Directeur de Poudlard venait de prendre place face à elle, après être entré dans la Taverne des Trois Balais, qu'il lança les hostilités.

La jeune louve s'était attendue à tout sauf à être ainsi nommée Madame Mulciber. Pour la bonne et simple raison, qu'elle n'était au courant de rien du tout de ce côté-là. Pire, elle vivait avec Wulfric c'est vrai, mais seulement en guise de colocataire, rien de plus pour le moment. Elle sait pourtant que le jeune homme veut autre chose, mais il ne s'est toujours rien passé entre eux. C'est surtout qu'elle est un peu coincée de ce côté-là et qu'elle ne sait pas vraiment comment s'y prendre avec les sentiments. Cela plus la peur de finir par être trahi, puisque les hommes ne sont pas souvent sérieux, il faut dire.

L'impression de tomber d'une planète lointaine s'emparait d'elle. Comme Wulfric a-t-il pu oser répandre une telle rumeur ? Il va entendre parler du pays, dés lors qu'elle lui mettra la main dessus. Mais pour l'heure, elle n'avait pas été en mesure de faire autre chose que d'écarquiller les yeux et d'ouvrir la bouche pour la refermer directement. Sous le choc que son père soit au courant avant elle en plus. C'était totalement absurde, complètement dingue. Mais n'importe quoi. Quelle mouche a donc piqué les Mulciber ?

« Q-quoi ? »

Même articuler lui semblait être devenu difficile. Son regard s'était accroché à celui de Severus, cherchant la plaisanterie. Pourtant, elle est plus que bien placée pour savoir que son père n'est pas un grand déconneur. Ce n'est pas un déconneur du tout même. Il est bien loin d'être du genre Calvin ou encore Edwin.

« Mais c'est faux. Qui t'as raconté une telle chose ? Si c'est Wulfric, je vais le massacrer. »

Que ce soit lui ou non, il va se faire massacrer le pauvre. S'être interposé lors de l'attaque, le soir où ils sont tous les deux devenus des loups-garous, ne lui donne certainement pas le droit de décider pour elle. Ni même de répandre des rumeurs de mariage, sans qu'elle ne soit au courant.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doyle Taylor
Dresseur de dragons
Âge du personnage : 41 ans
Nombre de messages : 454
Célébrité sur l'avatar : Colin O'Donoghue
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Sep - 20:15
It's a day that I'll never missLES TAYLOR, LES ROGUE, LES DÉRIVÉS ET LES PIÈCES RAPPORTÉES Il s'en fichait du monde lui, malgré le fait qu'il ait un sérieux problème quand il se trouve au milieu de la foule. Mais cette fois, Doyle était parvenu à retrouver ses fils qui, l'un après l'autre, l'avaient pris dans leurs bras. Techniquement, c'était eux qui étaient venus jusqu'à lui, parce qu'il peinait à avancer, se trouvant derrière un troupeau de vieilles sorcières bavardes. C'était à grande peine qu'il s'était retenu de les pousser, pour passer devant elles. Peut-être aurait-il dû ? Il avait l'impression d'avoir traverser le portail d'un monde parallèle sans l'avoir vu venir. Quatrième dimension le voilà. Alice se présentait à lui, comme s'il ignorait de qui il s'agissait. Etait-il doté d'une imagination si débordante, qu'il s'était contenté d'imaginer leur relation ? Un peu surpris, son bras remonta comme s'il s'agissait d'un membre robotisé, pour saluer la jeune femme d'une poigne de la main.

« Doyle Taylor...de même. »

Peut-être bien qu'il avait oublié de lui dire son prénom la première fois qu'ils ont couché ensemble. Comme un éclair de lucidité, une idée s'invita d'un coup. Peut-être que la présence de son père la mettait mal à l'aise à cause de la différence d'âge ? Ou bien simplement parce que Wolfgang et Zakaria semblaient les regarder avec insistance ? Ce qui n'était pas vraiment étonnant, sachant que Doyle s'est comporté étrangement en se présentant. Mais l'affaire n'eut pas le temps de finir par être élucidée, que finalement son regard accrocha la silhouette de Calvin. Comme quoi, il semblerait qu'il s'agisse d'une réunion de famille. Et Doyle ne croyait pas si bien penser, puisque sans signe annonciateur de malheur, sa sœur débarqua comme une fleur, sourire aux lèvres, comme si tout roulait si bien dans le meilleur des mondes.

Sa réaction fut de s'écarter de son père, restant à côté d'Alice et de ses deux garçons. Un silence qui en disait long venant de sa part, pourtant sa cadette ne le voyait pas de cette façon. Sans qu'il ne comprenne pourquoi elle lui adressait la parole à lui, pour prendre des nouvelles de ses neveux bien présents sur place, il arqua tout d'abord un sourcil d'étonnement.

« Pourquoi, tu as prévu de faire une nouvelle connerie, pour que des Mangemorts décident de venir leur péter la gueule à eux aussi ? »

Il l'a un petit peu en travers de la gorge, de savoir qu'il s'est fait casser la figure par sa faute. Il en a eu pour des semaines à avoir la gueule en vrac avec ses conneries.

Quelques instants plus tôt, ayant remarqué sa nièce qui entrait dans la Taverne des Trois Balais, le dresseur de dragons s'écarta du groupe, invitant déjà le trio Alice, Zakaria et Wolfgang, d'un geste de la tête. Boire un bon verre ne pourra que le détendre. Il ouvrit le chemin, jusqu'à la porte de l'établissement et laissa les deux élèves de Serpentard et leur Surveillante, passer devant. Manque de bol pour lui, toutes les tables étaient occupées sauf une.

Et évidemment, celle-ci se trouvait juste à côté de celle qui était occupée par Severus et Selena. Bien décidé à ne pas rebrousser chemin, le loup-garou dût se faire violence pour partir dans leur direction et s'asseoir. Il n'a pas grand chose contre eux, pour ne pas dire rien du tout. Mais sa frangine étant dehors, elle ne tarderait pas à venir par-ici pour voir son mari et une fois encore, Doyle devra la supporter, alors qu'il n'en a vraiment pas envie. Pas maintenant. Sa rancœur ne s'est pas encore assez apaisée.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Convention les Croisades d'Unnord à Lille.
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Pré-au-Lard :: Commerces divers :: Taverne des Trois Balais-
Sauter vers: