RSS
RSS



 


 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Hall & sous-sols :: Hall d'entrée :: La Grande Salle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

It's over

avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 146
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Mar - 8:10
It's over
Severus & les autres
Severus avait l'impression de nager à contre-courant. Voilà des années que tout va carrément de travers. Comme s'il n'avait pas assez de problèmes comme ça, il fallait lui en rajouter à la pelle. Monter en grade en acceptant - contre son gré - de devenir le directeur de Poudlard, ne faisait que le mettre davantage dans les ennuis. Avec ce poste, c'était comme s'il venait d'avouer au monde entier qu'il était un Mangemort. Et là, même Dumbledore et ses magouilles ne parviendraient pas à inverser la balance. D'autant plus qu'il fallait mettre en place des châtiments comme Poudlard n'en avait plus vu depuis des siècles. Si jusque là, Severus s'en était sorti relativement bien, mettant en avant des punitions, plutôt que des châtiments corporels, simplement pour sauver des élèves, ces derniers ne lui facilitaient pas la tâche. Cette fois, c'était un meurtre que l'un d'eux avait commis. Un meurtre à l'encontre d'un Mangemort. On ne pouvait pas rêver pire comme situation. Rien ne pourrait expliquer pourquoi Severus ne prend pas des mesures radicales. Le Seigneur des Ténèbres ne devait qu'attendre une situation de ce genre pour juger de la loyauté de son disciple.

Pauvre Rogue qui allait devoir prendre une grande décisions. Soit, la sanction serait à la hauteur des attentes de Voldemort, soit il mettait en péril toute sa famille. Le choix semblait bien plus difficile qu'il ne l'aurait imaginé, parce qu'il n'avait de cesse de se répéter que quelques années plus tôt, l'auteur du meurtre aurait très bien pu être l'un de ses fils.

Il balayait ses pensées morbides au moment où il se leva de son bureau. Sa longue cape traînant derrière lui, le grand Directeur de l'école s'en allait dans les couloirs de Poudlard. Sa décision était prise, aussi douloureuse de conscience puisse-t-elle être. Mais ce meurtre devait être élucidé, jugé et sanctionné comme il se doit. Pour y parvenir, Severus a fait convoquer tous les habitants du château dans la grande salle. Adultes comme mineurs, Professeurs comme Surveillants, personne n'avait été oublié. Ce qui l'arrangerait, c'est qu'il y ait des élèves qui ne répondent pas à l'appel. Au moins, il y aurait des noms qui sortiraient aussitôt, comme étant coupables. Parce qu'il n'est pas dupe l'ancien Directeur de Serpentard. Il est bien conscient que si le coup vient d'un gamin, il n'y en a que deux dans cette école, qui sont capable de donner la mort de sang froid : son propre neveu Zakaria, et Gregory le fils de Fenrir Greyback. Deux gamins qu'il connaît depuis maintenant bien des années. L'un qu'il a vu lors de ses premières heures de vie et l'autre, dont il a juré à sa mère de tout faire pour qu'il ne lui arrive rien.

Comme rien ne va et que le pire frappe toujours à sa porte, il en est certain que c'est l'un de ces deux-là qui a lancé le sort tant redouté. S'il s'agissait d'un autre gamin, les choses seraient bien trop faciles. Et dans sa vie, rien ne semble vouloir l'être.

La porte de la grande salle s'ouvrit d'un seul coup. Les élèves s'y trouvaient tous, en apparence. Les retardataires écoperont de sanctions évidemment. Les adultes semblaient également avoir répondu au rendez-vous. Parce que mineurs comme adultes, c'est Severus qui a la charge de tout ce beau monde bien sûr. Et il aurait pu s'en passer, parce qu'entre les Mangemorts qui lui en veulent en le prenant pour un traître, de ceux qui n'en font qu'à leur tête, de celui qui s'imagine pouvoir se marier avec sa fille, des Professeurs qui préparent un truc dans son dos et des Surveillants lambdas qui ne pensent qu'à fricoter les uns avec les autres, il est parfois plus simple de gérer des adolescents.

Il passait au centre de la pièce, sa cape virevoltante derrière lui. Une fois à l'autre bout de la salle, il se retourna, faisant face à toute l'assemblée. Il n'y avait pas un seul bruit, les murmures s'étaient stoppés aussitôt il était entré dans les lieux.

« Il y a quelques jours, un homme a été retrouvé sans vie dans l'une des Tours de l'école. Le coupable ne s'étant toujours pas dénoncé, vos baguettes vont être confisquées, le temps d'être analysées afin de trouver qui est l'auteur de ce meurtre. Les cours de pratique seront donc remplacés par de la théorie, jusqu'à ce que vos baguettes vous soient rendues. »

Il ne parlait pas de la future sanction simplement parce qu'il ne l'avait pas encore décidé. Severus ne pourrait se résoudre à infliger une torture à un gamin, mais il est conscient que ce n'est pas en retardant l'échéance, qu'il l'évitera de toute façon.

« Le coupable recevra le châtiment qu'il se doit. Et dans l'éventualité où des personnes l'auraient couvert, plutôt que de venir le dénoncer, elles seront considérées comme des complices et en subiront les conséquences. »

Mettre la pression sur les amis en leur promettant le même sort que le principal coupable, généralement c'est une tactique qui fonctionne plutôt bien.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gregory Greyback
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 731
Célébrité sur l'avatar : Brett Davern
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 25 Mar - 10:19
ft.
les habitants de Poudlard & Gregory
« It's over »
A l'aube de mon seizième anniversaire
Je le savais que c'était trop facile. Le mec était mort, puis rien ? Les Mangemorts ne laisseraient pas passer une telle chose, surtout sur l'un d'entre eux. Je ne me faisais pas trop d'illusion à ce sujet. Tout me tombera dessus lorsque je ne m'y attendrais pas. En temps voulu comme tout le monde dit. Si je paraissais défaitiste, au moins je n'étais pas bien loin de la vérité. Dire même que je ne m'étais pas trompé du tout. Tout me revenait en pleine gueule. Pourtant, je n'avais pas été loin de m'en sortir. Avec Zakaria, nous avions trouvé une faille pour que je me fasse la malle de cette école. Pas par peur, mais parce que j'en ai plein le cul de Poudlard. Sauf que Rogue m'a devancé en convoquant chaque habitant du château.

Il y avait du bruit dans les couloirs. Pour cause, chaque maison était conviée à se rendre dans la Grande Salle, en compagnie de ses Surveillants et de son Directeur. Nous autres, les Serpentards, remontions des cachots, évidemment. Mon père devait, sans doute, se trouver devant. Bon en fait, je n'en sais rien du tout. Je l'ai soigneusement évité pour ne pas avoir à lui dire ce que j'avais fait. Non pas que j'en ai honte ou que je m'en veuille, mais lorsqu'il m'avait fait son discours sur les Mangemorts et Voldemort, j'avais cru comprendre qu'à ses yeux, ils étaient beaucoup plus importants que moi. Je n'ai pas vraiment envie, qu'il me déteste encore plus, ou pire, qu'il soit désigné comme mon bourreau. Après tout, ces barges de Mangemorts en seraient bien capable. Je n'ai jamais eu la prétention de dire que je suis capable de rivaliser avec lui. Je suis certes, bien casse-couilles et un brin susceptible, mais je ne suis pas non plus complètement débile.

En arrivant dans la Grande Salle, je croisais aussitôt le regard de mon oncle, qui s'arrangea pour que je remarque que mon père semblait me fixer. L'avait-il mis au courant ? Franchement, je l'espérais pas. Pourtant, mon regard agrippa la silhouette massive de papa, cherchant la réponse à ma question. Je ne lisais pas de haine sur son visage, pas plus que du dégoût, enfin à mon égard. Tout du moins, c'est ce que je voulais croire. Mais craignant de me faire à nouveau de faux espoirs, ma réaction fut de baisser les yeux. Cette fois, ce n'était pas pour l'ignorer, comme tout ce temps passé, mais plutôt parce que je capitulais complètement. Las de chercher à gagner son affection, son attention aussi, mais également las d'être perpétuellement en conflit avec lui. Ça ne sert pas à grand chose de toute façon. Je ne peux pas le forcer à m'accepter. De toute manière, c'était sûrement trop tard pour y parvenir à présent.

Le Professeur Rogue venait d'entrer dans la Grande Salle, prenant la parole pour expliquer la raison de notre venue à tous. C'était maintenant certain que j'allais servir d'exemple pour que les autres se tiennent à carreau. D'autant plus que nos baguettes seraient expertisées, pour ne laisser aucune chance de passer à côté de l'auteur du sort meurtrier : en l’occurrence moi. J'étais conscient d'être dans la merde, pourtant je ne regrettais rien. Enfin en ce qui concerne cette situation, puisque la « victime » s'en était pris à Wolfgang. Pour le reste, par contre, je garderai toujours le regret que ça se soit aussi mal passé avec mon père. D'ailleurs, je relevais un instant les yeux, passant de visage en visage, pour terminer par m'attarder une nouvelle fois sur le sien. J'ignorais toujours s'il était ou non au courant, et honnêtement, je ne savais même plus ce que je devais faire là. C'est à ce moment, que j'aurais bien eu besoin de lui. Je ne pouvais pas vraiment deviner à quelle sauce, je me ferais bouffer d'ici peu, le cas ne s'était pas encore présenté, mais ça risque de faire mal. Enfin lui, il doit en avoir une petite idée.

Je reportais mon attention sur les autres, remarquant très vite les regards inquiets que les élèves échangeaient. Des murmures étaient même perceptibles, ce qui est rare quand c'est Rogue qui prend la parole. Je me demandais bien pourquoi ils s'en faisaient tous comme ça, une fois leurs baguettes examinées, ils seraient tous hors de cause. Ce ne sera pas la même chose pour ma petite personne par contre... J'étais tellement absorbé par tout ce que j'entendais, que je ne remarquais même pas que quelqu'un venait de me rejoindre, en prenant place à côté de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alrik Selwyn
Tueur à Gages
Âge du personnage : 26 ans
Nombre de messages : 104
Célébrité sur l'avatar : Jensen Ackles
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Mar - 17:05

It's over

Alrik Selwyn

Alrik revenait tranquillement de Pré-Au-Lard, où il s'était autorisé une pause, pour descendre quelques verres et emmerder son monde. A présent, les mains dans les poches de sa veste en cuir, il avançait lentement vers l'école de magie. Depuis peu, il était l'un des Mangemorts en charge de la garde du château, alors autant dire qu'il était au courant pour le meurtre de son collègue. Enfin, ce n'était pas quelqu'un de bien intéressant à ses yeux non plus. Juste un crétin qui s'amusait constamment à jouer au plus malin avec les gosses. Mais, il ne se frottait quasiment jamais aux autres Mangemorts. Le genre de trouillards qui ne s'en prend qu'aux gens plus faibles que lui. Tout ça pour dire que Alrik ne le portait pas vraiment dans son cœur. Sa mort ne lui a donc fait ni chaud, ni froid. Pourtant, il était loin de se douter que les autres réclamaient vengeance.

C'est en entrant par la grande porte de Poudlard, qu'il remarqua la Maison Serpentard en train de grimper les escaliers. Pour que tous les élèves soient déménagés en même temps, c'est qu'il y avait quelque chose de grave. C'est pour ça qu'il leur emboîta le pas, rattrapant assez vite Wulfric qui semblait aussi les suivre. S'il y avait un truc cool, il se devait de le voir par lui-même.

« Ils vont où là ? »

Visiblement dans la Grande Salle. Il entra à leur suite, regardant tout ce beau monde. Il n'y avait donc pas une seule maison, mais les quatre semblaient être réunies dans cette même pièce. Tous les Professeurs, Directeurs et Mangemorts aussi, ainsi que les Surveillants. Dans le fond, il se doutait que ce n'était pas qu'une petite réunion sans aucune importance et ce n'est pas l'arrivée de Rogue qui risquerait de lui faire croire l'inverse.

Se tenant dans le fond de la Grande Salle, Alrik écoutait le petit discours du Directeur de l'école. Les yeux écarquillés, il n'avait pas imaginé un bordel de cette ampleur juste pour un gugus, dont la disparition n'a attristé personne, pas même un elfe de maison. Il s'en offusqua aussitôt, persuadé que si c'était lui qui s'était fait tuer, personne ne l'aurait remarqué. Alrik s'est toujours senti mal aimé, il ne faut pas lui en vouloir.

« C'est stupide. On apprend la magie noire à tous ces gosses. On leur dit de se servir des sortilèges impardonnables, mais quand l'un d'eux le fait, il doit être puni ? C'est pas logique... Et sommes-nous sûrs que c'est un gosse qui a fait le coup ? »

Il aurait également eu l'occasion de fermer sa grande gueule avant de prononcer le premier mot, mais c'était plus fort que lui. Il fallait qu'il dise ça tout haut. Pourtant, il ignorait parfaitement qui se trouvait être l'auteur du sort. Mais c'est du pareil au même. Surtout que s'il s'avère qu'il s'agit de Gregory, forcément il ne laissera pas les autres Mangemorts s'en prendre à lui. Quitte même à faire tomber quelques têtes parmi ses propres collègues. Et sur ce point, c'est pratiquement sûr qu'il ne sera pas le seul à voir les choses sous cet angle.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wulfric Mulciber
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 231
Célébrité sur l'avatar : Jonathan Lewis Seward (Johnny Christ)
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Mar - 18:08
It's over
Others & Wulfric Mulciber
En descendant dans les cachots, Wulfric était arrivé face-à-face avec Greyback. L'escalier n'est déjà pas bien spacieux, quand il faut éviter un élève, alors une armoire à glace, le pauvre Mulciber avait été contraint de faire demi-tour. Il n'était d'ailleurs pas bien rassuré d'avoir Fenrir derrière lui maintenant. Si bien qu'il se dépêchait de grimper, pour mettre le plus de distance possible entre eux, priant pour ne pas se ratatiner à ses pieds. Ce dingue serait capable de lui marcher dessus à la place de l'enjamber comme le feraient toutes les personnes normalement constituées. Mais si Fenrir Greyback en faisait partie, ça se saurait.

Le petit loup-garou s'était écarté du mieux qu'il le pouvait, pour laisser le Directeur de Serpentard et tous ses élèves sortir de l'escalier. Il devait avoir raté un train, n'ayant pas été informé d'une quelconque réunion. Alors, il s'entêta à suivre toute la Maison des cachots, seulement par curiosité. Et au même moment, il était rejoint par Alrik Selwyn, qui ne semblait pas plus au courant des faits que lui.

« J'en sais rien. »

Mais il aimerait bien le savoir. Si quelque chose de drôle devait se passer, il ne voulait pas manquer ça non plus. En ce moment, le bassiste s'ennuie beaucoup, un peu de divertissement ne pourra sûrement pas lui faire de mal. Et il ne peut toujours pas compter sur Selena pour le divertir, puisque mademoiselle la coincée ne veut toujours pas coucher avec lui. Puis, cette fois, il ne peut même pas demander des conseils à ses meilleurs amis. Déjà, Edwin est emprisonné à Azkaban et Calvin ne lui dira sûrement pas comment faire pour mettre Selena dans son lit. C'est tout de même sa petite sœur.

Parvenu jusque dans la Grande Salle, Wulfric se mettait dans le fond de la pièce, remarquant que les tables n'étaient plus présentes. Il n'y avait que tous les habitants du château, debout en train d'attendre on ne sait quoi. Manquant de se prendre la grande porte dans la face, Mulciber comprit bien vite qu'il s'agissait du Professeur Rogue. Il devait s'être passé quelque chose de grave, pour que tout le monde soit ainsi réuni en ces lieux.

Silencieux, et ne voulant pas se faire remarquer par le père de sa presque petite-amie, le jeune Mangemort écoutait les quelques phrases prononcées par son ancien Directeur de Maison. Il s'agissait bien de la mort de l'un des Mages Noirs présents dans l'école. Et bien ça, il ne l'avait pas venu venir. Tout comme il n'avait pas vu venir Alrik qui, juste à côté de lui, prit la parole. Alors là, s'il avait su ça avant, c'est à l'autre bout de la pièce que Wulfric se serait mis. Pour passer inaperçu, c'était vraiment loupé. Il faisait de son mieux pour ne surtout pas croiser le regard de Severus Rogue, maudissant intérieurement son collègue d'avoir ouvert sa grande bouche. Même s'il fallait avouer que pour le coup, Alrik n'avait vraiment pas entièrement tort. Et le jeune Mulciber n'aimerait pas se retrouver à la place de l'élève qui est à l'origine du sortilège impardonnable, qui a touché le Mangemort. Il peut se douter de ce qui l'attend. Et ça ne risque pas d'être beau à voir.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zakaria Taylor
Septième année
Âge du personnage : 16 ans
Nombre de messages : 455
Célébrité sur l'avatar : Cody Christian
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Avr - 16:21
It's overRP LibreSi près du but, que la chute m'était frustrante. Pourtant, je ne m'avouais pas vaincu pour autant. Lorsque Gregory est venu à moi, pour me raconter ce qu'il avait fait, je lui avais proposé mon aide. Je comptais tout faire pour qu'il me fasse assez confiance, pour rejoindre les troupes de Gellert Grindelwald. J'y étais parvenu. Notre plan était déjà établi. Si je parvenais à le faire sortir de Poudlard, pour le mener dans la forêt interdite, ou même à Pré-Au-Lard, il serait sorti d'affaire. Mais c'était sans compter sur mon oncle, qui venait encore de me devancer.

Tout le monde était pris de court, moi le premier, lorsque notre Directeur nous avait fait sortir de notre Salle Commune, pour nous conduire jusque dans la Grande Salle. Je ne suis pas le dernier pour trouver des plans à la dernière minute, mais là j'avoue que j'étais bien mal. Il m'était presque impossible de réfléchir convenablement. Je me dois pourtant de trouver un truc, même minime. Le chemin avait été d'ailleurs très court, trop. Les autres Maisons se trouvaient déjà sur place, accompagnées par leurs Directeurs, Surveillants et par les autres Professeurs de l'école. Je me sentais mal de ne pas pouvoir tenir ma promesse, mais il me restait une carte dans la manche. Ce n'est pas celle que je voudrais utiliser maintenant. Le pendentif de Gellert. Il suffit que je le touche, pour qu'il débarque. Je sais que rien ne peut l'arrêter, pas même Poudlard, du moment où Dumbledore n'est plus là. Les Mangemorts, il n'en fera qu'une bouchée, pourtant, le faire déplacer, reviendrait à ruiner sa couverture. Un seul Sorcier est assez puissant pour botter le cul à tous ces autres mage noirs. Si je peux trouver autre chose, il me faut le tenter. Mais rien ne me venait. Absolument rien du tout. J'évitais de croiser le regard de Gregory, histoire de ne pas être déconcentré. Je ne cherchais pas plus à croiser celui de mon frangin, il est également dans le coup, mais s'il sent que je n'ai pas de plan de secours, il va paniquer et là, tout sera perdu pour tout le monde.

Le Professeur Rogue venait d'entrer dans la Grande Salle et nous faisait son discours. Les murmures s'élevaient déjà, jusqu'à ce qu'une voix adulte prenne la parole. C'était le moment où jamais. Un petit rictus en coin s'installa déjà sur mes lèvres, alors que je le laissais parler. Un court silence s'installa et je ne voulais pas risquer de louper l'occasion d'en remettre une couche.

« Oncle Severus. »

Je fis exprès de l'interpeller de cette façon, sachant pertinemment qu'il n'aime pas ça. Il n'y a qu'à se rappeler de ses enfants, qu'il forçait à appeler « Professeur » et non « papa ». Alors lorsque son regard froid se posa sur moi, je ne me démontais pas. Je ne pouvais pas me le permettre.

« Tu demandes justice pour un type dont tout le monde se fiche, mais qu'en est-il de mon cousin, qui se retrouve injustement emprisonné à Azkaban ? Tu sais, Edwin, ton fils ! »

J'espérais parvenir à le déstabiliser assez, pour trouver une porte de sortie à Gregory. Je n'ai qu'une parole en général, je n'ai pas envie de trahir celle que j'ai donné au loup-garou. Qui plus est, parce qu'il a tué celui qui s'en prenait à mon frère. Je ne peux que l'en remercier d'avoir pris sa défense.

Puis, je n'ai pas non plus l'intention de donner ma baguette à des Mangemorts. Je ne suis pas un gentil petit mouton qui obéit au doigt et à l’œil. Si nous donnons nos baguettes, nous n'aurions plus aucun moyen de nous défendre. Il est inconcevable que je me plis à une telle décision.

Je suis conscient que mon intervention va me porter préjudice. Mon oncle ne laissera sûrement pas passer ça, surtout pas en public.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mable I. Weiss
Quatrième année
Âge du personnage : 14 ans
Nombre de messages : 203
Célébrité sur l'avatar : Bailee Madison
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Avr - 23:29
It's Over
Mable I. Weiss
feat.
Poudlard & Mangemorts








Pour combattre une idée « avancée », tous les moyens sont bons, surtout les moyens bas Δ  Erik Satie


A peine une année se termine qu'une autre commence. Un mois déjà. Dire que Mable avait été triste en apprenant qu'elle ne rentrait pas chez elle, cet été, était un euphémisme. Elle avait été literralement épouvantée par la prise de pouvoir des Mangemorts et dévastée par ce que ça impliquait. Ils étaient prisonniers. Elle ne reverrait pas ses parents, ainsi que le reste de sa famille. Elle ne rentrerait pas dans le confort de son foyer. A la place, elle resterait ici dans ce grand Chateau froid,qui n'avait été un foyer rassurant que quelques mois et qui ne l'était plus depuis la fin du Huis-Clos. Elle ne retrouverait pas la douceur des bras de sa mère et le réconfort des mots de son père. Elle allait devoir faire front, pas vraiment seule, mais sans adultes rassurants et bienvaillant. C'est en tout cas la vision qu'elle en avait.
Elle avait donc passé la soirée enfermée dans son dortoir, prostrée sur son lit, à pleurer toutes les larmes de son corps. Tremblant de terreur, de rage et de desespoir. Ceci passé, elle avait prit une décision. Cette petite soirée de faiblesse serait la dernière. Elle s'était promit de ne plus l'être et de se reprendre. Cette année promettait d'être plus difficile que tout ce qu'elle avait vécu jusque-là. Comme une nouvelle Nuit-Rouge mais qui trainerait en longueur, moins sanglante mais tout aussi malsaine. Elle était maintenant un pion dans une école qui formerait les prochains mages noirs. Elle n'arrivait pas à imaginer ça: Poudlard était un havre de paix, malgré ce qui s'y était passé depuis plusieurs mois. Elle n'acceptait pas le nouveau statut de l'établissement, salie par la Magie Noire. Elle décidait d'être forte, de ne pas faire partie des faibles. Il lui fallait grandir. Se montrer courageuse, et au besoin, de se battre. Se serait difficile mais elle n'avait pas le choix. Ou alors, elle périrait ou pire, deviendrait ce qu'il voudrait faire d'elle: un monstre.

Le cours de la vie avait alors reprit. Etrangement, bien que l'ambiance et la gestion de la scolarité étaient différentes, Mable sentait qu'il était facile de se laisser porter. Ils pouvaient parfaitement s'y habituer à partir du moment où ils se tenaient à carreaux. En rentrant dans le moule, elle pourrait poursuivre son existence sans heurt. Cette pensée était effrayante. Il était si facile de se montrer faible et être conduit contre son grès vers la fatalité de l'horreur. Elle ne voulait pas devenir comme ça. Elle ne voulait pas être quelqu'un d'autre. Elle avait des valeurs et voulaient les conserver. Elle ne savait pas encore comment se serait possible.

Elle n'avait pas encore la réponse à cette question, ce jour-là. Lorsqu'ils furent convoqués par leur nouveau directeur. Bien sur, elle apprit le meurtre de ce mangemort. Elle avait les oreilles partout, beaucoup de connaissances et elle était très curieuse. Elle avait eu vent de cette affaire et en avait parlé à ses amis. Elle ne savait pourtant pas si c'était ce dont il est question. Elle se rendit, en compagnie de toute sa maison, au lieu de rendez-vous. Elle était avec Ariel et les deux amies en parlaient doucement:

« Tu crois qu'ils veulent aborder ce qui s'est passé l'autre jour ? »
« J'en suis presque certaine ... Mais veulent-ils vraiment en parler aussi ouvertement, au risque de laisser paraître la faiblesse de leur encadrement ? En même temps ... ils ne peuvant pas se permettre de laisser passer ça »


Et c'était bien ce qui l'inquiétait le plus. Qu'allaient-ils leur faire ? Et si personne ne se dénonçaient ? Allait-ils les torturr un à un jusqu'à trouver un responsable ?
Elles pénétrèrent dans la Grande Salle et se rangèrent comme tous les autres. Mable observa les adultes présents, essayant de deviner ce qui allait suivre. Aucun d'eux ne lui donnèrent d'indice ce qui ne l'étonna pas. Si ce n'est que certain avait l'air aussi surpris et perdu qu'eux. A croire que tout le corps enseignant et surveillant n'était pas dans la confidence, ce qu'elle trouva intéressant. La plupart des élèves étaient terrifiés, beaucoup ne montraient rien et de rares spécimens souriaient, confiants. Elle croisa le regard de ses amis, enchangeant avec eux un signe de tête rassurant. Tout allait bien se passer. Elle avait peur, bien entendu, comme souvent. Mais elle ne le montra pas. Elle n'était plus une enfant.
Cependant, elle se fit une fois de plus la reflexion qu'Alec était particulièrement tendu. Ils le sont tous mais elle ne peut s'empêcher de le trouver bizarre sans savoir pourquoi. Il n'avait jamais été le plus trouillard de leur bande, c'était Ariel et elle, les plus peureuses. Que lui arrivait-il ?

Ils n'eurent pas longtemps à attendre avant l'arriver de Rogue. Une bouffée de haine la prit à son passage. Ses yeux le suivirent, tentant d'être la plus impassible possible. Sa cape virevoltant derrière lui, il avait toujours l'air d'être le même. Mais tout le monde savait à présent le monstre qu'il était. Il ne l'avait jamais aimé et ne lui avait pas facilité la vie durant sa scolarité jusque là. Elle avait donc des raisons de ne pas le porter dans son coeur. Mais il était pire que ce qu'elle croyait. Il faisait partie de ces assassins. Ces gens sans aucune moralité, responsable de centaines de morts, dont certains de ses proches. Elle le haïssait à présent et c'était assez important pour le noter car Mable ne haïssait jamais personne.
Elle l'écouta déblatérer ses menaces, notant au passage la confiscation de sa baguette, ce qui la contraria. Un sorcier se sent toujours très vulnérable sans sa baguette. De plus, c'est surement l'un des objets les plus intimes qu'elle possédait. Savoir qu'elle allait être manipulée et testé par ces hommes la rebutait. C'était SA baguette ! Le silence qui planait avait été de mort mais était à présent remplacé par des murmures venant de toute part. Elle la ferma, cependant.

Lorsqu'un mangemort qu'elle ne connaissait pas ouvrit la bouche, Mable se demanda la raison de cette intervention. Certes, sa question avait un penchant logique mais avait-il des raisons d'en vouloir à Rogue pour le contredire ainsi devant tout Poudlard ? Il ne faisait même pas partie du corps enseignant, ni même des surveillants, de ce qu'elle en savait. Surement un mangemort de passage, chargé de surveiller les alentours. Elle nota sa tête dans un coin de sa mémoire, cependant. Au cas où.
Puis, se fut au tour de Zakaria Taylor d'intervenir. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne faisait pas dans la dentelle. La Serdaigle avait du mal à comprendre le but de cette intervention. Ni même pourquoi tant de véhémence. Une chose était sur, il la jouait provoc' en interpelant le directeur par "Oncle Severus" et surtout en abordant une sujet si intime. Elle se demanda un instant si il était suicidaire ou si il faisait diversion. Elle avait l'impression qu'il ne se souciait pas des conséquences de son acte. Elle aussi aurait voulu protesté, pour d'autres raisons, mais elle n'en avait pas encore le courage. Et surtout c'était stupide sans une raison valable. Ou alors, il en avait une ...
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rodolphus Lestrange
Lieutenant du Lord
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 217
Célébrité sur l'avatar : Johnny Depp
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr - 20:01

Les habitants du château & co'

It's over
Un meurtre à Poudlard. Ce n'est pas vraiment quelque chose de nouveau. Ce qui l'est, par contre, c'est que le coup viendrait d'un gamin à l'encontre d'un Mangemort et non l'inverse.

« Fascinant. »

Annonça simplement le Lieutenant des Mangemorts dont la gazette des Sorciers reposait sur la table devant lui. Il se fichait bien du type qui a été tué. Ce n'était qu'un crétin de petit nouveau, qui croyait pouvoir monter en grade, rien qu'en jouant au plus malin. Mais il a fini par se faire buter par un gosse. Un sourire en coin, la nouvelle n'attristait pas du tout Rodolphus. Il se tenait debout, dans son manoir pratiquement vide d'âmes vivantes. Il n'y avait que l'Elfe de Maison qui finissait quelques unes de ses nombreuses tâches. Voilà un bon moment, que Lestrange vit seul. Sa chère et tendre ne s'étant toujours pas remise des tortures endurées par les Anarchistes, est partie se reposer bien loin de l'Angleterre. Là où personne ne viendra la chercher. Là où la guerre n'a pas encore éclaté. En revanche, Rodolphus est contraint de faire le boulot de deux Lieutenants à présent, s'il veut que son épouse ait le temps de se remettre sur pieds. Il n'a donc pas hésité un seul instant, pour accepter le deal.

Pourtant, même si le tragique destin de son subordonné ne l'attristait pas le moins du monde, il devait se rendre sur place. Non pas pour un dernier hommage ou une connerie du genre, mais pour s'assurer que la sentence serait à la hauteur des dégâts. Pour s'assurer que ce bon vieux traître de Rogue fasse son boulot. Pour montrer à Dumbledore ce qui arrive aux élèves, quand il n'est plus là pour les couver.

« Quel gâchis. »

Finit-il d'ajouter pensivement. Un gamin qui a les couilles de lever sa baguette pour ôter la vie, c'est ce qu'il manque cruellement aux Mangemorts. Depuis bien longtemps, ils n'ont pas eu un seul gosse qui relève le niveau. Il n'y a qu'à voir tous ces déchets, à présent morts heureusement. Mais cette fois, ils risquaient de passer à côté d'une relève digne de ce nom. Punir l'auteur des faits, ne le poussera sûrement pas à les rejoindre. C'était presque en regrettant déjà de s'y rendre, que Rodolphus transplanait en direction de Pré-Au-Lard.

Poudlard se dressait devant lui. Ce château ne changeait pas. Peu importe qu'il soit le lieu de guerres, qu'il soit en feu, détruit ou encore sali de sang, il finissait toujours par se remettre de ses nombreuses péripéties.

Le pas assuré, le Mangemort entra par la grande grille en passant à travers. Ayant lui-même été élève dans ces murs, il ne risquait pas de se perdre en chemin. Ce qui le marqua le plus, en arrivant à l'intérieur de l'école, c'était le silence qui y régnait. Un silence qui pouvait être annonciateur de bien des choses. Lestrange termina son ascension jusqu'à la Grande Salle, les portes s'ouvrant bruyamment sur son passage. Tous les habitants du château se retrouvaient conviés en cette unique pièce. Les regards se posaient sur lui. Tout le monde se doutait sûrement du pourquoi de sa présence. Mais sans prononcer le moindre mot, il se trouva une place dans le fond de la salle, faisant un léger signe de tête à Severus pour qu'il réponde au petit effronté qui venait juste de terminer de parler.


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fenrir Greyback
Directeur des Serpentards
Âge du personnage : 49 ans
Nombre de messages : 422
Célébrité sur l'avatar : Jeffrey Dean Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Avr - 20:02
Fenrir & others
Août 2000 ▽ It's over

Forcément, Rogue se retrouvait obligé de convoquer tout le monde au sujet de cette affaire. Il y avait comme un paradoxe chez les mangemorts : on voulait enseigner le meurtre dans cette école, mais quand le meurtre en question était dirigé contre eux ça ne pouvait pas passer… Il faut dire que Voldemort voulait éviter des pertes dans ses rangs, logique. A vrai dire Fenrir s’en serait complètement foutu de cette histoire s’il n’avait pas appris par Ragnar que l’auteur du meurtre n’était autre que Gregory. Là, tout de suite, ça changeait complètement la donne. Fenrir ne pouvait pas laisser son fils se faire accuser, surtout si le nouveau Grand Directeur réclamait justice avec un châtiment à hauteur du crime commis. Et même si Rogue se montrait clément, il resterait la possibilité que certains mangemorts amis de celui qui avait été tué chercheraient à le venger. Dans tous les cas, hors de question que qui que ce soit s’en prenne à Gregory.

Fenrir entra dans la Grande Salle parmi les derniers. Il survola la salle du regard, repérant Alrik, les fils de Doyle, Rodolphus, Ragnar, et bien sûr Gregory. Ce dernier croisa son regard et Fenrir y lut une expression qu’il n’avait pas l’habitude de voir chez son rebelle de fils. Peut-être un éclair de vulnérabilité, quelque chose qui rappelait qu’il était avant tout un jeune adolescent, même s’il était visiblement capable de tuer. Mais ça ne dura pas longtemps car Gregory baissa bien vite les yeux, rompant le contact visuel. Fenrir jeta ensuite un coup d’œil à son frère. Malgré leurs différends, ils avaient clairement réussi à se mettre d’accord sur le fait qu’il fallait protéger Gregory quoiqu’il arrive. Comment, ça c’était une autre histoire. Il faut dire qu’ils ignoraient ce que Rogue avait prévu avec cette convocation générale de toute l’école.

Ce dernier finit par arriver et se placer au centre de la pièce. Il parla de châtier le coupable, sans pour autant préciser la nature du châtiment. Fenrir n’arrivait pas à déterminer l’état d’esprit du Directeur. Est-ce qu’il était remonté à cause de cette histoire ? Est-ce qu’au contraire il s’en fichait ? Est-ce qu’il songeait à un meurtre contre meurtre en guise de punition ? Est-ce qu’il se sentait obligé de montrer l’exemple ? Mais l’exemple de quoi en même temps ? Comme le fit remarquer Alrik, en prenant la parole devant tout le monde tel un ado rebelle, ce qui n’était absolument pas étonnant de sa part d’ailleurs, on apprenait la magie noire à ces gosses mais on venait les punir quand ils le faisaient. Exactement la réflexion que Fenrir s’était faite. Peut-être que Rogue serait sensible à cet argument. La question posée par Alrik, à savoir si on était sûr que c’était un élève qui avait commis ce crime, donna une idée à Fenrir, qui tourna la tête vers Severus pour jauger sa réaction.

Si l’intervention d’Alrik pouvait passer, celle de Zakaria qui suivit juste après, par contre, ce serait sûrement une autre histoire. Fenrir ne put s’empêcher de lui jeter un regard blasé. Celui-là, c’était vraiment un gosse à problèmes... Doyle ne lui en voudrait sûrement pas s’il assenait une nouvelle baffe à son rejeton. Il n’y avait que comme ça qu’il pourrait apprendre le respect, visiblement. Fenrir en profita pour prendre la parole à son tour, de sa voix rauque qui devait facilement se faire entendre dans la salle, s’adressant directement à Severus :

« Si tu veux, je lui en colle une. »

Il avait un ton ironique, presque sarcastique, mais il n’empêche qu’il pouvait toujours le faire. Il ne doutait pas une seule seconde que Rogue n’avait aucunement besoin de lui pour corriger son neveu indiscipliné, mais c’était là simplement une occasion que Fenrir saisissait pour se mettre en avant, attirer l’attention sur lui et ainsi se lancer avec l’idée qu’il venait d’avoir.

« Bon, c’était marrant jusqu’ici mais arrêtons de perdre notre temps. C’est moi qui ai tué cet abruti de Sax. »

Tout en parlant, il avait quitté sa place pour se diriger vers Rogue. Il le fixait, pour tenter de juger sa réaction, même si Severus avait toujours le don de rester impassible. En faisant ça, Fenrir ignorait totalement si le directeur allait profiter de cette occasion pour régler l’affaire ou au contraire mettre sa parole en doute. Car Rogue n’était pas bête. A vrai dire, Fenrir espérait même qu’il comprenne ce qu’il était en train de faire, à savoir se dénoncer pour quelqu’un d’autre, et qu’il comprenne ainsi qui était le véritable coupable. De là, il ne serait jamais assez bête pour accuser le fils de Greyback devant ce dernier, mais il n’était pas non plus obligé de trouver un quelconque coupable parmi les élèves : peut-être que ça allait l’arranger, finalement, que ce soit Fenrir qui se dénonce. En effet, ça changeait la donne si ça ne concernait pas un élève mais seulement un règlement de compte entre mangemorts. Ce ne serait plus alors le problème de Rogue, sauf si ça importait vraiment que ça se soit passé dans l’école. Non pas que ça intéresse vraiment Voldemort de toute façon ce genre d’histoires…

« Ce n’était qu’une pauvre merde. Il m’a manqué de respect. Il peut s’estimer heureux que j’aie eu la décence d’utiliser un sortilège impardonnable plutôt que de lui arracher la jugulaire à mains nues. »

En disant cela, il tourna la tête pour s’adresser à certains mangemorts présents dans la salle qu’il savait plus ou moins amis avec la victime. Ils n’étaient pas nombreux mais ils pouvaient toujours faire appel à d’autres mangemorts en dehors du château s’ils voulaient vraiment se venger. Enfin, il se doutait bien que l’idée de s’en prendre à Greyback allait forcément les refroidir. Et s’ils tentaient quoi que ce soit, alors il en arracherait vraiment des jugulaires…

Il s’arrêta juste devant Severus. Il espérait que ce dernier allait se saisir de cette occasion pour régler toute cette histoire et éviter de mettre une cible dans le dos d’un élève. Après, si Voldemort réclamait vraiment justice pour la mort de Sax, alors Fenrir ferait en sorte de payer lui-même dans tous les cas. Ça ne le dérangeait pas. Et quand bien même, il doutait franchement que le Seigneur des Ténèbres regrette la mort de Sax. Ce dernier n’était vraiment qu’un abruti. Fenrir se savait plus important pour le Lord que lui.

Il eut un haussement d’épaules, comme s’il n’en avait strictement rien à foutre qu’on puisse lui reprocher d’avoir tué un de ses collègues mangemorts. Il faut dire qu’il l’avait déjà fait plusieurs fois… En fait, ça pouvait tellement être son genre de tuer un mangemort et de ne rien dire tout de suite pour se délecter de la peur des élèves et de la paranoïa ambiante, que tout le monde pourrait facilement y croire. Il avait une tête de coupable, de toute façon.

« Si tu veux faire analyser ma baguette, grand bien te fasse, je te la donnerai. »

L’avantage, c’est qu’il l’avait complètement oubliée dans ses appartements. Ça lui arrivait parfois, car il préférait toujours se servir de sa force physique plutôt que de la magie. Ils pourraient toujours faire semblant d’analyser sa baguette, mais à partir du moment où Rogue allait se prononcer en sa faveur, personne n’oserait jamais remettre leur parole en doute. Du moins, si Rogue allait dans son sens bien sûr.

« Et si tu veux quand même t’en prendre à ces gosses, je t’y aiderai avec plaisir… Même s’ils ne sont pas coupables de meurtre, ils sont clairement coupables de faiblesse et de fainéantise. Un bon coup de pied au cul ne leur ferait pas de mal. »

Après tout…


Spoiler:
 

(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 146
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Mai - 21:20
It's over
Severus & les autres
Son arrivée était telle qu'il l'avait imaginé depuis le début. Dans le plus grand des silences quasiment, au point qu'un insecte serait trop bruyant. En était-il seulement satisfait ? D'être craint, sûrement que oui. Ce qui lui évite de balancer des châtiments à tout va, même si les punitions tombent toujours autant. Et qu'on le fuit, ça l'arrange aussi. Il n'est pas comme Albus, le bien-être des gens ne l'inquiète pas plus que cela, le principal, c'est qu'on lui fiche la paix. Mais, s'il avait prévu son discours et s'il s'était mentalement avancé sur l'impact que ses propos auraient sur ces jeunes gens, il n'avait pas vu venir le reste. Le reste étant l'un des jeunes Mangemorts qui intervient, laissant ainsi la porte ouverte aux élèves, pour enchaîner. Pire, étant donné que l'élève en question se trouve être le neveu de sa femme. Faut-il vraiment que sa famille vienne toujours tout compliquer ? Quand ce ne sont pas ses gosses qui choisissent des camps qui le mettent dans l'embarra ou qui se reproduisent sans prévenir, c'est sa femme qui fait connerie sur connerie, finissant de les enterrer un peu plus à chaque fois, comme si le trou n'était déjà pas assez grand comme cela. Maintenant, ce sont ses neveux qui ne peuvent pas la boucler et qui se permettent de jouer les petits effrontés devant des centaines de paires d'yeux. Ici, en l’occurrence, c'était Zakaria, l'aîné des fils de Doyle qui se permettait cet écart de conduite. Il ne l'emportera pas si facilement le gamin. Il vient de gagner un petit tour dans le bureau du Grand Directeur et pas pour se goinfrer de friandises, comme à l'époque de Dumbledore.

« Nous parlerons de tout cela dans mon bureau, après cette petite réunion. »

Son regard froid s'était agrippé à celui de son neveu, qui va en prendre pour son matricule et ce ne sera rien comparé aux punitions qui suivront. Il vient de signer pour un petit moment lui, si ce n'est toute l'année scolaire. En parlant de punitions, peut-être sera-t-il accompagné de son Directeur de Maison, qui ne vaut pas mieux que lui, intervenant aussi inutilement que le gamin venait de le faire. S'il avait besoin de quelqu'un pour remettre un adolescent à sa place, ça se saurait. D'autant plus, que Fenrir ferait pas mal d'en coller quelques unes à sa propre descendance. Parce que c'est bien par la faute de son gamin, qu'ils se retrouvent tous dans cette position délicate. Le Légilimens qu'il est, a eu le temps de sonder les petites têtes des deux potentiels coupables qu'il soupçonnait.

Mais, il ne montra rien de ce qu'il pouvait bien ressentir. C'était de l'agacement, ça ne saurait dire. Par chance, Severus a toujours eu le contrôle de sa personne, parfois à son désavantage, mais ici c'était plutôt en sa faveur. Un léger mouvement des sourcils toutefois face au monologue du loup-garou, avant qu'il ne tende la main en direction du Directeur de la Maison Serpentard, autrement dit, de son successeur.

« Très bien. Ta baguette, je te prie. »

C'est très honorable de la part de Greyback, d'ainsi se dénoncer à la place de son fils. Et ce n'est pas Rogue qui irait dire l'inverse. Il en aurait sûrement fait autant pour protéger l'un de ses enfants. Mais ce que Fenrir oubliait, c'est qu'ici présent, se trouvaient entre autres, tous les gamins de l'école, leurs professeurs, mais aussi et surtout, le Lieutenant des Mangemorts. S'il avait fait le déplacement jusqu'à Poudlard, ce n'est sûrement pas par simple courtoisie, mais sûrement pour s'assurer que l'auteur des faits, se trouve être puni. Probablement que l'ordre de son déplacement, vient de plus haut. Et personne n'est sans savoir que Rodolphus Lestrange n'a que Voldemort comme supérieur.

Et n'oublions pas que Fenrir a mordu Selena sur ordre du Seigneur des Ténèbres. Pourquoi Severus se mouillerait-il pour l'aider ? Le loup-garou a-t-il seulement essayé de convaincre le maître de ne pas s'en prendre à la fille Rogue ? Le Directeur de Poudlard en doute très fortement.



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rodolphus Lestrange
Lieutenant du Lord
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 217
Célébrité sur l'avatar : Johnny Depp
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Mai - 19:26

Les habitants du château & co'

It's over
Quel spectacle ! Mais quel spectacle ! Rodolphus se régalait de ce qu'il se passait devant ses yeux, comme un gamin lors d'un numéro de cirque. Quel spectacle des plus médiocres ... Le Lieutenant des Mangemorts avoisine dangereusement les cinquante ans, il ne faudrait pas l'oublier. Et contrairement à ce qu'on essaye de nous faire croire dans les dessins-animés, les méchants ne sont pas toujours de gros débiles, qui croient tout ce qu'ils voient et tout ce qu'ils entendent. Ça arrive, je vais pas dire le contraire, mais Rodolphus ne fait pas partie de cette majorité. Lui, il est malin, fourbe également et franchement, on ne la lui fait pas.

Cependant, il n'avait pas pipé le moindre mot, observant Fenrir se donner en spectacle, au risque de me répéter, et Severus déconcerté, même s'il tirait sa tronche de trois culs comme d'habitude. Quand enfin, le nouveau grand directeur de Poudlard réclama la baguette du loup-garou, Rodolphus ne put s'empêcher de se manifester en applaudissant. S'avançant vers le duo de comiques que formaient ses deux collègues, un large sourire fendait son visage. On aurait pu croire qu'il était sincèrement heureux, mais c'est juste parce qu'il est définitivement bien meilleur acteur que ces deux crétins réunis.

« Oh mais quel spectacle. Encore un peu et j'y aurais cru. Sûrement que vous avez réussi à berner les trois-quarts des personnes se trouvant dans cette pièce. Sauf qu'on ne me la fait pas à moi. Vous êtes de piètres acteurs, surtout toi Fenrir. J'attendais mieux venant de ta part. Franchement, tu me déçois, même si d'un côté, je ressens une légère sympathie pour ton côté chevaleresque désireux de défendre ton fils, quitte à en faire toi-même les frais. »

Il laissa échapper un long soupire, regardant les deux autres Mangemorts tour à tour. Mais à quelle sauce allait-il les manger ? Ce qu'il y a de magnifique dans ces moments-là, c'est qu'en l'absence du Seigneur des Ténèbres, c'est lui qui prend les décisions. C'est un petit peu à ça que ça sert un Lieutenant. A ça et à s'en prendre plein la gueule, quand les autres font le con.

« Ce n'est pas en disant que le Seigneur des Ténèbres s'en tape du pauvre type qui est mort, que les choses vont aller en ce sens mon petit loup. Ici, je ne vois pas le Seigneur des Ténèbres, il y a juste moi en tant que gradé. Il n'y a QUE moi pour prendre les décisions. Et l'ordre que j'ai reçu il y a peu, disait de punir l'auteur des faits, pour faire un exemple, peu importe de la victime. »

Ironique à souhait, ou était-ce simplement du sarcasme. Plutôt du cynisme connaissant un tant soit peu le bonhomme qui se frottait les mains. Bon acteur, LUI, il ne laissait rien paraître, laissant le suspens planer pendant encore quelques éternels instants.

« Emparez-vous du gamin ! »

Sa voix glaciale trancha ce long moment d'attente. Un ordre que les autres Mangemorts présents, se dépêchaient d'effectuer en encerclant le jeune Gregory. Ils l'attrapaient déjà par les bras, l'entraînant vers le fond de la Grande Salle.

« Essayez donc un peu de vous mettre en travers de mon chemin. J'ai la baguette qui me démange. »

Cet avertissement était bon pour les Professeurs, mais aussi pour les Surveillants, autres élèves et même pour les Mangemorts encore présents. Greyback a déjà eu le culot de se mettre une fois sur son passage, lorsqu'il avait attrapé le frère de la femme de Rogue. Une fois de trop, même si Lestrange avait laissé couler ce jour-là. Mais il ne faudrait pas qu'il recommence. Chacun à sa place et le monde ne s'en portera que mieux ou plus mal, puisqu'il s'agit de Mangemorts.

Tournant déjà les talons, Rodolphus se dirigeait d'une démarche assurée et quelque peu plus sérieuse qu'auparavant, vers le jeune homme que ses sbires s'apprêtaient à faire sortir direction les cachots.


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lord Voldemort
Seigneur des Ténèbres
Âge du personnage : Immortel (ou presque)
Nombre de messages : 277
Célébrité sur l'avatar : Ralph Fiennes
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Mai - 18:17
It's over


Les sbires du Seigneur noir étaient des incapables, tous sans exception. Même les Lestrange, ceux qui se pavanaient toujours sous leur cape de lieutenants ne valaient guère mieux que les autres mangemorts puériles, qui se querellaient sans cesse pour obtenir une seconde d’attention de la part de leur maître. Entre ceux qui jouaient les agents doubles, ceux qui semaient les enfants cachés dans leur sillage, et ceux qui croyaient bon de disparaître sans donner aucune nouvelle pensant que Lord Voldemort les laisserait vivre en paix, les mangemorts n’effraieraient bientôt plus personne. On se rirait d’eux, on les défierait, on comploterait à leur encontre, et un triste jour, ils finiraient par s’éteindre, entraînant les grands desseins de leur Seigneur dans leur chute. Il était grand temps que Voldemort remette de l’ordre dans ses rangs et fasse comprendre à ses petits soldats ce qu’il attendait véritablement de leur part.

Le Seigneur des Ténèbres avait confié les rênes de Poudlard à Severus Rogue, parce qu’il avait à cœur de mettre sa loyauté à l’épreuve (et puis avouons-le, c’était le moins susceptible d’exécuter l’ensemble des élèves en l’espace d’une seule journée). S’il avait été satisfait du travail de Rogue jusqu’à présent, les choses risquaient bel et bien de changer. Un meurtre avait été commis dans le château, et pas n’importe quel meurtre. S’il s’était agi d’un élève, le Lord n’y aurait guère prêté attention. Mais dans le cas présent, un mangemort avait été tué, sans même que le Seigneur des Ténèbres en donne l’ordre. Que ses sbires se provoquent était une chose, qu’ils s’entretuent en était une autre. Lui seul avait le droit de vie ou de mort sur ses hommes, et il ne pouvait en aucun cas tolérer que l’on abatte un mangemort à Poudlard, alors que Rogue était à la tête du château. Si celui-ci allait très prochainement devoir payer le prix de son incompétence, le plus urgent était avant tout de punir l’auteur de ce crime comme il se devait.

Le Lord avait d’abord envoyé Rodolphus déblayer le chemin. Il n’avait nullement l’envie d’écouter la voix monotone de Rogue annoncer qu’un meurtre avait été commis et qu’il cherchait le coupable. Son lieutenant jouerait les grands méchants, comme il savait si bien le faire, et une fois qu’il aurait identifié le criminel, Voldemort le priverait de sa victoire. Les Lestrange l’avaient profondément déçu en trahissant sa confiance, et le Seigneur des Ténèbres avait été parfaitement clair, quiconque lui cacherait l’existence d’un héritier se verrait puni à la hauteur de sa trahison. Si les lieutenants croyaient s’en tirer aussi aisément, ils se fourvoyaient sur toute la ligne.

Jugeant que le moment était venu pour lui de faire son apparition, Lord Voldemort transplana dans le hall du château et laissa Naguini le précéder dans la Grande Salle, afin d’annoncer son arrivée. Il sortit sa baguette, amplifia sa voix et laissa un rire glacial s’échapper de ses lèvres. Puis, il passa les portes de la Grande Salle et s’assura que toute le monde l’ait bien vu avant de monter sur l’estrade où Rogue se tenait encore. D’un bref geste de la main, il fit signe au directeur de descendre, afin de le surplomber de toute sa hauteur. Le Seigneur des Ténèbres laissa un silence pesant s’installer, silence durant lequel, il en profita pour détailler l’ensemble des personnes présentes.

« D’après la scène qui se déroule sous mes yeux, j’en déduis que nous avons déjà trouvé le coupable de ce meurtre odieux. Je me serais attendu à un peu plus de discipline de ta part Fenrir. Je n’ose imaginer les crimes que commettra ton enfant lorsqu’il saura un peu mieux se servir d’une baguette magique. Enfin, quelque part c’est une bonne chose que ce soit notre meurtrier du jour. Cela nous donnera l’occasion de faire connaissance. Si je me souviens bien, tu n’as jamais pris la peine de faire les présentations. »

L’espace d’un instant, on aurait pu croire que les lèvres de Lord Voldemort avaient esquissé un sourire. Mais cela n’était en réalité qu’un mirage. Alors que Nagini s’avançait lentement vers Lestrange, le Lord reporta soudainement son attention sur son lieutenant.

« Allons Rodolphus, où donc comptais-tu emmener cet enfant ? Crois-tu avoir mérité d’exécuter le châtiment qui s’impose ? Je ne pense pas que cela servirait les intérêts de l’école de prendre notre coupable à part. Le fils de Fenrir a commis une grave erreur, et il est important que tous ceux ici présents comprennent à quel point un tel crime ne doit jamais se reproduire. »

Le Seigneur des Ténèbres sortit sa baguette et la tendit dans la direction de Gregory. Mais alors que tous imaginaient déjà le pire, Voldemort fit simplement léviter le garçon au centre de la Grande Salle. Puis, calmement, il rangea à nouveau sa baguette.

« Montre-nous comment tu punis ton enfant lorsqu’il te déçoit, Fenrir. »

Lord Voldemort n’avait plus envie de jouer avec ses mangemorts. Le moment était venu qu’ils paient pour leur incompétence et leur déloyauté. Greyback avait eu un enfant illégitime, et comme tous les autres, il allait désormais devoir l’assumer devant son maître.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ragnar Greyback
Professeur de Sortilèges et Directeur de Serdaigle
Âge du personnage : 49 ans (+2...)
Nombre de messages : 180
Célébrité sur l'avatar : Robert Downey Jr.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Mai - 20:35
It's over
Others & Ragnar Greyback
Depuis quelques jours, Ragnar avait l'impression de voler contre le vent. Un truc totalement inutile, mais qui met dans une situation très embarrassante, ou même désagréable. Son neveu avait fauté, en commettant un meurtre. Chose punie par la loi, qu'elle soit pour les Mages ou même pour les Moldus. Mais la victime était un Mangemort qui l'avait bien cherché, il faut souligner cette information. Et c'était vers lui que Gregory était venu. Il s'était confié à son oncle, cherchant désespérément de l'aide. Le Professeur, lui-même, dépassé par les événements, n'avait rien trouvé de mieux que d'en informer Fenrir. Il pensait qu'à eux deux, ils pourraient trouver un moyen de mettre le gamin à l'abri. Mais jamais, il n'aurait cru que Severus irait aussi vite à convoquer toute âme qui vive, dans la Grande Salle de Poudlard.

Comme tous les autres, Ragnar avait été contraint d'emmener tous ses élèves dans cette pièce. Il cherchait toujours un moyen, mais plus le temps passait et plus les espoirs devenaient minces. C'était pratiquement peine perdue.

En fait, cette journée était un réel cauchemar. Fenrir s'était jeté dans la gueule du loup... et pour un loup-garou c'est un peu con. Pourtant, Ragnar ne pouvait pas lui en tenir rigueur, il agissait comme un père. C'était une bonne chose et dans le fond, il avait toujours su que son frère finirait par revoir la bonne partie de son être révélée, grâce à Gregory. Mais peut-être que personne ne pourra être témoin de ça. Lestrange était intervenu pour entraîner le gamin avec lui, devant les regards stupéfaits de tout le monde. C'était inattendu, tout comme l'arrivée soudaine de Voldemort.

Plus le Directeur de Serdaigle voyait cet...être et plus, il se demandait pourquoi les Mangemorts lui obéissaient. Cet immonde personnage, au caractère à la hauteur de son hideux physique, se montre ignoble même avec ceux qui le servent. Demander à un père de torturer son propre enfant. Comment pouvait-il croire une seule seconde, conserver la fidélité de Fenrir en lui faisant un tel coup ? Quand bien même il le ferait, pour éviter la mort à son fils, plus rien ne serait jamais comme avant. Enfin, peut-être fallait-il ça au cadet des frères Greyback pour se rendre compte qu'il était dans l'erreur depuis toutes ces longues années.

Cependant, là, Ragnar n'avait vraiment aucune envie de s'en réjouir, puisque son neveu allait en subir les conséquences. Tant pis, si jamais les choses devaient tourner au vinaigre, il interviendra juste pour détourner l'attention sur sa propre personne. Il est prêt, une nouvelle fois, à s'en prendre plein la gueule, puisqu'il s'agit de protéger un membre de sa famille.

Pour le moment, il préféra ne pas se manifester, mais son regard se montrait insistant envers les autres Professeurs présents. Il est conscient que la plupart, ne veulent pas voir une telle chose. S'ils parviennent à se mettre en accord, ils pourraient sûrement gagner du temps. Il suffirait qu'ils attaquent tous d'un coup. Mais... avec ces gosses dans la Grande Salle, ça serait risqué. Il doute que ses collègues prennent le risque que d'autres enfants soient blessés ou tués durant l'attaque.
©️ 2981 12289 0

EDIT Calvin : et voilà Monsieur, ton code est réparé
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wulfric Mulciber
Co-gestionnaire du Nuclear Blast
Âge du personnage : 20 ans
Nombre de messages : 231
Célébrité sur l'avatar : Jonathan Lewis Seward (Johnny Christ)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Mai - 21:06
It's over
Others & Wulfric Mulciber
Wulfric n'était qu'un simple spectateur. Il n'était pas d'accord avec tout ce qu'il se passait, mais il ne pouvait pas intervenir. Seul contre tous, c'était un peu l'idée qu'il se faisait de toute cette petite réunion. S'il est chez les Mangemorts, c'est bien parce que son père l'y a obligé, lorsqu'il est sorti de Poudlard. Jamais, il n'aurait voulu servir le Seigneur des Ténèbres. Il a toujours tout fait pour ne jamais avoir à tuer d'ailleurs. Lors de la Nuit Rouge, il permettait aux élèves de s'enfuir en faisant mine de louper ses sortilèges et en touchant « accidentellement » des Mangemorts à la place. Une stratégie qui avait payé, puisqu'il ne compte même plus les vies qu'il a ainsi sauvé.

Mais ce jour-là, c'était bien différent. Il y avait tellement de Mangemorts présents, que faire le moindre mouvement, ne servait à rien. Seul contre tous, une nouvelle fois. Il restait bêtement dans le fond de la Salle, quand Fenrir s'accusa de la mort de leur collègue. Lui, il n'avait aucune idée de qui était le véritable meurtrier. Il se pourrait bien qu'il s'agisse de Greyback, puisque ce mec est carrément imprévisible et cinglé. Mais Severus Rogue semblait septique, quant à Rodolphus Lestrange, il était persuadé qu'il s'agissait de Gregory. Et là encore, ça se tenait. N'importe quel parent chercherait à protéger son enfant, en s'accusant à sa place. Burdock le ferait pour Wulfric. Qu'importe les engueulades qu'il peut y avoir entre eux, le jeune Mulciber sait que son géniteur tient assez à lui pour risquer sa vie afin de le sauver.

Lorsque l'ordre de Rodolphus claqua glacialement dans l'air, Wulfric ne bougea pas. Il laissa faire les autres Mangemorts, préférant ne pas avoir à être témoin de ça. Il connaît Gregory depuis quelques années, puisqu'il n'y a pas si longtemps, encore, Mulciber se trouvait aussi à Serpentard. Quand bien même, il ait été une victime collatérale de Greyback, il ne peut pas cautionner une telle chose sur le fils de ce dernier. Mais s'il croyait que le pire était en train de se dérouler, il se trompait. Les portes finirent par s'ouvrir sur cet affreux serpent, tel un oiseau de mauvaise augure. Le Seigneur des Ténèbres ne tarda pas à faire son entrée, sous les regards apeurés de tout le monde.

Wulfric déglutit difficilement. Il n'était pas vraiment à l'aise, sachant que ce type est son épouvantard. Il faisait toujours de son mieux pour l'éviter un maximum et le voilà, aujourd'hui, dans la même pièce. La voix du vieillard sans nez s'éleva pour traiter, une énième fois, Rodolphus Lestrange comme un moins que rien. Rodolphus, le parrain de Wulfric. Ce dernier était écœuré par tant de mépris pour un homme qui a passé toute sa vie à le servir. Mais ce qui l’écœura encore plus, c'était l'ordre qu'il venait de lancer à Fenrir. Être le bourreau de son propre enfant, c'est quelque chose de terrible. Comment peut-on être aussi tordu pour faire ça ?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rabastan Lestrange
Infirmier Scolaire
Nombre de messages : 113
Célébrité sur l'avatar : Orlando Bloom
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Mai - 21:48


It's Over Rabastan Lestrange & les habitants de Poudlard Comme tous les autres habitants du château magique qu'est Poudlard, Rabastan se trouvait sur les lieux du rendez-vous. Certes, il était au courant pour le mort. On lui avait demandé de pratiquer son autopsie qui s'était révélée sans appel. Un sortilège de la mort l'avait touché. Cela pouvait être tout le monde et n'importe qui. Cette petite réunion ne rimait à rien, puisque comme le faisait très justement remarquer le jeune Selwyn, personne n'était sûr qu'il s'agisse d'un gamin. Un enfant qui jette ce sortilège, ça ne court pas les rues. Et s'il s'agit bien d'un élève, il faudrait plutôt le féliciter que de le punir. C'est qu'il y a du potentiel. Quelque chose d'intéressant pour les Mages Noirs normalement. Sauf si le monde avait changé pendant que Rabastan se trouvait à Azkaban.

Mais étrangement, il s'agissait bien de punition et même de châtiment physique pour l'auteur des faits. Alors quand Fenrir s'avança en révélant être le coupable, Rabastan compris qu'il s'agissait du jeune Greyback. Il sait que son ami et colocataire n'a pas qu'un cœur de pierre. Sous cette couche de muscles, le faisant ressembler à une grosse brute épaisse – ce qu'il peut être les trois quarts du temps – se cache quelqu'un capable de ressentir des choses positives. Personne n'a été façonné dans le marbre, pas même le cadet des frères Lestrange qui, depuis qu'il est médicomage scolaire à Poudlard, finit par apprécier la présence des adolescents. Certains sont exaspérants et il les empoisonnerait bien pour avoir la paix, mais d'autres sont très intéressants. La jeunesse c'est le futur. La relève.

Pendant tout ce temps, il était resté silencieux, même quand son frère prit à son tour la parole. Son colocataire contre son frère, ce n'était pas le scénario rêvé, mais il aurait mieux préféré cela, que la suite. Lord Voldemort en personne, entra dans la Grande Salle, précédé par son animal de compagnie. Rabastan ne le sentait pas et son sentiment se confirma quand le Maître des Mangemorts ouvrit la bouche. Clasher ainsi Rodolphus en public, c'était petit. Le faire face à des Mangemorts, c'était déjà difficilement digérable, mais devant tous ces gosses c'était pire que tout. Rabaisser ainsi l'un des plus fidèles, c'était un coup bas et le pire, c'est que Rabastan ne pouvait rien faire. Il savait que c'était seulement le résultat de la descendance de son grand frère. Tout comme la suite, pour punir Fenrir d'avoir eu un enfant sans le savoir. Stupide, c'est vraiment ridicule. Tout autant le loup-garou que le cadet des Lestrange, s'ils n'étaient pas eux-même au courant qu'ils avaient eu des enfants, comment auraient-ils pu prévenir Voldemort ?

Si le ridicule tuait...
Rabastan se voit très mal se présenter à chaque fois devant le Maître en tenant un discours comme celui-ci « hier soir, je me suis envoyé en l'air et comme je suis un homme dans la fleur de l'âge, il est probable que l'un de mes spermatozoïdes ait accidentellement croisé la route d'un éventuel ovule. D'ici huit à neuf mois, il est également probable qu'un chiard voit le jour. » Il faut arrêter, c'est juste un prétexte pour faire régner la terreur parmi les troupes et pour faire du mal gratuitement.

C'était tellement rageant tout cela, que Rabastan en viendrait presque à imiter son colocataire en grognant. Heureusement qu'il se maîtrise, pour ne pas attirer l'attention sur son propre cas.
© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fenrir Greyback
Directeur des Serpentards
Âge du personnage : 49 ans
Nombre de messages : 422
Célébrité sur l'avatar : Jeffrey Dean Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Mai - 23:56
Fenrir & others
Août 2000 ▽ It's over

C’était presque gagné. Oh, certes, Rogue n’était pas dupe. Fenrir n’était pas legilimens mais il pouvait presque lire dans ses pensées tant la tête du Grand Directeur de Poudlard était claire. Un message du style « vous me faites tous incroyablement chier » était presque lisible sur son front à ce stade... Ce serait compliqué de régler toute cette affaire, mais clairement pas infaisable. Sauf que Rodolphus choisit ce moment pour intervenir, foutant en l’air ce qui venait de se passer. Pour le coup, Fenrir eut envie de l’étrangler. Les remarques à son encontre, surtout, eurent le don de l’horripiler. Il cracha au sol et darda un regard noir sur le Lieutenant, avec qui pourtant il était ami à la base. Qu’est-ce qui lui prenait ?

Lorsque Rodolphus donna l’ordre de s’emparer de Gregory, Fenrir s’avança pour quitter l’estrade. Il ne savait pas encore ce qu’il allait faire. Gueuler un bon coup sur Rodolphus, peut-être, cogner le crâne des gars qui empoignaient son fils, sûrement. Ça allait clairement partir en vrille. Tout du moins, le pensait-il dans une certaine mesure juste avant que la lourde porte ne s’ouvre sur le sinistre rire de Lord Voldemort. Là, on pouvait vraiment dire que ça allait partir en vrille.

L’atmosphère changea radicalement dans la Grande Salle. Si la peur était bien présente jusqu’ici, elle devint maintenant palpable. On pourrait croire que l’air était même devenu plus froid. Les élèves s’écartèrent imperceptiblement, par réflexe, pour s’éloigner du centre de la salle où le Seigneur des Ténèbres apparaissait en compagnie de Nagini. Comme tout le monde, Fenrir se figea sur place. D’ordinaire, il ne craignait jamais la venue du Seigneur des Ténèbres, au contraire. Mais là, il aurait clairement préféré s’en passer. Il ne savait pas pourquoi, mais quelque chose lui disait que ça allait très mal se passer. Bordel, mais pourquoi le Maître se donnait-il la peine de venir en personne pour une stupide histoire de meurtre ? Certes, il s’agissait d’un mangemort, mais en même temps il y avait de ces cons dans leurs rangs…

Fenrir suivit Voldemort des yeux sans rien dire alors que celui-ci allait se positionner sur l’estrade. Lorsqu’il se mit à parler, le loup-garou comprit que ses craintes étaient fondées : ça allait mal se passer. Il ne comprenait même pas pourquoi toutes ces accusations tombaient, là, devant tout le monde, aussi bien pour Rodolphus que pour lui-même. Il fronça les sourcils, les muscles tendus. Pourquoi accuser son fils d’avoir commis un crime, alors qu’ils étaient justement censés prôner le meurtre ? N’avait-il tout simplement pas prouvé de quoi il était capable ? Etait-ce vraiment nécessaire d’aller jusque là juste parce que la victime était un mangemort ?

Lorsque le Seigneur des Ténèbres leva sa baguette vers Gregory, les sens de Fenrir s’emballèrent. Pendant une fraction de seconde, il imagina le sortilège éclater d’une couleur verte à travers toute la pièce. Mais l’instant d’après, la tension dans ses épaules se relâcha alors qu’il constatait que son fils se mettait seulement à léviter au centre de la pièce. Et puis Voldemort donna son ordre, à peine voilé. Interloqué, Fenrir le regarda sans comprendre.

Il en avait torturé et tué, des gens. Très souvent à mains nues, en arrachant des carotides et en défonçant des gueules à coups de poings. Il avait fait couler des flots de sang, aussi bien sous forme humaine que sous forme animale. Il l’avait fait avec plaisir. Il avait torturé et tué, à chaque fois que le Lord le lui demandait, sans jamais y trouver à redire, parce que c’était normal à ses yeux. Comme un juste retour des choses pour honorer celui qui lui avait tendu la main. Mais là, cette fois, aujourd’hui dans cette salle, il ne comprenait pas le sens d’un ordre qui lui était donné. Pourquoi devait-il punir son fils alors qu’il ne se sentait absolument pas déçu ? Pourquoi devait-il punir Gregory d’avoir simplement prouver qu’il était le digne fils de son père ? Même si ça n’allait probablement pas l’aider dans sa vie.

« Je ne vais pas punir mon fils d’avoir prouvé qu’il a du cran et des capacités, bien plus que certains incapables qui ne méritent même pas le titre de mangemort. »

C’était l’indignation qui le faisait parler sans réfléchir, mais il avait prononcé sa phrase d’un ton calme, assuré, quoiqu’un tantinet cassant, presque comme une évidence. Son intention n’était pas de manquer de respect au Lord, mais de simplement rétablir une certaine logique dans cette situation qui n’avait aucun sens. Bordel, cet abruti de mangemort assassiné ne manquerait à personne, et certainement pas au Lord lui-même ! C’était un incapable, un raté qui faisait son malin, un de ces cafards que Fenrir méprisait profondément. Une forme d’indignation, de révolte, le prit aux tripes. Quel était l’intérêt de punir ses plus fidèles soldats en public, tout ça pour l’honneur et la mémoire d’un être insignifiant ? Où était la logique ?

Fenrir eut l’impression que le silence était de plomb. Il comprit qu’il avait naturellement fait son choix, directement, sans réfléchir. Peut-être aurait-il mieux fait de réfléchir avant, justement, et de faire le choix de punir Gregory lui-même. Il le savait, il y réfléchissait, il sentait que la situation leur échappait complètement à tous, mais il n’arrivait pas à s’y résoudre. Son fils ne méritait absolument pas ça.


(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rolf Dragonneau
Directeur de Poufsouffle - Prof de Soin aux créatures magiques & Histoire de la Magie
Âge du personnage : 33 ans
Nombre de messages : 30
Célébrité sur l'avatar : Eddie Redmayne
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 10:10
It's overRolf & co'Un meurtre à Poudlard, ce n'était pas étonnant, avec tous ces Mangemorts qui y traînent. Mais ce que Rolf n'avait pas vu venir, c'est que le coupable pourrait probablement être un enfant. Non qu'il en soit vraiment étonné, parce que les plus âgés ont un niveau élevé, mais il ne pensait pas que s'en arriverait à ce point. Lui-même, Directeur de la Maison Poufsouffle, avait été contraint d'entraîner ses élèves dans la grande salle de Poudlard. Une pièce qui, autrefois, raisonnée le bien être et la convivialité. Il y avait toujours les discours d'Albus venant souhaiter la bienvenue aux nouveaux ou souhaiter de bonnes vacances, en fin de période scolaire. C'était de bons souvenirs que les Mangemorts s'évertuaient à littéralement assassiner. Le château n'était plus que misère, châtiment. Une prison pour jeunes gens qui n'avaient strictement rien demandé dans toute cette guerre.

Rolf se tenait dans la salle, aux côtés de ses élèves. Il savait de source sûre, que ce n'était pas l'un des jaunes qui avait fait le coup. Il pencherait pour un Gryffondor ou un Serpentard. Ces deux maisons abritent le même genre d'élèves après tout. Les premiers étant toujours plus dans la protection des autres, mais les secondes n'étant pas en reste pour se manifester.

Severus venait de terminer son discours que déjà des voix retentissaient, jusqu'à l'intervention de Fenrir Greyback, qui se tenait pour responsable de la situation. C'était étrange venant de lui. Le peu de choses que Rolf ait pu en tirer en le croisant, c'était des grognements et des regards assassins. Un peu ce qu'il tire généralement de toutes ces créatures, quand il vient à leur secours pour la première fois. Bien étonné de l'entendre prononcer des mots et non des bruits flippants, ses paroles n'en étaient pas moins étranges. Aussitôt, Dragonneau eut comme réflexe de poser les yeux sur l'autre Greyback, bien plus normal que son frère. Il semblait tomber sur le cul, assez pour que Rolf comprenne que Fenrir cherchait à protéger quelqu'un. Et cette personne c'était sûrement son fils, qui semblait être aussi blanc qu'un linge.

Mais tout s’enchaînait, rien n'allait comme tout le monde le prévoyait. Lestrange intervint pour prendre le gamin, puis pire encore, Voldemort en personne fit son entrée, obligeant son Lieutenant à revenir sur son plan de base. Si, l'espace d'un très court instant, Rolf s'était imaginé que le mage noir allait passer l'éponge pour s'attirer la sympathie des élèves, et se faire ainsi de nouveaux soldats, il n'en fut rien. Le jeune Gregory se retrouva dans les airs et en guise de bourreau, son père fut désigné. L'étonnement ne pouvait que se lire sur le visage du Directeur des petits jaunes. Encore un peu et son menton aurait littéralement touché le sol. Il ne pouvait pas laisser faire ça. Et dans le meilleur des cas, son regard aurait croisé celui de Ragnar, pour intervenir en même temps que lui. Pourtant, ce fut le pire des cas qui se produisit. Dragonneau agit souvent au feeling quand il s'agit d'un animal ou d'un enfant. Il est comme ça, qu'importe la maison d'appartenance, un gamin reste un gamin. Un peu à l'instar de son grand-père, qui n'a pas hésité à affronter Grindelwald pour venir en aide au jeune Croyance.

Cette fois, c'était comme si l'histoire se répétait. Il savait bien que son grand père avait fini par se prendre une belle envolée de doloris et qu'il lui arriverait sûrement la même chose avec Voldemort. Mais il fut incapable de raisonner aussi loin, préférant agir sous le coup de l'adrénaline.

« Expelliarmus !!! »

Baguette en main, il venait d'envoyer le sort de désarmement sur Voldemort en personne. Si seulement, il avait pensé à regarder Ragnar, qui fait office de leader parmi les Professeurs défendant les enfants, peut-être ne se serait-il pas mis aussi bêtement en danger. Il savait que Gregory aurait de quoi se barrer. Son père pouvait sûrement transplaner pour le mettre à l'abri, après tout il semblait vouloir le défendre. Mais il savait à présent, que ce serait lui qui allait servir de souffre-douleur cette fois-ci. Au moins, il aura sauvé un enfant et rien que pour ça, ça vaut la peine d'affronter les Mangemorts.
© CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lord Voldemort
Seigneur des Ténèbres
Âge du personnage : Immortel (ou presque)
Nombre de messages : 277
Célébrité sur l'avatar : Ralph Fiennes
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 18:24
It's over


C’était ce silence glacial, cette atmosphère tendue et pesante, que le Seigneur des Ténèbres appréciait par-dessus tout. Sa simple présence suffisait à faire taire toute une assemblée. Les plus jeunes de ces élèves savaient déjà tous à quel point il fallait le craindre, ils connaissaient tous les pires histoires à son sujet. Ou du moins pensaient-ils déjà tout savoir… Et à vrai dire la raison de son intervention ici ce soir avait plus à voir avec son désir de se montrer plutôt qu’avec la disparition d’un mangemort insignifiant. En effet, depuis la prise de pouvoir des mangemorts, Lord Voldemort n’avait pas encore eu l’occasion d’apparaître en public et d’imposer la splendeur et la gloire de sa victoire à la communauté magique. Aussi le moment lui avait-il paru opportun pour montrer à Poudlard le visage du plus grand mage noir de tous les temps.

Mais alors que l’un des ordres les plus cruels qu’il eut donnés retentit en écho entre les murs de la Grande Salle, le Lord fit face à ce qu’il aurait pu en d’autres temps et d’autres lieux considérer comme un acte de rébellion impardonnable. Fenrir Greyback refusait de corriger son rejeton, pour le meurtre qu’il avait commis. Et la justification qu’il venait de donner au Lord était en réalité tout à fait pertinente. Gregory avait fait preuve d’un certain courage, pour un garçon de son âge. Quand on connaissait la couardise de certains mangemorts, on pouvait alors saluer la bravoure du fils Greyback. Et puis soyons honnêtes, tout le monde se fichait bien du sort de Sax, il était probablement tout aussi apprécié que Bryan… Néanmoins, le Seigneur des Ténèbres ne tolérait pas que l’on refuse d’obéir à ses ordres. Les mangemorts le savaient pourtant très bien, c’était de plein gré et en toute connaissance de cause qu’ils avaient rejoint son service. Mais voilà que Fenrir se montrait récalcitrant, et le Lord ne pouvait pas fermer les yeux là-dessus.

S’apprêtant à adresser une énième menace à l’encontre de Fenrir, le Seigneur des Ténèbres fut brutalement stoppé dans son élan. Contre toute attente, un professeur sortit subitement des rangs et lança un Expelliarmus dans sa direction. Le mage noir se défendit juste à temps à l’aide d’un Protego et conserva sa baguette en main. Il n’en fallu pas plus pour décupler la colère de Lord Voldemort. Sans attendre, il lança un premier Doloris sur l’ignorant qui avait osé s’en prendre à lui. Avant même que le premier sortilège ne prenne fin, le Lord en lança un second, tout en se rapprochant de sa cible.

« Pauvre idiot, croyais-tu réellement qu’un professeur de seconde zone pouvait attaquer le Seigneur des Ténèbres sans en payer le prix ? »

Lançant un troisième sortilège sur Dragonneau, le Lord se souvint alors qu’il avait une autre sentence à donner. Mais alors qu’il venait de subir une attaque des plus personnelles, le cas des Greyback lui semblait soudain des plus inintéressants. Toutefois, n’étant pas connu pour sa clémence, il se devait de reporter son attention sur Fenrir et son fils.

« Ton fils a eu du cran, Fenrir, c’est certain. Mais il doit apprendre à respecter les règles de la hiérarchie. Si tu ne témoignes pas l’envie de lui donner une leçon, je pense que nous allons laisser Rodolphus s’en charger. »

Peu désireux de laisser Dragonneau s’ennuyer, le Seigneur des Ténèbres lui lança un nouveau Doloris, avant de se tourner vers Lestrange.

« Rodolphus, puisque tu avais proposé de te charger du fils Greyback, je t’en prie, fais-en ce qu’il te plait. »

Le Lord était certain que son lieutenant saurait quoi faire du gamin. Après tout, Rodolphus avait amplement mérité sa sombre réputation. Bien, maintenant que l’affaire Greyback était réglée, il était temps de s’occuper du cas de Dragonneau. Lord Voldemort se rapprocha encore un peu plus de lui et prit plaisir à l’observer. Chaque être réagissait différemment aux Doloris, et à chaque fois, c’était un spectacle des plus grandioses que d’étudier le comportement des victimes.

« Severus, trouve donc une place dans les cachots pour notre ami. Je suis certain qu’il pourra bientôt nous être utile. En attendant, je crains que tu ne doives chercher un nouveau professeur de soins aux créatures magiques. »

Une fois que Bryan aurait fini sa mission auprès de l’Inquisition, il se ferait certainement une joie de tester ses nouveaux sortilèges de scarification sur Dragonneau.

« C’est honorable de ta part d’avoir voulu sauver un enfant, Dragonneau. Malheureusement, je me dois de te dire que tu as lamentablement échoué. »

Le Seigneur des Ténèbres dépassa le professeur gisant au sol et avança entre les rangs d’élèves. Arrivant devant les Gryffondor, il attendit un instant. Un instant qui parut certainement durer des heures. Puis, un ordre glacial résonna en Fourchelang, et dans la seconde qui suivit, Naguini bondit au cou d’un élève de quatrième année et emporta son âme dans l’au-delà.

Lord Voldemort en avait fini, il était venu et avait fait régner la terreur. Désormais, il était temps pour lui de quitter les lieux. Sans un mot de plus, il disparut.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rodolphus Lestrange
Lieutenant du Lord
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 217
Célébrité sur l'avatar : Johnny Depp
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Juil - 19:16

Les habitants du château & co'

It's over
Le moins qu'on puisse dire, c'est que la situation dépassait complètement Rodolphus. Lord Voldemort venait de faire son entrée et déjà, tout allait de travers de son point de vue. Ce n'était pas prévu, tout comme le reste, tout comme ce qu'il aurait fait en s'en allant de cette grande salle. Le Lieutenant des Mangemorts restait complètement abasourdi, sentant le regard interrogateur de son petit frère. Putain, ne fait pas le con Rabastan. C'était sûrement la première chose qui lui passait par la tête. C'est que cette situation était tout à fait merdique. L'aîné des frères Lestrange connait Greyback depuis l'école. Depuis bien avant qu'ils n'entrent dans les rangs de Voldemort. On peut, de loin, dire que ce qui les unis, c'est une amitié qui date de l'enfance. Un ami, c'est pas comme si Rodolphus en avait des masses non plus. Le seul autre, c'est sans aucun doute Burdock Mulciber, sinon ce dernier n'aurait pas fait de lui le parrain de son fils.

Tout ça pour dire que Rodolphus, espérait que son petit frère ne fasse pas le con. C'est que Rabastan a longtemps été le colocataire de Fenrir. Il ne faudrait pas qu'il essayait de jouer au héro en volant au secours du gamin. Ce serait mettre le sien en danger et pour une fois, qu'un descendant des Lestrange vaut le coup, ça le ferait chier de voir son neveu mourir. Puis là, niveau idée, il sèche complètement. Si bien qu'il ne s'attendait pas à ce que Fenrir se rebelle. Quoique, dans le fond, c'est tout à fait honorable de sa part. Il ne fait que prendre la défense de son fils et il n'a pas tort du tout dans le fond.

Mais si la situation semblait si merdique et perdue d'avance, c'était sans compter sur un prof' qui sortit de l'ombre presque, pour s'attaquer directement au Seigneur des Ténèbres. C'était stupide, mais tellement courageux de sa part. C'était idiot c'est vrai, mais ça tombait à pique pour les sortir d'affaire. Franchement, ce type, les Mangemorts lui doivent une fière chandelle et plus encore Greyback. Pourtant, Rodolphus n'est pas du genre à dire merci ou quoi que ce soit de ce genre. Mais là, il faut admettre que le terme serait opportun, surtout vu ce qu'il se prend dans la gueule à présent. Un nouveau meurtre allait sûrement avoir lieu dans cette école de magie. Cependant, Lestrange n'en sera sûrement pas témoin, puisqu'il venait de recevoir l'autorisation, voir l'ordre, de s'occuper du gosse de Fenrir. Devait-il s'en réjouir ? Ce n'était pas si évident à savoir que ça.

« Très bien. »

Il n'attendit pas de se le faire dire une seconde fois, préférant se barrer au plus vite de ce château. Maintenant, il se souvient bien pourquoi il n'a jamais vraiment aimer Poudlard. Il s'y passe toujours des trucs de dingue et là, ça le dépasse faut dire, parce que sans l'intervention de Rolf Dragonneau, il est difficile de savoir ce qu'il se serait passé. Ou plutôt, le Lord aurait pété les plombs face au refus de Fenrir et probablement que les doloris auraient plu sur le pauvre gosse. Voir même sur le père et le fils. Ou bien, il aurait joué de l'impero pour que Fenrir fasse ce qu'il lui dit. Tout est possible, à commencer par les pires choses qu'on puisse imaginer.

Traversant la pièce, pour rejoindre le gosse, Rodolphus n'échangea qu'un rapide coup d’œil avec son infirmier scolaire de frère. Ce n'était pas évident, pourvu qu'il ne fasse pas de connerie non plus. Il attrapa le gamin par le pull, au-dessus de son épaule, pour le remettre debout et l'entraîner avec lui. Lorsqu'ils quittèrent la Grande Salle de Poudlard, le Professeur Dragonneau se prenait doloris sur doloris, alors qu'un gamin venait d'être tué. Lestrange ne lança pas un seul regard en arrière, laissant les portes se refermer derrière lui. Sans un mot, il entraîna le jeune Greyback dans les escaliers menant aux cachots. Il lâcha son pull pour l'attraper par le bras, plus simple pour le traîner derrière lui. Le Mangemort connaissait très bien les lieux, pour avoir étudié dans la Maison de Serpentard pendant sept années consécutives. Une fois dans l'endroit le plus humide de l'école, que son emprise sur Gregory se fit moins ferme et termina pas même le lâcher.

« Alors là, on est dans la merde gamin. »

Il tourna un instant en rond, complètement angoissé et pris lui-même au piège. Il ne pouvait pas se permettre d'attendre patiemment que Voldemort quitte le château. Il est probable qu'il vienne faire un tour dans les cachots pour voir si le gosse est correctement puni. Mais en se retournant vers le petit, il remarqua aussitôt son regard apeuré. Évidemment, il venait de passer à côté de la mort et il devait être châtier par le pire des Mangemorts. La peur qu'il lisait sur son visage n'était que banalité après tout.

« Fais pas cette tête de chiot apeuré, je n'ai pas prévu de te faire de mal. Ton père est un ami de longue date. On était amis bien avant de devenir Mangemorts, je n'ai pas l'intention de te torturer. Mais si jamais, tu as une idée, même si tu la pense pourrie, balance-la, parce que là moi je sèche complètement. »

Son sourire en coin se voulait presque rassurant, mais il était plus forcé qu'autre chose. Parce qu'au départ, quand Rodolphus avait fait mine de vouloir emmener le gosse avec lui, c'était seulement dans le but de le sauver. Tout le monde connait Fenrir et sait qu'il est un bien piètre menteur, alors acteur n'en parlons pas. Le plan de Lestrange était de faire disparaître le gamin pour le faire passer pour mort. Mais là, avec Voldemort dans le château, c'est un peu loupé.


good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
Directeur de Poudlard
Âge du personnage : 40 ans
Nombre de messages : 146
Célébrité sur l'avatar : Alan Rickman
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Juil - 11:54
It's over
Severus & les autres
Il fallait s'attendre à ce que rien n'aille comme prévu. C'est un peu le quotidien de tous les habitants de Poudlard en ce moment, le grand Directeur n'en faisant pas l'exception. Même s'il nourrissait une certaine rancœur envers Fenrir, pour ce qu'il a fait à Selena, Severus ne peut pas laisser un gamin en subir les conséquences. Finalement, Albus avait sûrement raison en lui faisant confiance. Rogue n'a pas un si mauvais fond qu'il veut bien le faire croire. Mais cette fois, il était complètement perdu dans cette immense pièce remplie d'élèves. D'autant plus, lorsque le Seigneur des Ténèbres fit son apparition, après que Rodolphus soit intervenu dans la conversation entre les deux Mangemorts.

A la minute même où Voldemort pointa sa baguette sur Gregory, Severus détourna le regard, écœuré. C'est encore un enfant, il aurait suffi le mettre en isolement pendant quelques jours, mais sûrement pas en arriver à cette extrémité. Mais de pire en plus sadique encore, le Maître des Mangemorts ordonna à Fenrir de « punir » son propre fils. Le mot punition, dans la bouche du Seigneur des Ténèbres, tout le monde sait ce que ça veut dire. Ce ne sera sûrement pas la même chose que dans les conversations de toute personne normalement constituée et un brin humain. C'était d'ailleurs ce que Severus avait toujours redouté par rapport à ses propres enfants. L'un était dans l'Inquisition, tandis que les deux autres sont des Anarchistes. Si ça venait par se savoir, sans doute qu'il y aurait la même sentence de prononcer. Mais évidemment que Greyback refusait. Il peut être la pire ordure que la Terre ait un jour porté, il n'en reste pas moins un père qui s'est rapidement attaché à son gamin.

« Maître, je ne pense pas que ce soit... »

Il tentait de dissuader Voldemort de s'en prendre à ce gosse, mais sa phrase fut coupée net par un sort envoyé dans la direction du Seigneur des Ténèbres. Le laissant totalement coi, son regard bougea pour voir le jeune Dragonneau au bout de la baguette coupable. Par Salazar, ce type est d'un courage dépassant les limites de la folie. En faisant ça, il sauvait un enfant, mais il allait en subir les conséquences. Il ne fallut pas longtemps avant que les Doloris s'abattent sur lui, sous le regard effrayé de quasiment toutes les personnes présentes.

Après un long instant de souffrance abominable pour le filleul d'Albus, Voldemort s'adressa directement à Severus, qui était encore sur le coup de la surprise, même si son visage restait impassible comme toujours. Il ne se faisait pas mentalement une recherche de nouveau Professeur de Soins Aux Créatures Magiques, ni même d'un Directeur de la Maison Poufsouffle, mais il essayait de chercher un moyen de tirer Rolf de ce pétrin dans lequel il s'était fourré tout seul. Et la suite, il ne la vit pas venir. Une parole en fourchelang et un enfant venait de se faire tuer par l'ignoble bestiole rampante.

A la sortie de Voldemort, un long silence morbide s'était abattue dans la grande salle, avant que des sanglots de jeunes filles, finissent par le briser. Un nouveau cauchemar venait d'avoir lieu en ces murs centenaires. Est-ce que ça n'en finira jamais ?

« Que tout le monde rejoigne son dortoir. »

Les élèves ne se faisaient pas prier pour s'en aller au plus vite, limite au pas de course. Ils devaient tous avoir eu la peur de leur vie et d'autres devaient être très attristés par la mort de leur camarade.

« Messieurs les Professeurs et Directeurs de Maison, rendez-vous demain en salle des Professeurs... Et... rah, et qu'on arrête Lestrange. »

Il traversa lui-même la grande salle, pour se rendre dans les cachots, à la recherche de Rodolphus et du gamin. Assez de sang a coulé pour le moment, il est inutile de rajouter plus de souffrance encore.

- FIN -


Hors Jeu:
 



   
Half-Blood Prince
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Hall & sous-sols :: Hall d'entrée :: La Grande Salle-
Sauter vers: