RSS
RSS



 

 :: LONDRES :: ♣ Aux alentours :: A l'étranger Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Never let you down

avatar
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1710
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Baguette : Bois d’orme, crin de licorne, 32 cm
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Fév - 13:56
Never let you down


L’été touchait à sa fin. Les derniers rayons du soleil éclairaient les alentours de leur lumière vacillante. La mer commençait à s’agiter de plus en plus fort. Le bruit des vagues s’abattant sur les côtes s’intensifiait encore un peu plus à chaque minute qui s’écoulait. Bientôt, le froid et l’obscurité reprendraient la place qui leur était due. Bryan observait ce splendide spectacle en silence, repensant aux évènements qui s’étaient déroulés ces dernières semaines. Revoyant la Grande Inquisitrice brûler sur le bûcher que les mangemorts avaient soigneusement préparé pour elle. Malgré ce que la chute de l’Inquisition représentait pour les partisans du Lord, Bryan ne parvenait pas à se réjouir comme il l’aurait dû. Il avait été éreinté par ces longs mois de double-jeu. Il aurait pu y perdre la vie à chaque instant et il en avait été pleinement conscient. Il avait été contraint de mentir aux rares personnes qui comptaient véritablement à ses yeux, prétendant avoir rejoint l’Inquisition pour échapper à la fureur de Lord Voldemort. Et désormais, il devait en subir les conséquences. Il n’avait pas eu l’occasion de reparler à Rose et à Anton depuis le jour où l’ensemble de la communauté magique de Londres l’avait observé escorter Margot vers son destin funèbre. Mais qu’importe, ces deux-là devaient probablement le haïr plus que tout en ce moment-même. Finalement, il pourrait remercier le Seigneur des Ténèbres de l’avoir immédiatement envoyé à la rencontre des Faucheurs allemands. Cela lui permettait au moins de fuir ses responsabilités envers le semblant de famille qui lui restait.

Autour de lui, il n’y avait pas âme qui vive. Il était profondément seul et n’avait pour compagnie que la présence de ses propres démons. Il repensa à son départ précipité pour le Nord de l’Allemagne. Peu de temps après la disparition de Margot, le Lord avait brusquement sommé ses hommes de se rendre un peu partout en Europe pour aller à la rencontre de ses vieux alliés. Il avait expliqué vouloir dévoiler sa puissance et sa grandeur à l’ensemble des sorciers européens en organisant un grand congrès de la magie noire à Londres. Puis, à la fin de son discours, il avait brièvement évoqué le fait que l’artéfact et les Cavaliers Noirs ne lui étaient plus d’aucune utilité. Aussi, avait-il pris la décision de libérer ses quatre esclaves. Telle était la version officielle. Mais Bryan se disait bien qu’il ne devait pas être le seul à douter des propos du maître. Quelque chose s’était produit, quelque chose avait détruit la puissance de l’artéfact. Et le Seigneur des Ténèbres en ignorait très probablement la cause. Ce qui devait certainement l’effrayer au point de vouloir précipiter la rencontre avec ses alliés européens. Bryan sentait qu’une ombre avançait à pas feutrés dans l’obscurité de la nuit et cela ne présageait rien de bon.

Un peu plus tôt dans l’après-midi, il s’était assis sur cette même plage de la mer baltique et avait rédigé une lettre à laquelle il avait attaché un portoloin sous l’apparence d’un médaillon orné d’un petit cheval. Il espérait que ce clin d’oeil au patronus du destinataire de ce message suffirait à le faire venir jusqu’à lui. Il savait pertinemment qu’il n’était absolument pas doué lorsqu’il s’agissait d’exprimer des sentiments tels que l’empathie ou la compassion, et se disait que ses mots sonneraient peut-être trop formels, trop impersonnels.

« Chère Jesse-Rose, je regrette de ne pas avoir eu l’occasion de te rendre visite depuis que tu as retrouvé ta liberté. Je ne t’ai pas oubliée, ni même abandonnée, mais j’ai dû m’absenter pour des raisons que tu peux aisément deviner. J’imagine que tu dois encore être exténuée et qu’il te faudra du temps pour retrouver tes habitudes, mais si tu en as la force, j’aimerais que tu saisisses ce médaillon et que tu le laisses t’emmener au loin. Prends soin de toi.
B. »



GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jesse-Rose Greenwood
Étudiante en Quidditch
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 3902
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Baguette : 26 cm en bois d'ébène avec une écaille de dragon.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Fév - 15:41

NEVER LET YOU DOWN
Bryan Levinson & Jesse-Rose Greenwood


Le sortilège avait été brisé. Tout était allé si vite… Jesse-Rose n’avait d’ailleurs pas tout de suite compris ce qui lui arrivait. La journée avait commencé comme toute autre : assise sur le sol froid de sa cellule à attendre qu’on lui ouvre. Qu’on lui donne un ordre et qu’elle l’exécute. Ce matin-là n’avait pas échappé à ce qui était devenu une tradition aux yeux de l’ancienne Serpentarde. Depuis combien de temps elle était sous l’emprise de l’artefact ? Elle ne savait pas. La notion de temps avait été perdue au fil des missions. Toujours était-il que lorsque la porte s’ouvrit pour inonder de lumière ce qui lui servait de chambre : jamais elle n’aurait cru que cela serait la dernière fois.
Elle avait endossé son rôle de cavalier, portant son masque et exécutant les ordres sur Seigneur sans rechigner. Mais plus tard dans la journée, alors qu’elle venait d’assassiner des opposants politiques : le voile se leva. Comme par magie. Elle sentait à nouveau l’air remplir ses poumons ; le vent sur son visage ; la chaleur des derniers rayons du soleil d’été. Jesse-Rose n’avait plus l’impression qu’un poids alourdissait son cœur. Elle se sentait… Libre. De tout contrôle. Elle pouvait penser sans sentir une présence au fond de son esprit. Alors, emportée par l’allégresse du moment : c’est un rire de soulagement qui sortit de sa gorge. Perdant la notion de réalité, oubliant ce qu’elle venait de faire : elle transplana loin de tout ça au manoir qui l’avait vu naître. Les mangemorts étaient tous partis : il n’y avait plus de présence étrangère entre ses murs ! Courant dans les couloirs de la bâtisse : elle voulait vérifier de ses propres yeux tout cela était finit. Quand elle fut satisfaite elle se laissa tomber à même le sol et attrapa son visage dans ses mains pour pleurer. De joie, de colère, de peine : tant de sentiments qui se mélangeaient et qui tentaient d’avoir la main mise sur le cœur de Jessie.

« Ce jour-là, j’espère que tu auras fait un choix »


La voix d’Harry raisonnait dans sa tête. Ce jour-là était arrivé n’est-ce pas ? Se relevant soudainement, elle essuya son visage et courut jusqu’à sa chambre pour écrire un message à Drago. Elle devait le voir. Elle devait se confronter à ses sentiments : maintenant qu’elle était en pleine possession de ses moyens. Cependant, le bonheur d’être libre trouva rapidement une fin. Une brûlure à son bras lui ordonna d’aller auprès de Voldemort. C’est un long soupire qui traversa ses lèvres et en même temps : pourquoi avait-elle cru que cela marquerait sa fin de son engagement chez les mangemorts ? Jesse-Rose était un mage noir, qu’elle le souhaite ou non. Si elle était à la fleur de l’âge : il y a des choses qui ne peuvent pas être effacé et être mis sur le compte de la jeunesse. Transplanant sans plus de cérémonie jusqu’à la résidence des Jedusor : elle renfila son costume de mangemort et ferma son visage à toute expression. La joueuse de Quidditch savait qu’elle ne pouvait pas avoir le luxe de penser librement entre ces murs.
Sortant du bureau du Lord, un long soupire traversa ses lèvres et elle retourna au manoir des Greenwood pour faire ses bagages. Voldemort la renvoyait à Poudlard. Pourquoi ? Pour être ses yeux et ses oreilles. Il semblerait qu’il ait à nouveau confiance en elle… Ou peut-être était-ce un leurre. Elle n’en était pas certaine. Ses valises faites, elle se laissa tomber sur le lit et passa sa main lassement dans ses cheveux. Etait-ce trop demander que d’avoir un peu de répit ? De pouvoir voir une vie normale ? Non. Parce que jamais elle ne pourrait prendre un autre parti que celui des Mangemorts. Si sur beaucoup de points sont opinions avaient changé : elle sait que jamais elle ne tournerait le dos aux mages noirs. Elle ne trahirait pas Bryan.

Installée dans les couloirs de ce qui avait été sa maison pendant quelques années de paix, de bonheur : Jesse-Rose regardait par la fenêtre. Elle avait un mauvais pressentiment. Quelque chose se tramait dans l’ombre. Quand une lettre arriva avec un médaillon, la jeune femme l’ouvrit et retrouva son sourire en lisant la maladresse de son père de cœur. Celui qui ne l’a jamais abandonné. Qui l’a toujours guidé et aidé. Il ne fallut que quelques minutes à l’ancienne Serpentarde pour enfiler sa cape et utiliser le portoloin.
Rapidement, une douce brise iodée caressa son visage. Assis un peu plus loin : la silhouette de Bryan lui apparut. Jesse-Rose ne pouvait enlever de son visage un sourire sincère. Oui. Elle était heureuse de voir qu’il était en vie. Qu’il allait bien malgré les derniers événements. L’Inquisition ne l’avait pas tué et rien d’autres ne comptaient. Il serait mentir de dire qu’elle n’avait pas eu peur pour lui. Demander toutes informations le concernant l’aurait mis en danger. S’approchant rapidement de lui, elle s’assit à côté de lui. Sans rien dire. Laissant le silence les envelopper. Ils étaient tous les deux en vies et cela valait la peine d’être savouré.

« Je dois t’avouer que jamais je n’aurais cru un jour pouvoir venir à tes côtés de mon propre chef à nouveau. » Elle tourna finalement sa tête pour le regarder. « C’est si bon de voir que tu es en vie. Que tu n’es plus sous le joug de cette sorcière ! » Jesse ne pouvait plus enlever son sourire de son visage. « J’espère que les Faucheurs te traitent convenablement. »
AVENGEDINCHAINS


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge du personnage : 48 ans
Nombre de messages : 1710
Célébrité sur l'avatar : Mads Mikkelsen
Baguette : Bois d’orme, crin de licorne, 32 cm
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Fév - 20:40
Never let you down


Cela faisait maintenant des heures que Bryan était assis sur cette plage. La nuit était désormais tombée et seule la lune venait éclairer les environs. Ici le ciel était toujours bien trop couvert pour que l’on puisse apercevoir la moindre étoile. La cape du mangemort était parsemée de multiples grains de sable portés sur ses épaules par la douce brise du soir. Le froid avait commencé à s’insinuer lentement autour de lui, et avait fini par donner une nuance bleutée à ses doigts. Mais qu’importe, la seule chose qu’il était capable de ressentir en ce moment c’était de la culpabilité. La culpabilité d’avoir mené Margot sur le bûcher, la culpabilité d’avoir laissé Rose et Anton derrière lui sans leur dire un mot, la culpabilité d’avoir abandonné Jesse-Rose alors qu’elle devait avoir plus que jamais besoin de lui. Il doutait qu’elle réponde à son appel, qu’elle prenne le portoloin qu’il lui avait envoyé. Il ignorait ce qu’elle ressentait maintenant qu’elle était libre. Peut-être qu’elle en voudrait à Bryan de ne pas l’avoir sauvée de l’emprise de l’artéfact. Peut-être qu’elle voudrait fuir les mangemorts, ou bien se venger d’eux. Tout était si incertain. Et pourtant, Bryan restait là, assis dans l’ombre et le froid, attendant l’arrivée du portoloin. Et espérant que Jesse soit avec lui.

Alors qu’il était sur le point de se laisser emporter dans les limbes du sommeil, le mangemort entendit un bruit qu’il le fit sursauter. Portant immédiatement la main à sa baguette magique, il tourna la tête en direction du son qu’il avait entendu. Un immense sentiment de soulagement s’empara de lui lorsqu’il aperçut la silhouette de Jesse-Rose. Elle était là, elle était venue ! Et peu importe ce qu’elle lui dirait, elle pourrait bien le gifler, l’insulter, il s’en fichait. Tout ce qui comptait c’est qu’elle avait fait le déplacement pour le voir. En la voyant s’approcher de lui, il reconnut ce sourire qu’elle lui adressait toujours lorsqu’ils se revoyaient après des mois d’absence. Sans le moindre effort, il parvint à lui sourire à son tour. Jesse-Rose avait toujours eu le don de réveiller ce qu’il y avait de bon en lui. Elle avait toujours su faire remonter son humanité à la surface. Il la laissa s’asseoir à côté de lui et savourer quelques instants de silence. Puis, il sourit à nouveau en entendant ses paroles débordantes d’enthousiasme. Elle était à nouveau la Jesse d’avant, celle qu’il avait appris à aimer comme sa propre fille. Elle était si enjouée, si vivante, si différente de la sorcière qui avait été sous l’emprise de l’artéfact pendant tout ce temps. Avant même de lui répondre, il se surprit à la serrer dans ses bras.

« Je suis désolé. » finit-il par dire dans un murmure.

L’étreinte, les excuses, tout cela ne faisait pas partie de ses habitudes, mais il avait le sentiment de les lui devoir. Jesse-Rose méritait d’entendre ces mots. Il lui avait un jour promis qu’il serait toujours là pour elle, qu’il ne la laisserait jamais tombée. Et puis le Seigneur des Ténèbres l’avait éloigné d’elle et il n’avait rien fait pour lutter contre cette décision. Toute cette situation lui rappelait sa dernière entrevue avec Anton, là aussi il s’était excusé d’avoir agi comme un père indigne et détestable.

« Les Faucheurs savent accueillir leurs invités comme il se doit. Je pourrais te les présenter si tu le souhaites. A moins que… à moins que tu ne souhaites plus être mêlée à tout cela. Je sais bien qu’il est difficilement pensable de quitter les rangs du Lord, mais je suis certain que tu pourrais parvenir à te construire une autre vie ailleurs si c’est que tu veux. Dans tous les cas, sache que je soutiendrais n’importe laquelle de tes décisions. »

Il n’était pas aisé pour lui de prononcer de telles paroles. Bryan était un mangemort convaincu, un mangemort de la première heure. Il avait passé sa vie à servir le Seigneur des Ténèbres et a exécuté les traîtres. Mais il voulait ce qu’il y avait de mieux pour Jesse-Rose. Et il n’était pas certain qu’une vie d’esclave auprès de Lord Voldemort soit ce dont elle avait véritablement besoin.

« Comment te sens-tu ? J’imagine que je ne pourrais jamais comprendre ce que tu as ressenti, mais si tu veux en parler, je suis là pour t’écouter. As-tu été blessée pendant l’une de tes missions en tant que Cavalier ? »

Qu’elle dise le nom qu’elle voudrait, et Bryan irait faire souffrir celui qui aurait osé toucher à Jesse-Rose. En fin de compte, il avait peut-être la fibre paternelle. A sa façon.

Réalisant qu’il commençait vraiment à faire froid, le mangemort se releva et tendit la main à Jesse-Rose pour l’aider à se remettre debout.

« Tu as faim ? Si tu veux, on peut aller manger quelque chose. Il y a un restaurant sorcier non loin d’ici.  Il y fera plus chaud que sur la plage. »



GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jesse-Rose Greenwood
Étudiante en Quidditch
Âge du personnage : 21 ans
Nombre de messages : 3902
Célébrité sur l'avatar : Candice Accola
Baguette : 26 cm en bois d'ébène avec une écaille de dragon.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Fév - 23:20

NEVER LET YOU DOWN
Bryan Levinson & Jesse-Rose Greenwood


Comment résister plus longtemps à l’invitation de Bryan ? Lui, le seul qui avait toujours été là. Sans tenter de la changer. Sans essayer de la faire plier à sa volonté. Jesse-Rose s’était toujours sentie proche de ce mangemort. Elle avait plus de respect pour ce dernier que pour feu son père. Peut-être parce qu’il n’était pas son géniteur. Les relations familiales ne semblaient pas être le fort des mages noirs. Elle l’avait remarqué par la forcer des choses. Seul Drago semblait avoir la chance d’avoir une mère prête à tout pour protéger son fils. La sienne l’aurait vendu pour avoir l’attention de Voldemort même si elle l’a aimé indéniablement. Dans son malheur, il lui restait Bryan. Son roc solidement accroché sur lequel elle pouvait tenir.
Maintenant libre de ses faits et gestes : il n’y avait plus rien qui la retenait. Tranplanant vers le lieu choisis par son père de cœur : Jesse-Rose prit une longue inspiration en sentant la brise fraîche. Depuis que le sortilège était levé : les petits plaisirs de la vie semblaient à nouveau être accessibles. Pouvoir penser comme bon lui semblait ; écrire ce qu’elle désirait à Drago ; pouvoir se réveiller dans un endroit autre qu’une cellule obscure. Enfin elle avait du répit et elle comptait bien en profiter. Elle avait compris par la force des choses que rien ne durait. En voyant la silhouette si particulière de Bryan : il ne fallut que quelques secondes pour se retrouver à ses côtés. Assis sur le banc, comme deux personnes lambda : la scène bucolique plaisait beaucoup à Jessie. Elle avait l’impression d’être normale. Même si cela n’était qu’un doux leurre. Gardant son sourire, elle ne pouvait pas ternir l’éclat de ce dernier. Le timbre joyeux de sa voix était si différent de la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Elle était clairement une autre personne. Surprise de l’embrassade donnée par Bryan, elle ne mit malgré tout pas de temps avant de refermer ses bras autour de lui et de nicher sa tête dans son cou. Jamais son père ne l’avait prise dans ses bras. Son cœur se remplissait doucement d’un bonheur indescriptible. Pourquoi est-ce que cela était si agréable ? Ce n’était pas grand-chose. Et pourtant pour Jessie qui n’avait jamais reçu d’amour paternel cela était comme du pain bénit.

« Ne le sois pas… Tu ne pouvais rien faire et tu le sais très bien. » Ce n’était pas pour apaiser ses maux qu’elle disait cela. C’était juste la vérité. « Je sais que tu aurais été le premier à t’interposer si tu en avais eu l’occasion. » Répondit-elle doucement : n’ayant aucune rancune envers Bryan.

Jesse-Rose était lasse, il n’était plus question d’être forte. De tenir bon et garder la tête haute. Depuis son départ de Durmstrang : elle n’avait fait qu’embrasser la mauvaise fortune. Peut-être était-il temps de forcer la main au destin et trouver sa propre voie ? S’éloignant légèrement elle sourit en entendant qu’il avait été bien accueilli ici. La suite de ses paroles ne tua pas sa risette. Elle était surprise de son discours. Lui donnait-il l’autorisation de partir ? Etait-il tombé sur la tête ? Devait-elle se méfier d’un possible sorcier ayant bu une potion de Polynectar ? Non. Même dans l’obscurité de la nuit elle savait que c’était Bryan ?

« Je serais honorée de les rencontrer. » Elle prit une longue inspiration : « Je ne vais nul part. Laisser Drago derrière ? Il en est hors de question. Et puis… Si je suis loin : comment comptes-tu prendre soin de moi hein ? » Il n’y avait pas cinquante mille solutions. « Je suis retournée auprès du Lord. Je t’expliquerais tout ça plus tard. »

Elle ne voulait pas souiller ces retrouvailles et ne voulait pas prendre le risque de se faire espionner. De plus, elle voulait profiter de l’instant présent. Ils avaient mille et une choses à se dire et la nuit ne faisait que commencer. Jesse glissa ses mains dans ses poches. Comment elle allait ? En voilà une excellente question. Elle tourna sa tête pour regarder l’horizon. Plus elle pensait à sa réponse, plus son sourire disparut.

« Non. J’ai toujours mené à bien les ordres. » Sa voix se fit soudainement plus dure, plus sèche. « Sauf quand il m’a envoyé tuer Harry. Je n’ai pas pu. » Et elle avait payé cette faiblesse d'ailleurs. « Ce sont plutôt mes victimes que tu devrais plaindre. » Une pointe d’humour ? Cela était un échec mais que pouvait-elle faire d’autres.

Elle le regarda se lever et attrapa sa main en retrouvant son sourire. Jesse-Rose chassa ses pensées sombres pour se concentrer à nouveau sur le présent. Il lui était si facile de plonger dans la noirceur de son spleen qu’elle en oubliait bien souvent qu’il y avait une vie dehors de ce mal-être constant. Il n’y avait pas à dire : Voldemort savait briser ses serviteurs. Ou peut-être était-elle la seule responsable de son malheur ?

« Je ne suis jamais venue ici, alors je te laisse me faire découvrir. » Il lui restait tellement de choses à voir qu’il serait dommage de ne pas commencer maintenant. Jessie se permit de passer son bras sous le sien. « Tu comptes revenir bientôt en Angleterre ? » Elle avança tout en le regardant : « Avec un peu de chance, une fois que le Seigneur serait satisfait, une fois qu'il n'aura plus besoin de moi : on pourra refaire équipe. » Ils se comprenaient, se faisaient confiance : n’était-ce pas la meilleure façon de réussir ?
AVENGEDINCHAINS


I'm the dark messiah


☠️ In the blackest moments of a dying world


Rest now, my child. The day is over, the sun will shine, when morning comes. But now it is dark and the world is at peace. So let your eyes rest and sleep @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LONDRES :: ♣ Aux alentours :: A l'étranger-
Sauter vers: