RSS
RSS



 


 :: LONDRES :: ♣ Centre-ville :: Rues et commerces :: Rues diverses Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Let's put a smile on that face !

avatar
Arabella Macpherson
Rédactrice à la Gazette
Âge du personnage : 32 ans
Nombre de messages : 74
Célébrité sur l'avatar : Margot Robbie
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Déc - 19:53

Let’s put a smile on that face !

C’était silencieux. Trop silencieux. Je n’aime pas le silence. Il me faut de l’agitation, du bruit, du mouvement, bref de la vie autour de moi. Je ne suis pas femme à aimer la tranquillité bien longtemps. Là c’était une vraie torture, même pire que ça encore.

Assise dans mon canapé, je feuilletais le torchon de mes principaux concurrents, émettant quelques remarques ironiques à propos de leurs écrits. Une tasse de café sur mon accoudoir, emmitouflée dans une couette, je profitais que Madalina soit de sortie pour faire ma mémère sans risquer les moqueries.

Nous étions en plein cœur du mois de Juillet et les enfants étaient encore à Poudlard. Moi qui m’étais imaginée pouvoir les avoir pendant ne serait-ce quelques semaines, même quelques jours. Rien qu’une petite heure. Même moins. Juste le temps de pouvoir les étreindre rien qu’une fois. C’était d’un réel ennui ces vacances qui n’en sont pas vraiment. Je commençais par avoir envie de faire le ménage, c’est dire combien je ne savais que faire.

De plus, je n’avais pas écrit un seul article depuis des jours au moins. L’inspiration s’était envolée et je ne voulais certainement pas louer les actes des Mangemorts. A l’inverse, si je les attaquais à coup de mots, ils s’en prendraient certainement à Kenneth et Lydwine.

Dans un élan de courage et de conviction, je me redressais. La couverture tomba à mes pieds et le journal dans la foulée. Ma tasse j’attrapais, pour absorber la gorgée qu’il y restait. Encore mieux que Wonderwoman, mes fringues de mémé canapé se transformaient en quelque chose de plus présentable, selon mes goûts. Il était temps de faire du lèche-vitrine au rayon des Moldus. Inutile d’emmener de quoi payer, quelques coups de baguette et le tout me serait offert avec le sourire.

Mes talons claquaient sur le carrelage et je reluquais mon reflet dans le miroir de l’entrée. Pas de ravalement de façade de nécessaire, j’étais et je suis tout à fait parfaite. Me voilà bien déterminée à sortir, ouvrant la porte avec tellement d’entrain qu’en trouvant quelqu’un sur la première marche, je crus mourir de frousse. Ma respiration se bloqua, une main sur la poitrine cherchant à faire calmer mon palpitant, quelques secondes me furent nécessaire pour me remettre de mes émotions.

Mon visage étonné changea d’expression, un sourire l’enjolivant d’un seul coup. Et comme une sauterelle hyperactive, me voilà en train de sauter sur place à l’instar d’une adolescente hystérique.

« Hiiiii !!!! Mon poussin !!! »

Je n’y tenais plus, sautant carrément au cou de mon Archibald. J’étais tellement rassurée de le voir en un seul morceau. Il ne semblait même pas un tout petit peu amoché. Avec mon petit mari, je m’étais attendue au pire. Il faut toujours qu’il se fiche dans un pétrin sans nom. Je l’avais imaginé enfermé dans les cachots de Poudlard, en train de se faire torturer par des tarés de Mangemorts à qui j’irais ensuite botter le cul. Et ça, c’est une certitude plus que certaine.

« Tu vas bien ? Tu n’as rien ? Tu n’es pas blessé ? Et les enfants ? »

S’il pouvait répondre à au moins l’une de mes nombreuses questions, se serait déjà fantastique. Je ne savais même pas comment il était parvenu jusqu’à la maison. Mon époux n’est pas un imbécile, mais j’ai mis tellement de protections pour planquer ma bicoque, que j’en étais très étonnée et admirative de son intelligence.

« Je m’apprêtais à faire les boutiques, tu m’accompagne ? On pourra faire peur aux Moldus discrètement. »

Je me fichais bien que ce soit mal de s’amuser à leurs dépens. Ce n’était pas méchant et il faut bien rire un peu de temps en temps. Puis, pour être d’une honnêteté sans faille, je n’ai plus de potion pour me stabiliser. Voilà peut-être la raison de la venue de mon cher poussin.

« Tu n’es pas là pour me bourrer de potions j’espère ? J’ai le droit à une pause. Je veux une pause. Je l’exige même, sinon pas de gros câlin avant que tu ne repartes pour Poudlard. »

Les hommes, lorsqu’il s’agit de les punir de galipette, font vraiment tout ce qu’on leur demande. C’est magnifique. A l’inverse, c’est impossible, ils sont plus faibles que nous autres, les femmes, de ce côté-là. Beaucoup plus téméraires qu’eux, nous parvenons à nous en passer durant longtemps, s’il le faut. Non pas sans frustration. Preuve en est, mon oreiller s’appelle poussin deux.
@ pyphi(lia)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Léo ∆ I will show another me, I'll tell them what the smile on my face meant
» 04. God put a smile upon your face...
» God put a smile upon your face. ○ Pawel.
» I just might die with a smile on my face after all
» God Put A Smile Upon Your Face

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LONDRES :: ♣ Centre-ville :: Rues et commerces :: Rues diverses-
Sauter vers: