RSS
RSS



 


 :: LONDRES :: ♣ Quartiers Résidentiels :: Résidences diverses Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

My past, my present, my future

avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Mar - 21:27
My past, my present, my future


Les mangemorts étaient arrivés au pouvoir. Enfin. Il était temps que leur heure vienne, eux qui luttaient depuis tant d’années, eux qui étaient passés par l’enfer d’Azkaban. Voilà qu’aujourd’hui, ils étaient parvenus à hisser leur maître au sommet. Bryan avait œuvré tout sa vie durant pour en arriver là. Et maintenant que le but était atteint, il ne pouvait célébrer la victoire dignement. Il avait été renié par le Seigneur des Ténèbres, qui était même allé jusqu’à envoyer Jesse-Rose, sa Jesse, pour le tuer. Désormais, il vivait caché, reclus dans les rangs obscurs de l’inquisition. Il se retrouvait au service d’une sang-impur, et c’était là sa seule option. C’était ça ou la mort. Il n’était pas encore complètement inconscient, il savait pertinemment que s’il ne faisait partie d’aucun clan, s’il ne bénéficiait pas même de la plus infime des protections, alors quelqu’un finirait bien par avoir sa peau. Et quoi que l’on puisse en penser, lui était d’avis qu’il était encore trop jeune pour mourir. Et s’il parvenait à se faire accepter par les membres de l’Inquisition –ce qui prendrait sûrement bien des années- alors il pourrait peut-être également bénéficier d’une certaine immunité de la part des Anarchistes. A condition, bien sûr, que l’inquisition parvienne à s’allier avec les pantins d’Hellson. Ca non plus ce n’était pas gagné d’avance…

En dehors de tout cela, Bryan avait bien évidemment un autre gros problème. C’est bien connu, s’attirer des ennuis est sa spécialité première. A croire qu’il est légèrement masochiste sur les bords. Comme si avoir un enfant illégitime ne suffisait pas, Bryan s’en était découvert un second, sorti de nulle part. Les gosses, c’est encore pire que les mauvaises herbes. Surtout quand ils sont de sang-mêlé. Disons-le franchement, si Anton avait été de sang-pur, alors Bryan l’aurait très certainement pris en considération. Mais voilà, son fils n’était pas le parfait héritier qu’il s’était imaginé, et en plus d’avoir une piètre nature de sang, il n’avait pas semblé particulièrement enchanté à l’idée de rejoindre les rangs du Lord. Mais bon sur ce dernier point, il était désormais tout à fait possible de négocier. Quoiqu’il en soit, après avoir reçu un hibou d’Anton lui confiant la vérité à propos de son sang, Bryan avait pris la décision de retrouver son fils et de l’éliminer. Histoire de rectifier son erreur passée. Néanmoins, la tâche s’était avérée plus compliquée que prévue. Il avait eu l’impression de chercher son fils dans toute la ville, il avait même pris l’immense risque de se rendre à Poudlard pour retrouver le demi-frère d’Anton et lui arracher un indice sur la localisation de son fils. Peine perdue. Bryan s’était donc résigné à attendre, songeant qu’il finirait bien par tomber sur Anton, alors qu’il ne s’y attendrait pas.

La nuit avait recouvert Londres de son grand manteau noir des heures auparavant. Il était tard, et seuls les déséquilibrés se promenaient encore à une heure aussi avancée. Bryan venait de quitter la demeure de Rose, l’auror dont il partageait plus ou moins la vie, et qui avait décidé de rejoindre la résistance contre la prise de pouvoir des mangemorts au Ministère. Mis à part le bruit du vent, aucun son ne retentissait aux alentours. Celui qui disait que la nuit était sombre et pleine de terreurs se fourvoyait complètement. Il n’y avait rien de plus paisible que les rues de Londres un soir de la semaine, une fois la nuit tombée. Enfin, telle était la vision complètement marginale de l’esprit dérangé de Bryan. Alors qu’il se sentait particulièrement serein, des cris surgis de nulle part lui firent instantanément regretter ses dernières pensées. Attiré par sa curiosité, ainsi que par son irrépressible manie de foncer tête baissée vers de potentiels ennuis, l’ancien mangemort décida de se diriger en direction des voix qui lui parvenaient aux oreilles. Prudemment, il pressa le pas, l’échine courbée afin de passer un peu plus inaperçu. Apercevant au loin les silhouettes de six hommes, Bryan décida de se dissimuler derrière un large platane. Il ne parvenait pas à entendre l’ensemble de leur conversation, mais il crut comprendre que la plupart des sorciers appartenaient à la nouvelle brigade des aurors, celle-là même qui était sous les ordres des mangemorts. Et visiblement, ils venaient de tomber sur une proie…


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Mar - 10:10


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?



Être un Mage Noir solitaire n'est pas de tout repos. Bien que solitaire soit un grand mot. Depuis peu, son nouvel ami rencontré sur cette Allée des Embrumes, où ils travaillent tous les deux, est parvenu à le mettre en contact avec quelqu'un de très intéressant. Bien que Zakaria ait dû reprendre le chemin de Poudlard, ils parviennent à échanger, grâce à un système de codage qu'ils ont eu même mis au point, afin que personne ne soit en mesure de savoir ce qu'ils se disent.

Ce grand Mage Noir, dont il ignore encore beaucoup, le tente bien plus que les Mangemorts. Ses idées ne sont pas différentes des siennes et même s'il ne connaît pas encore officiellement cette personne, ni même son nom, Anton s'avère être emballé. Pas de traitement différent entre les sorciers de sang-pur et ceux de sang-mêlé. Un sorcier reste un sorcier. C'est déjà un point très important aux yeux d'Anton. Et pas non plus de jugement dégradant pour les lycanthropes, le second point qui lui importe. Sa petite-amie est un loup-garou et il n'a certainement pas l'intention de laisser quiconque lui manquer de respect. Et pour terminer sur ce qui l'intéresse, juste l'envie de faire connaître au monde entier la société magique. Juste l'envie de ne plus rester cacher aux yeux des Moldus. Anton ne voit rien à redire, tout lui convient. Tout le séduit. Mais malheureusement, il n'aura peut-être pas l'occasion de prendre part à ce nouveau mouvement qui grandit dans l'ombre. C'est une déchirure, parce que le partie semblait prometteur.

Mais quelques soirs plus tôt, le garçon avait encore fait des siennes, protégeant ainsi la jeune Lupin qui l'accompagnait. C'est vrai que ses méthodes ne sont peut-être pas les meilleures et la demoiselle le lui a fait savoir haut et fort, alors qu'il s'apprêtait à tuer quelques Mangemorts. Mais avec ces derniers au pouvoir, inutile de dire que les choses se sont dégradées plus vite qu'il ne l'aurait réellement pensé. Des Aurors ayant retourné leurs vestes, pour ne pas changer, se sont lancés à ses trousses. Ils l'ont pisté, attaqué, il s'est défendu et n'a pas abdiqué. Il a été élevé pour ne pas baisser les bras et pour se battre jusqu'au bout. Anton refuse de vivre planquer comme un lâche, il préfère mourir au combat et c'est sûrement ce qu'il s'apprête à vivre.

Dans un coin reculé de Londres, à l'abri des regards, Anton est coincé. Entouré par tous ces ennemis, il ne compte pas pour autant accepter la défaite. Peut-être aurait-il dû le faire, mais sa fierté l'en a empêché. Brandissant sa baguette, il est parvenu à ôter la vie de l'un des Aurors, mais la réplique ne s'était pas faite attendre trop longtemps. A coup de sortilèges impardonnables, ils ont fini par avoir raison de lui. Les Doloris sont tombés, ils se sont enchaînés les uns après les autres. Depuis quand les Aurors utilisent-ils ce genre de méthodes ? Les temps ont changé beaucoup trop vite. Son corps en a bouffé plus qu'il ne pouvait en supporter et ils sembleraient ne pas avoir envie de s'arrêter là. La formule à changer, les sortilèges ne sont plus les mêmes, mais Anton ne réagit même plus. A l'agonie très certainement, affalé contre le mur, les blessures apparaissent sur son corps déjà douloureux. Ses doigts finissent par lâcher sa baguette au sol, dans un mélange de sang et de poussière. Finalement, il a toujours eu raison, qui pourrait dire que ce sang est mêlé et non pur ? En voilà une étrange pensée qui lui traverse l'esprit, alors qu'il est sur le point de mourir. Il semblerait que le jugement de son père biologique, ait été beaucoup plus destructeur qu'il a bien voulu l'admettre.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Mar - 15:46
My past, my present, my future


Bryan observait tranquillement la scène qui se déroulait sous ses yeux. Le sorcier que les cinq Aurors avaient arrêté ne se laissait visiblement pas effrayer par le nombre d’ennemis qui l’entouraient. Alors que les premiers sorts fusèrent, l’un des hommes du Ministère ne tarda pas à s’effondrer au sol, pour ne plus jamais se relever. La lumière verte ne pardonnait pas. Personne ne pouvait échapper au sort funeste qu’elle réservait à celui qui en était la cible. Personne à part ce misérable Londubat. La mort de cet auror ne fut cependant qu’une courte victoire pour le sorcier, qui fut vite sévèrement châtié pour le crime qu’il venait de commettre. Les Doloris s’enchaînèrent à un rythme incroyablement rapide. L’obscurité de la nuit était entachée d’éclairs d’un rouge flamboyant. C’était là un ravissant spectacle, les quatre aurors encore vivants se donnaient véritablement de la peine pour venger leur camarade et insuffler la plus déchirante des douleurs à celui qui était leur cible de la soirée. Ils se relayaient et tournaient autour de leur proie de façon presque artistique. On aurait dit l’un de ces opéras tragiques, que Bryan avait l’habitude de voir avec ses parents lorsqu’il était enfant. L’ancien mangemort aurait pu contempler la scène jusqu’à ce que le jeune sorcier meure, cela l’aurait probablement diverti. Mais il avait comme une sorte de mauvais pressentiment, quelque chose le dérangeait. Pourquoi ces aurors s’acharnaient-ils sur ce sorcier solitaire ? Qu’avait-il de si particulier, était-ce quelqu’un de recherché ? Bryan était-il une fois de plus sur le point de sauver la mise d’Hellson ? Non probablement pas, maintenant que le leader anarchiste était sous l’emprise du Lord, il ne risquait plus rien de la part des sbires des mangemorts. Peu importe, après tout Bryan avait envie d’un peu d’action pour pimenter la fin de sa soirée. Il se fichait bien de savoir à qui il allait sauver la vie. Car oui, il était persuadé de gagner le combat contre ces petits cons du Ministère. Et s’il s’avérait que le sorcier qui gisait désormais à moitié mort sur la chaussée soit un anarchiste, ou un autre déchet dans le genre, alors il l’achèverait lui-même.

Encore dissimulé derrière le platane, Bryan lança un de ses propres sortilèges de torture. Les Doloris c’était surfait. Un rayon de lumière violette s’échappa de sa baguette et vint frapper l’un des aurors. Un cri de douleur s’en suivit, puis, le sortilège commença à perforer la peau de la victime en de multiples endroits, et bientôt le sorcier tomba à genoux et contempla le sang s’écouler des centaines de petits orifices que le sort venait d’ouvrir dans sa chair. Désormais repéré, Bryan sortit de sa cachette et avança en direction du combat.

« Qu’avons-nous donc là, cinq agents du Ministère qui s’en prennent à un seul et unique sorcier ! Seriez-vous tombés sur le Seigneur des Ténèbres en personne ? Non parce que franchement, attaquer en surnombre ce n’est pas ce qu’il y a de plus courageux. T’en penses quoi toi ? »

L’auror qu’il avait attaqué venait de cracher un dernier caillot de sang, avant de tomber raide mort sur le sol. Son cadavre criblé de trous encore sanguinolents n’était franchement pas beau à voir.

« Ah au fait, moi c’est Bryan. Je suis le mec qui se sent toujours obligé de s’inviter là où il n’a pas été convié. »

Sans même avoir la politesse de le saluer à leur tour, les trois aurors restant se détournèrent de leur cible initiale et forcèrent Bryan à faire un peu d’exercice pour éviter leurs Doloris. C’est dans ce genre de situation que l’on se rend compte que l’on n’est plus aussi jeune qu’on ne le pensait. Bon d’accord, il était un peu essoufflé mais pas de quoi en faire toute une histoire. Après tout, ils étaient trois à s’acharner sur lui ! Il essayait de se défendre comme il pouvait, mais ce n’était pas chose aisée de lancer des sortilèges et de courir en même temps pour éviter d’y passer. Que diable était-il allé faire dans cette galère ? Il aurait mieux valu qu’il transplane directement chez lui, il se serait sûrement évité bien des ennuis. Mais alors qu’il tenta de s’immobiliser l’espace d’un instant pour lancer un nouveau sort, il fut frappé par un Doloris. Fort heureusement, le sorcier qui l’avait lancé devait tout juste sortir de sa formation. La douleur était encore supportable. Bien que suffisamment forte pour lui faire mettre un genou au sol. Bryan tentait de résister du mieux qu’il pouvait, il savait que s’il venait à s’agenouiller ou à s’allonger sur le sol pour tenter de calmer la douleur, il serait fini. Tentant d’ignorer les spasmes qui parcouraient son corps, afin de se relever, son regard se posa pour la première fois sur la victime qu’il tentait de sauver. Le visage tuméfié de son fils lui glaça le sang.

« Anton ? »

Sa voix était déformée par la douleur, mais il se devait de dire son prénom. Il voulait voir un quelconque mouvement sur le visage du jeune homme. Il voulait s’assurer que c’était bien son fils. S’assurer qu’il était encore vivant. Oui, c’est vrai, il s’était juré de le tuer, et ainsi il aurait pu effacer l’une de ses innombrables erreurs de jeunesse. Oui, il détestait ce gamin à cause de la nature de son sang. Mais alors qu’il gisait pratiquement mort à ses pieds, Bryan n’avait plus qu’une seule idée en tête : l’emmener en lieu sûr. Et pour cela, il fallait encore se débarrasser des trois autres abrutis. Le mangemort jeta un dernier coup d’œil à son fils, puis animé par la colère et l’envie de vengeance, il se releva et lança deux Avada Kedavra dans la foulée. Les sortilèges trouvèrent leur cible et les deux aurors furent arrachés à la vie. Tous deux étaient encore de jeunes hommes, tout justes promus. Ils ne devaient pas être beaucoup plus vieux qu’Anton, et voilà que Bryan les envoyait à la mort sans rien éprouver de particulier. Et au moment où il réservait le même sort au dernier auror restant, celui-ci le devança et lui jeta un sortilège qu’il n’avait jamais reçu auparavant.

Bryan est propulsé au sol, le souffle coupé. La violence du choc est si rude, qu’il doit bien avoir une ou deux côtes cassées. Il tente de décoller son buste du sol, en vain. La souffrance est trop forte, trop puissante pour lui. Le goût du sang dans sa bouche est la seule et unique chose qu’il peut encore percevoir. Il n’entend pas les pas qui se rapprochent de lui. Il ne voit pas l’auror qui brandit son arme dans sa direction. Mais il espère de tout son cœur, que son fils ait encore la force de récupérer sa baguette et d’envoyer l’auror en enfer.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Mar - 10:05


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?



Se résoudre à accepter la fatalité est une chose aisée pour tout le monde. Mais c'est lorsque Anton se rendait enfin à l'évidence, qu'il ne pourrait pas revoir le soleil se lever, qu'il y eut une intervention en sa faveur. La lumière l'éclaira mais ce n'est pas lui que le sort toucha. Des cris et le bruit d'un corps qui s'effondre, il connaissait trop bien tout ça. Lui-même en a fait les frais pendant de trop longues minutes précédemment.

Compliqué d'imaginer qu'un tiers volait à son secours, il fut bien plus étonné d'entendre une voix qui ne lui était pas inconnue. Même si celle-ci venait comme de loin pour lui, il pensa que son subconscient lui jouait des tours. Ce ne pouvait pas être Bryan. Son père le déteste pour une stupide histoire de sang. S'il le voyait dans cette situation, il ne lèverait sûrement pas le petit doigt pour le sauver. Et s'il entendit parfaitement bien ce prénom, il s'imagina en plein délire. Mais il y avait pourtant un autre combat tout proche de lui. Son corps douloureux n'était plus martyrisé pour le moment. Il n'était plus la cible de cette vengeance. Une courte accalmie qui lui permettait de rouvrir, peu-à-peu, les yeux quand son prénom fut prononcé par l'invité surpris de la partie.

Il ne rêvait pas, son père biologique était bien la nouvelle cible de ses ennemis. C'était lui qui l'aidait. Qui aurait cru qu'un homme aussi buté que Bryan volerait au secours de son bâtard de fils ? Certainement pas Anton. C'était inespéré, mais c'était aussi impuissant que le jeune Munter voyait cette bataille se dérouler sous ses yeux. Il était tout aussi désarçonné quand son père vola violemment touché par un sortilège. Peinant à rester éveillé, l'étudiant grinça des dents en tentant de récupérer sa baguette ensanglantée.

L'Auror approchait dangereusement de Bryan, prêt à en finir avec celui-ci. Il lui fallait faire vite pour le sauver à son tour. Du bout des doigts, Anton parvint à faire rouler sa baguette, jusqu'à ce qu'elle touche enfin dans la paume de sa main. Et dans un effort pratiquement surhumain, il leva son arme afin de lancer le sortilège de la mort sur leur agresseur, qui tomba inerte. Le silence qui suivi, en fut pratiquement lourd de sens. Seul le bras du jeune homme, retombant d'un coup comme celui d'une poupée de chiffon, le brisa. Si ce n'est le bruit de la baguette qui termina à nouveau sur le sol.

Son regard fixait le corps de son père. Il était bien trop loin pour juger de son état. Celui du fils n'était sûrement pas mieux, si bien que prononcer ce prénom était pratiquement impossible. Il n'avait plus qu'à user de la solution de facilité, pour être certain qu'il soit bien en vie.

« P'pa ? »

Bougeant difficilement de son mur, après quelques efforts, Anton arriva aux côtés de son père. Il ne s'imaginait pas que le Mangemort se serait mis dans une telle situation, juste pour lui sauver la vie. Sa main se posa sans aucune assurance sur l'épaule du blessé. Peut-être que par simple orgueil mal placé, Bryan voulait être le seul à pouvoir massacrer Anton de ses propres mains. Mais ce dernier espérait que ça ne soit pas le cas et qu'il y ait une raison, un peu plus louable, derrière son geste.

« Tu m'as sauvé...merci. »

Il n'y avait aucun sarcasme dissimulé derrière ces remerciements. Car même si sur la fin, c'est lui qui a sauvé son père d'une mort certaine, il lui en était gratifiant de s'être mis en danger pour lui.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Mar - 20:24
My past, my present, my future


C’est fou la capacité que la vie pouvait avoir à basculer du meilleur au pire en une fraction de seconde. Il y a encore dix minutes, Bryan savourait sa balade nocturne, et maintenant le voilà allongé au sol, à la merci d’un foutu auror. Cela ne pouvait pas se terminer ainsi, c’était impossible. Il n’allait pas mourir, pas ce soir, pas comme ça. Il savait pertinemment qu’il n’était pas invincible, et que c’était complètement stupide de s’attaquer à quatre aurors à la fois pour sauver un inconnu. Mais quand même, il n’avait pas survécu à onze années d’enfermement à Azkaban pour finir par se faire tuer sur un vulgaire trottoir. Il valait mieux que ça, il allait se relever et faire mordre la poussière à celui qui avait commis l’affront de s’en prendre à lui. Enfin, ça c’était ce qu’il aurait fait s’il n’avait pas ressenti cette douleur oppressante au niveau du torse.

L’échéance se rapprochait lentement mais sûrement. Bryan s’en voulait tellement de s’être embarqué dans cette histoire ! En plus, c’était loin d’être son genre de jouer les héros. Mais bien sûr, comme à son habitude, il avait fallu qu’il s’attire des ennuis. Sa vie était-elle chiante au point qu’il doive faire tout et n’importe quoi pour s’amuser un peu ? Oui, peut-être bien… Mais alors qu’il entendit la formule tant redoutée, il fit un ultime effort pour tendre sa baguette en direction de l’ennemi, mais il était déjà trop tard. L’auror avait été touché par un Avada Kedavra sortit de nulle part et Bryan vit son corps s’effondrer à ses côtés. S’il avait été en meilleur état, il aurait probablement sauté de joie et se serait réjoui d’avoir eu raison. Son heure n’était pas encore venue.

Reprenant peu à peu ses esprits, Bryan se souvint subitement de la présence d’Anton dans le coin, et réalisa que c’était probablement à lui qu’il devait d’être encore vivant. Néanmoins, Bryan n’étant pas comme le commun des mortels, la première chose qui lui vint en tête n’était pas de remercier son fils ni même de prendre de ses nouvelles, mais plutôt de savoir comment il s’était retrouvé dans cette galère, et avait failli les faire tuer tous les deux ! Mais avant même qu’il n’ait pu faire l’effort de prendre la parole, il entendit quelqu’un l’appeler papa. Et c’était probablement l’événement le plus traumatisant de cette fichue soirée. Pour la bonne et simple raison que personne ne l’avait jamais nommé ainsi. Faut dire que ses trois enfants légitimes n’en avaient pas eu le temps. Et certainement pas l’envie non plus. Pour la première fois de sa vie, Bryan ne trouva aucune réponse cinglante à proférer. Il était tout bonnement abasourdi qu’Anton puisse faire une telle chose. Après la façon dont il l’avait traité, son fils tentait encore de se rapprocher de lui. Pourquoi se donnait-il tant de mal à vouloir attirer l’attention de quelqu’un comme Bryan ? Le Mangemort resta muet, et songea qu’il pourrait peut-être se faire passer pour mort et simplement attendre qu’Anton s’en aille. Ça leur éviterait de passer un moment terriblement gênant où tous deux devraient passer leur temps à se remercier de s’être mutuellement sauvé la vie. Mais c’était sans compter sur la bonne volonté d’Anton qui traîna son corps meurtri jusqu’à lui. Lorsque son fils posa la main sur son épaule, Bryan fut tenté de lui dire d’éviter de mettre son sang-mêlé sur sa veste, mais il se ravisa. Il n’était pas persuadé qu’Anton soit un adepte de l’humour noir.

« T’as pas à me remercier, je ne savais même pas que c’était toi. Je ne voulais pas spécialement te sauver la vie, tout ce qui m’importait c’était de m’amuser un peu et de tuer quelques aurors. »

Se rendant compte de la brutalité que ses paroles pouvaient avoir, Bryan soupira. Il n’était vraiment pas doué pour les relations humaines. Il ne pensait pas à mal en disant cela, il était juste gêné par la gratitude et la gentillesse d’Anton, qu’il n’avait absolument pas méritées.

« Enfin, je suis plutôt content que ce soit toi que j’ai sauvé. Et pas un foutu anarchiste. »

Cela suffisait comme compliment, non ? Parce que franchement, il était incapable de faire mieux que cela. Surtout avec la douleur qui lui lancinait les côtes. Il fallait absolument qu’il répare ses os brisés. Prenant sur lui, il rampa à reculons et vint s’adosser au muret, non sans laisser échapper des grognements de douleur. Ce n’est pas qu’il ne faisait pas confiance à Anton, mais il préféra se charger lui-même de lancer l’episkey sur ses côtes. Il eut la désagréable impression que ses os se brisaient une seconde fois, mais après quelques secondes de vive souffrance, ses côtes s’étaient ressoudées. Respirant profondément, il se remit de bout et s’approcha d’Anton.

« Ils ne t’ont vraiment pas épargné, ces raclures. Il va te falloir des soins. Mais là tout de suite, je dois avouer que je ne connais pas beaucoup de médicomages qui accepteraient de m’aider. Depuis que j’ai lâché les mangemorts, je ne peux plus compter sur le soutien de Rogue. Quant à Katlyna, j’ai tout fait foirer avec elle. »

Sans même s’en rendre compte, Bryan venait de lâcher une information capitale sur son compte. Son fils allait probablement se réjouir de savoir qu’il n’était plus un mangemort. Ou peut-être qu’il s’en ficherait complètement, parce qu’il sait que son père est un être immonde et qu’il ne veut rien avoir à faire avec lui. Bon sang, Bryan détestait ce gamin et la façon qu’il avait de le faire se sentir mal à l’aise. Le mangemort était si peu sûr de lui lorsqu’il se retrouvait en présence d’Anton. Il avait l’impression que la vie le jugeait, que le monde entier l’accusait d’avoir abandonné son fils parce que son sang n’était pas pur. Et c’est dans un élan de bonté des plus inattendus, que Bryan se pencha vers Anton et hissa le bras de son fils par-dessus ses épaules afin de l’aider à tenir debout.

« C’est dommage, si tu avais été en meilleur état, on aurait pu ramener quelques-uns de ces aurors et en faire des Inferi. Mais bon tant pis, ce sera pour la prochaine fois. »

Non il ne cherchait pas à détendre l’atmosphère, il était vraiment sérieux en disant cela. Il avait toujours rêvé d’ensorceler un cadavre ou deux pour aller effrayer des moldus. Mais il n’avait jusqu’à présent jamais eu l’occasion de s’éterniser sur une scène de crime. Tâchant de ne pas penser à l’acte de bonté qu’il était en train de commettre, Bryan resserra sa prise sur son fils et tous deux transplanèrent. Pauvre Anton, il devait certainement déjà s’inquiéter du sort que lui réservait son père. Mais contre toute attente, il n’atterrit pas dans un marécage désert, mais bien au beau milieu d’un manoir. Depuis qu’il avait quitté les mangemorts, Bryan avait pris l’habitude de squatter chez Rose, mais il était impensable de dévoiler l’existence de cette relation à qui que ce soit. Aussi, avait-il emmené Anton dans l’une des résidences secondaires de la famille Levinson. Son propre manoir aurait été trop dangereux, il craignait que le Lord ne le fasse surveiller.

Aussitôt arrivés, Bryan déposa Anton sur l’un des canapés qui entouraient la cheminée, et ordonna à son elfe de rappliquer. L’affreuse petite créature se chargerait de nettoyer les plaies du jeune homme. Se maudissant de prêter attention à son fils au sang-mêlé, Bryan s’empressa de quitter la pièce pour aller chercher une bouteille de whisky pur feu. Il aurait bien besoin de cela pour survivre à la conversation qui allait suivre. Revenant dans le salon, le mangemort alla s’asseoir sur un fauteuil, faisant face à son fils. Il but une longue gorgée d’alcool, puis il se décida finalement à reporter son attention sur Anton.

« J’espère que tu vas pouvoir m’expliquer ce que tu faisais là. Et pourquoi tu es allé provoquer ces aurors. »



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Avr - 19:28


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?



Il ne savait pas vraiment comment agir envers ce père qui l'avait rejeté. Mais étant bien élevé avant tout, Anton l'avait remercié pour son intervention. De simples banalités qui s'envolaient en une fraction de seconde, en même temps que la réponse qui lui était servie. A quoi s'attendait-il au juste ? A ce que son père regrette amèrement de s'être comporté comme un con envers sa petite personne ? Le jeune Sorcier ne saurait même plus quoi penser. Il n'avait même pas envie de penser à quoi que ce soit. Tout ce temps sans nouvelle, il s'était fait une raison. Bryan n'était que son géniteur après tout, ce n'est pas lui qui l'a élevé. Et il le lui fait bien savoir en se montrant si distant. Mais Munter ne comptait pas tenter de renouer le contact avec lui. Il l'avait remercié d'être intervenu et maintenant, ils étaient quitte. Il ne comptait même pas lui demander de l'aide ou quoi. Préférant morfler, c'est une certitude, mais pas s'abaisser de nouveau. Le nordiste a une fierté, il ne va pas la faire voler en éclats à chaque fois que son père décide de débarquer dans son existence.

« Je vois. »

Simple constatation, mais sans pour autant souffrir outre mesure. Ses blessures physiques étaient déjà bien assez importantes, pour que le moral et le mental ne s'en mêlent pas. Il n'y eu même pas une petite pointe de plaisir lorsque Bryan tenta de se racheter de ses propos. Tentant simplement de se relever, le jeune Sorcier ne s'attendait pas à ce que le Mangemort reprenne la parole aussitôt. Il ne savait pas trop comment prendre tout ça. Était-ce une simple moquerie, parce qu'il est complètement amoché ou de l'inquiétude ? Mieux vaut se baser sur la première option, au moins la déception ne pourra pas être bien grande.

Mal en point, Anton n'en était pas pour autant devenu sourd, mais il tiqua à peine quand son père lui annonça, sûrement sans le vouloir, ne plus faire partie des Mangemorts. Il ne comptait pas relever cette information. Ce n'était pas quelque chose de crucial pour le fils. Lors de leur première rencontre officielle, son père lui avait dressé un tel tableau de Voldemort et de son camp, que ce n'était pas possible qu'il les quitte. Une simple prise de bec, mais il finira par y retourner. C'est ainsi la racaille, ça rentre toujours au bercail. Et Anton est persuadé que son père en fait partie. Sinon, il n'aurait pas fait autant d'histoire pour une connerie de sang soit disant impur. Il a l'état d'esprit de tous ces abrutis de Mages extrémistes, il ne changera pas de bord comme ça.

Mais ce qu'il n'avait pas prévu et qui l'étonna, c'est que Bryan venait de l'aider à se relever, lançant une réplique étrange en même temps. Ce n'est pas tant sur le fond de ses paroles que Anton tiqua à nouveau, mais sur la fin « ce sera pour la prochaine fois ». Là, Levinson se fait des films, son fils n'est pas encore prêt à accepter de le revoir. Ici-même, il n'a pas le choix. Il n'est pas en l'état de refuser une aide, mais être jugé sur son sang et non sur ses capacités, est une chose blessante, qu'il n'oubliera pas de sitôt. Il ne faut pas oublier qu'il y a des Sorciers de sang-pur qui ne valent strictement rien en magie, alors qu'à l'inverse des sang-mêlé ou encore des nés-moldus, seraient capables de leur mettre une belle déculotté. Et Anton est conscient de ses capacités en tant que Sorcier. C'est un duelliste très doué, un mage noir au grand savoir et il refuse d'être traité comme un moins que rien, seulement parce que sa mère n'était pas une Sorcière de sang-pur.

Il se laissa faire lorsque son père le releva, laissant un grognement de douleur s'échapper de ses lèvres. A demi-conscient, à aucun moment il ne s'est posé la question sur le lieu où Bryan s'apprêtait à l'emmener. Et ce n'est pas à l'arrivée qu'il réalisa de suite. Les blessures étaient si prononcées que transplaner était une épreuve encore plus douloureuse. C'est plusieurs minutes qu'il lui avait fallu pour comprendre qu'il n'était plus en danger, pour le moment, alors qu'un Elfe de Maison était en train de le soigner.

Si Anton était resté silencieux, ravalant sa douleur comme un homme, au lieu de l'exprimer, son père ne lui laissa pas l'occasion de se taire plus longtemps. C'était quand même assez drôle qu'il puisse s'imaginer que son fils cherchait son propre malheur en emmerdant des Aurors. Si ironique, que le fils en question leva un sourcil laissant, pendant un court instant, le silence s'installer, avant de le briser de son propre chef.

« C'est eux qui en ont après moi depuis que je suis dans le coin... Ils ont profité d'une petite altercation hier soir, pour me pister. »

Il ne voulait pas trop en dire. N'étant pas né de la dernière pluie, malgré son âge très peu avancé, Anton ne voulait pas dévoiler l'existence de sa petite-amie. Ce n'est pas une chose qui lui fait honte, c'est que ce serait un moyen de lui faire du mal. Il préférait rester discret sur sa vie privée et même si c'est son père qui pose des questions.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 22:57
My past, my present, my future


Bryan aurait préféré être n’importe où plutôt qu’en cet endroit. Il aurait préféré faire face à la colère du Seigneur des Ténèbres plutôt que de mener une discussion avec Anton. Que l’on ne s’y méprenne pas, ce n’est pas qu’il détestait ce gamin, mais sa présence le mettait toujours particulièrement mal à l’aise. Il ne savait pas que lui dire, pas comment s’y prendre pour ne pas le vexer. Mais c’était plus fort que lui, à chaque fois qu’il ouvrait la bouche pour adresser la parole à Anton, c’était pour lui balancer des horreurs à la figure. Dès qu’il posait les yeux sur son visage, il se disait qu’il avait fait une grosse connerie et qu’il n’avait absolument pas la moindre idée de comment il pourrait arranger la situation. En fait si, il avait bien une idée mais ce n’était certainement pas l’idée du siècle. Et puis, il avait bien essayé de le faire disparaître de ce monde, mais s’il ne l’avait pas trouvé alors qu’il l’avait cherché pendant des mois, c’est qu’il devait bien y avoir une raison, non ? Et ce soir, le mangemort avait risqué sa vie pour sauver son fils, alors était-il vraiment prêt à gâcher tous ces efforts en finissant par le tuer ?

« Ecoute, je sais pertinemment que nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde toi et moi, mais au cas où tu l’aurais oublié, j’ai risqué la mort pour toi. Alors j’attends un minimum de coopération de ta part. Qu’as-tu fait pour attirer l’attention de ces foutus aurors ? »

Pour le tact on repassera. Lorsque Bryan posait une question, même banale, il se comportait toujours comme s’il menait un interrogatoire pour le compte des mangemorts. Les vieilles habitudes ont la vie dure… Alors qu’il se penchait vers la table basse pour se servir un nouveau verre de whisky pur feu, le mangemort sentit une vive douleur au niveau des côtes, lui rappelant qu’il n’avait pas même pris soin de s’occuper de ses propres blessures. D’un claquement de doigts, il fit apparaître un second elfe de maison, et lui ordonna de lui prodiguer les soins nécessaires.

« As-tu un elfe de maison chez toi ? Ma famille a fait fortune dans le commerce des elfes, il m’en reste encore quelques-uns en réserve, si tu veux. »

Bon, ce n’était peut-être pas le genre de conversation que l’on entretenait avec son fils, qui avait failli mourir quelques minutes auparavant, mais ses paroles ne contenaient plus de reproches, et c’était déjà une nette progression. D’autant plus, que sans forcément s’en rendre compte, Bryan venait plus ou moins de se confier à son fils, en lui parlant de leur famille, dont Anton ne savait probablement rien.

Alors qu’un nouveau silence venait s’installer entre eux, la pendule ensorcelée sonna douze fois pour signifier qu’il était minuit. Mais les aiguilles, elles, demeuraient fixées sur l’heure du rendez-vous convenue entre Rose et Bryan dans la matinée.

« Au fait, je ne crois pas t’avoir remercié pour les pendules. Elles fonctionnent parfaitement bien. J’espère que Lucius ne t’a pas posé trop de problèmes. De toute façon, je ne suis pas certain que le mariage de son fils aboutisse. »

D’accord il ne l’avait pas clairement remercié, mais c’était tout comme. Et puisqu’il s’était mis tout seul dans cette situation embarrassante en ramenant Anton chez lui, bien qu’il ne sache absolument pas que lui dire, il n’avait pas d’autre choix que d’essayer de lui faire la conversation avant qu’un silence de plomb ne finisse par les achever tous les deux.

« Et sinon, que fais-tu en ce moment, à part t’attirer les foudres des aurors ? Tu vas toujours à l’université ? »

Non ce n’est pas comme si cela l’intéressait vraiment, mais Anton était son fils, et Bryan allait devoir commencer à l’assumer. A moins qu’il ne se décide enfin à lui ôter la vie.



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Juil - 18:01


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?



C'est vrai, Bryan avait raison, il venait de sortir son fils du pétrin, il avait alors droit à la vérité de cette situation. Anton pouvait bien reconnaître que cela a très mal commencé entre eux, mais les faits jouaient en la faveur de son père cette fois. Pourquoi le sauver en risquant sa peau, si ce n'est pas parce qu'il veut prendre son rôle au sérieux ? L'étudiant releva les yeux vers le Mangemort ou l'ancien s'il s'en fiait à ce qu'il avait dit précédemment.

« D'accord, t'as gagné. Les Aurors m'ont dans le collimateur depuis que je suis arrivé dans le coin pour mes études. J'ai peut-être bien liquidé certains de leurs amis et faussé compagnie à d'autres. Du coup, maintenant que les lois ont en partie changé, ils préfèrent me tuer plutôt que d'essayer de m'arrêter. Je crois que si je brille dans un domaine, c'est bien dans l'art de me foutre dans la merde. Désolé que tu ais eu à intervenir. »

Anton aurait préféré revoir son père dans d'autres circonstances, malgré la façon dont ils s'étaient quittés la première fois, plus la non réponse de Bryan à son courrier. S'il semblait résigné à l'idée de ne pas être à la hauteur, biologiquement partant, des attentes de son géniteur, une lueur d'espoir persistait toujours. Pourtant où il passe, le fils finit par se faire haïr, il espérait qu'il y ait au moins une personne, en ce monde, qui finisse pas tenir à lui.

Son regard capta la grimace de douleur de son père, sans toutefois relever. Même s'il ne le connaît que très peu, il a déjà remarqué que Bryan était quelqu'un de trop fier et qu'il valait mieux ne pas appuyer sur ce qui le met mal à l'aise. Mais il ne s'attendait sûrement pas non plus à cette proposition. Sur le moment, l'étudiant s'apprêtait à refuser l'offre, mais en y songeant, pourquoi pas après tout ?

« Non, je n'en ai pas. Tu sais, l'appartement où je vis, il est vraiment tout petit. »

Il ne sait pas trop ce qu'un elfe de maison pourrait y faire. Même si le connaissant, il risquait surtout de s'en faire un pote de jeux vidéos, plutôt que d'agir comme le font les culs coincés avec leurs esclaves.

L'horloge venait de se manifester, rappelant à Anton sa première rencontre avec Bryan. Une véritable catastrophe et comme si son père lisait dans ses pensées, il s'octroya le droit de revenir sur le sujet.

« Tu me vois ravie d'apprendre qu'elles fonctionnent bien, puisqu'elles m'ont coûté mon job quand Malefoy est venu faire son bordel à la boutique. Mais quel connard ce mec. On aurait bien envie de lui faire avaler sa stupide canne. »

La conversation tournait sur beaucoup de sujets anodins, donnant l'impression que Bryan cherchait surtout à meubler leurs longs silences. Anton n'était pas plus à l'aise que lui, il faut dire qu'il n'avait pas gardé une bonne impression de son père. La première fois, il était tellement prêt à beaucoup pour se faire accepter, qu'il est tombé de bien haut par la suite. Quelque part, Anton craignait d'être une nouvelle fois rejeté, simplement pour une histoire de sang. Pourtant, il ne peut pas nier que son père fasse des efforts certainement surhumains pour lui.

« Jusque là oui. Mais je vais sûrement devoir arrêter. La bourse me sert surtout à payer ma partie du loyer et la moitié des vivres. Sans mon travail de vendeur chez Barjow et Beurk, je n'ai plus de quoi payer mes études. Finalement, Munter avait raison, je n'arriverais jamais à rien sans sa fortune. Je n'ai plus qu'à retourner en Bulgarie pour lui demander la charité. »

A moins que Bryan vole encore à son secours, enfin ce n'est pas parce qu'ils ont le même sang dans les veines, que Levinson doit se sentir redevable de quelque chose.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Aoû - 15:39
Spoiler:
 

My past, my present, my future


De la satisfaction. C’est ce que Bryan ressent alors qu’Anton se décide enfin à lui parler des aurors et de la raison pour laquelle ils lui sont tombés dessus ce soir. Non pas qu’il se réjouisse que son rejeton soit la proie des agents du Ministère, non pas du tout. A vrai dire, il aurait plutôt préféré qu’Anton se tienne à carreaux et évite d’attirer l’attention sur lui. On ne sait jamais ce que les aurors auraient pu apprendre à son sujet, et à celui de son véritable géniteur. Mais disons qu’en lui faisant cette confidence, Anton vient de prouver qu’il est capable d’obéir lorsqu’on lui pose une question avec insistance. Et ce genre d’attitude a le mérite de plaire à Bryan, dont la vie n’a toujours fait que tourner autour de jeux de pouvoir et de domination.

« J’aimerais bien te conseiller d’être plus discret mais j’ai bien l’impression qu’il est déjà trop tard. Et puis je sais ce que c’est que d’avoir le don de s’attirer des ennuis à répétition. »

En son for intérieur, Bryan est convaincu qu’il souffre d’une maladie ou bien d’une malédiction, qui l’incite à foncer tête baissée vers les emmerdes, et ce depuis sa plus tendre enfance. Il ne serait pas surpris qu’Anton ait hérité de cette poisse incontrôlable. Et le fait de porter le nom du directeur de Durmstrang n’aide pas non plus à rester incognito. Les premiers aurors avaient dû se méfier du gamin à son arrivée en Angleterre, par simple reflexe. Il est de notoriété commune que les habitants de l’école de Durmstrang sont de véritables psychopathes. Et maintenant que le Ministère a changé de mains, les aurors du Lord devaient certainement voir en Anton une recrue potentielle. Recrue qui avait dû refuser leur proposition et s’attirer leurs foudres.

« Comme tu le dis si bien, les lois ont en partie changé, alors à ta place, je me montrerais un peu plus vigilent. Les aurors du Lord n’ont aucun état d’âme, comme tu as pu le remarquer. Ils ne sont pas même comparables aux aurors sadiques d’autrefois, qui ne rêvaient que d’une chose : envoyer leur cible subir le baiser des détraqueurs. S’ils venaient à t’attraper vivant, il est certain que tu subirais une sentence bien pire encore. Ne t’élève pas contre eux, tu n’es pas en mesure de gagner. »

Le plus simple pour Anton serait encore de rejoindre les armées du Lord. A lui tout seul, il ne pourrait rien contre ses ennemis. Avec un peu de chance il pourrait encore survivre quelques années, tapis dans l’ombre comme un fuyard. Mais les mangemorts finiraient forcément par le retrouver et par exécuter la sentence divine de Lord Voldemort. Mais évidemment, Bryan ne peut plus se permettre de faire son discours de recruteur auprès d’Anton. Pas alors qu’il est sur le point de gagner une once de sympathie auprès de son fils. Pas alors qu’il lui avait dit avoir quitté le côté obscur.

Cette conversation ajoutée à l’état nauséeux dans lequel il se trouve commence à lui faire tourner la tête. Evoquer les détraqueurs n’est pas un événement anodin, qu’il répète quotidiennement. S’il parvenait à vivre encore dix années de plus, il était persuadé que les souvenirs de ses années d’emprisonnement à Azkaban le hanteraient encore. Mais alors que de nouveaux sujets de conversation s’offrent à eux, Bryan se met soudain à ressentir un étrange goût de culpabilité. Anton est son unique enfant encore en vie, il habite vraisemblablement dans un taudis, et il a perdu son travail à cause des caprices d’un père, qui a longtemps cherché à le tuer. Certes Bryan n’est pas le personnage le plus altruiste et compatissant qui soit, mais un véritable sang-pur est censé tout faire pour assurer la longévité de sa lignée. Il avait déjà mis un terme à l’existence de ses trois premiers enfants, tout ça parce qu’il s’était senti profondément trahi. A l’âge qu’il avait à présent, il n’aurait certainement plus jamais d’enfant. Qu’il le veuille ou non, Anton était le seul et unique proche qu’il lui restait, le dernier membre de sa famille. Et ce soir, ils s’étaient mutuellement sauvé la vie, malgré tout ce qui les séparait, malgré leur relation chaotique. Et le fait qu’Anton mentionne Munter une fois de plus, poussait le mangemort dans ses derniers retranchements. Il n’allait pas laisser un vieux sorcier bulgare l’atteindre dans sa fierté d’homme.

« Tu vas quand même pas aller demander de l’aide à un pauvre type incapable de garder sa femme. Je sais bien que Lucius peut parfois se comporter comme un vrai connard, mais tu ne vas pas non plus pleurer parce que tu as perdu ton boulot de vendeur chez Barjow et Beurk. T’allais pas faire ça toute ta vie. »

Ces paroles sonnaient presque comme des reproches, mais venant de Bryan, il fallait plutôt considérer cela comme une forme de préoccupation. Il fallait croire qu’il était dans son bon jour, ou plutôt que Rose commençait peut-être à avoir une influence certaine sur son comportement.

« Si tu cherches un autre travail pour financer tes études, je peux toujours te présenter des amis, qui recherchent des livres ou des potions difficilement trouvables sur le Chemin de Traverse. D’après ce que j’ai cru comprendre, tu as un certain penchant pour les objets ensorcelés, non ? »

Bryan était songeur, il avait une autre proposition en tête, mais il n’était pas certain de vouloir l’énoncer à voix haute. Et si c’était une mauvaise idée ? Et s’il essuyait un refus de la part d’Anton ? Ce sale gosse avait le don de le mettre dans l’embarras. Sa seule présence irritait Bryan, qui n’avait toujours pas décidé de la direction que devait prendre leur relation.

« Ecoute… J’ai une maison à Londres, je n’y ai pas remis les pieds depuis une éternité. Elle n’a plus aucun intérêt à mes yeux. Alors si tu veux, tu peux y habiter pendant quelques temps. Tu peux prendre un de mes elfes de maison, je suis certain qu’ils seraient tous ravis de quitter cet endroit. »

Après tout, Anton ne serait pas le premier sang-mêlé à séjourner dans la villa de Bryan et sa famille.



©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Aoû - 10:45


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?



Étrange, c'est le mot qu'Anton mettrait sur cette situation. Après l'avoir tiré d'une mort certaine, Bryan le conseillait comme le ferait réellement un père avec son fils. Ils le sont point de vue génétique, mais l'ancien Mangemort lui avait bien fait comprendre qu'il ne voulait pas de lui à cause de son sang mélangé. Cette fois c'était un revirement de situation, qu'il n'a pas vu venir. Mais Anton espérait que ce ne soit pas comme la flamme d'une bougie. Elle se ravive toujours énergiquement avant de mourir. Si jamais Bryan se sentait lui-même en train de se comporter comme un père, il pourrait très vite revenir en arrière. Songeur et ne voulant pas tout gâcher, il se contenta d'écouter sans rien dire. Le moment de tout gâcher n'est pas venu. Il espère que ça ne viendra jamais, même si ses espoirs sont très minces. Il fut bien de ne surtout pas intervenir. Bryan réitéra sur les conseils paternels.

« Je vais finir par croire que tu te fais du soucis pour moi. »

Le moment en était très gênant, parce que cette fois, Anton n'avait rien prévu de tel. Il ne s'était pas fait de fausses idées comme la première fois. Depuis cette première rencontre, il avait fait une croix sur l'idée d'avoir un père. Mais maintenant, c'était ce père qui revenait en trombe dans son existence et Anton ne sait pas comment réagir. Si encore c'était de façons définitives, mais il s'est renseigné au sujet de Bryan Levinson et il sait maintenant que c'est un homme égoïste la plupart du temps. Qu'il change de décision comme de slip également.

Le fils chercha à lui donner satisfaction en répondant à ses questions, mais aussi en lui racontant en gros où il en était à l'heure actuelle. Hormis sur sa vie plus privée encore. Là, il ne compte pas s'étendre. Il n'a pas honte de sortir avec Nina Lupin, c'est une fille extraordinaire qui lui a redonné goût à la vie. Mais si son père l'a déjà rejeté à cause de son sang mêlé, il ne risque pas d'accepter facilement l'idée qu'il fréquente un loup-garou.

Durant leurs différents sujets de conversation, l'évocation des études amorça quelque chose qui le prit de court. Le simple fait d'annoncer qu'il devait repartir en Bulgarie pour demander de l'aide à son beau-père, réveilla quelque chose en Bryan. Sous les reproches, Anton sentit qu'il n'avait pas envie de le rabaisser mais plutôt de lui ouvrir les yeux. Ce n'était pas une mauvaise chose d'avoir choisi de lui faire cette révélation, soudainement l'homme en face de lui, se comportait encore plus comme un vrai père. C'est une grande surprise.

« Il faut bien commencer par quelque chose. »

Barjow et Beurk n'était sûrement pas son avenir, mais jusqu'à ce qu'il s'en fasse renvoyer, cette boutique lui permettait de pouvoir vivre. C'était en quelques sortes de la faute de Bryan, si Anton n'avait plus d'emploi à l'heure actuelle. Et l'homme le ressentit sûrement de cette façon, à entendre sa proposition d'aide. Le garçon releva aussitôt les yeux, le fixant pour savoir s'il n'était pas juste en train de se moquer de lui. Sauf qu'il semblait être véritablement honnête.

« Tu es sérieux ? Tu veux réellement me venir en aide ? »

Il préférait en avoir le cœur net, pour ne pas se bercer d'illusions qui ne feraient que le dévaster à nouveau. Mais tout semblait si irréaliste, qu'il avait énormément de mal à y croire.

« Oui tu as raison, je peux quasiment tout dénicher. J'ai moi-même trouvé plusieurs objets que Barjow et Beurk n'avait même pas en rayon. »

Anton n'était pas au bout de ses surprises. Après la proposition d'aide pour lui retrouver une activité professionnelle qui l'aiderait à payer ses études, Bryan lui proposa un domicile. Au début, le fils eut crainte qu'il veuille qu'il s'installe avec lui. Leur relation compliquée ne pouvait pas laisser place à une cohabitation à longueur de journée. Ils finiraient par en venir aux baguettes. Mais ses craintes restaient infondées, c'était une maison qu'il lui proposait, le laissant sans voix durant un moment. Tous deux devaient s'être cognés la tête vraiment très fort pour qu'ils aient une telle conversation.

« Je ne sais pas quoi dire. Je ne m'attendais pas à de telles propositions. »

Même avaler sa salive lui semblait être devenue une tâche difficile, tout comme penser ou trouver quoi dire. Il devait réfléchir à tout ce qu'il se passait. Un nouveau logement, même une maison pour laquelle il n'aurait pas besoin de payer le moindre petit gallion. Ce n'est pas quelque chose qui se refuse. Mais d'un autre côté, il y avait Hengist. Son frère a tellement fait pour lui, qu'il ne peut pas le laisser seul. Son regard pensif se posa à nouveau sur Bryan.

« Est-ce que mon frère pourra venir avec moi ? »

Il ne refusait pas, mais il ne pouvait pas se résoudre à laisser Hengist croupir dans le petit appartement de Pré Au Lard. Son regard se posa ensuite sur l'elfe de maison qui pansait ses plaies. Cette proposition était également bizarre c'est vrai, mais il ne se sent pas vraiment à l'aise avec ces créatures.

« Mais je crois que tes elfes ont autant de considération pour moi, que tu en as eu au départ. »


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Aoû - 16:22
My past, my present, my future


Autrefois, Bryan était un enfant calme, doux et bienveillant. Et puis au fil des ans, l’éducation prodiguée par son père avait porté ses fruits et fait de lui l’être froid et calculateur qu’il était aujourd’hui. Ainsi lorsqu’Anton émit l’hypothèse que son père puisse s’inquiéter à son sujet, Bryan se demanda de quelle sorte de maladie mentale son fils pouvait bien souffrir. On ne lui prêtait jamais d’aussi bonnes intentions, on ne laissait jamais entendre qu’il puisse se comporter comme un être humain, doué de sentiments. Et pourtant, Anton semblait avoir vu juste, il se pourrait qu’il soit parvenu à lire entre les lignes des avertissements de son père. Mais voilà, Bryan n’était pas du genre à laisser autrui se forger une bonne opinion de lui. Son géniteur lui avait très bien fait comprendre, que la seule façon d’obtenir du respect et de l’obéissance était d’intimider son auditoire.

« Je me fais avant tout du souci pour moi. Si tu venais à te faire arrêter, qui sait ce que les aurors du Lord pourraient te faire raconter au sujet de ta famille ? »

Allez Anton, vois le côté positif, Bryan vient de reconnaître implicitement qu’il fait partie de ta famille, peut-être qu’un jour il te laissera l’appeler papa.

« Appelle ça comme tu veux, mais si tu estimes que je te viens en aide, n’imagine quand même pas que je vais te faciliter la tâche. Les gens que je peux te présenter ne sont pas des enfants de cœur, il se peut qu’ils te réclament des objets particulièrement douteux ou dangereux. Et il n’est pas question que tu joues au petit malin avec eux comme tu le fais avec les aurors. J’ai une réputation à tenir. »

Oui Bryan était prêt à aider, mais il ne tenait pas à ce que cela se sache. Puisqu’Anton était son fils alors soit, il finirait bien par l’accepter un jour. A condition qu’il fasse ses preuves et démontre qu’il était capable de faire honneur à la lignée des Levinson. Malgré ses immenses réticences à considérer un sang-mêlé comme son seul et unique héritier, Bryan devait bien reconnaître qu’Anton avait un certain talent, et que grâce à ses capacités il lui avait évité de subir un mauvais sortilège ce soir.

« Qu’est-ce que tu comptes faire après tes études, tu as déjà des projets ? Si tu te débrouilles bien dans la recherche d’objets magiques, tu pourrais songer à monter ta propre boutique dans un premier temps. Cela te permettrait de prendre ta revanche sur Barjow et Beurk, de mettre de l’argent de côté et de rencontrer des gens qui pourraient par la suite t’aider à réaliser de plus grandes choses. »

Se souvenant subitement qu’il avait ramené Anton dans le manoir de ses parents, truffé de souvenirs, Bryan se leva et disparut dans la pièce d’à côté avant de revenir avec une vielle photo dans la main. Il la contempla un instant, le visage dénué d’expression, puis il la tendit à Anton.

« Je suppose que l’on peut dire que l’homme sur cette photo est l’un de tes arrière arrière arrière grand-père, ou quelque chose dans le genre. Il était à Serpentard car c’était un élève sournois et pas très doué pour les études. A sa sortie de Poudlard, il a mis son mépris pour les elfes de maison au service de sa carrière. Il s’est lancé dans la vente d’elfes et s’est rapidement taillé une réputation à la mesure de ses ambitions. Il a noué des liens avec les personnes qu’il fallait et a fini par bâtir un véritable empire. Il pourrait t’arriver la même chose, si c’est ce à quoi tu aspires, bien sûr. »

Tout à coup, Bryan se demanda pourquoi il lui avait raconté cette histoire. Peut-être avait-il atteint cet âge où les vielles personnes ressentent le besoin de se confier. Ou peut-être cherchait-il à rattraper son odieux comportement, en montrant à Anton qu’il faisait partie de cette famille malgré tout.

« Comme je te l’ai dit, cette maison n’a plus aucune signification à mes yeux. Alors si tu veux y habiter avec ton frère, fais comme tu veux. »

Bryan préféra ignorer la dernière réplique d’Anton, parce qu’elle faisait naître en lui un sentiment de culpabilité. Il avait toujours rêvé d’avoir un fils, mais à chaque fois que cela s’était produit, il avait dû affronter une immense déception. Et s’il s’était débarrassé de son premier fils sans le monde remord, il n’avait pu se résoudre à faire subir le même sort à Anton. Parce que celui-ci était en âge de se défendre avec des mots, de lui renvoyer ses propres démons en pleine figure. Mais aussi parce qu’il était le dernier membre de sa famille encore en vie.

« Mes elfes n’ont aucune considération pour moi, parce que je ne leur témoigne aucun respect. Mais je suis persuadé qu’avec toi, il en serait autrement. Tu as l’air d’être un gentil garçon. »



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Aoû - 18:47


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?


Bien entendu, Bryan ne se souciait absolument pas de son fils, mais plus de son nombril. A quoi Anton s'était-il attendu ? Les sorts qu'il s'est bouffé plus tôt dans la soirée, ont sacrément dû lui amocher la matière grise, pour qu'il puisse croire qu'il comptait ne serait-ce qu'un peu pour son géniteur. Que dalle. Il ne comptera jamais pour aucun père. Qu'il s'agisse de Munter ou de Levinson, c'est du pareil au même. Il doit se faire une raison après tout. Peut-être qu'il aura plus de chance avec le père de sa petite-amie. Bien sûr, si les Aurors du Lord lui mettaient la main dessus pour le torturer, qu'est-ce qu'il pourrait lâcher comme information ?

« Aux dernières nouvelles, je suis officiellement le fils de Munter, je ne vois pas pourquoi ils iraient remettre ça en doute. »

Anton se demandait si Bryan n'était pas un peu trop imbu de sa petite personne, que pour s'imaginer que le monde entier en avait quelque chose à foutre de savoir où il s'était permis de tremper son biscuit. Ce qu'il fait de son cul doit certainement être le cadet des soucis du Lord. Mais continuons sur la destruction massive de ce minime espoir qui perdurait dans le cœur du jeune sorcier. Son père, s'il peut encore le considérer ainsi, ne cherche pas à l'aider, une fois encore. Il cherche à se rendre intéressant aux yeux de tous, en lui trouvant des clients. Mais attention, il ne faudrait pas entacher sa réputation ou ce qu'il en reste. Anton a des oreilles, il a entendu des choses concernant Levinson et il ne semble pas être en odeur de sainteté pour les autres Sorciers et pas seulement les Mangemorts.

« Et bien dans ce cas, garde tes connaissances pour toi. Comme ça, il n'y a aucun risque que je n'achève ta réputation. Mais tu me sous-estime, des Mages Noirs dangereux, j'étais encore en couche-culotte qu'il y en avait plein la maison. J'en côtoie depuis ma venue au monde. »

Le Directeur de Durmstrang a même tué l'ancienne directrice de l'école sous ses yeux, alors qu'il venait d'entrer au château. Anton n'était alors âgé que de onze ans. Et c'est un détail parmi tant d'autres, mais s'il traîne dans la magie noire comme il semble l'être enterré, ce n'est pas parce qu'il y a un truc dans son patrimoine génétique qui l'y pousse. C'est tout simplement, parce qu'il trempe là-dedans depuis qu'il est sortie de l'utérus de sa mère.

Poh, après l'avoir démoli, maintenant il lui parlait avenir. Anton se demandait si son père était atteint du syndrome de la personnalité double. C'est à croire que ce n'est jamais au même type qu'il a affaire. Mais blessé par les précédentes paroles de Bryan, le fils refermait cette brèche, qu'il avait ouvert pour le laisser se glisser à l'intérieur.

« Ah..et devenir un riche connard qui considère ses gosses comme des fardeaux et qui les traite comme de la merde ? Merci mais non merci, je préfère rester à mon niveau et continuer de savoir où sont mes priorités. »

Il a déjà donné dans le rôle du fils qu'on essaye de modeler à une certaine image, tel un androïde. Il ne comptait pas devenir un con pareil avec sa propre descendance, si un jour, par chance, il venait à en avoir une. Mais le syndrome de la double personnalité revenait en force et Anton fut surpris de voir son père quitter la pièce. Donc maintenant il se casse et le laisse seul ? A moins qu'il soit partie chercher on-ne-sait quelle arme pour le tuer une bonne fois pour toute ? Sauf qu'il revenait déjà dans le salon avec, pour arme, une photo. Un instant méfiant, et pas parce que le papier ça peut couper, le jeune sorcier attrapa la-dite photo en écoutant la petite histoire. Donc, en conclusion, Bryan vantait les mérites d'un mage nul à l'école, ce qui veut dire qu'il l'était sûrement aussi en sorcellerie. Il a seulement fait sa fortune sur le dos des elfes de maison ? Bien entendu, pour faire du troc avec des connards de riches qui prennent leurs gosses pour de la merde. On est toujours dans le même engrenage.

« Et pourtant, les elfes de maison sont des créatures fascinantes. Il paraît même que leurs pouvoirs sont supérieurs à ceux des sorciers. Tu me diras, si bien des connards de riches n'avaient pas en leur possession, ces créatures, cela serait leurs gosses qui serviraient d'esclaves. Quand on voit l'intérêt qu'ils leur portent... »

Il jeta un coup d’œil à l'elfe qui le soignait, celui-ci semblait étonné, comme s'il n'avait jamais entendu un sorcier prendre leur défense. Mais aux yeux d'Anton, traiter ces êtres comme des moins que rien et leur balancer des doloris à tout va, c'est lâche. Ces créatures sont tellement soumises à leur « maître » qu'elles ne cherchent jamais à se défendre.

Mais alors que la situation aurait pu s'arranger, quand Anton remercia son père pour l'offre de la maison, Bryan s'amusa une nouvelle fois à lui faire comprendre qu'il n'était tellement rien à ses yeux, qu'il lui filait une baraque qui ne valait pas mieux.

« Je vois...une maison sans intérêt pour un gars sans intérêt. »

Il ne releva même pas la suite concernant les elfes, préférant reformer au plus vite sa carapace. C'est encore avec cette armure invisible, créée par son cœur, qu'Anton se sent le mieux. Il a été blessé à trois reprises maintenant. La première eut lieu chez Barjow & Beurk, la seconde lorsqu'il a attendu une réponse au hibou pour son père mais qu'il ne l'a jamais reçu et la troisième, c'était à l'instant même. Le dicton jamais deux sans trois s'est encore avéré réaliste.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Aoû - 13:32
My past, my present, my future


Devenir père était une chose, agir en tant que tel en était une autre. Cela ne s’apprenait pas en quelques jours, ni même en quelques mois. C’était très certainement l’apprentissage de toute une vie. Bryan n’avait pourtant jamais beaucoup songé à la question, il s’était imaginé qu’il lui suffisait d’enfanter son épouse et d’inculquer à leur progéniture l’éducation qu’il avait lui-même reçu de son père. Mais voilà, grandir dans une famille très attachée à la valeur de son sang n’était pas chose aisée. De par son expérience, Bryan s’était toujours imaginé que toute démonstration affective était surfaite et que seule une discipline de fer pouvait conduire au maintien d’une famille. Et puis un beau jour, son existence tout entière s’était effondrée à cause d’une simple révélation. Et cela en fut définitivement fini avec son rôle de père. Depuis lors, le mangemort a toujours bien pris soin à ne pas s’attacher outre mesure à quelconques personnes, et encore moins à se faire de faux espoirs. Il ne voulait absolument pas courir le risque d’être à nouveau blessé, trahi. Le comportement qu’il endossait aujourd’hui à l’égard d’Anton n’avait rien d’agressif ni même de méprisant, contrairement à ce que l’on aurait pu penser. C’était en réalité tout le contraire, il s’agissait là d’une réaction défensive. Il ne voulait pas montrer qu’il pouvait avoir de la compassion, ou même éprouver un sentiment de responsabilité vis à vis d’Anton. Tout simplement, parce qu’il avait peur que l’on se serve de cette empathie pour l’atteindre une nouvelle fois. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même si les paroles d’Anton se voulaient désormais blessantes et incisives. Le pauvre gamin n’avait rien demandé à personne, ce n’était en rien sa faute si son père se comportait parfois comme le dernier des connards imbus de lui-même. Ne pouvant rester imperturbable face aux insultes d’Anton, Bryan se leva et passa sa main sur son visage avant d’observer son fils d’un air furieux.

« Crois-tu vraiment que le riche connard que je suis aurait risqué sa vie pour sauver le fardeau que tu es, si tu ne représentais absolument rien à mes yeux ? Que je le veuille ou non tu es mon fils, le seul et unique enfant qu’il me reste, alors cesse un peu de te plaindre et de t’imaginer que je te hais ! »

Ce gamin avait le don de le pousser dans ses derniers retranchements. S’il l’avait déjà haï ? Oui certainement, au début tout du moins, quand il venait d’apprendre la nouvelle. Et puis encore un peu plus quand il avait reçu son hibou lui avouant la véritable nature de son sang. En fait, l’élément déclencheur qui avait encouragé Bryan à considérer Anton sous un autre angle était tout à fait récent. C’est lorsqu’il l’avait reconnu ce soir, le visage ensanglanté, à deux doigts de la mort. Il avait alors pris conscience de bien des choses…

« Je t’ai emmené ici, dans le manoir de mes parents, afin de ne pas te laisser crever sur le trottoir comme un vulgaire rat. Et tu oses encore jouer les victimes et me balancer mes défauts à la figure, alors que tu ne sais pourtant pas la moitié des choses que j’ai pu faire dans ma vie. »

Oh bien sûr, Anton avait dû se renseigner sur son compte, comme tout petit fouineur le ferait. Mais seul Bryan serait en mesure de lui raconter la vérité sur son compte.

« Et si je ne veux plus de cette maison, où je te propose de vivre avec qui bon te sembles, c’est parce qu’elle appartient à un passé dont je ne veux plus rien conserver. J’ai vécu entre ces murs avec une famille, qui n’est plus la mienne aujourd’hui. »

Bryan avait baissé le ton, les souvenirs lui revenaient en mémoire et le touchaient plus qu’il ne voudrait bien l’admettre. Mais la colère l’animait encore, ainsi que la peur. Toujours cette même peur de se dévoiler et d’être mis à terre.

« Aujourd’hui ma seule famille c’est toi. »



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Aoû - 21:13


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?


C'était à ne plus rien y comprendre. Bryan se comportait vraiment d'une façon étrange, si bien qu'Anton était perdu à la longue. Tantôt, il lui faisait comprendre qu'il n'en avait strictement rien à faire de lui, qu'il le voyait purement et simplement comme un fardeau doué de la parole et pouvant révéler leur lien biologique aux mauvaises personnes. Et à d'autres reprises, il se mettait à l'engueuler de s'imaginer qu'il le déteste. Qu'est-ce que le jeune Sorcier pouvait bien finir par en traduire ? Rien du tout. C'était ça le problème. Il n'y a aucune parole qui lui permette d'aller dans un sens ou dans un autre. Il se retrouve complètement largué. Alors forcément, quand Bryan lui demanda pourquoi il l'aurait sauvé s'il ne valait rien à ses yeux, Anton haussa les épaules, comme pris par une hypothèse des plus logiques.

« Peut-être parce que tu refuse que quelqu'un d'autre que toi me retire la vie. Après tout, je suis ton erreur. »

Le jeune Sorcier ne peut pas croire que son père puisse l'apprécier. Pas après tout ce qu'il s'est passé entre eux. Certainement pas après ce long silence en apprenant la nature de son sang. Anton n'est peut-être pas bien vieux, mais il n'est pas non plus né de la veille. Il sait reconnaître les signes physiques ou encore les mots, qui cachent des sentiments loin d'être positifs. Et son père ne semble pas avoir la moindre infime once de sympathie pour lui. Puis, le fils est tombé de si haut lors de leur première rencontre, qu'il n'a pas envie de réitérer l'expérience en se faisant de nouveau de faux espoirs.

Le garçon releva les yeux vers Bryan quand celui-ci commença à parler du manoir de ses parents et du fait qu'il ne l'ait pas laissé crever dans la rue.

« Comment suis-je censé croire tout ce que tu me dis ? Peut-être que ce manoir ne vaut pas grand chose à tes yeux, même s'il a appartenu à tes parents. Après tout, ta façon de me rappeler à tel point ce que je suis te dégoûte, ne m'aide pas vraiment à savoir comment tu considère ta famille. »

Anton n'arrivait pas à comprendre pourquoi son père était si à cheval sur la pureté du sang alors qu'il a lui-même servi un Sorcier dont le père était Moldu. Il n'arrivait pas non plus à comprendre comment on peut en venir à dénigrer son propre enfant juste à cause d'une histoire de sang. Peut-être que finalement, Anton a tellement souffert de son enfance et de son adolescence, qu'il ne pourrait refaire vivre à un gamin ce qu'il a traversé. Mais une fois encore, son regard se perdait sur le sol, quand Bryan renchérit sur la maison. Un endroit où il a vécu avec une famille. Comment peut-il croire que son fils accepterait d'y vivre ? Comment peut-il seulement s'imaginer que ça ne le fera pas souffrir d'y habiter ?

« Et bien, oublie cette proposition alors. Je n'y vivrais pas. »

Dire à son enfant de vivre dans un endroit qui n'a plus d'importance, n'est franchement pas la proposition la plus douce à lui faire. Tomber à nouveau de haut, encore une fois. L'espace d'un instant, il y avait cru. Il s'était imaginé que son père lui portait enfin de l'intérêt, au point de le mettre dans l'une de ses nombreuses maisons. Mais en apprenant qu'il se trouvait si loin de la vérité, Anton ne put cacher sa déception. Lui qui a si longtemps porté un masque, se voyait démuni d'un seul coup.

Sa seule famille. Ces trois mots ne pouvaient que retentir encore et encore, dans l'esprit du jeune homme. Pourtant, ça faisait tellement mal de se bouffer des piques à longueur de temps, qu'il avait fini par ne plus y croire. Pourquoi se faire de nouveau souffrir en s'accrochant à cette idée saugrenue ? Ne pouvait-il pas simplement se voiler la face et s'enfermer dans cette coquille du fils détesté, pour ainsi ne plus jamais avoir à retomber de plus haut ? Il ne décolla plus les yeux du sol, cette fois.

« Jusqu'à quand ? Puisque tu as l'air d'aimé repeupler le monde, qu'arrivera-t-il lorsqu'un autre Sorcier, mais de sang-pur cette fois-ci, viendra te dire que tu es son père ? Moi, je deviendrais quoi dans l'histoire ? Tu m'oublieras ou tu me rayeras de la surface de la Terre une bonne fois pour toute. »

Il soupira remontant ensuite son regard jusqu'au visage de son père.

« Ou plus simple. Qu'arriverait-il si un Sorcier ou une Sorcière de Sang-Pur venait simplement prendre la place de l'enfant parfait à tes yeux, sans pour autant être de toi ? Si ce n'est pas déjà le cas... Une fois encore, c'est moi qui en pâtirais. Alors cesse de me faire espérer pour mieux m'achever par la suite. Parce que c'est ce que tu n'arrête pas de faire. »

Les yeux brillants d'un coup, il détourna le regard, ne voulant pas montrer un signe de faiblesse. Ce n'était sûrement pas le meilleur moment.

« Mon beau-père m'a rejeté parce que je n'étais pas son fils. Lui, il s'en fichait pas mal que je ne sois pas de sang-pur. Son problème, c'était que je ne sois pas de son sang... Toi, t'es mon vrai père, quoi que tu dise, quoi que tu fasse. Mon sang a beau être mêlé, c'est au tien qu'il l'est. Mais, je suis pas prêt à gagner un père pour le reperdre aussitôt tu auras trouvé mieux ailleurs. »

Quelque part, Bryan pouvait avoir peur se dévoiler, Anton ne semblait pas être différent. Lui, il a peur de revivre un abandon paternel. Il ne se sent pas prêt à se casser de nouveau la figure d'aussi haut. La peur de s'attacher et de se faire rejeter. Il semblerait que ce soit une chose qu'ils partagent, sans vraiment en être conscients.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 7 Sep - 19:16
My past, my present, my future


Anton commençait clairement à lui taper sur les nerfs. Il pouvait parfois se montrer si buté et entêté, qu’il en venait à ne même plus voir les efforts que Bryan tentait de faire pour apaiser leur relation quelque peu chaotique. En temps normal, le mangemort ne se serait pas donné autant de mal pour arranger la situation. Au mieux il aurait dit à son interlocuteur d’aller se faire voir, au pire il l’aurait tué au bout de cinq minutes. Mais malheureusement, Anton ne semblait pas être conscient de la chance qu’il avait.

« Si je voulais vraiment te retirer la vie, crois-tu que je serais encore là à bavarder bien gentiment avec toi ? Je n’ai pas dit un seul mot à mes précédentes erreurs avant de les faire disparaître de ce monde. »

On pouvait traiter Bryan de tous les noms, et il méritait sans aucun doute la plupart des insultes prononcées à son égard, néanmoins il fallait lui reconnaître qu’il était parfois capable de faire preuve d’honnêteté. Oui il avait songé à tuer Anton, mais désormais cela ne faisait plus partie de ses plans, bien qu’il le considère encore comme une erreur. Et non, il n’avait pas laissé une seule chance à ses précédents enfants. Anton pouvait véritablement s’estimer heureux, mais ce gamin était le roi des ingrats. Il ne pouvait s’empêcher de jouer les victimes et de tout ramener à sa petite personne. Munter avait complètement raté son éducation.

« Tu veux savoir comment je considère ma famille ? Mon père n’était certainement pas le pire des hommes, mais il était loin d’être le meilleur. J’ai été élevé selon les plus vieilles traditions de sangs-purs, et c’était loin d’être une partie de plaisir. Tous les espoirs pesaient sur moi parce que j’étais l’unique enfant de mes parents. C’était à moi que revenait le devoir de fonder une merveilleuse famille et de perpétuer une lignée vieille de plus de trois cents ans. Ma mère ? Elle était inexistante, absolument d’aucun secours, toujours prostrée dans l’ombre de son époux. Et malgré les pleurs, les sacrifices et les souffrances, j’ai éprouvé de l’affection pour ces gens-là, pour la simple et bonne raison que ce sont eux qui m’ont donné la vie. Alors si tu veux rester vivre dans ton splendide appartement et dépendre des finances de Munter, cet homme dont le sang ne coulera jamais dans tes veines, vas-y fais-le. Mais ne t’attends pas à ce que je te considère encore comme la seule famille qu’il me reste. »

Bryan avait cru qu’Anton se radoucirait alors qu’il lui avait dit que sa famille aujourd’hui c’était lui et personne d’autre. Mais non, là encore, Anton lui avait renvoyé ses efforts en plein face, ignorant totalement le fait que son père avait fait un énorme pas en avant. Au lieu de recevoir un simple merci, Bryan se prit une avalanche de reproches. Alors comme ça il aimait repeupler le monde ? C’est quoi ces conneries, c’est vraiment comme ça qu’Anton voit les choses ? Bon d’accord, s’il avait bien fait son enquête, il était peut-être au courant pour Heather. Mais en dehors de cela, Bryan n’avait pas d’autres enfants illégitimes au compteur, du moins il n’en avait pas connaissance. Cependant, Anton avait aussi l’air de savoir que son père éprouvait une grande affection paternelle pour Jesse-Rose, et cela semblait le déranger, voire même l’inquiéter.

« Je vois que tu sembles t’être particulièrement bien renseigné sur mon compte. Serais-tu jaloux de Jesse-Rose Greenwood ? Oui j’en viendrais parfois à la considérer comme ma propre fille, parce qu’elle est talentueuse, courageuse, et parce qu’elle m’a un jour sauvé la vie. Toi aussi tu es talentueux, courageux et on peut considérer que tu m’es à ton tour venu en aide ce soir. Néanmoins, il subsiste deux différences majeures entre elle et toi. La première, c’est que mon sang coule dans tes veines, comme tu viens de le signaler, mais pas dans celles de Greenwood. La seconde, c’est que quand je t’ai reconnu ce soir sous les ecchymoses et les filets de sang qui étouffaient ton visage, la première chose qui m’est venue à l’esprit c’était de te protéger, de te sortir de cet enfer. Alors que pour Jesse, c’est tout le contraire, je m’efforce à la condamner à l’enfer que représente une vie de mangemort. Mon rôle est de la couvrir de Doloris lorsque le Lord estime qu’elle s’est écartée du droit chemin. Et je m’exécute à chaque fois, avant d’essayer de la convaincre par la suite qu’elle est faite pour cette vie-là. »

Bryan estimait désormais avoir largement contribué à l’amélioration de cette relation père-fils. Si Anton rejetait une fois de plus la main qu’il lui tendait, alors il abandonnerait. Il le laisserait partir mais ne dirait pas aux Aurors du Lord de l’épargner. Ils pourraient faire de lui ce que bon leur semblerait.

« Je ne vois pas ce que je peux te dire de plus. Je t’ai sauvé la vie parce qu’au fond de moi je devais estimer que cela en valait la peine. Ne me fais pas regretter mon choix, Anton. »

Le mangemort était blessé, vulnérable. C’était probablement la première fois qu’il l’appelait par son prénom. Signe d’affection ou de faiblesse ? Bryan n’avait jamais véritablement aimé qui ce soit, et aujourd’hui Anton représentait probablement la dernière chance qu’il lui restait de racheter ses horribles péchés.




© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Sep - 15:43


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?


S'il y a bien une personne en qui c'est impossible de lire comme dans un livre ouvert, c'est bien Bryan Levinson. Il a ce don inné pour parvenir à être touchant et dans la seconde qui suit, totalement détestable. A tel point que le jeune Anton ne sait plus s'il l'apprécie, s'il le déteste, s'il a envie d'aller plus loin dans leur relation père-fils ou s'il compte céder à la tentation de lui péter la tête. C'est horrible tant de sentiments contradictoires, alors qu'on vient tout juste de frôler la mort de si près, qu'on jurait en avoir senti l'odeur décharnée. Était-ce ses paroles en général ou bien l’appellation « erreur », mais il venait de raviver une pointe d'agacement chez son fils, qui ne consentit à ne pas répondre à ces propos. Une impression de déjà vue le prenait même. La première fois, leur conversation avait tourné d'une façon identique.

Anton ne comprenait vraiment pas à quoi pouvait bien rimer toute cette destruction mentale, à laquelle son père semblait s'adonner à chaque fois qu'ils se croisaient. Devaient-ils vraiment toujours finir par se quereller ? Le jeune Sorcier ne se montrait pas bien attentif aux paroles de Bryan, quand il s'agissait de parler de ses propres parents. Pour le sang-mêlé qu'il est, c'est bien trop compliqué de parvenir à comprendre le fonctionnement des sang-pur, ou plutôt de certains. Ils ne sont pas tous aussi tarés et égocentriques par chance. L'ancien Mangemort se lançait dans des récits qui ne touchaient plus son fils, pour le moment. Bien trop blasé pour éprouver même la plus infime once de compassion pour le vécu de son père. Ce père qui a tué une partie de la famille d'Anton. Ce dernier peut bien considérer seulement Nikolaï et Hengist comme ses frères, mais il en a visiblement eu bien d'autres, que Bryan a tué sans aucun remord. Il est donc tout à fait normal que le jeune homme ne fonde pas de faux espoirs sur leur relation. Pourquoi, il en serait autrement de son devenir ?

Mais le prochain sujet parlait déjà plus à la conscience du jeune Anton. Cette fois, il ne s'agissait pas de membres décédés de sa famille, mais du présent, avec cette fille que son père a décidé de voir comme son propre enfant. Quoiqu'il puisse dire, Bryan ne finirait pas par obtenir gain de cause à ce sujet, Anton étant que trop borné.

« Moi, jaloux ? Tu crois vraiment que je suis jaloux d'une pétasse sans cervelle qui a bouffé le cœur de son géniteur ? Nous n'avons pas les mêmes valeurs. C'est bien trop simple de s'en prendre à sa propre famille, ses propres parents. Tout le monde sait qu'un père ou une mère ne se défendraient pas autant avec ses enfants, qu'avec des étrangers. Excuses-moi donc du peu, mais c'était une cible trop facile. Donc si tu la vois comme une personne courageuse, c'est que t'as de la merde dans les yeux. D'autant, qu'entre nous, il faut être sacrément con -en l’occurrence là conne- pour pardonner un doloris. La meuf n'est pas bien futée. Alors évites de me trouver des points en commun avec elle. Celui qui oserait m'envoyer un doloris, je lui ferai bouffer sa baguette sans préavis. »

Qu'importe les différences que Bryan leur avait trouvé, le fait qu'il suggère que ces deux jeunes gens aient des points en commun l'a bien vexé. Assez vexé pour qu'il se relève avec l'intention de s'en aller. Mais les dernières paroles de son père le stoppèrent dans son élan. Cette fois, ce dernier était dans le vrai. Il l'avait sauvé le premier. Sans lui, le jeune homme serait mort dans cette ruelle dégueulasse. Bryan aurait simplement pu tracer son chemin, sans se retourner. La situation aurait été à son avantage, puisqu'il n'aurait pas eu besoin de se salir les mains, pour effacer l'erreur que représente sa progéniture bâtarde. Les Aurors s'apprêtaient à le faire à sa place. Mais au contraire, Bryan est rentré dans le tas au péril de sa propre vie pour sauver celle de son fils. C'était bien plus qu'un pas que l'ancien Mangemort avait fait vers son gamin.

Cette pensée ne pouvait que l'interpeller à tel point, qu'au moment de passer à côté de Bryan, le jeune sorcier s'arrêta, l'observant pendant un court instant avant de le prendre dans ses bras. Du jamais vue venant d'Anton qui n'a pas l'habitude d'user de telles preuves affectives, si bien qu'il en était lui-même mal à l'aise quand il le relâcha.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bryan H. Levinson
Nouveau membre de l'Inquisition
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1590
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Sep - 20:05
My past, my present, my future


Bryan était persuadé d’avoir vu juste, d’avoir cerné ce qui se cachait derrière l’agressivité et la froideur d’Anton. Son fils semblait bel et bien être jaloux de la place que Jesse-Rose occupait auprès de son père. Oh bien sûr qu’il n’allait pas le reconnaître, cela aurait été avouer qu’il adoptait le même comportement qu’un enfant de cinq ans. Alors plutôt que de se montrer honnête et de voir la vérité en face, Anton se para d’une armure de mépris, pour défendre son honneur du mieux qui le pouvait. Bryan ne pouvait le blâmer pour cela, au contraire, il s’en amusait presque. En cet instant, il se dit qu’après tout, ils n’étaient peut-être pas si différents l’un de l’autre. Enfin, si l’on faisait abstraction de la nature du sang qui coulait dans leurs veines respectives. Bryan aurait réagi exactement de la même façon si on l’avait mis devant le fait accompli. Il aurait redoublé de cynisme pour rabaisser la personne à laquelle on osait le comparer. Et pourtant, en faisant le parallèle entre Anton et Jesse, le mangemort n’avait pas songé à mal, il n’avait pas dans l’idée de blesser son fils. Tout ce qu’il voulait à présent c’était le rassurer et apaiser les tensions. Mais quand le jeune homme reprit la parole et finit par se lever, il lui sembla soudain qu’ils étaient irréconciliables, pour de bon.

La tristesse et la déception qui se lisaient sur le visage d’Anton lui firent l’effet d’une violente gifle reçue en pleine figure. Décidément, il fallait toujours qu’il gâche tout, qu’il fasse imploser la moindre relation qui aurait pu avoir de la valeur. C’était comme s’il refusait de croire qu’il puisse y avoir ne serait-ce qu’une seule personne qui tienne à lui. Parce qu’il était entièrement contrôlé par son égo surdimensionné et ses valeurs d’une autre époque, il avait déjà perdu une famille une fois. Il avait mis un terme à la vie de ses propres enfants. De ces si beaux enfants, qui devaient eux aussi partager des similitudes avec leur père. Allait-il une fois encore tout foutre en l’air pour une stupide histoire de sang ? Il ignorait si c’était dû à la douleur des coups reçus ou à la dureté des paroles d’Anton, mais il ne pouvait s’empêcher d’éprouver une once de remord pour tous les crimes qu’il avait commis. Un inhabituel sentiment de culpabilité lui serrait les entrailles et lui ordonnait silencieusement de retenir Anton tant qu’il était encore temps. La balle était désormais dans son camp, s’il ne faisait rien, il risquait bel et bien de perdre son dernier enfant à tout jamais. Etait-ce véritablement ce qu’il souhaitait ?

Alors qu’il prononça cette ultime phrase, Anton s’arrêta brutalement. Durant les quelques secondes qu’il passa à l’observer, Bryan se demanda s’il n’allait pas lui démolir la figure. Après tout, il l’aurait certainement bien mérité. Mais contre toute attente, lorsqu’Anton se rapprocha de lui, ce fut pour le serrer dans ses bras. La dernière fois qu’une chose de ce genre lui était arrivé, c’était il y a dix-neuf ans, alors qu’il venait de parier avec Flynn qu’il arriverait à se faire la serveuse des Trois Balais. Les deux mangemorts avaient échangé une accolade d’encouragement. Et neuf plus tard naissait le petit Anton…

Profondément choqué par un tel geste d’affection venant du gamin qu’il avait un temps songé à éliminer, Bryan ne réagit pas tout de suite. Lorsqu’Anton le relâcha, il l’observa un instant. Il avait l’air tout aussi gêné et désemparé que lui. Peu désireux de blesser son fils, le mangemort soupira, puis il le prit à son tour dans ses bras.

« Je suis désolé. Pour tout. »

Sa voix n’était qu’un murmure. Sa fierté l’empêchait d’exprimer ses sentiments haut et fort. Mais le fait est que Bryan éprouvait véritablement des regrets. Il déplorait de s’être montré aussi cruel envers son fils. Anton n’avait pas demandé à naître dans de telles circonstances, ce n’était pas sa faute si son père se comportait toujours comme la pire des ordures et n’avait de respect pour personne en dehors de lui-même et du Seigneur des Ténèbres. Lorsque Bryan relâcha Anton, il se sentit soulagé. Il avait le sentiment d’avoir fait une bonne action. C’était comme s’il avait passé une étape importante de sa vie, comme s’il était prêt à s’engager sur un autre chemin. Oh bien sûr, il ne se transformerait pas en enfant de chœur, mais il pourrait parfois se montrer sous un meilleur jour. Du moins lorsqu’il serait en compagnie de son fils.

« On pourrait essayer de se voir de temps en temps et de… faire des choses normales. Tu vois, les trucs habituels que font les pères avec leur fils. »

En le voyant ainsi, aussi peu sûr de lui, il était impossible de s’imaginer que Bryan était un mangemort de la pire espèce. Et puis le naturel revenait vite au galop.

« Tu peux faire la liste des gens qui te cherchent des problèmes et on ira s’occuper de leur cas. S’il y a encore des aurors qui te courent après, on peut aller les éliminer. Ou alors on peut aussi tuer Munter. C’est toi qui choisis. »

Difficile de savoir s’il agissait d’une plaisanterie pour détendre l’atmosphère ou si Bryan était bel et bien sérieux. Après tout chacun avait sa définition de ce que devait être une activité père-fils normale.




© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Munter
Etudiant en Magie Avancée
Âge du personnage : 18 ans
Nombre de messages : 354
Célébrité sur l'avatar : Nathaniel Buzolic
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 22 Sep - 21:28


MY PAST, MY PRESENT, MY FUTURE

Bryan Levinson & Anton Munter - Le moment des adieux est-il arrivé ?


Le matin de ce jour encore, Anton n'aurait pu imaginer revoir son père dans de telles circonstances. Il s'était fait une raison et n'avait pas cherché plus. D'autant qu'il avait appris que Bryan jouait au parfait père de famille avec une bourrique de première. Munter sait parfaitement de qui il s'agit, pour avoir supporter sa face d’œuf à Durmstrang, jusqu'à ce qu'elle en dégage pour les dernières années. Le fait que l'ancien Mangemort se permette de porter le sujet au cœur de leur conversation, en les comparant l'un à l'autre, avait bien failli mettre un terme définitif à ce lien bancal qui les unit. Mais comme s'il avait ressenti son erreur, le père avait tenté un pas en avant. Pour une fois, Anton s'en était rendu compte, peut-être même avant qu'il ne soit trop tard. D'où sa réaction sûrement déplacée, lorsqu'il étreignit Bryan. Il s'agit là d'un geste banal dans une relation père-fils normale. Sauf que là, il s'agissait de Levinson et de ses manières du siècle passé. Certainement qu'à l'époque où ses parents étaient encore de ce monde, il les vouvoyait et gardait une retenue imposée par ses propres géniteurs. Ce qui expliquerait son manque de réaction sur le moment. Détail, important certes, mais sur lequel Anton ne pensait pas s'attarder, jugeant, pour une fois, que ce n'était en rien de la faute de son père, s'il avait été élevé par de richissimes cons coincés. Il ne s'attendait donc pas, qu'après un instant de gêne comme il n'y en a pas tant que cela, Bryan finisse par avoir le même geste envers lui.

Le jeune mage ignorait ce qui le surprenait le plus. Que son père le prenne dans ses bras ou qu'il ne tente pas de lui broyer les côtes en le serrant très fort, pour le punir d'avoir osé un tel geste envers lui ? Puis, ce fut le tour d'un excuse prononcée à voix basse. Quelques mots qui perdaient encore plus le jeune Anton. Pour quelle raison Bryan pouvait bien s'excuser ? D'avoir voulu attenter à ses jours en apprenant qu'il était de sang-mêlé ? De l'avoir comparé à une gourde écervelée ? Ou bien simplement pour l'avoir conçu ? Peut-être même que l'ancien Mangemort a fait une connerie et que son fils l'ignore encore ? Il aurait pu relever, mais il n'en fit rien. Ce n'était pas le moment de tout gâcher. Anton n'allait pas s'y mettre à son tour. Il préféra se contenter de lui rendre ce geste, sans rien dire de plus. Dans ces instants, toute parole serait de trop. Il vaut mieux rester discret, surtout lorsqu'il s'agit de personne n'ayant pas l'habitude de présenter des excuses.

Mais ce n'était pas fini. Le jeune sorcier n'était pas au bout de ses surprises. La proposition de Bryan le laissa presque sans voix. Sur le moment, il se demandait s'il n'était pas en train de rêver. Il se pourrait qu'il se soit endormi et que toute cette rude journée s'amuse à venir s'inviter dans ses rêves. Pourtant, si c'était le cas, ce songe semblait plus vrai que tous ceux qu'il n'ait fait jusqu'à maintenant. Son père désirait vraiment passer du temps avec lui et pour le moment, il n'y avait pas de condition comme la première fois, il s'était permis de glisser dans la conversation.

« J'en serai ravi. »

Il ne savait pas trop que dire de plus. Là encore, trop de mots risqueraient de tuer cet instant. Mais tout ceci n'était pas habituel ni pour l'un, ni pour l'autre et leur attitude à tous les deux ne pouvait que le prouver. Peut-être tout autant que le restant de la proposition de Bryan. La réaction du fils ne se fit pas attendre. Il n'était pas parvenu à s'empêcher de hausser les sourcils de surprise.

« Tu n'es pas censé arrêter de vouloir tuer tout le monde, maintenant que tu n'es plus un Mangemort ? »

Anton n'avait peut-être pas bien compris ce que son père lui avait précédemment dit. Mais dans les activités à faire en compagnie de ses parents, il pensait à autre chose que liquider des gens, même s'il prit ça pour de l'humour. S'en était sûrement.

« Je préférerai éviter de tuer Munter. Mon frère a besoin de son père, si tu ne veux pas te retrouver à devoir l'adopter. »

L'atmosphère semblait être un peu plus détendue qu'auparavant et le jeune sorcier espérait que rien ne viendrait ternir ce moment. C'était donc à son tour de faire des propositions. Bryan semblait avoir grand besoin d'un petit coup de pouce question idée. Mais pour le coup, ne s'attendant pas à ce que la conversation tourne de cette façon, il n'avait pas eu le temps de s'y préparer.

« On peut peut-être commencer par des trucs un peu plus normaux, comme sortir boire un verre à l'occasion ? »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [Terminé]Where would you rather go, to the past, or to the future? (Harmony)
» ft Owen & Miccah ɤ Ghosts of Christmas Past & Present.
» when the past and present collide (megara&micah)
» in this bright future you can't forget your past. ▲ (08/02 - 14:50)
» [M] ▲ ALEXANDER SKARSGARD - The past screams louder than the future. The future is mute, but it’s not deaf.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LONDRES :: ♣ Quartiers Résidentiels :: Résidences diverses-
Sauter vers: