RSS
RSS



 


 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Extérieur :: La Forêt Interdite Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

My Baby Wolf

avatar
Doyle Taylor
Dresseur de dragons
Âge du personnage : 41 ans
Nombre de messages : 455
Célébrité sur l'avatar : Colin O'Donoghue
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Juil - 19:25


My Baby WolfWolfgang Taylor & Doyle TaylorLa nuit avait été courte, trop courte même. Il n'avait pas fermé l’œil un seul instant, ou peut-être juste quelques dizaines de minutes au petit matin, mais rien d'extravagant, ni même de bien reposant. Ce n'est pas pour autant qu'il était rentré chez lui pour se plonger dans son lit. Le Dresseur de Dragons avait bien mieux à faire selon ses propres priorités, qui sont de loin très honorables.

Dos contre le tronc d'un arbre, Doyle patientait dans la peine ombre. La pleine lune venait de s'achever et le soleil commençait seulement par se lever. Ici, dans la forêt interdite, il faisait encore plus sombre qu'en ville, à cause des arbres particulièrement feuillus et serrés. Doyle s'était réveillé quelques instants plus tôt, à Londres, dans une ruelle éloignée du centre ville et complètement vêtu grâce à l'intervention d'une très bonne amie. Il avait des vagues souvenirs de cette nuit et le restant, c'était Madalina, présente, qui lui avait fait la liste, en lui rendant son blouson ainsi que sa baguette.

Apparemment, en voulant récupérer sa nièce pour la transformation de la veille, il s'est retrouvé coincé en ville et n'a pas pu transplaner avant que la pleine lune ne commence à se faire sentir. La pauvre Madalina n'a pas eu d'autres choix que de lui courir après à travers Londres, pour l'empêcher de faire des ravages. D'autant plus, que visiblement, il n'était pas le seul loup-garou a avoir été pris en traître par la montre. Il en avait été de même pour Selena justement, mais aussi pour la famille Lupin. Remus, Tom et même Nina s'étaient retrouvés en plein cœur de Londres pour leurs transformations. La situation en était particulièrement drôle, même si ça aurait pu devenir vite dramatique.

Mais, il n'avait pas attendu d'en savoir plus pour quitter le coin afin de se rendre en Écosse, à Pré-Au-Lard et plus particulièrement dans la Forêt Interdite. Il sait que c'est le seul moment où il pourra voir son fils Wolfgang. Celui-ci, loup-garou également, a vécu sa transformation dans le coin, en compagnie des autres élèves lycanthropes de Poudlard, sous la surveillance de Fenrir son parrain. Doyle est conscient que son fils a une peur bleue du père de son meilleur ami. Alors il a fait le déplacement afin de savoir s'il n'était pas trop traumatisé par cette première pleine lune avec le loup-garou des Mangemorts. Sachant que même des adultes le craignent, il n'y aurait aucune honte pour qu'un gamin ait la trouille.

Après un court moment de recherche, il avait fini par retrouver la trace du petit Serpentard. Les loups-garous semblaient un peu tous éparpillés, puisqu'il n'avait pas vu les autres gosse, seulement Fenrir qu'il avait prévenu qu'il emmènerait Wolfgang prendre son petit-déjeuner sur Pré-Au-Lard et Gregory, encore endormi, mais sur qui le Mangemort semblait veiller presque de façon possessive.

Le principal, c'est que Doyle avait mis la main à la fois sur Greyback mais aussi sur son fiston, sur qui, il n'avait pas attendu longtemps pour faire apparaître des vêtements. Histoire que son adolescent ait quelque chose sur le dos, afin de ne pas le laisser entièrement nu dans cette forêt. Puis, à présent, bras croisé sur son torse, le Dresseur de Dragons attendait patiemment que le gamin finisse par se réveiller.

Seulement après de longues minutes d'attente, les rayons du soleil traversaient enfin le feuillage des arbres serrés, pour venir éclairer le visage de l'adolescent. Quelques clignements des yeux et le fiston commençait à sortir de sa trop courte nuit. En le voyant sur le point de se réveiller définitivement, Doyle décroisa les bras et s'avança de quelques pas, avant de s'accroupir non loin de son gamin.

« Hey, Wolfi. »

Tendant le bras vers son enfant, du bout des doigts, il retira une brindille de ses cheveux. Doyle fait partie de ces personnes que le monde n'arrive pas à cerner. Il peut être d'un froid glacial, d'un sadisme à toute épreuve et d'une rancœur sans égale. Mais à l'inverse, c'est un Sorcier tout ce qu'il y a de plus différent, lorsqu'il se trouve en présence de ses fils, ses neveux ou encore de sa petite-amie. Il sait se montrer prévenant et particulièrement protecteur. C'est très certainement pour cette raison que Taylor s'entend bien avec Fenrir. Celui-ci semble prendre la même direction que lui, lorsqu'il se trouve avec son gamin. Enfin ils ne sont pas encore au même niveau, mais à force, il y viendra sûrement aussi. Doyle ne se fait pas de soucis à ce sujet, son grand ami a déjà montré quelques signes avant coureur.

Un sourire se dessina sur ses lèvres quand Wolfgang déposa enfin les yeux sur lui. A première vue, le fils n'était pas blessé, c'est que le chef de meute n'avait pas eu besoin de le recadrer. Il ne trouva pas même la moindre trace d'une éventuelle petite égratignure. C'était tout ce qui lui importait, comme quoi beaucoup peuvent le critiquer, mais Fenrir sait très bien se faire respecter en tant que chef, sans avoir à recourir à la violence. Doyle n'en aurait pas attendu moins de sa part.
© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wolfgang Taylor
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 386
Célébrité sur l'avatar : Dylan Sprayberry
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Juil - 12:36


C'est à travers les yeux de son père, que le fils apprend les bases de la vie
My Baby Wolf
Doyle & Wolfgang
Bien que je sois habitué aux transformations de la pleine lune, mais surtout aux états déplorables par lesquels on passe quelques jours la précédent, cette fois je l'avais redouté celle-ci. La pleine lune de Juillet serait différente de toutes les autres. Au moins, je ne serais pas attaché dans les cachots, c'est déjà un bon point. Le hic, c'est qu'on devait la passer en compagnie de Fenrir Greyback. Bien sûr, si Gregory était content à l'idée de passer du temps avec son père, nous autres, on le redoutait toujours. De plus, maintenant que mon père en a fait mon parrain, je crois que sur l'échelle de la trouille, j'ai monté deux ou trois échelons de plus. Il n'a déjà pas hésité à coller une baffe à Zakaria, alors je fais de mon mieux pour ne pas lui donner une raison de m'en mettre une à moi aussi.

Et, se retrouver à être lié à deux fortes têtes, père et fils, ce n'est pas évident tous les jours. Gregory a beau aimer son père, il ne peut pas s'empêcher de le défier. Quant à Fenrir, il a beau aimer son fils, il ne peut pas s'empêcher de le baffer. Moi, j'ai la place du milieu, me retrouvant parfois entre les deux, sans trop savoir quoi faire. Déjà ne surtout pas prendre partie, parce que forcément, l'un ou l'autre me tombera dessus par la suite. J'essaye toujours d'esquiver, de me barrer avant que ça ne clash, mais ce n'est pas toujours possible.

Comme cette fois, avec la pleine lune, je n'allais pas pouvoir esquiver et j'allais devoir faire avec leurs présences à tous les deux en même temps. C'est ce dont j'avais le plus peur. Il y a de forts risques qu'ils finissent par se battre sous leurs formes animales. Pourtant, il n'en fut rien.

Je sentais le vent qui venait me faire frissonner, mais j'étais incapable d'ouvrir les yeux. Mon corps était encore douloureux d'avoir subi une autre transformation et même si j'avais été inconscient, ma forme animale n'a pas beaucoup dormi. La fatigue m'empêchait d'émerger, j'espérais même finir par me rendormir. Parce que si je parvenais à me réveiller et à me lever, le chemin jusqu'à mon dortoir sera horriblement long. Pourtant, la nature ne voulait pas me foutre la paix, en plus des bruits à cause du vent, du chant des oiseaux, le soleil m'éblouissait, donnant une couleur rougeâtre à l'intérieur de mes paupières. Je finis, bien contre mon gré, par ouvrir un œil, puis le second suivit aussitôt. J'étais face contre le sol, mais je sentais que mon corps n'était pas dénudé. En regardant mon bras, je remarquais même une manche dessus. En plissant les sourcils et en clignant les yeux, je sentis enfin une présence, puis la voix de mon père qui se fit entendre. Aussitôt, je redressais la tête, pour m'assurer de ne pas avoir rêver, puis je me retournais vite fait, me trouvant assis dans l'herbe.

« Papa ? »

Je n'avais pas rêvé, il était bien là et mon visage, bien que fatigué, finit par se fendre grâce à un sourire. Puis, impulsivement malgré tout, je me ruais dans ses bras, alors qu'il se trouvait accroupi. Le serrant fort, je ne l'avais pas revu depuis bien trop longtemps à mon goût, surtout que normalement, pendant la période estivale de l'été, on est ensemble quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

« Je suis content que tu sois venu. »

J'étais plus que sincère évidemment. Et puis cette fois, même si crevé au point de marcher au radar, je n'étais plus aussi pressé de retourner à mon dortoir, préférant profiter un maximum de la présence de mon père, qui ne devait pas avoir plus dormi que moi.

« Tu n'es pas rentré à la maison ? »

Ce n'était même pas tellement une question, plus une affirmation. Je me doutais qu'il venait d'émerger également, mais j'étais très heureux de le voir en un seul morceau. Je sais quel danger il traîne à la pleine lune, surtout pour lui. Et avec Fenrir à Poudlard, il n'y a personne pour veiller sur mon père.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doyle Taylor
Dresseur de dragons
Âge du personnage : 41 ans
Nombre de messages : 455
Célébrité sur l'avatar : Colin O'Donoghue
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Juil - 16:03


My Baby WolfWolfgang Taylor & Doyle TaylorSon fils finit par émerger lentement, se rendant peu à peu compte de la présence de Doyle. Le Dresseur de Dragons ne voulait pas le brusquer dés le réveil, il le laissa se redresser et l'observer. Par contre, il n'avait pas prévu que le gamin lui vole d'un coup dans les bras. Heureusement que Wolfgang était fatigué, car s'il y avait mis plus de force, sans doute que Doyle aurait fini par tomber en arrière. Il faut dire que la position accroupie n'est pas forcément la plus confortable dans ce genre de moment. Le loup-garou attendit quelques minutes, avant de s'appuyer sur ses jambes pour se redresser, après que son fils lui en ait laissé l'occasion.

« Non, je ne suis pas rentré, je suis venu directement en me réveillant. Je voulais savoir comment s'était déroulée cette première nuit sous la surveillance de Fenrir. »

Il observa les alentours, tout avait l'air si tranquille, qu'il en était particulièrement étonné. Cependant, le plus amène à répondre à ses interrogations, c'était bien Wolfgang, même si le jeune adolescent ne devait pas avoir de grands souvenirs de cette pleine lune, comme de toutes les autres.

« Tu n'as pas l'air blessé. Tu vois, c'est que ton parrain n'est pas si monstrueux que tu semblais le croire. »

Mais Doyle n'en avait pas douté un seul instant. Il a toute entière confiance en Fenrir, bien plus qu'en sa propre sœur. Lui, il ne le trahira pas, il en a la certitude. Puis également, il faut bien admettre que Wolfgang n'est pas le plus teigneux des jeunes loups-garous du coin et de l'école de magie Écossaise. Celui qui a dû lui poser le plus de problèmes, c'est certainement Gregory. Mais en les ayant aperçu quelques minutes plus tôt, ni le père, ni le fils ne semblaient avoir été blessés. Et Fenrir le veillait, preuve qu'ils ont sûrement fini par trouver un terrain d'entente tous les deux. C'est que ça devenait compliqué pour Doyle, de trouver des idées à soumettre à son ami, pour que les choses rentrent dans l'ordre avec son fils. Le Dresseur de Dragons n'a jamais eu de grands problèmes avec ses garçons, même si Zakaria est le plus indiscipliné des deux, il ne manque jamais de respect à son père. Et plus important également, il lui obéit sans se risquer à trouver à redire sur le comment du pourquoi.

Comme Wolfgang devait sûrement le penser, Doyle était également fatigué, même s'il n'était pas prêt de rentrer chez lui. Il est bien content d'avoir le champ libre avec son fils, pendant quelques instants. Il ne va pas risquer de tout gâcher. Son regard, qui était d'abord partie à la dérive sur les alentours, se concentra sur le jeune Wolfgang, qui venait de se lever.

« Je t'emmène prendre un petit-déjeuner Aux Trois Balais. Fenrir est déjà au courant. »

Il embarqua son rejeton avec lui, en l'attrapant par une épaule. Le chemin n'était pas si long que ça jusqu'au petit village de Pré-Au-Lard, c'était même seulement à quelques petites centaines de mètres. Mais après une nuit blanche, la distance semble toujours plus que décuplée.

« Alors, raconte-moi, comment ça va en ce moment à l'école ? »

Il parlait pour passer le temps, mais aussi pour en savoir plus. Sa question était vague, mais Doyle l'avait fait exprès, histoire que Wolfgang puisse se lâcher sur tout ce qu'il veut. Et pendant leur petite conversation, la distance parcourue ne semblait plus être un problème, si bien qu'après quelques minutes, père et fils se trouvaient déjà devant la porte de la Taverne. L'adulte la poussa, la maintenant ensuite ouverte, pour laisser l'élève de Serpentard s'y glisser. Il n'y avait pas foule et le contraire l'aurait particulièrement étonné. Avec les Mangemorts à Poudlard et du coup, traînant un peu trop dans le coin, les habitants se font discrets, pour ceux qui ne sont pas parties. Sans compter que généralement, le lendemain d'une pleine lune, les Sorciers hésitent à sortir avant que le soleil ne soit bien levé, par crainte que les créatures de la lune soient encore dans les parages.

Prenant la direction du fond de la pièce, Doyle préféra une table avec une place dos au mur, restant ainsi sur ses gardes. C'était sûrement une manie qui ne le quittait plus depuis un bon bout de temps maintenant, mais il vaut toujours mieux être trop prudent que pas assez, surtout en ce moment.

La serveuse s'avança vers la table et aussi le Dresseur de Dragons leva son regard vers elle, s'apprêtant déjà à prendre commande. Il n'avait pas spécialement envie de prendre un gros repas, mais plus il passera de temps là, plus il pourra profiter de la présence de son fiston. Il s'empressa donc de prendre une boisson chaude et une part de gâteau, pour commencer.
© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wolfgang Taylor
Sixième année
Âge du personnage : 15 ans
Nombre de messages : 386
Célébrité sur l'avatar : Dylan Sprayberry
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Aoû - 15:59


C'est à travers les yeux de son père, que le fils apprend les bases de la vie
My Baby Wolf
Doyle & Wolfgang
J'étais bien content que mon père s'inquiète de savoir si tout c'était bien passé avec le Directeur de Serpentard. Ce n'est pas évident de le côtoyer, même s'il s'agit du père de mon meilleur ami. Il n'est pas facile d'accès et lorsqu'on a un problème avec des cours ou avec notre scolarité en générale, il ne faut pas compter sur lui pour obtenir un coup de main. Nous autres, les élèves des cachots, nous devons retourner auprès de mon oncle pour tout ce qui tourne autour de nos soucis. Ce qui n'est pas forcément évident, sachant qu'il s'agit maintenant du grand Directeur de l'école.

Papa enchaîna en se rassurant sur le fait que je n'ai aucune blessure apparente. Ce n'était pas faux, finalement il ne nous a pas fait de mal. Je ne sais pas vraiment comment ça s'est passé entre Gregory et lui, je n'en ai pas souvenir, mais jusque là, me concernant je n'ai pas à me plaindre.

« Il n'est peut-être pas aussi méchant qu'il en a l'air, malgré qu'il grogne sans pour autant être transformé et qu'il colle des baffes à quasiment tout le monde. »

Je souligne que jusque-là, je n'en ai encore pas pris. Par contre, mon frère n'a pas eu cette chance. J'avoue être quelque peu plus calme et obéissant que lui. Quand mon parrain me demande de lui appeler Gregory, dans la Salle Commune, je le fais, je ne l'envoie pas sur les roses piquantes comme l'a déjà fait Zakaria. Finalement, quand on ne lui donne aucune raison de nous tabasser, nous baffer, nous jeter par la fenêtre ou nous utiliser comme d'un paillasson, tout se passer bien avec Fenrir.

Ce qui m'embêtait le plus, c'est que l'heure tourne aussi rapidement. Bientôt, nous serons contraint de retourner dans l'école et je n'aurais vu mon père que quelques minutes, sans savoir quand j'aurais l'occasion de croiser à nouveau son chemin. Mais ma pensée devait vraiment déborder de mon esprit, pour venir l'éclabousser, parce que mon père m'annonça avoir déjà négocié avec mon Directeur de Maison, pour m'emmener prendre le petit-déjeuner en sa compagnie à la Taverne des Trois Balais. En ce moment, je ne pouvais pas être plus heureux.

Nous nous mettions en route vers le village de Pré-Au-Lard. Pour moi, avec la fatigue que je me tapais, c'était pire que de faire un parcourt de santé sans avoir le droit d'utiliser la magie. Mais je ne pouvais rien dire, puisque j'étais tout content d'être en compagnie de mon père, qui me demandait déjà comment se passait l'école.

« Bof. J'aurais largement préféré rentrer à la maison pour les vacances. »

Je me demande à quoi ça leur sert de nous séquestrer. Ce n'est pas comme s'ils nous donnaient envie de les rejoindre. Au contraire, on est tellement privé de tout, que même les pires des élèves ne veulent pas devenir comme eux. Sinon, j'étais quand même content de quelque chose. C'était au moins, le seul moyen pour que mon meilleur ami puisse faire la connaissance de son père. Bien que c'était souvent assez difficile entre eux.

En réalisant que nous étions face à la Taverne et que ses balais se trouvaient au-dessus de ma tête, je me glissais à l'intérieur lorsque mon père ouvrit la porte. Il n'y avait pas grand monde et ce n'était pas fait pour me déplaire, bien au contraire. Je préfère largement être tranquille, surtout pour prendre mon petit-déjeuner. Nous prenions une table et je n'étais même pas étonné que papa choisisse celle dont sa place se trouvait contre le mur. Mentalement, j'essayais de me rappeler tout ce qu'il y avait de bon à manger ici. Et dés que la serveuse arriva près de nous, après que papa ait commandé ce qu'il voulait, je m'empressais de demander un gros chocolat chaud et un part de gâteau au chocolat. Mon estomac s'en tordait pratiquement d'impatience. La laissant s'en aller nous chercher tout ça, mon regard se reposa sur mon père.

« J'en ai marre de cette école. Tu ne peux pas me ramener à la maison avec toi ? S'il te plaît, ne me laisse pas là. »

Au fond du fond du tréfonds de mon esprit, je savais parfaitement bien que mon père allait refuser. Ce n'est pas tant parce qu'il a peur de quoi que ce soit, c'est seulement parce qu'il a négocié avec Fenrir, qui est son meilleur ami. Puis en plus, Zakaria coincé à Poudlard, c'est lui qui prendrait tout pour punir mon père de m'avoir retiré de l'école. Ce n'est pas un risque à prendre et j'étais égoïste de lui demander de le faire. Pourtant, j'en avais tellement marre de cette école, que j'étais prêt à tout pour la quitter. A quoi ça sert de rester dans un endroit que je déteste à ce point ? Il n'y a plus rien qui me passionne dans ce château, si ce n'est la présence de Sidney évidemment. Mais c'est une autre histoire. D'ailleurs, je pourrais peut-être aborder le sujet avec mon père, mais je ne savais pas trop comment m'y prendre pour lui annoncer ça.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Extérieur :: La Forêt Interdite-
Sauter vers: