RSS
RSS



 

 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Hall & sous-sols :: Hall d'entrée :: La Grande Salle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Plus on est de fous, moins y a de bouffe !

avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1249
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Humeur : Déterminé
Baguette : Bois de Houx, Plume de Phœnix, 27,5 cm. Souple et facile à manier.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Jan - 2:10
Plus on est de fous, moins y a de bouffe !
Bee-J McLaggen
feat.
Harry J. Potter








Dis-moi comment tu manges, et je te dirai qui tu es. Δ Omraam Mikhaël Aïvanhov

Quel bonheur de revenir entre ces murs !

Harry n’aurait jamais cru que cela arriverait un jour et surtout pas dans de si bonne circonstance. La dernière fois qu’il était venu, c’était pour la cérémonie de commémoration aux victimes de la Nuit-Rouge. Autant dire que le souvenirs n’était pas joyeux. Pourtant, il avait l’impression d’être partie hier. Les traces de la Nuit-Rouge, le passage des mangemorts, tout ça semblait voir disparu. Il se sentait comme revenir trois ans en arrière.

Alors qu’il quittait sa nouvelle chambre, dans laquelle il venait de déposer ses affaires et prendre une douche, il se dirigea vers le Rez-de- Chaussé. Rien n’avait changé. Ou plutôt, tout était redevenu comme cela devait être ! Seulement quelques jours qu’il était là et tout lui revenait en mémoire. L’agitation de la Grande Salle, le matin au petit-déjeuner. Les succulents repas dont il n’oubliait jamais son dessert favori, la tarte à la mélasse. Les promeneurs du parc. Les élèves sur les balais, au loin, sur le stade. Le Calamar géant qui sort ses tentacules à la recherche d’un brin de soleil. Les escaliers fous, les fausses portes, les accès dissimulés et les tableaux qui vous interpellent. Les passages secrets. Les salles de classes abandonnées. Le silence paisible et solennelle de la bibliothèque. Et même les allers et venus dans les couloir avant de laisser place au silence, alors que les cours débutent.

La seule différence résidait au nombre accru d’élèves. Et ce n’était pas pour lui déplaire. Il avait toujours aimé l’activité de l’école. Cette impression d’être un simple rouage dans la gigantesque machine de Poudlard. Une machine fantastique et bien huilée, donnant une impression de sécurité et de puissance. C’était le fief de Dumbledore, le plus grand sorcier de tous les temps. Et c’était aussi sa propre maison. Enfin … l’une de ses maisons. Celle qui avait été la sienne durant dix mois tout au long de ces sept années. Et qui le serait de nouveaux pour quelques mois.

Il avait débuté son cursus d’enseignements depuis une petite semaine. Alternant ses entraînements avec les Tornades -qui constituait la partie pratique de son orientation- et sa présence au château pour les cours théoriques. Il se remettait doucement dans le bain. La reprise des études étaient étranges pour lui. Les premiers cours lui promettaient beaucoup de travail à venir, car l’assiduité n’avait jamais été son fort, mais le défi stimulait sa motivation. Il ne pourrait pas rester dans une équipe toute sa vie, il le savait. Il lui fallait penser à sa futur reconversion, dans quelques années, et s’en donner les moyens pendant qu’il en était encore temps.

Et puis, Poudlard était enfin sauvé. Et certains de ses proches avec. Il ne saurait dire si l’idée d’une alliance avec ce tout nouveau mouvement -les Dissidents qu’ils se faisaient appeler !- lui semblait être une bonne idée ou non. Mais elle avait porté ses fruits. Savoir Cassandra saine et sauve était une véritable libération, la retrouver aussi vite dépassait ses espoirs les plus fous. Et il n’oubliait pas John, Gus et bien sur, Bee.

Sa petite Bee. Cette petite chiasse, entêtée et intrépide, et aussi vorace qu’un Croup que l’on aurait mit au régime. Ah qu’elle lui avait manqué ! Ils ne s’étaient pas vu depuis des lustres. D’abord parce qu’Harry avait quitté Poudlard, et ensuite parce qu’il avait été de plus en plus difficile pour eux de se libérer. D’abord elle avec Hikkins à la tête de Poudlard, puis par la prise de pouvoir de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Et lui par son poste d’Attrapeur et ses missions de l’Ordre. Alors, ils s’étaient écris. Mais ce n’était quand même pas pareille que de se chamailler comme des gamins pour la dernière chocogrenouille.

Et en parlant de nourriture, il savait pertinemment où la trouver à cette heure ! Jamais elle n’aurait raté un déjeuner et au vue de son appétit conséquent, il n’était pas impossible qu’elle y soit encore. Lui-même n’avait pas encore mangé et il avait si faim qu’il était prêt à lui piquer une partie de son assiette au risque d’y perdre une main (qu’elle aurait évidemment planté avec sa fourchette pour l’en empêcher).

Lorsqu’il débarqua dans la Grande Salle, il prit un instant pour observer la table des Gryffondor. Il ne la repéra pas tout de suite, ce qui lui laissa tout le temps pour remarquer un bon nombre de regard sur lui. Ça aussi, ça n’avait pas changé depuis qu’il avait réintégrer Poudlard. On continuait toujours à le regarder comme une bête curieuse particulièrement intéressante et il ne s’y faisait toujours pas. Au dehors, ce genre de manifestation était plus rare mais dans un lieu si concentré comme Poudlard, il le sentait d'autant plus. Priant pour que personne ne l’arrête et ne lui demande un autographe (cela arrivait de plus en plus souvent, surtout chez les adolescents), ce qui n’aurait pas manqué de le faire mourir de honte, il se dirigea vers la jeune McLaggen qu’il avait enfin repéré.

Comme il s’y attendait, elle était en plein repas et il s’installa à ses côtés sans même annoncer sa présence.


« Encore en train de manger ?! » s'exclama-t-il.

Il se pencha vers elle, observant son assiette par dessus son épaule avec attention. Il fronça le nez.

« Tu sais qu'il y a de ravissantes sorcières qui sont devenues aussi énormes que des éruptifs avec un régime pareil. » dit-il alors, taquin, « Tu devrais faire attention. Tiens, je vais t'aider à finir. »

Il tendit alors la main comme pour échanger leurs assiettes. Bien entendu, il se prépara à la retirer au plus vite car il n’était pas assez fou pour risquer de la perdre alors qu'il en avait bien besoin pour attraper le vif d’or. Heureusement, il possédait les réflexes qui allaient avec sa condition d’Attrapeur.
©️ Gasmask




love, hope and dream
Aujourd'hui, je choisie de vivre dans la lumière de mes espoirs plutôt que dans l'ombre de mes doutes - Ray Davis •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bee-J McLaggen
Septième année
Âge du personnage : 17 ans.
Nombre de messages : 79
Célébrité sur l'avatar : Bridget Satterlee
Humeur : Neutre.
Baguette : Faite en bois de Houx, contient en son cœur une plume-d'oiseau tonnerre, mesurant 23,58 centimètre. Plutôt flexible !
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Jan - 15:09
Plus on est de fous, moins y'a de bouffe!
HARRY & BEE-J
Bee-J qui était pourtant si joyeuse habituellement s'était levé uniquement par obligation et non par plaisir aujourd'hui, enfaîte c'était comme ça depuis des mois, des années même. Elle se rappelait quand elle avait foulé les pavés du château pour la première fois, un sourire éclatant sur les lèvres à la fois ravies et surexcité à l'idée même de pénétrer dans ce nouvel univers. Mais tout cela avait changé dorénavant, elle avait beaucoup subi ces derniers temps, entre le château aux mains de celui-dont-on-ne-doit-prononcer-le-nom, les larbins de celui-ci, les anarchistes aussi, les huis-clos et pour finir la nuit rouge ou sa mère prise de peur pour sa fille l'avait rejoint au détriment de sa vie. Certains de ses amis avaient également péri cette nuit là et alors qu'elle devait se sentir bien mieux à présent que Dumbledore était revenu ce ne fut pourtant pas le cas. Il y avait eu beaucoup trop de perte, elle ne pouvait donc pas se sentir heureuse de cette victoire, notamment parce que la guerre n'était pas fini et qu'elle ne savait pas encore combien de temps allait vivre les personnes à qui elle tenait.

La seule chose qui lui donnait un minimum envie de se bouger en dehors de la nourriture pour laquelle elle ne cachait pas son amour c'était parce qu'elle était devenue un Animagus et qu'elle attendait désespérément de contrôler l'animal en elle afin de se venger, de tuer tous ceux qui lui avaient pris des êtres cher. Son désir était le feu qui l'animait et elle doutait fortement que quiconque réagisses de la même façon qu'elle, ce qui la mettait deux fois plus en colère.

C'est donc le cœur lourd et les tripes serrées qu'elle rejoignit son premier cours de la matinée après avoir dévoré tout un tas de toast pour se donner du courage. Elle commença par la métamorphose, les potions et finit par un cours de botanique en ce demandant pourquoi elle n'avait pas abandonné cette matière lors de l’obtention de ses buses deux ans plus tôt. Les plantes n'éveillaient rien en elle, mais elle devait faire quelques sacrifices si elle voulait parvenir plus tard à devenir auror. Pour cela elle avait pris pas mal de cours auquel elle ne portait aucune affection particulière mais cela était nécessaire pour avoir le plus d'A.SP.I.C possible. Et puis elle ne se débrouillait pas trop mal, avec un peu de chance elle obtiendrait quelques "Optimal".

Après un effort surhumain elle dévala les escaliers et se rendit dans la grande salle, se jurant au passage de ne calculer personne, elle n'en avait pas vraiment envie aujourd'hui, les gens pensaient que la descendante de Gryffondor devait avoir beaucoup plus d'intérêt à être un modèle pour les plus grands et les plus petits, qu'elle devait sourire et montrer que tout était merveilleux dans le meilleur des mondes. Elle avait aimé l'être, parce qu'elle s'était sentie différente, mais aujourd'hui elle ne voulait être qu'elle et entièrement, c'est-à-dire montrant sa mauvaise humeur comme le faisaient les adolescents.

En entrant dans la grande salle elle s'installa en bout de table des Gryffondor, montrant clairement qu'elle ne voulait pas qu'on vienne la coller et personne vint.

Elle mangea du poulet, de la salade, des cotes de porcs et entre tant s'abreuva d'un bon jus de citrouille tout en recommençant avec de nouveaux plats. Son appétit lui se foutait clairement qu'elle ne soit pas d'humeur. Alors elle continua largement à s'empiffrer n'entendant même pas l'arrivait d'Harry dans la pièce malgré les murmures qui s'élevaient. Ce n'est que lorsqu'il s'essaya près d'elle qu'elle releva la tête de son assiette croisant au passage quelques regards fixé sur elle. Elle leur rendit le regard le plus froid qu'elle put songeant à sa transformation immédiate pour arranger la tête des Serpentards qui les toisés en rigolant mais son attention fut reporter sur son ami qui engagea la conversation.

« Bien sur que je suis entrain de manger, comme si tu ne me connaissais pas... »

Enfaite, elle avait exactement besoin de ça, d'un ami qui lui ferait penser à autre chose, comme si Harry lisait dans sa petite tête il arrivait toujours au bon moment, comme ses lettres. Bee soupçonner d'ailleurs qu'on la surveille et qu'on envoie Harry à sa rescousse a chaque fois qu'il y avait un souci.
Elle le connaissait depuis des années et s'était très vite attaché à lui, vivant dans le même village, à quelques patés de maison, elle l'avait beaucoup collé durant sa tendre enfance, comme s'il était son grand frère, en tous les cas il était vraiment un modèle pour la demoiselle, un ami attentif et un merveilleux conseiller.

« Je préfère être énorme et manger tout ce que je veux, plutôt que de manger de la salade à longueur de journée... Ouais plutôt mourir » Rigola-t-elle dans un ton on ne peut plus sérieux.

Et alors qu'Harry essaya de lui attraper son assiette avec sa main, elle chercha à l'écrabouiller avec son poing mais comme elle s'en doutait il retira sa main aussitôt pour ne pas la perdre.

« Ne touche jamais mon butin, aujourd'hui je te laisse la vie sauve mais si je serais toi je ne recommencerais pas. » Dit-elle tout en souriant.

Elle s'empressa de mettre dans sa bouche un morceau de muffin au chocolat et se délecta en laissant échapper un gémissement de bonheur.

« Ah la nourriture il n'y a que ça de vrai... Mais d'ailleurs j'y pense tu ne devrais pas être avec tes amis ?»
Elle le questionnait un air de défi dans le regard.

« Tu viens me voir parce que je te manque ou parce que quelqu'un ta envoyé voir comment allait la petite lionne ? »

Ne doutant pas un seul instant qu'Harry ne sache rien sur sa nouvelle condition, elle lança alors ces quelques mots. Au sein de la résistance à peu près tout le monde le savait et elle était pratiquement sûr que soit Dumbledore soit Sirius lui avait dit qu'elle avait fait sa petite capricieuse et qu'elle était devenu un Animagus. Comme si elle n'avait pas assez de soucis ces derniers temps. Quoi qu'il en soit si Harry était venu la voir pour la deuxième raison ce n'était pas ça qui ferait qu'elle le considère autrement, elle savait très bien que pas mal de personnes se soucier réellement d'elle mais elle n'aimait pas beaucoup qu'on la piège alors d'un autre côté elle espérait sincèrement que sa petite tête et sa joie de vivre -avant ces derniers événements- ne lui manquait.

Elle était même vraiment heureuse de le voir à nouveau entre ces murs, elle se sentait mieux, beaucoup mieux. Et rassuré même qu'il soit là.

Elle ne put aller plus loin dans ses réflexions étant données qu'un groupe de quelques personnes s'avançaient déjà dans leur direction pour demander probablement des autographes à Harry.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry J. Potter
Attrapeur professionnel
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 1249
Célébrité sur l'avatar : Daniel Radcliffe
Humeur : Déterminé
Baguette : Bois de Houx, Plume de Phœnix, 27,5 cm. Souple et facile à manier.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Jan - 1:34
Plus on est de fous, moins y a de bouffe !
Bee-J McLaggen
feat.
Harry J. Potter








Dis-moi comment tu manges, et je te dirai qui tu es. Δ Omraam Mikhaël Aïvanhov

Comme il s’y attendait, elle protégea son assiette comme-ci sa vie en dépendait. Et apparemment, la sienne dépendait de sa capacité à réprimer ce genre de blague à l’avenir. Elle le lui signala bien clairement et il se mit à rire. Tandis qu’il entreprit de se servir sa propre assiette avant que tous les plats ne disparaissent, Bee continuait de manger. Harry ne savait pas où elle mettait tout ça mais contrairement à ce qu’il avait prédit, elle n’avait jamais prit un seul gramme. Il la soupçonnait de tricher honteusement avec un sortilège de métamorphose, ou quelque chose de ce genre-là.

En attendant, il entreprit de se mettre à table en l’écoutant s’extasier sur les bienfaits de la nourriture. Il ne pouvait qu’être d’accord car à cette heure, il mourrait littéralement de faim. Peter, son coach, lui avait fait la misère le matin-même à l’entraînement. Depuis qu’Harry avait décidé de reprendre ses études, ce qui signifiait par conséquent qu’il serait moins présent aux entraînements, ce dernier avait décidé de le lui faire payer. Rien de nouveau sous le soleil, Peter le détestait. Heureusement, le partenariat entre l’université et les clubs de Quidditch nationaux lui donnait le droit à ce privilège. Quoiqu’en pense son entraineur. Bref, l’entraînement avait été rude, et galvanisé par son agacement envers la hargne de son coach, il s’était donné à 100 %. Par conséquent, il avait épuisé toutes ses réserves de glucide et son estomac se rappelait à son bon souvenir. Il entama ses pommes de terre sautées avec enthousiasme alors que sa voisine le questionnait sur ses amis.


« Je ne sais pas où ils sont, je reviens juste du stade de Tushill. » répondit-il après avoir avalé difficilement la grosse bouchée qu’il venait d’enfourner.

Il pouvait se moquer de son appétit ! A cette heure, c’est lui qui avait l’air d’un Croup au régime à qui l’on aurait offert un buffet à volonté. Pour un peu, et il aurait ressemble à Ron. Sauf que son meilleur ami n’aurait sûrement pas prit la peine de déglutir avant de répondre.

Le regard qu’elle lui jeta et sa seconde question le stoppèrent pourtant dans son élan. C’était quoi cette question piège ? On aurait dit qu’elle essayait de lui faire dire quelque chose. Lui jetant un drôle de regard, il entreprit de lui répondre avant d’avaler une nouvelle bouchée de pomme de terre :


« Bien sur que non. Tu me fais quoi là, miss persécutée ? » se moqua-t-il.

A vrai dire, il n’avait pas eu assez de contact avec les membres de la résistance ces derniers temps pour avoir entendu parler du sujet qui l’intéressait. Il avait bien revu les anciens de l’Ordre et Sirius entre temps, mais le sujet n’avait pas été abordé. Ses amis n’en savait probablement rien. Son parrain avait bien d’autres problèmes en tête. Comme de se remettre de ce qu’il venait de vivre, par exemple. Du coup, il ne voyait absolument pas à quoi elle faisait référence, il était donc plutôt surpris. Il ne voyait pas pour quelle raison il devrait la surveiller. Avait-elle des problèmes ? Idiot comme il pouvait être parfois, il avait sûrement encore raté un épisode.


« Est-ce qu’il y a quelque chose que j’aurais du savoir et que je ne sais pas ? »

Il observa les alentours machinalement, comme à la recherche d’un indice pour l’aiguiller dans cette conversation dont il semblait être le seul à ne rien comprendre. Parfois, il avait l’impression que c’était l’histoire de sa vie. Un peu comme sa dernière rencontre avec sa cousine Nina. Ou la dernière sortie à Pré-au-Lard avec Cassy, quelques mois plus tôt. Bref, il cherchait donc une explication quand il observa la table des Serpentards face à eux. Plusieurs d’entre eux les observait et semblait rire de quelque chose de drôle. Vraisemblablement, ils étaient une bonne source de rigolade. Ou bien était-ce elle ?

« Qu’est-ce qu’ils ont les Serpents, là-bas ? » demanda-t-il en retournant la tête vers elle, dans l’espoir qu’elle l’éclaire.

Le problème, c’est qu’elle ne lui répondit pas, se contentant d’observer derrière son épaule. Au bout de quelques secondes, il regarda à son tour, afin de voir ce qui retenait son attention. Ce qu’il vit manqua d’arrêter son cœur. Toute couleur disparu de son visage.

Les traites ! En plein repas, alors qu’il se croyait en sécurité, ils venaient l’agresser !

Bon ok, il y allait peut-être un peu fort mais … clairement, il gérait très mal la popularité. Et venir l’aborder à table, parchemins et plumes à la main, alors qu’il était avec une amie qui ne manquerait pas de se foutre de lui, c’était clairement la crasse de sa journée. Peut-être même pire que l’acharnement de Peter. Et c’est dire ! Le problème, c’est que si les répliques acerbes de Peter avait le don de le mettre en rogne, cette situation-ci provoquait tout l’inverse. Il passa du blanc au rouge en trois secondes.

Si il avait pu se transformer en rat comme son oncle et aller se cacher dans un trou de souris, il l’aurait fait. Clairement pas à l’aise, il se mordit la lèvre. Priant pour que ces objets soient les siens et soient tombés de son sac -qu’il n’avait pas, bien sur- ce qui expliquerait leur présence en masse derrière lui -et leurs yeux de merlan fris - il finit par se racler la gorge.


« Euh … Oui ? Vous désirez ? »

Se retenant de jeter un regard oblique à Bee, qui ne devait pas manquer de sourire de toutes ses dents, il attendit bien sagement leur réponse. Il sentait ses joues le brûler et il se détestait pour ça. Merlin mais pourquoi était-il revenu ici, déjà ? Il ne savait plus. La pire idée qu’il ait eu ces derniers mois, à n’en pas douter.

« Monsieur Potter, on voudrait vous demander un autographe » répondit une petite blonde avec des nattes de leur maison.
« Nous sommes de grand fan de votre jeu, Monsieur Potter ! » renchérit son voisin, « Votre performance lors du dernier match de la saison dernière, contre les Flèches d’Appleby était sensationnelle ! »
« Ah ça oui, c’était quelque chose ! »


Se retenant de mourir sur place à l’entente de l’appellation « Monsieur », Harry se contenta de se racler la gorge une nouvelle fois. Bizarrement, il avait soudain du mal à déglutir. Et son teint devait à présent approcher la couleur du blason de son ancienne maison. Heureusement, il restait peu de monde à la table de Gryffondor et suffisamment loin pour ne pas les entendre. En tout cas, il l’espérait.

Les remarques étaient flatteuses, il ne pouvait le nier. Quel jeune sorcier n’avait pas rêvé un jour de devenir un célèbre joueur de Quidditch ? Lui en avait rêvé, en tout cas. Pourtant, il imaginait la tête de sa mère si elle le voyait frimer comme un Malefoy. Elle lui ferait la tête au carré et s’arrangerait pour que se soit définitif. Il était bien placé pour savoir qu’elle ne supportait pas son propre père adolescent pour cette raison. Elle n’aurait jamais voulu d’un fils pareil. Sans parler de ce pourrait bien penser des gens comme Nina, qui semblait croire que son métier, avait changé la personne qu’il était. Il détestait l’idée qu’on puisse penser de lui qu’il était un être arrogant.

Mais il n’était pas quelqu’un de méchant. Et envoyer balader ces pauvres élèves qui n’avaient rien demandé -à part sa signature sur un bout de parchemin- lui était inconcevable. Il se retrouva donc à bredouiller comme un adolescent quelque chose approchant de « Merci-pas grand chose- m'appelez Harry-bien sur-donnez ».

Il attrapa alors la première plume et son parchemin qu’il entreprit de signer le plus rapidement possible avant que quelqu’un ne les voit. Avec un peu de chance, ils partiraient vite !
©️ Gasmask




love, hope and dream
Aujourd'hui, je choisie de vivre dans la lumière de mes espoirs plutôt que dans l'ombre de mes doutes - Ray Davis •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bee-J McLaggen
Septième année
Âge du personnage : 17 ans.
Nombre de messages : 79
Célébrité sur l'avatar : Bridget Satterlee
Humeur : Neutre.
Baguette : Faite en bois de Houx, contient en son cœur une plume-d'oiseau tonnerre, mesurant 23,58 centimètre. Plutôt flexible !
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Fév - 17:32
Plus on est de fous, moins y'a de bouffe!
HARRY & BEE-J
Bee se renfrogna lorsque son ami se moqua d'elle, elle lui lança un regard désinvolte histoire de le jauger et soupira longuement quand elle comprit qu'il n'était pas au courant de sa nouvelle condition. Elle hésita longuement à lui en parler car si personne n'avait jugé bon de tenir informé Harry c'était peut-être, surement même parce qu'il avait des affaires bien plus urgentes et importantes à gérer ou alors tout le monde se foutait éperdument de sa lionne ce qui attrista un peu la rousse bien que ce soit ce qu'elle espérait pourtant à ce moment précis elle se sentit clairement comme une moins que rien mais elle enleva très vite l'éclair de tristesse qui passa sur son visage espérant qu'Harry n'y avait pas fait trop attention, elle remarqua alors que celui-ci avait reporté son attention sur son assiette. Jugeant que ce n'était ni l'endroit ni le moment adéquat pour en parler elle préféra changer de sujet.

- Toi aussi tu t’empiffre et après tu oses te moquer,
on dirait un énorme goule ahahah
.

L'attention du jeune homme sembla se reporter derrière Bee qui se doutait très bien dans quel direction il regardait et quand il lui demanda pourquoi les serpents riaient aux éclats un énième soupire franchit ses lèvres.

- Ce sont des Serpents, tu sais très bien qu'ils n'ont rien dans la tête...

La jeune femme essaya de faire passait la scène qui se déroulait derrière eux pour rien de très important, comme si elle l'ignorait mais ce n'était enfaîté pas du tout le cas et après avoir soupiré encore une fois elle se lança, parce que Harry était son ami, un véritable ami et puis elle savait aussi que John son meilleur ami le ferait à sa place si elle ne disait pas ce qui s'était passé, peut n'être même qu'il en dirait plus que prévu c'est pourquoi elle décida d'éclaircir le jeune homme, enfin du moins elle essaya; elle ouvrit la bouche mais la referma brusquement quand elle vu des fans avançaient à leur table et la demoiselle s'écarta un peu pour laisser tout le loisir à Harry de signer des autographes et parler un peu avec ses fans. Quand elle entendit certains jeunes dire qu'il était le meilleur, ce qui fit éclater de rire la jeune femme.

- Les Pies de Montrose sont bien mieux.. Alors que certains s'offusquaient elle lança à Harry un clin d'oeil et continua à observer la scène alors que le jeune homme se sentait étouffé et rougissant. Après s'être délectée du spectacle elle vint y mettre un terme, c'était préférable. Accentuant sa voix et la faisant plus ferme elle se leva, dépassant plus de la moitié des jeunes gens.

- Si vous ne voulez pas qu'Harry tombe de son balai car il n'aura pas mangé et que son équipe perde vous devriez le laisser tranquille, non en fait non vous ne devriez pas... Fichez le camp immédiatement sinon je me ferais une joie de vous stupéfixer dans la forêt interdite ! La rousse finit sa tirade avec un grand sourire, effaçant les cris qui étaient sortie de sa petite bouche quelques secondes auparavant et sortie sa baguette pour accentuer sa menace avant que tous déguerpissent aussi vite qu'un éclair.

- Désolé Harry, tu as peut être perdu quelques grand fans à cause de moi.. Son ton ne pouvait pas comporter plus d'ironies, quoi qu'il en soit elle reprit sa place alors que les rires de Serpentards reprenaient de plus belle. Elle serra les dents, se demanda si leurs yeux feraient un bloup si elle les crevaient mais décida de laisser tomber et ouvrit sa bouche pour expliquait au jeune homme le fin mot de l'histoire.

- Herm... Pour en revenir à notre sujet... Il n'y a pas si longtemps il y a eu.. une...
Une lionne dans le chateau... Oui oui ne me regarde pas comme ça et euh...
Ben vu que je me trouve toujours au bon endroit hein je suis toujours la pour m'interposer mais cette fois ci je n'étais pas sur place et les serpentards pensent que je me suis enfuie comme une vrai lâche, or comme tu le sais mon nom est signe de courage alors ça les fait marrer, oui je sais il en faut peu...
Et vu que depuis quelques temps je fais un peu la tête ils pensent que ca me touche et en rajoute donc ils ont lançaient quelques rumeurs extrêmement sympathique à mon sujet... Oh je ne sais pas très bien ce qu'ils disent de moi mais à vrai dire je n'en ai strictement rien à faire... Alors voilà.


Bee faillit rajouter un "tu sais tout maintenant" or il ne savait pas tout, bien loin de la, comme par exemple que c'était elle la lionne qui s'était transformé sans se contrôler au milieu du château. Heureusement elle échappa ce jour-là aux quelques adeptes de sortilège impardonnable en s'enfuyant hors du château pour finir dans la forêt interdite où elle avait fini complètement nue n'ayant pas eut le temps de prendre quelques affaires de rechange et bien évidemment elle avait eu la malchance de tomber sur des Serpentants en se rendant dans la tours des Gryffondors qui l'avaient surprise à moitié nue. Mais ça non plus elle ne souhaitait pas en parler, alors elle clôt le sujet avec un haussement d'épaules. Laissant le loisir au jeune homme de s'exprimer.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUDLARD, ÉCOLE DE SORCELLERIE :: ♣ Poudlard Intérieur :: Hall & sous-sols :: Hall d'entrée :: La Grande Salle-
Sauter vers: