RSS
RSS



 


 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Les Tours :: Tour d'Astronomie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontre sous les étoiles

avatar
Mable I. Weiss
Quatrième année
Âge du personnage : 14 ans
Nombre de messages : 203
Célébrité sur l'avatar : Bailee Madison
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Juil - 16:56
Rencontre sous les étoiles
Kelly Adler
feat.
Mable I. Weiss








Ce sont les étoiles, les étoiles tout là-haut qui gouvernent notre existence Δ William Shakespeare

Le crépuscule avait laissé place à la nuit depuis un moment lorsqu’elle se décida à quitter son lit. Mable n’avait jamais été une très grosse dormeuse et elle en remerciait Merlin milles fois par jour. Ainsi, elle pouvait occuper son temps à toutes les activités qu’elle désirait plutôt qu’à le perdre en heures de sommeil inutiles. Une courte nuit lui suffisait, il en avait toujours été ainsi, même enfant. Au grand dam de ses parents qui avaient du dire adieu à leur grasse mâtiné dès la naissance de leur fille unique. Pourtant, la Serdaigle n’avait jamais été insomniaque. Ce soir-là, cependant, elle ne pouvait fermer l’œil. De plus en plus souvent, elle était prise de terreurs affreuses à l’idée du lendemain. Du prochain conflit entre un élève et un mangemort. Du prochain faux pas qui voudrait la vie à l’un d’eux: les élèves de Poudlard. Du prochain cours de Magie Noire ou on l’obligerait à exécuter un sortilège sur l’un de ses camarades. Elle n’avait encore assisté à rien d’aussi affreux. L’année débutait seulement. Pourtant, la visite du Lord noir, quelques jours auparavant avait réveillé en elle ses plus grandes terreurs. La Nuit-Rouge était revenu dans son esprit. La serre, les corps, la mort. Et Maureen.

Dans son dortoir, Mable s’était donc levée en tachant de ne réveiller personne. Elle attrapa son journal sur sa table de chevet. Ariel dormait paisiblement dans le lit d’à côté et lorsqu’elle passa prêt de Sidney, elle prit plus de précaution que quiconque. Elle ne voulait pas que ses amis sachent qu’elle était sortie. Si elle se faisait prendre, elles ne devaient pas être des complices involontaires que l’on pourrait punir. D’un coup de baguette, elle s’était changée et elle passa sa cape pendant qu’elle descendit l’escalier. Elle glissa son carnet dans sa poche. Puis, elle quitta sa salle commune en s’assurant que personne n’en gardait l’entrée. Elle progressa à pas feutrés dans les couloirs. Elle avait besoin d’air. Et vite.

Rapidement, elle tomba sur des surveillants faisant leur ronde mais elle parvint à les éviter. Avec patience, elle les laissait tourner au coin des couloirs avant les traverser elle-même. Ou alors, elle emprunter des raccourcis qu’elle avait apprit à découvrir durant les trois ans qu’elle avait déjà passé dans le château. Le couvre feu était passé depuis longtemps. Elle jetait sans arrêt des coups d’oeil derrière elle. Cette virée nocturne lui collait la chair de poule. Elle avait peur de se faire prendre. Elle avait peur de tomber sur quelqu’un de dangereux. Et d’être puni. De faire perdre des points à sa maison. D’être torturée. Ou pire, que l’on se venge sur l’un de ses proches. Son imagination était tellement foisonnante qu’elle arrivait à se terrifier toute seule. Pourtant, elle se força au calme. Elle n’allait quand même pas rebrousser chemin comme une gamine. Elle avait décidée elle-même de cette virée. Et elle savait où elle voulait se rendre. Elle devait se montrer courageuse !

Ses pas la menèrent à la Tour d’Astronomie. Plus lentement qu’elle ne l’aurait voulu mais elle se forçait à la prudence tel un espion progressant chez l’ennemi. Elle comptait arriver à destination, et en repartir, sans être vue. Elle était sûrement assez intelligente pour ça. Beaucoup d’élèves se baladaient dans les couloirs la nuit. Par nécessité ou pour le goût de l’aventure. Certains se faisaient prendre, la plupart non. Elle espérait être de ces derniers. La tour était vide et elle monta les escaliers en s’assurant à chaque étage de l’absence de quiconque à l’aide de l’Hominum Revelio. Elle arriva au sommet sans encombre. Une fois qu’elle déboucha à l’air libre, elle souffla un grand coup. Il faisait frais. Et son cœur battait à cent à l’heure. Elle avait l’impression d’avoir effectué un marathon tant la pression ressenti était forte. Pourtant, elle était fière d’elle. Elle n’aurait jamais osé pareille aventure quelques semaines plus tôt. Elle s’efforçait de se lancer quelques défis. Elle devait être plus forte que ça. L’avenir allait la confronter à bien pire qu’une virée interdite dans l’école la nuit. Elle devait s’y préparer. Et puis au fond, elle devait le reconnaître … Elle aimait cette sensation grisante lorsqu’elle enfreignait les règles. Elle y prenait goût.

Elle se dirigea vers les remparts et après s’être assurée que personne ne la verrait du parc, elle observa la vue. Elle voyait peu de choses car il faisait nuit. Mais les lueurs de la lune et le ciel totalement dégagé laissait entrapercevoir la surface du lac scintillant et au loin, les contours des montagnes. Quelques fenêtres du château laissaient encore filtrer les lueurs des bougies. Elle observa ce paysage à demi-visible un moment avant de s’asseoir dos au mur et de commencer à écrire. Son stylo à la main, elle griffonnait rapidement. Elle avait besoin d’évacuer toutes ses pensées funestes. Elle était déjà lasse de la peur. Elle maudissait les mangemorts et Voldemort de lui infliger tout ça.
Absorbée par son activité, elle n’entendit pas les pas dans l’escalier. Ou trop tard. La personne arrivait déjà presque en haut quand elle réagit. Elle bondit sur ses pieds et alla se cacher derrière la porte, en oubliant son journal derrière elle. Heureusement, seule elle y voyait les mots qu’elle y griffonnait. Avec de la chance, elle se dit qu’elle arriverait à se faufiler derrière l’intrus et descendre les escaliers sans qu’il ne la voit. Même si au fond d’elle, elle savait qu’il était peu probable que quelqu’un de vienne ici à cette heure pour autre chose que de venir la récupérer. Elle s’était forcément fait repérer !


*Oh non, non, non* s’entendit-elle geindre dans son esprit.

Elle allait se faire tuer. Pourquoi diable avait-elle décidé de sortir de son dortoir ce soir ?! Tout ça à cause de ses peurs stupides ! Ne pouvait-elle pas écrire son journal au chaud dans son lit ? Elle sentit son cœur repartir à cent à l’heure tandis qu’elle guettait la progression des pas de l’homme, ou la femme, qui arrivait. Est-ce qu’elle devait l’attaquer ? Sans même s’en être rendu compte, elle avait sortie sa baguette. Étonnant comme certains réflexes pouvaient s’ancrer en nous. Il lui suffirait de jeter un simple Stupéfix. Ensuite, elle regagnerait son dortoir aussi vite qu’elle le pourrait.
Se forçant à respirer lentement et silencieusement, elle tendit sa baguette vers l’ouverture. Pourvu que le directeur ne convoque pas tout Poudlard suite à ça. Merlin, elle allait mourir …

Elle entendit les pas sur la dernière marche et l’intrus déboucha à l’air libre. Elle failli se mettre à glapir de peur avant de réaliser que ce n’était pas un adulte. C’était un élève ! Merlin mais ce con allait lui coller une crise cardiaque ! Le soulagement intense qui déferla en elle ne l’empêcha pas de se mettre à cracher :


« Mais t’es malade de débarquer comme ça ?! Tu m’as collé une de ses trouilles ! »

Elle avait ouvert la bouche avant même qu’il ne s’aperçoive de sa présence, lui semblait-il. Elle avait évité de crier mais le ton était sec et dur. Ça avait été plus fort qu’elle, il lui avait foutu la frousse de sa vie. Elle se dirigea de nouveau vers l’endroit où gisait son journal, tout en l’observant du coin de l’œil. Elle le ramassa rapidement et lui fit face, la main sur sa poitrine à l’endroit où elle sentait son cœur cogner avec frénésie. Une chose était sur, aucun élève ne patrouillait plus dans le château la nuit depuis l’abolition des préfets. Si il était là, il n’en avait pas plus le droit qu’elle. Il ne risquerait pas à la dénoncer. Comme à son habitude, la curiosité prit le dessus et tandis qu’elle se calmait, elle lui demanda :

« Qu’est-ce qui tu fais là ? Une envie de solitude ? »

Elle ne connaissait pas cet élève. Il était à Poufsouffle à en croire le blason de sa cape, mais elle ne l’avait jamais vraiment croisé. Enfin, sa tête lui était familière, car elle avait déjà observé tous les élèves présents dans cette école. Elle avait toujours été très observatrice. Pourtant, elle n’avait jamais été amené à lui parler. Il semblait plus âgé qu’elle d’au moins deux ans. Ce n’était pas difficile. Par bien des aspects, on voyait encore en elle la gamine qu’elle n’était plus. En tout cas, elle ne connaissait même pas son nom. Et maintenant qu’il était ici, face à elle au sommet de cette tour, en plein milieu de la Nuit, elle était bien curieuse de le savoir. Elle avait toujours été très sociable et avenante, et même si le début de cette conversation ne la montrait pas sous son meilleur jour, peut-être lui était-il offert là l’occasion de rencontrer quelqu’un de chouette.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» L'amour brille sous les étoiles ~ [ Neiry ]
» L'amour brille sous les étoiles [Soirée de fin d'année]
» Une entrevue particulière sous les étoiles [PV Daniel]
» L'amour ne brille jamais sous les étoiles... ... [Fe]
» Malheureusement l'amour n'a pas brillé sous les étoiles...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Les Tours :: Tour d'Astronomie-
Sauter vers: